Navigation – Plan du site
Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles) - Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.)

Introduction

Claude d’Abzac-Epezy et Jean Martinant de Préneuf

Texte intégral

1Les textes réunis dans cet ouvrage collectif rassemblent une partie des communications prononcées en 2007 et 2008 dans le cadre de la commission d’histoire socio-culturelle du Centre d’études d’histoire de la Défense (CEHD). Ce séminaire a vu se rencontrer régulièrement au château de Vincennes différents spécialistes, universitaires, jeunes chercheurs, étudiants, militaires, érudits et témoins autour du thème « héros militaire, culture et société ». Ce thème avait déjà fait l’objet d’une journée d’étude consacrée à la représentation du héros dans la culture de la Gendarmerie nationale, publiée dans le cahier du CEHD n° 35.

2Bien que les séances aient abordé les aspects de l’héroïsation militaire sous l’Antiquité, le Moyen Âge ou à l’époque moderne, le présent cahier s’est donné pour objectif de publier exclusivement les textes concernant les XIXe et XXe siècles, principalement en France. Le caractère inédit et la cohérence de ces monographies qui entrent en résonance ont paru justifier leur édition et nous remercions chaleureusement le professeur Hervé Drévillon qui dirige le pôle Histoire de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM), héritier du CEHD, d’avoir bien voulu donner son accord à cette publication électronique avec l’Institut de recherche historique du Septentrion – UMR CNRS 8529 IRHiS). Plusieurs des auteurs lui sont en effet - ou lui ont été - rattachés. D’autre part, cette publication s’inscrit pleinement dans la démarche de l’IRHiS qui privilégie une approche politique, sociale et culturelle du fait guerrier développée en tant que de besoin en partenariat avec les instances du ministère de la Défense dont l’IRSEM.

3La thématique du héros dans la culture militaire, tout comme celle du héros militaire dans la société, s’est révélée au fil des séances d’une étonnante fécondité. En effet, l’héroïsation guerrière se caractérise avant tout par ses permanences fondées essentiellement sur le modèle du héros sacrificiel inspiré des récits homériques, des chansons de geste et de l’hagiographie chrétienne. Tout récit d’événement militaire se décline ainsi en hommage – voire en sacralisation – de héros, individualisés ou collectifs, qui vise à la fois à donner une identité quasi généalogique au groupe combattant et à servir de modèle pour galvaniser l’ardeur au combat ou l’acceptation de la mort individuelle au nom d’un idéal sacré. Toutes les communications de ce cahier montrent la récurrence de ce modèle à travers des exemples pourtant très disparates : il semble en effet normal que les parrains de promotion de Saint-Cyr, étudiés par Xavier Boniface, reproduisent un modèle archétypal de vertu guerrière, ou que l’image des « chevaliers du ciel » de la guerre de 1914-1918 relayée par toute une littérature grand public à caractère hagiographique ait joué un rôle important dans le choix de la carrière aérienne, comme le montre Françoise de Ruffray à travers l’étude des témoignages d’aviateurs. Parfois, l’hommage aux héros amène une réécriture épique de pages sombres de l’histoire. La logique du récit héroïque aboutit ainsi à une sorte de transposition grandiose où s’effacent les responsabilités et les culpabilités. À travers l’exemple du sous-marin Casabianca et du commandant Lherminier, Jean de Préneuf démontre comment a pu se forger la réécriture résistancialiste de l’histoire de la Marine pendant la seconde guerre mondiale. Réécriture qui amène aujourd’hui à commémorer le 27 novembre 1942, date du sabordage de Toulon, comme la journée des sous-mariniers, en hommage à celui qui réussit à quitter la rade et échapper au désastre. Le mythe de Dien Bien Phu, étudié par Pierre Journoud relève de la même logique : la transposition glorieuse, la volonté de donner un sens à une défaite à travers la valeur guerrière des vaincus, le refus de regarder les responsabilités des militaires ou de replacer le combat dans un cadre géopolitique plus large. Plus impressionnante encore, l’analyse de Jean-Baptiste Bruneau sur les sous-mariniers allemands indique le processus qui mène de la glorification par la propagande de figures de marins héroïques à l’occultation durable de la responsabilité de la Kriegsmarine dans les crimes de guerre. Le thème du héros guerrier tragique est largement repris dans toute l’œuvre de Pierre Schoendoerffer qui fait l’objet de la communication de Bénédicte Chéron. L’idéal chevaleresque, le modèle homérique et le saint catholique construisent les caractères tourmentés des personnages de fiction dans lesquels beaucoup d’officiers français se sont reconnus jusqu’à aujourd’hui.

4Que peut-on conclure de ces permanences évidentes dans les modèles et le processus d’héroïsation guerrière qui forment le lien entre toutes ces communications ? Peut-on les analyser sous l’angle anthropologique, comme une histoire des comportements et des habitudes dans la longue durée et marquer ainsi le triomphe d’une « histoire immobile » où la continuité des mentalités l’emporterait sur les contingences de l’événement ? Les textes rassemblés ici invitent tous à aller plus loin.

  • 1  François Hartog, Régime d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, coll. «  (...)
  • 2  Olivier Forcade, « Le temps militaire à l’époque contemporaine : pratiques et représentations », i (...)
  • 3  Maurice Hallbwacs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1950, 171 p.
  • 4  Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome 3 : Les France, vol. I, p. 20.
  • 5  Line Sourbier-Pinter, Au-delà des armes. Le sens des traditions militaires, Paris, Imprimerie nati (...)
  • 6  Christian Amalvi, Les Héros de l’histoire de France, Toulouse, Privat, 2001 (2e éd), 135 p. et Les (...)
  • 7  François Hartog et Jacques Revel, « Note de conjoncture historique », in Les usages politiques du (...)

5Ils témoignent d’abord d’un rapport au temps propre à l’époque contemporaine. S’il bascule au tournant du XXe siècle jusqu’à verser dans le présentisme, il n’en reste pas moins profondément marqué par l’héritage de l’« historia magistra »1, dans la sphère militaire sans doute plus encore que dans la plupart des autres champs de la vie sociale. Car le processus d’héroïsation du militaire et sa commémoration donnent aussi à voir des expériences sensibles du temps et du lien entre générations propres aux militaires2. Le culte rendu par l’institution à ses héros participe ainsi pleinement à l’édification d’une « mémoire collective » au sens d’une mémoire construite par l’agrégation de souvenirs individuels qui s’enracinent dans des expériences vécues ensemble3. Le héros occupe en effet une place importante dans le « patrimoine mémoriel »4 des militaires. Son culte est une tradition bien ancrée qui, comme les autres rites traditionnels, permet à la fois d’exalter l’unité, la centralité et la permanence fantasmée des valeurs militaires tout en accompagnant les mutations technologiques, sociales et organisationnelles des institutions militaires à l’époque contemporaine5. Même si les figures militaires qui peuvent réellement prétendre appartenir à la catégorie des « héros nationaux » au sens où l’entend Christian Amalvi restent finalement assez rares6, la figure et le culte du héros militaire n’est pas cantonnée tant sans faut au cadre des armées, a fortiori à l’époque du développement largement concomitant des armées de masse, des identités nationales et de la totalisation de la guerre. À travers la mise en avant de ces hommes – rarement de femmes, exceptionnellement d’enfants –, ce sont de véritables pédagogies souvent concurrentes et évolutives de la nation qui sont mises en œuvre. L’étude du héros militaire s’inscrit dans la veine de l’analyse des usages politiques du passé le plus contemporain qui se développe depuis les années 1980 jusqu’à aujourd’hui7. La méthode historique apporte ici un éclairage indispensable pour porter un regard critique sur le récit guerrier.

  • 8  Jean-Noël Jeanneney (dir), Une idée fausse est un fait vrai, les stéréotypes nationaux en Europe, (...)
  • 9  Christian Salmon, Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, La (...)

6Le récit guerrier appartient en effet à un genre particulier qui a pour but l’édification morale plus que la compréhension ou l’élucidation. En cela, il est un matériau pour une approche anthropologique de la société militaire et de la violence de guerre. Comme le soulignait Jean-Noël Jeanneney dans le titre de l’un des ouvrages qu’il a dirigé, « une idée fausse est un fait vrai »8 et l’historien contemporain ne peut ignorer ces récits recomposés qui forment une des matières premières de l’histoire socioculturelle. Le sujet est même d’une brûlante actualité, car les nécessités de la communication exigent la construction de récits – nommés maintenant « storytelling » – dont l’objectif politique ou commercial l’emporte sur les exigences de vérité factuelle9. Pourtant, il est impossible d’étudier une légende, sa signification, ses répercussions, si on ne la confronte pas à l’événement historique qui en fut l’origine. Cet événement est parfois lointain, parfois insignifiant, parfois inexistant, parfois au contraire tellement traumatisant que la légende a pour fonction de brouiller la mémoire et d’organiser l’oubli. L’étude du héros militaire ne peut donc éluder la question : que s’est-il réellement passé ? C’était le maître mot de l’historien allemand Léopold von Ranke (1795-1886). Pour étudier l’histoire de l’héroïsation on ne peut échapper à un détour par une histoire méthodique qui, à l’aide de l’analyse extensive des sources, permet de reconstituer l’événement fondateur. Une fois celui-ci retracé, il est possible de dénouer les vérités et les mensonges, les occultations et les glorifications, d’identifier les symboles qui forment la trame de l’histoire culturelle. Les huit communications réunies ici montrent, chacune à leur manière que les historiens, parce qu’ils sont les seuls à étudier méthodiquement le passé, doivent garder une place importante dans l’analyse des faits sociaux et culturels, même s’il s’agit d’histoire du temps présent.

Haut de page

Notes

1  François Hartog, Régime d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXIe siècle », 2003, 259 p., p. 116-119.

2  Olivier Forcade, « Le temps militaire à l’époque contemporaine : pratiques et représentations », in Bibliothèque de l'école des chartes. 1999, tome 157, p. 479-491.

3  Maurice Hallbwacs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1950, 171 p.

4  Pierre Nora, Les lieux de mémoire, tome 3 : Les France, vol. I, p. 20.

5  Line Sourbier-Pinter, Au-delà des armes. Le sens des traditions militaires, Paris, Imprimerie nationale, 2001, p. 15-16 et André Thieblemont, « Le fait culturel militaire : premiers repérages », Cultures et logiques militaires, Paris, PUF, Coll. « Sociologies d’aujourd’hui », 1999, 339 p., p. 1-48.

6  Christian Amalvi, Les Héros de l’histoire de France, Toulouse, Privat, 2001 (2e éd), 135 p. et Les héros des Français. Controverses autour de la mémoire nationale, Paris, Larousse, Coll. « Bibliothèque historique », 2011, 445 p.

7  François Hartog et Jacques Revel, « Note de conjoncture historique », in Les usages politiques du passé, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Enquêtes », 2001, p. 13-24.

8  Jean-Noël Jeanneney (dir), Une idée fausse est un fait vrai, les stéréotypes nationaux en Europe, Odile Jacob, 2000, 229 p.

9  Christian Salmon, Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, La Découverte, 2008, 247 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude d’Abzac-Epezy et Jean Martinant de Préneuf, « Introduction », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012.

Référence électronique

Claude d’Abzac-Epezy et Jean Martinant de Préneuf, « Introduction », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012 [En ligne], mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 23 février 2017. URL : http://hleno.revues.org/103

Haut de page

Auteurs

Claude d’Abzac-Epezy

Claude d'Abzac-Epezy est chercheur associée à l'IRICE - UMR 8138 et professeur en CPGE au Lycée Louis le Grand. Chargée de recherches de 2002 à 2009 au Centre d'études d'histoire de la Défense (CEHD). Responsable de la commission d'histoire socio-culturelle des armées dont les actes sont publiés dans  les Cahiers du CEHD, n° 35, « La représentation du héros dans la culture de la gendarmerie, XIXe-XXe » siècles, 2008, 113 p.(avec Édouard Ebel) et n° 30, « Guerre et société dans les Balkans ; Les problèmes de personnel dans l¹armée française aux XIXe et XXe siècles », 2007, 246 p.

Jean Martinant de Préneuf

Jean Martinant de Préneuf est maître de conférences à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3 (IRHIS UMR-CNRS 8529) et lieutenant de vaisseau de réserve au Service historique de la Défense et au Centre d’études supérieures de la Marine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org