Navigation – Plan du site
Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles) - Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.)

Un héros pour tous : Jean Lherminier et le Casabianca, figures emblématiques du mythe résistancialiste de 1942 à nos jours

Jean Martinant de Préneuf

Résumés

Le 27 novembre 1942, le sous-marin Casabianca commandé par le capitaine de frégate Jean Lherminier parvient de justesse à s’échapper de la nasse toulonnaise et à gagner Alger. De décembre 1942 à fin 1943, il effectue plusieurs missions spéciales périlleuses sur les côtes corses et provençales. Ces faits d’armes ont un retentissement immédiat et considérable. L’action et la figure de Jean Lherminier sont largement et immédiatement célébrées et médiatisées par les autorités politiques et militaires. À la reconnaissance officielle répond un engouement populaire. Ce consensus et ces louanges sont durables par-delà les régimes, les alternances politiques et le renouvellement des générations, de la mise en avant de la geste du Casabianca par la République gaullienne dans les années 1960 aux multiples commémorations des années 2000 initiées tant par l’État que par les collectivités locales ou la marine nationale dans ses différentes incarnations.
Il s’agit tout d’abord de mettre à jour les composantes, significations et fonctions de la figure du héros militaire. Pour ce faire, on se base essentiellement sur le fonds privé Lherminier conservé au Service historique de la défense à Toulon et l’on suit un fil chronologique qui vise à faire apparaître les continuités, ruptures et reclassements de l’héroïsation.
Quatre dimensions se dégagent : Lherminier et le Casabianca, et, au-delà, le héros militaire, sont bien une figure de proue du mythe résistancialiste. Ensuite, l’officier de marine occupe une place spécifique dans le panthéon des héros militaire tout en s’inscrivant dans des structures mythologiques génériques. L’étude des interactions entre les différents acteurs locaux et nationaux, institutionnels et privés dans la mise en forme et la commémoration de la geste héroïque est aussi un bon révélateur de l’articulation de mémoires et d’identités collectives particulières plus ou moins enchevêtrées et concurrentes. Enfin, en permettant d’établir un continuum dans le temps et dans l’espace, Lherminier offre un type de héros militaire qui, autant par ses faits d’armes que par un parcours, rassemble, unifie et réconcilie quel que soit le « lieu » d’où l’on considère son itinéraire. Cette fonction « sacrale » est sans doute la raison principale de la pérennité de son héroïsation consensuelle par-delà les mutations et les reclassements du culte que l’on peut observer.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

1939-1945 war, hero, navy, submarine
Haut de page

Texte intégral

1Le 27 novembre 1942, le sous-marin Casabianca commandé par le capitaine de frégate Jean Lherminier parvient de justesse à s’échapper de la nasse toulonnaise et à gagner Alger. De décembre 1942 à fin 1943, il effectue plusieurs missions spéciales périlleuses consistant à déposer armes, troupes spéciales et résistants sur les côtes corses et provençales. La plus spectaculaire et la plus médiatisée a lieu le 13 septembre 1943 quand il débarque dans le port d’Ajaccio 109 hommes du Bataillon de choc, donnant le coup d’envoi de la Libération de l’île de Beauté.

2Ces faits d’armes ont un retentissement immédiat et considérable. L’action et la figure de Jean Lherminier sont largement célébrées et médiatisées par les autorités politiques et militaires. Dès décembre 1942, le sous-marinier est décoré et félicité par l’amiral Darlan et le général Giraud pour sa spectaculaire évasion de Toulon. Moins d’un an plus tard, le 27 octobre 1943, c’est au tour du général de Gaulle d’honorer l’officier de marine amputé des deux jambes, car il a retardé le moment de se faire soigner après avoir refusé de quitter son commandement avant la libération de la Corse. À la reconnaissance officielle répond un engouement populaire jamais démenti. Dès la fin de la guerre, ses apparitions publiques et écrits ne cessent de rencontrer un large écho qui dépasse les cercles militaires et anciens combattants. De Rivarol à L’Humanité, la presse est unanime pour saluer sans réserve la mémoire d’un héros de la Résistance et de la Libération quand Lherminier décède en 1953. Ce consensus et ces louanges sont durables par-delà les régimes, les alternances politiques et le renouvellement des générations, de la mise en avant de la geste du Casabianca par la République gaullienne dans les années 1960 aux multiples commémorations des années 2000 initiées tant par l’État que par les collectivités locales ou la marine nationale dans ses différentes incarnations.

  • 1 Paul gerbod, « L’éthique héroïque en France (1870-1914) », dans Revue historique, n° 544, octobre-d (...)
  • 2 Henri Rousso, Le syndrome de Vichy, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », 1990, 414 p.
  • 3 Nous tenons à remercier tous ceux qui ont bien voulu nous recevoir et répondre avec franchise à nos (...)

3On retrouve ici une célébration souvent convenue des qualités du héros (militaire ou non). La détermination sans faille et un courage physique rare, un charisme hors du commun et un sentiment patriotique poussé jusqu’au sacrifice suprême sont autant d’éléments récurrents d’un véritable archétype. Le discours sur Lherminier reflète l’impact au long cours d’une « éthique héroïque » promue par la Troisième république dès avant la première guerre mondiale qui se structure autour de l’école et de l’armée. Le héros militaire est au cœur d’une véritable pédagogie des valeurs via une incarnation exemplaire et édifiante qui permet l’identification1. Au-delà de ces aspects désormais bien connus, nous voudrions montrer comment la fabrique et le destin du personnage Lherminier viennent compléter et nuancer la figure du héros militaire que ce séminaire a entrepris de cerner. Dans cette perspective, tout en suivant un fil chronologique visant à faire apparaître les continuités, ruptures et reclassements de l’héroïsation, trois postulats ont été envisagés. Tout d’abord, considérer le héros militaire en tant que figure de proue du mythe résistancialiste. La posture politique unanimiste de l’après 19452 vient s’agréger tout naturellement, d’une part au substrat d’une culture militaire ontologiquement axée sur l’exaltation de l’unité et de la continuité, et, d’autre part, au terreau et d’un patriotisme républicain délibérément consensuel et syncrétique depuis les années 1880. Ensuite, poser la question d’une éventuelle spécificité de l’officier de marine parmi les héros militaires (en particulier la figure du « pacha »). À travers le biais de la place singulière qui est donnée au bâtiment ou à l’équipage commandés par le héros, c’est un aspect de l’originalité de la culture navale au sein de la culture militaire qui se dévoile. Enfin, nous avons privilégié l’étude des interactions entre les différents acteurs dans la mise en forme et la commémoration de la geste héroïque. Apparaît alors, à travers le cas de Lherminier le jeu complexe et mouvant d’initiatives et de mémoires collectives emboîtées (institutionnelles, locales et nationales) chères à Maurice Halbwachs, sans oublier bien sûr la petite musique des individus – à commencer par le héros lui-même et ses subordonnés. Ces différents points d’attention devraient permettre de nourrir la réflexion collective impulsée par Claude d’Abzac sur les significations et fonctions du héros militaire, entendu comme un véritable idéal-type au sens weberien. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés en priorité sur le très riche fonds privé Lherminier conservé au SHD-marine à Toulon (désormais SHD-T 28 S 1 à 3). Correspondances privées et officielles et coupures de presse permettent de retracer l’essentiel des commémorations de son action depuis 1945 jusqu’au début des années 2000. Ce dépouillement a été complété par des sondages ciblés dans la presse institutionnelle, des recherches ponctuelles sur internet sur les sites spécialisés, des sondages dans les archives opérationnelles du Casabianca conservées à Vincennes (SHD-V TT Y 106 et 107) et, enfin, quelques entretiens auprès d’anciens combattants et du commandement de l’escadrille des sous-marins nucléaires d’attaque (SNA)3. À partir de ce corpus limité, il ne s’agit ici que de dresser un premier tableau d’ensemble du culte du héros depuis 1945 en suggérant quelques pistes d’interprétation provisoires.

1942-1944 : Lherminier et le Casabianca, héros en temps réel de la Libération

  • 4 Lettre au ministre de la Marine, 26 septembre 1946, SHD-T 28 S 2.
  • 5 C’est ainsi que l’on nomme, dans le milieu de la Marine, les forces maritimes de Vichy, stationnées (...)

4Le début de l’héroïsation de Lherminier présente la triple particularité de commencer au lendemain du premier fait d’armes, la sortie de Toulon, de continuer de s’enrichir au fur et à mesure que les missions du héros s’enchaînent en Méditerranée et de se faire avec l’assentiment du principal intéressé qui considère que sa conduite et celle de son équipage ont eu « une valeur d’exemple retentissante »4. La marine nationale joue un rôle majeur dans cette mise en lumière. Il est urgent de faire oublier l’engagement auprès de l’État français et l’impact du sabordage de Toulon. Il importe de montrer qu’une nouvelle marine existe, à commencer par cette marine « barbaresque5 » qui en forme l’ossature et qui participe pleinement à la Libération. Le Casabianca est donc à l’honneur dans les magazines qu’elle contrôle et lors de la grande exposition, « La Marine au combat », organisée du 22 décembre 1944 au 31 janvier 1945 au musée de la marine au palais de Chaillot. Inaugurant un procédé promis à un bel avenir, les cartels des photos prêtent des qualités humaines au sous-marin qualifié de « vaillant » et « fidèle ».

5Quoique inapte à un quelconque poste opérationnel, son ancien « pacha » est maintenu à titre exceptionnel au service actif puis promu en décembre 1945 capitaine de vaisseau au titre des services rendus, et enfin, nommé à titre honorifique au poste de chef du Service historique de la Marine (SHM), une fonction que Lherminier est dans l’incapacité de remplir car il doit se rendre aux États-Unis pour se faire appareiller. Cette exploitation de son image n’est pas que le fait de la Marine. Elle est aussi organisée par les autorités politiques successives, de Darlan à de Gaulle en passant par Giraud. Dès cette époque, cet officier de marine fait figure de héros pour tous.

  • 6 À titre d’exemple, voir le reportage de Quatre et Trois. Les 7 jours de l’actualité mondiale, 1er a (...)
  • 7 « Ce héros, qui est un modeste, parle beaucoup de l’héroïsme de ses compagnons, jamais du sien », L (...)

6Dans ces conditions, très rapidement, Lherminier et le Casabianca deviennent un symbole et une icône dont la diffusion dépasse largement la presse institutionnelle. Au moins quatre facettes du héros sont mises en avant à cette époque : un exemple du refus de la Collaboration, un héraut de la marine au combat, un emblème de la sensibilité giraudiste (même si cette dimension n’est jamais revendiquée expressément sauf exception) et, enfin, l’homme gravement malade au courage physique exceptionnel qui, de plus, a juré qu’il n’abandonnerait pas son poste avant la libération de la Corse (on pense au serment de Koufra). La photo d’un Lherminier alité et livide décoré par de Gaulle après sa double amputation est ainsi très largement reprise dans la presse. Au-delà des aspects militaires, chacun est invité à s’identifier au combat contre la maladie et la souffrance (cette dimension est ressassée jusqu’à la complaisance la plus morbide par les médias avec un paroxysme lors du retour de Lherminier des États-Unis à l’été 1946)6. Apparaît en filigrane le schéma christique récurrent de la mise en récit dans une société encore profondément imprégnée par la culture catholique : à sa façon, le héros offert à l’admiration de ses concitoyens vit son calvaire, affrontant la souffrance et acceptant stoïquement par foi patriotique la perspective du sacrifice suprême pour le salut de tous. Dans la même veine, son abnégation n’a d’égale que son désintéressement et on loue à longueur d’article sa modestie et sa propension jamais démentie à s’effacer derrière ses subordonnés7.

  • 8 Lettres du vice-amiral Leclerc au vice-amiral d’escadre Moreau des 6 et 12 janvier 1943 et du 28 fé (...)
  • 9 Les ordres du jour et comptes-rendus d’opérations conservés au SHD-M et les témoignages de ses pair (...)

7Cette image consensuelle et médiatique tranche avec une réputation beaucoup plus ambivalente auprès de ses pairs et de certains de ses chefs. Si tous louent son sens tactique, son allant et ses résultats, des supérieurs émettent des critiques parfois sévères et réitérées. On reproche à Lherminier son côté franc-tireur et d’effectuer ses missions en partie en marge de la chaîne hiérarchique navale8. Sont aussi pointés une volonté systématique et jugée complaisante de se mettre en scène et un escamotage pour le moins opportuniste de ses convictions et hésitations de juin 1940 à mi-novembre 1942. Ces griefs, où une jalousie à peine voilée affleure souvent, seront aussi exprimés par des membres de l’état-major de l’officier mais, de façon feutrée, sans jamais devenir objet de débat public9. La médiatisation de son évasion spectaculaire de novembre 1942 irrite aussi une partie des cadres qui y voient à juste titre un désaveu de la conduite de la majorité et un manque d’équité envers ceux qui servant sur des bâtiments de surface en sous-ordre, n’avaient pas sa liberté d’action. D’autant que jusqu’en 1942, l’officier a eu une carrière sans relief finissant par rejoindre sur le tard une arme sous-marine alors peu reconnue par l’aristocratie des « surfaciers ». Dans un autre registre, la personnalisation poussée à l’extrême et la focalisation de l’attention sur les missions du Casabianca sous le commandement de Lherminier sont enfin mal vécues par une partie de ceux qui ont combattu, souvent dans l’anonymat, dans les Forces navales françaises libres (FNFL) depuis de longues années ou qui ont réalisé des opérations similaires sans accéder à la reconnaissance publique. Aujourd’hui encore, ces aspects ne sont connus que de quelques initiés et ce silence mérite d’être interrogé par l’historien. En fait, en interne, Lherminier demeure longtemps un marginal. Et son abandon forcé et rapide du service actif ne vient que renforcer une distance préexistante même si Lherminier reçoit après-guerre le soutien de la Marine dans la mise en scène de son action, une mise en scène dont il est, à partir de 1945, le premier acteur.

1945-1953 « Il a écrit l’histoire après l’avoir faite »10

  • 10 Selon l’expression de sa sœur Jeannette Lherminier.
  • 11 Lettres au ministre de la Marine, 5 avril et 26 septembre 1946. Lettre au CEMGM du 4 avril 1946. SH (...)

8Dès 1946, le Casabianca est honoré par les diverses autorités. Il reçoit la fourragère rouge pour ses six citations à l’ordre de l’armée en septembre. Lherminier en personne y a veillé : en avril, il s’adresse directement au ministre pour plaider la cause de son bâtiment depuis son lit de douleur à Philadelphie. De nouveau, en septembre, il plaide pour que soit accordé le port individuel de la fourragère à l’ensemble de l’équipage. Ces courriers sont doublés par des plis adressés au vice-amiral Lemonnier, chef d’état-major général de la Marine (désormais CEMGM), fidèle soutien du commandant du Casabianca au sein de la marine nationale11.

9Rapidement cependant, une inflexion se fait jour dans les honneurs rendus au bâtiment et à son commandant. Jusqu’ici, ils s’effectuaient dans un cadre militaire et national, la marine nationale étant à la manœuvre pour mettre en avant des opérations d’ordre militaire. Sans que cette veine ne se tarisse, désormais, c’est davantage la contribution à la Résistance qui est honorée, aussi bien par le gouvernement et les autorités navales que par les acteurs corses.

10Le sous-marin fait d’abord partie du cercle très restreint des vingt-et-une unités militaires décorées de la médaille de la Résistance. Instituée à Londres par ordonnance du 9 février 1943 par le général de Gaulle « chef de la France combattante », elle vise à « reconnaître les actes remarquables de foi et de courage qui, en France, dans l’Empire et à l’étranger auront contribué à la résistance du peuple français contre l’ennemi et contre ses complices depuis le 18 juin 1940 ». Sont honorés des unités militaires, des villes, des hôpitaux, des couvents… Par ce biais, l’action de Lherminier est intégrée symboliquement à la France combattante, au plus près de l’épopée gaullienne sans être confondue avec elle. Elle devient un vecteur privilégié du mythe résistancialiste savamment orchestré par le gaullisme avec l’assentiment de la majorité des Français. Avec le Glorieux, la Vénus et le Marsouin (les autres sous-marins qui se sont échappés de la nasse toulonnaise le 27 novembre 1942), le Casabianca est une des seules unités non FFL distinguées (avec les écoles de gendarmerie de Tulle et d’Autun et la Brigade de gendarmerie de Lans-en-Vercors). C’est donc la sortie de Toulon qui est considérée comme un acte de résistance. Il serait d’ailleurs vain de chercher dans les faits d’armes du Casabianca et dans l’itinéraire de Lherminier un quelconque fait de résistance avant le 27 novembre 1942. La décision n’est pas neutre : c’est aussi un message adressé à la Marine et aux armées. Les seules unités distinguées appartiennent en effet à l’infime minorité dont les commandants ont désobéi.

  • 12 Copie de la lettre du maire d’Ajaccio à Martine Baretti, 28 décembre 1945 relative à la décision du (...)
  • 13 « Je voudrais aussi en terminant associer à la gloire des vivants celle des morts, le courage heure (...)
  • 14 « Ce fameux Casabianca, nom qui déjà pour les Corses rappelle le souvenir d’un grand soldat. Un sou (...)
  • 15 Lettre du 28 août 1947 à Ajaccio au capitaine de vaisseau Lherminier, directeur du SHM, SHD-T 28 S  (...)

11À ces honneurs décernés dans un cadre national et qui privilégient le bâtiment plus que l’homme viennent dorénavant s’ajouter des hommages rendus en Corse à l’instigation des autorités locales. La marine nationale y est associée via son commandement local. Un double glissement s’opère : c’est davantage la contribution à la libération de la Corse qui est mise en avant que l’évasion de Toulon et les cérémonies honorent autant le sous-marin que son commandant. Le 23 septembre 1946, à l’instigation des autorités municipales, une stèle est inaugurée sur le port d’Ajaccio commémorant les sept opérations de débarquement d’armes et d’agents de 1942-1943. Le discours est prononcé par le Commandement de la marine (COMAR) Corse en présence des élèves de la Jeanne d’Arc. Il mentionne à peine l’évasion de Toulon et insiste sur l’impossibilité de dissocier le commandant et son bâtiment dans les hommages rendus, particulièrement dans le cas d’un sous-marin. En mars 1947, toujours à l’instigation de la municipalité ajaccienne pour qui « son nom est désormais inséparable de la libération de la Corse »12, un quai Lherminier est inauguré. Le héros assiste à son inauguration dans un fauteuil roulant poussé par un matelot sur les lieux mêmes du fait d’armes de septembre 1943. Lors de chacune des cérémonies, il est fait mention du mimétisme entre la conduite de Lherminier et celle du capitaine de vaisseau Luce de Casabianca, héros de la bataille d’Aboukir en 1798. Ce natif de la région de Bastia a continué de commander L’Orient après avoir perdu ses deux jambes arrachées par un boulet. Il a préféré prendre le risque de disparaître avec son vaisseau désemparé en compagnie de son fils plutôt que de cesser le combat. La double insistance sur ce précédent glorieux recouvre deux logiques différentes qui viennent se conjuguer. Pour le COMAR, c’est une occasion d’insister sur la continuité de l’action de la Marine et des marins au service de la France par-delà la succession des régimes dans une longue chaîne d’exploits héroïques tantôt malheureux tantôt victorieux13. En creux, on voit bien en quoi le couple Casabianca-Lherminier permet de dépasser le traumatisme de la séquence 1940-1942. Pour les autorités et la presse corses, il s’agit d’abord d’inscrire la petite patrie au cœur de l’histoire nationale et ce, dans la durée, tout en célébrant l’unité retrouvée14. On retrouve cette thématique quand, en septembre 1947, Lherminier est de nouveau invité par les autorités locales pour faire partie du « comité d’honneur départemental » qui organise les commémorations de la Libération de la Corse « célébrées dans l’union et la concorde ». Le commandant est convié à la fois comme organisateur et comme participant, l’invitation étant adressée par le préfet qui n’est autre que Maurice Papon15. L’officier se rend aux cérémonies avec un ordre de mission signé par le chef de cabinet du ministre de la Marine. Les stratégies mémorielles des institutions locales et navales se conjuguent donc pour propulser le héros Lherminier sur le devant de la scène. Ce dernier est pleinement acteur de cette héroïsation, adhérant sans réserve à la lecture unanimiste de la Libération qui est offerte à l’admiration des Français.

  • 16 Lettres du 4 avril 1946 au CEMGM et du 5 avril 1946 au ministre de la Marine, SHD-T 28 S 2.
  • 17 Casabianca, Paris, France Empire, 1949, 315 p., réédité en 1955 chez le même éditeur puis chez Pres (...)
  • 18 Voir les très nombreuses photographies et coupures de presse conservées en SHD-T 28 S 1.

12Dès son retour sur le continent, il multiplie les conférences relatant la séquence 1942-1944. Et, fin 1948, il publie ses souvenirs, un projet évoqué dès le début 194616, officiellement « à la demande de son équipage », mais non sans avoir demandé le feu vert de la rue Royale17. Faisant preuve d’une résistance physique peu commune, il effectue ensuite une véritable tour de France des librairies pour des séances de dédicaces. Il se positionne sur le créneau des « écrivains combattants » en accord avec France-Empire, son éditeur qui a publié nombre des souvenirs d’anciens amiraux de Vichy. Le président Vincent Auriol lui rend d’ailleurs hommage lors de leur salon de 1949. Dans son entreprise, Lherminier reçoit l’appui résolu des plus hautes instances de la marine nationale. La rue Royale met à sa disposition un matelot pour l’aider dans certains de ses déplacements et lui prête à l’occasion un véhicule. L’officier se considère toujours en mission de rayonnement au profit de la Marine. La plupart de ses apparitions publiques sont effectuées en uniforme. En novembre 1948, l’amiral Lemonnier, chef d’état-major général, se rend à son domicile à l’occasion d’une réception donnée en l’honneur de la publication de son ouvrage. L’événement mondain est co-organisé par le chef du Service de presse de la marine nationale, le commandant Jean Raynaud et l’éditeur France-Empire18.

  • 19 Martin Motte et Jean de Préneuf, « l’écriture de l’histoire navale française à l’époque contemporai (...)
  • 20 « Mon livre n’est qu’un rapport de mer écrit avec un style sobre. Pas de littérature. J’ai voulu qu (...)

13En multipliant les conférences et en relatant dans un style accessible au plus grand nombre les opérations navales, Lherminier s’inscrit dans la lignée d’un Paul Chack après la Grande Guerre. Même s’il n’y effectue qu’un passage furtif ne conservant qu’une direction plus apparente que réelle, il est son lointain successeur à la tête du Service historique de la Marine en 1945, ce qui n’est sans doute pas un hasard quand on connaît la place prise par le SHM dans la politique de rayonnement de la Marine dans l’entre-deux-guerres19. En même temps, contrairement à son aîné, il se défend d’avoir cherché à enjoliver ou romancer les opérations menées sur mer. De même, il revendique son apolitisme, affirmant avoir écrit en officier plutôt qu’en écrivain, se positionnant en commandant et homme de mer redevable envers son équipage20.

  • 21 Lettre au secrétaire d’État à la Marine, Paris, le 6 avril 1949, SHD-T 28 S 3.
  • 22 Voir les nombreuses coupures de presse rassemblées dans le fonds Lherminier, SHD-T 28 S 3.
  • 23 L’officier a demandé que l’ensemble de ses droits d’auteur soient versés à l’ONAC au profit des gra (...)
  • 24 Liste des conférences effectuées à ce jour, 17 novembre 1949 et Conférences aux mois de mars, avril (...)

14Toujours soucieux d’inscrire son action dans un cadre officiel, l’officier rend scrupuleusement compte de ses activités au secrétaire d’État à la Marine. Ainsi, il a donné dix-huit conférences entre le 29 février 1947 et le 31 mars 1949. Elles couvrent l’évasion de Toulon et les missions devant la Corse. Lherminier a bien conscience que, dès 1942, cette évasion a pris valeur de « symbole » et se donne pour mission d’offrir au public l’image de « l’ardeur acharnée des marins français à se battre et leur grande valeur ». Il dresse un bilan très élogieux de ses interventions (il calcule qu’il a parlé au total devant plus de 18 000 personnes) et plaide pour que le département organise de nouvelles « causeries » car « elles feraient à la Marine une propagande remarquable », tout en avouant, fidèle à sa réputation, qu’il a déjà accepté de donner d’autres conférences. Enfin, il rappelle que son livre a été écrit avec accord de sa hiérarchie, suggérant que ce support permettra de continuer sur cette veine quand il aura disparu21. Toute l’ambivalence du personnage se révèle dans ce courrier : souci de respecter la discipline contrebalancé par une tendance récurrente à placer devant le fait accompli sa hiérarchie, volonté de s’inscrire dans l’institution tout en restant à sa marge, ambition d’instrumentaliser sa popularité au service de la marine nationale qui se conjugue avec une indéniable propension à se mettre en avant. Plus que jamais, Lherminier est le premier metteur en scène de sa geste et de son héroïsation. Fort du soutien renouvelé de la rue Royale, Lherminier a prononcé trente-sept conférences à la mi-novembre 49. Il en prévoit quinze supplémentaires entre mars et mai 1950, l’habitude étant prise de demander à l’avance les jours où il aura besoin de la voiture officielle. Parallèlement à cette aide précieuse, les témoignages officiels de reconnaissance de la nation orchestrés par la Marine continuent d’être décernés à l’officier comme par exemple lors de la remise de la plaque de grand officier de la Légion d’honneur en le 24 mai 1950 qui se déroule dans la cour d’honneur de l’Hôtel de la Marine. Désormais, pas un article, pas un discours qui n’associe le nom du marin à celui de l’héroïsme22. L’appui officiel conjugué à d’indéniables talents d’orateur, mais aussi l’adéquation entre son message et les attentes du public et, enfin, un désintéressement sincère23 expliquent le remarquable succès de librairie avec plus de 200 000 exemplaires vendus fin 194924.

15Le succès du livre donne des idées à des producteurs. Le film Casabianca de Georges Péclet vient le prolonger et lui donner une autre ampleur, accroissant d’autant l’aura du héros Lherminier. Mobilisant de gros moyens et pouvant compter sur l’appui du ministère des forces armées qui a fourni gracieusement matériels et figurants, il sort en salles en mai 1951. On retrouve la même approche unanimiste de la Libération, le souci de l’exactitude documentaire se mêlant à l’ambition édifiante. Le film joue sur un double mimétisme : la ressemblance de Jean Vilar avec Lherminier est saisissante tandis que, signe du destin, c’est le Glorieux qui tient le « rôle » du Casabianca. Fin 1950, Point du jour-Images du monde titre d’ailleurs l’article qui accompagne la photo de l’acteur et de l’officier devant le kiosque du faux Casabianca : « Le héros du Casabianca aura son double ». C’est la société de production « La Croix du Sud » qui aurait contacté l’éditeur, Lherminier donnant sa bénédiction et s’engageant à fond dans l’aventure : « J’ai donné mon accord car la popularité plus grande du cinéma permettra d’atteindre le grand public et lui fera connaître l’héroïsme des combattants de la dernière guerre ». Lherminier explique avoir exigé qu’aucun personnage réel n’apparaisse, le film devant « exalter tous les Français combattants, avec ou sans uniforme. La Résistance en Corse aura été un modèle du genre ». Ayant contribué à l’écriture du scénario qui sera mis en dialogue par des professionnels, l’officier est aussi étroitement associé à la promotion du film via des reportages photos le suivant sur le tournage et sa participation aux avant-premières médiatisées. Il présente lui-même le film au public parisien lors d’un gala le 18 mai 1951 tenu en présence de Vincent Auriol. La figure du commandant porté par d’anciens membres de son équipage lors de ses apparitions publiques devient récurrente.

16Le film, qui est un succès public, contribue par la mécanique de l’image et de la publicité à focaliser l’attention sur certains des éléments du Casabianca. Son ancien commandant a expressément souhaité que le bâtiment soit le véritable héros du film aux côtés des résistants (les affiches portent d’ailleurs ce sous-titre : « La prodigieuse aventure du sous-marin fantôme »). Sont ainsi mis en avant d’une part le pavillon à tête de mort, le Jolly Roger qui commémore les faits d’arme du bâtiment sur fond de carte de la Corse et, d’autre part, le kiosque qui apparaît sur l’affiche du film. Ces éléments deviennent de véritables signes de reconnaissance, des marques de fabrique promises à un bel avenir.

  • 25 « Casabianca illustre l’union, dans une même lutte, des combattants en uniforme et sans uniforme. J (...)

17Ce film constitue une sorte d’apothéose, d’aboutissement et de testament que Lherminier revendique sans ambiguïté25. Avec lui, il achève de devenir de son vivant un héros emblématique de la mystique résistancialiste dans la France de la IVe République. Comme l’avait souhaité le marin, l’œuvre de Péclet exalte une opération amphibie, menée par la France du général Giraud, associant les armées à la résistance intérieure dont la diversité et l’union est mise en avant. Les forces gaullistes en sont les grandes absentes.

  • 26 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, (...)
  • 27 Martin Motte et Jean de Préneuf, art.cit.
  • 28 Lherminier ne manque jamais d’évoquer « cette arme en plein développement » dans ses interventions (...)

18Dès la fin de la guerre, comme c’est le cas de tant de Résistants à l’époque26, Lherminier écrit donc lui-même sa geste et joue un rôle central dans sa mise en forme pour l’Histoire. Il met sciemment son héroïsation au service de l’image de la marine nationale et d’une vision du mythe résistancialiste distincte de celle portée par le général de Gaulle. Se considérant en service commandé, l’homme n’est pas insensible, quoi qu’il en dise, aux sirènes de la renommée et aux honneurs. Il trouve sans surprise un appui auprès de l’institution navale. D’abord parce que la Marine cherche alors elle aussi, notamment via le SHM, à favoriser une écriture consensuelle de l’histoire navale de la seconde guerre mondiale. Centrée sur les opérations, toute une historiographie officielle tend à négliger à dessein la dimension politique du conflit et à minimiser les divisions au sein de la Marine27. L’aide apportée par la rue Royale s’explique ensuite parce que l’engouement autour des faits d’armes de Lherminier et du Casabianca est tout à fait bienvenu alors qu’un ambitieux programme de développement de l’arme sous-marine est en passe d’être lancé28. Enfin, dans cette première phase de l’héroïsation de Lherminier, une impulsion locale venue de Corse - ou plus précisément d’Ajaccio - se greffe à cette ambition à la fois personnelle et institutionnelle. La mort du héros comme l’avènement de la république gaullienne viennent logiquement en modifier les contours sans pour autant les bouleverser.

De 1953 aux années 1970 : Au cœur de la vision gaullienne du résistancialisme

  • 29 On trouve le même thème inversé, le sous-marin suivant ici son ancien pacha « dans la mort et dans (...)

19Lherminier décède au fait de sa gloire médiatique en juin 1953 dans la lancée du double succès de son livre et du film relatant les faits d’armes du Casabianca. C’est donc sans surprise que l’on relève un concert de louanges et une utilisation systématique du vocabulaire héroïque dans la presse. Le fait même le plus anodin, la moindre coïncidence deviennent signifiants et déterminants à l’heure d’évoquer une disparition qui prend des allures d’apothéose dramatique. Jusque dans la mort, la presse s’efforce d’associer Lherminier et son sous-marin qui a été désarmé l’année précédente. De là à écrire que le marin n’a pas survécu à la disparition de son fidèle compagnon, il n’y a qu’un pas que plusieurs journaux franchissent allègrement, sans que pourtant Lherminier ne se soit jamais exprimé dans ce sens29.

20Un hommage national lui est rendu dans la cour des Invalides. La cérémonie est de nouveau l’occasion de célébrer à la fois la Marine et la Corse présentes au cœur de la nation. Cols Bleus, la revue interne de la rue Royale est cependant le seul journal a utiliser l’expression de « héros national ». Cette conjonction des cultes patriotique, corse et naval s’incarne, nouveau signe du destin, en la personne de Jacques Gavini, secrétaire d’État à la Marine du 11 août 1951 au 19 juin 1954. Ce natif de Bastia, inamovible député de la Corse de 1946 à 195830, ne manque pas de saisir l’occasion de s’adresser directement à ses compatriotes qui sont autant d’électeurs potentiels31.

21Si la presse est unanime pour louer les qualités d’exception du défunt, quelques nuances apparaissent cependant dans le concert de louanges qui révèlent plusieurs visions du mythe résistancialiste. De façon significative, la plupart des articles honorent le héros de la libération de la Corse, la décision de ne pas se saborder n’est, sauf exception, mentionnée que brièvement et avec des lectures parfois divergentes.

  • 32 Cf. photos du kiosque. SHD-T 28 S 1.
  • 33 Hélène Romani, « Le Casabianca, tout un symbole », Nice Matin, 6 octobre 2003.

22Surfant sur l’émotion provoquée par la disparition de Lherminier, France-Empire publie, dès 1955, une biographie écrite par le capitaine de frégate Jean Blanchard, rééditée en 1960. La marine nationale n’est pas en reste. Mis sur cale en octobre 1953, un escorteur d’escadre est rebaptisé Casabianca avec pour ville marraine Bastia tandis que le kiosque du sous-marin est exposé sur les quais de Seine lors du XIXe Salon nautique qui se tient en septembre32. Ce qui est désormais devenu une relique ne tarde pas à être récupéré par la ville de Bastia dès décembre 1955. La municipalité est soucieuse de prendre toute sa place dans la commémoration de la libération de l’île de Beauté. Désormais, les deux grandes métropoles corses se partagent la mémoire de l’épopée de Lherminier et du Casabianca, Ajaccio se concentrant sur la figure du commandant quand Bastia se focalise sans surprise sur le bâtiment. Le kiosque porte alors deux plaques dont l’une rappelle l’ascendance avec Luce de Casabianca et l’autre porte la dédicace : « Comité de résistance de la Corse : À tous ceux qui ont communié dans la périlleuse aventure pour la libération de la Corse. Aux patriotes, aux marins du Casabianca ». C’est donc toujours la fibre patriotique locale qui s’exprime et nous n’avons pas retrouvé trace dans les documents consultés d’association de la marine nationale aux cérémonies. Cependant il y a un pas entre les projets de la municipalité et la réalité. Le kiosque est d’abord entreposé à l’entrée du vieux port mais « la glorieuse relique ne tarde pas à devenir un dépotoir ». Il est bientôt déplacé dans la cours du Lycée Marbeuf puis du Musée au palais des gouverneurs33.

23Ce relatif désintérêt tranche avec la réintégration du Casabianca dans la vision gaullienne du résistancialisme qui s’impose avec l’avènement de la Ve République. Celle-ci replace la France libre au cœur de la lutte contre l’occupant. On peut douter que cette récupération ait été du goût de son ancien pacha. Cette mutation est symbolisée par le nouveau mémorial national de la France combattante au Mont Valérien. L’inauguration a lieu en novembre 1960 lors d’une cérémonie grandiose au cours de laquelle est lu l’appel du 18 juin. Faisant face à une vaste esplanade, un mur de 150 mètres de long en grès rose est accolé à l’enceinte. Au milieu de ce mur est encastré une grande croix de Lorraine devant laquelle brûle en permanence une flamme. Le Casabianca est représenté sur l’un des seize hauts reliefs en bronze qui ornent le mur. Sur chacun, une allégorie symbolise les différentes formes de combat menées contre l’occupant entre 1940 et 1945. Celui du submersible représente « l’homme en lutte contre l’étreinte d’une pieuvre, à l’image du sous-marin Casabianca qui le 27 novembre 1942 s’échappe du port de Toulon investi par les Allemands et rejoint les forces françaises d’Afrique du nord ». Chaque année, le 18 juin, le président de la République vient rallumer la flamme placée devant une crypte rassemblant les caveaux qui abritent les corps de seize résistants. Le 17e devant être occupé par la dépouille du dernier compagnon de l’Ordre de la Libération34. Si la Résistance sous toutes ses formes est mise à l’honneur, la primauté du gaullisme apparaît sans ambiguïté. Tout le combat des résistants passe symboliquement sous pavillon gaullien, Casabianca compris.

  • 35 Paris, Hachette, 1964, 221 p. Un rapide survol du catalogue révèle que seuls deux marins français p (...)
  • 36 « Casabianca », Le Goff et Pelaprat, Tintin, n°34, 17 août 1976.

24Centrée sur le sous-marin, cette mise en avant au plus haut sommet de l’État permet par ricochet à la figure du héros Lherminier de se perpétuer et vient relancer l’intérêt du début des années 1950. L’odyssée du Casabianca fait désormais partie de ces lieux de mémoire largement partagés par la plupart des Français. Lherminier et son sous-marin sont devenus dès les années 1960 des sortes d’images d’Épinal modernes comme en témoignent la publication de de son livre en 1964 dans La Bibliothèque verte (avec une réédition en 1976)35 et l’adaptation en bande dessinée de l’aventure du Casabianca parue dans Tintin en 197636 et reprise ensuite sur des vignettes insérées dans les fameuses boites de la Vache qui rit.

Le repli des années 1970, 1980 et 1990

25Les années 1970 semblent toutefois en retrait par rapport à l’intensité des deux décennies précédentes. L’époque porte l’empreinte de la volonté de tourner la page de l’approche gaullienne de la séquence 1940-1944. Cette posture est mise en œuvre, chacun dans leur style et avec des motivations diverses, par Georges Pompidou puis Valéry Giscard d’Estaing. La nouvelle politique mémorielle est aussi concomitante d’une relecture décapante, par des historiens comme Robert Paxton, de la vision classique de l’État français diffusée jusque-là dans les ouvrages Robert Aron. Dans ces conditions, le culte du héros Lherminier se recentre sur la marine nationale et les enjeux locaux.

26Une approche plus consensuelle de la participation des armées à la Résistance apparaît dans les noms de baptême choisis pour les dix-sept avisos type A69. Ils portent ceux de marins qui ont combattu dans la clandestinité. Nombre d’entre eux, comme Lherminier, Lavallée ou Le Henaff, se sont illustrés dans des opérations organisées hors des circuits gaullistes par les services du colonel Paillole en lien avec le capitaine de vaisseau Trautmann, chef du 2e Bureau de la marine à Alger. L’aviso Lherminier mis sur cale en 1979 est parrainé par la ville d’Ajaccio. L’attachement des Ajacciens ne se dément pas puisqu’en 1976, un buste représentant l’officier et portant l’inscription « À Lherminier, commandant du Casabianca, la ville d’Ajaccio reconnaissante » est inauguré sur le quai portant son nom. Il s’agit d’une initiative locale dont les prémisses datent de 1967. Elle rassemble l’ensemble des notabilités de la ville auxquelles se joignent des anciens. La lenteur de la réalisation du projet est un signe du relatif désintérêt local, désintérêt déjà observé à Bastia dans le cas du kiosque. Contrairement à ce qui prévalait au lendemain de la Libération, cette démarche ne reçoit qu’un soutien a minima de la marine nationale. L’amiral Lasserre, ancien du Casabianca devenu amiral commandant la force océanique stratégique (ALFOST), doit même relancer à plusieurs reprises le cabinet du ministre pour que la Défense soit convenablement représentée lors de l’inauguration. .

27La modestie de ces cérémonies tranche avec l’ampleur des commémorations nationales marquant en 1983 le quarantième anniversaire de la libération de l’île. Elle est à la fois le produit d’une politique mémorielle gouvernementale plus ambitieuse visant à mettre en avant les valeurs de la Résistance et d’une demande sociale renouvelée par les débats des années 1970 et l’engouement pour l’histoire. Les pouvoirs publics y voient aussi l’opportunité de célébrer l’insertion de la Corse dans la communauté nationale au lendemain des lois de décentralisation et en période de tension avec la mouvance indépendantiste. Avec les soixante membres de l’Amicale des anciens transportés par l’armée de l’Air, un nouvel acteur, davantage structuré que par le passé, apparaît dans les commémorations. Celles-ci se déroulent à Ajaccio puis à la base aéronavale d’Aspretto où est transférée la stèle en l’honneur de Lherminier tandis qu’un déjeuner associant les anciens et des membres de l’équipage de l’escorteur Casabianca et de l’aviso Lherminier y est organisé. Enfin, à Arone, lieu du 1er débarquement d’armes le 6 février 1943, plusieurs bâtiments et des commandos de la Marine simulent l’opération. À l’issue de cette démonstration, le secrétaire d’État aux anciens combattants, M. Laurain, inaugure une nouvelle stèle. Cette cérémonie marque une étape supplémentaire dans la diffusion, à partir d’Ajaccio, du souvenir du Casabianca. Petit à petit, au fil des années, l’ensemble de la Corse se couvre de monuments commémoratifs. En dehors du périmètre ajaccien et de la marine nationale, la célébration de l’odyssée du Casabianca semble alors l’emporter nettement sur la mise en avant de la figure de Lherminier. On continue de davantage célébrer les missions spéciales au large de la Corse plutôt que la sortie de Toulon qui reste un sujet sensible dans la France du début des années 1990. Dans ce contexte, suite au désarmement de l’escorteur d’escadre, le SNA Casabianca mis sur cale en 1981 est admis au service actif en 1987. Ironie du sort, ce troisième sous-marin de la classe RUBIS sert aux côtés de l’unité portant le nom du sous-marin des Forces navales françaises libres le plus décoré. Alors qu’ils ont effectué des missions similaires pendant la seconde guerre mondiale, l’un en Corse, l’autre en Norvège, le nom du Casabianca reste incomparablement plus connu que celui du Rubis. Pour autant, la marine nationale n’utilise pas alors de façon significative leur aura à des fins de rayonnement.

  • 37 Témoignage oral de M. Louis Gicquel, recueilli en mai 2008.

28Le renouveau observé au cours des années 1980 demeure en fait fragile comme le montre le cinquantenaire de la séquence 1942-1944. Fin 1992, le préfet maritime de Toulon donne son accord à l’initiative des anciens qui souhaitent qu’une plaque commémorative soit apposée sur l’ancienne baraque des sous-mariniers dans la darse du Mourillon mais… à la condition que la cérémonie se déroule un mois avant la date fatidique du 27 novembre. L’inauguration a lieu avec le soutien de la mairie et en présence d’une garde d’honneur de l’équipage « bleu » du SNA et du commandant de l’escadrille des sous-marins de la Méditerranée37. En 1993-1994, avec pas moins de trois accidents survenus en l’espace de deux ans, le contexte n’est guère favorable à des cérémonies d’ampleur impliquant les SNA. D’autre part, le gros des célébrations internationales se concentre sur le débarquement de Normandie. Au final, on peut parler d’un relatif déclin de la mémoire de l’action de Lherminier et de son sous-marin au cours de cette période en Corse et au sein de l’institution alors que les commémorations nationales de la seconde guerre mondiale se concentrent sur d’autres objets.

Les années 2000 : le retour en grâce spectaculaire du héros pour tous

29Le héros Lherminier effectue un come back inattendu à la faveur des années 2000. Ce retour en grâce est dû d’abord à un concours de circonstances à partir de l’initiative d’un homme, le commandant de l’équipage « bleu » du SNA, le capitaine de frégate Arnaud d’Alès de Corbet, assisté de son second le capitaine de corvette de Saint-Exupéry. Leurs initiatives et leurs motivations vont rencontrer un écho inattendu auprès de l’équipage, des anciens, d’ALFOST et des collectivités locales corses.

  • 38 Inspection périodique d’entretien et de réparation.

30En 2001-2002, le SNA est en période d’IPER38 et les deux officiers férus d’histoire cherchent des activités originales susceptibles d’occuper l’équipage tout en renforçant la cohésion. Tous deux ont lu les souvenirs de Lherminier. À la suite de l’amiral Storelli, commandant les forces sous-marines en 1967, ils voient en lui un modèle de commandement, un exemple à suivre, une source d’inspiration en matière de discernement quant à la discipline. Ils se retrouvent dans sa lecture de la Libération et sa vision du destin de la Marine pendant la guerre. L’idée est d’utiliser la figure de Lherminier comme un levier au service du commandement. Ils contactent MM. Gicquel et Cardot, chevilles ouvrières de l’Amicale des anciens. Le contact passe bien entre les sous-mariniers d’hier et d’aujourd’hui. L’idée germe d’organiser une rencontre avec l’équipage et de commémorer l’action du Casabianca. Un compromis est trouvé entre les anciens qui mettent l’accent sur les livraisons d’armes et les officiers, davantage focalisés sur l’évasion de Toulon. Une cérémonie commémorative du 59e anniversaire est organisée le 27 novembre 2001 à l’escadrille des SNA. Elle coïncide avec le départ d’un raid à la voile armé par des personnels volontaires partant de Toulon vers Ajaccio avec un bateau arborant le Jolly Roger. L’opération comporte également un volet rayonnement au profit de la Marine et des forces sous-marines. Le 28 novembre, le capitaine de corvette de Saint-Exupéry prononce une allocution sur les forces sous-marines à Ajaccio et les deux officiers supérieurs sont heureux de constater à la fois l’intérêt de l’équipage et l’écho donné par la presse à leur initiative.

  • 39 Nice Matin, 28 novembre 2002.
  • 40 Cols Bleus, 13 décembre 2003, n°2684 (célébré en même temps que la commémoration de la libération d (...)

31Face à ce succès, fin 2002, une nouvelle opération « cohésion-mémoire-rayonnement » est décidée en l’honneur du soixantième anniversaire du 27 novembre 1942. Elle consiste en une plongée du SNA de nouveau opérationnel avec cinq anciens du sous-marin de Lherminier. La presse locale en rend compte parlant de « l’illustre commandant Lherminier » et mentionne les « cinq héros »39. Défendue avec persuasion par les deux officiers, la démarche séduit leur hiérarchie à la recherche d’une initiative originale et médiatique susceptible de donner une image attractive à l’arme sous-marine pour qui recruter et fidéliser des personnels suffisants en quantité et en qualité est un défi permanent. Par ailleurs, la « maison ALFOST » doit convaincre au sein de la Marine et en dehors des murs de la rue Royale de la pertinence du programme de SNA de nouvelle génération type Barracuda. L’amiral Thierry d’Arbonneau, ALFOST, fait alors valider en 2003 par le chef d’état major de la Marine que le 27 novembre sera le jour de la sous-marinade. Il est également décidé que la discrète Association des anciens des services spéciaux de la Défense nationale, lointaine héritière des associations d’anciens des services de renseignement et de contre-espionnage vichyssois et « barbaresques », patronnera le SNA à compter d’octobre 200340.

  • 41 Dans une tribune parue en 2006, le capitaine de frégate Arnaud d’Ales de Corbet en cherchant à repl (...)

32La décision de fixer la date de la journée nationale des forces sous-marines le 27 novembre n’a guère soulevé de questionnements à l’époque. Pourtant, elle ne peut manquer d’interpeller l’historien au regard du destin de la figure de Lherminier et du Casabianca depuis 1945 que nous avons essayé d’esquisser. Avec ce choix revendiqué de privilégier la sortie du 27 novembre 1942 plutôt que, par exemple, le tout aussi héroïque débarquement du bataillon de choc à Ajaccio le 13 septembre 1943, la boucle est bouclée. De facto, cette décision aux airs de lapsus permet à la tradition des années 50 de s’exprimer de nouveau au sein de la marine nationale. L’arbre héroïque de l’évasion du Casabianca masque de nouveau d’un voile pudique la forêt désastreuse du sabordage, la figure de Lherminier achevant de le reléguer au second plan. Officiellement et, sans aucun doute, de bonne foi, l’« exemple de portée universelle à méditer pour le commandement » est mis en avant, tout comme le tour de force tactique de la sortie de Toulon. Reste que c’est une occasion unique pour une sensibilité proche de l’idéal résistancialiste dans sa déclinaison giraudiste de s’exprimer, venant in fine justifier l’attitude de la majeure partie de la marine française jusqu’en novembre 1942. Dans cette perspective, l’armistice jugé plutôt clément a permis de sauvegarder l’ « essentiel », c’est-à-dire la Marine et l’empire. Mieux encore, en prétendant replacer dans son contexte l’itinéraire de Lherminier, la célébration donne l’occasion à la rhétorique de la Révolution nationale de s’exprimer au sein de la Marine41.

  • 42 Hélène ROMANI, « Le Casabianca, tout un symbole », Nice Matin, 6 octobre 2003.
  • 43 Cols Bleus, 13 décembre 2003, n°2684 « Il y a soixante ans, la Corse était libérée ».
  • 44 « Le kiosque exposé devant l’hôtel de vielle de Bastia. Photos communiquées par le MP Lauduique », (...)
  • 45 Barthélémy Cannebotin, « Casabianca, la fin du voyage », Corse matin, 30 septembre 2004.
  • 46 « Du Casabianca », Cols Bleus, 27 novembre 2004.

33Même si un positionnement idéologique semblable n’a pas été observé, le retournement complet de l’intérêt pour Lherminier qui se manifeste à l’intérieur de l’institution affecte également les bastions corses de la mémoire du héros. Ce regain d’intérêt impulsé par d’anciens combattants motivés et une municipalité active tend à se focaliser davantage autour du Casabianca à Bastia. Le kiosque du sous-marin s’était tellement dégradé qu’il avait dû être découpé, les pièces étant stockées sur la base aérienne de Solenzara42. Aiguillonnés par la perspective du cinquantenaire de la Libération, des anciens combattants emmenés par le major Guy Limongi conduisent la ville de Bastia à décider en 2002 de le reforger à l’identique. En octobre 2003, le nouveau kiosque est inauguré lors de la cérémonie du 60e anniversaire de la libération de la ville, en présence du ministre de la Défense. Michèle Alliot-Marie, des anciens du « Casa », MM. Gicquel et Cardot, et d’une délégation de l’équipage « bleu » du SNA43. Pour l’occasion, il arbore le drapeau tricolore et le fameux Jolly Roger44. Mais il se trouve alors à un emplacement provisoire devant l’hôtel de ville. Ce n’est seulement que quelques mois plus tard en juillet 2004 qu’il trouve sa place définitive, face au monument des martyrs de la Libération sur un socle au niveau du port de commerce. Pour Jean-Baptiste Rafaelli, délégué au patrimoine de la ville de Bastia, « un lien est ainsi établi entre l’armée régulière et les résistants » tandis que le sculpteur George Sorlier déclare que le kiosque « fait partie du patrimoine insulaire »45. On voit que l’attachement et l’enracinement au mythe du Casabianca justifient désormais la création d’un « postiche » afin d’en perpétuer le souvenir. Une nouvelle inauguration du kiosque a donc lieu en octobre 2004 à l’occasion du 61e anniversaire, sous la présidence du capitaine de frégate Marc Véran, commandant du SNA en présence du préfet et du maire avec la pose d’une plaque commémorant les missions du Casabianca en Corse, ainsi qu’un panneau d’informations sur le SNA. Enfin des contacts sont noués avec le lycée Casabianca, des conférences sur les forces sous-marines et sur les perspectives de carrière dans la marine nationale étant dispensées aux élèves46.

34Par un singulier retournement de situation, on revient donc, au milieu des années 2000, à la situation qui prévalait dans les années 40 et 50 quand la marine nationale célébrait la mémoire de Lherminier et de son sous-marin, en faisant un vecteur de rayonnement à des fins de recrutement et de lobbying en faveur du tandem sous-marin-opérations spéciales. Dans le même temps, l’action de Lherminier retrouve une place plus importante au sein de ces manifestations en tant qu’exemple de leadership et de commandement. Cela n’explique qu’en partie pourquoi l’évasion de Toulon est dorénavant et de nouveau autant célébrée que les missions clandestines. Le mouvement observé dans les années 2000 révèle aussi, selon nous, la persistance au long cours d’une lecture de Vichy et du destin de sa marine de 1940 à 1944 inspirée des thèses de Robert Aron.

35Au final, que célèbre-t-on avec Lherminier ? Un héros militaire « classique » à la fois homme exceptionnel et chef remarquable, combattant hors de pair et patriote intraitable. Un type de héros militaire particulier aussi, présenté comme un loup de mer, inscrivant ses pas dans ceux des corsaires et autres pirates. Dans le culte du héros militaire, pacha et bateau sont associés, immanquablement présentés comme un couple inséparable dans la vie comme dans la mort. À l’issue de cette traversée de longue durée à ses côtés, que révèlent cette association et ses modalités ? Apparaît tout d’abord ici l’archétype du marin héroïque qui appartient autant aux cultures navale que maritime. La mise en avant du bateau s’accompagne d’une mise en scène du Casabianca doté d’une personnalité propre, véritable organisme vivant auquel le destin du commandant est lié pour le meilleur et pour le pire. Se manifeste ici l’empreinte durable d’une culture maritime ante-chrétienne teintée de paganisme, reflet d’une structure anthropologique profondément ancrée.

36Mais, l’association de Lherminier à son sous-marin et les qualités extraordinaires qui sont prêtées à chacun expriment aussi un élément récurrent du discours sur les héros militaires par-delà les âges, les pays et les armées. Si le héros est celui qui est capable de repousser les limites de la condition humaine, alors les outils qui lui permettent de réaliser ses exploits sont, par capillarité, dotés de caractéristiques sortant de l’ordinaire. Au charisme exceptionnel de l’un répondent les qualités hors du commun de l’autre. Au-delà du marin Nelson et de son cher HMS Victory, il ne manque pas de gestes exaltant dans le champ militaire des « couples héroïques », d’Alexandre et Bucéphale à Roland et Durandal…

37Si l’on touche ici à un substrat culturel et à des structures mythologiques renvoyant à l’anthropologique, l’historien ne peut manquer de relever que cette association et ses modalités n’échappent pas à la contingence des circonstances de la mise en récit. Très prosaïquement, et en grande partie inconsciemment, les impératifs de la société de consommation et des médias de masse viennent renouveler un schéma narratif éprouvé associant le héros militaire à son arme. Il est en effet aussi un produit sur un marché concurrentiel de la mémoire. Les enjeux et les procédés sont à la fois politiques et commerciaux. À l’arrivée, la célébration du sous-marin à côté de Lherminier permet de rejoindre un public plus large. Dans cette optique, la mise en avant récurrente de certaines parties du sous-marin et de l’itinéraire de Lherminier (sa double amputation, le Jolly Roger, le kiosque…) procède d’une configuration où la grammaire intemporelle de la geste héroïque rencontre les règles du marketing commémoratif et culturel. La célébration de ce héros militaire dans la France de la seconde moitié du XXe siècle ne fait que se greffer sur une structure mythique préexistante.

  • 47 Cf. Danièle Hervieu-Leger, La religion pour mémoire, Paris, Cerf, coll. « Sciences humaines et reli (...)
  • 48 François Hartog, Régime d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, coll. « L (...)

38On retrouve une mécanique similaire dans les fonctions politiques et sociales assignées par les différents acteurs au culte du héros militaire. Le jeu des mémoires particulières célébrant la geste du tandem Lherminier-Casabianca se structure autour de véritables « religions » séculières – patriotique, locale ou institutionnelle – dans la mesure où le culte du héros permet, par la métaphore et l’identification, de forger et célébrer une vision partagée du passé. Cette mémoire – et Lherminier apparaît ainsi pleinement comme un lieu de mémoire tel que défini par Pierre Nora – inscrit les contemporains dans « une lignée croyante » par-delà la diversité des choix individuels et les époques47. Cette configuration héroïque renvoie à un rapport au temps encore très présent dans la France de l’après-guerre et, au-delà, sans doute consubstantiel à la culture militaire. L’expérience du temps qui s’exprime à travers le culte du héros – ici un officier de marine – relie et articule très étroitement passé, présent et futur en perpétuant au cœur des ruptures de l’époque « un régime ancien d’historicité » fondé sur l’idéal de continuité et les mécanismes hérités de l’Historia magistra48. Dans ce cas, célébrer Lherminier – quitte à éluder sur sa carrière quelconque et ses convictions anti-gaullistes d’avant novembre 1942 – permet d’établir un continuum dans le temps et dans l’espace entre résistances intérieure et extérieure, entre métropole, Afrique du nord et Corse, entre Vichy, l’intermède Darlan, le CFLN et le GPRF.

39Lherminier offre un type de héros militaire qui, autant par ses faits d’armes que par un parcours, rassemble, unifie et réconcilie quel que soit le « lieu » d’où l’on considère son itinéraire. C’est sans doute là que réside la raison principale de la pérennité de son héroïsation consensuelle par-delà les mutations et les reclassements du culte que l’on a pu observer. Célébrer Lherminier permet d’abord de gérer au mieux le syndrome de Vichy qui affecte au long cours l’ensemble de la société française. C’est aussi un formidable levier pour vendre la marine nationale à l’extérieur de l’institution, tout en magnifiant en son sein l’unité du corps, la cohésion des équipages et l’éthique traditionnelle du commandement autour d’une arme sous-marine structurellement en quête de reconnaissance. Vu de Bastia ou Ajaccio, c’est enfin un vecteur précieux pour exalter et replacer la Corse au cœur de la geste nationale. L’Herminier est donc bien, à cet égard, un héros pour tous.

Haut de page

Notes

1 Paul gerbod, « L’éthique héroïque en France (1870-1914) », dans Revue historique, n° 544, octobre-décembre 1982, p. 409-429 et Jean-François Chanet, « La Fabrique des héros. Pédagogie républicaine et culte des grands hommes de Sedan à Vichy », Vingtième siècle, revue d’histoire, n°65, janvier-mars 2000, p. 13-34.

2 Henri Rousso, Le syndrome de Vichy, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », 1990, 414 p.

3 Nous tenons à remercier tous ceux qui ont bien voulu nous recevoir et répondre avec franchise à nos questions, même les plus iconoclastes. Notre gratitude va en particulier au capitaine de vaisseau Sciard, commandant l’escadrille des SNA et aux membres de son état-major, à M. Louis Gicquel ancien du Casabianca et cheville ouvrière de l’amicale des anciens et son épouse, et, enfin, au personnel du SHD-marine de Toulon notamment à Mme Corine Babeix qui n’a ménagé ni son temps ni sa peine pour faciliter notre raid toulonnais effectué au printemps 2008. Nous avons également trouvé le meilleur accueil auprès de M. Vladimir Trouplin, conservateur du Musée de l’Ordre de la Libération aux Invalides.

4 Lettre au ministre de la Marine, 26 septembre 1946, SHD-T 28 S 2.

5 C’est ainsi que l’on nomme, dans le milieu de la Marine, les forces maritimes de Vichy, stationnées en Afrique du Nord avant novembre 1942 et qui ont repris le combat aux côtés des Alliés.

6 À titre d’exemple, voir le reportage de Quatre et Trois. Les 7 jours de l’actualité mondiale, 1er août 1946, n°33 consacré à « ce marin qui a donné la moitié de son corps à son pays ».

7 « Ce héros, qui est un modeste, parle beaucoup de l’héroïsme de ses compagnons, jamais du sien », L’Aube, 24 mai 1950.

8 Lettres du vice-amiral Leclerc au vice-amiral d’escadre Moreau des 6 et 12 janvier 1943 et du 28 février 1943 au sujet de la façon dont est utilisé le Casabianca et aussi sur les « facilités » que prend son commandement par rapport à la chaîne hiérarchique de la Marine. Voir aussi le courrier du 10 août 1943 du vice-amiral d’escadre Moreau au contre-amiral Lemonnier. SHD-M Vincennes TT Y 106. Le colonel Paul Paillole, qui dirige les missions effectuées par le Casabianca au sein des services spéciaux giraudistes, y fait allusion dans ses mémoires. Cet aspect est en revanche gommé dans les souvenirs de Lherminier.

9 Les ordres du jour et comptes-rendus d’opérations conservés au SHD-M et les témoignages de ses pairs et subordonnés montrent que Lherminier a, comme la majorité de ses camarades, servi fidèlement l’État français, manifestant une sensibilité antigaulliste affirmée. De même, il se montre hostile envers l’attitude de Darlan qui signe un armistice avec les Alliés après l’opération Torch, et ce jusqu’au sabordage (SHD-M TT Y 106, témoignages oraux du vice-amiral d’escadre Jean Guillou et de Louis Gicquel recueillis par l’auteur en juin 2007 et mai 2008. On peut aussi se reporter aux échanges de courriers sibyllins et bien peu chaleureux entre Lherminier et le lieutenant de vaisseau Henri Bellet, son second puis successeur en 1949-1950, SHD-T 28 S 1). Lherminier élude par exemple pudiquement dans Casabianca, son livre de souvenirs publié en 1948, - comme dans le manuscrit conservé en 28 S 3 – le fait que la décision de rejoindre l’AFN lui a été en partie imposée par son état-major beaucoup moins réticent que lui à l’idée de rallier les autorités d’Alger. Le capitaine de vaisseau Henri Bellet achève sa carrière comme commandant de l’École des applications militaires de l’énergie atomique (EAMEA) dont il démissionne avec pertes et fracas. Le fait qu’il ne laisse pas de souvenirs publiés concourt par défaut à ce que Lherminier occupe tout le champ mémoriel. Signe des tensions qui traversent l’état-major du Casabianca et l’institution, peu de marins assistent aux funérailles du capitaine de vaisseau Bellet en 1987.

10 Selon l’expression de sa sœur Jeannette Lherminier.

11 Lettres au ministre de la Marine, 5 avril et 26 septembre 1946. Lettre au CEMGM du 4 avril 1946. SHD-T 28 S 2.

12 Copie de la lettre du maire d’Ajaccio à Martine Baretti, 28 décembre 1945 relative à la décision du 24 octobre 1945 du conseil municipal. En fait, cette décision ne fait que reprendre celle prise en mars 1944 par la délégation spéciale d’Ajaccio. COMAR Corse Lettre n°19 du 23 mars 1944. SHD-T 28 S 2.

13 « Je voudrais aussi en terminant associer à la gloire des vivants celle des morts, le courage heureux au courage malheureux, et rendre d’abord hommage à la mémoire même de Louis de Casabianca, marin et conventionnel, fils de la Corse, qui, en 1798, périt avec son jeune fils à la bataille d’Aboukir », discours de COMAR Corse, 1er mars 1947, SHD-T 28 S 1.

14 « Ce fameux Casabianca, nom qui déjà pour les Corses rappelle le souvenir d’un grand soldat. Un sous-marin, portant un tel nom, ne pouvait pour notre petite patrie, ne faire que des prouesses », En l’honneur de la Résistance et de la marine française », tract diffusé en mars 1947 à Ajaccio, SHD-M T 28 S 1.

15 Lettre du 28 août 1947 à Ajaccio au capitaine de vaisseau Lherminier, directeur du SHM, SHD-T 28 S 2.

16 Lettres du 4 avril 1946 au CEMGM et du 5 avril 1946 au ministre de la Marine, SHD-T 28 S 2.

17 Casabianca, Paris, France Empire, 1949, 315 p., réédité en 1955 chez le même éditeur puis chez Presse Pocket en 1963, n°65, 247 p., avec cette fois-ci une photo de Jean Lherminier à son périscope, et, enfin, en 1972, avec ce sous-titre : « le plus moderne des corsaires », 250 p.

18 Voir les très nombreuses photographies et coupures de presse conservées en SHD-T 28 S 1.

19 Martin Motte et Jean de Préneuf, « l’écriture de l’histoire navale française à l’époque contemporaine : un modèle national » in La recherche internationale en histoire maritime : un essai d’évaluation, actes du colloque international organisé par le groupement d’intérêt scientifique « histoire maritime », tenu les 15-17 novembre 2007 à l’Université de Bretagne Sud (Lorient), à paraître dans la Revue d’histoire maritime, n°2/2009 (PUPS).

20 « Mon livre n’est qu’un rapport de mer écrit avec un style sobre. Pas de littérature. J’ai voulu qu’il soit pour mes anciens compagnons leur livre d’or », Le Provençal du Var, 20 février 1952.

21 Lettre au secrétaire d’État à la Marine, Paris, le 6 avril 1949, SHD-T 28 S 3.

22 Voir les nombreuses coupures de presse rassemblées dans le fonds Lherminier, SHD-T 28 S 3.

23 L’officier a demandé que l’ensemble de ses droits d’auteur soient versés à l’ONAC au profit des grands invalides de guerre.

24 Liste des conférences effectuées à ce jour, 17 novembre 1949 et Conférences aux mois de mars, avril, mai, SHD-T 28 S 3. Devant ce succès de librairie, Lherminier récidive en 1952 en publiant chez le même éditeur avec Entre ciel et mer.

25 « Casabianca illustre l’union, dans une même lutte, des combattants en uniforme et sans uniforme. J’insiste la-dessus. Tout est vrai, il n’y a aucune fiction. […] En même temps qu’il exalte le courage français, Casabianca est un grand film de propagande pour la marine française. Il fera œuvre utile car trop de personnes ignorent le rôle qu’elle a joué pendant la guerre », Le Provençal du Var, 20 février 1952.

26 Laurent Douzou, La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, seuil, Coll. « Points. L’histoire en débats », 2005, 365 p., voir en particulier chapitre 3.

27 Martin Motte et Jean de Préneuf, art.cit.

28 Lherminier ne manque jamais d’évoquer « cette arme en plein développement » dans ses interventions publiques. Voir par exemple Points de vue et image du monde, n° 78, 1er décembre 1949.

29 On trouve le même thème inversé, le sous-marin suivant ici son ancien pacha « dans la mort et dans l’histoire » son ancien pacha lors de la vente de la coque aux ferrailleurs à l’été 1953. « Un marin, un Français, un homme » Bulletin trimestriel de l’ACORAM, n°70, juillet 1953.

30 Site de l’Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/biographies/IVRepublique/gavini-jacques-25121889.asp, consulté en avril 2009.

31 « Mes compatriotes corses n’oublieront jamais […] Il ressentiront tout spécialement que ce soit à l’un des leurs de vous dire à quel point votre deuil est en réalité le deuil de la nation toute entière, groupée une fois de plus autour de sa Marine qui pleure aujourd’hui la disparition d’un des plus illustres des siens », Cols Bleus, 13 juin 1953.

32 Cf. photos du kiosque. SHD-T 28 S 1.

33 Hélène Romani, « Le Casabianca, tout un symbole », Nice Matin, 6 octobre 2003.

34 Site de l’ordre de la Libération : « Le Mont Valérien », www.ordredelaliberation.fr, consulté en mars 2008.

35 Paris, Hachette, 1964, 221 p. Un rapide survol du catalogue révèle que seuls deux marins français partagent avec Lherminier l’honneur d’une adaptation dans la collection enfantine. Les deux sont des gaullistes emblématiques, les futurs amiraux Philippon et Jubelin.

36 « Casabianca », Le Goff et Pelaprat, Tintin, n°34, 17 août 1976.

37 Témoignage oral de M. Louis Gicquel, recueilli en mai 2008.

38 Inspection périodique d’entretien et de réparation.

39 Nice Matin, 28 novembre 2002.

40 Cols Bleus, 13 décembre 2003, n°2684 (célébré en même temps que la commémoration de la libération devant le kiosque à Bastia).

41 Dans une tribune parue en 2006, le capitaine de frégate Arnaud d’Ales de Corbet en cherchant à replacer l’itinéraire de Lherminier dans son contexte évoque « l’esprit de jouissance et de facilité » et la « vague de matérialisme qui a envahi la période de l’entre-deux-guerres », pointe un régime parlementaire qui rend les dirigeants « incapables d’agir » face à « une population livrée à elle-même et sans guide » et à « des masses ouvrières [repliées] dans un corporatisme aveugle et contraire à l’intérêt commun ». Enfin, il rappelle les mérites de Pétain « en rien mêlé aux compromissions et autres faiblesses reprochées aux gouvernements de l’époque ». « Le Commandant Lherminier, figure emblématique des forces sous-marines et exemple de commandement », Bulletin du CESM, n°35, novembre 2006, p. 73-77, p. 73.

42 Hélène ROMANI, « Le Casabianca, tout un symbole », Nice Matin, 6 octobre 2003.

43 Cols Bleus, 13 décembre 2003, n°2684 « Il y a soixante ans, la Corse était libérée ».

44 « Le kiosque exposé devant l’hôtel de vielle de Bastia. Photos communiquées par le MP Lauduique », site personnel : http://jlvlino.free.fr/agaasm/PAGE10.htm.

45 Barthélémy Cannebotin, « Casabianca, la fin du voyage », Corse matin, 30 septembre 2004.

46 « Du Casabianca », Cols Bleus, 27 novembre 2004.

47 Cf. Danièle Hervieu-Leger, La religion pour mémoire, Paris, Cerf, coll. « Sciences humaines et religion », 2008 (1re éd. 1993), 273 p., p. 119.

48 François Hartog, Régime d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXIe siècle », 2003, 259 p., p. 116-119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Martinant de Préneuf, « Un héros pour tous : Jean Lherminier et le Casabianca, figures emblématiques du mythe résistancialiste de 1942 à nos jours », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012.

Référence électronique

Jean Martinant de Préneuf, « Un héros pour tous : Jean Lherminier et le Casabianca, figures emblématiques du mythe résistancialiste de 1942 à nos jours », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012 [En ligne], mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/111

Haut de page

Auteur

Jean Martinant de Préneuf

Maître de Conférences à l'Université de Lille 3 et membre du laboratoire UMR CNRS 8529 IRHiS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org