Navigation – Plan du site
Les lettrés de la République - Jean-François CONDETTE
Deuxième partie

Chapitre 5 – Entre neutralité et engagement. Les universitaires lillois et le politique

p. 105-134

Texte intégral

  • 1 Louis Liard, Universités et Facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 151.

1Si la volonté des réformateurs républicains de créer en France de réels foyers de science positive semble avoir été en grande partie réalisée, par la rénovation et le développement des institutions d’enseignement supérieur parisiennes et provinciales, fédérées en 1896 en universités, il est moins évident que les facultés se soient complètement transformées en « écoles d’esprit public »1 comme le souhaitait Louis Liard en 1890. Le régime espérait en effet que les facultés diffusent dans la jeunesse cultivée un idéal commun puisant ses valeurs dans l’héritage de la philosophie des Lumières, diffusant l’idée républicaine et le patriotisme parmi les étudiants, permettant ainsi de fédérer la jeunesse et de lutter contre l’esprit clérical et traditionaliste encore très présent dans la France de la fin du XIXe siècle. Les enseignants du supérieur, tout en faisant œuvre de science « objective », devaient donc se transformer en éveilleurs des âmes et œuvrer à la conversion des cœurs aux valeurs républicaines. Cette mission politique et patriotique des enseignants du supérieur reste cependant très ambiguë car les autorités administratives des facultés veillent, dans le même temps, à ce que les universitaires ne s’engagent pas dans les combats partisans trop voyants ou trop marqués politiquement, n’hésitant pas à multiplier en ce cas, les rappels à l’ordre. Il s’agit donc plus, dans l’idée des hommes au pouvoir, d’un engagement philosophique qui vise à diffuser de grands principes (Liberté, esprit critique, démocratie nécessaire) et d’une influence pédagogique sur le long terme que d’un réel engagement sur la scène politique. Il est donc ici intéressant de voir comment une faculté provinciale se positionne en politique, sur la longue durée, afin d’observer le degré réel d’engagement de ses enseignants, d’en déterminer la couleur idéologique et d’analyser les modalités d’action, au cœur d’une région frontière très marquée par les débats qui concernent l’évolution des relations internationales et qui sait ce que représente la réalité de la guerre et de l’occupation étrangère.

La position officielle de neutralité politique et la croyance en la mission émancipatrice de l’éducation

2L’examen des documents internes liés à la vie quotidienne de la faculté, tout comme l’étude de ses prises de position officielles telles qu’elles peuvent apparaître dans les cérémonies publiques ou les discours de rentrée, ne permettent pas de conclure à un engagement en politique. La ligne directrice est en effet constamment la même, à savoir l’affirmation d’une mission scientifique par la recherche et la participation exclusive à une œuvre de divulgation de ce savoir par les cours, l’écriture d’ouvrages et d’articles savants, sans entrée dans l’arène politique, lieu de l’agitation superficielle et de la division partisane.

3Il est cependant possible, au travers de multiples révélateurs, de déterminer une philosophie dominante au sein de la faculté qui s’appuie sur les principes du positivisme, sur la croyance, très nettement affirmée, d’un salut possible de l’Humanité et d’une marche réelle vers le Progrès par la diffusion du savoir qui possède en lui-même des vertus émancipatrices.

L’absence de positionnement officiel de la faculté

  • 2 Michel Winock, La fièvre hexagonale : Les grandes crises politiques de 1871 à 1968, Paris, Le Seuil (...)
  • 3 Voir les registres conservés aux Archives départementales du Nord, VM 146170 et 146171, procès-verb (...)
  • 4 Arch. dép. Nord, 2 T 657, séance du conseil de l’université de Lille, séance du 20 novembre 1936.

4La faculté des lettres de Douai, entre 1870 et 1887 puis celle de Lille jusqu’en 1940, ne prennent jamais ouvertement position dans les affaires politiques qui secouent pourtant à de nombreuses reprises la Nation2. Il y a là un choix institutionnel qui est celui de la neutralité permanente et du refus de l’entrée en politique au nom des intérêts de la Science et de l’unité du corps universitaire. Ni l’assemblée de la faculté ni son conseil3, ne prennent officiellement position entre 1870 et 1940, sur des événements politiques et les procès-verbaux des séances ne contiennent aucune allusion à la vie politique, pas plus au temps de l’agitation boulangiste qu’aux moments forts de l’Affaire Dreyfus ou lors de l’agitation multiforme des ligues dans l’entre-deux-guerres. Lorsque les professeurs titulaires du conseil de l’université, réunis le 20 novembre 1936, décident de consacrer quelques minutes à l’éloge de Roger Salengro, qui vient de se suicider, ils mettent en avant son œuvre de maire et de membre du conseil de l’université et ne parlent pas de son action en tant que militant socialiste et ministre du Front populaire. Le conseil signale « l’attachement profond et agissant qui le liait à l’Université de Lille. Il en avait été l’étudiant [...]. Il a aidé d’une façon directe à son développement [...]. Il a aidé à l’obtention d’un vaste terrain pour l’installation de la faculté de médecine »4. Tout au long de la période, les enseignants veillent aussi à ce que les structures étudiantes avec lesquelles ils ont de multiples complicités, ne s’engagent pas en politique. L’Union lilloise des étudiants de l’État, ancêtre de la future Association générale des étudiants lillois (AGEL) vote ses statuts définitifs en 1881 et fixe sa mission :

  • 5 Arch. dép. Nord, M. 222/781, Union des étudiants de l’État ; Statuts et règlement général.

« L’Union a pour but de nouer et d’entretenir des relations respectueusement amicales entre les professeurs des facultés de l’État et leurs élèves, de resserrer les liens d’amitié entre les diverses facultés de l’État et de garder des relations suivies avec les anciens étudiants, de représenter les étudiants devant les pouvoirs publics et universitaires, de procurer à ses membres le plus d’avantages matériels possibles, de provoquer ou d’organiser des œuvres de bienfaisance et de soutenir [...] toute entreprise tendant à développer l’instruction populaire »5.

  • 6 Lille-Université, n ̊ 1 de janvier 1904, « Éditorial ».

  • 7 Lille-Université, n ̊ 4 de février 1936.


5Les statuts s’empressent d’ailleurs d’organiser l’association et décident, à l’article 8, que « toute discussion politique ou religieuse est interdite ». Les enseignants participent volontiers aux activités récréatives de l’AGE, en particulier aux soirées de gala et aux concerts, mais veillent aussi à ce que cette neutralité politique soit toujours mise en avant, les membres honoraires, souvent universitaires, ayant de toute façon leur mot à dire dans la gestion de l’association. Le journal étudiant, au-delà de ses changements de titre, affirme lui aussi constamment cette prudente réserve. Les enseignants acceptent alors régulièrement d’y participer ou de donner quelques interviews. Lille-Université, signale ainsi en 1904 : « Nous ne voulons faire œuvre ni de propagande ni de polémique. Nous nous interdirons toute discussion politique ou religieuse et nous travaillerons uniquement à développer dans l’université de Lille, l’esprit de concorde et de solidarité »6. En pleine tempête politique, en février 1936, le même journal maintient sa position, affirmant qu’il reste « une tribune à l’écart de toute politique »7.

6À de rares exceptions près, les enseignants de la faculté des lettres adoptent la même stratégie de repli, estimant que l’affirmation d’une position politique personnelle, demeure un acte purement privé, qui ne doit pas sortir du cercle des intimes. Les élites universitaires qui contrôlent le système d’enseignement supérieur ne semblent d’ailleurs pas beaucoup apprécier, entre 1870 et 1914 pour le moins, l’universitaire-militant qui, selon eux, perd en crédibilité et en impartialité. Ceux qui s’engagent ainsi en politique sont souvent rappelés à l’ordre. En juillet 1871, alors qu’il est enseignant à Tours, Henri Cons qui avait déjà été mis en garde pour ses opinions républicaines sous l’Empire, attire de nouveau l’attention des autorités qui signalent dans leur rapport confidentiel :

  • 8 Arch. nationales, F17 25741, dossier Henri Cons, rapport confidentiel du 5 juillet 1871.

« Professeur studieux et bien préparé, esprit net et décidé. On dit malheureusement que Monsieur Cons ne sait pas se tenir dans les limites d’un cours universitaire et de lycée où tout ce qui passionne et divise aujourd’hui les esprits doit être soigneusement évité [...]. On lui reproche notamment certaines appréciations trahissant un fonds d’opinions radicales en histoire et en politique qui se seraient glissées dans ses leçons sur la Révolution française »8.

7L’opinion lui est hostile et l’inspecteur demande une mutation rapide ce qui est réalisé dès septembre 1871, Henri Cons partant pour le lycée de Montpellier. Cette mise en demeure, dans le contexte très troublé de la défaite de 1870 et de l’installation de l’Ordre moral, a des objectifs politiques évidents mais témoigne aussi de cette volonté réelle des autorités d’encadrer dans les limites très strictes, l’engagement des membres de l’Université.

8En 1900, le doyen de la faculté des lettres, remplissant la fiche de notation du professeur Médéric Dufour, alors engagé en politique au sein du parti radical-socialiste lillois, note :

  • 9 Arch. nat., F17 26736, dossier Méderic Dufour, avis du doyen du 3 mai 1900.


« Monsieur Dufour fait actuellement de nombreuses conférences publiques pour devenir conseiller municipal ; je crains qu’il ne réussisse pas dans la voie où il s’est engagé. L’étude de la littérature grecque [...] serait plus fructueuse pour lui et pour l’université de Lille »9.

  • 10 Idem, rapport du recteur Georges Lyon daté de l’année 1909.

9Quelques années plus tard, le recteur Georges Lyon se réjouit de l’arrêt de cette activité militante : « il semble avoir renoncé à la politique pour se consacrer à son enseignement. Helléniste de grande notoriété »10. Cette méfiance institutionnelle à l’égard de la politique semble ensuite se maintenir jusqu’à la Seconde Guerre mondiale mais les traces de ce contrôle n’apparaissent plus aussi nettement dans les dossiers de fonctionnaire, une tolérance plus large étant certainement de rigueur, dans le respect de certaines limites.

Le positionnement des enseignants face à la religion : les limites d’une approche

10Si la neutralité bienveillante à l’égard du pouvoir semble être de mise chez les universitaires littéraires lillois qui n’entrent finalement que très peu en politique, l’étude de leur positionnement face aux croyances religieuses et à la religion en général, est beaucoup plus délicate à réaliser. Les documents d’archives contiennent à ce niveau bien peu d’informations et ne permettent pas un examen exhaustif des engagements religieux des individus, les lacunes et les incertitudes étant trop nombreuses dans ce domaine qui touche aux croyances les plus intimes. Nous ne pouvons donc ici que dégager certaines lignes de force.

  • 11 Chamard, Constans, Blondel, Demangeon, Henry, Sagnac, Fabre, Gilson, Guiraud, Langlois (C.V), Marte (...)
  • 12 Bulletin de l’Université de Lille, 1900, p. 8.

  • 13 Jean Lacroix, Maurice Blondel : sa vie, son œuvre, Paris, PUF, 1963, p. 2.

  • 14 Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, (...)

11L’Université républicaine n’adopte pas une position radicale d’exclusion envers les personnes qui ne partagent pas le culte de la Raison et la philosophie positive, fortement présente dans les élites enseignantes de cette période. Il y a ainsi en permanence des catholiques pratiquants notoires parmi le personnel de l’institution sans que cela ne choque quiconque. La plupart des enseignants de la faculté gardent cependant, au niveau de leurs croyances religieuses, une retenue constante, préférant ne pas évoquer le sujet dans leur métier ou leurs travaux. L’examen des données lacunaires recueillies permet de repérer au moins douze catholiques pratiquants, sinon militants, dans le personnel de la faculté (13,1 %) mais il est fort probable que ce chiffre soit très en deçà de la réalité, beaucoup préférant passer sous silence leur attachement à une religion et leur éventuelle pratique11. Ils sont cependant plusieurs à revendiquer ouvertement leur attachement à la foi et semblent rencontrer à la faculté une tolérance certaine. Paul Fabre apparaît ainsi « très attaché à sa foi ; celle-ci pénétrait complètement son esprit et sa volonté »12. Il se rend d’ailleurs régulièrement à Rome pour travailler sur les manuscrits de la bibliothèque du Vatican mais aussi pour y vivre sa foi. Étienne Gilson, catholique pratiquant, est aussi très impliqué dans les débats et les travaux qui concernent la philosophie chrétienne et sera un temps (1947-1948), conseiller de la République MRP. Maurice Blondel songe un temps à la prêtrise avant d’opter pour la recherche et l’enseignement de la philosophie. Sa thèse, soutenue en Sorbonne le 7 juin 1893 sur l’Action : essai d’une critique de la vie et d’une science de la pratique fait d’ailleurs scandale dans l’Université très rationaliste de la fin de siècle et l’impétrant à bien du mal à devenir maître de conférences, le jury ayant décidé de lui refuser un poste dans l’enseignement supérieur. C’est ensuite la faculté lilloise, avec le soutien d’Émile Boutroux qui lève cet interdit et lui offre son premier poste, deux ans après la soutenance, en avril 1895. « Il fut reçu sans être compris. Aussi pendant deux ans lui refuse-t-on un poste dans l’enseignement supérieur sous prétexte que ses conclusions étaient chrétiennes et que la Raison se trouvait ainsi dépossédée d’elle-même par cette intrusion de la religion révélée dans le champ où elle doit être seule maîtresse »13. Il réalise ensuite toute sa carrière à la faculté d’Aix (de 1897 à 1927), faisant de cette institution l’un des grands « pôles de la philosophie chrétienne [...]. Il fut sans doute, derrière Bergson, pendant la première moitié du siècle, le philosophe français à la plus vaste audience internationale »14.

12C’est cependant Antoine Martel qui apparaît comme le plus engagé dans la diffusion du message chrétien, profitant de son bref séjour lillois pour développer les groupes de prières en liaison avec les Équipes Sociales. Éminent philologue, spécialiste des langues slaves mais aussi catholique fervent, Antoine Martel, alors qu’il suivait les cours de l’École des Langues Orientales, a été mis en relation avec le père lazariste Fernand Portal, l’animateur du groupe « Tala » de l’École normale supérieure qui lui fait partager sa passion pour l’Unité des Églises. Antoine Martel, en préparant sa thèse, s’efforce alors de faire aimer l’âme russe et de favoriser le rapprochement entre Catholiques et Orthodoxes. À la Fondation Thiers en 1923, Robert Garic et Pierre Deffontaines lui font découvrir les Équipes Sociales. Il retrouve ensuite Deffontaines à Lille et l’aide à encadrer les équipes du Nord, animant les retraites et les cercles d’études, dirigeant de petits groupes de lecture de l’Évangile, associant intellectuels, employés et ouvriers.

  • 15 Antoine Martel, Lettres, Imprimerie E. Aubin et fils, Paris, Éditions des Jeunes, 1934, 195 p. Voir (...)

« Il ne garde rien pour lui, ni temps ni argent. Tout homme est vraiment son frère [...]. La carrière de Martel est toute tendue par ce glissement du plan intellectuel vers le plan surnaturel [...]. La grande vibration spirituelle de Martel, c’était la charité [...]. Martel a limité au nécessaire le plus strict, ses besoins personnels. Il est toujours le dernier servi. Il ne se reconnaît pas le droit d’acheter un costume s’il n’a pas auparavant vêtu un pauvre. Il mange dans les restaurants à 3 francs et fréquente les ouvriers [...]. Quand Pierre Deffontaines se marie, Martel s’installe dans les environs mais sa maison n’est pas pour lui seul. Il y recueille des malades, des chômeurs, des étudiants »15.

  • 16 Alfred Ernout, radical-socialiste, se déclare ainsi « rationaliste athée » ; Alfred Espinas s’avoue (...)

13Il n’y a donc pas de guerres de religions à la faculté des lettres de Lille entre un camp républicain et laïc, fortement anticlérical et un camp regroupant les enseignants croyants. Si des tensions ont pu exister lors des périodes délicates de notre histoire nationale, en particulier avec la politique de laïcisation de l’enseignement français et de lutte contre les congrégations, elles n’ont cependant pas rejailli sur l’institution qui garde constamment une attitude de tolérance des opinions, même si l’on devine un esprit rationaliste et libre penseur dominant. Les enseignants qui s’affirment ouvertement athés sont rares16 et n’ont que rarement des prises de positions officielles.

  • 17 Arch. nat., F17 20484, dossier de Victor Courdaveaux (rapport du recteur au Ministre du 20 décembre (...)

14Seul Victor Courdaveaux ose prendre position dans son activité d’enseignant, ce qui lui vaut d’ailleurs une verte remontrance du doyen puis du recteur qui apprécient peu le tapage médiatique donné. Le vieux mais bouillonnant professeur de langue et littérature grecques, membre de la Société philotechnique de Lille, de la Société du denier des écoles laïques, qui va jusqu’à se battre en duel avec un journaliste favorable au transfert des facultés douaisiennes en 1887, est aussi un militant actif de l’anticléricalisme. Il se retrouve ainsi à l’origine de troubles étudiants en décembre 1884 et janvier 1885 à Lille. Il est en effet chargé d’une conférence publique chaque jeudi, à la faculté des sciences, et depuis quatre années, V. Courdaveaux traite de l’histoire de la civilisation sous les empereurs romains. Il est, cette année-là, arrivé à la période chrétienne et réalise, le 11 décembre 1884 une conférence sur le rôle de Jésus Christ. Il aurait alors (selon certains témoins) raillé l’Immaculée Conception et « ses légendes » et émit une toute autre hypothèse (« naissance adultérine ») en se référant à ses propres travaux d’exégèse. La presse puis les étudiants catholiques entrent alors en ébullition et les étudiants décident d’organiser un chahut de la conférence suivante du 18 décembre. Les étudiants de l’État, ayant eu vent de l’entreprise, organisent en réaction une contre-attaque. Le doyen doit alors dissuader le professeur de se rendre à la conférence mais les groupes étudiants s’affrontent dans la rue17. Le recteur Désiré Nolen ne peut s’empêcher d’écrire dans son rapport confidentiel de mai 1886 : « la verte vieillesse de M. Courdaveaux a besoin d’agitation, de mouvement [...]. Je crains qu’il ne dépense le meilleur de ses forces en travaux accessoires [...]. Il aime les problèmes d’exégèse, de critique religieuse ». Il s’agit là cependant d’une exception et la grande majorité des enseignants préfère ne pas intervenir dans le domaine de la religion, laissant à chacun la liberté de ses croyances, dans le respect de la neutralité exigée d’une institution d’enseignement supérieur.

Le savoir émancipateur : la prégnance des croyances positivistes

  • 18 Voir Jérôme Grondeux, La religion des intellectuels français au XIXe siècle, Toulouse, Privat, 2002 (...)

15Il est, par contre, une croyance qui est constamment revendiquée par l’immense majorité des universitaires littéraires de la Troisième République, en dehors de toute chapelle politique ou confessionnelle, et qui affirme la mission fondamentalement libératrice de l’instruction ou plus largement de l’éducation. L’héritage des Lumières et en particulier de Condorcet est ici très net et l’École se transforme alors en un sanctuaire de la République qui doit apprendre aux futurs citoyens, acteurs de la démocratie nationale, à la fois leurs droits et leurs devoirs. Tout en travaillant à la formation morale des individus et de leur volonté, les enseignants se doivent aussi, tout en diffusant les savoirs, de former en l’Homme les facultés de réflexion et la capacité au libre examen, conditions d’un rejet sincère des chimères anciennes et du progrès final de l’humanité18.

  • 19 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, Paris, Le Se (...)

« Cette République-là, instituée et continuée à la fois, refuse toute vie sociale où la liberté et les droits imprescriptibles de l’individu pourraient être limités par des groupes. Elle récuse des pouvoirs qui tourneraient la loi républicaine ou refuseraient la représentativité du vote. Mais, si elle sacre le citoyen par l’institution parlementaire et le suffrage universel, elle se propose aussi d’achever la Révolution en formant par l’Instruction publique un homme nouveau, en hissant l’individu jusqu’à l’horizon solidariste du démocrate »19.

  • 20 Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen : Histoire du suffrage universel en France, Paris, Folio, 1 (...)

16Il s’agit donc de participer au progrès de l’Humanité par l’instruction, tout en faisant l’éducation publique du citoyen. « La révolution de l’égalité »20, en mettant en avant le principe, « un homme, une voix » et en se référant à l’idéal de l’individu autonome, rend nécessaire l’éducation du citoyen. L’Affaire Dreyfus, par l’importance des divisions populaires, montre d’ailleurs rapidement l’urgence absolue de ce combat contre les traditions et les idées toutes faites.

  • 21 Voir Lucien Mercier, Les Universités Populaires : 1899-1914 : Éducation populaire et mouvement ouvr (...)
  • 22 Idem.
  • 23 Voir Louis Legrand, L’influence du positivisme dans l’œuvre scolaire de Jules Ferry : les origines (...)

17L’affirmation de cette mission socio-politique des universitaires est très nette en ce qui concerne l’organisation à Lille d’une Université populaire à partir de 1900. Nées du « choc frontal de l’Affaire Dreyfus »21, les universités populaires sont une réaction aux menaces qui pèsent sur la république encore fragile. « En diffusant leurs connaissances, les intellectuels espèrent faire reculer les pulsions de barbarie raciste et de nationalisme grossier dont ils ont reconnu la présence chez ceux qui voulaient pendre Zola et mettre à mort tous les Youpins »22. Très marqués par la philosophie positive et scientiste qui domine la fin du XIXe siècle, les universitaires sont persuadés d’œuvrer à l’émancipation de l’Humanité en diffusant le savoir dans le peuple23. Ce qui prime, c’est alors la formation intellectuelle de l’individu, condition du Progrès. Tout changement social passe ainsi par la connaissance et la réforme morale. Il s’agit donc de changer l’homme pour changer la société au nom d’une philosophie très solidariste et très réformiste.

  • 24 Voir la Revue Pédagogique de janvier-juin 1899, « Les lectures populaires à Lille », p. 316- 318.

18À Lille, les enseignants de la faculté sont nombreux à partager cette vision de leur mission sociale, négation du socialisme révolutionnaire qui accorde le rôle principal aux classes sociales et aux rapports de force. Dès 1896-1897, un groupe d’enseignants et d’étudiants de l’université met sur pied une Association de conférences en milieu populaire. Il s’agit d’organiser des lectures pour l’instruction des ouvriers, autour de veillées populaires, sur le modèle de celles réalisées par Maurice Bouchor à Paris. Les lectures sont accompagnées d’explications et de commentaires, avec le plus souvent la récitation de scènes de théâtre à plusieurs voix24. À côté de plusieurs étudiants, on trouve trois professeurs du lycée Faidherbe mais aussi trois enseignants de la faculté des lettres, Chamard, Dautremer et Jouguet. Georges Lefèvre (sur l’éducation des enfants), Édouard Ardaillon (notions de base en géographie) et Charles Petit-Dutaillis (grands repères historiques) ont aussi participé à l’entreprise. Les enseignants de la faculté de médecine ont, quant à eux, organisé des séances sur l’hygiène et la santé autour des professeurs Calmette et Oui. Auguste Angellier, doyen de la faculté, fait en novembre 1899 un premier bilan de l’opération :

  • 25 Annales de l’Université de Lille, Rapport de novembre 1899, p. 79.

« Vous savez tous que quelques-uns de vos professeurs, de concert avec leurs collègues d’autres facultés et du lycée ont entrepris dans les quartiers populaires de Lille, une série de conférences-lectures destinées aux ouvriers. Elles ont pour but, sous une forme très simple et familière de leur faire connaître quelques belles choses [...] de leur ouvrir l’intelligence à certaines réflexions [...]. Il convient d’en féliciter les promoteurs et de désirer que ce mouvement de véritable et cordiale fraternité se fortifie [...]. Il faut vous rendre compte qu’il y a des âmes très simples, très croyantes [...]. Ces âmes n’ont pas l’esprit critique des étudiants et prennent pour argent comptant toutes les affirmations écoutées [...]. Songez que, dans des corps vigoureux et rudes, il y a parfois des esprits sans défense, naïfs qui sont comme de petits enfants »25.

  • 26 Voir Arch. dép. Nord, M. 222/789, M. 222/795 et 796, dossiers sur l’Université populaire de Lille. (...)

19L’action est ensuite reconduite l’année suivante et débouche finalement sur la création en 1900-1901 de l’Université populaire de Lille26.

  • 27 Archives départementales du Nord, 1 T 1/10, Université populaire de Lille, Statuts 1901-1904.

« La société a pour but de créer et d’entretenir des cours et conférences publics et gratuits à l’usage des adultes des deux sexes, de fonder des bibliothèques et des salles de lecture, des cabinets de consultation médicale et juridique gratuits, des salles de récréation [...]. Elle s’efforce en outre d’aider et de grouper toutes les sociétés d’instruction et d’éducation populaire de la région et de créer ou de soutenir toutes les œuvres qui tendent à l’amélioration et à l’émancipation intellectuelle, morale et matérielle de tous les déshérités »27.

  • 28 Collectif, Université populaire de Lille : 1900-1903, Lille, Imprimerie du Progrès du Nord, 1903, 1 (...)
  • 29 Charles Debierre est professeur à la faculté de médecine de Lille, sénateur du Nord. Il est aussi u (...)

20La première grande conférence a lieu le 20 janvier 1901 au Grand Théâtre. Charles Richet, professeur de psychologie en Sorbonne traite alors de la guerre et de l’arbitrage international, définissant son rêve d’une société sans guerre grâce à l’existence d’un tribunal international chargé de régler les conflits28. Charles Debierre29, élu président de l’Université populaire lilloise revient à cette occasion, dans son discours introductif, sur la mission de ces conférences :

  • 30 L’Écho du Nord du 22 janvier 1901.


« Si nous voulons élargir les cerveaux, c’est que nous avons la conviction intime, profonde, pénétrante qu’après le pain, ainsi que le disait Danton, le premier besoin des démocraties, c’est l’éducation. Élever ceux qui sont en bas, c’est préparer l’affranchissement du peuple et l’éclosion du progrès social [...]. Élever ceux qui sont en bas, c’est asseoir la république sur un roc inébranlable ; élever ceux qui sont en bas, c’est préparer le règne de la vérité de la liberté et de la justice. En d’autres termes, c’est préparer le triomphe définitif de la Révolution sur l’esprit des ténèbres, sur les préjugés et les privilèges sociaux »30.

  • 31 Le Progrès du Nord du 30 décembre 1901.


21Devant le succès rencontré par la conférence, les initiatives se multiplient ensuite pour s’installer dans la continuité. Le 5 mai, c’est au tour de Charles Gide de venir à Lille pour parler de la Solidarité. Le 31 décembre 1901, Ferdinand Buisson en personne vient traiter du rôle social des universités populaires devant une salle « absolument bondée »31 où l’on note la présence de nombreux enseignants des facultés. Créée en 1900, l’Université populaire lilloise, phénomène exceptionnel pour ce type d’organisation, traverse ensuite sans discontinuité tout le XXe siècle. Nous la retrouvons donc avec les mêmes objectifs dans l’entre-deux-guerres, les universitaires continuant d’ailleurs à en être les principaux animateurs avec des collègues du secondaire, de nombreux avocats et quelques grands industriels.

  • 32 Georges Lefebvre (dir.), Causeries pédagogiques, Paris, Delagrave, 1907, 261 p. (Ici la conférence (...)
  • 33 Voir l’ouvrage de Gabriel Séailles, Éducation ou révolution, Paris, Armand Colin, 1904, 251 p.

22Pour la plupart des enseignants de la faculté des lettres de Lille, la diffusion du savoir a donc une vertu émancipatrice en elle-même et l’école devient bien, comme le notait François Benoit, le temple laïque de la démocratie où « chaque génération vient s’armer d’un viatique de savoir et de civisme »32. L’éducation est aussi en fin de compte le meilleur moyen d’éviter les révolutions33.

L’engagement politique des enseignants lillois

23Cette acceptation par le plus grand nombre des enseignants de la faculté d’une dimension sociale de leur mission éducative, par la diffusion du savoir libérateur parmi le peuple, si elle les place d’emblée dans le camp du progrès et de la démocratie, ne marque cependant qu’un premier degré, encore bien faible, d’engagement dans la sphère du politique. Le combat pour la diffusion de la connaissance et la formation de l’esprit critique, condition d’un affranchissement réel des hommes, apparaît encore très philosophique et universaliste, ne demandant pas une adhésion à une quelconque structure partisane. Il semble bien d’ailleurs que les lettrés lillois de la République, se soient constamment méfiés de l’engagement politicien, préférant taire leur préférence partisane et ne se mêlant aux « fièvres hexagonales » que lorsqu’ils estiment devoir défendre certaines valeurs universelles, se comportant alors davantage en intellectuels qu’en réels acteurs du combat politique.

Un faible degré d’engagement en politique

24Un examen attentif des itinéraires personnels des enseignants de la faculté permet sans conteste de conclure à un faible degré d’engagement en politique sous la Troisième République, bien loin des remarques faites par Albert Thibaudet dans son célèbre pamphlet contre « la République des professeurs ». Ils ne sont que six (6,5 %) à exercer réellement un mandat politique qui, le plus souvent, reste d’ailleurs très local par la participation au conseil municipal de leur commune. C’est ainsi que Victor Courdaveaux est longuement conseiller municipal à Douai puis délégué cantonal ; Auguste Pinloche exerce la même fonction de conseiller dans l’équipe municipale de Rennes et se voit même un temps pressenti pour les élections législatives au cours de la période d’agitation boulangiste mais il préfère finalement renoncer à sa candidature. Maurice Souriau, quant à lui, est longuement conseiller municipal à Nancy, élu sur la liste radicale-socialiste en 1908 puis en 1912 sur une liste d’Union républicaine. Adjoint au maire de la ville, il reste à son poste et dirige en fait la municipalité pendant les heures douloureuses de la Première Guerre mondiale. Il joue aussi un rôle fort important dans le développement de l’université populaire de Nancy, assurant la liaison entre l’université et la mairie.

  • 34 Le Lillois du 9 août 1891.

25Léon Moy, « sincère républicain », est lui aussi longuement conseiller municipal à Lille, acceptant de travailler aux côtés du maire Géry Legrand en tant que président de la Commission de l’Instruction publique du conseil (de 1888 à 1896). Cette présence universitaire est d’ailleurs fortement critiquée par les milieux ultraconservateurs. Le Lillois, journal satirique très lié aux milieux catholiques, fait ainsi sa Une, le dimanche 9 août 1891, avec une caricature représentant le doyen Moy comme un protecteur dévoué des autorités républicaines jugées incapables. Il s’agit là, selon le journal, d’une stratégie du maire Géry Legrand qui, pour rehausser son équipe, à fait appel à un professeur brillant. Dès lors le dessin montre le doyen sous les traits de la Littérature (Léon Moy), protégeant l’Ignorance (Géry Legrand) des flèches lancées par la Satire. « Monsieur Moy, doyen de la faculté officielle des lettres ne fait partie de notre conseil municipal que pour donner un peu de lustre à cette assemblée qui donne si facilement prise à la malignité publique. C’est tellement vrai que le savant doyen ne s’occupe pour ainsi dire pas des affaires municipales »34. En fait, le journal reproche surtout à l’équipe municipale sa politique volontariste au niveau de l’instruction publique et de la culture, très ancrée dans le combat laïc et républicain. Léon Moy joue en effet un rôle très actif dans les choix éducatifs de la municipalité. Il est aussi le président de l’Œuvre des Cantines de Saint-Sauveur à partir de 1893, association caritative dont le but est de collecter des fonds afin de permettre la distribution de repas gratuits, le midi dans les quartiers miséreux de la ville. Son nom circule d’ailleurs pour la future élection municipale lorsqu’il décède brutalement en 1898.

  • 35 Arch. nat., F17 26736, dossier personnel, note du doyen datée du 3 mai 1900. Les rapports de police (...)

26Médéric Dufour s’engage lui aussi un temps en politique mais finit par s’en détacher, ne pouvant concilier réellement le combat partisan et sa carrière d’universitaire. Membre du parti radical-socialiste lillois au tournant du siècle, il est élu conseiller municipal au grand regret du doyen. Membre actif de l’Université populaire, il fonde un cercle démocratique républicain qui recrute essentiellement chez les étudiants afin de contrer le développement des mouvements conservateurs qui se sont multipliés après l’onde de choc de l’Affaire Dreyfus et en particulier l’Action française. Il défraye ensuite la chronique au sein de la section lilloise du parti radical-socialiste en tentant d’affirmer son autorité contre celle de Charles Debierre35, grand chef du parti dans le Nord. Lors d’un grand banquet républicain, il décide en effet de prononcer un discours très élogieux envers Jaurès et le socialisme contre l’avis du chef de la section. Critiqué au sein de sa propre structure partisane, mal noté par son doyen qui affirme en 1903 que « ses collègues et ses élèves se plaignent de son peu de zèle à faire ses leçons et à corriger les devoirs », Médéric Dufour abandonne alors le combat politique pour ses activités universitaires. Le recteur Lyon peut alors noter en 1909 qu’il « semble avoir renoncé définitivement à la politique pour se consacrer à son enseignement ». Son exemple est ici très significatif des réticences du monde universitaire envers un engagement politique trop marqué qui finit par saper l’autorité scientifique et la nécessaire objectivité de l’enseignant. Étienne Gilson enfin est pendant deux ans, conseiller de la république affilié au Mouvement des républicains populaires, entre 1947 et 1948 avant de retourner lui aussi à ses chères études.

  • 36 Arch. nat., F17 20592, dossier personnel, note du recteur du 24 août 1848.


27À côté de ces engagements temporaires et très minoritaires dans l’action politique par la détention de mandats électifs, nous pouvons repérer une seconde forme d’action qui est plus liée à un comportement personnel qu’à une réelle entrée dans la sphère du politique. Certains universitaires lillois, au cours de leur parcours professionnel, ont en effet rencontré des difficultés avec les autorités de l’État, en liaison avec leur réputation d’opposant aux régimes conservateurs et autoritaires des dernières années de la Monarchie puis du Second Empire. Abel Desjardins est un temps surveillé de près par le régime qui ouvre une enquête confidentielle en 1855 alors qu’il est professeur d’histoire à la faculté des lettres de Dijon. C’est son attitude lors des événements de 1848 qui a entraîné diverses lettres anonymes et des plaintes. Le recteur écrit ainsi dans une lettre datée du 24 août 1848 : « Il a adopté franchement les principes d’une république honnête et modérée »36. Il se rallie ensuite à la cause du général Cavaignac lors de la présidentielle de décembre 1848 et critique ouvertement Louis-Napoléon Bonaparte. Après la victoire de ce dernier, sa carrière semble compromise mais il sait alors se faire oublier et « rentre dans le rang », acceptant à Douai de servir durablement la politique impériale en tant que doyen, participant aux multiples fêtes données dans la ville par les notables proches du pouvoir.

  • 37 Arch. nat., F17 25741, rapport confidentiel du 5 juillet 1871.


28Henri Cons est lui aussi très surveillé par le pouvoir impérial puis par l’Ordre moral. Plusieurs fois mis en garde pour ses opinions républicaines sous le Second Empire, on lui reproche en 1871, un « fonds d’opinions radicales »37 qui se manifeste dans ses cours d’histoire au lycée. Cet engagement, critiqué à l’époque, le servira ensuite pour l’obtention de la chaire de géographie à Lille puis pour sa nomination au rectorat de Poitiers en 1896. D’adversaire, il est devenu un soutien actif du régime désormais républicain.

  • 38 Arch. nat., F17 20955 et l’article que lui consacre G. Monod dans la Revue Historique, janvier-avri (...)

29Karl-Arnold Hillebrand présente un parcours quelque peu similaire sur certains points. Né en Allemagne en 1829, fils d’un grand universitaire, il se joint au mouvement étudiant révolutionnaire de 1848-1849 à Giessen et participe même à divers combats de rues et à des barricades à Frankfurt/Main. Reconnu, il est condamné à mort et déclaré en fuite. Il s’échappe par Strasbourg et vient en France où il reprend ses études tout en étant, en 1850, le secrétaire d’Henrich Heine. Naturalisé français, nommé à la faculté des lettres de Douai en 1863, il semble s’intégrer sans problème dans la vie universitaire nordiste mais doit s’enfuir en catastrophe de Douai en 1870. « Il fut à Douai, au milieu de l’effervescence populaire, l’objet de menaces et même de mauvais traitements »38. Il s’exile alors en Italie et devient journaliste international, refusant de choisir entre ses deux patries même si, en France, l’administration note sur son dossier qu’il a démissionné pour « rejoindre la Prusse ».

  • 39 Revue universitaire, « Souvenirs de Claude Perroud », tome 1928, p. 194.

  • 40 Archives nationales, F17 22083 ; Revue universitaire, octobre 1928, « Souvenirs de Claude Perroud » (...)

30L’héritage politique paternel que reçoit Claude Perroud lui pose aussi, un temps, de sérieux problèmes avec les autorités. « Je vois encore mon père et ses amis chantant des chansons contre Louis-Philippe et contre Guizot. Mon père était républicain, même avant la République »39. Fils d’un cordonnier illettré de Villefranche qui perd une partie de sa clientèle bourgeoise à cause de son engagement trop voyant dans les événements de 1848, Claude Perroud doit travailler dans les champs l’été pour subvenir aux besoins de la famille. Professeur au lycée de Clermont-Ferrand (avril 1865- avril 1867), il supporte mal le pouvoir impérial qui lui a refusé un congé. Après un entretien « musclé » avec Victor Duruy, il donne sa démission qui n’est pas acceptée40. Il se met alors en congé sans traitement d’avril 1867 à janvier 1870 et se lance dans le journalisme, devenant l’un des directeurs, à Bourg en Bresse, de l’Indépendant de l’Ain. Il n’est réintégré dans l’Université qu’en 1871 mais connaît, après la victoire des républicains, une promotion rapide. Nommé maître de conférences de géographie à la faculté des lettres de Douai en octobre 1880, il est ensuite recteur de l’académie de Toulouse de 1881 à 1908. Nous avons donc bien ici des signes diffus d’engagement politique mais qui s’inscrivent dans la défense de certaines valeurs et la condamnation d’une certaine forme de régime plus que de l’entrée dans une structure réellement partisane. Les enseignants évoqués ici apparaissent favorables au camp du « mouvement » face au camp de la tradition.

31« La lueur à l’Est », après 1917, ne semble pas séduire longtemps les universitaires littéraires lillois qui très vite prennent leurs distances avec l’idéologie et les pratiques bolchéviques, trop radicales pour eux, qui défendent essentiellement un réformisme modéré, enraciné dans les grands principes de 1789 mais qui ne remet pas en cause les divisions sociales traditionnelles et les mécanismes de l’économie de marché. Raoul Labry, grand connaisseur de la langue russe, assiste en tant qu’interprète à l’État-major de l’Armée, chargé de la liaison avec l’armée russe (mars 1916 à mars 1918) aux révolutions de février et d’octobre 1917. De retour en France en 1918, il est ensuite, entre mars 1918 et mars 1919, secrétaire général de la Commission de protection des intérêts français en Russie. Auteur d’ouvrages importants sur la nouvelle Russie, (L’industrie russe et la Révolution en 1919, Une Législation communiste en 1920 qui est en fait un recueil des lois, décrets et arrêtés principaux du gouvernement bolchevique ; Autour du bolchevisme en 1921 ; Autour du Moujik en 1923), il s’intéresse beaucoup, en spécialiste du monde slave, aux idées novatrices et aux réalisations concrètes des nouveaux dirigeants russes, insistant sur leur volontarisme et sur la générosité des discours mais il n’adhère pas pour autant au régime de Lénine puis de Staline, jugeant sévèrement certains aspects trop totalitaires.

  • 41 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1985, p. 40-42.
  • 42 Archives nationales, F17 27756, rapport de Jules Legras du 6 novembre 1933.

32Pierre Pascal, « tala enthousiaste à l’École normale supérieure, en révolte contre la mesquinerie bourgeoise »41, après quelques mois passés dans l’Armée d’Orient, est envoyé, en janvier 1916, comme attaché à la Mission militaire française auprès du Grand commandement général russe. Durant l’été 1917, il part même haranguer les soldats russes qui refusent de continuer le combat puis participe aux négociations avec le nouveau gouvernement bolchevique. Lorsque la mission française rentre en France, après l’échec de la paix de Brest-Litovsk, il décide de rester en Russie et rejoint une poignée d’anarchistes et de révoltés en lutte contre la bourgeoisie. La Révolution russe d’octobre lui apparaît pleine de promesses, comme étant celle de la revanche des « gueux ». Secrétaire du ministre des Affaires Étrangères Tichtcherine, il se lie d’amitié avec Boris Souvarine à Moscou et épouse une dactylo qui travaille à la Troisième Internationale. Les relations de Pierre Pascal avec le régime soviétique se dégradent ensuite très rapidement. En 1924, la Tchéka organise une perquisition à son domicile et il a juste le temps de se réfugier à l’Institut Marx-Engels où il travaille presque en clandestin avant qu’Édouard Herriot ne puisse organiser son retour en France en 1934. Le rapport pour son inscription sur la liste d’aptitude à l’Enseignement supérieur note en novembre 1933 : « il est resté en Russie par curiosité sympathique pour une révolution établie sur un plan nouveau et quand il a vu comment elle tournait, il n’a plus eu la possibilité de revenir en France »42. Les « illusions révolutionnaires » semblent donc s’être assez vite dissipées, au point qu’en 1943, le régime de Vichy accepte de revenir sur la déchéance de la nationalité française prononcée contre son épouse, le rapport signalant que le professeur Pascal « ne fait pas de politique et rien ne permet de supposer chez lui un manque d’attrait à la personne du Maréchal et à son œuvre ». L’idéologie communiste n’a donc qu’un très faible impact chez les enseignants de la faculté qui semblent rejeter massivement les positions radicales et méconnaître pour la plupart les réalités concrètes du système soviétique.

33L’examen des profils politiques des universitaires littéraires, lorsqu’il est identifiable, tend donc à montrer un engagement très minoritaire dans le combat réellement politicien par la détention de mandats électifs. Il semble bien cependant, si l’on tient compte des indices multiples laissés par les sources, et au-delà des inévitables exceptions, que la majorité des enseignants ait appartenu à une mouvance libérale très large qui permet d’identifier un sincère attachement à l’héritage de la philosophie des Lumières et aux valeurs héritées de 1789. Le respect des libertés fondamentales, la notion d’égalité et de fraternité entre les Hommes sont des valeurs fortes au sein de l’institution qui peut être située sur la gauche ou le centre gauche de l’échiquier politique, les « compagnons de route » du Parti-radical-socialiste et les défenseurs d’un socialisme à visage humain semblant les plus nombreux. La faculté apparaît alors comme un lieu de promotion des forces du mouvement, dans le respect du jeu démocratique, face à des forces plus traditionalistes soucieuses de l’ordre. Plus que pour un parti, les universitaires lillois, lorsqu’ils prennent position, défendent certaines valeurs à prétention universelle.

Les éléments explicatifs de ce faible degré d’engagement

34L’importance de l’engagement philosophique des enseignants dans la défense de certaines valeurs fondatrices de l’identité républicaine, ne peut cacher le faible degré de politisation réelle de ces mêmes titulaires qui refusent de prendre position dans les querelles politiciennes ou d’adhérer à une quelconque structure partisane. Cette méfiance des lettrés peut s’expliquer par trois raisons principales qui s’entrecroisent pour inciter les universitaires à la retenue.

  • 43 Christophe Charle, La République des universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, p. 212.
  • 44 Idem, p. 226.
  • 45 Christophe Charle, La République des universitaires, op. cit., p. 296. Tableau : « l’intensité de l (...)
  • 46 Christophe Charle, La République des universitaires, op. cit., p. 296.

35Il est bien évident, tout d’abord, que dans une faculté réputée et qui devient une vraie antichambre de la Sorbonne, il est très important, pour le postulant aux carrières parisiennes, de ne pas heurter les sensibilités et de ne pas se faire remarquer par la défense de combats trop partisans. La Sorbonne et les grandes institutions parisiennes n’apprécient pas beaucoup les profils trop engagés et éliminent presque systématiquement leurs titulaires de la course aux places. « La Sorbonne écarte systématiquement les professeurs aux engagements trop voyants »43. Les préférences politiques « doivent rester dans des limites acceptées par une communauté qui s’est construite contre les interventions politiques externes »44. C’est en partie ce qui explique l’échec de la candidature d’Albert Mathiez, proche des positions du Parti communiste français, dans la prestigieuse chaire d’histoire de la Révolution française en 1923 et la victoire de son concurrent lillois Philippe Sagnac, jugé beaucoup plus modéré. Il est donc important pour les enseignants de savoir « prudence garder » et de ne pas s’engager dans des débats politiques qui ne pourraient que compromettre leur promotion ultérieure. Le faible degré d’engagement peut donc s’expliquer en partie par cette prudence stratégique d’un milieu encore très malthusien où tout se sait très vite. Il semble bien, par contre, qu’une fois nommés à Paris, ayant atteint leur objectif de carrière, certaines langues se délient, ce qui pourrait alors expliquer, parmi d’autres causes (en particulier l’intégration dans le milieu parisien, réputé plus sensible aux agitations politiques, l’importance plus grande des milieux intellectuels avancés qui font circuler davantage de pétitions…), le degré plus élevé d’engagement des professeurs de la faculté des lettres de Paris45. Il faut toutefois noter qu’à Paris même, on est loin de la république des professeurs dénoncée par Albert Thibaudet en 1927. Les mandats législatifs détenus par des professeurs littéraires de la Sorbonne sont en effet extrêmement faibles. De 1879 à 1914, Christophe Charle en note deux, Ferdinand Buisson et Alfred Rambaud qui seront tous deux députés mais, après 1919, il n’y a plus d’exemple, Célestin Bouglé échouant dans ses diverses tentatives46.

  • 47 Idem, p. 226.

36Il semble aussi que le milieu universitaire, par définition lié à la transmission des savoirs et à la recherche scientifique, se soit fortement méfié de l’agitation politique et de ses tentations propagandistes. Il s’agit non pas de plaire aux électeurs, de détruire politiquement un adversaire pour gagner les élections, en usant parfois de contre-vérités ou du moins d’artifices, mais de participer au progrès universel de la connaissance humaine par des travaux déclarés objectifs et fondés sur de rigoureuses méthodes expérimentales. L’idéal du chercheur est alors à l’opposé de celui du politicien, le premier vivant replié dans ses archives ou ses laboratoires pour traquer la Vérité tandis que le second se doit de faire la conquête de l’opinion publique. Dès lors, pour les enseignants du supérieur, un engagement trop voyant hors de l’université, est le signe d’une « vocation chancelante pour l’enseignement et la recherche »47. L’idéal positiviste du savant objectif, ayant par le travail continu de sa raison éliminé progressivement toutes les possibilités d’erreur et toutes les traces d’opinion préconçues mais non vérifiées, domine alors largement dans le monde universitaire et peut aussi expliquer cette réticence enseignante à entrer en politique.

37Il est enfin un dernier élément qu’il faut ici prendre en compte. Beaucoup d’universitaires, partageant les grandes idées héritées de la philosophie des Lumières, estiment ne pas s’engager en politique lorsqu’ils « prêchent » les valeurs universelles de Justice, de Liberté et d’Égalité incarnées par la République ; il s’agit pour eux d’un combat culturel, presque d’une mission sociale, de diffusion de la Vérité et des justes préceptes qui doivent organiser la vie humaine, pas d’une action politique. Persuadés de détenir les « vrais principes » qui doivent mener au bonheur, ils ne conçoivent pas que leur combat soit en lui-même déjà un choix politique qui rejette dans l’opposition une partie des Français encore fidèles à une conception plus traditionnelle et plus religieuse de la vie sociale. Leurs positions étant jugées universelles, ils n’ont pas l’impression d’entrer en politique mais simplement de répandre la bonne parole. C’est aussi ce qui peut expliquer parfois l’intensité des combats entre les groupes d’étudiants républicains et ceux plus proches de l’ancienne France en particulier les troupes de choc de l’Action française, très présentes dans les quartiers latins français de l’époque.

Des intellectuels ?

38Préférant le combat pour des idées plutôt que les engagements réellement politiciens, les universitaires littéraires lillois se transforment-ils alors en intellectuels, mettant leur renommée scientifique et pédagogique au service d’une cause qu’ils estiment juste et quelle est alors l’intensité de cette intervention dans l’Ici et Maintenant ?

  • 48 Christophe Charle, La République des universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, p. 295 (voi (...)
  • 49 Voir Michel Winock, La fièvre hexagonale : les grandes crises politiques, Paris, Le Seuil, 1987, 46 (...)
  • 50 Christophe Charle, La république des universitaires, op. cit., p. 302.

  • 51 Idem, p. 305. Voir aussi la page 302 (pour la faculté des lettres de Paris, deux professeurs sont s (...)
  • 52 Sur les intellectuels voir : Christophe Charle, Naissance des intellectuels : 1880-1900, Paris, Les (...)
  • 53 Louis Pinto, « La vocation de l’Universel : formation de la représentation de l’intellectuel vers 1 (...)

39Si l’on peut, semble-t-il, affirmer que les enseignants se transforment bien, de manière intermittente, en intellectuels, en liaison avec certaines crises très graves de la vie nationale, il faut cependant mettre en avant l’aspect exceptionnel de ce phénomène. L’engagement des universitaires lillois apparaît comme ayant, ici aussi, un « caractère cyclique »48 qui correspond aux grandes fièvres hexagonales49 des années 1870-1940. « La politique professionnelle, représentée par la détention de mandats législatifs [...] est de moins en moins compatible avec les carrières universitaires parisiennes »50 mais aussi provinciales et va à l’encontre de la scientificité et de l’objectivité nécessaires au chercheur. Plutôt qu’un militant ou qu’un élu, l’universitaire est désormais davantage un intellectuel qui trouve dans le combat pour la défense de certaines idées, une sorte de « substitut compensateur »51. Dès lors les universitaires se définissent davantage comme des intellectuels qui combattent pour des valeurs universelles52. Il s’agit bien de mettre en avant le « primat du concept général, philosophico-scientifique et de l’idéologie égalitaire »53 car leur intervention a une prétention à l’Universel. C’est d’ailleurs cette volonté d’abstraction et d’universalité que dénonceront les écrivains de l’autre camp (Barrès, Bourget), condamnant ces « doux rêveurs » coupés du réel qui œuvrent à la destruction des traditions et des valeurs de l’ancienne France.

40À la faculté des Lettres de Lille, les universitaires se transforment parfois en intellectuels entre 1870 et 1940, mais l’électroencéphalogramme de leurs interventions publiques est particulièrement irrégulier, connaissant le plus souvent, un calme plat. En fait, trois moments historiques marquent leur engagement qui reste cependant éphémère, de longues périodes de replis succédant très rapidement à une phase exceptionnelle d’engagement. C’est l’Affaire Dreyfus qui fait réellement entrer les universitaires de la faculté sur la scène politique entre 1898 et 1900 avant qu’ils ne retournent ensuite à leurs chères études et au silence. La Première Guerre mondiale marque ensuite un second pic d’engagement au nom de la guerre juste de la civilisation contre la barbarie germanique mais il faut ensuite attendre les années 1933-1935 et la nouvelle montée des périls extérieurs pour voir les enseignants sortir de leur réserve, au nom de la sauvegarde de la démocratie et des valeurs humanistes.

  • 54 Jean-François Condette, Une faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1870 à 194 (...)
  • 55 Le Progrès du Nord du 30 novembre 1898.

  • 56 Le Progrès du Nord du 17 février 1901.

  • 57 Voir Jean-François Condette, « Les enseignants d’histoire et de géographie à la faculté des lettres (...)
  • 58 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours (...)
  • 59 Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Folio, 1993, p. 96.
  • 60 Christophe Charle, Naissance des Intellectuels, Paris, Les Éditions de Minuit, 1990, p. 189.

41Nous avons traité par ailleurs54, dans le détail du positionnement de la faculté dans l’Affaire Dreyfus et il ne peut être question ici de reprendre dans son intégralité l’analyse. Il faut cependant noter que les enseignants de la faculté des lettres acceptent finalement à partir de 1898 de s’engager dans l’Affaire, suivant en cela nombre de leurs étudiants qui depuis des semaines s’opposent aux manifestations antisémites organisées par les étudiants catholiques et certains étudiants des facultés de l’État. Les littéraires jouent à Lille, comme dans de nombreuses autres villes universitaires, un rôle moteur dans la mobilisation du camp dreyfusard. André Chevrillon signe ainsi la pétition lancée par le journal Le Temps dès janvier 1898 qui réclame la révision du procès. Le 30 novembre 1898, le journal lillois le Progrès du Nord55 reprend la liste des signataires de la pétition en l’honneur de Picquart. Parmi les milliers de signatures, on peut noter celles des enseignants Ernest Langlois, Édouard Ardaillon, Henri Chamard, Médéric Dufour, Charles Petit- Dutaillis, François Dautremer et de Pierre Jouguet. Philippe Sagnac vient ensuite rejoindre le camp dreyfusard en multipliant les conférences pour la Ligue des Droits de l’Homme. Le 10 février 1901, il traite de la question juive sous Napoléon 1er et en profite pour lancer un appel à la tolérance et à la « fusion de toutes les races »56. Gustave Fougères, lui non plus, ne cache pas ses sympathies pour Alfred Dreyfus et en appelle à la révision du procès. C’est ainsi dix enseignants de la faculté qui s’engagent ouvertement en tant qu’intellectuels en faveur de la révision du procès, au nom de la justice, de la liberté et de l’égalité entre les Hommes. Entre 55 et 58 % du personnel enseignant de la faculté s’engage dans le combat, le total du personnel de l’institution variant entre dix-sept et dix-huit unités entre 1898 et 1902. Il faut aussi noter ici la forte présence des historiens-géographes qui fournissent six des dix engagements dreyfusards57. Les sections des lettres, de philosophie ou de langues vivantes sont plus frileuses. Les professeurs les plus âgés sont aussi les moins présents qui ne veulent souvent pas déroger à leur vieille habitude de non-intervention. « Le vivier universitaire »58 signalé dans la Capitale est donc bien présent à Lille. « L’Université, prise à tous ses degrés, fut la première catégorie sociale ou professionnelle sur laquelle le dreyfusisme put prendre appui »59. La présence d’une université catholique très puissante dans la ville semble avoir été un élément dynamisant dans cette intervention des enseignants qui ne voulaient pas laisser la parole aux seuls antidreyfusards. « Lyon et Lille, universités nettement dreyfusardes doivent ce choix au contexte politique orienté à gauche dans ces villes à l’époque mais surtout à la tension créée par l’existence d’universités catholiques concurrentes des facultés de l’État. Cette situation engendre un climat d’opposition passionnée [...], les professeurs et les étudiants des facultés catholiques étant massivement antidreyfusards »60. Un rapport du préfet du Nord au ministre de l’Intérieur, daté du 31 juillet 1899, informe Paris du développement de la Ligue des Droits de l’Homme, créée à Lille en mai et présidée temporairement par Médéric Dufour :

  • 61 Arch. nat., F7 12487, rapport du préfet du 31 juillet 1899.


« Les membres de la section lilloise de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen [...] ont décidé d’attendre la rentrée des facultés pour se livrer à leur active propagande auprès des étudiants de l’État qui, espère-t-on adhéreront en masse, suivant en cela l’exemple de leurs professeurs dont un bon nombre figure parmi les membres fondateurs de la ligue et font partie du comité directeur ». Le rapport annexe qui s’intéresse au comité directeur note : « Ce sont là, à quelques exceptions près, des étrangers au pays, appartenant surtout à l’enseignement supérieur [...]. Dufour et Debierre ont réussi à fonder l’Union des étudiants républicains de Lille [...]. La Ligue a atteint son développement [...] L’élément universitaire, représenté par les professeurs et les étudiants y est dominant »61.

42L’engagement des enseignants de la faculté des lettres au moment de l’affaire Dreyfus apparaît donc bien comme une mise en avant de leur rôle d’intellectuels, défenseurs des valeurs universelles de tolérance et de justice et cette intervention des lettrés de la république apparaît alors particulièrement intense, plus de la moitié des enseignants prenant ouvertement position pour le capitaine Dreyfus.

  • 62 Pour plus de détails, voir Jean-François Condette, Une faculté dans l’Histoire, op. cit., p. 323-33 (...)

43C’est le même réflexe d’intellectuels avides de défendre une philosophie et des valeurs humanistes que nous retrouvons à la fin de notre période, à partir de 1935 surtout, en réaction aux menaces multiples que font désormais peser quotidiennement les systèmes totalitaires proches. Mais si l’agitation étudiante est forte, opposant de multiples groupes et ligues politiques qui se font une concurrence acharnée dès le milieu des années vingt62, l’engagement professoral est beaucoup plus discret, se plaçant une nouvelle fois dans la défense de valeurs plus que dans l’adhésion à un mouvement politique précis ; Le mouvement étudiant socialiste avec son groupe « Matteotti », les Jeunesses communistes puis une mouvance plus large qui se regroupe sous le terme de Ligue Antifasciste puis de Front universitaire antifasciste s’opposent avec détermination aux forces d’extrême droite qui se développent dans les mêmes années autour des Camelots du Roi de l’Action française, de la Ligue des Jeunesses Patriotes et de sa phalange universitaire ou des groupuscules plus fascisants (Parti Francisque de M. Bucart, la Solidarité française de R. Coty…).

  • 63 Arch. dép. Nord, M. 154/275, Rapport de police du 1er
 mars 1935.
  • 64 Georges Scelle, enseignant pacifiste et cartelliste est chargé par un arrêté du 25 février 1925 d’u (...)

44L’agitation est forte à Lille, les meetings succédant aux meetings et les manifestations aux contre-manifestations qui tournent souvent au pugilat. Dans ce contexte, les professeurs lillois préfèrent s’abstenir de toute position publique et semblent par contre soutenir plus facilement les initiatives et les structures parisiennes, se rendant plus volontiers aux conférences organisées par la Ligue des Droits de l’Homme puis après 1934 par le Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes. Ce dernier organise par exemple une conférence le 24 mars 1935, salle du Conservatoire qui est faite par Pietro Nenni, secrétaire du Parti socialiste italien. Le commissaire note la présence d’une centaine d’auditeurs dont « une forte proportion d’instituteurs et de professeurs »63. La grande salle des fêtes de la faculté est même parfois prêtée à des organisations antifascistes mais il ne semble pas que les enseignants de l’institution aient particulièrement tenu à y assister. L’idéal ancien de scientificité objective, en dehors des querelles partisanes domine encore. En 1925, en pleine agitation nationale liée à l’affaire Scelle64, les autorités de la faculté lilloise autorisent un mouvement étudiant intitulé Ligue Antifasciste à utiliser la grande salle des fêtes pour une conférence. Mais le 13 mai 1925, jour de la réunion, les étudiants de droite auxquels se sont joints les apolitiques, organisent un chahut monstre qui empêche le discours. Une pétition est remise au recteur par les étudiants apolitiques qui désirent pouvoir continuer à travailler tranquillement :

  • 65 L’Écho du Nord du 14 mai 1925 et Arch. dép. Nord, 2 T 751.


« Pourquoi, Monsieur le recteur avez-vous autorisé que la politique vienne souiller un lieu où les idées de justice, de droit et de fraternité sont enseignées tous les jours par des maîtres vénérés. La Science est et doit rester au-dessus des partis. Le triste exemple de Paris doit suffire sans que l’Université de Lille qui fut toujours à juste titre, l’université des modérés, vienne s’inscrire elle aussi à la tête des mouvements extrémistes. Pas de religion, pas de politique, telle doit être la devise d’une maison où tous doivent être reçus comme des frères »65.

45Cette charte d’apolitisme n’est pas loin d’être partagée, semble-t-il, par la plupart des enseignants qui demeurent très en retrait dans ces années 1925-1935. Tout juste peut-on noter, nous y reviendrons par la suite, leur mobilisation intellectuelle pour la paix et la défense des droits de l’Homme, par l’organisation de grands cycles de conférences publiques qui prennent pour thème, à partir de 1935, les principaux pays d’Europe. Encore une fois, il s’agit là de conférences universitaires qui abordent de graves problèmes politiques de façon scientifique mais pas d’une réelle entrée dans la vie politique et dans ses structures partisanes. Si l’on excepte donc le « moment Dreyfus » dans sa période la plus critique (1898-1901), il faut donc conclure à un très faible degré d’engagement des universitaires littéraires lillois en politique. En quête de la Sophia, l’universitaire se méfie de la doxa, source d’illusions et d’erreurs. Il faut aussi tenir compte d’une nécessaire prudence tactique qui oblige l’enseignant à ne pas prendre de positions trop tranchées, condition d’une éventuelle mutation vers la capitale.

Les universitaires lillois : des ambassadeurs de la paix entre les peuples ?

  • 66 Voir Christophe Charle, La République des universitaires : 1870-1940, op. cit., chapitre 8 : « Amba (...)
  • 67 Sur l’idée de paix et le pacifisme voir : Maurice Vaisse, « Le passé insupportable : les pacifismes (...)
  • 68 Voir Jean-François Condette, « Les Universitaires français et l’idée de paix de 1900 à 1939 » dans (...)

46S’ils semblent se méfier terriblement d’un engagement politique partisan, les enseignants de la faculté des lettres de Douai puis de Lille ne cachent pas, par contre, leur volonté de défendre un idéal humaniste s’abreuvant aux sources de la paix et de la justice entre les nations. Plus que des hommes de partis, ils apparaissent alors comme des ambassadeurs de la paix entre les hommes et entre les États, au nom du progrès de l’Humanité66. Dès lors, leur action d’enseignement, leurs conférences publiques mais aussi leurs voyages à l’étranger où la réception d’hôtes venant de l’étranger, prennent une dimension supplémentaire qui ressemble fort à une catéchèse scientifique. Par la diffusion des connaissances et l’éducation des hommes, par la destruction progressive des préjugés, ils sont persuadés d’œuvrer à la paix universelle67. Cette dimension de leur action, très sincèrement ancrée dans les cœurs doit cependant faire face à deux guerres mondiales qui mettent à mal leurs croyances et entraînent de terribles examens de conscience68.

1870-1914 : Une génération d’Agathon à l’Université ?

47Si, après le choc de la défaite de 1870, les esprits semblent un temps mobilisés par l’idée de la nécessaire revanche, il est par contre totalement péremptoire d’imaginer les années 1870-1914 comme étant celle d’un long mais inéluctable avant-guerre où les enseignants lillois auraient patiemment mais sûrement œuvré à la diffusion d’un nationalisme revanchard, préparant la jeunesse française à « bien mourir », justifiant à l’avance le carnage en préparation au nom de la mission sacrée de reconquête des provinces perdues. Les enseignants de la faculté acceptent d’être, par leurs cours et leurs conférences publiques, des éveilleurs des âmes mais ce qui est fondamental pour eux, c’est d’expliquer la mission mondiale de la France qui doit être le guide de l’Humanité par la défense puis la diffusion des valeurs héritées de 1789 et des philosophes du XVIIIe siècle. Certes, les enseignants sont patriotes et ne transigent pas avec les intérêts immédiats de la nation, mais ils placent au-dessus de tout l’idée d’une nécessaire paix des peuples, condition du triomphe des idées universelles. Trois « crises » permettent ici de saisir le positionnement de l’institution face à ce délicat problème.

  • 69 Lille Université, 1905, p. 9-15.

  • 70 Le Progrès du Nord du 14 mars 1914.

  • 71 Arch. dép. Nord, VM 146173, procès-verbal de l’assemblée de la faculté des Lettres de Lille dans sa (...)
  • 72 Annales de l’Université de Lille, année 1912-1913.

  • 73 Agathon, Les jeunes-Gens d’aujourd’hui, Douai, Imprimerie Nationale, 1995, 293 p. (Présentation par (...)
  • 74 Lille Université, février 1913, p. 31-37.


48Une première mobilisation, assez faible il est vrai, secoue la faculté en 1905 après que la loi du 21 mars ait réduit la durée du service militaire de trois à deux ans mais en supprimant la plupart des anciennes exemptions étudiantes. La loi risque alors de faire baisser les effectifs et le doyen Dupont craint que les étudiants bénévoles ne disparaissent. « Les deux années de service militaire contrarieront certaines vocations hésitantes… Elles porteront aussi atteintes aux vocations les plus décidées »69. Mais c’est surtout la loi des trois ans, du 7 août 1913, qui déclenche les plus vives critiques. La loi décide en effet de faire passer le service militaire de deux à trois ans pour compenser le déséquilibre démographique avec une Allemagne qui vient de renforcer son armée. Le débat secoue alors l’université française et s’il est vrai qu’il existe des manifestations bruyantes de soutien à la loi, il y a aussi de multiples plaintes des étudiants et des enseignants qui lancent une réelle campagne d’opinion, ayant recours aux pétitions et aux manifestations. À Lille, « le nouveau projet de loi n’a pas suscité parmi la jeunesse universitaire l’enthousiasme inconsidéré que toute une presse a prêté [...]. Une majorité d’étudiants protestent contre le projet »70. Exceptionnellement, l’assemblée de la faculté des lettres, très respectueuse de la neutralité officielle, sort de sa réserve et discute de la loi. Dans sa séance du 18 avril 1913, elle déclare « se soumettre aux décisions que les pouvoirs publics estiment devoir prendre mais considère « que la force qui naît du savoir et de la culture de l’intelligence constitue un élément essentiel de la puissance d’un pays »71. Elle émet alors le souhait que les étudiants puissent, après une année de service, être affectés dans des villes universitaires avec l’autorisation de participer aux cours et de passer les examens. Le doyen Georges Lefèvre en personne entre dans le débat et déclare : « si de longs congés de moissons ou de vendanges sont prévus par la loi [...], quel inconvénient y aurait-il à ce que les étudiants incorporés fussent autorisés, dans les mois qui précèdent l’examen, à partir eux aussi, en congé de moisson »72. Il faut surtout prendre garde de ne pas œuvrer au désarmement intellectuel du pays. Les universitaires lillois semblent ne pas apprécier beaucoup la célèbre enquête d’Agathon intitulée Les jeunes gens d’aujourd’hui et qui conclue un peu hâtivement à la victoire de l’instinct national et à la disparition de l’antipatriotisme autrefois si puissant dans les facultés73. Beaucoup d’enseignants approuvent alors la mise au point faite par Lille Université dans son numéro de février 1913 : « Toutes les aspirations à la paix, à la fraternité qui agitèrent les âmes il y a vingt ans, toutes ces conceptions… elles nous animent encore »74.

  • 75 Bulletin de la Société de géographie de Lille, 1913, p. 264-286.


49Les lettrés lillois de la république ne sont donc pas, entre 1870 et 1914 des chantres de la revanche guerrière même s’ils diffusent activement un pacifisme patriotique qui fait de la France une nation phare de l’humanité parce qu’elle incarne les valeurs universelles de démocratie, de justice et de liberté. Jules Gay, lorsqu’il écrit en 1913, un long article sur l’Alsace et les Alsaciens depuis 1870 ne sombre pas dans une caricature grossière qui justifie a priori la guerre nécessaire75. Né à Strasbourg, le professeur d’histoire médiévale, livre au lecteur un article raisonné qui s’appuie sur un voyage réalisé en novembre 1913 dans les provinces perdues. Il dresse en fait un historique très minutieux des relations entre la population et les autorités allemandes. Rappelant les protestations des députés alsaciens et lorrains contre le rattachement à l’Allemagne en 1871, étudiant les importants mouvements de population et les implantations d’Allemands, il montre finalement que l’attachement à la France reste très profond. Jules Gay exhorte alors les Français à ne pas oublier les habitants des provinces perdues : « ce qui doit subsister toujours, c’est le sentiment et l’idée d’une grande injustice à réparer [...]. Personne ne peut plus nous accuser sereinement de vouloir à chaque instant troubler le repos de nos voisins. Nous avons montré et montrons tous les jours nos dispositions pacifiques ». Détruisant un à un les arguments germaniques qui font de l’Alsace-Lorraine une terre d’Empire depuis Fréderic Barberousse, Jules Gay espère une possible issue pacifique par le biais de négociations. L’idéal de paix est donc ici encore une constante du positionnement de l’universitaire lillois.

1914-1918 : le ralliement massif à la « guerre juste »

  • 76 Voir parmi de très nombreux ouvrages : Jean-Jacques Becker, Les Français dans la Grande Guerre, Par (...)
  • 77 Voir Jean-François Condette, « Les Universitaires français et l’idée de paix de 1900 à 1939 » dans (...)
  • 78 Patrick Fridenson (dir.), « L’autre front : 1914-1918 », Cahier du Mouvement Social, n ̊ 2, 1977, 2 (...)

50La prégnance de ce patriotisme pacifique entraîne un ralliement massif des universitaires à l’effort de guerre et leur participation unanime à l’Union sacrée pendant la Première Guerre mondiale76. L’état de paix étant violé par « l’agresseur germanique », c’est désormais une lutte sans merci qui doit s’engager pour la victoire du droit et de la civilisation contre la barbarie et la force77. Si les plus jeunes des enseignants titulaires de la faculté connaissent bien l’épreuve du feu, leurs collègues plus âgés, quant à eux, se mobilisent de façon intense sur l’autre front78, remplaçant les enseignants absents, œuvrant au maintien de la confiance en la victoire finale.

  • 79 Voir Pierre Pierrard, « Lille ville allemande » dans 1914-1918 : Mourir pour la patrie, Paris, Le S (...)
  • 80 Voir Jean-François Condette, « L’Université de Lille dans la Première Guerre mondiale : 1914-1918 » (...)
  • 81 Pour de plus amples détails, voir Jean-François Condette, « Une faculté dans l’Histoire..., op. cit (...)

51À Lille, l’expérience des universitaires revêt une triple dimension qui place les facultés dans une situation très délicate79. Alors que les plus jeunes sont mobilisés et connaissent l’épreuve du feu, d’autres ont décidé de rester dans une ville de Lille occupée pendant quatre années par les troupes ennemies afin d’assurer la survie de l’institution et, par elle, le maintien de la pensée française ; d’autres enfin, ayant quitté la région devant l’avance allemande, se mettent ensuite au service de l’Instruction publique en « zone libre », acceptant souvent une grosse charge de travail au nom des intérêts supérieurs de la patrie. Il y a donc bien une mobilisation très active au service de la patrie en danger80. Après les mobilisations successives puis les ordres d’évacuation, ils ne sont plus que deux titulaires du début de l’année 1914 à faire la rentrée universitaire de février 1915 dans une ville allemande. Ernest Langlois reste fidèle au poste jusqu’en novembre 1916, date à laquelle il doit être évacué pour des raisons sanitaires (grave maladie des yeux). Il ne reste plus alors que Jules Derocquigny comme titulaire entre 1916 et 1918 qui professe tout en assurant le décanat « par intérim ». En étroite liaison avec le recteur Georges Lyon, il réussit, au prix d’énormes sacrifices, à maintenir l’institution en vie, recrutant des suppléants dans l’enseignement secondaire, organisant quelques sessions de licence aux milieux des pires privations81.

  • 82 Arch. nat., F17 13698. Un rapport du doyen Lefèvre, daté du 17 septembre 1917 (8 p.) permet de fair (...)
  • 83 Annales de l’Université de Lille, rapport du doyen, année 1918-1919.

52Ils sont ensuite six à être mobilisés dans l’armée française à des postes divers82. Étienne Gilson participe aux terribles combats de Verdun comme sous-lieutenant de mitrailleuses. Fait prisonnier, il connaît ensuite les affres de la captivité en Allemagne où son esprit frondeur lui fait connaître les camps de représailles. Les enseignants François Benoit, Henri Bornecque, Floris Delattre et René Massigli (chargé de cours) sont aussi mobilisés tout comme Antoine Vacher qui travaille au Service géographique des armées. François Benoit accomplit une œuvre admirable à la tête du patronage des blessés militaires où « il a sauvé des milliers d’existences et empêché de multiples amputations »83. Henri Bornecque est fait chevalier de la Légion d’honneur à la fin de la guerre pour son zèle ingénieux et son dévouement sans borne pour le service central du Trésor et des Postes aux Armées. Floris Delattre est mobilisé d’août 1914 à février 1919 comme lieutenant interprète à la mission du ministère de la Guerre auprès du Grand quartier général américain.

53Les autres titulaires de 1914, repliés à l’arrière, occupent des postes très divers. Le professeur Clément est détaché à l’Université du Caire où il enseigne la littérature française ; Médéric Dufour travaille au lycée Voltaire de Paris tandis qu’Alfred Ernout est affecté au lycée Louis-le-Grand ; Jules Gay enseigne à l’Institut français de Florence où il semble avoir aussi joué un rôle diplomatique puis à la faculté des lettres de Grenoble. Le doyen Georges Lefèvre, resté à Lille jusqu’à la fin de l’année 1914, préfère fuir la zone occupée par la Belgique et les Pays-Bas ne supportant pas les pesanteurs de la présence allemande. Revenu en France via l’Angleterre, il se met au service de la nation en tant qu’enseignant au lycée Condorcet. Il crée aussi une université de l’arrière dans la Somme et tente d’organiser des cours et devoirs par correspondance pour les soldats mobilisés ou blessés. Philippe Sagnac est à la faculté de Bordeaux tandis que Pierre Jouguet, André Lirondelle et Léon Mis donnent des cours dans divers lycées. Alexandre de Saint-Léger, quant à lui, enseigne aussi sur Paris et administre avec quelques autres universitaires, les Archives nationales. Henri Potez enseigne un temps au lycée d’Amiens puis part en mission dans les universités italiennes (Rome, Florence, Milan). Félix Piquet, resté à Lille au début de l’invasion allemande, sauve la vie du préfet Trépont et de son adjoint Borromée, pris à partie par un jeune lieutenant allemand qui menaçait de les fusiller pour avoir organisé l’évacuation des mobilisables au nez et à la barbe des forces allemandes. Germaniste, Félix Piquet a alors longuement négocié.

  • 84 Arch. dép. Nord, 2 T 605, lettre du recteur Georges Lyon au Ministre datée du 10 septembre 1914.

« Des procédés odieux ont été employés contre le maire d’abord puis avec plus de brutalité encore contre le préfet et le secrétaire [...] dont la vie a été un moment en très sérieux danger. Dans ces circonstances tragiques, je tiens à vous signaler les grands services rendus [...] par le professeur Piquet [...]. Le héros des agressions était un lieutenant, Von Oppel, insolent, colérique [...] sur lequel notre collègue, par son sang-froid, son courage et sa modération [...] a fini par exercer un véritable ascendant en empêchant cet énergumène d’aller jusqu’au bout de ses menaces »84.

54Le professeur Piquet quitte ensuite la zone occupée et donne des cours dans divers lycées parisiens et à l’École pratique des Hautes Études. Le professeur honoraire Penjon, très âgé, accepte de s’occuper de la Bibliothèque municipale de Douai et cache peu à peu les trésors qu’elle contient (surtout des manuscrits). Âgé de 72 ans, il est cependant arrêté pour résistance, transféré par péniche, dans des conditions déplorables, vers son lieu de détention à la prison de Cuincy. Usé, il devait décéder en août 1919.

55Ce choc traumatique de la Première Guerre mondiale joue également à plein pour la génération suivante d’enseignants, futurs titulaires de l’institution et qui sont souvent étudiants juste avant 1914 ou jeunes enseignants du secondaire. Raoul Labry qui a trente-quatre ans en 1914, est d’abord capitaine interprète à l’État-major de l’armée puis officier d’administration de la Mission médicale française en Serbie de mars 1915 à février 1916. Il est ensuite officier de liaison avec l’armée russe de mars 1916 à mars 1918, vivant sur place les révolutions russes, négociant après octobre 1917 au nom de la Commission de protection des intérêts français en Russie. Aurélien Digeon est aussi interprète au sein de l’État-major, en liaison avec l’armée britannique. André Gibert est officier d’artillerie de 1915 à 1918 et se retrouve cité par deux fois à l’ordre de son régiment. Auguste Jardé est officier interprète dans l’Armée d’Orient en 1915-1917. André Moret qui n’est alors qu’un jeune étudiant lillois de dix-sept ans est contraint par l’occupant à vingt mois de travail forcé pour avoir exhibé un insigne tricolore devant un soldat allemand. René Hubert, le futur doyen, est mobilisé dès le 2 août 1914 dans un régiment d’infanterie et devient en juillet 1917 commandant d’un corps de mitrailleuses. Georges-Abraham Ascoli, quant à lui, est mobilisé du 2 août 1914 au 23 mars 1919 et passe cinquante-trois mois au front. Blessé par un éclat d’obus à la cuisse gauche le 13 avril 1915, il est ensuite intoxiqué par un obus d’ypérite le 22 mars 1919 avant de connaître une troisième blessure (éclat d’obus dans la cuisse gauche), le 12 juin 1918. Il devait d’ailleurs reprendre du service en 1939 en tant que lieutenant-colonel. Fait prisonnier en 1940, il est libéré en août 1941 mais est ensuite arrêté par la Gestapo le 21 février 1944 avec sa femme. Déporté par Drancy, il disparaît à Auschwitz en mars 1944.

  • 85 Voir la Revue de Métaphysique et de Morale, tome 1918 : « Réflexions sur la force du droit » (p. 38 (...)
  • 86 René Hubert, Les interprétations de la guerre, Paris, Flammarion, 1919, 322 p.

  • 87 Idem, p. 18.


56Cette participation des élites universitaires à la réalité de la Première Guerre mondiale est ici fondamentale pour comprendre leur attachement postérieur à l’idée de paix et à l’œuvre de dialogue entre les peuples européens au nom du « plus jamais ça ». Ils sont cependant peu nombreux au sein de la faculté à transcrire sur le papier leur vécu guerrier ou leurs impressions de l’arrière. Seul René Hubert semble longtemps s’intéresser au problème guerrier, livrant au public plusieurs articles par l’intermédiaire de la Revue de Métaphysique et de Morale85 puis publiant en 1919 un gros ouvrage de plus de 300 pages sur les Interprétations de la Guerre86. Il s’agit pour lui de donner un sens à ce qui paraît ici irrationnel et folie meurtrière car la pensée exige de comprendre ce qui s’est passé. « Ce sont donc en vérité deux doctrines, deux philosophies de l’homme dans ses rapports avec la nature et la société politique qui se sont heurtées sur les champs de bataille »87. Pour la Germanie, la guerre fut une entreprise brutale de conquête, de domination et de jouissance. Reprenant le discours justificatif sans cesse affirmé pendant le conflit, René Hubert note qu’il s’agissait, pour la France, de sauver son âme et de défendre la démocratie et la liberté.

  • 88 Ibidem, p. 53-54.


« Le rôle de la Germanie dans l’humanité est de germaniser l’humanité mais sans oublier que la Germanie est la fin et l’humanité le moyen. Notre doctrine est inverse. La France ne s’est jamais désintéressée des destins de l’humanité. Mais toutes les fois qu’elle a parlé de civilisation et de culture, elle a songé à s’humaniser elle-même, et non à franciser le monde. Elle a posé l’humanité comme la fin, elle s’est offerte comme le moyen [...]. Un monde où la France parle selon le droit peut faire confiance au triomphe du droit »88.

  • 89 Jean-François Condette, « La Grande Guerre des universitaires français (1914-1918) », Colloque des (...)
  • 90 René Hubert, Les interprétations de la guerre, Paris, Flammarion, 1919, p. 316.
  • 91 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, Paris, Le Se (...)
  • 92 Idem, p. 113.


57La France a combattu avec la force du droit, au nom de la morale89. Mais René Hubert s’intéresse ensuite aux conséquences multiples de la guerre sur les hommes, en particulier sur les mœurs, les croyances, les institutions et la culture pour montrer l’importance des mutations opérées. Il s’agit aussi de construire le droit de la paix et de mettre sur pied la Société des nations qui permettra de vaincre la guerre. « Sauvegarde du présent, la Société des nations sera en même temps une garantie d’avenir »90. Il semble donc bien que « le consentement à vaincre ou mourir, puis à vaincre pour ne plus mourir, devient ainsi l’idée fixe qui orchestra toute la vie culturelle affichée »91 des années 1914 à 1918. Par une sorte d’acquiescement défensif92, les universitaires lillois acceptent de soutenir l’effort de guerre national au nom de la défense du pays attaqué et de la sauvegarde d’une civilisation fondée sur les droits de l’homme, la liberté et la justice. Dès lors, le ralliement à l’Union sacrée ne peut apparaître comme un reniement de leur idée de paix antérieure à 1914 mais bien comme une continuation de leur mission de diffusion ou de sauvegarde des valeurs universelles.

1919-1939 : Des ambassadeurs de la paix voués à l’impuissance ?

  • 93 Jean-François Condette, « Les universitaires français et l’idée de paix de 1900 à 1939 », article c (...)

58Les universitaires littéraires lillois sortent de la Première Guerre mondiale avec, chevillée au corps, l’idée qu’il ne faut plus jamais accepter le retour de l’horreur guerrière93. L’idée de paix, déjà intégrée depuis de longues années dans leur panthéon idéologique à vocation universelle, aux côtés des grandes valeurs de justice et de démocratie, sort renforcée et radicalisée de la tourmente. Cette imprégnation pacifiste est d’autant plus forte qu’ils sont nombreux à éprouver une mauvaise conscience rétrospective. Leur participation active et totale à l’effort de guerre apparaît, avec le recul, comme une complicité au grand massacre où ils ont exhorté les jeunes générations à bien mourir. Dès lors, les années 1919-1939 doivent être analysées comme un effort tragique afin d’éviter le retour d’un nouveau séisme guerrier. Le culte des morts devient rituel et semble être le meilleur vaccin contre la folie humaine alors que les universitaires tentent aussi de rapprocher les peuples par la multiplication des échanges et des informations sur l’étranger. Cette incapacité à penser la guerre, à imaginer son retour débouche, chez certains intellectuels, sur une forme de cécité qui les rend inapte à saisir la nature profonde des régimes totalitaires qui se développent alors. Toute analyse alarmiste de la situation internationale fait remonter à la surface le souvenir des horreurs et des « erreurs » de 1914-1918 et se retrouve immédiatement cataloguée comme une tentative belliqueuse. Si aucun des enseignants de la faculté n’adopte les positions des pacifistes ultras (« Plutôt Hitler que la guerre »), le trouble des consciences est, par contre, tout à fait perceptible avec une progressive perte des illusions en la sûreté de la sécurité collective théoriquement assurée par la Société des nations. À partir de 1935, rompant avec leur traditionnelle prudence, les universitaires prennent désormais comme thème de leurs conférences publiques, des questions d’actualité touchant les pays voisins, réaffirmant ainsi leur mission d’intellectuels qui se doivent d’avertir les populations des menaces de l’heure.

  • 94 Annales de l’Université de Lille, année 1919-1920.

59Dès 1919, les enseignants de la faculté relancent l’Institut d’expansion universitaire et de patronage des étudiants étrangers, créé avant 1914. Le but de cet institut est d’accroître le rayonnement intellectuel de l’université de Lille dans l’académie par l’organisation de conférences mais aussi et surtout de développer son influence à l’étranger. Cela se traduit concrètement par une aide immédiate accordée aux étudiants étrangers qui viennent suivre les cours des facultés. L’institut leur facilite le logement et leur insertion dans le tissu urbain lillois. Il organise aussi des cours spécifiques de vacances pour les étrangers qui désirent passer le diplôme d’études françaises. Ces cours d’été ont lieu à Boulogne-sur-Mer et les enseignants littéraires y participent volontiers. Dès l’été 1920, les cours sont réouverts du 16 juillet au 28 août et accueillent 254 stagiaires94. En 1921, ils sont désormais 243 inscrits dont 35 sarrois ; le directeur de l’institut s’empresse d’ailleurs de noter qu’il n’y a pas eu d’opposition à leur égard. Ainsi relancé, l’institut poursuit son œuvre jusqu’à l’été 1939. Il y a 816 inscrits au cours de l’été 1930 puis les chiffres diminuent progressivement en liaison avec la crise économique mondiale puis le développement des tensions internationales. Il y a encore cependant 303 inscriptions à l’été 1938.

  • 95 Annales de l’Université de Lille, année 1927-1928.

  • 96 Idem, année 1931-1932.

  • 97 Ibidem, année 1938-1939.


60En 1928, l’Institut d’expansion universitaire innove et crée un système de cours mixtes. Le but recherché est revendiqué sans détour : il s’agit d’œuvrer au « rapprochement des jeunesses françaises et allemandes, prélude nécessaire à un rapprochement durable des peuples »95. Charles Guerlin de Guer, directeur de l’Institut, a fait un séjour à Berlin en avril 1928 pour organiser ce système d’échanges. Des groupes de lycéens ou d’étudiants allemands viendront en France pour les vacances alors que des Français partiront en Allemagne ; les choses se concrétisent dès l’été 1928 et soixante-seize élèves allemands viennent en France alors qu’une cinquantaine d’élèves français partent dans la région de Berlin. Le même système est aussi mis au point avec l’Angleterre et ces échanges semblent bien fonctionner jusqu’en 1932-1933. Dans son rapport de 1932, Charles Guerlin de Guer signale ainsi que trois camps de vacances fonctionnent en Allemagne et trois en France. L’œuvre lui apparaît encore « pleine d’espérance »96. La crise économique et le repli des nations sur elles-mêmes puis les tensions liées à la politique des nazis au pouvoir, ralentissent l’œuvre engagée mais sans entraîner sa disparition immédiate. Charles Guerlin de Guer note en 1932-1933 que « des circonstances malheureuses, indépendantes de notre volonté, ont ralenti nos relations avec l’étranger ». Des contacts sont maintenus avec les universités allemandes et les organisations chargées des échanges. En 1937, le foyer de vacances franco-allemand fonctionne toujours. En juillet août, des groupes de jeunes Allemands viennent en France alors que des élèves français partent pour Göttingen et Alexisbad. Le groupe des filles françaises loge dans des familles de Berlin entre le 17 juillet et le 8 août, sans difficulté aucune, note le rapport. En 1939, par contre, les choses se gâtent et il n’y a plus d’échanges avec l’Allemagne : « Il est superflu de donner les raisons de l’abstention totale des Tchécoslovaques et des Autrichiens. Quant aux Allemands eux-mêmes, ceux qui prennent part volontiers à nos cours de vacances en sont empêchés par les règles sévères qui régissent l’exportation des devises [...]. L’organisation de groupes scolaires ne saurait être envisagée »97.

  • 98 Annales de l’Université de Lille, rapport sur la mission en Europe centrale, p. 96-113.

61La faculté des Lettres tente également de tisser durablement des liens de coopération avec les pays de l’Europe centrale. On se souvient que des cours de langue et de civilisation russes étaient apparus dès mai 1892 et s’étaient ensuite maintenus constamment. Après 1919, cette volonté d’ancrage à l’Est se renforce. Au cours de l’année 1927-1928, Charles Guerlin de Guer est ainsi chargé d’une mission officielle de propagande universitaire en Europe centrale. Il doit faire connaître l’université de Lille en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie, en Suisse, en Allemagne, en Autriche et en Hongrie. Il se lance donc dans un long périple européen et visite de multiples villes. À Berlin, il est accueilli par la Deutsche Ligua für Menschenrechte (Ligue des droits de l’Homme) et l’enseignant en profite pour préciser sa mission fondamentale : « faire tomber les vieilles haines entre les deux peuples »98. C’est ensuite Budapest, Vienne, Belgrade, Zagreb, Zurick, Berne et Sarrebrück où il multiplie les contacts et les projets de jumelage. Le professeur termine alors son rapport ainsi :

  • 99 Idem.

« En matière de politique extérieure [...], on ne se doit rien prendre au tragique mais on ne saurait se dissimuler que tout n’est pas pour le mieux dans la meilleure des Europe possible, que la voie de la conciliation, de l’entente et de la paix morale absolue, est encore embarrassée d’obstacles sérieux et d’embûches [...]. En Allemagne, le mot paix est sur toutes les lèvres mais il s’agit d’une paix conditionnée et dont nous ne saurions accepter toutes les conditions [...]. Les nationalistes eux-mêmes et les racistes sont des pacifistes dans l’attitude mais cette unanimité même, dissimule peut-être des desseins cachés »99.

62Cet intérêt pour l’Europe centrale se concrétise d’ailleurs à la faculté par la création de nouveaux enseignements. En 1927 apparaît en effet un cours de langue et littérature polonaises qui se maintient ensuite jusqu’en 1940. Un lecteur de polonais, Godlewski organise aussi de multiples conférences et même des échanges linguistiques avec la Pologne. La faculté lance, dès l’année suivante (1928), des cours de langue et civilisation roumaines assurés par Marcel Emerit puis obtient la création d’une chaire d’histoire et de civilisation de l’Europe Centrale confiée en 1937 à Lucien-Victor Tapié.

  • 100 Revue du Nord, tome 1923, p. 305-308.

63Cette volonté d’œuvrer au rapprochement des peuples par la multiplication des liens directs entre les habitants et une meilleure connaissance de « l’autre » continue à être associée, chez la plupart des enseignants, au sentiment que la France a un rôle historique à assumer en tant que pays des Droits de l’Homme et de la liberté. Philippe Sagnac théorise bien cette conception dominante du rôle historique de la France dans une conférence publique qu’il prononce à Montreuil-sur-Mer en octobre 1923 sur la patrie et le patriotisme français100. Revenant à grands traits sur la naissance de la patrie moderne depuis Bouvines, il insiste sur l’épisode révolutionnaire qui voit la Nation s’opposer à l’arbitraire royal. Les grandes tragédies de l’histoire nationale, et en particulier la Première Guerre mondiale, ont montré la force du sentiment national mais Philippe Sagnac insiste surtout sur la mission historique de la France. Dès lors, le patriotisme français ne peut être ni dominateur ni conquérant. L’honneur de la France n’est pas de conquérir des territoires mais de conquérir les âmes aux valeurs universelles héritées de la philosophie des Lumières. La France est donc une grande puissance morale qui « aspire à régner sur le monde, non par le développement de la force mais par la force du droit [...]. Le patriotisme français est essentiellement associé à la liberté ».

64C’est cette conception d’une sorte de mission libératrice de la France, et en particulier de ses enseignants qui doivent diffuser la Vérité et faire reculer le mensonge, qui semble avoir incité les universitaires à abandonner leur traditionnelle prudence à partir de 1935 pour choisir des thèmes d’actualité dans leurs grandes conférences publiques. Ces « moments mondains », héritages des facultés académiques d’avant 1880, s’étaient en effet maintenus avec succès, les professeurs acceptant de recevoir dans le grand amphithéâtre de la faculté, l’élite bourgeoise de la région venue écouter, en fin de journée, la bonne parole du savant maître. L’habitude prise avant 1914 de grouper ces conférences autour d’un thème fédérateur est également pérennisée. C’est ainsi qu’en 1924, l’Université traite de la France intellectuelle sous le Second Empire ; en 1930, le thème retenu est celui des contes et des légendes d’autrefois ; en 1933, les universitaires organisent les conférences autour des tendances artistiques et littéraires contemporaines.

  • 101 Arch. dép. Nord, 2 T 766, programmes des conférences.

  • 102 Les conférences sont reproduites dans la Revue de la philosophie et d’histoire générale de la civil (...)
  • 103 Les conférences sont les suivantes : Les origines médiévales du romantisme allemand (F. Piquet), L’ (...)

65Brusquement, en 1935, certainement devant l’urgence de la tâche à accomplir, les universitaires décident de choisir comme thème le monde germanique. Huit conférences sont alors proposées au public dont six sont réalisées par les enseignants de la faculté101. Ernest Piquet se charge ainsi de la grande conférence introductive sur le préjugé raciste où il fait l’historique de ces idées depuis Gobineau, définissant la notion de race aryenne et sa volonté prétendue de domination du monde. Parlant du mouvement raciste allemand, il note bien que « l’antisémitisme n’est pas une passagère agitation de surface mais une puissante lame de fond »102. Le professeur détruit ensuite, argument par argument, les théories nazies de la suprématie de la race aryenne, montrant que l’Allemagne, comme tous les pays européens, a connu un profond mélange des peuples depuis l’Antiquité. Dénonçant le pangermanisme et le national-socialisme, Ernest Piquet note que « c’est en Allemagne [...] que cette opposition s’exacerbe [...] et qu’elle menace de causer à l’humanité des désastres incalculables. Cependant, de l’autre côté du Rhin, tous les esprits ne sont pas acquis à cette doctrine haineuse ». Il faut donc encore œuvrer à la fin de la mésintelligence franco-allemande au nom de la paix universelle. Léon Mis, quant à lui, réalise une conférence sur Nietzsche et Stephan George pour démontrer qu’ils ne sont en rien, au-delà de la similitude de certaines expressions, des précurseurs du Troisième Reich. René Hubert tente de dégager ensuite les grandes caractéristiques de la métaphysique allemande. Les autres conférences sont plus classiques et portent sur le romantisme, la musique ou l’économie allemande103. Les universitaires, conscients des dangers que représente l’idéologie nazie, veulent donc éclairer l’opinion publique septentrionale. Ils acceptent ici de reprendre leur rôle d’éveilleurs des âmes qu’ils avaient quelque peu mis de côté, au nom de la défense des valeurs universelles de tolérance, de liberté et de justice.

  • 104 Voici les thèmes des dix conférences : Impressions d’Italie ; la résurrection de l’Italie antique : (...)
  • 105 Revue d’histoire de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation, tome 1936, p. 220.

66L’année suivante, en 1936, c’est l’Italie qui est au programme autour de dix conférences dont sept sont réalisées par les littéraires. Si Jean Lhomme (droit), dans sa conférence sur l’économie de l’Italie contemporaine met bien l’accent sur les aspects dictatoriaux du régime et sur l’économie de guerre mise en place par le Duce, les autres conférences apparaissent beaucoup moins sévères envers Mussolini que les conférences de 1935 sur le régime nazi. Il semble bien, à ce niveau, que les universitaires aient encore quelques illusions sur le régime italien ou quelques espoirs de ramener l’Italie parmi les alliés de la France. Le ton est indiscutablement beaucoup plus modéré et les conférences mettent au centre de la problématique des questions d’art et de culture104. Seul Jean Lhomme apparaît très critique dans sa conférence du 15 février 1936. L’actuelle guerre d’Éthiopie, par les sanctions internationales, ne fait qu’ajouter un autoritarisme économique à un système autoritaire dans l’ordre politique. « Mussolini n’est pas un théoricien. C’est surtout un pragmatique ». Décrivant les étapes de la mise en place de la dictature, entre 1919 et 1922, insistant sur le tournant de l’Affaire Matteotti, le professeur décrit ensuite l’œuvre économique de Mussolini et l’étatisation croissante des structures. Si les réussites existent (bonification des terres, progrès industriels…), il ne faut pas cacher les échecs et la fragilité de l’économie italienne. « Pour ne juger le régime fasciste que dans l’ordre économique, il reste une œuvre souvent grande et parfois grandiose mais… entravée par une politique d’expansion et de prestige hors de proportion avec les capacités du pays… Le mérite et la faiblesse des dictatures, c’est de faire reposer sur un seul, le poids et la responsabilité de la tâche »105.

  • 106 Idem, tome 1937, p. 309-326.

  • 107 Ibidem, p. 327-342.


67En 1937 et 1938, l’université lilloise continue son œuvre de présentation des pays proches, souvent au cœur de l’actualité internationale, et s’intéresse à la Russie (1937) puis au monde slave de l’Europe centrale (1938). Si les enseignants consacrent beaucoup de temps à « l’âme russe », à sa littérature et à sa musique, Pierre Pascal accepte de réaliser une grande conférence sur l’histoire de la Russie de Pierre-le-Grand à Lénine tandis que Jean Lhomme traite de l’économie soviétique. Pierre Pascal insiste ainsi sur les malheurs du peuple russe après l’échec de la révolution de 1905 puis sur les espoirs déçus de 1917 qui ont débouché sur la dictature communiste et l’étatisation totale. « Et de nouveau, la Russie se trouve partagée, après Lénine comme après Pierre-le-Grand, entre une minorité de dirigeants gouvernant bureaucratiquement, considérant le pays comme une masse barbare à peine bonne pour servir d’instrument à leurs visées »106. Jean Lhomme quant à lui insiste sur les atouts économiques de l’URSS (espace, richesses naturelles, main-d’œuvre nombreuse…) et sur le rôle fondamental de l’État par la planification et la collectivisation. Mais le développement industriel réel est basé sur l’exploitation du peuple par les tsars rouges : « c’est par le rationnement que s’est édifiée l’URSS [...]. La souffrance d’un peuple est à la base de son ascension »107. Le professeur parle alors de la liquidation des koulaki et du pouvoir absolu d’une caste politique. Le système soviétique apparaît donc peu enviable et dangereux, ne respectant pas les principes humanistes de l’Europe occidentale.

  • 108 Revue d’histoire de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation, tome 1938, p. 211-226

68En 1938, les universitaires abordent le thème de l’Europe centrale et du monde slave, question brûlante s’il en est, les revendications nazies sur les Sudètes datant de cette même année. La faculté ose donc entrer dans les débats de l’histoire immédiate au nom de la défense de certaines valeurs. Huit conférences sont organisées qui touchent aussi bien à la géographie, à l’histoire qu’à la littérature des pays slaves. Deux conférences en particulier témoignent d’un réel engagement politique. Maurice Braure, traitant du rôle historique de la Pologne, insiste sur les liens qui unissent ce pays à la France et sur le danger permanent qu’a toujours représenté pour elle, la poussée germanique vers l’Est (« Drang nach Osten »). Commentant les revendications allemandes sur Dantzig, il réfute leur germanité. « Dire couloir ou Korridor, c’est supposer qu’on a ménagé un passage à la Pologne à travers des terres germaniques. Or c’est le contraire. Ce sont les Allemands qui sont venus créer un îlot au milieu de terres polonaises »108. Lucien-Victor Tapié, éminent spécialiste des questions d’Europe centrale traite quant à lui de la résurrection tchécoslovaque en décrivant les trois siècles d’efforts du peuple tchèque pour retrouver l’indépendance après la répression allemande de 1620. Il ne peut cependant conclure qu’en alarmant le public présent, ne sachant pas « quelles heures sombres peuvent être réservées encore à l’État tchécoslovaque ». Devant l’imminence de la tempête guerrière, les universitaires décident pour l’année 1939 de cesser cette explication à chaud du « temps présent » et peut-être un peu pour oublier la gravité de l’heure présente, choisissent de traiter du théâtre aujourd’hui.

  • 109 Voir Jean-François Condette, Une Faculté dans l’Histoire..., op. cit., (dernier chapitre sur la fac (...)

69L’idéal de paix entre les hommes, valeur majeure de leur panthéon idéologique, se retrouve ainsi progressivement confronté à la nécessité d’une réponse forte aux agressions des dictatures et les enseignants ont alors opéré un difficile choix personnel qui a placé la défense des principes humanistes et démocratiques avant l’espoir d’un maintien de la paix. C’est cette lente et douloureuse conversion à la réalité d’une guerre proche entre 1935 et 1939 ainsi que les souvenirs d’une première occupation allemande en 1914-1918, qui peuvent expliquer l’attitude très ferme prise par la plupart des enseignants lillois lors de la Seconde Guerre mondiale, la faculté ne manquant pas, durant ces années noires, de courage pour affirmer son existence dans une ville de Lille occupée et donnant à la résistance française quelques figures importantes109.

70L’étude des relations entre les enseignants de la faculté et le Politique permet donc de dégager quelques constantes. S’ils sont très peu nombreux à entrer en politique par la détention de mandats électoraux ou l’adhésion à des structures partisanes, ils sont par contre moins réticents à agir en intellectuels, défendant des idées et des valeurs. Leur engagement est alors essentiellement philosophique et s’enracine dans la croyance en une mission spécifique de la nation française, berceau des Lumières et de la réalité démocratique. Lorsqu’ils acceptent de déroger à leur prudente et stratégique neutralité, condition de leur crédibilité scientifique et d’une possible mutation parisienne, les enseignants littéraires se mettent au service de notions universelles. C’est la défense des Droits de l’Homme et l’idée de justice qui les fait sortir du silence en 1898-1900, au cœur de l’affaire Dreyfus, tout comme en 1935-1938 pour informer l’opinion régionale des risques des totalitarismes surtout stalinien et hitlérien. Plus que pour défendre des causes partisanes, les enseignants s’engagent pour la diffusion parmi les hommes, de valeurs à prétention universelle. La liberté, la paix, la solidarité et la démocratie sont autant d’impératifs catégoriques avec lesquels ils ne transigent pas. En dehors de ces combats, l’électroencéphalogramme des pulsations politiques de la faculté reste invariablement plat. Au-delà des opinions personnelles, souvent peu saisissables mais qui ne peuvent manquer de former un réel kaléidoscope politique, les enseignants partagent, une même croyance fondamentale en la perfectibilité de l’Homme et en un progrès possible de l’Humanité par l’éducation. L’acte d’enseignement et la volonté de recherche scientifique revêtent alors une dimension catéchistique extrêmement importante. Il y a constamment chez l’enseignant littéraire de ces années 1870-1940, l’idée d’une maïeutique à mettre en œuvre qui le transforme non seulement en banal diffuseur de connaissances mais aussi en accoucheur des âmes et en formateur d’un citoyen à même de comprendre le monde. En ce sens, son action est éminemment politique même si elle ne touche qu’à la marge, la vie politique.

Haut de page

Notes

1 Louis Liard, Universités et Facultés, Paris, Armand Colin, 1890, p. 151.

2 Michel Winock, La fièvre hexagonale : Les grandes crises politiques de 1871 à 1968, Paris, Le Seuil, 1986, 467 p.

3 Voir les registres conservés aux Archives départementales du Nord, VM 146170 et 146171, procès-verbaux du conseil de la faculté de 1879-1945 ; VM 146173 et 146174, procès-verbaux de l’assemblée de la faculté de 1889 à 1955.

4 Arch. dép. Nord, 2 T 657, séance du conseil de l’université de Lille, séance du 20 novembre 1936.

5 Arch. dép. Nord, M. 222/781, Union des étudiants de l’État ; Statuts et règlement général.

6 Lille-Université, n ̊ 1 de janvier 1904, « Éditorial ».


7 Lille-Université, n ̊ 4 de février 1936.


8 Arch. nationales, F17 25741, dossier Henri Cons, rapport confidentiel du 5 juillet 1871.

9 Arch. nat., F17 26736, dossier Méderic Dufour, avis du doyen du 3 mai 1900.


10 Idem, rapport du recteur Georges Lyon daté de l’année 1909.

11 Chamard, Constans, Blondel, Demangeon, Henry, Sagnac, Fabre, Gilson, Guiraud, Langlois (C.V), Martel et Pascal (au moins dans sa jeunesse) sont signalés comme étant catholiques.

12 Bulletin de l’Université de Lille, 1900, p. 8.


13 Jean Lacroix, Maurice Blondel : sa vie, son œuvre, Paris, PUF, 1963, p. 2.


14 Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Le Seuil, 1996, p. 158-160.

15 Antoine Martel, Lettres, Imprimerie E. Aubin et fils, Paris, Éditions des Jeunes, 1934, 195 p. Voir aussi : Jean-Marie Mayeur et Yves-Marie Hilaire, Dictionnaire du monde religieux, tome 4 ; Lille-Flandres, 1990 ; Jacques Perret, Lettres, notes intimes, témoignages par Antoine Martel, Paris, Les Éditions de la Revue des Jeunes, 1948, 397 p.

16 Alfred Ernout, radical-socialiste, se déclare ainsi « rationaliste athée » ; Alfred Espinas s’avoue lui-même incroyant et demande à être enterré civilement.

17 Arch. nat., F17 20484, dossier de Victor Courdaveaux (rapport du recteur au Ministre du 20 décembre 1884).

18 Voir Jérôme Grondeux, La religion des intellectuels français au XIXe siècle, Toulouse, Privat, 2002, 190 p.

19 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, Paris, Le Seuil, 1998, tome 4 : Le temps des masses, p. 13-14.

20 Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen : Histoire du suffrage universel en France, Paris, Folio, 1992, 640 p.

21 Voir Lucien Mercier, Les Universités Populaires : 1899-1914 : Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle, Paris, Éditions Ouvrières, Le Mouvement Social, novembre 1986, 188 p. (Préface de Madeleine Rebérioux, p. 9).

22 Idem.

23 Voir Louis Legrand, L’influence du positivisme dans l’œuvre scolaire de Jules Ferry : les origines de la laïcité, Paris, Marcel Rivière et Cie, 1961, 255 p. « L’éducation est pour eux, comme pour Auguste Comte, l’instrument par excellence d’une unification des esprits, unification seule capable à leurs yeux, de fonder l’ordre social dans le progrès (p. 46) [...]. La création de l’école républicaine doit répondre à ces deux préoccupations complémentaires. Elle doit sauvegarder l’unité politique de la nation en détruisant les écoles de contre-révolution où s’éduque la bourgeoisie et c’est pourquoi la lutte anticléricale en sera le facteur décisif. Mais elle doit également préparer l’unité sociale en scolarisant le prolétariat » (p. 185).

24 Voir la Revue Pédagogique de janvier-juin 1899, « Les lectures populaires à Lille », p. 316- 318.

25 Annales de l’Université de Lille, Rapport de novembre 1899, p. 79.

26 Voir Arch. dép. Nord, M. 222/789, M. 222/795 et 796, dossiers sur l’Université populaire de Lille. Voir aussi Alain Lottin (dir.), L’Université populaire de Lille (1900-2000) : un siècle d’histoire, Lille, Éditions La Voix du Nord, 2001, 175 p. ; Jean-François Condette, « Le peuple des villes à l’Université : L’Université populaire dans la France du Nord-Ouest à la Belle Époque : la difficile rencontre de la toge et du bourgeron », dans Philippe Guignet (éd.), Le peuple des villes dans l’Europe du Nord-Ouest (fin du Moyen Âge-1945), Lille, CRHEN-O, 2003, p. 51-79.

27 Archives départementales du Nord, 1 T 1/10, Université populaire de Lille, Statuts 1901-1904.

28 Collectif, Université populaire de Lille : 1900-1903, Lille, Imprimerie du Progrès du Nord, 1903, 144 p.

29 Charles Debierre est professeur à la faculté de médecine de Lille, sénateur du Nord. Il est aussi un temps le Grand Maître du Grand Orient de France et le fondateur de la loge maçonnique « La lumière du Nord ».

30 L’Écho du Nord du 22 janvier 1901.


31 Le Progrès du Nord du 30 décembre 1901.


32 Georges Lefebvre (dir.), Causeries pédagogiques, Paris, Delagrave, 1907, 261 p. (Ici la conférence de François Benoit, professeur d’histoire de l’art sur l’art à l’école, p. 197-204).

33 Voir l’ouvrage de Gabriel Séailles, Éducation ou révolution, Paris, Armand Colin, 1904, 251 p.

34 Le Lillois du 9 août 1891.

35 Arch. nat., F17 26736, dossier personnel, note du doyen datée du 3 mai 1900. Les rapports de police conservés aux archives nationales concernant les activités socialistes dans le département du Nord (Archives nationales, F7 12501) contiennent des informations sur cette querelle Dufour/Debierre. Lors d’une conférence de Jean Jaurès à Douai, Médéric Dufour a volé la vedette au président de la section du Nord du parti radical-socialiste, Charles Debierre, en prenant la parole pour faire l’éloge du grand chef socialiste. Le rapport de police envoyé le 2 juillet 1903 au Ministère décrit l’événement : « je dois ajouter que M. Dufour, considéré comme l’enfant terrible du parti radical, a souvent paru disposé à orienter plus à gauche sa ligne de conduite, sinon à se joindre aux socialistes indépendants espérant sans doute que cette évolution lui assurerait au point de vue politique une situation plus en vue que celle qu’il occupe actuellement dans le parti radical, n’y tenant qu’un rang secondaire après Monsieur Debierre ». Le rapport suivant, daté du 3 juillet 1903, insiste quant à lui sur l’amour-propre froissé de Charles Debierre qui n’a pas été placé lors du banquet douaisien à la table d’honneur tandis que Médéric Dufour y était. Des bruits courent également, dit le commissaire, qui affirment que les paroles de M. Dufour étaient très intéressées, ce dernier voulant se ménager l’appui du vice-président de la Chambre pour obtenir sa nomination en tant que recteur.

36 Arch. nat., F17 20592, dossier personnel, note du recteur du 24 août 1848.


37 Arch. nat., F17 25741, rapport confidentiel du 5 juillet 1871.


38 Arch. nat., F17 20955 et l’article que lui consacre G. Monod dans la Revue Historique, janvier-avril 1887, p. 307-312.


39 Revue universitaire, « Souvenirs de Claude Perroud », tome 1928, p. 194.


40 Archives nationales, F17 22083 ; Revue universitaire, octobre 1928, « Souvenirs de Claude Perroud » (de sa naissance à l’ENS), p. 193-212 ; Revue universitaire, 1929, « Souvenirs de Claude Perroud » (de l’ENS à sa nomination rectorale), p. 17-26 puis p. 119-146 ; Louis Rascol, Claude-Marie Perroud ; La vie et l’œuvre d’un universitaire au XIXe siècle ; Paris, H. Didier, 1941, 395 p.

41 Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, tome 1985, p. 40-42.

42 Archives nationales, F17 27756, rapport de Jules Legras du 6 novembre 1933.

43 Christophe Charle, La République des universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, p. 212.

44 Idem, p. 226.

45 Christophe Charle, La République des universitaires, op. cit., p. 296. Tableau : « l’intensité de l’engagement des professeurs des établissements parisiens ». De 1879 à 1939, Christophe Charle, note pour la faculté des lettres de Paris (échantillon de 165 cas) : 21,2 % d’opinion inconnue, 1,8 % d’apolitisme avéré, 16,9 % d’engagés par la signature d’une pétition sans orientation politique claire et 60 % de réel engagement politique.

46 Christophe Charle, La République des universitaires, op. cit., p. 296.

47 Idem, p. 226.

48 Christophe Charle, La République des universitaires : 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, p. 295 (voir toute la troisième partie à partir de la page 289 : Mandarins ou intellectuels ?).

49 Voir Michel Winock, La fièvre hexagonale : les grandes crises politiques, Paris, Le Seuil, 1987, 467 p.

50 Christophe Charle, La république des universitaires, op. cit., p. 302.


51 Idem, p. 305. Voir aussi la page 302 (pour la faculté des lettres de Paris, deux professeurs sont signalés comme exerçant des mandats législatifs, 14 comme étant des militants (8,4 %) et 104 comme s’engageant en tant qu’intellectuels (63 %).


52 Sur les intellectuels voir : Christophe Charle, Naissance des intellectuels : 1880-1900, Paris, Les Éditions de Minuit, 1990, 272 p. ; Jean-François Sirinelli, Intellectuels et passions françaises : manifestes et pétitions au XXe siècle ; Paris, Fayard, 1990, 365 p. ; Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Histoire des intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand-Colin, 1987, 264 p. ; Michel Winock, Le Siècle des Intellectuels, Paris, Le Seuil, 1997, 696 p.

53 Louis Pinto, « La vocation de l’Universel : formation de la représentation de l’intellectuel vers 1900 », Actes de la recherche en Sciences sociales, novembre 1984, n° 55.

54 Jean-François Condette, Une faculté dans l’Histoire : la faculté des Lettres de Lille de 1870 à 1940, Lille, Septentrion, 1999, chapitre 7, p 202 et suivantes. Voir aussi, Louis Gervereau et Christophe Prochasson (dir.), L’Affaire Dreyfus et le tournant du siècle, Nanterre, BDIC, 1994, 288 p. ; Jean-Denis Bredin, L’Affaire, Paris, Julliard, 1983, 551 p ; Pierre Birnbaum et collaborateurs, La France de l’affaire Dreyfus, Paris, NRF-Gallimard, 1994, 598 p.

55 Le Progrès du Nord du 30 novembre 1898.


56 Le Progrès du Nord du 17 février 1901.


57 Voir Jean-François Condette, « Les enseignants d’histoire et de géographie à la faculté des lettres de Lille sous la Troisième République (1887-1940) », Revue du Nord, n ̊ 339, avril-juin 2001, p. 65-100.


58 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours, op. cit., p. 27.


59 Léon Blum, Souvenirs sur l’Affaire, Paris, Folio, 1993, p. 96.

60 Christophe Charle, Naissance des Intellectuels, Paris, Les Éditions de Minuit, 1990, p. 189.

61 Arch. nat., F7 12487, rapport du préfet du 31 juillet 1899.


62 Pour plus de détails, voir Jean-François Condette, Une faculté dans l’Histoire, op. cit., p. 323-335.

63 Arch. dép. Nord, M. 154/275, Rapport de police du 1er
 mars 1935.

64 Georges Scelle, enseignant pacifiste et cartelliste est chargé par un arrêté du 25 février 1925 d’un cours de droit international public à la faculté de droit de Paris. Les étudiants d’Action française et les mouvements de droite organisent alors un chahut de grande ampleur pour dénoncer ce « pistonné » qui n’était placé qu’en seconde ligne par le conseil de la faculté. Les 9 et 18 mars 1925, les cours de Scelle sont rendus impossibles ; le 28 mars, une bagarre éclate où 78 agents reçoivent des coups ; le doyen accusé de mollesse est sanctionné et la faculté fermée pour un temps.

65 L’Écho du Nord du 14 mai 1925 et Arch. dép. Nord, 2 T 751.


66 Voir Christophe Charle, La République des universitaires : 1870-1940, op. cit., chapitre 8 : « Ambassadeurs ou chercheurs », p. 343 et suivantes (analyse du rôle diplomatique des universitaires parisiens et de leur présence internationale : congrès scientifiques spécialisés, échanges de professeurs avec les universités étrangères, invitation de professeurs étrangers en Sorbonne. La Sorbonne « reprend les tropismes du Quai d’Orsay » dans ses invitations et privilégie les petits pays d’Europe Centrale et du Nord en position d’alliance avec la France.

67 Sur l’idée de paix et le pacifisme voir : Maurice Vaisse, « Le passé insupportable : les pacifismes ; 1984-1938-1914 », Vingtième siècle, n° 3, juillet 1984, p. 27-39 ; Maurice Vaisse (dir.), Le pacifisme en Europe des années 1920 aux années 1950, Bruxelles, Bruylant, 1993, 455 p.

68 Voir Jean-François Condette, « Les Universitaires français et l’idée de paix de 1900 à 1939 » dans Robert Vandenbussche et Alain-René Michel (éd.), L’idée de paix et ses représentations en France au XXe siècle, Lille, CRHEN-O, 2001, p. 133-163.

69 Lille Université, 1905, p. 9-15.


70 Le Progrès du Nord du 14 mars 1914.


71 Arch. dép. Nord, VM 146173, procès-verbal de l’assemblée de la faculté des Lettres de Lille dans sa séance du 18 avril 1913.

72 Annales de l’Université de Lille, année 1912-1913.


73 Agathon, Les jeunes-Gens d’aujourd’hui, Douai, Imprimerie Nationale, 1995, 293 p. (Présentation par J-J. Becker).


74 Lille Université, février 1913, p. 31-37.


75 Bulletin de la Société de géographie de Lille, 1913, p. 264-286.


76 Voir parmi de très nombreux ouvrages : Jean-Jacques Becker, Les Français dans la Grande Guerre, Paris, Robert Laffont, 1980, 317 p. ; Id., La Première Guerre mondiale, Belin 2003, 368 p. ; Jean-Baptiste Duroselle, La Grande Guerre des Français (1914-1918), Perrin, 1994 ; Christophe Prochasson et A. Radmussen, Au nom de la patrie : les intellectuels et la première guerre mondiale, Paris, 302 p.

77 Voir Jean-François Condette, « Les Universitaires français et l’idée de paix de 1900 à 1939 » dans Robert Vandenbussche et Alain-René Michel (éd.), L’idée de paix et ses représentations en France au XXe siècle, Lille, CRHEN-O, 2001, p. 133-163.

78 Patrick Fridenson (dir.), « L’autre front : 1914-1918 », Cahier du Mouvement Social, n ̊ 2, 1977, 235 p.

79 Voir Pierre Pierrard, « Lille ville allemande » dans 1914-1918 : Mourir pour la patrie, Paris, Le Seuil, 1992, p. 242-254 ; Annette Becker (dir.), « 1914-1918 : guerre et occupation », Revue du Nord, n ̊ 325, avril-juin 1998 ; Louis Trenard et Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire de Lille, tome 4 : Du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle ; Paris, Perrin, 1999 (chapitre 7 par Robert Vandenbussche sur la Première Guerre mondiale).

80 Voir Jean-François Condette, « L’Université de Lille dans la Première Guerre mondiale : 1914-1918 », Guerres mondiales et conflits contemporains, n ̊ 197/2000, p. 83-102.

81 Pour de plus amples détails, voir Jean-François Condette, « Une faculté dans l’Histoire..., op. cit., p. 221-262.

82 Arch. nat., F17 13698. Un rapport du doyen Lefèvre, daté du 17 septembre 1917 (8 p.) permet de faire un bilan précis de l’activité des titulaires depuis 1914.

83 Annales de l’Université de Lille, rapport du doyen, année 1918-1919.

84 Arch. dép. Nord, 2 T 605, lettre du recteur Georges Lyon au Ministre datée du 10 septembre 1914.

85 Voir la Revue de Métaphysique et de Morale, tome 1918 : « Réflexions sur la force du droit » (p. 389-404), tome 1919 : « Réflexions sur le droit de la paix et la Société des Nations » (p. 529-568), tome 1920 : « Réflexion sur le droit de la guerre » (p. 283-295), « Réflexions sur la discipline militaire » (p. 355-368), « Réflexions sur la guerre expiatrice » (p. 603-616).

86 René Hubert, Les interprétations de la guerre, Paris, Flammarion, 1919, 322 p.


87 Idem, p. 18.


88 Ibidem, p. 53-54.


89 Jean-François Condette, « La Grande Guerre des universitaires français (1914-1918) », Colloque des 26 et 27 mai 2004 du Trinome académique : Institut des Hautes Études de la Défense nationale ; Ministère de la Défense, Université de Reims-Champagne-Ardenne et IUFM de Reims, dans Marc Deleplace (dir.), De la patrie en danger aux nouvelles menaces (1792-2003) : la défense nationale en questions, préface de Maurice Vaïsse, Reims, SCEREN, CRDP Champagne-Ardenne, 2005, p. 93-119.

90 René Hubert, Les interprétations de la guerre, Paris, Flammarion, 1919, p. 316.

91 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France, Paris, Le Seuil, 1998, tome 4 : Le temps des masses, chapitre 4 : « La mort et le consentement » par Jean-Pierre Rioux, p. 121.

92 Idem, p. 113.


93 Jean-François Condette, « Les universitaires français et l’idée de paix de 1900 à 1939 », article cité.


94 Annales de l’Université de Lille, année 1919-1920.

95 Annales de l’Université de Lille, année 1927-1928.


96 Idem, année 1931-1932.


97 Ibidem, année 1938-1939.


98 Annales de l’Université de Lille, rapport sur la mission en Europe centrale, p. 96-113.

99 Idem.

100 Revue du Nord, tome 1923, p. 305-308.

101 Arch. dép. Nord, 2 T 766, programmes des conférences.


102 Les conférences sont reproduites dans la Revue de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation, tome 1935, (p. 185-202 pour celle du professeur Piquet).


103 Les conférences sont les suivantes : Les origines médiévales du romantisme allemand (F. Piquet), L’économie allemande contemporaine (Jean Lhomme, professeur de droit), la vocation artistique de l’Allemagne (François Benoit), la psychologie du peuple allemand (M. Hesnard, recteur à Grenoble), la mélodie allemande de Schubert à Richard Strauss (Audra).

104 Voici les thèmes des dix conférences : Impressions d’Italie ; la résurrection de l’Italie antique : Rome et Ostie (louanges de Mussolini qui sauve les vestiges romains par Henri Henne, maître de conférences d’histoire ancienne : « Le gouvernement et la science italiennes qui, de concert, ont conçu et réalisé une œuvre si colossale, méritent à jamais louanges et reconnaissance. Et sur les voies nouvelles d’où elle admire les monuments de sa glorieuse histoire, la jeune Italie a le droit d’être fière de son passé ») ; Erasme et l’Humanisme ; Les poètes italiens ; L’économie de l’Italie contemporaine ; À travers l’Île de beauté ; L’Italie au service de l’idéal artistique méditerranéen ; la sculpture et la peinture italienne ; Les routes alpines franco-italiennes à l’époque napoléonienne ; la musique italienne.

105 Revue d’histoire de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation, tome 1936, p. 220.

106 Idem, tome 1937, p. 309-326.


107 Ibidem, p. 327-342.


108 Revue d’histoire de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation, tome 1938, p. 211-226.

109 Voir Jean-François Condette, Une Faculté dans l’Histoire..., op. cit., (dernier chapitre sur la faculté dans la Seconde Guerre mondiale, p. 353 et suivantes). On connaît le rôle joué par Vladimir Jankélévitch, révoqué par Vichy pour ses origines juives et qui participe à divers réseaux résistants dans le Sud-Ouest ; Édouard Perroy joue aussi un grand rôle sous le pseudonyme de Besson dans la Loire et dirige le Comité de libération du département. Georges Gaillard aide divers réseaux de réfractaires au STO ; Denis Saurat, « déclaré coupable de trahison », a été condamné par contumace à la peine de mort par le Régime de Vichy pour avoir accepté que l’institut français de Londres soit occupé par les hommes du général de Gaulle. Pierre Jouguet, ex-lillois sera également un gaulliste de la première heure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « Chapitre 5 – Entre neutralité et engagement. Les universitaires lillois et le politique », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006, p. 105-134.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « Chapitre 5 – Entre neutralité et engagement. Les universitaires lillois et le politique », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006 [En ligne], mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://hleno.revues.org/113

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org