Navigation – Plan du site
Les lettrés de la République - Jean-François CONDETTE
Conclusion générale

Conclusion générale

p. 135-137

Texte intégral

1La République septentrionale des lettrés connaît sous la Troisième République une évolution lente et demeure constamment une communauté malthusienne marquée par des rites et des caractéristiques communes qui, sous certains aspects, la transforment en un petit monde spécifique. S’ils sont cinq en 1870, les enseignants sont désormais vingt et un en 1914 et trente-deux à la veille de la Seconde Guerre mondiale, si l’on compte l’ensemble des catégories enseignantes de l’institution, chargés de travaux pratiques compris. Même six fois plus nombreux, ils forment une petite entité professionnelle où l’on se connaît forcément mais qui demeure très hiérarchisée. Les professeurs titulaires sont les seigneurs du temple qui sont longtemps très fortement majoritaires dans les effectifs, même s’ils voient leur part progressivement décliner par l’apparition de fonctions inférieures, maîtres de conférences, chargés de cours puis chargés de travaux pratiques. Ces diverses fonctions organisent progressivement un cursus honorum composé d’étapes successives au sein de la pyramide hiérarchique du monde universitaire. Les professeurs forment ainsi plus de 84 % de l’effectif total en 1910-1911 contre 46,8 % en 1939-1940. Ils contrôlent constamment les rouages administratifs de l’institution par leur présence au conseil de la faculté et régulent l’accès à l’enseignement dans le supérieur par le choix des élus aux postes vacants. Le gonflement des postes enseignants, net entre 1870 et 1914, s’explique à la fois par une spécialisation accrue des champs disciplinaires et par l’apparition d’enseignements nouveaux, tels que le russe, les langues picardes et wallonnes ou la science de l’éducation. L’histoire et la géographie profitent pleinement de cet enrichissement en moyens humains et réussissent à individualiser les enseignements par grandes périodes tandis que la géographie finit par se voir reconnaître sa spécificité. En langues, les chaires sont progressivement dédoublées avec l’apparition d’une maîtrise de conférences alors que l’on enrichit les horizons étudiés. Lettres et philosophie voient, quant à elles, leurs moyens augmenter mais dans une mesure moindre.

2Cette microsociété enseignante malthusienne, fortement structurée par les grades, est aussi profondément homogène socialement puisqu’elle se recrute dans quelques milieux professionnels assez spécifiques où dominent la fonction publique puis le monde du commerce. La seule Instruction publique fournit plus de 25 % des enseignants de la faculté, si l’on prend en référence la profession du père. La fonction publique au sens large, en incluant l’enseignement et le monde judiciaire est le milieu d’origine de plus d’un enseignant de la faculté sur deux. L’univers de la boutique et du commerce, le monde des classes moyennes est l’autre grand vivier de recrutement même s’il faut noter la présence de quelques boursiers conquérants issus des franges supérieures du peuple, incarnation pratique de l’idéologie méritocratique prêchée par la République. Ce petit monde est aussi spécifiquement masculin, aucune femme ne réussissant à devenir titulaire. Marié, le plus souvent père de deux enfants, l’enseignant se transforme en un notable de l’Instruction publique, sa nomination dans le personnel titulaire des facultés étant un signe réel de promotion sociale.

3Cette république des lettrés est aussi une république des très bons élèves qui partagent un même cursus et les mêmes rites, ce qui la cohérence du groupe et la transforme, sous certains aspects, en une « caste » universitaire. Les normaliens représentent en moyenne 46,15 % des enseignants de la faculté. Agrégation et doctorat deviennent des prérequis nécessaires mais plus suffisants. 75 % des enseignants de la faculté préparent leur agrégation à Paris et 92 % soutiennent leur thèse en Sorbonne. La faculté des lettres garde cependant constamment un pouvoir d’autoformation de ses élites mais qui s’opère à la marge, pour quelques individualités. Dans la course aux places, qui se durcit après 1910, il devient nécessaire de disposer d’atouts supplémentaires qui sont souvent le passage par une formation complémentaire dans les écoles de renom (un quart des titulaires le font), la publication d’écrits nombreux et l’intégration dans un réseau puissant de patronage. Dans les stratégies de carrière, nous retrouvons à Lille deux périodes de concurrence forte et d’encombrement relatif, entrecoupées d’une période brève (1890-1910 environ) d’accélération des carrières, en particulier pour les plus brillants des candidats qui bénéficient alors de l’appel d’offres occasionné par la création de nombreux postes en liaison avec la réforme républicaine des facultés. Autant sinon davantage qu’un enseignant pédagogue, le titulaire lillois se transforme de plus en plus en un chercheur qui se doit de faire avancer la science et les connaissances. Dans les cursus, le poids de la thèse et des publications a ainsi tendance à se renforcer considérablement.

4Dans l’espace régional et national, la faculté des lettres de Lille connaît rapidement une situation privilégiée de par la proximité du centre parisien et son dynamisme propre. Si 17 % des enseignants de l’institution sont originaires de la grande académie de Lille (5 départements), nouveau signe d’une certaine aptitude à former sur place une partie de ses enseignants, la faculté recrute son personnel sans privilégier une ère géographique particulière. Il est cependant vrai qu’elle préfère recruter des enseignants déjà en poste dans l’académie, souvent en lycée et qu’elle peut « tester » en leur confiant d’abord des fonctions de chargés de cours. Les flux de sortie de la faculté sont par contre beaucoup plus hiérarchisés et 52 % des mutations lilloises prennent le chemin de la Capitale. La faculté devient ainsi un tremplin réputé vers la Sorbonne, les deux institutions ayant de nombreux liens. Cette réalité ne transforme pas pour autant l’ensemble des enseignants en « déracinés » perpétuels, toujours entre deux trains. Plus de la moitié des titulaires restent au moins dix ans à la faculté et 31,8 % y demeurent plus de 20 ans, certains faisant le choix volontaire de s’y enraciner définitivement. Le séjour lillois est aussi accompagné, pour la plupart, d’une intégration dans le tissu urbain septentrional, au plus près de la faculté. Les enseignants s’empressent d’ailleurs souvent de rejoindre les sociétés savantes locales afin de les dynamiser et de les professionnaliser en y faisant rentrer les méthodes scientifiques. Ils acceptent aussi volontiers d’entrer en contact avec l’élite sociale de la région par leur participation aux cérémonies mondaines ou par les conférences publiques. Les tentatives pour rencontrer le peuple existent cependant, par l’université populaire mais leur impact demeure extrêmement limité.

5Au niveau politique, la faculté des lettres, par ses enseignants, apparaît comme une citadelle républicaine qui diffuse les valeurs héritées de la philosophie des Lumières et de la Révolution française. Elle est donc plus proche des partis du mouvement que de ceux de l’ordre mais refuse, au nom de la neutralité nécessaire et du respect de l’objectivité scientifique, d’entrer dans les querelles partisanes. Ils ne sont que six (6,5 %) à détenir un mandat politique, souvent local alors que l’immense majorité ne veut pas entendre parler d’un quelconque engagement au service d’un parti. Dès lors, l’électroencéphalogramme des pulsations politiques de la faculté est particulièrement irrégulier, connaissant le plus souvent un calme plat. Les périodes de « fièvre » et d’engagement correspondent en fait à des moments d’extrêmes tensions où les valeurs humanistes universelles peuvent apparaître menacées. C’est le cas en 1898-1900 pendant l’affaire Dreyfus, puis au cours de la Première Guerre mondiale où les enseignants déclarent combattre pour le droit contre la barbarie. L’engagement reprend ensuite dans la seconde moitié des années trente, les enseignants prenant conscience des menaces multiples que font peser sur l’humanité les dictatures européennes. Ils se comportent alors, dans ces moments exceptionnels de crise, davantage en intellectuels, montant à la tribune ou écrivant des textes, qu’en réels hommes politiques. Combattant de l’universel, l’enseignant défend la liberté, la démocratie, la justice et la paix, mais ne se transforme pas en un intellectuel de parti. Il y a d’ailleurs constamment chez lui la croyance positiviste en un savoir émancipateur qui peut régler à la fois la question sociale et les problèmes internationaux. Dès lors, son intervention dans le champ du Politique prend une dimension sacrée et tourne à la catéchèse. Par le verbe libérateur, par la diffusion des connaissances et la formation de l’esprit critique — autrement dit par l’usage de la Raison — l’homme peut atteindre une part de vérité et œuvrer au progrès nécessaire de l’Humanité. Il y a, à ce niveau, une espérance peut-être démesurée en l’éducabilité des individus, moyen d’accéder à l’universalité des valeurs et d’enraciner durablement la démocratie républicaine.

6La république des lettrés est ici une république de l’idéal et des « bons sentiments » qui se nourrit d’impératifs catégoriques. Ce monde malthusien et sursélectionné, homogène socialement, ayant de plus construit ses propres barrières et ses propres rites de passage, finit par ne rencontrer que lui-même, formant une petite république altière, jugeant le monde depuis son Olympe de principes et de sciences. La rencontre des élites régionales, par les soirées mondaines et les cours publics, ou le travail avec les étudiants, qui demeurent jusqu’en 1939 pour leur plus grand nombre — et exception faite des boursiers — des « héritiers » issus des classes bourgeoises, ne permettent pas aux enseignants de sortir réellement de leur univers particulier. C’est aussi ce qui peut expliquer leur faible degré d’engagement en politique, les réalités concrètes et parfois difficiles de la vie quotidienne des Nordistes, ou plus largement des Français de ces années 1870-1940, leur étant souvent très éloignées. En 1940 cependant, cette petite république septentrionale des lettrés, qui apparaît très cohérente, se retrouve de nouveau confrontée au principe de réalité alors que s’annoncent pour la faculté les années noires d’une nouvelle occupation allemande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « Conclusion générale », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006, p. 135-137.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « Conclusion générale », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006 [En ligne], mis en ligne le 04 octobre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://hleno.revues.org/114

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org