Navigation – Plan du site
Les lettrés de la République - Jean-François CONDETTE
Notices biographiques des enseignants titulaires

Notices biographiques des enseignants titulaires de la faculté des Lettres de Douai puis de Lille sous la Troisième République

Plan

Haut de page

Texte intégral

1 — Allègre Guillaume (Fernand)

1État civil : Né le 10 juin 1849 à Périgueux (Dordogne) ; décédé en 1942. Fils d’un fondeur. Marié ; trois enfants.

2Études : Baccalauréat ès lettres ; licence ès lettres ; agrégation des lettres en 1877 ; docteur ès lettres le 2 février 1891 en Sorbonne.

3Parcours professionnel : Aspirant répétiteur au lycée d’Évreux (1869-1871) ; professeur de rhétorique au collège de Cherbourg (1871-1875) ; en congé avec traitement (1875-1877) ; professeur de rhétorique au lycée de Mâcon (1877-1878) ; professeur de seconde au lycée de Caen (1878-1879) ; professeur de troisième au lycée de Bordeaux (1879-1884) ; professeur de troisième au lycée de Lyon (1884-1887) ; Chargé de conférences à la faculté des lettres de Lyon (1884-1887) ; nommé maître de conférences de littérature grecque à la faculté des lettres de Lyon (20 juillet 1887-août 1891) ; chargé de cours de littérature grecque à la faculté des lettres de Lille (1er août 1891) ; professeur de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Lille (13 avril 1892) ; nommé professeur de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Lyon (7 novembre 1893) ; retraite le 1er novembre 1920.

4Principaux ouvrages :
Une scène des Grenouilles d’Aristophane (1888) ; Étude sur la déesse grecque Tyché, sa signification religieuse et morale, son culte, ses représentations figurées (thèse, 1889) ; Odyssée : extraits (1894) ; Iliade : extraits (1896) ; Esope : choix de fables (1896) ; Sophocle : étude sur les ressorts dramatiques de son théâtre et la composition de ses tragédies (1915).

5Remarques complémentaires : « Sûreté d’érudition remarquable, unie à un sentiment littéraire très délicat » (Conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa séance du 7 avril 1892). « Monsieur Allègre [...] a été mon professeur quand je préparais ma licence à la faculté des lettres de Lyon. Je revois son visage un peu triste ; j’entends encore le timbre très particulier de sa voix. Je me souviens comme si c’était hier d’une explication de Thucydide, surprenante par l’aisance avec laquelle M. Allègre maîtrisait les difficultés du texte et par la sobriété d’un commentaire où l’essentiel se trouvait toujours lumineusement dégagé. Peu de maîtres m’ont donné davantage le sentiment de la pureté classique, faite de connaissances profondes et d’un mépris délibéré pour l’artificiel et le superflu » (Discours d’Albert Rivaud, Revue des Études grecques, 1943, p. XVII).

6Sources principales : Arch. nat., F17 22 516 ; Arch. dép. Nord, 2 T 143 et VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté dans sa séance du 7 avril 1892 (candidature à la chaire) ; Arch. dép. Dordogne, État Civil.

2 — André Louis

7État civil : Né le 10 avril 1867 à Béziers (Hérault) ; décédé à Paris, le 17 mai 1948. Fils d’un potier, « maître en faïence qui tient son magasin » mais très éprouvé par la crise commerciale signale son dossier de bourse de licence à la faculté d’Aix en 1888. Marié ; un enfant.

8Études : Collège de Béziers ; lycée Lakanal ; bachelier ès lettres (juillet 1884 et 1886) ; boursier de licence (1887-1889) ; licence ès lettres en juillet 1889 à la faculté d’Aix ; Agrégation d’histoire en 1894 ; docteur ès lettres, le 1er mai 1906 en Sorbonne.

9Parcours professionnel :
Maître répétiteur au lycée d’Aix (1887-1888) ; répétiteur au lycée de Marseille (25 juillet 1890) ; en congé pour raison de santé (octobre 1890-1891) ; en congé d’inactivité (octobre 1891-1893) ; boursier d’agrégation à la faculté des lettres de Lyon (1891-1893) ; chargé de cours au lycée de Périgueux (octobre 1893-1894) ; professeur d’histoire aux lycées de Bastia (5 septembre 1894-1896), Toulon (31 août 1896-1898), Montpellier (6 août 1898-1907) ; professeur d’histoire au lycée Montaigne de Paris (17 décembre 1907-1913), au lycée Louis-le-Grand (27 juin 1913-1923) ; chargé de cours d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des lettres de Lille (19 avril 1923) ; maître de conférences d’histoire moderne et contempo- raine à la faculté des lettres de Lille (19 juillet 1923), professeur sans chaire (24 mars 1925), professeur titulaire de la chaire d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des lettres de Lille (26 décembre 1932) ; retraite le 28 décembre 1936. Également chargé de conférences à l’École pratique des Hautes Études.

10Principaux écrits :
Michel le Tellier et l’organisation de l’armée monarchique (thèse, 1906) ; Précis d’histoire économique (nombreuses éditions) ; Histoire économique depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours (1908) ; Recueil des instructions données aux ambassadeurs de France en Hollande de 1648 à 1789 (3 vols, à partir de 1912) ; Bibliographie des sources de l’histoire de France au XVIIe s. (8 vols de 1913 à 1935 en collaboration) ; Les États chrétiens des Balkans depuis 1815 (1918) ; Michel Le Tellier et Louvois (1942) ; Testament politique du cardinal de Richelieu (commenté, 1947) ; Louis XIV et l’Europe (1950) ; Participation à de multiples revues dont la Revue Historique, la Revue Critique, la Revue d’Histoire Moderne.

11Remarques complémentaires : Le rapport d’inspection de l’année 1921-1922 signale : « Monsieur André a d’abord fait la correction d’une composition de géographie [...]. La correction était méthodique mais trop sèche et sans que rien ne pût, là-dedans, intéresser des enfants de 13 ou 14 ans [...]. Même sécheresse [...] dans un exposé sur les guerres de la Révolution [...]. Professeur consciencieux [...] mais qui ne sait pas adapter son enseignement à l’âge des élèves ». Le rapport confidentiel de 1934 déclare : « En Monsieur le professeur André, les qualités professionnelles sont si étroitement liées aux qualités scientifiques qu’il n’est pas possible de les séparer. L’œuvre historique de M. André fait de lui un des maîtres de l’histoire contemporaine » (rapport du doyen Hubert en 1933-1934). « Il avait entrepris avec son maître de la faculté des lettres de Lyon, Émile Bourgeois, un immense répertoire sure les sources de l’histoire de France au XVIIe siècle dont les huit volumes, publiés de 1913 à 1935, demeurent, par les milliers de références qui y sont classées, décrites et analysées, le guide le plus précieux [...]. Pendant des années, il a dépouillé des catalogues de bibliothèques, relevant pamphlets et journaux, brochures et mémoires, articles et livres intéressant cette période. Il les a lus et, avant d’en reproduire le titre, il les a analysés et résumé en quelques mots son bref jugement » (Revue historique, 1948, p. 287).

12Sources principales : Arch. nat., F17 24471 ;
Arch. dép. Nord, 2 T 145 ; Arch. dép. Hérault, État civil ; Revue historique, 1948, p. 287- 288.

3 — Angellier Auguste

13État civil : Né le 1er juillet 1848 à Dunkerque (Nord) ; décédé à Boulogne-sur-Mer, le 28 février 1911. Fils d’un maître plafonnier, décédé très tôt ; sa mère l’élève seule dans sa famille (elle tient les comptes de l’entreprise familiale de constructions à Boulogne-sur-Mer). Célibataire.

14Études : Externe au collège communal de Boulogne-sur-Mer ; bachelier ès lettres ; pensionnaire au Lycée Louis-le-Grand de Paris (octobre 1866-1869) ; admissible à l’École normale supérieure mais, entre l’écrit et l’oral, est exclu du lycée pour indiscipline ; licence ès lettres en 1872 ; certificat d’aptitude à l’enseignement de l’anglais dans les lycées et collèges (1er) en 1873 ; agrégation d’anglais en 1876 ; docteur ès lettres le 25 février 1893 en Sorbonne : thèse latine sur John Keats ; thèse principale sur Robert Burns : étude de sa vie et de ses œuvres (2 gros vols). Il passe quinze ans à travailler cette thèse, en suivant, pas à pas les traces du grand poète écossais.

15Parcours professionnel :
Travaille dans un pensionnat en Angleterre en 1869-1870 ; revient s’engager dans l’armée française en 1870 ; aspirant-répétiteur au lycée Charlemagne puis au lycée Louis-le-Grand (1871-1873) ; journaliste à L’Événement, au Temps ; vit dans le milieu des artistes parisiens (peintres et sculpteurs) ; aspirant-répétiteur au lycée Descartes (1873) ; en congé en 1873-1874 (séjour en Angleterre) ; délégué pour l’enseignement de l’anglais au lycée Charlemagne (1874-1878) ; en congé en 1878-1879 (mission d’étude sur les universités britanniques) ; maître de conférences d’anglais à la faculté des lettres de Douai (1880) ; professeur de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (10 mars 1893) ; élu doyen en mars 1897 ; chargé de conférences d’anglais à l’École normale supérieure en 1901-1902 ; en congé de 1905 à 1911 (demi-traitement) pour raison de santé (lettre au doyen Lefèvre du 13 novembre 1910 qui demande son maintien en congé à cause d’une « grave affection du cœur »).

16Principaux ouvrages :
Étude sur la Chanson de Roland (1878) ; Étude sur Henri Regnault (1879) ; Les voyages du capitaine Cook (extraits publiés avec introduction et notes, 1880) ; La vie et les ouvrages de Robert Burns (thèse, 1893) ; John Keats (1893) ; À l’ami perdu (178 sonnets, 1896) ; Le chemin des saisons (1903) ; Dans la lumière antique (1905-1911) ; Le livre de Vénus ; Les Épisodes (deux livres).

17Remarques complémentaires : N’entre pas à l’École normale supérieure ; il est exclu du lycée Louis-le-Grand en tant que chef supposé d’une révolte des internes contre le censeur ; il doit donc travailler comme maître d’études. Engagé volontaire en 1870, dirigé sur Lyon puis sur Bordeaux, il est victime d’une bronchite aiguë (broncho-pneumonie) qui l’affaiblit toute sa vie ; il rentre à Paris en uniforme et échappe de justesse à la colère des insurgés de la Commune.

18Sa thèse tente de renouveler l’approche critique des œuvres et des auteurs en affirmant la nécessité d’une approche esthétique des œuvres ; il rejette les constructions qu’il juge abstraite de Taine ; Pour lui, il faut rendre aux choses leur complexité, leur confusion inextricable, leurs contradictions.

19« La thèse de M. Angellier, la vie de Robert Burns, deux gros volumes qui, au premier abord, avaient effrayé le jury, a fait sensation aussi bien à Londres qu’à Paris. Cette étude, étonnante par l’abondance des renseignements et la somme des connaissances qui y sont accumulées comme par l’art, on pourrait dire plus exactement par l’amour avec lequel il l’a écrite, a révolutionné la critique anglaise (L’Écho du Nord, jeudi 2 mars 1911). Membre du jury d’agrégation en 1889 ; président du jury à partir de 1890 et pour quatorze années ; doyen de la faculté des lettres de Lille de 1897 à 1899 ; refuse une seconde investiture. « M. Angellier fut un indépendant ; d’autres diront un original [...]. Jaloux de sa liberté, il a mené une vie solitaire, une vie d’artiste volontiers errante, dégagée des chaînes de la société mondaine, ennemie des tracasseries administratives. Mais affable, excellent homme, ce fut un professeur adoré de ses élèves [...]. Avec sa bonne tête de mousquetaire, sabrée de la moustache noire et coiffé de l’éternel chapeau mou aux larges bords, le cou enserré d’un foulard de soie » (L’Écho du Nord, 2 mars 1911).

20Poète, il a composé divers recueils, signalés dans ses écrits.

21Sources principales : Arch. nat., F17 22717 ; Rev. int. Enseignement, t. 1911, p. 251-258 ; Louis Clément, « Auguste Angellier, son œuvre poétique » ; Revue du Nord, février 1912, 40 p ; Brochure d’hommage à Auguste Angellier (1848-1911), Boulogne-sur-Mer, 19 p. ; P. d’Hugues, Auguste Angellier et l’Amie perdue ; Paris, Spes Éd., 1928 ; Revue pédagogique, 15 décembre 1911, « Auguste Angellier professeur » par Jules Derocquigny, p. 501-512.

4 — Ardaillon Édouard

22État civil : Né le 4 mai 1867 à Mazères (Ariège) ; décédé le 19 septembre 1926. Fils naturel d’un capitaine de spahis ; reconnu à l’âge de 13 ans ; long séjour en Algérie (son père dirige une exploitation de chênes-lièges), retour en France en 1877. Marié en juin 1894 avec une jeune fille grecque lors de son séjour à Athènes ; deux enfants.

23Études : Collège de Bône ; pensionnaire au collège Sainte-Marie à Saint-André- de-Cubzac ; pensionnaire au lycée de Bordeaux ; baccalauréat ès lettres à Bordeaux en 1884 ; lycée Louis-le-Grand (boursier 1884-1887) ; admis en 1887 à l’École normale supérieure ; scolarité à l’École normale supérieure (1887-1890) ; licence ès lettres en juillet 1888 ; admis à l’agrégation en 1890 ; École française d’Athènes (1891-1893) ; docteur ès lettres le 8 juin 1898 en Sorbonne.

24Parcours professionnel : Professeur au lycée d’Annecy (septembre 1890-1891) ; École française d’Athènes (septembre 1891-1894) ; voyages dans les Cyclades, en Ionie, en Lydie, à Rhodes ; sondage et fouilles dans le port de Délos ; en congé en 1894-1895 ; professeur suppléant au lycée de Saint-Quentin (janvier 1895) ; chargé de cours de géographie industrielle et commerciale à la faculté des lettres de Lille (29 septembre 1896) ; professeur de géographie à la faculté des lettres de Lille (29 juillet 1899) ; fondateur de l’Institut de géographie de la faculté lilloise ; nommé recteur de l’académie de Besançon (4 octobre 1904) ; recteur de l’académie d’Alger (5 novembre 1908) jusqu’à son décès.

25Principaux écrits : « Rapport sur le tremblement de terre de Zante » (Annales de géographie) ; « Rapports sur les fouilles de Delos » (Bulletin de correspondance hellénique) ; « La question crétoise au XIXe s. » (Bulletin de la société de géographie de Lille) ; Les mines du Laurion dans l’Antiquité (thèse, 1898) ; Carte archéologique de l’île de Délos (1902).

26Remarques complémentaires : Édouard Ardaillon a bénéficié des soutiens fidèles de Perrot (directeur de l’École normale supérieure) et de Homolle (directeur de l’École française d’Athènes) comme le prouvent les multiples courriers présents dans son dossier. Il est aussi remarqué par Charles Bayet alors recteur de l’académie de Lille qui vient l’inspecter dans son lycée à Saint-Quentin juste après son retour d’Athènes : « Je m’intéresse d’autant plus au cas de Monsieur Ardaillon, que je viens de l’inspecter et qu’il m’a paru être un excellent professeur, intelligent, dévoué [...]. Il ne faudrait pas que ses débuts à Saint-Quentin, fussent compliqués d’embarras financiers » sa femme, malade est alors en repos chez ses parents à Toulouse (lettre de Bayet au Ministre datée du 26 février 1895). Il joue, à la faculté des lettres de Lille, un rôle pionnier dans la rénovation des études géographiques en tant que disciple de Paul Vidal de la Blache dont il a suivi les cours à l’École normale supérieure. C’est lui qui fonde en 1898, l’un des tout premiers laboratoires de géographie créés dans une université française. Le rapport confidentiel de l’année 1903-1904 signale : « Comme savant et comme professeur, M. Ardaillon fait honneur à la faculté des lettres et à l’Université de Lille. Il a créé un laboratoire de géographie qui est un instrument de travail très précieux et qui est un bijou. Son enseignement, très utile au trop petit nombre d’élèves universitaires, est fort apprécié des auditeurs bénévoles, officiers pour la plupart, qu’il a su attirer » (Rapport du doyen Dupont, année 1903-1904). Le rapport confidentiel du recteur Margottet, daté du 20 mai 1901 notait déjà : « M. Ardaillon a constitué à la faculté des lettres, un institut de géographie qui, je crois, n’a pas son pareil en France. On vient le visiter de toutes parts ; sa réputation dépasse même les limites de la France [...]. M. Ardaillon est incontestablement le professeur de la faculté des lettres qui a le mieux servi les intérêts de l’université ».

27Sources principales : Arch. nat., F17 26700 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1927, p. 68-73 ; F. Carré, « Ardaillon, un géographe méditerranéen à Lille », Hommes et Terres du Nord, 1991, 2/ 3, p. 113-119 ; Arch. dép. Nord, VM 146 171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa séance du 30 juin 1899 (candidature à la chaire) ; Dictionnaire de biographie française.

5 — Ascoli Georges-Abraham

28

29État civil : Né le 14 juin 1882 à Paris ; décédé en déportation à Auschwitz, le 12 mars 1944. Fils d’un commis d’agent de change. Marié ; trois enfants.

Études : Collège Rollin ; bachelier ès lettres ; admis à l’École normale supérieure en 1903 ; service militaire en 1904 ; scolarité à l’École normale supérieure (1904-1907) ; licence ès lettres en 1905 ; diplôme d’études supérieures de langues classiques en 1906 ; agrégation des lettres en 1907 ; boursier d’études de la faculté des lettres de Paris et séjour en Angleterre (1907-1908) ; docteur ès lettres en Sorbonne en 1930.

30Parcours professionnel : Professeur de première au lycée d’Alès (juillet 1908-septembre 1909) ; professeur aux lycées de Toulon (1909-1911), de Nantes (1911-1914) ; chargé de cours de littérature française à la faculté des lettres de Lille (18 octobre 1919) ; maître de conférences (1er février 1925) ; chargé d’un cours de littérature française en Sorbonne (1er février 1929) ; nommé à Paris le 8 octobre 1930 comme maître de conférences de langue et littérature françaises ; professeur sans chaire (1er février 1931) ; professeur d’histoire de la littérature française du XIXe s. à la faculté des lettres de Paris (1er novembre 1935).

31Principaux ouvrages :
Essai sur l’histoire des idées féministes en France (1906) ; Cours sur Voltaire (1924-1925) ; La Grande-Bretagne devant l’opinion française depuis la Guerre de Cent Ans jusqu’à la fin du XVIIe s. (plusieurs volumes, 1927) ; Édition critique du Zadig de Voltaire (1929) ; La Grande-Bretagne devant l’opinion française au XVIIe s. (thèse, 1930) ; Le théâtre romantique (1937) ; La critique littéraire au XVIIe s. (1937) ; Boileau, Satires I à IX (1938).

32Remarques complémentaires : Mobilisé du 2 août 1914 au 23 mars 1919 ; 53 mois au front ; grand blessé de guerre ; Croix de guerre et quatre citations ; blessé d’un éclat d’obus à la cuisse gauche le 13 avril 1915 ; intoxiqué par un obus d’ypérite le 22 mars 1918 ; blessé par un éclat d’obus à la cuisse gauche le 12 juin 1918 ; « Blessé à son poste de commandement dans une tranchée en voulant assurer la surveillance de sa troupe pendant un bombardement, commandant de compagnie d’un dévouement sans borne, courageux, très énergique » (citation à l’ordre de la 65e division, mai 1915) ; lieutenant de réserve au 312e régiment d’infanterie (2 août 1914-4 janvier 1916) ; capitaine de réserve au 312e RI (5 janvier 1916-19 janvier 1917) ; capitaine, adjudant-major au 340e RI (20 janvier 1917-3 juin 1918) ; capitaine, commandant un bataillon au 112e RI (4 juin 1918- 28 mars 1919).

33Reprend du service en 1939 ; promu lieutenant-colonel en 1940 ; fait prisonnier le 17 juin 1940 ; interné à l’Oflag XIII de Nuremberg ; libéré en août 1941 ; interdit d’enseignement par le gouvernement de Vichy pour ses origines juives en 1941 ; arrêté par la Gestapo le 21 février 1944 avec sa femme ; interné à Drancy (23 février) ; déporté à Auschwitz le 7 mars ; arrivé le 10 mars, disparu ensuite.

34Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 148 ; Arch. nat., AJ 16/5 840 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, Paris, INRP, 1986, t. 2, p. 17- 18.

6 — Audra Émile

35État civil : Né le 5 mars 1882 à Angers (Maine-et-Loire) ; décédé à Préfailles, le 3 novembre 1969. Fils d’un pasteur de l’Église réformée marié à une Anglaise ; son épouse (Miss Hardy Ruth) est née à New York le 7 mai 1888 (elle est chargée des travaux pratiques d’anglais de 1931 à 1939) ; elle a eu Émile Audra comme professeur à Cambridge. Elle est l’auteur de la traduction des Deux sources de la morale et de la religion de Bergson. Marié ; un enfant.

36Études : Lycée d’Angers ; bachelier ès lettres (1898) ; licence ès lettres (1901) en Sorbonne ; étudiant libre à l’université de Londres en 1904-1905 ; élève de la Sorbonne ; agrégation d’anglais en 1907 (second) ; lecteur à l’Université d’Édimbourg puis de Cambridge ; docteur ès lettres en Sorbonne le 3 juillet 1931.

37Parcours professionnel : Répétiteur auxiliaire à l’école municipale J.-B. Say (octobre 1899-décembre 1900) ; répétiteur titulaire 1901-1903 ; service militaire (novembre 1903-octobre 1904) ; répétiteur titulaire (1906-1907) ; lecteur à l’université d’Édimbourg (1907-1908) ; agrégé et lecteur à l’université de Cambridge (1908-1911) ; en congé de 1911 à 1914 pour convenances personnelles ; mobilisé de 1914 à 1918 ; directeur de l’Institut français de Londres de septembre 1919 à novembre 1923 ; maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (décembre 1923) ; professeur titulaire (26 novembre 1931-1946) ; élu doyen de la faculté lilloise en novembre 1937, décembre 1940 et janvier 1945. Directeur de l’Institut français de Londres à partir, du 1er janvier 1946 ; détaché aux Affaires Culturelles en novembre 1948 ; nommé recteur de l’académie de Poitiers en 1947 mais placé hors cadre ; replacé à la disposition du ministère de l’Éducation nationale et nommé professeur à la faculté des lettres de Besançon (1er octobre 1948) ; détaché à Paris comme directeur de l’Office des universités françaises à l’Étranger ; atteint par la limite d’âge, retraite le 30 septembre 1952.

38Principaux ouvrages :
Traduction du Folklore de l’Ancien testament de Sir James G. Frazer (1924) ; L’influence française dans l’œuvre de Pope (thèse, 1931) ; Les traductions françaises de Pope (1717-1825) (1931) ; Les amitiés françaises d’Atterbury (traduction, 1935).

39Remarques complémentaires : « Anglicisant d’élite » signale le rapporteur du conseil de la faculté dans la séance du 16 juillet 1931 qui examine sa candidature à la chaire de langue et littérature anglaises (Arch. dép. Nord, VM 146171). On signale aussi que sa mère est anglaise et qu’il a passé de nombreuses années en Angleterre. Mobilisé dans l’infanterie en 1914, il devient interprète à la 10e Armée (obtention de la Croix de guerre) ; mission militaire française auprès de l’armée britannique (Military Cross anglaise).

40Pendant la Seconde Guerre mondiale, il reçoit un blâme d’Abel Bonnard pour n’avoir pas tenu assez compte des consignes du ministère dans l’organisation des épreuves du baccalauréat (lettre d’Abel Bonnard à Émile Audra du 16 juillet 1943). Le ministre lui reproche le choix d’un passage de Quintilien, donné en version latine aux candidats au baccalauréat, et jugé trop difficile).

41Sources principales : Arch. nat., F17 25475 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, rapports du conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa séance du 16 juillet 1931 (candidature à la chaire) ; Arch. dép. Anjou, État Civil.

7 — Bailly Edmond (Jules)

42État civil : Né à Fort-du-Plasne (Jura), le 8 mars 1848 ; décédé en 1916. Fils d’un penduliste (fabrique les boîtes ou coffres pour les pendules et horloges). Marié ; deux enfants.

43Études : Bachelier ès lettres en 1867 à Besançon ; licence ès lettres à Grenoble en 1871 ; certificat d’aptitude à l’enseignement de l’allemand en Sorbonne en 1874 ; bourse de voyages en Allemagne en 1878-1879 ; agrégation d’allemand (1er) en 1879 ; thèse de doctorat ès lettres à la faculté des lettres de Lyon en 1889.

44Parcours professionnel : Maître d’études au collège de Bonneville (octobre 1867-avril 1868) ; professeur de sixième et de cinquième à Bonneville (mars 1868-mars 1869) ; professeur de quatrième et troisième à Bonneville (octobre 1869-septembre 1872) ; en congé (1872-1874) ; chargé de cours d‘allemand au lycée de Chambéry (septembre 1874-1876) ; chargé de cours d’anglais au lycée de Lons-le-Saulnier (septembre 1876-1878) ; en congé (1878-1879) ; professeur d’allemand au lycée de Marseille (1879-1883) ; donne des cours à l’école normale d’institutrices de Douai ; chargé de la maîtrise de conférences d’allemand à la faculté des lettres de Douai (10 février 1883-1889) ; nommé professeur d’allemand au lycée de Versailles (octobre 1889-1893) ; professeur au lycée Montaigne (1893-1897) ; professeur au lycée Condorcet (1897-1905) ; professeur d’allemand au lycée Henri IV (27 juillet 1905) ; retraite en novembre 1909.

45Principaux ouvrages : Étude sur la vie et les œuvres de Frédéric Gottlieb Klopstock (thèse, 1889) ; Goethe : Campagne de France : 23 août-20 octobre 1792 (traduction et introduction, 1891) ; A. Friedrich Ferdinand von Kotzebüe : la petite ville allemande ; Misanthropie et repentir (traductions avec notes, 1891) ; Jeanne d’Arc (traduction annotée, 1903) ; Cambrioleurs et cambriolés (1905) ; La légende de diamant : sept récits du monde biblique (1909) ; Le chant des voyelles comme invocation aux Dieux planétaires (1912) ; Schiller.

46Remarques complémentaires : Le doyen Abel Desjardins le décrit ainsi en 1885 : « consciencieux, dévoué à ses fonctions mais il ne paraît pas avoir le goût littéraire sans lequel il n’y a pas de professeur. Deux fois déjà, il a dû recommencer sa thèse. On se demande ce que l’avenir peut bien lui réserver. M. Bailly, père de famille, sans nulle fortune, est parvenu au premier rang de son concours d’agrégation à force de travail et d’énergie [...]. Son modeste traitement de 4 000 francs est notoirement insuffisant et laisserait dans la gêne un professeur zélé et consciencieux si je n’avais réussi à lui créer un emploi de professeur d’allemand à notre école normale des jeunes filles ».

47Edmond Bailly ne semble pas avoir été titulaire du poste de maître de conférences d’allemand à la faculté des lettres de Douai. Il fait fonction mais doit quitter ce poste en octobre 1889. Une lettre envoyée à Louis Liard en octobre 1889, montre son inquiétude : « la faculté m’informe que je suis remplacé. Je vous supplie de me délivrer de la cruelle inquiétude où me plonge cette mesure. Je n’ai reçu aucune autre affectation et désire conserver mes fonctions ».

48La soutenance de la thèse à Lyon, le 21 juin 1889, est une dure épreuve pour E. Bailly ; on lui reproche sa naïveté et de nombreuses erreurs ; son travail est considéré comme la « redite » d’un ouvrage réalisé par le savant allemand Muncker.

49Relations très tendues avec le proviseur du lycée Montaigne qui appuie la demande de mutation vers Henri IV : « Il réussira mieux dans des cours supérieurs. Ici, il n’est véritablement pas à sa place avec son caractère chagrin et sa physionomie peu avenante. Il s’est même fait au lycée Montaigne, une réputation telle que des parents [...] sont venus me trouver, il y a quelques jours, pour me prier de ne pas mettre leur enfant, à la rentrée d’octobre, dans une division où Monsieur Bailly, aurait la charge du cours d’allemand » (lettre du proviseur du lycée Montaigne au recteur, 10 juillet 1894). Une lettre d’octobre 1895 reprend le même argument en insistant sur le nombre des plaintes émises par les parents d’élèves.

50Sources principales : Arch. nat., AJ16 942 ; Arch. nat., F17 22 094 ; Arch. dép. Nord, 2 T 152 ; Arch. dép. Jura, État Civil.

8 — Benoit François

51État civil : Né le 8 juillet 1870 à Paris ; décédé le 31 mai 1947 à Argenteuil. Fils d’un garçon de recettes. Marié ; une fille.

52Études : Baccalauréat ès lettres en 1888 ; boursier de licence à la faculté des lettres de Paris (1889-1890) ; licence ès lettres en 1890 ; boursier d’agrégation (1892-1893) ; agrégation d’histoire (1er) en 1893 ; boursier d’études (1893-1895) ; doctorat ès lettres en Sorbonne en 1897.

53Parcours professionnel : Professeur au lycée de Douai (1895-1896) ; professeur au lycée de Chartres (1896-1897) ; professeur au lycée d’Amiens (1897-1899) ; chargé de cours d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Lille et professeur au lycée Fénelon de Lille (octobre 1899-1903) ; professeur-adjoint d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Lille (7 mars 1903) ; professeur titulaire d’histoire de l’art (1er novembre 1905) ; retraite le 30 avril 1937 ; poursuit son enseignement quelques mois encore.

54Principaux ouvrages : Les écrits du sculpteur Falconet (1897) ; L’art français sous la Révolution et l’Empire (thèse, 1897) ; Expériences d’enseignement et d’éducation réalistes (1899) ; L’art des jardins (1903) ; William Hogarth : biographie critique (1904) ; Hans Holbein (1905) ; Reynolds (1905) ; La peinture au musée de Lille (plusieurs tomes, à partir de 1909) ; Un maître de l’art : Blake le visionnaire (1910) ; Histoire de l’architecture (plusieurs tomes de l’Antiquité au Gothique, à partir de 1911).

55Remarques complémentaires : Semble bénéficier du soutien marqué d’Ernest Lavisse contre les critiques acerbes d’Alphonse Aulard lors de la soutenance de sa thèse : « Monsieur Lavisse qui ne vient pas souvent, était venu pour faire briller son ancien élève ». « Un artiste et un savant » signale le recteur en 1936 dans son rapport de notation.

56Il joue un rôle très important dans l’organisation de l’Institut d’histoire de l’art de la faculté lilloise qu’il réorganise ; il combat constamment pour obtenir des moyens supplémentaires et agrandir la superficie disponible. Le professeur Benoit accorde aussi une grande place à la diffusion, dans la région, des approches artistiques. Il met en place un système de prêt de reproductions des grandes œuvres de la peinture européenne, destiné aux enseignants du primaire et du secondaire. Il travaille également en étroite collaboration avec le Musée des Beaux-Arts de Lille où il réalise aussi de nombreux cours. Le professeur Benoit a essayé un temps de retourner sur Paris : « ne pouvant supporter le climat de Douai qui depuis mon installation m’a fait souffrir de la gorge et des bronches, je demande mon déplacement. Originaire de Paris, ayant toute ma famille, je désire être maintenu à proximité de la capitale : Amiens, Rouen, Reims, Orléans, Tours, Troyes » (remarque du fonctionnaire en 1893 sur son dossier : Arch. dép. Nord, 2 T 161).

57Sources principales : Arch. nat., F17 24556 ; Arch. dép. Nord, 2 T 161 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté dans sa séance du 9 janvier 1903.

9 — Bertrand Jean-Jacques (dit Achille)

58État civil : Né le 4 juillet 1884 à Thézan-des-Corbières (Aude) ; décédé à Carcassonne le 14 décembre 1960. Fils d’un facteur. Marié ; deux enfants.

59Études : Baccalauréat ès lettres à Montpellier en 1903 ; boursier de licence (1904-1905) à Bordeaux ; licence ès lettres ; service militaire (1906-1907) ; boursier d’agrégation (1908-1909) ; agrégation d’allemand en 1909 ; doctorat ès lettres en Sorbonne en 1914.

60Parcours professionnel : Répétiteur au collège de Pezenas (avril 1907-octobre 1907) ; professeur d’allemand au lycée de Carcassonne (novembre 1909-1918) ; professeur au lycée de Toulouse (1918-1922) ; directeur de l’Institut français de Barcelone (octobre 1922-octobre 1925) ; professeur au lycée de Toulouse (octobre 1925-novembre 1925) ; maître de conférences de langue et littérature allemandes à la faculté des lettres de Lille (26 novembre 1925) ; détaché pour cinq ans à partir du premier décembre 1925 comme directeur de l’Institut français de Barcelone ; maître de conférences de langues et littératures comparées à Lille (octobre 1930) ; professeur de langues et littératures comparées à Lille (5 octobre 1931-1935) ; maintenu dans ses fonctions de directeur de l’Institut français de Barcelone à partir du 1er décembre 1930 (1930-1936) ; Le professeur Bertrand fut ainsi lors de son séjour lillois presque constamment détaché comme directeur de l’Institut français de Barcelone ; nommé directeur général de l’Instruction publique en Indochine (arrêté du 14 septembre 1935) ; nommé recteur de l’académie de Caen (décret du 26 août 1936) ; nommé directeur général de l’Instruction publique en Indochine (1938) ; nommé recteur de l’académie de Besançon (décret du 7 novembre 1938) ; retraite le 14 septembre 1945.

61Principaux ouvrages : Cervantès et le romantisme allemand (thèse, 1914) ; Barcelone, cité d’art et de sciences (1932) ; Sur les vieilles routes d’Espagne (1932) ; La littérature catalane contemporaine : 1833-1933 (1933) ; L. Tieck et le théâtre espagnol.

62Remarques complémentaires : « Germaniste d’origine, il est en même temps, un comparatiste distingué » (séance du conseil de la faculté des lettres de Lille du 3 octobre 1930) ; « Monsieur Bertrand est d’une infatigable activité ; c’est un des plus grands travailleurs que je connaisse. Il s’est un peu dispersé mais toujours pour l’intérêt de la culture française en Catalogne. L’institut de Barcelone est une ruche » (rapport de notation daté de mai 1930).

63Achille Bertrand demande dès 1936 à rentrer définitivement en France. Dans une lettre datée du 3 février 1938 et adressée au directeur de l’Enseignement supérieur, il écrit : « très éprouvé par le climat colonial, je ne peux envisager, pour des raisons de famille, une prolongation de mon détachement au-delà des dates normales ». L’une de ses filles, douée en mathématiques, désire poursuivre ses études en France. Un autre courrier du professeur Bertrand, posté à Hanoï, le 21 septembre 1938 et adressé au Ministre, propose sa nomination à la tête de l’académie de Bordeaux : « j’ai accepté de venir en Indochine pour répondre à votre appel ; j’ai fait ici une tâche pénible et importante qui est la réforme générale de l’enseignement. Je crois avoir remis l’ordre et la paix dans l’œuvre scolaire de ce pays. Mon retour en France pose pour mes enfants un problème difficile. La réacclimatation de mes filles, nées dans les pays chauds, ayant toujours vécu en serre chaude, me donne quelques inquiétudes. La toute dernière qui n’a que trois ans, exigera en particulier quelques précautions. Un climat trop rigoureux risquerait de compromettre la santé de l’une et des autres. Le climat de Bordeaux conviendrait parfaitement à cette adaptation [...]. J’ai du reste des attaches avec cette ville où j’ai fait mes études supérieures ».

64Il connaît de sérieux problèmes à la Libération au moment de l’épuration. Une note interne au Ministère, pendant la Seconde Guerre mondiale signale son dévouement au régime de Vichy en ces termes : « De premier ordre. Grande expérience, acquise en organisant ou en réorganisant l’enseignement français en Indochine et en Espagne. Germaniste. Entièrement acquis à la politique du Gouvernement. Doit être promu à un rectorat important ; pourrait faire un remarquable directeur primaire ou secondaire. À pousser au maximum ». (Arch. nat., F17 13361, Papiers Bonnard).

65Sources principales : Arch. nat., F17 25099 ; Arch. dép. Nord, 2 T 165 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté lilloise du 3 octobre 1930 ; Arch. dép. Aude, État Civil.

10 — Blondel Maurice

66État civil : Né le 2 novembre 1861 à Dijon (Côte-d’Or) ; décédé à Aix-en-Provence, le 4 janvier 1949. Famille de juriste ; « très ancienne famille de Bourgogne » déclare le dictionnaire des philosophes ; le père, grand notaire dijonnais, est un temps, président de la Chambre des notaires de Dijon. « Sa famille est une des plus honorables de la ville [...]. Elle est dans une situation brillante » (dossier d’inscription à l’École normale supérieure). Marié à une fille de notaire ; trois enfants.

67Études : Élève du lycée de Dijon ; baccalauréat ès lettres puis ès sciences ; licence ès lettres et licence de droit ; songe à la prêtrise ; prépare seul le concours d’entrée à l’École normale supérieure ; École normale supérieure (1881-1884) ; forte influence d’A. Bertrand, E. Boutroux et L. Ollé-Laprune ; Thèse de doctorat ès lettres en 1893 sur l’Action : essai d’une critique de la vie et d’une science de la pratique.

68Parcours professionnel : En congé d’inactivité pour raison de santé (novembre 1884-octobre 1885) ; professeur suppléant au lycée de Chaumont (septembre 1885-janvier 1886) ; en congé pour raison de santé (janvier 1886-avril 1886) ; professeur au lycée de Montauban (avril 1886-octobre 1886) ; professeur au lycée d’Aix (octobre 1886-octobre 1889) ; en congé pour raison de santé (octobre 1889-décembre 1891) ; professeur suppléant de philosophie au collège Stanislas de Paris (décembre 1891-avril 1892) ; en congé pour raison de santé (avril 1892-avril 1895) ; maître de conférences de philosophie à Lille (30 avril 1895) ; muté à la faculté des lettres d’Aix en décembre 1897 ; professeur de philosophie à la faculté des lettres d’Aix-en-Provence ; il y enseigne jusqu’à sa retraite en 1927.

69Principaux ouvrages : L’Action : essai d’une critique de la vie et d’une science de la pratique (thèse, 1893) ; L’Être et les êtres : Essai d’ontologie concrète et intégrale (1936) ; L’Action : tome I : le problème des causes secondes et le pur agir (1937) ; L’Action, tome 2 : l’action humaine et les conditions de son accomplissement (1938) ; Lutte pour la civilisation et philosophie de la paix (1939) ; La pensée, tome I : la genèse de la pensée et les paliers de son ascension spontanée (1948) ; La philosophie et l’esprit chrétien (2 vols., 1950) ; La pensée, tome 2 : les responsabilités de la pensée et la possibilité de son achèvement (1954).

70Remarques complémentaires : Profondes convictions chrétiennes dans un milieu universitaire très pénétré de tradition rationaliste ; discussions acharnées lors de la soutenance de sa thèse, le 7 juin 1893, qui débouchent sur un refus de lui accorder un poste dans l’Enseignement supérieur : « Il fut reçu sans être compris. Aussi pendant deux ans lui refuse-t-on un poste dans l’enseignement supérieur sous prétexte que ses conclusions étaient chrétiennes et que la Raison se trouvait ainsi dépossédée d’elle-même par cette intrusion de la religion révélée dans le champ où elle doit être seule maîtresse » (Jean Lacroix, Maurice Blondel, sa vie, son Œuvre, p. 2).

71« Aix devint un pôle de la philosophie chrétienne [...]. Il fut sans doute, derrière Bergson, pendant la première moitié du siècle, le philosophe français à la plus vaste audience internationale » (Dictionnaire des intellectuels, p. 159.)

72Sources principales : Arch. nat., AJ/61/ 216; engagement décennal à l’École normale supérieure ; Arch. dép. Nord, 2 T 169 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1951, p. 19-21 ; Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Seuil, 1996, p. 158-160 ; Jean Lacroix, Maurice Blondel, sa vie, son œuvre, Paris, PUF, 1963, 140 p. ; Dictionnaire des philosophes, t. 1, p. 331- 335 ; Dictionnaire de biographie française, p. 703 ; Revue philosophique de la France et de l’étranger, 1986, n ̊ 4 ; p. 419 et suivantes.

11 — Bornecque Henri

73État civil : Né le 4 avril 1871 à Paris ; décédé le 15 octobre 1935 à Paris. Fils de Jules Bornecque, « chef de bataillon au 3e régiment du génie à Arras » (engagement décennal à l’École normale supérieure en 1892). Marié en 1905 ; trois enfants dont un fils, Pierre Bornecque, né en 1914, universitaire.

74Études : Lycée de Versailles ; baccalauréat ès lettres (1886-1888) ; boursier de licence (1890-1891) en Sorbonne ; lycée Louis-le-Grand ; élève de l’École normale supérieure (1892-1895) ; agrégation de grammaire en 1895 (7e) ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 14 décembre 1898.

75Parcours professionnel : Professeur délégué au lycée Concorcet (avril à septembre 1896) ; professeur délégué au lycée Montaigne (1er-31 octobre 1896) ; en congé (1er novembre 1896- 31 décembre 1896) ; professeur au lycée de Châteauroux (janvier 1897-30 août 1898) ; professeur au lycée de Poitiers (octobre 1898-août 1899) ; maître de conférences de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Rennes (1er octobre 1899) ; maître de conférences de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1900) ; professeur adjoint (1er mars 1903) ; professeur de philologie latine à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1906) ; professeur de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Lille (14 mars 1913-15 octobre 1935).

76Principaux ouvrages : La prose métrique dans la correspondance de Cicéron (1898) ; Précis de prosodie et de métrique grecque et latine à l’usage des candidats à l’agrégation et à la licence (1900) ; Les clausules métriques latines (1903) ; Les auteurs latins du programme (éditions par niveau d’études, à partir de 1911) ; Rome et les romains : littérature, histoire et antiquités (1912) ; Ovide : L’art d’aimer (trad. commentée, 1924) ; Grammaire française ; 150 versions latines graduées et annotées pour la préparation du baccalauréat (1929) ; Ovide : Les Amours (trad. annotée, 1930) ; Cicéron : Discours (trad. 1930 et après) ; Sénèque le rhéteur (2 e éd., 1932) ; Tite Live (1933) ; Tacite : Annales (1933) ; Tacite : Historia (1934) ; Dictionnaire latin-français (1936) ; Cours complet de langue latine (par niveau d’études, à partir de 1936) ; Cicéron : De l’orateur (1937) ; Comment faire un thème latin ? (1938) ; Comment faire une version latine ? (1939) ; Deux Cent versions latines proposées aux examens de l’École normale supérieure et aux bourses de licence (1942) ; Les catilinaires de Cicéron (traduction et édition critique). L’essentiel de ses travaux de traduction, pour les auteurs classiques, est édité chez Guillaume Budé. Sa bibliographie comprend au total plus de 160 références.

77Remarques complémentaires : Les thèses d’Henri Bornecque ne sont pas très bien accueillies en Sorbonne. Le rapport d’Alfred Croiset note : « Et pourtant, ces thèses ont été faites trop vite. Il y a trois ans seulement que M. Bornecque a quitté l’École normale où il avait comme à Louis-le-Grand, la réputation d’un élève laborieux plutôt que distingué. Mais il est pressé, trop pressé d’arriver [...]. La thèse latine n’est au fond que la préface de la thèse française [...]. Hâte à l’écrire » (rapport du 14 décembre 1898). « Monsieur Bornecque unit à des qualités professionnelles exceptionnelles, un effort scientifique dont témoigne l’abondance de ses publications. Sa collaboration à la collection Guillaume Budé, d’autres traductions de textes latins dénotent avec une activité inlassable, une connaissance des œuvres de l’Antiquité latine qui classe M. Bornecque au premier rang des latinistes français » (rapport du doyen Hubert pour l’année 1933-1934).

78Sources principales : Arch. nat., F17 26713 ; Arch. nat., 61AJ 219, dossier d’inscription à l’École normale supérieure et engagement décennal.

12 — Bossert Adolphe

79État civil : Né le 10 juin 1832 à Barr (Bas-Rhin) ; décédé le 1er juin 1922 à Paris. Fils d’un tricoteur dans l’industrie textile. Marié, quatre enfants.

80Études : Bachelier ès lettres en 1849 ; étudiant de la faculté des lettres et de la faculté de théologie protestante de Strasbourg ; baccalauréat de théologie en 1855 ; licence ès lettres en 1856 ; voyage beaucoup entre Paris, Berlin et Vienne ; très attiré par la culture allemande dont il étudie la langue, la littérature et les institutions ; docteur ès lettres en Sorbonne le 20 juillet 1865.

81Parcours professionnel : Chargé de cours d’allemand au lycée du prince impérial en 1867 ; chargé d’un cours complémentaire en Sorbonne ; chargé d’un cours de littérature étrangère en 1871 ; professeur de littérature étrangère en 1872 ; Nommé à la faculté des lettres de Douai avec les fonctions d’inspecteur des langues vivantes pour les lycées du Nord ; chargé des cours à l’École des mines, il devient en 1883, inspecteur d’académie hors classe ; délégué en 1887 dans les fonctions d’inspecteur général des langues vivantes ; membre du jury d’agrégation d’allemand de 1874 à 1882 ; président du jury en 1885 ; retraite en 1902.

82Principaux ouvrages :
La littérature allemande au Moyen Âge et les origines de l’épopée germanique (1870) ; Cours de littérature allemande fait à la Sorbonne (3 vols, 1870-1873) ; Goethe, ses précurseurs et ses contemporains (1872) ; Goethe et Schiller (1873) ; Histoire abrégée de la littérature allemande depuis les origines jusqu’en 1870 (1881) ; Tristan et Iseult : Poème de Gotfrit de Strasbourg (1902). Beaucoup d’ouvrages destinés à l’enseignement de l’allemand parus chez Hachette, en collaboration avec Th. Beck : Les mots allemands groupés d’après le sens (1886) ; Les mots anglais groupés d’après le sens avec A. Beljame (1887) ; Grammaire élémentaire de la langue allemande (1896).

83Remarques complémentaires : Opte pour la nationalité française après 1870. Il fut désigné pour occuper la chaire de Philarète Chasles au Collège de France mais le gouvernement, mécontent de ses opinions politiques, refusa la nomination. « Il a été présenté en première ligne à une forte majorité par les professeurs du Collège de France pour occuper dans cet établissement la chaire des origines de la littérature germanique. On sait comment M. Guizot l’a emporté sur lui dans la personne de son fils ». (Note du doyen de la faculté des lettres de Douai, Abel Desjardins, Arch. dép. Nord, 2 T 534 : distinctions honorifiques).

84Sources principales : Arch. nat., F17 20227 ; Guy Caplat, Les Inspecteurs généraux de l’Instruction Publique : dictionnaire biographique, 1802-1914, Paris, INRP, 1986, p. 180-181 ; Arch. dép. Nord, 2 T 534, distinctions honorifiques.

13 — Bourdon Benjamin

85État civil : Né le 5 août 1860 à Mont-Martin-sur-Mer (Manche) ; décédé à Rennes le 12 juillet 1943. Père, agriculteur (« famille de notaires et d’agriculteurs »). Marié en 1903 ; sans enfant.

86Études : Lycée de Coutances ; baccalauréat ès sciences à Caen en 1878 ; baccalauréat ès lettres à Caen en 1879 ; licence ès lettres à Paris en 1879 ; décide de faire des études de droit puis s’intéresse à la philosophie ; boursier d’agrégation (1885-1886) ; agrégation de philosophie (1er) en 1886 ; boursier en Allemagne de novembre 1886 à novembre 1887 ; docteur ès lettres le 17 juin 1892 en Sorbonne.

87Parcours professionnel : Aspirant répétiteur au lycée de Laval (1880) ; répétiteur au lycée Saint-Louis (1881), maître-répétiteur au lycée Saint-Louis (1882-1884) ; en congé d’inactivité en 1885-1886 ; exerce un temps comme clerc de notaire ; professeur de philosophie au lycée de Valenciennes (septembre 1887) ; professeur au lycée de Rennes (septembre 1889-décembre 1894) tout en donnant un cours libre de philosophie à la faculté des lettres de Rennes ; il y crée le 18 décembre 1891, le premier cours de psychologie expérimentale existant dans une université française de province ; chargé de la maîtrise de conférences à la faculté des lettres de Lille (16 janvier 1894-24 avril 1894) ; maître de conférences à la faculté des lettres de Lille jusqu’en octobre 1895 ; chargé de cours de philosophie à la faculté des lettres de Rennes (1895) ; professeur de philosophie à la faculté des lettres de Rennes (1er novembre 1896) ; assesseur du doyen (1922) ; retraite en août 1930.

88Principaux ouvrages :
L’expression des émotions et des tendances dans le langage (thèse, 1892) ; Cours de psychologie expérimentale (1900) ; La perception visuelle de l’espace (1902) ; L’Intelligence (1936) ; Nouveau traité de psychologie, t. 5 : les fonctions systématisées de la vie intellectuelle (avec G. Dumas au PUF, chapitres sur la perception et la sensation, 1937). Très nombreux articles.

89Remarques complémentaires : « Passionné pour la psychologie expérimentale, il créa le premier laboratoire français de psychologie » (Bulletin de l’Association des anciens élèves du lycée de Coutances). « Il suivit pendant un an, avec le plus grand intérêt, les cours de Théodule Ribot et, en dehors de la Sorbonne, ceux de Charcot, Magnan, Brown-Sequart et Frank. Reçu premier à l’agrégation de philosophie en 1886, il obtint une bourse d’études pour un an en Allemagne. Muni d’une lettre d’introduction de Ribot, le jeune agrégé, après un séjour de six mois à Heildelberg, près du néo-grammairien Osthoff, suivit les cours de Wuilhem Wundt à Leipzig. En stage au laboratoire de Wundt (le premier laboratoire de psychologie créé dans le monde en 1879), il se formera aux techniques expérimentales [...]. Nommé à Rennes, il créera en avril 1896, grâce à l’appui des responsables de l’université, un laboratoire de psychologie et de linguistique expérimentales. C’était le premier laboratoire de psychologie créé par une université française (le laboratoire parisien de psychologie fondé par Henry Beaunis en 1889 dépendait de l’École des Hautes Études) et un des premiers laboratoires de psychologie expérimentale dans le monde [...]. Il le dirigea pendant plus de 40 ans [...]. Il mènera de nombreuses recherches expérimentales essentiellement dans le domaine de la perception et des sensations [...]. Il est l’un des seuls français (avec Henri Pièron et Pierre Janet) a avoir été célébré par les Américains comme une figure éminente de la psychologie scientifique » (Serge Nicolas, « Benjamin Bourdon : pionnier de la psychologie expérimentale », centenaire du laboratoire Benjamin Bourdon, université de Rennes 2, 11 avril 1996). « Parmi ses élèves du lycée de Rennes, un certain Alfred Jarry qui a pris Benjamin Bourdon comme modèle pour son personnage de La Conscience dans Ubu-Roi » (lettre à l’auteur de Madame Denise Seyve, petite-nièce de Benjamin Bourdon, datée du 26 juin 2000).

90Sources principales : Arch. nat., F17 24123 ; Arch. dép. Manche, État civil ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, lettre de renseignement et Bull. Ass. Amicale Anciens élèves Collège-Lycée de Coutances, tome 1939 à 1945 ; Arch. dép. Rennes, 1 J/698-699 (9 cahiers de cours du professeur Bourdon) ; lettres de Mme Denise Seyve des 26 juin et 8 juillet 2000 (petite-nièce de Benjamin Bourdon) ; Actes du Centenaire du Laboratoire Benjamin Bourdon de l’université de Rennes 2 (11 avril 1996) ; Benjamin Bourdon, « Le laboratoire de psychologie de l’université de Rennes », Rev. Int. Enseignement, 1897, p. 134-135 ; Benjamin Bourdon, « Le nouveau laboratoire de psychologie de l’université de Rennes », Rev. Int. Enseignement, 1911, p. 222-225.

14 — Braure Maurice

91État civil : Né le 25 avril 1901 à Leforest (Pas-de-Calais) ; décédé le 3 mars 1990. Fils d’un ingénieur des mines et d’une enseignante. Marié ; six enfants.

92Études : Baccalauréat ès lettres ; études de droit puis de lettres dans les facultés de Lille ; licence d’histoire-géographie (1925) à la faculté des lettres de Lille ; diplôme d’études supérieures à Lille, le 9 juin 1926 ; agrégation d’histoire ; docteur ès lettres à la faculté lilloise en juin 1932.

93Parcours professionnel : Professeur d’histoire au lycée de Douai (octobre 1929-septembre 1932) ; professeur au lycée de Lille (septembre 1932-octobre 1936) ; chargé des travaux pratiques d’histoire à la faculté des lettres de Lille ; chargé de cours d’histoire à la faculté des lettres de Lille (1er octobre 1936) ; maître de conférences d’histoire moderne à ladite faculté (avril 1937) ; professeur titulaire de la chaire d’histoire générale et régionale des temps modernes à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1937) ; mobilisé en avril 1940 ; prisonnier puis libéré en juillet 1940 ; délégué dans l’enseignement de l’histoire moderne et contemporaine à la faculté des lettres de Bordeaux (décembre 1940) ; professeur titulaire de la chaire d’histoire moderne et contemporaine à Bordeaux (1er juillet 1942) ; directeur du département d’histoire de l’université de Bordeaux III ; retraite en octobre 1973.

94Principaux ouvrages : Étude économique sur les châtellenies de Lille, Douai et Orchies d’après les enquêtes fiscales des XV e et XVI e s. (1928) ; Lille et la Flandre wallonne au XVIII e s. (thèse principale en 1932) ; Les documents néerlandais relatifs à l’occupation de la Flandre wallonne (1708-1713) (thèse complémentaire, 1932) ; Histoire moderne de l’Angleterre (collection L’évolution de l’Humanité, 1951) ; Histoire des Pays-Bas (1951) ; Évolution politique de l’Angleterre moderne (1960) ; L’Église à l’époque classique (XVIIe et XVIIIe s.) (1961) ; Nous partons pour les Pays-Bas (1977). Collaboration aux t. 4 (la Renaissance) et 6 (XVII e et XVIII e s.) de la collection Civilisation, peuples et mondes).

95Articles et communications diverses : « La vie rurale en Flandre wallonne au temps du duc de Bourgogne Philippe le Bon » (61 e congrès des sociétés savantes ; 1928) ; « Voies de communications et transports dans le Nord de la France au XVIIIe s. » (Bulletin de la Société d’agriculture, sciences et arts de Douai ; 1931) ; « Quelques aspects de la question religieuse jansénisme et protestantisme en Flandre wallonne au XVIIIe s. » (Commission historique du département du Nord, 1931) ; « Une source peu connue de l’histoire de la guerre de succession d’Espagne : les opérations dans les Pays-Bas et le Nord de la France d’après un document écossais » (Commission historique du département du Nord, 1934) ; « Une chanson allemande sur le siège de Lille en 1718 » (Commission historique du département du Nord, 1937) ; « Quelques aspects des relations commerciales entre la France et l’Angleterre au XVIIIe s. » (Annales du Midi, t. 65, n ̊ 21)

96Remarques complémentaires : Secrétaire de la Revue du Nord de 1929 à 1940. Fondateur à Bordeaux d’une section de l’Association « France-Hollande ; direction du Centre d’étude du XVIIIe s., fondé à Bordeaux en 1965 (CNRS).

97Sources principales : Lettre de Madame Braure à l’auteur et curriculum joint.

15 — Chamard Henri

98État civil : Né le 7 juillet 1867 à Honfleur (Calvados) ; décédé à Paris, le 29 septembre 1952. Fils d’un professeur de lycée. Marié ; deux enfants.

99Études : Collège de Honfleur, collège du Mans ; lycée d’Orléans ; collège Rollin à Paris ; bachelier ès lettres ; École normale supérieure (1887-1890) ; licence ès lettres en 1888 ; agrégation des lettres en 1890 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne le 20 juin 1900.

100Parcours professionnel :
Professeur au lycée de Cherbourg (1890-1892) ; professeur au lycée de Caen (1892-1897) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Caen (1893-1897) ; maître de conférences de littérature française à la faculté des lettres de Lille (30 juillet 1897) ; professeur-adjoint (9 décembre 1900) ; professeur titulaire de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (27 décembre 1902) ; nommé maître de conférences de langue et littérature françaises à l’École normale supérieure (30 décembre 1903) ; maître de conférences de littérature française en Sorbonne (26 juillet 1904) ; professeur-adjoint (24 janvier 1910) ; professeur d’histoire de la littérature de la Renaissance française en Sorbonne (16 janvier 1920) ; retraite le 21 mars 1937.

101Principaux ouvrages :
Joachim du Bellay : 1522-1560 (thèse, 1900) ; Édition critique de La Déffence de J. du Bellay (1904) ; Éditions critiques des Œuvres poétiques de J. du Bellay (6 vols, à partir de 1908) ; La chanson de Roland (traduction nouvelle, 1919) ; Histoire de la Pléiade (4 vols, à partir de 1919) ; La tragédie de la Renaissance ; La doctrine et l’œuvre poétique de la Pléiade (1931-1932). Beaucoup d’articles dans les revues spécialisées : Revue critique, Revue d’histoire littéraire de la France ; Revue du XVIe s.

102Remarques complémentaires : Catholique pratiquant ; dreyfusard.

103Sources principales : Arch. nat., AJ16 5915 ; Arch. dép. Nord, 2 T 198 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1953, p. 24-26 ; Annales Univ. Paris, 1952, p. 562-565 ; Dictionnaire de biographie française ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : Dictionnaire biographique, vol. 2 : 1909-1939, Paris, INRP, 1986, p. 55-56.

16 — Chevrillon André (Louis)

104État civil : Né le 3 mai 1864 à Ruelle (Charentes) ; décédé à Paris, le 10 juillet 1957. Fils d’un officier de marine, attaché à la fonderie de canons ; sa mère est la sœur cadette de Taine. Marié ; plusieurs enfants

105Études : Enfance non loin de Brest puis en Angleterre où il suit son père ; École alsacienne de Paris ; lycée Louis-le-Grand ; baccalauréat ès lettres ; étudiant en Sorbonne ; licence ès lettres ; Séjour en Angleterre en 1884 ; agrégation d’anglais en 1887 ; docteur ès lettres en 1894 en Sorbonne.

106Parcours professionnel :
Professeur à l’École navale de Brest puis maître de conférences à la faculté des lettres de Lille jusqu’en 1894 ; quitte l’enseignement en 1896 pour « raison de santé » ; se consacre entièrement à sa carrière littéraire.

107Principaux ouvrages : Dans l’Inde (1891) ; Sydney Smith et la renaissance des idées libérales en Angleterre au XIXe s. (thèse, 1894) ; La langue de Hobbes (1894) ; Terres mortes (1897) ; La nature dans la poésie de Shelley (1898) ; Études anglaises (1901) ; La poésie de Rudyard Kipling (1903) ; Sanctuaires et paysages d’Asie (1905) ; Un crépuscule d’Islam (1906) ; La pensée de Ruskin (1909) ; Nouvelles études anglaises ; L’Angleterre et la guerre (1916) ; Shakespeare et l’âme anglaise (1916) ; Marrakech dans les palmes (1919) ; La Bretagne d’hier (1925) ; Taine, formation de sa pensée (1932) ; Visions du Maroc (1933). Collabore à L’Illustration, Gringoire, La revue des Deux Mondes

108Remarques complémentaires : Disciple d’Hippolyte Taine dont il est le neveu. Multiplie les voyages lointains où il puise son inspiration : Inde, États-Unis, Syrie (deux fois), Maroc. Reçu à l’Académie française le 21 avril 1921 ; membre de l’Académie des sciences coloniales ; membre de l’Académie américaine des lettres et des arts ; membre de la Société royale de littérature de Londres ; « Chevrillon est resté le voyageur sans hâte, le voyageur d’avant l’avion, le cinéma, la télévision » (E. Herriot).

109Sources principales : Dictionnaire de biographie française ; Études Anglaises, 1957, n ̊ 4, p. 472-473 (biographie par Louis Cazamian) ; Études Anglaises, 1966 ; n ̊ 4, numéro spécial en hommage à André Chevrillon, septembre-décembre 1966, p. 323- 411 ; Le Monde, 11 juillet 1957 ; Les Nouvelles Littéraires, 18 juillet 1957.

17 — Clément Louis

110État civil : Né à Sens (Yonne), le 12 novembre 1858 ; décédé à Paris, le 21 janvier 1926. Fils d’un censeur au lycée de Sens puis proviseur. « Proviseur en congé » en 1879 (engagement décennal à l’École normale supérieure). Marié en 1889 mais veuf dès 1908 ; un enfant rapidement décédé ; remariage en 1923.

111Études : Suit son père dans ses mutations ; lycée de Besançon, puis lycée Louis-le-Grand ; admis à l’École normale supérieure en 1879 ; scolarité à l’École normale supérieure (1879-1881) ; agrégé de grammaire en 1882 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne le 24 mai 1899.

112Parcours professionnel :
Professeur au lycée de Sens (23 juillet 1882) ; professeur au lycée d’Orléans (22 juillet 1883) ; professeur au collège Stanislas de Paris (14 septembre 1887) ; professeur au lycée Hoche de Versailles (5 août 1896) ; professeur au lycée Janson de Sailly (11 août 1897) ; professeur au lycée Buffon (11 août 1902) puis au lycée Saint-Louis (10 octobre 1902) ; nommé maître de conférences de littérature française à la faculté des lettres de Lille en janvier 1905 ; nommé professeur titulaire de littérature française (1er avril 1907) ; mis à la disposition du ministre des Affaires Étrangères comme professeur de littérature française à l’université égyptienne du Caire en 1912 puis détaché chaque année jusqu’à son décès en 1926. Il découvre en Égypte les merveilles de l’Égypte pharaonique, y rencontre Pierre Jouguet ; il revient tous les ans passer l’été en France ; nommé en 1925 professeur de littérature et philologie françaises au Caire.

113Principaux ouvrages :
Grammaire de la langue française (1887) ; Versification de La Fontaine (1888) ; Fables de la Fontaine (1894) ; Périclès et Fabius Maximus (édition critique, 1896) ; Henri Étienne et son œuvre française (thèse, 1899) ; La vie des hommes illustres grecs et romains (1906).

114Remarques complémentaires : Les rapports d’inspection sont assez critiques sur son travail dans l’enseignement secondaire : « professeur passable [...]. Corrige les copies mais un peu superficiellement [...]. Bienveillant et doux mais de caractère faible et inégal, n’a qu’une autorité précaire [...]. Punis beaucoup et assez souvent lève les punitions sur les instances des élèves. En est réduit fréquemment à exclure des élèves [...]. Classe morne sans émotion [...]. Le professeur a beau parler beaucoup ; son agitation ne fait pas illusion » (rapport de 1903) « Serait capable de bien faire s’il savait gouverner une classe » (rapport de 1904). Dans l’enseignement supérieur, on note très vite ses grandes capacités d’expression et l’importance de ses connaissances en littérature française. Le rapport de 1908 signale : « très apprécié des étudiants qui tirent grand profit de son enseignement [...]. Monsieur Clément a donné des leçons publiques très intéressantes » (rapport de notation de septembre 1908 par Georges Lyon).

115Sources principales : Arch. nat., F17 26724 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1927, p. 46-49 ; Arch. nat., AJ61 216, inscriptions à l’École normale supérieure, promotion 1879.

18 — Colicamp Ferdinand

116État civil : Né le 23 juin 1820 à Paris ; Mort le 24 novembre 1879 à Lille. Fils d’un employé à l’administration des postes. Marié ; un enfant

117Études : Élève du lycée Charlemagne de Paris ; bachelier ès lettres en 1840 ; licence ès lettres en 1841 ; élève de l’École normale supérieure (1840-1843) ; doctorat ès lettres en Sorbonne le 31 mai 1848.

118Parcours professionnel :
Professeur de seconde au lycée de Douai de 1843 à 1850 ; chargé de cours de littérature française à la faculté des lettres d’Aix-en-Provence en 1850 ; professeur de rhétorique à Dijon de 1850 à 1854 ; chargé d’un cours de littérature française à la faculté des lettres de Douai en 1854 ; nommé professeur de littérature française à la faculté des lettres de Douai en novembre 1854 ; retraite en 1879. Membre du jury d’agrégation de nombreuses années.

119Principaux ouvrages :
Étude critique sur la méthode oratoire de Saint-Augustin (thèse, 1848) ; Télémaque de Fénelon (édition classique, 1848) ; Dickens ; La Fontaine (édition critique et littéraire, 1853) ; César de Plutarque (édition classique, 1856) ; Boissonnade, critique littéraire (1863) ; traduction de petits romans de Walter Scott ; publication de morceaux de critiques de Boissonnade (2 vols). Articles dans Les débats, Le Constitutionnel.

120Remarques complémentaires : Espère un temps enseigner au Collège de France ou en Sorbonne puis obtenir un rectorat ; semble avoir eu des rapports assez difficiles avec le doyen Desjardins qui écrit dans les rapports confidentiels annuels : « le tact et le jugement lui font parfois défaut » (1860) ; « manque souvent de goût et de méthode » (1862). Le recteur Foncin réclame à plusieurs reprises son départ en retraite.

121Sources principales : Arch. nat., F17 20446, dossier personnel de l’enseignant ; Arch. dép. Nord, 2 T 210 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1880, p. 22 et suivantes ; Arch. dép. Seine, État Civil (5 MI 1/216).

19 — Cons Henri

122État civil : Né à Orléans (Loiret), le 22 octobre 1839 ; décédé le 3 février 1909. Fils d’un pharmacien. Marié ; quatre enfants.

123Études : Commence ses études à Orléans puis les termine à Paris ; lycée Charlemagne ; baccalauréat ès lettres ; licence ès lettres ; agrégation d’histoire-géographie en 1869 ; thèse de doctorat ès lettres le 30 janvier 1882 en Sorbonne.

124Parcours professionnel :
Aspirant répétiteur au lycée de Mâcon (septembre 1858) ; chargé de cours au collège de Rochefort (octobre 1858-1863) ; chargé de cours au lycée de Moulins (octobre 1863-1868) ; professeur d’histoire aux lycées de Moulins (septembre 1868-30 janvier 1869), de Tours (1er février 1869-1871), et de Montpellier (13 septembre 1871-1879) ; chargé de conférences à la faculté des lettres de Montpellier (14 décembre 1878) ; maître de conférences à la faculté des lettres de Montpellier (septembre 1879-1883) ; professeur d’histoire et géographie des Temps Modernes à la faculté des lettres de Douai (décret du 16 juin 1883) ; professeur de géographie à la faculté des lettres de Lille (décret de 1893 : c’est le premier enseignant dans une chaire spécifique de géographie pour la France septentrionale) ; recteur à Poitiers (16 août 1896).
Fondateur de la Société Languedocienne de géographie ; secrétaire général de l’Union géographique du Nord.

125Principaux écrits :
La province romaine de Dalmatie (thèse, 1882) ; Le Nord pittoresque de la France (1888) ; Précis d’histoire du commerce (1896) ; série d’articles dans le Bulletin de l’Union géographique du Nord de la France (« La colonisation française au Canada » ; « Le Soudan égyptien »…).

126Remarques complémentaires : Plusieurs fois mis en garde sous le Second Empire pour ses opinions républicaines. Le rapport confidentiel du 5 juillet 1871 signale (il est alors professeur à Tours) : « professeur studieux et bien préparé, esprit net et décidé. On dit malheureusement que Monsieur Cons ne sait pas se tenir dans les limites d’un cours universitaire et de lycée où tout ce qui passionne et divise aujourd’hui les esprits doit être soigneusement évité [...]. On lui reproche notamment certaines appréciations trahissant un fonds d’opinions radicales en histoire et en politique qui se seraient glissées dans ses leçons sur la Révolution française [...]. L’opinion lui est hostile [...]. À ce point [...] qu’il paraît bien difficile ou plutôt impossible de le maintenir dans ce poste ».

127C’est encore un géographe très marqué par l’histoire et qui n’a pas connu l’influence de Paul Vidal de la Blache puis de ses disciples au sein de la nouvelle École française de géographie. Le recteur Foncin en 1885, dans son rapport confidentiel note : « Monsieur Cons est très zélé, très dévoué à ses fonctions. Il donne quatre conférences [...]. Il est très laborieux et il se fatigue. Il a une grande mémoire et il en abuse un peu. Il ne sait pas très bien composer une leçon ni la faire. Il parle du même ton, regardant une carte murale avec obstination, énumérant à perdre haleine, sans repos ni coupure ni explication, ni digression, une foule de noms et de détails géographiques. Il a promis d’adopter une autre méthode et son malheur est de n’avoir pas eu de guide, de s’être formé tout seul (avant l’école vidalienne qui mettra fin à cette géographie nomenclaturale très austère). [...]. Ses thèses ont été fort maltraitées par la Sorbonne. Il vaudrait mieux que Monsieur Cons fit de l’histoire ; il est né pour les recherches laborieuses, pour l’érudition ». Le rapport de thèse du 30 janvier 1882 note : « thèses très médiocres et la soutenance ne les a pas relevées [...]. Il souffrait de violentes coliques [...]. Monsieur Cons écrit mal en latin et en français ».

128D’après le journal socialiste, le Réveil du Nord, du 5 mai 1903, Henri Cons aurait demandé à être nommé comme recteur à Lille à la mort de Julien Margottet. Le journal en profite pour signaler son « zèle antidreyfusard et nationaliste et son ardeur à persécuter les universités populaires » dans son académie de Poitiers.

129Sources principales : Arch. nat., F17 25741 ; Arch. dép. Nord, 2 T 212 ; Dictionnaire de biographie française ; Arch. dép. Loiret, État Civil.

20 — Constant Léopold

130État civil : Né à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) le 17 décembre 1891 ; décédé à Paris le 10 juin 1936 d’une congestion pulmonaire. Son père était un brillant universitaire, professeur de langue et littérature latines à la faculté des lettres d’Aix « savant commentateur de Salluste et de Tacite » (Revue des Études latines ; 1936, p. 261). Marié en mai 1917 avec Lucie Cagnat, la fille de son maître René Cagnat, professeur au Collège de France ; son épouse décède le 24 octobre 1920 ; second mariage en mars 1926 ; six enfants.

131Études : Lycée d’Aix-en-Provence puis lycée Louis-le-Grand ; bachelier ès lettres en 1907 ; classes préparatoires au lycée Louis-le-Grand ; admis à l’École normale supérieure en 1910 ; suit les cours de René Cagnat au Collège de France ; licence ès lettres en 1911, agrégation des lettres en 1913 ; membre de l’École française de Rome (octobre 1913-septembre 1915) ; docteur ès lettres le 17 décembre 1921 en Sorbonne.

132Parcours professionnel :
Professeur de première au lycée d’Aix (1915-1917) ; détaché au lycée Henri IV de Paris (1917-1918) ; professeur de première au lycée Ampère de Lyon (1918-1919) ; professeur de première au lycée du Parc à Lyon (1919-1921) ; professeur de première au lycée de Lille (janvier 1921-1922) ; maître de conférences d’histoire ancienne, épigraphie et papyrologie à la faculté des lettres de Lille (22 juin 1922) ; professeur sans chaire de grammaire et philologie latine (1924-1928) à la faculté des lettres de Lille ; nommé maître de conférences de langue et littérature latines à la Sorbonne (1er octobre 1928) ; professeur sans chaire (1er février 1929) ; décédé en fonction.

133Principaux écrits : Gightis : étude d’histoire et d’archéologie sur un emporium de la petite Syrte (1916) ; Arles antique (thèse, 1921) ; Un correspondant de Cicéron : Claudius Pulcher (1922) ; Esquisse d’une histoire de la Basse-Provence dans l’Antiquité (1923) ; Bellum Gallicum de Jules César (édition critique et traduction chez G. Budé en 2 vols, 1926) ; Arles (1928) ; César : Guerre des Gaules (édition classique avec commentaires) ; Guide illustré des campagnes de César en Gaule (1929) ; Cicéron, correspondance, vol. 1 (édition critique, 1934) ; L’Enéide (inachevé)

134Remarques complémentaires : Catholique.

135Sources principales : Arch. nat., AJ 16 5 935 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, dictionnaire biographique, t. 2, p. 64-65 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1937, p. 67-72 ; Rev. Universitaire, 1936, p. 165-166 ; Rev. Études Latines, 1936, p ; Bull. Association Guillaume Budé, juillet 1936, p. 45-48 ; Rev. Int. Enseignement, 1936, p. 187-188.

21 — Cordier André

136État civil : Né le 18 décembre 1896 à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais) ; décédé à Paris, le 11 avril 1945. Fils d’un commis principal des contributions indirectes. Marié ; un enfant.

137Études : Bachelier ès lettres ; licence ès lettres à la Sorbonne en novembre 1919 ; boursier d’agrégation à la faculté des lettres de Lille ; admissible à l’agrégation des lettres en 1921 ; agrégation en 1922 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne en 1936.

138Parcours professionnel :
Professeur au collège de Saint-Amand ; suppléant au lycée Saint-Louis (septembre 1923) ; professeur de première au lycée de Douai (septembre 1924) ; professeur au lycée de Lille (juillet 1925-1930) ; professeur au lycée Condorcet de Paris (juillet 1930) ; chargé provisoirement du service de la chaire de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Lille (9 novembre 1935) à la mort d’Henri Bornecque ; maître de conférences de grammaire et philologie latines à la faculté des lettres de Lille (septembre 1936) ; professeur titulaire de la chaire de langue et littérature latines (1er octobre 1939) ; décès en fonction en 1945.

139Principaux ouvrages :
Cinna ou la clémence d’Auguste (Corneille) : tragédie publiée conformément au texte de l’édition de 1682 (1933) ; Tacite : Dialogue des orateurs (1934) ; La Germanie (texte établi et annoté, 1934) ; Études sur le vocabulaire épique dans L’Enéïde (thèse, 1939) ; L’allitération latine, le procédé dans l’Enéïde (1939) ; Débuts de l’hexamètre latin : Ennius (1947) ; Vie d’Agricola (1949) ; La comédie latine en France au XIIe s. : textes (1949) ; Horace : tragédie de Corneille publiée conformément au texte de l’édition de 1682 ; Rome et les romains (1950).

140Remarques complémentaires : Le professeur Cordier jouit d’une grande réputation scientifique parmi les spécialistes de langue et philologie latines. « Monsieur Marouzeau fait part du décès de A. Cordier, survenu brusquement il y a deux jours. André Cordier laisse le souvenir d’un collègue aimable en même temps que d’un savant éminent qui, à la lourde tâche d’enseignement, joignait une activité scientifique riche de résultats et prometteuses d’avenir » (Revue des Études latines, 1945, séance du 14 avril 1945, p. 4.). « M. Cordier, professeur de langue et littérature latines, est mort le 11 avril 1945 ; son état de santé inquiétait son entourage depuis longtemps. Mais M. Cordier n’avait pas voulu interrompre son activité malgré les multiples difficultés du voyage l’hiver dernier, il continuait à venir de Paris chaque semaine faire son cours. Il nous a donné [...] un bel exemple de courage et d’énergie » (Annales de l’université de Lille, rapport du doyen Hermann, année 1944-1945, p. 18).

141Sources principales : Arch. nat., F17 27445 ; Arch. dép. Pas-de-Calais, État civil ; Rev. Études latines, 1945, p. 34.

22 — Courdaveaux Victor (Pierre-Charles)

142État civil : Né le 12 avril 1821 à Paris ; décédé le 5 octobre 1891 à Paris. Fils d’un employé de l’Empire, destitué deux fois pour son dévouement à l’Empereur ; son père était en fait garde-magasin général des Hôpitaux de la Grande Armée ; il fut destitué en 1814, rétabli dans ses fonctions pendant les Cent Jours puis de nouveau destitué après Waterloo ; son père décède alors qu’il est âgé de cinq ans ; il est élevé par son oncle « vieux soldat de l’Empire » qui décède en 1855. Marié puis divorcé ; deux beaux-fils.

143Études : Baccalauréat ès sciences et ès lettres à Paris ; élève de l’École normale supérieure (1840-1843) ; licence ès lettres en Sorbonne ; agrégation des lettres ; doctorat ès lettres en Sorbonne, le 9 janvier 1858.

144Parcours professionnel :
Régent de philosophie à Toulon (octobre 1843-avril 1945) ; suppléant aux lycées d’Auch (avril 1845-octobre 1845), Boulogne-sur-Mer (octobre 1845-octobre 1946), Bastia (octobre 1846-octobre 1847) ; professeur de philosophie aux lycées de La Rochelle (octobre 1847-octobre 1849), de Bourges (octobre 1849-1854) ; professeur de rhétorique au lycée de Troyes (octobre 1854-octobre 1855) ; en congé d’octobre 1855 à octobre 1856 pour raisons familiales (son oncle vient de décéder et il doit s’occuper de sa mère et de sa sœur) ; professeur de rhétorique aux lycées de Châteauroux (octobre 1856-février 1857), de Troyes (février 1857-mars 1861), de Mâcon (mars 1861-octobre 1862) ; chargé de cours de littérature grecque à la faculté des lettres de Besançon (octobre 1862- octobre 1864) ; professeur de littérature ancienne à la faculté des lettres de Douai (octobre 1864-octobre 1879) ; professeur de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Douai puis de Lille (31 octobre 1879 jusqu’à sa retraite le 1er août 1891).

145Principaux ouvrages :
De l’immortalité de l’âme dans le stoïcisme (thèse, 1857) ; Du beau dans la nature et dans l’art (1860) ; traduction des Entretiens d’Epictète (1862) ; Eschyle, Xénophon et Virgile (1872) ; Du rire dans la vie et dans l’art. Les Évangiles et l’Histoire (1879) ; Saint-Paul (1886) ; Comment se sont formés les dogmes (1888).

146Remarques complémentaires : Le recteur signale en mai 1884 : « membre du conseil municipal de Douai, président de la Société philotechnique de Lille, de l’Union de la Jeunesse de Douai, de la Société du denier des écoles laïques, délégué cantonal et communal [...]. Il se dépense sans compter ; son activité ou plutôt son agitation cérébrale, s’accroît avec l’âge [...]. La grande ambition serait d’occuper le décanat après M. Desjardins. Je voudrais qu’il fût possible de faire un meilleur choix ». Le recteur Nolen écrit dans son rapport confidentiel en mai 1886 : « la verte vieillesse de M. Courdaveaux a besoin d’agitation, de mouvement [...]. Je crains qu’il ne dépense le meilleur de ses forces en travaux accessoires [...]. Il aime les problèmes d’exégèse, de critique religieuse ». Nombreux discours dans diverses loges maçonniques (La Clémente Amitié).

147Le professeur Courdaveaux est à l’origine de troubles étudiants en décembre 1884 et janvier 1885 à Lille. Il est en effet chargé d’une conférence publique chaque jeudi à la faculté des sciences. Depuis quatre années, il traite de l’Histoire de la civilisation sous les empereurs romains. Il est, cette année-là, arrivé à la période chrétienne et réalise, le 11 décembre 1864, une conférence sur le rôle de Jésus Christ ; il aurait alors (selon certains témoins) raillé l’Immaculée Conception et « ses légendes » et émit une toute autre hypothèse (« naissance adultérine ») en se référant à ses travaux d’exégèse. La presse puis les étudiants catholiques entrent alors en ébullition ; les étudiants décident d’organiser un chahut de la conférence suivante du 18 décembre. Les étudiants de l’État, ayant eu vent de l’entreprise, organisent en réaction une contre-attaque ; le doyen dissuade le professeur de se rendre à la conférence mais les groupes étudiants s’affrontent dans la rue (voir Le Progrès du Nord du 20 décembre 1884 et le rapport du recteur au Ministre du 20 décembre 1884).

148Il mène la lutte contre le transfert des facultés douaisiennes de droit et des lettres vers Lille en 1887 et écrit plusieurs mémoires justifiant le maintien à Douai ; il provoque même en duel un journaliste du Progrès du Nord, favorable au transfert, à propos d’une sombre querelle dans la presse en juillet 1887. Le combat a lieu « au fleuret démoucheté [...] à la frontière belge [...]. Au troisième engagement, M. Courdaveaux ayant reçu une blessure à la face dorsale de la deuxième phalange du médius droit, d’un commun accord, les témoins ont déclaré l’honneur satisfait ». Le recteur signale en 1891 : l’attitude qu’il a prise lors du transfert des facultés de droit et des lettres de Douai à Lille a rendu sa situation fort difficile. Domicilié à Douai, il a rompu toutes relations avec le doyen (Moy). J’estime que la mise à la retraite de M. Courdaveaux contribuerait à rétablir plus d’harmonie à la faculté des lettres ».

149Sources principales : Arch. nat., F17 20484 ; Arch. dép. Nord, 2 T 216 ; articles divers dans la presse locale.

23 — Couvreur Paul

150État civil : Né à Bordeaux (Gironde) le 22 août 1872 ; décédé à Lille le 25 janvier 1898. Fils d’un proviseur successivement en poste aux lycées de Saint-Étienne, de Tournon puis de Charleville. Marié ; sans enfant.

151Études : Lycée de Saint-Étienne ; lycée de Tournon ; boursier au lycée Lakanal en 1888 ; multiplie les prix au concours général ; entre à l’École normale supérieure en 1890 (il n’a pas 18 ans) ; scolarité à l’École normale supérieure (1890-1894) ; suit les cours de l’École pratique des Hautes Études ; agrégation de grammaire (1er) en 1893. N’a pas eu le temps de terminer sa thèse.

152Parcours professionnel :
Professeur au lycée de Valenciennes (1894-1895) ; maître de conférences à la faculté des lettres de Lille (1895) ; on lui confie les cours de la chaire de philologie grecque et latine.

153Principaux ouvrages :
traduction et notes du Phédon puis du Ménexène de Platon (1893) ; édition classique de l’Anabase (texte grec avec une introduction et des notes, 1897) ; il travaillait, juste avant sa mort, à une révision critique de la correspondance de Voltaire. Articles nombreux dans la Revue de Philologie et la Revue Critique.

154Remarques complémentaires : Les chefs d’établissements signalent très vite ses aptitudes et sa finesse d’esprit : « La conduite du jeune Couvreur Paul a été excellente [...]. Il travaille avec intelligence et avec goût [...]. Il se distingue par ses habitudes laborieuses et l’originalité de son esprit » (proviseur de Lakanal). « Musicien, amoureux de la musique [...], déchiffrant avec une remarquable familiarité, il aimait beaucoup jouer à quatre mains Haydn, Mozart, Beethoven qui lui étaient très familiers ». (Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure). Il décède brutalement après cinq jours d’agonie à Lille.

155Sources principales : Arch. nat., 61 AJ/219, promotion de l’École normale supérieure, 1890, dossiers d’inscriptions ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1899, p. 129-139. Bull. Université Lille, 1898, p. 44-48 ; Rev. int. Enseignement, 1898, p. 275-276.

24 — Dautremer François

156État civil : Né le 19 novembre 1861 à Woimbey (Meuse) ; décédé en 1941. Fils d’un « employé dans l’Instruction ». Marié ; deux enfants.

157Études : Baccalauréat ès lettres en 1880 ; boursier de licence à la Sorbonne (novembre 1881-octobre 1882) ; licence ès lettres en avril 1882 en Sorbonne ; École normale supérieure (1882-1885) ; agrégation des lettres en 1885 (4e) ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 28 décembre 1900.

158Parcours professionnel :
Professeur de rhétorique au lycée de Troyes (septembre 1885-août 1887) ; maître surveillant à l’École normale supérieure (août 1887-août 1888) ; chargé de la maîtrise de conférences de littérature latine à la faculté des lettres de Lille (26 juillet 1888-1900) ; nommé professeur de troisième puis de seconde au lycée Louis-le-Grand (1er janvier 1900- 30 septembre 1926, date de sa retraite).

159Principaux ouvrages : Ammien Marcellin (thèse, 1900).

160Remarques complémentaires : L’avis du recteur daté du 14 juin 1892 signale : « Avec son air fringuant, ses moustaches fièrement troussées, M. Dautremer fait plutôt penser à l’Aramis des Trois Mousquetaires qu’à un professeur. Son traitement est assurément modeste. Je crains que son zèle ne le soit aussi [...]. J’ai assisté à une de ses conférences, le 14 février. Elle est indiquée sur l’affiche à 10 h 30 mais l’appariteur m’explique qu’elle n’a lieu qu’à 11 heures [...]. M. Dautremer arrive sans livre, sans serviette, sans rien qui rappelle la mission du professeur [...]. La conférence est consacrée à une explication d’Horace. Il tire de sa poche quelques feuillets détachés d’une édition classique [...]. Cela ne dépasse pas l’explication moyenne d’une classe de lycée ». Les autorités administratives lilloises et parisiennes regrettent à de nombreuses reprises que F. Dautremer ne prépare pas assez ses thèses, ce qui explique son retour dans un poste de lycée en 1900 (lettre du Ministère datée du 30 juillet 1900 au recteur Lyon) : « Si à la fin de la prochaine année scolaire, il n’a pas été reçu docteur dans les conditions où il convient que le soit un maître qui appartient déjà à l’enseignement supérieur, sa délégation ne sera pas renouvelée ». Un an après, les thèses ont bien été déposées mais le comité consultatif met en cause leur valeur réelle. Ses thèses sont une première fois déposées mais le comité les refuse : « trop peu nourrie et trop négligemment écrite » (lettre dans son dossier aux Arch. nat.). En 1923 ; l’inspecteur général note : « la classe est une causerie agréable, pleine de [...] remarques piquantes, justes. Elle n’est pas solidement composée et sent un peu l’improvisation » (dossier personnel). Il a espéré, un temps, être nommé directeur du petit lycée Janson de Sailly.

161Sources principales : Arch. nat., F17 23828 ; Arch. dép. Nord, 2 T 224/A et 2 T 534 ; Arch. dép. Meuse, État Civil.

25 — Delattre Floris

162État civil : Né le 19 mai 1880 à Haisnes (Pas-de-Calais) ; décédé le 23 juillet 1950 à Paris. Fils d’un clerc de notaire. Marié le 10 juillet 1907 avec Hélène Leclerc du Sablon (fille d’un professeur à la faculté des sciences de Toulouse) ; remarié le 19 octobre 1918 avec Henriette Eisenschitz (nièce de Bergson) ; deux enfants.

163Études : Élève au collège municipal d’Armentières (1892-1898) ; bachelier ès lettres en 1898 ; étudiant et boursier de licence à la faculté des lettres de Lille (1899-1901) ; Séjour à Oxford (1898-1901) ; licence ès lettres à la faculté des lettres de Lille (1901) ; service militaire (1901-1902) ; boursier d’agrégation à la faculté des lettres de Lille (1902-1904) ; admissible en 1903 ; admis à l’agrégation d’anglais en 1904 (1er) ; docteur ès lettres en Sorbonne le 26 décembre 1911.

164Parcours professionnel :
Professeur d’anglais au lycée de Toulouse (1904-1908) ; professeur au collège Rollin (1908-1909) ; en congé d’inactivité (1909-1910) ; professeur au lycée Charlemagne (1910-1912) ; chargé de conférences d’anglais à la faculté des lettres de Lille (suppléance d’Angellier) en 1912-1913 ; maître de conférences d’anglais à la faculté des lettres de Lille en 1919 ; professeur de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1920) ; assesseur du doyen (1925-1928) ; chargé du cours de littérature et civilisation de la Grande-Bretagne en Sorbonne (1928-1929) en remplacement du professeur Cazamian ; professeur de littérature et civilisation anglaises à la faculté des lettres de Lille (1929-1932) ; maître de conférences de langue et littérature anglaises en Sorbonne (1er octobre 1932) ; professeur sans chaire (1er avril 1933) ; professeur de langue et littérature anglaises en Sorbonne (1935) ; retraite en 1950.

165Principaux ouvrages :
Robert Herrick : contribution à l’étude de la poésie lyrique en Angleterre au XVIIe s. (thèse, 1911) ; La culture par l’anglais (1914) ; La pensée de J.H. Newman (1914) ; De Byron à Francis Thompson : Essais de littérature anglaise (1923) ; William James (1924) ; Dickens et la France (1927) ; Deux essais sur la psychologie de l’Angleterre contemporaine (1931) ; Le roman psychologique de Virginia Woolf (1932) ; Le bergsonisme et l’Angleterre (1935) ; La personnalité d’Auguste Angellier (2 vols, 1939, 1944) ; La littérature de l’Angleterre puritaine (1941) ; Bergson et Proust : accords et dissonances (1948) ; éditions critiques de Keats, Spencer et Milton

166Remarques complémentaires : Dreyfusard ; mobilisé du 3 août 1914 au 26 février 1919 (lieutenant interprète à la Mission du ministère de la Guerre auprès du Grand quartier général américain).
« La section d’Anglais de la Sorbonne perd en lui son chef de file, les études anglaises en France leur principal représentant dans les grands comités universitaires [...]. Il aimait à organiser et à diriger [...]. Il a eu dans l’organisation même de notre enseignement, depuis plus de quinze ans, un rôle capital [...]. Avec Louis Cazamian, c’est lui qui a formé et mis en place l’immense majorité du personnel actuel de nos facultés ; nombreux et brillants sont ses élèves, de Lille ou de Paris, parmi les membres de l’Enseignement Secondaire » (Les Langues Modernes, septembre-octobre 1950, p. 305-307).

167Sources principales : Arch. nat., AJ/16/ 5 952 ; Annales de l’université de Paris, 1950, p. 549-552 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, t. 2, p. 70-71 ; Les Langues vivantes, septembre-octobre 1950, p. 305-307 ; A. Guigué, La Faculté des lettres de l’université de Paris depuis sa fondation jusqu’au premier janvier 1935, Paris, Félix Alcan, 1935, p. 342-343.

26 — Demangeon Albert

168État civil : Né le 13 juin 1872 à Cormeilles (Eure) ; décédé le 25 juillet 1940. Fils d’un brigadier de gendarmerie décédé en 1886 (engagement décennal à l’École normale supérieure, 1892). Marié avec Louise Wallon, petite fille d’Henri Wallon, ministre de l’Instruction publique ; quatre enfants.

169Études : Lycée d’Évreux ; lycée Sainte- Barbe ; lycée Louis-le-Grand ; bachelier ès lettres ; admis à l’École normale supérieure en 1892 ; scolarité à l’École normale supérieure (1892-1895) ; licence ès lettres (1893) ; agrégation d’histoire-géographie en 1895 ; service militaire en 1895-1896 ; docteur ès lettres en Sorbonne le 22 mars 1905.

170Parcours professionnel :
Professeur aux lycées de Saint-Quentin (1896-1898), de Reims (1898-1899), d’Amiens (1899-1900) ; maître surveillant à l’École normale supérieure (1900-1904) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Lille (1904) ; professeur adjoint de géographie à la faculté des lettres de Lille (27 décembre 1906) ; professeur titulaire de la chaire de géographie à la faculté des lettres de Lille (13 mai 1908) ; maître de conférences de géographie à la Sorbonne (30 novembre 1911) ; professeur-adjoint (4 décembre 1920) ; professeur sans chaire (1921) ; professeur de géographie économique à la faculté des lettres de Paris (chaire créée le 12 décembre 1925).
Donne des cours à l’École normale supérieure de Sèvres et à Saint-Cloud-Fontenay ; membre du Comité consultatif de l’enseignement supérieur ; co-directeur des Annales de géographie ; directeur de la section géographie chez Armand Colin.

171Principaux écrits : La Picardie et les régions voisines : Artois, Cambrésis, Beauvaisis (thèse, 1905) ; Les sources de la géographie de la France aux archives nationales (thèse complémentaire très originale, 1905) ; Dictionnaire de géographie (1907) ; Le déclin de l’Europe (1920) ; L’empire britannique : Étude de géographie coloniale (1923) ; Les Îles britanniques (t. 1 de la Géographie Universelle, 1927) ; Belgique, Pays-Bas et Luxembourg (t. 2 de la Géographie Universelle, 1927) ; Paris, la ville et sa banlieue (1933) ; Le Rhin avec Lucien Febvre (1935) ; Les maisons des Hommes (1937). De très nombreux articles dans les revues spécialisées en particulier dans les Annales de géographie (26 articles dans cette revue entre 1905 et 1935).

172Remarques complémentaires : Il est l’un des grands représentants de l’École française de géographie qui se développe autour du maître qu’est Paul Vidal de la Blache. La rupture est consommée avec « la géographie de cabinet et la géographie historique traditionnelle » (Paul Claval, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1998, p. 120) ; il faut désormais réaliser un imposant travail de terrain en s’enracinant dans une recherche régionale ; la thèse se transforme en une très volumineuse monographie régionale. « La thèse de Demangeon, soutenue en 1906, est celle qui a été la plus appréciée au moment de sa parution [...]. Demangeon est un grand travailleur, soucieux de méthode mais il ne laisse pas apparaître de grande inquiétude épistémologique dans la plupart de ses travaux [...]. Il est assez proche des durkheimiens, qui l’épargnent dans leurs attaques, et s’intéresse, un peu comme Vidal de La Blache à la fin de sa carrière, aux problèmes de la société urbanisée et industrialisée de son temps ; il connaît bien les problèmes du monde rural mais ses analyses les plus originales portent sans doute sur la vie économique ou les problèmes politiques » (P. Claval, op. cit., p. 141-142). Demangeon combat constamment pour une rénovation des études géographiques dans les facultés avec l’apparition d’une licence et d’une agrégation spécialisées qui soient distinctes des études d’histoire ; il est aussi l’un des pionniers de la géographie humaine au sein de l’université ; « l’animateur des études de géographie humaine et économique » (Annales de l’université de Paris, 1940, p. 280). Dans l’entre- deux-guerres, il exerce un « véritable magistère moral sur la géographie humaine » (Idem, p 175).

173Catholique, partisan du Cartel des Gauches, il évolua vers la Droite (informations fournies dans la notice de Christophe Charle).

174Sources principales : Arch. nat., AJ 16/ 5 955 ; Arch. dép. Nord, 2 T 232 ; Annales de l’université de Paris, 1940, p. 280-290 ; Christophe Charles, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, Dictionnaire biographique, t. 2, p. 71-73 ; Paul Claval, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1999, 535 p ; A. Guigué, La Faculté des lettres de l’université de Paris depuis sa fondation jusqu’au 1er janvier 1935, Paris, Félix Alcan, 1935, p. 292- 294.

27 — Derocquigny Jules

175État civil : Né le 14 novembre 1860 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) ; décédé en 1936. Fils d’un « commis ». Marié ; un enfant.

176Études : Bachelier ès lettres (1879) ; boursier de licence à la faculté des lettres de Douai ; licence ès lettres en 1881 ; certificat d’aptitude à l’enseignement de l’anglais en 1883 ; agrégation d’anglais en 1893 (1er) ; doctorat ès lettres à l’université de Lyon, le 14 décembre 1904.

177Parcours professionnel : Professeur d’anglais au collège de Saint-Amand (1881) ; délégué dans la chaire d’anglais du lycée de Lille (19 décembre 1881) ; professeur d’anglais au collège de Saint-Amand (janvier 1884) ; chargé de cours au lycée de Montauban (18 mars 1884) ; en congé d’inactivité (1884-1885) ; professeur au collège de Rochefort (avril 1885) ; chargé de cours au lycée de Saint-Omer (17 septembre 1886) ; professeur au même lycée (24 août 1893) ; chargé de cours de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (22 mars 1894) ; maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (20 octobre 1898) ; professeur-adjoint (5 janvier 1906) ; professeur de langue anglaise à la faculté des lettres de Lille (6 août 1907) ; professeur titulaire de la chaire de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (10 avril 1911) ; retraite le 30 septembre 1931.

178Principaux ouvrages : Charles Lamb : sa vie et ses œuvres (1904) ; A Contribution to the Study of the french element in english (1904) ; Les faux amis : les trahisons du vocabulaire (1928) ; Autres mots anglais perfides (1931) ; Poésies choisies d’André Chenier (sans date) ; Nombreuses traductions de pièces de Shakespeare avec notes critiques : Macbeth ; Hamlet ; Othello ; Le Roi Lear ; traduction de plusieurs des contes de Cantorbéry de Chaucer.

179Remarques complémentaires : « Il se voua tout entier, dans une belle unité de carrière, au sein de notre grande université du Nord, à l’enseignement de l’anglais [...]. Lexicologue averti et scrupuleux » (Revue Anglo-américaine, 1935-1936, p. 476).

180Pendant la Première Guerre mondiale, il maintient à lui seul l’existence de la faculté des lettres de Lille, dans une ville allemande ; il est en effet doyen par intérim entre 1915 et 1918 et se retrouve seul enseignant titulaire après l’évacuation sanitaire d’Ernest Langlois en 1916. Il lutte jour après jour pour la survie de l’institution, recrute des enseignants suppléants dans le secondaire et tente d’éviter au maximum les ingérences allemandes dans la vie universitaire. Il doit cependant, avec le recteur Georges Lyon, faire face à de nombreuses réquisitions de matériels puis à des tentatives de déportation de main-d’œuvre ; après la réquisition des locaux de la faculté, il organise quelques cours dans des bâtiments de fortune. Usé par cette terrible occupation, il réussit cependant le pari de maintenir en vie la faculté des lettres sans la compromettre.

181Il souffre sur la fin de sa vie d’une terrible maladie des yeux.


182Sources principales : Arch. nat., F17 24191 ; Arch. dép. Nord, VM 146 171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres, séance du 21 juin 1907 (candidature à la chaire) ; Rev. Anglo-américaine, 1935-1936, p. 476-477 ; Arch. dép. Pas-de-Calais, État civil.

28 — Desjardins Abel

183État civil : Né le 26 juillet 1814 à Paris ; décédé le 21 juillet 1886 à Douai en activité. Fils d’un ancien chef de bureau au ministère de la Guerre. Marié ; sans enfant.

184Études : Bachelier ès lettres en 1832 ; licence en droit en 1835 ; licence ès lettres en 1842 ; agrégation d’histoire en 1843 ; docteur ès lettres le 18 octobre 1845 en Sorbonne.

185Parcours professionnel :
Professeur d’histoire au collège royal d’Angers (15 août 1843-1847) ; professeur d’histoire à la faculté des lettres de Dijon (22 janvier 1847-1856) ; professeur à la faculté des lettres de Caen (30 avril 1856-1858) ; professeur d’histoire à la faculté des lettres de Douai (4 février 1858 à sa mort) ; chargé d’inspection en tant qu’inspecteur général dans le Sud-Ouest en 1868 ; doyen de la faculté des lettres de Douai à partir de février 1858.

186Principaux ouvrages : Essai sur l’enseignement (1841) ; L’Empereur Julien (thèse, 1845) ; Essai sur Saint Bernard (1847) ; Vie de Jeanne d’Arc (1854) ; L’esclavage dans l’Antiquité (1857) ; Recueil des papiers relatifs aux rapports diplomatiques de la France et de la Toscane (en 6 vols pour les XVe-XVIIe s., 1859-1885) ; Vie de M. Lambrecht (1873) ; Charles IX : deux ans de règne (1570-1572) (1873) ; Jean Bologne (1883).

187Remarques complémentaires : Une enquête rectorale confidentielle est ouverte en août 1855. Le recteur de l’académie de Dijon le signale au ministre alors qu’il est professeur d’histoire à la faculté des lettres de Dijon, suite à plusieurs plaintes et dénonciations déposées contre lui. C’est son attitude pendant l’année 1848 qui semble poser problème ; le recteur écrit dans sa lettre du 24 août 1848 : « Il a adopté franchement les principes d’une république honnête et modérée » ; il a ensuite soutenu le général Cavaignac lors de la présidentielle et a critiqué dans la presse Louis Napoléon Bonaparte, mais après la victoire de ce dernier, il a changé de ton et est rentré dans le rang. Correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres à partir de décembre 1878 ; membre de la Société de géographie de Lille ; membre du jury d’agrégation ; réalise deux missions historiques en Italie en 1852 et 1855.

188« Homme du monde » d’après la fiche confidentielle de 1886 ; grand spécialiste des conférences publiques ; son salon devint l’un des grands lieux mondains de la vie douaisienne.

189Sources principales : Arch. nat., F17 20592 ; Arch. dép. Nord, 2 T 239 ; Souvenirs de Madame Camescasse : Douai au XIXe siècle ; G. Vapereau, Dictionnaire des contemporains, année 1870, p. 527.

29 — Digeon Aurélien

190État civil : Né le 20 octobre 1884 au Havre (Seine-Inférieure) ; décédé à Paris le 9 octobre 1960. Fils d’un directeur d’école primaire. Marié ; deux enfants.

191Études : Études aux lycées du Havre, de Caen et au lycée Michelet de Paris ; baccalauréat ès lettres ; École normale supérieure (1907-1910) ; licence ès lettres en 1907 ; lecteur à Williams College Massachussetts en 1908-1909 ; agrégation d’anglais en 1910 ; docteur ès lettres en Sorbonne le 19 mai 1923.

192Parcours professionnel : Enseignant au Williams College (États-Unis) en 1908-1909 ; professeur aux lycées du Mans (1910-1911) puis d’Évreux (juillet 1911-janvier 1912) ; enseignant au collège Eötvös de Budapest (janvier 1912- juillet 1913) ; professeur au lycée de Bordeaux (juillet 1913) ; en mission auprès du ministère des Affaires Étrangères de mars à juin 1919 ; professeur au lycée de Rouen (octobre 1919) ; professeur au lycée Condorcet de Paris (29 novembre 1919-1931) ; suppléant du professeur Cazamian à la Sorbonne (premier trimestre 1926-1927) et de Floris Delattre à Lille (1926-1930) ; maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (7 décembre 1931) ; professeur titulaire de la chaire de langue et littérature anglaises (18 juillet 1933) ; nommé recteur de l’académie de Caen (1937) ; membre du jury d’agrégation d’anglais ; directeur de l’Office national des universités et écoles françaises (1938-1946) ; recteur hors cadres ; chargé de la chaire de littérature anglaise à la faculté des lettres de Caen (1947-1948) ; maître de conférences de littérature anglaise à la Sorbonne (1er mars 1949) ; professeur titulaire de la chaire de littérature anglaise en Sorbonne ; retraite en 1953.

193Principaux ouvrages :
Les romans de Fielding (thèse, 1923) ; Traduction de David Garnett : Elle doit partir (1930) ; Le roman anglais au XVIIIe s. (1940) ; Trois ouvrages dans la collection bilingue Aubier-Montaigne : Shakespeare ; Troilus et Cressida ; Congreve : Le train du monde ; Sterne : Un voyage sentimental ; Histoire illustrée de la littérature anglaise (1947) ; Les études anglaises (1948) ; L’école anglaise de peinture (1955) ; traduction de David Garnett (Go she must) et de Stevenson (The Master of Ballantrae). Nombreux articles dans la Revue anglo-américaine, dans Études Anglaises.

194Remarques complémentaires : Interprète lors de la Première Guerre mondiale auprès de l’armée anglaise ; travaille à la Conférence de la paix de Versailles. Secrétaire de la Revue Anglo-américaine de 1924 à 1929 ; directeur de la revue Études Anglaises (1924-1940).

195Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 246 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1963, p. 56-58. Arch. dép. Nord, VM 146 171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres de Lille, séance du 16 juillet 1931 ; Annales de l’université de Paris, 1949, p. 258-260 et 1961, p. 88-91.

30 — Dion Roger

196État civil : Né le 28 octobre 1896 à Argenton-sur-Creuse (Indre) ; décédé le 19 septembre 1981. Fils d’un greffier de justice de paix. Marié ; cinq enfants.

197Études : Collège Augustin Thierry de Blois ; collège Rollin à Paris (1904) ; lycée Buffon de Paris (1906) ; collège de Blois (1907) ; baccalauréat ès lettres en 1913 ; classes préparatoires au lycée Louis-le-Grand (1913-1915) ; mobilisé comme artilleur en 1916-1919 sur le front du Nord-Est puis promu officier ; admission à l’École normale supérieure au concours des démobilisés en 1919 ; licence ès lettres ; diplôme d’études supérieures sur le Val-de-Loire blésois (sous la direction d’Albert Demangeon) en 1921 ; agrégation en 1922 ; deux ans à la fondation Thiers (1922-1924) ; thèse de doctorat ès lettres soutenue en Sorbonne sur le Val-de-Loire (19 décembre 1934)


198Parcours professionnel : Maître surveillant puis surveillant général à l’École normale supérieure (1924- 1934) ; chargé de cours de géographie en Sorbonne (1928-1932) ; nommé chargé de cours de géographie à la faculté des lettres de Lille en 1934 ; professeur de géographie à la faculté des lettres de Lille en 1935 ; nommé professeur de géographie économique à la Sorbonne (1945-1948) ; détaché à l’université de Sao Paulo (1947) ; professeur de géographie historique de la France au Collège de France (1948-1968) ; nombreux séjours dans les universités étrangères (Institut français de Londres, Hambourg, Barcelone, Madrid, Institut des Hautes Études marocaines de Rabat…) ; professeur honoraire du Collège de France en 1969.

199Principaux écrits :
Le Val-de-Loire : étude de géographie régionale (1934) ; Essai sur la formation du paysage rural français (1934) ; Orléans et l’ancienne navigation de la Loire (1938) ; La part de la géographie et celle de l’histoire dans l’explication de l’habitat rural du Bassin parisien (1946) ; Les frontières de la France (1947) ; Paris dans les récits historiques et légendaires du IXe au XIIe s. (1949) ; La création du vignoble bordelais (1952) ; Histoire de la vigne et du vin en France des origines au XIXe s. (maître ouvrage, 1959) ; Aspects politiques de la géographie antique (1977).

200Remarques complémentaires : « Au centre de ses recherches, s’inscrivait la géographie historique, l’élucidation de l’espace humain par le temps de l’histoire, qu’il s’agisse du Val-de-Loire, des frontières de la France, des voyages de Pytheas ou des campagnes de César. Son œuvre la plus importante reste l’Histoire de la Vigne et du Vin en France des origines au XIXe s. » (« Nécrologie » dans Annuaire du Collège de France, 1981-1982, p. 71-72, par Emmanuel Le Roy Ladurie).

201« À la fin de l’année 1933, un jeune universitaire présentait en Sorbonne une thèse, le Val-de-Loire, que l’ensemble des géographes saluait comme un authentique « chef-d’œuvre ». Quarante-quatre ans plus tard, le même géographe couronnait une brillante carrière par un ouvrage de géographie historique que ses pairs accueillaient par un silence complet [...]. Quelles motivations avaient pu pousser Roger Dion hors des voies traditionnelles ? Quels cheminements l’avaient conduit des plates-bandes bien ratissées de la géographie vidalienne jusqu’aux confins, et parfois au-delà, d’une discipline dont ses contemporains croyaient avoir parfaitement balisé le domaine » (Annales de géographie, 1982, « Nécrologie », p. 205.). « Cette œuvre si riche, si pleine, se nourrit aux sources les plus variées : cartes anciennes, plans cadastraux, rapports des intendants, statistiques des préfets, documents d’archives les plus variés dont l’utilisation ne saurait surprendre de la part du plus brillant disciple de Demangeon. Dans la bibliographie aux côtés de Tacite, de César, de Strabon apparaissent des historiens, des géographes, des économistes, des agronomes, des archéologues, des voyageurs anciens ou modernes » (Annales de géographie, p. 208 sur sa thèse).

202Sources principales : Annuaire du Collège de France, 1981-1982, 82e année ; Annales de géographie, XCI, n ̊ 504, 1982, p. 205-217 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1983, p. 34-37 ; Le Monde, 25 septembre 1981.

31 — Dufour Médéric

203État civil : Né le 22 octobre 1866 à Angers (Maine-et-Loire) ; décédé le 29 août 1933 à Montfort l’Amaury. L’acte d’État Civil enregistre la naissance et signale pour sa mère : « célibataire » ; l’enfant est légitimé lors du mariage de sa mère le 3 mai 1876. Marié deux fois ; trois enfants.

204Études : Première partie du baccalauréat ès lettres à Caen en 1883 ; seconde partie à Paris en 1884 ; École normale supérieure (1887-1890) ; licence ès lettres en 1888 en Sorbonne ; cours à l’École pratique des Hautes Études (1888) ; agrégation de grammaire en 1890 (1er) ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne le 24 juin 1896.

205Parcours professionnel : Préparateur de cinquième au lycée de Pau (1890-1891) ; maître de conférences de philologie à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1891) ; chargé de cours de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Lille (1893) ; professeur de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Lille (16 février 1897-août 1933).

206Principaux ouvrages :
Traité de métrique et de rythmique grecques (1893) ; La Constitution d’Athènes et l’œuvre d’Aristote (thèse, 1895) ; Études de métrique et de rythmique sur le Promethée enchaîné d’Eschyle (1901) ; Homère : L’Iliade : chant XXIV (texte grec avec notes, 1902) ; Une philosophie de l’impressionnisme : étude sur l’esthétique de Jules Laforgue (1904) ; Traité élémentaire des synonymes grecs (1910) ; Comment
version latine ? (1921) ; Note
ploi des pronoms relatifs grecs dans les propositions interrogatives indirectes (1924) ; traductions de plusieurs œuvres d’Aristote chez Guillaume Budé dont Le Politique (4 vols, 1931-1932). Nombreux articles dans la Revue de Philologie

207Remarques complémentaires : Quarante-trois ans de présence à la faculté lilloise. S’est engagé en politique au tournant du siècle au sein du Parti radical ; conseiller municipal radical-socialiste à Lille ; « M. Dufour fait actuellement de nombreuses conférences publiques pour devenir conseiller municipal ; je crains qu’il ne réussisse pas dans la voie où il s’est engagé. L’étude de la littérature grecque où il a toujours eu beaucoup de succès, serait plus fructueuse pour lui et pour l’université de Lille » (Avis du doyen du 3 mai 1900) ; créateur d’un cercle républicain démocratique qui recrutait chez les étudiants. A défrayé la chronique au sein de la section lilloise du Parti radical-socialiste en faisant un discours très élogieux à l’égard de Jean Jaurès lors d’un banquet, contre l’avis du chef de section. À cette époque, ses élèves et ses collègues se plaignent du peu de zèle qu’il apporte à « faire ses leçons et de sa négligence dans la correction des devoirs » (rapport du doyen Langlois en 1903) ; Il se met ensuite définitivement au service de la faculté. Le recteur Georges Lyon signale en 1909 : « semble avoir renoncé définitivement à la politique pour se consacrer à son enseignement ; helléniste de grande notoriété ».

208Sources principales : Arch. nat., F17 26736 ; Arch. dép. Nord, 2 T 258 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté dans la séance du 25 janvier 1897 (examen de sa candidature à la chaire) ; Arch. dép. Anjou, État Civil.

32 — Dupont Paul (Benjamin)

209État civil : Né le 21 décembre 1850 à Paris ; décédé le 3 janvier 1906 à paris. Fils d’un employé dans une maison de commerce. Marié ; trois enfants.

210Études : Plusieurs lycées de Paris ; baccalauréat ès lettres ; École normale supérieure (1871-1874) ; licence ès lettres ; agrégation des lettres ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 29 avril 1898.

211Parcours professionnel :
Chargé de cours puis professeur de rhétorique aux lycées du Mans (septembre 1874), de Laval (octobre 1874), de Douai (janvier 1877-octobre 1883) ; maître de conférences de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Douai (octobre 1880) ; chargé de cours de littérature française (1er novembre 1897) ; maître de conférences de littérature française à la faculté des lettres de Douai (septembre 1884) ; professeur de littérature française à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1898) ; doyen de la faculté des lettres de Lille du 23 mars 1903 au 3 janvier 1906 ; décède en fonction.

212Principaux ouvrages : « N’a publié que ses deux thèses » (Bulletin de la société des amis des textes anciens, 1906, p. 61-62) ; Un poète philosophe au commencement du XVIIIe siècle : Houdar de la Motte : 1672-1731 (thèse, 1898) ; De stephani pasquierii latinis carminibus (thèse latine, 1898) ; Dictionnaire de l’Académie française (réimpression par un « procédé photomécanique » de la première édition de 1694).

213Remarques complémentaires : Les autorités académiques se plaignent longtemps de son caractère trop réservé et de ses doutes personnels. Le recteur Bayet note dans son rapport du 17 juin 1892 : « bon maître de conférences, consciencieux et qui a de la valeur personnelle. Il est déplorable qu’il ne soit pas docteur. La thèse est en grande partie prête mais elle ne lui plaît plus et il s’entête dans une situation fausse ». Le même recteur, le 14 juin 1895 revient à la charge : « il est déplorable que M. Dupont ne fasse pas ses thèses mais c’est un professeur de valeur, esprit fin, dévouement sans réserve à ses élèves ». « Il a plus agi par sa parole que par ses livres » (Rev. Histoire litt. de la France, 1906, p. 763-764). « Doyen respecté et aimé de tous pour sa ferme bienveillance, son sens droit, son esprit d’équité » (Le recteur Lyon dans son rapport de notation du 19 avril 1905).

214Sources principales : Arch. nat., F17 25766 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté des Lettres de Lille dans sa séance du 8 juillet 1898 (candidature à la chaire) ; Dictionnaire de biographie française ; Bull. Soc. Anciens textes français, 1906, p. 61-62 ; Rev. Histoire litt. de la France, 1906, p. 763-764 ; Arch. dép. Seine, État Civil.

33 — Duvau Louis

215État civil : Né à Saumur (Maine-et-Loire), le 12 juillet 1864 ; décédé à Angers le 14 juillet 1903 à 39 ans. Fils de Mademoiselle Élisabeth Séguin, « Modiste et de père inconnu » (État civil du 13 juillet 1864 à Saumur) ; reconnu par son père, Léon Duvau, le 13 mai 1878. Son père est alors négociant. Célibataire.

216Études : Études au lycée d’Orléans ; baccalauréat ès lettres ; boursier de licence en Sorbonne (1882-1883) ; licence ès lettres en 1883 ; boursier d’agrégation en Sorbonne (1883-1884) ; agrégation de grammaire en 1884 ; boursier de recherches à l’École pratique des Hautes Études (1884-1885) ; séjour dans les Universités de Leipzig, Vienne et Prague (un an) ; membre de l’École française de Rome en 1887-1888 ; thèse non achevée.

217Parcours professionnel :
Chargé de cours de philologie et grammaire comparée à la faculté des lettres de Dijon (septembre à décembre 1888) ; chargé de cours de philologie classique à la faculté des lettres de Lille (1er janvier 1889) puis maître de conférences. En 1891, il entre à l’École des Hautes Études comme maître de conférences de grammaire comparée (au poste de Ferdinand de Saussure) ; il supplée Michel Bréal au Collège de France en 1901-1902.

218Principaux ouvrages :
Déclamation latine (sans date) ; Cours élémentaire de métrique grecque et latine (1886) ; collabore à L’épopée celtique en Irlande d’H. d’Arbois de Jubainville ; articles dans les journaux et dans de nombreuses revues : la Revue celtique (« Les poètes de cour irlandais et scandinaves », 1896), le Journal des savants (« La formation de la mythologie scandinave », 1899), les Mémoires de la Société de linguistique (Glossaire latin-allemand en 1889 ; Notes de syntaxe comparée en 1898 ; Remarques sur la conjugaison française en 1898).

219Remarques complémentaire : Il est l’un des directeurs de la Revue de philologie (1888-1897) ; secrétaire de rédaction de la Revue celtique (1897-1901) ; administrateur de la Société de linguistique de Paris de 1892 à sa mort. Il s’est principalement consacré à l’étude des langues scandinaves et du vieil islandais.

220« Avec une grande autorité, il traita des inscriptions dialectales latines, du vocalisme du latin et des dialectes italiques, de la phonétique du gothique, de celle du scandinave comparée avec celle des autres dialectes germaniques, de l’analyse étymologique du vieux-norrois, de l’explication de textes anglo-saxons [...]. Il étudiait aussi avec passion, depuis plusieurs années, le vieil islandais » (Bull. Soc. lettres, sciences et arts du Saumurois). Sa bibliothèque de 2 500 volumes fut léguée en 1923 par sa mère qui habitait la Fosse-Bellay, à la bibliothèque municipale de Saumur.

221Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 265 ; Dictionnaire de biographie française ; Bull. Soc. linguistique Paris, 1903-1905, p. LXV et 233. Rev. celtique, 1903, p. 331- 335 ; Arch. dép. Maine-et-Loire, État Civil ; Bull. Soc. Lettres du Saumurois, 1923, fasc. 2, p. 15-18.

34 — Ernout Alfred (Georges)

222État civil : Né le 30 octobre 1879 à Lille (Nord) ; décédé le 16 juin 1973 à Paris. Fils d’un représentant de commerce (difficultés financières). Marié ; trois enfants

223Études : Lycée de Lille en tant que boursier ; bachelier ès lettres ; étudiant à la faculté des lettres de Lille comme boursier de licence puis d’agrégation (1899-1901) ; licence ès lettres en 1900 ; agrégation de grammaire en 1901 (1er) ; boursier d’études de doctorat en Sorbonne (1901-1903) ; boursier d’études auprès de l’École pratique des Hautes Études (1905-1908) ; élève diplômé de l’EPHE en 1905 ; docteur ès lettres le 5 décembre 1908 en Sorbonne.

224Parcours professionnel :
Professeur au lycée de Troyes (1908-1913) ; maître de conférences de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Lille (1913) ; professeur titulaire (2 décembre 1920) ; maître de conférences de langue latine en Sorbonne (juillet 1924) ; professeur de poésie latine en Sorbonne (1er octobre 1928) ; directeur d’études de philologie latine à l’École pratique des Hautes Études (1925) ; professeur d’histoire de la langue latine au Collège de France (1944) ; retraite le 30 septembre 1951.

225Principaux ouvrages :
Le parler de Préneste d’après les inscriptions (thèse à l’École pratique des Hautes Études, 1905) ; Les éléments dialectaux du vocabulaire latin (thèse, 1908) ; Recherches sur l’emploi du passif latin à l’époque républicaine (1908) ; Morphologie historique du latin (plusieurs éditions, 1914) ; Lucrèce : De la Nature (2 vols, texte et commentaire, 1920) ; Pline l’Ancien : Syntaxe latine (1927) ; Plaute : Comédies (texte et traduction, 7 vols, 1932-1940) ; Salluste : Les œuvres (édition critique, 1941) ; Aspects du vocabulaire latin (1946) ; Histoire naturelle (10 vols, 1947 à 1963) ; Dictionnaire étymologique de la langue latine (2 vols, 1951) ; Pétrone : Le Satiricon (texte et traduction, 1962) ; 141 articles recensés dont plusieurs dans la Revue de Philologie, la Revue des études latines, le Bulletin de l’association Guillaume Budé.

226Remarques complémentaires : De tendance radicale, rationaliste athée. Mobilisé en 1915-1916 ; auxiliaire du service de la censure à l’École militaire ; s’oppose à l’occupant pendant la Seconde Guerre mondiale ; incarcéré avec 12 membres de l’Institut le 2 avril 1942 à la prison de Fresnes. Secrétaire adjoint de l’Association Guillaume Budé ; président de l’Association de 1935 à 1973 ; directeur de la Revue de philologie pour sa partie latine à partir de 1927.

227Sources principales : Arch. nat., AJ/16/ 5 977 ; Le Monde, 22 juin 1973 ; Who’s Who France, 1964 ; Rev. Philologie, 1973, p. I-III ; Bull. Ass. Guillaume Budé, octobre 1973, p. 307-312 ; A. Guigué, La Faculté des lettres de l’université de Paris depuis sa fondation jusqu’au premier janvier 1935, Paris, Félix Alcan, 1935, p. 302-303.

35 — Espinas Alfred

228État civil : Né à Saint-Florentin (Yonne), le 23 mai 1844 ; décédé le 24 février 1922 à Saint-Florentin. Fils d’un pharmacien. Marié en 1874 avec Hortense Gallot (fille d’un inspecteur des forêts) ; deux enfants.

229Études : Lycée de Sens puis lycée Louis- le-Grand ; bachelier ès lettres et ès sciences ; École normale supérieure (1864-1867) ; licence ès lettres (1865) ; agrégation de philosophie (1er en 1871) ; thèse de doctorat ès lettres le 8 juin 1877 en Sorbonne.

230Parcours professionnel :
Suppléant de philosophie au lycée de Bastia (1867) ; chargé de cours de philosophie au lycée de Chaumont (1868) ; professeur de philosophie aux lycées du Havre (1871), de Dijon (1873) ; nommé maître de conférences de philosophie à la faculté des lettres de Douai en 1878 ; nommé chargé de cours à la faculté des lettres de Bordeaux en 1879 ; professeur titulaire de la chaire de philosophie à la faculté des lettres de Bordeaux en 1881 ; doyen de la faculté des lettres de Bordeaux en 1887-1890 ; chargé d’un cours d’histoire de l’économie sociale à la Sorbonne (1894) ; professeur-adjoint à la faculté des lettres de Paris (1899) ; professeur d’histoire de l’économie sociale à la faculté des lettres de Paris (1904) ; retraite en 1911.

231Principaux ouvrages :
Admirateur de Spencer ; très lié avec Th. Ribot ; participe activement à l’affirmation de la psychologie et de la sociologie. S’intéresse beaucoup aux problèmes de pédagogie. Des sociétés animales : étude de psychologie comparée (thèse 1877) ; La philosophie expérimentale en Italie (1880) ; La république de Platon, livre VI (1881), livre VIII (1885) ; L’idée générale de la pédagogie (1884) ; Histoire des doctrines économiques (1891) ; La philosophie sociale du XVIIIe s. et la Révolution (1898) ; Descartes et la morale (2 vols, posthume, 1925). Collabore à de multiples revues comme la Revue Philosophique, la Revue Internationale de l’Enseignement, la Revue de Métaphysique.

232Remarques complémentaires : Entre à l’Académie des Sciences Morales et Politiques en 1905. Frère de Georges Espinas (archiviste-paléographe, collaborateur d’Henri Pirenne et spécialiste d’histoire économique et sociale des régions du Nord). Incroyant, enterré civilement ; républicain et dreyfusard.

233Sources principales : Arch. nat., F17 22193 ; Dictionnaire de biographie française ; Mém. Académie sciences morales et politiques, CCVII, 1927, p. 327-367. ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : Dictionnaire biographique, 1809-1908, t. 1, Paris, INRP-CNRS, 1985, p. 70-71.

36 — Fabre Paul

234État civil : Né à Saint-Étienne (Loire) le 3 décembre 1859 ; décédé le 20 février 1899 à Versailles. Fils de l’économe du lycée de Saint-Étienne. Marié avec Antoinette Fustel de Coulanges, fille de son professeur à l’École normale supérieure (décédée en 1895) ; un enfant.

235Études : Collège et lycée de Montpellier ; baccalauréat ès lettres ; lycée Louis-le-Grand (1877) ; entre à l’École normale supérieure en 1879 ; scolarité à l’École normale supérieure (1879-1881) ; licence ès lettres ; agrégé d’histoire-géographie en 1882 ; boursier d’études à l’École française de Rome (octobre 1882-1886) ; docteur ès lettres en Sorbonne le 13 juin 1892.

236Parcours professionnel : Maître de conférences d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Douai le 18 septembre 1886 (histoire grecque, 1886-1889 ; histoire romaine, 1889-1892) ; chargé de cours d’histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Douai (30 juillet 1892) ; professeur-adjoint (16 janvier 1894) ; professeur d’histoire mérovingienne et carolingienne à la faculté des lettres de Lille en 1892 ; professeur d’histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lille (17 avril 1895) ; mis à la disposition du directeur de l’École française de Rome en 1895-1897 ; professeur suppléant de Gustave Monod à l’École normale supérieure (31 juillet 1897-février 1899).

237Principaux écrits :
Le patrimoine de l’Église romaine dans les Alpes cottiennes (1884) ; Nouveau catalogue des églises de Rome (1887) ; Notes sur quelques manuscrits de la reine Christine (1890) ; Étude sur le Liber Censuum de l’Église romaine (thèse, 1893) ; Notes sur un manuscrit de Jordanus (1893) ; La bibliothèque du Vatican au XVe s. (1895) ; Les colonies de l’Église romaine au Ve s. (1896) ; Étude sur les monnaies de l’Italie centrale aux XIIe et XIIIe s. (1897). Articles multiples dans les revues spécialisées.

238Remarques complémentaires : Très croyant : « Fabre était un catholique profondément attaché à sa foi [...]. La foi pénétrait complètement son esprit et sa volonté » (Bull. Univ. Lille, 1900, p. 8). « Élève de Fustel de Coulanges pour la méthode et de M. l’abbé Duchesne pour la matière » (rapport de la soutenance de la thèse, 13 juin 1892) : « Ce jeune homme a su se concilier par son caractère autant que par son travail, l’estime de tous ses maîtres. Je ne connais personne qui ait fait d’aussi remarquables progrès en trois années. Il a le goût des recherches historiques [...]. Il continuera certainement à travailler et je le crois capable d’aller très loin [...]. Quoiqu’il aime l’enseignement, je crois que l’érudition lui convient mieux » (rapport de Fustel de Coulanges au ministre du 22 octobre 1882).

239La mort prématurée de sa femme l’affecte fortement ; « je dois considérer aussi mes devoirs envers mon fils. Je ne puis l’arracher au milieu familial au soin duquel il s’est développé pour l’emmener avec moi à Lille parmi des étrangers. D’autre part, je sais très bien qu’il n’est bon, ni pour lui ni pour moi que nous soyons séparés [...]. C’est cette considération, Monsieur le Directeur, qui me fait envisager la situation de sous-bibliothécaire à l’Institut comme présentement enviable. C’est cependant une déchéance à mes yeux ; il est dur pour moi, à 58 ans, de renoncer à une carrière que j’ai choisie » (lettre au directeur de l’Enseignement supérieur du 21 mai 1896).

240De multiples courriers tout au long de sa carrière demandent un congé de six mois à un an pour aller étudier à Rome, à la bibliothèque du Vatican. À partir de 1895, il demande congé pour raison de santé : « ma santé s’accommoderait mal durant l’hiver du climat de Lille et des fatigues de l’enseignement ; le médecin m’engage vivement à partir pour le Midi et j’ai l’intention de me rendre à Rome où m’appellent des travaux déjà largement commencés » (lettre de Paul Fabre au recteur du 14 octobre 1895). L’Abbé Duchesne, par une lettre du 19 avril 1895, demande au Ministère le détachement de son ami Paul Fabre pour qu’il vienne le seconder à l’École française de Rome.

241Sources principales : Arch. nat., F17 22857 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1900, p. 120-135 ; Dictionnaire de biographie française ; Bull. Univ. Lille, 1900, « Notices sur la vie et les travaux de Jules Flammermont et Paul Fabre », p. 1- 20.

37 — Flammermont Jules

242État civil : Né à Chaumont-en-Vexin (Oise), le 5 février 1852 ; décédé à Lille le 29 juillet 1899. Fils d’un gendarme et d’une paysanne ». (Bulletin de l’université de Lille, 1900, p. 2). Célibataire.

243Études : Lycée d’Amiens ; baccalauréat ès lettres ; suit divers cours à l’École pratique des Hautes Études et à l’École des chartes (1873) ; diplôme d’archiviste paléographe le 22 janvier 1878 ; diplômé de l’École pratique des Hautes Études ; travaille le latin et le grec par lui-même puis passe sa licence ès lettres en 1882 à 30 ans ; doctorat ès lettres le 20 février 1884 en Sorbonne.

244Parcours professionnel :
Répétiteur aux lycées de Rouen, Sens puis Orléans (1871-1873) ; bibliothècaire-archiviste de la ville de Senlis et du château de Chantilly, (secrétaire du duc d’Aumale) ; mission scientifique en 1883-1884 (Archives de Vienne et Berlin) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Poitiers (14 juin 1884) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Douai (18 septembre 1886) ; professeur d’histoire et de géographie de l’Antiquité et du Moyen Âge à la faculté des lettres de Douai (10 février 1887) ; professeur d’histoire à la faculté des lettres de Lille (décret du 2 août 1893) ; chargé du cours d’histoire locale sur Lille.

245Principaux écrits :

246Histoire de Senlis pendant la seconde partie de la guerre de Cent Ans (1405-1441) (1879) ; Histoire des institutions municipales de Senlis (1881) ; Le chancelier Maupéou et les parlements (thèse en Sorbonne, 1883) ; Lille et le Nord au Moyen Âge (1888) ; Les remontrances du Parlement de Paris au XVIIIe s. (3 vols, 1888-1898) ; Le manuscrit des mémoires de Talleyrand (1892) ; Album paléographique du Nord de la France (1896) ; Correspondance des ambassadeurs impériaux en France au XVIIIe s. (1896) ; Histoire de l’industrie à Lille (1897) ; Histoire de Louis XIV et de Marie-Antoinette (inachevée). Articles nombreux dans les revues (en particulier dans la Revue historique, dans Révolution française).

247Remarques complémentaires : S’engage en faveur du transfert des facultés douaisiennes à Lille (mémoire publié en 1887: La concentration des facultés : la question de Douai-Lille) ; il a longtemps refusé que l’on spécialise sa chaire, voulant à la fois travailler en histoire moderne et en histoire médiévale Flammermont, au moment de la transformation de sa chaire, en 1893, ne veut pas être nommé professeur d’histoire moderne mais simplement d’histoire afin de pouvoir retourner à son gré vers le Moyen Âge : « jamais en réalité Flammermont n’avait songé à spécialiser rigoureusement ses études » (Bull. Univ. Lille, 1900). En conflit ouvert avec le doyen Léon Moy qui refuse de remplir sa fiche d’évaluation annuelle. De multiples rapports signalent son caractère qui « on le sait, manquait totalement de souplesse [...]. S’il était bourru et irritable [...], il était juste [...]. Il était la terreur de ce pauvre être effaré qu’est le candidat au baccalauréat mais sa mauvaise humeur venait du sentiment [...] qu’on lui imposait un travail pour lequel il n’était pas fait » (idem).

248Les doyens successifs de la faculté tout comme les recteurs insistent sur « sa brusquerie » (notation 1899) et « son manque d’indulgence et d’humanité » (rapport 1897-1898 par Auguste Angellier). Charles Bayet (recteur) note le 2 juin 1893 : « Monsieur Flammermont s’était mêlé aux luttes locales. Il avait été candidat (malheureux) lors des élections municipales, collaborateur du Réveil du Nord, journal socialiste. Il paraît avoir renoncé à ce rôle. Il vit dans l’isolement, travaille pour lui et vit assez détaché de la faculté. Il a été froissé que cette année Monsieur Fabre obtint le droit d’enseigner l’histoire du Moyen Âge ». Le recteur, très sévère sur les qualités d’enseignant de Jules Flammermont demande plusieurs années durant sa mutation : « Je demande que Monsieur Flammermont qui est un habile chercheur, trouve dans un dépôt d’archives ou dans une bibliothèque un poste à sa convenance. Je souhaite surtout qu’il quitte la faculté de Lille où il entretient la discorde et empêche l’organisation de l’enseignement historique ». En mai 1896, le même recteur signale cependant : « Monsieur Flammermont s’est tempéré ; il prend part à la vie commune de la faculté ; il a des allures d’ours apprivoisé ; c’est d’ailleurs un laborieux dont les travaux ont une réelle valeur. Au dehors, en coquetterie avec les radicaux-socialistes qui occupent la municipalité, il s’affiche moins que par le passé ». Flammermont refuse sa nomination en tant qu’officier d’académie, rejetant « ces palmes » qu’il estime beaucoup trop tardives (lettres diverses en 1895).

249Sources principales : Arch. nat., F17 22866 ; Bibl. École des chartes ; Dictionnaire de biographie française ; La Révolution française, 1899, p. 97-101 ; Bull. Univ. Lille, octobre 1899, p. 189-194 ; Rev. int. Enseignement, 1899 ; Bull. Univ. Lille, 1900, « Notice sur la vie et les œuvres de Jules Flammermont et Paul Fabre », p. 1-20 ; G. Vapereau, Dictionnaire des contemporains, année 1893, p. 590-591.

38 — Fougères Gustave

250État civil : Né le 24 avril 1863 à Baume-les-Dames (Doubs) ; décédé à Paris le 7 décembre 1927. Fils d’un enseignant du secondaire devenu principal de collège. Marié ; trois enfants.

251Études : Collège de Luxeuil ; lycée Condorcet de Paris, baccalauréat ès lettres ; Concours de l’École normale supérieure en 1882 ; scolarité à l’École normale supérieure (1883-1886) ; licence ès lettres (1883) ; agrégation des lettres (1885), élève de l’École française d’Athènes (1885-1889), docteur ès lettres en Sorbonne, le 22 juin 1898.

252Parcours professionnel :
Chargé d’un cours complémentaire d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Lille (1889) ; chargé d’un cours complémentaire d’antiquités grecques et latines à la faculté lilloise (juin 1893) ; chargé d’un cours complémentaire d’archéologie et d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Lille (juillet 1896) ; professeur-adjoint à la faculté des lettres de Lille (juillet 1898) ; maître de conférences de langue et littérature grecques à la Sorbonne (juillet 1899) ; professeur adjoint (1906) ; directeur de l’École française d’Athènes (mai 1913) ; professeur d’archéologie à la Sorbonne (octobre 1918-décembre 1927).

253Principaux écrits :
Vie publique et vie privée des Grecs et des Romains (1894) ; Mantinée et l’Arcadie Orientale (thèse, 1898) ; Sélinonte colonie dorienne en Sicile (1910) ; Guide Joanne de la Grèce (1906) ; Athènes (1914). Nombreux articles dans : Revue Historique, Bulletin de correspondance hellénique, Revue universitaire. Participation au Dictionnaire des Antiquités de Daremberg et Saglio

254Remarques complémentaires : Dreyfusard. Pendant la Première Guerre mondiale, il développe la Ligue franco-héllénique destinée à renforcer l’influence française dans les Balkans et à favoriser l’entrée de la Grèce dans l’Entente ;

255Sources principales : Arch. nat., F17 23315 ; Rev. int. Enseignement, 1928, p. 59-61 ; Rev. int. Enseignement, 1929, « La vie et les travaux de Gustave Fougères », p. 65-78 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : dictionnaire biographique, t. 2, Paris, INRP-CNRS, 1986, p. 86-87 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1930, p. 46-52.

39 — Gaillard Georges

256État civil : Né à Corenc (Isère) le 23 avril 1900 ; décédé en cure en République fédérale d’Allemagne le 1er octobre 1967. Fils d’un médecin, directeur de l’établissement hydrothérapique de Bouquéron (décédé prématurément). Célibataire ; vit avec sa mère et sa sœur.


257Études : Lycée de Grenoble ; baccalauréat ès lettres en 1918 ; lycée Louis-le-Grand ; licence ès lettres en 1919 ; École normale supérieure (1920-1923) ; agrégation des lettres en 1923 ; service militaire en 1923-1924 ; École des hautes études hispaniques de Madrid (1924-1928) ; doctorat ès lettres sous la direction d’Henri Focillon en 1938 en Sorbonne.

258Parcours professionnel :
Professeur à l’Institut français de Varsovie (1928-1930) ; professeur à l’Institut français de Barcelone (1930-1939) ; maître de conférences d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Lille en 1939 ; professeur titulaire de la chaire d’histoire de l’art à la faculté des lettres de Lille de 1944 à 1961 ; Visiting professor en 1948 à l’Institut des Beaux-Arts de l’université de New York ; nommé maître de conférences d’histoire de l’Art du Moyen Âge à la Sorbonne (1961) ; professeur titulaire d’histoire de l’art du Moyen Âge à la Sorbonne.

259Principaux ouvrages :
Les débuts de la sculpture romane espagnole (thèse, 1938) ; Premiers essais de sculpture monumentale en Catalogne aux Xe et XIe s. (1939) ; Les fresques de Saint-Savin (1941) ; L’art roman en France (1961) ; Introduction à la Navarre romane (1967) ; Le Rouerge roman (sans date) ; Documents sur la construction du château de Vizille (sans date). Articles très nombreux dans les revues spécialisées.

260Remarques complémentaires : Donne aussi des cours à l’École des Beaux-Arts et à l’École régionale d’architecture de Lille. Spécialiste de l’histoire de l’art espagnol à l’époque préromaine et romane ; « maître de la sculpture romane ibérique » (Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1970, p. 44-47). Vit à Paris, rue de Grenelle, « au milieu de ses livres » (idem) ; membre de la Société des antiquaires de France, de la Société de l’histoire de l’art français. Georges Gaillard a joué un rôle important dans la résistance à Lille comme à Paris en 1943-1944, surtout en aidant les étudiants réfractaires.

261Sources principales : Revue du Nord, octobre-décembre 1967, p. 885 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1970, p. 44-47 ; Annales de l’université de Paris, 1962, p. 165-167 ; Dictionnaire de biographie française.

40 — Gastinel Pierre

262État civil : Né le 23 août 1898 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) ; décédé le 1er octobre 1943. Fils d’un professeur en lycée. Marié ; un enfant.

263Études : Baccalauréat ès lettres en 1915 ; École normale supérieure (1918-1921) ; licence ès lettres en 1918 ; agrégation des lettres en 1921 ; service militaire en 1921-1923 ; doctorat ès lettres en Sorbonne, le 25 mars 1933.

264Parcours professionnel :
Professeur au lycée de Bourges (1923-1928) ; boursier d’études (doctorat) en Sorbonne (1928-1930) ; professeur de première supérieure au lycée de Lille (octobre 1930-1933) ; maître de conférences de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (décembre 1933) ; professeur de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (1er avril 1936) ; décès en fonction en 1943 à l’âge de 45 ans.

265Principaux ouvrages :
Le romantisme d’Alfred de Musset (thèse, 1933) ; Théâtre complet d’Alfred de Musset (plusieurs vols, 1935) ; Comédies et proverbes d’Alfred de Musset : texte établi par P. Gastinel (1935). Articles dans la Revue d’histoire de la littérature de la France ; Revue d’histoire de la philosophie et de la civilisation.

266Remarques complémentaires : Mobilisé en août 1940 comme capitaine ; prisonnier de guerre en Allemagne pendant de longs mois. Rentré en France, il refuse de se ménager et n’écoute pas ses médecins qui lui conseillent de se reposer. Il rejoint son poste lillois en novembre 1941. Il enseigne alors pendant deux années universitaires dans une ville fortement marquée par la présence allemande, acceptant de réaliser, malgré son état général, des déplacements fréquents par le train, entre Paris et Lille alors que les aléas liés au transport sont très importants. Il décède, usé par son combat, le 1er octobre 1943. « La faculté des lettres a été endeuillée par la mort d’un de ses jeunes maîtres en exercice, M. Gastinel, professeur de langue et littérature françaises modernes. C’était un professeur fort aimé de ses étudiants qui appréciaient en lui la finesse de son esprit et la manière affable dont il s’intéressait à chacun d’eux. Une dure captivité en Allemagne avait ébranlé sa santé. Libéré, il s’était remis à la tâche avec courage mais il y succomba » (Annales Univ. Lille, t. 1943-1944, p. 16). « C’était un maître à la parole facile et prenante, dont l’esprit, toujours en éveil, tenait ses auditeurs sous le charme [...]. Rentré de captivité comme combattant de la guerre 1914-1918, il fit démarches sur démarches pour obtenir l’autorisation de rejoindre son poste à temps pour la rentrée 1941. Malgré sa fatigue, il s’obstina à poursuivre son enseignement » (Annales Univ. Lille, rapport du doyen sur l’année 1943-1944, p. 136).

267Sources principales : Arch. dép. Nord, 1 W 2827 ; Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, État Civil ; Annales Univ. Lille, rapport général sur l’Université et rapport particulier de la faculté des lettres pour l’année 1943-1944.

41 — Gay Jules

268État civil : Né à Strasbourg (Bas-Rhin), le 12 janvier 1867 ; décédé à Lille le 31 août 1935. Fils d’un fonctionnaire, ancien normalien des sciences et examinateur à l’École de Saint-Cyr. Marié en 1908 ; trois enfants.

269Études : Lycée de Montpellier ; baccalauréat ès lettres ; École normale supérieure (1886-1889) ; agrégation d’histoire-géographie en 1890 ; membre de l’École française de Rome (1891-1893) ; bourse de voyage en Italie (1893-1894) ; docteur ès lettres le 4 juin 1904 en Sorbonne.

270Parcours professionnel :
Mis à la disposition du ministère en 1889-1890 ; professeur au lycée de Chambéry et à l’école préparatoire à l’enseignement supérieur des sciences et des lettres de Chambéry (1890-1891) ; professeur d’histoire aux lycées de Besançon (1894-1895), du Mans (1895-1899) ; en congé de 1899-1904 ; professeur d’histoire au lycée de Clermont-Ferrand (1904-1908) ; chargé de cours complémentaire d’histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lille (15 mai 1908) ; professeur-adjoint (1er novembre 1910) ; professeur d’histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lille (1er juillet 1913) ; reste quelques mois dans Lille occupée en 1914 puis tente de traverser la Belgique ; arrêté, il réussit après une seconde tentative à passer en Hollande puis à regagner la France non occupée ; délégué au lycée Buffon (octobre 1915-juillet 1916) ; délégué à l’Institut français de Florence (octobre 1916-juillet 1918) ; enseignant à la faculté de Grenoble d’octobre 1918 à avril 1919 ; revient à Lille en 1919 ; professeur d’histoire médiévale à la faculté des lettres de Lille jusqu’à son décès en 1935.


271Principaux écrits : Les registres du pape Nicolas II (4 vols, 1898-1904) ; L’Italie méridionale et l’empire byzantin depuis l’avènement de Basile 1er jusqu’à la prise de Bari par les Normands : 867-1352 (thèse soutenue en Sorbonne, 1904) ; Le pape Clément VI et les affaires d’Orient (1342-1352) (1904) ; Les papes du XIe s. et la chrétienté (1926) ; publication des registres des papes du XIIIe s. (Il s’intéresse à Nicolas II) ; beaucoup d’articles regroupés en 1932 dans Les deux Rome et l’opinion française.

272Remarques complémentaires : « L’un de nos plus solides historiens du Moyen Âge byzantin » (Revue historique, 1935, p. 377- 378). Neveu du lieutenant-colonel Picquart qui était le frère de sa mère, défenseur de Dreyfus. Il soutint son oncle malgré la vague de calomnie, perdant la plupart de ses amis d’alors. L’inspecteur général Foncin en avril 1906 signale dans son rapport d’inspection : « M. Gay est un savant qui se ferait apprécier dans une faculté. Son enseignement est solide mais peu vivant, pas toujours assez méthodique et ferme, surtout de peu d’action sur ses élèves. Je crains que Monsieur Gay, tout en gardant de très sérieuses qualités de fond, ne s’améliore plus guère au point de vue pédagogique » (Arch. nat., F17 26746). En mars 1909, lors d’une nouvelle inspection, le même inspecteur général déclare : « extrêmement froid ; son autorité laisse toujours un peu à désirer ».

273Il devient, dans l’Enseignement supérieur l’une des grandes figures de l’histoire médiévale et son renom dépasse les frontières de l’hexagone. « Professeur d’une admirable conscience professionnelle, malgré son état de santé [...]. Remarquable historien, son activité scientifique demeure égale à son action pédagogique » rapport de notation du doyen Hubert pour l’année 1933-1934 (Arch. nat., F17 26746). « À la suite d’une artérite, il a dû subir l’amputation d’une jambe. Il ressent actuellement de fortes douleurs dans la jambe restante et les déplacements lui sont très difficiles [...]. Un de ses fils l’aide dans ses recherches bibliographiques » (Lettre du recteur au ministre du 10 janvier 1927). « Comme suite à votre lettre du 10 janvier, j’autorise Monsieur Gay, professeur à la faculté des lettres de Lille, à faire ses cours à domicile et je vous prie d’exprimer à ce professeur mes félicitations pour le courage et la haute conscience professionnelle dont il fait preuve en la circonstance » (lettre du Ministre au recteur du 27 janvier 1927).

274Sources principales : Arch. nat., F17 26746 ; Arch. dép. Nord, 2 T 294 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1936, p. 56-61 ; Revue du Nord, 1935, p. 357 et suivantes ; Revue historique, 1935, p. 377- 378.

42 — Geley Léon

275État civil : Né le 30 décembre 1843 à Ouroux-sur-Saône (Saône-et-Loire) ; décédé à Palaiseau, le 7 novembre 1883. Fils d’un aubergiste. Marié ; deux enfants.

276Études : Lycée de Mâcon puis collège Sainte-Barbe de Paris pour préparer l’École normale supérieure ; scolarité à l’École normale supérieure 1864-1867 ; licence ès lettres ; agrégation d’histoire-géographie en 1869 à sa troisième tentative ; doctorat ès lettres soutenu en Sorbonne le 12 août 1882.

277Parcours professionnel :
Chargé de cours de troisième au collège de Melun (1863-1864) ; suppléant au lycée de Bastia (1867) ; chargé de cours au lycée de Bourges (1868-1869) ; professeur d’histoire au lycée de Bourges (1869-1871) ; professeur au lycée de Grenoble (janvier 1872-juin 1874) ; professeur au lycée de Besançon (septembre 1874-septembre 1876) ; professeur au lycée de Lyon (1876-1880) ; professeur au collège Rollin à Paris (1880-1881) ; en congé avec traitement d’avril à octobre 1881 ; professeur au lycée de Vanves (1881-1882) ; en congé de mars à septembre 1882 ; maître de conférences d’histoire en octobre 1882 à la faculté des lettres de Douai ; en congé pour raison médicale (septembre 1883) ; retraite par arrêté du 6 novembre 1883.

278Principaux ouvrages :
Un pamphlétaire de Richelieu : Fancan : 1617-1627 (thèse, 1882) ; L’Espagne des Goths et des Arabes (1882).

279Remarques complémentaires : Tensions fortes avec le doyen de la faculté des lettres de Douai et le recteur Nolen. Un rapport du recteur, daté du 26 juillet 1883, déclare : « Monsieur Geley nous est arrivé à la faculté des lettres vers la fin du mois de novembre 1882 avec la réputation d’un médiocre professeur de lycée. On savait qu’il n’avait pas réussi à tenir sa classe dans aucun des établissements où il avait été successivement appelé. Mais on ne pouvait conclure de l’insuffisance du disciplinaire à celle de l’érudit, de l’historien. On savait que des juges compétents faisaient un très bon cas du savoir et du mérite de Monsieur Geley (soutien du recteur de Toulouse semble-t-il) et que sa thèse française avait été à la Sorbonne l’objet d’un rapport favorable du professeur chargé de l’examiner ». Le recteur insiste ensuite sur l’échec du professeur dans ses cours publics à Lille. « Il lisait plus qu’il ne parlait ». La municipalité a hésité à accorder l’indemnité habituelle ce qui a vexé l’enseignant : « il regardait à chaque instant l’heure avec une évidente impatience d’en finir ; il abrégeait la durée de la leçon, manquait à l’occasion ses cours et se contentait de prévenir l’appariteur au dernier moment » ; le public des conférences est ainsi passé rapidement de cent à trente puis à deux fidèles). « Monsieur Geley est devenu aussi promptement antipathique à ses étudiants des cours fermés qu’à ses auditeurs [...]. Les élèves se sont aperçus bientôt qu’il ne leur apportait que des extraits de livres [...] au lieu des résultats de ses recherches personnelles. Il ne se préoccupe en aucune façon des exigences du programme de la licence ; il se borne à faire son cours, à lire ses notes sans se soucier autrement s’il est écouté, s’il est compris, si les étudiants ont retenu ». Il y a, dès lors, un fort taux d’absentéisme à ses cours, ce qui n’est pas plus mal car « lorsque l’assistance était au complet, les gamineries les plus puériles, les réflexions les plus inconvenantes venaient couper la parole du professeur et provoquer l’hilarité générale sans que le professeur sût découvrir ni punir l’auteur, sans qu’il osât, la plupart du temps, s’apercevoir du désordre ». Le recteur a convoqué le professeur mais ce dernier ne reconnaît aucun désordre. Désiré Nolen conclut alors : « Monsieur Geley m’a toujours paru aussi dur de compréhension qu’il est dur d’oreille (il souffre d’un problème de surdité). Il persiste à soutenir que tout va bien dans ses différents cours [...]. Surdité mentale aussi prononcée que la surdité physique [...]. État maladif, surexcitation nerveuse, bizarreries de l’attitude, de la voix et des gestes ».

280Sources principales : Arch. nat., F17 20819 ; Arch. dép. Nord, 2 T 295 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1884, p. 39-40 ; Arch. dép. Saône-et-Loire, État civil.

43 — Gibert André

281État civil : Né le 27 octobre 1893 à Valence (Drôme) ; décédé à Écully (Rhône) le 26 décembre 1985. Fils d’un employé aux bureaux de l’administration forestière. Marié ; trois enfants.

282Parcours professionnel : Enseignant au collège de Lure (1919) ; agrégé d’histoire-géographie au lycée de Besançon (6 décembre 1919) et chargé d’un cours complémentaire de géographie à la faculté des lettres de Besançon ; Maître de conférences de géographie (16 décembre 1931) à la faculté des lettres de Besançon ; chargé du service de la chaire de géographie à la faculté des lettres de Lille par arrêté du 24 juin 1933 ; maître de conférences de géographie à la faculté des lettres de Lille (mars 1934) ; donne des conférences à l’Institut commercial et à l’École de commerce de Lille ; muté en octobre 1934 à la faculté des lettres de Lyon comme maître de conférences de géographie ; professeur de géographie à partir de janvier 1935 à la faculté des lettres de Lyon ; directeur de l’Institut de géographie de Lyon (1935-1960) ; directeur basé à Lyon de l’Institut du Proche et du Moyen-Orient de Beyrouth (1947-1960) ; professeur à l’Institut d’études politiques de Lyon ; retraite en octobre 1960.Études : École normale de Valence (1909-1912) ; en congé d’études de 1912 à 1914 ; licence d’histoire-géographie en 1914 ; diplôme d’études supérieures en histoire-géographie ; boursier d’agrégation à la faculté des lettres de Lyon en 1919 ; agrégation d’histoire-géographie en 1919 (1er) ; doctorat ès lettres en Sorbonne, le 2 février 1931.

283Principaux écrits :
La porte de Bourgogne et d’Alsace : étude géographique. (thèse en Sorbonne, 1931) ; Visages
 du Lyonnais (1952) ; Géographie des
 textiles (1957) ; La région industrielle de Saint-Étienne à la veille de la guerre ; Autorité de la Bible (1980) ; L’Assemblée du Dieu vivant (1981) ; collection de cartes murales pour l’enseignement (Delagrave) ; manuels de géographie du secondaire (7 vols chez Delagrave). Nombreux articles dans le Bulletin de géographie de Lille (« L’industrie houillère de la région du Nord devant la crise » ; « Les champs en France… »).

284Remarques complémentaires : Intégré à une unité combattante pendant la Première Guerre mondiale ; officier d’artillerie du 1er mai 1915 à la fin de la guerre (deux citations, Croix de Guerre).

285Semble avoir joué un rôle très important au niveau religieux au sein du groupe protestant des darbystes dont il fut l’un des chefs (Sur les Darbystes, voir E.-G. Léonard, Histoire générale du protestantisme, t. 3, Déclin et renouveau, Paris, PUF, 1964, p. 337-339 : « une sorte de jansénisme protestant »).

286Sources principales : Arch. nat., F17 27718 ; Arch. dép. Nord, 2 T 299 ; Arch. dép. Drôme, État civil ; Informations communiquées par M. les professeurs Gérard Joly (Paris I) et Jean-Pierre Housnel (Lyon II).

44 — Gilson Étienne

287État civil : Né le 13 juin 1884 à Paris ; décédé le 19 septembre 1978 à Cravant (Yonne). Famille de commerçants ; le père est marchand bonnetier. Marié ; trois enfants.

288Études : Études primaires chez les Frères des Écoles Chrétiennes (Sainte Clotilde) de 1890 à 1895 ; études secondaires au petit séminaire de Notre-Dame-des-Champs de 1895 à 1902 ; Lycée Henri IV (classe de philosophie) ; baccalauréat ès lettres en 1903 ; service militaire (1903-1904) ; étudiant à la faculté des lettres de Paris ; licence de philosophie en 1905 ; diplôme d’études supérieures de philosophie en 1906 ; il suit les cours en Sorbonne de Lucien Levy-Bruhl et ceux de Bergson au Collège de France ; agrégation de philosophie en 1907 ; docteur ès lettres le 29 janvier 1913 (La liberté chez Descartes et la théologie).

289Parcours professionnel :
Professeur de philosophie au lycée de Bourg-en-Bresse (1907-1908) ; professeur aux lycées de Rochefort-sur-Mer (1910-1911), de Saint-Quentin (1911-1912) et d’Angers (1912-1913) ; maître de conférences de philosophie et science de l’éducation à la faculté des lettres de Lille (11 juillet 1913) ; nommé professeur de philosophie à la faculté des lettres de Strasbourg (22 novembre 1919) ; nommé maître de conférences d’histoire des philosophies médiévales en Sorbonne (16 novembre 1921) ; directeur d’études pour les théologies et philosophies médiévales à l’École pratique des Hautes Études (Ve section) en décembre 1921 ; professeur à Harvard en 1926 ; professeur titulaire de philosophie médiévale à Harvard (premier semestre 1927 et premier semestre 1928) ; professeur d’histoire de la philosophie du Moyen Âge au Collège de France (9 mars 1932) ; admis à la retraite le premier janvier 1951, il dirige le Pontifical Institute of Medieval Studies de Toronto qu’il a fondé en 1929 et où il a enseigné un trimestre par an sauf pendant la Seconde Guerre mondiale ; reçu à l’Académie française le 25 mai 1947.

290Principaux ouvrages : « Œuvre considérable : plus de 60 ouvrages, 600 articles » (Dictionnaire des philosophes, p. 1037) : Index scolastico-cartésien (1912) ; La liberté chez Descartes et la théologie (thèse, 1913) ; Le thomisme (1919) ; Le thomisme, introduction au système de Saint Thomas-d’Aquin (1920) ; Études de philosophie médiévale (1921) ; La philosophie au Moyen Âge (2 vols, 1922) ; La philosophie de Saint Bonaventure (1924) ; Saint Thomas d’Aquin (1925) ; Introduction à l’étude de Saint-Augustin (1929) ; L’esprit de la philosophie médiévale (1932) ; Les idées et les lettres (1932) ; Pour un ordre catholique (1934) ; La théologie mystique de Saint-Bernard (1934) ; Le réalisme méthodique (1935) ; Christianisme et philosophie (1936) ; Héloise et Abélard (1938) ; Reason and révolution in the Middle Ages (1938) ; Dante et la philosophie (1939) ; Réalisme thomiste et critique de la connaissance (1939) ; God and Philosophy (1941) ; Théorie et histoire de la spiritualité (1943) ; Pétrarque et sa muse (1946) ; Notre démocratie (1947) ; Philosophie et incarnation selon Saint Augustin (1947) ; L’être et l’essence (1948) ; Jacques Maritain : son œuvre philosophique (1948) ; Saint-Bernard : textes choisis et commentés (1949) ; l’École des muses (1951) ; Dogmatism and Tolérance (1952) ; Les métamorphoses de la Cité de Dieu (1952) ; Painting and reality (1957) ; Introduction à la philosophie chrétienne (1960) ; Le philosophe et la théologie (1960) ; The History of philosophy (2 vols, 1961-1963) ; Saint Bernard, un itinéraire de retour à Dieu (1964) ; La société de masse et ses cultures (1967) ; Les tribulations de Sophie (1967) ; Linguistique et philosophie (1969) ; L’athéisme difficile (1974).


291Remarques complémentaires : « Un penseur, un savant, un maître » (rapport du recteur Georges Lyon en 1913-1914). Enterré dans une casemate, lors d’un bombardement intensif, pendant la Première Guerre mondiale, il en sort miraculeusement indemne ; il a vécu Verdun en tant que sous-lieutenant de mitrailleurs. Prisonnier le 23 février 1916, il se fait remarquer dans le camp, par son esprit frondeur et fait un long séjour en camp de représailles. Ami de Joseph Vrin ; fondateur et directeur des études de philosophie médiévale en 1930 (chez Vrin) ; conférences et missions multiples dans le monde ; docteur honoris causa de quinze universités. Conseiller de la République (MRP) de 1947 à 1948 ; Il critique dans ses articles parus dans le journal Le Monde la manière dont s’élabore le pacte atlantique.

292Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 302 ; Denis Huisman (dir.), Dictionnaire des philosophes, PUF, t. 2, p ; Mélanges offerts à Étienne Gilson, Paris, Vrin, 1959 ; Christophe Charle et Eva Telkes, Les professeurs du Collège de France, Paris, INRP, 1988, p. 84- 87 ; Dictionnaire national des contemporains, Nath Imbert, 1936, t. 1, p. 286.

45 — Gouhier Henri

293État civil : Né à Auxerre (Yonne), le 5 décembre 1898 ; décédé à Paris, le 31 mars 1994. Fils d’un clerc de notaire et d’une modiste en chambre ; jeune enfant, il porte les chapeaux le dimanche matin aux clients de sa mère. Marié avec Marie-Louise Dufour ; un enfant.

294Études : Baccalauréat ès lettres ; admis à l’École normale supérieure en 1919 dans la promotion des démobilisés ; scolarité à l’École normale supérieure de 1919 à 1921 ; licence ès lettres (1920) ; diplôme d’études supérieures de philosophie en Sorbonne (1920) ; agrégation de philosophie en 1921 (1er) ; pensionnaire de la Fondation Thiers de 1922 à 1925 ; diplômé de l’École pratique des Hautes Études (1923) ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 20 mai 1926.

295Parcours professionnel :
Enseigne la philosophie au lycée de Troyes (1925-1928) ; chargé de cours de philosophie à la faculté des lettres de Lille (1929) ; maître de conférences (1931) puis professeur titulaire de philosophie et science de l’éducation à la faculté des lettres de Lille (1933) ; professeur de philosophie (1936) à la faculté des lettres de Lille ; chargé de l’enseignement de la maîtrise de conférences d’histoire de la philosophie moderne en Sorbonne (1941-1945) ; maître de conférences (1945) ; professeur d’histoire de la pensée religieuse en France depuis le XVIe s. à la faculté des lettres de Paris (1er octobre 1948) ; retraite en 1968.

296Principaux ouvrages :
191 numéros dans sa bibliographie ; La pensée religieuse de Descartes (1924) ; la vocation de Malebranche (1926) ; Notre ami Maurice Barrès (1928) ; La jeunesse d’Auguste Comte et la formation du positivisme (3 vols, 1933 à 1941) ; La philosophie et son histoire (1944) ; Les conversions de Maine de Biran (1947) ; La philosophie de Malebranche et son expérience religieuse (1948) ; Descartes, l’homme et le penseur (1951) ; Les premières pensées de Descartes (1958) ; Bergson et le Christ des Évangiles (1962) ; L’essence du théâtre (1963) ; La vie d’Auguste Comte (1965) ; Pascal (1966) ; Essai sur Descartes (1973) ; Le théâtre et l’existence (1973) ; Antonin Artaud et l’essence du théâtre (1974) ; Fénelon philosophe (1977) ; La pensée métaphysique de Descartes (1978) ; Rousseau et Voltaire (1983) ; Les méditations métaphysiques de Jean-Jacques Rousseau (1984).

297Remarques complémentaires : Mobilisé à partir de mars 1917 et de septembre 1939 à août 1940. Beaucoup de missions et de conférences à l’étranger ; entre à l’Académie des Sciences Morales et Politiques en 1961 ; élu à l’Académie française en 1979 où il succède à son ami Étienne Gilson. Directeur à la librairie Vrin des textes philosophiques

298Sources principales : Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1996, p. 25-26 ; Arch. dép. Nord, VM 146 171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres de Lille pour la séance du 7 mai 1931 (examen de sa candidature à la chaire) ; Dictionnaire des philosophes, p. 1077-1078 ; Annales Univ. Paris, 1949, p. 116-118.

46 — Guerlin de Guer Charles

299État civil : Né le 26 juin 1871 à Caen (Calvados) ; décédé à La Madeleine (Nord), le 27 septembre 1948. Fils d’un chef de la division du Secrétariat général à la préfecture du Calvados (érudit qui rédige de nombreuses études politiques concernant l’Instruction publique). Marié en 1904 ; trois enfants.

300Études : Lycée de Caen ; baccalauréat ès lettres à Caen (1889) ; élève de la faculté des lettres de Caen ; licence ès lettres en 1891 ; poursuit ses études en Sorbonne après 1892 ; étudiant à l’université de Halle (Allemagne) ; pensionnaire de la Fondation Thiers ; diplômé de l’École des Hautes Études avec une thèse de phonétique (1898) ; docteur ès lettres en Sorbonne le 30 avril 1902.

301Parcours professionnel :
Chargé de cours à l’école normale de Caen (1899-1902) ; enseignant dans le secondaire de 1903 à 1925 (22 ans) ; délégué dans les fonctions de professeur de grammaire au collège de Châtillon-sur-Seine (30 septembre 1903-janvier 1904), délégué dans les fonctions de professeur de grammaire au collège d’Auxerre (janvier 1904-novembre 1905) ; professeur aux lycées du Puy (20 novembre 1905-octobre 1907), de Caen (24 octobre 1907-juillet 1913) et de Lille (5 juillet 1913-1925) ; chargé de cours de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille le 17 décembre 1924 (suppléant du professeur Clément détaché à l’université du Caire) ; professeur titulaire de grammaire et de philologie française à la faculté des lettres de Lille (29 janvier 1929) ; retraite le 26 juin 1939.

302Principaux ouvrages :
Le patois normand : introduction à l’étude des parlers de Normandie (1896) ; Essai de dialectologie normande : l’étude de la palatisation des groupes consonniques fl, kl, gl, pl, bl (École des Hautes Études, 1899) ; Atlas dialectologique de Normandie (1900) ; Le parler populaire dans la commune de Thaon en Calvados : phonétique, morphologie, syntaxe, folklore, suivis d’un lexique de tous les mots étudiés (thèse, 1902) ; Le Roman de Renart (1930) ; Les voyelles toniques du vieux français (traduction française d’Hermann Suchier avec un index et un lexique) ; articles dans la Revue pédagogique et la revue L’Éducation Nationale (observations psychopédagogiques…) ; articles dans la Revue de Philologie, la Revue du Nord (« Notes de dialectologie picarde et wallonne ») ; « Chronique de toponymie, III, Région du Nord et Normandie » dans la Revue d’Études anciennes, XXXIV (1932). En 1931, il commence la rédaction d’une grande enquête sur l’état actuel des parlers populaires dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais. (cours de dialectologie en prévision).

303Remarques complémentaires : A consacré beaucoup d’énergie à faire connaître l’Université de Lille et la culture française à l’étranger en tant que directeur de l’Institut d’expansion universitaire lillois (accueil des étudiants étrangers, organisation de cours de vacances à Boulogne-sur-Mer ; nombreuses missions en Europe : Angleterre et Écosse en 1922, 1923 et 1930 ; Europe Centrale en 1928 ; Europe du Nord en 1931). A candidaté sans succès au poste de directeur général de l’enseignement en Indochine en 1934. « Monsieur le professeur Guerlin de Guer déploie dans tous les domaines où elle est appelée à s’exercer la plus grande autorité. Professeur sur qui repose toute la charge de l’enseignement de la grammaire française et de l’histoire de la langue. Directeur des cours de vacances de Boulogne-sur-Mer, il a su les maintenir à un niveau très satisfaisant [...]. L’activité scientifique de Monsieur Guerlin de Guer est attestée par ses nombreuses publications » (rapport de notation en 1936-1937).

304Sources principales : Arch. nat., F17 24741 ; Arch. dép. Nord, 2 T 313 ; Dictionnaire national des contemporains, t. 2, p. 255 ; Arch. dép. Calvados, courrier du 12 janvier 2001 ; informations du professeur Roger Berger (décembre 2002).

47 — Guiraud Paul

305État civil : Né le 15 janvier 1850 à Cenne-Monestier (Aude) ; décédé à Paris, le 25 février 1907. Fils d’un instituteur devenu comptable dans une entreprise de draps puis fabricant de draps ; connaît la ruine. Marié en 1880 avec Madeleine Delord (fille d’un avocat) ; un fils.

306Études : Petit séminaire de Revel ; collège de Revel ; lycée de Carcassonne ; baccalauréat ès lettres ; Institution Favart ; reçu en 1870 à l’École normale supérieure (promotion 1871) ; licence ès lettres (1873) ; agrégation d’histoire (3e) en 1874 ; doctorat ès lettres en Sorbonne le 30 juin 1879.

307Parcours professionnel :
Professeur aux lycées de Saint-Étienne (1874), d’Angoulême (1875), de Carcassonne (1878) ; maître de conférences d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Douai (1879) ; maître de conférences à la faculté des lettres de Toulouse (1880) ; professeur de géographie à la faculté des lettres de Toulouse (1881) ; maître de conférences à l’École normale supérieure (1886) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Paris (1888) ; professeur-adjoint en Sorbonne (1895) ; professeur d’histoire grecque à la faculté des lettres de Paris (1904) ; décédé en fonction en 1907.

308Principaux ouvrages :
Le différend entre César et le Sénat (thèse, 1879) ; Les assemblées provinciales dans l’Empire romain (1887) ; La vie privée et la vie publique des Grecs ; La vie privée et la vie publique des Romains ; La propriété foncière en Grèce jusqu’à la conquête romaine (1893) ; Contiones Latinae, discours tirés de César, Salluste, Tite-Live, Tacite, Ammien Marcellin (1896) ; Fustel de Coulanges (1896) ; La main-d’œuvre industrielle dans l’ancienne Grèce (1900) ; Histoire romaine (série de manuels du secondaire, à partir de 1903) avec Lacour-Gayet ; Études économiques sur l’Antiquité (1905).

309Remarques complémentaires : Élu à l’Académie des Sciences Morales et Politiques le 17 février 1906 ; de religion catholique.

310Sources principales : Dictionnaire de biographie française ; Séances et travaux de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, 1907, premier semestre, p. 604-606 ; Rev. int. Enseignement, 1907, p. 267-268 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : dictionnaire biographique, Paris, INRP-CNRS, t. 1, 1985, p. 91-92.

48 — Haumant Émile

311État civil : Né à Sarrebourg (Moselle) le 17 avril 1859 ; décédé à Lyon le 11 décembre 1942. Fils d’un avoué au tribunal civil de Sarrebourg devenu président du tribunal de Baume-les-Dames. Marié avec Marie Rambaud, fille d’Alfred Rambaud, professeur en Sorbonne ; quatre enfants.

312Études : Scolarité au lycée
puis au lycée de Gray ; lycée Louis-le-Grand (rhétorique et philosophie) ; bachelier ès lettres (1878) ; élève de l’École des chartes (1879) ; licence ès lettres à la faculté des lettres de Nancy (1883) ; élève de l’École pratique des Hautes Études (1879) ; diplômé de l’École des langues orientales ; boursier d’agrégation à la faculté des lettres de Caen (1885-1886) ; agrégation d’histoire en 1886 ; boursier de voyage en Autriche-Hongrie (1886-1887) ; docteur ès lettres en Sorbonne le 20 juin 1894.

313Parcours professionnel :
Professeur d’anglais au collège de Bayeux (janvier 1884) ; professeur de rhétorique et de seconde au collège d’Avallon (1886-1887) ; professeur d’histoire aux lycées de Saint-Quentin (octobre 1887), d’Amiens (octobre 1889) ; chargé d’un cours de russe à la faculté des lettres de Lille (1891) ; professeur-adjoint à la faculté des lettres de Lille (1895) ; professeur de langue et littérature de la Russie et des peuples slaves à la faculté des lettres de Lille (1897) ; assesseur du doyen (1898) ; maître de conférences de langue et littérature russes à la Sorbonne (1902) ; professeur-adjoint (1908) ; professeur de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Paris (13 février 1919) ; retraite en avril 1929.

314Principaux ouvrages :
La guerre du Nord (1655-1660) et la paix d’Oliva (thèse, 1894) ; La Russie au XVIIIe s. (1904) ; La culture française en Russie (1910) ; Ivan Tourgenieff (1906) ; Pouchkine (1911) ; La Yougoslavie, études et souvenirs (1919) ; Le problème de l’unité russe (1922) ; La formation de la Yougoslavie (1930). Collaborateur de la Revue bleue, du Journal des débats, de la Revue de Paris, Le Monde slave, la Revue des Études slaves.

315Remarques complémentaires : Il est le fondateur à la faculté des lettres de Lille d’une forte tradition d’études et d’enseignement sur le monde slave et en particulier la Russie. Après son départ, l’intérêt pour l’Europe centrale et orientale est constamment conservé.

316Sources principales : Arch. nat., F17 24075 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des Lettres de Paris : dictionnaire biographique, Paris, INRP-CNRS, t. 2, p. 104- 105 ; Rev. Ét. Slaves, 1942, p. 174-179.

49 — Henne Victor

317État civil : Né à Rethel (Ardennes) le 16 septembre 1895 ; décédé à Paris, le 24 avril 1983. Fils d’un ingénieur des travaux publics. Marié en 1921 ; trois enfants (l’un décède en Égypte).

318Études : Études primaires à Boulogne- sur-Mer ; études secondaires au lycée de Lille puis au lycée Louis-le-Grand ; baccalauréat ès lettres ; admis à l’École normale supérieure (1914) ; reste dans la zone occupée pendant les quatre années de la Première Guerre mondiale ; passe sa licence ès lettres et son diplôme d’études supérieures à la faculté des lettres de Lille pendant l’occupation allemande ; scolarité à l’École normale supérieure (1919-1920) ; agrégation d’histoire-géographie en 1919 ; il rencontre Pierre Jouguet à l’École pratique des Hautes Études en assistant à son séminaire de papyrologie et se lie d’amitié avec lui ; pensionnaire de l’Institut français d’archéologie orientale ; n’a jamais terminé sa thèse de doctorat.

319Parcours professionnel :
Professeur suppléant au lycée de Tourcoing (1917-avril 1918) ; professeur suppléant au lycée de Lille (16 octobre 1918- 30 octobre 1919) ; professeur au lycée Buffon (5 janvier 1920-13 mars 1920) ; professeur au lycée de Clermont-Ferrand (4 juin 1920-30 septembre 1920) ; Institut français d’archéologie orientale du Caire (1er novembre 1920-15 octobre 1926) ; professeur d’histoire ancienne à l’université du Caire (16 octobre 1926-31 mai 1928) ; nommé maître de conférences de papyrologie, épigraphie et d’histoire ancienne à la faculté des lettres de Lille (1er juin 1928) ; il demeure en poste à la faculté des lettres de Lille jusqu’à sa retraite, le 30 septembre 1960 (arrêté du 2 mai 1960).

320Principaux écrits :
Nombreux articles dans les revues spécialisées ; Rapport sur les fouilles de Tell Edfou (1921-1922) ; Rapports sur les fouilles de Tell Edfou (1923-1924) ; Liste des stratèges des nommes égyptiens à l’époque gréco-romaine (1935) ; nombreux rapports sur les fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale.

321Remarques complémentaires : « Longue et indéfectible amitié entre le maître et son disciple » (Pierre Jouguet) (Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1986). Henri Henne participe aux fouilles d’Edfou en Égypte ; il est à proximité du chantier lorsqu’en 1922 on découvre la tombe de Toutankhamon. Il fut l’un des premiers à pénétrer dans le tombeau ; il met aussi à jour, lors de ses nombreuses expéditions archéologiques d’importantes collections de papyrus. Il reprend en main et développe à la faculté des lettres de Lille l’Institut de papyrologie et d’égyptologie qui avait beaucoup souffert de la mutation vers Paris de Pierre Jouguet son créateur.

322Homme de terrain et enseignant attentif aux aspects pédagogiques de sa mission, il n’a jamais fini ses thèses de doctorat par « désintérêt pour la chose publiée. Papyrologue probe et scrupuleux » (Notice nécrologique dans Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure)

323Sources : Arch. nat., F17 27 725 ; Arch. dép. Nord, 2 T 322 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1986, p. 49- 50 ; Le Monde, 29 avril 1983.

50 — Henry Victor

324État civil : Né à Colmar (Haut-Rhin) le 17 août 1850 ; décédé à Sceaux, le 6 février 1907. Fils d’un professeur de collège à Colmar (orphelin de père à cinq ans et demi). Marié avec Mademoiselle Heilmann ; trois enfants. L’une de ses filles épouse Louis Debidour, fils d’Antonin Debidour, professeur en Sorbonne.

325Études : Collège et lycée de Colmar ; baccalauréat ès lettres ; étudiant à la faculté des lettres de Strasbourg ; étude de droit ensuite ; doctorat de droit à Dijon en 1872 (De la possession prétorienne et les interdits possessoires. Étude sur les actions dans les sociétés commerciales) ; part à Paris préparer l’agrégation de droit puis y renonce ; reprend l’étude des langues anciennes et modernes ; licence ès lettres à la faculté des lettres de Douai ; doctorat ès lettres en Sorbonne le 22 mai 1883.

326Parcours professionnel :
Professeur de législation et d’économie politique à l’Institut départemental du Nord de la France (1872) ; conservateur en chef de la bibliothèque municipale de Lille (1880) ; chargé de cours complémentaire de philologie classique à la faculté des lettres de Douai (1883) ; professeur-adjoint en 1886 ; chargé d’un cours complémentaire de grammaire comparée en Sorbonne en 1888 ; professeur de sanscrit et de grammaire comparée des langues indo-européennes en Sorbonne (1894) ; décédé en fonction en 1907.

327Principaux ouvrages :
De la possession prétorienne : Étude sur les actions dans les sociétés commerciales (thèse de droit, 1872) ; Esquisse d’une grammaire raisonnée de la langue aléoute (1879) ; Études afghanes (1882) ; Étude sur l’analogie en général et sur les formations analogiques de la langue grecque (thèse, 1883, prix Volney de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres) ; Contribution à l’étude des origines du décasyllabe roman (1886) ; Précis de grammaire comparée de l’anglais et de l’allemand (1893) ; Précis de grammaire comparée du grec et du latin (1894) ; Manuel pour étudier le sanscrit védique ; Antinomies linguistiques (1896) ; Études de syntaxe comparée (1897) ; Le dialecte alaman de Colmar en 1870 (1900) ; Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne (1900) ; Éléments de sanscrit classique (1902). Études nombreuses sur les religions orientales : L’antithèse védique et les ressources qu’elle offre à l’exégète moderne pour l’interprétation du Véda (1898) ; La magie dans l’Inde Antique (1904) ; Le parsisme (1905) ; Il traduit de l’allemand l’ouvrage d’Hermann Oldenberg sur la religion du Véda (1903) et cinq textes religieux de l’Inde.

328Remarques complémentaires : Catholique.

329Sources principales : Dictionnaire de biographie française ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des Lettres de Paris : dictionnaire biographique, Paris, INRP-CNRS, t. 1, 1985, p. 97-98.

51 — Herman Maxime

330État civil : Né le 15 octobre 1888 à Haubourdin (Nord) ; décédé le 23 janvier 1970 en Seine-et-Marne. Fils d’un industriel aisé. Marié ; un enfant.

331Études : Collège Jeanne d’Arc de Lille ; baccalauréat ès lettres en 1908-1909 ; service militaire de 1909 à 1911 ; licence d’allemand à la faculté des lettres de Lille (juin 1914) ; certificat secondaire d’allemand en 1914 ; agrégation d’allemand en 1922 en Sorbonne ; licence d’espagnol en 1930 ; doctorat ès lettres en Sorbonne le 21 avril 1939 ; il suit également des cours à l’École des langues orientales et réalise des séjours dans les universités de Cracovie et de Varsovie.

332Parcours professionnel :
Répétiteur, chargé du cours d’allemand au collège de Nogent-le-Rotrou (1914-1915) ; professeur délégué lettres/allemandes au collège de Mortain (avril-septembre 1915) ; professeur délégué d’allemand au collège du Cateau (23 septembre 1919) ; professeur délégué au collège de Cassel (16 juillet 1920) ; professeur lettres/allemand au collège de Dunkerque (2 août 1921) ; professeur d’allemand au lycée de Valenciennes (30 août 1922) ; professeur d’allemand au lycée de Lille (19 juillet 1926) ; chargé d’un cours complémentaire de langue et littérature polonaises à la faculté des lettres de Lille d’octobre 1931 à septembre 1937 ; chargé de conférences (1er octobre 1937) ; maître de conférences de langue et littérature polonaises (1er octobre 1939) ; professeur de langue et littérature polonaises à la faculté des lettres de Lille (mars 1943) ; élu doyen en mars 1945 et jusqu’en 1952. Retraite le 10 avril 1959.

333Principaux ouvrages : Dostoïevski et Przybyszewski (1938) ; Stanislas Przybyszewski : un sataniste polonais (thèse, 1939) ; Vladimir Soloviev, sa vie et ses œuvres (sans date) ; Histoire de la littérature polonaise des origines à 1961 (1963) ; Traductions d’ouvrages philosophiques russes de Soloviev (La crise de la philosophie occidentale, 1947) : Berdiaev (Essai de métaphysique eschatologique, 1946) et Simon Frank (Dieu est avec nous, 1955).

334Remarques complémentaires : Mobilisé au 43e régiment d’infanterie le 2 août 1914 ; réformé le 21 septembre 1914 ; mobilisé de nouveau le 30 septembre 1915 (20e section de l’État-major) ; commissaire auxiliaire de la marine, adjoint à l’attaché naval de Stockholm (avril 1918-juin 1919) ; démobilisé en juin 1919. Directeur de l’Institut d’études slaves de l’université de Lille, il poursuit la tradition des cours de langue polonaise et maintient les liens multiples qui s’étaient tissés depuis la fin du XIXe siècle, entre l’université septentrionale et l’Europe Centrale.

335Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 325 ; Arch. dép. Nord, VM 146 171, procès-verbal du conseil de la faculté dans ses séances du 4 décembre 1941 et 11 décembre 1942 (candidature à la chaire de langue et littérature polonaises) ; Who’s Who France, 1967-1968, p. 697.

52 — Hillebrand Karl-Arnold

336État civil : Né le 17 septembre 1829 à Giessen (Grand Duché de Hesse) ; décédé le 18 octobre 1884 à Florence (Italie). Fils de Joseph Hillebrand, professeur de philosophie à l’université de Heildelberg puis de Giessen. Marié ; sans enfant.

337Études : Études en Allemagne ; cours de droit à l’université de Giessen ; brevet de capacité pour l’enseignement de l’allemand en lycée en 1848 ; étudiant à la faculté des lettres de Bordeaux (philologie, histoire et littérature) ; licence ès lettres à la faculté des lettres de Bordeaux en 1857 ; agrégation d’allemand en 1860 (3e) ; docteur ès lettres en Sorbonne le 29 juillet 1861 ; connaît l’allemand, l’anglais, l’italien l’espagnol, le grec et le latin.

338Parcours professionnel :
Secrétaire d’Henrich Heine à Paris (1850-1851) ; professeur d’allemand aux lycées de Bordeaux, de Nantes, de Versailles (1851-1863) ; professeur à l’École impériale militaire spéciale de Saint Cyr (1863) ; chargé de cours de langue et littérature étrangères à la faculté des lettres de Douai (22 juillet 1863) ; titulaire de la chaire de langue étrangère à la faculté des lettres de Douai (28 avril 1866) ; correspondant de presse et écrivain résidant en Italie de 1870 jusqu’à sa mort.

339Principaux ouvrages :
Dino Compagni : Étude historique et littéraire sur l’époque de Dante (thèse, 1861) ; Des conditions de la bonne comédie (1863) ; Traduction de l’histoire de la littérature grecque d’Otfrield Müller (1865) ; La Prusse contemporaine et ses institutions (1867) ; De la réforme de l’enseignement supérieur (1868) ; Zeiten, Völker und Menschen (7 vols 1873-1885 : essai biographique et sociologique) ; Frankreich und die Franzosen in der zweiten Hälfte des 19.Jh (1874) ; Geschichte Frankreichs von der Thronbesteigung Louis Philippes bis zum Falle Napoléons III (1877 à 1879) ; Wälsches und Deustches (1892) ; articles nombreux dans la Revue Critique, le Journal des Débats ; la Revue des Deux Mondes ; Le Temps

340Remarques complémentaires : Lors de ses études à Giessen, il se joint au mouvement étudiant révolutionnaire de 1848, participe à des combats de rues et à des barricades à Frankfurt/Main. Il est condamné à mort et déclaré prisonnier en fuite. Il s’échappe par Strasbourg et vient en France où il est un temps secrétaire d’Heinrich Heine (1850) à Paris ; il reprend alors des études. Admis à résider en France par décret du 10 février 1858, naturalisé français en 1866. Le professeur Hillebrand habite Paris et a de multiples liens avec les milieux littéraires de la capitale où il fréquente beaucoup les salons mondains (« Homme du monde autant qu’homme d’étude », signale le rapport confidentiel du doyen pour l’année 1864).

341En relation avec les universités autrichiennes, il se voit confier une mission d’étude sur l’organisation de l’enseignement supérieur en Autriche ; les universités autrichiennes mettent à sa disposition un certain nombre d’ouvrages et d’articles en 1865-1866 (lettre du Prince de Metternich à l’ambassadeur d’Autriche en France ; 13 janvier 1867, Archives nationales, F17 20955).

342Il donne sa démission de l’Université française par une lettre du 29 septembre 1870 pour « rejoindre la Prusse ». (sur la couverture de son dossier de fonctionnaire est noté en travers) : « démissionnaire ; retourné à la Prusse en 1871 ». Il devient correspondant du Times puis s’installe à Florence comme critique littéraire. Cette version des faits est revue après la guerre de 1870. Dans un article que lui consacre G. Monod dans la Revue his- torique (janvier-avril 1887, p. 307-312, compte rendu d’un article de M.P. Villari dans la Rivista Storica Italiana), celui-ci insiste sur le fait qu’Hillebrand n’a pas trahi « ses deux patries » et s’est tenu à l’écart des querelles politiques. « Au moment où la guerre éclata entre la France et l’Allemagne, il fut, à Douai, au milieu de l’effervescence populaire, l’objet de menaces et même de mauvais traitements ; il ne se crut pas en sûreté en France malgré sa qualité de Français naturalisé et se retira dans un pays neutre, en Italie, à Florence [...]. Il ne tarda pas à se former dans le public et dans la presse une véritable légende d’après laquelle Hillebrand, oubliant tout ce qu’il devait à notre pays et la qualité de français qu’il avait sollicitée, aurait violemment pris parti contre nous, aurait été à Florence l’ami et l’un des conseillers de l’ambassadeur prussien [...] et aurait soufflé la haine contre la France dans des correspondances du Times, de la Gazette d’Augsbourg et de la Gazette de Cologne » (p. 307). Tout ceci s’avère faux selon Monod.

343Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 326 ; Arch. nat., F17 20955 ; Walter Killy und Rudolf Virhaus, Deusche Biographische Enzyklopädie, München, K.G.Saur, 1997, p. 43 ; Neue deutsche Biographie, Berlin, 1972, p. 147-148.

53 — Hubert René

344État civil : Né le 22 juillet 1885 à Damartin-en-Serve (Seine et Oise) ; décédé le 13 octobre 1954. Fils d’un instituteur. Marié ; trois enfants.

345Études : Ancien élève du collège Rollin (six nominations aux concours généraux de 1900 à 1903) ; baccalauréat ès lettres ; École normale supérieure (1905 à 1908) ; licence ès lettres ; diplôme d’études supérieures de philosophie à la faculté des lettres de Paris ; agrégation de philosophie en 1908 (1er) ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 1er juin 1923.

346Parcours professionnel :
Professeur suppléant au lycée de Chartres (1908) ; professeur aux lycées de Périgueux (juillet 1909), Chartres (juillet 1910) puis Marseille (août 1912) ; maître de conférences de philosophie et de science de l’éducation à la faculté des lettres de Lille (31 juillet 1919) ; professeur de philosophie morale et de la science de l’éducation à la faculté des lettres de Lille (2 juillet 1923) ; professeur de philosophie à la faculté des lettres de Lille (20 avril 1929) ; élu doyen de la faculté en novembre 1931 et 1934 ; nommé recteur de l’académie de Poitiers (19 juin 1937) ; recteur de l’académie de Strasbourg (14 novembre 1946) ; recteur honoraire à Poitiers (19 juillet 1947).

347Principaux ouvrages :
D’Holbach et ses amis (1920) ; Les sciences sociales dans l’Encyclopédie, la philosophie de l’histoire et le problème des origines sociales (thèse soutenue à Paris, 1er juin 1923) ; Le sens du réel (1926) ; Manuel élémentaire de sociologie (1926) ; Le principe d’autorité dans l’organisation démocratique (1926) ; Les principes généraux de la morale et de la science (1927) ; Édition des Études de philosophie grecque de G. Rodier (1927) ; Traité de pédagogie générale (1927) ; Rousseau et l’Encyclopédie (1928) ; Les assurances sociales (2 vols, 1929 et 1931) ; Histoire de la pédagogie (1949). Articles nombreux dans la Revue de Métaphysique et de Morale, la Revue Philosophique, la Revue d’Histoire de la Philosophie, la Revue de Paris.

348Remarques complémentaires : Mobilisé dès le 2 août 1914 au 341e régiment d’infanterie puis au 141e régiment d’infanterie ; commandant d’une compagnie de mitrailleuses en juillet 1917 ; deux fois cité dans l’ordre de la division ; blessé le 5 septembre 1918. L’expérience du feu a été pour lui, comme pour beaucoup de soldats, un véritable tournant et René Hubert a beaucoup réfléchi, en philosophe, sur le droit de la guerre et les conséquences d’une telle épreuve. Il écrit ainsi : « Réflexion sur la discipline militaire » (Revue de Métaphysique et de Morale, 1917), « la Guerre » (Idem, 1917), « la force du droit » (Ibidem, 1918), « le droit de la guerre » (Ibidem, 1919). Ses articles sont ensuite repris et développés dans l’ouvrage qu’il publie en 1919 intitulé Les interprétations de la guerre.

349Il poursuit à la faculté des lettres de Lille, la tradition d’un enseignement conséquent de la Science de l’Éducation, prenant la succession du doyen Georges Lefèvre qui avait combattu pour la promotion de cet enseignement et la multiplication des liens entre l’université et le monde de l’enseignement primaire et secondaire. René Hubert est aussi le premier enseignant a réellement introduire à la faculté lilloise une approche sociologique des phénomènes, même s’il demeure professeur de philosophie.


350Sources principales : Arch. nat., F17 27491 ; Arch. dép. Yvelines, État Civil ; revues spécialisées.

54 — Humbert Jean

351État civil : Né à Paris, le 25 novembre 1901 ; décédé à Paris, le 18 juillet 1980. Fils d’Alfred Humbert, chef de service à la Caisse des dépôts et consignations. Marié ; six enfants.

352Études : Établissements secondaires parisiens ; lycée Louis-le-Grand ; admis à l’École normale supérieure en 1921 ; scolarité à l’École normale supérieure (1921-1925) ; licence ès lettres ; agrégation des lettres en 1925 ; boursier de doctorat en Sorbonne (1925-1927) ; diplômé de l’École des langues orientales pour le grec moderne (1927) ; doctorat ès lettres en Sorbonne le 15 janvier 1931.

353Parcours professionnel :
Professeur au lycée d’Amiens (1929-1931) ; maître de conférences de philologie classique à la faculté des lettres de Lyon (1931-1934) ; maître de conférences de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Lille (1934) ; professeur de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Lille ; il quitte Lille provisoirement de 1942 à 1944 pour occuper un poste d’inspecteur d’académie à Paris ; professeur de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Lille (1944 à 1953) ; chargé d’un cours complémentaire de langue et littérature grecques en Sorbonne à partir de 1948 ; maître de conférences de poésie grecque à la Sorbonne (21 octobre 1953) ; professeur titulaire de la chaire de philologie grecque en Sorbonne ; retraite en 1973.

354Principaux ouvrages :
Polycratès, l’accusation de Socrate et le Gorgias (1930) ; La disparition du datif en grec du premier au dixième siècle (thèse, 1931) ; Syntaxe grecque (3 éditions de 1946 à 1960) ; Manuel de thème grec (1953) ; Initiation pratique au grec (1960) ; Pratique du grec ancien (1961) ; Contre Midias de Démosthène (texte commenté, 1962) ; Socrate et les petits socratiques (1967) ; Petite histoire de la langue grecque (1972) ; Hymnes homériques (texte commenté, 1976).

355Remarques complémentaires : Secrétaire de l’Association Guillaume Budé. Il apporte à la section des lettres classiques de la faculté des lettres de Lille un renom considérable par l’importance et la haute valeur de ses travaux. « Sa thèse de doctorat sur la disparition du datif en grec est remarquable par le souci de saisir la langue grecque dans sa continuité depuis les plus anciens textes jusqu’à nos jours et de scruter dans la langue d’Homère, les indices qui laissent pressentir déjà la façon dont se formera le grec moderne ; cette méthode qui s’impose et qui a fait de lui un maître dans les études de syntaxe trouvait dans la disparition du datif et dans les divers efforts de la langue pour créer des tournures concurrentes, une de ses plus suggestives applications [...]. C’est dire que l’autre œuvre maîtresse de Jean Humbert, sa syntaxe grecque, familière à tant d’étudiants, fut attendue et saluée comme l’instrument de travail créé par le savant le plus qualifié » (Bull. Ass. Guillaume Budé, octobre 1980, p. 241-242).

356Sources principales : Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1981, p. 57-60 ; Annales de l’Université de Paris, 1953, p. 690-691 ; Who’s Who in France, 1967-1968, p. 716 ; Bull. Association Guillaume Budé, octobre 1980, p. 241-242.

55 — Jankelevitch Vladimir

357État civil : Né à Bourges (Cher) le 31 mai 1903 ; décédé à Paris, le 6 juin 1985. Fils d’un médecin de Bourges, venu d’Odessa (Russie) à l’âge de vingt ans et qui fut l’un des premiers traducteurs de Freud et d’Hegel en langue française. Marié ; un enfant.

358Études : Élève du lycée de Bourges puis du lycée Louis-le-Grand de Paris ; baccalauréat ès lettres ; admis à l’École normale supérieure en 1922 ; scolarité à l’École normale supérieure (1922-1925) ; licence ès lettres ; agrégation de philosophie en 1926 ; service militaire en 1926-1927 ; doctorat ès lettres en Sorbonne, le 29 avril 1933.

359Parcours professionnel :
Enseignant à l’Institut français de Prague (1928-1932) ; professeur au lycée de Caen (1932) ; professeur au lycée du Parc à Lyon (janvier 1933) ; nommé maître de conférences de philosophie à la faculté des lettres de Besançon (octobre 1935) ; nommé maître de conférences de philosophie à la faculté des lettres de Toulouse en 1936 ; chargé de cours de philosophie à la faculté des lettres de Lille en 1937-1938 ; nommé maître de conférences de philosophie morale et de science de l’éducation à la faculté des lettres de Lille (1er octobre 1938) ; radié de l’Université par le régime de Vichy pour ses origines juives ; résistant dans le Sud-Ouest ; détaché au CNRS en 1945 ; retrouve son poste lillois en octobre 1947 ; muté en Sorbonne en 1951 ; occupe la chaire de philosophie morale à la faculté des lettres de Paris jusqu’à sa retraite en 1978 ; enseigne jusqu’en 1981.

360Principaux ouvrages : Bergson ; L’odyssée de la conscience dans la dernière philosophie de Schelling (thèse, 1933) ; La mauvaise conscience (1933) ; Ravel (1939) ; Le Mal (1947) ; Traité des vertus (1947) ; Debussy et le mystère de l’instant (1949) ; L’alternative (1950) ; Gabriel Fauré et ses mélodies (1951) ; L’austérité et la vie morale (1956) ; Le je-ne-sais-quoi et le presque-rien (1957) ; Le pur et l’impur (1960) ; La musique et l’ineffable (1961) ; L’ironie (1964) ; La mort (1966) ; L’irréversible et la nostalgie (1974) ; Quelque part dans l’inachevé (1978) ; Le paradoxe de la morale (1981) ; L’imprescriptible : Pardonner ? (1986) ; Premières et dernières pages (1994). Nombre considérable d’articles dans les revues de philosophie mais aussi dans la presse.

361Remarques complémentaires : Connaissance des langues russe, grecque, allemande et latine. Grand pianiste et spécialiste de musique ; directeur des programmes musicaux à Radio-Toulouse-Pyrénées en août 1944.

362Le doyen de la faculté des lettres de Lille signale aux autorités en novembre 1940 : « Excellents états de services de M. Jankelevitch, maître de conférences de philosophie morale et de science de l’Éducation [...]. Il a été mobilisé le 24 août 1939, a fait toute la campagne 39-40. Blessé au cours des derniers combats, il a terminé sa convalescence dans le midi [...]. Il supplée à Toulouse un professeur prisonnier » (Arch. dép. Nord, VM 146 171, séance du 8 novembre 1940).

363Il est, en 1939, affecté dans une unité de transport ; blessé dans les combats de juin 1940, il est soigné à Marmande ; révoqué de ses fonctions universitaires pour ses origines juives (non-possession de la nationalité française à titre héréditaire), il mène alors une existence secrète sous de fausses identités. Il aide les réseaux résistants à lutter contre le service du travail obligatoire (passage en Espagne des étudiants et des jeunes du Sud-Ouest). Membre du réseau clandestin Ajax, du réseau Les Étoiles ; auteur d’une brochure clandestine qui dénonce le racisme et l’antisémitisme publiée en 1943 (Le mensonge raciste) ; il est réintégré dans l’Université en janvier 1945.

364Vladimir Jankélévitch participe à la plupart des grands combats politiques des années 1945-1985. Il incarne ainsi la figure de « l’intellectuel » qui met sa renommée scientifique au service de la défense de certaines valeurs. Grand pétitionnaire. Le Dictionnaire des philosophes signale son « engagement quotidien dans la société humaine de son temps » (p. 1335) ; il multiplie en effet les combats pour la défense des valeurs liées à la Justice, à la Liberté et au respect des Droits de l’Homme (en particulier lors de la Guerre d’Algérie). « Professeur éblouissant [...], don de la parole [...], habileté avec laquelle il manie la métaphore ou l’analogie [...]. Vladimir Jankelevitch n’est pas seulement un penseur de cabinet, un professeur enfermé dans ses livres. La morale n’est pas simplement pour lui, un sujet de dissertation. C’est d’abord et surtout une théorie de la pratique [...]. Comme pour Socrate, le sentiment de l’action nécessaire [...] et de la fidélité aux engagements fondamentaux de la personne a toujours beaucoup compté pour lui » (Le Monde du 8 juin 1985). Idées politiques de gauche mais « refus du marxisme » signale le journal Le Monde du 8 juin 1985.

365Sources principales : Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1987, p. 46-50 ; Arch. dép. Nord, VM 146 171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa séance du 29 novembre 1940 ; Jacques Julliard et Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français, p. 624-625 ; Denis Huisman (dir.), Dictionnaire des philosophes, p. 1335-1337 ; Numéro spécial de l’Arc, n ̊ 75, 1979, 88 p ; Le Monde, 8 juin 1985 ; Rev. philosophique France et Étranger, 1985, p. 577-581.

56 — Jarde Auguste

366État civil : Né à Corbigny (Meuse), le 20 mars 1876 ; décédé à Bourg-la-Reine, le 17 décembre 1927. Fils d’un pharmacien. Marié ; quatre enfants.

367Études : Scolarité au lycée de Nevers ; lycée Louis-le-Grand (1893) ; baccalauréat ès lettres en 1893 ; admis à l’École normale supérieure en 1896, fait son service militaire (septembre 1896-septembre 1897) ; scolarité à l’École normale supérieure (1897-1901) ; licence ès lettres en 1898 ; agrégation d’histoire (second) en 1900 ; élève de l’École française d’Athènes (1901-1906) ; participe aux fouilles de Delos et de Delphes ; doctorat ès lettres soutenu à la faculté des lettres de Toulouse en 1925.

368Parcours professionnel :
Professeur suppléant au lycée de Beauvais (17 juillet 1906) ; professeur titulaire au lycée de Beauvais (10 mai 1909) ; en congé (1er au 1er mai 1911) ; professeur d’histoire au lycée Lakanal (8 juillet 1912-1924) ; mobilisé du 4 août 1914 au 17 juin 1919 ; suppléant dans la chaire d’histoire antique de la faculté des lettres de Paris (1922-1923) ; chargé provisoirement des fonctions de maître de conférences d’histoire ancienne, épigraphie et papyrologie à la faculté des lettres de Lille (24 novembre 1924) en remplacement de M. Constans appelé à d’autres fonctions.

369Principaux écrits :
Fouilles de Delos (1903) ; L’hellénisation du monde antique (1914) ; La formation du peuple grec (tome dans la collection : L’Évolution de l’Humanité, 1923) ; La Grèce antique et la vie grecque ; La production des céréales dans l’antiquité grecque (thèse, 1925) ; Étude critique sur la vie et le règne de Sévère Alexandre (1925) ; Athènes ancienne (1932). Collaboration au Dictionnaire des Antiquités de Daremberg et Saglio. Articles nombreux dans le Bulletin de Correspondance Hellénique, la Revue des Études grecques, la Revue de Synthèse historique, la Revue des Études anciennes.

370Remarques complémentaires : Mobilisé du 4 août 1914 au 17 janvier 1919 ; service dans l’Armée d’Orient de 1915 à 1917 comme officier interprète de troisième classe « au front deux ans et sept mois ». Dans son rapport confidentiel de l’année universitaire 1923, le doyen de la faculté des lettres de Lille (Georges Lefèvre) signale : « professeur distingué, d’une compétence toute spéciale en histoire ancienne mais qui n’a pas sur ses élèves toute l’action disciplinaire désirable ». La santé d’Auguste Jardé se dégrade rapidement après la Première Guerre mondiale ; une lettre de son médecin personnel, datée du premier décembre 1927, certifie qu’Auguste Jardé doit se reposer « pour une affection et une fièvre paludéennes probablement contractée à l’École d’Athènes et à l’armée d’Orient ». Il devait décéder quelques jours plus tard d’une attaque cardiaque à l’âge de 51 ans.

371Sources principales : Arch. nat., F17 26759 ; Rev. int. Enseignement, 1928, p. 117-123 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1928, p. 51-57.

57 — Jasinski René

372État civil : Né le 28 juillet 1898 à Montey-Saint-Pierre (Ardennes) ; décédé à Cambridge (États-Unis ; Massachussetts), le 16 mars 1986. Fils d’un professeur agrégé de lettres au lycée de Charleville (docteur es lettres en 1903 avec une thèse principale sur l’Histoire du sonnet en France) ; son père termine sa carrière comme inspecteur d’académie du Cher. Marié avec une Américaine. Son épouse décède le 20 juin 2000 ; « Mme Jasinski laisse en cours sa magnifique édition de la Correspondance générale de Madame de Staël, qui compte déjà six volumes » (Le Monde, juillet 2000).

373Études : Lycée de Bourges ; lycée Louis-le-Grand (1915) ; licence ès lettres en Sorbonne en 1916 ; mobilisé en 1917 comme artilleur ; blessé en 1918 ; admis à l’École normale supérieure dans la promotion spéciale des démobilisés de 1919 ; scolarité à l’École normale supérieure (1919-1921) ; licence ès lettres ; agrégation des lettres en 1922 ; pensionnaire de la Fondation Thiers (1923-1926) ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 19 juin 1929.

374Parcours professionnel :
Chargé de la suppléance au lycée Louis-le-Grand (octobre 1922) ; préparateur à l’École normale supérieure et boursier de doctorat en Sorbonne (1922-1923) ; pensionnaire de la Fondation Thiers (octobre 1923) ; préparateur à l’École normale supérieure (1926-1927) ; suppléant de Georges Ascoli à la faculté des lettres de Lille (7 mars 1929) ; maître de conférences de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (4 décembre 1930) ; professeur de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (18 juillet 1933) ; maître de conférences suppléant à la faculté des lettres de Paris (10 mars 1942) ; maî- tre de conférences de langue et littérature françaises en Sorbonne (22 juin 1943) ; professeur sans chaire (3 juin 1944) ; professeur titulaire (6 mars 1947) ; déplacements nombreux dans les grandes universités américaines (Harvard, Chicago, Columbia University, Université Laval de Québec…) à partir de 1946 ; détaché auprès du ministre des Affaires Étrangères en tant que professeur aux USA (19 octobre 1953) ; titulaire de la chaire de littérature française à Harvard (1953) ; retraite le premier octobre 1957.

375Principaux ouvrages :
Une amitié amoureuse : Marie Nodier et Fontaney (1926) ; Les années romantiques de Théophile Gautier (thèse, 1929) ; Les poésies complètes de T. Gautier (3 vols, 1932) ; Histoire de la littérature française (1947, deux volumes) ; Le Mariage de Figaro (1948, 3 volumes) ; Vers le Vrai Racine (1958) ; Molière et le Misanthrope (1962) ; La Fontaine et le premier recueil de ses fables (2 vols, 1966) ; Précis de littérature française (1969).

376Remarques complémentaires : Son grand-père doit quitter la Pologne en 1848 car il a participé à l’agitation révolutionnaire du « printemps des Peuples ». De nouveau mobilisé en 1940 et blessé ; échappe de justesse à la captivité en Allemagne ; participe au sein des FFI aux combats de la Libération de Paris.

377Il s’occupe à Lille de la Revue d’histoire de la philosophie et la transforme en Revue d’histoire de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation ; secrétaire général de la Revue d’histoire littéraire de la France. Sa nomination en tant que maître de conférences à la Sorbonne en 1942 est contestée par quelques universitaires et administrateurs proches de Vichy qui avaient un autre favori et qui lui reprochent ses origines étrangères. La commission de spécialistes de la Sorbonne répond : « Monsieur le secrétaire d’État à l’Éducation nationale a fait remarquer à propos de ce vote que Monsieur Jasinski avait fait preuve d’un fâcheux manque de courage en ne faisant pas le moindre effort pour regagner son poste à Lille » (désormais en zone interdite). La commission signale alors que René Jasinski a tout fait pour rejoindre son poste. Une lettre de l’intéressé datée du 8 janvier 1942 explique son non-retour sur Lille. Il a participé aux combats de mai-juin 1940, faisant la campagne de Belgique et la retraite du Nord puis la bataille de la Somme avant de se replier sur Paris. Il était possible de revenir dans le Nord entre juillet et septembre 1940 mais le professeur Jasinski était alors malade, évacué le 10 juin 1940 par le train sanitaire vers Dax. À partir d’octobre, l’accès à la zone interdite n’a plus été possible malgré les nombreuses demandes de l’enseignant qui s’est déplacé quatre fois dans les bureaux concernés afin d’obtenir les papiers nécessaires.

378Sources principales : Arch. nat., F17 26885 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1988, p. 34-39 ; Dictionnaire de biographie française.

58 — Jouguet Pierre

379État civil : Né le 14 mai 1869 à Bessèges (Gard) ; décédé le 9 juillet 1949 à Paris. Fils d’un ingénieur civil des mines. Mariage à Lille en 1901 avec Blanche Demartres, fille d’un professeur de la faculté des sciences ; cinq enfants.

380Études : Lycée de Nîmes ; baccalauréat ès lettres ; lycée Henri IV de Paris, admis à l’École normale supérieure en 1889 ; service militaire (1889-1890) ; scolarité à l’École normale supérieure (1890-1893) ; licence ès lettres (1891), agrégation de grammaire (1893, 8e) ; École française d’Athènes (1893-1896) ; Institut français d’Archéologie Orientale (1896-1897) ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 8 juin 1911.

381Parcours universitaire :
Maître de conférences de grammaire et philologie à la faculté des lettres de Lille (1898-1910) ; maître de conférences de philologie et d’antiquités à la faculté des lettres de Lille (1910-1911) ; professeur d’histoire ancienne et de papyrologie à la faculté des lettres de Lille (1911-1914 et 1918-1920) ; directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études (1920-1927) ; professeur sans chaire de papyrologie à la faculté des lettres de Paris (4 juin 1923) ; professeur titulaire en 1933 ; directeur de l’Institut français du Caire de janvier 1928 à 1940 ; mis à la retraite par Vichy pour « ses liens » avec la France Libre ; président de la France combattante en Égypte pendant la Seconde Guerre mondiale ; conseiller culturel pour l’Orient en 1945-1949 ; professeur à l’Université Fouad du Caire ; rentre en France pour raison de santé en 1949.

382Principaux écrits :
Édition des Inscriptiones Graecae ad Res Pertinentes (1908) ; La vie municipale dans l’Égypte romaine (thèse, 1911) ; Édition du Papyrus Theadelphii (1911) ; L’impérialisme macédonien et l’hellénisation de l’Orient (1926) ; Égypte préhistorique, pharaonique et gréco-romaine (1932) ; Les premières civilisations (avec Gustave Fougères dans la collection Peuples et civilisations, 1935). Continuité de la France (1945). Beaucoup d’articles dans les revues spécialisées : Revue des études grecques, Revue des études anciennes, Bulletin de correspondance hellénique, Revue de philologie, Revue des études latines, Revue égyptologie.

383Remarques complémentaires : Lors de son séjour lillois, il regroupe ses enseignements sur certaines périodes de l’année universitaire afin de pouvoir partir en mission archéologique en Afrique. Durant l’hiver 1901-1902, Il dirige ainsi un plan de fouille en Égypte, dans le Fayoum, et découvre une petite nécropole d’époque hellénistique (cf. Bulletin de correspondance hellénique, 1901, p. 380-411). Une partie des momies, des papyrus et des objets découverts sont ensuite ramenés à la faculté lilloise, Pierre Jouguet s’empressant de créer en avril 1904 un important Institut de papyrologie qui devient l’un des meilleurs de France. L’Institut se voit d’ailleurs confier diverses missions d’expertise par le ministère. « L’Institut de papyrologie [...] a donné la preuve de sa vitalité. Tous les ans, les cours sont suivis par les meilleurs de nos élèves [...]. Dans un article de la Revue de Philologie consacré à l’un de nos papyrus de Lille [...], l’auteur déplorait que les auditeurs des conférences de l’École des Hautes Études n’eussent pas, comme nos étudiants de Lille, la faculté d’étudier une collection classée de papyrus [...]. L’Institut de papyrologie de Paris, à la différence de celui de Lille, est un institut sans papyrus » (Archives départementales du Nord, VM 149 171, séance du conseil du 27 octobre 1910). Voir Paul Collart, Maurice Xoual et Jean Lesquier ; Papyrus de Lille, 4 fascicules, Paris, Leroux, 1907-1928. Ces papyrus deviendront, en partie, les Papyrus Sorbonne en 1948 (lors de sa mutation). « Dreyfusard, gaulliste de la première heure » en 1940 (Christophe Charle, op. cit.).

384Sources principales : Arch. nat., AJ 16/6033 ; Christophe Charle, La Faculté des lettres de Paris, Dictionnaire biographique : 1909-1939, Paris, INRP-CNRS, 1986, p. 118- 119 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1950, p. 27-29 ; Recueil de l’Institut, 1950, n ̊ 20, « Notice sur la vie et les travaux de Pierre Jouguet » par A. Merlin.

59 — Koszul André

385État civil : Né le 19 novembre 1878 à Roubaix (Nord) ; décédé le 11 septembre 1956. Fils d’un directeur de l’école nationale de musique de Roubaix. Marié ; quatre enfants.

386Études : Élève au collège Notre-Dame-des-Victoires de Roubaix ; baccalauréat ès lettres en 1896 ; boursier de licence à la faculté des lettres de Lille (1897-1899) ; il suit les cours de Jules Derocquigny et d’Auguste Angellier ; passe l’année 1898-1899 en Angleterre ; licence ès lettres en 1898 à la faculté des lettres de Lille ; agrégation d’anglais en 1901 (1er) ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 4 juin 1910 sur La jeunesse de Mary Shelley.

387Parcours professionnel :
Professeur agrégé d’anglais au lycée de Rochefort (octobre 1901-septembre 1902) ; professeur au lycée d’Agen (octobre 1902-septembre 1904) ; pensionnaire de la Fondation Thiers (octobre 1904-septembre 1907) ; professeur au lycée Ampère de Lyon (octobre 1907-septembre 1908) ; professeur au lycée de Douai (octobre 1908-décembre 1910) ; suppléant d’Auguste Angellier à la faculté des lettres de Lille (un semestre par an à partir de 1908-1909) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Lille (novembre 1910-septembre 1911) ; maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (16 juillet 1911-15 juillet 1913) ; professeur-adjoint (15 juillet 1913) ; nommé maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Paris le 28 juillet 1913 ; professeur de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Strasbourg (22 novembre 1919-décembre 1924) ; mission à l’université d’Harvard de février à mai 1928 et en 1938 ; retraite le 1er octobre 1949.

388Principaux ouvrages :
La jeunesse de Mary Shelley (thèse, 1910) ; traduction des œuvres de Mary Shelley (à partir de 1912) ; Anthologie de la littérature anglaise (1912, puis 1916) ; Théâtre de la Renaissance anglaise (1931) ; Poèmes de Shelley (1943). Traduction de deux volumes de Shakespeare (aux Belles Lettres) : Roméo et Juliette (1924) ; Le songe d’une nuit d’été (1938) ; La comédie des erreurs (1949). Traduction de Fête chez le cordonnier (1955) de Dekker. Articles dans la Revue de synthèse historique, la Revue germanique, la Revue pédagogique, la Revue anglo-américaine.

389Remarques complémentaires : « André Koszul fit toutes ses études supérieures d’anglais à Lille où il fut l’élève d’Angellier » (Études anglaises, 1957, n ̊ 1, p. 1). Mobilisé le 4 août 1914 ; sergent d’infanterie ; fait prisonnier par les Allemands à Maubeuge le 7 septembre 1914 ; rapatrié en France en juillet 1917 après 34 mois de captivité ; il travaille ensuite à la section anglaise du Bureau de la presse étrangère. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il échappe de justesse à la Gestapo qui venait chez lui l’arrêter.

390Grand créateur et animateur de l’institut d’anglais de l’Université de Strasbourg ; il sauve de nombreux ouvrages de la bibliothèque des visées allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale.

391Sources principales : Arch. nat., F17 25327 ; Arch. dép. Nord, 2 T 340 ; Études anglaises, janvier-mars 1957, « Hommage à André Koszul », p. 1-15 ; Les Langues modernes, mars-avril 1951, « Hommages ».

60 — Labry Raoul

392État civil : Né le 1
Montpeyroux (Hérault) ; décédé à Montpellier le 27 septembre 1950. « Fils de ruraux languedociens » (Dictionnaire de biographie française). Marié ; un enfant.

393Études : Baccalauréat ès lettres ; étudiant à la faculté des lettres de Paris ; licence ès lettres en 1901 ; admissible à l’agrégation en 1904 ; agrégation des lettres en 1907 ; doctorat ès lettres soutenu en Sorbonne le 19 janvier 1929 sur Alexandre Ivanovic Herzen : 1812-1870.

394Parcours professionnel :
Professeur au lycée de Macon (octobre 1905) ; lycée de Quimper (octobre 1906) ; lycée de Cahors (octobre 1907- 1914) ; chargé de cours de russe à la faculté des lettres de Toulouse en 1913 ; maître de conférences à l’Institut français de Saint-Petersbourg (juillet 1914) ; Inspecteur d’académie de Vendée (octobre 1919-septembre 1922) ; proviseur du lycée de Laon (16 septembre 1922-31 mars 1932) ; chargé de cours de russe à la faculté des lettres de Lille (novembre 1931) ; professeur de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Lille (octobre 1932) ; muté en Sorbonne en octobre 1936 en tant que maître de conférences ; professeur adjoint de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Paris (janvier 1937) ; professeur titulaire de la chaire de langue et littérature russes en Sorbonne (10 juin 1942) ; Chargé de mission en tant d’inspecteur général pour l’enseignement du russe dans les lycées et collèges de 1945 à 1947 ; retraite en 1950.

395Principaux ouvrages :
Avec l’armée serbe en retraite à travers l’Albanie et le Monténégro (1916) ; L’industrie russe et la révolution (1919) ; Une législation communiste (recueil des lois, décrets et arrêtés principaux du gouvernement bolchevique en 1920) ; Autour du bolchevisme, (1921) ; Autour du moujik (1923) ; Herzen et Proudhon (1928) ; Alexandre Ivanovic Herzen : Essai sur la formation et le développement de ses idées (thèse, 1929) ; La cathédrale de Cahors ; La fille du capitaine de Pouchkine (1947) ; beaucoup de traductions d’auteurs russes ; Série d’études commerciales sur la Russie. De 1920 à 1939, il publie près de 300 articles dans La dépêche de Toulouse.

396Remarques complémentaires : Fréquente à Paris, les milieux d’émigrés révolutionnaires russes ; se rend en Russie en janvier-mars 1905 (l’année de la révolution manquée) ; y passe avec son épouse les vacances d’été en 1908-1909, et 1912. Capitaine interprète à l’État-major de l’armée pendant la Première Guerre mondiale ; officier d’administration de la Mission médicale française en Serbie de mars 1915 à février 1916 ; mission en Russie de mars 1916 à mars 1918 (officier de liaison avec l’armée russe) ; il voit le déroulement des révolutions russes ; officier interprète avec l’armée russe. De retour en France en 1918, il est, de mars 1918 à mars 1919, secrétaire général de la commission de protection des intérêts français en Russie.

397Pendant la Seconde Guerre mondiale, à Paris, il réunit tous les samedis, une petite équipe clandestine pour former les collègues à la langue de l’Armée rouge (Revue des Études slaves, 1951).

398Sources principales : Arch. nat., F17 27463 ; Rev. Études slaves, t. 1951, « Nécrologie », p. 129-137 ; Annales de l’université de Paris, 1950, p. 553-559 ; Dictionnaire de biographie française.

61 — Langlois Charles-Victor

399État civil : Né à Rouen (Seine-Inférieure aujourd’hui Maritime), le 26 mai 1863 ; décédé le 25 juin 1929 à Paris. Fils d’un avoué. Marié le 26 août 1889 au temple de l’Oratoire à Paris avec Juliette Berthelot, la fille de Marcelin Berthelot (professeur au Collège de France, sénateur, ministre) ; six enfants.

400Études : Élève du lycée d’Évreux et du lycée Saint-Louis ; bachelier ès lettres ; élève de l’École pratique des Hautes Études (IVe section, 1882) ; licence ès lettres et licence de droit ; élève de l’École des chartes (1883, 4e à l’entrée) ; agrégation d’histoire (1884, 1er) ; thèse de l’École des chartes en 1885 ; docteur ès lettres le 27 avril 1887 en Sorbonne (il reprend sa thèse de l’École des chartes mais en la complétant).

401Parcours professionnel :
Maître de conférences à la faculté des lettres de Douai (1885) ; chargé de cours d’histoire à la faculté des lettres de Montpellier (1886) ; chargé de cours d’histoire à la faculté des lettres de Paris (1888) ; professeur-adjoint (1901) ; professeur de sciences auxiliaires de l’Histoire (1906-1909) ; professeur d’histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Paris (1909-1913) ; directeur des Archives nationales (1913-1929) ; chargé d’une mission de réorganisation des archives en Alsace (1919) ; directeur du Musée pédagogique ; décédé en fonction.

402Principaux ouvrages :
Le règne de Philippe III le Hardi (thèse, 1887) ; Les archives de l’Histoire de France (1891-1893) ; Manuel de bibliographie (en collaboration avec M. Stein) ; Manuel de bibliographie historique : vol. 1 (1896), vol. 2 (1904) ; Introduction aux études historiques avec Charles Seignobos (1897, nouvelle édition, 1905) ; Histoire du Moyen Âge (1901) ; L’Inquisition (1902) ; Questions d’histoire et d’Enseignement (1902) ; La société française au XIIIe s. (1903) ; Histoire de l’écriture en France (1905) ; Registres perdus des archives de la Chambre des comptes de Paris (1917) ; La vie au Moyen Âge (4 vols, 1924 à 19277) ; série de manuels scolaires ; participation à l’Histoire de France de Lavisse (t. 3).

403Remarques complémentaires : De religion catholique, il fut cependant un ardent dreyfusard. « Se consacrant à l’Histoire politique, administrative, financière et littéraire de la France aux XIIIe et XIVe siècles, il avait pris comme sujet de thèse le règne de Philippe III le Hardi ; en effet, il s’étonnait de l’oubli dans lequel, séduits par l’intérêt exceptionnel que présentent les deux grandes figures de Saint-Louis et de Philippe le Bel, nos historiens s’obstinaient à laisser la période de quinze ans (1270-1285) qui sépare les règnes de ces deux princes. Il résolut de la tirer de l’ombre et son travail lui valut le premier rang à la sortie de l’École des chartes en 1885 » (Bull. École des chartes, 1929, p. 222). Membre du Comité des travaux historiques et scientifiques, de la Commission supérieure des archives, de la Commission supérieure des bibliothèques ; président du jury d’agrégation d’histoire ; président de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en 1926.

404Il apparaît comme l’une des grandes figures de l’histoire positiviste qui domine alors l’université française. Le manuel de méthodologie qu’il rédige avec son collègue Charles Seignobos devient pour des générations d’étudiants en histoire la « Bible » incontournable, constamment rééditée.

405Il fut à l’origine de la création du Minutier central des notaires aux Archives nationales.

406Sources principales : P. Legay, Universitaires d’aujourd’hui, p. 215-252 ; Alfred Merlin, « Notice sur la vie et les travaux de Charles-Victor Langlois », Recueil de l’Institut, 1949, n ̊ 15 ; Christophe Charle, Les professeurs de la Faculté des lettres de Paris, t. 1, p. 107-109 ; Bibl. École des chartes, 1929, p. 221-225.

62 — Langlois Ernest

407État civil : Né à Heippes (Meuse) le 4 septembre 1857 ; décédé le 15 juillet 1924. Fils d’un instituteur. Marié, sans enfant ou célibataire (lacune documentaire).

408Études : Élève de l’École des chartes (1879-1883) ; licence ès lettres ; diplôme d’archiviste paléographe (1883) ; École française de Rome (1883-1886), docteur es lettres en Sorbonne, le 3 mars 1891.

409Parcours professionnel : Régent à Bar le Duc (1877-1878) ; en congé (1878-1879) ; en congé (1886-1888) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Lille (janvier 1888) ; professeur de langue et littérature picardes et wallonnes à la faculté des lettres de Lille ; doyen en 1900-1903 ; il assure à lui seul presque tout l’enseignement historique de la faculté dans une ville de Lille coupée du reste de la France et sous occupation allemande (1915-1916) ; évacuation sanitaire en 1916 ; revient à la faculté des lettres de Lille dès 1919 et y enseigne jusqu’en 1924. Il se charge en réalité surtout des cours de paléographie et de diplomatique.

410Principaux ouvrages :
Le rouleau d’Exultet (École française de Rome, 1886) ; Le registre du pape Nicolas IV (1886-1893) ; Catalogue de manuscrits français et provençaux des bibliothèques de Rome (1889) ; Les origines et sources du Roman de la rose (thèse, 1891) ; Bibliographie du Roman de la Rose (1891) ; Robin et Marion d’Adam de la Halle (1896) ; Recueil d’Arts de seconde rhétorique (1902) ; Chrestomathie du Moyen Âge (1903) ; Table des noms propres de toute nature compris des chansons de geste imprimées (1904) ; Le jeu du roi qui ne ment et le jeu du roi et de la reine (1906) ; Gui de Mori et le Roman de la rose (Bulletin de l’École des chartes, 1907) ; Le jeu de la Feuillée d’Adam d’Arras (1911) ; La traduction de Boèce par Jean de Mun (Romania ; 1913) ; Fragment d’un Roman de la Table ronde (1913) ; Le traité de Gerson contre le Roman de la rose (Romania, 1919) ; À propos du couronnement Looïs (Romania, 1920) ; La ballade du sacre de Reims (sans date) ; Nombreuses études sur les chansons de geste et les proverbes.

411Remarques complémentaires : Ernest Langlois assure très longuement les cours publics de langue et littérature picardes et wallonnes ; il consacre aussi beaucoup de temps et d’énergie à la formation méthodologique des étudiants de licence, de diplôme d’études supérieures et d’agrégation en ce qui concerne la paléographie et la diplomatique. Il est, à la faculté, le spécialiste des textes anciens, de leur traduction et de leur commentaire.

412Pendant la Première Guerre mondiale, Ernest Langlois fait preuve de beaucoup de courage et de sang-froid ; il réussit avec le doyen Jules Derocquigny (angliciste) à maintenir un mince filet de vie universitaire malgré l’occupation allemande. Les précieuses collections des instituts sont cachées tandis qu’est affirmée la survie de la culture française. Usé par les privations et connaissant de graves problèmes de santé, il doit cependant être évacué en 1916. Il s’empresse de reprendre, en 1919, son travail d’enseignant.

413Sources principales : Bibl. École des chartes ; Romania, 1924, p. 626-627 ; Arch. dép. Meuse, État Civil ; L’Écho du Nord, 18 et 19 juillet 1924.

63 — Las-Vergnas Raymond

414État civil : Né le 9 décembre 1902 à Saint-Junien (Haute-Vienne) ; décédé le 26 mars 1994 à Paris. Fils d’un « gantier ». Marié avec Anne-Marie Luc (en littérature Anne-Marie Soulac, romancière et traductrice, décédée en 1983) ; remariage ensuite ; deux enfants.

415Études : Baccalauréat ès lettres en 1920 ; boursier de licence de la faculté des lettres de Paris ; licence ès lettres à la Sorbonne en 1921 ; diplôme d’études supérieures d’anglais en 1923 en Sorbonne ; boursier d’agrégation en Sorbonne (1925-1926) ; agrégation d’anglais (1926, 1er) ; doctorat en Sorbonne le 7 mai 1932 (il a 29 ans).

416Parcours professionnel :
Professeur d’anglais au lycée d’Orléans (1927-1932) puis au lycée Janson de Sailly (en août 1932) ; maître de conférences à la faculté des lettres de Besançon (1935) ; maître de conférence de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (1937) ; professeur de langue et littératures anglaises à la faculté des lettres de Lille (1939) ; détaché à l’Université de Buffalo (1938-1939) ; prisonnier en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale ; rapatrié pour raison sanitaire ; professeur en Sorbonne, titulaire de la chaire de littérature et de civilisation modernes de la Grande Bretagne (1945) ; détaché à l’Université de Buffalo (1949-1950) ; assesseur du doyen en Sorbonne (1967-1968) ; doyen de la faculté des lettres de Paris en 1968 ; directeur de l’Institut d’études anglaises et Nord-américaines en 1961 ; président de l’Université de Paris III (1971-1975) ; retraite en 1975.

417Principaux ouvrages : V.-M. Thackeray (1811-1863) : l’homme, le penseur, le romancier (thèse, 1932) ; Henry Esmond ; Joseph Conrad : romancier de l’exil (1938) ; F.D. Roosevelt ou la dictature de la liberté (1944) ; Précis de prononciation anglaise (1957) ; Les pièges de l’anglais parlé (1957) ; The book of snobs de Tackeray (Aubier-Montaigne, traductions, 1963). De nombreuses autres traductions. Critique littéraire et romancier de talent : La guerre plaît à Dieu (série de romans de guerre) ; Le mystère Niagara ; Rendez-vous à Piccadilly ; L’Angleterre change de cap ; Heure exquise ; Cavalerie légère ; Cavalerie céleste ; Meurtre à Quiberon. Collabore à la Revue des deux Mondes.

418Remarques complémentaires : Conférencier très réputé puis vice-président (1978) de l’Alliance française de Paris. « Sa conscience professionnelle freina peut-être son ascension littéraire, car il ne négligea jamais les plus lourdes obligations de sa fonction : enseignement, direction de travaux de recherche, participation à d’innombrables jurys de thèse, présidence du jury d’agrégation. On ne devrait pas oublier qu’il donna onze étés de sa vie au concours de recrutement [...]. Le souci de servir l’Université au plus haut niveau [...] le conduisit à briguer le décanat de la Sorbonne. Il était le premier assesseur du doyen Durry en 1967-1968 ; il accéda au poste de doyen au moment le plus difficile, à la mi-mai 1968. En pleine tourmente, il y déploya des talents, une énergie, un courage que tous remarquèrent [...]. C’est sous son autorité que se mirent en place les nouvelles institutions, bien péniblement parfois, et que fut créé le centre expérimental de Vincennes (futur Paris VIII). À la tête de l’Institut d’Anglais de la rue de l’École de Médecine, de la Sorbonne puis de Paris III-Sorbonne Nouvelle, Raymond Las Vergnas accomplit [...] un travail immense, souvent ingrat » (Études anglaises, p. 374).

419Sources principales : Arch. nat., AJ/16/ 6 049 ; Who’s Who France, 1967-1968 et 1983-1984 ; Études anglaises, 1994, n ̊ 3, p. 373-374 ; Arch. mun. Saint-Junien, État Civil ; lettre de Madame Danielle Las-Vergnas à l’auteur datée du 17 février 2001 ; Le Monde, 30 mars 1994.

64 — Le Breton Maurice

420État civil : Né le 26 septembre 1899 aux Sables-d’Olonne (Vendée) ; décédé à Toulouse, le 25 octobre 1978. Fils d’un vérificateur des douanes ; sa mère est receveuse des postes. Marié en 1925 avec Marie-Thérèse Cambefort ; deux enfants.

421Études : Scolarité en Vendée, aux Sables-d’Olonne puis au lycée de Nantes où il fait ses études secondaires ; baccalauréat ès lettres ; licence ès lettres en Sorbonne en 1918 ; diplôme d’études supérieures en anglais à la faculté des lettres de Lille ; boursier d’agrégation à la faculté des lettres de Lille (1919-1921) ; agrégation d’Anglais en 1922 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne le 18 janvier 1930.

422Parcours professionnel :
Professeur d’anglais au lycée Malherbe de Caen (1922-1925) ; boursier d’études à l’Université Harvard (bourse Victor Chapman : 1925-1926) ; professeur d’anglais au lycée Montaigne de Bordeaux (1926-1928) ; suppléant à la faculté des lettres de Rennes (1928-1932) ; chargé du cours de langue et civilisation anglaises à la faculté des lettres de Lille (1932-1933) ; maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille (13 octobre 1933) ; professeur de littérature et civilisation américaines à la faculté lilloise en 1936 (une des trois chaires de France à l’époque avec celles de la Sorbonne et de Lyon) ; nommé maître de conférences puis professeur titulaire à la faculté des lettres de Paris (1942-1965) ; retraite le 30 septembre 1965.

423Principaux ouvrages :
The philosophy of William James (1930) ; La personnalité de William James (sa thèse en 1930) ; The French in Boston in the XVIIIth Century (1930) ; Anthologie de la poésie américaine contemporaine (1947) ; Student’s anthology of américan litterature (1955) ; Edward Bellamy abrood (1962) ; R. W. Emerson : English Traits d’Emerson (traduction chez Aubier) ; Les romantiques américains.

424Remarques complémentaires : Mobilisé en avril 1918 ; mobilisé de septembre 1939 à février 1940 comme traducteur de russe. Missions à l’Université de Buffalo (chaire de littérature de mars à juin 1940) ; séjours nombreux dans les universités de la côte Est des États-Unis ; directeur de l’Institut d’Anglais de la Sorbonne pendant près de 20 ans. « Plus soucieux d’enseigner que de publier » (Études anglaises, p. 112). Nombreuses missions à l’étranger ; président du jury d’agrégation d’anglais en 1952-1954.

425Sources principales : Arch. nat., F17 28517 ; Études anglaises, « In Memoriam », 1979, n ̊ 1, p. 111-113 ; lettre de la Mairie des Sables-d’Olonne datée du 19 mars 2001, État civil ; lettre de la Mairie de Toulouse en date du 2 mars 2001, acte de décès.

65 — Lefevre Georges

426État civil : Né le 29 octobre 1862 à Laon (Aisne) ; décédé le 7 février 1929 à Lille. Fils d’un tailleur d’habits « sans fortune ». Marié ; deux enfants.

427Études : Études dans diverses institutions de Laon ; Institut Lambert (1865-1841) puis Institution Notre-Dame (1871-1877) ; Institut Saint-Charles de Chauny (1878-1881) ; lycée Saint-Jean de Saint-Quentin ; baccalauréat ès lettres puis ès sciences (1881 et 1882) ; boursier de licence à la faculté des lettres de Douai (1882-1883) ; licence ès lettres en 1883 ; boursier d’agrégation de philosophie à la même faculté (1883-1885) ; admis à l’agrégation de philosophie en 1887 (11e) ; licence de droit en 1891 ; doctorat ès lettres en Sorbonne, le 15 mai 1895.


428Parcours professionnel : Suppléant au collège de Dunkerque (avril à octobre 1882) ; maître auxiliaire au lycée de Douai (novembre 1882-octobre 1885) ; professeur de rhétorique au collège de Laon (octobre 1885) ; professeur de philosophie au collège de Laon (décembre 1885) ; professeur de philosophie au lycée de Laon (1887-1896) ; nommé maître de conférences de philosophie à la faculté des lettres de Lille (28 décembre 1896) ; nommé professeur de la Science de l’éducation (décret du 25 novembre 1899) ; nommé professeur de philosophie à la faculté des lettres de Lille (décret du 14 mai 1913) ; doyen de la faculté des lettres de Lille de 1906 à 1929 (il est élu sept fois de suite).

429Principaux ouvrages :
Obligation morale et idéalisme (thèse, 1894) ; Les variations de Guillaume de Champeaux et la question des Universaux (1898) ; Le Traité De Usura de Robert de Courçon (1902) ; Causeries pédagogiques (1907) ; Madame de Maintenon (Extraits relatifs à l’éducation avec Henri Bornecque, 1907) ; Jean-Jacques Rousseau : Sophie ou la femme (Extraits choisis et annotés avec Henri Bornecque, 1909) ; Fénelon : Traité de l’éducation des filles (introduction et notes avec H. Bornecque, 1909).
Georges Lefèvre a écrit plusieurs articles très intéressants dans les revues spécialisées en particulier dans la Revue Pédagogique. Il y publie ainsi les résultats de diverses enquêtes de terrain réalisées dans les établissements de l’académie de Lille sur les pratiques pédagogiques ou les résultats des élèves. Voir Revue Pédagogique, 1900, « une enquête pédagogique dans le cours moyen des écoles primaires du Nord » (37 000 enfants consultés), p. 4-26. Revue Pédagogique, 1901, « L’instituteur et l’enseignement de la morale », p. 546-564 ; Revue pédagogique, 1902, « Notes d’écoliers : leurs relations avec l’âge, le sexe et la couleur des cheveux », p. 201-220 ; Revue pédagogique, 1910, « Lecture et collégiens », p. 501-512.

430Remarques complémentaires : Il incarne le « doyen » pour plusieurs générations d’étudiants et de très nombreux enseignants de la faculté des lettres de Lille. Il est en effet élu par ses pairs en février 1906, février 1909, février 1912, avril 1919, mai 1922, avril 1925 et en avril 1928. Il reste à Lille au début de l’occupation en 1914 mais ne peut supporter la présence allemande au quotidien ; il préfère donc s’évader par la Belgique et les Pays-Bas pour rejoindre le territoire français non occupé. Il se met alors au service de la nation et enseigne dans le secondaire ; il crée une université lilloise de l’arrière et organise des cours par correspondance pour les étudiants mobilisés ou blessés. Il se bat ensuite pour redonner de la vigueur à une institution littéraire exsangue après quatre années d’occupation.

431Il est à Lille, un « pionnier » de la Science de l’éducation, même s’il préfère constamment employer l’expression au pluriel, doutant de l’élaboration d’une réelle science positive qui réussisse à rassembler les diverses approches du fait éducatif. Philosophe de formation, très attaché aux dimensions morales des phénomènes, il a constamment le souci des aspects pédagogiques de l’enseignement et multiplie les initiatives pour rapprocher l’Université et les autres ordres de l’Enseignement, en particulier les maîtres et maîtresses du primaire. Il organise ainsi longtemps des cours spéciaux destinés à la promotion interne de ces personnels au sein de l’administration et se bat pour une réelle formation pédagogique des enseignants. Il lance aussi, au sein de l’Institut de pédagogie qu’il crée en 1898, diverses enquêtes de ter- rain dont les résultats sont publiés dans la Revue pédagogique. Il s’intéresse aussi beaucoup à la question de l’enseignement féminin et à l’œuvre d’éducation postscolaire, s’associant en permanence au travail réalisé par l’Université populaire de Lille.

432Sources principales : Arch. nat., F17 26769 ; Ouvrage posthume, L’œuvre de Georges Lefèvre, Jean-François Condette, « Georges Lefèvre ; un doyen pédagogue », Rev. int. ; Les Sciences de l’Éducation pour l’Ère Nouvelle, Caen, CERSE, vol. 33, n ̊ 3, 2000, p. 83-118.

66 — Levy Isidore

433État civil : Né le 10 juillet 1871 à Rixheim (Haut-Rhin) ; décédé le 30 avril 1959 à Paris. Fils d’un commerçant. Ses deux sœurs (Jeanne et Irma) sont mortes en déportation à Auschwitz en 1944. Marié avec Caroline Weil ; deux enfants.

434Études : Collège de Montbeliard ; baccalauréat ès lettres ; études supérieures à la faculté des lettres de Lyon ; licence ès lettres ; diplôme d’études supérieures en histoire ; agrégation d’histoire-géographie en 1894 ; Élève de l’École pratique des Hautes Études ; pensionnaire de la Fondation Thiers de 1894 à 1897 ; séjour à l’Institut français d’Archéologie orientale du Caire (1897-1899), docteur en Sorbonne, le 4 mai 1927. Connaît le grec, l’égyptien, l’hébreu.

435Parcours professionnel :
Chargé d’un cours libre à l’École prati- que des Hautes Études (Ve section) sur les Sémites septentrionaux (1899-1905) ; directeur d’études d’histoire an- cienne de l’Orient à l’École pratique des Hautes Études (1905-1938) ; maître de conférences d’histoire des religions à la faculté des lettres de Lille (1919-1923), chargé de conférences d’histoire ancien- ne des peuples de l’Orient en Sorbonne (1923-1927) ; professeur d’histoire ancienne de l’Orient sémitique au Collège de France (1er décembre 1933-30 sep- tembre 1945) ; professeur d’histoire des religions, d’histoire des origines chrétiennes et d’antiquités sémitiques à l’université de Bruxelles (1929-1940 et 1944-1945).

436Principaux écrits :
Recherches sur les sources de la légende de Pythagore (3 articles, Revue des études grecques, 1895, 1899, 1901) ; Manuel d’histoire des religions (1904, directeur de traduction de l’ouvrage de Chantepie de la Saussaye) ; Études sur la vie municipale de l’Asie Mineure sous les Antonins ; Sarapis (1913) ; La légende de Pythagore de Grèce en Palestine (thèse, 1927) ; participation à la révision générale de l’édition du Contre Apion de Flavius Josèphe (texte établi et annoté par Th. Reinach et traduit par Léon Blum, 1930) ; Recherches esséniennes et pythagoriciennes (1965) ; plus d’une soixantaine d’articles dans les revues spécialisées (Revue des études grecques...).

437Remarques complémentaires : Dreyfusard ; ami de Lucien Herr mais s’abstient de tout engagement après l’Affaire Dreyfus ; sensibilité de gauche.

438Sources principales : Christophe Charle et Eva Telkes, Les professeurs du Collège de France, Paris, INRP, 1988, p. 139-140 ; Annuaire EPHE, IVe section ; 1960-1961, p. 13- 20 ; Mélanges Isidore Lévy, Bruxelles, 1955.

67 — Lirondelle André

439État civil : Né le 27 janvier 1879 à Douai (Nord) ; décédé le 12 mars 1952. Fils d’un enseignant (histoire naturelle) au lycée de Douai, adjoint aux affaires municipales. Marié ; un enfant.

440Études : Scolarité au Lycée de Lille ; études au lycée de Saint-Petersbourg en Russie ; voyage en Grande-Bretagne en 1893 ; séjour en Grande-Bretagne en 1895-1896 ; licence ès lettres à la faculté des lettres de Lille en 1897 ; précepteur en Russie, de la fille du Ministre de la justice du Tsar en 1897-1899 ; rentre en France en octobre 1899 ; diplôme d’études supérieures de russe en 1900 à la faculté des lettres de Lille ; agrégation d’anglais en 1902 (1er) ; doctorat ès lettres en Sorbonne le 24 décembre 1912.

441Parcours professionnel :
Professeur d’anglais au lycée de Nantes (octobre 1902) ; maître de conférences de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Lille (29 octobre 1902) ; en congé d’inactivité de mars à juin 1906 ; professeur-adjoint en 1912 ; professeur titulaire de la chaire de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Lille (9 juin 1913) ; professeur aux lycées Voltaire puis Condorcet de Paris pendant la Première Guerre mondiale et chargé de cours en Sorbonne ; nommé recteur de l’académie de Dijon par décret du 1er août 1925 mais refuse le poste ; chargé de mission auprès du recteur Albert Châtelet dans l’académie de Lille ; recteur de l’académie de Clermont-Ferrand (22 octobre 1926) ; recteur de l’académie de Lyon (20 octobre 1931) ; inspecteur général de l’Enseignement supérieur (arrêté du 7 février 1941) ; chargé provisoirement du rectorat de Bordeaux (21 mars 1941) ; directeur de l’Enseignement supérieur par intérim (décret du 27 septembre 1944-avril 1945) ; délégué général auprès de la Cité universitaire de Paris (1946).

442Principaux ouvrages :
Le poète Alexis Tolstoï : l’homme et l’œuvre (thèse, 1912) ; Shakespeare en Russie : 1784-1840 : étude de littérature comparée (1912) ; La poésie lyrique russe au XIXe s. (1917) ; Pouchkine œuvres choisies (1926). Beaucoup d’articles dans les revues spécialisées : Revue pédagogique, Revue internationale de l’Enseignement, Revue germanique, Revue des Études slaves.

443Remarques complémentaires : « Un des premiers fondateurs des études russes en France » (Revue des Études slaves, 1952, p 108) ; disciple d’Émile Haumant. Président du jury des examens pour l’École secondaire russe de Paris (beaucoup d’immigrés fuyant la Russie devenue bolchevique après octobre 1917). André Lirondelle a réalisé plusieurs missions officielles en Russie puis en URSS (1909-1911-1925). Il ne cesse durant la Seconde Guerre mondiale de réclamer son retour à la tête du rectorat de Lyon qu’il a dû quitter contraint et forcé par décision du gouvernement de Vichy ; il refuse ainsi de cautionner la politique éducative décidée par l’administration centrale de l’Éducation nationale ; sa nomination comme inspecteur général de l’Enseignement supérieur lui déplaît fortement et il ne garde cette fonction qu’un peu plus d’un mois.

444Sources principales : Arch. nat., F17 25272 ; brochure : Adieux à Monsieur le recteur Lirondelle, Bordeaux, 1944 ; Arch. dép. Nord, 2 T 385 ; Rev. Études slaves, 1952, p. 108- 112 ; L’Écho du Nord, dimanche 24 janvier 1926.

68 — Martel Antoine

445État civil : Né à Baume-les-Dames (Doubs) le 2 février 1899 ; décédé à Besançon le 12 octobre 1931 d’une tuberculose généralisée (à 32 ans). Fils d’un officier d’administration, « descendant de générations de vignerons attachés aux terrains de la vallée de la Loue. Le phylloxera [...] obligea sa famille à s’expatrier » (Antoine Martel, Lettres, p. V). Célibataire.

446Études : Études secondaires au lycée de Versailles (1910-1915) puis au lycée Louis-le-Grand de Paris (1915-1917) ; baccalauréat ès lettres ; étudiant en Sorbonne ; admissible à l’École normale supérieure en 1918 (ne peut se présenter à l’oral pour des raisons de santé) ; licence ès lettres en Sorbonne en 1918 ; agrégation de grammaire en 1920 (1er) ; membre de l’École des langues orientales (1920-1922) ; le professeur Boyer l’initie au russe et M.A. Meillet au slave ancien ; Henri Grappin lui apprend le polonais ; diplômé de l’École des langues orientales vivantes (pour le russe en 1923 et pour le polonais en 1924) ; pensionnaire de la Fondation Thiers (octobre 1922) ; cours à l’École pratique des Hautes Études et au Collège de France ; thèse pratiquement achevée mais non soutenue à cause de son décès prématuré. Nombreux séjours en Pologne (1922 puis 1923 ; mars à octobre 1925) ; séjour en Russie (octobre 1926- mars 1927).


447Parcours professionnel : Chargé de cours de langues et littératures russes et polonaises à la faculté des lettres de Lille (octobre 1927) en remplacement d’André Lirondelle qui vient d’être nommé recteur d’académie ; maître de conférences de langues et littératures polonaise et russe à la faculté des lettres de Lille en 1930.

448Principaux ouvrages :
Anthologie de la littérature ukrainienne (1930) ; Michel Lomonosov et la littérature russe (1933) ; Lettres et témoignages (1938) ; Sa thèse fut éditée après sa mort en 1938 : La langue polonaise dans les pays ruthènes : Ukraine et Russie blanche. Articles dans la Revue des Études slaves ; responsable dans cette revue des publications ukrainiennes.

449Remarques complémentaires : « À la fois polonisant, russisant et ukraïnisant » (Revue des Études slaves, 1931, p 285). L’un des fondateurs de la Société des slavisants ; membre de l’Institut d’études slaves de la Sorbonne. « Philologue, Monsieur Martel était de ces linguistes qui savent atteindre l’âme des lan- gues et retrouver l’esprit toujours vivant sous la lettre » (L’Écho du Nord du 18 octobre 1931).

450Le directeur de l’École des langues Orientales, Paul Boyer, met ce jeune catholique en relation avec le père lazariste Fernand Portal, l’animateur du groupe « Tala » de l’École normale supérieure qui lui fait partager sa passion pour l’Unité des Églises. Antoine Martel, en préparant sa thèse, s’efforce de faire aimer l’âme russe et de favoriser le rapprochement entre Catholiques et Orthodoxes. À la Fondation Thiers en 1923, Robert Garic et Pierre Deffontaines lui font découvrir les Équipes Sociales ; il retrouve Deffontaines à Lille et l’aide à diriger les équipes du Nord ; il anime les retraites et les cercles d’études, dirige de petits groupes de lecture de l’Évangile, associant intellectuels, employés et ouvriers. « Il ne garde rien pour lui, ni temps ni argent. Tout homme est vraiment son frère [...]. La carrière de Martel est toute tendue par ce glissement du plan intellectuel vers le plan surnaturel [...]. La grande vibration spirituelle de Martel, c’était la charité [...]. Martel a limité au nécessaire le plus strict, ses besoins personnels. Il est toujours le dernier servi. Il ne se reconnaît pas le droit d’acheter un costume s’il n’a pas auparavant vêtu un pauvre. Il mange dans les restaurants à 3 francs et fréquente les ouvriers [...]. Quand Pierre Deffontaines se marie, Martel s’installe dans les environs mais sa maison n’est pas pour lui seul. Il y recueille des malades, des chômeurs, des étudiants » (A. Martel, Lettres, op. cit.).

451« En 1926, le Guépéou le considère comme suspect, peut-être à cause de l’intérêt qu’il porte à l’Église orthodoxe [...]. En tout cas, de Moscou où il séjournait, il est emmené à Odessa [...] par deux gardes rouges qui ne lui donnent aucune explication. Alertée, l’ambassade de France parvient à éviter la catastrophe » (Lettres, notes intimes et témoignages : Antoine Martel, Paris, Éditions de la Revue des jeunes, 1948, p. 15)

452Sources principales : Rev. Études slaves, « nécrologie », t. 1931, p. 283-286 ; P. Deffontaines et collaborateurs, Actualité d’Antoine Martel, Paris, 1969 ; Antoine Martel : Lettres, Imprimerie E. Aubin et fils, Paris, Éditions des jeunes, 1934, 195 p. (avec des photographies) ; Jean-Marie Mayeur et Yves-Marie Hilaire, Dictionnaire du monde religieux, t. 4, Lille-Flandres, 1990. Jacques Perret, Lettres, notes intimes, témoignages par Antoine Martel, Paris, Les Éditions de la Revue des jeunes, 1948, 397 p. ; Arch. mun. Baume-les-Dames, État civil ; L’Écho du Nord, 17, puis 18 octobre 1931.

69 — Maurain Jean

453État civil : Né à Rennes (Ille-et-Vilaine), le 31 août 1903 ; décédé à Valloire (Savoie) le 7 janvier 1939 d’un accident de montagne. Fils d’un professeur à la faculté des sciences de Rennes puis professeur de physique du globe à la faculté des sciences de Paris, directeur de l’Institut de physique du globe. Son père fut aussi doyen de la faculté des sciences de Paris, puis recteur de l’académie de Paris (mars à avril 1941). Marié ; un enfant.

454Études : Baccalauréat ès lettres en 1919 ; admis à l’École normale supérieure en 1921 ; scolarité à l’École normale supérieure (1921-1924) ; service militaire en 1924-1925 ; agrégation d’histoire en 1924 ; docteur ès lettres en Sorbonne le 13 décembre 1930.

455Parcours professionnel : Professeur au lycée d’Amiens (mars 1930-novembre 1931), puis au lycée de Lille (octobre 1931-novembre 1933) ; maître de conférences d’histoire contemporaine à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand (décembre 1933-avril 1937) ; détaché au Cabinet du président du Sénat (arrêté du 27 février 1934) ; chef de Cabinet du président du Sénat en avril 1936 ; professeur d’histoire contemporaine à la faculté des lettres de Lille (1er avril 1937) ; accident de montagne le 7 janvier 1939 (avalanche).

456Principaux écrits :
La politique ecclésiastique du Second Empire de 1852 à 1869 (thèse, 1930) ; Le Saint-Siège et la France de décembre 1851 à avril 1853 (recueil de documents, 1930) ; Un bourgeois français au XIXe s. : Baroche, ministre de Napoléon III (1936) ; participation au tome de la collection Peuples et Civilisations : Du libéralisme à l’impérialisme (1860-1878) (1939).

457Remarques complémentaires : Sa thèse sur la politique ecclésiastique du Second Empire fut très bien accueillie : « une étude considérable d’histoire contemporaine faite toute entière de première main [...]. J’ai été frappé de l’intelligence claire, ferme et précise, de la critique irréprochable, de la judicieuse disposition des matières, de la précision et de la clarté de la langue » (rapport préliminaire de C. Seignobos, Archives nationales, F17 23625)

458Le directeur de l’Enseignement supérieur soutient la candidature de Jean Maurain au poste de maître de conférence ouvert à la faculté de Clermont-Ferrand en 1933. Dans une lettre adressée au ministre de l’Instruction publique, le 22 novembre 1933, le directeur de l’Enseignement supérieur insiste sur la thèse très brillante du candidat et signale que « Jean Maurain qui est le fils du doyen de la faculté des sciences de Paris, est certainement des trois candidats présentés (Ponteil et Préclin), celui dont le choix s’impose. Il est d’ailleurs demandé par le recteur de l’académie de Clermont ».

459Une lettre du président du Sénat datée du 5 février 1934 indique très brièvement : « je souhaite que M. Maurain Jean puisse apporter sa collaboration aux services de mon cabinet ». Le directeur de l’Enseignement supérieur s’empresse alors de contacter le recteur de l’académie de Clermont-Ferrand, par une lettre manuscrite datée du 14 février 1934 : « je viens d’être saisi par Monsieur Jeanneney, président du Sénat, d’une demande de détachement de Monsieur Maurain ».
« Pour composer son Baroche, M. Maurain disposait d’une documentation exceptionnellement riche, tirée des Archives nationales, de la bibliothèque Thiers et des papiers de famille conservés par Madame de Bérulle, enfin des précieux procès-verbaux du conseil des ministres que Rouher avait rédigés pour lui-même et qui faisaient parties des fameux « papiers de Cerçay », restitués par l’Allemagne en vertu du Traité de Versailles. Il nous a fait ainsi connaître, non seulement un type curieux de bourgeois du Second Empire [...], mais aussi le fonctionnement même du régime, étudié en quelque sorte de l’intérieur » (Rev. historique, janvier-juin 1939, p. 221).

460Sources principales : Arch. nat., F17 23625 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1940, p. 42-44 ; Mairie de Rennes, État Civil ; Rev. historique, janvier-juin 1939, p. 220-221.

70 — Merlin Alfred

461État civil : Né à Orléans (Loiret) le 13 mars 1876 ; décédé à Neuilly le 16 mars 1965. Fils d’un avocat. Marié avec la fille de René Cagnat, professeur au Collège de France ; quatre enfants.

462Études : Études secondaires au petit séminaire de Sainte-Croix ; collège Stanislas ; baccalauréat ès lettres en 1893 ; licence ès lettres en 1894 ; classes préparatoires au lycée Henri IV ; admission à l’École normale supérieure en 1896 ; service militaire (1896-1897) ; scolarité à l’École normale supérieure (1897-1900) ; agrégation d’histoire-géographie en 1900 ; École française de Rome (1900-1903) ; doctorat ès lettres en Sorbonne le 5 juillet 1906.

463Parcours professionnel :
Répétiteur au lycée Condorcet de Paris (1903) ; directeur du service des Antiquités en Tunisie et professeur au lycée de Tunis (1903-1920) ; maître de conférences d’histoire ancienne, épigraphie et papyrologie à la faculté des lettres de Lille (30 juillet 1920) ; nommé conservateur des Antiquités grecques et romaines au Musée du Louvre (1921-1937) ; Conservateur en chef du même département (1937-1946) ; retraite en 1946.

464Principaux écrits :
L’Aventin dans l’Antiquité (thèse, 1906) ; Les revers monétaires de l’empereur Nerva (1906) ; Inscriptions latines de Tunisie ; Atlas archéologiques de la Tunisie (nombreuses éditions à partir de 1920) ; nombreuses publications concernant les Antiquités de Tunisie ; plusieurs ouvrages sur les vases grecs antiques, nombreux catalogues d’expositions et inventaires de collections.

465Remarques complémentaires : Membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres à partir de 1928. Il participe aux fouilles sous-marines de Mahdia en Tunisie ; directeur de L’Année épigraphique, revue fondée par son beau-père. « Ce maître éminent qui avait succédé en 1933 à Maurice Besnier comme collaborateur du fondateur de la publication [...] était devenu le principal ou le seul rédacteur de l’Année épigraphique depuis la disparition de René Cagnat lui-même en 1935. Il a donc maintenu son effort, avec une régularité exemplaire durant plus de trente ans [...]. Malgré ses 90 ans et la fatigue croissante qui l’avait amené il y a quelques mois à se faire remplacer dans la charge lourde et prestigieuse qu’il assumait à l’Institut de France, celle de secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Alfred Merlin continuait ses dépouillements de revues » (L’Année épigraphique, année 1964, p. 1-4).

466Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 413 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1966, p. 36-38 ; Who’s Who in France, 1957-1958, p. 1612 ; L’Année épigraphique, année 1965, « Note des nouveaux rédacteurs », p. 1-4.

71 — Mis Léon

467État civil : Né à Belesta (Ariège) le 17 février 1873 ; décédé le 9 janvier 1964 à Lavelanet (Ariège). Fils d’un boulanger et d’une ménagère. Marié ; deux enfants.

468Études : Collège de Saint-Girons (1884-1887) ; lycée de Foix (1887-1891) ; bachelier ès lettres (juillet 1890 et juillet 1891) ; lycée de Toulouse (rhétorique supérieure) d’octobre 1891 à juillet 1893 ; service militaire (1893-1894) ; boursier de licence de la faculté des lettres de Toulouse en 1894-1895 et séjour en Allemagne ; boursier de licence à la faculté de Toulouse en 1895-1896 ; licence ès lettres en juillet 1896 ; boursier d’agrégation à la faculté de Nancy (1897-1899) ; certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire dans les bibliothèques universitaires (concours 1897) ; étudiant à la faculté des lettres de Lille de 1899 à 1906 ; agrégation d’allemand en 1906 (9e) ; doctorat ès lettres à la faculté des lettres de Lille le 11 février 1922.

469Parcours professionnel :
Stagiaire à la bibliothèque universitaire de Toulouse en 1896-1897 ; sous-bibliothécaire à la bibliothèque universitaire de Lille (novembre 1899-octobre 1907) ; professeur d’allemand au lycée de Lille (octobre 1907) ; chargé de conférences d’allemand à la faculté des lettres de Lille (13 février 1908) ; maître de conférences de langue et littérature allemandes à la faculté des lettres de Lille (11 janvier 1926) ; professeur titulaire de la chaire de langue et littérature allemandes à Lille (1er novembre 1930) ; retraite le 17 février 1941. Donne aussi des cours à l’École supérieure de commerce de Lille et à l’Institut commercial de la faculté de droit.

470Principaux ouvrages :
Traité de droit commercial de Cosack (traduction de la sixième édition allemande, 1904) ; Otto Ludwig, auteur et critique dramatique (thèse, 1922) ; Les œuvres dramatiques d’Otto Ludwig (plusieurs tomes, à partir de 1922) ; Les études sur Shakespeare d’Otto Ludwig (1922) ; Meyer Conrad-Ferdinand : der Heilige (traduction, introduction et notes, 1930) ; Goethe : Egmont (traduction et notes, 1941) ; Gottfried Keller : sept légendes (traduction et notes, 1943) ; Schiller Friedrich von : Ballades de Goethe et de Schiller (introduction, notes et traduction, 1944) ; Otto Ludwig : Les Macchabées (traduction française des cinq actes, 1945) ; Goethe : Goetz von Berlichingen mit der eisernen Hand : ein Schauspiel in 5 Aufzügen ; (avec commentaires et notes, 1946) ; Goethe : Die leiden des Jugen Werthes (traduction et notes, 1951) ; Winckelmann Johann-Joachim : Gedanken über die Nachahmung des Griechischen Werke in der Malerei und Bild-hauerkunst (Réflexions sur l’imitation des œuvres grecques en peinture et en sculpture) (traduction avec introduction en notes, 1954) ; Ludwid Otto : Der Erbförster (traduction et notes, 1957). Articles divers dans les revues spécialisées : directeur de la Revue germanique pendant de nombreuses années.

471Remarques complémentaires : « Professeur du plus grand dévouement » note le recteur en décembre 1934 (Arch. dép. Nord, 2 T 665) ; « Monsieur Mis dirige depuis de longues années l’Institut d’études germaniques. Il assure la plus grosse part de la préparation des examens et des concours [...]. Un des maîtres les plus dévoués de notre maison » (rapport du doyen pour l’année 1936-1937).

472Sources principales : Arch. nat., F17 24818 ; Arch. dép. Nord, 2 T 665, fiche de reclassement de Léon Mis du 26 décembre 1934 ; Arch. dép. Nord, 2 T 648, Curriculum vitae manuscrit de Léon Mis daté du 17 janvier 1907 ; Arch. dép. Ariège, État Civil ; lettre de la mairie de Belesta, février 2001 et acte de décès joint à l’acte de naissance.

72 — Moret André

473État civil : Né le 1er janvier 1900 à Saint-Michel (Aisne) ; décédé à La Madeleine (Nord), le 9 juillet 1979. Fils d’un inspecteur des douanes. Marié en 1921 avec Suzanne, Marie Renard ; veuf en 1936 ; remarié en 1946 avec Sidonie Engelmann ; un enfant.

474Études : Lycée de Charleville ; collège de Meaux ; baccalauréat ès lettres en 1919 et 1920 ; licence ès lettres à la Sorbonne (1921) ; diplôme d’études supérieures d’allemand à la faculté des lettres de Lille (1922) ; agrégation d’allemand en 1926 (6e) ; thèse de doctorat ès lettres soutenue à la faculté des lettres de Lille le 13 mai 1933.

475Parcours professionnel : Répétiteur au collège de Sedan (octobre 1920) ; service militaire de septembre 1921 à septembre 1923 ; professeur au collège de Longwy (septembre 1923) ; professeur au collège de Sedan (10 septembre 1924) ; professeur agrégé d’allemand au lycée de Tulle (31 juillet 1926) ; professeur agrégé au lycée de Valenciennes (26 juillet 1927) ; chargé de conférences d’allemand (philologie et littérature) à la faculté des lettres de Lille (30 octobre 1932) pour suppléer l’absence de Denis Saurat ; maître de conférences de langue et littérature allemandes à la faculté lilloise (25 août 1939) ; professeur titulaire de langue et littérature allemandes à la faculté des lettres de Lille (25 février 1943) ; longtemps assesseur du doyen ; retraite (12 juin 1969) ; professeur honoraire (septembre 1970) ; président des jurys du certificat d’aptitude à l’enseignement dans les lycées et collèges ; vice-président du jury d’agrégation ; directeur du CRDP quelques années (1952-1955).

476Principaux ouvrages : Un artiste méconnu : Conrad de Wurzbourg (thèse, 1933) ; L’originalité de Conrad de Wurzbourg dans son poème Partonopier und Meliur (littérature comparée, 1933) ; Le lyrisme allemand au XVIIes. (1935) ; Le lyrisme baroque en Allemagne : ses origines et ses conséquences (1936) ; Les contes allemands (1938) ; Helmbrecht le Fermier : Mœurs de paysans allemands au Moyen Âge (chez Aubier, 1938) ; Poèmes et tableaux du Moyen Âge allemand (1939) ; Anthologie du Minnesang (1949) ; Les débuts du lyrisme en Allemagne (1951) ; Phonétique historique de l’Allemand (1953) ; Anthologie du lyrisme baroque en Allemagne (1957) ; collaboration régulière à la Revue germanique.

477Remarques complémentaires : Pendant la Première Guerre mondiale, à l’âge de 17 ans, il est condamné par l’occupant à vingt mois de travaux forcés pour avoir exhibé un ruban tricolore au passage du Kromprinz. Il fait ses classes de 5e, 4e, 3e et seconde au lycée de Charleville pendant la Grande Guerre. Une note confidentielle datée du 20 septembre 1920 déclare : « réquisitionné par l’autorité allemande en mai 1917, alors qu’il suivait la classe de seconde B au lycée de Charleville pour faire des travaux de manœuvre soit à la gare soit dans les usines de Charleville » (T. rectorat 4271). Il est mobilisé le 25 août 1939 comme lieutenant à l’État-major de la 1re DIM ; participe à diverses opérations en Belgique ; il fait partie des évacués de Dunkerque, le 3 juin 1940 pour l’Angleterre ; il rentre en France le 7 juin 1940 et participe à des opérations en Bretagne et en Normandie ; il est capturé le 18 juin 1940 et se retrouve prisonnier à l’Offlag VIII-H (Sudètes) où il anime une université de captivité. Malade, il est rapatrié le 28 septembre 1941 à l’hôpital du Val de Grâce (invalide à 30 %). Il dirigea longuement l’institut d’études germaniques de la faculté des lettres de Lille.

478Sources principales : Arch. dép. Nord, T rectorat 4 271 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté dans sa séance du 11 décembre 1942 (candidature à la chaire) ; courrier du Maire de la commune de Saint-Michel (Aisne) du 1er mars 2001, État civil.

73 — Moy Léon

479État civil : Né le 31 mai 1838 à Paris ; décédé à Lille, le 24 février 1897. Fils d’un tailleur ; privé de sa mère dès l’enfance ; très proche de son père qui décède en 1873. Célibataire.

480Études : Élève du lycée Condorcet de Paris ; admis au concours de l’École normale supérieure en 1857 ; scolarité à l’École normale supérieure (1857-1860) ; agrégation des lettres en 1863 ; docteur ès lettres le 27 mars 1876 en Sorbonne.

481Parcours professionnel :

482Chargé de la classe de rhétorique au lycée de La Rochelle (septembre 1860) ; professeur de rhétorique au lycée de Douai (26 septembre 1863) ; chargé d’un cours complémentaire de littérature ancienne à la faculté des lettres de Douai (30 octobre 1876) et d’un cours complémentaire de littérature latine à la faculté des sciences de Lille (4 janvier 1878) ; chargé de cours de littérature française à la faculté des lettres de Douai (1er octobre 1879) ; professeur de littérature française à la faculté des lettres de Douai puis à la faculté transférée à Lille (31 décembre 1879) ; assesseur du doyen (11 février 1886) ; élu doyen en 1886, 1889, 1892 et 1895.

483Principaux ouvrages :
Étude sur les plaidoyers d’Isée (thèse en 1876) ; Première année de style, de rédaction et d’élocution pour les classes élémentaires des lycées et collèges (1884) ; Les institutions ouvrières et sociales du département du Nord (416 pages pour l’exposition universelle de 1889) ; Première année de récitation à l’usage des candidats au certificat d’études (1890) ; Année préparatoire de rédaction et d’élocution à l’usage du cours moyen (1891) ; Enfants et joujoux (1894) ; Année préparatoire de récitation : résumés, morales, maximes (1896) ; Adorateurs du soleil : juifs et chrétiens : étude de philosophie populaire sur les origines du judaïsme et du christianisme (1903) ; Conférences et discours (recueil posthume qui regroupe plusieurs conférences dont : la famille dans Homère ; L’art de la lecture ; enfants et joujoux ; les cantines scolaires ; de l’ignorance en géographie…). Articles nombreux dans les revues spécialisées.

484Remarques complémentaires : Apprécie peu l’enseignement secondaire. Le rapport de 1860, pour sa première année d’enseignement est très dur : il « ne tient pas sa classe [...]. Il est peu respecté ». Léon Moy semble avoir voulu revenir très vite sur Paris : « M. Moy montre trop d’impatience à revenir à Paris. Il est encore très jeune [...]. Il est atteint de ce mal du pays qui travaille toutes les pensées exilées » (rapport du proviseur de Douai en 1868).

485Il s’est attiré beaucoup d’inimitiés en présidant et en soutenant le transfert de la faculté des lettres de Douai vers Lille. « Il joua un rôle très actif dans le transfert des facultés de droit et des lettres de Douai à Lille » (Rev. int. Enseignement, 1898, p 81). Le rapport du recteur Couat en 1888 tout en décrivant l’enseignant, revient sur ces querelles : « Tout au plus pourrait-on regretter qu’il n’use pas assez de cette influence que lui assurent son âge, son mérite et son aménité. Sa nature douce et un peu féminine, répugne aux actes d’énergie. M. Moy a eu beaucoup à souffrir des animosités que le transfert a soulevées dans la ville de Douai ». Le recteur Bayet, en 1895-1896 insiste encore sur « des antipathies excessives » (le doyen de la faculté de droit ou certains collègues). « Ces désaccords trop visibles sont fâcheux pour la vie universitaire ». « Sincère républicain » note l’Annuaire de l’École normale supérieure ; de nombreuses années conseiller municipal de Lille.

486« Quoique parisien de naissance, il se familiarise avec nos coutumes. Il pousse même l’esprit local jusqu’à étudier notre patois et devient lillois » (Le Progrès du Nord du 25 février 1897). Président de l’Œuvre des cantines de Saint-Sauveur à partir de 1893. Cette œuvre vise à collecter des fonds auprès des notables et des patrons de la région afin de permettre de nourrir les enfants les plus pauvres du quartier défavorisé de Saint-Sauveur, le midi quand ils viennent à l’école. Pour l’année 1893, c’est ainsi 13 999 dîners qui sont servis ; président de la commission de l’Instruction publique au conseil municipal de Lille du 13 mai 1888 au 3 mai 1896 ; on songea à lui pour le poste de maire mais il semble avoir reculé désirant conserver une certaine distance avec la vie politique.

487Sources principales : Arch. nat., F17 23010 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1898, p. 82-87 ; Rev. int. Enseignement, 1898, p. 81-86 ; Le Progrès du Nord, 25 février 1897 ; L’Écho du Nord, 26, puis 28 février 1897 ; Bibl. nat. France, Conférences et discours, Recueil posthume, 1898.

74 — Pascal Pierre

488État civil : Né le 22 juillet 1890 à Issoire (Puy-de-Dôme) ; décédé à Neuilly le 1er juillet 1983. Fils d’un « Auvergnat monté à Paris » (Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1985, p. 40-42) et professeur au lycée Janson-de-Sailly. Marié ; deux enfants.

489Études : Lycée Janson-de-Sailly puis Louis le Grand ; admis à l’École normale supérieure en 1910 ; scolarité à l’École normale supérieure (1910-1913) ; licence ès lettres en 1911 ; part s’installer en Russie en 1911-1912 pour y écrire son mémoire de diplôme d’études supérieures sur Joseph de Maistre et la Russie ; agrégation des lettres en 1913 ; diplômé de l’École des langues orientales pour le russe (1913) ; rencontre avec le père Portal qui a fondé un Centre d’études russes en France ; doctorat ès lettres en Sorbonne en 1939.

490Parcours professionnel :
Officier, négociateur-interprète avec le gouvernement russe ; quitte l’armée française, séduit par la Révolution russe et reste en Russie bolchevique de 1917 à 1933 ; secrétaire du ministre des affaires étrangères du gouvernement bolchevique en Russie ; chercheur en URSS ; Édouard Herriot arrange son retour en France en 1934 ; chargé de cours (1er novembre 1936) puis maître de conférences (1er janvier 1937) de langue et littérature russes à la faculté des lettres de Lille ; professeur titulaire de langue et littérature russes à l’École nationale des langues orientales (1er mai 1937- 31 décembre 1950) ; chargé d’enseignement (décembre 1950), maître de conférences (31 mai 1951) puis professeur (23 juillet 1953) de langue, littérature et civilisation russes en Sorbonne ; retraite le 22 juillet 1960.

491Principaux ouvrages :
Pages choisies de Lénine (3 vols, 1926) ; La prise de Jérusalem de Josèphe le Juif (traduction du vieux russe, deux tomes, 250 et 278 p., 1935) ; La vie de l’archiprêtre Avvakum, écrite par lui-même (1938) ; L’archiprêtre Avvakum et les débuts du raskol : la crise religieuse au XVIIe s. en Russie (sa thèse en 1939) ; Histoire de la Russie des origines à 1917 (1946) ; Cours de russe ; Ostrovski : le songe de Makar (texte et notes, 1949) ; Nicolas Gogol et les Ames mortes (traduction avec notes, 1957) ; traduction de Tolstoï (Les Cosaques, la Guerre et la paix), de Dostoïevski (Les Nuits blanches, L’adolescent, Les Frères Karamazov, Crimes et Châtiments) ; La littérature russe ; nombreux articles dans les revues spécialisées.

492Remarques complémentaires : Milite contre la loi des trois ans en 1913 ; a beaucoup d’amis catholiques au Sillon ; tala enthousiaste à l’École normale supérieure ; en révolte contre « la mesquinerie bourgeoise » (Annuaire de l’École normale supérieure). Mobilisé le 2 août 1914, il est blessé par un éclat d’obus le 7 septembre 1914 ; il part ensuite pour l’Armée d’Orient (Les Dardanelles) ; blessé par balle le 24 juin 1915, il est ensuite envoyé en Russie comme attaché à la Mission militaire française auprès du grand commandement général russe (16 janvier 1916). Durant l’été 1917, le lieutenant Pascal part haranguer les soldats russes refusant de continuer le combat ; il participe aux négociations avec le nouveau gouvernement bolchevique ; la Mission française rentre ensuite en France mais pas lui qui reste en Russie avec une poignée d’anarchistes et de révoltés contre le système bourgeois. La Révolution bolchevique lui apparaît tout d’abord comme la revanche des gueux ; il devient le secrétaire du ministre des affaires étrangères Tichtcherine et se lie d’amitié à Moscou avec Boris Souvarine ; il épouse une dactolographe qui travaille à la IIIe Internationale, fille d’un socialiste russe émigré à Marseille mais expulsé de France en 1918. Chaque été, il va cultiver « en commun » les tomates en Crimée. Mais les relations de Pierre Pascal avec le régime soviétique se dégradent ensuite rapidement. En 1924, une perquisition de la Tcheka est organisée à son domicile ; il se réfugie à l’Institut Marx-Engels et y travaille de façon intensive : classement les archives Gracchus Babeuf ; découverte de la vie de l’archiprêtre Avvakum écrite par lui-même (sa future thèse).

493Le rapport pour son inscription sur la liste d’aptitude à l’Enseignement supérieur, daté du 6 novembre 1933 (Jules Legras) signale : « il est resté en Russie par curiosité sympathique pour une révolution établie sur un plan nouveau et quand il a vu comment elle tournait, il n’a plus eu la possibilité de revenir en France ».

494Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Régime de Vichy surveille de près sa famille et demande de multiples renseignements. Une lettre du secrétariat général de la police, datée du 16 avril 1943, demande au ministre de l’Éducation nationale de « lui fournir dans le plus bref délai des renseignements concernant Madame Eugène Pascal, née Josselewitcz qui, russe d’origine (née à Rostov sur le Don, le 31 mai 1909) a été déchue de la nationalité française et qui demande maintenant que cette déchéance soit levée ». Le Ministère répond par un avis favorable qui concerne aussi le professeur Pascal : « ne fait pas de politique et rien ne permet de supposer chez lui un manque d’attrait à la personne du Maréchal Pétain et à son œuvre » (Archives nationales, F17 27756).

495Sources principales : Arch. nat., F17 27756 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1985, p. 40-42 ; Annales de l’université de Paris, 1951, p. 593-595.

75 — Penjon Auguste

496État civil : Né à Valence (Drôme) le 7 juillet 1843 ; décédé à Douai le 23 août 1919. Fils d’un professeur de grammaire au lycée d’Avignon. Marié, sans enfant.

497Études : Lycée d’Avignon ; baccalauréat ès lettres ; École normale supérieure (1863 à 1866) ; licence ès lettres en Sorbonne ; agrégation de philosophie en 1866 ; thèse de doctorat ès lettres soutenue en Sorbonne le 27 décembre 1878 : L’infini chez Leibniz. La thèse principale est assez vivement critiquée par le jury qui note que « la bizarrerie de l’opinion n’a pas paru suffisamment compensée par la force et la profondeur des vues [...]. Sa pensée est plus de bizarreries que d’originalité [...]. S’il inculque à des élèves les principes ultra-idéalistes qu’il a manifestés pour sa thèse française, on ne peut que redouter les conséquences d’un pareil enseignement [...]. Le représentant de la doctrine idéaliste extrême [...]. Il ne croit pas que l’on puisse connaître autre chose au monde que le moi et ses idées [...]. Son admission au grade de docteur n’était cependant pas douteuse : On pouvait critiquer le système ; on ne pouvait qu’affirmer le talent ».

498Parcours professionnel :
Professeur au lycée de Mâcon (1866-1867) ; professeur de philosophie et de morale à l’école normale de Cluny (1867-1873) ; professeur de philosophie au lycée de Besançon (1873) ; chargé de cours de philosophie à la faculté des lettres de Toulouse (1873-1880) ; suppléant de Gabriel Compayré à la faculté des lettres de Toulouse (janvier à septembre 1881) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Douai en 1881-1882 (décès de Tissandier) ; professeur titulaire de la chaire de philosophie à la faculté des lettres de Douai (17 octobre 1882) ; retraite en avril 1913.

499Principaux ouvrages : Avignon : la ville et le palais des papes (1878) ; Étude sur la vie et les œuvres philosophiques de G. Berkeley (1878) ; L’infini chez Leibniz (1878) ; Cluny : la ville et l’abbaye (1884) ; Traduction des principes généraux de psychologie physiologique de H. Lotze (1886) ; Xénophon : Mémorables (livre I, 1886) ; traduction du philosophe russe A. Spir : pensée et réalité : essai d’une réforme de la philosophie critique (de l’allemand, 1887) ; Précis d’histoire de la philosophie (1896) ; articles nombreux dans la Revue Philosophique.

500Remarques complémentaires : En conflit ouvert avec le doyen Léon Moy auquel il ne pardonne pas son soutien au transfert de 1887 ; il y a aussi des querelles intestines liées aux prétentions des uns et des autres en ce qui concerne le décanat ; intenses querelles surtout en 1889-1891 où il soutient son collègue Émile Thomas. Le doyen Moy écrit : « caractère un peu difficile » (1890), « protestataire intransigeant, entraîné dans une coterie » (1891). Correspondant de l’Académie des Sciences Morales et Politiques. Pendant la Première Guerre mondiale, il redouble d’activités malgré son grand âge ; il s’occupe de la bibliothèque municipale de Douai et continue à donner quelques heures de cours à la faculté lilloise tout en s’occupant de l’organisation du baccalauréat. Il est emprisonné dans les cachots de Cuincy puis évacué de force par les Allemands, enfermé au fond d’une péniche jusqu’à Orchies en 1918.

501Sources principales : Arch. nat., F17 22240 ; Arch. dép. Nord, 2 T 509 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1921, p. 77-80 ; Rev. philosophique, 1919, p. 513-514 ; Arch. dép. Nord, 2 T 534, distinctions honorifiques.

76 — Perroud Claude

502État civil : Né le 28 février 1839 à Villefranche-sur-Saône (Rhône) ; décédé à Marseille, le 15 décembre 1919. Fils d’un petit cordonnier de Villefranche : « Mon père était illettré ; il savait seulement lire et écrire son nom. Ma mère (Marie Boisson), un peu plus instruite, voulait que ses enfants en sussent plus long [...]. Je vois encore mon père et ses amis chantant des chansons contre Louis-Philippe et contre Guizot. Mon père était républicain, même avant la République » (Revue universitaire, 1928, p 194). La famille doit se sacrifier et trouver des appuis financiers dans ses relations pour payer le trousseau réglementaire du futur interne du lycée de Mâcon. À la mort de son père, en 1855, la famille a entre 600 et 700 francs de dettes ; sa mère raccommode le linge, ses sœurs travaillent, l’une dans une institution scolaire, l’autre comme repasseuse. Claude Perroud donne des cours pendant les vacances ou travaille dans les vignobles. Marié ; un enfant.

503Études : École mutuelle du père Véraud ; collège communal de Villefranche (1845-1850) ; premier au concours des bourses ; boursier au lycée de Mâcon (1851-1856) ; boursier au lycée Louis-le-Grand (1856) ; admis à l’École normale supérieure (1857, 1er) ; scolarité à l’École normale supérieure (1857-1860) ; licence ès lettres (1859) ; agrégation d’histoire en 1864 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 4 juin 1881. « La soutenance dura de neuf heures du matin à quatre heures du soir avec un intervalle de trois-quarts d’heures pour déjeuner » (Revue universitaire, 1929, p. 140).

504Parcours professionnel :
Chargé de cours d’histoire au lycée du Puy (octobre 1860-octobre 1863) ; en congé de novembre 1863 à octobre 1864 pour préparer l’agrégation (il est précepteur du fils d’un riche fabricant de dentelles) ; professeur d’histoire au lycée du Puy (1864-1865) ; professeur au lycée de Clermont-Ferrand (avril 1865- avril 1867) ; en congé d’avril 1867 à janvier 1870 sans traitement ; le Ministère lui refusant un congé, il a un entretien « musclé » avec Victor Duruy et donne sa démission qui n’est pas acceptée ; il devient l’un des directeurs, à Bourg-en-Bresse, de L’Indépendant de l’Ain (rédacteur en chef) ; réintégré dans l’Université en 1871 ; professeur au lycée de Bourg (1871-1872) ; professeur au lycée de Lyon (1872-1878) ; en congé d’octobre 1878 à septembre 1880 pour terminer ses thèses ; maître de conférences de géographie à la faculté des lettres de Douai (2 octobre 1880) ; nommé recteur de l’académie de Toulouse (25 octobre 1881) ; il reste vingt-sept années à son poste et y accomplit une œuvre très importante de modernisation et de développement des structures d’enseignement.

505Principaux ouvrages : Les origines du premier duché d’Aquitaine (thèse, 1881) ; Les Lettres de Madame Rolland (1900 à 1902) ; Mémoires de Madame Rolland (1905) ; Le Roman d’un Girondin (1916) ; La Proscription des Girondins (1917) ; articles nombreux dans la revue Révolution française.

506Remarques complémentaires : Commen- ce à travailler dans le journalisme en mars 1862 (articles dans Le Moniteur de la Haute-Loire). « C’était le journal de la préfecture [...]. Je ne fus pas insensible aux 1 500 ou 2 000 francs qui m’étaient offerts. Je restais rédacteur officieux pendant quinze mois environ (mars 1862-juin 1863) » (Revue universitaire, 1929, p. 122). Une note confidentielle du 27 avril 1871 signale dans son dossier : « il a vécu pendant quelques années du journalisme ; on ne trouve plus dans son enseignement aucune trace des préoccupations du temps présent ». Le rapport d’inspection de 1879 (signé Zeller) note : « il a eu des notes passables dans l’enseignement secondaire. Son service a été interrompu pendant quelque temps ; il a été rédacteur d’un journal [...]. À Lyon depuis plusieurs années, marié et assez bien, il ne s’occupe plus que d’enseignement » ; l’année précédente le rapport confidentiel notait « son caractère un peu susceptible et frondeur ». Grand recteur bâtisseur dans l’académie de Toulouse ; « le véritable réorganisateur de l’enseignement supérieur à Toulouse » signale un courrier du préfet de la Haute-Garonne au Ministre du 14 mai 1893. (reconstruction des facultés ; création d’un lycée de jeunes filles ; amélioration du lycée de garçons ; rénovation des internats ; création d’une station agronomique à la faculté des sciences).

507Sources principales : Arch. nat., F17 22083 ; Arch. dép. Nord, 2 T 509 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1921, p. 65-70 ; Rev. universitaire, « Souvenirs de Claude Perroud » (de sa naissance à l’ENS), octobre 1928, p. 193-212 ; Rev. universitaire, « Souvenirs de Claude Perroud » (de l’ENS à sa nomination rectorale) 1929, p. 17-26 puis p. 119-146 ; Louis Rascol, Claude-Marie Perroud ; La vie et l’œuvre d’un universitaire au XIXe siècle, Paris, H. Didier, 1941, 395 p.

77 — Perroy Édouard

508

509État civil : Né le 2 août 1901 à Grenoble (Isère) ; décédé le 26 juillet 1974. Fils d’un « conférencier des Pèlerins d’art » (Who’s Who in France ; 1967-1968). Marié ; un enfant.

510Études : Lycée Louis-le-Grand ; faculté des lettres de Paris ; licence ès lettres ; diplôme d’études supérieures en histoire à la faculté des lettres de Paris ; agrégation d’histoire en 1924 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 3 février 1934 (L’Angleterre et le grand schisme d’Occident : Étude sur la politique religieuse de l’Angleterre sous Richard II).

511Parcours professionnel :
Lecteur à l’Université de Glasgow (1924-1934) ; professeur à l’Institut français de Londres (1934-1935) ; nommé maître de conférences d’Histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lille (1935) ; co-directeur de la Revue du Nord à Lille ; nommé professeur titulaire d’histoire médiévale à la faculté des lettres de Lille (1936) ; professeur d’histoire du Moyen Âge en Sorbonne en 1950 ; retraite en 1971.

512Écrits principaux :
La fiscalité royale en Beaujolais aux XIVe et XVe s. ; La fin du Moyen Âge (participation aux deux tomes de la collection Peuples et Civilisations, 1931) ; Chartes du Forez antérieures au XIVe s. (plus de 20 vols publiés par les chercheurs locaux sous son patronage, à partir de 1933) ; L’Angleterre et le Grand Schisme d’Occident : étude sur la pratique religieuse de l’Angleterre sous Richard III (1378-1399) (thèse, 1934) ; La Guerre de Cent Ans (1945) ; Le monde carolingien (1953) ; La terre et les paysans aux XIIe et XIIIe s. (1953) ; Le Moyen Âge : L’expansion de l’Orient et la naissance de la civilisation occidentale (dans t. 3, Histoire générale de la civilisation, 1955) ; La féodalité en France du Xe au XIIe s. (1956) ; La vie religieuse au XIIe s. (1960) ; Le travail dans les régions du Nord du Xe s. au début du XIVe s. (1962) ; Royaumes et sociétés barbares du Ve au VIIIe s. (1964). Articles nombreux dans les revues spécialisées : Revue historique ; Les Annales ; Revue du Nord ; Annales du Midi ; codirecteur de la revue Le Moyen Âge.

513Remarques complémentaires : « Maniant à la perfection la langue anglaise, familier des archives et des bibliothèques d’Angleterre, il fut en France, parmi les historiens de sa génération, le meilleur spécialiste de l’histoire médiévale anglaise » (Le Moyen Âge, revue d’histoire et de philologie, n ̊ 1, 1974, p. 573). « Il était petit, mince, sec ; dans le visage anguleux brillaient, sous la broussaille des sourcils, des yeux vifs où se lisaient l’intelligence et la malice. Ses propos précis, souvent incisifs, toujours spirituels, révélaient à l’auditeur une personnalité originale, non conformiste mais aussi un savant doté d’une vaste culture et d’un esprit critique pénétrant. Il n’avait rien du magister ; il haïssait le pédantisme ».

514Il a joué un rôle important dans la Résistance à l’occupant nazi pendant la Seconde Guerre mondiale ; résistant dans le Forez en 1943-1944 sous le pseudonyme de « Besson » ; Président du Comité de libération de la Loire (Médaille de la résistance) ; vice-président des mouvements unis de la Résistance. Rôle important au sein de la Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France fondée le 20 octobre 1944 (recueil des témoignages, sauvetage des documents sur les années noires).

515Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T ; Économies et sociétés au Moyen Âge, Mélanges offerts à E. Perroy, Sorbonne, 1973, 6 pages de bibliographie, p. 13-18 ; article nécrologique, Le Moyen Âge, t. LXXX, n ̊ 1, 1974, p. 573-576 par F. Vercauteren.

78 — Petit-Dutaillis Charles

516État civil : Né le 26 janvier 1868 à Saint- Nazaire (Loire-Atlantique) ; décédé le 10 juillet 1947 à Paris. « Il s’écarte de la tradition médicale, maritime et coloniale de la famille » (Guy Caplat). Son père, Alexandre Petit est médecin-chef de la marine, inspecteur du service de santé maritime attaché au port de Saint-Nazaire ; sa mère, Zoé Dutaillis, est sans profession, mère au foyer. Par décret du 15 janvier 1898 Charles Petit a été autorisé à ajouter à son nom patronymique celui de Dutaillis. Marié trois fois ; quatre enfants de son premier mariage avec Georgette Forestier dont il divorce en 1916. Son fils Hervé épousera Geneviève Jouguet, fille de l’égyptologue Pierre Jouguet.

517Études : Collège de Saint-Nazaire ; lycée Henri IV, prix de philosophie au concours général 1885 ; bachelier ès lettres en 1885 ; École des chartes (1886-1890) tout en suivant l’enseignement d’histoire de la Sorbonne ; licence ès lettres en 1887 ; boursier d’agrégation (1887-1890) ; diplôme d’archiviste-paléographe en 1890 ; agrégation d’histoire-géographie en 1890 (3e) ; boursier d’étude en Angleterre (1890-1891 à Londres, Oxford, Cambridge) ; boursier d’études en Allemagne puis en Italie (1891-1892) ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 13 mars 1895.

518Parcours professionnel :
Enseignant agrégé d’histoire à l’École Monge (1892-1894) ; professeur d’histoire au lycée de Troyes (1894-1895) ; chargé de cours d’histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lille (23 octobre 1895-1899) ; professeur d’histoire du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lille (décret du 29 juillet 1899) ; nommé dans le même temps directeur de l’École supérieure de commerce de Lille (1899-1908) ; recteur de l’académie de Grenoble (4 avril 1901) ; inspecteur général de l’Enseignement primaire (17 avril 1916) ; inspecteur général de l’Enseignement secondaire (8 août 1920) ; directeur de l’Office national des universités et des grandes écoles (1916-1938), membre du jury d’agrégation (1904, 1926 et 1928) ; président de la Société de l’histoire de France ; président de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres et des cinq sections de l’Institut de France (année 1938) ; admis à la retraite le 1er octobre 1936.


519Écrits principaux :

520Étude sur la vie et le règne de Louis VIII : 1187-1226 (thèse, 1894) ; Le soulèvement des travailleurs d’Angleterre en 1831 (1898) ; L’histoire constitutionnelle de l’Angleterre de W. Stubbs (notes et introduction du livre traduit par son élève Georges Lefebvre, 1907) ; Documents nouveaux sur les mœurs populaires et le droit de vengeance dans les Pays-Bas au XVe s. (1908) ; Charles VII, Louis XI et les premières années de Charles VIII (dans l’Histoire de France de Lavisse, t. IV-2, 1911) ; Le déshéritement de Jean sans Terre (1925) ; La monarchie féodale en France et en Angleterre Xe-XIIIe s. (1933) ; L’essor des États d’occident au Moyen Âge (1937) ; Les communes françaises : caractères et évolution des origines au XVIIIe s. (1945). De très nombreux articles dans les revues spécialisées.

521Remarques complémentaires : Dispensé de service militaire, il dirige l’académie de Grenoble au début de la Première Guerre mondiale et y assume de multiples tâches : il fait rassembler les notes prises par les instituteurs et institutrices des départements qui forment son académie pour composer une brochure : L’Appel de guerre en Dauphiné : 1-2 août 1914. « Homme très réservé qui ne s’exprimait guère sur la politique, de tendance radicale dans le sillage d’E. Herriot » (notice de Guy Caplat). Patriote, il est emprisonné trois jours à la prison de Fresnes par la Gestapo en 1943 (à 75 ans).

522Sources principales : Arch. nat., F17 24532 ; Arch. dép. Nord, 2 T 441 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa séance du 30 juin 1899 (candidature à la chaire) ; Bibl. École des chartes, n ̊ 107, p. 178-181 ; Dictionnaire national des contemporains, Nath Imbert, 1936, tome 2, p. 479 ; Académie des Inscriptions et Belles Lettres, « Notice sur la vie et les travaux de Charles Petit-Dutaillis » par Alfred Merlin, novembre-décembre 1953, p. 415-427 ; Guy Caplat, L’Inspection générale de l’Instruction publique : Dictionnaire biographique, t. 2 : 1914-1939, Paris, INRP-CNRS, 1997, p. 431-436.

79 — Pinloche Joachim-Auguste

523État civil : Né le 14 mars 1856 à Paris ; décédé en 1939 à Paris. Fils d’un ouvrier maçon et d’une brunisseuse. Marié ; deux enfants.

524Études : Prend des cours du soir à l’Association philotechnique de Paris (1871-1880) ; commence ses études secondaires à 22 ans ; bachelier ès sciences (1878) ; bachelier ès lettres (1879) ; étudiant en Sorbonne (1880-1883) ; certificat d’aptitude à l’enseignement de la langue allemande (1880) ; agrégation d’allemand en 1883 ; doctorat ès lettres en Sorbonne le 21 mars 1890.

525Parcours professionnel :
Quitte l’école primaire à treize ans pour travailler chez un mercier comme employé ; son père meurt en 1871 ; il s’occupe de sa famille et travaille comme apprenti miroitier puis comme employé dans une grande maison d’exportation (1875-1880) ; le soir, il suit les cours de l’Association philotechnique ; délégué pour l’enseignement de l’allemand au collège de Beauvais (1880) ; professeur d’allemand au collège de Beauvais (1880) ; délégué pour l’enseignement de l’allemand au lycée Charlemagne de Paris (1882) ; professeur au lycée de Rennes (1883-1889) ; chargé de cours de langue et littérature allemandes à la faculté des lettres de Rennes (1887) ; en congé d’inactivité en 1887-1888 ; chargé de cours de langue allemande à la faculté des lettres de Lille (1889) ; maître de conférences de langue et littérature allemandes à la faculté lilloise (1890) ; professeur de langue et littérature allemandes à la faculté des lettres de Lille (30 janvier 1892-juin 1898) ; professeur au lycée Charlemagne à Paris (25 juillet 1898-1908) ; professeur au lycée Michelet (1908-1909) ; maître de conférence à l’École polytechnique ; détaché au lycée Pasteur en 1914-1918 ; maître de conférences à l’École polytechnique ; retraite le 27 mai 1924 ; demeure examinateur d’admission (1929-1935).

526Principaux ouvrages :
Leçons pratiques de langues allemandes (plusieurs éditions, 1889) ; Basedow et le philanthropinisme (1889) ; La réforme de l’éducation en Allemagne au XVIIIe s. (thèse, 1890) ; Principales œuvres pédagogiques de Herbart Johann Friedrich (traduction, 1894) ; L’enseignement secondaire en Allemagne d’après les documents officiels (1900) ; De l’enseignement des langues vivantes dans les lycées et collèges : essai d’orientation pédagogique basé sur l’histoire et sur l’expérience (1901) ; Pestalozzi et l’éducation populaire moderne (1902) ; Des limites de la méthode directe (1909) ; Nouvelle pédagogie des langues vivantes (1927) ; Fourier et le socialisme (1933) ; Deutsch-Französisches Wörterbuch : Dictionnaire allemand-français et français-allemand (1934).

527Remarques complémentaires : Conseiller municipal à Rennes ; président fondateur d’une société de gymnastique et de tir (1884) ; un temps déclaré candidat à la députation, il doit quitter Rennes à cause de ses liens avec les boulangistes.

528« Obligé de quitter Lille dont le climat était funeste à la santé de sa femme » (Association philotechnique). Le 31 décembre 1934, Auguste Pinloche est fait officier de la Légion d’Honneur. L’Association philotechnique organise alors une réception dont nous pouvons retrouver les discours dans Association philotechnique, Une page d’histoire philo-technique et sociale, Auxerre, 1935, 20 p. : « Il s’est hissé jusqu’aux plus hauts échelons d’une carrière à laquelle rien ne le destinait par sa naissance. La truelle de maçon que son père rêvait de lui léguer, s’est, entre ses mains, changée en plume d’écrivain [...]. Représentez-vous donc un chétif gamin jeté, à treize ans, sur le pavé de Paris avec une instruction moins que primaire (n’ayant même pas pu fréquenter l’école communale), sachant tout juste lire, écrire et compter [...] et des parents incapables de le nourrir — le père maçon, ayant été victime d’un grave accident du travail (rupture de la colonne vertébrale) dont il mit quatre ans à mourir, traînant d’hôpital en hôpital [...] et la mère [...], obligée de suppléer aux secours de misère notoirement insuffisants distribués par l’Assistance publique [...] en faisant des ménages parce que son métier de brunisseuse, détruit par le machinisme, ne la nourrissait plus ». Il est alors placé dans une petite boutique de mercerie de la rue Saint-Denis où il sert de « galopin à tout faire » (laver, nettoyer la boutique, colporter les publicités, livrer : 14 heures par jour, de 7 heures à 21 heures). Auguste Pinloche travaille ensuite dans une fabrique de « miroiterie et d’étain en feuilles pour chocolats et pour l’étamage des glaces ». Ce travail lui permet d’être libre à 19 heures et de bénéficier du repos du dimanche. Il en profite alors pour suivre les cours du soir de l’Association philotechnique (créée en 1848) au lycée Charlemagne ; « je me jetai comme un affamé sur tous les cours qui me paraissaient à ma portée » ; il commence les cours d’allemand en 1871.

529Sources principales : Arch. nat., F17 23719 ; Association philotechnique, Une page d’histoire philotechnique et sociale, 1935, 20 p.

80 — Piquet Félix

530État civil : Né à Dombras (Meuse), le 21 juillet 1855 ; décédé pendant la Seconde Guerre mondiale. Fils d’un petit cultivateur. Marié ; deux enfants.

531Études : Élève à l’École de Cluny et boursier en allemand (1876-1880) ; brevet dit de Cluny (1878) ; certificat d’aptitude à l’enseignement de l’allemand (1880) ; étudiant à l’université de Berlin (1880-1882) ; baccalauréat ès lettres à Dijon en 1888-1889 ; licence ès Lettres à la faculté des lettres de Nancy en 1891 ; agrégation d’allemand en 1884 ; docteur ès lettres le 5 avril 1898 en Sorbonne.

532Parcours professionnel :
Maître élémentaire au collège de Verdun en 1875 ; professeur au collège de Lunéville (octobre 1882-novembre 1882) ; professeur au collège de Verdun (novembre 1882-octobre 1884) ; professeur au lycée de Besançon (octobre 1884-octobre 1898) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Lille (octobre 1898) ; professeur de langue et littérature allemandes à la faculté des lettres de Lille (le 22 février 1901) ; assesseur du doyen de 1908 à 1925 ; départ en retraite le 1er août 1925.

533Principaux ouvrages :
Étude sur Hartman d’Aue (thèse, 1898) ; Les mots français passés en Allemand au XIIe et XIIIe s. (1902) ; Originalité de Gottfried de Strasbourg (1905) ; Précis de phonétique historique de l’allemand (1907) ; Certificat d’allemand de l’enseignement secondaire : conseils aux candidats (1913) ; Le patois de Dombras (Meuse, 1929) ; Le Nibelungenlied (traduction avec une introduction et de nombreuses notes, 1930). Directeur de la Revue germanique à partir de 1905.

534Remarques complémentaires : Il joue un rôle décisif d’interprète au début de l’occupation allemande de Lille en 1914 et s’interpose entre les autorités lilloises et les chefs de l’armée allemande. Il sert d’interprète entre le maire de Lille (Delesalle) et le lieutenant Von Oppel ; il réussit à faire prévenir la Banque de France et la Trésorerie générale avant que les Allemands ne viennent prendre les fonds ; il désamorce à force de discussion une situation très tendue où le lieutenant Von Oppel menace de faire fusiller le maire (Delesalle), le préfet du Nord (Félix Trépont) et son secrétaire général (Borromée) qui n’auraient pas appliqué à la lettre les ordres allemands, permettant l’évacuation de nombreux jeunes gens mobilisables. Il intervient également pour faire libérer une trentaine d’étudiants arrêtés puis quitte ensuite Lille le 30 octobre 1914.

535Sources principales : Arch. nat., F17 23791 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa séance du 10 janvier 1901 (candidature à la chaire) ; Arch. dép. Meuse, État Civil.

81 — Potez Henri

536État civil : Né le 20 janvier 1863 à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) ; décédé à Montreuil-sur-Mer le 14 juin 1946. Fils d’un marchand brasseur. Marié ; sans enfant.

537Études : Baccalauréat ès lettres en 1882 ; boursier de licence à la faculté des lettres de Douai en 1883-1886 ; licence ès lettres à la faculté de Douai en 1886 ; agrégation des lettres à la faculté douaisienne en 1888 ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 9 février 1898.

538Parcours professionnel :
Professeur de troisième au collège de Lunéville (1886-1887) ; chargé de cours de langue et littérature françaises au lycée de Laon (1887-1888) ; professeur de rhétorique au lycée de Laon (1888-1890) ; professeur de lettres au lycée de Douai (1890-1894) ; en congé avec traitement en 1894-1895 (pour sa thèse) ; professeur de lettres au lycée de Douai (1895-1906) ; maître de conférence de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (23 janvier 1906) ; professeur-adjoint en mars 1908 ; professeur de langue et littérature françaises à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1911) ; départ à la retraite le 30 septembre 1933.

539Principaux ouvrages :
L’élégie en France avant le romantisme : 1778-1820 (thèse, 1893) ; Jean Bodel et le jeu de Saint-Nicolas (1893) ; Puy de l’Assomption (comédie en un acte et en vers, 1899) ; Jours d’autrefois : poésies (1905) ; Petite anthologie des écrivains du Nord et du Pas-de-Calais : Les paysages des Flandres, de l’Artois et du Boulonnais chantés par les poètes (1907) ; Fontenelle : 1657-1757 (1909) ; Pages choisies de Fontenelle (1909) ; Rabelais et Fontenelle (1909) ; L’œuvre critique de Sir Walter Raleigh (1914) ; Villes meurtries de France : Arras (1918) ; Traduction et annotation des Lettres galantes de Denys Lambin (1552-1554) (1941).

540Remarques complémentaires : Féru de littérature française, grand « ami des Lettres », il écrit lui-même de nombreux textes poétiques et de petites pièces de théâtre. Il est l’un des principaux amis d’Auguste Angellier et s’intéresse beaucoup à la langue et à la littérature régionales dont il tente de dresser une anthologie. « Monsieur le professeur Potez a formé au cours de cette longue (27 années à la faculté) et brillante carrière un grand nombre d’étudiants, soit pour la licence soit pour l’agrégation. Les services qu’il a rendus à notre maison n’ont pas seulement consisté dans un enseignement d’une très haute valeur scientifique mais aussi dans la grande influence morale qu’il a exercée par l’exemple d’un dévouement sans limite et dans un attachement profond aux lettres françaises » déclaration du conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa réunion du 24 novembre 1933 au moment où les titulaires décident de voter l’honorariat (Arch. dép. Nord, VM 146171).

541Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 450 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa séance du 8 juillet 1898 ; Arch. dép. Pas-de-Calais, État civil ; lettre de la Mairie de Montreuil-sur-Mer (février 2001) et acte de décès du professeur Potez.

82 — Prechac François-Léon

542État civil : Né à Condom (Gers), le 18 novembre 1881 ; décédé le 22 juillet 1977 à Paris. Fils de notaire. Épouse la fille de Sir Thomas Barclay (avocat international de renom) ; six enfants.

543Études : Collège municipal de Condom ; lycée d’Agen ; baccalauréat ès lettres (1899) ; lycée Henri IV de Paris ; admis à l’École normale supérieure en 1903 ; scolarité à l’École normale supérieure (1903-1906) ; agrégation des lettres en 1906 (1er) ; École française de Rome (novembre 1906-octobre 1908) ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne, le 4 juillet 1921

544Parcours professionnel :
Professeur au lycée de Montauban (1er octobre 1908-31 octobre 1908) ; enseignant à l’institut d’Anvers (2 novembre 1908-31 juillet 1909) ; professeur au lycée de Beauvais (1er octobre 1909-30 septembre 1918) ; professeur de troisième au lycée Hoche de Versailles (1er octobre 1918-mars 1923) ; suppléant en première supérieure au lycée Henri IV (mars à septembre 1923) ; professeur titulaire en première supérieure au lycée Lakanal (septembre 1923-octobre 1928) ; nommé chargé de cours de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Lille (2 octobre 1928, puis 30 septembre 1930) ; nommé maître de conférences de grammaire et philologie latines à la faculté des lettres de Lille (1er octobre 1930) ; nommé professeur titulaire de grammaire et philologie latines à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1930) ; nommé professeur titulaire de langue et littérature latines à la faculté des lettres de Lille (23 février 1936) ; nommé le 10 février 1943 directeur de l’Enseignement supérieur par le Régime de Vichy (Abel Bonnard) ; suspendu de ses fonctions le 20 août 1944 ; rétabli dans les fonctions de directeur de l’administration centrale mais mis à la retraite d’office le 29 octobre 1945 ; se retire ensuite près de Condom dans sa propriété.

545Principaux ouvrages :
La composition et la destination du De Clementia ; (thèse, 1921) ; Édition des Lettres à Lucilius de Sénèque (Budé, à partir de 1942) ; De Clementia de Sénèque (Budé, plusieurs tomes, à partir de 1923) ; Des bienfaits de Sénèque (traduction annotée, 1926) ; Rutilius Namatianus Claudius : Sur son retour (traduction avec notes, 1933) ; La date de naissance de Sénèque (1934) ; Surmulets et guépards dans la littérature et l’art antiques (1939) ; nombreux articles dans les revues spécialisées : Revue des Études Latines, Revue numismatique, Revue universitaire.

546Remarques complémentaires : « Ayant depuis son enfance, un bras cassé et difforme, il fait partie du service auxiliaire » pendant la Première Guerre mondiale. Infirmier (octobre 1914 à avril 1916) il travaille ensuite (1916-1917) au contrôle postal où sa connaissance des langues vivantes (anglais, italien, allemand et un peu d’espagnol) est fort utile. Il enseigne ensuite au lycée de Beauvais.

547« Monsieur Préchac a apporté parmi nous une expérience pédagogique consommée fort de son enseignement dans les plus hautes classes des lycées. Elle égalait son autorité scientifique : le brillant agrégé des Lettres, l’École française de Rome [...] avait marqué sa place parmi les latinistes par des publications érudites dont la liste s’allonge chaque jour » (rapport de notation de l’année 1930-1931). Il doit, au début de l’installation du régime de Vichy justifier son comportement politique. Son mariage avec une anglaise, la fille de Sir Thomas Barclay, en fait dans un premier temps un possible suspect. Les comptes en banque de sa belle-famille sont bloqués ; il demande un congé exceptionnel pour régler cette affaire. Une lettre manuscrite de François-Léon Préchac, contenue dans son dossier et datée du 22 janvier 1941, tente d’éclaircir sa situation : « je veux ajouter que ma femme et moi, nous sommes sans restriction avec le Maréchal Pétain ; que ma belle-mère le met bien au-dessus de Churchill [...] et qu’elle mérite, si cela est possible, d’être épargnée par les autorités occupantes ». Sa nomination en 1943 comme directeur de l’Enseignement supérieur apparaît bien cependant comme un réel « suicide universitaire » (Annuaire de l’École normale supérieure, 1979, p. 35).

548Sources principales : Arch. nat., F17 25 160 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1979, p. 33-36 ; Arch. dép. Nord, VM 146 171, procès-verbal du conseil de la faculté dans sa séance du 19 mars 1943.

83 — Sagnac Philippe

549État civil : Né le 1er mai 1868 à Périgueux (Dordogne) ; décédé le 24 février 1954 à l’hospice de Luynes. Fils d’un agent d’affaires qui est décédé lorsque P. Sagnac entre à l’École normale supérieure en 1891. Marié ; sans enfant.


550Études : Études au lycée de Périgueux ; baccalauréat ès lettres ; lycée Louis-le-Grand ; études en Sorbonne ; reçu à l’École normale supérieure en 1891 ; scolarité à l’École normale supérieure (1891-1894) ; licence ès lettres en 1892 (licencié en droit également en 1892) ; agrégation d’histoire-géographie en 1894 ; boursier d’études à la Sorbonne (1894-1896) ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 22 décembre 1898.

551Parcours professionnel :
Chargé de cours d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des lettres de Lille (1er décembre 1899) ; professeur-adjoint (1903), professeur d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des lettres de Lille (1905) ; délégué à la faculté de Bordeaux (1915-1919) ; retour à Lille comme professeur d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des lettres (1919-1er avril 1923) ; professeur d’histoire de la Révolution française en Sorbonne (1er avril 1923) ; détaché à l’université égyptienne du Caire (1926-1929) ; fondateur et directeur du Centre d’études sur la Révolution française en Sorbonne (1932) ; retraite en octobre 1937.

552Principaux écrits :
La législation civile de la Révolution française (thèse, 1898) ; Les cahiers de la Flandre Maritime (avec A. de Saint-Léger en 2 vols, 1906) ; La chute de la royauté : La révolution du 10 août 1792 (1909) ; Le Rhin français pendant la Révolution et l’Empire (1917) ; La Révolution française (tome I de l’Histoire de la France contemporaine dirigée par Ernest Lavisse, 1920) ; La Révolution française (avec Georges Lefebvre et R. Guyot, 1930) ; Louis XIV : la prépondérance française (collection Peuples et Civilisations avec Alexandre de Saint-Léger, 1935) ; La fin de l’Ancien Régime et la Révolution américaine (Peuples et civilisations, 1941). De multiples articles dans les revues spécialisées dont une trentaine dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine qu’il dirige.

553Remarques complémentaires : Libéral en politique, croyant. « Un enseignant plein de vie ; un travail de production qui ne s’interrompt jamais [...]. Une des forces de notre université. J’ai bien peur que bientôt Paris nous la ravisse » (rapport du recteur Georges Lyon en 1920-1921). Il joue un rôle capital à Lille dans l’affirmation des études d’histoire moderne et contemporaine ; il impose peu à peu l’idée d’un nécessaire développement des recherches sur la période révolutionnaire et réussit à y associer de nombreux étudiants. Il fait ainsi soutenir plusieurs diplômes d’études supérieures sur le thème et multiplie les articles originaux qui s’ancrent dans la réalité régionale septentrionale, travaillant beaucoup sur les fonds d’archives de la région. Il a également de nombreux liens avec Alexandre de Saint-Léger qui est professeur d’histoire régionale à la faculté.

554Sources principales : Arch. nat., AJ/16/ 6 149 ; Albert Guigué, La faculté des lettres de l’université de Paris, Paris, Félix Alcan, 1935, p. 269-270 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : dictionnaire biographique, t. 2, Paris, INRP, 1986, p. 197-198 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure ; Arch. dép. Nord, 2 T 468 ; Rev. historique ; t. CCXIII, 1, p. 178-181 ; Alice Gérard, « Philippe Sagnac, revu et corrigé par Ernest Lavisse », Rev. Histoire moderne et contemporaine, 48-4, octobre-décembre 2001, p. 123-159 (comment Ernest Lavisse corrige les épreuves du travail de Sagnac qui constitue le t. 1 de l’Histoire de France contemporaine).

84 — Saint-Léger Alexandre (de)

555État civil : Né à Dunkerque (Nord), le 13 avril 1866 ; décédé à Lille, le 11 octobre 1944. Fils d’un maître-menuisier. Marié mais très rapidement veuf ; sans enfant.

556Études : Collège communal de Dunkerque ; bachelier ès lettres ; étudiant à la faculté des lettres de Lille (étudiant de Paul Fabre et Jules Flammermont qui le sensibilisent à l’histoire locale et régionale par leurs cours publics) ; licence ès lettres à la faculté des lettres de Lille en 1890 ; boursier d’agrégation de la faculté lilloise (octobre 1890-septembre 1893) ; diplôme d’études supérieures à Lille en 1898 sur L’histoire de la franchise du port de Dunkerque ; thèse de doctorat ès lettres soutenue à la faculté des lettres de Lille en 1900 : la Flandre Maritime et Dunkerque sous la domination française (1659-1789).

557Parcours professionnel :
Maître d’études au collège de garçons de Dunkerque (octobre 1886 à octobre 1887) ; maître-auxiliaire au lycée de Lille (octobre 1889) ; enseignant à l’École supérieure de commerce de Lille (1er octobre 1893-octobre 1901) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Lille (Histoire de Lille et des provinces du Nord de la France) en novembre 1901 ; maître de conférences d’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France à la faculté lilloise (1er janvier 1902) ; professeur-adjoint (1er janvier 1906) ; professeur titulaire de la chaire d’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1907-1936) ; enseigne au lycée Condorcet de Paris puis travaille aux Archives nationales (1916-1918) pendant la Première Guerre mondiale ; retraite le 3 avril 1936 ; reprend du service, malgré sa fatigue, pendant la Seconde Guerre mondiale pour suppléer les enseignants absents.

558Principaux écrits :
La Flandre Maritime et Dunkerque sous la domination française : 1659-1789 (thèse, 1904) ; Cahiers de doléances de la Flandre Maritime en 1789 (deux tomes en 3 vols avec Philippe Sagnac, 1906-1908) ; Participation à l’Histoire de France de Lavisse (« la politique extérieure de Louis XIV », t. 8, 1911) ; Correspondance authentique du comte d’Estrade (1924) ; Les mines d’Anzin et d’Aniche pendant la Révolution (3 vols, 1935-1939) ; La prépondérance française : 1661-1715 (Peuples et Civilisations avec Philippe Sagnac, 1935) ; Histoire de Lille des origines à 1789 (1942).

559Remarques complémentaires : Alexandre de Saint-Léger est le grand animateur de l’histoire locale et régionale septentrionale pendant plus de quarante ans, par l’importance de ses recherches personnelles, par ses cours mais aussi par le grand nombre de recherches étudiantes qu’il dirige ; membre très actif de la Société des sciences de Lille ; membre puis président de la Commission historique du département du Nord ; secrétaire du Comité d’inspection et d’achats de la bibliothèque communale de Lille ; membre de la Commission administrative des musées de Lille ; membre du comité de direction de la Société d’histoire du droit des pays flamands, picards et wallons. « L’existence de Monsieur de Saint-Léger s’identifie avec la vie même de la faculté des lettres.

560Il y a créé l’enseignement de l’histoire locale et régionale. Formé aux méthodes les plus rigoureuses, on peut même dire qu’il a créé cette histoire. La part qu’il a prise dans d’importantes publications comme l’Histoire de France de Lavisse [...], le rôle de directeur qu’il assume dans toutes les recherches locales, font qu’il est environné de la déférence de tous, dans l’Université et en dehors de l’Université. Il ne compte à Lille que des amis. Il est un excellent agent de liaison avec le milieu régional d’où il tire son origine » (rapport de notation pour l’année 1930-1931) ; « Monsieur le professeur de Saint-Léger a fait de sa chaire d’histoire de Lille et des provinces du Nord de la France, le centre incontesté des études historiques dans cette région [...]. Un homme de grande valeur » (rapport de notation de l’année 1933-1934). Il est le fondateur puis le directeur incontesté de la Revue du Nord qui publie son premier numéro en 1910 et qui existe toujours à l’Université de Lille 3. L’existence de cette revue vient pérenniser la volonté de disposer d’une revue de haute valeur scientifique qui puisse diffuser assez largement les connaissances acquises.

561Sources principales : Arch. dép. Nord, 31 J 115/26 ; Bull. Commission hist. dép. Nord, 1948, p. 173-180 (4 pages de bibliographie) ; Arch. mun. Lille, AD/7, Figures lilloises, 21 p. ; Revue du Nord, « Nécrologie » par Édouard Perroy, tome 1944, p. 165-170 ; Biographie et liste des travaux de Monsieur Alexandre de Saint Léger, Souvenir de la cérémonie du 14 juin 1936, Lille, Danel, 1936, 21 p. ; Philippe Marchand, « L’Enseignement de l’Histoire à la faculté des lettres de Lille et son insertion dans le milieu local de 1890 à 1914 » dans Robert Vandenbussche (éd.), 1896-1996 : Cent ans d’Université lilloise, Lille 3-CRHEN-O, 2000, p. 121-133.

85 — Saurat Denis

562État civil : Né le 21 mars 1890 à Toulouse (Haute-Garonne) ; décédé à Nice, le 7 juin 1958. Fils d’un journalier et d’une ménagère. Marié ; quatre enfants.

563Études : Brevet supérieur en 1907-1908 à Douai ; école normale des instituteurs de Douai où il entre comme élève maître en 1908 ; en congé pour études à l’université de Londres (octobre 1909) ; certificat d’aptitude à l’enseignement de l’anglais en Sorbonne (octobre 1911) ; bachelier ès lettres à Lyon en 1912 ; licence ès lettres à Paris en 1913 ; agrégation d’anglais en juillet 1919 ; thèse de doctorat ès lettres le 1er mai 1920 en Sorbonne.

564Parcours professionnel :
Professeur des écoles primaires supérieures à Valréas (octobre 1911) ; professeur des écoles primaires supérieures à Bourges (octobre 1912) ; service militaire en octobre 1913 ; détaché à l’université de Glasgow le 21 décembre 1917 ; professeur d’anglais au lycée de Bordeaux en octobre 1919 ; maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Bordeaux (1er novembre 1921) ; professeur-adjoint le 15 juillet 1922 ; détaché comme directeur de l’Institut français de Londres en mai 1924 ; maître de conférences de langue et littérature anglaises à la faculté des lettres de Lille à partir de 1924 mais constamment détaché au King’s Collège de Londres de 1926 à 1950 ; professeur-adjoint à la faculté des lettres de Lille (décret du 26 décembre 1932) ; révoqué de ses fonctions en 1943 pour ses idées gaullistes ; réintégré dans ses fonctions le 4 octobre 1944 ; départ en retraite le 1er octobre 1950.

565Principaux ouvrages :
La pensée de Milton (thèse, 1920) ; Blake and Milton (1920) ; Milton et le matérialisme en Angleterre (1928) ; La littérature et l’occultisme (1929) ; La religion de Victor Hugo (1929) ; Histoire des religions (1938) ; History of religious (1938) ; Christ at Chartres (1940) ; Modern french Literature : 1870-1940 (1946) ; Expérience de l’Au-delà (1951) ; Encaminament : poèmes de Denis Saurat (1953) ; L’Atlantide et le règne des géants (1954).

566Remarques complémentaires : Denis Saurat est déchu de la nationalité française par décret du 23 février 1942 puis révoqué de ses fonctions pour « activités antinationales », par un arrêté d’Abel Bonnard du 15 mars 1943. L’extrait des Minutes de la greffe du tribunal militaire de la 13e division militaire, daté du 2 avril 1942 signale : « Saurat Denis, ex directeur de l’Institut français de Londres, absent, déclaré coupable de trahison, a été condamné par contumace à la peine de mort et à la confiscation au profit de la nation de tous ses biens présents et à venir ». Une lettre du secrétaire d’État aux Affaires Étrangères au ministre de l’Éducation nationale, datée du 13 août 1940 nous apprend que l’Institut français de Londres a été occupé par les troupes du Général de Gaulle qui en a fait une sorte de quartier général. Or, « Monsieur Denis Saurat, professeur de l’Enseignement supérieur qui avait été détaché au service de mon département pour diriger cet institut, non seulement n’a pas protesté contre l’occupation de l’établissement dont il avait la charge par un officier supérieur en rébellion contre le gouvernement légal de la France, mais il lui a offert sa collaboration ».

567Sources principales : Arch. nat., F17 25396 (D) ; Arch. dép. Haute- Garonne, État civil.

86 — Sorre Maximilien

568État civil : Né le 16 juillet 1880 à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; décédé à Messigny (Côte-d’Or), le 10 août 1962. Fils d’un employé aux chemins de fer. Marié ; un enfant.

569Études : Études secondaires au lycée de Rennes ; élève de l’école normale de Rennes puis de l’École normale supérieure de Saint-Cloud (1899-1901) ; licence ès lettres (1911) ; docteur ès lettres en Sorbonne le 31 mai 1913.

570Parcours professionnel :
Professeur d’école normale à la Roche-Sur-Yon (1901-1902), Perpignan (1903), Montpellier (1904-1919) ; chargé de cours de géographie à la faculté des lettres de Grenoble (22 mars 1917 à juillet 1917) puis à la faculté de Bordeaux (juillet 1917 à juin 1919) ; professeur dans les écoles primaires supérieures de Toulouse (juillet-septembre 1919) ; maître de conférences de géographie à la faculté des lettres de Strasbourg (novembre 1919-décembre 1919) ; suppléant dans la chaire de géographie à la faculté des lettres de Bordeaux (décembre 1919-août 1922) ; maître de conférences de géographie à la faculté des lettres de Lille (1er novembre 1922) ; professeur de géographie régionale à la faculté des lettres de Lille (1er février 1925) ; doyen de la faculté lilloise de 1929 à 1931 ; recteur de l’académie de Clermont-Ferrand (20 octobre 1931) ; recteur de l’académie d’Aix-Marseille en 1934 ; directeur de l’Enseignement du premier degré au Ministère de 1937 à 1940 ; replacé autoritairement par le régime de Vichy dans l’Université comme professeur de géographie humaine en Sorbonne entre 1940 et 1950 (on lui reproche ses liens avec le Front populaire).

571Principaux écrits :
Les Pyrénées méditerranéennes : étude de géographie biologique (thèse, 1913) ; le t. 14 de la Géographie universelle consacré à l’Amérique Centrale (1928) ; Géographie universelle, t. 7 ; Méditerranée, Péninsules méditérranéenne, 1re partie : Généralités, Espagne, Portugal (1934) ; Les fondements de la géographie humaine 3 t. et 4 vols (l’œuvre majeure, de 1948 à 1950) ; Les migrations des peuples : essai sur la mobilité (1955) ; Rapports de la géographie et de la sociologie (1957) ; L’Homme sur la terre : traité de géographie humaine (1961).

572Remarques complémentaires : Croix de guerre ; « Grièvement blessé en novembre 1915, il passa d’hôpital en hôpital » (Annales de l’université de Paris, 1962, p. 476). Directeur des Annales de géographie ; président du Comité national de géographie ; vice-président de l’Union géographique internationale.

573On lui doit une approche originale de la géographie qui se rapproche de l’écologie et de la sociologie. Dans Les fondements de la géographie humaine, Max Sorre entreprend de montrer les bases biologiques et écologiques de la géographie. Il s’intéresse ainsi à la géographie médicale, à l’étude des interactions entre l’homme et son environnement, analyse les « fondements techniques » de la vie en société (les énergies, les techniques de production, les rapports sociaux.). Il fut l’un des premiers à introduire en France les travaux d’écologie urbaine conduits à Chicago (Robert Park et Ernest Burgess).

574« Sorre n’occupe pas dans l’histoire de la pensée géographique en France la place qui devrait lui revenir. Il appartenait à une génération plus soucieuse d’utiliser les recettes mises au point par les vidaliens que de réfléchir aux fondements de la discipline. Il est le seul à comprendre les dangers de cette attitude et entreprend, en 1940, un gigantesque travail de réflexion qu’il poursuit jusqu’à sa disparition [...]. Il donne à la géographie humaine, une dimension environnementale [...]. Il tire pour cela parti des recherches biologiques et médicales. La discipline doit également accorder plus d’attention aux enseignements de la sociologie [...]. Pour lui, la géographie humaine est nécessairement une discipline des relations de l’homme et de l’environnement [...]. Parmi les géographes français actifs dans la période 1910-1960, Sorre est certainement le plus original et le plus profond » (Paul Claval, Histoire de la Géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1998, p. 267).

575Sources principales : Arch. nat., F17 25466 ; Arch. dép. Nord, 2 T 475 ; Annales de géographie, 1962, LXXI, n ̊ 387, p. 449-459 ; Annales de l’université de Paris, t. 1962, p. 475-479 ; Paul Claval, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan, 1999, 535 p. ; Who’s Who in France, 1957-1958, p. 2101-2102 ; Dictionnaire national des contemporains, t. 2 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, État civil.

87 — Souriau Paul

576

577État civil : Né à Douai (Nord) le 21 octobre 1852 ; décédé à Malzéville le 21 juin 1926. Fils de l’économe du lycée de Douai. Marié en 1885 ; son épouse décède de la fièvre typhoïde ; second mariage en 1890 ; quatre enfants.

578Études : Scolarité au lycée de Douai ; baccalauréat ès lettres ; collège Sainte-Barbe à Paris et cours au lycée Louis-le-Grand ; École normale supérieure (1873-1876) ; agrégation de philosophie en 1877 ; première thèse qui n’est pas autorisée à être soutenue en Sorbonne : Essai sur le raisonnement (influence de Spencer, « idées entachées de matérialisme ») ; seconde thèse de doctorat ès lettres soutenue en Sorbonne le 13 janvier 1882 : Théorie de l’Invention (étude de la psychologie introspective).

579Parcours professionnel :
Professeur de philosophie aux lycées de Pau, puis d’Angers ; entre dans le Supérieur en 1881 comme chargé de conférences de philosophie à la faculté des lettres de Lyon 1881 ; chargé de cours de philosophie à la faculté des lettres de Besançon (1883) ; professeur de philosophie à la faculté des lettres d’Aix (1885) ; détaché à la faculté des lettres de Lille en 1888 ; professeur de philosophie à la faculté des lettres de Nancy (1893-1923) ; doyen en 1919-1922 ; retraite le 1er novembre 1923.

580Principaux ouvrages :
Théorie de l’invention (1882) ; L’Esthétique du mouvement (1889) ; La suggestion dans l’art (1893) ; L’imagination de l’artiste (1901) ; La beauté rationnelle (1904) ; La rêverie esthétique (1906) ; Les conditions du bonheur (1908) ; Traité de la beauté fonctionnel- le (1910) ; L’esthétique de la lumière (1913) ; L’entraînement au courage (1926). Écriture d’une douzaine de contes pour enfants (Les aventures de Mistigri ; La plume noire). Nombreux articles dans Revue de Paris, L’Année psychologique, Revue philosophique.

581Remarques complémentaires : Président de la section lorraine de l’Art à l’école. Correspondant de l’Académie des Sciences Morales et politiques ; Il fut résolument dreyfusard, se lança dans l’aventure de l’Université populaire de Nancy ; élu en 1908 aux élections municipales sur la liste radicale-socialiste ; élu en 1912 sur la liste d’entente républicaine ; adjoint au maire de Nancy ; Il reste à la tête de la ville avec quelques conseillers municipaux pendant l’occupation allemande de Nancy ; assesseur du doyen pendant la guerre. L’un de ses fils, Étienne (né à Lille en 1892, décédé en 1979) sera professeur d’esthétique à la Sorbonne (Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1981, p. 41-44 et Dictionnaire des philosophes, p. 2415-2416) ; un autre de ses fils, Michel (né en 1891) sera professeur de philosophie, doyen de la faculté de Nancy puis recteur de l’académie de Lille (Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1987, p. 31-32).

582Sources principales : Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1927, p. 28-33 ; Dictionnaire des philosophes, p. 2416.

88 — Tapié Lucien-Victor

583État civil : Né à Nantes (Loire-Atlantique) le 24 juillet 1900 ; décédé à Paris le 23 septembre 1974. Fils d’un enseignant de physique en collège. Marié en 1927 ; plusieurs enfants.

584Études : Lycée de Nantes puis lycée Lakanal de Paris ; baccalauréat ès lettres ; études littéraires en Sorbonne ; licence ès lettres (1920) ; mission universitaire à Prague pour y enseigner l’histoire (janvier 1921) ; il y rencontre Pekar, professeur d’histoire nationale à la faculté de Prague (initiation au baroque) ; « élève favori de Pagès en Sorbonne » ; agrégation d’histoire en 1925 ; thèse de doctorat ès lettres en Sorbonne le 16 juin 1934.

585Parcours professionnel :
Enseignant au lycée de Châteauroux, puis au lycée de Strasbourg ; bourse Lavisse pour terminer ses thèses (1931) ; nommé à la Fondation Rockefeller de Prague ; enseignant au lycée Louis-le-Grand de Paris ; chargé de cours à la faculté des lettres de Lille (novembre 1936) ; maître de conférences d’histoire moderne à la faculté des lettres de Lille en 1937 puis professeur titulaire de la chaire d’histoire des peuples slaves (1938-1950) ; affecté spécial pour le Brésil pendant la Seconde Guerre mondiale ; maître de conférences d’histoire slave à la faculté des lettres de Paris (juin 1950) ; successeur de G. Zeller dans la chaire d’histoire de la civilisation de l’Europe moderne à la Sorbonne (1958) ; professeur jusqu’à sa retraite en 1970. Dirige une collection de manuels du secondaire ; fait de nombreuses conférences à l’École normale supérieure ; connaît le tchèque et de nombreuses langues des pays slaves ; membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

586Principaux écrits : Parmi une bibliographie très importante : La politique étrangère de la France et le début de la guerre de Trente Ans : 1616 à 1621 (thèse, 1934) ; Une église tchèque au XVe s. : l’Unité des Frères (thèse complémentaire, 1934) ; Histoire de l’Amérique latine au XIXe s. (1945) ; Le XVIIe s. (1948) ; La France de Louis XIII et Richelieu (1952) ; Baroque et classicisme (1957) ; Le Baroque (1961) ; La Guerre de Trente ans (2 parties, 1964 et 1965) ; Chateaubriand par lui-même (1965) ; Monarchie et peuples du Danube (1969) ; Retables baroques de Bretagne (1972) ; L’Europe de Marie Thérèse : du Baroque aux Lumières (1973) ; œuvre non terminée sur Wallenstein. (8 p. de bibliographie dans Études européennes, p. 23-30).

587Remarques complémentaires : Le professeur Tapié est l’une des grandes figures de l’université française des années 1945-1970 qui bénéficie d’une renommée internationale par la qualité de ses travaux consacrés au monde slave et au baroque. Il jouit d’un crédit scientifique exceptionnel pour ses recherches sur le XVIIe siècle. « Lucien-Victor Tapié pouvait franchir tous les barrages et parcourir la Sorbonne occupée (mai 1968). On s’écartait sur son passage [...]. Ce grand seigneur d’un autre âge répondait toujours au salut comme il le faisait aux questions et aux lettres [...] avec soin, courtoisie, amitié et bienveillance » (Préface de Pierre Chaunu à la réédition de La Guerre de Trente ans, CDU-SEDES, 1989, p. V à VIII).

588Sources principales : Histoire, économies et sociétés, 3e trim. 1983, p. 375-425 ; Rev. Historique, « In Mémoriam », janvier-mars 1975, p. 273-274 ; Études européennes, Mélanges offerts à L.-V. Tapié, Sorbonne, 1973 ; Rev. hist. moderne et contemporaine, avril-juin 1975, p. 161-167 ; Arch. dép. Nord, VM 146172, conseil de la faculté dans sa séance du 25 février 1950 (nomination comme professeur honoraire).

89 — Thomas Émile

589État civil : Né le 19 mars 1843 à Neuf-château (Vosges) ; décédé en 1923 à Douai. Fils d’un tanneur. Marié ; quatre enfants.

590Études : Baccalauréat ès sciences ; admis à l’École normale supérieure en 1865 ; scolarité à l’École normale supérieure (1865 à 1868) ; licence de droit à Paris ; licence ès lettres en Sorbonne ; agrégation de philosophie en 1872 ; docteur ès lettres en Sorbonne, le 17 décembre 1879.

591Parcours professionnel :
Répétiteur au lycée Louis-le-Grand (1863) ; chargé de cours au lycée du Puy (avril 1868) ; Engagé volontaire en 1870-1871 ; professeur aux lycées du Puy (1873), de Chaumont (1874), d’Amiens (1877) ; en congé de janvier à avril 1879 ; suppléant au lycée Fontanet (1879) ; professeur au lycée de Troyes (juillet 1879) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Douai en 1879 ; professeur titulaire de littérature latine à la faculté des lettres de Douai en 1881 ; professeur de littérature latine à la faculté des lettres de Lille à partir du transfert (1887-1913) ; retraite en août 1913 ; poursuit son enseignement quelques mois encore jusqu’à la guerre. Correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

592Principaux ouvrages :
Essai sur Servius et son commentaire sur Virgile (thèse, 1879) ; Scoliastes de Virgile (traduction, 1880) ; Discours de Cicéron pour le poète Archias (texte latin avec commentaire critique et explicatif, 1883) ; Cicéron : Discours contre Verres (avec commentaire et notes, 1886) ; traduction commentée de divers textes de Catulle (Les Poésies) (1890) ; Pétrone : l’envers de la société romaine (1892) ; Cicéron : Morceaux choisis tirés des Traités philosophiques (1896) ; Rome et l’Empire aux deux premiers siècles (1897) ; Cicéron : Morceaux choisis tirés des Traités de rhétorique (1897) ; Cicéron : extraits des Œuvres morales (1901) ; La critique de Tacite (1903).

593Remarques complémentaires : Assesseur du doyen à la faculté des lettres de Douai en 1886 ; il s’est opposé très fortement à la gestion du doyen Moy (qui refuse, dès lors, de remplir sa fiche confidentielle et annuelle de notation) ; le conflit semble avoir son origine dans les prétentions des uns et des autres au décanat à la fin des années 1890. « Monsieur Thomas persiste dans son attitude d’abstention boudeuse. C’est un philologue érudit [...] mais comme professeur, il ne rend pas à la faculté tous les services qu’on peut attendre de lui. Il ne s’intéresse pas suffisamment aux étudiants ; il manque envers eux de zèle et de bienveillance » (note du recteur en 1896). En 1896, le doyen Moy signale : « ne paraît à la faculté qu’aux heures de ses cours ; n’est jamais aux assemblées, au conseil »

594Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 483, dossier personnel du fonctionnaire ; Arch. dép. Vosges, État civil.

90 — Tissandier Jean-Baptiste

595État civil : Né à Lyon, le 18 octobre 1822 ; décédé en 1878. Fils d’un instituteur. Célibataire

596Études : Lycée de Lille ; baccalauréat ès sciences en 1849 et baccalauréat ès lettres en 1851 ; licence ès lettres à la Sorbonne ; étudiant d’agrégation à la Sorbonne en 1856-1858 ; agrégé de philosophie en 1858 ; docteur ès lettres le 28 janvier 1852 en Sorbonne.

597Parcours professionnel :
Chargé de l’enseignement de la logique au lycée de Lille en 1852 ; professeur de logique au lycée de Dijon en 1854 ; congé de deux ans pour préparer l’agrégation (octobre 1856-septembre 1858) ; professeur de logique au lycée de Chaumont en 1858 ; professeur de logique au lycée de Clermont-Ferrand ; nommé à la faculté des lettres de Douai en mars 1864 comme chargé de cours de philosophie ; professeur titulaire de philosophie à la faculté des lettres de Douai (11 juillet 1867) ; décède en fonction en 1878.

598Principaux ouvrages :
Esprit de la poésie et des Beaux-arts ou théorie du Beau (1850) ; Examen critique de la psychologie de Platon (1851) ; Prolégomènes d’un traité philosophique d’éducation (1852) ; Cours de philosophie : leçon d’ouverture à la faculté de Douai (1864) ; Du spiritisme et des sciences occultes (1866) ; Étude de Théodicée (1869) ; L’Homme physique et l’Homme moral (1871) ; Origines du positivisme (1874).

599Remarques complémentaires : Les données sont très fragmentaires sur cet enseignant qui, de plus, n’a plus de dossier personnel de fonctionnaire aux archives nationales dans la sous-série F 17.

600Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 485 ; Séance de rentrée des facultés de Douai, année 1878-1879 ; Arch. dép. Rhône, État civil.

91 — Vacher Antoine

601État civil : Né le 18 novembre 1873 à Montluçon (Allier) ; décédé le 16 septembre 1920 (cancer). Grand-père paternel, cultivateur dans l’Allier ; grand père maternel, artisan ; son père est tailleur (la famille a de gros soucis d’argent). Marié ; un enfant.

602Études : Lycée de Montluçon ; boursier d’honneur au lycée de Lyon en 1890 ; baccalauréat ès lettres ; boursier à Henri IV (1891) ; reçu à l’École normale supérieure en 1894 ; service militaire en 1894-1895 ; scolarité à l’École normale supérieure (1895-1899) ; passe ses vacances à travailler pour rembourser les prêts familiaux (hypothèques) ; préceptorat en Allemagne, en Tunisie, en France ; à l’École normale supérieure, il est très fortement influencé par Paul Vidal de la Blache qui lui fait découvrir la géographie ; licence ès lettres (1896) et ès sciences (1903) ; diplômes d’études supérieures à Paris en 1897 sur L’État de nos connaissances sur la géographie du Maroc ; échec à l’agrégation en 1898 et en 1899 ; reçu à l’agrégation d’histoire-géographie en 1900 ; docteur ès lettres le 9 décembre 1908 en Sorbonne.

603Parcours professionnel :
Professeur suppléant à l’école Lavoisier de Paris (1899-1900) ; boursier d’étude à la Sorbonne (1900-1901) ; maître surveillant à l’École normale supérieure (1901-1905) ; chargé de cours à la faculté de Rennes (mars 1909) ; maître de conférences de géographie à la faculté des lettres de Rennes où il succède à Emmanuel de Martonne (août 1905-1909) ; professeur adjoint de géographie à la faculté des lettres de Rennes (mars 1909-mai 1911) ; il y installe le laboratoire de géographie dans ses nouveaux locaux ; chargé de cours de géographie à la faculté des lettres de Lille (octobre 1911-mai 1919) ; travaille au Service géographique des armées pendant la Première Guerre mondiale ; professeur de géographie à la faculté des lettres de Lille (mai 1919) ; opéré en juillet 1914 d’un cancer ; en congé pour raison de santé à partir de mai 1920.

604Principaux écrits :
Le Berry ; contribution à l’étude géographique d’une région française (thèse, 1908) ; Fleuves et rivières en France (1908) ; De nombreux articles pour les Annales de géographie dont : Montluçon : étude de géographie urbaine (étude pionnière pour l’époque) ; La géographie économique de l’Angleterre ; Les pluies en Tunisie ; La région de Phoenix et le barrage Roosevelt ; Rivières à méandres encaissées et terrasses à méandres ; La rade de Brest.

605Remarques complémentaires : Il s’engage fortement dans le camp dreyfusard en 1898-1900 et participe à de nombreuses manifestations et réunions politiques qui peuvent expliquer les échecs successifs du jeune normalien à l’agrégation d’histoire en 1898 et 1899. Il réussira à obtenir pour l’Institut de géographie de la faculté des lettres de Lille, une partie des fonds du Service géographique des Armées, après 1918.

606Sources principales : Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1921, p. 115 et suivantes ; Arch. dép. Nord, 2 T 490 ; Annales de géographie, tome 1921, p. 70-71 ; Arch. dép. Nord, VM 146171, procès-verbal du conseil de la faculté des lettres de Lille dans sa séance du 3 janvier 1919 candidature à la chaire de géographie avec le rapport du professeur Jouguet (deux pages).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-5.png
Fichier image/png, 37k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-7.png
Fichier image/png, 14k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-9.png
Fichier image/png, 28k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-11.png
Fichier image/png, 17k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-13.png
Fichier image/png, 25k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-14.png
Fichier image/png, 410k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/116/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « Notices biographiques des enseignants titulaires de la faculté des Lettres de Douai puis de Lille sous la Troisième République », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « Notices biographiques des enseignants titulaires de la faculté des Lettres de Douai puis de Lille sous la Troisième République », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006 [En ligne], mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/116

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org