Navigation – Plan du site
Les lettrés de la République - Jean-François CONDETTE
Notices biographiques des enseignants titulaires

Quelques notices simplifiées pour les chargés de cours les plus marquants de la faculté sous la Troisième République

p. 216-223

Texte intégral

1 — Blondel Georges

1État civil : Né à Dijon (Côte-d’Or) le 8 mars 1856, décédé le 31 juillet 1948. Frère de Maurice Blondel.

2Études : Baccalauréat ès lettres ; élève de l’École pratique des Hautes Études et des facultés de droit et des lettres de Paris ; docteur en droit en 1881 ; agrégé d’histoire en 1883 ; docteur ès lettres en 1892.

3Parcours professionnel :
Chargé de cours à la faculté de droit de Lyon en 1884 ; chargé de cours à la faculté des lettres de Lille en 1894 ; muté à Lyon, nommé ensuite professeur à l’École des hautes études commerciales de Paris ; réalise des cours au Collège de France. Spécialiste de l’Allemagne.

4Principaux écrits :
Étude sur la politique de l’empereur Frédéric II en Allemagne et sur les transformations de la Constitution allemande dans la première moitié du XIIIe s. (thèse sous la direction d’Ernest Lavisse, 1892) ; L’essor industriel et commercial du peuple allemand (1899) ; L’éducation économique du peuple allemand (1909) ; Les embarras de l’Allemagne (1913) ; La doctrine pangermaniste (1915) ; Pour mieux juger les Allemands (1918) ; Que peut-on dire aujourd’hui des Allemands ? (1920) ; La Rhénanie, son passé, son avenir (1921) ; Auteur de très nombreuses études sur l’Allemagne contemporaine.

5Sources principales : Articles de presse et des revues spécialisées.

2 — Bruchet Max

6

7État civil : Né à Lons le Saunier (Jura) le 6 juin 1868 ; décédé le 26 novembre 1929.

8Études : Scolarité au lycée de Lons-le-Saulnier. Maître répétiteur au lycée de Chaumont ; entre à l’École des chartes en novembre 1887 ; diplôme d’archiviste paléographe en février 1891 avec une thèse sur le Bourbonnais sous le duc Louis II (1356-1410).

9Parcours professionnel : Maître répétiteur au lycée de Chaumont ; archiviste du département de la Haute-Savoie (30 août 1892) ; muté à Lille en 1908, il consacre toute sa vie au classement de ce vaste dépôt d’archives et répertorie le fonds révolutionnaire, la série H, les documents de la Chambre des comptes de Lille, multipliant les inventaires. Pendant la Première Guerre mondiale, il reste à Lille, sauve les archives du pillage allemand, cache le drapeau du 6e régiment de chasseurs et les archives du Quartier général de la première région militaire au risque de sa vie ; archiviste de la ville de Lille ; membre de la Commission supérieure des archives en 1920 ; chargé des cours de diplomatique et de paléographie à la faculté des lettres de Lille (novembre 1924-1929).

10Principaux écrits :
Étude archéologique sur le château d’Annecy (1901) ; Précis de l’histoire du département de la Haute-Savoie (1905) ; Le château de Ripaille (1907) ; L’abolition des droits féodaux en Savoie (1908) ; Marguerite d’Autriche (1927). Sa bibliographie complète couvre 13 pages dans la Revue du Nord en 1931.

11Sources principales : Dictionnaire de graphie française ; Annales Société d’émulation Bruges, 1929, p. 226-237 ; « Éloge funèbre » par Alexandre de Saint-Léger, Bull. Commission hist. dép. Nord ; « Notice biographique sur Max Bruchet » par Henri Courteault, Lille, Revue du Nord, août 1930, p. 161-198 et février 1931, p. 13-58 et 104-116 ; Bibl. École des chartes, 1930.

3 — Cagnat René-Louis-Victor

12État civil : Né à Paris le 10 octobre 1852 ; décédé le 27 mars 1937.

13Études : Baccalauréat ès lettres ; entre à l’École normale supérieure en 1873 ; scolarité à l’École normale supérieure (1873-1876), licence ès lettres ; agrégé de grammaire ; il soutient ses thèses en Sorbonne en 1880 : L’Organisation des milices municipales et provinciales de l’Empire romain et Les impôts indirects chez les romains jusqu’aux invasions barbares.

14Parcours professionnel :
Professeur au collège Stanislas de Paris ; missions en Tunisie ; exploration archéologique de trois ans sur place ; chargé de cours d’histoire à la faculté des lettres de Douai en 1886-1887 ; nommé en 1887 à la chaire d’épigraphie et d’antiquités romaines au Collège de France ; vice-président du Comité des travaux historiques et scientifiques ; élu le 6 décembre 1895 à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres.

15Principaux écrits :
Le portorium chez les romains (1880) ; Cours élémentaire d’épigraphie latine (1886) ; traduit trois des volumes de l’Histoire romaine de Nommsen (1887-1889) ; Cours d’épigraphie latine (1889) ; Chronologie de l’empire romain (1891) ; Timgad : une cité africaine sous l’Empire romain (1891) ; L’armée romaine d’Afrique (1892) ; À travers le monde romain (1912) ; Manuel d’archéologie romaine (1916) ; Les Inscriptions latines d’Afrique (1923) ; participation au Dictionnaire des antiquités de Daremberg, Saglio et Pottier (92 articles). Articles très nombreux dans : Journal des Savants ; Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques ; Bulletin de la société nationale des antiquaires de France ; Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France ; Revue archéologique ; Revue de philologie ; Revue celtique, Bulletin de correspondance hellénique. Directeur à partir de 1903 du Journal des Savants ; directeur pendant trente ans de l’Année épigraphique.

16Sources principales : Dictionnaire de biographie française ; Mélanges Cagnat, Paris, Ernest Leroux, 1912 (bibliographie détaillée) ; Rev. int. Enseignement, t. 1938, p. 65-82.

4 — Collart Paul

17

18État civil : Né le 24 novembre 1878 à Conflans-en-Jurnisy (Meurthe-et-Moselle) ; décédé le 10 avril 1946 à Neuilly-sur-Seine. Fils d’un négociant. Marié ; deux enfants.

19Études : boursier au lycée de Charleville ; baccalauréat ès lettres en 1897 ; boursier de licence et d’agrégation de la faculté des lettres de Lille ; licence ès lettres en 1900 ; agrégé de grammaire en 1903 ; docteur ès lettres le 23 mai 1931 en Sorbonne.

20Parcours professionnel :
Suppléant au lycée de Bar-le-Duc (1904) ; professeur de sixième au lycée de Douai (1904-1906) ; professeur de sixième au lycée de Lille (1906-1913) ; chargé de cours de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Lille (1906-1913) ; professeur de cinquième au lycée Michelet (Vanves en 1914-1917) ; il est capturé par les Allemands en 1914 alors qu’il passait ses vacances en Lorraine ; interné, il est échangé en 1917 ; professeur de sixième au lycée Pasteur (1917-1928) ; suppléant de Pierre Jouguet à la Sorbonne (1928-1932) ; maître de conférences de langue et littérature grecques à la faculté des lettres de Paris (1er janvier 1933) ; professeur sans chaire (avril 1933-1936) ; professeur de papyrologie en Sorbonne (1936-1946) ; chargé de cours à l’École pratique des Hautes Études (1928) puis directeur d’études pour la philologie grecque (février 1938).

21Principaux ouvrages :
Les papyrus Bouriant (1926) ; Les papyrus grecs d’Achmin à la Bibliothèque nationale (1930) ; Nonnos de Panopolis : études sur la composition et le texte des dionysiaques (thèse en 1930) ; Les papyrus de l’Iliade et de L’Odyssée (1933, 1934 et 1939) ; Les papyrus de Théodore Reinach (1940) ; Participe à la traduction et à l’édition de l’Iliade (collection G Budé) ; nombreux articles dans la Revue de philologie, la Revue des études grecques, la Revue égyptologie…).

22Sources principales : Arch. nat., AJ/16/ 5932 ; Arch. dép. Nord, 2 T 210 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : dictionnaire biographique, t. 2, p. 62-63.

5 — Desrousseaux Alexandre-Marie (dit Bracke)

23État civil : Né le 29 septembre 1861 à Lille dans le quartier Saint-Sauveur ; décédé à Paris le 26 décembre 1955. Son grand-père était un ancien sous-officier devenu passementier. Fils du chansonnier et poète lillois Alexandre Desrousseaux (1820-1892), auteur du célèbre P’tit Quinquin. Sa mère, Mademoiselle Brake était la fille d’un révolutionnaire blanquiste.

24Études : Scolarité au lycée de Lille à partir de 1872 ; Lycée Louis-le-Grand comme boursier ; entre à l’École normale supérieure en 1881 ; scolarité à l’École normale supérieure (1881 à 1884) ; licence ès lettres ; agrégation de grammaire (1er) en 1884 ; École française de Rome (1885-1887) où il étudie d’anciens manuscrits grecs ; doctorat ès lettres en Sorbonne.

25Parcours professionnel :
En 1887, il est chargé d’un cours de philologie à la faculté des lettres de Douai ; En 1891, il est chargé de cours à la Sorbonne ; directeur d’études-adjoint à l’École pratique des Hautes Études (1896) ; directeur d’études de philologie grecque à l’École pratique des Hautes Études (1915-1955).
Grand militant socialiste ; lié à Jules Guesde et Gustave Delory ; membre du Parti ouvrier français à 25 ans ; réalise divers comptes rendus pour le journal le Réveil du Nord ; en 1897, il prend pour pseudonyme le nom de sa mère, Bracke, par solidarité avec des instituteurs obligés d’écrire sous des pseudonymes ; militant socialiste à Paris ; participe aux congrès généraux d’unité socialiste (1899 et 1900) ; secrétaire pour l’extérieur du Parti socialiste de France puis du Parti socialiste unifié ; siège au Bureau socialiste international ; il fut l’un des artisans du rapprochement entre la tendance guesdiste et la tendance jauressiste lors de la réalisation de l’unité socialiste en 1905 ; membre de la commission d’unification du parti ; il fut l’un des leaders de L’Humanité entre 1905 et 1920. 
Député du 14e arrondissement de Paris en 1912 ; grand défenseur de la proportionnelle au Parlement ; réélu en 1914 puis en 1919 ; battu en 1924. Soutient pendant la Première Guerre mondiale, la politique de défense nationale ; adversaire en 1917 de la signature par la Russie d’une paix séparée ; Au congrès de Tours, il refuse d’adhérer à la IIIe Internationale et tente de maintenir le vieil esprit guesdiste à la SFIO ; battu aux législatives de 1924 dans la Seine, il retrouve un siège dans le département du Nord en 1928 ; député du Nord jusqu’en 1936 ; il renonce alors à tout mandat, alléguant son grand âge et le désir d’achever la traduction d’Athénée ; en 1935, il est vice-président de la Chambre des députés ; supplée Léon Blum à la tête du Populaire à partir de 1936 ; pendant l’occupation, il est emprisonné quelque temps par la Gestapo à Fresnes. Connaît sept langues (surtout l’anglais et l’allemand) ; traduit les œuvres de nombreux militants socialistes anglais (Quelch, Hyndman) et allemands (Bebel, Kautsky, Rosa Luxembourg…) ; il avait entrepris la traduction des œuvres complètes de Friedrich Engels ; il traduit aussi Humain, trop humain de Nietzsche.

26Principaux ouvrages :
Œuvre importante de philologue ; Édi- tions classiques de plusieurs auteurs grecs : Morceaux choisis d’Hérodote, de Lucien, de Sophocle, de Xenophon et d’Aristophane. Il a publié la première édition française et la première traduction des Poèmes de Bacchylide de Ceos (1898), faite d’après un papyrus égyptien (prix Jules Janin de l’Académie française) ; édition avec traduction du tome I des Déipnosophistes (œuvre d’Athénée, 1956) ; nombreuses traductions des Oeuvres de Rosa Luxembourg, Karl Marx et Friedrich Engels ; articles nombreux dans la Revue de philologie.

27Sources principales : Dictionnaire de biographie française ; Martine Pottrain, Le Nord au cœur : historique de la Fédération du Nord du Parti socialiste, 1880-1993 ; brochure de la Bibliothèque universitaire de Lille 3, « Bracke-Desrousseaux », 86 p. (BR 4 988) ; Christophe Prochasson, « Entre hellénisme et socialisme : le cas « Bracke », dans Bernard Ménager, Jean-François Sirinelli et Jean Vavasseur-Desperriers (éd.), Cent ans de socialisme septentrional, Lille, CRHEN-O, n ̊ 12, 1995, p. 171-193.

6 — Emerit Marcel

28État civil : Né le 3 août 1899 à Niort (Deux-Sèvres) ; décédé en 1985.

29Études : Boursier au lycée de Rochefort ; baccalauréat ès lettres en 1915 ; licencié ès lettres en 1917 (faculté de Bordeaux) ; diplôme d’études supérieures en 1918 (Bordeaux) ; agrégation d’histoire-géographie en 1923 ; thèse de doctorat ès lettres en 1937.

30Parcours professionnel :
Délégué puis professeur au lycée de Tourcoing de 1921 à 1923 ; pensionnaire à l’Institut français des hautes études en Roumanie (1924-1926) ; professeur à l’université de Bucarest (1926-1928), professeur au lycée de Lille (octobre 1928-1935) ; chargé de cours de civilisation roumaine à la faculté des lettres de Lille (1928-1938) ; professeur au lycée Rollin de Paris (1935-1936) ; maître de conférences à la faculté des lettres d’Alger (1er février 1938), professeur d’histoire contemporaine à la faculté des lettres d’Alger (2 décembre 1944-1962) ; professeur d’histoire contemporaine à la faculté des lettres de Lille de 1962 à sa retraite.

31Principaux écrits :
Victor Place et la politique française en Roumanie à l’époque de l’Union (1931) ; Les paysans roumains depuis le traité d’Andrinople jusqu’à la libération des terres : 1824-1864 (thèse, 1937) ; Madame Cornu et Napoléon III (1937) ; Les saints-simoniens en Algérie (1941) ; Pauline Roland et les déportées d’Afrique (1945) ; La Révolution de 1848 en Algérie (1949) ; L’Algérie à l’époque d’Abd El Kader (1951) ; de très nombreux articles dans les revues spécialisées : Revue d’histoire moderne, Revue africaine, L’information historique ; Revue d’histoire moderne et contemporaine ; Revue française d’histoire d’Outre-Mer ; Revue d’histoire maghrébine (6 p. de bibliographie).

32Sources : Rev. Histoire maghrébine, janvier 1977, 408 p. ; Mélanges Marcel Emerit ; Dictionnaire national des contemporains, 5e édition.

7 — Fichelle Alfred

33État civil : Né le 15 octobre 1889 à Paris ; décédé le 19 octobre 1968. Mariage en 1917 ; un enfant.

34Études : Scolarité au lycée de Lille ; baccalauréat ès lettres en 1907 ; licence ès lettres en 1909 ; boursier de la faculté lilloise (1909-1912) ; licence ès lettres à la faculté des lettres de Lille en 1910 ; diplôme d’études supérieures à Lille le 19 juin 1911 ; agrégation d’histoire-géographie en 1914 ; doctorat ès lettres en Sorbonne.

35Parcours professionnel :
Enseignant suppléant au lycée de Douai (1913), délégué dans l’enseignement de l’histoire-géographie au lycée de Douai (1913-1914) ; professeur au lycée de Guéret (février 1915-oct 1915) ; professeur au lycée de Clermont-Ferrand (1915-1916) ; détaché comme maître de conférences à l’Institut français de Pétrograd en octobre 1916 (il y est le spectateur de la Révolution de 1917 et revient en France avec sa fiancée russe qu’il a réussi à faire évader de Russie) ; chargé de cours de géographie à la faculté des lettres de Lille (16 janvier 1920) ; professeur à l’Institut Ernest Denis (Institut français de Prague) de 1920 à 1925 ; administrateur (1925-1937), directeur du même institut (1937-1939) ; secrétaire général de l’Alliance française ; de retour en France, attaché du ministère des Affaires Étrangères ; directeur du Bureau d’accueil des étudiants étrangers dans la zone non occupée en 1940 ; installé à Clermont-Ferrand, y rejoint un groupe de résistants (passage de jeunes Polonais et Tchécoslovaques à Londres ou Alger, aides aux réfractaires du Service du travail obligatoire et traductions de textes sur l’Europe centrale et la Russie pour les alliés) ; chaire d’histoire, de géographie et de civilisation de l’Europe Orientale à l’École nationale des langues orientales (1945-1960) ; secrétaire général de l’Institut d’études slaves (1944-1960).

36Principaux écrits :
Participe à l’Histoire universelle de Quillet (parties sur l’histoire et la géographie de la Russie de la Pologne et de la Roumanie) ; chargé du « monde slave » dans l’Encyclopédie de la Pléiade ; chargé du monde slave dans l’Encyclopédie Larousse ; Bratislava, étude de ville (Annales de géographie) ; Géographie physique et économique de l’URSS.

37Sources principales : Arch. dép. Nord, 2 T 273 ; Rev. études slaves, t. 1969, p. 349-352.

8 — Jeanmaire Henri

38État civil : Né le 21 novembre 1884 à Paris ; décédé le 22 février 1960 à Viroflay. son père était « médecin-major de première classe ». Célibataire.

39Études : Baccalauréat ès lettres en 1902 ; admis au concours de l’École normale supérieure en 1905 ; scolarité à l’École normale supérieure (1905-1909), licence ès lettres en 1906 ; agrégation d’histoire-géographie en 1909 ; thèse de doctorat ès lettres en 1930 en Sorbonne.

40Parcours professionnel :
Professeur agrégé au lycée d’Oran (1er octobre 1909-24 avril 1911) ; en congé (séjour en Allemagne) d’avril 1911 à septembre 1912 ; congé renouvelé d’octobre 1912 à septembre 1913 ; professeur au lycée de Besançon (1er octobre 1913-30 septembre 1920) et chargé d’enseignement d’histoire de l’Antiquité et du Moyen Âge à la faculté des lettres de Besançon (février 1917-septembre 1919) ; en congé d’inactivité (1er octobre 1920-30 septembre 1928) avec traitement d’inactivité ; chargé d’une conférence complémentaire (deux heures) d’histoire des religions à la faculté des lettres de Lille (arrêté du 23 février 1924) : « Monsieur Jeanmaire apporte depuis plusieurs années un concours précieux à la faculté des lettres. Il a orienté étroitement l’enseignement qui lui est confié de façon à l’intégrer étroitement à la préparation générale de nos étudiants d’histoire et de philosophie [...]. Depuis longtemps, on souhaite que sa situation universitaire devienne moins précaire » (rapport de notation de l’année 1930- 1931) ; chargé d’une conférence à l’École pratique des Hautes Études (1929-1936) ; directeur d’études à l’École pratique des Hautes Études (1er juin 1943-30 octobre 1955) ; retraite en septembre 1955.

41Principaux écrits :
Couroï et courètes : essai sur l’éducation spartiate et sur les rites d’adolescence dans l’antiquité hellénique (thèse, 1930) ; Le messianisme de Virgile (1930) ; La Sibylle et le retour de l’âge d’or (1939) ; Dionysos : Histoire du culte de Bacchus (1951).

42Sources principales : Arch. nat., F17 26505 ; Arch. dép. Nord, 2 T 335 ; Notice de l’École pratique des Hautes Études, année 1960 ; Arch. dép. Paris, État civil (IIIe arrondissement).

9 — Mahn Jean-Berthold

43État civil : Né le 18 octobre 1911 à Paris ; décédé le 23 avril 1943.

44Études : Scolarité au lycée Louis-le-Grand ; baccalauréat ès lettres ; étudiant à la Sorbonne ; licence ès lettres ; entre à l’École des chartes en 1931 ; thèse de l’École des chartes en 1935 : l’exemption et le gouvernement de l’ordre cistercien aux XIIe et XIIIe s. ; École française de Rome en 1936-1937 ; agrégé en 1938.

45Parcours professionnel :
Professeur d’histoire au lycée de Reims (1938) et chargé de cours à la faculté des lettres de Lille en 1939-1940 ; réfugié en Auvergne en 1940-1942, il donne des cours par correspondance ; séjour à la Casa Velasquez de Madrid en 1942-1943 (leçons de français). Par l’Espagne, il passe au Maroc et rejoint les forces alliées ; engagé volontaire en 1943, il participe au débarquement allié en Italie ; tué lors des opérations de libération de l’Italie (avril 1943).

46Principaux écrits : L’exemption et le gouvernement de l’ordre cistercien de 1119 à 1265 (1945).

47Sources principales : Bibl. École des chartes, 1944.

10 — Massigli René

48État civil : Né le 22 mars 1888 à Montpellier (Hérault) ; décédé le 3 février 1988.

49Études : Baccalauréat ès lettres ; scolarité à l’École normale supérieure (1907-1910) ; licence ès lettres à Paris en 1908 ; agrégé d’histoire en 1910 ; École française de Rome (1910-1913).

50Parcours professionnel :
Chargé de cours d’histoire des religions à la faculté des lettres de Lille (22 novembre 1913) ; entre dans la carrière diplomatique ; nombreuses missions diplomatiques entre 1919 et 1933 ; attaché au secrétariat de la Conférence de la paix de Versailles en 1919 ; secrétaire général-adjoint de la délégation française à la Conférence de Washington (1921) ; secrétaire général de la délégation française à la Conférence de Gênes (1922) ; maître des requêtes au Conseil d’État en mai 1924 ; secrétaire politique à la Conférence franco-soviétique de 1926 ; chef du service français à la Société des nations (avril 1928) ; directeur adjoint au Quai d’Orsay (24 mars 1933), sous-directeur du service de la Société des nations ; directeur des affaires politiques et commerciales en 1937-1938 ; Antimunichois notoire, opposé aux concessions à Hitler, il est envoyé en disgrâce à Ankara ; limogé par Vichy, recherché par la Gestapo ; il rejoint Charles de Gaulle à Londres en tant que commissaire aux Affaires étrangères ; commissaire national aux Affaires étrangères dans le Comité français de libération nationale ; aux côtés de Charles de Gaulle à Alger pour rencontrer Giraud (30 mai 1943) ; ambassadeur à Londres après la Libération (pendant onze ans) ; participe aux négociations des accords de Paris de 1954.

51Principaux écrits :
Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie : musée de Sfax.

52Sources : Arch. dép. Nord, 2 T 405 ; Jean-Baptiste Duroselle, La décadence ; L’Abîme ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1989, p. 29-30 ; Dictionnaire national des contemporains, 1936, t. 2, p. 425.

11 — Mathiez Albert

53État civil : Né le 10 janvier 1874 à Fouillies-les-Oreilles (Haute-Saône) ; décédé le 25 février 1932. Fils d’un cultivateur devenu aubergiste. Mariage en février 1920 ; divorce en 1912 ; remariage en 1918 ; quatre enfants.

54Études : École primaire de Lure ; collège de Lure (1883-1890) ; pensionnaire au lycée de Vesoul (1890-1891) ; baccalauréat ès lettres (1891), boursier au lycée Lakanal ; admis à l’École normale supérieure (1894-1897) ; licence ès lettres en 1895 ; agrégé d’histoire en 1897 ; docteur ès lettres en 1904.

55Parcours professionnel :
Professeur d’histoire aux lycées de Montauban (1898), Rochefort (1899-1900) ; pensionnaire Fondation Thiers (1900-1901) ; professeur aux lycées de Châteauroux (1901-1902), Caen (1902-1906) ; professeur d’histoire au lycée Voltaire de Paris (1906-1908) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Nancy (février 1908) ; chargé de cours à la faculté des lettres de Lille en suppléance de Philippe Sagnac (novembre 1908-avril 1909) ; enseignant à la faculté des lettres de Besançon, (1911) ; chargé de cours d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des lettres de Dijon (octobre 1919) ; professeur d’histoire contemporaine à la faculté des lettres de Dijon (octobre 1921) ; échec de sa candidature à la succession d’Aulard (en 1923) ; suppléant de Philippe Sagnac en Sorbonne (novembre 1926) ; chargé de conférences à l’École pratique des Hautes Études (1928-1932). Fondateur de la Société des études robespierristes. Socialiste, adhère au Parti communiste de 1920 à 1923 ; membre de la Ligue des combattants de la paix en 1931.

56Principaux écrits :
La Théophilanthropie et le culte décadaire (1796-1802) (1904) ; Les origines des cultes révolutionnaires (1904) ; La question sociale pendant la Révolution française (1905) ; Les lois françaises de 1789 à nos jours (1906) ; Contribution à l’histoire religieuse de la Révolution française (1907) ; Rome et le clergé français sous la Constituante (1911) ; Le bolchevisme et le jacobinisme (1920) ; réédition de Jean Jaurès : Histoire de la Révolution française (8 vols, 1922-1924) ; La Révolution française (3 vols, 1922, 1924, 1927) ; Autour de Robespierre (1925) ; Autour de Danton (1926) ; La réaction thermidorienne (1929) ; Girondins et montagnards (1930) ; Le Directoire (1934) ; Étude sur Robespierre (1958). Nombreux articles dans les revues spécialisées : La Révolution française, Revue historique, Revue d’histoire moderne et contemporaine.

57Sources principales : Christophe Charle ; Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, t. 2, p. 152-154 ; Annuaire des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1933, p. 87-94.

12 — Michaut Gustave

58État civil : Né le 20 février 1870 à Perrigny (Yonne) ; décédé le 1er septembre 1946 à Sceaux. Fils d’un instituteur. Marié ; cinq enfants.

59Études : Lycée de Lyon puis lycée Henri IV ; baccalauréat ès lettres ; admis à l’École normale supérieure en 1889 ; scolarité à l’École normale supérieure (1889-1892) ; licence ès lettres en 1890 ; agrégation des lettres en 1893 ; docteur ès lettres en Sorbonne en 1903.

60Parcours professionnel :
Professeur de rhétorique au lycée de Moulins (octobre 1893-1894) ; professeur-adjoint à la faculté des lettres de Fribourg (1894) ; professeur titulaire et doyen de la dite faculté ; chargé de cours de littérature française à la faculté des lettres de Lille (1er février 1904) ; maître de conférences de littérature française en Sorbonne (décembre 1904) ; professeur-adjoint de littérature française (24 avril 1919) ; professeur d’éloquence française à la faculté des lettres de Paris (1er novembre 1922) ; professeur et doyen à la faculté des lettres du Caire (1926-1929), retraite le 30 septembre 1940.

61Principaux écrits :
Le génie latin (1900) ; Sainte-Beuve avant les Lundis (thèse, 1902) ; Lettres du XVIIIe s. (1903) ; La confession de Sainte-Beuve (1905) ; Études sur Sainte-Beuve (1905) ; La Bérénice de Racine (1907) ; Anatole France (1913) ; La Fontaine (deux volumes en 1913) ; Plaute (deux volumes en 1920) ; La jeunesse de Molière (1922) ; Les débuts de Molière à Paris (1923) ; L’évolution littéraire du Moyen Âge français (1933) ; La Bruyère (1936) ; Édition des œuvres complètes de Molière ; nombreuses éditions ou traductions commentées de textes littéraires (Montaigne : L’Institution des enfants ; La Fontaine : Fables ; Honoré d’Urfé : poésies choisies ; Pensées de Marc-Aurèle…) ; manuels de grammaire pour le secondaire.

62Sources principales : Arch. nat., AJ/16/6089 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, t. 2, p. 158- 159.

13 — Pauphilet Albert

63État civil : Né le 13 avril 1884 à L’Isle-Saint-Denis (Seine) ; décédé le 28 juin 1948 à Paris. Fils d’un employé de librairie. Marié ; quatre enfants.

64Études : Scolarité au lycée Condorcet ; baccalauréat ès lettres en 1902 ; Admis à l’École normale supérieure en 1904 ; service militaire en 1904-1905 ; scolarité à l’École normale supérieure (1905-1908) ; licence ès lettres en 1906 ; agrégation des lettres en 1908 ; docteur ès lettres en Sorbonne en 1921.

65Parcours professionnel :
Détaché comme professeur de littérature française à l’université du Caire (1908-1910) ; professeur de troisième au lycée de Lille (1910-1919) ; chargé de conférences de littérature française à la faculté des lettres de Lille (novembre 1912) ; mobilisé du 2 août 1914 à mai 1919 et blessé en février 1915 ; maître de conférences de littérature française à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand (octobre 1919) ; chargé de cours de langue et littérature du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lyon (novembre 1922) ; professeur de langue et littérature du Moyen Âge à la faculté des lettres de Lyon (1923) ; détaché quelques mois par an comme professeur à l’université de Prague (1925-1938) ; maître de conférences de littérature française en Sorbonne (novembre 1934) ; professeur de littérature française préclassique à la Sorbonne (novembre 1937) ; mobilisé d’août 1939 à juillet 1940 ; résistant actif pendant la Seconde Guerre mondiale en Sorbonne ; directeur de l’École normale supérieure (1944), décédé en fonction en 1948.

66Écrits principaux :
Études sur la queste del Graal (thèse de doctorat, 1921) ; La queste du Saint-Graal (1923) ; La roue des fortunes royales ou la gloire d’Artus (1925) ; Édition de Jehan de Paris, roy de France (1931) ; Édition de Chrétien de Troyes (1934) ; Les regrets (1935) ; Le Moyen Âge ; premier volume de l’Histoire de la littérature française dirigée par F. Strowski (1937) ; Textes choisis du Moyen Âge (3 vols de 1938 à 1942) ; Du Bellay : Le legs du Moyen Âge (1950)

67Sources principales : Arch. nat., AJ/16/6110 ; Annales de l’université de Paris, 1948, p. 92-94 ; Christophe Charle, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris, t. 2, p. 167-168.

14 — Piétresson de Saint-Aubin Pierre

68État civil : Né à Bar-sur-Seine (Aube) le 11 décembre 1895 ; décédé le 20 janvier 1981. Fils d’un agrégé, professeur de lettres.

69Études : Scolarité au lycée de Troyes ; licence de droit à Paris ; École des chartes ; diplôme d’archiviste-paléographe en 1917 : Essai sur la formation et le développement topographique de la ville de Troyes jusqu’en 1524.

70Parcours professionnel :
Stagiaire aux Archives départementales de l’Aube en 1916 ; archiviste paléographe du département de l’Aube de 1920 à 1930 ; succède en 1930 à Max Bruchet aux Archives départementales du Nord ; reste 35 ans en poste (énorme travail de classement et de répertoire) ; inspecteur d’académie du Nord du 6 juin au 20 octobre 1940 ; chargé du cours de paléographie à la faculté lilloise jusqu’en 1965.

71Principaux écrits :
Étude sur Pierre d’Ailly et l’histoire de Lille (1957-1960) ; nombreux articles sur l’Aube, la Champagne et le Nord (3 p. de références, 90 cotes).


72Sources principales : Bulletin de la commission historique du département du Nord, 1985 ; Mémoires de la société académique de l’Aube, t. CX ; La Voix du Nord du 10 février 1981 (hommage de René Robinet) ; Bibl. École des chartes ; Who’s Who France ; 1967-1968.

15 — Raison Louis

73État civil : Né le 14 février 1865 à Douai (Nord) ; lacune sur la date de son décès. Marié, 4 enfants dont une fille qui sera chargée de cours pendant la Première Guerre mondiale (Jeanne).

74Études : Baccalauréat ès lettres ; boursier de licence à la faculté des lettres de Douai ; licence ès lettres en 1887 ; agrégation de grammaire en 1892.

75Parcours professionnel : Maître-auxiliaire au lycée de Douai (1885-1886) ; professeur au collège Saint-Paul (1888) ; professeur au collège du Quesnoy (1888-1891) ; professeur au collège de Dunkerque (22 mai 1891) ; professeur au lycée de Laon (1892) ; professeur de grammaire au lycée de Tourcoing (12 mars 1895) ; chargé de cours de grammaire grecque à la faculté des lettres de Lille (20 février 1914) ; nommé temporairement chargé de la maîtrise de conférences de littératures latine et grecque à la faculté lilloise (par décision du recteur de 1915 à janvier 1919) ; il est l’un des rares enseignants présents dans une ville occupée par les Allemands et maintient coûte que coûte l’existence de l’institution au milieu des pires privations ; nommé professeur au lycée Buffon de Paris en octobre 1922.

76Sources Principales : Arch. dép. Nord, 2 T 456-A.

16 — Roger Maurice

77État civil : Né le 16 février 1863 à Paris (1er) et décédé à Paris, le 28 janvier 1941 ; son père était commissaire en pelleterie. Mariage le 28 juillet 1894 à Paris avec Cécile, Sophie Buisson (fille de Ferdinand Buisson) ; trois enfants ; l’aîné, Jean, né à Lille en juillet 1895 sera tué au combat en 1916.

78Études : Scolarité aux lycées Michelet de Vanves puis à Louis-le-Grand ; baccalauréat ès lettres en 1881 ; boursier de licence en 1882-1884 ; licence ès lettres en 1884 ; boursier d’agrégation en 1885-1887 à la faculté des lettres de Bordeaux ; agrégation de grammaire en 1887 ; doctorat ès lettres le 16 juin 1905 en Sorbonne.

79Parcours professionnel :
Professeur de 6e au collège de Fontenay-le-Comte (1er mars 1885), en congé en 1885-1887 ; professeur de 5e au lycée de Laon (septembre 1887) ; professeur de 5e au lycée de Lille (septembre 1891) ; chargé de conférences de grammaire à la faculté des lettres de Lille en 1893-1894 (arrêté du 14 novembre 1893) et 1894-1895 (arrêté du 31 juillet 1894) ; professeur de 6e au lycée Carnot (août 1895) ; professeur de 5e au lycée Condorcet (août 1896) ; professeur de 5e au lycée Carnot (août 1897) ; professeur de 4e au lycée Carnot (janvier 1904) ; délégué dans les fonctions d’inspecteur d’académie (29 janvier 1916) ; inspecteur général de l’enseignement primaire (décret du 23 juillet 1917) ; admis à la retraite (décret du 24 juin 1933).

80Principaux écrits :
L’enseignement des lettres classiques d’Ausone à Alcuin (thèse, 1905) ; réalisation de nombreux manuels scolaires en collaboration avec d’autres auteurs dans la collection Hachette : Grammaire latine ; Petite grammaire latine ; Première année de latin ; Cahier de latin : syntaxe ; Cahier de latin : vocabulaire ; Exercices latins ; Exercices sur la grammaire latine complète (plusieurs tomes selon les niveaux) ; Méthode de langue latine (plusieurs tomes selon les niveaux de classe).

81Sources principales : Arch. nat., F17 24326 ; L’Information universitaire du 15 février 1941 ; Guy Caplat, L’Inspection Générale de l’Instruction publique au XXe s. : dictionnaire biographique des inspecteurs généraux et des inspecteurs d’académie de Paris, 1914-1939, Paris, INRP, Economica, 1997, p. 455- 458.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François CONDETTE, « Quelques notices simplifiées pour les chargés de cours les plus marquants de la faculté sous la Troisième République », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006, p. 216-223.

Référence électronique

Jean-François CONDETTE, « Quelques notices simplifiées pour les chargés de cours les plus marquants de la faculté sous la Troisième République », in Les lettrés de la République, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 37), 2006 [En ligne], mis en ligne le 09 juin 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/117

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org