Navigation – Plan du site
Première partie : Les documents d'archives

Archives, titres et papiers de la ville de Douai (XIIe-XVIIIe s.)

De la nécessité politique à la dimension historique
Marie Ange Nawrocki
p. 21-31

Texte intégral

  • 1 M.-A. Nawrocki a tiré cet article de son mémoire de maîtrise, Archives, titres et papiers de la vil (...)
  • 2 G. Espinas, La Vie urbaine de Douai au Moyen Âge, Paris, Auguste Picard, 1913, t. 1, p. 962.

1Les archives communales de Douai conservent les documents émanant de l’administration de la ville depuis le XIIe siècle1. Douai a obtenu du comte de Flandres une charte de franchise avant 1188, qui permet à ses bourgeois d’administrer eux-mêmes la ville, alors en plein essor économique. L’activité de l’institution communale se traduit par les documents qu’elle produit, qu’elle reçoit et qu’elle conserve, avec plus ou moins de soin. L’autonomie de la ville de Douai se maintient grâce aux privilèges successifs qui lui sont accordés par écrit : leur conservation devient un enjeu essentiel pour l’existence de la commune, qui ne peut être prouvée que par ces privilèges, formant « une série de preuves en même temps palpables et durables »2.

2Depuis les origines de l’organisation urbaine, la conservation des privilèges est une préoccupation majeure des échevins, conscients qu’une administration ne peut être bien organisée qu’en reposant sur de solides connaissances de leurs droits et des preuves qui les accompagnent.

3Notre période d’étude de l’histoire des archives de Douai s’étend du XIIe siècle, avec les plus anciennes sources disponibles, jusqu’à l’année 1808, où une coupure nette s’instaure entre les archives de l’Ancien Régime, qualifiées d’archives anciennes, et les futures « archives modernes ».

4Actuellement, le fonds des archives municipales de Douai comprend trois kilomètres linéaires, dont sept cents mètres linéaires d’archives anciennes. Depuis 1999, l’ensemble des archives est regroupé dans un seul et même bâtiment, à trente mètres de l’hôtel de ville de Douai (au 45, rue de l’Université).

Du XIIe au XVe siècle

5L’origine des archives municipales de Douai remonte à la formation de la commune, entre le milieu et la fin du XIIe siècle, dès que la ville jouit d’une autonomie administrative et qu’il lui faut gérer ses possessions. Aucun document antérieur à 1163 n’existe plus aujourd’hui aux archives municipales. Le 23 août 1170, un incendie consuma une grande partie de la ville : les premières archives furent certainement brûlées à cette occasion. Depuis, et jusqu’à la fin du XIVe siècle, les échevins ne disposent pas de local attitré pour se réunir afin d’administrer la ville ni pour garder les archives ; cependant, elles sont conservées avec soin, puisqu’on possède encore de nombreuses chartes de rois et de comtes de Flandres du XIIIe siècle octroyant des droits à Douai.

6La construction du nouvel hôtel de ville, siège du pouvoir échevinal, a commencé quelques années avant 1380 et a duré jusqu’en 1410.

7Les échevins et le conseil tiennent leurs réunions dans la halle des échevins, au premier étage, où tous les membres du magistrat gardent précieusement le symbole des libertés de la ville à l’intérieur de la huche aux privilèges, coffre entouré de cercles de fer et fermé de triples serrures, dont les clefs sont confiées à différents échevins. Y sont conservées les lettres les plus importantes qui garantissent les libertés de la ville, les titres de propriété et les confirmations de privilèges communaux, en somme toutes les archives indispensables à l’autonomie de Douai. On perçoit l’importance de ce coffre lorsque le fait d’y mettre de nouvelles lettres apparaît comme un fait digne d’être noté : le fait même de placer des lettres dans ce coffre leur confère une valeur spéciale.

8Cet endroit où sont conservés les privilèges et où les décisions pour la gestion de la ville sont délibérées est le lieu le plus sûr choisi pour entreposer un objet un peu spécial au début du XIVe siècle : un collier appartenant au duc de Bourgogne Jean sans Peur, laissé en gage à la ville contre un prêt qu’elle lui a accordé. Ce bijou est considéré de la même façon que des lettres de privilèges, qui accordent une importance et un pouvoir prestigieux à la ville et ont une importante valeur.

  • 3 Voir la communication faite lors de ce colloque de M. Mestayer, « Le premier inventaire des archive (...)

9Deux autres salles contiennent des archives, essentiellement des chirographes conservés dans des armoires numérotées. Un inventaire, le premier instrument de recherche des archives de la ville, en est dressé en 1410, qui concerne presque uniquement les chirographes3.

10Les comptes du domaine abondent en mentions d’attentions données aux locaux où sont conservées les archives. On constate que les salles sont nettoyées avec soin de fond en comble, que le mobilier est fréquemment réparé et complété, les armoires étant nombreuses. Les serrures sont souvent changées pour protéger les documents des vols.

11En 1462, le magistrat montre clairement son inquiétude de perdre ses archives à la suite d’un incendie qui consume deux maisons voisines de l’hôtel de ville. Le conseil réuni évoque le danger qu’auraient pu courir les documents. Il est alors décidé de faire construire une tour isolée pour les placer en sûreté. Une tour serait nécessairement éloignée de l’hôtel de ville pour protéger efficacement les archives des incendies qui se produisent fréquemment au cœur des villes : ce ne serait donc pas pratique pour les échevins qui ont quotidiennement recours aux papiers pour leur administration. Comme la halle était en mauvais état, il est trouvé plus simple de la reconstruire, en aménageant un endroit spécialement conçu pour garder les archives, ce qui est commencé en 1463. Les archives constituent un vrai trésor qui doit être à portée de main des échevins, ce qui explique cette proximité caractéristique par rapport au lieu où est exercée l’autorité.

12Les bâtiments, le mobilier et le conditionnement sont les garants de l’intégrité matérielle des archives et de leur pérennité, et l’entretien des locaux que nous venons d’évoquer est étroitement lié aux dépenses moins imposantes, mais tout aussi indispensables, lorsqu’il s’agit d’assurer le conditionnement des documents, tout comme on fournit l’administration communale en papier et en parchemin, sans lesquels il n’y aurait pas de production d’archives.

13Les comptes du domaine regorgent de renseignements à propos des achats de papier, de parchemin, de sacs, de boîtes de rangement, etc., et de toutes les fournitures nécessaires à la municipalité pour ses écritures. Les cahiers de papier sont achetés régulièrement, ils servent à l’usage le plus courant de l’administration (la ville achète environ cent cahiers de papier par an, c’est-à-dire qu’elle en utilise deux par semaines) ; le papier est également utilisé sous forme de rouleaux ou de feuilles. Il peut aussi être à la base de la fabrication des registres, qui ont une couverture de parchemin ou sont entièrement en parchemin. Le parchemin, de plus en plus rare et cher, est utilisé seul pour écrire des actes importants, plus solennels, qui sont mentionnés dans les comptes vu leur importance. On trouve dans les comptes tout ce qui est indispensable à la confection de ces supports : l’encre, la colle, la cire à sceller de différentes couleurs, les rubans ou lacs de soie.

14Les documents sont rangés, comme on l’a vu, dans des armoires et des coffres, mais ils ne sont pas placés directement à même les étagères. Ils sont d’abord mis à l’intérieur de sacs (de toile ou de canevas, munis d’étiquettes de parchemin ou de papier) ou de boîtes en bois (appelées layes ou layettes), afin de les laisser groupés par liasse, selon un classement par affaire. On remarque aussi dans les comptes que toutes les mentions de copies et travaux d’écriture effectués comportent un sac pour les ranger : la conservation des documents est prévue dès leur création, ce qui démontre le souci des échevins dans la prévention d’éventuelles dégradations et mélanges de pièces.

15Le précieux réservoir de preuves constitué par les chartes et les lettres de confirmations reçues de chaque souverain confère à la commune le moyen de voir son existence reconnue. C’est dedans que les échevins puisent leurs références pour défendre leurs droits.

16Ils connaissent bien le contenu de leurs archives et font effectuer des recherches fréquentes lors de procès : ils savent les droits qu’ils peuvent faire valoir et ont les preuves à avancer. Douai connaît son histoire et sa situation grâce aux repères offerts par ses archives. C’est pourquoi de nombreuses copies sont réalisées par toutes sortes de personnages selon le cas, en plus des clercs pensionnaires officiellement responsables de cette fonction.

17Le mouvement règne donc autour des archives : différents personnages les produisent, mais toujours sous la surveillance des échevins, qui veillent à ce qu’on « serve » la ville ; on en sort également des extraits, on complète les séries de registres de gestion des saisines, des cédules, et on élabore des recueils des actes les plus couramment utilisés pour l’administration de la cité, afin de moins manipuler les documents originaux. Ces derniers types de registre diffèrent cependant des cartulaires, qui sont aussi des recueils, non plus de lois et bans économiques et juridiques, mais d’actes diplomatiques.

18Pour ce qui est de retrouver rapidement les archives, nous n’avons pas décelé l’usage d’une cotation avant le XVIe siècle. Mis à part la cotation spécifique des sacs de chirographes, les registres d’usage courant comme par exemple les saisines et les plaies de loi sont classés par année, donc assez facilement retrouvables s’ils sont rangés chronologiquement, comme les grandes boîtes contenant les comptes annuels.

19On retrouve les autres registres par le moyen d’une description selon leur aspect physique, leur contenu, leurs dates de début et de fin, etc. Par exemple :

  • 4 Arch. mun. Douai, BB 39.

« [...] un anchien livre escript en grand vollume de parchemin couvert de cuir et de bos, a deux cloaus, marquié sur la couverture d’une croix nommé le Rouge Livre reposans en halle, ou sont contenus et escriptz de bien anchienne lettre pluiseurs edictz, statuz et ordonnances, et aultres affaires consernant la loy et pollice de la ville, que comme aussy les sermens des seigneurs gouverneurs et de bailly de Douay, oucquel livre et au premier feullet estoit escript en rouge lettre ce qu’il s’enssuit »4.

20Pour retrouver des textes fondamentaux à l’intérieur des registres les plus utilisés, auxquels on se réfère souvent et qui sont les plus prestigieux pour Douai par leur contenu, c’est-à-dire les cartulaires, le procureur de l’échevinage a entrepris, dès l’année 1488, de les munir de tables, complétées au fur et à mesure que l’on ajoute des textes dans le registre. Les cartulaires portent également des notes marginales qui permettent de repérer rapidement une information dans le corps du texte : ce sont des mots-clés. Elles ont avant tout été réalisées dans le but de faciliter l’usage quotidien des textes copiés à l’intérieur, ce qui fait de ces registres des instruments de gestion de la commune. En pensant à faciliter le recours aux textes de base par les cartulaires, les échevins travaillent à la bonne conservation des lettres originales : en réalisant à partir des précieux documents des instruments de gestion, ils savent à la fois utiliser ce trésor et le conserver.

21Le rôle des archives municipales du XIIe au XVe siècle est avant tout un rôle administratif et politique, et les échevins de Douai prennent de plus en plus d’intérêt à servir leur ville le plus efficacement possible.

22Les considérations pratiques sont également intimement liées à l’utilité politique des archives, sources essentielles de l’existence de la commune, car si on aménage des locaux dans le siège du pouvoir échevinal, c’est certes pour pouvoir disposer avec plus d’efficacité du réservoir de preuves que sont les archives, mais aussi pour les protéger ; plus symboliquement, ceci représente une autorité reposant sur des chartes, qui exerce un pouvoir légal et dont l’existence est reconnue. La preuve de leur usage continu constitue une garantie supplémentaire, illustrée dans les milliers de chirographes, symboles de la richesse des Douaisiens et de la puissance de leur ville, laquelle est capable de garantir l’authenticité des actes.

23Enjeu politique de première importance, les archives sont pour l’autorité municipale tout à la fois leurs privilèges, leur trésor et leur existence.

Du XVIe au milieu du XVIIe siècle

  • 5 Arch. mun. Douai, CC 269 (1550-1551), f° 230r°.

24C’est en 1551 qu’apparaît le premier véritable inventaire des archives de Douai, plus proche du sens qu’on lui donne actuellement que celui de 1410, relatif aux chirographes. Il est une sorte de récolement plus ou moins topographique des archives. Il concerne les privilèges de la ville que quatre échevins, le conseiller de la ville et le greffier criminel ont dépouillés et classés pendant six mois, dans le but que « le droit de ladicte ville [soit] mieux congneu que paravant [...], [ce] qui est ung grand bien, prouffit et utilité pour ladicte ville »5.

25Le titre précise qu’il concerne uniquement les privilèges de la ville :

  • 6 Arch. mun. Douai, 1 NC 98, f° 1r°.


« Inventoire de plusieurs privileges, lettres, titles, papiers et enseignemens de la ville de Douay, reposans en la halle d’icelle tant au coffre aulx privileges comme en plusieurs laies et boittes renseignés cy apres suyvant la visitation et recœul d’iceulx par aulcuns de messieurs les eschevins faict, deputez et commis ad ce en l’an mil VC cincquante, desquelz la declaration s’ensuit »6.

  • 7 Arch. mun. Douai, AA 84 et AA 85.

26L’inventaire comporte 56 feuillets (écrits) et deux tables, dont une inachevée. Il est divisé en deux grandes parties : la première traite des archives conservées dans le coffre aux privilèges, relatives à la juridiction principale de la commune, et la deuxième de celles réparties dans différentes layes et boîtes qui règlent les rapports de la ville avec d’autres institutions. Chaque objet ou acteur est annoncé en titre, des analyses sommaires des documents suivent, avec la cote qui leur est attribuée, la remarque d’une éventuelle copie existant dans un registre aux privilèges7 et leur localisation. La précision des analyses varie selon le besoin, les dates ne sont pas toujours inscrites, ni les auteurs des lettres. Les rédacteurs de l’inventaire se sont parfois contentés de reproduire l’analyse succincte figurant au dos des documents. De plus, ces échevins, procureurs, conseillers, greffiers, etc., connaissent suffisamment leur fonds pour qu’une simple évocation de l’existence des documents à l’intérieur du chapitre correspondant suffise pour qu’ils devinent de quoi il s’agit.

27On remarque immédiatement que les archives sont cotées ; dans chaque boîte contenant un thème, les lettres portent au dos une lettre ou un pictogramme : des croix, des formes géométriques, des sortes de fleurs, qui sont parfois associées aux lettres. Lorsque toutes les lettres de l’alphabet ont été utilisées (sauf les lettres J, U, W), on utilise des lettres doubles (AA, BB, etc.). Seuls les documents ajoutés sur cet inventaire à une date postérieure à 1551 portent parfois des cotes numériques, des nombres dont on décèle mal la méthode d’attribution (par exemple : 2 788). Les cotes ne se suivent pas régulièrement car, dans chaque chapitre, seuls les documents utiles à la commune sont présents.

28Nous pouvons affirmer que la moitié des articles de l’inventaire est encore conservée de nos jours aux archives municipales de Douai et qu’à l’époque où s’arrête notre étude l’existence de 60 % des archives peut être prouvée.

  • 8 Douai est prise par Louis XIV en 1667 et définitivement rattachée au royaume de France en 1712.

29Cet inventaire a servi pendant plus de trois cents ans, avec des ajouts lorsque c’est nécessaire. Il est vrai que les principaux privilèges de Douai datent des XIIIe-XVIe siècles et qu’ils servent toujours de référence ; peu de nouveaux viennent s’y ajouter. De plus, à partir de la période française8, les privilèges octroyés par les comtes de Flandres n’ont plus la même valeur. Une volonté d’efficacité administrative se trouve encore une fois à la base de l’élaboration de cet inventaire, qui est un instrument destiné à faciliter les recherches, car devant la masse des droits et des documents à gérer, un classement s’impose. Il ne faut pas le considérer comme une représentation exacte et exhaustive du dépôt de la ville en 1551, mais uniquement de ses textes fondateurs. Cet inventaire est un instrument de recherche utilisé couramment ; de nombreux repères jalonnent ses pages afin de faciliter le travail du chercheur : mots-clés et notes marginales, renvois, mentions de copies dans les registres aux privilèges. Il n’est pas un instrument archivistique, mais plutôt un instrument de gestion administrative.

30C’est l’intérêt de la commune qui est en jeu lorsque les documents sont sortis de leurs boîtes ; leur importance est telle que pour prouver un droit, il est absolument nécessaire d’exhiber une pièce d’archives, au point parfois d’en fabriquer de toutes pièces : la seule force de preuve conduit certains à émettre des faux. Mais une preuve authentique est constituée non seulement d’une lettre scellée d’un sceau original, mais aussi de l’approbation publique de l’autorité détentrice du pouvoir qui est représentée par le sceau en question. La force du symbole de cette puissance en activité est mise en scène lors des cérémonies de scellage de lettres de rentes par les échevins devant la communauté assemblée, qui assiste à une démonstration du pouvoir des échevins à assurer les biens de leurs administrés.

31Une autre manière d’utiliser les archives de la commune à des fins particulières est leur caractère indispensable pendant les procès, ce qui permet aujourd’hui de disposer d’inventaires de documents présentés aux juges, qui contiennent des descriptions, localisations et extraits d’archives donnant un aperçu des archives judiciaires de Douai à une époque donnée. Le fait que l’inventaire du fonds communal de 1551 ne concerne que les principaux titres et privilèges de la ville rend précieux ces inventaires occasionnels, car ils sont l’unique source pour connaître l’existence de registres judiciaires désormais perdus, avec parfois des extraits de leur contenu.

32Le pouvoir central également a besoin de connaître les privilèges de Douai, pour essayer de les amoindrir à son profit. Charles Quint fait ainsi rédiger un recueil des coutumes de la ville en 1531, Philippe II en 1569 ; les échevins les leur font parvenir en en conservant un exemplaire, pour avoir la même documentation, dans l’intention de disposer des mêmes armes que l’empereur…

  • 9 Bibl. mun. Douai, ms 1308.

  • 10 J. Buzelin, Gallo-Flandria sacra et profana : in qua urbes, oppida, regiunculæ, municipa, et pagi p (...)

33C’est par le développement des ouvrages d’histoire locale que sont également valorisées les archives de la ville. Un manuscrit acquis par la bibliothèque municipale de Douai en 1880 se trouve être le premier ouvrage — à notre connaissance — sur l’histoire de Douai, écrit par un prêtre de Cambrai en 16079. Ce registre de dix-huit feuillets met l’accent sur l’histoire religieuse, mais ne néglige pas les monuments incontournables de la commune : l’hôtel de ville et le beffroi, le château, la franche fête (une importante foire). En 1621, un autre ecclésiastique, le père Jean Buzelin, jésuite, présente son ouvrage aux échevins pour vérifier que ce qu’il contient est conforme à la vérité connue par les archives de la ville : il s’agit du livre intitulé Gallo-flandria sacra et profana10, paru à Douai en 1624-1625.

  • 11 A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, Hachette et C , 1894, p. 59.

34Les XVIe et XVIIe siècles sont marqués par deux tendances qui ont des conséquences l’une sur l’autre et se développent en parallèle, dont l’exigence croissante de fournir des preuves dans les « guerres diplomatiques »11, ce qui étend la volonté d’une efficacité administrative se traduisant par un accès facilité à cet arsenal de l’autorité.

35Sans doute est-ce parce qu’une meilleure connaissance du contenu des archives — causée par ces nécessités défensives — s’est considérablement développée depuis le XVIe siècle, qu’au XVIIe siècle un intérêt pour leur caractère de témoins du passé s’étend et qu’apparaissent des ouvrages historiques fondés sur l’exploitation des sources écrites. Le recul pris sur ces archives les fait considérer comme indispensables à la connaissance des « antiquités » d’un territoire ; la notion de mémoire fait son apparition. Le contexte d’affrontements par le biais de documents d’archives a nourri le développement des instruments de recherche, lesquels ont contribué à une meilleure connaissance des fonds et ont ouvert la voie à une exploitation différente de ceux-ci, une exploitation scientifique, qui se superpose à celle d’ordre administratif sans la remplacer, mais en prenant une part de plus en plus importante dans l’utilisation des archives.

Du milieu du XVIIe siècle à 1808

36Les attributions et les caractéristiques du personnel en charge des archives de la ville se précisent de la fin du XVIIe siècle au XVIIIe siècle. Sous l’autorité des échevins et autres élus de la commune, les offices qui gèrent le quotidien du dépôt d’archives sont liés aux fonctions d’écriture et de justice ; ils sont détenus par deux procureurs syndics de la ville, qui dirigent un greffier civil et un greffier criminel. Dès le Moyen Âge, ils avaient la responsabilité des archives parce que ce sont eux qui les utilisent le plus couramment, elles sont d’ailleurs conservées à leur portée dans le greffe ou « comptoir du procureur ». En 1636, un règlement pour les greffiers de la ville fixe leurs devoirs.

37On note dans ce règlement le souci de classement et de rangement des documents : le rangement par type d’actes et par année dans une même liasse, des armoires séparées pour renfermer les procès selon leur état d’avancement, puis le conditionnement dans des sacs individuels pour chaque procès avec toutes les pièces y afférant ainsi qu’un inventaire de ce qu’ils contiennent. De plus, il est interdit à quiconque de sortir les documents de l’hôtel de ville, en particulier aux greffiers qui avaient tendance à les emmener chez eux pour travailler. Ce règlement est complété en 1724 par l’instauration de l’enregistrement du courrier reçu et envoyé, pour garder une trace du déroulement des affaires en cours.

38Les charges de procureurs syndics et de greffiers sont converties en offices vénaux par un édit du roi de 1693, mais les procureurs syndics et greffiers se succédaient de père en fils dès avant cet édit royal ; ils continuent donc de présenter un successeur pour les remplacer quand leur âge ne permet plus d’assurer leurs fonctions, généralement un fils, un neveu, un frère, etc., à condition qu’il ait les capacités requises. Nombreux sont les licenciés ès lois (juristes), les anciens échevins ; d’autres ont eu des fonctions au sein de conseils comme le conseil d’Artois.

  • 12 Arch. mun. Douai, CC 562.


39On prend en considération non seulement la qualité des officiers responsables des archives, mais aussi celle des bâtiments et plus particulièrement de tout le mobilier où sont conservés des documents : en 1751-1752, il est entièrement reconsidéré. Des factures et reçus12 présentent les détails des boiseries murales renfermant les liasses d’archives dans des tiroirs et portes fermées, des tables, d’une échelle, des serrures, etc., qui totalisent une dépense de 2 730 florins 6 patards 4 deniers. Un souci de protection contre la poussière et les intrusions d’éventuels voleurs guide les travaux. Cette boiserie a été conservée pratiquement en l’état jusqu’au déménagement du service d’archives en 1999. Cette entreprise montre à quel point Douai prend de plus en plus en considération l’importance de son dépôt, qu’elle veut doter d’une organisation exemplaire.

  • 13 Arch. mun. Douai, 1 NC 2652.
  • 14 Arch. mun. Douai, BB 25, et Bibl. mun. Douai, ms 1372.

40Le prestige des archives en ces temps où les recherches historiques locales se font de moins en moins rares ne fait pas oublier leur utilité interne pour les dirigeants de la commune. C’est la raison pour laquelle est mis en place un registre d’emprunt des archives (en 1725)13, dont subsiste un fragment. Les registres de délibérations du conseil et des échevins (registres aux consaux), auxquels on fait souvent référence (ceux de 1667 à 1750), sont nantis d’une « table »14, qui est en fait un index par ordre alphabétique des objets et acteurs concernés dans ces registres.
Dans le même ordre d’idée, on inventorie ponctuellement les édits politiques des échevins, les arrentements dus à la ville (avec les noms, durée, sommes, lieux concernés), ainsi que de nombreux sujets qui intéressent la ville à un moment donné, probablement lors de conflits d’autorité, comme la réglementation de la navigation. Beaucoup d’inventaires relatifs aux communautés religieuses, hôpitaux et chapitres sont dressés. Ils pallient les manques sans doute ressentis par le procureur syndic face à l’unique inventaire alors écrit et qui date de 1551 : depuis, aucune actualisation n’a été faite, c’est pourquoi le procureur syndic et le greffier collaborent à l’inventaire des archives nouvellement créées jusqu’à leur époque (vers 1710-1725). Ils tiennent si bien à jour leurs cahiers d’inventaires que les déplacements et prêts de documents y sont notés. Ce sont des outils pratiques, qui n’ont pas encore d’analyses complètes — elles sont souvent recopiées du dos des documents — et si parfois elles sont longues, c’est parce que les articles sont détaillés pour percevoir immédiatement s’ils ont un quelconque intérêt dans la défense des droits de la ville. Tous ces fragments d’inventaires sont conservés dans les boîtes où sont rangées les archives correspondantes, ils ne forment pas un registre de référence complet comme l’était celui de 1551.

  • 15 Arch. mun. Douai, 1 NC 2655.


41Parmi ces travaux, on trouve aussi deux autres types d’instruments de recherche, qui s’apparentent à de véritables récolements15. Il s’agit de la description des boîtes, liasses et autres registres conservés dans le comptoir du procureur dans un ordre topographique, par travée. Ils portent le même type d’information que les précédents fragments d’inventaires et mentionnent les boîtes vides, les étagères qui auraient dû contenir tel document, lequel en est exceptionnellement retiré, etc. Il en ressort trois observations relatives au classement adopté par ces procureurs : un classement chronologique (c’est le cas des séries de correspondance de la commune, par exemple), un regroupement dans la boîte thématique des documents se rapportant à une affaire mettant en cause un objet ou un acteur déterminé (par exemple, tous les documents concernant l’abbaye de Marchiennes sont rangés au fur et à mesure dans la boîte étiquetée « Marchiennes ») ; enfin, un rangement à l’emplacement où il reste de la place… Tous ces inventaires sont dressés pour compléter celui réalisé en 1551, mais ils restent des outils au service de la pratique administrative.

  • 16 Arch. mun. Douai, ms 979 (4 tomes).
  • 17 Dom Philippe Joseph Caffiaux, Trésor généalogique, ou extrait des titres qui concernent les maisons (...)

42Pourtant, en 1708, le greffier Derasière rédige une Histoire de la ville de Douay tirée des archives reposant en halle16 : la manipulation des archives lui a fait prendre conscience de leur valeur d’information historique. Plus tard, ce sont des spécialistes de la diplomatique qui viennent à Douai, attirés par la richesse du fonds : deux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, rattachés à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés (d’où vient dom Mabillon). L’un, dom Bévy, a reçu une pension de la part des échevins de 1780 à 1782 pour ses recherches relatives à l’écriture d’une histoire de Flandres et du Hainaut. L’autre, dom Caffiaux, n’a fréquenté les archives de Douai que pendant trois mois en 1767, mais il y a recueilli de nombreuses notes dans les chirographes du XVe siècle, les registres aux bourgeois, aux contrats, aux élections échevinales, aux privilèges, etc., qu’il a utilisées dans son Trésor généalogique17, dictionnaire des familles notables (nobles et roturières) de France, dont le premier volume (le seul paru) a été publié en 1777. En échange de l’accueil des échevins et de leur autorisation à faire ses recherches, dom Caffiaux classe des archives et dresse des tables d’actes qu’il a dépouillés.

43La Révolution va interrompre l’intérêt croissant pour les études historiques dans les archives de Douai. La préoccupation immédiate des administrateurs est la gestion de la municipalité dans ce contexte troublé. Les archives conservées au greffe ont été plusieurs fois bouleversées, jetées au hasard dans des paniers, des sacs ou à même le sol au premier étage ou dans les greniers ; elles ont ainsi souffert des souris et de l’humidité, en plus du désordre… Les saccages d’archives ont été courants à cette période, la volonté de destruction des révolutionnaires étant guidée par la référence à une autorité séculaire dont ils ne veulent plus, une hiérarchie sociale contre laquelle on s’insurge symboliquement. Les archives ne sont pas des papiers inoffensifs, mais bien un enjeu visible du pouvoir ; leur bouleversement est une manière d’affirmer son patriotisme. Cependant, à Douai, elles n’ont pas été vraiment détruites (brûlées dans un feu de joie comme des titres féodaux, par exemple) ; le pouvoir municipal n’a pas la même nature que le pouvoir d’un seigneur, de l’Église ou du roi, car il représente les bourgeois douaisiens ; si on bouleverse une puissance ancestrale, on ne va pas jusqu’à détruire les traces de la vie d’une communauté dont la volonté a toujours été la prospérité de sa population et l’affirmation de son indépendance vis-à-vis du pouvoir central…

44Mais, dès 1797, le besoin de disposer d’archives correctement classées se ressent. Sans s’occuper de celles abandonnées dans les greniers, la négligence des greffiers qui permettent des disparitions dans les papiers du conseil municipal est dénoncée lors de la réunion d’un conseil. La responsabilité de ces documents est confiée à un secrétaire, avec la clé de l’armoire les renfermant.

45Après la Révolution, une décision est prise devant le tas que forment les archives à la mairie, dans lequel toute recherche est quasiment impossible. En décembre 1799, une commission d’une dizaine de personnes est chargée de remettre en ordre les archives ; devant l’ampleur de la tâche, elles renoncent les unes après les autres, de telle sorte qu’il n’en reste plus qu’une qui continue, seule. Il s’agit de Pierre-Joseph Guilmot, le futur bibliothécaire de la ville. Il rapporte sa méthode au maire :

  • 18 Brouillon d’une lettre de Guilmot au maire. [Bibl. mun. Douai, ms 985, f° 84v°].

« Je [...] commencai [...] par déblayer et épousseter avec les plus grandes précautions le tas énorme de papiers, de parchemins, de registres qui encombraient toute la salle, je les classai par masses faute de place et je soutins cette dangereuse manipulation pendant 4 mois consécutifs que mes yeux et ma poitrine m’avertirent de cesser ; je m’occupe depuis lors à l’inventaire provisoire des layettes d’une manière telle qu’elle vous permettra de fixer vos idées sur la forme plus ou moins parfaite que cet inventaire devra avoir »18.

  • 19 Arch. mun. Douai, 3 D 37, rapport de Bommart (9 juin 1808).

46Quelques années après, en 1808, le premier adjoint au maire, P. A. Bommart, dresse un rapport de la situation des archives et de l’avancée des travaux. Un besoin pratique est avancé, en même temps qu’une sorte de légitimation de l’existence des documents, contre l’horreur qu’avaient pu en avoir les révolutionnaires : « l’on a cru devoir commencer, comme l’objet le plus pressé, par tout ce qui pouvait concerner l’état des citoyens »19. Dans cette optique, ce sont les registres de baptême, mariage et décès des anciennes paroisses qui sont les premiers munis de tables, pour répondre aux demandes des particuliers relativement à leur état civil. Le travail des copistes est indispensable et leur nombre insuffisant ralentit la rédaction de ces tables. Puis ce sont les autres registres concernant la population qui sont de même classés et dotés de tables, comme les registres aux testaments, aux tutelles et curatelles, aux bourgeois, aux hypothèques, etc., et enfin les chirographes sont classés par année (l’ancienne méthode de classement, par l’échevin devant qui ils ont été passés, est impossible à restituer car il n’était évident que par le rangement physique dans les sacs étiquetés), de même que les autres actes sur feuilles volantes, qui au passage subissent nettoyage, recollage et autres traitements visant à les déchiffonner et enlever les moisissures.

47La Révolution, en provoquant une coupure dans l’histoire administrative, marque également une séparation entre les archives anciennes et les archives modernes, qui devient visible avec la nouvelle organisation des archives à Douai : les archives anciennes qu’il faut entièrement reclasser, d’un côté, les archives modernes en train d’être créées et laissées dans les bureaux, de l’autre.

48Pour conclure, je mettrai en avant une constante dans la gestion des archives à Douai : il s’agit de l’intérêt primordial pour les archives servant à la population. Car, outre l’évolution qui donne aux archives un caractère indispensable dans son existence puis une fonction de témoin de l’histoire, la municipalité a toujours été guidée par la volonté de s’occuper des documents impliquant ses administrés : depuis l’inventaire et le classement des chirographes, jusqu’à la décision, après la Révolution, de se préoccuper avant tout des registres contenant des actes concernant les Douaisiens.

Haut de page

Notes

1 M.-A. Nawrocki a tiré cet article de son mémoire de maîtrise, Archives, titres et papiers de la ville de Douai (XIIe-XVIIIe siècles). De la nécessité politique à la dimension historique, soutenu à Valenciennes en 2005, sous la direction de Christian Albertan.

2 G. Espinas, La Vie urbaine de Douai au Moyen Âge, Paris, Auguste Picard, 1913, t. 1, p. 962.

3 Voir la communication faite lors de ce colloque de M. Mestayer, « Le premier inventaire des archives de Douai par Noël Pollet, clerc des échevins (1410) ».

4 Arch. mun. Douai, BB 39.

5 Arch. mun. Douai, CC 269 (1550-1551), f° 230r°.

6 Arch. mun. Douai, 1 NC 98, f° 1r°.


7 Arch. mun. Douai, AA 84 et AA 85.

8 Douai est prise par Louis XIV en 1667 et définitivement rattachée au royaume de France en 1712.

9 Bibl. mun. Douai, ms 1308.


10 J. Buzelin, Gallo-Flandria sacra et profana : in qua urbes, oppida, regiunculæ, municipa, et pagi præcipui Gallo-Flandrici tractus describuntur ; horumque omnium locorum antiquitates, religio, mores, sacra ædifica, piæ fundationes, principes, gubernatores, et magistratus proponuntur, Douai, Marc Wyon, 1625. Suivi des : Annales Gallo-Flandriae : In quibus per annos fere singulos ab annis plusquam mille et trecentis ea omnia enarrantur, quæ per Gallo-flandriam euenere, aut intra fines suos extra ve Gallo-flandri gesserunt [...], 1624.

11 A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, Hachette et C , 1894, p. 59.

12 Arch. mun. Douai, CC 562.


13 Arch. mun. Douai, 1 NC 2652.

14 Arch. mun. Douai, BB 25, et Bibl. mun. Douai, ms 1372.

15 Arch. mun. Douai, 1 NC 2655.


16 Arch. mun. Douai, ms 979 (4 tomes).

17 Dom Philippe Joseph Caffiaux, Trésor généalogique, ou extrait des titres qui concernent les maisons et familles de France et environs, connues en 1400 ou auparavant, dans un ordre alphabétique, chronologique et généalogique, Paris, Philippe-Denys Pierre, 1777, t. 1.

18 Brouillon d’une lettre de Guilmot au maire. [Bibl. mun. Douai, ms 985, f° 84v°].

19 Arch. mun. Douai, 3 D 37, rapport de Bommart (9 juin 1808).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Ange Nawrocki, « Archives, titres et papiers de la ville de Douai (XIIe-XVIIIe s.) », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 21-31.

Référence électronique

Marie Ange Nawrocki, « Archives, titres et papiers de la ville de Douai (XIIe-XVIIIe s.) », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/137

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org