Navigation – Plan du site
Première partie : Les documents d'archives

Le premier inventaire d’archives à Douai en 1410

Monique Mestayer
p. 33-39

Texte intégral

1Les archives municipales de Douai conservent de nombreux documents témoignant de l’activité des échevins, gérant l’administration communale et jouant le rôle de notaires, ce qu’on appelle la juridiction gracieuse des échevins pour tous les actes de la vie privée des habitants. Très tôt, les greffiers de l’administration ont senti la nécessité d’un inventaire de ces documents pour pouvoir les retrouver plus facilement.

  • 1 Arch. mun. Douai, BB 29, avant le folio 1.


2Le premier registre conservé date en effet de 1410, comme son titre l’indique. Il s’agit d’un registre de papier recouvert de cuir rouge et fermé par une courroie en cuir rouge avec une boucle en fer tel qu’il est décrit en 14511. Actuellement, il est toujours relié en cuir rouge, sans doute au XIXe siècle, et, autrefois coté J, il est maintenant coté BB 29bis. Au folio 4 r°, le titre note :

« Registre donnans enseignement de trouver de legier les lettres contenans chartres, previleges, franchises et libertez de le ville de Douay, dons et accas, hiretiers et accordz, lettres passees par le loy de l’eschevinaige et autres besongnes servans au corps de lad. ville, as boines maisons et hospitauls et as habitans d’icelle, renouvelé en l’an mil quatre cens et dix es mois de may et de juing, esquelz mois et autrez precedens selonc le creation de le loy estoient ou gouvernement de l’eschevinage et des Six Hommes lez personnes denommez ou registre sur ce ordonné, liquels registres repose ou buffet des clers de le halle de Douay ».

3Comme on le voit, il semble que ce ne soit d’ailleurs pas le premier inventaire, puisqu’il est dit renouvelé, c’est-à-dire refait, mais c’est le plus ancien qui soit actuellement conservé.

4Un deuxième registre coté BB 29 est en fait la copie et la continuation de ce premier registre, comme son titre l’indique :

  • 2 Noël Pollet, clerc des échevins pendant de longues années, a laissé de nombreux documents, témoigna (...)

« Cest registre chy qui paravant estoit fait en pappier et couvert de cuir vermel a une bloucque de fer et une lee coroye de cuir vermel fut fait et rescript en parchemin ainsi que on le voit au present en l’an mil IIIIc chinquante et ung, ouquel temps estoient eschevins qui yssirent le 7e jour de septembre l’an dessusdit, c’est assavoir [et suivent les noms des échevins de cette année-là] et fu escript par Noël Polet2, clerc juré mesd. seigneurs les eschevins de Douay, priez pour eulz tous. A Dieu ».

5Ce registre est donc en parchemin ; il est relié en cuir repoussé recouvrant des ais de bois avec cinq clous de cuivre sur les plats, quatre aux coins et un au centre et sur ses premiers folios sont recopiés les textes du BB 29bis. Mais ensuite viennent des modifications dans le classement des documents. Cet inventaire est écrit par Noël Polet jusqu’en 1474.

6Ces deux registres nous donnent de précieux renseignements sur le contenu des archives, la manière de les ranger, de les coter et de les classer avec l’indication des lieux de conservation.

Les documents inventoriés

  • 3 Il s’agit de la condamnation à mort de Jehan Raine par les échevins et de son exécution qui fut cau (...)

7On trouve les « lettres d’eschevinage passees par loy depuis le 7e jour de septembre l’an de grace 1373 en fourme de chirographe » et on explique que cette date marque le « commenchemens que on usa ainsi depuis le recreation de le loy apres le confiscation pour le mort de feu Jehan Rayne [...] »3. Puis viennent des anciennes lettres d’échevinage antérieures à 1373 et à la confiscation dans les années 1200 et 1300. On note des testaments, des ventes en faveur de la table du Saint-Esprit de Saint-Pierre par exemple, des lettres « qui traitent de seigneur Pieron Lorighe », des dons à la maison des Carteriers ; à certaines époques, ce sont des registres qui recopient des lettres « faites soubz le seel aux causes », des contrats de mariage, des procès, etc.

Le rangement et la cotation des documents

Le registre BB 29bis

8En général, les lettres d’échevinage, les chirographes, sont contenus dans des petits sacs où est inscrit le nom de l’échevin nommé en premier dans l’acte, échevin devant qui la formalité a été accomplie et qui en certifie la matérialité. Ces sacs (ou encore « saquelets ») sont rangés dans un plus grand sac qui contient les sacs de l’ensemble des échevins d’un échevinage et qui porte la date de cet échevinage. On trouve par ailleurs dans les comptes de la ville chaque année l’achat de ces douze petits sacs et d’un plus grand. Parfois, plusieurs petits sacs sont attachés ensemble sans être dans un grand sac. Il peut aussi y avoir plusieurs échevinages contenus dans un grand sac, sans doute lorsque les chirographes d’une année n’étaient pas très nombreux.

9Mais on trouve aussi « une laiette ou fons d’une huge », un « coffret de noir cuir escuchonné ou sont lettres… », un « lonc cofret », un « aultre coffret ou sont pluiseurs lettres », « pluiseurs lettres [...] en une ronde boite », une « longhe laye quaree », [...] « en une bourse de cuir ». Comme on peut le voir, la diversité des contenants est sans doute fonction à la fois de la taille des documents, peut-être de la date à laquelle ils ont été écrits et du nombre aussi de documents rangés dans un même contenant. Les matières sont la toile de chanvre ou canevas, le bois pour les boîtes et le cuir.

10Les contenants sont eux-mêmes rangés tout d’abord pour les sacs dans des armoires :

  • 4 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 5.


« es aumaires enclavez en troix arques ou mur de piere mouvans de l’entree del huis de le halle allant al huis qui descent en le court, sur lesquels aumaires est nombres assis commenchans a 1, en poursievant jusquez au nombre de 42, sont par sacs les lettres d’eschevinage passeez par loy depuis le 7e jour de septembre l’an de grace 1373 en fourme de chirographe, ouquel an fu li commenchemens que on usa ainsi depuis le recreation de le loy apres le confiscation pour le mort de feu Jehan Rayne qui fu l’an 1366 ou environ et le gouvernement fait de par le roy nostre sire par feu monseigneur Tristrant du Bos, jadiz chevalier, qui depuis remist le loy en son premier estat en l’an 1368… Et est assavoir que le nombre desd. aumairez commenchent a 1 jusquez au 20e aumaire inclus sert des eschevinages receus depuis led. an l’an 1373 en poursievant tant que oud. nombre en pora entrer en tout le tamps a venir et es autres aumaires en commenchant ou nombre de 21 sont anchiens eschevinages du tamps par avant lad. confiscation, ainsi que li declarations dallez en est faicte chi après »4.

  • 5 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 6.


11Dans la première armoire, « en le premiere arque du mur de piere dallez l’uis del entree de le halle »5, on trouve les « lettres en chirographe receues par eschevins en 13 mois natureulz commenchans le 7 jour de septembre l’an de grace 1373 », la liste des échevins est inscrite sur l’inventaire de manière à retrouver facilement les chirographes ainsi conservés. Quatre autres échevinages y sont renfermés et leurs échevins y sont notés avec la date d’entrée en fonction.

  • 6 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 13.

  • 7 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 7.


12Le contenu de chaque armoire est ainsi analysé, comprenant quatre à cinq échevinages. Parfois, une note ajoute des détails. Ainsi dans l’armoire 3, il y a aussi « ung sacq ou il y a lettres touchant Jaque Hongnart contre Thumas, sen fil »6. Dans l’armoire 10, il est soigneusement remarqué que s’il y a eu des chirographes du 7 mai 1421 au 11 février 1422, du 12 février au 7 juin, fin de l’échevinage, les actes privés ont été recopiés sur un registre qui est mis avec les sacs de l’année7. On s’aperçoit que l’inventaire commencé en 1410 se poursuit régulièrement : l’armoire 13 comprend les échevinages de 1437 à 1441 et une note ajoute :

  • 8 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 37 v°.


« Et ou grant sacq de cest eschievinage a une boiste en laquelle est le testament de feu Jehan le Juttain dit de l’Espee, goudallier, lequel y a esté mis par provision de loy au droit et sceureté des parties a qui ce pœult touchier pour ce que dit testament fu passé par-devant Jehan Cappron, lieutenant de monseigneur Tristran du Bos, gouverneur, etc., et sellé du seel dud. bailliage »8.

  • 9 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 48 : « Pluiseurs lettres, pappiers, munimens et anchien enseignemen (...)

13Dans l’armoire 18, le 8 juin 1461, on a retiré d’ordre des échevins des documents anciens pour les mettre dans l’armoire 19 où il y avait déjà des papiers de ce genre9.

14Dans cette armoire 19, qui renfermait les chirographes de l’échevinage de 1476-1477, une note indique que :

  • 10 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 50 v°.


« toutes les lettres, sas, choses et besongnes qui estoient et avoient esté de piecha sur cest aumaire cotté du nombre de 19è ont esté rostees et mises par loy en ung sacq de toille et portees et mises en ung nœf coffre ou ferme la bas ou premier flage aveuc les comptes et choses de le commune aumosne de le ville et a ung billet escript atechié sur led. sacq ou sont escriptes ces choses et est tout droit devant l’ui ainsi que on y entre par l’uis de devant »10.

  • 11 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 61.

  • 12 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 62.

  • 13 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 81.


15Ainsi, on peut voir qu’il y a des étiquettes sur les contenants permettant de savoir ce qu’il y a dedans. Dans les armoires suivantes, à partir du n ̊ 21, de nombreux sacs de chirographes regroupent des actes de plusieurs échevinages antérieurs à 1373, le classement n’est plus par année d’échevinage, mais par nom d’échevin avec l’indication des années pendant lesquelles ce dernier l’a été. Par exemple, on trouve « receu par eschevins, est assavoir par Lanvin Pillatte du nombre de 12 ans en 12 sacqs commenchans en l’an 1302 et finans en l’an 1328 »11. L’armoire 22 contient de même dix-sept sacs de chirographes passés devant Jaque Painmoulliet entre 1309 et 1355. Il y a aussi « un saquelet ou il a pluiseurs eschevinages anchiiens de pluiseurs annees et une lettre contenant le vendage fait par Mahieu de Beaumont dit de Saint Venant a le table du Saint Esperit de Saint Piere d’un muy de blé de rente sur le molin de le Piere »12. Les armoires suivantes renferment toujours des sacs de chirographes avec parfois d’autres documents qui sont signalés. Les armoires 37 et 38 contiennent « les registres des saisines et des possessions des heritages, traitiez et demeurez par loy [...] », les saisines en papier, puis « les registres de ceulx qui ont juré et jurent de jour en jour le bourghesie de le ville de Douay, item les registrez de ceulz qui ont esté et sont remis a loy par delis et malefices commis de playe de banlieue en l’eschevinage de Douay »13. Les armoires restantes sont vides, les pages de l’inventaire sont vierges. Cela rend possible le rangement des futurs documents.

  • 14 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 89 et suivants.
  • 15 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 107.

16Viennent ensuite trois « huges » marquées de lettres de l’alphabet, A, B, C, qui sont dans la tresorerie dessous la halle échevinale, près de la treille de fer ; elles contiennent d’autres lettres en chirographes d’échevinages anciens souvent du XIIIe siècle et l’inventaire reprend le nom de ces anciens échevins avec les dates14. Enfin, « en une basse huge bendee de fer a aniaux de fer rons a deux deboux, estans en le halle des eschevins a l’entree de l’uis de le montee par ou on va au ferme, repose un coller d’or ou il y a pluiseurs pierres appartenans a no redoubté seigneur et prince no sire le duc de Bourgogne [...] »15. Ce collier avait été mis en gage en septembre 1414 en échange d’une somme de 1 600 couronnes prêtée par la ville. Une note en marge mentionne que le collier a été rendu à Philippe Jossequin qui en a donné quittance le 21 novembre 1416, quittance mise en une boîte de bois, elle-même rangée dans la basse « huge » aux privilèges le 10 octobre 1440.

17Ce premier inventaire permet de voir que les clercs de la halle le tiennent à jour régulièrement, remanient parfois le classement et ajoutent de nouveaux documents, en particulier pour les chirographes, lui donnant ainsi l’allure d’un enregistrement des listes échevinales, comme l’inventaire du XIXe siècle l’avait analysé.

Registre écrit par Noël Pollet (Arch. mun. Douai, BB 29)

  • 16 Il s’agit de l’incendie de 1471 qui a endommagé la halle échevinale et particulièrement la salle go (...)
  • 17 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 25 v°.
  • 18 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 30 v°.
  • 19 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 32 v°.

18Ce nouveau registre datant de 1451 devait recopier au début le précédent, qui semble d’ailleurs avoir été continué pendant un certain temps parallèlement à ce dernier. En fait, dès l’analyse du contenu de la première armoire, on s’aperçoit que le rangement a été modifié et que chaque armoire contient davantage d’échevinages pour les chirographes ; ainsi la première armoire comprend les chirographes de 1373 à 1398, la deuxième de 1398 à 1426, et ainsi de suite jusqu’à la 13e armoire qui contient les chirographes de 1576 à 1610. Dans l’armoire 2, une note précise que « les sacqs de cest eschevinage (1422) et des aultres quatre ensievans jusques et comprins l’eschevinage de Jehan Audeffroy qui entra le 7e jour d’octobre 1426 ne ont pas esté trouvez après le feu de meschief16 et semble que pour ce temps, les lettres furent faites soubz le seel aux causes »17 et donc enregistrées dans des registres mis dans cette armoire. Dans l’armoire 3, où il y a les sacs de chirographes de l’échevinage de 1433-1434, on a ajouté « le testament feu maistre Jehan de Deuvieul qui est seelez du seel aux causes est mis par l’acort et consentement des hoirs dud. feu ou sacq du dénommé Bauduin du Bos dit le Besgue, escuier » et échevin18. Le testament de Jehan le Jutain dit de l’Espee, signalé dans l’inventaire BB 29bis dans l’armoire 13, est aussi dans l’armoire 3 « ou grant sacq de cest eschevinage » (1437-1438) dans une boîte19. Cependant, il arrive que les notes complémentaires ne tiennent pas compte du regroupement d’un certain nombre d’échevinages dans la même armoire. Dans l’armoire 5, après l’inventaire des chirographes de l’échevinage de 1460-1461, il a été ajouté que

  • 20 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 43.

« pluiseurs lettres, pappiers, muniemens et anchiens ensengnemens qui estoient en l’aumaire 18e ont aujourd’ui 8e jour de juing l’an 1461 par eschievins viés et nouviaux esté mises en l’aumaire 19e pour illecq les trouver et recouvrer s’il est necessitéz aveuc pluiseurs autres lettres, pappiers, muniemens et anchiens ensengnemens qui estoient oud. 19e aumaire »20.

  • 21 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 48.

19Une note à la fin du folio réservé à l’armoire 6 indique que tous les sacs et autres choses qui étaient dans l’armoire cotée 20 « avoient esté hostees et mises au ferme bas en une huge, mais tout fu rosté hastivement au feu de meschief qui fu es halles es festes de Pasques 1471 le mardi 16e jour d’apvril »21. Puis la numérotation des armoires se continue, mais l’inventaire semble être davantage une liste des échevins, année par année, et à partir de 1610, la numérotation s’interrompt et ne restent plus que les listes d’échevins qui vont jusqu’en 1633 (f ̊ 111 v ̊ à f ̊ 122).

  • 22 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 135 v°.
  • 23 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 140 v°.
  • 24 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 142.

  • 25 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 142 v°.
  • 26 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 144 et 144 v°.
  • 27 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 145.
  • 28 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 149.

20Puis l’inventaire des armoires suivantes qui contiennent les chirographes antérieurs à 1373 reprend. Il y a aussi « un saquelet ou il y a pluiseurs eschevinages de choses communes, item 1 sacquet ou est enclose le devise Le Moisne de Mons et un autre sacquet ou il y a lettres touchans aux enffans Gillot d’Arras »22. Les armoires 29 et 30 sont inventoriées ensemble et on y note « pluiseurs lettres qui furent trouveez en une laiette ou fons d’une huge deriere les sieges des viez eschevins (c’est-à-dire des échevins de l’année précédente) ; s’en y a pluiseurs qui traitent de seigneur Pieron Lorighe »23. Dans ces armoires, on trouve « un coffret couvert de noir cuir escuchonné ou sont lettres touchans Maroie Painmoulliet, Eubert le Leu et Robert d’Escornay, ung lonc cofret ou sont lettres touchans au remanant des biens feu Jacquemart Maillart, cuvellier, item ung aultre lonc coffret [...] »24. À leur tour, les armoires 31 et 32 inventoriées ensemble contiennent « pluiseurs lettres d’eschevinage trouveez a le maison Willaume le Wauquier mises en le halle par Aleaume Byes et Sauwale d’Esquerchin l’an 1303 »25. Il y a aussi le testament d’Eve de l’Eve, les accords entre Evrard de Saint-Venant et Jaquemart son fils26 ; des documents concernant Watier Piet d’argent sont rangés dans une boîte ronde, tandis que le testament de Jehan de France l’aîné et les pièces afférentes sont dans une longue laie carrée27. Dans les armoires 35 et 36, les « convenenches » du mariage de Robert le Quievre, la « devise et testament » de Pierre Rolant et de sa femme Masse de Beaumond28. Les armoires 39 à 42 semblent vides, car les pages qui les concernent sont restées blanches en dessous du titre.

  • 29 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 161.
  • 30 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 163 v°.
  • 31 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 196.

21L’inventaire des huges A, B et C est inscrit aux f ̊ 161 et suivants. Dans la haute huge A, « en le tresorye dessoubz le halle de le loy, le premiere dalés le trelle de fer sur le court »29, on trouve des lettres d’échevinage, mais aussi un autre sac noué avec d’autres, « ouquel est le devise Jehan Testart touchant pluiseurs dons a le boine maison des Cartriers »30. Vient ensuite après plusieurs feuillets vierges, l’inventaire de la huge B, puis après d’autres feuillets vierges, l’inventaire de la huge C, « seans derriere les noeulx hugiaulx »31 qui termine le volume.

22Ces deux inventaires dont le deuxième reprend et modifie le premier nous montrent d’abord l’importance que les échevins apportaient au classement des archives et à leur répertoire, certaines modifications dans le rangement sont faites à la demande expresse des échevins. Les cotations des armoires qui contiennent les sacs, les coffrets, les boîtes, etc., sont précises, chacune est numérotée soigneusement, des étiquettes sont attachées aux sacs de canevas renfermant les chirographes afin de les retrouver plus facilement, les refoulements opérés lors de la rédaction par Noël Pollet du deuxième inventaire posent cependant question. Aurait-on jeté des documents ou bien les documents auraient-ils été entassés de manière à prendre moins de place ? L’inventaire n’en laisse rien supposer et malgré l’incendie de 1471, il ne semble pas qu’alors il y ait eu des pertes importantes de documents, puisque dans les archives actuelles, on trouve toujours de très nombreux documents antérieurs à cette date.

Haut de page

Notes

1 Arch. mun. Douai, BB 29, avant le folio 1.


2 Noël Pollet, clerc des échevins pendant de longues années, a laissé de nombreux documents, témoignage de son travail pour l’administration échevinale.

3 Il s’agit de la condamnation à mort de Jehan Raine par les échevins et de son exécution qui fut cause de la suppression de l’échevinage par le roi qui mit un gouverneur de la ville en guise de punition pour quelques années. C’est en 1373 qu’une nouvelle loi fut donnée aux habitants de la ville.

4 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 5.


5 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 6.


6 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 13.


7 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 7.


8 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 37 v°.


9 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 48 : « Pluiseurs lettres, pappiers, munimens et anchien enseignemens qui estoient en l’aumaire 18e ont aujourd’uy 8e jour de juing l’an 1461 par eschievins vielz et nouveaulx estez mises en l’aumaire 19e pour illec les trouver et recouvrer, s’il est necessité, avec pluiseurs aultres lettres, papiers, munimens et anchiens enseignemens qui estoient oud. 19e aumaire ».

10 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 50 v°.


11 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 61.


12 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 62.


13 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 81.


14 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 89 et suivants.

15 Arch. mun. Douai, BB 29 bis, f° 107.

16 Il s’agit de l’incendie de 1471 qui a endommagé la halle échevinale et particulièrement la salle gothique qui était alors en construction. Déjà, un premier incendie près de la halle échevinale au début janvier 1463 avait fort inquiété les échevins qui avaient alors décidé d’élever une tour carrée dans le jardin derrière la cour de la halle pour enfermer en sûreté les archives, mais cette décision n’avait pas été exécutée. Cf. Arch. mun. Douai, BB 1, f° 13 et f° 33.

17 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 25 v°.

18 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 30 v°.

19 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 32 v°.

20 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 43.

21 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 48.

22 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 135 v°.

23 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 140 v°.

24 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 142.


25 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 142 v°.

26 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 144 et 144 v°.

27 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 145.

28 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 149.

29 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 161.

30 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 163 v°.

31 Arch. mun. Douai, BB 29, f° 196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Mestayer, « Le premier inventaire d’archives à Douai en 1410 », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 33-39.

Référence électronique

Monique Mestayer, « Le premier inventaire d’archives à Douai en 1410 », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/139

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org