Navigation – Plan du site
Première partie : Les documents d'archives

Les dossiers de dommages de guerre (1914-1918)

Une question toujours ouverte ?
Bénédicte Grailles
p. 55-69

Texte intégral

  • 1 R. Favreau, « Les archives des dommages de guerre 1914-1918 et 1939-1945. Leçons d’une expérience » (...)
  • 2 Les fonds départementaux sont les plus riches et présentent une grande variété de traitements. Les (...)
  • 3 Le cadre de classement est un plan directeur préétabli qui fixe au sein d’un service d’archives la (...)

1Pendant la guerre et dans l’après-guerre, les circuits administratifs et judiciaires se sont adaptés à de nouvelles nécessités et aux urgences. L’ensemble a généré une masse considérable de documents que les archivistes ont eu à prendre en compte. Le traitement de ces archives s’est étiré dans le temps au point que Robert Favreau dans un article de 19641, écrivait : « [...] à l’heure actuelle, la question des dossiers de dommages de guerre 1914-1918 n’est pas encore définitivement close ». Cette assertion pourrait encore être reprise aujourd’hui, quatre-vingt-dix ans après la Grande Guerre. Les dommages de guerre du premier conflit mondial, parce qu’ils présentent toutes les caractéristiques des archives contemporaines, se trouvent au centre de problématiques archivistiques que nous tenterons d’examiner en trois temps et que nous regarderons au prisme unique des fonds départementaux2. Les archivistes des départements concernés se sont trouvés face à une situation inédite qui supposait, en premier lieu, d’adapter le cadre de classement de 1841 afin d’y intégrer une nouveauté administrative complexe3. Face à la masse, la question de la gestion des entrées et de la sélection s’est posée et se pose encore. L’évaluation de ces archives fait cependant problème ; nous détaillerons les obstacles avérés tant psychologiques que méthodologiques et historiques. Nous verrons enfin comment les tris et les classements ont été mis en œuvre et proposerons des pistes de réflexion.

L’adaptation du cadre de classement

2Avant d’approfondir cette question, notons que les documents produits à l’occasion du conflit et de l’indemnisation de ses conséquences sont la première incarnation à grande échelle de l’ensemble des problématiques aujourd’hui identifiées comme propres aux archives contemporaines. Ces documents sont générés par des circuits administratifs complexes et fluctuants qui nécessitent, pour les évaluer avec justesse, de comprendre les répartitions de compétence et la généalogie des services responsables. Ils ont pour caractéristique d’être sériels et, à première lecture, répétitifs. Preuve en est la multiplication progressive des formulaires, notamment de déclarations de dommages immobiliers, qui classent les biens sinistrés en catégories à partir desquelles sont appliqués des barèmes. Autre signe révélateur, un premier examen rapide laisse à penser à l’existence de séries parallèles : par exemple, les dossiers de dommages de guerre conservés dans les communes et ceux relatifs aux biens communaux produits et traités au niveau du département soit par le service préfectoral en charge traditionnellement des affaires communales, soit par les services de reconstitution.

  • 4 Aisne, Ardennes, Nord, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Oise, Pas-de-Calais, Somme, Vosge (...)

3Parallèlement, on constate dès l’abord un flou sur la définition des archives des dommages de guerre. Dès 1919, la direction des Archives de France s’inquiète de la production occasionnelle générée par la guerre. Elle interroge les archivistes départementaux et commence à réfléchir sur la question des documents produits par les organismes temporaires de temps de guerre. Derrière cette dénomination transparaît la volonté de sauvegarder la mémoire d’un conflit historique à travers le témoignage de services comme celui des réfugiés, ou d’offices comme celui du charbon ou des céréales. Le traité de Versailles a prévu des clauses d’indemnisation et une commission en charge d’évaluer les violations faites au droit des gens a été instituée. L’administration s’attend donc à devoir asseoir ses prétentions, présenter des preuves. L’enquête de 1919 couvre la France entière et semble peu sensible au cas particulier des treize départements envahis4. Toutes les attentions se concentrent sur une typologie particulière de services et de procédures administratives.

  • 5 Créée en 1884, elle émet des avis sur toutes les questions techniques. Le décret du 21 juillet 1936 (...)
  • 6 « Enfin, la guerre de 1914-1918 a fait éclore des organismes temporaires [...]. Une instruction spé (...)
  • 7 Centre hist. des Arch. nat., ABXXXI 5.
  • 8 Les réponses des départements à cette enquête dans le courant de l’année 1928 comme à celles de 191 (...)
  • 9 Le principe dit de respect des fonds suppose de respecter la provenance, l’intégrité et l’ordre ori (...)

4Une deuxième enquête est diligentée en 1927, toujours auprès des archivistes départementaux. Elle leur propose d’employer des méthodes d’investigations nouvelles, en se rendant au sein des services concernés par ces questions afin de quantifier et de réfléchir à un sort final des documents produits. Son but est de fournir des éléments de réflexion à la Commission supérieure des archives5 en vue d’adapter le cadre de classement réglementaire des archives départementales aux futurs versements. La nécessaire révision du cadre de classement a été posée dès l’arrêté du 1er juillet 1921 portant règlement général des archives départementales, mais avait été reportée6. Elle est remise à l’ordre du jour de la Commission le 14 décembre 19287, laquelle désigne deux de ses membres comme rapporteurs, Max Bruchet, archiviste départemental du Nord, chargé d’étudier les réponses des départements envahis, et Ferdinand Claudon, archiviste départemental de la Côte-d’Or, devant dépouiller celles des autres départements8. La Commission a alors conscience que les versements sont loin d’être effectués et que les éliminations seraient « prématurées, si, comme il semble, ils doivent encore servir à régler des questions pendantes ». Ferdinand Claudon rend compte de ses conclusions le 23 décembre 1929. Entre les deux options qui s’offrent – maintenir ensemble les documents issus de ces organismes temporaires ou les répartir suivant les domaines de compétence entre les différentes séries modernes –, Claudon fait un choix clair. Il propose de reconstituer ce qu’il identifie, à tort, comme le fonds du préfet et de le rattacher à la série intitulée « administration générale » (série M). Ainsi préfère-t-il inclure les fonds des services des réfugiés et des évacués dans la série M, plutôt que dans celle consacrée à l’assistance et la prévoyance sociale (série X), ce qui serait plus conforme aux compétences. Il choisit donc clairement de respecter les fonds9. Mais Ferdinand Claudon a une vue faussée des fonds et des circuits décisionnels, car il ne s’appuie que sur des départements non envahis. Il est probable qu’il s’inspire également des solutions adoptées pour les occupations précédentes, celles de 1814-1815 et 1870-1871. Or, son exposé est le seul que la Commission entende, car Max Bruchet est, entre-temps, décédé et l’archiviste de l’Aisne, Lucien Broche, saisi, ne s’empresse pas de produire une synthèse. Bien qu’aucune directive officielle ne soit diffusée, des départements commencent à classer les fonds déjà versés en série M.

  • 10 Ce décret prévoit pour la première fois des visites de contrôle dans les services producteurs (arti (...)
  • 11 Sur cette circulaire, voir Arch. nat., ABXXXI 47 et 48.


5La réflexion végète ainsi jusqu’en 1937 où, suite à la lecture d’une note de Léonce Célier sur le classement et les durées de conservation, est nommée une sous-commission chargée de préparer un projet. Elle est présidée par Émile Dacier, inspecteur général, et comprend trois archivistes départementaux : André Lesort, de la Seine, Jean Hubert, de la Seine-et-Marne, et Joseph Estienne, de la Somme, auxquels est adjoint un membre de la bibliothèque-musée de la Guerre. Cette sous-commission a une feuille de route précise ; sans doute faut-il y voir l’influence du décret du 21 juillet 1936 portant sur les versements des papiers des ministères et des administrations10. Elle doit recenser les services producteurs, établir une liste de papiers, examiner leur valeur historique et leur usage administratif, préparer une instruction et un tableau d’éliminables. Un rapport de synthèse est remis à la section permanente de la Commission supérieure des archives en décembre 1939. C’est ce rapport qui est à l’origine de la circulaire ministérielle du 18 juillet 194111 qui, outre des instructions très prudentes sur les triages, fixe définitivement la pratique en termes de cadre de classement. La première préconisation de ce texte est de distinguer les services qui continuent leurs activités habituelles en les adaptant à la situation du conflit ou de l’après-guerre, de ceux créés spécialement pour résoudre des problèmes nouveaux ou d’une ampleur inconnue. Les premiers rejoignent la place que leur assigne le cadre de classement départemental de 1841, les autres doivent rester groupés comme le préconisait Claudon, mais intégrés non à la série M, mais à la série réservée aux affaires militaires (série R).

  • 12 Arrêté publié dans Loi, règlement et instruction concernant les archives communales, Melun, impr. a (...)
  • 13 Arch. nat., ABXXXI 47.
14 - La circulaire de 1941 laissait la possibilité aux départements qui avai (...)
  • 14 La circulaire de 1941 laissait la possibilité aux départements qui avaient opté pour la série M d’y (...)

6La circulaire de 1941 s’inspire du règlement des archives communales du 31 décembre 1926 et de la définition de la série consacrée aux affaires militaires (série H) qui doit accueillir « les mesures d’exception et faits de guerre » et donc les « dommages de guerre » (section 110) : « la conception consistant à grouper en un seul chapitre tous les documents relatifs à la guerre 1914-1918 et à ses suites économiques et sociales, toute séduisante qu’elle paraisse, est théorique. Elle ne résiste pas à l’examen. C’est à peu près la totalité des archives communales depuis 1914 qu’il eût fallu réunir dans ce chapitre [...] »12. La masse des documents produits en département et celle générée en commune ne sont pourtant pas comparables. La circulaire de 1941 insiste par ailleurs sur la nécessité de respecter l’intégrité des fonds et même sur le respect de l’ordre originel, alors même qu’elle a constaté la diversité des pratiques : « on conservera en principe le classement établi par le service [...], qui correspond à ses méthodes de travail »13. Elle prescrit par ailleurs un ordre de classement : les fonds doivent être groupés par ministère ; suivent ensuite les organismes neutres ou ennemis et enfin les institutions privées, d’abord celles ayant leur siège dans le département, puis les autres. La circulaire AD 98-8 du 18 décembre 1998 vient confirmer les choix faits en 194114 et se contente de reprendre les termes de celle-ci. Or, il apparaît que l’ordre de classement préconisé est en définitive bien peu précis, d’autant qu’il se conclut par cette phrase peu explicite : « La sous-série 10 R reçoit aussi les dossiers de dommages de guerre de 1914-1918 », laissant entendre qu’il s’agit là d’un ensemble monolithique et d’un seul fonds. L’expression « dossiers de dommages de guerre » n’est toujours pas définie, alors qu’elle recouvre à la fois des fonds judiciaires (commissions cantonales d’évaluation, tribunaux départementaux et interdépartementaux des dommages de guerre, commissions de préconciliation, par exemple) et des fonds administratifs (service du contrôle administratif des coopératives de reconstruction, service d’évaluation administrative et du contentieux, service d’apurement des comptes de guerre, etc.). Par ailleurs, grouper par ministère revient à scinder des fonds produits par des services qui, une fois le ministère des Régions libérés éteint, sont passés avec les mêmes compétences et sans rupture dans la tenue des dossiers au ministère des Finances.

7Ainsi, si la question de la place dans le cadre de classement semble adjugée depuis 1941, la compréhension de l’agencement des fonds comme l’organisation interne de la sous-série 10 R et notamment la tolérance éventuelle d’une cotation à quatre éléments pour distinguer la multiplicité des fonds dans les départements envahis n’ont pas même été abordées. Notons au passage que les instruments de recherche de la série R publiés ou diffusés en salle des inventaires du Centre historique des Archives nationales par les départements occupés pendant la Grande Guerre ne font presque jamais état de cette sous-série 10 R, soit pour les raisons d’ordre méthodologique précédemment évoquées, soit parce que les archivistes n’ont jamais jugé ces traitements prioritaires.

Les obstacles à l’évaluation

8Force est de constater que, au cours des années, l’intérêt pour ces archives n’a pas été très soutenu. À cela, plusieurs raisons peuvent être avancées. La première est certainement à rechercher chez les archivistes eux-mêmes, la deuxième vient des interférences que les administrations versantes ont éventuellement produites, la troisième des pressions que la société a exercées ou n’a pas exercées à des moments décisifs pour la conservation de ces documents.

9Les archivistes étaient en effet peu préparés à affronter la question des archives des dommages de guerre, comme celle des archives contemporaines en règle générale. Ils ne disposaient pas des outils méthodologiques et se refusaient parfois à produire l’investissement nécessaire à la compréhension de ces fonds :

  • 15 Réponse à l’enquête de 1927-1928 citée anonymement par Robert Favreau, « Les archives des dommages (...)

« au lieu de consacrer la fin de ma carrière à inventorier les séries anciennes de mon dépôt – ce qui est essentiellement ma mission de chartiste –, je ne veux pas perdre ces belles années à démêler un fouillis de pièces se rapportant au désobusage des champs de bataille, à la reconstruction des maisons, etc. J’ai mieux à faire qu’à passer mes journées à mettre en ordre des dossiers d’adjudication ou de paiement, etc., etc. Çà, ce n’est pas un travail de chartiste, c’est le travail d’un commis quelconque… »15.

  • 16 La lettre collective n ̊ 1113 du ministre des Finances en date du 18 septembre 1942 adressée à tous (...)
  • 17 Arch. dép. Nord, 3 T 1942.

  • 18 N. Vidal, Georges Besnier (1879-1961) ou l’intelligence et la vertu, Arras, Archives départementale (...)

10Il est vrai que, dans beaucoup de cas, la question s’est en partie réglée d’elle-même, par la conjugaison d’une forme d’incurie, d’une méconnaissance des obligations administratives et d’un manque de moyens et ce, malgré des rappels à l’ordre clairs16. Ainsi, les dossiers du service d’apurement des comptes de guerre des communes et ceux de l’office de liquidation des comités de ravitaillement remis aux archives départementales du Nord en 1938 et entreposées à la préfecture, après plusieurs déménagements et un versement à l’annexe des archives départementales à la faculté de droit, ont déjà maigri, en 1943, de 60 % sous le seul effet de l’humidité et du pourrissement. En 1970, René Robinet, alors directeur des archives départementales du Nord, constate qu’il n’existe plus que dix-sept articles sur les presque 2000 du départ17. Dans d’autres départements, les bombardements et les incendies aident à éclaircir la situation. À moins qu’ils n’expliquent un peu trop aisément des disparitions moins accidentelles. Il faut cependant rendre hommage à certains archivistes qui ont joué un rôle important dans la collecte, l’évaluation et la compréhension des archives des dommages de guerre. Georges Besnier dans le Pas-de-Calais est un cas atypique. Il cumule dès 1920 ses fonctions d’archiviste avec la direction des services en charge de l’apurement des comptes de guerre et du ravitaillement18. Au cœur administratif du problème, il veille à faire entrer aux archives départementales les fonds des organismes temporaires au fur et à mesure de leur extinction. La collecte commence en 1926 et se poursuit après 1945. Le successeur de Georges Besnier, Pierre Bougard, a à cœur de poursuivre cette tâche, ce qui explique qu’aujourd’hui encore ce dépôt abrite la collection la plus riche. Sur le plan conceptuel, Pierre Piétresson de Saint-Aubin, dans le Nord, a fourni un apport essentiel à la rédaction de la circulaire de 1947. Robert Favreau, missionnaire au ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme dans les années 1960, amène un regard neuf sur ces archives et leur confère une légitimité historique. Le rapport qu’il rédige est à l’origine de la circulaire principale sur les dommages de guerre 1939-1945 : la circulaire AD 62-10 du 14 mars 1962.

  • 19 Lettre du 10 avril 1944. Arch. dép. Nord, 3 T 1942.
  • 20 Réunion du 2 juin 1950. La Gazette des archives, n° 8, juillet 1950. Voir aussi n° 11, janvier 1952

11La situation des services et la chronologie des versements ont également joué largement en la défaveur des archives des dommages de guerre. En effet, dans au moins trois départements, le Nord, la Somme et l’Oise, c’est au cours de la seconde guerre mondiale que les services des dommages de guerre tentent de faire admettre des versements. Il est clair que les archivistes départementaux sont alors confrontés à des difficultés telles qu’ils n’ont pas les moyens de s’en occuper, quand bien même sont-ils conscients de leur importance : « Ne refusons pas ces papiers. C’est notre office. Mais qu’on ne nous coupe pas les jambes d’abord pour nous dire ensuite de marcher » s’insurge Joseph Estienne19. Ce d’autant que les archivistes n’ignorent pas que les dossiers ne sont pas clos et les recherches administratives nombreuses. En mars 1944, soixante personnes sont encore employées dans le Nord au règlement des indemnités pendantes de la guerre précédente. De manière informelle, les archivistes départementaux concernés se consultent et s’entendent sur un certain nombre d’exigences : local sous la responsabilité unique de l’archiviste, personnel à sa disposition, bordereau de versement et récolement de prise en charge, dépenses de service et d’entretien hors des budgets affectés. Après-guerre, manque de locaux, bâtiments sinistrés, absence de moyens, fonds évacués à réintégrer, les archivistes départementaux ont toujours des priorités à gérer. Or, la décision de supprimer les services départementaux d’apurement des comptes de guerre qui avaient en général concentré les archives subsistantes est prise en 1946, à un moment délicat pour beaucoup des services d’archives. Les archivistes de l’Est émettent à plusieurs reprises dans les années 1950 des vœux visant à désencombrer leurs dépôts par « le droit de procéder à de larges éliminations »20.

  • 21 Circulaire ministérielle du 9 mars 1921. Ces dossiers sont évalués à environ 1 million dans le Nord (...)
  • 22 Il s’agit de bâtiments construits en 1919 en bordure de la rue Saint-Bernard, dits « couloir des di (...)

12À ces conditions particulièrement défavorables s’ajoute une difficulté supplémentaire. Les administrations en charge à des titres divers de l’instruction des dommages de guerre ont parfois cherché, dans un louable esprit de simplification administrative, mais à l’encontre du principe de respect des fonds, à organiser les archives courantes. Dans le Nord, c’est un véritable dépôt de pré-archivage qui est mis en place dès 1924, dans le but de rassembler les dossiers instruits par les tribunaux et commissions cantonales d’évaluation et ceux issus des services administratifs. Les archives des commissions cantonales devaient être conservées auprès de leur commission, puis transmises à la commission spéciale d’évaluation de l’arrondissement avant d’être versées au greffe des tribunaux de dommages de guerre puis au greffe du conseil de préfecture21. Celles des services administratifs étaient normalement gardés dans les locaux de l’administration départementale. La gestion des archives intermédiaires dont on ne conçoit pas à ce moment qu’elles soient conservées à titre historique, permettrait de fondre tous les dossiers concernant un même sinistré, quelle que soit leur provenance, en un seul et unique dossier. Pour réaliser cet ambitieux projet, une partie des locaux dévolus aux services de reconstitution, au 2 de la rue Saint-Bernard, est progressivement utilisée22. Si la constitution d’un dossier unique n’est finalement plus à l’ordre du jour, il n’en reste pas moins qu’il n’est pas à exclure que des manipulations diverses aient eu lieu, tant au niveau des dossiers qu’au niveau des fichiers alphabétiques d’entrées. La visite menée en janvier 1946 par Pierre Piétresson de Saint-Aubin montre un dépôt organisé et bien tenu, mais des mélanges sont visibles notamment en raison des contraintes de format.

  • 23 Le service de liquidation des dommages de guerre 1914-1918 rattaché au ministère des Finances, cont (...)
  • 24 Robert Favreau (« Les archives des dommages de guerre... », art. cité, p. 58) expose le cas du mini (...)
  • 25 Centre hist. des Arch. nat., ABXXXI 47.

  • 26 P. Marcilloux, « Le défi administratif : entre interventionnisme, contrôle et efficacité » dans É. (...)

13N’oublions pas par ailleurs que dans l’immédiat après-guerre toutes les questions d’indemnisation ne sont pas réglées. Il subsiste des contentieux et toutes les coopératives de reconstruction ne sont pas liquidées23. Les versements s’étalent donc dans le temps, essentiellement entre les années trente et les années soixante ne facilitant pas une approche raisonnée et globale. Comme par ailleurs des éliminations sauvages ou accidentelles ont été pratiquées par les services24 – le facteur de risque était grand car les locaux qu’ils occupaient étaient souvent provisoires, voire des baraquements –, l’archiviste s’est trouvé finalement détenteur d’une masse de papiers dont la cohérence et les circuits d’instruction devenaient difficilement perceptibles. Ce d’autant, et l’ensemble des enquêtes le soulignent25, que les pratiques administratives des services d’urgence avaient été très disparates : dans l’immédiat après-guerre sont nommés à la tête de ces services les agents que le conflit avait épargnés. Ils ne disposent pas tous soit des connaissances requises, soit de la maîtrise d’un niveau de responsabilité comparable, soit d’une culture des procédures de l’administration26. D’un département à l’autre, les fonds peuvent présenter des particularités qui viennent compliquer encore la sélection de ces documents.

  • 27 Lettres des 2 et 18 juillet 1947. Arch. dép. Nord, 3 T 1942.
  • 28 Il importe d’insister sur la durée d’utilité administrative très longue de ces dossiers. S’il m’est (...)

14En dehors de ces phénomènes, il est aussi intéressant de s’interroger sur les pressions subies ou non par les archivistes dans la collecte ou l’exploitation de ces documents. Première constatation, les années 1946-1947 sont des années à risque pour les papiers des administrations. Les besoins en papier sont réels et la pénurie importante. Le ministère de la Production industrielle fait pression tant sur les Archives nationales et la direction des Archives qu’au niveau local. La direction des Archives prend au sérieux ces demandes et les répercute aux archivistes départementaux. Les papiers des dommages de guerre, par leur masse et leur apparente redondance, concentrent les convoitises. On sait par ailleurs que des négociants en papiers à recycler contactent et n’hésitent pas à relancer les Domaines. Dans le Nord, la menace est très précise. Le ministre de la Production industrielle fait part au ministre de l’Éducation nationale des « réclamations pressantes des papetiers du Nord », lequel reconnaît la nécessité d’« alimenter le plus rapidement possible en vieux papiers les usines fabriquant des tubes pour les filatures du département du Nord »27. À ce jeu, ce ne sont pas moins de 10 tonnes qui sont pressenties pour la destruction. Cette tension explique l’élaboration d’une circulaire de tri finalement publiée dans l’urgence le 4 août 1947 et contestée aussitôt pour n’avoir pas pris suffisamment en compte les durées d’utilité administrative28.

  • 29 Notons l’ouvrage précurseur concernant la Belgique sous la direction de Marcel Smets, Resurgam. La (...)
  • 30 Reconstructions en Picardie après 1918, Paris, 2000, 312 p.

  • 31 P. Marcilloux, « ‘Il se faut s’entraider, c’est la loi de nature’. Réflexions sur les relations ent (...)
  • 32 P. Marcilloux (dir.), B. Grailles (coord.), La Grande Reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais (...)
  • 33 P. Marcilloux, « Etiam periere ruinæ... À propos des vestiges et souvenirs de guerre dans le Pas-de (...)
  • 34 H. Collin, « Programmation des classements et mise en œuvre des instruments de recherche. Le fruit (...)

15On peut également relever que la demande émanant des historiens amateurs ou professionnels ne s’est révélée qu’assez tardivement. Certes, les dossiers de dommages de guerre concernant les biens communaux ont de longue date trouvé un public, mais il est facile pour l’archiviste de contenter cette demande avec les articles conservés habituellement dans la sous-série consacrée aux bâtiments et biens communaux (2 O), en passant pudiquement sous silence les fonds relevant de la sous-série 10 R, alors même que ceux-ci ne sont pas des doubles. Il est vrai qu’en l’absence d’inventaires ou en présence de répertoires succincts ou représentant des fonds mutilés, les chercheurs peuvent difficilement revendiquer un accès à ces fonds et en mesurer la richesse. L’intérêt s’est précisé pour la France dans les années 199029 avec le catalogue publié par les Archives nationales, Reconstructions et modernisation. La France après les ruines, 1918… 1945… (Paris, Archives nationales, 1991, 310 p.) et les travaux d’Hugh Clout, After the ruins. Restoring the contryside of Northern France after the Great War (Exeter, 1996, XVIII-332 p.), puis confirmé en 2000 avec deux opérations, l’une en Picardie30, l’autre dans le Pas-de-Calais. Néanmoins, l’étude des sources exploitées à ces différentes occasions et de celles présentées au public montre une relative absence de valorisation des fonds administratifs et judiciaires des dommages de guerre au profit de fonds plus faciles d’accès comme les fonds d’architectes, les collections de photographies, etc. Il est d’autant plus important de porter l’accent sur la coopération exemplaire entre les archives départementales du Pas-de-Calais et l’université d’Artois31 et la mise en œuvre d’un programme scientifique de classement et d’exploitation de ces fonds qui s’est traduit par des travaux de maîtrise et DEA menés par une cinquantaine d’étudiants, une exposition, des concerts, un colloque32 et la mise à disposition par le biais de répertoires numériques de plusieurs des fonds dits de dommages de guerre. Enfin, il nous reste à noter l’absence de demande mémorielle locale concernant cette période de la reconstruction d’après la Grande Guerre. Les populations des départements les plus touchés, ceux qui ont été envahis et occupés, ne semblent avoir eu de cesse que de réintégrer la communauté nationale et ont peu revendiqué leur spécificité, dès lors que la nation leur avait consenti le droit à la reconstitution, ce qui est officiellement fait dès la loi de finances du 26 décembre 191433. Les fonds dits des dommages de guerre ont pâti de ce que l’on supposait de leur consultation et n’ont jamais réussi à s’inscrire dans les priorités34.
Les obstacles à lever pour évaluer de manière sereine les fonds de dommages de guerre ont été et sont nombreux et de tous ordres, psychologiques, administratifs ou conjoncturels. Mais le blocage principal a bien consisté dans la difficulté à saisir quelle utilité historique ces fonds pouvaient bien présenter, ce d’autant que la lenteur de la collecte, les manipulations et les lacunes n’avaient pas facilité une approche déjà délicate.

Tris et classement, de la théorie à la réalité des pratiques

16Les dossiers de dommages de guerre se trouvent malgré eux et dès l’entre-deux-guerres au centre d’une problématique nouvelle, celle de la gestion de la masse, comme le note Jean Rigault :

  • 35 « Les versements des services extérieurs dans les archives départementales », La Gazette des archiv (...)

« D’autres cas – dommages de guerre ou autres – se présenteront. [...] Il est indispensable qu’une doctrine s’élabore qui tienne compte, et du respect des fonds, et des nécessités de consultation du service versant, et des désirs légitimes des départements intéressés, et de la place disponible dans nos dépôts respectifs »35.

17Plusieurs textes ont semblé régler la question de ces archives en 1941, 1947 et 1964. Aucun d’eux n’a pour autant fourni une réponse définitive : la chronologie et la réalité des tris comme l’expérience récente du Pas-de-Calais en sont la preuve.

18La première instruction date du 18 juillet 1941. Elle est le résultat des enquêtes menées en 1919 et 1927-1928 et des travaux de la Commission supérieure des archives. Le but affiché est d’éliminer de grandes catégories de documents à l’exception de spécimens. Cette instruction vise à éclaircir les fonds, ôter l’ivraie mais ne s’attelle pas à un tri plus fin ou à un échantillonnage. La liste d’éliminables ainsi établie concerne l’ensemble des départements français, puisqu’elle s’intéresse exclusivement à des services temporaires communs à tous, comme le ravitaillement ou les réfugiés. Elle inscrit cependant des « documents dont la suppression pourra être envisagée après triage très soigné, à partir de 1950 », au rang desquels elle met les « dommages de guerre » sans autre précision. Ainsi l’instruction de 1941 qui fut si difficile à accoucher n’éclaire en rien le devenir des fonds qui nous intéressent.

  • 36 Rapport à la direction des Archives de France, 5 mai 1947. Arch. dép. Nord, 3 T 1942.

19En revanche, l’instruction du 4 août 1947 dresse une liste des documents ou de fonds susceptibles d’être versés par les services départementaux d’apurement et de liquidation des dommages de guerre à conserver ou à supprimer sans délai. Elle se fonde essentiellement sur le rapport remis par Pierre Piétresson de Saint-Aubin, dont elle s’inspire jusque dans l’ordre de citation des types documentaires36. On peut cependant souligner que les descriptions très précises et les justifications avancées par l’archiviste départemental du Nord n’ont pas été reprises. Quelques principes directeurs apparaissent clairement. Les documents récapitulatifs sont systématiquement conservés (fichiers, registres, tableaux mensuels). Les pièces justificatives de l’activité des services peuvent être éliminées. Un certain nombre de pièces sont sauvegardées en raison d’une durée d’utilité administrative encore inachevée. L’instruction oublie de traiter d’un certain nombre de fonds qui au demeurant ne sont pas connus de Piétresson de Saint-Aubin comme les commissions et comité de préconciliation ou les services d’architecture. Elle reporte sine die les triages éventuels dans les fonds de l’office de reconstitution industrielle ou ce qu’elle nomme « la gestion de travaux publics ». De plus, elle laisse de côté le problème essentiel, à savoir les fonds judiciaires et en particulier les dossiers des commissions cantonales dont elle ne dit mot, faute de pouvoir proposer un tri judicieux. De plus, tous les fonds ne sont pas identifiés, ce qui montre une connaissance parfois peu approfondie des mécanismes institutionnels. Ainsi « la gestion des travaux publics » désigne probablement le fonds du service des travaux de première urgence. On trouve quelques distorsions entre les préconisations de Piétresson de Saint-Aubin et l’instruction, notamment concernant le fichier général alphabétique des titulaires de compte, dont on peut d’ailleurs se demander si la destruction préconisée par la direction des Archives de France ne résulte pas d’une erreur. Pour ce fichier comme pour trois autres types documentaires, une note du 23 octobre 1947, précédé d’un avertissement téléphonique en urgence, les retire des éliminables et ce, à la demande du ministère des Finances.

  • 37 Circulaires AD 62-10 du 10 mars 1962, 63-4 du 17 janvier 1963, 64-11 du 6 mars 1964.

20En 1947, les archivistes départementaux n’ont toujours aucune directive en termes de tri pour les fonds les plus volumineux. Le problème est en théorie résolu par la circulaire AD 64-30 du 2 novembre 1964 qui préconise de trier les dommages de guerre de 1914-1918 en retenant les règles utilisées pour ceux de 1939-194537. Il ne s’agit de garder que les « dossiers immobiliers relatifs aux usines, aux importants établissements commerciaux, aux grandes exploitations, aux châteaux et aux bâtiments publics [...], ainsi que ceux concernant les ouvrages d’art ou comportant des plans, des croquis ou photographies. Pour les dossiers mobiliers, on conservera l’ensemble des dossiers de quelques communes-types, choisies dans les différentes régions du département ». Les choix effectués posent de nombreuses questions. D’abord, ils partent du présupposé que le traitement et l’organisation des dommages des deux guerres sont comparables, ce qui n’est le cas ni du point de vue des procédures, ni du point de vue des services producteurs. Ainsi, les dossiers de l’office de reconstitution industrielle regroupent à la fois dommages immobiliers et dommages mobiliers. Quant aux dommages aux établissements les plus importants, ils étaient évalués par les commission et comité de préconciliation. Relevons également le peu d’intérêt accordé aux types de destructions et à leur localisation géographique qui se traduit par la désinvolture du choix des communes-types. Ce qui prévaut dans la sélection, c’est l’exceptionnel, le remarquable : aucun échantillonnage aléatoire n’est prévu.

  • 38 On peut suivre l’évolution des tris grâce aux chroniques départementales de La Gazette des archives
  • 39 René Gandilhon dans la Marne fit par exemple extraire systématiquement les photographies des dossie (...)
  • 40 G. Dumas, A. Ferrant, R. Michelet, Guide des archives de la Marne, Châlons-sur-Marne, 1987, 297 p. (...)
  • 41 G. Dumas, Guide des archives de l’Aisne, Laon, 1971, 286 p.
  • 42 René Robinet a également classé la série R des Ardennes.
  • 43 Arch. dép. Nord, 3 T 1942, 22 925, 2304.

  • 44 Arch. dép. Nord, 3 T 1942.
  • 45 Ils relèvent normalement de la commission de préconciliation et non des commissions cantonales.

21Il faut bien avouer que ces directives sont trop tardives. Dans les années 1950 et au début des années 1960, l’Aisne, le Nord, la Moselle ou la Meuse ont achevé leurs procédures de tri au sein des commissions cantonales38. Chacun a appliqué des critères de tri, en fonction de la masse initiale des documents, de leur diversité et – il faut bien le dire – en fonction de l’intérêt que l’archiviste y trouvait39. Les pourcentages de destruction sont très impressionnants : dans la Marne, par exemple, environ 17 % des fonds subsistent40 ; dans l’Aisne n’ont été gardés que 14 % des 1 500 ml initiaux41. Nous nous intéresserons plus particulièrement à deux cas, ceux du Nord et de l’Aisne. Dans le Nord, les tris sont d’abord menés par Pierre Piétresson de Saint-Aubin et achevés par son successeur René Robinet42. Tous les fonds dits de dommages de guerre au sens large sont concernés entre la fin des années 1940 et les années 1970, des moyens humains étant dégagés spécifiquement pour cette tâche. Grâce aux inventaires du dépôt de la rue Kulhman et au récolement des Dix-huit Nefs, on sait que ces fonds avaient bien été versés43 et que l’état actuel de la sous-série 10 R est donc bien le fruit de la volonté des archivistes. Piétresson de Saint-Aubin relève clairement l’intérêt des dossiers des commissions cantonales44. Il démontre leur richesse et constate avec regret que seul un examen exhaustif permettrait de distinguer les dossiers à conserver. Il conclut dans un premier temps à la nécessité de garder la totalité des dossiers et dans un deuxième temps de conserver les dommages supérieurs à 500 000 F45 et les dossiers présentant un intérêt particulier ainsi que, de manière exhaustive, tous ceux situés dans des zones de destruction totale (« zone rouge ») et de fort pourcentage de destructions. Il effectue des tests, notamment dans la commission de Clary et dans celle de Denain. Dans celle de Clary, il retient onze dossiers sur 773. Il constate qu’il faut environ une heure pour examiner cent à cent dix dossiers, soit environ 5 ans pour passer en revue l’ensemble. Au fil des années, des déménagements, l’appel du pilon se fait de plus en plus pressant. Entre 1965 et 1967, ce sont 130 tonnes qui sont détruites. Au final et suite à la circulaire de 1964, les dossiers conservés ne le sont plus qu’à titre de spécimens.

22Dans l’Aisne, Georges Dumas élabore des échantillonnages complexes pour un tri drastique. Le chantier est considérable car il décide d’opter pour un pièce à pièce, en conservant tous les dossiers de personnes morales, en distinguant des personnalités (écrivains, artistes, notabilités, etc.) et en échantillonnant les personnes physiques de la manière suivante : un dossier de profession courante par commune, un dossier des autres professions par arrondissement, un dossier de chaque profession pour les villes de plus de 5 000 habitants. Par ailleurs, il s’autorise à conserver des dossiers pour leur intérêt iconographique et garde systématiquement les châteaux. Dans les deux cas du Nord et de l’Aisne, l’échantillonnage définitif se révèle inadapté aux besoins de la recherche : les recherches de type individuel ou « généalogique » ne peuvent être satisfaites ; les monographies locales ne peuvent être abondées ; les recherches historiques ne trouvent pas leur échantillon représentatif.

  • 46 Tous les fichiers confondus occupent plus de 200 ml.

  • 47 Près de 500 ml.

  • 48 Plus de 230 ml.

  • 49 Quelques commissions cantonales et les dossiers dits d’architecture, seuls témoignages non des dest (...)

23Les tris au sein des dommages de guerre ne sont aujourd’hui pas terminés. Jusqu’aux années 1990, les fonds du Pas-de-Calais sont restés indemnes de tout traitement. C’est alors que l’on commence à réfléchir à des éliminations possibles au sein de trois des fonds les plus volumineux : les commissions cantonales, le service architecture et ce qui est alors identifié comme la « remise en état des sols » et qui est en fait le service des travaux de première urgence. L’idée est alors de détruire l’ensemble du fichier alphabétique, clef d’accès aux numéros des dossiers des commissions cantonales46, de détruire entièrement environ 60 % de ces dossiers47 et de ne garder qu’une partie des dossiers « architecture » (6 circonscriptions sur 16)48, en se fondant en partie sur l’échantillonnage géographique permanent et en combinant zones rurales et urbaines. Parallèlement, un tri sélectif est entamé dans les dossiers individuels de sinistrés. Une partie restreinte de ce pilon est exécuté en 199349, mais l’ensemble du projet est finalement abandonné.

  • 50 Annexe I. Cadre de classement provisoire établi en 1997 par Patrice Marcilloux, alors directeur des (...)
  • 51 Il s’agit de ruines ou de souvenirs classés pour être conservées en l’état comme témoignage de la g (...)

24En 1997, l’idée d’un programme de recherche en collaboration avec l’université d’Artois naît. Un effort important est porté sur l’identification des fonds qui aboutit à l’établissement d’un cadre de classement de la sous-série 1R50 distinguant pas moins de vingt-trois fonds différents. Outre un récolement informatique, des classements volumineux sont entamés, grâce notamment au renfort d’étudiants. Sont ainsi classés entièrement ou partiellement les fonds suivants : l’office de reconstruction industrielle, la société coopérative des églises dévastées du diocèse d’Arras, les services d’architecture des secteurs de Béthune et de Bapaume, le service d’évaluation administrative et du contentieux, le service d’apurement des comptes de guerre des communes envahies, le service de reconstitution agricole, le service de reconstitution foncière et une partie des services de reconstitution du Pas-de-Calais. La mise à disposition du public de ces répertoires numériques a suscité indéniablement de nouvelles recherches. La question des commissions cantonales, pour lesquelles la tentation est grande d’opérer des destructions, reste à régler. Pour les dossiers individuels des sinistrés, il apparaît évident que l’analyse de Piétresson de Saint-Aubin reste valide : le taux de destruction et la zone affectée doivent être pris en compte. L’idéal serait de conserver les zones détruites à 100 % en sachant que les taux de destruction sont bien entendu variables au sein d’une même commission. Par ailleurs, les dossiers relatifs aux biens situés dans des communes qui ont fait l’objet d’une destruction systématique et organisée de la part de l’occupant et dans celles inscrites sur les listes des vestiges de guerre51 doivent impérativement être gardés. Ces deux critères peuvent être mis en œuvre à partir du fichier alphabétique. La durée d’activité des commissions qui ont été soumises au binage et progressivement supprimées dans les années 1920 puis 1930, comme l’intensité de celle-ci, chiffrable par le nombre de dossiers mais aussi par le niveau des dommages traités, devraient conditionner un échantillonnage aléatoire plus ou moins important, en tout cas différent suivant chaque commission. Enfin, il paraît difficile d’éviter un tri qualitatif, en sachant que les dossiers les plus volumineux peuvent être distraits automatiquement du pilon. Ce tri qualitatif devrait prendre en compte, outre les biens immobiliers, les autres catégories de dommages. La mise en place de ces tris fins, on le voit, n’est pas aisée. La vraie question n’est-elle pas qu’il serait préférable de garder les dossiers en totalité, les échantillonnages trop impérieux ayant montré leurs limites et ayant visiblement grevé les possibilités de recherches qui n’avaient pas été envisagées au moment de la destruction ?

  • 52 Paris, rééd. Omnibus, 1993, p. 598-599.

25Les archives des dommages de guerre ont joué de beaucoup de malchances. La complexité des circuits administratifs et la disparité de ceux-ci, l’aspect sériel encore inhabituel au moment de la prise en charge, le relatif désintérêt de la profession, sans doute dû également au fait que seuls un nombre limité de dépôts étaient directement concernés, et encore à des degrés divers et avec des modalités variables, ont été des facteurs de risque. Mais la difficulté principale a résidé dans l’incapacité à devancer le type de recherches qui pouvait être effectué sur ces fonds et les tris effectués n’ont pas permis de sauvegarder l’ensemble des possibilités. La conclusion n’est-elle pas qu’il faudrait se résoudre, quand des fonds ont trait à une période décisive pour l’histoire d’un territoire, à ne pas détruire ? Si l’on a pu prescrire la suspension de toute élimination des archives datant de la seconde guerre mondiale sous la pression de la demande mémorielle, pourquoi ne pas accepter de conserver intégralement des « monuments » qui sont la trace du bouleversement total et traumatique vécu par une région ? La position inverse donnerait raison à Pascal Donnadieu, le héros de Maxence van der Meersch dans Invasion 1452 :

« Il sentait bien que tous les gens de ces pays que la grande tourmente n’avait pas touchés ne pourraient jamais comprendre les envahis et qu’il y avait là, pour l’avenir, une source de mésentente et d’injustice. [...] Comparer ce Paris intact, joyeux, brillant, à peine effleuré par la guerre, cette foule heureuse, cette abondance, ce luxe, aux cités envahies, écrasées, funèbres au milieu leurs industries mortes, à ces populations dont la tuberculose, la faim et le froid avaient fauché près de la moitié, à ces longues rues où poussait l’herbe, où s’écaillaient en plâtras les maisons délabrées, à ces intérieurs sans meubles, sans portes et sans vitres, sans lumière et sans feu ! Non, on ne se comprendrait jamais. »

Haut de page

Annexe

Cadre de classement provisoire de la sous-série 10 R des archives départementales du Pas-de-Calais53

10 R 1 — Services de reconstitution du Pas-de-Calais


10 R 2 — Service des travaux de première urgence puis service des travaux de l’État


10 R 3 — Service d’apurement des comptes de guerre des communes envahies


10 R 4 — Service d’évaluation administrative et du contentieux


10 R 5 — Service du contrôle financier


10 R 6 — Service de reconstitution des houillères


10 R 7 — Service de reconstitution agricole


10 R 8 — Service de reconstitution foncière


10 R 9 — Service d’architecture


10 R 10 — Commission administrative de préconciliation


10 R 11 — Comité central de préconciliation


10 R 12 — Commissions cantonales


10 R 13 — Tribunal des dommages de guerre d’Arras


10 R 14 — Tribunal des dommages de guerre de Béthune


10 R 15 — Autres tribunaux de dommages de guerre


10 R 16 — Commission départementale de liquidation


10 R 17 — Instance d’appel : tribunal interdépartemental de dommages de guerre de Paris

10 R 18 — Commission d’évaluation des cessions de droits à indemnités pour dommages

de guerre


10 R 19 — Office de reconstitution industrielle


10 R 20 — Service du contrôle administratif des coopératives de reconstruction


10 R 21 — Société coopérative de reconstruction des églises dévastées du diocèse d’Arras

10 R 22 — Comité d’alimentation du nord de la France


10 R 23 — Reconstitution des archives et de l’état civil

Haut de page

Notes

1 R. Favreau, « Les archives des dommages de guerre 1914-1918 et 1939-1945. Leçons d’une expérience », La Gazette des archives, n ̊ 45, 2e trimestre 1964, p. 55-64, (p. 59).

2 Les fonds départementaux sont les plus riches et présentent une grande variété de traitements. Les fonds conservés aux Archives nationales sont toujours en cours de classement.

3 Le cadre de classement est un plan directeur préétabli qui fixe au sein d’un service d’archives la répartition des fonds et des collections en de grandes divisions et subdivisions méthodiques appelées séries et sous-séries, afin de faciliter la recherche de ces documents. La série est la division primaire du cadre de classement, généralement désignée par une lettre ou un ensemble de lettres de l’alphabet. L’affectation dans le cadre de classement détermine la cotation, c’est-à-dire l’attribution d’un code d’identification unique à un ensemble de pièces d’une même provenance se rapportant à un même objet ou à une même affaire. Le cadre de classement des archives départementales date de 1841, la dernière révision est de 1998. Il a valeur réglementaire.

4 Aisne, Ardennes, Nord, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Oise, Pas-de-Calais, Somme, Vosges, Haut-Rhin et Bas-Rhin.

5 Créée en 1884, elle émet des avis sur toutes les questions techniques. Le décret du 21 juillet 1936 lui donne un rôle important en matière de contrôle des papiers dans les administrations productrices.

6 « Enfin, la guerre de 1914-1918 a fait éclore des organismes temporaires [...]. Une instruction spéciale y pourvoira ultérieurement », arrêté publié dans Lois, décrets, arrêtés, règlements et instructions concernant le service des archives départementales, 2e édition, Melun, impr. adm., 1931, 294 p. (p. 53).

7 Centre hist. des Arch. nat., ABXXXI 5.

8 Les réponses des départements à cette enquête dans le courant de l’année 1928 comme à celles de 1919 et 1947 n’ont pas été retrouvées dans les fonds conservés aux Archives nationales. On sait pourtant que Robert Favreau en 1947 a utilisé les réponses parvenues en 1928. Les recherches menées dans les sous-séries AB du Centre historique des Archives nationales et dans le versement 20030279 du Centre des archives contemporaines se sont révélées infructueuses. Je remercie Denise Ogilvie et Emmanuel Rousseau de leur concours dans cette quête.

9 Le principe dit de respect des fonds suppose de respecter la provenance, l’intégrité et l’ordre originel du fonds.

10 Ce décret prévoit pour la première fois des visites de contrôle dans les services producteurs (articles 9 à 11), l’attribution automatique aux services d’archives des documents émanant d’établissements publics cessant leur activité (article 12) et le visa obligatoire de la direction des Archives de France pour toute élimination (articles 4 et 5).

11 Sur cette circulaire, voir Arch. nat., ABXXXI 47 et 48.


12 Arrêté publié dans Loi, règlement et instruction concernant les archives communales, Melun, impr. adm., 1932, 109 p. (p. 23-24).


13 Arch. nat., ABXXXI 47.
14 - La circulaire de 1941 laissait la possibilité aux départements qui avaient opté pour la série M d’y maintenir les fonds déjà classés.

14 La circulaire de 1941 laissait la possibilité aux départements qui avaient opté pour la série M d’y maintenir les fonds déjà classés.

15 Réponse à l’enquête de 1927-1928 citée anonymement par Robert Favreau, « Les archives des dommages de guerre... », art. cité, p. 58.

16 La lettre collective n ̊ 1113 du ministre des Finances en date du 18 septembre 1942 adressée à tous les préfets rappelle l’obligation de versement aux archives départementales et le décret de 1936 : « il ne saurait être question de la destruction immédiate de ces archives et [...] cette éventualité ne saurait davantage être envisagée à l’achèvement des travaux d’apurement [...] ou lors de la suppression des services [...] ».

17 Arch. dép. Nord, 3 T 1942.


18 N. Vidal, Georges Besnier (1879-1961) ou l’intelligence et la vertu, Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, 1998, 175 p.


19 Lettre du 10 avril 1944. Arch. dép. Nord, 3 T 1942.

20 Réunion du 2 juin 1950. La Gazette des archives, n° 8, juillet 1950. Voir aussi n° 11, janvier 1952.

21 Circulaire ministérielle du 9 mars 1921. Ces dossiers sont évalués à environ 1 million dans le Nord qui n’a pourtant été que partiellement touché (59 communes détruites à 100 %, pour 186 dans le Pas-de-Calais, par exemple).


22 Il s’agit de bâtiments construits en 1919 en bordure de la rue Saint-Bernard, dits « couloir des dix-huit nefs ».


23 Le service de liquidation des dommages de guerre 1914-1918 rattaché au ministère des Finances, continue à exister au début de la Cinquième République. Robert Favreau, « Ministère de la Construction et archives », La Gazette des archives, n° 37, 2e trimestre 1962, p. 67-77 (p. 69).

24 Robert Favreau (« Les archives des dommages de guerre... », art. cité, p. 58) expose le cas du ministère des Finances.

25 Centre hist. des Arch. nat., ABXXXI 47.


26 P. Marcilloux, « Le défi administratif : entre interventionnisme, contrôle et efficacité » dans É. Bussière, P. Marcilloux, D. Varaschin (éd.), La Grande Reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre. Actes du colloque d’Arras, 8 au 11 novembre 2000, Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, 2002, 477 p. (p. 37-52).

27 Lettres des 2 et 18 juillet 1947. Arch. dép. Nord, 3 T 1942.

28 Il importe d’insister sur la durée d’utilité administrative très longue de ces dossiers. S’il m’est permis de faire appel à mon expérience dans le Pas-de-Calais, j’ai procédé encore à une recherche de type administratif dans un dossier individuel de sinistré d’une commission cantonale en 2003. Les demandes étaient encore fréquentes dans les années 1980. Par ailleurs, les fonds relatifs au désobusage et à la remise en état des sols sont susceptibles d’être sollicités dans le cadre de la prévention des risques liés aux sapes.

29 Notons l’ouvrage précurseur concernant la Belgique sous la direction de Marcel Smets, Resurgam. La reconstruction en Belgique après 1914, Bruxelles, Crédit communal de Belgique, 1985, 251 p. Sur la problématique historique, Histoire et mémoire [Bulletin des archives départementales du Pas-de-Calais], n° 23, 3e trimestre 2000, p. 2.

30 Reconstructions en Picardie après 1918, Paris, 2000, 312 p.


31 P. Marcilloux, « ‘Il se faut s’entraider, c’est la loi de nature’. Réflexions sur les relations entre Archives et Université, à propos d’une expérience en cours », L’ouverture des archives à la recherche en Belgique et en France. Quelles politiques ? Quels instruments ? Actes de la journée d’étude franco-belge organisée aux archives de la région Nord-Pas-de-Calais à Lille le 20 juin 1998, Lille, 2000, p. 25-34.

32 P. Marcilloux (dir.), B. Grailles (coord.), La Grande Reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, Arras, 2000, 223 p. ; É. Bussière, P. Marcilloux, D. Varaschin (éd.), La Grande Reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, op. cit., 477 p. ; Chefs-d’œuvre et circonstances. Trois concerts, Arras, Archives départementales du Pas- de-Calais, 2000, 119 p. La liste des mémoires déposés aux archives départementales figure dans les actes du colloque, p. 221-222. Il faut y adjoindre trois maîtrises soutenues a posteriori.

33 P. Marcilloux, « Etiam periere ruinæ... À propos des vestiges et souvenirs de guerre dans le Pas-de-Calais », Revue du Nord, t. LXXX, avril-juin 1998, p. 449-468. B. Grailles, « Reconstruire la mémoire. Entre occultations et renaissance », dans La Grande Reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre..., op. cit., p. 451-467.

34 H. Collin, « Programmation des classements et mise en œuvre des instruments de recherche. Le fruit d’une expérience », La pratique archivistique française, Paris, Archives nationales, 1993, 630 p., (p. 203) compte au rang des fonds moins consultés ceux de la série R, qu’il ne classe pas dans les séries d’importance majeure.

35 « Les versements des services extérieurs dans les archives départementales », La Gazette des archives, n° 27, 3e et 4e trimestres 1959, p. 5-20, (p. 18).

36 Rapport à la direction des Archives de France, 5 mai 1947. Arch. dép. Nord, 3 T 1942.

37 Circulaires AD 62-10 du 10 mars 1962, 63-4 du 17 janvier 1963, 64-11 du 6 mars 1964.

38 On peut suivre l’évolution des tris grâce aux chroniques départementales de La Gazette des archives.

39 René Gandilhon dans la Marne fit par exemple extraire systématiquement les photographies des dossiers pour constituer une collection.

40 G. Dumas, A. Ferrant, R. Michelet, Guide des archives de la Marne, Châlons-sur-Marne, 1987, 297 p. À la date de parution, il reste 290 ml des 1200 existants à l’origine.

41 G. Dumas, Guide des archives de l’Aisne, Laon, 1971, 286 p.

42 René Robinet a également classé la série R des Ardennes.

43 Arch. dép. Nord, 3 T 1942, 22 925, 2304.


44 Arch. dép. Nord, 3 T 1942.

45 Ils relèvent normalement de la commission de préconciliation et non des commissions cantonales.

46 Tous les fichiers confondus occupent plus de 200 ml.


47 Près de 500 ml.


48 Plus de 230 ml.


49 Quelques commissions cantonales et les dossiers dits d’architecture, seuls témoignages non des destructions mais de la Reconstruction.


50 Annexe I. Cadre de classement provisoire établi en 1997 par Patrice Marcilloux, alors directeur des archives départementales du Pas-de-Calais.

51 Il s’agit de ruines ou de souvenirs classés pour être conservées en l’état comme témoignage de la guerre. Sur cette liste, ont été inscrits des immeubles, des ouvrages militaires et même des villages. P. Marcilloux, « Etiam periere ruinae... », art. cité.

52 Paris, rééd. Omnibus, 1993, p. 598-599.

53 La cotation à quatre éléments est conçue comme provisoire, la sous-série devant être cotée en continu à l’issue des classements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Grailles, « Les dossiers de dommages de guerre (1914-1918) », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 55-69.

Référence électronique

Bénédicte Grailles, « Les dossiers de dommages de guerre (1914-1918) », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 16 décembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/143

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org