Navigation – Plan du site
Première partie : Les documents d'archives

Les archives des sciences : mythe ou réalités ?

Thérèse Charmasson et Christiane Demeulenaere-Douyère
p. 71-80

Texte intégral

1En dépit du titre général du colloque dans laquelle elle a pris place, la présente communication n’est pas spécifiquement centrée sur l’Europe du Nord-Ouest, encore que l’imprécision de cette notion encourage toutes les libertés. Mais la question qui nous occupe ici dépasse largement les limites d’un territoire précis.

  • 1 En dépit d’une première tentative de recensement des archives scientifiques en France, menée au mil (...)

2La notion d’archives scientifiques est relativement nouvelle à l’échelle de l’archivistique française, à la différence des pays anglo-saxons et, tout particulièrement de la Grande-Bretagne et des États-Unis, où il existe depuis bien des années des programmes d’archivage, malgré un début de reconnaissance officielle en 1996, date à laquelle le conseiller d’État Guy Braibant leur a consacré un court chapitre dans son rapport sur la situation des archives en France1. Mais ce n’est qu’en 2002 que le Conseil supérieur des archives s’est saisi de la question en nommant auprès de lui une commission des « archives scientifiques et techniques ».

Une prise de conscience

3En fait, l’intérêt pour les archives à caractère scientifique s’est fait jour en France vers la fin de la décennie 1980. On peut même dire qu’en ce domaine, les années 1987-1994 ont été décisives. Elles ont été marquées par une suite de commémorations importantes qui ont mis en lumière un certain nombre d’organismes de recherche ou d’établissements d’enseignement scientifique : centenaire de l’Institut Pasteur (en 1988), cinquantième anniversaire du CNRS (en 1989), puis, dans la suite du bicentenaire de la Révolution, les célébrations de la création du Conservatoire national des arts et métiers, de l’École polytechnique et de l’École normale supérieure (en 1994). Dans tous les cas, des comités d’histoire ont été mis en place pour préparer les manifestations et, peu à peu, est apparue l’importance qu’avaient les archives de ces institutions – ou, dans certains cas malheureusement, de celle qu’elles auraient pu avoir si elles avaient existé encore – pour écrire une histoire qui ne fût pas seulement de tradition orale ou de la « légende dorée ». Par voie de conséquence, cela a conduit à une meilleure prise en compte des archives quand elles existaient.

Vers une professionnalisation des archives scientifiques en France

  • 2 On trouvera des précisions sur les archives de tel ou tel établissement dans Les Archives scientifi (...)

4Vers le milieu des années 1980, le panorama français des archives scientifiques était extrêmement divers2.

  • 3 Histoire et mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherches, sous la direction d’É. Brian e (...)

5Dans certaines institutions, les archives existaient et étaient relativement bien considérées. Tel était le cas de l’Académie des sciences de l’Institut de France qui pouvait s’enorgueillir à juste titre de conserver ses archives depuis la création, en 1666, de l’Académie royale des sciences dont elle est directement issue. Ces documents auraient dû être versés depuis longtemps aux Archives nationales comme papiers publics, mais les circonstances avaient fait que les archives de l’ancienne Académie royale étaient encore en la possession de la moderne académie. Elles avaient été mises en ordre, à la fin du xixe siècle, par un non-archiviste, selon un plan de classement toujours en vigueur, qui a peu à voir avec le respect des fonds. Depuis, elles s’étaient accrues, avec plus ou moins de régularité et d’exhaustivité, en s’enrichissant également de papiers personnels de membres illustres de l’Académie (Lavoisier, Jean-Baptiste Dumas, Louis de Broglie, Jean et Francis Perrin, Émile Borel…)3. Sans être confiées à un professionnel des archives, leur consultation par les chercheurs était néanmoins possible, dans des conditions toutefois restreintes et quasi confidentielles.

  • 4 D. Ogilvie, « Archives scientifiques : un patrimoine dans tous ses états. L’exemple de l’Institut P (...)

6À l’Institut Pasteur, il n’existait pas avant 1987 de service d’archives organisé. La conservation des archives, des « souvenirs pasteuriens » disait-on, relevait du musée Pasteur installé dans l’établissement, dans l’ancien appartement de fonction du savant. Plutôt qu’une archivistique raisonnée, on y pratiquait la « documentation historique », centrée autour de la figure de l’auguste fondateur et de celles de quelques « pasteuriens » historiques. En revanche, l’établissement ne manquait pas de promesses de « gisements » d’archives4. Dans nombre d’autres établissements, la situation était plus complexe.

  • 5 T. Girard, « L’intervention d’un professionnel des archives dans un grand établissement scientifiqu (...)

7Ainsi, au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), trois instances avaient compétence en matière de patrimoine : le Centre d’histoire des techniques, le Musée national des techniques et la bibliothèque centrale du CNAM. Rejetant vigoureusement toute idée de versement aux Archives nationales, elles se « partageaient » des archives dont beaucoup étaient anciennes, d’une grande richesse et d’un grand intérêt, mais qui se trouvaient dispersées entre plusieurs fonds (trois) et plusieurs lieux (cinq), sans parler des dossiers, moins anciens mais nombreux, restés en déshérence dans les innombrables services producteurs, administration, chaires, laboratoires, instituts de recherche, etc., et pour lesquels il n’existait pas l’ombre d’une charte d’archivage5.

8Ailleurs encore, la conservation et la gestion des archives étaient – et sont encore – du ressort de la bibliothèque de l’établissement : ainsi à l’Observatoire de Paris, au Muséum national d’histoire naturelle, à l’École polytechnique où, toutefois, le secteur « archives » tendait à s’ériger en secteur autonome, plus spécifiquement centré sur le patrimoine de l’école.

9Il faut par ailleurs souligner l’action pionnière des bibliothèques dans le domaine des archives scientifiques, même si celles-ci ont tendance à traiter ces papiers comme des manuscrits isolés et non pas comme des fonds d’archives à part entière. Ainsi le département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France a accueilli les papiers de Louis Pasteur en 1964 et ceux de Pierre et Marie Curie en 1967-1974.

10Eu égard à cette situation, l’épidémie de commémorations des années 1985-1994 a eu des conséquences positives. Elle a amené une partie au moins de la communauté scientifique à prendre en considération la question de ses archives : en quelques années, il y a eu mise en place d’une mission des Archives nationales auprès du siège du CNRS, création à la Cité des sciences et de l’industrie d’un poste de conservateur du patrimoine spécifiquement consacré aux archives scientifiques, création d’un service d’archives à l’Institut Pasteur confié à un conservateur d’archives détaché de la direction des Archives de France et nomination d’un autre conservateur de la direction des Archives de France à la tête des archives de l’Académie des sciences. Dans d’autres établissements se sont mis en place des « services d’archives », plus ou moins formalisés, qui ont eu pour mission de collecter des documents, de les classer, d’en faire des inventaires, de rassembler des archives orales et de valoriser ce patrimoine.

Une typologie pour les archives scientifiques

  • 6 Voir Direction des Archives de France, Les Archives personnelles des scientifiques. Classement et c (...)

11C’est dans ce contexte institutionnel, et particulièrement à la faveur de l’arrivée de professionnels des archives, qu’a été entreprise une réflexion de fond qui a abouti à définir une typologie des documents constituant le patrimoine archivistique à caractère scientifique6.

12D’ailleurs, au cours de ce travail, il est apparu que, plutôt que de parler d’archives scientifiques, il convenait mieux de parler d’archives des sciences, c’est-à-dire d’archives produites par des institutions en charge des politiques de recherche et d’enseignement scientifique, ou par des organismes ou des individus engagés dans des activités à caractère scientifique. Cet angle d’approche souligne la parenté étroite qui rapproche les archives de la recherche et les documents que traite l’archivistique usuelle et tend à les démystifier ou mieux à les démythifier en les dépouillant de ce caractère redoutable – souvent par crainte de ne pas comprendre leur contenu – qu’elles peuvent revêtir pour les archivistes de formation classique.

13Ces archives des sciences se répartissent en archives publiques et archives privées.

  • 7 On trouvera donc des archives intéressant les questions scientifiques parmi la production du minist (...)
  • 8 Pour le Centre historique des Archives nationales, voir Archives nationales, État général des fonds (...)

14Au titre des archives publiques, on distingue en premier lieu les archives des organismes de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifique. En France, il s’agit essentiellement des archives des ministères et organismes publics, comme le CNRS à l’échelon central, dont la recherche publique a dépendu7. Elles reflètent les positions prises par les gouvernements en matière de politique de recherche et l’activité des administrations chargées de préparer ces orientations et de mettre en œuvre les décisions prises. Elles présentent le plus souvent un caractère administratif et ont vocation à être versées dans les services d’archives publiques8.

  • 9 Pour les fonds conservés dans les établissements, hormis l’Académie des sciences et l’Institut Past (...)

15Toujours parmi les archives publiques, il faut faire mention des archives organiques des établissements de recherche et d’enseignement scientifique eux-mêmes, produites dans le cadre de leur fonctionnement. Très souvent, elles se trouvent encore dans les établissements producteurs, dans des situations variables : confiées à un service d’archives autonome (CEA, INSERM), déposées à la bibliothèque (Observatoire de Paris, École polytechnique, École des mines, École des ponts et chaussées, par exemple), ou encore gérées par les services de l’administration9.

  • 10 Les archives de l’École normale supérieure constituent la sous-série 61 AJ, voir Archives nationale (...)

16Mais il s’en trouve aussi dans les services publics d’archives : le Centre historique des Archives nationales (CHAN), à Paris, conserve les archives administratives anciennes du Muséum national d’histoire naturelle, celles de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm ou encore le fonds de l’école nationale d’agriculture de Grignon ; le Centre des archives contemporaines (CAC), à Fontainebleau, a recueilli le fonds de l’Institut national agronomique ; ou encore dans certains services d’archives départementaux, comme dans le Val-de-Marne qui conserve les archives de l’École nationale vétérinaire d’Alfort et dans l’Ille-et-Vilaine qui a accueilli celles de l’école nationale d’agriculture de Rennes10.

17Ces documents ont souvent un caractère administratif (gestion des budgets, du personnel, des élèves, constructions de bâtiments, etc.), mais ils peuvent aussi avoir un caractère scientifique nettement marqué quand ils émanent de laboratoires ou d’unités de recherche.

18Les archives de statut privé, quant à elles, présentent des spécificités bien particulières.

19Les archives qui se trouvent entre les mains des chercheurs ou en possession de leurs familles sont de loin les documents les plus ambigus à définir et à traiter. Leurs producteurs ont tout naturellement tendance à considérer ces papiers, dont un grand nombre émane de leurs activités professionnelles, exercées dans un cadre public et financées par des crédits publics, comme leurs archives propres et les confondent souvent avec leurs dossiers personnels. Il est vrai que parfois la limite est incertaine : une correspondance professionnelle entre deux chercheurs peut également être amicale et le statut des manuscrits d’articles, d’ouvrages ou de cours est souvent mal défini, d’où le caractère mixte (public/privé) très affirmé de ces archives. C’est pourquoi d’ailleurs on a préféré les appeler « archives personnelles » plutôt qu’« archives privées ».

  • 11 Un recensement en est actuellement en cours : Th. Charmasson, « Les archives personnelles des scien (...)

20Ces documents se trouvent le plus souvent encore entre les mains des producteurs ou de leurs ayants droit. Plus rarement, ils peuvent être déposés, au moins pour les plus anciens, dans des services publics de conservation, notamment les bibliothèques (principalement Bibliothèque nationale de France, bibliothèque de l’Institut de France, bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle)11. Pour les périodes plus contemporaines, ces « archives personnelles » des scientifiques tendent à se confondre avec celles des laboratoires qu’ils dirigent et, là encore, on relève bien des ambiguïtés.

  • 12 Pour un exemple, voir M. Letté, « Les papiers personnels du chimiste Henry Le Chatelier : du grenie (...)

21Ce sont les fonds qui posent le plus de problèmes quant à leur localisation, leur collecte, voire leur conservation12. En effet, considérés comme des archives privées, ils ne sont soumis à aucune obligation légale de versement et, souvent, leurs détenteurs ignorent tout des possibilités que la loi leur offre pour protéger leurs papiers (don, legs, dépôt ou dation).

  • 13 Il faut signaler ici l’enquête du Comité des travaux historiques et scientifiques, réalisée en 1996 (...)

22Enfin, il faut évoquer les archives des sociétés savantes et des sociétés industrielles, avec, là encore, des situations très disparates13. La sauvegarde de ces archives qui sont par nature privées peut être soumise à bien des aléas. On peut signaler l’initiative exemplaire de la Société d’encouragement à l’industrie nationale qui, dans le cadre de la préparation de son bicentenaire en 2001, s’est dotée d’une commission d’histoire dont un des objectifs a été le classement et l’inventaire de ses archives. Mais, face à cet exemple réconfortant, combien d’autres sociétés savantes dont les archives qui, souvent, remontaient au xixe siècle et parfois avant, et qui témoignaient des relations étroites qu’elles avaient entretenues avec les milieux scientifiques, ont été livrées aux vicissitudes des déménagements successifs, quand ce n’a pas été au pillage !

Des initiatives récentes

  • 14 Th. Charmasson, « Les archives des sciences en France : réalisations et projets », dans Archives «  (...)

23On ne reviendra pas sur le bilan des actions menées au cours des dix dernières années dans les différents grands établissements de recherche et d’enseignement scientifique pour une meilleure prise en charge des archives des sciences, un état en ayant été dressé il y a peu dans le cadre du colloque organisé à l’École nationale des sciences politiques, « Archives secrètes, secrets d’archives ? L’historien et l’archiviste face aux archives sensibles »14. Il convient toutefois d’indiquer les changements intervenus depuis peu et de signaler les initiatives les plus récentes prises dans ce domaine.

  • 15 D. Poupardin, « Les archives écrites et orales de l’INRA : des matériaux utiles à sa mémoire et à s (...)

24En premier lieu, on rappellera la création début 2004, à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), d’un poste d’ingénieur d’études, spécialité archives, pourvu par le recrutement d’un titulaire d’un DESS d’archivistique. Cette création avait été précédée par une campagne d’archives orales menée à partir de 1995 sous la responsabilité de Denis Poupardin, campagne qui a permis la réalisation de 284 entretiens dont une partie a été publiée dans les dix volumes de la collection Archorales15. Toutefois, cet embryon de service d’archives n’a compétence pour l’instant que pour les trois centres de l’INRA situés dans la région parisienne.

25Il faut noter également le développement du service des archives du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), qui accueille régulièrement des stagiaires de DESS d’archivistique. La mission des Archives nationales auprès du CNRS a disparu, mais le service des archives, compétent essentiellement pour les archives du siège, continue à fonctionner et un groupe de travail réunissant administrateurs et archivistes doit être mis en place par la direction des Archives de France afin de préparer un tableau de tri des archives produites par les délégations du CNRS.

26Par ailleurs, à la suite des opérations menées pour l’inventaire, la sauvegarde et la valorisation du patrimoine architectural et instrumental des observatoires par un groupe de travail organisé autour de Françoise Le Guet-Tully au ministère de la Recherche, plusieurs observatoires de province se sont, d’une manière ou d’une autre, intéressés à leur patrimoine archivistique : l’observatoire de Nice a entrepris le classement de son fonds ancien et tente de sensibiliser les scientifiques à la conservation de leurs archives ; l’observatoire de Marseille a confié son fonds ancien pour classement et microfilmage aux archives départementales des Bouches-du-Rhône ; l’observatoire de Bordeaux a procédé, avec l’aide des archives départementales de la Gironde, à l’inventaire de ses archives anciennes ; l’observatoire de Toulouse a versé ses fonds aux archives municipales ; les observatoires de Lyon, Besançon et Strasbourg ont également manifesté leur intérêt pour ce qui constitue une partie de leur patrimoine scientifique. Toutefois, le projet de valorisation du patrimoine des observatoires de province par la création d’un site Internet qui aurait présenté tant le patrimoine architectural et instrumental que le patrimoine iconographique (plaques photographiques en particulier) et écrit (fonds anciens de bibliothèques et archives) de ces observatoires, présenté au ministère de la Recherche dans le cadre d’un appel d’offres, n’a pas été retenu.

27Mais, si la recherche scientifique publique se fait dans les grands établissements de recherche comme l’INRA, l’INSERM ou le CNRS et dans les grands établissements d’enseignement comme l’École normale supérieure, l’École polytechnique, l’École des mines ou l’École des ponts et chaussées, pour ne citer que les plus importants, elle se fait aussi dans les universités, le plus souvent en partenariat avec le CNRS, dans le cadre des unités mixtes de recherche (UMR).

  • 16 G. Thuillier, « Les archives de l’enseignement : le rapport Renouvin en 1969 », Revue d’histoire ad (...)
  • 17 Circulaire du ministre de l’Éducation nationale n ̊ 70-215 du 28 avril 1970 aux recteurs sur les ar (...)

28Dès 1969, le rapport du groupe de travail réuni autour de l’historien Pierre Renouvin au ministère de l’Éducation nationale pour organiser la collecte des archives de l’enseignement avait attiré l’attention sur l’importance des archives des laboratoires « pour l’histoire des sciences et des techniques, l’histoire de l’invention et de la recherche, l’histoire de la diffusion de l’esprit scientifique et des connaissances techniques »16. La circulaire du ministre de l’Éducation nationale du 28 avril 1970 sur les archives de l’enseignement, élaborée par la commission qui avait succédé au groupe de travail présidé par Pierre Renouvin, dans les instructions adressées à « MM. les chefs des établissements d’enseignement supérieur », avait prévu de façon expresse la conservation et le classement, « en vue de leur versement ultérieur dans les archives publiques », des « dossiers scientifiques qui se trouvent dans les archives des laboratoires » pour la période 1940-1968. Comme le souligne la circulaire, « vite périmés », ces dossiers « restent pourtant utiles pour l’étude historique des sciences et des techniques »17. Toutefois, la collecte des archives en milieu universitaire reste particulièrement difficile et ne peut se faire qu’en collaboration avec les universitaires eux-mêmes, ce qu’illustrent bien trois expériences, encore en cours, de collecte d’archives des sciences dans ce domaine.

  • 18 Th. Charmasson et S. Méchine, avec la collaboration de J. Darré et F. Parot, « La collecte des arch (...)

29Dans le cadre du désamiantage du campus universitaire de Jussieu qui abrite à Paris les laboratoires et services administratifs des universités Paris-VI et Paris-VII et de l’Institut de physique du globe, a été menée, à partir de décembre 1997, par le service des archives du rectorat de Paris avec l’aide du Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques de la Cité des sciences et de l’industrie (CRHST), avec l’appui de mathématiciens et d’historiens des sciences et en collaboration avec l’établissement public administratif (EPA) chargé des opérations de désamiantage, une collecte des archives restées dans les placards techniques condamnés avant le transfert des laboratoires. Cette opération ayant fait récemment l’objet d’un article publié dans La Gazette des archives, nous ne reviendrons pas sur ses modalités pratiques, mais nous en rappellerons seulement les résultats, encore provisoires18. 37 mètres linéaires environ d’archives en vrac ont été transférés à la Sorbonne au service des archives du rectorat de Paris. Grâce à des crédits spécifiques obtenus du ministère de la Recherche, du CRHST et de l’université Paris-VII, les deux tiers environ de ces documents ont été identifiés, classés et munis d’un répertoire numérique détaillé par trois vacataires successifs titulaires de DESS d’archivistique. Toutefois, faute de moyens financiers, le classement définitif du fonds n’a pu être mené à son terme. En effet, si un certain nombre de « fonds » de laboratoires ou de directeurs de laboratoires ou d’unités d’enseignement et de recherche relevant tant de l’université Paris-VI que de l’université Paris-VII, voire de l’ancienne faculté des sciences de l’université de Paris ont pu être isolés, des reclassements et regroupements importants sont encore nécessaires, tandis qu’il conviendrait d’achever le classement du tiers restant des documents.

  • 19 Sur l’équation de Kolmogoroff par Wolfgang Doeblin, Comptes rendus de l’Académie des sciences, n ̊ (...)
  • 20 Un inventaire détaillé de ce dossier a été établi : Th. Charmasson, S. Méchine, M. Petit, avec la c (...)

30Wolfgang Doeblin, ce jeune mathématicien d’origine allemande, né en 1915, fils du romancier Alfred Doeblin, arrivé en France à la suite de son père en 1934, naturalisé français et combattant sous l’uniforme français, s’est suicidé le 21 juin 1940 à l’âge de vingt-cinq ans, alors que son unité était encerclée en Lorraine par l’armée allemande. Auteur déjà de plusieurs articles remarqués et de notes aux Comptes rendus de l’Académie des sciences, il avait déposé à l’Académie des sciences, en février 1940, un pli cacheté sur l’équation de Kolmogoroff. Ce pli cacheté, ouvert le 18 mai 2000 grâce à l’obstination d’un historien des mathématiques Bernard Bru, a été publié dans un numéro spécial des Comptes rendus de l’Académie des sciences19. Les documents retrouvés à Jussieu, communiqués à Bernard Bru, sont rapidement apparus comme des éléments essentiels pour l’étude de l’œuvre de Wolfgang Doeblin et, plus largement, de l’histoire des mathématiques contemporaines. À côté de quelques documents à caractère biographique, ce dossier comporte d’une part des travaux entièrement inédits et d’autre part, des brouillons et manuscrits d’articles déjà publiés, dont un cahier « orange » qui offre un contenu très proche de celui du pli cacheté, un cahier « bleu » et un cahier « jaune », qui constituent sans doute les derniers travaux de Wolfgang Doeblin20. Cette opération de collecte, qui a donc permis de « récupérer », outre des archives de laboratoires, d’unités de recherche et d’enseignement et de professeurs, des archives administratives provenant de l’ancienne faculté des sciences de Paris et des nouvelles universités Paris-VI et Paris-VII, éclairant en particulier la mise en place de celles-ci dans le cadre de la loi d’orientation sur l’enseignement supérieur dite loi Edgar Faure, a également eu pour résultat la découverte, dans les papiers du mathématicien Maurice Fréchet (1878-1973), d’un certain nombre de documents provenant de Wolfgang Doeblin (1915-1940), qui avait été son élève à l’Institut Henri-Poincaré.

31À Strasbourg, l’université Louis-Pasteur s’est engagée depuis mai 2003 dans un projet de « sauvegarde et de valorisation des archives scientifiques », centré dans un premier temps sur la physique, en vue de l’organisation de manifestations dans le cadre de l’année internationale de la physique en 2005. Un premier recensement des archives présentes dans les laboratoires et instituts de physique de l’université Louis-Pasteur a été effectué par un historien de la physique recruté à cet effet sur un poste d’ATER (assistant temporaire d’enseignement et de recherche) et le classement de fonds d’archives personnelles, identifiés à cette occasion, entrepris par des stagiaires du DESS d’archivistique de Mulhouse en liaison avec les archives départementales du Bas- Rhin. Il s’agit des archives de Marguerite Perey (1909-1975), ancienne préparatrice de Marie Curie, titulaire de la chaire de chimie nucléaire à la faculté des sciences de l’université de Strasbourg et première femme nommée correspondante de l’Académie des sciences en 1962, et de celles de Stanislas Goldsztaub (1906-1978), directeur du laboratoire de minéralogie et de pétrographie.

32En dernier lieu, nous mentionnerons les initiatives prises par plusieurs personnalités à l’université de Paris-XI Orsay, dans le cadre de la préparation du cinquantenaire de l’université pour une mise en valeur du patrimoine de l’université, patrimoine au sein duquel les archives sont incluses.

33En conclusion, il importe de souligner la nécessité d’une collaboration entre les scientifiques et les archivistes pour la sauvegarde des archives des sciences, mais aussi celle d’une vigilance accrue des archivistes dans ce domaine. En effet, si la reconnaissance de l’appartenance des archives des sciences au patrimoine scientifique peut permettre une prise en compte de celles-ci dans les opérations de valorisation de ce patrimoine, il convient aussi toujours de rappeler et de souligner la spécificité des archives, documents « uniques » dont la conservation à long terme suppose la collecte, le classement et la communication dans des structures spécialisées et pérennes.

Haut de page

Notes

1 En dépit d’une première tentative de recensement des archives scientifiques en France, menée au milieu des années 1970, à l’initiative du professeur Guy Beaujouan, en vue de la publication d’un « guide de l’histoire des sciences dans les archives de la région parisienne » : G. Beaujouan, « La préparation d’un Guide de l’histoire des sciences dans les archives de la région parisienne », Human implications of scientific advance. Proceedings of the XVth international congress of the history of science, Edinburgh, 9-19th August 1977, Edimbourg, 1978, p. 381-387 ; voir G. Braibant, Les Archives en France. Rapport au Premier Ministre, Paris, Documentation française, 1996, « Les archives scientifiques », p. 35-36.

2 On trouvera des précisions sur les archives de tel ou tel établissement dans Les Archives scientifiques, n ̊ spécial de La Gazette des archives, nouvelle série, n° 145, 2e trimestre 1989 (présentation notamment des fonds du Muséum national d’histoire naturelle, de la Bibliothèque nationale, de la bibliothèque de l’Institut, de l’École polytechnique, de l’Institut Pasteur, et des fonds d’archives personnelles de Paul Langevin, Alfred Kastler et Aimé Cotton) et Les Archives scientifiques : préservation, typologie et utilisations, n° spécial de La Gazette des archives, nouvelle série, n° 179, 4e trimestre 1997 (présentation notamment des archives du Conservatoire national des arts et métiers, de l’Institut Pasteur, de l’INSERM, de l’Observatoire de Paris, de l’Académie des sciences) ; on consultera aussi Sciences et archives contemporaines. Actes des journées d’études organisées par l’École nationale du patrimoine, Paris, 20-22 novembre 1996, sous la direction d’O. Welfelé, Les Cahiers de l’École du patrimoine, n° 3, Paris, 1999.

3 Histoire et mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherches, sous la direction d’É. Brian et Chr. Demeulenaere-Douyère, Paris-Londres-New York, Tec & Doc Lavoisier, 1996, et, notamment, Chr. Demeulenaere-Douyère, « Esquisse d’une histoire des archives de l’Académie des sciences », ibid., p. 45-54, et « Les sources documentaires conservées à l’Académie des sciences », ibid., p. 55-106 ; voir aussi Chr. Demeulenaere-Douyère, « Des papiers de l’Académie des sciences à ses archives », dans Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme. Actes du colloque organisé à l’occasion du troisième centenaire du règlement du 26 janvier 1699, instituant l’Académie royale des sciences, sous les auspices de l’Académie des sciences, Paris, 8-10 juin 1999, édités par Chr. Demeulenaere-Douyère et É. Brian, Paris-Londres-New York, Éditions Tec & Doc, 2002, p. 469-485.

4 D. Ogilvie, « Archives scientifiques : un patrimoine dans tous ses états. L’exemple de l’Institut Pasteur », La Gazette des archives, n ̊ spécial Les Archives scientifiques : préservation, typologie et utilisations, op. cit., p. 437-449.

5 T. Girard, « L’intervention d’un professionnel des archives dans un grand établissement scientifique. L’exemple du Conservatoire national des arts et métiers », La Gazette des archives, n ̊ spécial Les Archives scientifiques, op. cit., p. 314-320.

6 Voir Direction des Archives de France, Les Archives personnelles des scientifiques. Classement et conservation, par Th. Charmasson, Chr. Demeulenaere-Douyère, C. Gaziello et D. Ogilvie, Paris, Archives nationales, 1995.

7 On trouvera donc des archives intéressant les questions scientifiques parmi la production du ministère de l’Instruction publique, puis de l’Éducation nationale, des Universités et de la Recherche, celle des ministères de l’Industrie, des Travaux publics, de l’Agriculture, de la Santé, de la Défense, etc.

8 Pour le Centre historique des Archives nationales, voir Archives nationales, État général des fonds, t. II 1789-1940, Paris, Archives nationales, 1978, et t. V 1940-1958. Fonds conservés à Paris, Paris, Archives nationales, 1988 ; pour un état (un peu ancien) des fonds d’archives des sciences au Centre des archives contemporaines, voir G. Bidault, Les Mémoires de la recherche. État des versements, 1977-1989, Paris, 1993 (Cahiers pour l’histoire de la recherche).

9 Pour les fonds conservés dans les établissements, hormis l’Académie des sciences et l’Institut Pasteur déjà évoqués, on consultera : pour le CIRAD : Archives nationales, Section des missions, Les Archives du CIRAD. Rapport de mission, par N. Georges et M. Jean, 1993, dact. ; pour le Conservatoire national des arts et métiers : D. de Place, État des archives du Conservatoire des arts et métiers conservées au Musée national des techniques, 1976, dact., et du même, Inventaire des archives provenant de l’administration du Conservatoire, déposées au Musée à l’occasion du cent cinquantenaire des chaires commémoré en 1970, 1976, dact., ainsi que Br. Galland, I. Nathan et L. Gallois, Les Archives du CNAM. Répertoire numérique, 1990, dact., et Archives du CNAM. Répertoire numérique, sous la direction de T. Girard, 1993, dact. ; pour le Collège de France : D. Grmek, Catalogue des manuscrits de Claude Bernard..., Paris, 1967 ; pour l’École nationale des ponts et chaussées : J. Michel, « Le Patrimoine documentaire de l’École nationale des ponts et chaussées », Annales de l’École des ponts et chaussées, n° 18, 2e trimestre 1981, p. 24-31 ; pour l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) : G. Emptoz et V. Marchal, Aux sources de la propriété industrielle. Guide des archives de l’INPI, Paris, [2003] ; pour l’Institut national de recherche agronomique (INRA) : D. Poupardin, « Les Archives écrites et orales de l’INRA : Des matériaux utiles à son histoire et à sa mémoire », Bulletin de liaison de l’Association pour l’étude de l’histoire de l’agriculture au XIXe siècle, supplément au n° 5, janvier 2000, 11 p. ; pour l’IRD [ex ORSTOM] : H. Launay, L’Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORSC-ORSOM- ORSTOM). Organisation, sources et contexte institutionnel, 1924-1953, 1993, rapport dact. ; pour l’observatoire de Paris : Fonds de l’observatoire de Paris (1850-1942), s. d., 31 p. dact., et B. Van Reeth, Présidence de l’observatoire (1945-1971). Répertoire numérique, 1983-1984, 26 p. dact., ainsi que C. Rit, Les Archives du Bureau international de l’heure (1964-1988). Répertoire numérique, 1988, dact. ; pour le Palais de la découverte : J. Eidelmann et O. Welfelé, « Les Archives du Palais de la découverte », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, n° 31, 1990.

10 Les archives de l’École normale supérieure constituent la sous-série 61 AJ, voir Archives nationales, État général des fonds, t. V : 1940-1958, op. cit., p. 249-251 ; celles de l’école nationale d’agriculture de Grignon forment la sous-série 84 AJ, ibid., p. 301-303 ; le fonds de l’Institut national agronomique est conservé au Centre des archives contemporaines sous les cotes 2 INA et 3 INA ; pour l’École nationale vétérinaire d’Alfort, voir Archives départementales du Val-de-Marne, Répertoire provisoire des archives de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, dressé par É. Jingeaux, sous la direction de Cl. Berche, Créteil, 1992, dactyl.

11 Un recensement en est actuellement en cours : Th. Charmasson, « Les archives personnelles des scientifiques. Une enquête en cours », dans Actes du congrès d’histoire des sciences et des techniques organisé à Lille du 24 au 26 mai 2001 par la Société française d’histoire des sciences et des techniques et l’UMR 8519 « Savoirs et textes », Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, n ̊ hors série, Lille, SFHST, 2004, p. 126-128.

12 Pour un exemple, voir M. Letté, « Les papiers personnels du chimiste Henry Le Chatelier : du grenier familial aux archives de l’Académie des sciences », dans Des matériaux pour l’histoire. Archives et collections scientifiques et techniques du XVIIIe siècle à nos jours, édités par P. Bret, Chr. Demeulenaere-Douyère et L. Hilaire-Pérez, Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, SFHST/ENS Éditions Fontenay-Saint-Cloud, n° 48, 2000, p. 39-55.

13 Il faut signaler ici l’enquête du Comité des travaux historiques et scientifiques, réalisée en 1996-1997, sur l’ensemble du patrimoine des sociétés historiques et scientifiques en France.

14 Th. Charmasson, « Les archives des sciences en France : réalisations et projets », dans Archives « secrètes », secrets d’archives ? L’historien et l’archiviste face aux archives sensibles, sous la direction de S. Laurent, Paris, Éditions du CNRS, 2003, p. 149-164.

15 D. Poupardin, « Les archives écrites et orales de l’INRA : des matériaux utiles à sa mémoire et à son histoire », op. cit. ; Institut national de la recherche agronomique, Les Métiers de la recherche : témoignages, Paris, INRA, 1999-2004, 10 vol. (coll. « Archorales »).

16 G. Thuillier, « Les archives de l’enseignement : le rapport Renouvin en 1969 », Revue d’histoire administrative, n° 315, mai-juin 2000, p. 307-318, repris dans Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, textes présentés par Th. Charmasson, Paris, CTHS, 2005, p. 131-153 (voir p. 134, 136, 140, 145, 149).

17 Circulaire du ministre de l’Éducation nationale n ̊ 70-215 du 28 avril 1970 aux recteurs sur les archives de l’enseignement, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, n ̊ 20, 14 mai 1970, p. 1617- 1626, repris dans Archives et sources pour l’histoire de l’enseignement, textes présentés par Th. Charmasson, op. cit., p. 271-284, p. 279.

18 Th. Charmasson et S. Méchine, avec la collaboration de J. Darré et F. Parot, « La collecte des archives dans le cadre du désamiantage de Jussieu », La Gazette des archives, nouvelle série, n° 193, 2002, n° spécial Archives et mémoires étudiantes : état des lieux. Actes des deux premières journées d’études organisées par le GERME (Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants), 23 février 2000 à Nanterre et 6 juin 2001 à Paris, p. 140-145.

19 Sur l’équation de Kolmogoroff par Wolfgang Doeblin, Comptes rendus de l’Académie des sciences, n ̊ spécial sur le pli cacheté de W. Doeblin, Mathématiques, série I, t. 33, décembre 2000, p. 1033-1087 ; M. Petit, L’Équation de Kolmogoroff. Vie et mort de Wolfgang Doeblin, un génie dans la tourmente nazie, Paris, Ramsay, 2003.

20 Un inventaire détaillé de ce dossier a été établi : Th. Charmasson, S. Méchine, M. Petit, avec la collaboration de B. Bru, Archives et manuscrits de Wolfgang Doeblin, à paraître dans la Revue d’histoire des sciences, 1er semestre 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thérèse Charmasson et Christiane Demeulenaere-Douyère, « Les archives des sciences : mythe ou réalités ? », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 71-80.

Référence électronique

Thérèse Charmasson et Christiane Demeulenaere-Douyère, « Les archives des sciences : mythe ou réalités ? », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 16 décembre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/145

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org