Navigation – Plan du site
Première partie : Les documents d'archives

Les fonds d’archives d’entreprises conservés aux Archives générales du Royaume

Madeleine Jacquemin
p. 81-89

Texte intégral

1Cette communication se propose de dresser un tableau des fonds d’archives produits par des sociétés commerciales, des associations et organisations professionnelles, ainsi que des personnes physiques dont l’activité est liée au monde du travail, conservés aux Archives générales du Royaume (AGR), à Bruxelles.

2L’ensemble des fonds sera analysé par le biais des secteurs d’activités représentés, la chronologie des entrées, le statut des fonds, leur métrage et l’état de l’ouverture à la recherche.

3Outre l’obligation des versements en provenance des institutions publiques, la loi belge sur les archives du 24 juin 1955 et son arrêté d’exécution du 12 décembre 1957 stipulent également que les archives de l’État peuvent acquérir des archives d’origine privée : archives de particuliers et d’hommes politiques, de familles, d’entreprises, et d’associations.

4Les entreprises belges qui ont le statut d’établissement public sont contrôlées par les archives de l’État et, pour Bruxelles, par la section Archives des administrations centrales de la période contemporaine.

5Plusieurs entreprises de cette catégorie ont versé leurs archives aux AGR : par exemple, les archives de l’ancienne RTT et de son successeur en droit la société Belgacom, transférées aux AGR en novembre 2002 ; les archives de la Société nationale d’investissement, organisme public créé en octobre 1962 pour tenter de pallier les déficits charbonniers et aider à la reconversion économique, privatisé en 1993 ; les importantes archives de la Banque nationale et de la Banque d’émission, ou encore une partie des archives de la télévision publique belge.

  • 1 État de l’ouverture à la recherche. XII. Département I. Archives de la première guerre mondiale et (...)
  • 2 K. Carrein, T. Lambrecht, Inventaris van het archief van de Commanditaire vennootschap Balser & Cie (...)
  • 3 K. Carrein, J. Mestdagh, Inventaris van het archief van Deutsche Bank. Succursale de Bruxelles (190 (...)
  • 4 S. Soyez, Inventaire des archives de la Société anonyme belge Siemens & Halske (1902-1919), Bruxell (...)

6Les AGR conservent également, depuis 1924, 194 fonds1 d’archives d’entreprises séquestrées à la suite de la première guerre mondiale. Ceux-ci représentent environ 1900 mètres linéaires d’archives. Cette collection est composée de fonds d’archives d’entreprises et de dossiers des avocats-séquestres. Les fonds d’entreprises les plus importants sont, par exemple, celui de la Banque Balser (159 ml)2, celui de la Deutsche Bank (200 ml)3 ou encore ceux de Siemens & Halske et Siemens-Schuckert qui fournissaient du matériel électrique (98 ml et 80 ml)4.

Situation générale5

  • 5 M. Jacquemin, « Les sources de l’histoire industrielle conservées aux Archives générales du Royaume (...)
  • 6 Les chiffres ont été arrêtés en novembre 2004.

7Actuellement6, les AGR conservent 130 fonds privés d’archives liés au monde du travail, désignés plus simplement sous la locution « archives d’entreprises ». Ils sont répartis en trois catégories :

  • 74 fonds de sociétés commerciales (entreprises, groupes, holdings, etc.),


  • 22 fonds d’associations et d’organisations professionnelles,


  • 34 fonds de personnes physiques dont l’activité est liée au monde du travail (architectes, agents de change…).

8Matériellement, ces 130 fonds représentent environ 7 873 mètres linéaires d’archives conservés à Bruxelles dans le dépôt principal des AGR, rue de Ruysbroeck, et dans son dépôt auxiliaire de la rue du Houblon.

9Pour chaque catégorie, un tableau a été constitué. Il comprend six types d’informations qui sont ici analysées :

  1. la dénomination du fonds


  2. le secteur d’activité


  3. la/les année(s) d’entrée(s) du fonds aux AGR

  4. les modes d’acquisition


  5. le métrage


  6. l’état de l’ouverture à la recherche

Dénomination du fonds

10La dénomination du fonds est choisie par le donateur ou le déposant. Pour les sociétés dont le nom a été modifié au cours du temps, la dernière appellation est la plus souvent utilisée. Certains fonds de holdings se trouvent sous la dénomination « groupe ». Par exemple : groupe Sofina, groupe de l’Union minière.

Secteurs d’activité principaux7

Les sociétés commerciales

11Pour ce qui est des sociétés commerciales, certains secteurs sont bien représentés, comme le secteur financier (intermédiation financière) avec 21 fonds (soit 28,4 %), ou encore le secteur de la métallurgie et du travail des métaux avec 8 fonds (soit 10,8 %), tandis que d’autres secteurs sont peu représentés : les AGR ne possèdent qu’un seul fonds pour des activités telles que l’industrie chimique (groupe Hoechst Belgium) ou encore l’industrie alimentaire (brasserie Van Haelen-Coche SA). D’autres secteurs sont totalement absents, tels que ceux de la production automobile et affiliée, de la construction aéronautique et apparentée, etc.

12Vingt-trois catégories sont comptabilisées :


  • Activités récréatives, culturelles et sportives : 1 (Compagnie belge pour la télévision [Cobetel]).

  • Activités immobilières : 1 (Grand Miroir).


  • Culture de céréales et horticulture : 1 (Société de plantations tropicales).


  • Fabrication d’autres produits minéraux non métalliques : 1 (Société des ciments Portland artificiels de Budo).


  • Fabrication de machines et équipements : 1 (Morgan SA).


  • Fabrication d’instruments médicaux : 1 (Société belge de chirurgie orthopédique et de traumatologie).


  • Industries alimentaires : 1 (Brasserie Van Haelen-Coche SA).


  • Industrie chimique : 1 (Groupe Hoechst Belgium).


  • Industrie de l’habillement et des fourrures : 1 (Magasins Hirsch et Cie).


  • Industrie du papier et du carton : 1 (Papeteries anversoises SA).


  • Transports aériens : 1 (City Bird SA)


  • Assurances : 2 (La Belgique prévoyante SA et SC, Union et Prévoyance).


  • Extraction de minerais métallurgiques : 2 (Société industrielle et minière du Congo oriental, Société minière du Batwaboli SA [Somiba SA]).


  • Industrie verrière : 2 (Glaverbel SA, et verreries Florent-Prosper et Jacques Colpaert).


  • Extraction de houille : 3 (Charbonnages Quatre Jean de Retinne et Queue-du-Bois SA, Compagnie générale des mines, Société des charbonnages de Dahlbusch SA).


  • Industrie textile : 3 (Fabelta SA, Le Tapis-Établissements Guillon réunis SA, Tanneries Theyskens.)


  • Transports terrestres : 3 (Compagnie générale des chemins de fer en Chine, Société anonyme de production, de transports et d’échanges [SAPTEC], Société anversoise foncière et industrielle SA [SAFI]).


  • Édition, imprimerie, reproduction : 4 (Groep De Standaard, La Renaissance du Livre SA, Franco-Belge d’édition et de librairie, Les Imprimeries et Ateliers d’arts graphiques Loiseau SA, Librairie H. Lamertin).


  • Commerce de détail : 5 (« À l’Innovation », Compagnie de Pont-à-Mousson, Comptoir Charles Ley SA, Michel Fauvarque et Cie SA, Sibeka).


  • Construction : 5 (Compagnie Géomines SA, Les Entreprises générales Henri Ruttiens et Fils SA, Société anonyme des embranchements du canal de Charleroi SA, Sotrahy, Delec, L’Écluse et Interfloor SA, Syndicat belge d’entreprises à l’étranger SA [Sybetra]).


  • Production et distribution d’électricité, de gaz et eau : 5 (Compagnie internationale de tramways et d’éclairage de Tientsin SA, Ebes [Sociétés réunies d’énergie du bassin de l’Escaut], Électobel, Gaz et électricité de la ville de Kazan SA, Union des exploitations électriques et gazières de Belgique).


  • Métallurgie et travail des métaux : 8 (Compagnie des bronzes SA, Établissements Caumont, Forges de Clabecq SA, La Fonderie nationale des bronzes SA, Orfèvrerie Wiskemann SA, Tôleries de Konstantinowka SA, Union minière SA, Usines Émile Henricot SA).


  • Intermédiation financière : 21 (Banque belge pour l’étranger, Banque d’Outremer SA, Banque Van den Bossche, Codep Banque privée, Compagnie financière Belgo-Chinoise, Compagnie financière Nagelmackers, Crédit foncier de Belgique, Crédit foncier d’Extrême-Orient, Entrema SA, Entreprises et Participations SA, Financière Lecocq, Groupe Coppée, Groupe Finoutremer, Groupe Sofina, Palilux SA, Société belge d’entreprises en Chine SA, Société de la bourse de valeurs mobilières de Bruxelles SA de droit public, Société générale de Belgique SA, Société géologique et minière Sambre belge, Tractionel, Trafina).

Les associations et organisations professionnelles

13Pour les associations et organisations professionnelles, il y a sept catégories. Celle qui est la mieux représentée est « organisations professionnelles et syndicales » : 13 fonds (soit 59 %).

  • Activités internationales : 1 (Fondation Père Damien, Société royale).


  • Culture, sports et loisirs : 1 (Fondation Europalia internationale).


  • Intermédiaires philanthropiques : 1 (Fondation de l’entreprise).


    • 8 Association sans but lucratif.


    Éducation et recherche : 1 (École libre d’infirmie(è)res gradué(e)s Édith Cavell-Marie Depage ASBL8).


  • Défense des droits et intérêts : 2 (Conseil national des femmes belges ASBL, Ligue des familles).

  • Santé : 3 (Cliniques Malibran et Solbosch, Institut Édith Cavell – Marie Depage ASBL, Croix-Rouge de Belgique).


  • Organisations professionnelles et syndicales : 13 (Associations des sociétés scientifiques médicales belges, Association nationale des comptables de Belgique, Chambre de commerce de Bruxelles, Chambre des experts-comptables et comptables de Belgique, Comité de défense des intérêts belges en Russie, Fabrimétal Federa [Fédération des sociétés commerciales pharmaceutiques SC], Fédération belge des psychologues, Fédération médicale belge, Institut de valoristie Georges Michelet, Ordre des médecins, Ordre national des avocats de Belgique, Société belge de chirurgie orthopédique et de traumatologie).

Les personnes physiques dont l’activité est liée au monde du travail

14Sept groupes d’activité sont représentés. Les papiers d’avocats prédominent.

  • Dirigeants du monde associatif : 2 (Gilbert Clajot, Jef Rens).


  • Ingénieurs : 2 (Alphonse Éverarts de Velp, Hippolyte Van de Winckel).


  • Agents de change : 3 (Léandre De Graeve, Jean Derumier, Henri Portenart).


  • Commerçants : 4 (Auguste Bettendorf, René De Craeker, Joseph Léopold Poetgens, Jean Sturbelle).


  • Architectes : 6 (Alphonse Balat, Victor Degand, Laurent-Benoît Dewez, Émile Janlet, Paul Rome, Joseph Van der Haeghen).


  • Hommes d’affaires : 8 (Edmond Carton de Wiart, Léon Dubois, Émile Francqui, Maurice Frère, André Langrand-Dumonceau, Édouard Otlet, Michel Jean et Henry Simons, Georges Theunis).


  • Avocats : 9 (Carette, Paul De Bock, Jean Deguent, Frédéric Dumon, Yves Dumon, Albert Guislain, Arthur Hirsch, Georges Louveaux, Élisabeth Rodesch-Sneyers).

La/les année(s) d’entrée(s) du fonds aux AGR

  • 9 H. Coppejans-Desmedt, « Les archives d’entreprises en Belgique : situation et problèmes relatifs à (...)

15La politique des AGR en matière de collecte active d’archives du monde du travail s’est développée au cours du temps9. Nous avons identifié trois périodes.

Les années 1796-1955

  • 10 Les lois du 7 messidor an II (25 juin 1794) et du 5 brumaire an V (26 octobre 1796). Les Archives d (...)

16La première période débute avec la création officielle des Archives de l’État10, en 1796, et s’étend jusqu’à 1955.

17On constate que les premières « archives d’entreprises » sont entrées aux AGR par voie judiciaire : les papiers privés et professionnels de Michel-Jean et Henry Simons sont versés avec les archives de la Cour du travail le 22 mars 1845, les archives du financier et homme d’affaires, André Langrand-Dumonceau, sont transférés aux AGR en 1951 par la Cour d’appel de Bruxelles.

18Ces exemples sont repris de la catégorie « Personnes physiques dont l’activité est liée au monde du travail », dont 18,6 % des fonds sont entrés pendant cette période, ce qui correspond bien aux priorités de l’époque.

Les années 1955-1985

  • 11 Les tâches qui incombent aux Archives de l’État ont été précisées par la loi sur les archives du 24 (...)
  • 12 Étienne Sabbe (1901-1969) a été archiviste général du Royaume du 22 novembre 1955 au 29 février 196 (...)
  • 13 Les Archives de l’État en Belgique..., op. cit., p. 55.

  • 14 D. Van Overstraeten, « Les Archives de l’État en Belgique et les archives d’entreprises. Bilan et p (...)

19La deuxième période débute avec la promulgation de la première loi belge sur les archives, le 24 juin 195511, la nomination d’Étienne Sabbe comme archiviste général du Royaume12 et la création au 1er janvier 1958 d’un service d’inspection qui couvrait l’ensemble du pays13. Ce nouveau contexte, concomitant avec l’intérêt grandissant pour l’histoire des entreprises, va permettre aux Archives générales du Royaume de développer une politique d’intervention pro-active en faveur des « archives d’entreprises ». Une circulaire va être envoyée aux principales firmes du pays dans laquelle l’archiviste général Étienne Sabbe insistait sur la valeur des « archives d’entreprises » pour la recherche scientifique et sur les possibilités offertes aux propriétaires de ces précieux documents de céder en don ou en dépôt aux Archives de l’État ceux qui avaient perdu leur utilité pratique14.

20L’exemple le plus frappant est celui des archives de la Société générale de Belgique antérieures à la première guerre mondiale. Compte tenu du prestige dont jouissait cette importante société dans le monde des affaires, cet exemple fut en effet imité.

21Durant cette période, c’est un total de trente-neuf nouveaux versements d’archives de sociétés commerciales qui ont été accueillis dans le dépôt de la rue de Ruysbroeck, tandis que les fonds concernant des personnes physiques étaient également massivement versés, soit 55,8 % du total (24/43).

  • 15 D. Van Overstraeten, op. cit., p. 175-177.


22Cette politique de prospection est poursuivie jusqu’en 1988. À partir de cette année-là, la collecte des « archives d’entreprises » est quelque peu ralentie, suite au manque de personnel et à la diminution de l’espace de stockage disponible. Cette date marque aussi la réorganisation de l’organigramme des Archives de l’État et la fin des inspecteurs nationaux15.

  • 16 Née à Gand le 3 septembre 1924, elle a été chef du service Inspection des AGR (1969-1972), chef du (...)
  • 17 H. Coppejans-Desmedt, Guide des archives d’entreprises conservées dans les dépôts publics de la Bel (...)

23En 1975, un premier guide d’archives d’entreprises est publié par les AGR. En effet, l’intérêt croissant pour l’histoire industrielle amena l’Association des archivistes et bibliothécaires de Belgique à demander à Hilda Coppejans-Desmedt16 d’établir un guide des archives d’entreprises conservées dans les dépôts publics du pays17. Quelque huit cents fonds ou collections y sont recensés, couvrant plusieurs kilomètres linéaires d’archives. Il se compose d’une introduction sur les archives d’entreprises et de la liste des sources disponibles dans les dépôts des archives de l’État, les dépôts des villes et d’autres dépôts publics (musées et universités), ainsi que les modalités de leur conservation.

Les années 1985 à nos jours

  • 18 Pour les statuts, voir les Annexes au Moniteur belge du 10 septembre 1986, p. 11549-11554.

  • 19 En néerlandais : Vereniging voor de Valorisatie van de Bedrijfsarchieven ou VVBA. J.-L. Moreau, « Q (...)

24La troisième période, période actuelle, est marquée par la création le 10 décembre 198518 de la première association belge d’archivistes d’entreprises, l’Association pour la valorisation des archives d’entreprises (AVAE)19, et un nouvel investissement humain fourni par les AGR dans ce secteur archivistique, quelques années plus tard.

  • 20 K. Devolder, Publications des Archives générales du Royaume et archives de l’État dans les province (...)

25Cette association sans but lucratif, née à l’initiative de quelques industriels et des Archives générales du Royaume, est composée de personnalités du monde de l’entreprise, d’une part, et du monde scientifique, d’autre part, professeurs d’universités et archivistes. Une bonne part de l’activité de l’AVAE repose sur une formule de partenariat entre sociétés privées et Archives de l’État. Du point de vue de l’entreprise, il s’agit de se débarrasser intelligemment d’une masse d’archives qui l’encombre en finançant leur classement par des archivistes privés. Les archives propres de quelque 300 entreprises, appartenant en grande majorité à des groupes holdings dont le rôle dans l’industrie belge et internationale a été important, sont reprises dans les inventaires réalisés par l’AVAE20 et publiés par les AGR. Ces fonds d’archives versés grâce à l’initiative de l’AVAE sont, entre autres, le Groupe Coppée, le Groupe Tractebel (Tractionnel et Électrobel, Sofina et Contibel), le Groupe de l’Union minière, la Société générale de Belgique, etc.

  • 21 H. Coppejans-Desmedt, C. Luyckx, D. Van Overstraeten et R. Wellens, Guide des archives d’entreprise (...)

26En raison du développement de l’intérêt pour les archives d’entreprises, l’association a également pris l’initiative de compléter le guide de Hilda Coppejans-Desmedt, sous forme d’un supplément portant sur les acquisitions entre 1975 et 1995. Outre les acquisitions qui ont été faites pendant ces vingt années par les dépôts publics d’archives, il mentionne aussi les archives d’entreprises acquises par des institutions et associations de droit privé. Cet aperçu est complété par des références à des collections particulières, pour autant que celles-ci soient ouvertes à la recherche21.

  • 22 M. Jacquemin, C. Six et C. Vancoppenolle, Guide des archives d’associations professionnelles et d’e (...)
  • 23 Cf. l’exposé de Daniel Absil, avocat au barreau de Bruxelles : D. Absil, « De la place des archives (...)
  • 24 K. Devolder, op. cit., et Liste des publications, op. cit.

27Cette troisième période est marquée aussi par une réaffirmation du rôle des AGR, parallèlement au travail de l’AVAE. À partir de 1998, les AGR ont réalisé une enquête sur les archives disponibles au sein des entreprises bruxelloises clôturée par la parution du troisième guide des archives d’entreprises22. Celle-ci a permis de cerner la réalité sur le terrain, d’entrer en contact avec les sociétés, les associations ou encore les particuliers et de les sensibiliser à la sauvegarde des archives. Nous collectons également activement de nouveaux fonds grâce entre autres à la collaboration d’avocats-curateurs23 inscrits au barreau de Bruxelles. Nous inventorions et publions de nombreux inventaires24.

28C’est ainsi que nous pouvons remarquer que, durant ces quinze ans, la période la plus courte, les versements ont été les plus massifs : 59 % de versements de fonds des sociétés commerciales (59 fonds), 72 % de versements d’associations et organisations professionnelles, et 25,6 % de versements concernant les personnes physiques (11/43 fonds). Les fonds conservés aux AGR ont donc doublé en quinze ans.

Les modes d’acquisition

29Près de 70 % des fonds ont été donnés aux AGR. 28,5 % des fonds sont des dépôts et un peu plus d’1 % ont été achetés.

30Si les dépôts étaient légion dans les années 1970, actuellement nous préférons les dons afin d’éviter de travailler sur un fonds qui risque d’être repris une fois l’inventaire achevé.

31Cependant, certains fonds importants comme celui de la Croix-Rouge de Belgique (300 mètres linéaires), entré aux AGR en juin 2004, ou encore celui des Forges de Clabecq (200 mètres linéaires) entré en 2002 et 2004, sont des dépôts à 99 ans.

32Pour la Croix-Rouge de Belgique, la valeur sentimentale envers les archives a joué dans cette décision. En effet, les discussions concernant le contrat se sont tenues avec les archivistes de la Croix-Rouge, attachés émotionnellement aux archives qu’ils géraient depuis de nombreuses années. Le déménagement de l’institution, le manque de place dans les nouveaux locaux et la fédéralisation de l’institution les ont encouragés à opter pour un dépôt qui réglait dès lors un problème d’ordre linguistique (comment scinder des archives entre la Croix-Rouge francophone et la Croix-Rouge néerlandophone ?). Le dépôt leur laisse cependant l’opportunité de récupérer peut-être un jour leurs archives (plus de place, autre politique de la direction…). Mais dans ce cas, ils devraient payer des frais de « gardiennage » et de reproduction stipulés dans le contrat.

33Pour ce qui est du fonds des Forges de Clabecq, les avocats-curateurs en charge du dossier ont préféré opter pour cette solution. La faillite n’étant pas clôturée, ils ne peuvent pas donner des archives ne leur appartenant pas.

34Pour ce qui est des achats, la pratique n’est pas courante, seuls quatre fonds ont été achetés.

Le métrage des fonds

35Le métrage total est de 7 873 mètres linéaires répartis comme suit :

  • 5 885 mètres linéaires d’archives de sociétés commerciales,


  • 1 303 mètres linéaires d’archives d’associations et organisations professionnelles,

  • 685 mètres linéaires d’archives de personnes physiques dont l’activité est liée au monde du travail.


36Pour l’ensemble des fonds, six catégories de fonds ont été créées :

  • Moins d’un mètre linéaire,

  • De 1 à 5 mètres linéaires,

  • De 6 à 10 mètres,


  • De 11 à 50 mètres,

  • De 51 à 100 mètres,


  • Plus de 101 mètres linéaires.

37Les deux catégories les mieux représentées dans l’ensemble sont celles de 1 à 5 mètres et de 11 à 50 mètres, soit 42 et 38 fonds sur un total de 130 fonds. Pour les fonds de plus de 100 mètres, il y en a 20 sur 74, soit 27 % qui viennent de la catégorie « Sociétés commerciales ». De ces vingt fonds, treize font plus de 200 mètres. Dix fonds sur les vingt sont des fonds entrés par l’intermédiaire de l’AVAE et sont composés d’archives des holdings les plus importants qu’ait comptés la Belgique : Groupe Coppée (charbonnages), Groupe Union minière (extraction au Congo), Tractionel et Electrobel, aujourd’hui Electrabel, etc.

38Le fonds le plus volumineux est celui de la Société générale de Belgique, avec plus de 1 000 mètres d’archives. Dans celui-ci le chercheur peut trouver des informations sur des sociétés en Belgique et au Congo. Ce holding a été la première force économique du pays pendant de nombreuses années. La « Vieille Dame » a contrôlé directement ou indirectement jusqu’à 800 entreprises, soit 40 % du patrimoine industriel belge.

État de l’ouverture à la recherche

39Le donateur ou le déposant a l’entière faculté de fixer les conditions de consultation : archives librement consultables ; archives consultables après un délai de 1, 5, 10, 30 ans ou tout autre terme ; archives consultables moyennant une autorisation préalable de l’archiviste général du Royaume ou du donateur ; restrictions partielles, etc.

4065 % des fonds sont librement consultables, tandis que 27 % ne sont pas consultables, suite aux conditions de consultation établies par le donateur ou le déposant.

41Les conditions de consultation tiennent compte de la confidentialité de certains documents en rapport notamment avec les intérêts de l’État et la protection de la vie privée des personnes en vie identifiables ainsi que leurs proches parents.

42Soixante fonds d’archives sont inventoriés et ont un inventaire publié :

  • 37 fonds de sociétés commerciales ;

  • 11 fonds d’associations et organisations professionnelles ;


  • 12 fonds de personnes physiques dont l’activité est liée au monde du travail.

43Les Archives générales du Royaume s’efforcent activement depuis plusieurs décennies maintenant de sauvegarder la mémoire industrielle de Bruxelles, même si ce n’est pas leur mission première, par la collecte et l’ouverture à la recherche de fonds d’archives de sociétés commerciales, d’associations et d’organisations professionnelles ainsi que de personnes physiques dont l’activité est liée au monde du travail.

44Le travail réalisé par les AGR peut paraître à la fois important et insuffisant. Quoiqu’il s’agisse d’une centaine de fonds de plus ou moins grande importance, l’ensemble est encore infime par rapport au nombre d’entreprises qui ont existé ou existent à Bruxelles. Pour certains secteurs, des archives très représentatives sont conservées, mais elles font entièrement défaut pour d’autres branches d’activité.

45La réalisation des trois guides d’archives d’entreprises était une étape indispensable vers une meilleure connaissance des fonds d’archives relatifs au monde du travail conservés aux Archives de l’État et dans d’autres institutions, tels les musées, etc. Ces guides ont également été un tremplin pour l’acquisition et l’inventoriage de nouveaux fonds d’archives d’entreprises et d’associations professionnelles importantes pour l’étude de l’histoire socio-économique de la Belgique.

46Les efforts conjoints des AGR et de l’Association pour la valorisation des archives d’entreprises permettent la sauvegarde et la mise en valeur de fonds de sociétés et d’associations importants tant par leur volume que par leur valeur historique.

Haut de page

Notes

1 État de l’ouverture à la recherche. XII. Département I. Archives de la première guerre mondiale et fonds associés, Bruxelles, AGR, 2002 (2e édition corrigée et mise à jour), p. 37-55.

2 K. Carrein, T. Lambrecht, Inventaris van het archief van de Commanditaire vennootschap Balser & Cie (1844-1912). Édouard Balser en Lucienne de Hirsch (1830-1931) en Georges Montefiore Levy (1862-1930), Bruxelles, AGR, 2001.

3 K. Carrein, J. Mestdagh, Inventaris van het archief van Deutsche Bank. Succursale de Bruxelles (1904-1933), Bruxelles, AGR, 2004.

4 S. Soyez, Inventaire des archives de la Société anonyme belge Siemens & Halske (1902-1919), Bruxelles, AGR, 2000 ; K. Carrein, Inventaris van het archief van de N.V. Compagnie belge d’électricité Siemens & Schuckert (1903-1922), Bruxelles, AGR, 1999.

5 M. Jacquemin, « Les sources de l’histoire industrielle conservées aux Archives générales du Royaume », Bulletin de liaison de l’Entente des cercles d’histoires et d’archéologie du roman païs, n° 30, 4e trimestre 2003, p. 8-15 ; M. Jacquemin, « Le guide des archives d’associations professionnelles et d’entreprises en région bruxelloise : l’enquête », dans M. Jacquemin, C. Six, Les Archives d’entreprises à Bruxelles... une mémoire pour penser l’avenir. Actes du colloque du 13 décembre 2002 (Archives générales du Royaume), Bruxelles, AGR, 2003, p. 73-84 ; M. Jacquemin, « Les principaux fonds d’archives liés au monde du travail conservés aux AGR : état de la question », dans M. Jacquemin, C. Six, Les archives d’entreprises..., op. cit., p. 175-178 ; M. Jacquemin, « Éléments d’histoire de la seconde guerre mondiale puisés dans le fonds d’archives de la Société générale de Belgique conservé aux Archives générales du Royaume », dans Les Archives des entreprises : conservation, accessibilité et apport pour la période de l’Occupation. Actes du colloque organisé les 4 et 5 mars 2004 par le groupement de recherche (GDR) du CNRS « Les entreprises françaises sous l’Occupation » en association avec le Centre des archives du monde du travail (CAMT), Roubaix, et l’Institut fédératif de recherche sur les économies et les sociétés industrielles (IFRESI-CNRS), au Centre des archives du monde du travail, Lille, GDR et CAMT Éditions, 2006, 320 p.

6 Les chiffres ont été arrêtés en novembre 2004.

7 Les entreprises ne sont présentées qu’une seule fois, dans le secteur d’activité principal.

8 Association sans but lucratif.


9 H. Coppejans-Desmedt, « Les archives d’entreprises en Belgique : situation et problèmes relatifs à leur conservation », Bulletin du Comité des archives d’entreprises, n° 2, Bruxelles-Dortmund, 1979, p. 31-41 ; H. Coppejans-Desmedt, « Op zoektocht naar de bedrijfsarchieven », dans D. Van Overstraeten (éd.), Miscellanea Marie-Rose Thielemans. Sauvegarde et exploitation des archives d’entreprises. Actes de la journée d’étude du 21 mai 1986, Bruxelles, Archives et Bibliothèques de Belgique, n° spécial 29, 1987, p. 57-67 ; D. Van Overstraeten, « Les Archives de l’État en Belgique et les archives d’entreprises. Bilan et perspectives », La Gazette des archives, n° 168, 1995, p. 173-186 ; C. Vancoppenolle, « Zoveel soorten ondernemingen, zoveel soorten bedrijfsarchieven. Een terreinverkenning voor Brussel », dans M. Jacquemin, C. Six, Les Archives d’entreprises..., op. cit. p. 29-45.

10 Les lois du 7 messidor an II (25 juin 1794) et du 5 brumaire an V (26 octobre 1796). Les Archives de l’État en Belgique. 1796-1996, Bruxelles, AGR, 1996, p. 13-14.

11 Les tâches qui incombent aux Archives de l’État ont été précisées par la loi sur les archives du 24 juin 1955 et par l’arrêté royal du 12 décembre 1957 pris en exécution de la loi sur les archives, par la loi du 5 juillet 1963 sur le notariat et par l’arrêté royal du 20 avril 1965 portant statut des institutions scientifiques. « Les activités des Archives de l’État se rapportent aux tâches suivantes : exercice de la surveillance sur les producteurs publics d’archives, acquisition d’archives des pouvoirs publics et d’archives privées, conservation et préservation du patrimoine archivistique, ouverture du patrimoine archivistique à la recherche, service au public et recherche scientifique ». Pour plus d’informations, consultez le site Internet des AGR : http://www.arch.be/ .

12 Étienne Sabbe (1901-1969) a été archiviste général du Royaume du 22 novembre 1955 au 29 février 1968. Voir Les Archives de l’État en Belgique..., op. cit., p. 527-528. Déjà dans deux articles publiés en 1934 et 1936, Étienne Sabbe dénonçait le trop peu d’attention accordée aux archives économiques et aux archives d’entreprises en particulier. Voir É. Sabbe, « Les archives économiques », Archives, Bibliothèques et Musées de Belgique, II, 1934, p. 7-33 ; Id. « Wirtschaftarchive », Archivalische Zeitschrift, n° 44, 1936, p. 113-130.

13 Les Archives de l’État en Belgique..., op. cit., p. 55.


14 D. Van Overstraeten, « Les Archives de l’État en Belgique et les archives d’entreprises. Bilan et perspectives », La Gazette des archives, n° 168, 1995, p. 173-186.

15 D. Van Overstraeten, op. cit., p. 175-177.


16 Née à Gand le 3 septembre 1924, elle a été chef du service Inspection des AGR (1969-1972), chef du département Services scientifiques généraux (1972-1977), chef du département Flandres occidentale et orientale (1977-1989). Au niveau international, Hilda Coppejans- Desmedt a été secrétaire et ensuite présidente du Comité des archives d’entreprises fondé en 1976 au sein du Comité international des archives (CIA) et devenu en 1990, la section des Archives du monde du travail et des affaires. Voir Les Archives de l’État en Belgique. 1796-1996. Historique de l’institution et répertoire bio-bibliographique des archivistes, sous la dir. de H. Coppens et R. Laurent, Bruxelles, AGR, 1996, p. 334-335.

17 H. Coppejans-Desmedt, Guide des archives d’entreprises conservées dans les dépôts publics de la Belgique, Bruxelles, AGR, 1975.

18 Pour les statuts, voir les Annexes au Moniteur belge du 10 septembre 1986, p. 11549-11554.


19 En néerlandais : Vereniging voor de Valorisatie van de Bedrijfsarchieven ou VVBA. J.-L. Moreau, « Quinze ans de collaboration avec l’Association pour la valorisation des archives d’entreprises. Politique suivie et bilan quantitatif », dans M. Jacquemin, C. Six, Les Archives d’entreprises à Bruxelles... une mémoire pour penser l’avenir. Actes du colloque du 13 décembre 2002. Bedrijfsarchieven te Brussel... het geheugen van de onderneming. Akten van het colloquium van 13 december 2002, Bruxelles, AGR, 2003, p. 157-169.

20 K. Devolder, Publications des Archives générales du Royaume et archives de l’État dans les provinces, Bruxelles, AGR, 2004. Liste des publications disponibles. 01-04-2004, Bruxelles, AGR, 2004.

21 H. Coppejans-Desmedt, C. Luyckx, D. Van Overstraeten et R. Wellens, Guide des archives d’entreprises accessibles au public en Belgique, Bruxelles, AGR, 1998.

22 M. Jacquemin, C. Six et C. Vancoppenolle, Guide des archives d’associations professionnelles et d’entreprises en région bruxelloise, Bruxelles, AGR, 2001, 933 p.

23 Cf. l’exposé de Daniel Absil, avocat au barreau de Bruxelles : D. Absil, « De la place des archives dans le traitement d’un dossier de faillite d’entreprise », dans M. Jacquemin, C. Six, Les Archives d’entreprises..., op. cit., p. 125-134.

24 K. Devolder, op. cit., et Liste des publications, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Jacquemin, « Les fonds d’archives d’entreprises conservés aux Archives générales du Royaume », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 81-89.

Référence électronique

Madeleine Jacquemin, « Les fonds d’archives d’entreprises conservés aux Archives générales du Royaume », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/148

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org