Navigation – Plan du site
Deuxième partie : Les bâtiments d'archives

Les bâtiments d’archives dans la France du Nord au XIXe siècle : une architecture en quête d’identité

Stéphanie Quantin
p. 93-108

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point l’article de Christian Hottin, dans ce volume.

1En préambule, il convient de préciser que cette intervention traitera exclusivement des constructions spécifiques, à l’exclusion des salles converties en dépôt, des ailes de préfecture, des programmes mixtes, des réaménagements1. Bien que ces autres cas de figure répondent à la même dénomination, ils n’offrent aucun éclairage sur l’image architecturale du bâtiment d’archives au XIXe siècle, et c’est précisément le propos de cet exposé.

  • 2 N. Georges, « Mémoire de plomb. Sur la crise des Archives nationales et la manière d’en sortir », C (...)
  • 3 D. Bezombes, « Stratégies de programmation », Journées d’études de la direction des Archives de Fra (...)

2Si l’on considère le projet « Une Cité pour les Archives », la question matérielle est aujourd’hui plus que jamais d’actualité. Or, au regard des débats, même des combats, suscités par ce projet immobilier2, il semble évident qu’un bâtiment d’archives est bien plus qu’un simple dépôt : il constitue le témoin matériel des évolutions contemporaines de l’institution, il véhicule l’image que l’institution veut se donner d’elle-même3. Ce n’est pas un hasard si, dans la langue française, le terme « archives » désigne à la fois l’objet et, par métonymie, l’institution et le lieu de conservation. Cette identification totale entre le contenu et le contenant se vérifie tout au long du XIXe siècle, qui marque la véritable naissance de ce nouveau type architectural.

3À ce titre, le nord de la France fait figure de pionnier : c’est dans cette aire géographique que s’élèvent les premiers bâtiments indépendants. D’ailleurs, le rythme des chantiers ira croissant jusqu’au début de la première guerre mondiale : de façon approximative, on peut dire que, entre 1789 et 1914, les deux tiers des chantiers sont entrepris par des départements situés au nord de la Loire. Sous le Second Empire, on observe une forte concentration de ces nouveaux dépôts dans les régions de Normandie, de Champagne, et de Bourgogne, tandis que, sous la Troisième République, une seconde vague de constructions concerne la Bretagne et le nord-est du territoire. Bien que le sud offre quelques exemples particulièrement novateurs, on peut tout de même considérer le nord de la France comme le laboratoire de ce nouveau programme : alors que, au début du XIXe siècle, les administrations des provinces se satisfaisaient d’une simple salle de dépôt au sein de leurs bureaux, on peut s’interroger sur les facteurs qui ont motivé la naissance de cette architecture archivistique et la multiplication de ces constructions indépendantes. Parallèlement, les différents types de représentations architecturales constituent l’autre pôle de cette question matérielle. Initialement annexe administrative, réservée à l’usage du personnel préfectoral, le bâtiment d’archives devient progressivement un établissement autonome, un service à vocation scientifique, ouvert à tous les citoyens. C’est ce lent processus, cette métamorphose que raconte l’architecture de ces bâtiments d’archives tout au long du XIXe siècle.

4Afin d’assurer une cohérence politique, culturelle et artistique, cette analyse sera menée en trois temps : durant la première moitié du siècle, les constructions spécifiques, très rares, apparaissent comme un privilège réservé aux élites détentrices de fonds pécuniaires et archivistiques importants. Lieu de pouvoir, le dépôt manifeste la permanence de la tradition des archives monarchiques, comme titres prouvent le droit et réservés à l’usage du pouvoir. À partir du Second Empire, l’interventionnisme croissant de l’État aboutit à la première vague de constructions indépendantes, qui restent néanmoins conçues comme des dépendances du palais urbain de la préfecture. C’est seulement sous la Troisième République que s’esquisse ce processus d’autonomisation du bâtiment d’archives, annonçant leur futur rôle de laboratoire de l’histoire.

La première moitié du XIXe siècle

  • 4 G. Richou, Traité théorique et pratique des archives publiques, Paris, P. Dupont, 1883.


5Si la loi du 5 brumaire an V (26 septembre 1796) ordonne le rassemblement aux chefs-lieux des départements de tous « les titres et papiers appartenant à la République »4, les archives restent, tout au long de la première moitié du siècle, considérées comme les unités minimales des archives centrales : la localisation des dépôts au sein de l’enceinte préfectorale manifeste la permanence d’une conception strictement utilitaire des archives, comme moyen de gouvernement mis à la disposition d’un État centralisé, dont les administrations des provinces ont pour seule vocation la garde et le dépôt.

  • 5 M. Duchein, « Les bâtiments des archives départementales en France », Archivum, vol. IV, chap. II, (...)

6Dans le cadre de cette loi du 5 brumaire, l’article 2 précise que ces archives pourront être provisoirement placées dans les édifices nationaux, et autant que possible, dans les édifices destinés aux séances de l’administration centrale du département. Ainsi, durant les années 1800-1830, le manque de place conduit les autorités à improviser des dépôts dans les seules pièces disponibles, généralement dans les combles des nouvelles préfectures, elles-mêmes installées dans les anciennes intendances, soit des locaux peu adaptés à cette nouvelle destination5. Du fait de ce désengagement général des autorités locales, rares sont les aménagements spécifiques et, dans la plupart des cas, les liasses d’archives, ni classées, ni inventoriées, y sont entreposées dans le plus grand désordre.

7Sous la monarchie de Juillet, le renouvellement de l’historiographie impulsé par le ministère de l’Instruction publique suscite un certain regain d’intérêt pour les matériaux d’archives. De tous les textes de lois réglementant le fonctionnement des services départementaux, on peut citer la loi du 10 mai 1838, complétée par la circulaire du 8 août 1839, qui inscrit au rang des dépenses obligatoires des conseils généraux, les frais de garde et de conservation des archives, ainsi que l’entretien des archivistes. Cependant, malgré des progrès évidents, les archives départementales restent conçues comme la partie d’un tout : pour les départements du nord de la France, comme pour ceux de l’ensemble du territoire, les premiers locaux aménagés afin d’accueillir les archives se présentent comme des dépendances des palais départementaux, c’est-à-dire une salle ou un étage, plus rarement une aile entière, ou encore un réaménagement.

8Si ce lien entre les archives départementales et leurs structures de production demeure le schéma dominant au cours de cette période, certains services, précédés par une longue tradition archivistique et donc dotés de fonds particulièrement importants, se réclament non pas de l’institution préfectorale, mais directement des Archives centrales.

  • 6 M. Bruchet, « Les archives départementales du Nord », Extrait des publications du congrès de l’Asso (...)
  • 7 Il faut attendre 1839 pour que la nomination d’un archiviste paléographe devienne obligatoire.
  • 8 En fait, cette entreprise avait déjà eu des précédents, parmi lesquels on peut citer le dépôt des a (...)

9C’est notamment le cas des archives départementales du Nord, qui rassemblent tous les paramètres propres à justifier une mesure aussi exceptionnelle que l’érection d’un local indépendant : tout d’abord, la formation du premier noyau datant de la création des archives de la chambre des comptes par Philippe le Hardi, en 1386, - elles constituent le dépôt le plus important de France après les Archives nationales - ; d’autre part, le Nord est un département riche, capable d’un effort financier conséquent pour ses archives. En 1839, le département prescrit sur le budget une somme de 11 500 F pour le service6, soit la somme plus importante que l’on puisse signaler à l’époque. Enfin, l’action d’un préfet éclairé, le baron Méchin (1830-1839), va être à l’origine de la naissance d’un véritable service d’archives : en 1833, il crée la Commission des archives du Nord ; deux ans plus tard, devançant les instructions ministérielles régissant l’organisation des services départementaux, il nomme un archiviste, le docteur Le Glay, alors bibliothécaire de Lille7. Grâce à l’intervention de ce dernier, le conseil général arrête, en 1839, la construction d’un local spécial, dont les plans sont confiés à l’architecte du département, Victor Leplus. Le 26 août 1844 est inauguré le premier bâtiment d’archives départementales indépendant de France8 (fig. 1), dont le coût, assez considérable, revient à environ 224 000 F.

Fig. 1. Hôtel des archives du Nord, inauguré en 1844

Fig. 1. Hôtel des archives du Nord, inauguré en 1844

10Situé à proximité de la préfecture, l’hôtel des archives consiste en un corps central à 3 étages, flanqué de deux ailes en retour d’équerre sur la façade postérieure qui encadrent une petite cour. Cette disposition apparaît comme une fusion de la typologie de l’hôtel classique français, entre cour et jardin, et du modèle du palais florentin de la Renaissance, centré autour d’une cour intérieure. Concernant l’ordonnance extérieure, l’aspect sévère du bloc, la hauteur décroissante des étages, le dégradé soigné des bossages, ainsi que la multiplication des fenêtres disposées régulièrement sur toutes les façades de l’édifice, citent d’emblée le Palais Médicis (1444-1457) à Florence, tandis qu’au rez-de-chaussée, le dessin de la porte d’entrée s’inspire directement de celle du Palais Farnèse (1559-1564) à Rome. En outre, les arcs toscans, qui couvrent les ouvertures du soubassement, empruntent également à l’architecture des palais florentins et romains de la Renaissance. Enfin, le dernier étage est conçu dans l’esprit de la travée rythmique de Bramante : il est scandé par de courts pilastres à chapiteaux corinthiens, entre lesquels sont creusées des niches circulaires abritant les huit médaillons sculptés des comtes de Flandres. Ainsi, Leplus exploite l’aspect fortifié, l’impression de « puissance calme » héritée des palais italiens auxquels il fait signifier le rôle de protection des archives. Parallèlement, la référence italienne lui permet de transposer l’aura palatiale sur l’hôtel des archives, qui devient non plus l’incarnation du pouvoir d’une grande famille de notables, mais la luxueuse vitrine de la richesse matérielle et culturelle d’un département. Mais le véritable morceau de bravoure consiste en l’escalier en vis à cinq pans (fig. 2), hors œuvre, qui orne la façade postérieure. Cette cage de lumière, qui sert également de pivot distributif, reprend sur une échelle plus modeste le dessin de l’escalier du château de Blois (aile François Ier, XVIe s.), ou encore celui de Chambord (XVIe s.).

Fig. 2. Hôtel des archives du Nord, escalier de la cour intérieure

Fig. 2. Hôtel des archives du Nord, escalier de la cour intérieure
  • 9 R.-H. Bautier, « La phase cruciale de l’histoire des archives : la constitution des dépôts d’archiv (...)
  • 10 Arch. dép. Nord, 4 N 20 : lettre du préfet au comte de Montalivet, 23 juin 1843.

11De façon complémentaire, cet édifice se réclame donc également de prestigieux modèles français : la citation ostensible des escaliers des châteaux de la Renaissance française évoque indirectement la tradition des trésors des chartes, dont les premières demeures ont été les châteaux du roi et de ses seigneurs. En fait, ces deux références, française et italienne, se rencontrent dans la mesure où toutes deux relèvent de l’architecture privée. En effet, l’absence de salle de lecture met en exergue le caractère confidentiel de ces archives : en dépit de la loi de publicité du 7 messidor an II (25 juin 1794)9, il semble que la consultation des pièces soit réservée non plus à la jouissance d’un grand seigneur, mais, par transposition, à celle d’une élite locale, composée des autorités et de quelques érudits. D’ailleurs, le préfet revendique cette tradition monarchique : « [le bâtiment] sera digne par sa construction de renfermer un dépôt si riche en titres précieux qu’on peut le considérer plutôt comme un dépôt d’archives souveraines que comme un dépôt départemental »10. Cette ambition de s’élever à un statut national explique le modèle palatial et le luxe du parti pris architectural, si bien qu’on pourrait considérer cet édifice comme le Palais des archives des provinces. Placés sous la protection des comtes de Flandres et du roi Louis-Philippe, contenu et contenant s’inscrivent dans la lignée des archives monarchiques et revendiquent le statut de dépôt satellite des Archives centrales.

12Premier jalon de cette architecture archivistique française, l’hôtel des archives du Nord apparaît comme un cas tout à fait exceptionnel : d’une part, ce

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce point l’article de Christian Hottin, dans ce volume.

2 N. Georges, « Mémoire de plomb. Sur la crise des Archives nationales et la manière d’en sortir », Commentaire, n° 300, hiver 2002-2003, p. 949-956.


3 D. Bezombes, « Stratégies de programmation », Journées d’études de la direction des Archives de France Bâtiments d’archives, bâtiments de l’avenir, Annecy, 27-28 mai 2003, publication électronique : http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/gerer/batiments/colloques/.

4 G. Richou, Traité théorique et pratique des archives publiques, Paris, P. Dupont, 1883.


5 M. Duchein, « Les bâtiments des archives départementales en France », Archivum, vol. IV, chap. II, Presses Universitaires de France, 1956, p. 108-176.

6 M. Bruchet, « Les archives départementales du Nord », Extrait des publications du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, tenu à Lille en 1909, note 1, p. 5 (Arch. dép. Nord, 3 T 173).

7 Il faut attendre 1839 pour que la nomination d’un archiviste paléographe devienne obligatoire.

8 En fait, cette entreprise avait déjà eu des précédents, parmi lesquels on peut citer le dépôt des archives du ministère des Affaires étrangères (1761-62), construit par l’ingénieur Jean-Baptiste Berthier. Néanmoins, à l’échelon local, il s’agit effectivement de la première construction indépendante.

9 R.-H. Bautier, « La phase cruciale de l’histoire des archives : la constitution des dépôts d’archives et la naissance de l’archivistique (XVIe-début XIXe s.) », Archivum, t. XVIII, 1968, p. 149.

10 Arch. dép. Nord, 4 N 20 : lettre du préfet au comte de Montalivet, 23 juin 1843.

11 M. Duchein, op. cit.


12 Arch. dép. Gironde, 3 T 1 : lettre du ministre de l’Intérieur Duchâtel au préfet de la Gironde, 7 mars 1843 : Règlement général des archives départementales, décret du 6 mars 1843. Bien que publiée sous la monarchie de Juillet, cette première formulation des besoins des archives semble n’avoir eu de véritable impact que sur les projets élaborés sous le Second Empire (la conception du dépôt de Lille datant de 1839).

13 R.-H. Bautier, « Les Archives », dans C. Samaran, L’Histoire et ses méthodes, Paris, Gallimard, (coll. « Encyclopédie de la Pléiade »), 1986, p. 1120-1167.

14 V. Dignac, « Les bâtiments d’archives au XIXe siècle dans le fonds du conseil général des Bâtiments civils », Gazette des Archives, t. 164, 1994, p. 24-43 : l’auteur a déjà souligné l’influence de ces nouveaux archivistes, qui tiennent la question du bâtiment au premier rang de leurs préoccupations.

15 Le département est rebaptisé Seine-Maritime à partir de la loi du 4 septembre 1941.

16 C.-V. Langlois, Les hôtels de Clisson et de Guise et de Rohan-Soubise au Marais, Paris, 1922.

17 Arch. dép. Eure, 26 N 1 : Mémoire de travaux de maçonnerie faits pour la construction des archives départementales, 1857, par H. Cherel fils, approuvé par l’architecte Bourguignon le 5 octobre 1857.

18 En raison de sa conception défectueuse, l’hôtel des archives du Nord fait plus figure de contre-exemple.

19 M. Saboya, « La travée de Sainte-Geneviève à l’hôtel des archives départementales de la Gironde : une traversée des signes », dans J.-M. Leniaud, Des Palais pour les Livres : Labrouste, Sainte-Geneviève et les bibliothèques, Actes du colloque international du 11 octobre 2001, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 95-99.

20 Hypothèse suggérée par C. Hottin.


21 V. Legentil, « Notice sur Léon Marcotte », Bulletin de la Société des beaux-arts de Caen, t. VIII, 1888, p. 205-212.


22 Centre hist. des Arch. nat., F21 1856 : rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Grisart, 13 décembre 1859 ; rapport fait au Conseil des bâtiments civils par M. Gilbert, 21 septembre 1862.

23 G. Richou, Traité théorique et pratique..., op. cit.


24 G. Desjardins, Le Service des archives départementales, Conférences faites aux élèves de l’École des chartes les 10, 18, 25 et 30 juin 1890, Paris, E. Bourloton, 1890.

25 « Programme-type pour la construction des bâtiments d’archives départementaux en France », dans M. Duchein, Les bâtiments d’archives en France : constructions et équipements, Paris, Archives nationales, 1985, annexe III : aujourd’hui encore, on préconise une ossature en béton pour les magasins de conservation.

26 « L’annexe des archives départementales du Nord à Lille », La Construction moderne, samedi 26 mars 1910, XXe année, n° 26, p. 303-305, pl. 64.

27 « Les archives départementales de la Meuse », La Construction moderne, 19 avril 1914, p. 340-344, pl. 71-72.

28 Pour comparaison, les dépôts de l’Eure, de la Seine-Inférieure et du Calvados développent respectivement 3000, 5000 et 3666 mètres linéaires de rayonnages.

29 Dans les années 1880, la largeur des allées avoisinait les 2 m ; considérant la norme actuelle (largeur minimum de 1,20 m), le dépôt de Bar-le-Duc témoigne d’un progrès considérable.


30 Durant tout le XIXe siècle, la hauteur des étages est comprise entre 3 et 4 m ; ce n’est qu’à partir de la décennie 1910 qu’on constate une diminution de la hauteur des niveaux, et à cet égard, les 2,15 m du dépôt de la Meuse correspondent aux normes dimensionnelles en vigueur aujourd’hui.

31 Les Préfectures françaises par les archivistes en chef des départements, Niort, Association des amis des Archives de France, Presses des établissements Soulisse et Cassegrain, 1953 : le coût de construction de l’avant-projet proposé par Lefort s’élevait à 350000 F, somme réduite à 270000 F par la suite.

32 M.-P. Halgand, J.-L. Kerouanton, « Les archives départementales de la Mayenne », 303, Arts, Recherches et Créations, n° 31, mars 1992, p. 27-37.

33 M.-P. Halgand, J.-L. Kerouanton, op. cit., 1992.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Les parties publiques comprennent un vestibule, des bureaux, une salle de consultation et une bibliothèque.

37 D. Bezombes, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Hôtel des archives du Nord, inauguré en 1844
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/150/img-1.png
Fichier image/png, 760k
Titre Fig. 2. Hôtel des archives du Nord, escalier de la cour intérieure
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/150/img-2.png
Fichier image/png, 431k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Quantin, « Les bâtiments d’archives dans la France du Nord au XIXe siècle : une architecture en quête d’identité », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 93-108.

Référence électronique

Stéphanie Quantin, « Les bâtiments d’archives dans la France du Nord au XIXe siècle : une architecture en quête d’identité », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/150

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org