Navigation – Plan du site
Troisième partie : Les archivistes
Quelques grandes figures

Les archives du Nord en guerre : une citadelle bien défendue (1914-1918)

Vincent Doom
p. 151-167

Texte intégral

1À circonstances exceptionnelles, il fallait un homme exceptionnel. Max Bruchet le fut. Né en 1868, mort en 1929, d’abord archiviste de la Savoie, il est nommé en 1908, à l’âge de 40 ans, au « premier poste de France », celui des archives départementales du Nord (fig. 1).

Fig. 1. Portrait de Max Bruchet, aux archives du Nord, début XXe siècle

Fig. 1. Portrait de Max Bruchet, aux archives du Nord, début XXe siècle

2Le dépôt compte alors dix kilomètres linéaires d’archives à l’hôtel des archives, rue du Pont-Neuf, et quatre à l’annexe de la rue Jacquemars-Giélée, construite en 1909 pour les archives administratives. À la veille de la guerre, le service est composé de neuf personnes, dont deux conservateurs. Le nombre des recherches et des communications atteint 30 000 unités. Max Bruchet est un travailleur infatigable ; il se lève chaque jour à 4 heures du matin, classe et inventorie inlassablement. Sa conception du service est très moderne. À ses yeux, les archives départementales doivent aussi être un lieu de transmission rapide d’informations pour l’administration. Il appartient légitimement au panthéon des grands archivistes. Constatant que le classement d’un quart du fonds de la chambre des comptes de Lille a épuisé ses prédécesseurs, il invente le répertoire numérique dont il suggère l’idée à l’administration centrale et qui se concrétise par la circulaire ministérielle de 1909. Dès 1911, il préconise le dépôt des archives anciennes des communes aux archives départementales que traduit la loi de 1924 sur les archives communales. En 1920, il devient président de l’Association amicale professionnelle des archivistes français ; rédige avec l’inspecteur général Vidier le Tableau des documents susceptibles d’être supprimés dans les archives départementales et les archives des sous-préfectures, annexé au Règlement des archives départementales de 1921 ; siège à la Commission supérieure des archives et prend part à l’élaboration du Règlement des archives communales de 1926.

3Tout au long des quatre années de l’occupation allemande, il n’a qu’une préoccupation, qu’il traduit ensuite de la manière suivante : « En résumé, il a été possible d’atteindre le jour de la Libération sans qu’aucune évacuation ait été réalisée. Le dépôt du Nord a été intégralement maintenu ». Comme on l’en félicite, il répond : « J’ai essayé d’appliquer les principes de notre bon maître M. de Montaiglon, sans me douter de la difficulté d’application ; vous vous souvenez de ce qu’il nous disait que le premier devoir de l’archiviste était de conserver ; les événements m’ont permis de donner satisfaction à notre regretté maître ».

4Ce devoir de conserver a conduit l’ensemble de ses décisions et l’a amené à agir sur tous les fronts faisant habilement face à l’occupant, parfois avec fermeté. C’est ainsi qu’il prend des mesures pour la préservation des collections dont il a la charge ; pour la sauvegarde des archives courantes et intermédiaires des administrations du département ; pour la sauvegarde des archives sur la ligne de front et la mise en œuvre d’une politique de reconstitution des fonds en prévision du retour à la paix ; pour la protection des objets d’art. Il poursuit sans relâche ses travaux de classement et assure le fonctionnement du service au public. Il n’en reste pas moins un homme dont la vie est terriblement marquée par les événements ; en cela, il est acteur de son temps.

Mesures de préservation des archives départementales

  • 1 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport sur la sauvegarde des collections départementales de l’archivis (...)

5Lors de la mobilisation générale, le 2 août 1914, l’archiviste, qui est réformé, demande à être maintenu à son poste. Sur les neuf personnes qui composent le service, trois sont requises : son adjoint Billioud, ancien élève de l’École des chartes, un chef de bureau et un garçon de bureau. Alors que la plupart des services publics ont fait l’objet de circulaires de la préfecture ou des ministères sous plis ouverts le jour de la mobilisation, Max Bruchet se sent démuni. Il prépare l’exode des documents les plus précieux dont il dresse une liste exhaustive. Les plus belles pièces du musée des archives, datées de 804 à 1658, sont rangées, emballées et conditionnées dans trois caisses en zinc soudées. Les quatre bulles d’or sont rangées à part dans un coffre en fer1.

  • 2 Arch. dép. Nord, 3 T 1883.


6Du 3 au 20 août 1914 sont mis en liasses et récolés avec précision les archives de la chambre des comptes (trésor des chartes, registres aux chartes, registres d’audience, cartulaires, fonds de la recette générale des finances, fonds des recettes particulières de Flandre, de Hainaut, d’Artois, du Cambrésis et du Tournaisis, fonds des lettres missives au nombre de 25 000), tous les cartons des fonds religieux, tous les cartulaires ecclésiastiques, le fonds de la cathédrale de Cambrai et les principaux éléments des séries G et H, les registres de délibérations du directoire du département, des directoires de district et ceux des administrations centrales. À partir du 20 août, en raison de l’avancée allemande, l’ensemble est descendu dans la cave – protégée par cinq voûtes — et le corridor lui donnant accès, ainsi que dans le vestibule précédant la salle du public. L’opération dure trois jours. Auparavant, les soupiraux ont été obstrués par une maçonnerie en brique, un passage ménagé pour la ventilation, et l’accès du corridor bouché par une couche épaisse de papier de rebut. Les archives restent ainsi encavées jusqu’au 12 février 19152.

7Max Bruchet est membre de la commission du contrôle télégraphique où il est chargé du service à partir du 3 août tous les matins de 6 à 9 heures comme délégué du ministère de l’Intérieur, en collaboration avec l’ingénieur des ponts et chaussées, délégué du ministère de la Guerre. Il peut ainsi suivre jour après jour les progrès de l’invasion.

8Le 24 août, le préfet et les administrations partent de façon précipitée pour Dunkerque pour revenir le 28. Max Bruchet s’emploie alors à préserver les archives du 1er corps d’armée et à mettre en sécurité les documents secrets du cabinet du préfet ainsi que les volumes du chiffre. La ville, après plusieurs épisodes éphémères, est occupée sans discontinuer du 13 octobre 1914 au 17 octobre 1918. Le terrible bombardement du 10 au 12 octobre ne provoque pas de dégâts au bâtiment des archives.

  • 3 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit.


9En février 1915, les archives encavées sont remises sur les rayonnages. Pour éviter tout risque d’humidification, les cartons sont ouverts et aérés dans la salle du public convenablement chauffée pendant un mois. Elles y resteront jusqu’à l’encavement suivant qui en sera ainsi facilité. Les caves sont équipées de rayonnages facilitant ainsi la communication. Max Bruchet prévoit même leur utilisation « plus tard » pour les documents « pilonnables »3.

  • 4 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre de l’architecte en chef du département, 11 janvier 1916.

10Il obtient également différents aménagements pour sécuriser les collections. Après l’explosion du dépôt de munitions de la porte de Valenciennes en janvier 1916 qui fait d’énormes dégâts et souffle la vitrerie de l’hôtel des Archives, les fenêtres sont protégées de châssis de fer garnis de verre armé4. Réclamée depuis 1909, l’installation de postes à incendie à chaque étage est réalisée. La pression fait l’objet de contrôles réguliers. En octobre 1918, on en revient toutefois aux tonneaux remplis d’eau et aux caisses de cendres en raison des coupures de l’alimentation. L’avis de l’ingénieur du service des eaux de la ville de Lille est demandé sur les risques d’inondation par le sous-sol. Après examen des cotes de nivellement du bâtiment et de l’étiage des canaux, il rassure l’archiviste et indique que les risques sont nuls. Sages précautions qui paieront face à l’occupant.

  • 5 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, février 1918.
  • 6 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport complémentaire de Max Bruchet du 24 octobre 1918 pour la réunio (...)

11En février 1918, peu avant la grande offensive allemande du printemps, les collections les plus précieuses sont à nouveau descendues dans les caves, cette fois chauffées et éclairées5. Elles y retournent une dernière fois entre le 1er et le 6 octobre, au moment où l’offensive alliée lancée en août provoque le repli quasi continu de l’Allemagne6. Max Bruchet rédige alors une sorte de testament archivistique qu’il dédie à son successeur. Il glisse dans une enveloppe un récolement sommaire des archives dont il a la charge (fig. 2) et inscrit sur cette dernière les éléments suivants :

  • 7 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : enveloppe contenant un récolement sommaire des archives.

« Déménagement du 1er octobre 1918. À remettre au chef du service qui serait chargé des archives départementales du Nord en cas d’internement ou en cas de mort. Il y aura lieu de consulter Melle Lancien, rue Émile Desmedt, que j’ai mise au courant des mesures prises »7.

Fig. 2. Consignes de déménagement laissées par Max Bruchet, octobre 1918.

Fig. 2. Consignes de déménagement laissées par Max Bruchet, octobre 1918.

Arch. dép. Nord, 3T 1885.

12Archives évacuées 1914 : voir plus haut.

13Laissé au dépôt le 1er octobre 1918 :


  • à la cave : trésor des chartes, plus supplément du musée


  • dans l’autre cave : cartulaires série B et registres aux chartes, fonds ecclésiastiques comme 1914


  • vestibule salle du public : suite ecclésiastiques


  • vestibule monte-charge : registres des comptes de la recette des finances ; certains paquets laissés à l’étage, mais seront descendus si nécessaires

14idem : registres de l’audience
- vestibule de l’appartement : toutes les lettres missives Archives étrangères à la préfecture :

  • enregistrement


  • faculté des sciences

  • commission historique du Nord

  • services vétérinaires


  • postes


  • finances

  • bibliothèque de Douai (ms)

15Archives préfecture et administrations :

  • Versement des services

16Archives communales à l’annexe :


17Ce document émouvant donne une idée de l’épuisement et de l’inquiétude de Max Bruchet après quatre années d’occupation et les dures privations de l’année écoulée.

  • 8 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport complémentaire de Max Bruchet du 24 octobre 1918 pour la réunio (...)
  • 9 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre du préfet du Nord par intérim, 18 octobre 1918.


18La ville est enfin libérée le 17 octobre 1918. Au cours de la nuit précédente, les Allemands font exploser les ponts et ouvrages d’art dans leur retraite. Max Bruchet a fait ouvrir toutes les fenêtres dès la veille et s’enquiert avec fébrilité de l’ordre de déclenchement des explosifs8. Le lendemain, le préfet par intérim informe le ministre de l’Instruction publique que les archives du Nord sont intégralement préservées. Le 12 novembre suivant, Max Bruchet demande de l’aide au commandant des sapeurs-pompiers pour remonter les documents mis en sécurité dans la cave et part immédiatement en tournée départementale9.

Mesures de sauvegarde des archives administratives des services du département

  • 10 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : projet d’article de Max Bruchet sur la situation des archives du Nord d (...)

19Max Bruchet veille sur les archives administratives avec la même attention que sur celles dont il a la responsabilité directe. Le 24 août 1914, alors qu’il est chargé du service télégraphique depuis le 3 août et qu’il prend conscience du danger imminent, il se rend à la préfecture pour la mise en sécurité des documents secrets du cabinet du préfet : « Mon initiative causa une certaine surprise »10.

  • 11 Arch. dép. Nord : Éloge à Max Bruchet, 1929.

20Du 8 au 14 septembre, entre les deux occupations de l’été 1914, il se rend au siège du 1er corps d’armée et ramène cinq camions d’archives et de plans alors même que les services militaires évacuent la place11. Il les garde quatre années dans la plus grande discrétion. Elles sont aujourd’hui à Vincennes au Service historique de l’armée de terre.

  • 12 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre de Max Bruchet au maire de Lille, 24 juillet 1917.

  • 13 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 30 juillet 19 (...)

21Lors de l’offensive alliée de l’été 1917, les registres de l’état civil antérieurs à 1851 déposés au greffe du tribunal civil de Lille sont transférés aux archives départementales. Les autres documents sont descendus dans les caves aménagées selon les instructions de l’archiviste. Pour ce faire, il demande au maire de Lille l’aide des sapeurs-pompiers, une voiture attelée et le matériel nécessaire12. Le 30 juillet, le directeur des lignes télégraphiques lui confie les plans des lignes souterraines du Nord, du Pas-de-Calais et de l’Aisne : il redoute en effet l’utilisation que les Allemands pourraient en faire s’ils les trouvaient13.

  • 14 Arch. dép. Nord : Éloge à Bruchet, 1929.

  • 15 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : dépôt pour préservation des opérations de guerre ou à l’abri des réquis (...)

22Lorsqu’en mai 1918, les Allemands expulsent l’administration préfectorale, les archives conservées dans les bureaux sont transférées en vingt-quatre heures à l’annexe des archives départementales qui deviennent un lieu de refuge14. Vingt-cinq camions de toutes provenances prennent en effet le chemin de l’annexe : lycées, faculté de médecine, administrations financières, sociétés savantes des communes du Nord et du Pas-de-Calais. Max Bruchet consigne également la liste des documents déposés pour la préservation des opérations de guerre ou la mise à l’abri des réquisitions15.

  • Dépôt du cabinet : affaires traitées du 1er au 9 août 1914 (333 articles dont l’archiviste a fait un répertoire). Dix fascicules du chiffre, rapport de M. Anjubault, de M. Trépont et du procureur de la République en caisses soudées, documents des affaires traitées par M. Anjubault, 9 portefeuilles.

  • Secrétariat général : 139 dossiers.


  • Lycée Faidherbe : 5 registres.


  • Ville de Lille : 267 dossiers.


  • Service du ravitaillement : registres.


  • Service de lignes télégraphiques : 25 liasses et rouleaux.

  • Quartier général.

Mesures de sauvegarde des archives sur la ligne de front et mise en œuvre d’une politique de reconstitution des fonds en prévision du retour à la paix

23Si, lors des premières opérations militaires, Max Bruchet s’est avant tout soucié de la préservation des archives conservées à Lille en raison de la brutalité de l’invasion, il s’efforce de prendre des mesures pour sauvegarder les archives des communes situées sur la ligne de front en particulier au moment de la grande offensive alliée de l’été 1917.

24Au début de l’été 1917, au moment même de l’offensive, Max Bruchet rédige une note sur les modalités d’évacuation des archives des communes du front de l’arrondissement de Lille menacées par l’offensive :

  • 16 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : note de l’archiviste départemental du Nord relative à l’évacuation des (...)

Les archives doivent être évacuées en totalité, si possible, sur Lille, rue Jacquemars-Giélée, 74.
Mettre sur chaque paquet ou caisse le nom de la commune avec un n ̊ d’ordre.
Dresser un B en 2 ex. ou à défaut une déclaration donnant le nombre de colis et la date du versement.
En cas d’évacuation partielle, prendre :
- tous les documents antérieurs à la Révolution.

- tous les documents de la période Révolution 1789-1800.

- parmi les documents postérieurs à 1800, prendre notamment : tous les registres de délibérations, d’arrêtés et de correspondance, inventaires d’archives, registres d’état civil et tables décennales, registres et documents cadastraux, documents sur l’établissement de la voirie, titres de propriété.
- parmi les documents récents, prendre pour toutes les branches de l’administration, les documents des dix dernières années.
- faire aussi l’évacuation des autres dépôts d’archives de la commune : bureaux de bienfaisance, hospices, justice de paix, enregistrement, sociétés de secours mutuels…, en mettant sur l’étiquette du paquet le nom de la commune et la désignation du service et un n ̊ d’ordre.
- si la commune possède des objets mobiliers classés Monuments historiques, les faire amener à Lille et les remettre contre un récépissé au conservateur des objets mobiliers du département du Nord, rue du Pont-Neuf16.

  • 17 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 6 septembre 1 (...)

25L’importance des dépôts de Roubaix et de Tourcoing l’amène à se déplacer en septembre pour aviser des mesures utiles à prendre. Il est particulièrement satisfait des dispositions prises à Roubaix et signale au passage, merveilleux compliment, que les archives communales sont à son avis les mieux tenues du département17.

  • 18 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit, 1918.

  • 19 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre du sous-préfet d’Avesnes faisant fonction de préfet du Nord au p (...)
  • 20 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit, 1918.


26Entre janvier 1915 et le 1er octobre 1918, vingt-et-une communes du Nord et du Pas-de-Calais ont déposé des documents à l’annexe de la rue Jacquemars-Giélée18. Max Bruchet envisage le pire et obtient de l’administration des Hospices le prêt de locaux pour le stockage des documents au cas où ceux des archives départementales arriveraient à saturation19. Autant que faire se peut et en bon administrateur respectueux de la propriété des documents, il s’efforce de faire récoler les fonds communaux par un représentant de la municipalité. Cinq cent soixante-deux communes du département du Nord sont situées en zone occupée. M. Mahieu, évacué de La Bassée, inspecteur départemental du service des sapeurs-pompiers, a entrepris quant à lui le classement des communes du front de la région de Lille. En octobre 1918, une quarantaine est réalisée20.

  • 21 Claude Lannette, « Les archives et les guerres : l’exemple du Nord », Plaisir d’archives, recueil d (...)
  • 22 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre de Max Bruchet au chanoine Frutaz, 20 novembre 1918.

27À l’heure du bilan, douze dépôts municipaux d’une rare valeur historique sont rasés comme Bailleul. Selon le mot de M. Claude Lannette, « le paroxysme d’une certaine haine charticide se fait jour à l’occasion de l’évacuation en octobre-novembre 1918 : c’est alors que disparaissent bien des collections de registres paroissiaux et de délibérations »21. Le 8 septembre 1918, les 437 caisses d’archives de Cambrai qui contiennent le plus beau chartrier de France servent à alimenter le feu allumé par les Allemands. Les atlas du cadastre font l’objet d’une attention particulière et la Kommandantur les regroupe afin de les transférer dans des lieux plus calmes. Dès 1918, dix-neuf caisses d’archives communales et notariales, de bibliothèques privées arrivent de Berlin et la Commission interalliée permanente d’armistice s’emploie à mettre de l’ordre22.

  • 23 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre de Max Bruchet au préfet du Nord, 5 octobre 1918.

  • 24 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit, 1918.

  • 25 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre à Brackers d’Hugo, adjoint au maire de Lille, 20 mai 1917.
  • 26 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport de Bruchet sur la reconstitution des archives de la ville de Li (...)
  • 27 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre de Bruchet au préfet du Nord, 5 octobre 1918.

28La destruction des archives modernes dans l’incendie accidentel de l’hôtel de ville dans la nuit du 23 au 24 avril 1916 amène Max Bruchet à envisager une politique de reconstitution à partir des dossiers relatifs à l’administration communale depuis 1800 versés par la préfecture aux archives départementales en 1904. Ces documents ne sont pas classés. Dès octobre 1917, Max Bruchet rédige des instructions pour le personnel en précisant les modalités de classement au sein des sections préconisées par la circulaire relative à la série O : chaque commune est dotée d’une identification en chiffres romains et d’un schéma-type de classement symbolisé par une minuscule en exposant servant d’armature à la classification. Modèles d’inventaire et d’index alphabétique sont également fournis23. Le 1er octobre 1918, la reconstitution des archives de quatre-vingt-seize communes est achevée dont Avesnes, Cambrai et Lille. Elle est réalisée par sept personnes. Max Bruchet prévoit deux ans pour le classement des cinq cent soixante-douze communes non réalisées. Pour ce faire, il a besoin de quatre auxiliaires. Il souhaiterait étendre l’opération jusqu’à la déclaration de guerre en 191424. L’organisation de la série O est terminée en 1924. Chaque commune du département est alors pourvue d’un répertoire qui représente huit registres in-4° et qui sert encore aujourd’hui d’instrument de recherche en salle de lecture. La ville de Lille fait l’objet d’une attention particulière. En mai 1917, Max Bruchet demande du personnel à la municipalité25. Mlle Lancien est appointée avec deux fonctionnaires de l’administration des Tabacs et deux dactylographes du service des Ponts et Chaussées. Le Répertoire spécial des dossiers concernant la ville de Lille en deux registres in-4 ̊ est terminé en 1918. Il est organisé méthodiquement selon un plan de classement prédéfini : biens communaux, bâtiments communaux, distribution de l’eau, voirie, canaux, comptabilité, octroi, autorisation d’ester, terrains, servitudes et bâtiments militaires, dons et legs. Il comprend une table qui comporte également l’indication des articles des autres séries modernes relatifs à la ville de Lille26. En octobre 1918, il obtient l’accord du préfet pour poursuivre l’opération de classement des dossiers de la période 1904 à 1914 restés à la préfecture27.

Poursuite des travaux de classement et fonctionnement de la salle du public

  • 28 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : note de Max Bruchet remise au sous-préfet d’Avesnes faisant fonction de (...)

29Dans ses éphémérides et ses rapports au préfet, Max Bruchet ne manque jamais de mentionner que, malgré les difficultés, le service poursuit ses activités et peut-être même en bénéficie. En effet, en l’absence du chef de bureau et des deux employés mobilisés, l’archiviste continue ses travaux de classement avec le concours d’institutrices. Il achève le répertoire de la chambre des comptes et, dès 1916, projette de reconstituer les archives modernes de la commune. La salle du public fonctionne quasiment sans interruption pendant l’occupation28.

  • 29 Arch. dép. Nord, 3 T 1886 : lettre au préfet, 4 avril 1917.
  • 30 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre de Max Bruchet au directeur des services financiers de la mairie (...)
  • 31 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 26 novembre 1 (...)
  • 32 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem, 14 mars 1918.


30La grande préoccupation reste le chauffage qui seul contraint à stopper les travaux. En avril 1917, l’interruption de l’alimentation en gaz du chauffage central l’oblige à demander un chauffage d’appoint pour le classement et la sauvegarde des collections à l’annexe de la rue Jacquemars-Giélée29. En juin, les prévisions de charbon sont adressées au directeur des services financiers de la mairie de Lille, compétente pour le ravitaillement. Bruchet indique que les travaux de classement réalisés par quatre attachés rétribués et plusieurs personnes ont été arrêtés pendant l’hiver 1916-1917. Il joue la corde sensible : le classement des archives de la ville de Lille est pourtant nécessaire. Pour lui, le minimum réside dans la loge du concierge, la salle de lecture, le bureau des employés et le local de l’archiviste30. En novembre 1917, les dactylographes des Ponts et Chaussées se réfugient dans l’appartement de fonction, faute de gaz et d’électricité, où l’on a réduit le nombre de foyers de six à trois31. Un contrôle de la consommation en gaz opéré en mars 1918 par un sous-officier allemand fait apparaître un dépassement des prévisions. Max Bruchet répond que les archives constituent un service public et que la quantité consommée représente le minimum pour assurer le fonctionnement des bureaux qui sont ouverts aux administrations32.

  • 33 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre au secrétaire général du Comité de ravitaillement de Lille, 11 j (...)

31Le classement des archives nécessite certaines matières premières comme le savon ou la farine pour fabriquer la colle servant à l’étiquetage des articles. En juillet 1917, Max Bruchet réclame ainsi 3 kg de farine de blé ou de seigle et 1 ou 2 kg de savon pour le lavage des mains destinées aux sept jeunes filles auxiliaires33.

  • 34 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre à M. Desrousseaux, chef de division à la préfecture, 27 mai 1916
  • 35 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : note de Max Bruchet, 10 avril 1917.

32La salle de lecture de la section historique est quant à elle ouverte pendant l’occupation le matin seulement de 8 à 11 heures, ancienne heure française, soit 9 à 12 heures, heure lilloise, et 10 à 13 heures, heure des horloges publiques calée sur celle de Berlin. L’après-midi est consacrée pour tous les collaborateurs au travail dans les salles de classement34. Les communications administratives ne peuvent être réalisées que de 8 à 12 heures, nouvelle heure française, à la condition que l’archiviste soit présent, dans un souci de discrétion sur les richesses conservées à l’insu des occupants35.

Mesures de protection des objets mobiliers

33Max Bruchet assure les fonctions de conservateur des objets mobiliers du département du Nord. À ce titre, il est membre correspondant de la Commission des Monuments historiques. Entre 1917 et 1918, il consacre beaucoup de temps à la mise en place de mesures de protection des objets placés sous sa responsabilité. En mars 1917, les occupants, qui manquent cruellement de matières premières, réquisitionnent de nombreuses cloches dans les églises de la région. L’archiviste demande au préfet de leur rappeler que certaines d’entre elles ont été classées. De ce fait, elles sont placées sous l’autorité de l’article 56 de la convention de La Haye concernant les lois et coutumes de la guerre signée en octobre 1907 qui stipule que « toute saisie, destruction ou dégradation intentionnelle [...] de monuments historiques, d’œuvres d’art et de science est interdite et doit être poursuivie ». Il écrit au général gouverneur de la place de Lille pour faire figurer sur la liste des cloches à préserver les trois cloches du beffroi de Douai datées de 1471. En mars 1918, lors de l’évacuation de l’hôpital général de Lille, il accueille une Adoration des mages de Van Dyck dans les locaux des archives départementales et après un emballage minutieux la fait transporter dans les sous-sols où sont déjà conservées les archives des hospices. Les soupiraux sur la rue sont alors obstrués.

34En juillet 1917, au moment de l’offensive alliée, il adresse au préfet une note relative aux mesures nécessitées par l’évacuation des documents administratifs et historiques conservés dans les communes du front de Lille, dans laquelle il demande que les communes détenant des objets mobiliers classés au titre des Monuments historiques les fassent amener à Lille, rue du Pont-Neuf, et les lui remettent contre récépissé.

Vie personnelle de l’archiviste

  • 36 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit de Max Bruchet, 1918.


35L’économie de guerre et le blocus maritime imposé par les Anglais rendent la vie quotidienne très difficile. Le renforcement du blocus au cours de l’année 1917 impose des restrictions alimentaires sévères. On estime la ration alimentaire journalière fournie par les autorités entre 1 100 g et 1 300 g par habitant. Tout manque et l’état sanitaire de la population se détériore. Max Bruchet et sa famille n’y échappent pas. Dans le projet manuscrit de rapport qu’il rédige après la guerre, en évoquant la journée du 4 octobre 1914 où, à une heure de l’après-midi, un obus tombe près du bâtiment des archives, il dit : « au moment où je faisais le dernier repas substantiel de la période de guerre », repas fait de poulets très bon marché36.

  • 37 Arch. dép. Nord, 3 T.


36À la fin de l’année 1917, la situation est telle qu’il demande l’évacuation volontaire de sa femme et de sa fille en grand état d’amaigrissement. Elles partent en décembre avec plusieurs milliers de Lillois. Entre 1915 et 1918, 30 000 Lillois bénéficient de cette mesure, surtout des femmes et des enfants. Parties par un froid très vif, elles attendent plusieurs heures dans un hangar en gare de Fives, puis sont placées dans un wagon à bétail sans paille, encombré de neige. Une quarantaine de personnes sont assises sur leur sac. Elles arrivent à Braine-le-Comte à 3 heures du matin et doivent subir une quarantaine pendant trois semaines, avant de partir pour la Suisse d’où elles entrent en France par Annecy. Max Bruchet ne reçoit de leurs nouvelles que le 30 avril 1918 par un courrier daté du 19 janvier37.

  • 38 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 14 juin 1917. (...)

37Le fils de Max Bruchet, âgé de 17 ans, est quant à lui, comme tous les hommes mobilisables de 17 à 55 ans, recensé et considéré comme prisonnier de guerre et astreint au travail obligatoire. Il est convoqué en juin 1917 pour se rendre comme ouvrier à la gare. Il part à 6 heures du matin avec son sac. Toutefois, de même que ses camarades inscrits au baccalauréat, il bénéficie d’un sursis de départ38. Il est déporté avec bien d’autres en 1918, lorsque les Allemands évacuent la ville.

Résistance à l’occupant

38Tout au long des quatre années d’occupation, l’archiviste, soucieux de protéger les collections dont il a la charge des avatars de la guerre tactique, doit faire face à de multiples tentatives parfois pressantes auxquelles se livre l’occupant pour examiner, estimer et évacuer les pièces les plus fameuses pressées par des interventions diplomatiques aussi. L’importance historique des archives du Nord pour l’histoire européenne est en effet largement reconnue.

L’affaire italienne

  • 39 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport sur la sauvegarde des collections départementales de l’archivis (...)

39Le 8 avril 1915, Max Bruchet reçoit la visite du capitaine Himmel, alors chef du service des Renseignements allemands, qui demande à visiter le dépôt et enquête à la demande du gouvernement italien sur l’état des collections de la maison de Savoie. Ce dernier est en effet intervenu auprès de la chancellerie impériale. Le 9 avril, Max Bruchet adresse une lettre au général gouverneur de Lille pour le rassurer39. Le 1er novembre 1918, le chanoine Frutaz, un ami italien, inspecteur des Monuments historiques à Aoste, donne la clé de cette intervention :

  • 40 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre du chanoine Frutaz à Max Bruchet, 1er novembre 1918.


« Je suis ravi que les archives soient sauvées et vous envie. Vous êtes-vous aperçu de quelques égards pour vos archives ? Quand j’ai appris vers la fin de 1914 l’occupation de Lille, j’ai pensé à vous. Connaissant la richesse des fonds et notamment la présence de documents relatifs à la maison de Savoie, j’ai écrit à Rome à un personnage haut placé que je connais bien. Ma lettre est allée jusqu’au ministre de la Guerre à Berlin qui répondit au ministre des Affaires étrangères italien avoir donné les instructions pour faire respecter les archives de Lille. Pour le moment, il est prudent de garder le silence sur ces démarches et je vous prie de ne pas en parler [La guerre n’est pas terminée ! Pour le moment Silence ! »40.

L’affaire hollandaise

40Le 12 mars 1917, Max Bruchet reçoit la visite de Théodore Demmler, directeur adjoint du musée Frédéric de Berlin, responsable du transfert programmé des œuvres d’art du musée de Lille à Valenciennes, qui s’enquiert, à la demande des autorités néerlandaises, de l’état des archives et des mesures de protection prises en raison de la proximité du front. À l’origine de cette affaire, une intervention, comme il le lui écrira en 1919, de l’archiviste de la province d’Utrecht. Au début de l’année 1917, ce dernier demande à son ami M. de Beaufort, historien et ancien ministre des Affaires étrangères, de prier son successeur, M. Landon, de s’adresser au gouvernement de Berlin, au sujet du dépôt de Lille. Le baron Gevers, ministre à Berlin, est mandaté pour ce faire. Les autorités allemandes font rédiger un rapport sur la situation des archives par Demmler après sa visite à Lille qui est transmis à M. de Beaufort en avril. L’archiviste général du Royaume à La Haye, M. Van Rymsdyck, de son côté, avait dressé un état annexé à la dépêche de M. de Beaufort en insistant sur le haut intérêt du fonds de la chambre des comptes de Lille. Demmler parle de la valeur considérable de ces documents et de l’intérêt manifeste des savants allemands et plaide pour un transfert. Il demande une note sur les précautions prises. Max Bruchet exige un ordre écrit et pendant deux heures fournit les éléments circonstanciés pour une réponse au gouvernement néerlandais :

  • bâtiment aménagé spécialement pour les archives,


  • isolé du voisinage par quatre rues,


  • muni de postes à incendie à tous les étages, installés en 1916 (test de pression, dévidement d’un rouleau montrant qu’il atteint tout l’étage),


  • fenêtres protégées par des châssis de fer garnis de verre armé,


  • après la mobilisation, encavement des documents de la chambre des comptes et ceux des fonds religieux (cinq voûtes superposées les protégeant) jusqu’au 12 février 1915,


    • 41 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit, 1918 et 3 T 1883, rapport sur la sauvegarde des coll (...)

    surveillance permanente du dépôt du fait de la présence de l’archiviste qui a son logement sur place et peut prendre les mesures immédiates qui s’imposent en cas de danger41.

L’évacuation vers Valenciennes

  • 42 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 6 juillet 191 (...)
  • 43 Idem.
  • 44 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport sur la sauvegarde des collections départementales de l’archivis (...)
  • 45 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport complémentaire de Max Bruchet pour la réunion du conseil généra (...)
  • 46 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : réponse de Max Bruchet au chanoine Frutaz, 20 novembre 1918.

41Le 6 mai 1917, Max Bruchet reçoit la visite insidieuse de Strieder, professeur à l’université de Leipzig, accompagné de l’archiviste de cette ville. Après une heure de travail, il demande si les archives anciennes forment une masse importante. Bruchet méfiant lui indique qu’il n’est pas dupe et qu’il est hostile à toute évacuation42. À la fin de novembre et au début de décembre 1917, de nouvelles approches sont faites, mais Max Bruchet tient bon. Il voit en revanche en Otto Cartellieri, professeur à l’université d’Heidelberg, attaché au service politique du gouvernement général de Belgique, lecteur des archives départementales du Nord entre 1906 et 1913, un adversaire autrement plus difficile. Otto Cartellieri est en effet chargé d’une mission de transfert des archives du front et en particulier des archives du Nord. Il prend contact avec Max Bruchet le 15 janvier 1918 et demande à visiter le dépôt. Un nouvel argumentaire est développé43 : difficulté de transférer 500 tonnes d’archives et de documents scellés ; seize bleuets logés à proximité pour un encavement rapide en cas de danger ; seul l’exode dans un pays neutre permettrait d’éviter le risque d’une destruction. Otto Cartellieri insiste alors sur la possibilité d’un choix de documents à transférer. Bruchet s’insurge et joue de la responsabilité de sa charge : il a le devoir de défendre l’intégrité des différents fonds qui lui ont été confiés. Le 28 janvier 1918, le général gouverneur de Lille effectue une visite que Bruchet note comme très « correcte ». Il décide de préparer le ré-encavement des collections et rend compte devant la commission spéciale du conseil général des mesures prises depuis le début de la guerre44. En octobre 1918, alors que les alliés avancent, le lieutenant Feulner, chargé de poursuivre le transfert à Valenciennes des collections du musée de Lille commencé par Demmler, demande si Bruchet a commencé l’encavement des archives historiques. Il est réalisé du 1er octobre, jour de l’évacuation des mobilisables, au 6 octobre 191845. Sage mesure puisque dans le même temps, les trésors accumulés du Nord et du Pas-de-Calais, ainsi que les archives de quarante-nuit communes et collections d’art publiques ou privées provenant des musées de Douai et de Cambrai font l’objet d’un transfert à Bruxelles46.

La fréquentation de la salle de lecture par les Allemands et les demandes de communications

  • 47 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 22 novembre 1 (...)

42Des érudits allemands font des recherches à caractère historique et généalogique, quand ils ne viennent pas en avant-poste comme le professeur Strieder et l’archiviste de Munich en mai 1917, ou le lieutenant Feulner en novembre de la même année pour voir « mes bulles d’or » - « on lui répond alors évasivement ! »47.

  • 48 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem, 6 juillet 1918.


43Le 27 mars 1917, le général Lebret-Nulvart, chancelier royal, fait une recherche sur sa famille qui fut chassée lors de la révocation de l’édit de Nantes. Apercevant la pendule, il signale son retard et rit quand Bruchet lui dit que c’était la seule vengeance qu’il puisse se permettre. Il évoque ses visites familiales chaque année en France avant la guerre et sa fiancée de nationalité française. « Encore un qui doit bénir la guerre » note Max Bruchet dans ses carnets48.

44Durant l’été 1918, le conservateur des archives de Munster, Philippi, souhaite obtenir des moulages de sceaux du XIIe siècle. En l’absence de matière première, il demande qu’on lui envoie les documents en communication en Allemagne. Refus motivé de l’archiviste par courrier :

  • le sigillographe est mobilisé depuis 1914 ;


  • les communications à l’étranger avec déplacement sont interdites ;


  • grave responsabilité que de demander le déplacement des pièces fragiles ;


  • le ministère de l’Instruction publique envoyait sur place le sigillographe des

45Archives nationales, Demay, auteur des grands catalogues de sceaux ;


    • 49 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport complémentaire de Max Bruchet pour la réunion du conseil généra (...)

    l’envoi d’un photographe par l’autorité occupante est la meilleure solution49.

46Le 3 septembre 1918, un soldat vient photographier les pièces.

  • 50 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 25 juin 1918. (...)

47En juin 1918, un soldat de la police militaire de Lille demande communication des listes électorales de la ville. Bruchet déclare qu’il ne les possède pas et que s’il les avait eues, il les aurait détruites, conscient que ces listes offrent le moyen de contrôler l’exactitude des cartes d’identité prescrites par l’autorité allemande : « pas d’incident », note-t-il50.

48Plus gênante est la demande d’un Feldwebel de la Kommandantur de Lille concernant les archives municipales de Lompret en juillet 1918. Max Bruchet refuse en l’absence d’un délégué de la commune. Le Feldwebel déclare que l’ordre de l’autorité allemande prime sur les lois françaises qui n’existent plus. Bruchet répond qu’il s’agit d’un dépôt et que seule l’autorité dépositaire peut autoriser la consultation. Le Feldwebel menace de revenir avec deux soldats. Suit l’échange suivant :

  • 51 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archhives pendant l’Occupation, 6 juillet 19 (...)

« Ce serait un geste qui manquerait d’élégance, je suis un archiviste de paix et non de guerre, il y a dix ans que je suis ici ». « Alors monsieur est historicien (sic) », « Oui », « Moi aussi, je prépose mes degrés pour être professeur d’histoire ». « L’incident n’a pas eu d’autre suite »51.

  • 52 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem.


49En novembre 1917, la visite d’un chef de bureau de la préfecture à l’annexe, accompagné d’un administré d’Haubourdin, révèle l’état d’esprit de l’archiviste. Il a cœur de toujours nier l’existence des archives modernes et veut toujours tenir la Kommandantur dans la persuasion qu’il n’y a que des documents historiques aux archives et que l’annexe comme le dépôt principal n’ont qu’un caractère scientifique, donc protégés par la convention de La Haye52.

50En conclusion, on peut qualifier l’action de Max Bruchet d’exemplaire et d’édifiante. Elle lui vaut des honneurs. Toutefois, le 4 novembre 1918, il ressent une certaine amertume qu’il consigne dans ses éphémérides :

  • 53 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem, 4 novembre 1918.


« Je suis invité à faire porter le drapeau du 6e chasseur à la préfecture où le lieutenant Hourlier vient le quérir. Il eut été digne de me laisser offrir l’étendard aux archives puisque j’avais assumé le danger de sa conservation pendant la période dangereuse des perquisitions. J’ai prié Mlle Lancien de bien vouloir porter l’étendard au cabinet du préfet »53.

  • 54 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem, janvier 1919.


51Le 17 janvier 1919, il est décoré de la Croix de guerre pour le sauvetage des archives du quartier général et la sauvegarde du drapeau du 6e chasseur54 et reçoit la Croix de chevalier de la Légion d’honneur le 20 septembre 1920 pour avoir défendu avec énergie et sauvé le dépôt des archives départementales du Nord.

  • 55 Arch. dép. Nord, 3 T, 1885 : projet d’article de Max Bruchet sur la situation des archives du Nord (...)
  • 56 Claude Lannette, « Les archives et les guerres : l’exemple du Nord », Plaisir d’archives, recueil d (...)

52Après la libération, Max Bruchet est très sollicité et participe à différentes commissions ministérielles : Commission des Monuments historiques pour l’évaluation des objets mobiliers enlevés ou détruits par l’ennemi, Commission supérieure des Archives. On le presse de toutes parts de rédiger un rapport sur la gestion des archives pendant l’Occupation, sur ses rapports avec les autorités allemandes et sur les mesures prises pour sauvegarder l’ensemble du dépôt. Mais Bruchet se montre réticent. Il accepte de dresser un rapport manuscrit dont une partie pourrait être publiée, l’autre restant confidentielle et secrète, et utilise pour ce faire les notes qu’il a tenues sur un agenda pendant la guerre. Ce rapport serait utile pour servir de directive à son successeur55. Piétresson de Saint-Aubin, archiviste du Nord de 1930 à 1965, n’a guère profité de cette expérience. Son attitude, dictée par la prudence dès avant les accords de Munich, et la décision du ministère de l’Éducation nationale d’évacuer les trésors artistiques et documentaires situés trop près de la frontière et dans les villes offrant des objectifs militaires et industriels trop importants, l’amènent en septembre 1939 à une solution de repli vers la Bretagne et la répartition des archives en trois châteaux56.

53Qu’en est-il aujourd’hui de la protection des dépôts d’archives ? La convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé adoptée à La Haye, en 1954, à la suite des destructions massives infligées au patrimoine culturel au cours de la seconde guerre mondiale, qui fait suite aux conventions de La Haye de 1899 et 1907 et au pacte de Washington du 15 avril 1935, prévoit dans son article 3 que les « Hautes Parties contractantes s’engagent à préparer, dès le temps de paix, la sauvegarde des biens culturels situés sur leur propre territoire contre les effets prévisibles d’un conflit armé, en prenant les mesures qu’Elles estiment appropriées ».

54Pour encourager la mise en œuvre des dispositions de la convention, un Comité international du Bouclier bleu (ICBS) a été créé en 1996 à l’initiative conjointe des archives (ICA), bibliothèques (IFLA), musées (ICOM), monuments et sites (ICOMOS). Le Bouclier bleu est l’équivalent de la Croix rouge pour le domaine culturel. C’est aussi le symbole, en forme d’écu écartelé en sautoir d’azur et d’argent, de la convention de La Haye (article 16) qui, apposé sur certains édifices, les protège. Un comité français du Bouclier bleu (CFBB) a été créé en juin 2001 sous la forme d’une association régie par la loi de 190157. Il a pour objectif de traiter de protection non seulement en cas de guerre ou d’émeute, mais aussi en cas de catastrophes naturelles. Une première réunion de sensibilisation au Bouclier bleu est prévue le 8 avril 2005 à Toulouse. Elle a pour ambitions de rassembler des professionnels et des élus, de constituer des groupes régionaux et de prévoir les formations à l’élaboration des plans d’urgence ainsi que la constitution d’équipes et de moyens collectifs de lutte. Une association dénommée Archivistes sans frontières (ASF) est également en cours de constitution. Il s’agit d’une organisation non gouvernementale dont les objectifs sont similaires à ceux du Bouclier bleu.

55En France, chaque archiviste est tenu réglementairement d’établir le récolement des fonds dont il a la charge en vertu de la circulaire AD 97-4 du 1er septembre 1997. Cette circulaire prévoit la rédaction d’une Note sur les mesures de sécurité et de conservation préventive58 qui doit être établie de manière synthétique et préciser les éléments suivants :

  • les fonds ou collections, dont l’évacuation est prévue de manière prioritaire en cas de sinistre ;

  • les circuits d’évacuation aménagés dans les bâtiments ;


  • les mesures de caractère réglementaire qui ont été adoptées et les équipements particuliers dont bénéficient les magasins pour protéger les documents contre l’intrusion de personnes extérieures au service, contre l’incendie, l’inondation, les variations climatiques, la poussière et la lumière.

56Il s’agit là de mesures de prévention qui doivent permettre aux archivistes de ne pas être pris au dépourvu quelles que soient les circonstances.

Fig. 3. Éphémérides du service des archives pendant l’Occupation Notes de Max Bruchet, 1914-1918


Fig. 3. Éphémérides du service des archives pendant l’Occupation Notes de Max Bruchet, 1914-1918


(Arch. dép. Nord, 3 T 1883)

Haut de page

Notes

1 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport sur la sauvegarde des collections départementales de l’archiviste départemental au préfet et à la délégation du conseil général réunie le 25 janvier 1918, lu dans le cabinet du préfet établi le 17 janvier par Max Bruchet.

2 Arch. dép. Nord, 3 T 1883.


3 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit.


4 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre de l’architecte en chef du département, 11 janvier 1916.

5 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, février 1918.

6 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport complémentaire de Max Bruchet du 24 octobre 1918 pour la réunion du conseil général prévue le 26 octobre 1918.

7 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : enveloppe contenant un récolement sommaire des archives.

8 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport complémentaire de Max Bruchet du 24 octobre 1918 pour la réunion du conseil général prévue le 26 octobre 1918.

9 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre du préfet du Nord par intérim, 18 octobre 1918.


10 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : projet d’article de Max Bruchet sur la situation des archives du Nord dans la guerre.

11 Arch. dép. Nord : Éloge à Max Bruchet, 1929.

12 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre de Max Bruchet au maire de Lille, 24 juillet 1917.


13 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 30 juillet 1917.


14 Arch. dép. Nord : Éloge à Bruchet, 1929.


15 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : dépôt pour préservation des opérations de guerre ou à l’abri des réquisitions.

16 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : note de l’archiviste départemental du Nord relative à l’évacuation des communes du front de l’arrondissement de Lille, 4 juillet 1917.

17 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 6 septembre 1917.

18 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit, 1918.


19 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre du sous-préfet d’Avesnes faisant fonction de préfet du Nord au président de la commission administrative des Hospices, 12 septembre 1917.


20 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit, 1918.


21 Claude Lannette, « Les archives et les guerres : l’exemple du Nord », Plaisir d’archives, recueil de travaux offerts à Danièle Neirinck, 1997, p. 285-300.

22 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre de Max Bruchet au chanoine Frutaz, 20 novembre 1918.

23 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre de Max Bruchet au préfet du Nord, 5 octobre 1918.


24 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit, 1918.


25 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre à Brackers d’Hugo, adjoint au maire de Lille, 20 mai 1917.

26 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport de Bruchet sur la reconstitution des archives de la ville de Lille, 21 septembre 1917.


27 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre de Bruchet au préfet du Nord, 5 octobre 1918.

28 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : note de Max Bruchet remise au sous-préfet d’Avesnes faisant fonction de préfet. Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’occupation, 3 août 1914, et lettre du 27 mai 1916 à M. Desrousseaux, chef de division à la préfecture.

29 Arch. dép. Nord, 3 T 1886 : lettre au préfet, 4 avril 1917.

30 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre de Max Bruchet au directeur des services financiers de la mairie de Lille, 8 juin 1917.


31 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 26 novembre 1917.


32 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem, 14 mars 1918.


33 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre au secrétaire général du Comité de ravitaillement de Lille, 11 juillet 1917.

34 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : lettre à M. Desrousseaux, chef de division à la préfecture, 27 mai 1916.

35 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : note de Max Bruchet, 10 avril 1917.

36 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit de Max Bruchet, 1918.


37 Arch. dép. Nord, 3 T.


38 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 14 juin 1917.


39 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport sur la sauvegarde des collections départementales de l’archiviste départemental au préfet et à la délégation du conseil général réunie le 25 janvier 1918, lu dans le cabinet du préfet et établi le 17 janvier par Max Bruchet.

40 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : lettre du chanoine Frutaz à Max Bruchet, 1er novembre 1918.


41 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : rapport manuscrit, 1918 et 3 T 1883, rapport sur la sauvegarde des collections départementales de l’archiviste départemental au préfet et à la délégation du conseil général réunie le 25 janvier 1918, lu dans le cabinet du préfet et établi le 17 janvier par Max Bruchet.

42 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 6 juillet 1918.

43 Idem.

44 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport sur la sauvegarde des collections départementales de l’archiviste départemental au préfet et à la délégation du conseil général réunie le 25 janvier 1918, lu dans le cabinet du préfet et établi le 17 janvier par Max Bruchet.


45 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport complémentaire de Max Bruchet pour la réunion du conseil général prévue le 26 octobre 1918, 24 octobre 1918.

46 Arch. dép. Nord, 3 T 1885 : réponse de Max Bruchet au chanoine Frutaz, 20 novembre 1918.

47 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 22 novembre 1917.

48 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem, 6 juillet 1918.


49 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : rapport complémentaire de Max Bruchet pour la réunion du conseil général prévue le 26 octobre 1918, 24 octobre 1918.


50 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archives pendant l’Occupation, 25 juin 1918.


51 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : éphémérides du service des archhives pendant l’Occupation, 6 juillet 1918.

52 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem.


53 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem, 4 novembre 1918.


54 Arch. dép. Nord, 3 T 1883 : idem, janvier 1919.


55 Arch. dép. Nord, 3 T, 1885 : projet d’article de Max Bruchet sur la situation des archives du Nord dans la guerre.


56 Claude Lannette, « Les archives et les guerres : l’exemple du Nord », Plaisir d’archives, recueil de travaux offerts à Danièle Neirinck, 1997, p. 285-300.

57 http://www.ica.org.58/%22%22

58 http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/fr/archivistique/index.html, rubrique Récolement des fonds.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Portrait de Max Bruchet, aux archives du Nord, début XXe siècle
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/159/img-1.png
Fichier image/png, 366k
Titre Fig. 2. Consignes de déménagement laissées par Max Bruchet, octobre 1918.
Crédits Arch. dép. Nord, 3T 1885.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/159/img-2.png
Fichier image/png, 976k
Titre Fig. 3. Éphémérides du service des archives pendant l’Occupation Notes de Max Bruchet, 1914-1918

Crédits (Arch. dép. Nord, 3 T 1883)
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/159/img-3.png
Fichier image/png, 954k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Doom, « Les archives du Nord en guerre : une citadelle bien défendue (1914-1918) », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 151-167.

Référence électronique

Vincent Doom, « Les archives du Nord en guerre : une citadelle bien défendue (1914-1918) », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/159

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org