Navigation – Plan du site
Troisième partie : Les archivistes
Quelques grandes figures

Armand Louant, conservateur des Archives de l’État à Mons (1941-1970), et la reconstitution des collections après l’incendie du dépôt en 1940

Pierre-Jean Niebes
p. 177-186

Texte intégral

  • 1 Commune actuellement située dans la province du Brabant flamand, en bordure de Bruxelles, où existe (...)
  • 2 W. De Keyzer, notice dans Nouvelle biographie nationale, Bruxelles, 2001, t. 6, p. 282-284 ; R. Wel (...)

1Né à Drogenbos1 le 18 février 1905, Armand Louant étudie à l’université catholique de Louvain et obtient le diplôme de docteur en histoire moderne en juillet 1927 et en philologie romane en 1929. Membre de l’Institut historique belge de Rome, il travaille aux Archives vaticanes de septembre 1929 à décembre 1930. Il entre aux Archives générales du Royaume en qualité de stagiaire le 1er janvier 1931, se marie le 19 septembre à Woluwé-Saint-Lambert et est nommé archiviste paléographe aux archives de l’État à Mons à partir du 31 décembre de la même année2.

  • 3 Docteur en histoire de l’université de Liège, élève du médiéviste Godefroid Kurth, nommé conservate (...)

2Mobilisé le 10 mai 1940, Armand Louant est fait prisonnier de guerre et envoyé en Allemagne, mais sa naissance en terre flamande lui permet d’être libéré rapidement. Il est de retour à Mons le 23 janvier 1941 et assume les fonctions de conservateur à partir du 1er novembre 1941, en remplacement d’Armand Carlot3, admis à la retraite. Il est nommé au grade de conservateur par un arrêté du Secrétaire général en date du 22 décembre 1941, confirmé par le Prince Régent le 30 avril 1945.

  • 4 D’abord nommé chef de travaux à la date du 1er avril 1965, il devient chef du département Mons-Namu (...)
  • 5 Arrêté royal du 11 février 1969. Arch. générales Royaume, Archives du secrétariat, dossier personne (...)

3La démission de ses fonctions de chef de département « Hainaut-Namur »4 lui est accordée à partir du 1er mars 19705. Il est décédé à Walhain-Saint-Paul le 12 septembre 1985, à l’âge de 80 ans.

L’importance des pertes subies en mai 1940

4Le 14 mai 1940, le dépôt des archives de l’État à Mons est touché par les bombes incendiaires de l’aviation allemande. Le conservateur Armand Carlot assiste impuissant à la propagation de l’incendie qui dévore les collections.

  • 6 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 786 : lettre à un journaliste, 20 septembre 1951.
  • 7 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 1000 : lettre du 17 février 1953.

  • 8 A. Louant, « La grande pitié des archives de l’État à Mons », Miscellanea historica Alberti De Meye (...)

5La perte d’environ deux tiers des archives après le bombardement du dépôt constitue, aux yeux d’Armand Louant, « la plus grande perte que la Belgique ait éprouvée au cours de son histoire, dans le domaine des sciences morales »6. Il considère que « cette perte dépasse largement en importance la double destruction (en 1914 et en 1940) de la bibliothèque de Louvain »7. La plupart des archives perdues dataient de l’Ancien Régime. En matière d’archives judiciaires, ont disparu les dossiers de procès jugés du XIVe au XVIIIe siècle par la cour souveraine de Hainaut, les actes des cours de justice locales et des greffes scabinaux. En matière d’archives ecclésiastiques, les pertes subies touchent aussi bien les archives de l’évêché de Tournai et du chapitre de Sainte-Waudru que celles des couvents, soit un total de 175 institutions religieuses8.

6Dès 1941, Armand Louant se met en quête d’archives publiques, avec une attention particulière et originale à l’égard des documents relatifs à l’histoire économique et sociale du Hainaut au XIXe siècle.

La collecte d’archives publiques

Archives communales

  • 9 A. Louant, R. Doehaerd, Inventaire des archives de la commune de Jemappes, 1335-1914, Gembloux, 194 (...)
  • 10 Née à Bruxelles le 15 juillet 1913, Renée Doehard est nommée archiviste paléographe aux archives de (...)

7En 1941, Armand Louant obtient le dépôt des riches archives communales de Jemappes, de 1335 à 1914, et en dresse l’inventaire9 avec Renée Doehaerd, archiviste paléographe10. En 1942, ce sont les communes de Dour et Wasmes qui versent leurs archives. En 1943, les archives de la ville de Chièvres sont déposées et inventoriées.

  • 11 Arch. État Mons, Archives du secrétariat : rapport annuel de 1941.
  • 12 J. Pieyns, « L’inventoriage des fonds et collections d’archives en Belgique », dans Actes de la sec (...)

8Dans son rapport annuel de 1941, il suggère à l’archiviste général la publication de l’inventaire des archives de la commune de Jemappes parce qu’« un tel inventaire imprimé pourrait servir de base aux négociations qui devront être entreprises ultérieurement avec les autres communes du Hainaut »11. Il est publié l’année suivante. Premier du genre, cet inventaire moderne d’archives communales fournit un plan de classement qui sera appliqué ensuite à tous les inventaires d’archives communales réalisés par les archives de l’État en Belgique12.

  • 13 Mémorial administratif de la province de Hainaut, n ̊ 130, 1er octobre 1945, p. 1213-1215.

  • 14 Elles étaient conservées dans la chapelle des Visitandines, attenante au dépôt, et ont subi le même (...)

9Dès l’époque de la Libération, dans le contexte délicat de la campagne de récupération des « vieux papiers » menée par le ministère des Affaires économiques, il intervient suite à la vente par certaines communes de leurs archives à des chiffonniers. Il obtient le soutien du gouverneur de la province, Émile Cornez, qui, le 21 septembre 1945, adresse une circulaire aux bourgmestres13. Il y rappelle la nécessité de demander l’avis du conservateur des archives de l’État avant toute destruction ou vente d’archives communales. Cette mesure de préservation est justifiée par la perte de la totalité des archives du gouvernement provincial de 1830 à 1920, également détruites en 194014.

  • 15 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 1653, A. Louant, « Centralisation ou décentralisati (...)

10Louant plaide pour la centralisation des archives communales au dépôt de Mons. La centralisation est à ses yeux une nécessité scientifique : « il est impensable », argumente-t-il, « qu’un savant désirant faire un travail d’ensemble sur un point quelconque de l’histoire communale, soit obligé en Hainaut de parcourir toutes les localités de cette région et de s’y présenter aux rares heures d’ouverture de la plupart des bureaux »15.

  • 16 Ibid.
  • 17 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, dossiers administratifs, n ̊ 80 : loi sur les archives.

11L’article 100 de la loi communale confie la garde des documents au collège des bourgmestres et échevins. Son expérience en matière d’inspection d’archives communales l’a convaincu qu’« il n’est pratiquement pas possible aux communes de conserver les témoins écrits de leur passé »16. En effet, conservées dans des locaux non appropriés, trop exigus, les archives communales sont rarement accessibles et souvent vouées à disparaître, au gré des déménagements successifs. En raison de cette incurie des administrations communales, il affirme que « l’histoire locale, spécialement celle du XIXe siècle, sera dans bien des cas plus difficile à faire que celle du XVe siècle »17.

Les registres paroissiaux

12Le sort des registres paroissiaux d’Ancien Régime le préoccupe également. Il estime que ces documents précieux sont en danger dans les communes. Lorsqu’ils sont égarés, il les traque dans les cures, chez l’instituteur ou le garde-champêtre et les retrouve même parfois chez le boulanger du lieu !

  • 18 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 1488 : lettre au curé de Gallaix, 27 mars 1957.

13Il retrouve ainsi les anciens registres paroissiaux de Gallaix à la cure et explique au curé qu’il ne peut les garder, car « en vertu de la loi de 1796 relatif à l’état civil, ils ont été déposés à la maison communale. Un de vos prédécesseurs aura probablement fait un emprunt et aura négligé de les remettre »18.

14Pour obtenir le versement des registres paroissiaux par les communes, il s’appuie sur une circulaire du ministre de l’Intérieur datée du 7 avril 1927 autorisant celles-ci à les déposer aux archives de l’État.

  • 19 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 308.


15Au 1er décembre 1947, les archives de l’État à Mons avaient en dépôt les anciens registres paroissiaux de 132 des 443 communes que comptait la province ou plus exactement de 112 des 407 paroisses que comptait ce territoire sous l’Ancien Régime. En mars 1956, suite au dépôt effectué par seize nouvelles communes, le nombre de série de registres paroissiaux s’élève à 148 sur les 443 communes de la Province19.

16En 1958 a lieu le versement des doubles des registres paroissiaux (relatifs à la seconde moitié du XVIIIe siècle), en possession des greffes des tribunaux de première instance de la province.

Les archives notariales

  • 20 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 864 : lettre à l’archiviste général, 14 juin 1952.

17Le versement des protocoles notariaux de plus de cent ans sera encouragé par la loi du 5 juillet 1963. Louant s’intéresse beaucoup au sort des documents d’Ancien Régime en possession des notaires, tels que les documents de greffes échevinaux, d’anciennes communautés ou juridictions rurales ou urbaines et ceux provenant d’institutions religieuses supprimées par les lois révolutionnaires. Il cite l’exemple d’un cartulaire de l’abbaye d’Épinlieu détenu par un notaire de Mons20.

Les archives judiciaires

18Dès 1941, sont versés les archives du greffe civil et du greffe correctionnel du tribunal de première instance de Mons et, en 1942, les dossiers du tribunal de commerce de Mons.

  • 21 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 218 : lettre du 6 octobre 1945.


19Armand Louant voit dans les archives judiciaires, notamment les dossiers correctionnels, une source précieuse pour l’histoire des conflits sociaux qui ont marqué le Hainaut, épicentre régional de la révolution industrielle au XIXe siècle21.

La loi sur les archives

  • 22 Camille Tihon (1890-1972), archiviste général du Royaume, octobre 1939-juin 1955. Voir C. Wyffels, (...)
  • 23 Arch. État Mons : rapport annuel de 1945.
  • 24 Léo Collard, né à Aulnoit le 11 juillet 1902, décédé à Mons le 27 janvier 1981. Docteur en droit de (...)
  • 25 Arch. État Mons : rapport annuel de 1945, lettre de Louant à l’archiviste général, 19 janvier 1946.

20Dès 1945, confronté aux conséquences désastreuses pour les archives communales de la campagne de récupération des vieux papiers, Louant est convaincu de la nécessité de légiférer afin de mettre fin à « l’incapacité juridique de l’administration des archives d’empêcher des destructions massives ». Avec le soutien de l’archiviste général du Royaume, Camille Tihon22, il envisage d’instituer l’inspection décennale « qui mettrait pratiquement les archives des communes et des administrations de l’État sous notre contrôle, avec faculté pour les communes de déposer leurs documents au dépôt de l’État »23. En janvier 1946, il entre en contact avec le député socialiste montois Léo Collard24, qui se dit prêt à soutenir un projet de loi en ce sens25. Cette première démarche n’aboutira pas.

  • 26 De 1919 à 1921, étudiant, Pierre Couneson collabore à la rédaction de L’Avant-Garde, organe officie (...)
  • 27 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 546 : lettre du 29 septembre 1949.


21En septembre 1949, le député de Mons Pierre Couneson26, avocat et ami personnel de Louant, est pressenti pour être le promoteur d’une loi sur les archives27. Mais sa carrière parlementaire sera trop brève pour mener à bien ce projet, repris quelques années plus tard.

  • 28 Née à Saint-Ghislain le 29 juillet 1922, Andrée Scufflaire est nommée archiviste paléographe aux ar (...)
  • 29 Jean Rolland, né à Saint-Ghislain en 1909, diplômé régent littéraire en 1930, professeur dans l’ens (...)

22En mars 1952, en effet, Louant rédige un règlement en quinze points pour servir de base à un projet de loi sur les archives. Par l’intermédiaire d’Andrée Scufflaire, jeune archiviste paléographe aux archives de l’État à Mons28, habitant Saint-Ghislain, ce texte est proposé au sénateur socialiste hainuyer Jean Rolland (1909-1956), un habitué des archives, pédagogue et historien de formation, bourgmestre de Saint-Ghislain29. Louant joint au dossier un exemplaire de la législation hollandaise (loi du 17 juin 1918), du décret français du 21 juillet 1936 et de la loi italienne du 22 décembre 1939.

  • 30 Né à Bruxelles le 16 mars 1911, Pierre Harmel étudie à l’université de Liège de 1928 à 1933 et devi (...)
  • 31 C. Tihon, « La loi sur les archives », dans Archives, Bibliothèques et Musées de Belgique, Bruxelle (...)

23La proposition de loi relative aux archives du sénateur Rolland est présentée au Sénat lors de la séance du 7 mai 1952. Elle est examinée par la commission de l’Instruction publique du Sénat qui présente un texte amélioré. Ce texte prévoit que les documents de plus de 100 ans conservés par les tribunaux, les administrations d’État et les provinces seront déposés aux archives de l’État. Les documents de plus de 100 ans produits par les communes (et les établissements publics dont les fabriques d’église) pourront être déposés. Cette distinction a été introduite par le ministre de l’Instruction publique, Pierre Harmel30, qui s’est posé en défenseur de l’autonomie communale : le projet de loi initial rendait, en effet, obligatoire le dépôt aux archives de l’État de toutes les archives publiques de plus de 100 ans31. Le dépôt d’archives communales est autorisé par la loi, mais n’est rendu obligatoire que lorsque les conditions de conservation ne sont pas jugées satisfaisantes par l’archiviste chargé d’inspecter les documents produits par les autorités publiques.

  • 32 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, dossiers administratifs, n ̊ 80.

24Dans une lettre adressée au sénateur Rolland le 7 juin 195232, Louant regrette que le projet de loi ne contienne rien de précis en ce qui concerne le versement aux archives de l’État des registres paroissiaux, des protocoles de notaires de plus de cent ans et des documents de juridictions antérieures à 1796 que ceux-ci détiennent encore de fait.

25Dans son édition du 14 juin 1952, le journal La Dernière Heure s’oppose à ce projet. Elle voit dans la centralisation « un bon système pour détruire tous les documents d’un coup dans un incendie ou sous une bombe » et craint une « nouvelle inflation bureaucratique » avec la nomination d’inspecteurs d’archives. En réponse à ces critiques, A. Louant inspire un article publié sous le nom du député social-chrétien Hilaire Willot dans le journal La Nation belge en date du 19 juillet 1952. Il s’inscrit en faux contre l’accusation de créer un corps de nouveaux fonctionnaires, « le cadre scientifique des archivistes est aussi vieux que la Belgique indépendante, il constitue une élite universitaire qui se dévoue corps et âme » ( !) et défend la centralisation : « il suffit de prévoir de bons abris en cas de guerre ».

  • 33 Moniteur belge du 12 août 1955, p. 4900-4901.

26La proposition de loi est discutée au Sénat lors de la séance du 26 novembre 1952, en présence du ministre responsable, le social-chrétien Pierre Harmel, ministre de l’Instruction publique. Elle est adoptée le lendemain, 27 novembre 1952. Cependant, il faudra attendre juin 1954 avant que la proposition passe à la Chambre des représentants, où elle ne sera finalement discutée et adoptée qu’au cours de la session suivante, lors des séances des 22 et 23 juin 195533 et revêtue de la signature royale le 24 juin 1955.

  • 34 D. Van Overstraeten, « L’application de la loi relative aux archives : le cas des communes et des p (...)
  • 35 Émile Cornez est né à Dour le 6 avril 1900, décédé à Casteau le 24 juillet 1967, il fut gouverneur (...)
  • 36 Mémorial administratif de la province de Hainaut, 29 janvier 1962, 6, p. 59-60.


27En application de cette loi sur les archives, A. Louant est chargé d’une campagne d’inspection systématique des archives communales : il visitera plus de 250 communes du Hainaut (sur un total de 443 en 1961, avant fusion)34. En janvier 1962, suite à ses visites d’inspection, il inspire au gouverneur de la province de Hainaut, Émile Cornez35, une circulaire dans laquelle ce dernier recommande aux communes de faire appel aux archives de l’État avant de faire procéder à tout classement de leurs archives par une firme spécialisée. L’archiviste pourra ainsi en extraire les documents d’intérêt historique. Le gouverneur rappelle aux communes qu’elles sont autorisées à verser ces documents au dépôt de l’État à Mons où ils seront conservés et inventoriés sans frais. Il leur recommande également de déposer les registres paroissiaux qu’elles détiennent36.

28La loi belge de 1955 sur les archives légalise aussi la conservation par les archives de l’État de documents d’origine privée, particulièrement chers aux yeux d’Armand Louant.

La centralisation des archives privées

Les archives de familles nobles

  • 37 A. Louant, Fonds d’Andelot. Inventaire analytique, Mons, 1937.

  • 38 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 1653, A. Louant, « Centralisation ou décentralisati (...)

29Au début de sa carrière à Mons dans les années trente, Armand Louant a classé les archives de la famille d’Andelot37 et, après la guerre, son ambition est de faire du dépôt de Mons les « archives générales de la noblesse hennuyère »38.

  • 39 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 385 : lettre du 27 novembre 1947.

  • 40 A. Louant, « Souvenirs d’un archiviste paléographe, conservateur des archives de l’État à Mons, 193 (...)
  • 41 Les archives des ducs de Croÿ, déposées aux archives de l’État à Mons et dont l’inventaire fut ache (...)

30En novembre 1947, l’Association de la noblesse du royaume de Belgique se réunit à Mons, dans les locaux des archives de l’État. Dans sa lettre d’invitation, le comte Pierre de Lichtervelde (de Soignies), vice-président de l’association, précise aux membres : « Il y a un intérêt moral pour la noblesse de mettre fin à la destruction lente mais certaine dans les greniers de nos propriétés, de tant de renseignements intéressants qui établissent, pour la plupart, les services que les nôtres ont autrefois rendus à la chose publique »39. À l’issue de cette réunion, un questionnaire relatif à leurs archives de famille est envoyé à tous les membres hainuyers, leur demandant s’ils sont disposés à laisser examiner leurs archives par A. Louant et éventuellement à les déposer. Le déposant garde la propriété des archives qui seront classées et feront l’objet d’un inventaire « dans un délai raisonnable ». Outre les dépôts définitifs, la possibilité de contrats de dépôt automatiquement renouvelables après 25 ans est proposée40. La réalisation d’un inventaire imprimé de ses archives assurera une nouvelle notoriété à la famille. Elle seule fixe les délais de communicabilité des documents. Cette initiative suscitera le versement de plusieurs fonds de famille, dont ceux des familles de Croÿ41 et de Gendebien.

  • 42 W. De Keyzer, Inventaire des archives de La Boëssière-Thiennes, Bruxelles, 1983.


31C’est dans ce même but qu’il fonde en septembre 1954 à Mons un Comité des archives de la noblesse belge, émanation de l’Association de la noblesse. Ce comité de sauvegarde est présidé par le marquis de la Boëssière-Thiennes, qui donnera lui-même l’exemple en confiant les importantes archives de sa famille aux archives de l’État42.

32Armand Louant multiplie dès lors les contacts et les visites aux châtelains avec pour objectif l’inspection de tous les châteaux occupés par des membres de l’association. Ainsi, par exemple, en novembre 1957, il est introduit par la princesse Élisabeth de Croÿ auprès de sa tante la princesse de Caraman-Chimay qui le reçoit à Paris, en vue de récupérer les archives du château de Beaumont.

  • 43 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 498 : lettre à l’archiviste général, 13 novembre 19 (...)

33Il sillonne le Hainaut à bord de sa voiture personnelle (une Ford de luxe) et à ses frais. En effet, le ministère de l’Instruction publique ne rembourse que les déplacements effectués au moyen des transports publics. Or, comme il explique à l’archiviste général, « en Hainaut, les châteaux sont bâtis à la campagne. Ces châteaux sont toujours très difficiles à atteindre et les châtelains sont des hôtes chez lesquels on ne se présente pas quand on veut. Il convient d’être à leur disposition, de se présenter correctement et d’accepter éventuellement leur hospitalité. Tout cela ne peut se faire en train ou en tram »43. Il n’obtiendra le remboursement de ses frais, qu’il réclame au ministère de l’Instruction publique dès 1948, qu’à partir de 1955.

Les archives d’entreprises

  • 44 Annales du 33e congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique tenu à Tournai, du (...)
  • 45 Le 9 février 1959, sous la pression de la Haute Autorité de la Communauté européenne pour le charbo (...)
  • 46 Arch. État Mons, État des fonds, dossier 5, Brufina : lettre à l’archiviste général, 9 mars 1959.

34Dès 1949, A. Louant sensibilise les gérants de charbonnages au sujet de la conservation des archives industrielles44. En mars 1959, alors que la menace de fermeture de plusieurs charbonnages du Borinage se précise45, afin que leurs archives échappent à la destruction46, il intervient auprès de l’Association houillère par l’intermédiaire de l’ingénieur Culot, inspecteur général des charbonnages du groupe de la Banque de Bruxelles et conseiller du gouvernement.

  • 47 Étienne Sabbe (1901-1969), archiviste général du Royaume du 22 novembre 1955 au 29 février 1968. Vo (...)
  • 48 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 2190 : lettre de l’archiviste général, 5 décembre 1 (...)
  • 49 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 2205 : lettre d’Étienne Sabbe au directeur général (...)

35À cette époque, l’archiviste général du Royaume, Étienne Sabbe47, inspire une politique active en matière de prospection d’archives de grandes entreprises remontant au XIXe siècle48 : charbonnages, usines métallurgiques, verreries. Les archives déposées restent la propriété des entreprises d’origine, font l’objet d’un inventaire et ne seront consultables qu’après un délai de 50 ans49.

  • 50 D. Van Overstraeten, « Les archives de l’État en Belgique et les archives d’entreprises. Bilan et p (...)
  • 51 Arch. État Mons, État des fonds, dossier 8, charbonnage de Mariemont-Bascoup : lettre à l’archivist (...)

36Dans le contexte difficile de la fermeture des charbonnages du Borinage, Étienne Sabbe prend contact avec les directions de charbonnages en liquidation qu’Armand Louant visite ensuite, ce qui suscite de nombreux versements50. Armand Louant se charge du tri : seuls les documents de synthèse tels que les registres de procès-verbaux des conseils d’administration et les bilans comptables sont conservés51.

La reconstruction du dépôt

  • 52 W. De Keyzer, « Archives de l’État à Mons », dans Het Rijksarchief in België. Les archives de l’Éta (...)

37Les archives de l’État occupaient depuis 1872 l’ancien couvent des filles de Sainte-Marie ou de la Visitation, dont la construction débuta en 1651. Le 14 mai 1940, les bombes incendiaires dévastent l’aile nord ainsi que les étages supérieurs des ailes est et ouest. Les cloîtres, voûtés en plein cintre et pavés par le dessus, ont été préservés du feu, de même que les caves52.

  • 53 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, rapport annuel 1941 : lettre à l’archiviste général Tihon (...)
  • 54 A. Louant, « Souvenirs... », op. cit., p. 489-504.

38Après l’incendie, un immeuble situé sur la même place (au n° 30 de la place du Parc) est mis rapidement à la disposition du service par l’administration des Ponts et Chaussées : il abrite la salle de lecture et les bureaux. Les archives sauvées sont conservées dans l’ancien dépôt (au n° 23 de la place du Parc), dont les salles du rez-de-chaussée des deux ailes du cloître (est-ouest) épargnées par l’incendie, sont munies de rayonnages métalliques. Un grand poêle muni de buses, placé dans le cloître, assure le chauffage des collections en hiver. Dès son retour en janvier 194153, Armand Louant enferme par sécurité dans des coffres en bois les riches collections des cartulaires et obituaires ainsi que les actes et comptes de la trésorerie des comtes de Hainaut et les archives anciennes de la ville de Mons, qui avaient été remisées dans le grenier d’une maison voisine depuis l’incendie. Il les fait transporter dans les caves voûtées de l’ancien dépôt. En avril 1944, en vue de se protéger des bombardements alliés, tous ces fonds anciens sont dispersés et mis à l’abri dans les caves de l’hôtel de ville et dans les galeries des coffres d’une ancienne banque54.

39Des plans de reconstruction des bâtiments administratifs ainsi que de la conciergerie ont été dressés dès 1941. Suite à une décision de l’autorité allemande du 7 août 1942, la reconstruction du dépôt des archives est reportée sine die. En janvier 1943, des représentants du ministère des Travaux publics et de la Commission royale des monuments et sites, venus examiner la situation sur place, décident que l’hôtel des archives sera restauré après la guerre.

40À la fin de l’année 1945, les plans et les cahiers des charges sont établis pour les deux phases de reconstruction prévues. Les travaux de reconstruction débutent en février 1948. Dans l’attente, en 1947, les bureaux et une grande partie des documents ont été transférés dans un hôtel de maître sis au n° 32 de la place du Parc, réquisitionné par l’État.

Haut de page

Notes

1 Commune actuellement située dans la province du Brabant flamand, en bordure de Bruxelles, où existent des facilités linguistiques pour les francophones depuis 1963.

2 W. De Keyzer, notice dans Nouvelle biographie nationale, Bruxelles, 2001, t. 6, p. 282-284 ; R. Wellens, « In memoriam Armand Louant (1905-1985) », Archives et Bibliothèques de Belgique, t. 58, n ̊ 1-2, Bruxelles, 1987, p. 739-743 ; G. Wymans, « Archives de l’État à Mons », dans Les Archives de l’État dans les provinces. Aperçu des fonds et collections. II. Les provinces wallonnes, Bruxelles, 1975, p. 173-180.

3 Docteur en histoire de l’université de Liège, élève du médiéviste Godefroid Kurth, nommé conservateur par arrêté royal du 23 décembre 1930.

4 D’abord nommé chef de travaux à la date du 1er avril 1965, il devient chef du département Mons-Namur au 1er janvier 1969.

5 Arrêté royal du 11 février 1969. Arch. générales Royaume, Archives du secrétariat, dossier personnel d’A. Louant.

6 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 786 : lettre à un journaliste, 20 septembre 1951.

7 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 1000 : lettre du 17 février 1953.


8 A. Louant, « La grande pitié des archives de l’État à Mons », Miscellanea historica Alberti De Meyer, Louvain, 1946, t. 2, p. 1341-1354.


9 A. Louant, R. Doehaerd, Inventaire des archives de la commune de Jemappes, 1335-1914, Gembloux, 1942.


10 Née à Bruxelles le 15 juillet 1913, Renée Doehard est nommée archiviste paléographe aux archives de l’État à Mons par arrêté royal du 12 décembre 1939. Elle est mutée à Bruxelles par arrêté du 23 décembre 1942, elle y restera jusqu’en 1958. Elle enseigne l’histoire médiévale à la Vrije Universiteit Brussels de 1968 à 1984 et est l’auteur de la synthèse Le haut Moyen Âge occidental. Économies et Sociétés, Paris, PUF, 1971, coll. « Nouvelle Clio ». Cf. R. Doehaerd, Œconomica medievalia, Bruxelles, 1984, p. 5-20. Elle est remplacée aux archives de l’État à Mons par M.-A. Arnould, nommé par un arrêté du 3 décembre 1942, démissionnaire par arrêté du Prince royal du 28 avril 1951 pour occuper le poste de conservateur de la bibliothèque de l’université de Mons.

11 Arch. État Mons, Archives du secrétariat : rapport annuel de 1941.

12 J. Pieyns, « L’inventoriage des fonds et collections d’archives en Belgique », dans Actes de la section archivistique du 5e congrès des cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique. Herbeumont, 22-25 août 1996, publié dans Archives et Bibliothèques de Belgique, t. 67, 1996, p. 34-35.

13 Mémorial administratif de la province de Hainaut, n ̊ 130, 1er octobre 1945, p. 1213-1215.


14 Elles étaient conservées dans la chapelle des Visitandines, attenante au dépôt, et ont subi le même sort que lui.


15 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 1653, A. Louant, « Centralisation ou décentralisation des archives et microfilms », communication présentée au 4e congrès international des sciences généalogiques et héraldiques en mai 1958.

16 Ibid.

17 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, dossiers administratifs, n ̊ 80 : loi sur les archives.

18 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 1488 : lettre au curé de Gallaix, 27 mars 1957.

19 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 308.


20 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 864 : lettre à l’archiviste général, 14 juin 1952.

21 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 218 : lettre du 6 octobre 1945.


22 Camille Tihon (1890-1972), archiviste général du Royaume, octobre 1939-juin 1955. Voir C. Wyffels, « In Memoriam Camille Tihon », Archives et Bibliothèques de Belgique, t. 44, 1973, p. 1-5.


23 Arch. État Mons : rapport annuel de 1945.

24 Léo Collard, né à Aulnoit le 11 juillet 1902, décédé à Mons le 27 janvier 1981. Docteur en droit de l’université libre de Bruxelles, député socialiste de Mons durant 40 ans à partir de 1932, bourgmestre de la ville de 1954 à 1974. Ministre de l’Instruction publique en 1946 et de 1954 à 1958, puis président du parti socialiste belge de 1959 à 1971. Notice biographique P. Delforge dans Encyclopédie du mouvement wallon, sous la dir. de P. Delforge, P. Destatte, M. Libon, Charleroi, Institut Jules Destrée, 2000, t. 1, p. 286-287.

25 Arch. État Mons : rapport annuel de 1945, lettre de Louant à l’archiviste général, 19 janvier 1946.

26 De 1919 à 1921, étudiant, Pierre Couneson collabore à la rédaction de L’Avant-Garde, organe officiel des étudiants de Louvain, journal estudiantin catholique. M. Libon, « L’Avant-Garde (1901- 1931) », dans Encyclopédie du mouvement wallon, Charleroi, Institut Jules Destrée, 2000, t. 1, lettres A-E, p. 101.

27 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 546 : lettre du 29 septembre 1949.


28 Née à Saint-Ghislain le 29 juillet 1922, Andrée Scufflaire est nommée archiviste paléographe aux archives de l’État à Mons à partir du 1er septembre 1950 par arrêté du Prince royal du 21 novembre 1950, reste à Mons jusqu’en 1956 avant de poursuivre sa carrière aux Archives générales du Royaume à Bruxelles où elle dirige les services de sigillographie, restauration et photographie. À Mons, selon son témoignage que nous avons recueilli, elle se consacra au service des lecteurs, à des classements, à la préparation d’expositions et surtout aux déménagements. Voir sa notice biographique par M. Soenen dans Miscellanea Andrée Scufflaire. Archives et Bibliothèques de Belgique, t. 58, 1987, p. 7-11, et bibliographie, p. 17-20.


29 Jean Rolland, né à Saint-Ghislain en 1909, diplômé régent littéraire en 1930, professeur dans l’enseignement technique et à l’École normale de l’État à Mons, passionné d’histoire régionale, attaché au cabinet des ministres socialistes de l’Instruction publique Herman Vos (1946-1947) et Camille Huysmans (1947-1949), il entre au Sénat par cooptation en 1949, à l’âge de 40 ans, et s’y consacre aux questions d’enseignement en qualité de rapporteur de la commission de l’Instruction publique. Bourgmestre de Saint-Ghislain à partir de 1952, il réorganise l’enseignement primaire et l’École industrielle et commerciale. Il meurt en 1956, à l’âge de 47 ans. Cf. notice biographique, D. Van Overstraeten dans « Le Grand Saint-Ghislain » à travers les siècles. Catalogue de l’exposition organisée par le Cercle d’histoire et d’archéologie de Saint-Ghislain..., Saint-Ghislain, 1980, p. 212-217.

30 Né à Bruxelles le 16 mars 1911, Pierre Harmel étudie à l’université de Liège de 1928 à 1933 et devient docteur en droit et licencié en sciences sociales et en notariat. Il est président de l’Association catholique de la jeunesse belge en 1936, député du Parti social-chrétien en 1946, à l’âge de 35 ans, ministre de l’Instruction publique de 1950 à 1954, ministre de la Justice en 1958, ministre de la Culture de 1958 à 1960, ministre de la Fonction publique en 1960-1961, Premier ministre en 1965, ministre des Affaires étrangères de 1966 à 1973. Voir sa récente biographie : V. Dujardin, Pierre Harmel, Bruxelles, Le Cri édition, 2004.

31 C. Tihon, « La loi sur les archives », dans Archives, Bibliothèques et Musées de Belgique, Bruxelles, 1956, t. 26, p. 140-142.

32 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, dossiers administratifs, n ̊ 80.

33 Moniteur belge du 12 août 1955, p. 4900-4901.

34 D. Van Overstraeten, « L’application de la loi relative aux archives : le cas des communes et des paroisses du Hainaut », dans Actes du XLVe congrès de la fédération des cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique et 1er congrès de l’association des cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique, Congrès de Comines, 28-31 août 1980, Comines, 1983, t. 4, p. 431-441.

35 Émile Cornez est né à Dour le 6 avril 1900, décédé à Casteau le 24 juillet 1967, il fut gouverneur de la province du Hainaut du 22 décembre 1945 à sa retraite en 1966. Notice par J.-F. Potelle dans Encyclopédie du mouvement wallon, Charleroi, Institut Jules Destrée, 2000, t. 1, lettres A-E, p. 377-378.

36 Mémorial administratif de la province de Hainaut, 29 janvier 1962, 6, p. 59-60.


37 A. Louant, Fonds d’Andelot. Inventaire analytique, Mons, 1937.


38 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 1653, A. Louant, « Centralisation ou décentralisation des archives et microfilms », Communication présentée au 4e congrès international des sciences généalogiques et héraldiques, mai 1958.

39 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 385 : lettre du 27 novembre 1947.


40 A. Louant, « Souvenirs d’un archiviste paléographe, conservateur des archives de l’État à Mons, 1932-1954 », dans Recueil d’études d’histoire hainuyère offertes à M.-A. Arnould, édité par J.M. Cauchies et J.-M. Duvosquel, Mons, 1983, t. 2, p. 489-504.

41 Les archives des ducs de Croÿ, déposées aux archives de l’État à Mons et dont l’inventaire fut achevé par G. Wymans en 1977, furent récupérées en 1978 par la famille et transférées dans leur château de Dülmen en Westphalie.

42 W. De Keyzer, Inventaire des archives de La Boëssière-Thiennes, Bruxelles, 1983.


43 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 498 : lettre à l’archiviste général, 13 novembre 1954.


44 Annales du 33e congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique tenu à Tournai, du 4 au 8 septembre 1949, publiées par J. Cassart, t. 1, Documents. Compte rendu et vœux, Tournai, 1951, p. 102-103.


45 Le 9 février 1959, sous la pression de la Haute Autorité de la Communauté européenne pour le charbon et l’acier (CECA), le gouvernement belge a adopté un vaste plan de fermeture des sièges déficitaires qui entraîne la mise au chômage de 6000 mineurs borains. Cette décision va provoquer un mouvement de grève générale dans le bassin du Borinage qui s’étend bientôt aux mineurs du pays de Charleroi et de la région liégeoise. Après deux semaines de grève, la reprise du travail a lieu le 25 février dans le Borinage. Cf. M.-C. Wery, Les Fermetures des charbonnages dans le Borinage. Analyse du processus décisionnel, Mons, Institut d’études sociales de l’État, 1968-1969.

46 Arch. État Mons, État des fonds, dossier 5, Brufina : lettre à l’archiviste général, 9 mars 1959.

47 Étienne Sabbe (1901-1969), archiviste général du Royaume du 22 novembre 1955 au 29 février 1968. Voir C. Wyffels, « In memoriam Étienne Sabbe » dans Archives et Bibliothèques de Belgique, t. 40, 1969, p. 263-269.

48 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 2190 : lettre de l’archiviste général, 5 décembre 1961, demande une liste de toutes les entreprises industrielles ou financières de la province susceptibles de posséder des archives remontant au XIXe siècle.

49 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, farde 2205 : lettre d’Étienne Sabbe au directeur général des Verreries mécaniques belges à Jumet, 29 janvier 1962.

50 D. Van Overstraeten, « Les archives de l’État en Belgique et les archives d’entreprises. Bilan et perspectives », Archives municipales et patrimoine industriel. Actes du colloque de la section des archivistes municipaux de l’Association des archivistes français, Elbeuf, 25, 26 et 27 mai 1994, publié dans La Gazette des Archives, n ̊ 168, 1er trimestre 1995, p. 173-186.

51 Arch. État Mons, État des fonds, dossier 8, charbonnage de Mariemont-Bascoup : lettre à l’archiviste général, 14 février 1961.

52 W. De Keyzer, « Archives de l’État à Mons », dans Het Rijksarchief in België. Les archives de l’État en Belgique, 1796-1996. Historique de l’institution et répertoire bio-bibliographique des archivistes, publié sous la dir. de H. Coppens et R. Laurent, Bruxelles, 1996, p. 187-206.

53 Arch. État Mons, Archives du secrétariat, rapport annuel 1941 : lettre à l’archiviste général Tihon, 29 janvier 1941.

54 A. Louant, « Souvenirs... », op. cit., p. 489-504.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jean Niebes, « Armand Louant, conservateur des Archives de l’État à Mons (1941-1970), et la reconstitution des collections après l’incendie du dépôt en 1940 », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 177-186.

Référence électronique

Pierre-Jean Niebes, « Armand Louant, conservateur des Archives de l’État à Mons (1941-1970), et la reconstitution des collections après l’incendie du dépôt en 1940 », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://hleno.revues.org/163

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org