Navigation – Plan du site
Troisième partie : Les archivistes
L'évolution du métier

Les archivistes et les comités régionaux des affaires culturelles : une occasion manquée ?

Patrice Marcilloux
p. 187-203

Texte intégral

  • 1 Directeur/Direction régional(e) des Affaires culturelles.


1Le rôle joué par plusieurs archivistes départementaux dans la genèse de l’échelon déconcentré du ministère de la Culture est bien connu, du moins dans son principe. En poste dans un département, on sait plus ou moins précisément que tel de ses prédécesseurs a participé aux structures qui ont précédé les directions régionales et l’on entend fréquemment dire que tel confrère « a été l’équivalent de DRAC1 avant les DRAC ». Il m’a semblé important, dans un colloque sous-titré « entre gouvernance et mémoire », de consacrer une communication à une activité non-archivistique des archivistes. De tout temps, ces tâches ont existé et ont représenté une part non négligeable de la charge de travail d’un archiviste. Dans le cas des comités régionaux des Affaires culturelles (CRAC), on a de plus affaire à un épisode majeur de l’histoire du ministère de la Culture. Qu’en est-il pour la profession ? Les CRAC et le poste de correspondant permanent des Affaires culturelles que plusieurs archivistes ont occupé furent-ils de simples épiphénomènes ou des occasions de transformation des hommes et de leurs fonctions ?

2Au service de cette problématique, il conviendra en premier lieu de rappeler l’histoire institutionnelle des structures antérieures aux directions régionales des Affaires culturelles et la place dévolue aux archivistes. J’envisagerai ensuite les obstacles rencontrés et l’œuvre accomplie, avant de m’interroger sur le jugement porté par les instances ministérielles sur l’action des archivistes comme sur la perception de leur activité par l’ensemble de la profession. J’ajoute que, en raison de l’importance de la documentation disponible, je concentrerai mon propos sur les archivistes devenus correspondants permanents, laissant de côté l’action, souvent limitée, des archivistes simples membres des comités régionaux.

Jalons d’une expérience institutionnelle déterminante

  • 2 J.-L. Bodiguel, L’Implantation du ministère de la Culture en région, naissance et développement des (...)
  • 3 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

  • 4 Ou des préfets et sous-préfets de retour d’Algérie, Arch. nat., Centre des archives contemporaines, (...)

3Il est désormais bien établi par la production historiographique issue des travaux impulsés par le comité d’histoire du ministère de la Culture que le ministère a travaillé à l’établissement d’échelons déconcentrés en région pour ainsi dire dès sa création2. Dans la foulée des décrets du 7 janvier 1959 et du 2 juin 1960 définissant les circonscriptions d’action régionale, un projet d’arrêté portant création de conseils régionaux des Affaires culturelles est élaboré3. En août 1962, une mission de réflexion et de proposition est confiée à l’inspecteur général Boyer sur l’opportunité d’instituer des « délégués régionaux » du ministère. Deux orientations, destinées à marquer la régionalisation du ministère pour la décennie à venir, sont définies à cette occasion : les représentants régionaux devront respecter « l’autonomie des directions » d’administration centrale ; leur mise en place n’entraînera pas de dépenses importantes, compte tenu de la possibilité de confier le poste à des fonctionnaires déjà en place4.

Les comités régionaux des Affaires culturelles et les correspondants permanents, première mouture

  • 5 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.

  • 6 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.

4L’apparition avec le IVe Plan de tranches opératoires régionales, la place nouvelle des conférences interdépartementales accélèrent le processus. C’est finalement par une simple circulaire en date du 23 février 1963, certes publiée au Journal officiel du 10 mars 1963, qu’André Malraux crée des comités régionaux des Affaires culturelles dans chaque circonscription d’action régionale5. Composés des représentants des différents secteurs du ministère (architecture et fouilles, archives, cinéma, création artistique, enseignement artistique, musées, théâtre, musique et action culturelle), ces comités sont des organismes d’un genre nouveau : il s’agit bien d’une représentation collégiale du ministère en région. Un correspondant permanent, à la nomination du ministre, est certes prévu, mais son rôle se borne à assurer le bon fonctionnement du comité en provoquant sa réunion périodique et à établir une liaison permanente entre les membres du comité et les préfets coordonnateurs dans les seules matières se rapportant au plan d’équipement. La circulaire prend bien soin de préciser que CRAC et correspondants permanents ne « modifient en rien les attributions et pouvoirs des chefs de services extérieurs et des directeurs d’établissement ». La tâche des comités est elle-même définie de manière limitative : ils examinent et délibèrent sur les questions communes à plusieurs secteurs, dans la mesure où elles se rattachent à la préparation et à la mise en œuvre des plans d’équipement. Dans une circulaire adressée le 10 avril 1963 aux correspondants permanents et membres des CRAC, André Holleaux, directeur de cabinet de Malraux, souligne à nouveau : « le développement de l’action régionale qui est à l’origine des attributions de coordination qui vous sont confiées ne saurait avoir pour effet de créer des échelons administratifs supplémentaires »6.

  • 7 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.


5La nouvelle institution se met en place rapidement. Le CRAC du Nord se réunit pour la première fois le 27 septembre 1963 au palais des Beaux-Arts, à l’instigation du correspondant permanent, Albert Châtelet, conservateur du musée. Conformément à la circulaire du 23 février, il élit un président à l’unanimité, en la personne de Pierre Piétresson de Saint-Aubin, directeur des services d’archives du Nord7. Une première réunion de l’ensemble des correspondants permanents a lieu à Paris les 2 et 3 décembre 1963.

Les correspondants permanents après la réforme régionale de 1964

  • 8 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.
  • 9 L’expression est de Jean Autin, premier directeur de l’administration générale du ministère, Arch. (...)

6La réforme régionale définie par les décrets 64-250 et 64-251 du 14 mars 1964 percute de plein fouet la jeune institution. Le ministère se trouve brutalement confronté à « un élément nouveau dont il convient de préciser les conséquences », pour reprendre l’euphémisme d’André Holleaux8. De fait, la forme collégiale de la représentation régionale du ministère, « choix délibérément opéré par le ministre d’État »9, entre en contradiction avec bien des aspects de cette nouvelle étape de la régionalisation. L’article 14 du décret 64-251 prévoyant que le préfet de région préside de droit toutes les commissions administratives dont le ressort excède un département, la présidence des CRAC doit-elle revenir aux préfets de région, au risque de les faire considérer comme de simples commissions consultatives – ce qu’ils paraissent être en réalité dans le domaine de la programmation, où la décision ne peut plus être que le fait du préfet de région ou de l’administration centrale ? L’article 11 de ce même décret accordant le statut de membres de droit des conférences administratives régionales aux représentants régionaux des ministères, qui doit représenter les Affaires culturelles, le correspondant permanent, ce qui reviendrait à en faire une sorte de chef de service régional, ou tel membre du CRAC selon le secteur du ministère concerné, ce qui serait plus conforme avec l’esprit initial de l’institution ?

  • 10 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

  • 11 « La mission de coordination dévolue aux comités régionaux des Affaires culturelles rend souhaitabl (...)
  • 12 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.
  • 13 Circulaire du 24 février 1965, Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

  • 14 Ibid.

  • 15 Circulaire du 23 mars 1964, Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.
  • 16 Ibid.

7À l’issue de discussions serrées dans les hautes sphères du ministère, entre partisans d’une normalisation régionale allant dans le sens d’un strict respect des compétences préfectorales et tenant d’une spécificité culturelle, André Holleaux signe pour le ministre une circulaire aux préfets de région le 23 mars 1964. Une deuxième circulaire précise le 24 février 1965 le rôle des CRAC et des correspondants permanents dans la préparation de la seconde phase du Ve Plan10. Après un préambule contourné, qui prétend définir une position d’équilibre, mais qui traduit surtout les hésitations du ministère11, le texte définit un système binaire. Lorsque le comité travaille à la programmation des équipements culturels, ce qui est la majorité des cas, son « action est animée et suivie dans ses différentes manifestations par le préfet coordonnateur »12. Il n’y a alors que des avantages à ce que les préfets assument eux-mêmes la présidence des réunions des comités régionaux, s’ils l’estiment utile. À côté de cette activité réglementairement définie, les CRAC doivent pouvoir continuer à jouer le rôle de cellules de réflexion en matière culturelle et se réunir à l’initiative du seul correspondant permanent : « Mais il vous paraîtra également souhaitable que le comité puisse se réunir à la diligence et sous la présidence du correspondant permanent chaque fois que sembleront utiles des réflexions communes, des recherches socio-culturelles ou des travaux de caractère très technique dont l’incidence peut déborder le cadre de la région »13. Dans cette hypothèse, le correspondant permanent « agira comme le ferait le délégué régional [du ministère] s’il existait ». Il serait également « indiqué » qu’il rapporte les dossiers d’équipement culturel devant la commission administrative régionale (CAR)14. Par ailleurs, interdiction est faite aux préfets de modifier la composition des CRAC, « fondée sur la représentation équitable de chacun des secteurs d’activité du ministère »15. Tout au plus la possibilité est-elle concédée aux préfets de départements de désigner des représentants à titre personnel. Enfin, il est rappelé que les CRAC reçoivent leurs « directives générales des administrations centrales du ministère, condition nécessaire à l’unité de conception qui doit présider à l’élaboration des programmes culturels du Ve Plan quinquennal »16.

  • 17 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

  • 18 Ibid.


8L’épisode est à plus d’un titre fondateur. Non seulement il clarifie les relations entre CRAC, correspondants permanents et préfets de région, mais encore – et cela participe de la même évolution – il marque une étape décisive dans l’affirmation administrative d’un délégué unique du ministère en région. Une circulaire du 23 avril 1966, signée Malraux et publiée au Journal officiel du 14 mai 1966, fixe le statut de correspondants permanents désormais chargés d’une « mission générale de coordination, de liaison et d’étude »17. Ils deviennent à ce titre les « interlocuteurs principaux », sinon uniques, des préfets de régions pour toutes les questions culturelles de nature régionale. Bien sûr, il reste entendu que, « pour le moment », l’intervention des correspondants permanents ne modifie pas les attributions des chefs de services extérieurs du ministère. Néanmoins, compte tenu de « l’extension et de la polyvalence de leur mission », ils relèvent désormais directement du cabinet du ministre et exercent leur activité sous l’autorité préfectorale « dans les conditions prévues par le chapitre II de l’instruction générale du 24 avril 1964 », c’est-à-dire à l’instar de véritables chefs de services régionaux18.

  • 19 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.
  • 20 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

  • 21 Arch. dép. Loiret, 1049 W 78677.


9Il faut dire que, dès 1968, un groupe de travail prépare la création de directions régionales des Affaires culturelles avec à leur tête des directeurs régionaux dotés de pouvoirs hiérarchiques complets sur l’ensemble des services culturels régionaux et non plus cantonnés dans un rôle de coordonnateur ou de conseiller19. Les lois de finances de 1971 et 1972 autorisent la création de deux et trois postes de directeurs, respectivement destinés aux régions Rhône-Alpes et Alsace, puis Aquitaine, Provence-Côte d’Azur et Nord. Dès lors, la mission des CRAC s’achève. Bien que les travaux préparatoires du groupe sur les directions régionales aient conclu à la suppression d’un organisme « qui a joué son rôle, mais n’a toujours été considéré que comme une étape »20, une circulaire du 23 février 1973 maintient les CRAC, limités désormais à un rôle d’appui de l’action des directeurs régionaux, ou des correspondants permanents encore en place. Symbole de cet abaissement, l’augmentation du nombre de leurs membres qui, variable selon les régions, devient généralement supérieur à trente21.

La place des archivistes

  • 22 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.
  • 23 Gazette des archives, nouvelle série, n° 42-43, 3e et 4e trimestre 1963, p. 123-127.

  • 24 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274, 1049 W 78677 ; Arch. nat., Centre des archives contempora (...)

10C’est donc bien à un épisode majeur de l’histoire institutionnelle du ministère, à la croisée des problématiques fondamentales que sont la déconcentration, la coordination des services culturels et la définition même d’une politique de la culture en région, que les archivistes sont associés, comme acteurs à part entière, durant une décennie, entre 1963 et 1973. Membres de droit de tous les CRAC, les archivistes en poste dans les chefs-lieux de régions sont désignés comme correspondants permanents dans un nombre non négligeable de circonscriptions. En effet, fondée sur un « partage équitable »22 entre les directions du ministère, la répartition initiale réserve six postes de correspondants à des conservateurs régionaux des Bâtiments de France, cinq postes à des conservateurs de musée, un poste à un directeur d’établissement d’enseignement artistique et huit postes à des archivistes. Les conservateurs d’archives concernés sont Jean Estienne en Picardie, Louis Monnier dans le Centre, Henri de Berranger dans les Pays de la Loire, André Betgé-Brezetz en Aquitaine, Henri Blaquière en Midi-Pyrénées, René Gandilhon en Champagne, Jean Colnat en Lorraine et André Villard en Provence-Côte d’Azur23. La proportion d’archivistes reste ensuite élevée, quoique soumise à une certaine érosion : ils sont neuf en 1965, dix en 1968, huit en 1971, sept en 1972. Au fil des renouvellements, bisannuels à partir de 1966, un groupe stable d’archivistes correspondants permanents se dessine : Louis Monnier dans le Centre puis en Aquitaine, Henri Charnier dans le Centre, Jean Estienne en Picardie, François Burckard en Haute- Normandie, Henri Blaquière en Midi-Pyrénées, Jean Colnat en Lorraine, André Villard en Provence-Côte d’Azur et Jacques Decanter en Limousin. On rencontre d’autres noms, mais plus éphémères, ayant exercé durant un seul mandat ou plus brièvement encore, sans investissement particulier dans la fonction : René Gandilhon en Champagne, Xavier du Boisrouvray en Pays de la Loire ou Roger Sève en Auvergne24.

  • 25 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.
  • 26 Arch. dép. Nord, 1217 W 17.
  • 27 Le conservateur est à Lille.

  • 28 Le conservateur est à Versailles, puis à Tours.
  • 29 Le conservateur est à Caen.

  • 30 Le conservateur est à Tours.

  • 31 Le conservateur est à Clermont-Ferrand.
  • 32 Le conservateur est à Périgueux.

  • 33 Le conservateur est à Versailles.

  • 34 Le conservateur est à Strasbourg.

  • 35 Le conservateur est à Aix-en-Provence.

11Sur un plan purement quantitatif, la place des archivistes est donc loin d’être négligeable : une petite moitié des vingt circonscriptions d’action régionale concernées par l’implantation des CRAC et des correspondants permanents. Ajoutons que, dans le même temps, le nombre de conservateurs de musées a tendance à diminuer, de sorte que l’on peut, par approximation, dire que directeurs d’archives et conservateurs régionaux des Bâtiments de France se partagent la fonction à part à peu près égale. Cette situation doit interroger. Si, en effet, le choix des correspondants permanents était entièrement motivé par des raisons administratives, les conservateurs des Bâtiments de France s’imposent sans conteste : ils sont les seuls fonctionnaires du ministère à exercer des attributions à caractère régional et surtout ils sont, depuis 1959, ordonnateurs secondaires des crédits d’investissement du ministère en région, lesquels émanent d’ailleurs à près de 80 % de leur direction centrale de rattachement. L’avantage est indéniable et Jean Bertin, premier chef du bureau de la programmation et de l’animation régionale, le rappelle fortement dans un rapport de synthèse sur les CRAC daté du 19 mai 196725. Bien qu’André Chamson prétende dans les courriers qu’il adresse aux archivistes pour leur annoncer leur nomination en 1963 que c’est à sa demande que huit postes ont été dévolus à des directeurs des services d’archives, il ne semble pas que la direction des Archives de France ait joué un quelconque rôle dans ce dosage initial. Son origine doit plutôt être recherchée dans le caractère stratégique de ces nominations. Les ministres successifs sont en premier lieu soucieux non seulement de maintenir un équilibre entre leurs directions, mais surtout de n’en installer aucune en position majoritaire dans une fonction dont il est entendu dès l’origine qu’elle doit ouvrir la voie à des directions régionales de plein exercice. Jacques Duhamel, interrogé avec insistance par Henri Charnier lors d’une réunion des correspondants permanents tenue à Paris le 24 juin 1971, le confirme avec une pointe d’agacement : « S’il faut être conservateur régional des Bâtiments de France pour être directeur régional, disons-le et je dis non »26. Ce pré-positionnement des correspondants permanents explique aussi le souci constant de nommer des fonctionnaires physiquement présents auprès du préfet de région, ce qui n’est pas le cas, dans un premier temps, de tous les conservateurs des Bâtiments de France. C’est sans doute à l’absence, en 1963, de conservateurs régionaux à Amiens27, à Orléans28, à Rouen29, à Nantes30, à Limoges31, à Bordeaux32, à Châlons-sur-Marne33, à Metz34 ou à Marseille35 que Jean Estienne, Louis Monnier, Henri de Berranger, Jacques Decanter, André Betgé-Brezetz, René Gandilhon, Jean Colnat et André Villard doivent en grande partie leur nomination.

Faire son devoir

12L’action des archivistes comme correspondants permanents des Affaires culturelles se heurte à de multiples difficultés, parfois insurmontables. Ils ne font là que partager des affres qui sont communes à l’ensemble des correspondants, quel que soit leur statut d’origine. Dans certains cas, on peut néanmoins avancer l’idée d’une acuité plus grande pour les correspondants archivistes.

  • 36 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

  • 37 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

  • 38 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1125 W 274. André Holleaux l’avoue dans ses souvenirs : « L’administr (...)
  • 39 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

13Passons rapidement sur le manque de moyens, qui n’est pas l’apanage de cette expérience administrative. Il faut attendre 1968 pour que tous les correspondants disposent enfin d’au moins un secrétariat permanent36 ; leurs frais de déplacement sont accordés par l’administration centrale au compte-gouttes ; une bien faible indemnité annuelle – 3 600 francs en 1974 – ne leur est versée qu’à partir de 1966. En 1967 encore, Jean Bertin réclame pour ses correspondants des crédits leur assurant simplement « une autonomie pour le téléphone et la correspondance »37. Il est certain que cette situation matérielle pèse sur l’action des correspondants, conscients d’être, pour ainsi dire, exploités à l’éventuel détriment de leur fonction principale : « Faute des moyens qui lui manquent, le ministère ne sera-t-il pas tenté de grignoter l’une des rares administrations solides dont il dispose, la nôtre ? » note Louis Monnier dans une lettre adressée au directeur général des Archives de France le 24 décembre 196438. De tels montages administratifs aboutissent de plus à des cumuls de fonctions qui peuvent être extrêmes : ainsi de Jean Estienne, tout à la fois directeur des services d’archives de la Somme, correspondant permanent de Picardie, conservateur des antiquités et objets d’art de la Somme, conseiller artistique régional pour le 1 %, membre du conseil d’administration de la maison de la culture d’Amiens et correspondant régional de l’Inventaire général39.

L’attitude du corps préfectoral

  • 40 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

  • 41 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/4.
  • 42 Note du 2 août 1973, Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274.
  • 43 Note du 10 juillet 1973, Arch. dép. Loiret, 1049 W 78677.

14Une première catégorie d’obstacles est dressée par des acteurs extérieurs au ministère, témoignant des difficultés rencontrées par une jeune structure ministérielle pour s’affirmer dans l’appareil administratif traditionnel. L’hostilité des préfets de région est sinon générale, du moins fréquente. Dans la région Centre, la méfiance initiale vire même au conflit larvé. Dès 1963, une note interne de la mission régionale dénonce les instructions reçues par les correspondants permanents selon lesquelles ils doivent transmettre directement au ministère les procès-verbaux des séances du CRAC, ce qui tend à déposséder la conférence interdépartementale de son rôle réglementaire dans la préparation des tranches opératoires des plans. Au-delà, la mission régionale estime que le CRAC se révèle complètement inutile : il « n’a pas pu remplacer auprès de la conférence interdépartementale les hauts fonctionnaires qui pour les autres ministères sont les correspondants auprès d’elle de leur administration centrale », de sorte que le service des affaires économiques régionales a dû se substituer à lui pour recueillir les éléments financiers indispensables à la préparation du Plan40. La personnalité du préfet coordonnateur de la région Centre, Pierre Dupuch, comme celle du premier correspondant permanent, Louis Monnier, exacerbent les tensions. Les interventions répétées du préfet auprès du cabinet du ministre pour dénoncer les penchants pour l’autonomie administrative de Louis Monnier finissent d’ailleurs par provoquer la colère d’André Holleaux : « Ce préfet m’agace. Au surplus, je ne le connais pas. Je pourrais le convoquer à Paris, en votre présence pour une conversation de mise au point. Nous pourrions aussi aller à Orléans pour présider le CRAC, comme nous allons le faire à Amiens et Châlons (sorte de lit de justice). Le préfet verrait ainsi l’importance que nous attachons au CRAC »41. Il reste que, « dans une région où tout ce qui débouche sur l’aspect de coordination apparaît singulièrement difficile », les tensions survivent aux changements de personnes. En 1973 encore, alors que les CRAC sont en fin de vie, le préfet Paul Masson éprouve le besoin de signer une longue note invitant le correspondant permanent à respecter scrupuleusement l’autorité préfectorale42, tandis que le chef de la mission régionale, Jacques Douffiagues, réitère sa défiance vis-à-vis d’une institution « ne représentant que les divers services relevant du ministère des Affaires culturelles »43.

  • 44 Arch. dép. du Loiret, 1026 W 74475.

15La défiance des autorités préfectorales vise également le processus de nomination des membres des CRAC, à l’origine exclusivement contrôlé par le ministère. Le conflit opposant préfet du Loiret, correspondant permanent et services du ministère sur la désignation d’un représentant du Centre national de la cinématographie au sein du CRAC Centre est typique. Le 23 mai 1971, Max Croce, directeur de la maison de la culture de Bourges, déjà membre du CRAC au titre du théâtre, propose au préfet de suivre aussi le cinéma dans cette instance. Henri Charnier réagit en mettant en avant une circulaire ministérielle du 1er juin 1967 qui règle la représentation du Centre national de la cinématographie. Compte tenu de l’organisation territoriale propre à cet établissement, c’est un représentant des services centraux du Centre de la cinématographie qui devrait être convoqué. Le préfet G. Mac Grath réagit vigoureusement et impose sa solution : « Je suis en désaccord fondamental avec le ministère des Affaires culturelles qui a une étrange conception de la régionalisation. Pour lui, le comité qu’il appelle régional des Affaires culturelles est un comité de personnalités désignées par ses soins pour représenter chaque secteur. Cela ne laisse aucune place à la représentation des activités et des talents proprement régionaux. Que le ministère des Affaires culturelles veuille être représenté, je le conçois, mais cela ne doit pas faire obstacle à la désignation d’autres personnes [...] D’ailleurs, M. Croce étant déjà membre du comité régional, la question posée n’a guère de sens. Nous le regardons comme compétent en matière de cinéma, cela suffit. Il ne sera pas délégué du ministère des Affaires culturelles, ce qui n’est qu’une question juridique insipide »44. La réforme de la composition des CRAC en 1973 donne partiellement satisfaction aux revendications préfectorales.

Les réticences des services centraux

  • 45 Note du 14 mars 1964, Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.
  • 46 Note à André Holleaux du 4 novembre 1964, Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19 890 35 (...)
  • 47 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.
  • 48 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

  • 49 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.


16À l’intérieur même du ministère, les correspondants permanents se heurtent à l’incorrigible mauvaise volonté des services centraux. Dès le début de l’expérience, les correspondants permanents dénoncent la quasi-absence d’information descendante depuis les administrations centrales, constatation partagée, non sans impuissance, par la direction de l’Administration générale. Dans une note au directeur de l’Administration générale, Jean Bertin remarque avec humour en 1964 que « l’intérêt porté actuellement aux comités par les autorités préfectorales se révèle supérieur à l’intérêt que semblent leur porter certaines directions du ministère »45. Dans certains secteurs, le désintérêt va jusqu’au boycott : ainsi des gens de théâtre, « par nature indépendants et par disposition d’esprit naturelle peu enclins à s’intéresser à des travaux de caractère administratif », selon l’expression de Jean Autin, directeur de l’Administration générale46. Le besoin d’amélioration des relations entre services centraux et correspondants permanents est tel qu’il devient le sujet principal de la réunion des correspondants permanents du 20 juin 1967, en présence d’André Malraux47. Sommées de faire savoir de quelle manière elles entendent jouer le jeu de la « régionalisation », les directions multiplient les exceptions et les arguties. La direction générale des Arts et Lettres veut bien utiliser les correspondants comme de simples « boîtes aux lettres », mais réclame que les correspondants permanents « agissent avec prudence, sous peine que des initiatives locales insuffisamment contrôlées ne viennent interférer dans les programmes d’opérations qui ne peuvent être actuellement conçus qu’au niveau central ». La direction du Théâtre estime qu’avant de diffuser systématiquement l’information aux correspondants, « il est souhaitable que la doctrine de la direction puisse être exposée aux correspondants ». La direction des Musées de France, consciente de l’importance de la régionalisation, propose de « généraliser les réunions de conservateurs au niveau des circonscriptions », les correspondants permanents étant naturellement invités ! Et d’ajouter que « des critères de choix devront être déterminés en ce qui concerne la communication aux correspondants permanents des correspondances échangées par la direction avec les instances préfectorales et les collectivités locales ». Quant à la direction des Archives de France, on ne sera pas surpris de la voir invoquer « un domaine d’attribution très particulier », « peu concerné » par ce type de problématique. Le correspondant permanent de Languedoc-Roussillon conclut ces curieux débats en comparant le correspondant à un chien, « chien courant qui se met en quête des besoins en investissement » dans la phase préparatoire du plan et qui se transforme, au stade opérationnel, en « chien de berger battant le rappel des collectivités locales concernées ». À l’issue de cette réunion et d’un séminaire spécifique tenu à Royaumont en octobre 1967, Malraux adresse une circulaire très ferme aux directeurs et chefs de services centraux, leur enjoignant d’établir une liste des documents de base destinés à former le fonds documentaire des correspondants et demandant de leur notifier les listes d’opération établies au titre de chaque exercice du plan, de les informer de leurs déplacements en région et enfin de désigner un collaborateur direct chargé des relations avec les correspondants permanents, un correspondant des correspondants en quelque sorte48. La situation ne s’améliore que lentement et très partiellement. En 1973, Henri Charnier se plaint encore de ne connaître que par la presse la création d’un conservatoire de musique à Tours, d’un centre expérimental de regroupement des objets d’art en Loir-et-Cher ou le projet de centre d’animation culturelle à Blois49.

  • 50 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

  • 51 P. Goetschel, Renouveau et décentralisation du théâtre, 1945-1981, Paris, PUF, 2004, 500 p. ; R. Ab (...)
  • 52 G. Patitucci, Comédie de Bourges, centre dramatique national, 1961-1968, au cœur de la ville, au cœ (...)
  • 53 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

17Cette absence de matière administrative, gênante pour tous les correspondants, condamne les correspondants archivistes à une quasi-impuissance. N’étant pas ordonnateurs secondaires, ils ont, plus que leurs collègues conservateurs des Bâtiments de France, besoin de données chiffrées de la part des directions centrales pour accomplir leur tâche de programmation. On comprend la réflexion désabusée de Jean Estienne qui, constatant l’inutilité de ses efforts, déclare, en 1973, envisager de répondre désormais aux demandes de la DATAR par « des propositions pifométriques »50. Parce qu’ils sont le plus souvent étrangers aux milieux de l’action culturelle, les correspondants archivistes ont, plus que d’autres, besoin d’informations des directions centrales pour décrypter et gérer les personnalités, forcément affirmées, des représentants de ces secteurs où les enjeux politiques sont forts51. La mésaventure survenue à Henri Charnier dans ses relations avec Gabriel Monnet est ici significative. Fondateur et animateur de la Comédie de Bourges et de la maison de la culture de Bourges52, Gabriel Monnet démissionne subitement du CRAC Centre le 10 mai 1968, mettant en cause un comité qui, « après une première phase de travaux tâtonnants mais volontaires, [lui] paraît avoir sombré dans une existence administrative et virtuelle »53. La démission, adressée directement à Paris, d’une personnalité théâtrale d’envergure plonge Henri Charnier dans un embarras qui l’amène à solliciter l’intervention du directeur du Théâtre et à présenter par avance ses excuses pour « un malentendu dont les raisons [lui] échappent ».

Une méritoire persévérance

  • 54 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475 : 4 juillet 1963, 5 décembre 1963, 14 janvier 1964, 29 avril 1963, (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 Arch. dép. Loiret, 1049 W 78677.

  • 57 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 262.

18L’ensemble de ces difficultés ne rend que plus méritoire la persévérance avec laquelle la plupart des archivistes correspondants permanents s’appliquent à accomplir leurs fonctions. Ils réunissent leur CRAC régulièrement, parfois avec une fréquence supérieure à d’autres collègues. Ainsi, Louis Monnier, enthousiaste, réunit le comité du Centre huit fois en à peine trois années, prenant même l’initiative de séances décentralisées dans les chefs-lieux des départements de la région54. Régulièrement présents dans les réunions nationales de correspondants, les archivistes n’y apparaissent pas marginalisés : ils s’y expriment ou en sont même les animateurs principaux. Lors de la réunion du 15 janvier 1965, c’est un archiviste, Louis Monnier, qui est chargé d’un rapport de synthèse sur la place et le rôle des comités régionaux des Affaires culturelles en région55. Au cours de cette même réunion, un autre archiviste, Jean Estienne, prononce un long exposé sur les difficultés rencontrées dans l’inventaire des équipements culturels en Picardie. La description qu’il y donne de son action illustre le sérieux avec lequel la plupart des archivistes abordent leur mission. Dans le domaine qu’il estime le plus ardu, le théâtre, il constate les fortes divergences de vues entre professionnels et édiles locaux : « Là où M. le directeur du centre dramatique du Nord voit une salle des fêtes inutilisable pour les représentations, les agriculteurs de la Somme qui l’ont construite voient une des scènes les mieux aménagées de la région ». Il décide donc de vérifier sur place, pour conclure : « Mon opinion est qu’il y a des salles des fêtes dans tous les villages, que chaque chef-lieu de canton croit posséder un théâtre, mais qu’il n’y a pas dans toute la Picardie une seule véritable salle de théâtre moderne »56. D’une manière générale, les archivistes multiplient les questionnements, avec cependant une tendance à la baisse, surtout après l’entrée en lice des premiers directeurs régionaux comme le montre le tableau ci-dessous qui donne le nombre de leurs prises de paroles, comparé au total des interventions des correspondants issus d’autres secteurs pour cinq réunions nationales57.

Date des réunions

Nombre d’interventions des archivistes

Nombre d’interventions des non archivistes

15 janvier 1965

6

2

2 au 5 octobre 1967 (Royaumont)

19

30

24 juin 1971

13

10

21 septembre 1972

8

30

17 et 18 septembre 1973

23

43

19Il convient également de rappeler qu’un correspondant permanent archiviste, François Burckard, participe aux travaux du groupe de réflexion sur la création des directions régionales.

  • 58 Le cas d’André Villard, « d’une grande culture, connaissant bien la région, d’une extrême bonne vol (...)
  • 59 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

20Rien de surprenant donc à ce que, dans une première phase du moins, les archivistes soient appréciés des instances supérieures. En 1965, Jean Bertin dresse le palmarès des correspondants permanents. Si trois seulement lui paraissent mériter le qualificatif de « très actifs » – Claude Hiriart, conservateur des Bâtiments de France en Rhône-Alpes ; Marie-Lucie Cornillot, conservateur de musée en Franche-Comté ; Jean-Jacques Prolongeau, directeur d’établissement d’enseignement artistique en Limousin –, il place cinq archivistes dans la catégorie de ceux qui « donnent satisfaction » : François Burckard, Jean Estienne, Louis Monnier, Jean Colnat et Henri Blaquière. Seulsdeux archivistes sont rangés dans la catégorie de ceux qui font problème et qui devront être remplacés : Henri de Berranger et André Betgé-Brezetz58. En 1967, après avoir rappelé que la stricte logique administrative plaide pour une désignation plus systématique des conservateurs régionaux des Bâtiments de France, il note : « on ne peut affirmer que tous les conservateurs des Bâtiments de France sont de bons correspondants permanents ou même qu’ils se soient révélés supérieurs à certains directeurs d’archives ou conservateurs des musées ». Son trio de tête voit l’apparition d’un archiviste : il est alors formé de Jean Dumas en Alsace, François Burckard en Haute-Normandie et Marie-Lucie Cornillot en Franche-Comté. François Burckard est même crédité de la seule « solution originale digne d’attention » au problème de la composition des CRAC, la création d’une association régionale des amis des Affaires culturelles59.

Acteurs culturels ou archivistes ? Les voies de l’isolement

  • 60 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274.

21Dans une lettre circulaire adressée le 18 mars 1963 aux archivistes nommés correspondants permanents, André Chamson, directeur général des Archives de France, croit devoir les mettre en garde : « En ma qualité de directeur général des Archives, je crois devoir attirer l’attention de mes collaborateurs sur ce qui me semble être leur devoir dans ces nouvelles fonctions. Ils y agiront en tant que représentants de tout le ministère, mais il serait précieux qu’ils s’efforcent de maintenir, dans ces fonctions, qui seront peut-être difficiles, les qualités de précision et de courtoisie qui sont celles de notre corps. Ce secrétariat ne confère aucune supériorité sur les autres fonctionnaires du ministère, mais implique des devoirs de vigilance et d’aide »60. Cette invitation à la modestie, chartiste, et à une certaine réserve n’est pas suivie par les archivistes les plus investis dans leurs fonctions de correspondants. Au contraire, des personnalités se révèlent et entrent hardiment dans la mêlée, revendiquant un rôle d’acteur du jeu culturel régional en cours de définition. En butte à l’ignorance ou l’hostilité de leurs confrères, peu à peu délaissés par des services centraux du ministère de plus en plus soucieux de faire émerger des administrateurs culturels forts, ils se trouvent confinés dans un isolement qui ouvre la voie à un découragement assez généralisé.

Acteurs culturels

  • 61 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.
  • 62 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

  • 63 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/5.
  • 64 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/4.

22Il n’est pas niable que certains correspondants permanents archivistes, souvent éphémères, abordent leurs fonctions en archivistes et entendent en premier lieu défendre les intérêts de leur secteur d’origine. En Auvergne, Roger Sève tente en 1964 d’agiter les CRAC et de leur faire voter un vœu tendant à créer un système de subventions pour les aménagements d’archives communales et hospitalières. Il échoue, en dehors de son CRAC61. Il est également certain que la plupart des correspondants permanents archivistes, même les mieux insérés, demeurent plus à l’aise dans les tâches proches de leur formation initiale. Leur rôle dans la mise en place des commissions régionales de l’Inventaire est sans doute décisif. D’une certaine manière, de l’intense activité d’un Charnier en région Centre n’émerge que son initiative de revue de presse culturelle régionale. Proposée en mai 1969, elle reçoit l’accueil favorable du bureau de la programmation et de l’animation régionale, est généralisée à tous les CRAC et devient, un temps, une source d’information appréciée des services du ministère62. L’image d’archivistes restés extérieurs au milieu culturel qu’ils ont la charge d’animer ou subissant une mission venue d’en haut serait en revanche totalement fausse. Plusieurs d’entre eux se prennent au jeu, disent leur passion pour cette activité et la recherche consciemment. Nommé pour succéder à Henri Blaquière à la tête des archives départementales de Haute-Garonne, Jean Quéguiner réclame le poste de correspondant permanent, exposant au ministre que « cet aspect de l’activité du directeur des services d’archives de la Haute- Garonne [l’]intéresse particulièrement et a été l’élément déterminant de [sa] candidature à ce poste »63. Il deviendra le premier directeur régional en 1978. Henri Charnier candidate, en vain, au poste de directeur régional des Affaires culturelles de la région Centre64. De Marseille, André Villard déclare au cabinet du ministre son engouement :

  • 65 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/7.


« Depuis quatre ans, cette fonction m’est apparue comme passionnante parce que, en dehors de ma spécialité propre, j’ai acquis des connaissances très variées allant de l’archéologie préhistorique et de la genèse de l’immeuble de Le Corbusier jusqu’aux plus abstruses recherches de l’art abstrait et aux fresques Renaissance redécouvertes dans des chapelles montagnardes »65.

  • 66 Lettre au directeur général des Archives de France, 24 décembre 1964, Arch. dép. Loiret, cote prov. (...)
  • 67 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/4 ; Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 2 (...)

23Certains endossent, de leur propre chef, les habits de militants de la culture. Manifestant fréquemment son adhésion au « programme d’action culturelle » préconisé par André Malraux, constatant que tout ce qui ressortit à l’animation « est à créer de toutes pièces »66, stimulé par l’opposition préfectorale, Louis Monnier se fait le propagandiste entêté de la spécificité d’une administration culturelle naissante qu’il voudrait originale, continûment en réflexion, forte et dégagée de toute tutelle, qu’elle vienne de l’Intérieur ou de l’Éducation nationale. Pendant quelques mois, les services centraux observent avec tendresse et un peu d’inquiétude le comportement d’un correspondant permanent apprécié pour son intense activité, mais redouté pour le caractère intempestif de certaines de ses initiatives67. Jean Autin le reçoit à plusieurs reprises. Le 3 février 1964, à l’issue d’une de ces rencontres, Louis Monnier lui adresse un long mémorandum que Jean Autin apostille d’un « très sympathique et intéressant ». Le 29 décembre 1964, à la suite d’une nouvelle missive, Jean Autin l’appelle longuement au téléphone « pour le réconforter » et rend compte de cette conversation à André Holleaux. Prenant quelques jours de vacances d’hiver à Saint-Moritz, Monnier n’oublie pas son combat et gratifie Jean Autin d’une carte postale pour « regretter la tutelle des puissants seigneurs de l’Intérieur » et prédire « bien des glissades » ! Le 18 mars 1965, une lettre rassérénée par une récente circulaire du ministre est apostillée par Jean Autin d’un « il nage apparemment dans une belle euphorie » et immédiatement transmise à André Holleaux qui se félicite de ce « bon moral ». Las ! Le 1er juillet 1965, il informe le ministère des représailles exercées par son préfet qui vient de lui imposer un loyer pour son logement. « Une nouvelle affaire Monnier », note Jean Autin, avant de le renvoyer sur ce sujet à la direction des Archives de France !

L’indifférence des confrères

  • 68 Gazette des archives, n°42-43, 3e et 4e trimestres 1963, p. 165.
  • 69 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.
  • 70 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.

  • 71 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.
  • 72 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274.
  • 73 Gazette des archives, n° 20, 1956, p. 44-49.

24L’indifférence, polie ou teintée d’hostilité, de la communauté archivistique, à tous les niveaux, est acquise dès l’origine et ne se dément pas. À l’occasion du congrès de Caen, André Chamson, tout en manifestant son souhait de voir les archives opérer un transfert de leurs efforts vers l’activité culturelle, déclare n’avoir « ni freiné ni accéléré » l’implantation des CRAC et rappelle que le département reste « la cellule française par excellence »68. De fait, la direction des Archives de France demeure largement spectatrice d’une évolution à laquelle plusieurs de ses fonctionnaires participent. Les seules interventions de la direction consistent à veiller au maintien de son quota dans les nominations de correspondants ou à préserver jalousement son autorité sur les archivistes devenus représentants régionaux de l’ensemble du ministère. Dans une note à contre-courant du 9 mai 1968, André Chamson rappelle aux directeurs d’archives correspondants permanents que, dans le cadre de la préparation du VIe Plan, il « attache la plus grande importance à être tenu très ponctuellement informé de ces procédures et à recevoir copie de toute correspondance échangée avec les autorités départementales et régionales » au sujet des besoins d’équipement archivistique69. Le désintérêt des collègues archivistes non correspondants, mais parfois membres des CRAC, est certain. Éphémère président du CRAC du Nord, Pierre Piétresson de Saint-Aubin ouvre un dossier consacré aux activités du comité et note dessus, d’une belle écriture posée : « comité du charabia culturel »70. Sommé par Pierre Patte, correspondant régional, de lui transmettre d’urgence les éléments qu’il lui réclame depuis plusieurs semaines pour son rapport d’activité 1971 et alors qu’il lui est demandé d’insister sur « les principaux événements ayant concerné les affaires culturelles dans [son] secteur », son successeur, René Robinet, se contente d’envoyer un extrait de son rapport annuel : accroissement des fonds, consultations, classements, saturation prévisible dans les trois ans, mais point d’action culturelle. Il en résulte, dans le rapport final du correspondant, une mention brève et insipide : « À titre personnel et sous des formes variées, les archivistes de la région du Nord participent à de nombreuses activités culturelles »71. Départementaux par essence, les directeurs d’archives départementales se montrent volontiers méfiants. Contacté à l’occasion du congrès de Caen par Louis Monnier, Xavier du Boisrouvray, alors directeur des services d’archives de l’Indre, refuse sa collaboration en des termes définitifs à « un comité qui ne comporte ni indemnité pour ses membres ni même frais de déplacement, ne se respecte pas lui-même et ne peut rien faire de sérieux dans les temps actuels. Je n’ai malheureusement pas le loisir de m’occuper de tel comité malgré tout l’intérêt que celui-ci peut présenter sur le plan théorique ». Peu après, chargé par Louis Monnier de nouer avec le préfet de l’Indre les relations préalables à une réunion du CRAC à Châteauroux, il fait preuve d’une certaine passivité qui débouche sur un incident avec le préfet. Monnier est obligé de présenter ses excuses, non sans faire remarquer que son « confrère semble avoir mis beaucoup de réserve devant une tâche qui, disait-il, débordait ses compétences »72. D’une manière plus générale, on peut remarquer qu’au cours de toute la décennie 1963-1973 la Gazette des archives ne publie pas un seul article de fond sur le rôle des archivistes comme correspondants des Affaires culturelles. Contributeurs réguliers de ces colonnes, les archivistes correspondants se gardent bien d’y transcrire leur expérience. Alors qu’assurément, il a illustré la fonction de correspondant permanent dans la région Centre et en Aquitaine, Louis Monnier demeure silencieux sur cet aspect de sa vie professionnelle, préférant sans doute en rester à un mémorable « Bilan de l’utilisation d’une 2 CV Citroën affectée au service des archives du Loiret », paru en 195673.

Archivistes quand même

  • 74 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/7.
  • 75 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/7.
  • 76 Arch. dép. Loiret, 1217 W 17.
  • 77 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 290.

25Dans le même temps, le regard porté par le ministère sur les correspondants permanents archivistes évolue. D’une louange presque étonnée, on passe à une appréciation négative : décidément, ils ne savent se comporter qu’en archivistes ! La mention « réaction d’archiviste » parsème de plus en plus souvent leurs notes et rapports. Assurément, certains tendent les verges pour se faire battre. Lorsqu’il propose dans son rapport d’activité de correspondant permanent pour 1972 d’exploiter le bulletin d’information du ministère par une indexation sur fiches, Jacques Decanter s’attire un inévitable « réaction d’archiviste »74. Plus sérieusement, le ministère tend à reprocher aux archivistes une certaine insuffisance relationnelle et une difficulté à évoluer vers un rôle d’administrateur culturel régional, avec ce que cela suppose de coordination, d’impulsion et, pour tout dire, de positionnement hiérarchique. Le rapport d’activité pour 1973 d’Henri Charnier est sévèrement commenté, sous l’angle de la capacité à représenter le ministère et, donc, à nouer les contacts nécessaires : « Ce rapport reflète exactement la personnalité de M. Charnier. Au courant de tout par la presse et ses relations (très restreintes) avec quelques-uns de ses collègues dont M. Paganelli, il répugne manifestement à prendre des contacts et se conduit en homme de bureau, en archiviste. Il n’est pas étonnant qu’il ne soit jamais convié aux manifestations dans sa région et que les directions l’ignorent la plupart du temps »75. Plus grave encore est la divergence qui s’instaure entre le ministère et certains de ses correspondants quant à la conception même de la fonction. Lors de la réunion des correspondants du 24 juin 1971, Henri Charnier expose le problème délicat posé aux correspondants non conservateurs régionaux des Bâtiments de France par le souhait du directeur de la Caisse nationale des monuments historiques d’entrer directement en correspondance avec eux. Il reçoit une réponse courroucée du ministre Jacques Duhamel, au nom de la responsabilité globale des correspondants : « Vous êtes ici avec une vocation globale. Si vous avez des scrupules, levez-les ! Vous avez une responsabilité que je vous ai accordée et que je vous confirme aujourd’hui. C’est en cette qualité que vous agissez, suggérez et discutez. Je pense que c’est clair. Je comprends très bien que vous ayez le souci et la délicatesse de ne pas intervenir dans la tâche des spécialistes qui sont à vos côtés, mais vous êtes les seuls ayant une vocation régionale, globale et pluridisciplinaire »76. On peut également constater les difficultés rencontrées par les correspondants permanents archivistes pour négocier efficacement des dossiers lourds comme la question du regroupement immobilier des services régionaux du ministère. Dans son rapport d’activité 1971, Henri Charnier rend compte de l’abandon probable du projet de regroupement des services culturels régionaux dans l’hôtel de la Motte Sanguin, « faute d’un contact du ministère avec le maire de la ville ». À la lecture, le directeur de l’Administration générale, Jean-Marie Schmerber, s’emporte : c’est au correspondant permanent, représentant du ministre en région qu’il appartenait « non seulement de préparer la rencontre avec cette personnalité, mais aussi d’obtenir du directeur de l’Administration générale un rendez-vous précis »77.

26Cette contradiction, devenue insurmontable entre fidélité à sa spécialité d’origine et adhésion à une logique de régionalisation, cette incapacité des correspondants archivistes à se muer en éclaireurs des futurs directeurs régionaux, beaucoup la comprennent et l’expriment avec plus ou moins de découragement. André Villard en fait état à Jean Bertin, avec quelques regrets :

  • 78 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/6.

« Je regrette de n’être pas suffisamment rôdé au point de vue administratif, j’entends de l’administration d’aujourd’hui, très chiffrée, très planificatrice et il faut bien le dire, un peu compliquée pour moi, littéraire impénitent. De plus en plus, même avec l’aide que le ministère et vous-même m’avez fournie, je constate que le conservateur des Bâtiments de France est le véritable représentant du ministère »78.

  • 79 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/5.

27D’autres cèdent à la déception et préfèrent démissionner. Au fond, ils n’approuvent pas l’évolution, voulue par le ministère, vers des directeurs régionaux véritables chefs de service régionaux. En Lorraine, Jean Colnat développe longtemps une activité soutenue qui donne satisfaction à tous. Mais, à la lecture de son rapport d’activité 1971, Jacques Rigaud, directeur du cabinet de Jacques Duhamel, déplore fortement l’absence de liaison avec la presse, l’absence de contact avec la direction régionale de l’ORTF, l’absence de participation aux manifestations culturelles locales. Le 3 février 1972, il reçoit Jean Colnat et lui expose la « politique de présence » qu’il attend d’un correspondant permanent qui doit « affirmer en toute occasion la présence de l’administration des Affaires culturelles ». Colnat préfère démissionner, avouant qu’il ne croit plus à sa mission : « Au début, quand j’ai élaboré les rapports de 1965 et 1966 et la carte des équipements souhaités, je croyais à leur utilité, mais l’expérience a montré que ces travaux sont restés sans effet. De plus, quand le correspondant permanent n’est pas ordonnateur secondaire, il ne peut pas être l’interlocuteur unique du préfet de région, comme le veut le ministère »79. Il est vrai qu’en 1968, il avait longuement pris parti pour un délégué régional primus inter pares, au sein d’un CRAC renforcé, mais contre un directeur régional, terme trop hiérarchique. D’ailleurs, la réunion de toutes les compétences de la culture dans un seul homme n’est tout simplement pas humaine ! L’expérience s’achève ici dans l’incompréhension et dans l’échec.

28Les archivistes ont donc participé largement à une aventure administrative majeure de l’histoire du ministère de la Culture. Grâce à eux, et à leurs homologues issus des autres secteurs de la culture, malgré l’absence de moyens et en dépit des obstacles de toute sorte, la matière culturelle a pu faire son entrée à part entière dans les mécanismes planificateurs. Désormais, la culture est reconnue comme un des dix secteurs individualisés des équipements collectifs. De la sorte, ils ont contribué à l’émancipation du département ministériel de la Culture de la tutelle que l’Éducation nationale, la Jeunesse et les Sports ou le Tourisme prétendaient plus ou moins ouvertement lui imposer.

29Ce faisant, ils ont prêté leur concours à une entreprise qui, dès son origine, était clairement conçue comme préparatoire à l’installation de directions régionales que, pour leur grande majorité, ils refusaient et redoutaient. À ce titre, ils ont été les instruments, assez involontaires, d’un détour politique, pour ne pas dire d’une habile manœuvre, conçus par un André Malraux conscient de l’impossibilité d’imposer sans étape intermédiaire une représentation régionale du ministère unique à des directions jalouses de leur indépendance et fortes de leur histoire.

Haut de page

Notes

1 Directeur/Direction régional(e) des Affaires culturelles.


2 J.-L. Bodiguel, L’Implantation du ministère de la Culture en région, naissance et développement desdirections régionales des Affaires culturelles, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2000, 333 p., et « Naissance et affirmation des directions régionales des Affaires culturelles », dans Ph. Poirrier, J.-P. Rioux (dir.), Affaires culturelles et territoires (1959-1999), Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2000, 336 p., p. 21-46.

3 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.


4 Ou des préfets et sous-préfets de retour d’Algérie, Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

5 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.


6 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.

7 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.


8 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

9 L’expression est de Jean Autin, premier directeur de l’administration générale du ministère, Arch. nat., centre des archives contemporaines, 19890356/2, note du 27 janvier 1965.


10 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.


11 « La mission de coordination dévolue aux comités régionaux des Affaires culturelles rend souhaitable que l’articulation suivante, qui a été définie en collaboration avec certains d’entre vous, puisse, en raison de l’équilibre qu’elle est susceptible d’instaurer, s’établir prochainement dans les différentes circonscriptions régionales », Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

12 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

13 Circulaire du 24 février 1965, Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.


14 Ibid.


15 Circulaire du 23 mars 1964, Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

16 Ibid.

17 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.


18 Ibid.


19 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

20 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.


21 Arch. dép. Loiret, 1049 W 78677.


22 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

23 Gazette des archives, nouvelle série, n° 42-43, 3e et 4e trimestre 1963, p. 123-127.


24 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274, 1049 W 78677 ; Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

25 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

26 Arch. dép. Nord, 1217 W 17.

27 Le conservateur est à Lille.


28 Le conservateur est à Versailles, puis à Tours.

29 Le conservateur est à Caen.


30 Le conservateur est à Tours.


31 Le conservateur est à Clermont-Ferrand.

32 Le conservateur est à Périgueux.


33 Le conservateur est à Versailles.


34 Le conservateur est à Strasbourg.


35 Le conservateur est à Aix-en-Provence.

36 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.


37 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.


38 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1125 W 274. André Holleaux l’avoue dans ses souvenirs : « L’administration des Archives était la seule du ministère qui disposât de directeurs départementaux, issus de l’École des chartes, parfois des femmes, tous gens solides, que nous utilisâmes comme premiers « correspondants » du ministère dans les régions. Ce titre d’aspect mineur n’était « justifié » que par le fait que la tâche était bénévole ! », Malraux ministre au jour le jour, souvenirs d’André Holleaux, Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, 2004, 188 p. (p. 157).

39 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

40 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.


41 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/4.

42 Note du 2 août 1973, Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274.

43 Note du 10 juillet 1973, Arch. dép. Loiret, 1049 W 78677.

44 Arch. dép. du Loiret, 1026 W 74475.

45 Note du 14 mars 1964, Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

46 Note à André Holleaux du 4 novembre 1964, Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19 890 356/2.

47 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

48 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.


49 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.


50 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.


51 P. Goetschel, Renouveau et décentralisation du théâtre, 1945-1981, Paris, PUF, 2004, 500 p. ; R. Abichared (dir.), La Décentralisation théâtrale, t. III, 1968, le tournant, Arles, Actes Sud, 2005, 242 p.


52 G. Patitucci, Comédie de Bourges, centre dramatique national, 1961-1968, au cœur de la ville, au cœur du temps, Bourges, Double-Cœur, 2004, 256 p.

53 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.

54 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475 : 4 juillet 1963, 5 décembre 1963, 14 janvier 1964, 29 avril 1963, 9 janvier 1964, 19 mai 1964, 26 octobre 1964, 5 mars 1965.

55 Ibid.

56 Arch. dép. Loiret, 1049 W 78677.


57 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 262.

58 Le cas d’André Villard, « d’une grande culture, connaissant bien la région, d’une extrême bonne volonté », mais handicapé par les séquelles d’une hémiplégie étant mis à part. Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

59 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/2.

60 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274.

61 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.

62 Arch. dép. Loiret, 1026 W 74475.


63 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/5.

64 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/4.

65 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/7.


66 Lettre au directeur général des Archives de France, 24 décembre 1964, Arch. dép. Loiret, cote prov. 1125 W 274.

67 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/4 ; Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274.

68 Gazette des archives, n°42-43, 3e et 4e trimestres 1963, p. 165.

69 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.

70 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.


71 Arch. dép. Nord, 3 T 1931.

72 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 274.

73 Gazette des archives, n° 20, 1956, p. 44-49.

74 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/7.

75 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/7.

76 Arch. dép. Loiret, 1217 W 17.

77 Arch. dép. Loiret, cote prov. 1225 W 290.

78 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/6.

79 Arch. nat., Centre des archives contemporaines, 19890356/5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Marcilloux, « Les archivistes et les comités régionaux des affaires culturelles : une occasion manquée ? », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 187-203.

Référence électronique

Patrice Marcilloux, « Les archivistes et les comités régionaux des affaires culturelles : une occasion manquée ? », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/166

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org