Navigation – Plan du site
Troisième partie : Les archivistes
L'évolution du métier

Les généalogistes aux archives : de la « mauvaise réputation » à la « compréhension réciproque »

Le cas du nord de la France et de la Belgique
Christophe Drugy
p. 205-214

Texte intégral

« Quand on regarde en arrière ce qu’étaient les salles de lecture des archives départementales et ce qu’elles sont devenues aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de constater une évolution fantastique. Quand je suis entré dans la carrière, il y a près de quarante ans, la salle de lecture des archives de l’Aube à Troyes où je débutais était souvent vide, au point que lorsqu’il venait un chercheur de l’autre bout de la France et à plus forte raison un étranger, je l’invitais à déjeuner [...] ».

  • 1 G. Bernard, « Généalogistes et archivistes. Histoire d’une réconciliation », Généalogie Magazine, n (...)

1Ainsi s’exprimait Gildas Bernard, inspecteur général des Archives de France, au début d’un article intitulé « Généalogistes et archivistes. Histoire d’une réconciliation » paru dans une revue généalogique nationale il y a près de quinze ans1. Aujourd’hui, en 2004, au lendemain de l’inauguration des nouveaux locaux des archives départementales du Nord, les archivistes auraient bien du mal à recevoir à déjeuner tous leurs lecteurs, sauf à organiser une sorte de vaste banquet républicain !

  • 2 J. Favier, Introduction à « Archives and Genealogical Sciences. Les Archives et les Sciences généal (...)
  • 3 C. Drugy et G. Magdonnelle, Guide du généalogiste en Belgique et dans les anciens Pays-Bas (Flandre (...)

2C’est bien des relations entre les archivistes et les généalogistes dont il sera question ici, de la « mauvaise réputation » à la « compréhension réciproque », selon une formule empruntée à Jean Favier2, historien et grand administrateur de l’institution française des Archives. À la fois usager des archives, généalogiste amateur et historien de formation, j’ai observé l’activité généalogique de part et d’autre de la frontière franco-belge, en rédigeant un guide de recherches édité en 2000 et auquel ont collaboré à l’époque plus de cinquante archivistes français, belges et luxembourgeois3. Dans le temps qui m’est ici imparti, j’aborderai trois questions. Qui sont les généalogistes dans le nord de la France et en Belgique ? Comment ont-ils investi les archives et avec quelles attentes ? Quelle a été la réponse des archivistes ?

Qui sont les généalogistes ?

  • 4 P. Cabanel, « La fièvre généalogique », conférence du 12 décembre 1997 à la 1re biennale de généalo (...)

3Pourquoi la « fièvre généalogique »4 de ces dernières années ? L’historien Patrick Cabanel (Université de Toulouse-Le Mirail), dans une conférence donnée à Paris en 1997, établit un lien entre la croissance des généalogistes dans les services d’archives nationales et départementales et le contexte économique de crise qui caractérise les années soixante-dix : la société française qui doute alors de son avenir retourne à la terre – physiquement, par la lecture d’ouvrages tels que ceux d’Emmanuel Leroy Ladurie et par un intérêt accru pour les documents d’archives.

  • 5 Sondage réalisé par la Sofrès pour Le Monde et France-Culture les 10 et 11 octobre 2001 auprès de 1 (...)

4Ce rapport particulier à l’Histoire se confirme en 2001, avec la publication dans le quotidien Le Monde d’un sondage soulignant « La passion des Français pour leur mémoire individuelle et collective »5. À la question « Quelles sont les archives que vous aimeriez consulter si vous en aviez la possibilité ? », les sondés répondent en premier « Actes de naissance, mariage ou décès ».

  • 6 C. Drugy, « Sondage 91-92 : l’AGP et vous », Généalogie 62, n° 37, janvier-mars 1993, p. 7-10.


5Qui sont les généalogistes dans le nord de la France et en Belgique ? J’ai tenté personnellement de répondre à cette question à la fin de 19916 en analysant les réponses à un questionnaire envoyé aux mille membres du cercle généalogique du Pas-de-Calais. Ce sont très majoritairement des hommes (65 %), pour moitié des retraités, 40 % ne vivant pas dans la région, ayant des racines dans le Nord (pour 67 %) et en Belgique (43 %). Patrick Cabanel voit dans la forte densité généalogique du nord de la France une réponse à la désindustrialisation, aux blessures de l’histoire économique récente, la généalogie constituant une sorte de thérapie. Dès lors, peut-on proposer une même hypothèse pour la Wallonie voisine où le nombre de généalogistes a fortement progressé dans les années 1970 à 1990 ? En Belgique, la pratique de la généalogie est plus ancienne qu’en France, au sein de structures fondées avant et après la seconde guerre mondiale. Mais, c’est alors une pratique réservée à un nombre restreint d’amateurs éclairés. Si la démocratisation de la généalogie a été plus précoce en Flandre, cela est sans doute dû à la proximité géographique et culturelle des Pays-Bas, premier foyer généalogique mondial, et à des raisons identitaires.

  • 7 C. Drugy, « Généalogie et généalogistes dans l’Europe du Nord-Ouest (nord de la France, Belgique, P (...)

6Quoi qu’il en soit, on ne peut pas mesurer l’évolution du poids des généalogistes sans évoquer leur appartenance à des réseaux associatifs spécifiques. Quelques chiffres : en 1971, une seule et unique association généalogique dans le Nord-Pas-de-Calais contre trois en Belgique au début des années 1960. Aujourd’hui, d’après un comptage7 effectué de 1998 à 2004 : une trentaine de cercles dans les deux départements français ; un réseau aussi dense en Belgique, mais avec un déséquilibre entre Wallonie et Flandre (où deux associations sans but lucratif regroupent toutes les sections locales) ; une fédération belge composée de douze membres qui sont de fait des sociétés savantes ; une fédération flamande ; pas d’organisation fédérale dans la partie francophone du pays ; côté français, une « union régionale » : fondée en 1985, détachée de la fédération nationale en 1996, elle regroupe quinze cercles totalisant 5 500 adhérents en 2004 (contre 8 membres et 2 000 adhérents en 1992).

  • 8 C. Lannette, « Le lectorat des services d’archives départementales du Nord », Revue du Nord, n° 335 (...)
  • 9 Enquête dite « TRA » du Laboratoire de démographie historique sur la mobilité sociale et géographiq (...)

7Sur ces réseaux associatifs, dont Claude Lannette a souligné l’importance dans un article de la Revue du Nord consacré au lectorat des archives départementales du Nord8, il y aurait beaucoup à dire : sur leurs liens avec les sociétés savantes dans le Nord, sur les enquêtes généalogiques entreprises dans le Pas-de-Calais à l’initiative d’historiens démographes et de généticiens9, sur le rôle du mécénat en Belgique (publications du Crédit communal de Belgique devenu Dexia Banque). Mon propos n’est pas de détailler ces actions communes qui sont le fait de généalogistes affiliés à des cercles et de chercheurs scientifiques et non d’archivistes. Ceux-ci se doivent d’accueillir, à côté des membres des cercles, des « chasseurs d’ancêtres » indépendants, sans compter, en France, les généalogistes professionnels, « familiaux » ou « successoraux ». Tous ont en effet en commun la fréquentation des archives, thème que je vais aborder maintenant.

Les généalogistes aux archives et leurs attentes

8Quelle est la part des généalogistes dans le lectorat des services d’archives de part et d’autre de la frontière franco-belge ? Une enquête réalisée il y a cinq ans et renouvelée en vue de cette communication permet de le savoir. On constate des exceptions (10 % à Bruges). Dans les villes universitaires (Lille), le lectorat est plus diversifié. Mais, le poids relatif des généalogistes – du moins de ceux inscrits comme tels au moment de leur inscription – est généralement important (70 à 90 %).

  • 10 L’auteur remercie R. Cleyet-Michaud (Arch. dép. Nord) et J.-E. Iung (Arch. dép. Pas-de-Calais) qui (...)

Tabl. 1 : Les généalogistes aux archives dans les services d’archives départementales (France) et les archives de l’État dans les provinces (Belgique)10

Service d’archives

de généalogistes dans le lectorat total ?

Extension récente des locaux ?

Arch. dép. Nord

56 % en 2001

52 % en 2002

63 % en 2003

Oui (2004) : 83 places pour la consultation des documents originaux + 64 places pour les microfilms et les bases de données sur PC

Arch. dép. Pas-de-Calais

73 % en 2002

73 % en 2003

Non, mais 2 salles de lecture dont celle du Centre Georges Besnier (Arras), baptisée « section des archives contemporaines et généalogie »

Arch. État Anderlecht

85 % en 2004 en hausse

Non (locaux neufs)

Arch. État Arlon

85 % en 2004 en hausse

Non

Arch. État Beveren

80 % en 2004 en hausse

Oui (2 000)

Arch. État Brugge

10 % en 2004 en hausse

Oui

Arch. État Eupen

~ 70 % en 2004 en hausse

Non

Arch. État Kortrijk

~ 74 % en 2004 stable

Non

Arch. État Leuven

80 à 90 % en 2004 stable

Dépôt ouvert en déc. 2001

Arch. État Mons

84 % en 2003 stable

Oui (espace pour lecteurs de microfilms)

Arch. État Namur

70 % en 204

/

Arch. État Saint-Hubert

~ 90 % en 2004 stable

Oui

Arch. État Tournai

90 % en 2004 en hausse

Non

  • 11 C. Drugy et G. Magdonnelle, op. cit., p. 50-62 [liste non exhaustive].


Tabl. 2 : Les généalogistes aux archives dans 20 services d’archives communales en Belgique (en 1998-2000)11

Dépôt communal

du lectorat total

Dépôt communal

du lectorat total

AC Aalst

60

AC Hasselt

89

AC Antwerpen

30

AC Hoogstraten

90

AC Ath

40

AC Ieper

75

AC Bruxelles

30

AC Liège

60

AC Charleroi

20

AC Lier

90

AC Dendermonde

80

AC Leuven

40

AC Eeklo

90

AC Mol

40

AE Eupen

75

AC Roeselare

70

AC Geel

60

AC Sint-Niklaas

70

AC Gent

15

AC Veurne

80

  • 12 Nous remercions tout spécialement Claude Depauw, archiviste de la ville de Mouscron, qui nous a rem (...)

9Nous pouvons ajouter à cette liste l’exemple du service des archives communales de Mouscron, ville belge frontalière pour laquelle nous disposons de statistiques détaillées12 couvrant la période 1987 à 2003. Ce cas est représentatif : poids croissant des généalogistes dans le lectorat total (jusqu’à 94,8 % en 2002, 84,9 % en 2003), un cinquième de lecteurs étrangers, l’aménagement de nouveaux locaux nécessaires au traitement et à la conservation des fonds mais aussi à même d’accueillir un public toujours plus nombreux.

10Quels documents les généalogistes consultent-ils en priorité dans ces centres d’archives ? C’est une autre question à laquelle nous avons répondu en interrogeant en 2004 des personnes affiliées à deux associations du Nord et à une du Pas-de-Calais.

  • 13 D’après un questionnaire remis aux membres du GGRN (Groupement généalogique de la région du Nord, W (...)

Tabl. 3 : Les généalogistes et leur fréquentation des archives du Nord et du Pas-de-Calais13

GGRN

AGFH

AGP

Qui ?

Hommes

62 %

70 %

60 %

Femmes

38 %

30 %

40 %

- 30 ans

0 %

0 %

0 %

30 à 60 ans

35 %

29 %

52 %

+ de 60 ans

65 %

71 %

48 %

***

Département de résidence ?

Nord

82 %

75 %

23 %

Pas-de-Calais

2 %

7 %

43 %

Autre département

16 %

18 %

34 %

Fréquentation des archives départementales ?

Oui

62 %

58 %

71 %

Fréquentation des archives communales ?

Oui

71 %

58 %

81 %

Quels documents y sont consultés ?

Microfilms registres paroissiaux et état civil

86 %

80 %

92 %

Notariat

51 %

48 %

42 %

Sources fiscales et judiciaires

15 %

19 %

10 %

Livres

46 %

41 %

42 %

Autres documents

22 %

14 %

18 %

11Sans surprise, l’état civil ancien et moderne est la source généalogique la plus consultée, sous forme de microfilms. Toutefois, il est intéressant de constater l’intérêt du public pour les actes notariés et la documentation contenue dans les bibliothèques des services d’archives (travaux universitaires, bulletins périodiques des sociétés savantes). Pour ce qui est de la fréquentation de tel ou tel dépôt, les habitudes varient en fonction de la distance entre le domicile des lecteurs et les lieux de recherche. On note par exemple, pour le Pas-de-Calais, que les généalogistes sont nombreux à ne pas être domiciliés dans leur département d’origine.

  • 14 S. Dormard, « Les attentes des généalogistes » dans Les Archives et leurs publics. Actes de la jour (...)

12Quelles sont précisément les attentes de ces généalogistes envers les services d’archives ? En 1996, elles ont été exprimées par Serge Dormard, un universitaire lillois également responsable d’un cercle généalogique du Nord, qui intervenait devant un public franco-belge d’archivistes réuni à Villeneuve d’Ascq14. Ses propos peuvent se résumer en sept points :

  • Une augmentation de la capacité d’accueil des salles de lecture


  • Des horaires d’ouverture aménagés


  • Le maintien et/ou la mise en place d’une ouverture le samedi matin


  • Une plus grande souplesse dans la communication des microfilms


  • Le prêt interservices des microfilms


  • Un coût moindre des photocopies


  • Une consultation des généalogistes avant la mise au pilon de documents pouvant les intéresser

  • 15 Les responsables de six associations – AGFH (Valenciennes), CEGD (Douai), CEGP7V (Hesdin), GGAC (Ca (...)

13Aujourd’hui, les préoccupations des généalogistes, ou du moins des responsables d’associations, sont les suivantes15 :

  • Des inquiétudes, mais aussi des espérances et de l’intérêt quant à la numérisation de certains fonds (à partir des sources originales ou des microfilms)

  • La volonté de mener à bien des opérations communes (actions de numérisation et publications)

  • Le souhait d’une plus grande considération de la part des chefs de service (exprimé par une seule personne)

La réponse des archivistes

14J’ai envoyé à chaque chef de section des archives de l’État en Belgique le questionnaire ci-dessous :

15Fréquentation

  • Ces dernières années le nombre de généalogistes est-il en augmentation dans votre salle de lecture ?
- Quel pourcentage représentent-ils au total ?

  • Travaux

  • L’augmentation du nombre de lecteurs a-t-elle eu pour conséquence une extension de vos locaux ?


16Instruments de travail


  • Avez-vous mis au point des répertoires/tables/outils spécifiques aux généalogistes ?

  • Les associations sans but lucratif (ASBL)

  • Quels sont vos rapports avec les ASBL de généalogistes ? Ces ASBL déposent-elles leurs publications dans votre dépôt d’archives ?

  • Les nouvelles technologies

  • À l’avenir, envisagez-vous de mettre les documents les plus consultés sur PC ? CD- Rom ? Sur Internet ?

17
Généralités


  • Voyez-vous quelque chose à ajouter sur la présence de généalogistes dans vos archives ? Sur les problèmes ? Sur les solutions à apporter ?

18Pour le Nord et le Pas-de-Calais, j’ai ajouté à cette liste une question sur le lien entre nombre de demandes à caractère généalogique et fonctionnement du service (voir tableau ci-après).

Tabl. 4 : Généalogistes et archivistes. Le cas des archives départementales du Nord et du Pas-de-Calais

Service d’archives

Les demandes à caractères généalogique

Utilisation des nouvelles technologies

Rapports
avec les associations

Arch. dép. Nord

Une dizaine par jour (état civil, notariat, matricules) : les délais de réponse s’allongent (1 à 3 mois).

Une personne à temps plein occupée par les communications de microfilms avec déplacement.

Programme de numérisation du cadastre napoléonien (forte demande).


Tables décennales en cours de numérisation (jusqu’en 2006), avec diffusion ultérieure de CD-Rom.

Numérisation de l’état civil pour 2005-2008.


Inventaire des microfilms actuellement sur le site web des Sources généalogiques et historiques des provinces du Nord (Lille).

Panorama de l’ensemble des fonds disponible sous forme de guide électronique.

Des relais efficaces, mais le nombre d’associations multiplie les interlocuteurs. Pas d’autorisation de numérisation globale de l’état civil.

Trois bénévoles pour classer le « Cumulus ».

Arch. dép. Pas-de-Calais

650 courriers généalogiques (au sens large) en 2003 et 556 en 2004.


Une personne à temps plein occupée à la gestion des microfilms.

Registres originaux récents transférés par commodité au centre Georges Besnier.

5 Mi en ligne pour le printemps 2005 (état civil nicrofilmé).
Numérisation à venir de la sous-série 3 Q (enregistrement).

La mise à jour du Petit guide du lecteur (1991) sera consultable en ligne.

Très bons rapports.


Les sous-séries 46 J et 63 J destinées aux dépôts des généalogistes doivent s’accroître.


Les pistes de recherche publiées dans le bulletin Histoire & Mémoire sont particulièrement destinées aux généalogistes.

  • 16 Les tableaux1, 4 et 5 constituaient initialement un seul et même document. Pour la publication dans (...)

Tabl. 5 : Généalogistes et archivistes. La situation dans les archives de l’État (Belgique)16

Service d’archives

Instruments de travail généalogiquesa

Utilisation des nouvelles technologies

Rapports
avec les associations

Arch. État Anderlecht

Tables alphabétiques

À voir avec les Archives générales du Royaume

Rapports distants. Abonnement aux publications des cercles.

Arch. État Arlon

Non

Rien de prévu

Dépôt à titre privé de tables dressées par des généalogistes.

Arch. État Beveren

Oui

Oui (projet pilote de numérisation des registres paroissiaux de la province d’Anvers)

Bons rapports.
Dépôt des publications.

Arch. État Brugge

Oui

Voir Kortrijk
Voir aussi la mise en place de la base DIWVAb

Dépôt des publications.

Arch. État Eupen

Oui (tables)

Documents consultables sur PC (projet)

Bons à très bons rapports. Dépôt des publications.

Arch. État Kortrijk

Début de numérisation de l’état civil par une équipe de bénévoles (disponible sur CD- Rom).

Achat de publications. Quelques dons.

Arch. État Leuven

Oui

À voir avec les Archives générales du Royaume

Très bons rapports. Bibliothèque conservée aux Archives.

Arch. État Mons

Oui (inventaires et tables publiés ou non)

Non

Collaboration avec membres de l’AGHB, du SCGD, du cercle de Seneffec.

Arch. État Namur

Oui (inventaires et tables)

Non (pas de moyens techniques)

Relations suivies. Achat de publications

Arch. État Saint- Hubert

Oui (guide à usage interne : sources généalogiques par commune)

À voir avec les AGR

Pas de dépôt de publications par les ASBL.

Arch. État Tournai

Oui (tables)

Pas d’équipement en PC

Achat de publications.

a. Le terme « tables » renvoie aux tables alphabétiques des registres paroissiaux constituées au XIXe siècle et aux tables décennales de la période contemporaine. Les services d’archives ont plus rarement réalisé d’autres tables.
b. Base de données « Digitalisatie West-Vlaasme Akten » (Numérisation des actes de Flandre occidentale). c. AGHB = Association généalogique du Hainaut belge ; SCGD = Service de centralisation des études généalogiques et démographiques de Belgique (Bruxelles).

19Si la liste des revendications des usagers peut paraître a priori déraisonnable aux archivistes, il faut constater que les actions entreprises par ces derniers en faveur des publics – généalogistes en tête – ont été nombreuses et les coopérations fréquentes, tant dans la région Nord-Pas-de-Calais que chez nos voisins belges.

20D’abord, relevons que les services publics d’archives ont augmenté leur capacité d’accueil en France (réaménagement du centre Georges Besnier à Arras pour les archives du Pas-de-Calais ; inauguration de nouveaux locaux aux archives départementales du Nord à Lille en octobre 2004) et en Belgique (archives de l’État de Beveren, Leuven et Anderlecht).

  • 17 P. Bertholet, « Le public des généalogistes en Belgique » dans Les Archives et leurs publics. Actes (...)

21Ensuite, les archives ont amélioré la sensibilisation du public à la recherche en renforçant sa formation : en Belgique, publication de nouveaux guides par dépôts provinciaux, en remplacement des deux volumes publiés en 1975 sur la Flandre et la Wallonie, mise à disposition d’instruments de travail téléchargeables sur le site Internet des Archives générales du Royaume, réalisation de guides plus spécialement destinés aux généalogistes (à Liège)17 ; en France, réouverture de cours de paléographie à Lille et à Arras, publication d’un guide destiné au grand public aux archives du Pas-de-Calais et diffusion d’un bulletin périodique d’informations.

22Par ailleurs et surtout, les exemples d’opérations réalisées en commun par les archives et les généalogistes groupés en associations sont multiples :

  • Rédaction d’un code de déontologie par les associations généalogiques avec le concours des services d’archives (Nord-Pas-de-Calais, 1988)

    • 18 Il faut toutefois souligner l’absence de très nombreux archivistes à la table ronde organisée à l’i (...)
    • 19 Union régionale des associations généalogiques du Nord-Pas-de-Calais (Arras).

    • 20 Vlaamse Vereniging voor Familiekunde, ou Association généalogique flamande (Anvers).

    Participation des archivistes aux réunions de généalogistes18 (déplacement de Jean Favier, directeur des Archives de France, avec l’inspecteur général Gildas Bernard, au Xe Congrès national de généalogie à Arras en mai 1989) ; présence des archivistes français – départementaux et communaux – aux assemblées générales de quelques associations (intervention devant les représentants de l’URAG 59-62)19 ; collaboration entre le VVF20 et les archives communales de Bruges pour l’organisation du dernier congrès international de généalogie et d’héraldique, (septembre 2004)

  • Publications en commun : édition en 1996 de la thèse de C. Dhérent par les Sources généalogiques et historiques des provinces du Nord ; coédition des Monumens de Saint-Genois par les Archives générales du Royaume et les SGHPN en 1998 ; édition par les Archives générales du Royaume en 1996 d’un Vade Mecum Genealogicæ Belgicæ dû à la fédération belge de généalogie ; collaboration des archivistes au Guide du généalogiste en Belgique paru en 2000.

  • Sauvegarde de certains fonds d’archives par microfilmage (archives du Nord et SGHPN)

  • Mise en ligne sur Internet d’index des microfilms conservés aux archives (site Genenord et archives du Nord, pour la base « Nordfilm »)

  • Ouverture des pages Web d’un service d’archives communales sur un site Internet généalogique (archives de Douai et site Genenord)

    • 21 Voir supra note 20.

    Coopération archivistes/généalogistes pour la numérisation et l’indexation de documents (Flandre occidentale, base DIWVA21)

  • Utilisation de documents normalisés communs pour les relevés d’actes d’état civil (archives du Pas-de-Calais et association généalogique du Pas-de-Calais, années 1980, pour l’usage des fiches TRA mises au point par le Laboratoire de démographie historique)

  • Participation de bénévoles au classement de fonds (archives départementales du Nord, en cours)

  • Recours des archivistes (Association des archivistes français) aux généalogistes pour des actions de formation auprès des personnels (2004-2005)

  • Présence de bénévoles dans les salles de lecture d’archives (AGP et archives départementales du Pas-de-Calais en 1984 ; VVF et archives communales d’Anvers dans les années 1990)

23Pour autant, compte tenu de la croissance des lecteurs et du succès grandissant des nouvelles technologies, des blocages subsistent ou de nouvelles demandes des uns envers les autres apparaissent :

  • La saturation de certains locaux (archives communales, salles des microfilms) et l’accès limité à d’autres (archives diocésaines, archives militaires) persistent

  • La cohabitation entre les différents usagers (généalogistes, étudiants, autres chercheurs) en est rendue plus difficile

  • En Belgique, la salle de la généalogie des Archives générales du Royaume est fermée et non totalement remplacée, le Brabant wallon restant privé d’un dépôt d’archives de l’État (prévu à Louvain-la-Neuve) et les microfilms de la province de Luxembourg n’étant plus consultables à Bruxelles

  • Les usagers français du Nord, habitués à une ouverture complète des archives de l’État le samedi en Belgique, souhaitent le maintien du service français, ce qui est loin d’être assuré à moyen ou long terme

  • Des guides bilingues font défaut pour la Belgique néerlandophone
- Les délais de réponse au courrier des services d’archives s’allongent (courrier papier et électronique)
- Compte tenu de l’importance de la masse documentaire liée au nombre de communes (côté français), les programmes de numérisation sont très coûteux, et les innovations plus lentes à se mettre en place que dans d’autres départements (la Mayenne, par exemple)

24Au terme de cet exposé, est-il utile de redire que l’évolution du nombre de généalogistes, leur méconnaissance initiale des archives, la multiplicité des attentes de cette nouvelle catégorie de lecteurs ont suscité la légitime inquiétude de ceux qui ont la garde de notre patrimoine écrit. Cela est vrai ici comme ailleurs.

25Dans le même temps, notre étude montre que le mouvement associatif – particulièrement dense dans nos provinces – a favorisé la mise en place d’un dialogue au service d’une meilleure compréhension et que, souvent, les uns et les autres ont voulu aller plus loin, engageant des actions variées de coopération. Et si les pouvoirs publics ont donné aux services d’archives les moyens de mieux faire face à une demande croissante de communications (en France plus qu’en Belgique ?), les généalogistes d’aujourd’hui sont aussi mieux formés à la recherche et mieux informés sur les missions des archivistes.

26Pour autant, on peut se demander si ces derniers doivent continuer de chercher à satisfaire une catégorie du public en majorité intéressé par un nombre limité de fonds ou si, au contraire, ils doivent favoriser l’accès aux sources généalogiques en dehors des salles de lecture afin de répondre davantage aux attentes d’autres chercheurs consultant sur place d’autres documents. De ce point de vue, il n’est pas étonnant que le recours aux nouvelles technologies de l’information soit devenu la question qui préoccupe les archivistes et les généalogistes. Mais, dans le Nord comme dans le Pas-de-Calais, en Flandre comme en Wallonie, la numérisation – nommée aussi de l’autre côté de la frontière « digitalisation » – n’en est qu’à ses débuts. Il est donc à ce jour impossible d’en mesurer l’incidence sur la fréquentation des services d’archives. L’avenir des relations généalogistes/archivistes dépend aussi de la façon dont ce nouveau pas sera franchi.

Haut de page

Notes

1 G. Bernard, « Généalogistes et archivistes. Histoire d’une réconciliation », Généalogie Magazine, n° 100, décembre 1991, p. 5-6.

2 J. Favier, Introduction à « Archives and Genealogical Sciences. Les Archives et les Sciences généalogiques », Archivum, vol. XXXVII, 1992, p. XII-XV.

3 C. Drugy et G. Magdonnelle, Guide du généalogiste en Belgique et dans les anciens Pays-Bas (Flandre, Artois, Hainaut, Luxembourg), Paris, Christian, 2000, 201 p.

4 P. Cabanel, « La fièvre généalogique », conférence du 12 décembre 1997 à la 1re biennale de généalogie et d’histoire des familles (Paris).

5 Sondage réalisé par la Sofrès pour Le Monde et France-Culture les 10 et 11 octobre 2001 auprès de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus, publié dans Le Monde du mardi 6 novembre 2001, p. 32.

6 C. Drugy, « Sondage 91-92 : l’AGP et vous », Généalogie 62, n° 37, janvier-mars 1993, p. 7-10.


7 C. Drugy, « Généalogie et généalogistes dans l’Europe du Nord-Ouest (nord de la France, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg). Bilan et perspectives » dans Actes du 24e Congrès international des sciences généalogique et héraldique, Besançon, 2 au 7 mai 2000, Paris, FFG, 2002, p. 133-142.

8 C. Lannette, « Le lectorat des services d’archives départementales du Nord », Revue du Nord, n° 335-336, avril-septembre 2000, p. 393-401.

9 Enquête dite « TRA » du Laboratoire de démographie historique sur la mobilité sociale et géographique ; programme « PAGI » (Populations anciennes et généalogies informatisées, du département d’histoire de l’INRA ; enquête de l’INED sur la transmission du glaucome.

10 L’auteur remercie R. Cleyet-Michaud (Arch. dép. Nord) et J.-E. Iung (Arch. dép. Pas-de-Calais) qui ont mis à sa disposition les statistiques relatives à leur service et ont répondu à ses autres interrogations. La direction des Archives générales du Royaume (Bruxelles) n’ayant finalement pas fourni de données sur l’ensemble des dépôts des archives de l’État, l’auteur a interrogé les chefs de section. Qu’ils soient ici également remerciés de leur contribution. Ce tableau, incomplet, ne comprend pas les dépôts d’Antwerpen, Gent, Hasselt, Huy et Ronse. Le questionnaire est repris plus bas, dans la troisième partie de cette communication.

11 C. Drugy et G. Magdonnelle, op. cit., p. 50-62 [liste non exhaustive].


12 Nous remercions tout spécialement Claude Depauw, archiviste de la ville de Mouscron, qui nous a remis un dossier très documenté sur l’évolution de la fréquentation de son service, outre un article à paraître dans Archives et Bibliothèques de Belgique sur « Les nouveaux locaux des archives de la Ville de Mouscron ». Voir à ce sujet la communication présentée p. 135-146.

13 D’après un questionnaire remis aux membres du GGRN (Groupement généalogique de la région du Nord, Wambrechies), de l’AGFH (Association généalogique Flandre-Hainaut, Valenciennes) et de l’AGP (Association généalogique du Pas-de-Calais, Hénin-Beaumont) au cours de leur assemblée générale 2004. Que les responsables de ces trois associations soient ici remerciés d’avoir permis la réalisation de cette enquête.

14 S. Dormard, « Les attentes des généalogistes » dans Les Archives et leurs publics. Actes de la journée d’étude franco-belge organisée aux archives communales de Villeneuve d’Ascq (20 juin 1996), Villeneuve d’Ascq, 1998, p. 39-40.

15 Les responsables de six associations – AGFH (Valenciennes), CEGD (Douai), CEGP7V (Hesdin), GGAC (Cambrai), GGRN (Métropole lilloise) et GéniWal (Brabant wallon) – ont bien voulu répondre à nos questions.

16 Les tableaux1, 4 et 5 constituaient initialement un seul et même document. Pour la publication dans les actes du colloque, il a été divisé en trois parties. Seul le tableau 3 a été présenté dans son intégralité au cours de la communication du 2 décembre 2004.

17 P. Bertholet, « Le public des généalogistes en Belgique » dans Les Archives et leurs publics. Actes de la journée d’étude franco-belge organisée aux archives communales de Villeneuve d’Ascq (20 juin 1996), Villeneuve d’Ascq, 1998, p. 35-37. Cette communication ne porte pas de fait sur l’ensemble de la Belgique mais sur le public des archives de l’État à Liège. L’auteur y explique comment, à la suite d’une exposition, il a réalisé un petit guide de 31 pages destiné aux généalogistes.

18 Il faut toutefois souligner l’absence de très nombreux archivistes à la table ronde organisée à l’initiative de V. Doom et de l’URAG 59-62, le 29 septembre 2001 aux archives municipales de Douai.

19 Union régionale des associations généalogiques du Nord-Pas-de-Calais (Arras).


20 Vlaamse Vereniging voor Familiekunde, ou Association généalogique flamande (Anvers).

21 Voir supra note 20.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/168/img-1.png
Fichier image/png, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Drugy, « Les généalogistes aux archives : de la « mauvaise réputation » à la « compréhension réciproque » », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 205-214.

Référence électronique

Christophe Drugy, « Les généalogistes aux archives : de la « mauvaise réputation » à la « compréhension réciproque » », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/168

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org