Navigation – Plan du site
Troisième partie : Les archivistes
L'évolution du métier

Le métier d’archiviste en communauté germanophone de Belgique ou

Comment sauvegarder la mémoire collective d’une minorité
Alfred Minke
p. 215-222

Texte intégral

  • 1 Cf. par ex. A. Minke, « Des "frères retrouvés" aux "germanophones de Belgique". Une minorité et son (...)

1Dans la mesure où les médias internationaux s’intéressent à la Belgique, ils ne manquent pour ainsi dire jamais de faire état, d’une part, des tensions, entre-temps presque légendaires, entre Flamands et Wallons et, d’autre part, de Bruxelles, la capitale de l’Europe, présentée souvent comme un des derniers traits d’union entre les frères (et sœurs) ennemis. Presque tout aussi systématiquement, ces mêmes médias omettent de mentionner l’existence à l’extrême-est de la Belgique d’une minorité germanophone, jouissant depuis 1984 d’une très large autonomie et dotée notamment de ses propres parlement et gouvernement1.

2Les raisons de ce silence – qui est d’ailleurs également caractéristique des médias belgo-belges – sont d’abord d’ordre numérique : avec ses 854 km2 de superficie, la région germanophone, autour des petites villes d’Eupen et de Saint-Vith, couvre à peine 3,5 % du territoire national, et ses quelque 72 000 habitants représentent tout juste 0,7 % de la population belge. Ensuite, cette région ne fait partie de la Belgique que depuis la fin de la première guerre mondiale et son histoire, largement différente de celle des autres régions du pays, surtout pour les années 1815 à 1920, où elle appartenait à la Prusse, la rend plus difficilement intelligible pour les Flamands et les Wallons, fort absorbés par le conflit qui les oppose, pratiquement depuis la naissance du royaume de Belgique en 1830. À quoi s’ajoute, in fine, que la plupart des études consacrées à l’histoire des Belges germanophones sont rédigées dans la langue de Goethe, qui, bien qu’étant reconnue par la constitution belge comme troisième langue nationale, sur pied d’égalité juridique avec le néerlandais et le français, n’est cependant guère pratiquée en Flandre, en Wallonie ou à Bruxelles.

3L’ignorance ou, dans le meilleur des cas, la mauvaise connaissance de la minorité germanophone, tant à l’intérieur qu’en dehors de la Belgique, est d’autant plus regrettable que son histoire constitue à maints égards un cas d’espèce, qui illustre fort bien les errements de la politique européenne pendant la première moitié du XXe siècle, mais démontre aussi que, par endroits, les aberrations générées par cette politique ont pu, à long terme, être corrigées de manière tout à fait inattendue et positive.

Trois priorités

  • 2 À propos de la genèse et du développement des archives de l’État à Eupen, cf. A. Minke, « Les archi (...)

4Lorsque, le 28 novembre 1988, le ministre de l’Intérieur du royaume de Belgique arrêta la création d’un dépôt des archives de l’État à Eupen avec, comme ressort, la région germanophone du pays – dépôt dont, sur ordre de l’archiviste général de l’époque, j’avais préparé la création depuis septembre 1987, et dont je devins alors le premier conservateur –, grands furent les espoirs que cette nouvelle institution pourrait contribuer à faire enfin progresser les recherches sur le passé des Belges de langue allemande et améliorer sensiblement la diffusion des informations à ce propos, en Belgique comme dans les pays voisins2.

5Lors de l’inauguration solennelle des archives de l’État à Eupen – l’appellation officielle en allemand est Staatsarchiv Eupen –, le 28 novembre 1989, donc un an, jour pour jour, après leur création, le même ministre de l’Intérieur commença son discours par la déclaration suivante : « Aujourd’hui, vous [les germanophones de Belgique] retrouvez votre passé ». Au-delà de ce que ce genre de phrase peut avoir de conventionnel, le ministre avait fort bien résumé le rôle que la minorité germanophone avait très rapidement dévolu à la nouvelle institution : être le dépositaire de sa mémoire collective, fruit des aléas de l’Histoire.

  • 3 Cf. par ex. M. Chebel, La Formation de l’identité politique, Paris, Éditions Payot & Rivages, 1998.

6D’études sociologiques parues depuis une vingtaine d’années, il ressort, à suffisance, à quel point les minorités sont préoccupées par leur passé, considéré, à juste titre, comme un élément constitutif capital de leur identité3, une identité qui, dans le cas des Belges de langue allemande, a été façonnée au fil des décennies, avant tout par une historiographie souvent subjective, s’attachant, voire s’acharnant à démontrer, soit le caractère germanique ab antiquo de l’actuelle Belgique germanophone, soit son enracinement profond dans une nation « belge », dont les lointaines origines remonteraient à Jules César.

7C’est à partir de cette donne que j’ai déterminé en 1988, en accord avec l’archiviste général du royaume, les grands axes de mon travail d’archiviste de l’État en communauté germanophone de Belgique. Soit dit en passant que l’emploi de la première personne du singulier dans la phrase qui précède n’est pas la conséquence d’un ego surdimensionné, mais tout simplement le reflet de la réalité, le personnel des archives de l’État à Eupen se réduisant entre le 28 novembre 1988 et le 1er septembre 1990 au seul chef de dépôt, qui dut donc définir seul les priorités de son service. Affinées depuis avec les collaboratrices et les collaborateurs, qui ont rejoint les rangs du personnel depuis 1990, ces priorités n’ont cependant jamais varié fondamentalement quant à leur contenu.

  • 4 Cf. les aperçus suivants : A. Minke, Die Bestände des Staatsarchivs Eupen, Übersicht, Bestandsübers (...)

8En tout premier lieu, il s’agissait de procéder à un inventaire systématique de tous les fonds d’archives en possession de l’État belge, produites en région germanophone. Ces fonds avaient été transférés en mars 1989 des archives de l’État à Liège au dépôt d’Eupen, où ils couvraient quelque 450 m de rayonnages. Inventoriés – le plus souvent sommairement – pour un tiers environ, ils constituèrent en quelque sorte le premier « fonds de commerce » des nouvelles archives de l’État à Eupen. Leur inventaire en profondeur prit plusieurs années, permit quelques découvertes inespérées, tel un rouleau de parchemin de 1386 concernant une seigneurie médiévale, et ouvrit à la recherche des sources capitales pour l’histoire de la région germanophone de Belgique au XIXe siècle4.

  • 5 Cf. A. Minke, « Die kommunalen Archive in der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens. Abschließend (...)

9Parallèlement à ce travail d’inventaire, je nouai mes premières relations avec les principaux producteurs d’archives de la région, à savoir les « antennes » des grandes administrations de l’État – en l’occurrence la justice et les finance, les villes et communes ainsi que le gouvernement et le parlement de la communauté germanophone5. Mes tournées d’inspection servirent d’abord à faire connaître la nouvelle institution et à établir les bases d’une politique de conservation consensuelle, visant au respect aussi bien de la législation archivistique que de l’autonomie des administrations inspectées. Je tiens à souligner que la stratégie du dialogue que j’ai adoptée dès le début avec celles-ci, et qui, en dépit des nombreuses carences constatées dans la gestion de leurs archives, s’abstint dans la mesure du possible de brandir l’oriflamme de la législation archivistique, s’est avérée, à la longue, payante. Au demeurant, le fait que, pour la première fois en 70 ans d’appartenance à la Belgique, les inspections étaient maintenant effectuées par un archiviste germanophone et que la correspondance, avant et après l’inspection, se faisait en allemand, facilita grandement l’établissement d’une relation de confiance entre les archives de l’État à Eupen et les administrations à l’échelon local, relation qui, par la suite, ne s’est plus jamais démentie.

  • 6 Cf. E. Schröder-Herrebout, « À la recherche des sources pour l’histoire des germanophones de Belgiq (...)

10Une meilleure intelligence de l’histoire spécifique de la communauté germanophone passait nécessairement aussi par un inventaire systématique des sources d’archives la concernant, conservées en dehors de la Belgique. Ce travail important, qui restait entièrement à faire, devint très vite une autre priorité des archives de l’État à Eupen. Avec le soutien du Fonds national de la recherche scientifique belge et des Archives générales du Royaume, elle put être concrétisée à partir de 1992. Trois années durant, une historienne engagée à cet effet, entreprit des recherches dans onze dépôts d’archives en Allemagne et aux Archives nationales du grand-duché de Luxembourg. Au cours de son travail, qui généra douze inventaires totalisant plus de mille pages, avec à peu près 7 000 entrées, elle fit de nombreuses découvertes, parfois très surprenantes, et put préparer le rapatriement d’un certain nombre de pièces d’archives conservées indûment en dehors des frontières belges6. Il est d’ailleurs prévu d’étendre ce projet aux Archives nationales de France.

  • 7 Cf. à titre d’exemple les catalogues suivants : A. Minke, 1000 Jahre ostbelgische Kirchengeschichte (...)

11Alors que l’arrêté créant le nouveau dépôt des archives de l’État à Eupen était encore en gestation, j’avais déjà été pressenti pour l’organisation d’une exposition archivistico-historique, à l’occasion de la réouverture, après deux années de restauration, de l’ancienne église des Capucins à Eupen. Cette exposition fut la première d’une série, qui, à ce jour, en compte quatorze7. Celles-ci ont drainé, au total, quelque 15 000 visiteurs et ont positionné les archives de l’État à Eupen comme un acteur culturel de premier plan en région germanophone. Tenter d’assumer ce rôle d’une manière satisfaisante est devenu entre-temps notre troisième priorité. C’est, en effet, par le biais des expositions que le grand public et les médias régionaux ont véritablement pris connaissance et conscience de l’existence des archives de l’État en communauté germanophone et de leurs potentialités, ce qui nous a permis d’intéresser à notre travail des milieux socio-professionnels pour lesquels, a priori, l’archivistique ne constitue pas une préoccupation majeure.

Un précieux rouage de transmission

  • 8 Les statuts de cette association ont été publiés dans le Moniteur belge du 21 juin 1995 sous le num (...)

12C’est ainsi, qu’en février 1995 une association sans but lucratif, la Förderverein des Archivwesens in der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens a pu être fondée8. Sa tâche est essentiellement triple : faire du lobbying en faveur des archives de l’État à Eupen, soutenir leur travail par le sponsoring et publier des études mettant en valeur le patrimoine archivistique régional. Le conseil d’administration de cette association, qui compte actuellement quelque 200 membres payants, est présidé par le PDG de la plus grande entreprise industrielle en région germanophone de Belgique, la SA Câbleries d’Eupen, et, le directeur des archives de l’État à Eupen occupe la fonction d’administrateur-délégué. Parmi les administrateurs, on trouve des fonctionnaires, des enseignants, des représentants des professions libérales, ainsi que des mondes économique et politique.

13Parmi les nombreuses réalisations de la Förderverein, je voudrais en épingler deux, dont les retombées ont été particulièrement riches. En 1999, l’association inaugura aux archives de l’État à Eupen une bibliothèque historique, dont elle assure la gestion depuis, et qui comprend environ 40 000 volumes et plus de 10 000 numéros de périodiques, s’intéressant avant tout au passé de la région entre Meuse, Rhin et Moselle. Cette bibliothèque se compose de dons et de dépôts, faits par le gouvernement et le parlement de la communauté germanophone, par la ville d’Eupen, par plusieurs paroisses catholiques, par la communauté protestante d’Eupen, par une école secondaire et par des particuliers. Grâce à un subside annuel octroyé par la communauté germanophone, on peut procéder régulièrement à de nouvelles acquisitions. En outre, la fondation belge Roi Baudouin a rendu possible la restauration de plusieurs centaines de livres précieux.

  • 9 Cf. W. Jousten, « Sicherung und Ordnung der kommunalen Archive in der Deutschsprachigen Gemeinschaf (...)

14Une deuxième réalisation importante de la Förderverein est très certainement l’inventaire systématique des archives conservées par les neuf administrations communales de la région germanophone, archives que j’avais inspectées entre 1990 et 1992. Cet inventaire a été entrepris entre 1997 et 2001, sous ma direction, par un gradué en bibliothéconomie qui, au cours de ses études, avait effectué plusieurs stages aux archives de l’État à Eupen. Sa rémunération fut prise en charge par la Loterie nationale de Belgique, dans le cadre d’un programme de soutien à la recherche scientifique. En plus, le projet a bénéficié du soutien financier des villes et communes elles-mêmes, ainsi que du gouvernement de la communauté germanophone9.

  • 10 Cf. A. Minke, « Die katholische Deutschsprachige Gemeinschaft in Belgien im Verbund der Ortskirche (...)
  • 11 À propos de la présence protestante dans la région, cf. A. Minke, Das Archiv der evangelischen Kirc (...)

15Actuellement, le gradué en bibliothéconomie précité et moi-même procédons à l’inventaire des archives des paroisses catholiques de la région germanophone qui, du point de vue ecclésiastique, appartient au diocèse de Liège10. En plus, sont inventoriées les archives des communautés protestantes de la région11. L’établissement d’un dialogue fructueux avec les autorités ecclésiastiques, traditionnellement méfiantes à l’égard de l’État et de ses institutions, a d’ailleurs été rendu possible principalement grâce aux expositions que j’ai évoquées plus haut.

16Dans une région en partie sinistrée au cours de la seconde guerre mondiale, ce qui a entraîné des pertes d’archives localement considérables, les archives ecclésiastiques, en général moins exposées et mieux protégées que les archives civiles, constituent des sources de tout premier choix pour l’histoire de l’actuelle communauté germanophone de Belgique, surtout pour le Moyen Âge et le début des Temps modernes, ce qui nous a tout naturellement amené à entreprendre une grande opération de sauvetage de ce patrimoine archivistique majeur, en perdition.

  • 12 Y fut présentée la publication trilingue – en néerlandais, français, allemand – de W. De Keyzer, A. (...)
  • 13 Cf. les directives élaborées par H. Van Isterdael, Richtlijnen en aanbevelingen voor het beheer van (...)

17En collaboration avec le représentant de l’évêque de Liège, plus spécialement en charge de la région germanophone, j’ai commencé en 1998 par organiser des séances d’information, à l’attention du clergé et des responsables de la gestion matérielle des paroisses, pour leur expliquer les tenants et les aboutissants de cette opération12. Ensuite, on a établi de commun accord un calendrier des inspections à effectuer dans les différentes paroisses, par le représentant des archives de l’État. C’est lors de ces inspections qu’a été déterminée, avec les responsables locaux, la stratégie à suivre : soit conservation des archives paroissiales in situ, suivant des critères fixés par l’archiviste de l’État, soit dépôt complet ou partiel de ces archives aux archives de l’État à Eupen. Pour ce qui est des communautés protestantes, l’information a été donnée aux pasteurs et aux instances qui les secondent13.

  • 14 Cf. A. Minke, « Les archives dites paroissiales – pour une stratégie du dialogue », dans Inspection (...)

18À l’heure actuelle, le bilan est très satisfaisant : l’inventaire des archives de dix-sept paroisses catholiques et de la plus ancienne des deux communautés protestantes est terminé. Les conditions de conservation des archives ecclésiastiques ont été généralement et notablement améliorées. Et surtout, le clergé et les responsables paroissiaux ont pris conscience de la valeur idéelle plus encore que matérielle du patrimoine écrit dont ils sont les gestionnaires14.

  • 15 À titre d’exemple, je citerai Schätze aus dem Archiv * Trésors d’archives * Archiefschatten, un rec (...)

19Le métier d’archiviste de l’État en communauté germanophone de Belgique présente donc de multiples facettes. Outre les tâches archivistiques classiques qui lui sont demandées par ses supérieurs, son environnement immédiat attend de lui qu’il s’implique activement dans la vie culturelle de la région dont il est censé conserver la mémoire. Au-delà de l’archiviste, c’est donc l’historien que l’on sollicite beaucoup, par exemple, lors de commémorations diverses, et sous des formes variées : expositions, publications de vulgarisation15, consultance, interviews télévisuelles et radiophoniques, ou encore dans la presse écrite. Les deux fonctions, archiviste et historien, sont, en l’occurrence, indissociablement liées, la connaissance approfondie des sources régionales donnant une crédibilité particulière aux publications historiques.

20Trois facteurs expliquent pourquoi mes collaboratrices et collaborateurs et moi-même avons pu accorder, dès la création des archives de l’État à Eupen, une place prioritaire à la gestion proactive, à la recherche historique et à la mise en valeur des archives confiées à nos soins. Tout d’abord, le nombre d’archives et de producteurs d’archives à gérer correspond parfaitement au nombre de personnes attachées au dépôt d’Eupen, ce qui est loin d’être le cas partout ailleurs en Belgique. Ensuite, le fait que le dépôt d’Eupen soit de création relativement récente et que les grandes administrations de l’État ne soient implantées dans la région de langue allemande que depuis une cinquantaine d’années au maximum, a rendu possible la résorption rapide des retards d’inventoriage enregistrés en 1988. Bien que la quantité d’archives conservées au dépôt d’Eupen soit passée en seize ans de 400 à 2 500 mètres, ce qui correspond à un taux de croissance de 625 %, tous les fonds sont à ce jour inventoriés. En dernier lieu, il convient de souligner le soutien sans faille accordé aux archives de l’État à Eupen aussi bien par les instances politiques de la communauté germanophone, que par un cercle sans cesse grandissant de sympathisants. Cela nous a dégagé de certains soucis matériels paralysants, auxquels bon nombre de nos collègues ne doivent que trop souvent faire face.

21En fait, la symbiose entre les archives de l’État à Eupen et leur environnement est presque parfaite. Leur création correspondait certes à une nécessité administrative, mais encore davantage à un besoin culturel articulé dès 1973, année où la population de la région de langue allemande acquit le statut constitutionnel de communauté culturelle.

  • 16 Une description du bâtiment, une ancienne demeure d’un fabricant de draps, se trouve dans Le Patrim (...)

22Certes, des questions importantes à propos des archives de l’État à Eupen restent encore en suspens. Ainsi, hormis le directeur du dépôt, aucun membre du personnel n’a encore été nommé à titre définitif dans la fonction qu’il y occupe. De plus, si l’implantation des archives de l’État dans une très belle demeure spacieuse et parfaitement restaurée du début du XVIIIe siècle16 peut aujourd’hui être considérée comme définitive, l’adaptation de celle-ci à toutes les normes techniques, appliquées lors de la construction de bâtiments d’archives neufs, se fait toujours attendre.

23« Pas de roses sans épines » pourrait-on nous objecter au vu d’une situation qui, dans son ensemble, je m’en rends bien compte, peut faire penser à une image d’Épinal (illustrant un roman intitulé Il y a encore des archivistes heureux). L’expérience que mon équipe et moi-même vivons depuis 1988 en communauté germanophone de Belgique est, en effet, quelque peu en dehors du commun, et sans doute pas reproductible telle quelle ailleurs, mais elle pourrait, le cas échéant, nourrir des débats qui ne sont d’ailleurs pas typiques du seul monde des archives et des archivistes : centralisation ou politique de proximité ? « Records management » ou animation culturelle ? Recherche de pointe ou vulgarisation ? Et peut-être ce débat devrait-il porter en premier lieu sur la conjonction « ou »... ?

Haut de page

Notes

1 Cf. par ex. A. Minke, « Des "frères retrouvés" aux "germanophones de Belgique". Une minorité et son évolution », Cahiers de Clio, n° 109, 1992, p. 69-80 ; Id., « La communauté germanophone : l’évolution d’une terre d’entre-deux », dans La Wallonie, une région en Europe, Nice-Charleroi, Centre international de Formation européenne — Institut Jules Destrée, 1997, p. 166-185, avec une bibliographie abondante.

2 À propos de la genèse et du développement des archives de l’État à Eupen, cf. A. Minke, « Les archives de l’État (Staatsarchiv) à Eupen : chronique d’une naissance différée », Archives et Bibliothèques de Belgique, n° LXVII, 1-4, 1996, p. 71-85 ; Id., « Fünfzehn Jahre staatliche Archivpflege in der Deutschsprachigen Gemeinschaft : eine Zwischenbilanz (1988-2003) », dans W. Jenniges, Gestalten und Entwicklungen. Historische Streifzüge zwischen Rhein und Maas. Hubert Jenniges zum 70. Geburtstag als Festgabe gewidmet, Leuven-St. Vith, Zwischen Venn und Schneifel, 2004, p. 209-225.

3 Cf. par ex. M. Chebel, La Formation de l’identité politique, Paris, Éditions Payot & Rivages, 1998.

4 Cf. les aperçus suivants : A. Minke, Die Bestände des Staatsarchivs Eupen, Übersicht, Bestandsübersichten und Archivführer, 2, Brüssel, Generalstaatsarchiv und Staatsarchive in der Provinz, 1993, 115 p. ; Id., Die Bestände des Staatsarchivs Eupen. Allgemeine Übersicht (Gerichtsbezirk Eupen), 2, Erweiterte und verbesserte Auflage, Brüssel, Generalstaatsarchiv und Staatsarchive in der Provinz, 2000, 246 p., avec une bibliographie abondante.

5 Cf. A. Minke, « Die kommunalen Archive in der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens. Abschließender Inspektionsbericht », Miscellanea archivistica, Studia 13, Bruxelles, Generalstaatsarchiv und Staatsarchive in der Provinz, 1991, 22 p. ; Id., « Die kommunalen Archive in Belgien — Theorie und Praxis », Der Archivar. Mitteilungsblatt für deutsches Archivwesen, n° 45, 4, 1992, p. 576-579.

6 Cf. E. Schröder-Herrebout, « À la recherche des sources pour l’histoire des germanophones de Belgique », Archives et Bibliothèques de Belgique, n° LXVII, 1-4, 1996, p. 165- 175 ; E. Herrebout, De duitse "Archivschutz" in België tijdens de tweede Wereldoorlog, Studia 67, Brussel, Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de provinciën, 1997, 346 p.

7 Cf. à titre d’exemple les catalogues suivants : A. Minke, 1000 Jahre ostbelgische Kirchengeschichte Alte Archive erzählen, Eupen, Staatsarchiv Eupen, 1998, 43 p. ; E. Schröder-Herrebout, Raritäten und Kostbarkeiten aus der Historischen Bibliothek der Stadt Eupen, Eupen, Staatsarchiv Eupen, 1999, 44 p. ; A. Minke, Verfolgt, geduldet, gleichberechtigt, Eupens evangelische Diaspora vom 16. bis zum 19. Jahrhundert, Eupen, Staatsarchiv Eupen, 2002, 39 p. ; A. Minke, 1790-1840, Eifeler Pfarren im Umbruch, Eupen, Staatsarchiv Eupen, 2003, 31 p. ; E. Schröder-Herrebout, « dr wölle Vahm regeert Öüpen », Quellen zur Wirtschafts- und Sozialgeschichte der Tuchindustrie in Eupen vom 17. bis zum 20. Jahrhundert, Eupen, Staatsarchiv Eupen, 2003, 34 p.

8 Les statuts de cette association ont été publiés dans le Moniteur belge du 21 juin 1995 sous le numéro 10687. Depuis 1996, elle édite un bulletin trimestriel intitulé Aktenplan. Une fois par an, elle publie une étude historique s’appuyant très largement sur des sources archivistiques non encore éditées.

9 Cf. W. Jousten, « Sicherung und Ordnung der kommunalen Archive in der Deutschsprachigen Gemeinschaft. Theorie und Praxis — gestern und heute », Miscellanea archivistica, Studia 147, Brüssel, Generalstaatsarchiv und Staatsarchive in der Provinz, 2002, 166 p.

10 Cf. A. Minke, « Die katholische Deutschsprachige Gemeinschaft in Belgien im Verbund der Ortskirche Lüttich », Römische Quartalschrift, n° 99, 3-4, 2004, p. 260-282, avec une bibliographie abondante.

11 À propos de la présence protestante dans la région, cf. A. Minke, Das Archiv der evangelischen Kirchengemeinde Eupen-Neu-Moresnet (1621-2000), Brüssel, Generalstaatsarchiv und Staatsarchive in der Provinz, 2000, 240 p.

12 Y fut présentée la publication trilingue – en néerlandais, français, allemand – de W. De Keyzer, A. Minke, M. Van Der Eycken, R. Van Laere, Directives et recommandations pour la gestion des archives de la fabrique d’église et des autres institutions paroissiales, avec un aperçu historique par A. Minke, Miscellanea archivistica, Studia 97, Bruxelles, Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les provinces, 1997, 104 p.

13 Cf. les directives élaborées par H. Van Isterdael, Richtlijnen en aanbevelingen voor het beheer van het archief van de bestuursraad en van andere protestantse gemeentearchieven, Miscellanea archivistica, Manuale 30, Brussel, Algemeen Rijksarchief en Rijksarchief in de provinciën, 1998, 121 p.

14 Cf. A. Minke, « Les archives dites paroissiales – pour une stratégie du dialogue », dans Inspections et tri, Actes de la journée d’étude tenue à Bruxelles le 18 juin 1997, Miscellanea archivistica, Studia 108, Bruxelles, Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les provinces, 1998, p. 39-44 ; Id., « Die kirchlichen Archive in der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens », dans A. Minke, A. Neuberg et H. Van Royen, Volksreligion in Belgien und Luxemburg, ’s Gravenwezel, Verbond voor Heemkunde VZW, 1999, p. 116-125.

15 À titre d’exemple, je citerai Schätze aus dem Archiv * Trésors d’archives * Archiefschatten, un recueil de fac-similés édité en 2002 à Eupen en collaboration avec le Rotary Club Eupen-Malmedy et l’office de tourisme des cantons de l’Est, avec une introduction historique trilingue - néerlandais, français, allemand – par A. Minke, ainsi que le dépliant trilingue – néerlandais, français, allemand – Mémoire et empreintes de l’Histoire. Les étapes de l’histoire des cantons de l’Est, édité en 2005 à Saint-Vith, en collaboration avec la région wallonne, la fédération du tourisme de la province de Liège et l’office du tourisme des cantons de l’Est.

16 Une description du bâtiment, une ancienne demeure d’un fabricant de draps, se trouve dans Le Patrimoine monumental de la Belgique, Wallonie, tome 121, Liège, Pierre Mardaga éditeur, 1984, p. 267-269.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alfred Minke, « Le métier d’archiviste en communauté germanophone de Belgique ou », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 215-222.

Référence électronique

Alfred Minke, « Le métier d’archiviste en communauté germanophone de Belgique ou », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/170

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org