Navigation – Plan du site
Quatrième partie : L'archvistique

Pour une lecture épistémologique de l’archivistique


Didier Devriese
p. 303-316

Texte intégral

Relire Muller, Feith et Fruin ?1

  • 1 Cet article est une version remaniée de mes articles « Pour une histoire et une historiographie de (...)

1Nul ne conteste que les archivistes jouent un rôle important, bien que souvent dissimulé, dans la société contemporaine, par leur apport à la dite « société de l’information » et leur soutien aux organes de gestion, mais aussi parce qu’ils tentent de répondre au « besoin d’histoire » - erronément et aisément confondu aujourd’hui avec le « besoin de mémoire » -, présent en chacun de nous et nécessaire à la vie collective. C’est dans cette perspective que s’élèvent fréquemment de nombreuses voix au sein du monde des archives pour réclamer plus d’attention, plus de reconnaissance, ce qui peut se traduire aussi par une demande accrue de moyens humains, techniques et financiers. Or, si ces demandes sont légitimes et ce rôle important, faut-il pour autant le mettre particulièrement en lumière ? Considérant ici l’archivistique (et ses avatars) comme une discipline qui connaît une crise de croissance, la conscience qu’ont les archivistes eux-mêmes de cette étape me semble être cruciale.

2La question qui nous préoccupe ici est celle de la pertinence de cette prise de conscience, eu égard à l’histoire et au développement de cette discipline et aux interrogations (internalistes et externalistes) relatives à son statut et à sa position institutionnelle dans le champ des sciences humaines.

  • 2 Le Conseil international des archives (CIA), organe officiel de la profession, a multiplié les init (...)

3Aucun théoricien ou praticien de la discipline ne peut ignorer ou négliger l’adage selon lequel les archives ne sont pas un matériau neutre et nous connaissons tous les dangers qui résultent de leur manipulation et de leur destruction. Ces manipulations témoignent d’ailleurs précisément du rôle clef joué par les dites archives au sein d’une société humaine : on ne manipule « quelque chose » que lorsque cet objet représente un enjeu. À titre d’exemple, il est frappant de constater que, parmi les demandes de coopération privilégiées émanant des pays de l’ancienne Europe de l’Est en proie à des conflits armés ou à des troubles politiques graves, figure une aide particulière en faveur des archives2.

  • 3 Voir par exemple les journées d’études « L’archivistique est-elle une science ? », École nationale (...)

4Mais la discipline qui traite ces archives s’interroge sur son statut : comme toute discipline, elle est fille de son temps. Or, la définition du rôle que jouent ses acteurs au sein de la société a partie liée avec son statut et en particulier son statut scientifique3.

  • 4 Voir par exemple K. Pomian, Sur l’histoire, Paris, 1999, p. 121-159 (Coll. « Folio Histoire »).


5À cet égard, il semble important voire fondamental que l’archivistique remette périodiquement en question ses théories et ses pratiques afin d’acquérir ou de conserver — selon le point de vue du lecteur… — sa véritable nature scientifique4. Les lignes qui suivent n’entendent pas faire un état de la question : il s’agit avant tout d’une ouverture méthodologique aux différentes pistes de recherche en la matière.

  • 5 Parmi lesquelles figurent des questions aussi diverses que les craintes liées au retour d’une certa (...)
  • 6 On citera ici : - 1 ̊ pour un premier aperçu des questions liées à l’objectivité et la crise de l’h (...)
  • 7 Parmi d’autres, F. Furet, L’Atelier de l’histoire, Paris, 1982 ; Écrire l’Histoire du temps présent (...)
  • 8 Ch.-O. Carbonell, L’Historiographie, Paris, 1998 (6e éd.), coll. « Que sais-je », n° 1966 ; la prem (...)
  • 9 De manière générale, l’histoire médiévale faisant toutefois exception, voir notamment M. Balard (éd (...)
  • 10 En ce qui concerne l’historiographie, l’enquête menée ici ne prétend à aucune exhaustivité ; elle p (...)

6Les écrits théoriques sur l’histoire et ses méthodes connaissent ces dernières années un regain d’intérêt manifeste. On ne s’étendra pas ici sur les causes et circonstances particulières des faveurs et défaveurs de l’historiographie, variables d’un pays, d’une époque ou d’une École à l’autre, mais on peut toutefois, de manière générale, expliquer ce mouvement par la conjonction entre de nombreuses questions contemporaines d’ordre social et idéologique qui se posent aux historiens5 d’une part et les débats méthodologiques propres à la discipline historique elle-même d’autre part6. Ces perspectives possèdent au moins un commun dénominateur, celui d’une interrogation sur les rôles et fonctions de l’Histoire et de l’historien au sein de la société7. En ce sens, la discipline historique se livre, à l’instar des sciences dans leur ensemble, à une introspection où sont réexaminés méthodes, objets d’étude et pédagogie, termes entendu ici au sens le plus large. On peut juger du chemin parcouru alors que, comme le souligne Ch.-O. Carbonell dans la dernière édition du « Que sais-je ? » portant sur l’historiographie, il y avait - du moins en France - quelque témérité à faire de l’historiographie un sujet d’étude voici une vingtaine d’années encore8. Mais le constat est plus sombre si on se penche sur le sort fait aux traditionnelles « sciences auxiliaires » de l’histoire9, et en particulier celui de l’archivistique, dont on peut dire qu’elle est en général ignoré, par l’historiographie10. Ce premier constat appelle immédiatement une question corollaire : est-ce bien au sein de l’historiographie que les études historiques sur l’archivistique doivent prendre place ?

  • 11 Paradoxalement, du fait de l’abondance des études partielles, une orientation bibliographique est d (...)
  • 12 Cf. supra, note 2.

  • 13 À titre d’exemple, aucune section n’y est consacrée dans T.H.P.M. Thomassen (éd.), Ce que les étudi (...)
  • 14 Cité par T. Cook, Interaction entre théorie et pratique archivistiques depuis la publication du Man (...)
  • 15 Voir par exemple l’éditorial de J. Gotovitch dans le Bulletin du Ceges, n° 35, hiver 2000-2001.

7Sur le versant de l’archivistique, si des études ponctuelles font régulièrement mention de l’histoire des archives et de l’archivistique au sein d’une littérature extrêmement abondante, peu d’archivistes consacrent de véritables travaux d’ensemble ou des analyses approfondies à l’histoire de l’archivistique ainsi qu’aux questions épistémologiques11. De la même manière, peu d’archivistes prennent part aux débats qui traversent l’épistémologie historique, alors que a contrario ils sont extrêmement présents sur le terrain méthodologique et technique propre à leur discipline ou quant aux « questions de société »12. Très révélatrice est aussi l’absence de section consacrée à l’histoire des archives et de l’archivistique dans les bibliographies officielles13. On ne peut une nouvelle fois que s’interroger face à ces absences, alors que dans le même temps s’expriment au sein de la profession (qu’il s’agisse du monde académique, des institutions internationales, nationales et locales et des organes professionnels) des préoccupations telle que la sauvegarde de la « mémoire collective ». Comme le relevait J.-P. Wallot, « [les archivistes constituent] une mémoire vivante pour l’histoire de notre présent »14. Ces simples termes qui suscitent déjà débat dans d’autres disciplines semblent ici être utilisés sans qu’on en mesure la portée15.

« Papa, explique-moi donc à quoi sert… L’archivistique »16

  • 16 On aura reconnu une imitation des premières lignes du célèbre texte de M. Bloch, Apologie pour l’hi (...)
  • 17 T. Cook, « What is Past... », op. cit., p. 19.

  • 18 À titre d’exemple, G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, 1996, à qui j’emprunte l’expr (...)
  • 19 Ceci n’est pas sans lien avec la situation que connaît l’histoire face à l’émergence de la sociolog (...)
  • 20 Ce thème a fait l’objet d’une conférence plénière lors de la XIVe Conférence internationale des arc (...)

8Comme le souligne Terry Cook, « many books could (and should) be written by archivists about their professional history, across the centuries and millennia, across cultures, languages, gender and nationalities, across differing media and differing types of record creators, across the bridge of theory and practice, that is, across the chasm of the guiding principles and ideas on one side and their actual implementation in archival institutions on the other »17. Certes, Terry Cook dresse ici ce panorama des thèmes qui pourraient faire l’objet d’une enquête historique avant tout pour justifier les limites de sa propre étude. Mais, on retiendra néanmoins de son propos deux mots placés entre parenthèses [...] « and should [...] », qui expriment à la fois un souhait et une nécessité. On pourrait, dans le prolongement de cette réflexion, s’interroger longuement sur une éventuelle « crise de l’archivistique » à l’instar de ce qui fut fait pour l’histoire18, ou à tout le moins sur la mutation – au sens strict – d’une discipline qui doit faire face à de nouveaux objets, à de nouveaux besoins et renouvelle donc son arsenal théorique – et peut-être est-ce là précisément que la difficulté majeure se pose : l’ingestion de concepts et de théories « venus d’ailleurs », de la sociologie des médias et des institutions, des techniques et technologies de la documentation et de « l’information » et ce, dans un contexte de concurrence entre disciplines19. Il s’agirait alors de faire appel à une figure attendue, celle des scientifiques portés à s’interroger sur leur propre histoire en situation de « crise ». Il est vrai que dresser un portrait des multiples motivations qui amènent les archivistes à faire leur propre histoire n’est pas sans intérêt. Mais avant cela, un constat s’impose : cette interrogation – légitime – sur l’obligation ou plutôt le besoin d’histoire sous-entendu par les mots de Terry Cook ne trouve pas encore de véritable réponse, malgré les pistes et les incitations adressées tant aux historiens qu’aux archivistes eux-mêmes20. En conséquence, je crois nécessaire d’envisager d’abord les causes et raisons qui font obstacle à cette enquête historique, avant d’aborder ses éventuelles motivations. On sourira peut-être à l’idée qu’apporter une réponse, même partielle, à cette question implique nécessairement, de mon point de vue, une enquête historique.

  • 21 Par contemporaine, j’entends les méthodes élaborées depuis le début du XIXe siècle et plus particul (...)
  • 22 Cette question est traitée dans la partie de mon doctorat consacrée à l’histoire des méthodologies (...)

9D’emblée, je soulignerai donc le présupposé méthodologique contenu dans ces dernières lignes – par ailleurs assez communément admis : il veut que la construction « scientifique » de l’archivistique soit concomitante à celle de l’histoire. Ce présupposé implique aussi qu’il faille cerner les malentendus, et en particulier les malentendus conceptuels, séparant aujourd’hui histoire et archivistique. Mais pour ce faire, il faudrait s’appuyer sur une histoire et une épistémologie des méthodologies archivistiques contemporaines – lesquelles font défaut jusqu’à présent comme je l’ai évoqué plus haut – et comparer ensuite celles-ci avec les méthodes historiques21. Il serait donc nécessaire de reprendre cette question sur une plus vaste échelle, étude qui ne peut trouver place ici. À défaut, j’aborderai donc la question par un regard impressionniste22.

  • 23 XIVe Conférence internationale des archives, Séville, septembre 2000. Les résumés des communication (...)
  • 24 H. Rumschöttel, « L’expansion de l’archivistique internationale », dans XIVe Conférence internation (...)
  • 25 J. Dahlin, « L’histoire de l’archivistique : réexamen de l’historiographie », dans XIVe Conférence (...)
  • 26 J. Dahlin, op. cit., p. 102.

  • 27 J’emprunte cette formulation à I. Stengers, La Volonté de faire science. À propos de la psychanalys (...)
  • 28 La notion de paradigme prête souvent à confusion : je l’emploie ici au sens de « corps de théories (...)

10Revenons à l’attitude des archivistes eux-mêmes face aux débats historiographiques. Je soulignais que les archivistes semblent y prendre fort peu part, bien que cette attitude se modifie peu à peu au cours des dernières années. Ce désintérêt trouve peut-être une première explication à l’audition de communications récentes données lors de la XIVe Conférence internationale des archives23. Hermann Rumschöttel, sous le titre « L’expansion de la discipline archivistique comme discipline scientifique », après un examen sommaire de l’histoire de l’archivistique de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à la seconde guerre mondiale, mettait en évidence « l’émancipation de la science archivistique théorique et appliquée qui est devenue une discipline indépendante des arts en matière de recherche et d’enseignement au fil des cinquante dernières années »24. Ce sont les termes « discipline indépendante des arts » qui doivent être mis en exergue pour notre propos. Dans la prolongation de cet exposé, Jan Dahlin procédait à un réexamen de l’histoire de l’archivistique25. La conclusion majeure à laquelle aboutissait l’auteur est celle d’une séparation entre l’historiographie et l’histoire de l’archivistique : « Si la science archivistique est interdisciplinaire, il peut être erroné d’utiliser le terme historiographie pour l’étude de l’évolution de la discipline. Il conviendrait plutôt d’utiliser l’expression histoire de la science archivistique »26. Au-delà d’un jeu sémantique qui peut sembler gratuit, l’interrogation portant sur ces termes est bien la clef de notre propos. Cette interrogation n’est pas neuve : elle traverse l’histoire de l’archivistique depuis que celle-ci s’affirme comme discipline scientifique à part entière. À cet égard, une précision est nécessaire : la construction de l’archivistique doit être étudiée dans son contexte, cette « volonté de faire science »27 qui ne peut se comprendre qu’en prenant en compte un phénomène propre au XIXe siècle occidental (au sens large), qui voit les « arts et lettres » – dits aujourd’hui « sciences humaines » – construire des méthodes et se mettre en place des communautés de chercheurs rassemblés autour de « paradigmes » communs28.

  • 29 Cf. note 20.

  • 30 M. Duchein, « Clio et l’archiviste : mariage indissoluble ou union libre ? » dans Miscellanea in ho (...)
  • 31 « Que les archives soient, entre autres fonctions, un matériau de l’histoire, est une évidence. Déj (...)
  • 32 M. Duchein, « Clio... », op. cit., p132. Notons que Duchein néglige ici les travaux préalables du (...)
  • 33 M. Duchein, « Clio... », p. 134.

  • 34 La première édition date de 1922, H. Jenkinson, A Manual of Archive Administration : including the (...)
  • 35 Cité (et traduit) par M. Duchein, « Clio... », op. cit., p136.

  • 36 Voir T. Cook, « What is Past... », p. 23. T. Cook souligne à juste titre que la vision de H. Jenkin (...)
  • 37 W. Dilthey, Critique de la raison historique, éd. S. Mesure, Paris, 1992, pour la dernière édition (...)
  • 38 Parmi de nombreux autres travaux, M. Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, éd. Julien (...)
  • 39 G. Simmel, Les Problèmes de la philosophie de l’histoire, Paris, éd. J. Boudon, 1984.
  • 40 R. Aron, La Philosophie critique de l’histoire. Essai sur une théorie allemande de l’histoire, Pari (...)
  • 41 Ch.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, 1954.
  • 42 La remarque de Ricœur que porte sur l’ouvrage de Ch.-I. Marrou, De la connaissance historique, Pari (...)

11Le lien entre archivistique et histoire doit donc être étudié avec plus de minutie qu’il n’y paraît, d’autant plus que son évidence procède elle-même d’une lecture erronée de l’histoire des archives29. Comme le souligne Michel Duchein, il s’agit de « cette tradition qui veut que Clio soit liée à l’archiviste par un mariage obligatoire, consubstantiel à la nature même des archives, [qui] si elle est encore largement dominante en Europe, n’a pas été éternelle et n’est plus tout à fait universelle. Longtemps, l’archiviste a été avant tout un auxiliaire de l’administration ; aujourd’hui, depuis un peu plus d’un demi-siècle, son activité est de plus en plus fréquemment rangée, dans certains pays, dans la catégorie des « professions de l’information », sans référence particulière à l’histoire »30. Cette tradition du lien entre histoire et archives repose, comme toute tradition, à la fois sur un passé quelque peu mythique31 et sur l’existence d’un « ancêtre » posant un « acte fondateur » : celui auquel il est fait le plus souvent référence, dans l’histoire des archives comme dans l’historiographie, est bien évidemment « l’examen critique des chartes de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés par Mabillon et ses confrères de l’abbaye de Saint-Maur [...] qui devaient conduire à la fondation de diplomatique, base de la science historique moderne »32. Mais un rapide portrait de la recherche historique montre à suffisance que le lien apparemment intangible entre histoire et archives est le fruit d’une étape de la pratique historienne elle- même, particulièrement si on l’envisage dans le contexte des affirmations (ou des réaffirmations) des identités nationales, où le souci de conserver les archives, patrimoine national, va de pair avec une histoire nationaliste33. On se convaincra aisément qu’il ne s’agit pas là d’un hasard. Or, comme l’indique Michel Duchein, ce lien sera mis en cause dès l’entre-deux-guerres par les archivistes eux-mêmes, fussent-ils historiens ; ce fut le cas notamment de Hilary Jenkinson, l’auteur du très fameux Manual of Archives Administration34 : « L’archiviste ne doit pas être un historien (car) un intérêt personnel risque non seulement de lui donner une préférence pour un de ses sujets, mais de lui faire adopter le point de vue d’une école particulière en ce qui le concerne, ce qui serait à la fois gênant, inconvenant et même positivement dangereux »35. On voit aussi ici comment l’auteur de la théorie du « caractère sacré de la preuve » – preuve juridique, mais surtout preuve de l’existence de l’activité reflétée par l’archive, qui restera longtemps l’une des assises théoriques de l’archivistique – induit la possibilité d’adopter une position méthodologiquement neutre, en l’occurrence en prenant ses distances avec la pratique historique36. Il ne s’agit pas ici de développer une analyse des théories de Jenkinson, mais on peut toutefois constater à quel point cette défense d’une position « neutre » sur le plan méthodologique est caractéristique d’un courant et d’une époque de l’histoire des sciences humaines. Fruit d’une intense réflexion méthodologique, la question de l’objectivité et de la neutralité sera la pierre d’angle de certains historiens méthodiques, notamment l’école méthodique française, et le terrain de réflexions aussi marquantes en Allemagne que celles de Ranke, de W. Dilthey37, de Max Weber38, de Georg Simmel39 et poursuivie dans l’entre-deux-guerres notamment par les travaux Raymond Aron40 et de Charles- Irénée Marrou41. Paul Ricœur a résumé l’attitude de certains historiens de l’école méthodique de la manière suivante : il s’agit de « [...] l’illusion méthodologique selon laquelle (1 ̊) le fait historique existerait à l’état latent dans les documents et (2 ̊) l’historien serait le parasite de l’équation historique. Contre cette illusion méthodologique, il faut affirmer que l’initiative en histoire n’appartient pas au document [...] mais à la question posée par l’historien. Celle-ci a la priorité logique dans l’enquête historique »42. Cette réflexion est aisément transposable au discours de Jenkinson. Paradoxe sans doute involontaire que de se réclamer de l’argument de la neutralité pour prendre ses distances avec les différentes écoles historiques en s’inscrivant de ce fait lui-même dans le courant de pensée d’une école historique, ce qui rend de facto sa position caduque…

  • 43 Voir T. Cook, « What is Past... », p. 20-22.

  • 44 C’est aussi le sens des propos de Michel Duchein, cf. supra. Je renvoie ici à Ch.-O. Carbonell, L’H (...)
  • 45 T. Cook, « What Past... », op. cit., p. 20 et suiv.
  • 46 E. Lodolini, « L’insegnamento della teoria archivistica nella formazione degli archivistici », Arch (...)
  • 47 Législations datant au plus tôt de la fin du XVe, voir P. Delsalle, Une histoire..., p. 181.

12On en conclura donc à ce stade que la proposition de séparer histoire de l’archivistique et historiographie mérite un regard plus nuancé que celui posé par certains auteurs contemporains, et ce pour plusieurs raisons. Quelles sont-elles ? En premier lieu, il convient de préciser avec exactitude quelle période de l’histoire de l’archivistique est traitée, en séparant avec rigueur histoire des archives et histoire de l’archivistique – c’est-à-dire en mettant en évidence le moment ou se crée une véritable discipline archivistique43 –, puis en ne séparant ou ne rapprochant pas indûment histoire et archivistique, c’est-à-dire en admettant que les disciplines vont se construire en commun, puis diverger. Mais cette séparation n’est pas un phénomène simple, constant, uniforme : il varie d’un lieu, d’un courant et d’une époque à l’autre. La référence constante à Mabillon sur laquelle s’appuient tant historiens qu’archivistes n’est pas neutre : elle permet de donner à histoire et archivistique un socle historique commun, celui de la critique formelle des textes. Mais l’appel à ce socle commun permet paradoxalement d’éviter un approfondissement des histoires communes ou respectives44. Or, et c’est aussi notre deuxième raison, il faut admettre que c’est précisément parce la construction de l’archivistique comme discipline scientifique est liée à la construction d’une histoire devenant elle-même « scientifique » – et donc à l’historiographie – que nous pouvons nous appuyer sur une épistémologie en partie commune… et ceci que l’on soit en accord avec T. Cook, si nous considérons que la parution du premier manuel de Muller, Feith et Fruin correspond à la naissance de l’archivistique moderne45, ou que l’on prenne plutôt en considération la naissance des premières écoles telle celle de Naples en 181146 ou encore les grandes législations modernes en matière d’archives47. Le « XIXe siècle, siècle de l’histoire » est aussi le « siècle des archives », et ceci en particulier dans la perspective déjà évoquée du développement de l’appareil d’État en Europe. Enfin, on ajoutera que certaines visions méthodologiques ou épistémologiques sont communes aux sciences humaines en général, et que dès lors nous pouvons nous appuyer sur une histoire et une épistémologie des sciences humaines pour l’appliquer à l’archivistique tout comme à l’histoire.

Les archives sont-elles, aux yeux des historiens, trop précieuses pour être confiées aux archivistes ?

  • 48 A. Farge, Le Goût de l’archive, Paris, 1989. Je renvoie à l’édition parue au Seuil.


13En introduction, j’ai fait mention de l’absence de l’archivistique au sein des ouvrages contemporains de méthodologie, d’épistémologie ou des « états de la question » de l’histoire. Ce propos mériterait une longue démonstration par l’exemple. Par commodité, je n’ai retenu que deux exemples qui me paraissent révélateurs d’une situation d’ensemble. Abordons la question par l’exemple de l’ouvrage d’Arlette Farge désormais célèbre, Le Goût de l’archive48.

  • 49 Excellente synthèse de F. R. Ankersmit, Denken over geschiedenis. Een overzicht van moderne geschie (...)
  • 50 Le point de vue d’Arlette Farge, qui s’inscrit dans le courant de l’histoire anthropologique, doit (...)
  • 51 A. Farge, op. cit., p. 11, citant ici J. André, « De la preuve à l’histoire : les archives en Franc (...)
  • 52 A. Farge, op. cit., p. 137.

  • 53 Ibid., p. 139.
  • 54 Ibid., p. 140.


14Ce choix n’est pas innocent : fruit d’une historiographie s’inscrivant dans le courant de l’histoire anthropologique, l’ouvrage plaide pour une recherche historique reposant sur les archives et les sources, affiche une distance critique face au scientisme historique tout en ne situant pas dans une perspective résolument théorique telles celles de Pomian, Koselleck, Ricœur, de Certeau et d’autres49. On précisera que l’examen du texte d’Arlette Farge ne prend son sens que si on le situe dans une perspective plus large, celle de l’évolution de la discipline historique au long des trois ou quatre dernières décennies ; on dira sommairement ici qu’il s’agit pour l’auteur de revaloriser le travail « sur source » face à des courants historiographiques considérés comme trop théoriques ou « modélisateurs », tout en mettant à l’honneur une histoire « humaine » et novatrice des représentations et des psychologies collectives et individuelles50. Or, cet essai passionné demeure bien silencieux quant aux hommes, aux méthodes et aux moyens qui conduisent les archives aux historiens… sauf à en dresser parfois une image caricaturale. Est-ce un paradoxe ? Le but d’Arlette Farge n’est certes pas de se pencher sur les méthodes archivistiques et lui en faire procès n’est donc pas pertinent. Mais si le propos est désarmant, c’est que ce plaidoyer en faveur de l’usage des archives paraît accentuer encore la distance qui sépare le conservateur des archives de celui qui les consulte. De la définition de celles-ci et de leur gigantisme qui semble les rendre inaccessibles51 à l’évocation de la salle des inventaires, transfiguré en lieu à la fois repoussant et initiatique, qu’on en juge : « La salle des inventaires est sépulcrale : [...] Le long des murs couverts de registres sont disposées de grises tables de fer, carcérales [...] »52 ; plus loin, « C’est le début d’un long labyrinthe où il [le lecteur] s’engouffre pesamment, inquiet non de l’issue, mais du lacis de ruelles de papier qu’il va falloir emprunter »53, « [...] une cote d’archives souvent ne fait que renvoyer à une autre cote qui elle-même donne accès à une nouvelle série où dorment d’autres cotes »54. Si la licence poétique autorise cette description, qui n’est d’ailleurs pas toujours caricaturale, elle fait naître ou renforce une incompréhension entre historiens (et autres usagers des archives) et archivistes.

  • 55 L’Histoire et ses méthodes, dir. Charles Samaran, Paris, 1961, (coll. « Encyclopédie de la Pléiade  (...)
  • 56 Ibid., p. 1120. Pour l’historiographie relative aux écoles méthodiques, en particulier allemande et (...)
  • 57 L’Histoire et ses méthodes, op. cit., p. 1120.

  • 58 J’ai insisté sur la distinction nécessaire et pourtant négligée entre histoire des archives et hist (...)
  • 59 Ibid., p. 1135. Pour un état de la question sur le principe de provenance, voir en dernier lieu l’a (...)
  • 60 Ibid., p. 1137-1166.

  • 61 Ibid., p. 1139-1145.

  • 62 Ibid., p. 1145-1153.

  • 63 Ibid., p. 1153-1155.

  • 64 Ibid., p. 1157-1161. On notera que la section consacrée aux archives est suivie d’une abondante bib (...)
  • 65 Mené par l’équipe de Luciana Duranti à la School of Library, Archival and Information Studies – Uni (...)

15On comparera donc cette position à celle de cette « bible » que fut pour nombre d’historiens L’Histoire et ses méthodes, et qui, sous la plume de Robert- Henri Bautier, consacrait « naturellement » une longue section aux archives proprement dite et un chapitre à l’archivistique en particulier55. Qu’une partie aussi importante de l’ouvrage soit consacrée aux archives s’inscrit bien évidemment dans la tradition d’une histoire scientifique plus que centenaire (quels que soient ses présupposés méthodologiques), et qui fait dire à Bautier que « les archives sont la source directe, fondamentale et indiscutable, à laquelle doit recourir tout historien [...] »56. Il ajoute aussitôt « [...] que la réunion des documents d’archives n’est nullement le fait du hasard ou de l’arbitraire d’un homme ; elle découle en quelque sorte automatiquement, des activités quotidiennes d’une administration publique, d’un établissement religieux d’une entreprise industrielle ou commerciale, d’une famille ou d’un particulier. La notion de « fonds d’archives » s’oppose donc totalement à celle de « collection » : « une collection [...] se constitue après coup, selon certains critères subjectifs [...] »57. Il faudrait revenir plus longuement sur cette définition qu’aucun archiviste ne renierait au premier abord, tant elle est fondatrice de la démarche archivistique, mais qui mérite pourtant d’être sérieusement examinée. Mais le propos de l’auteur ne s’arrête pas à ces considérations. Après une longue étude consacrée à l’histoire des archives, qui tient pour l’essentiel de la typologie des sources écrites, d’autres aspects sont pris en compte58, parmi lesquels l’explication corollaire du principe de provenance par celui du respect des fonds, « une doctrine rigoureuse (qui) s’élabore progressivement, dont la base sera le principe du « respect des fonds » (et) va être le fondement de même de l’archivistique moderne »59. Robert-Henri Bautier poursuit ensuite son éclairage de l’archivistique par « l’élargissement du domaine des archives » et les « nouvelles tâches des Archives »60. Pour l’essentiel, quant à l’élargissement du domaine archivistique, il s’agit de montrer que les questions clefs de l’époque contemporaine tiennent à l’élimination d’archives de plus en plus nombreuses61, à l’ouverture des archives vers les archives privées et archives d’entreprises62 et à la prise en compte de « nouveaux types de documents », parmi lesquelles bien évidemment les archives électroniques, documents sonores, films, etc.63. Bautier met enfin l’accent sur le développement des instruments de travail ou de communication, guides d’archives, guides de la recherche, microfilms, bulletins de recherche, catalogues d’exposition, et insiste sur l’ouverture vers un public plus large que celui des seuls historiens64. On mesure la différence entre les propos d’Arlette Farge et de Robert-Henri Bautier. L’évocation en contrepoint des deux textes peut sembler hors de propos, mais il ne vise aucunement à une comparaison ; il va de soi que l’un et l’autre ne répondent pas aux mêmes desseins et que la formation des auteurs, leur objet d’études, les époques de rédaction, contextes idéologiques et méthodologiques de rédaction des textes les distinguent radicalement. Mais ce renvoi de l’un à l’autre permet de montrer à quel point le sort fait à l’archivistique évolue au sein de l’historiographie. Comprendre cette évolution nécessite un travail plus approfondi qu’une première enquête au sein des études historiographiques récentes et notamment, comme je l’ai déjà signalé, de véritables analyses portant sur l’archivistique elle-même. On peut toutefois avancer que la volonté émancipatrice de l’archivistique, la multiplication des analyses issues d’autres disciplines et la diversité des courants contemporains en archivistique tiennent pour beaucoup à cet éloignement. On ajoutera encore que, dès lors que les lieux de production des théories archivistiques et documentaires évoluent (notamment en Australie, aux USA, au Canada), corollairement, le développement des théories se fait dans un contexte culturel variable selon les périodes et le lieu. Toutefois, la production de théories récentes se fait aussi en faisant référence à des méthodes plus que confirmées : à titre d’exemple, je songe au projet InterPARES (International Research on Permanent Authentic Records in Electronic Systems)65, qui fait très largement appel à la diplomatique médiévale. Il va de soi qu’une histoire de l’archivistique ne peut se faire qu’en tenant compte à la fois de ces contextes particuliers et d’une épistémologie générale…

En guise de conclusion…

  • 66 Cité tel quel par P. Ricœur, Temps, t. 1, p. 179. Je renvoie à l’édition de référence du texte de M (...)
  • 67 L. Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, éd. 1992, p. III.
  • 68 P. Ricœur, Temps et Récit, Paris, 1983, p. 171. L’édition à laquelle je renvoie est celle parue aux (...)
  • 69 Ibid.

  • 70 Commentaire critique des positions de Ricœur quant à l’historiographie : G. Noiriel, Sur la « crise (...)

16À la croisée des chemins, on peut donc s’interroger sur les multiples raisons qui provoquent parfois un refus de l’analyse théorique ou épistémologique en archivistique. Or, il me semble que cette méfiance tient tout d’abord et très précisément aux liens qu’entretient l’archivistique avec l’histoire, et pour partie à son autodéfinition comme « science artisanale ». Sur le versant de l’historiographie, l’une des causes plus prégnantes de ce désintérêt tient certainement à la nature même de la réflexion historiographique, surtout lorsque celle-ci demeure cantonnée aux marges de la discipline historienne elle-même et lorsqu’elle est le fait de « non-historiens ». On songe ici aux affirmations de deux maîtres à penser de l’histoire contemporaine, Marc Bloch et Lucien Febvre. Lorsqu’on aborde la tradition historiographique, deux passages maintes fois cités viennent illustrer cette position : chez Marc Bloch, pour qui l’Apologie pour l’Histoire est le mémento d’un artisan qui a toujours aimé à méditer sur sa tâche quotidienne, le carnet d’un compagnon, qui a longuement manié la toise et le niveau, sans pour cela se croire mathématicien »66 et pour Lucien Febvre : « [...] Ayant fabriqué au cours de ma vie, et comptant bien fabriquer encore, quelques gros meubles meublants d’histoire [...], j’aurais appelé Mes copeaux ces épluchures de bois tombées sous le rabot et ramassées sous l’établi »67. De cette volonté d’un travail artisanal, on a pu déduire justement la méfiance de l’historiographie, française en particulier, à l’égard de la philosophie de l’histoire, comme le souligne fortement Paul Ricœur : par une peur de son identification « [...] à la philosophie de type hégélien, elle-même confondue par commodité avec les spéculations de Spengler ou Toynbee »68 ou encore par méfiance à l’égard d’une philosophie critique de l’histoire « [...] héritée de Dilthey, Rickert, Simmel, Max Weber et continuée par Raymond Aron et Henri Marrou, [et] jamais vraiment intégrée au courant principal de l’historiographie française »69. Si ce constat peut-être aujourd’hui largement nuancé au vu de la production historiographique récente70, il n’en demeure pas moins que, pour nombre d’archivistes, la distance qui sépare une historiographie à vocation épistémologique de l’archivistique relève indubitablement du grand écart.

  • 71 Je renvoie ici aux références citées note 1.

17L’historiographie trouve ici toute sa raison d’être : c’est par l’étude des théories et des méthodes que nous pouvons mettre à jour la manière – ou plutôt les multiples manières – dont une discipline s’élabore. Cette exigence critique semble donc s’imposer également à l’archivistique. Or, de même que la construction de la science historique n’est pas neutre, de même l’archivistique se construit en s’appuyant sur des présupposés épistémologiques, méthodologiques et idéologiques, parfois à l’insu même de ses praticiens. Cette dernière idée selon laquelle l’archivistique n’est pas une construction théorique ex nihilo n’est pas encore aujourd’hui toujours bien acceptée. Elle apparaît cependant clairement à la lecture des théories dominantes des XIXe et XXe siècles : de Muller, Feith et Fruin et leurs concepts de provenance et d’ordre primitif, de Jenkinson et de son caractère sacré de la preuve, de Schellenberg et de sa redéfinition du tri ou des archives elles-mêmes… jusqu’aux modèles plus contemporains – on songe en particulier aux propositions de Hans Booms et à la sélection fonctionnelle mais aussi à l’analyse des « méta systèmes » (Duranti, Bearman, Horsman, McKemmish…). Combler l’écart déjà cité entre historiographie à vocation épistémologique de l’archivistique ne s’avère pas chose simple, mais c’est indispensable : elle seule permettra de redonner à l’archivistique sa dimension véritablement scientifique. Il faut donc relire Muller, Feith et Fruin71.

Haut de page

Notes

1 Cet article est une version remaniée de mes articles « Pour une histoire et une historiographie de l’archivistique : relire Muller, Feith et Fruin » dans F. Daelemans et A. Vanrie (éd.), Bruxelles et la vie urbaine : archives, art, histoire. Recueil d’articles dédiés à la mémoire d’Arlette Smolar- Meynart (1938-2000), Bruxelles, Archives et Bibliothèques de Belgique, 2002, et « Autour de la ’valeur évidente’ en archivistique et en histoire », actes du colloque La Universidad, Las Universidades. Perspectivas, Université de Valladolid, sous presse (2006) ; il prend place dans le cadre plus général de ma thèse de doctorat en cours sur la théorie de la source en histoire et en archivistique. L’ouvrage auquel il est fait référence ici est bien évidemment S. Muller, J. A. Feith en R. Fruin, Handleiding voor het ordene en beschrijven van archieven : ontworpen in opdracht van de Vereeniging van Archivarissen in Nederland, Groningen, 1898. Il a fait l’objet d’une des rares études approfondies récentes de ce type, P. J. Horsman, F.C.J. Ketellar et T. H. Thomassen, Tekst and context van de Handleiding voor het ordene en beschrijven van archieven van 1898, Hilversum, 1998. Pour le contexte historiographique, le remarquable ouvrage de J. Tollebeek, De Toga van Fruin. Denken over geschiedenis in Nederland sinds 1860, Amsterdam, 1990.

2 Le Conseil international des archives (CIA), organe officiel de la profession, a multiplié les initiatives dans des domaines aussi divers que les mesures de prévention et de protection du patrimoine archivistique en temps de guerre, la coopération internationale, la déontologie et la liberté d’accès à l’information etc. Voir le périodique du CIA, Bulletin du Conseil international des archives, et à titre d’exemple P. Cockshaw et Ch. Logie (éd.), Le Bouclier Bleu international et national. Archives et Bibliothèques de Belgique. Série « Le Bouclier bleu belge », vol. I, Bruxelles, 2000.

3 Voir par exemple les journées d’études « L’archivistique est-elle une science ? », École nationale des chartes, janvier 2004, http://www.enc.sorbonne.fr/actualites/archivistique.htm.

4 Voir par exemple K. Pomian, Sur l’histoire, Paris, 1999, p. 121-159 (Coll. « Folio Histoire »).


5 Parmi lesquelles figurent des questions aussi diverses que les craintes liées au retour d’une certaine histoire nationaliste ou régionaliste, les résurgences d’idéologies fascistes, le réexamen critique de systèmes de pensée tel le marxisme, le néolibéralisme en économie, le structuralisme, etc. Pour une première approche, J.-F. Dortier (éd.), Les Sciences humaines. Panorama des connaissances, Paris, 1998. Voir aussi l’enquête et le colloque plus qu’ambitieux L’Histoire en débat, tenu à Saint-Jacques de Compostelle en juillet 1999, ou encore les thèmes de la conférence mondiale du Comité international des sciences historiques (CISH) tenu à Oslo en 2000 ; J.-C. Ruano-Borbalan (éd.), L’Histoire aujourd’hui, Paris, 1999, et, pour un aspect particulier, « La responsabilité sociale de l’historien », Diogène, 168, 1994. Ces ouvrages seront complétés, pour une première approche d’ensemble du monde anglo-saxon, par M. Stanford, A companion to the study of history, Oxford, Blackwell, 1994.

6 On citera ici : - 1 ̊ pour un premier aperçu des questions liées à l’objectivité et la crise de l’histoire : G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, 1996, passim : A. Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, 1996 ; P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, 1971 ; en particulier, sur la réaffirmation d’une approche philosophique et linguistique, autour du « linguistic turn », de l’analyse des discours, des questions relatives à l’écriture de l’histoire et à l’histoire narrative, les classiques M. de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, 1975 ; J. Rancière, Les Mots de l’histoire, Paris, 1992 ; P. Ricœur, Temps et récit, Paris, 1983, et H. White, The Content of the Form. Narrative Discourse and Historical Representation, Baltimore-Londres, 1987. Synthèse sur le « linguistic turn » : G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, 1996, p. 123-148 avec une large bibliographie en particulier américaine et D. La Capra et S. Kaplan (éd.), Modern European Intellectual History. Reappraisals and New Perspectives, Ithaca-Londres, 1982, ainsi que P. Novick, That Noble Dream. The Objectivity Question and the American Historical Profession, Cambridge 1988 ; - 2 ̊ sur les approches et objets d’études : aujourd’hui très daté, G. Barraclough, Tendances actuelles de l’histoire, Paris, 1980 ; F. R. Ankersmit, Denken over geschiedenis. Een overzicht van moderne geschiedfolisofische opvattingen, Groningen, 1984 ; G. Gadoffre (dir.), Certitudes et incertitudes de l’Histoire, Paris, 1987 ; P. Burke (éd.) New Perspectives on Historical Writings, Oxford, 1992 ; Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, dir. J. Boutier et D. Julia, Paris, 1995 ; F. Dosse et alii, « Le Temps réfléchi. L’Histoire au risque des historiens », EspaceTemps, n ̊ 50-60-61, 1995 ; « Histoire et historiens », Le Débat, n° 92, nov.-déc. 96. En particulier pour la micro-histoire : C. Poni et C. Ginzburg, « La micro- histoire », Le Débat, n° 17, 1981 ; G. Levi, « On Microhistory » dans P. Burke, op. cit. ; J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996, et pour l’histoire culturelle, J.-P. Rioux et J.-F. Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, 1997.

7 Parmi d’autres, F. Furet, L’Atelier de l’histoire, Paris, 1982 ; Écrire l’Histoire du temps présent. En hommage à François Bédarida, Paris, 1993 ; A. Bourreau et alii, L’Histoire entre épistémologie et demande sociale, Paris, 1994 ; F. Bedarida (dir.), L’Histoire et le métier d’historien en France ̧ Paris, 1995 ; P. Schöttler (éd.), Geschichtsscreibung als Legitimationwissenschaft, Frankfurt, 1997.

8 Ch.-O. Carbonell, L’Historiographie, Paris, 1998 (6e éd.), coll. « Que sais-je », n° 1966 ; la première édition date de 1981. J’utilise le terme historiographie au sens « d’histoire du discours historique » ou, comme l’a définit l’auteur « [...] l’histoire du discours – un discours écrit et qui se dit vrai – que les hommes ont tenu sur le passé [...] », p. 4.

9 De manière générale, l’histoire médiévale faisant toutefois exception, voir notamment M. Balard (éd.), L’Histoire médiévale en France. Bilans et perspectives, Paris, 1991, p. 470 et suiv.


10 En ce qui concerne l’historiographie, l’enquête menée ici ne prétend à aucune exhaustivité ; elle porte toutefois sur de nombreux ouvrages et articles historiographiques récents, soit une centaine d’études se répartissant entre production française (50 %), anglaise, américaine, allemande, italienne et néerlandaise au cours des vingt dernières années. Si la question des archives (et plus particulièrement du « retour » aux archives) est abondamment traitée dans les ouvrages d’historiographie proprement dite ou de méthodologie historique, je n’y ai trouvé aucune mention des évolutions récentes de l’archivistique. Les ouvrages d’archivistique plus anciens faisant autorité ne sont pas plus cités, et encore moins l’histoire de l’archivistique. Une des très rares exceptions est à porter au crédit de L’Histoire et ses méthodes, dir. Charles Samaran, Paris, 1961, (Coll. « Encyclopédie de la Pléiade », 11). Nous y reviendrons infra.

11 Paradoxalement, du fait de l’abondance des études partielles, une orientation bibliographique est difficile à établir. Pour les synthèses, voir en dernier lieu P. Delsalle, Une histoire de l’archivistique ̧ Presses universitaires du Québec, 1998 ; bibliographie p. 253-259 ; l’auteur n’a malheureusement pas évité la confusion entre histoire des archives et histoire de l’archivistique dans son ouvrage, un chapitre étant spécifiquement consacré aux premières théories « scientifiques », p. 225-234. Approche plus théorique par T. Cook, « What is Past is Prologue : A History of Archival Ideas since 1898, and the Future Paradigm Shift », Archivaria, 43, 1997, p. 17-63. On verra aussi de manière générale et pour l’époque contemporaine, outre les références citées infra, les travaux de R.-H. Bautier (en particulier « La phase cruciale de l’histoire des archives : la constitution des dépôts d’archives et la naissance de l’archivistique », Archivum, XVIII, 1968, p. 139-149), de H. Coppens et R. Laurent, Les Archives de l’État en Belgique, Bruxelles, 1996, de M. Duchein (notamment « The History of European Archives and the Development of the Archival Profession in Europe », The American Archivist, n° 55, 1992, p. 14-24), de J. Favier (Les Archives, Paris, 1991), de L. Gagnon-Arguin, (L’Archivistique. Son histoire, ses acteurs depuis 1960, Presses universitaires du Québec, 1992), de J. J. Generelo et A. Moreno-Lopez (éd.), Historia de los Archivos y de la Archivistica en España, Valladolid, 1998, de E. Ketelaar (notamment « Archival Theory and the Dutch Manual » dans Id., The Archival Image. Collected Essays, Hilversum, 1997, p. 55-65), de E. Lodoloni (notamment Lineamenti di storia dell’archivistica italiana. Dalle origini alla mete del secolo XX, Roma, 1994), de E. Posner (notamment « Some aspects of Archival development since the French Revolution », The American Archivist, n° 3, 1940, p. 159-172).

12 Cf. supra, note 2.


13 À titre d’exemple, aucune section n’y est consacrée dans T.H.P.M. Thomassen (éd.), Ce que les étudiants en archivistique apprennent. Une bibliographie pour les enseignants, Conseil international des archives, [s.d.], bibliographie pourtant très complète et officielle du CIA.


14 Cité par T. Cook, Interaction entre théorie et pratique archivistiques depuis la publication du Manuel néerlandais de 1898. Rapport principal, troisième session plénière, XIIIe Congrès international des archives, Beijing, 1996, p. 3 ; il s’agit de la version française malheureusement écourtée d’une version antérieure de l’article de T. Cook, cité note 8. Je précise que cette absence de nuances dans l’utilisation du terme « mémoire » n’est pas le fait de l’auteur qui précise sa position en la matière, p. 3-5. Le manuel néerlandais auquel fait allusion T. Cook est bien évidemment l’ouvrage de S. Muller, J. A. Feith en R. Fruin, Handleiding..., cité note 1. T. Cook utilise la traduction anglaise de la deuxième (sic) édition, soit l’édition de 1920. Je renvoie quant à moi à l’édition de 1910 en traduction française, S. Muller, J.A. Feith et R. Fruin, Manuel pour le classement et la description des archives. Traduction française et adaptation aux Archives belges par J. Cuvelier ; adaptation aux Archives françaises par Henri Stein, La Haye, 1910. Cette édition est préfacée par Henri Pirenne.


15 Voir par exemple l’éditorial de J. Gotovitch dans le Bulletin du Ceges, n° 35, hiver 2000-2001.

16 On aura reconnu une imitation des premières lignes du célèbre texte de M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, éd. E. Bloch, Paris, 1997, p. 37, dernière édition critique éditée par E. Bloch, à laquelle je renvoie. Synthèse sur l’Apologie : G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, 1996, p. 81-89.

17 T. Cook, « What is Past... », op. cit., p. 19.


18 À titre d’exemple, G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, 1996, à qui j’emprunte l’expression. La littérature portant sur les mutations archivistique est pléthorique, voir en dernier lieu T. Cook, « What is Past... », op. cit., p. 43-49.


19 Ceci n’est pas sans lien avec la situation que connaît l’histoire face à l’émergence de la sociologie à la fin du XIXe s. Voir F. Dosse, L’Histoire en miettes : des Annales à la « nouvelle histoire », Paris, 1987, p. 18-22, qui explique notamment la construction du programme des Annales par cette rivalité avec une sociologie « durkheimienne » très combative.

20 Ce thème a fait l’objet d’une conférence plénière lors de la XIVe Conférence internationale des archives qui s’est tenu à Séville en septembre 2000 et avait également été traité lors de la XIIIe Conférence tenue à Pékin en 1996. Références des communications infra, notes 34 et 35.

21 Par contemporaine, j’entends les méthodes élaborées depuis le début du XIXe siècle et plus particulièrement celles qui furent coulées en codes. Par tradition, le premier manuel considéré est celui de Muller, Feith et Fruin, Handleiding voor het ordene en beschrijven van archieven : ontworpen in opdracht van de Vereniging van Archivarissen in Nederland, Groningen, 1898. Première approche de l’histoire de la discipline : P. Delsalle, Une histoire de l’archivistique..., p. 225-234.

22 Cette question est traitée dans la partie de mon doctorat consacrée à l’histoire des méthodologies archivistiques.

23 XIVe Conférence internationale des archives, Séville, septembre 2000. Les résumés des communication ont paru en preprint sous le titre XIVe Conférence internationale des archives. Résumés des communications, Séville, 2000. Les communications elles-mêmes paraîtront dans une prochaine livrée d’Archivum.

24 H. Rumschöttel, « L’expansion de l’archivistique internationale », dans XIVe Conférence internationale des archives. Résumés..., p. 101.

25 J. Dahlin, « L’histoire de l’archivistique : réexamen de l’historiographie », dans XIVe Conférence internationale des archives. Résumés..., p. 101-102. J. Dahlin y souligne deux éléments essentiels à notre analyse : en premier lieu, que « dans la recherche historiographique récente, on constate une tendance à une analyse plus théorique des écoles ou groupe d’historiens en ayant recours à des théories et méthodes sociologiques », p. 102, affirmation qui suppose discussion ; en deuxième lieu, que se pose un problème épistémologique classique, à savoir que « l’évolution de la science archivistique pendant une longue période ne peut être retracée que de l’intérieur même de la profession d’archiviste », p. 102. Cette dernière remarque débouche sur de très vastes questions portant sur l’histoire, la philosophie et la sociologie des « sciences » en général, qui ne peuvent être abordée ici. Pour une première approche : B. Barnes, « Sociological Theories of Scientific Knowledge », in R. Colby et alii, Companion to the History of Modern Science, p. 60-73, et la bibliographie citée dans D. Devriese, « Les archives de la recherche en milieu académique », Janus, 1995, 2, p. 20-28.

26 J. Dahlin, op. cit., p. 102.


27 J’emprunte cette formulation à I. Stengers, La Volonté de faire science. À propos de la psychanalyse, Paris, 1992.


28 La notion de paradigme prête souvent à confusion : je l’emploie ici au sens de « corps de théories dominantes ». Sur cette question : T. Kuhn, La Structure des révolutions scientifiques, Paris, 1983 pour l’édition française. Pour une synthèse : A.F. Chalmers, Qu’est-ce que la science ? Paris, 1987, malheureusement inégal et qui néglige notamment l’apport de Bachelard, et surtout I. Stengers et J. Schlanger, Les Concepts scientifiques, Paris, 1989.

29 Cf. note 20.


30 M. Duchein, « Clio et l’archiviste : mariage indissoluble ou union libre ? » dans Miscellanea in honorem Caroli Kesckeméti, Archives et Bibliothèques de Belgique, n ̊ spécial 54, p. 131.


31 « Que les archives soient, entre autres fonctions, un matériau de l’histoire, est une évidence. Déjà Tacite, Suétone [...] », M. Duchein, « Clio... », op. cit., p. 132. Voir aussi Les Sciences historiques de l’Antiquité à nos jours, éd. Ch.-O. Carbonell et J. Walsh, Paris, 1994 et P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, 1979.


32 M. Duchein, « Clio... », op. cit., p132. Notons que Duchein néglige ici les travaux préalables du père bollandiste Daniel van Papenbroeck, voir A.-M. Helvetius, « Les saints et l’histoire », dans H. W. Goetz (éd.), Die Aktualität des Mittelalters, Bochum, 2000, p. 138.

33 M. Duchein, « Clio... », p. 134.


34 La première édition date de 1922, H. Jenkinson, A Manual of Archive Administration : including the problems of war archives and archive making, Oxford, 1922. L’édition la plus souvent citée est l’édition revue et développée de 1937, A Manual of Archive Administration, Londres, 1937 ; c’est l’édition à laquelle renvoie M. Duchein et que cite également R. H. Bautier dans L’Histoire et ses méthodes, p. 1161, cf. supra. Il est impossible de signaler l’ensemble des études sur H. Jenkinson, qui mériterait à lui seul une bibliographie critique ; on verra donc en premier lieu Studies presented to Sir Hilary Jenkinson, Londres, éd. J. Conway Davies, 1957, et Essays in memory of Sir Hilary Jenkinson, Londres, éd. A.E.J. Hollaende, 1962.

35 Cité (et traduit) par M. Duchein, « Clio... », op. cit., p136.


36 Voir T. Cook, « What is Past... », p. 23. T. Cook souligne à juste titre que la vision de H. Jenkinson est liée autant à des valeurs morales qu’à une position méthodologique, p. 25.


37 W. Dilthey, Critique de la raison historique, éd. S. Mesure, Paris, 1992, pour la dernière édition critique.


38 Parmi de nombreux autres travaux, M. Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, éd. Julien Freund, 1992.

39 G. Simmel, Les Problèmes de la philosophie de l’histoire, Paris, éd. J. Boudon, 1984.

40 R. Aron, La Philosophie critique de l’histoire. Essai sur une théorie allemande de l’histoire, Paris, 1964 (1re éd. 1938).


41 Ch.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, 1954.

42 La remarque de Ricœur que porte sur l’ouvrage de Ch.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, 1954, il y montre que Marrou dénonce cette la position « neutre », P. Ricœur, Temps et Récit, Paris, 1983, t. 1. p. 178. L’édition à laquelle je renvoie est celle parue aux éditions du Seuil, (coll. « Points », 227) ; Id., Temps et Récit. vol. 1 : L’intrigue et le récit historique. vol. 2 : La configuration dans le récit de fiction, Paris, 1991.

43 Voir T. Cook, « What is Past... », p. 20-22.


44 C’est aussi le sens des propos de Michel Duchein, cf. supra. Je renvoie ici à Ch.-O. Carbonell, L’Historiographie, p. 83-100, et également à Ch. -O. Carbonell, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français : 1865-1885, Toulouse, 1976, passim.

45 T. Cook, « What Past... », op. cit., p. 20 et suiv.

46 E. Lodolini, « L’insegnamento della teoria archivistica nella formazione degli archivistici », Archivum, volXXXIV, p. 125 et suiv., et P. Delsalle, Une histoire..., op. cit., p. 225-226.

47 Législations datant au plus tôt de la fin du XVe, voir P. Delsalle, Une histoire..., p. 181.

48 A. Farge, Le Goût de l’archive, Paris, 1989. Je renvoie à l’édition parue au Seuil.


49 Excellente synthèse de F. R. Ankersmit, Denken over geschiedenis. Een overzicht van moderne geschiedfolisofische opvattingen, Groningen, 1984. Pris ici à titre d’exemple, R. Koselleck, L’Expérience de l’histoire, Paris, 1997 ; ce recueil rassemble en un ouvrage différentes questions traitées par l’auteur et résume en quelque sorte les clefs de l’œuvre dans son ensemble ; il introduit aussi à la bibliographie antérieure ; K. Pomian, Sur l’histoire, Paris, 1999 (Coll. « Folio Histoire »), rassemble neuf essais parus de 1975 à 1999 et a également valeur de synthèse ; P. Ricœur, Temps et récit, Paris, 1983. L’édition à laquelle je renvoie est celle des éditions du Seuil, (Coll. « Points » 227-228-229), vol. 1 : L’intrigue et le récit historique vol. 2 : La configuration dans le récit de fiction, vol. 3 : Le temps raconté. M. de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, 1975.

50 Le point de vue d’Arlette Farge, qui s’inscrit dans le courant de l’histoire anthropologique, doit beaucoup à M. Foucault avec lequel elle a d’ailleurs collaboré (notamment A. Farge et M. Foucault, Le Désordre des familles. Lettres de cachet des archives de la Bastille, Paris, 1982) peut être rapproché de celui de C. Ginzburg, tant quant à l’objet d’étude, l’histoire des mentalités, que quant à la méthode ; voir les travaux de C. Ginzburg, Le Juge et l’Historien, Paris, 1997 pour la traduction française ou encore les travaux d’A. Corbin. Pour les aspects historiographiques : en dernier lieu, G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, 1996, et pour une vue d’ensemble F. Bedarida (dir.), L’Histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Paris, 1995 ; Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, 1995. Pour la sphère anglo-saxonne : P. Burke (éd.), New Perspectives on Historical Writings, Oxford, 1992 et la revue History and Theory. Sur le retour aux sources, voir aussi M. Balard, cité supra note 7.

51 A. Farge, op. cit., p. 11, citant ici J. André, « De la preuve à l’histoire : les archives en France », Traverses, n° 36, janvier 1986, p. 36 : « Ensemble de documents, quels que soient leur forme ou leur support matériel, dont l’accroissement s’est effectué d’une manière organique, automatique, dans l’exercice des activités d’une personne physique ou morale, privée ou publique, et dont la conservation respecte cet accroissement sans jamais la démembrer » ; on notera que cette définition est sujette à caution. A. Farge y ajoute une note relative au nombre de kilomètres accumulés aux Archives nationales (France) chaque année, soit 75 à l’époque de rédaction de l’ouvrage.

52 A. Farge, op. cit., p. 137.


53 Ibid., p. 139.

54 Ibid., p. 140.


55 L’Histoire et ses méthodes, dir. Charles Samaran, Paris, 1961, (coll. « Encyclopédie de la Pléiade », 11), p. 1120-1166 pour la section sur les archives et plus particulièrement p. 1155- 1166 pour les « Nouvelles tâches des archives ».


56 Ibid., p. 1120. Pour l’historiographie relative aux écoles méthodiques, en particulier allemande et française, voir G. Bourde et H. Martin, Les Écoles historiques, Paris, éd. 1997, et G. Thuiller et J. Tulard, Les Écoles historiques, Paris, 1990. Pour la confusion trop répandue entre école positiviste et école méthodique : Ch.-O. Carbonell, Histoire et historiens : une mutation idéologique des historiens français : 1865-1885, Toulouse, 1976 ; pour les écoles allemandes : C. Devulder, L’Histoire en Allemagne au XIXe siècle, Paris, 1993.

57 L’Histoire et ses méthodes, op. cit., p. 1120.


58 J’ai insisté sur la distinction nécessaire et pourtant négligée entre histoire des archives et histoire de la discipline, cf. supra note 8. Le texte de Bautier attire le même reproche, mais il est explicite, p. 1121-1137. Une partie consacrée à la naissance des institutions archivistiques est incluse dans le chapitre : rappel des étapes de la diplomatique et de la critique des documents, p. 1132 ; de la naissance des dépôts centraux d’archives, p. 1132-1134 ; de la création des écoles – des chartes à Paris, de diplomatique à Madrid, etc. –, p. 1134-1135 ; puis des principes directeurs, p. 1135-1136, et des institutions modernes, y compris le Conseil international des archives, p. 1136-1137.

59 Ibid., p. 1135. Pour un état de la question sur le principe de provenance, voir en dernier lieu l’article de F. Scheelings dans ArchiefInitiatief, 5.

60 Ibid., p. 1137-1166.


61 Ibid., p. 1139-1145.


62 Ibid., p. 1145-1153.


63 Ibid., p. 1153-1155.


64 Ibid., p. 1157-1161. On notera que la section consacrée aux archives est suivie d’une abondante bibliographie multilingue, en tête de laquelle figure les « manuels fondamentaux » de G. A. Belov et alii, Teorija i praktika arhivnogo dela v SSRS, Moscou, 1958, et les plus utilisés E. Casanova, Archivistica, Sienne, 1928 ; H. Jekinson, A Manual for Archives Administration, Oxford, 1928, et S. Muller, J. A. Feith et R. Fruin, dans la traduction française de 1910, cf. note 10.

65 Mené par l’équipe de Luciana Duranti à la School of Library, Archival and Information Studies – University of British Columbia, voir http://www.slais.ubc.ca/.

66 Cité tel quel par P. Ricœur, Temps, t. 1, p. 179. Je renvoie à l’édition de référence du texte de M. Bloch, Apologie, 1997, p. 46-47, cité note 13.

67 L. Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, éd. 1992, p. III.

68 P. Ricœur, Temps et Récit, Paris, 1983, p. 171. L’édition à laquelle je renvoie est celle parue aux éditions du Seuil, (coll. « Points », 227) ; Id, Temps et Récit. vol. 1 : L’intrigue et le récit historique. vol. 2 : La configuration dans le récit de fiction, Paris, 1991.

69 Ibid.


70 Commentaire critique des positions de Ricœur quant à l’historiographie : G. Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, 1996, en particulier p. 111-121 ; voir aussi Temps et récit en débat, éd. Ch. Bouchindhomme et R. Hochlitz, Paris, 1990 ; O. Mongin, Paul Ricœur, Paris, 1994 et 1998, en particulier p. 121-142, et F. Dosse, Paul Ricœur. Les sens d’une vie, Paris, 1997, en particulier p. 239-248 et 565-573.

71 Je renvoie ici aux références citées note 1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Devriese, « Pour une lecture épistémologique de l’archivistique
 », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 303-316.

Référence électronique

Didier Devriese, « Pour une lecture épistémologique de l’archivistique
 », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/189

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org