Navigation – Plan du site
Conclusion

Quelques réflexions en guise de conclusions

Daniel van Overstraeten
p. 325-327

Texte intégral

1La mise sur pied d’une rencontre de quelque importance constitue toujours un pari, surtout – comme c’est le cas ici – quand le thème proposé est vaste : vaste par son champ d’application (les archives, les archivistes et l’archivistique), par son cadre géographique (l’Europe du Nord-Ouest, avec une incursion aux États-Unis) et par son extension chronologique (du Moyen Âge à nos jours). Au moment de clôturer le présent colloque au terme de trois pleines journées de travail, je crois pouvoir dire que ses organisateurs ont gagné leur pari. D’une part, plus de trente spécialistes, venus de France, de Belgique, des pays nordiques, d’Outre-Manche et même d’Outre-Atlantique, ont répondu à leur appel et présenté des communications riches et souvent très originales. D’autre part, les participants ont été très nombreux et les discussions suscitées par les exposés particulièrement nourries. Une première constatation s’impose ainsi d’emblée : le thème retenu a été choisi avec bonheur et, qui plus est, il méritait qu’on lui consacrât une rencontre internationale. Les concepteurs et réalisateurs de celle-ci ont donc droit à toutes nos félicitations.

2Une deuxième raison de se réjouir réside dans le fait que, soucieux d’assurer un prolongement au colloque, les mêmes organisateurs ont décidé d’en publier les actes. Consignées par écrit et, le cas échéant, enrichies de l’une ou l’autre précision, remarque ou nuance recueillie lors des débats et des échanges d’idées, les communications connaîtront ainsi un large retentissement et profiteront pleinement à la communauté archivistique.

3La coutume veut que celui qui met fin aux sessions d’un colloque accompagne cette clôture de « conclusions ». En raison de la grande densité des exposés présentés et de l’absence de recul, indispensable pour rendre suffisamment justice à l’intérêt de ceux-ci comme à celui des interventions qui les ont suivis, il me semble préférable, à ce stade, de vous livrer non pas un essai de bilan forcément incomplet de ce qui s’est dit au cours de ces trois journées, mais plus modestement quelques réflexions, quatre précisément, faites « à chaud » par votre serviteur.

4La première porte sur une constatation somme toute rassurante, à savoir la place importante occupée par l’homme – ou la femme –, disons l’élément humain dans nos préoccupations professionnelles. L’archiviste, en effet, apparaît comme le sujet central ou à tout le moins comme l’un des sujets abordés dans pas moins de treize communications (plus du tiers de celles inscrites au programme), ce qui veut dire qu’on le trouve dans la section d’aujourd’hui, baptisée Les Archivistes, mais qu’il était présent également et largement dans les autres sections. Cela nous a valu tout d’abord cinq portraits, cinq biographies d’archivistes remarquables des XIXe et XXe siècles (dont quatre actifs dans le nord de la France et un dans le Hainaut belge) retracées et commentées par Jean Le Pottier, Vincent Doom, Nathalie Vidal, Pierre-Jean Niebes et Claude Lannette. Deux collègues ont ensuite illustré le rôle joué par l’archiviste dans un contexte institutionnel particulier, celui des comités régionaux des Affaires culturelles français (dont nous a parlé Patrice Marcilloux) et celui de la communauté germanophone de Belgique (présenté par Alfred Minke). L’évolution du profil de l’archiviste, quant à elle, a été évoquée par trois orateurs : Eljas Orrman pour les pays nordiques, Nancy Bartlett pour les États-Unis (laquelle nous a rappelé qu’il y existe, à la différence de ce qui prévaut en France, une véritable bouillabaisse d’archivistes, pour reprendre l’expression d’Ernst Posner) et Rosine Cleyet-Michaud, qui a mis en évidence ce que notre profession est devenue aujourd’hui, à savoir un métier à multiples facettes. Enfin, Laurent Ferri et Marc Libert ont montré la place occupée par l’archiviste dans deux domaines tout à fait particuliers : la littérature romanesque et la bande dessinée.

5À ce bel ensemble, il convient d’ajouter la contribution de Michaël Moss, qui nous a livré des réflexions très riches sur le rôle de l’archiviste comme gardien de la mémoire. Dans ce domaine, rappelle M. Moss, l’archiviste n’est pas seul, car la responsabilité ultime appartient à l’organisation qui l’emploie, ce qu’en Belgique nous appelons l’autorité responsable en matière d’archives. M. Moss souligne également la nécessité de revoir cette notion de responsabilité en raison de la nature nouvelle des objets dont l’archiviste doit assurer la préservation. En effet, il ne s’agit plus uniquement d’objets physiques, somme toute assez faciles à protéger, mais aussi désormais de données dématérialisées, digitales, dont la sécurisation suppose des compétences techniques dont l’archiviste ne dispose pas toujours.

6Ceci m’amène tout naturellement à ma deuxième réflexion, laquelle porte précisément sur le poids croissant des technologies dites – il y a un certain temps déjà – nouvelles et l’impact grandissant de celles-ci sur la production archivistique. Chose remarquable, cette problématique importante n’a été traitée en tant que telle – sauf erreur de ma part – que dans une seule autre contribution, celle de Karel Velle, qui n’a malheureusement pas pu être présentée ici. Notre collègue se proposait d’abord de dépeindre la révolution que connaissent dans ce domaine les administrations publiques en Belgique et ensuite de nous présenter les diverses actions qui, selon lui, s’imposent aux services d’archives publics pour – et je reprends ici l’expression utilisée en 2001 par l’un des organisateurs du présent colloque, l’Association des archivistes français – « relever le défi de l’électronique ». La présence modeste de cette vaste problématique dans nos travaux peut certes s’expliquer (notamment par le fait qu’elle a déjà fait l’objet de nombreuses journées d’études), mais il est certain qu’elle alimentera longtemps encore – et c’est heureux – moult discussions, rapports et publications.

7Comme il se doit, de nombreux exposés ont été consacrés à l’archivistique, qu’il s’agisse d’archivistique générale ou d’archivistique spéciale, d’aspects théoriques ou de questions de la pratique. Ce qui ressort de ces contributions – et ceci constitue ma troisième réflexion –, c’est l’apport indéniable que peuvent représenter à ce niveau l’étude du passé, d’une part, l’étude comparative, d’autre part. Pour la première, je signalerai la communication de Denise Ogilvie sur la genèse de la notion de respect des fonds et l’appel lancé par Didier Devriese en faveur d’une étude à vocation épistémologique de l’archivistique. Pour l’étude comparative, qui permet notamment de mesurer les influences exportées ou subies, et partant, d’éclairer d’un jour nouveau certains acquis, je renvoie aux communications d’Alain Droguet et d’Eljas Orrman, actifs dans le nord de l’Europe, et à celle de Nancy Bartlett, d’Outre-Atlantique.

8Ma quatrième et dernière réflexion s’inscrit tout naturellement dans le prolongement de ce qui vient d’être dit et se limite à reprendre une vérité énoncée par Nancy Bartlett, précitée, à savoir l’impérieuse nécessité dans notre profession d’élargir les contacts, de les internationaliser. L’important colloque qui nous a rassemblés dans ce magnifique cadre pendant trois jours et que j’ai l’honneur de clôturer est une éloquente illustration de cette vérité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel van Overstraeten, « Quelques réflexions en guise de conclusions », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007, p. 325-327.

Référence électronique

Daniel van Overstraeten, « Quelques réflexions en guise de conclusions », in Martine Aubry, Isabelle Chave et Vincent Doom (dir.), Archives, archivistes, archivistique dans l'Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 36), 2007 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/196

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org