Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

Mécénat et politique. Le cas des prélats français et anglais à la Renaissance

Cédric Michon
p. 23-37

Texte intégral

1Cette contribution s’intéresse au rôle des prélats d’État dans la diffusion en France et en Angleterre des formes et des idées nouvelles en art, littérature et théologie, mais en les abordant essentiellement du point de vue politique. L’expression de « prélat d’État » mérite quelques éclaircissements. Je voudrais pour cela dire un mot des différents types de prélats et de cardinaux que l’on trouve à la cour de François Ier et à celle d’Henri VIII en rappelant que, du côté anglais, les cardinaux n’ont jamais été très nombreux et même qu’après la mort de Thomas Wolsey, en 1530, et à la suite de la rupture avec Rome en 1534, il n’y en a plus du tout.

2À cette époque, on trouve donc trois types de cardinaux et de prélats à la cour des rois de France et d’Angleterre. Il y a tout d’abord les prélats courtisans, c’est-à-dire les prélats issus des plus puissantes familles de la cour et qui gravitent autour du souverain sans occuper de fonction politique ou administrative. Ce sont les cardinaux Gouffier, Givry, Châtillon, Annebault qui n’ont pas de véritable équivalent en Angleterre. Il y a ensuite les prélats qui exploitent le marché captif des charges ecclésiastiques curiales, d’aumônier, de confesseur etc. Ces charges constituent parfois, mais pas toujours, une rampe de lancement pour le service politique. On signalera le cas des évêques John Longland et Antoine Sanguin, cardinal de Meudon.

3Il y a enfin les prélats qui occupent un rôle au sein du pouvoir et de l’administration royale. C’est une véritable institution informelle constituée de ce que l’on peut appeler des prélats d’État, c’est-à-dire des prélats qui consacrent l’essentiel de leur activité au service de l’État. Ils sont une vingtaine dans chacun des royaumes. Parmi eux on peut retenir des noms aussi célèbres que ceux de Thomas Wolsey, Stephen Gardiner, Cuthbert Tunstall, François de Tournon, Jean Du Bellay ou Jean de Lorraine. C’est à ces prélats et à leur rôle dans la diffusion des formes et des idées nouvelles qu’est consacré ce texte. Ce sont d’ailleurs ces prélats d’État qui constituent l’effectif le plus important des prélats à la cour. Leur présence dans l’État est tout à fait déterminante. Quels que soient les secteurs du gouvernement envisagés, que l’on aborde la question du conseil, de l’administration centrale ou régionale, de la diplomatie ou du prélèvement fiscal, et même du ravitaillement des armées, quel que soit l’angle d’attaque d’une étude sur l’État royal sous François Ier ou Henri VIII, à chaque fois, les prélats s’imposent à l’analyse de l’historien. Les prélats d’État constituent donc, aux côtés des courtisans et des bureaucrates, le troisième pilier des monarchies française et anglaise de la Renaissance.

4Toutefois, derrière une façade comparable, les prélats d’État français et anglais proviennent d’origines très différentes. Les Anglais sont originaires de la bourgeoisie ou de la petite gentry, tandis les Français sont issus des rangs de la gentilhommerie moyenne. En France, les prélats d’État sont donc des héritiers. En Angleterre ce sont des parvenus, issus d’Oxford et de Cambridge, l’Église agissant ensuite sur eux comme un véritable convertisseur social. Nous aurons l’occasion de formuler l’hypothèse que ces origines sociales différentes ne sont pas sans influence sur la nature du patronage artistique de ces prélats.

5En revanche, qu’ils soient français ou anglais, ces prélats d’État ont en commun un statut ecclésiastique qui peut gêner le positionnement à la cour. En effet, les prélats d’État ne peuvent pas asseoir leur position dans l’entourage royal par la détention de charges-clés qui leur permettraient de redistribuer en cascade les faveurs royales. En Angleterre, les prélats d’État ajoutent une faiblesse supplémentaire, liée à leur origine sociale qui les expose à de fréquentes rebuffades de la part de la vieille noblesse anglaise, qui leur voue un profond mépris.

  • 1 Voir C. Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, thèse (...)

6Face à ce déficit d’implantation, les prélats d’État français et anglais ont différentes attitudes. Isolés socialement et culturellement, les prélats d’État anglais substituent aux solidarités familiales et courtisanes dont ils ne disposent pas une troisième solidarité, universitaire. C’est ainsi que l’on peut mettre à jour une véritable Cambridge Connection à la cour de Henri VIII. En France, les prélats d’État s’inscrivent dans les réseaux courtisans et s’imposent parfois comme de véritables chefs de clan. C’est le cas notamment des cardinaux de Lorraine, de Tournon ou Du Bellay1.

7Mais il existe une autre voie pour renforcer sa position à la cour et c’est celle que nous étudierons aujourd’hui. Elle consiste à essayer de s’imposer, comme les laïcs, par un déploiement de magnificence par le biais d’un mécénat généreux. Dans cette optique, deux options, que nous étudierons successivement, s’offrent à ces prélats d’État. La première consiste à se positionner sur le champ des aristocrates ou des très riches techniciens des finances ou du droit, et il consiste à patronner la réalisation d’œuvres somptueuses à la pointe de la nouveauté, notamment dans le domaine architectural ou décoratif. La seconde consiste également à promouvoir la nouveauté, mais dans un autre domaine, celui de l’esprit. Pour ce faire, les prélats constituent des réseaux d’humanistes, de poètes et de théologiens qu’ils n’hésitent pas ensuite à instrumentaliser à des fins politiques.

Mécénat des prélats et diffusion des formes nouvelles dans l’art

8Le mécénat artistique est un moyen d’asseoir une position à la cour. Le souverain attend en effet de ses courtisans qu’ils lui rendent de multiples services. Ils doivent notamment ouvrir leur bourse lorsqu’il a besoin de subsides  ; ils doivent également participer à la splendeur de la cour.

  • 2 R. Freedman, « Le cardinal Jean de Lorraine mécène de la musique », dans Y. Bellenger, Le mécénat e (...)
  • 3 N. Harris Nicolas, The Privy Purse Expences of King Henry the Eighth, from November MDXXIX to Decem (...)

9Il existe des moyens de faire les deux à la fois  : les courtisans peuvent par exemple éviter au souverain des sorties d’argent, dans le cadre du financement de fêtes. C’est le cas du cardinal Jean de Lorraine. La protection qu’il accorde à Albert de Rippe, un des plus fameux luthistes de l’époque, témoigne de son intérêt éclairé pour la musique2. En même temps, l’entretien de très nombreux musiciens qui le suivent partout dénote une politique réfléchie d’affirmation de son rang à la cour, puisqu’il n’hésite pas à « prêter » ses musiciens à François Ier lors des grandes cérémonies royales, par exemple lors de l’entrevue avec Henri VIII à Boulogne en octobre 15323. Il est le seul à le faire, et son prestige en est considérablement accru. Tous les ambassadeurs étrangers s’extasient sur les « musiciens du cardinal de Lorraine ». Son mécénat musical agit comme une sorte de relais du mécénat royal et sert sa position à la cour et dans le gouvernement.

10Ce mécénat peut toutefois concerner des secteurs plus voyants encore, notamment l’architecture ou la sculpture.

La promotion de la nouveauté en matière architecturale

  • 4 M. Chatenet, La Cour de France au XVIe siècle, Paris, Picard, 2002, p. 63.
  • 5 Un manuscrit de la première moitié du XVIIe siècle, consacré à l’antienne manière dont on vivoit à (...)
  • 6 Par exemple sur les 50 hommes logés à Saint-Germain-en-Laye entre 1547 et 1550 et dont on a conserv (...)
  • 7 N. Samman, « The Progresses of Henry VIII, 1509-1529 », D. MacCulloch éd., The Reign of Henry VIII. (...)

11Concernant le domaine architectural, je voudrais formuler quelques hypothèses. Il faut d’abord préciser quelques points. La réalisation de demeures somptueuses à proximité des lieux de résidence de la cour s’explique par de multiples raisons. Il y a tout d’abord le souci de tenir son rang parmi les courtisans. Il y a ensuite le problème du logement. Être logé dans la résidence du roi est un privilège, une faveur, car même un château comme Saint-Germain ne comprend que 80 appartements4. Dans ce domaine, l’atout maître des courtisans est leur femme, car ce sont les épouses qui sont privilégiées dans l’attribution des logements5. Les prélats d’État pâtissent donc, par définition, d’un handicap, même si l’exclusion des hommes d’Église n’est pas systématique6. Par ailleurs, le problème du logement se pose également de manière inversée. C’est-à-dire que les courtisans les plus importants n’ont pas seulement le souci d’être logés à la cour ou à sa proximité, mais ont également celui de pouvoir loger le roi lors de ses déplacements. Henri VIII, par exemple, entre 1509 et 1529, passe chaque année pas loin d’un tiers de ses nuits en dehors de ses palais7.

  • 8 N. Samman, art. cité, p. 69.
  • 9 M. Roy, « Quelques hotels de Fontainebleau au XVIe siècle », Annales de la Société historique et ar (...)
  • 10 Qui passe en 1543 à l’amiral d’Annebault (ibid, p. 57).
  • 11 Ibid, p. 62 et 73. On sait toutefois qu’il possédait déjà une résidence à Fontainebleau, en janvier (...)

12Traditionnellement, les évêques disposent de nombreuses résidences (l’archevêque de Canterbury possède ainsi vingt-et-un manoirs et maisons dans la décennie 1520  ; lors de son voyage vers Douvres, en 1520 et 1522, Henri VIII s’arrête successivement dans les palais épiscopaux d’Otford, Charing, Canterbury et Rochester8). Cela n’empêche pas que certains prélats d’État aient le souci d’offrir au souverain quelque chose de mieux que des palais parfois un peu vieillots. La nécessité de disposer de demeures à proximité de la cour se traduit donc par de nombreuses constructions ou réhabilitations. C’est le cas en particulier à Fontainebleau9 où on peut signaler l’hôtel du cardinal-chancelier Duprat, celui d’Albret, celui de l’amiral Chabot, de Diane de Poitiers, celui du cardinal Jean Le Veneur10, celui de Jean Bertrand, garde des sceaux, et celui de Jean Du Bellay, sur lequel on ne sait quasiment rien11. Plus connu est en revanche la résidence commanditée par ce dernier à Philibert De l’Orme près de son abbaye de Saint-Maur.

  • 12 Dans l’Instruction, Philibert de l’Orme date bien de cette époque la naissance d’une nouvelle archi (...)
  • 13 Le parti adopté par Jean du Bellay à Saint-Maur est en effet audacieux. Le projet de Philibert de l (...)

13Il semble établi que l’objectif de Du Bellay est de faire du neuf, de bâtir quelque chose qui ne ressemble en rien à ce qui s’est fait jusqu’à présent12. On a ainsi le sentiment que Du Bellay veut être le premier à appliquer en France, par l’intermédiaire de Philibert de L’Orme, les principes de Serlio13. Sa politique architecturale est une politique de prestige qui fait passer le prestige par la nouveauté. Du Bellay semble vouloir montrer qu’il n’a rien à envier aux réalisations des puissants courtisans laïcs. L’italianisme de Saint-Maur est sans doute largement inspiré par le cardinal lui-même qui veut introduire en France les éléments italianisants qui l’ont séduits lors de ses séjours dans les vignes des cardinaux romains.

  • 14 Sur Otford, voir W. Lambard, A Perambulation…, p. 376-7  ; W. Somner, The Antiquities of Canterbury (...)
  • 15 S.J. Gunn et P.G. Lindley, Cardinal Wolsey. Church, State and Art, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 16 Ibid., p. 101.

14Il est intéressant de ce point de vue de comparer la résidence de Saint-Maur aux grandioses constructions de Thomas Wolsey en Angleterre. L’Angleterre, à la fin du XVe siècle, a connu des réalisations somptueuses de la part de prélats comme John Morton, archevêque de Canterbury. Le début du XVIe siècle n’est pas en reste avec les réalisations de William Warham, également archevêque de Canterbury (notamment le palais d’Otford14). Thomas Wolsey, avec Hampton Court, se situe dans la lignée de ces prestigieux prédécesseurs. Comme Du Bellay, il a le souci de commanditer des réalisations qui lui paraissent les plus neuves. Toutefois, à la différence de Du Bellay, il n’est pas avant-gardiste, mais suit le goût du jour, en particulier le goût royal. Les formes neuves des bâtiments construits par Wolsey ont toujours un précédent royal  ; elles ne sont jamais des innovations complètes. C’est le cas par exemple de certaines longues galeries qui, à la différence de ce qui se faisait traditionnellement en Angleterre ne mènent pas d’un bâtiment à un autre, mais d’un bâtiment à un jardin (à Hampton Court par exemple). De telles galeries avaient déjà été réalisées pour Édouard IV à Eltham ou Henri VII à Richmond15. Cette pratique n’est d’ailleurs pas tellement suivie et, à la mort de Wolsey, toutes les galeries qu’il a fait construire sont réintégrées dans un plan plus général où elles deviennent des moyens de communication d’un bâtiment à un autre16.

  • 17 Ibid., p. 101

15De la même manière, la pratique de Wolsey, toujours à Hampton Court, d’organiser les logements les plus prestigieux sur deux étages est abandonnée lorsqu’Henri VIII récupère le château  : il descend par exemple les appartements de la reine du second étage au premier étage, à côté des siens, et réserve le second étage pour les courtisans17. Là encore, Wolsey avait copié Henri VII et ses principaux courtisans (notamment Buckingham et Norfolk), lesquels s’étaient eux-mêmes inspirés de ce qui se faisait en Bourgogne et en France.

  • 18 Ibid, p. 102. En dehors de Wolsey et de Warham, les prélats anglais se font nettement plus discrets (...)

16Wolsey se contente donc de développer la mode dominante au temps du règne d’Henri VII. D’une certaine manière, on peut dire qu’il retarde. Avec un peu de dureté, on pourrait faire l’hypothèse qu’il a des goûts et des pratiques de parvenu. C’est-à-dire qu’il multiplie la possession de marqueurs qui témoignent de son appartenance à l’élite, mais n’est pas capable de créer, d’innover. Son modèle est le modèle royal, et il le suit. Mais, par définition, il risque sans cesse d’être dépassé par le souverain  : il suit la mode, il ne tire pas la mode vers l’avant18.

Prélat d’État et architecture domestique  : l’opposition entre héritiers et parvenus

17Ainsi, Jean Du Bellay et Thomas Wolsey font bâtir, avec leurs moyens réciproques, des demeures qui répondent à de multiples nécessités  : se loger, loger le souverain, affirmer son rang à la cour. Toutefois, la manière différente dont Du Bellay et Wolsey remplissent ce contrat est intéressante à analyser dans le contexte de leur origine sociale et de leur statut respectif d’héritier et de parvenu et donc dans le contexte de la nature de leur positionnement à la cour.

18Jean Du Bellay, l’héritier, est soucieux non seulement de faire ce qu’il y a de plus neuf possible, mais en outre, n’hésite pas à lancer la mode. Ce n’est pas un simple suiveur. Thomas Wolsey en revanche, n’est pas un créateur  ; c’est un parvenu, soucieux de faire au mieux de ce qui existe déjà. L’opposition héritier/parvenu, importante dans l’étude de l’intégration curiale et politique semble donc avoir des répercussions significatives sur la nature des réalisations architecturales. En effet, un héritier n’est pas seulement quelqu’un qui reçoit, c’est également quelqu’un qui réaffirme. Tenir son rang, dans le cadre d’une lignée ancienne, ce n’est pas seulement faire comme ses ancêtres, c’est adapter, renouveler ce qu’ont fait ses ancêtres dans un cadre nouveau. Pour être fidèle à la grandeur ancestrale des Du Bellay, le cardinal Jean doit faire mieux que les autres, relancer son héritage, être toujours à la pointe. Thomas Wolsey, fils d’un boucher d’Ipswich, n’a pas de mémoire familiale à défendre, il doit simplement rejoindre les élites déjà en place. Il ne renouvelle pas ce qui se fait. Il cherche simplement à faire, avec ce qui existe, quelque chose de mieux que les autres, ce qui explique la grandeur, voire la grandiloquence de ses réalisations.

19Si l’on quitte à présent le domaine de l’architecture, pour celui de la peinture et de la sculpture, des analyses assez comparables peuvent être menées. C’est le cas notamment pour des réalisations religieuses, qu’elles concernent des décorations d’Église ou des réalisations plus personnelles comme des tombeaux.

  • 19 J.-L. Biget, Histoire d’Albi, Toulouse, Privat, 2000, p. 147.
  • 20 J.-L. Biget, Sainte Cécile d’Albi. Peintures, Éditions Odyssée, Toulouse, 1994, p. 213.

20En matière de sculpture, les prélats d’État ont là encore en effet le souci de montrer qu’ils maîtrisent parfaitement les modes et ils s’efforcent d’employer les meilleurs artistes, notamment étrangers lorsqu’il le faut, qu’ils soient flamands ou italiens. C’est le cas des évêques d’Albi, Louis I et Louis II d’Amboise qui, pour les peintures représentant le Jugement dernier dans la cathédrale Sainte-Cécile d’Albi, emploient des peintres flamands ou d’influence flamande, et pour celles de la voûte de la cathédrale (1509-1514), font appel à un atelier venu de Bologne. De la même manière, les artistes responsables de la clôture du chœur de la cathédrale, s’ils sont inconnus, font penser par leur style à Antoine Le Moiturier et à Michel Colombe19. Ainsi, « à Albi, l’art religieux adopte […] les formes de l’art de cour et de l’art royal »20. On peut se demander dans quelle mesure cette imitation n’est pas un témoignage politique et ne fonctionne pas comme une référence volontaire, implicite, à la monarchie.

  • 21 S.J. Gunn et P.G. Lindley, op.cit., p. 263-267 et 285.

21Cette problématique de l’art royal peut également être appliquée au cas de Thomas Wolsey. Son patronage se caractérise, comme toujours, par sa splendeur. Ainsi, les sculptures de sa tombe sont réalisées par le meilleur sculpteur florentin actif en Angleterre, Benedetto da Rovezzano, qui remplace Torrigiano après le départ de ce dernier pour l’Espagne vers 1522. Benedetto reçoit ainsi la mission de faire œuvre plus belle encore que le tombeau d’Henri VII à Westminster. L’ampleur de l’œuvre conçue est effectivement exceptionnelle puisqu’elle doit être supérieure à celle de tous les prédécesseurs de Wolsey, mais aussi des tombes existantes de monarques anglais. Là encore, Wolsey n’innove pas en ce sens qu’il ne fait pas venir lui-même d’Italie un sculpteur renommé, mais qu’il utilise les services d’un sculpteur déjà actif au service du souverain. Les choix de Wolsey sont donc au goût du jour. La preuve en est d’autant plus éclatante qu’Henri VIII décide, à la mort de son cardinal, d’utiliser une partie de ce qui a déjà été réalisé pour Wolsey afin d’en faire la base de son propre monument funéraire21. Wolsey fait donc œuvre de suiveur, suiveur d’exception peut-être, mais suiveur tout de même  : ce n’est pas lui qui créé le goût nouveau, il ne prend pas de risque esthétique.

  • 22 On retrouve la même influence dans les réalisations entreprises à partir de 1550 dans l’ancienne ab (...)
  • 23 A. Blunt, « L’influence française sur l’architecture et la sculpture décorative en Angleterre penda (...)

22Les autres prélats d’État, pas plus que Wolsey, ne lancent de modes. L’exemple de la chapelle mortuaire de Stephen Gardiner dans la cathédrale de Winchester va dans le même sens22. Elle dénote une influence très nette non seulement de la sculpture de Fontainebleau, mais aussi de la manière de Jean Goujon23. Il faut toutefois rappeler qu’il existait à Winchester, dès le début du XVIe siècle, un atelier de sculpture décorative très influencé par la France. C’est à dire que cet atelier existait déjà lorsque Gardiner fit appel à lui. On peut seulement faire l’hypothèse que Gardiner a été sensibilisé à la sculpture française lors de son long séjour à la cour de François Ier dans la décennie 1530. On a donc sans doute affaire à la conjonction de deux phénomènes  : la circulation des artisans et des commanditaires rend les seconds réceptifs à la compétence nouvelle des premiers.

23En conclusion de ce point, je voudrais faire quelques remarques.

24La première voudrait insister sur la dimension et l’utilité politique directe des réalisations architecturales et décoratives  : il s’agit de renforcer sa position à la cour en tenant son rang par des réalisations au goût du jour, de disposer de demeures permettant de recevoir d’importants envoyés étrangers (Hampton Court) voire même le roi (Hampton Court, Saint-Maur) et enfin de disposer de demeures pour résider à proximité du souverain.

25Ensuite, on n’aura garde de perdre de vue que les modalités de diffusion des formes nouvelles ne sont spécifiquement ecclésiastique qu’à la marge, qu’il s’agisse d’architecture, de sculpture ou de peinture. On pourrait développer des exemples parallèles à ceux qui ont été évoqués concernant des courtisans laïcs occupant des charges domestiques ou techniques.

26Enfin, on signalera que ces réalisations sont extrêmement coûteuses et ne sont donc pas à la portée de tous les prélats d’État. L’évêque d’Hereford ou celui de Bayonne ne sont pas en mesure de financer les mêmes projets que l’évêque d’Albi ou l’archevêque d’York. En revanche, n’importe quel prélat est en mesure de promouvoir des formes nouvelles dans des domaines autres que strictement artistiques et de servir malgré tout sa position politique. La protection accordée notamment aux poètes et aux théologiens les plus avancés est un autre moyen de promouvoir des formes et des idées nouvelles qui font la spécificité des prélats d’État.

Mécénat et politique

27L’une des raisons essentielles de l’utilisation de prélats dans le gouvernement est leur compétence technique. Elle n’est pas la seule, ou, au moins, l’extension que cette compétence technique connaît sous la forme des réseaux que ces prélats d’État contrôlent est une autre raison tout à fait essentielle. En effet, ces réseaux permettent la démultiplication du soutien technique et politique qu’ils proposent au souverain. Ces réseaux sont complexes et pas toujours très lisibles. Ils peuvent parfois être considérés comme une simple excroissance du service royal  : lorsqu’il est en mission, le prélat se constitue un réseau d’agents et d’informateurs qui lui permettent de bien remplir la commission dont le roi l’a chargé. Ces réseaux ont cependant fréquemment une dimension plus personnelle qui les rapproche d’une logique domestique ou mécénale, susceptible d’être exploitée ou détournée à des fins politiques. Les prélats d’État peuvent ainsi utiliser un mécénat privé auprès d’humanistes avec lesquels ils partagent des centres d’intérêt, mais en le détournant à l’occasion au service du souverain, indice encore une fois de la dimension éminemment politique de toute protection intellectuelle ou artistique. Deux exemples le montreront bien  : les négociations autour de l’annulation du mariage d’Henri VIII et le réseau français de Venise.

L’affaire du divorce d’Henri VIII

  • 24 Q. Breen, « Celio Calgagnini (1479-1541) », Church History, 1952, p. 237 et J. Wollfson, op.cit., p (...)
  • 25 Q. Breen, art.cité, p. 225  ; J. Wollfson, Padua and the Tudors, Londres, James Clarke, 1998, p. 10 (...)
  • 26 Toutefois, un réseau informel n’est pas discipliné. Ainsi, le poète Francesco Maria Molza, autre am (...)

28On l’a évoqué, la compétence technique des prélats est un élément clé qui explique leur utilisation politique. La formation juridique ou théologique des prélats d’État est particulièrement précieuse dans le cadre des réflexions menées autour d’Henri VIII et portant sur la validité ou non de son mariage avec Catherine d’Aragon. Cette compétence est couplée d’une autorité morale qui sert le souverain puisque ses prélats dévoués apportent leur caution à la volonté voire aux volontés du roi. Toutefois, l’autorité des prélats et des docteurs d’Angleterre, si elle est précieuse et sollicitée par Henri VIII, ne lui suffit pas. Il exploite donc les liens que ces derniers entretiennent avec les savants européens, en particulier italiens. C’est ainsi que de nombreux prélats sont envoyés dans les grandes universités pour recueillir l’opinion des docteurs sur l’annulation du mariage. C’est dans ce contexte que l’humaniste Celio Calcagnini en vient à soutenir Henri VIII sur l’affaire de son mariage24. Calcagnini, après une carrière militaire est devenu brièvement le secrétaire du duc de Ferrare avant d’être nommé professeur à l’université de Ferrare en 1509. C’est là qu’il rencontre Richard Pace, avant que ce dernier n’entre au service du cardinal Bainbridge25. C’est clairement par l’intermédiaire de Richard Pace que Calgagnini prend parti en faveur d’Henri VIII26.

29Les réseaux humanistes informels ainsi exploités par Henri VIII démultiplient l’impact de l’argumentaire henricien. Plus souvent encore, ils agissent comme des réseaux de renseignements traditionnels en pourvoyant le souverain d’informations de nature politique et diplomatique. C’est ainsi que, de leur côté, les prélats français disposent en Italie, notamment à Venise, de réseaux d’humanistes susceptibles d’être exploités à des fins politiques.

Le réseau de Venise

  • 27 Ce réseau est bien connu, notamment depuis les travaux de J. Zeller, La diplomatie française vers l (...)
  • 28 Chargés, entre autres, d’acquérir à Venise des manuscrits et des livres précieux, ces évêques ambas (...)
  • 29 De noblesse ancienne, mais sans envergure, les Pellicier sont possessionnés près d’Apt. Guillaume n (...)
  • 30 R. Cooper, Litterae in Tempore Belli, Genève, 1997, p. 233 et L. Dorez, « Une lettre de Guillaume P (...)
  • 31 N. Ordine, « Giovan Francesco Valier, homme de lettres et espion au service de François Ier », dans (...)
  • 32 Du Bellay ne s’y trompe pas qui demande pour lui l’abbaye de Val-Chrétien et écrit alors à Montmore (...)

30Le mécénat des prélats envoyés en Italie est en effet particulièrement développé. Ils s’entourent de jeunes théologiens, juristes, humanistes, par intérêt sincère pour les lettres sans doute, pour disposer de secrétaires, certainement, pour asseoir leur image de mécène bien sûr, mais aussi pour disposer de clientèles qui, tout en leur permettant de faire bonne figure parmi les prélats italiens, sont susceptibles de leur servir politiquement. C’est sans doute à Venise que le réseau d’informateurs et d’espions est le plus développé. Il est constitué par les ambassadeurs Jean De Pins (évêque de Rieux), Georges de Selve (évêque de Lavaur), Georges d’Armagnac (évêque de Rodez) et Guillaume Pellicier (évêque de Montpellier), tous envoyés à Venise entre 1516 et 154227. Force est de reconnaître que la constitution de ce réseau est un savant mélange de mécénat et de politique28. Le choix de l’évêque de Montpellier, Guillaume Pellicier, en 1539 obéit à la même logique29. Philologue et polyglotte, il a séjourné à Rome parmi les savants entre 1534 et 153730. C’est sans doute ses liens avec les milieux italiens qui expliquent sa nomination de 1539. Sitôt arrivé, il créé autour de lui un cénacle réunissant hommes de lettres et gentilshommes vénitiens. Il est l’incarnation du prélat humaniste dont les réseaux sont exploités par le souverain. Le mécénat privé est en effet un moyen de recruter des agents pour le roi de France. C’est ainsi par exemple que Giovan Francesco Valier devient un espion au service de François Ier31. Si l’homme a des centres d’intérêts communs avec Pellicier, il est d’autant mieux choisi qu’il est le secrétaire du cardinal de Médicis32.

31Les réseaux d’humanistes présentent toutefois moins d’enjeu, ou moins de problèmes que les réseaux de théologiens. Les prélats d’État, par leurs fonctions, sont en effet plus que les laïcs, tentés d’accorder leur protection à des théologiens qui se situent à la pointe de la nouveauté en matière théologique. Ils sont d’autant plus tentés de le faire lorsque leur souverain est, comme François Ier ou Henri VIII, intéressé également par ces questions  : aussi certains prélats prennent-ils sous leur protection des théologiens proches de la Réforme. Ils réunissent autour d’eux des réseaux, articulés autour de convictions religieuses. C’est le cas notamment des réseaux d’humanistes et de théologiens allemands réformateurs.

La question allemande

  • 33 À l’exception, de Guillaume du Bellay, frère du cardinal, pour le cas français.

32C’est ainsi que les négociations avec la ligue de Smalkalde sont largement le fait, en Angleterre, d’Edward Foxe, évêque d’Hereford, et, en France, du cardinal Du Bellay, évêque de Paris. L’un et l’autre disposent de liens avec les réformateurs allemands que peu de laïcs peuvent leur disputer33. Il n’est pas toujours facile d’identifier nominativement les interlocuteurs allemands de ces prélats. Il est en revanche aisé de cerner leur profil religieux et leur camp d’appartenance. Edward Foxe est ainsi tenu au courant, à titre personnel et non officiel, des intentions des réformateurs allemands à l’égard d’Henri VIII (lettre de janvier 1537) par un inconnu qui est manifestement un proche de Melanchthon  :

  • 34 « I learn from the letters of Christopher Mont sent to my friend Melanchthon that there are some am (...)

« J’ai appris par les lettres envoyées par Christopher Mont à mon ami Melanchthon que certains d’entres vous craignent que nous ne retournions à la papauté. Nous avons déjà mis par écrit nos résolutions et nous les avons confirmées dans cette diète  : nous ne ferons pas de concessions sur la doctrine et l’utilisation des sacrements […] nous avons précisé la question des cérémonies indifférentes […] nous ne ferons pas d’alliance avec qui que ce soit qui ne consentira pas à la déclaration ci-dessus et qui supportera la pureté de la religion. Je pense que votre Église serait heureuse si elle était aussi dénuée de dogme papal que nous sommes dépourvus de la domination pontificale et que nous continuerons de l’être. Il y a un espoir d’accord plus complet entre nous, car votre roi a offert d’organiser une conférence pour discuter des points de doctrines disputés entre nous. Nous avons déjà quatre écrits qui sont près – sur le mariage, les messes privées, la communion sous les deux espèces et les vœux. Toutefois, si ce débat ne devait pas avoir lieu en présence du roi lui-même, nous craignons que ce ne soit une pure perte de temps34. »

  • 35 R. MacEntegart, Henry VIII, the League of Schmalkalden and the English Reformation, Londres, Boydel (...)

33Dans le cadre de ces négociations, Edward Foxe utilise par ailleurs les services d’étudiants anglais qui dépendent de lui. Il privilégie par ailleurs les négociations orales, indice que l’utilisation de réseaux informels présente le risque, pour le roi, de ne pas contrôler parfaitement ses négociateurs35. C’est l’inconvénient d’utiliser des négociateurs qui, pour avoir l’avantage de partager largement les idées de leurs interlocuteurs sont susceptibles d’être écoutés d’eux, mais présentent en même temps le risque de faire cavalier seul et de promouvoir une politique qui n’est pas exactement celle du roi.

  • 36 V. L. Bourrilly, « Jean Sleidan et le cardinal du Bellay », BSHPF, 1901, p. 227. Les liens entre le (...)
  • 37 Voir BnF, ms Dupuy 490, f° 10. Jean Sleidan au cardinal du Bellay, Paris, 27 octobre 1538 (cette le (...)
  • 38 BnF, ms. Dupuy 263, f° 53. Guillaume, duc de Clèves, au cardinal du Bellay, Clèves, 26 novembre 153 (...)

34La même analyse peut-être proposée pour Jean Du Bellay. Lui aussi dispose en Allemagne d’un réseau qu’il contrôle bien et dont il se sert pour défendre une politique qui lui est chère, notamment à partir du moment où il devient responsable de la politique allemande en 1537. Parmi les principaux membres de son réseau, il convient de distinguer Jean Sleidan qu’il a sans doute recruté comme secrétaire dès 153636. Sleidan est un homme précieux pour Du Bellay. Ses liens avec les lettrés et les théologiens d’Allemagne (notamment la connexion strasbourgeoise autour de Jean Sturm, Jacob Sturm et Martin Bucer) permettent à Du Bellay d’avoir des informations de première main sur la situation et l’état des esprits en Allemagne37. Dans le sens inverse, Jean Sleidan est chargé par Jean Du Bellay de rassurer les puissances allemandes protestantes sur la teneur réelle du rapprochement avec l’empereur intervenu en 153838.

35Pour ces prélats, cette sociabilité d’humanistes et de théologiens est le pendant technique de la sociabilité aristocratique des courtisans laïcs. Elle constitue en même temps un équivalent original des réalisations architecturales ou décoratives de ces courtisans. Ces derniers assoient leur position en participant au jeu artistique de la cour et en se montrant donc à la pointe de la nouveauté. Les prélats d’État s’efforcent de faire de même, mais assoient également leur position en se montrant à la pointe du mécénat intellectuel au cœur d’une cour dirigée par un souverain qui se veut humaniste et qui montre un intérêt pour les discussions théologiques avancées. En même temps, ces prélats exploitent leur réseau et se rendent nécessaire par là même puisqu’ils proposent un service que personne d’autre n’est susceptible de proposer.

36En conclusion, on ne peut qu’être frappé par l’instrumentalisation à des fins politiques du mécénat privé des prélats d’État, notamment dans la constitution de réseaux d’étudiants, d’humanistes et de théologiens français et anglais, mais également allemands et italiens exploités ensuite dans les négociations avec la ligue de Smalkalde ou dans les relations avec les principautés italiennes et la papauté.

  • 39 BnF, ms. fr. 3921, f° 53. Françoys de Bryan à Monsr le cardinal du Bellay, Escript à Grenewich, 26  (...)

37Le réseau des prélats d’État, généralement constitué d’individus à la pointe de la réflexion humaniste ou théologique, voire de la composition poétique ou littéraire est ainsi un moyen pour les prélats d’État d’asseoir leur position politique. Encore une fois, c’est une forme d’équivalent ou de variante des réalisations architecturales, sculpturales ou picturale commandités par les courtisans, qu’ils soient d’ailleurs laïcs ou ecclésiastiques. On notera là encore que la palette des prélats d’État français est plus large que celle de leurs homologues anglais. À la sociabilité humaniste ou strictement intellectuelle des Anglais, les Français joignent la sociabilité aristocratique traditionnelle. L’exemple de Du Bellay est là encore frappant. La complicité intellectuelle et religieuse qui le lie au poète-courtisan Francis Bryan, à Johan Sleidan ou à Sadolet font de lui un serviteur du pouvoir royal de dimension internationale et susceptible d’aider les affaires de son roi comme peu de serviteurs39. À la sociabilité du courtisan, le prélat français ajoute celle du clerc. Cette double dimension le fait entrer dans une catégorie exceptionnelle de serviteur du roi, tout comme, on l’a vu, ses réalisations architecturales qui n’hésitent pas à apporter du neuf radical dans le royaume de France.

Haut de page

Notes

1 Voir C. Michon, La Crosse et le Sceptre. Les prélats d’État sous François Ier et Henri VIII, thèse de l’Université du Maine, 2004, Tallandier, 2008.

2 R. Freedman, « Le cardinal Jean de Lorraine mécène de la musique », dans Y. Bellenger, Le mécénat et l’influence des Guises, Paris, Honoré Champion, 1995, p. 168.

3 N. Harris Nicolas, The Privy Purse Expences of King Henry the Eighth, from November MDXXIX to December MDXXXII, Londres, 1827, p. 268-269.

4 M. Chatenet, La Cour de France au XVIe siècle, Paris, Picard, 2002, p. 63.

5 Un manuscrit de la première moitié du XVIIe siècle, consacré à l’antienne manière dont on vivoit à la cour de France affirme  : « Dans les maisons du roy et principalement dans le Louvre, les femmes logent leurs maris, et dans le donjon de Fontainebleau, de Villers-Cotterêts, Saint-Germain et ailleurs, il n’y avoit de princes logez que ceux qui avoient leurs femmes logées avec eux, hormis les bastards des roys et les officiers de la Maison, comme grand maistre et grand chambellan, et ceux de la personne comme premiers gentilshommes de la chambre, maistre de la garderrobe et cappitaines des gardes. Ceux là logeoient les femmes, les cardinaux n’y logeoient point et n’y eut jamais que le cardinal Jean de Lorraine comme favory du roy François et de la petite bande qui y eut chambre marquée. » (cité ibid., p. 67).

6 Par exemple sur les 50 hommes logés à Saint-Germain-en-Laye entre 1547 et 1550 et dont on a conservé les noms, on compte 9 cardinaux et un évêque (parmi lesquels Louis de Vendôme, Odet de Châtillon, le cardinal de Vendôme, le cardinal de Ferrare et le cardinal de Guise).

7 N. Samman, « The Progresses of Henry VIII, 1509-1529 », D. MacCulloch éd., The Reign of Henry VIII. Politics, Policy and Piety, Londres, Macmillan, 1995, p. 63.

8 N. Samman, art. cité, p. 69.

9 M. Roy, « Quelques hotels de Fontainebleau au XVIe siècle », Annales de la Société historique et archéologique du Gâtinais, 1910, p. 13-14.

10 Qui passe en 1543 à l’amiral d’Annebault (ibid, p. 57).

11 Ibid, p. 62 et 73. On sait toutefois qu’il possédait déjà une résidence à Fontainebleau, en janvier 1532 (CCJDB, I, p. 254. François de Dinteville à Jean du Bellay, Rome, 27 janvier 1532).

12 Dans l’Instruction, Philibert de l’Orme date bien de cette époque la naissance d’une nouvelle architecture  : « que l’on se souvienne comme l’on faisoyt quand je commençoys Sainct Mort pour Mons. le Cardinal du Belloy  ! » (cité par Y. Pauwels, L’architecture au temps de la Pléiade, Paris, G. Monfort, 2002, p. 48. Voir aussi H. Zerner, L’Art de la Renaissance en France, Paris, 2002 [1996], p. 410-412 et J.-P. Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, Flammarion/Picard, 1989, p. 327-329).

13 Le parti adopté par Jean du Bellay à Saint-Maur est en effet audacieux. Le projet de Philibert de l’Orme prévoit, de part et d’autre du vestibule, une salle et une chambre, parfaitement symétriques, l’une étant destinée à recevoir le maître des lieux, Jean du Bellay, et l’autre, le souverain. Il est pour le moins audacieux de se placer ainsi sur le même plan que le souverain. C’est peut-être pour atténuer cette audace que le cardinal invente une dédicace au roi par les trois Grâces, Diane et les neuf muses, apposée au dessus de la porte, qui est, selon Philibert, « d’un très bon esprit et fort bonne grâce » (pour une analyse du logis de Saint-Maur, voir M. Chatenet, op.cit., p. 290-291 et chapitre 7).

14 Sur Otford, voir W. Lambard, A Perambulation…, p. 376-7  ; W. Somner, The Antiquities of Canterbury, p. 41  ; E. Haster, The History and Topographical survey of the County of Kent, vol I, p. 324, Canterbury, 1778  ; Arch Cant, vol XXXI, p. 1-8.

15 S.J. Gunn et P.G. Lindley, Cardinal Wolsey. Church, State and Art, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 98 et 101 (S. Thurley, « The domestic building works of Cardinal Wolsey »).

16 Ibid., p. 101.

17 Ibid., p. 101

18 Ibid, p. 102. En dehors de Wolsey et de Warham, les prélats anglais se font nettement plus discrets dans leurs réalisations. Le cas de John Clerk, évêque de Bath and Wells (c’est-à-dire l’un des plus riches évêchés d’Angleterre) est significatif de cette situation. Il a passé à la fin de la décennie 1520 à peu près un an à la cour de François Ier, à un moment où elle séjournait entre Amboise et Blois, ce qui lui a permis de voir ce que l’on pouvait faire de nouveau en matière d’architecture, se contente, à son retour en Angleterre, de faire réaliser dans son palais de Bath des « oriel windows » qui le montrent totalement hermétique aux nouveautés en matière architecturale (J.H. Parker, « The Bishop’s Palace at Wells », Somersetshire Archaeological and Natural History Society Proceedings, XI, 1863, p. 152 et planche 16).

19 J.-L. Biget, Histoire d’Albi, Toulouse, Privat, 2000, p. 147.

20 J.-L. Biget, Sainte Cécile d’Albi. Peintures, Éditions Odyssée, Toulouse, 1994, p. 213.

21 S.J. Gunn et P.G. Lindley, op.cit., p. 263-267 et 285.

22 On retrouve la même influence dans les réalisations entreprises à partir de 1550 dans l’ancienne abbaye de Lacock, par Sir William Sharington qui l’avait achetée en 1540 au lendemain de la dissolution des monastères.

23 A. Blunt, « L’influence française sur l’architecture et la sculpture décorative en Angleterre pendant la première moitié du XVIe siècle », Revue de l’Art, 1969, p. 20-29. Pour la chapelle de Gardiner et la tombe de Mason voir aussi J. Crook éd., Winchester Cathedral, Phillimore, 1993, p. 281-295. L’influence franco-italienne se poursuit dans les années qui suivent, en particulier dans les visages incroyablement fins du tombeau des frères Hoby (dont Thomas était ambassadeur en France au moment de sa mort) réalisés après 1566 (A. Blunt, art.cit., p. 29).

24 Q. Breen, « Celio Calgagnini (1479-1541) », Church History, 1952, p. 237 et J. Wollfson, op.cit., p. 108.

25 Q. Breen, art.cité, p. 225  ; J. Wollfson, Padua and the Tudors, Londres, James Clarke, 1998, p. 107.

26 Toutefois, un réseau informel n’est pas discipliné. Ainsi, le poète Francesco Maria Molza, autre ami de Pace, écrit un poème en faveur de Catherine d’Aragon. Sur l’amitié entre les deux hommes, voir la préface de Molza à sa traduction de Plutarque (Plutarchi Cheronaei Opuscula, Venise, 1523. A. Roncaglia, « La questione matrimoniale di Enrico VIII e due umanisti italiani contemporanei », Giornale della Letteratura Italiana, 110 (1937), p. 106-119

27 Ce réseau est bien connu, notamment depuis les travaux de J. Zeller, La diplomatie française vers le milieu du XVIe siècle d’après la correspondance de Guillaume Pellicier, évêque de Montpellier, ambassadeur de François Ier à Venise (1539-1542), Paris, 1881. Voir notamment le chapitre II (« La diplomatie secrète ») et le chapitre III (« Clientèle littéraire de la France »), p. 61-111. Voir également, J. de Pins, « Autour des Guerres d’Italie, Un ambassadeur français à Venise et à Rome (1515-1525). Jean de Pins, évêque de Rieux », Revue d’Histoire diplomatique, 1947, p. 215-246, et 1948, p. 88-113  ; H. Omont, « Inventaire de la bibliothèque de Guillaume Pellicier » (Revue des Bibliothèques, I, 1891, p. 16-172)  ; L. Dorez, « Une lettre de Guillaume Pellicier, évêque de Maguelonne au cardinal Jean du Bellay » Revue des Bibliothèques, IV, 1894, p. 233-234)  ; A.-C de Cataldi-Palau, « Les vicissitudes de la collection des manuscrits grecs de Guillaume Pellicier » (Scriptorium, XL, 1986) et G. Mallary-Masters, « L’humanisme à Montpellier à l’époque de Rabelais » (Bull acad. Sc et lettres de Montpellier, 1984-1986, 15-17, p. 1-30).

28 Chargés, entre autres, d’acquérir à Venise des manuscrits et des livres précieux, ces évêques ambassadeurs lettrés s’entourent d’individus susceptibles de leur permettre de remplir au mieux cette mission. Georges de Selve, accompagné à Venise de Pierre Bunel et de Pierre Danès, attire à lui les lettrés de toutes sortes, prêts à rendre des services en échange d’une pension. M. Magnien, « Dolet éditeur de Georges de Selve et le rôle de Pierre Bunel  : un évangélisme cicéronien  ? », dans Études sur E. Dolet, le théâtre au XVIe siècle, le Forez, le Lyonnais et l’histoire du livre, Paris, 1993, p. 108.

29 De noblesse ancienne, mais sans envergure, les Pellicier sont possessionnés près d’Apt. Guillaume naît vers 1490 près de Montpellier (J. Zeller, op.cit., p. 33). Il est élevé par son oncle homonyme et acquiert une vaste culture. Il doit sans doute les débuts de sa carrière à son érudition et à la reine de Navarre (J. Zeller, op.cit., p. 39). En 1529, il accompagne Louise de Savoie à Cambrai (Ibid. p. 40). La même année, il devient évêque de Maguelonne et obtient la translation à Montpellier 1533, mais n’obtient la bulle du pape qu’en 1536 (Ibid. p. 40.).

30 R. Cooper, Litterae in Tempore Belli, Genève, 1997, p. 233 et L. Dorez, « Une lettre de Guillaume Pellicier, évêque de Maguelonne au cardinal Jean du Bellay », Revue des Bibliothèques, IV, 1894, p. 233-234.

31 N. Ordine, « Giovan Francesco Valier, homme de lettres et espion au service de François Ier », dans La circulation des hommes et des œuvres entre la France et l’Italie à l’époque de la Renaissance, Paris, 1992, p. 225-245.

32 Du Bellay ne s’y trompe pas qui demande pour lui l’abbaye de Val-Chrétien et écrit alors à Montmorency (Correspondance du cardinal Jean Du Bellay, R. Scheurer éd., Paris, SHF, 1969, I, p. 374-375. Jean du Bellay à Anne de Montmorency, Rome, 15 mars 1534).

33 À l’exception, de Guillaume du Bellay, frère du cardinal, pour le cas français.

34 « I learn from the letters of Christopher Mont sent to my friend Melanchthon that there are some among you who dread lest we should return to Popery. We have already testified our resolutions and confirmed them in this diet, to make no concession as to doctrine [and] the use of the Sacraments […] and as to ceremonies indifferent […] to make no compact with any who will not consent to the above declaration and support the purity of religion. I should think your Church happy if it were as free from papal dogmas as we shall continue free from papal dominion. There is some hope of your more complete agreement with us, because your King has offered a conference with us on disputed points of doctrine. We have four writings ready – of marriage, private masses, communion in both kinds and vows. But if afterwards a friendly congress do not take place before the King himself, we are afraid it will be mere loss of time. » (LP, XII/I, 541, p. 254-255). Un inconnu (Allemand de la Ligue de Smalkalde sans doute) à E. Foxe, de Smalkalde, en janvier 1537).

35 R. MacEntegart, Henry VIII, the League of Schmalkalden and the English Reformation, Londres, Boydell, 2001, p. 80-84.

36 V. L. Bourrilly, « Jean Sleidan et le cardinal du Bellay », BSHPF, 1901, p. 227. Les liens entre les hommes sont étroits. Sleidan dédie son Abrégé de l’œuvre de Froissard à Jean, le 12 juillet 1537. Certains informateurs de Jean du Bellay restent anonymes. Il reçoit par exemple une lettre de Spire, le 13 novembre 1537, d’un individu non identifié (BnF, ms Dupuy 490, f° 8).

37 Voir BnF, ms Dupuy 490, f° 10. Jean Sleidan au cardinal du Bellay, Paris, 27 octobre 1538 (cette lettre, en latin, est reproduite, et traduite par V. L. Bourrilly, « Sleidan… », p. 236-238. Voir aussi la réponse que Sturm a rédigée, à la demande de Bucer au Consilium delectorum cardinalium et aliorum Praelatorum de emendanda Ecclesia et dont il fait parvenir un exemplaire à Jean du Bellay. Dans sa réponse à Sleidan, le cardinal du Bellay lui demande d’appeler Sturm à la modération (BnF, ms. Dupuy 490, f° 138. Jean du Bellay à Jean Sleidan, Avignon, 15 mai 1538).

38 BnF, ms. Dupuy 263, f° 53. Guillaume, duc de Clèves, au cardinal du Bellay, Clèves, 26 novembre 1538.

39 BnF, ms. fr. 3921, f° 53. Françoys de Bryan à Monsr le cardinal du Bellay, Escript à Grenewich, 26 janvier 1544 [1545].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Michon, « Mécénat et politique. Le cas des prélats français et anglais à la Renaissance », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 23-37.

Référence électronique

Cédric Michon, « Mécénat et politique. Le cas des prélats français et anglais à la Renaissance », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/211

Haut de page

Auteur

Cédric Michon

CEHRIO UMR 6258 - Université du Maine

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org