Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

Avant-propos

Daniel Dubuisson
p. 3-4

Texte intégral

1Il y a assurément quelque chose d’inimaginable et même d’inconcevable aujourd’hui dans le dessein d’associer le mot « cardinaux » aux expressions « mécénat artistique », « culture européenne » ou encore « modernité artistique » tant il est vrai que l’Église catholique a perdu depuis longtemps tout espèce d’influence dans le monde des arts et a fortiori dans celui de la création et de l’avant-garde artistiques. Ne semblent pas moins lointains et même incompréhensibles pour le profane ces temps de la Renaissance où les princes de l’Église l’étaient également, bien sûr par leur naissance, mais aussi dans tous les autres sens du terme  : princes fastueux, princes mélomanes, princes diplomates, princes politiques c’est-à-dire intrigants, opportunistes et éventuellement cupides, mais aussi princes cultivés et mécènes qui vécurent pendant « cet âge d’or des cardinaux » comme le dit si justement Alain Tallon dans le « profil historique » qu’il dresse d’eux. Dans cette présentation, il nous rappelle qu’ils ne furent pas si nombreux, quelques centaines tout au plus, puisque l’on en dénombre 434 entre 1470 et 1590.

2Ces hommes apparaissent néanmoins comme l’un des principaux vecteurs de la Renaissance, car ils en furent à bien des égards les messagers, les intermédiaires, les hérauts… et peut-être aussi les meilleurs connaisseurs. Une bonne raison à cela, ils voyagèrent, beaucoup, et séjournèrent longuement à Rome, centre et creuset à la fois de la nouvelle culture humaniste que l’Italie venait d’inventer, mais aussi dans les fastueuses cours italiennes dont beaucoup appartenaient à leur famille. Cependant, Frédérique Lemerle, dans la conclusion qu’elle a rédigée pour ce recueil, a sans doute raison de rappeler que ce corps international de diplomates était également composé d’hommes souvent ouverts, curieux, cultivés. Diplomates, grands collectionneurs (peinture, sculpture, tapisseries, joyaux, médailles, vaisselle et, naturellement, livres), érudits, ils firent, avec ces objets, « circuler » les idées et les artistes. Pour jouer ce rôle de médiateurs (et de médias  !), outre leur naissance et souvent leur fortune, ils connaissaient ce que l’on appellerait aujourd’hui les indispensables « réseaux », réseaux internationaux d’une Europe déjà culturelle et qui reliaient entre eux les rois, les princes, les artistes et la puissante cour pontificale.

3Il était donc opportun d’étudier de plus près et de manière à la fois plus approfondie et plus globale la contribution de ces hauts dignitaires de l’Église au vaste mouvement artistique auquel est associé la Renaissance et ce, non seulement dans les pays catholiques d’Europe occidentale (Italie, France, Espagne), proches de Rome, mais aussi dans ceux qui sont un peu plus éloignés du cœur et de la tête de la chrétienté (Pologne, Hongrie). À cette fin un colloque a été réuni à Tours, à l’initiative du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance et du futur Institut de Recherches Historiques du Septentrion (CNRS-Lille 3), au mois de juin 2005. Ce colloque regroupa pendant trois jours près d’une vingtaine de spécialistes venus de plusieurs universités françaises, mais aussi d’Italie, de Grande-Bretagne, d’Espagne, de Pologne et de Hongrie.

4Leurs contributions, passionnantes à lire, décrivent avec beaucoup de talent et d’érudition cette époque vraiment surprenante où une bonne partie de la culture européenne, de son influence et de son rayonnement, se retrouva entre les mains de grands prélats…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Dubuisson, « Avant-propos », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 3-4.

Référence électronique

Daniel Dubuisson, « Avant-propos », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/215

Haut de page

Auteur

Daniel Dubuisson

Directeur de recherche au CNRS, Directeur de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (UMR 8529, CNRS-Lille 3)

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org