Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510) collectionneur et bibliophile

Gennaro Toscano
p. 51-88

Texte intégral

  • 1 P. Vitry, « Les études sur la Renaissance en France de 1834 à 1934 », dans Congrès archéologique de (...)

1Les études sur l’art du XVIe en France ont depuis longtemps opposé deux tendances  : l’une italianisante, l’autre nationaliste. Les thèses nationalistes se développent dès le début du XIXe siècle  ; leur objectif était d’affirmer et de prouver l’existence pour le XVIe siècle d’un « art français » autonome par rapport aux modèles de la Renaissance italienne1.

2Toutefois, à la même époque, les publications des sources financières commencent à faire sortir de l’oubli de nombreux artistes italiens présents en France aux côtés des maîtres français. Les articles savants publiés dans les Archives de l’art français montrèrent que les butins de guerre de Charles VIII puis de Louis XII avaient fait connaître les modèles italiens de la Renaissance en France et que des artistes italiens avaient franchi les Alpes pour travailler à la commande des rois et de quelques mécènes français.

3Parmi les nombreuses publications qui ont révélé la complexité de la première Renaissance en France, nous ne mentionnerons que l’ouvrage d’Achille Deville, Comptes de dépenses de la construction du Château de Gaillon, publié en 1850 aux presses de l’Imprimerie nationale. Deux beaux volumes, le texte en 4° et les planches en folio, permirent ainsi de rentrer au cœur de l’un des plus importants chantiers de la première Renaissance en France. Cet ouvrage livra les noms de maîtres, sculpteurs, peintres, enlumineurs mais aussi les riches inventaires d’un monument que la Révolution avait massacré.

  • 2 E. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance en France  : le château de Gaillon, Paris, 1952.
  • 3 J. Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, p. 86-93.
  • 4 R. Weiss, « The Castle of Gaillon in 1500-1510 », dans Journal of the Warburg and Cortauld Institut (...)

4Depuis les travaux de Deville, le château de Gaillon et son commanditaire, le cardinal Georges d’Amboise, n’ont pas cessé d’attirer l’attention des historiens. Ainsi, Gaillon a été considéré « premier foyer de la Renaissance en France » par Élisabeth Chirol2 et « le premier rayon de soleil italien dans la France septentrionale » par Jean Babelon3. Les nombreux articles, thèses et catalogues d’exposition consacrés au cardinal d’Amboise et à son château témoignent de la renommée dont le sujet jouit encore aujourd’hui4.

5Des fleuves d’encre ont inondé le manoir sur les berges de la Seine et son commanditaire  ; nous nous limiterons à une synthèse sur son statut de collectionneur et de bibliophile. Nous allons relire dans un premier temps les sources archivistiques qui témoignent de son intérêt pour Andrea Mantegna, considéré à l’époque comme « le premier peintre du monde », et nous conclurons sur l’impact des livres italiens acquis par le prélat sur les enlumineurs parisiens et rouennais de l’époque.

  • 5 G. Souchal, « Le mécénat de la famille d’Amboise », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de (...)

6Georges d’Amboise, né en 1460, fit une brillante carrière ecclésiastique et politique. À 14 ans, il fut nommé abbé de Saint-Paul de Narbonne, puis évêque de Montauban en 1484, évêque de Narbonne en 1492, archevêque de Rouen en 1493 et cardinal de San Sisto le 17 septembre 1498. Parallèlement, il devint en 1495 gouverneur de Normandie, premier ministre de Louis XII en 1498, vice-roi du Milanais et légat du pape Alexandre VI en 1501. Malgré l’échec à l’élection pontificale de 1503, Georges d’Amboise resta l’un des personnages les plus influents à la cour de Louis XII au point qu’il reçut comme épithète « ipse est vere rex Franciae »5. À sa mort (Lyon, 25 mai 1510), le château de Gaillon était l’un des fleurons de la Renaissance en France.

Georges d’Amboise bâtisseur

  • 6 Outre les travaux cités à la note 4, pour le jardin de Gaillon cf. également P. Lesueur, « Pacello (...)
  • 7 M. H. Smith, « Rouen–Gaillon  : témoignages italiens sur la Normandie de Georges d’Amboise », dans (...)

7Dès 1502, le prélat avait commencé à transformer la résidence d’été des archevêques de Rouen en une somptueuse demeure digne d’un prince de la Renaissance6. Ce sont les récits de voyages qui ont souligné, dès le début du XVIe siècle, la beauté et l’élégance de ce monument ainsi que la richesse de ses collections. Les travaux de Marc Smith ont montré l’intérêt suscité par le château de Gaillon auprès des humanistes7. Ainsi en décembre 1507, Alberto Pio, comte de Carpi, mentionna Gaillon dans une lettre adressée au marquis de Mantoue :

  • 8 La lettre, publiée par A. Sabbatino, Alberto III Pio  : politica, diplomazia e guerra del conte di (...)

Como partemo di qua [da Rouen] anderemo a Gaglione, loco di monsignor lo legato, situato in loco da haver piacere di volaria e cace di ogni sorte, nel qual loco sua signoria per suo piacere li ha speso più de centomillia scudi in hedificarlo, cum barco, giardino facto al modo di quel del re, castello cum allogiamenti dorati, facti al modo de Itallia, cum fontana di marmore ne la corte, et ogni altra gentileza8.

8Le 24 septembre de l’année suivante, ce fut le tour de Bonaventura Mosti, qui fournit au duc de Ferrare une description plus détaillée de ce monument :

  • 9 La lettre, conservée aux archives de Modène (Archivio di Stato, Cancelleria ducale, Estero, Cartegg (...)

Gaglione, illustrissimo signore, è luogo de ragione de lo archiepiscopato de Roanno, quale era andato in ruina. E per essere in luogo de grande piacere per ogni generatione de caza, il reverendissimo signor legato lo ho facto il più bello et superbo luoco sia in tuta la Franza. Sopra la porta de la intrata vi è de bronzo ha [la] impresa, exercito e intrata fece il christianissimo signor re a Zenoa. In mezo il cortile è una fontana facta fare a Zenoa, la più bella habii mai veduta  ; cum colone in dicto cortile e altre cose excellentissime havute in Italia e poste qui, che non poteriano correspondere meglio  ; li solari de le sale et camare posti ad oro variamente. Quaranta otto allogiamenti vi sono, tuti atapezati di tapezarie del reverendissimo signor legato. A le lectiere, appramenti richissimi, et quilli migliori erano in la corte de Milano, vi sono, cum qualche guina etc. Vi è un zardino bellissimo, piano, facto per forza di spianare un pezo de monte, cum una galaria bellissima lunga varghi 244, cum no bello pavaglione in mezo dicto zardino e una fontana sotto, facta in Zenoa. Apresso dicto zardino vi è uno bello barcho cum salvadicine de ogni sorte, e in mezzo una cappella da re. Se dice che soa reverendssima signoria li ha speso ottantamila scudi. Il signor Alberto [Pio] il fa ponere in desegno ad un suo pictore pr mandare a Vostra Excellentia9.

9Au mois de mars 1510, Jacopo da Atri dans une lettre envoyée à Isabella d’Este, marquise de Mantoue, laisse une description très détaillée de Gaillon :

  • 10 La lettre de Jacopo da Atri a été publiée par R. Weiss, op. cit. (note 4), p. 6 pour la citation.

In la famosa et richa provincia de Normandia è un loco chiamato Gaglione, di l’archiepiscopato de Rohano, posto in un monticello pur assai fertile et ameno, dal nobile fiumme de Sena non molto distante, dove il sapientissimo cardinale de Ambosa fa edificare il bel palatio in forma di castello, de grande fosse con profunda acqua circundato, de tanto magisterio et richeza che non solo in Franza, ma per aventura in tutto il corno de l’Europa, il più magnifico et superbo a pena se potria retrovare10.

10Le château de Gaillon, « très beau et si joli surtout à cause de ses sculptures en pierre, ses ornements en laiton et l’ordonnance des toits », fut également décrit en 1517 par Antonio de Beatis, secrétaire du cardinal Louis d’Aragon, comme une cosa mai vista :

  • 11 Antonio de Beatis, Itinerario di monsignor reverendissimo et illustrissimo il cardinale de Aragona(...)

El decto palazzo over castello fu edificato da monsignor revmo di Rohano sopra un monte, donde verso levante ha la più bella prospectiva des pratarie, acque et monti, che se ne potesse desiderare. Lli è un parco che gira due leghe, murato de grosse et alte mura, quale viene ad serrare con lo zardino de decto palazzo […].
Li tecti son coverti ad una acqua de certe tavolecte di pietre negre che pareno de piumbo vero. Le mura sono tucte hystoriate di diverse fantasie et di bella pictura11.

Georges d’Amboise collectionneur

  • 12 A. Baschet, « Quelques lettres missives extraites des archives de la maison des Gonzague 1494-1520  (...)
  • 13 L. Pélissier, « Les amis de Ludovic Sforza et leur rôle en 1498-1499 », Revue historique, XLVIII, 1 (...)
  • 14 C. Brown, « Una immagine di Nostra Donna (Lorenzo Costa Holy Family for Anne of Brittany) », dans C (...)

11En 1499, à l’époque de la conquête de la Lombardie, le Cardinal d’Amboise avait demandé à Francesco Gonzaga un tableau de Mantegna. Le prélat s’intéressa personnellement à l’œuvre de Mantegna comme l’attestent une série de lettres conservées aux archives de Mantoue. Ces lettres ont été publiées à plusieurs reprises dès la fin du XIXe siècle  : elles furent mal datées par A. Baschet12, mal retranscrites par Pélissier13 et partiellement publiées par Clifford M. Brown dans son article sur les relations entre Anne de Bretagne et Isabella d’Este14.Il nous a semblé opportun de publier ces lettres dans leur intégralité car elles livrent plusieurs détails sur la vie politique de cette Italie « française » au début du XVIe siècle et nous montrent comment les commandes artistiques étaient traitées au milieu des guerres, des alliances et des affaires de chasse (cf. Annexes).

12Le 26 octobre 1499, Gemetto de Nesson écrit une lettre de Milan à Gian Francesco II de Gonzague en lui communiquant que le cardinal d’Amboise désirait une œuvre du « premier peintre du monde » pour sa chapelle du palais archiépiscopal de Rouen et qu’il payerait cher pour avoir quelque chose de lui (Annexe 1).

13Le marquis de Mantoue donne son accord le 31 octobre en lui demandant de spécifier le sujet :

« A Monsignor di Rhoano dirai che molto voluntieri lo farimo servire de la pictura  : ma saperesimo voluntieri che devotione el gli voria. Quando sia finita quella nostra pictura mandarelo volendo che al pictore usaremo cortesia » (Annexe 2).

14Le 4 novembre, Gemetto de Nesson écrit :

« Monsignor de Rohan rengracia la Signoria Vostra per mille volte e ha più caro de aver una sua devocione de Mategna che de guadagnar doi millia ducati e me dee dar el dessegno de quello che ‘l vole, poi le mandarò a la Signoria Vostra. E se quella vol cossa alcuna de lui m’ha ditto che la ge debia comandare » (Annexe 3).

15Le 13 novembre, Jacopo da Atri fait parvenir au marquis l’esquisse présentée par le cardinal. Celui-ci désire que le retable soit carré et non pas rond comme apparaît dans le dessin, il se réserve d’envoyer en dernier son portait ainsi que ses armes :

« Mando alla excellentia vostra per il presente cavallaro il schizo del Cardinale de Rouen, lo quale dice voria che ‘l fosse in quatrato et non tondo como è el designo et il san Joanne vole essere più alto acioché non sia al paro del cardinale. El volto suo sii l’ultimo a depingere peroché mandarà el retracto dil naturale insieme con le sue arme » (Annexe 4).

  • 15 A. Deville, Comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon, Paris, 1850, I, p. 494. D (...)

16Selon la volonté du cardinal, ce retable devait donc être de forme carrée et devait représenter le donateur en adoration devant saint Jean-Baptiste. Il pourrait être identifié avec « ung autre tableau comme sainct Jehan baptiste Nostre Seigneur », mentionné dans l’inventaire du mobilier de la chapelle de l’archevêché de Rouen, rédigé avant 150815.

  • 16 G. Agosti, op. cit. (note 14), p. 110-111.
  • 17 Cf. la notice de G. Marini, dans Mantegna et le arti a Verona. 1450-1500, catalogue de l’exposition (...)

17Giovanni Agosti a établi une relation entre cette commande et un dessin représentant Saint Jean Baptiste avec un donateur (Liverpool, Walker Art Gallery, fig. 1)16, dessin dont la datation est aujourd’hui très controversée17.

Fig. 1. Andrea Mantegna, Trois études pour saint Jean Baptiste, Liverpool, Walker Art Gallery, inv. wag 1995.324.

Fig. 1. Andrea Mantegna, Trois études pour saint Jean Baptiste, Liverpool, Walker Art Gallery, inv. wag 1995.324.
  • 18 G. Agosti, op. cit. (note 14), p. 111, 136, n. 35.
  • 19 Ibid., p. 108 sqq. avec bibliographie  ; G. Toscano, « Per la fortuna di Mantegna in Francia », dan (...)

18Grâce aux relations diplomatiques des marquis de Mantoue avec les autres cours d’Italie et d’Europe, Andrea Mantegna était devenu l’un des artistes les plus connus de son temps, et fut particulièrement apprécié par les Français qui gravitaient en Lombardie entre la fin du Quattrocento et le début du siècle suivant. En 1502, le même marquis, Francesco Gonzague, offrit à Louis II de La Trémoïlle, prince de Talmont, « una delle più belle cose che mai habbi facto Messer Andrea Mantinea »18. L’occupation du Milanais par les troupes françaises et leurs relations avec les seigneurs de Mantoue facilitèrent sans doute la circulation des œuvres de l’artiste en France et permirent l’affirmation de sa renommée19.

19Ses œuvres et en particulier les gravures de ses triomphes devinrent de véritables modèles pour les artistes européens de l’époque. La frise qui ornait la porte de Gênes au château de Gaillon fut réalisée d’après un triomphe de Mantegna, comme le relate la lettre envoyée par Jacopo da Atri à Isabella d’Este en mars 1510 :

  • 20 R. Weiss, op. cit. (note 4), p. 7  ; G. Agosti, op. cit. (note 14), p. 113.

In el quadro dal lato della prima porta gli è sculpito tutto il triumpho de Iulio Cesare, ne la forma ch’el famoso Mantinia lo depinse, de non troppo grande figura ma ben et con bona gratia intagliato et da altri lati de diverse imprese, arme et fenestre ben acconcie et ornate20.

20Entre temps, d’autres tableaux italiens étaient entrés dans les collections du cardinal. Les inventaires publiés par Deville en 1850 mentionnent plusieurs tableaux, tapisseries, broderies  ; peu d’attributions sont proposées à l’exception de Pérugin et de Solario.

  • 21 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 487. Le même tableau est mentionné dans l’inventaire de 1508  : (...)

21Dans l’inventaire du mobilier de l’archevêché de Rouen, rédigé avant 1508, est mentionné « Ung beau tableau où il y a une Nostre Dame de pitié paincte à plate painture de la main de Perusin »21.

  • 22 Sur le sujet cf. G. Toscano, « Et Pérusin, qui s bien couleurs mesle  : à propos de la fortune du P (...)

22Le Pérugin fut avec Mantegna l’un des peintres italiens les plus appréciés en France au début du XVIsiècle. Louis XII possédait probablement deux tableaux du Pérugin  : un petit Saint Jérôme dans le désert, aujourd’hui au musée des Beaux-Arts de Caen, et un Saint Sébastien perdu. Vasari mentionne un Saint Sébastien du Pérugin commandé par un citoyen florentin, Bernardino de’ Rossi, destiné à être envoyé en France. Une Cléopâtre, perdue, figurait probablement dans les collections de François Ier, tandis qu’une Pietà passa dans les collections de Charles Gouffier, duc de Rohannez, entre 1533 et 154522.

  • 23 Sur le séjour d’Andrea Solario en France nous renvoyons aux travaux de S. Béguin, Andrea Solario en (...)
  • 24 Rouen, Archives Départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 866, f. 9v. Une partie des inventaires (...)

23L’autre artiste mentionné dans les inventaires de Gaillon est Andrea Solario (1468-1524), peintre lombard arrivé en Normandie au service du prélat en 150723. L’inventaire général des « meubles » du cardinal d’Amboise rédigé en 1508 mentionne parmi les nombreux tableaux de dévotion « ung beau tableau de la Nativité de Nostre Seigneur que a faict maistre André de Solario, peintre de monseigneur »24.

  • 25 D. A. Brown, op. cit. (note 23), p. 153  ; S. Béguin, « Andrea Solario en France » (1999), op. cit.(...)

24Le « peintre de monseigneur » fut invité en France comme substitut de Léonard de Vinci  : sa manière léonardesque et sa maîtrise de la fresque en firent le peintre idéal pour le chantier de Gaillon. Andrea Solario avait prouvé ses capacités de peintre de fresques en réalisant une copie de la célèbre Cène de Léonard de Vinci, copie considérée très soignée à l’époque et de grande qualité25. Cette réalisation ouvrit à Solario les portes du château de Gaillon.

  • 26 G. Vasari, Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, édition commentée sous la di (...)

25On connaît l’engouement des Français pour la Cène de Léonard. Dans la vie du peintre toscan, Giorgio Vasari raconte que « cette peinture, unique pour la noblesse de la composition et le fini incomparable du travail, donna l’envie au roi de France de la faire transporter dans son royaume. Il chercha, par tous les moyens, des architectes qui pussent l’armer de traverses de bois et de fer, pour que le transport s’effectuât sans danger  ; son désir était tel qu’il n’aurait regardé à aucune dépense. Mais la peinture tenait au mur  ; sa majesté emporta son admiration et son désir, et laissa le chef-d’œuvre aux Milanais »26.

  • 27 L. Fagnart, « L’engouement pour la Cène de Léonard de Vinci à la cour de France sous les règnes de (...)
  • 28 T. Crépin-Leblond, « L’origine de la copie de la Cène de Léonard par Marco d’Oggiono à Écouen », Re (...)
  • 29 J. Roman, « Note sur une ancienne copie de la Cène de Léonard de Vinci », Réunion des Sociétés des (...)

26Si la fresque resta à Milan, de nombreuses copies franchirent les Alpes. Le 29 mai 1503, Antoine Turpin, seigneur de La Chaussée, trésorier et receveur général des finances du duché de Milan, en commanda une copie à Bramantino27  ; le 16 juin 1506 ce fut le tour de Gabriel Gouffier, protonotaire apostolique et doyen du chapitre de la cathédrale de Sens, qui demanda à Marco d’Oggiono une réplique du chef-d’œuvre. Cette copie a été identifiée depuis avec celle qui est installée dans la chapelle du château d’Ecouen, copie considérée auparavant comme une œuvre commandée par le connétable Anne de Montmorency28. Mentionnée pour la première fois dans la chapelle du château d’Ecouen en 1606, cette copie a souvent été identifiée avec celle citée dans les inventaires du château de Gaillon29.

  • 30 Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), pièces originales du cabinet des Titres, vol. 49, p. (...)
  • 31 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 536. Nommé doyen du chapitre de la cathédrale de Sens par George (...)

27En effet, les inventaires de Gaillon mentionnent une copie de la Cène de Léonard  : dans celui dressé en 1540 est répertoriée « La Cène faicte en toille en grandz personnages que feu Monseigneur fist apporter de Milan »30, et dans celui de 1550, dans la grande galerie du château, est cité « Une grande pièce de toille paincye du pourtratict de la Cene Nostre Seigneur »31.

  • 32 F. M. A. Blanquart, La Chapelle de Gaillon et les fresques d’Andrea Solario, Évreux, 1899  ; D. A. (...)
  • 33 Sur le sujet voir également L’art des frères d’Amboise. Les chapelles de l’hôtel de Cluny et du châ (...)

28Andrea Solario arriva donc dans un contexte artistique et culturel en mesure d’apprécier sa manière léonardesque. À Gaillon, il s’occupa de la décoration de la chapelle, commencée en août 1507 et achevée deux ans plus tard32  : le peintre y réalisa un cycle de fresque disposé entre les stalles et les fenêtres33.

29Dès son achèvement, elle apparaît exceptionnelle aux yeux des illustres visiteurs. Ainsi Jacopo Probo da Atri la décrit en 1510 à Isabelle d’Este :

  • 34 La lettre de Jacopo da Atri a été publiée par R. Weiss, op. cit. (note 4), p. 7-8 pour la citation.

La cappella è de conveniente grandeza secondo il loco, facta in croce, tucta in volta dentro e fuora, dal capo al pede de petra lavorata et transforata con si belli et subtili lavoreri, che di argento o d’oro a pena se havera possuto fare più bella34

30Quelques années plus tard, ce fut le tour du secrétaire du cardinal d’Aragon, Antonio de Beatis, qui la considéra très belle et proportionnée à la taille du château :

  • 35 Antonio de Beatis, op. cit. (note 11), p. 130.

Vi è anche una cappella bellissima e di grandezza conveniente al palazzo, intorno de la quale di dentro vi sono de naturale in pietra tucti li signori de casa de Ambois, di che era il predicto monsignor di Rohano35.

  • 36 La Tête de Saint Jean Baptiste, signée et datée de 1507 (Paris, musée du Louvre) appartenait à la c (...)

31À coté de son activité de fresquiste, Solario peignit différents tableaux pour son mécène. Plusieurs œuvres de Solario sont mentionnées dans les catalogues de ventes en France  : avaient-elles appartenues au cardinal d’Amboise  ? Nous ne savons pas si elles ont été réalisées à Milan ou en France  ; nous savons simplement qu’elles ont été prisées par des collectionneurs de prestige comme l’impératrice Joséphine ou le riche banquier suisse James de Pourtalès-Gorgier36.

  • 37 Le retable, en très mauvais a état, a été retrouvé au château de Tanlay (Yonne) et restauré par R.  (...)

32Parmi les œuvres réalisées à la commande du cardinal, outre la célèbre Déploration sur le Christ mort, aujourd’hui exposée dans la grande Galerie au Louvre37, nous rappelons les deux volets d’un triptyque représentant Saint Georges et Saint Sébastien, conservés au musée de Detroit (fig. 2).

Fig. 2. Andrea Solario, Saint Georges et saint Sébastien, Detroit, The Detroit Institute of Art

Fig. 2. Andrea Solario, Saint Georges et saint Sébastien, Detroit, The Detroit Institute of Art
  • 38 D. A. Brown, op. cit. (note 23), p. 157.

33David Allan Brown, dans sa monographie sur Solario, a attiré l’attention sur la ressemblance entre la tête du saint guerrier et les portraits connus du cardinal et a souligné que le modèle pour ce même saint a été le célèbre Saint Georges d’Andrea Mantegna, aujourd’hui conservé aux Gallerie dell’Accademia à Venise (fig. 3)38. Cette hypothèse ajoute une autre tesselle à la fortune de Mantegna au de-là des Alpes et confirme l’appréciation du peintre de Padoue par l’un des plus raffinés collectionneurs de la première Renaissance en France.

Fig. 3. Andrea Mantegna, Saint Georges, Venise, Gallerie dell’Accademia.

Fig. 3. Andrea Mantegna, Saint Georges, Venise, Gallerie dell’Accademia.
  • 39 Ibid., p. 157, 204-205, n. 35. Pour les autres œuvres de Andrea Solario réalisées à la commande du (...)

34Étant donné l’engouement du cardinal d’Amboise pour l’artiste des Gonzague, Solario n’hésita pas à proposer à son mécène un modèle qu’il avait pu apprécier pendant son séjour vénitien39.

Georges d’Amboise bibliophile

  • 40 Sur la bibliothèque du cardinal cf. les travaux de M.-P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Ambo (...)

35Si la chapelle avait été considérée digne du travail d’un orfèvre, la librairie que Georges d’Amboise avait rassemblée au château de Gaillon attirait également la curiosité des visiteurs (fig. 4)40. Dans sa lettre à Isabelle d’Este, Iacobo d’Atri décrit la librairie et le studiolo où étaient conservées les pièces maîtresses de la collection :

  • 41 Citée par R. Weiss, op. cit. (note 4), p. 9.

La libraria con la volta de legno messa ad oro, con alcuni quadri de pictura facti de mano de boni maestri, et lì contigue è un gabinetto, o vero studiolo, lavorato d’oro con gioie de bon mercato ma di grande vista e bellezza, dove sonno grande quantità di libri scritti a penna in carta bona et coperti de veluto et d’oro41

Fig. 4. Jean Mansel, Fleur des histoires, Paris, BnF, Fr. 54, f. 11.

Fig. 4. Jean Mansel, Fleur des histoires, Paris, BnF, Fr. 54, f. 11.
  • 42 Rouen, ADSM, G 867, publié par A. Deville, op. cit. (note 15), p. 486-499.
  • 43 Rouen, ADSM G 866. Une partie des inventaires de 1508 et de 1550 ont été inversés dans la publicati (...)
  • 44 Rouen, ADSM G 866, f. 16-18.
  • 45 Ibid., f. 19-25.

36La collection de livres du cardinal d’Amboise est connue à travers trois inventaires publiés par Deville en 1850. Le premier, rédigé avant 1508, mentionne uniquement les biens conservés au palais archiépiscopal de Rouen et comporte une liste de cinquante-huit manuscrits42. Le deuxième inventaire, daté du 20 septembre 1508 et complété après la mort du prélat, est le plus important car il nous donne un état complet de « tous les meubles appartenans à Monseigneur monsieur le Légat, estans tans en sa maison archiépiscopal de Rouen que en ses chasteaux de Gailhon et Vigny »43. La « librairye de Monseigneur » comptait soixante-treize volumes reliés en velours, en soie, avec des fermoirs en argent « à ouvrage de Venise », ou bien en cuir « à la mode d’Ytalie »44, ainsi que cent trente-huit manuscrits provenant de la librairie royale de Naples45.

  • 46 L. Delisle, « Notice historique sur la bibliothèque du Cardinal d’Amboise », Bulletin de la Société (...)

37Placés sur des pupitres et sur des tables, les livres furent frénétiquement installés pendant l’été 1508 afin de pouvoir recevoir dignement en octobre suivant Louis XII et Anne de Bretagne46.

  • 47 M.-P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Amboise… », op. cit. (note 40), p. 267.

38Le 31 octobre 1509, Georges d’Amboise légua ses biens à son neveu, Georges II d’Amboise, avec la clause suivante  : les manuscrits latins étaient destinés aux archevêques de Rouen tandis que les manuscrits français pouvaient intégrer les collections familiales au château de Chaumont-sur-Loire47.

  • 48 Rouen, ADSM, G 868, A. Deville, op. cit. (note 15), passim  ; M.-P. Laffitte, « La librairie de Geo (...)

39Le troisième et dernier « inventaire des meubles du château de Gaillon » fut dressé le 31 août 1550 et comporte une liste de cent quatre-vingt-quinze volumes classés en plusieurs rubriques appartenant à la librairie48.

40Antonio de Beatis décrit brièvement la bibliothèque du château de Gaillon en 1517 :

  • 49 Antonio de Beatis, op. cit. (note 11), p. 130  : « nous y vîmes aussi une belle librairie pour ce q (...)

Ve vedimo etiam una bella libraria per quel tanto che è  ; dove sonno alcuni libri con l’arme di casa de Aragona, quali furno de la fe. me. di re Ferrando primo et venduti lli per extrema necessità de quella infelicissima regina muglie di re Federico di sancta gloria49.

41L’humaniste méridional reconnut en effet dans la librairie de Gaillon les volumes enluminés aux armes des rois d’Aragon de Naples, manuscrits vendus au cardinal d’Amboise par le roi Frédéric d’Aragon, lors de son exil en France.

42Le traité de Grenade signé entre Louis XII et Ferdinand le Catholique en 1500 prévoyait l’annexion de l’Italie méridionale à la France et celle de la Sicile à l’Espagne. En août 1501, le dernier des rois d’Aragon de Naples, Frédéric, fut déposé par les forces françaises et contraint de quitter son royaume. Il partit pour l’exil en France le 6 septembre 1501. Nommé comte du Maine et doté d’une pension par le roi de France, Frédéric d’Aragon s’installa au château du Plessis.

  • 50 Lorsque les Français parvinrent de nouveau à Rome, le 17 juin 1501, et que le Pape déclara le roi F (...)

43Les livres de la librairie royale de Naples qui avaient échappé aux pillages de Charles VIII en 1495 étaient restés sur l’île d’Ischia. Pendant l’été de 1502, la reine Isabella del Balzo quitta la ville de Naples pour retrouver son époux en France  : vers le mois d’octobre de la même année, les livres furent envoyés en France. Le roi et la reine s’installèrent au château du Plessis avec une importante collection d’art et quelques centaines de volumes de l’ancienne librairie royale50.

  • 51 Le roi Frédéric mourut le 9 novembre 1504 conforté par saint François de Paule. Sur Frédéric d’Arag (...)
  • 52 Sur le sujet cf. les articles de M. P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Amboise… » et de G. To (...)

44Pauvre et abandonné par le roi de France, Frédéric d’Aragon fut obligé de vendre une partie des livres de l’ancienne bibliothèque royale de Naples51. C’est entre l’automne et l’hiver 1502-1503 que le cardinal d’Amboise put acquérir un important fonds de manuscrits ayant appartenu à la librairie des rois d’Aragon de Naples. Ces manuscrits sont répertoriés dans l’inventaire de Gaillon de 1508 contenant cent trente-huit manuscrits, intitulé Aultre librairie achaptée par mon dit seigneur, du roy Frédéric52.

  • 53 G. Toscano, « I manoscritti della biblioteca napoletana dei re d’Aragona acquistati dal cardinale G (...)
  • 54 G. Toscano, Les rois bibliophiles  : enlumineurs à la cour d’Aragon à Naples (1442‑1495). Les manus (...)

45Le fonds est classé par auteurs et contient des œuvres de saint Augustin, saint Bonaventure, Scot, saint Grégoire, saint Thomas, ainsi que celles d’Ovide, Tite-Live, Plutarque, Virgile, Platon et Aristote. Quarante‑quatre manuscrits latins mentionnés dans l’inventaire de Gaillon de 1508 sont aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale de France, tandis qu’une trentaine de la même liste ont été retrouvés à la British Library de Londres, à la bibliothèque municipale de Louviers, à la bibliothèque Vaticane ainsi que dans les bibliothèques universitaires de Leyde ou de Cambridge53. Sur les cent trente-huit manuscrits provenant de la librairie royale de Naples et achetés par le cardinal d’Amboise nous en avons retrouvés jusqu’à présent plus de la moitié54.

46En attendant une édition critique de cet inventaire, il faut souligner que pour sa collection, Georges d’Amboise avait eu l’occasion de choisir quelques chefs-d’œuvre de la bibliothèque royale de Naples mis à l’abri au moment de la descente de Charles VIII.

  • 55 Paris, Bnf, ms. latin 5088, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 87  : La Biblioteca reale di Napoli…, (...)
  • 56 Paris, Bnf, ms. latin 495, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 116  : Ibid., n° 9 (notice de G. Tosca (...)

47La collection de volumes d’origine aragonaise, acquise par le prélat français, renfermait des fleurons de l’enluminure de la Renaissance italienne et permet à elle seule de retracer l’évolution des écoles d’enluminure à Naples, à Florence et à Rome dans la seconde moitié du XVe siècle. A côté de quelques manuscrits enluminés à la commande d’Alphonse le Magnanime vers 1455, tels l’Historia tripartita de Cassiodore (fig. 5)55 et les Epitome historiarum philippicarum Pompei Trogi56, la collection du cardinal d’Amboise comptait également les manuscrits commandés par Ferdinand Ier, roi de Naples, et réalisés dans l’atelier de l’enlumineur le plus fécond de la seconde moitié du XVe siècle : Cola Rapicano.

Fig. 5. Cassiodore, Historia tripartita, Paris, BnF, Lat. 5088, f. 1.

Fig. 5. Cassiodore, Historia tripartita, Paris, BnF, Lat. 5088, f. 1.
  • 57 Paris, Bnf, ms. latin 12 947, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 83 Ibid., n° 15 (notice de G. Tosca (...)
  • 58 Sur le sujet cf. G. Toscano, « Alfonso il Magnanimo (1396-1458), un re bibliofilo tra cultura tardo (...)

48Au pinceau de cet artiste, on doit la décoration de la Reprehensio sive abjurgatio in calumniatorem divini Platonis de Andrea Contrario57, peinte en 1471 (fig. 6). L’Andrea Contrario témoigne d’une double source d’inspiration  : d’une part le retour à l’antique se manifeste à travers l’utilisation des caractères grecs, de la couleur pourpre du bifolium initial, imitant la couleur pourpre des anciens, et par la présence de bustes directement inspirés de camées romains ; d’autre part, l’influence d’œuvres modernes frappe tout autant. En effet, la figure équestre de Ferdinand dérive autant des célèbres fresques de Paolo Uccello et d’Andrea del Castagno à la cathédrale de Florence, que du Gattamelata de Donatello dont l’oeuvre était certainement appréciée à la cour d’Alphonse le Magnanime. Quant au buste souverain et au groupe de l’aigle défendant le cadavre de la biche, il copie fidèlement la médaille de Pisanello coulée en 1449 à la commande du Magnanime58.

Fig. 6 a et b. Andrea Contrario, Reprehensio sive abjurgatioin calumniatorem divini Platonis, Paris, BnF, 12 947, f. 2v-3.

Fig. 6 a et b. Andrea Contrario, Reprehensio sive abjurgatioin calumniatorem divini Platonis, Paris, BnF, 12 947, f. 2v-3.
  • 59 Paris, Bnf, ms. latin 5827, Inventaire de Gaillon de 1508 n. 50  : G. Toscano, « La librairie du ch (...)
  • 60 Paris, Bnf, ms. latin 5831, Inventaire de Gaillon de 1508 n. 67  : La Biblioteca reial de Nàpols d’ (...)

49Dans ce même inventaire, figurent également quelques manuscrits dont les frises à bianchi girari furent enluminées par Gioacchino de Gigantibus à la commande de Ferdinand Ier d’Aragon : il s’agit des Vitae illustrium virorum de Plutarque59 et des Vitae du même auteur dans la traduction de Leonardo Giustiniano60. Ce dernier manuscrit est mentionné au numéro 67 de l’inventaire de Gaillon de 1508 : « Leonardi Justiniani, vite Plutarchi, couvert de cuyr rouge, garny de fermaus de loton ».

  • 61 Paris, Bnf, ms. latin 2082, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 5  : Ibid., n° 21 (notice de G. Tosca (...)
  • 62 G. Toscano, « Cristoforo Majorana e la miniatura all’antica  : a proposito di qualche manoscritto c (...)

50L’enlumineur Cristoforo Majorana, qui avait été formé dans l’atelier de Cola Rapicano et que l’on retrouve au service de la librairie royale dans les dernières décennies du Quattrocento, réalisa la décoration du Saint Augustin, Contra Faustum61, cinquième manuscrit de l’inventaire de Gaillon de 1508, « Augustinus contra Faustum, couvert de cuyr rouge, garny de quatre fermaus d’argent doré », et de l’Explanatio Psalmorum de Saint Augustin (Londres, British Library, ms. add. 14 781, n. 1 de l’inventaire de Gaillon de 1508), peint par l’artiste en 1480. Le texte de ce manuscrit est soutenu par des putti et bordé d’un encadrement architectural sur un fond à rinceaux végétaux. Le recours constant aux encadrements architecturaux pour les frontispices est un élément caractéristique de l’art de Majorana, influencé dans ces années-là par les œuvres peintes par Gaspare de Padoue à la commande d’Alphonse duc de Calabre et du cardinal Jean d’Aragon62.

  • 63 Paris, Bnf, ms. latin 77 741-2. A. De La Mare, « The Florentine Scribes of Cardinal Giovanni of Ara (...)

51Le style à l’antique de Cristoforo Majorana se retrouve dans un autre manuscrit réalisé sans doute à la commande du cardinal Jean d’Aragon et passé ensuite dans les collections du cardinal d’Amboise. Il s’agit du De oratore de Cicéron, probablement écrit à Florence63. Le frontispice du premier tome comporte une frise de palmettes, putti jouant, animaux et créatures chimériques avec les armes du cardinal Georges d’Amboise superposées à celles du cardinal de Briçonnet. L’initiale C timbre un médaillon placé au centre de la corniche d’un autel à l’antique ; des autels similaires portent d’autres initiales. L’oeuvre fut probablement écrite à Florence, tandis que le frontispice et la première page du texte ont été remplacés en France au début du XVIe siècle par un décor dans le style de l’école de Rouen imitant la manière vénitienne et romaine (fig. 14). Les initiales avec les autels antiquisants peintes par Cristoforo Majorana devinrent – comme nous le verrons - de véritables modèles pour les enlumineurs français attachés au service du cardinal d’Amboise.

  • 64 Paris, Bnf, ms. latin 6309  : Inventaire de Gaillon de 1508, n. 85  : La biblioteca reale di Napoli (...)
  • 65 Paris, Bnf, ms. latin 4082, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 45  : M.-P. Laffitte, « A propos du m (...)

52Dans le lot des 138 manuscrits provenant de la librairie royale de Naples, un certain nombre de volumes enluminés à Florence provient de la librairie d’Alphonse, duc de Calabre, fils du roi Ferdinand. Parmi eux, mentionnons l’Ethica Nicomachea d’Aristote dans la traduction latine d’Argyropulo64 et la Cosmographie de Ptolémée, dans la traduction latine de Jacopo Angelo, tous deux enluminés par Francesco Rosselli. La très belle Cosmographie de Ptolémée, écrite par le Français Hugues Comminel et illustrée par Francesco Rosselli et par Pietro del Massaio, demeure l’un des chefs-d’œuvre de l’enluminure florentine du Quattrocento conservé en France (fig. 7). Ce manuscrit est identifié par le numéro 45 de l’inventaire de Gaillon de 1508 : « Ptholonmeus en grant volume, couvert de cuyr rouge, garny de fermaus de loton, en façon de coquille ». En raison de son caractère exceptionnel, cette Cosmographie, acquise par le cardinal d’Amboise, dut être offerte par ses successeurs au roi de France Henri II65.

Fig. 7. Ptolémée, Cosmographie, traduction latine de Jacopo Angeli, Paris, BnF, Lat. 4082, f. 132v.

Fig. 7. Ptolémée, Cosmographie, traduction latine de Jacopo Angeli, Paris, BnF, Lat. 4082, f. 132v.
  • 66 Paris, Bnf, ms. latin 22311-3, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 101 : Parole dipinte  : la miniatu (...)
  • 67 G. Toscano, « Miniatori tra Roma e Napoli all’epoca di Sisto IV » dans Sisto IV. Le arti a Roma nel (...)
  • 68 Cette hypothèse est due à F. Avril, Dix siècles d’enluminure italienne, catalogue de l’exposition, (...)

53D’autres volumes achetés par Georges d’Amboise provenaient de la collection du cardinal Jean d’Aragon (1456-1485), comme les Moralia in Job de saint Grégoire le Grand, copiées par Giovanni Rainaldo Mennio en 1485 et enluminées par Gaspare de Padoue66. Le texte commence par un frontispice architectural soutenu par des griffons et des candélabres. Dans la vignette, entouré par un cadre de goût antiquisant, saint Grégoire le Grand, inspiré par le Saint Esprit, est assis sur une chaire en marbre à l’intérieur d’une bibliothèque humaniste (fig. 8). Dans cette scène, Gaspare rendit hommage à son maître, Andrea Mantegna. La perspective en contre-plongée de ce studiolo en miniature reprend les formules expérimentées par Mantegna dans ses œuvres padouanes comme le retable de Saint Luc (Milan, Brera)67. Resté inachevé à la mort du cardinal d’Aragon (16-17 octobre 1485), le manuscrit fut complété dans sa décoration à Naples par Cristoforo Majorana et par un enlumineur d’origine vénitienne, Joan Todeschino, auteurs des initiales enluminés68.

Fig. 8. Saint Grégoire le Grand, Moralia in Job, Paris, BnF, Lat. 22311, f. 25 (détail)

Fig. 8. Saint Grégoire le Grand, Moralia in Job, Paris, BnF, Lat. 22311, f. 25 (détail)
  • 69 T. De Marinis, La biblioteca napoletana dei re d’Aragona, Milan-Vérone, 1947-1969, Supplemento, I, (...)
  • 70 G. Toscano, « Témoins d’Italie  : manuscrits enluminés de la Renaissance italienne dans les collect (...)

54Le cardinal Georges d’Amboise avait acquis un autre manuscrit peint par Joan Todeschino, le Super metaphisicam d’Aristote avec le commentaire de saint Thomas, aujourd’hui conservé à la bibliothèque municipale de Grenoble (ms. 80, fig. 9). Copié par le scribe originaire de Bohème Venceslao Crispo en 149169, le manuscrit présente un riche frontispice à rinceaux végétaux orné de médaillons avec les portraits d’Aristote et du roi Ferdinand Ier, commanditaire de l’œuvre. Ces portraits sont rendus dans un style influencé par l’art de Giovanni Bellini tandis que la vignette représentant saint Thomas dans son cabinet de travail est peinte avec une finesse et un naturalisme « flamands » qui rappellent l’expérience lagunaire d’Antonello de Messine, actif à Venise en 1474-147670. Répertorié sous le numéro 25 de l’inventaire de Gaillon de 1508 - « Sanctus Thomas super phisicam, couvert de cuyr tanné, à fermaus de cuyvre » -, ce volume passa vraisemblablement du château de Gaillon à la chartreuse de Bourbon-les-Gaillon, fondée en 1571 par le cardinal Charles Ier de Bourbon-Vendôme, puis à la Grande chartreuse de Grenoble et à la bibliothèque de la ville après la Révolution.

Fig. 9. Aristote, Super metaphisicam, commentaire de saint Thomas, Grenoble, Bibliothèque municipale, ms. 80, f. 1.

Fig. 9. Aristote, Super metaphisicam, commentaire de saint Thomas, Grenoble, Bibliothèque municipale, ms. 80, f. 1.
  • 71 L’ensemble des livres de la chartreuse est connu grâce à un inventaire de 1798, réalisé quelques an (...)
  • 72 Louviers, Médiathèque municipale, ms. 7  : Au f. 216  : « Beati Thome Aquinatis hoc in primum Sente (...)
  • 73 Les quelques fragments qui survivent montrent une Œuvre issue de l’atelier des Rapicano.

55Trois manuscrits d’origine napolitaine provenant du château de Gaillon, aujourd’hui conservés à la bibliothèque de Louviers, faisaient partie du lot de livres passé du château de Gaillon à la Chartreuse de Bourbon-les-Gaillon vers 157171. Le premier, le Saint Thomas¸ Super Sententiarum I, (n° 7 de l’inventaire de Gaillon de 1508  : « Thomas super primo sententiarum, couvert de cuyr noir, à ouvraige doré, garny de fermaus de loton »), fut copié par Venceslao Crispo à la commande du cardinal d’Aragon en 1484, en écriture gothique sur deux colonnes72. Bien que mutilé à l’époque révolutionnaire73, ce manuscrit conserve sa superbe reliure d’origine (fig. 10).

Fig. 10. Saint Thomas, Super Sententiarum I, Louviers, Médiathèque municipale, ms. 7, reliure.

Fig. 10. Saint Thomas, Super Sententiarum I, Louviers, Médiathèque municipale, ms. 7, reliure.
  • 74 Louviers, Médiathèque, ms. 8. Incipit  : « Catalogus questionum beati Thome de Aquino ex ordine Pre (...)

56Les deux autres manuscrits conservés à Louviers contiennent également des œuvres de Saint Thomas. Le manuscrit n° 8 de la médiathèque de Louviers, le Saint Thomas, Super Sententiarum II, écrit par Venceslao Crispo en 1489 et enluminé par Cristoforo Majorana, garde également sa belle reliure aragonaise (fig. 11). Il est ainsi décrit dans l’inventaire de Gaillon de 1508 (n° 8) : « Thomas super secundo Sentenciarum, couvert de cuyr rouge, à ouvraige doré, guarny de faermaus de loton »74.

Fig. 11. Saint Thomas, Super Sententiarum II, Louviers, Médiathèque municipale, ms. 8, reliure.

Fig. 11. Saint Thomas, Super Sententiarum II, Louviers, Médiathèque municipale, ms. 8, reliure.
  • 75 Louviers, Médiathèque municipale, ms. 5  : Ibid., II, p. 161.

57Le troisième manuscrit conservé à Louviers (ms. 5), le Saint Thomas, Catena aurea : in Matthaeu  ; super Marcum, bien que mutilé comme les autres, semble avoir été peint par Nardo Rapicano75.

58Comme les rois de France Charles VIII puis Louis XII, le cardinal d’Amboise fut donc particulièrement sensible aux livres manuscrits d’origine italienne. Ces beaux volumes décorés de riches frises et de scènes selon un goût Renaissance permirent la diffusion des motifs décoratifs d’un pays à l’autre. Si la circulation entre l’Italie et la France des manuscrits peints est très ancienne, ce furent les prises de guerre de Charles VIII à Naples en 1495 et de Louis XII à Pavie en 1499 qui déterminèrent en France un véritable engouement pour le livre italien de la Renaissance. En effet, les monarques français ont ramené des peintres et des architectes mais aussi des tableaux, des sculptures, des objets d’art, des manuscrits et des livres imprimés, en grand nombre et richement enluminés.

  • 76 G. Toscano, « Les manuscrits de la librairie des rois d’Aragon de Naples saisis par Charles VIII », (...)
  • 77 E. Pellegrin, La bibliothèque des Visconti et des Sforza au XVe siècle, Paris, 1955  ; Supplément, (...)
  • 78 U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois. La bibliothèque royale de Blois, Paris, 1 (...)

59En 1495, Charles VIII s’était emparé d’une importante partie des collections de la librairie royale de Naples (1 140 livres manuscrits et imprimés)  : ce butin de guerre fut installé au château d’Amboise76. Comme son prédécesseur, Louis XII fut lui aussi séduit par l’Italie et occupa Milan le 1er octobre 1499. Dès son arrivée dans le duché milanais, il saisit des objets précieux, des tapisseries et des tableaux. À Pavie, il s’empara de la célèbre librairie des Visconti-Sforza et la fit transférer au château de Blois. Grâce à la saisie de Louis XII, environ quatre cents livres des Visconti et des Sforza provenant de Pavie entrèrent dans la librairie royale de Blois77. En 1501, le roi fit transporter d’Amboise à Blois les livres de Charles VIII, transfert facilité par son mariage avec Anne de Bretagne. La librairie royale de Blois devint au début du XVIe siècle l’une des plus riches collections de la Renaissance78.

  • 79 P. L. Mulas, « Les manuscrits lombards enluminés offerts aux Français », dans Louis XII en Milanais (...)
  • 80 P. L. Mulas, « Du pouvoir ducal à la première domination française  : la production de manuscrits e (...)
  • 81 Paris, Arsenal, ms. 1096  : Ibid., p. 304.
  • 82 Paris, Bnf, lat. 5938, 5939  : P. L. Mulas, « Les manuscrits lombards… », op. cit. (note 79), p. 31 (...)
  • 83 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 498.

60Charles VIII et Louis XII ne furent pas les seuls à apprécier les manuscrits enluminés en Italie ; des fonctionnaires de la cour se portèrent acquéreurs de livres italiens de la Renaissance. Ce fut le cas de Geoffroy Carles, vice-chancelier en 1499 puis président du Sénat milanais en 1504, qui passa quelques commandes à un enlumineur italien et acquit en Lombardie neuf manuscrits79. De même, les Milanais offrirent quelques livres à peinture comme cadeaux diplomatiques aux rois de France et aux membres de leur cour. Trois exemplaires du De gestis francorum regum d’Alberto Cattaneo, diacre de Crémone et membre du conseil secret de Ludovic le More, illustrent parfaitement la situation politique de l’époque80. Vers 1498, Cattaneo fit réaliser pour la reine Anne de Bretagne un luxueux exemplaire de son Œuvre81 et, après la chute du More, ce même auteur offrit deux exemplaires d’un abrégé de son histoire à Louis XII et au cardinal d’Amboise82. L’exemplaire destiné au prélat normand, mentionné dans l’inventaire du mobilier du manoir archiépiscopal de Rouen rédigé avant 1508 (« Ung autre volume en parchemin nomme Albertus Cattaneu, couvert de satin bleu »83), présente un frontispice orné d’une initiale et des armoiries du cardinal soutenues par deux putti (fig. 12).

Fig. 12. Alberto Cattaneo, De gestis francorum regum, Paris, BnF, Lat. 5939, f. 1.

Fig. 12. Alberto Cattaneo, De gestis francorum regum, Paris, BnF, Lat. 5939, f. 1.
  • 84 Paris, BnF, Ms. Dupuy 628  : P. L. Mulas, « Les manuscrits lombards… », op. cit. (note 79), p. 319, (...)
  • 85 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 498.
  • 86 Milan, Biblioteca Ambrosiana, cod. O. 133 sup.  : P. L. Mulas, « Les manuscrits lombards… », op. ci (...)

61D’autres manuscrits aux décorations assez modestes furent offerts au cardinal. Nous rappelons l’Acte faict par eux de Milan devant le cardinal d’Amboise le 17 avril 1500 sur le pardon par eux requis à cause de leur rebellion contre Louis XII roi de France duc de Milan (fig. 13)84, mentionné dans l’inventaire de l’archevêché de Rouen « Ung petit volume où est contenu l’oroison de la reduction de Milan, couvert de damas noir »85, et l’Epistula et silva poetica ad Georgium de Ambasia de Bernardino Arluno, volume qui n’arriva jamais dans la luxueuse bibliothèque de Gaillon86.

Fig. 13. Acte fait par ceux de Milan devant le Cardinal d’Amboise…, Paris, BnF, Dupuy 628, f. 2.

Fig. 13. Acte fait par ceux de Milan devant le Cardinal d’Amboise…, Paris, BnF, Dupuy 628, f. 2.
  • 87 G. Ritter, J. Lafond, Manuscrits à peinture de l’École de Rouen  : Livres d’heures normands, Paris, (...)

62Concomitamment à l’acquisition des manuscrits de l’ancienne librairie royale de Naples et aux cadeaux reçus des humanistes milanais, le cardinal Georges d’Amboise avait fait transcrire et enluminer des manuscrits pour sa collection et pour Louis XII : « son influence s’exerça d’une manière décisive sur l’art des calligraphes et des enlumineurs de son temps » ; le cardinal « proposa à ces artistes des modèles italiens  ; il mit sans doute sous leurs yeux les beaux manuscrits qu’il avait rapportés de Naples »87.

63Les comptes de la construction de Gaillon publiés par Achille Deville en 1850 nous livrent les noms des parcheminiers, des copistes et des enlumineurs que le cardinal faisait travailler pour sa collection de livres.

  • 88 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 437.
  • 89 La rédaction de ce volume commencée en 1496 fut achevée le 5 janvier 1502  : I. Delaunay, « Le manu (...)
  • 90 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 443.

64Le 7 janvier 1502, l’enlumineur « Jehan Pichore de Paris » et rémunéré « pour les histoires qu’il a faictes au livre de la Cité de Dieu »88. Ce paiement correspond à la réalisation du De civitate dei de Saint Augustin, ms. Latin 2 070 de la Bibliothèque nationale de France, manuscrit qui a permis de reconstruire la physionomie de l’enlumineur parisien89. Ce même enlumineur est rétribué le 28 juin de l’année suivante « pour XXII petites histoires et deux grandes au livre de Civitate Dei, et à ung autre livre une grande histoire et V petites »90  : seules deux d’entre elles sont conservées dans le volume de saint Augustin (fig. 14).

Fig. 14. Saint Augustin, De Civitate Dei, Paris, BnF, Lat. 2070, f. 166v (détail).

Fig. 14. Saint Augustin, De Civitate Dei, Paris, BnF, Lat. 2070, f. 166v (détail).

65La décoration de ce manuscrit réalisée avant l’acquisition des livres de la librairie royale de Naples ne comporte aucun élément issu de répertoire « italianisant » qui commençait à s’affirmer à l’époque en France.

  • 91 N. Reynaud, « Jean Pichore » dans F. Avril, N. Reynaud, Les manuscrits à peinture en France 1440-15 (...)

66Jean Pichore, demeurant à Paris, fut à la tête d’un important atelier où il fait figure de « chef d’entreprise » en se réservant la décoration des frontispices ou des têtes de chapitres et en sous-traitant la réalisation des parties secondaires91. Les travaux de Nicole Reynaud et la récente monographie que Caroline Zöhl a consacrée à cet enlumineur permettent aisément de suivre son activité au service du cardinal pour qui il enlumina de luxueux manuscrits destinés à sa bibliothèque et à celle du roi Louis XII.

  • 92 Sotheby’s, 18 juin 1991, Lot 100  ; E. König, « Der Froissart des Kardial Georges d’Amboise », Leuc (...)

67À la commande du cardinal, Pichore enlumina entre autres les Chroniques de Froissart92, les Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet (Bnf, Fr. 2678-2679), la Fleur des Histoires de Jean Mansel (Bnf, Fr. 54, fig. 4), les Divinae Istitutiones de Lactance (Bnf, lat. 1617).

  • 93 F. Avril dans F. Avril, N. Reynaud, op. cit. (note 91), p. 414-417, n° 236-237.

68Ce fut sans doute le cardinal qui lui commanda vers 1503 de somptueux manuscrits contenant les traductions françaises d’œuvres de Pétrarque  : les Remèdes de l’une et l’autre Fortune (Bnf, Fr. 225) et les Triomphes (Bnf, Fr. 594), tous deux destinés à Louis XII. Si les deux volumes furent transcrits et décorés à Rouen, pour les enluminures le cardinal fit appel à l’atelier parisien de Jean Pichore93.

69Jean Pichore collabora également à la décoration d’un autre riche manuscrit destiné au cardinal  : les Antiquités Judaïques de Flavius Josèphe (Paris, Mazarine, ms. 1581, fig. 15).

Fig. 15. Flavius Josèphe, Antiquitate Judaicae, Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 1581, f. 1

Fig. 15. Flavius Josèphe, Antiquitate Judaicae, Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 1581, f. 1
  • 94 Ibid., p. 412-413, n° 234 (notice de F. Avril).

70L’écriture du manuscrit, confectionné vers 1503, s’inspire directement des livres humanistes que le cardinal d’Amboise venait d’acquérir de Frédéric d’Aragon. Les lourds rinceaux enrichis de perles, de camées et de putti se réfèrent au répertoire ornemental des manuscrits italiens de la fin du Quattrocento. De même, les petits autels à l’antique sur lesquels se détachent les initiales au début de chaque livre sont des copies d’après les manuscrits enluminés par Cristoforo Majorana comme en témoigne l’exemplaire du De oratore de Cicéron (Bnf, Latin 7 774), à l’époque dans la librairie de Gaillon (fig. 16). L’auteur de ces décors, identifié à l’enlumineur Jean Serpin, mélange le répertoire italianisant avec des motifs floraux en trompe l’œil, motifs qui avaient fait leur apparition vers les années 1480 dans l’enluminure flamande94.

Fig. 16. Cicéron, De Oratore, Paris, BnF, Lat. 77 741, f. 1.

Fig. 16. Cicéron, De Oratore, Paris, BnF, Lat. 77 741, f. 1.
  • 95 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 443  ; I. Delaunay, op. cit. (note 90), p. 213, n. 12

71Jean Serpin est mentionné avec Robert Boyvin dans les comptes du cardinal d’Amboise. Le premier est mentionné en 1503 « pour l’enluminure du second volume de saint Augustin » et pour « l’enlumineure de Senecque », tandis que la même année, 17 sous et 6 deniers ont été versés à « Robinet Boyvin qu’il [histoire] a faicte aux epistres de Senecque »95.

  • 96 F. Lehoux, « Sur un manuscrit de l’école de Rouen décoré par Jean Serpin et Robert Boyvin pour le c (...)

72Les armes et la devise « Non confundas me domine, ab expectatione mea » peintes sur le frontispice des Épîtres de Sénèque de la Bibliothèque nationale de France (latin 8851, fig. 17) ont permis d’identifier ce manuscrit avec celui décoré par Jean Serpin et historié par Robert Boyvin96.

Fig. 17. Sénèque, Epistolae, Paris, BnF, Lat. 8551, f. 4.

Fig. 17. Sénèque, Epistolae, Paris, BnF, Lat. 8551, f. 4.
  • 97 F. Avril, N. Reynaud, op. cit. (note 91), p. 413-414, n° 235 (notice de F. Avril).

73Comme ce fut le cas de la décoration du Flavius Josèphe de la bibliothèque Mazarine, Jean Serpin – écrit François Avril - « hésite entre deux options stylistiques opposées  : un bon nombre de ses encadrements […] se réfèrent, non sans lourdeur, au répertoire ornemental de la Renaissance italienne et visent à répondre aux goûts du commanditaire. Mais de temps à l’autre, l’artiste revient aux décors de fleurs naturalistes sur fond doré plus conforme à la tradition locale »97. Ainsi, les autels à l’antique qui abritent les initiales au début de chaque livre (fig. 18) ont été copiés de façon assez grossière d’après le même motif qui apparaît dans le De Oratore de Cicéron peint par Cristoforo Majorana à Naples vers 1480 (fig. 19).

Fig. 18. Sénèque, Epistolae, Paris, BnF, Lat. 8551, f. 164v.

Fig. 18. Sénèque, Epistolae, Paris, BnF, Lat. 8551, f. 164v.

Fig. 19. Cicéron, De Oratore, Paris, BnF, Lat. 77 741, f. 17 (détail).

Fig. 19. Cicéron, De Oratore, Paris, BnF, Lat. 77 741, f. 17 (détail).
  • 98 Ibid., p. 411.

74La collection de manuscrits italiens, acquise par le cardinal d’Amboise et présente en Normandie dès le début du XVIe siècle, eut une grande importance pour la diffusion et la connaissance des répertoires décoratifs de la Renaissance italienne. Par ailleurs, comme l’a souligné François Avril, « cette acclimatation un peu forcée des modes transalpins n’eut pas toujours des résultats très heureux et les imitations normandes n’atteignent que rarement l’élégance de leurs modèles »98.

Haut de page

Annexe

Annexes

1) Lettre de Gemetto de Nessonis à Francesco Gonzaga, Milan, 26 octobre 1499

Mantoue, Archivio di Stato, Archivio Gonzaga, b. 1633, f. 423-424v.

Illustrissime princeps ac excellentissime domine, domine mi sigularissime et cetera. Aviso la illustrissima signoria vostra como el iorno che se partì de qui vostra excellencia la magestà del re mandò una hora da poi la vostra partita monsignor de la Trimoiglia, el signor vostro nepote e parechi signori e gentilhomeni per aconpagnarve ; e retrovando la signoria vostra partita a sì bona hora forno molto marveillati. E me dice che non poteresti creder quando recrecea a la maestà prefacta la partita vostra e che el dice : « el me par restar solo partendose el signor marchese, ma se vivo le tratarò in modo che ge piacerà starme apresso ».

Da poi fu del marescalco de Giè, qual subito me domandò quando aria el suo falcone e el suo cavallo, e mi fece le scusa in modo che restò satisfato e ge parlai del cressemento de le gente d’arme e me fece bona resposta. Perhò signor, non tarda la signoria vostra a mandar dicto falcone e cavallo, ch’el giuvarà.

Simelmente fu da monsignor de Ro[h]an e fece le recomandacione de la signoria vostra, e lui simelmente me promesse operar per voi in breve in qualche bona cosa. Ozi m’à butato certi botoni como fa far una capelletta e che g’è stato ditto che la signoria vostra à el primo pictore del mondo e che pagaria ogni gran cossa e aver qualche cossa del suo, perhò mi par che la signoria vostra de’ cerchar ogni modo e via a aver qualche cossa de meser Andrea e presentarlo a la venuta de monsignor, o quanto parerà a la vostra signoria. Scriva la signoria vostra qualche litere a tuti questi signori e a maistro Teodoro, perché m’à ditto che lui averia apiacer che’l re vedesse che avete fede in lui ; per meglio poterve servire lui m’à ditto che certo la maestà del re cassa el signor Costantino e altri, e che la signoria vostra sia certa aver el conpimento de la compagnia e meglio. Cui (sic) s’aspecta la nova che Tiran sia preso perché Franzosi anno ià preso una forteza e g’è ne morto più de cento e ogni hora scaramuza inseme e sono homini da ben quelli de dentro e se defendano bene, ma non pono resistere perché ànno menato l’artigleria in uno locho che non se exstimava mai.

La maestà del re à mandato el suo re d’arme dal gran turcho  ; vederò de intendere a che, poi ne darò aviso a la signoria vostra.

Ozi son stato onde me comese la signoria vostra e ge ò menato el pictor de la maestà del re, el qualle à lasato ogni cosa che avea da far per dicta maestà, per servir la signoria vostra e l’à servita de bon i<n>chiostro como vederete, ma la vol far meglio e fra lunesdì [sic  !] me’l de’ dare. E subitto, s’io ho messo, le mandarò a la signoria vostra, la qualle debia mandar, se ge par, al dicto pictor raso cremesino o veluto d’uno zipone, o quello che ge parerà, perché li ò presentati dinari e no’ li à voluti pigliare. El ducha del valantinese solicita molto l’inpresa ma non g’è resposto conclusive e par che fiorentini non voglia dar quella gente si prima n’ànno Pisa ne le mane. E el re ge promette dargela per tuto iunio, ma dice ch’adesso non vol mandar sue gent<e> d’arme morire ne li paludi e aque. Qua se dice che sua maestà a la festa d’Ognisanti vol esser in Asti e da poi ove è la regina a la fine del mese proximo futuro, ma si Tirano non si piglia credo non se partirà sì presto. Monsegnor de la Trimoglia scrive a la signoria vostra e perché no’ l’intenderia lo […] ducha e li mando tute doe. La novella è venuta questa matina como Tiran è preso  ; le altre cosse che suscederanno darò aviso a la illustrissima signoria vostra, a la qualle humilmente me ricomando.

Data Mediolani, die XXVI octobris 1499.

Illustrissime dominationis vestre servitor fidelissimus Gemettus de Nessonis galicus.

2) Lettre du marquis Francesco Gonzaga à Gemetto de Nesson, Goito, 31 octobre 1499.

Mantoue, Archivio di Stato, Archivio Gonzaga, b. 2908, copialettere 162, f. 46r-v.

Gemetto. Havemo recevuto due tue littere de XXVI e XXVII dil presente, de le quale te commendano ; per resposta dicemo che a monsignor Mereschalco de Gié havemo mandato il cavallo et il falcone ; haveremo caro intendere como el li serrà piaciuto. À monsignore di Rhoano dirai che molto volountieri lo farimo servire de la pictura, ma saperessimo voluntieri che devotione el gli voria. Quando sia finita quella nostra pictura, mandacela volando, che al pictore usaremo cortesia.

Accadendo a la maestà regia a partirsi, volemo che per tutto la segui, stando di bona voglia, che te faremo provisione che te piacerà.

Ultra quello che scrivemo a monsignore de la Tramoglia, per la qui alligata gli dirai che, como la scia, fossimo exhortati a mandare uno de li nostri a la corte del re di romani, per intendere como passavano le cose di là. Et cossì noi li driciassimo il Pischeria, quale expectamo de hora in hora, et sapemo certo serà informatissimo per la verità dil tutto. Et perché remandandolo dopoi in là el poteria essere tolto suspecto, havemo pensato un altro modo : che essendo stato mandato per noi l’altro anno uno de li nostri al prefato re cum alcuni falconi, avessimo promissione de haverne questo anno dui in dono da la sua maestà, et perhò haveremo charo ch’el lo dichi ala christianissima maestà che, quando li paresse, che sotto spetie de solicitare quelli falconi, li mandassimo un altro, lo faremo ; ma senza sua saputa e voluntà non lo volemo fare, e questo perché volemo in ogni cosa fare intendere a la sua maestà che in Italia la non ha il meglior servitore de noi.

Appresso, essendo sopragionta a monsignore nostro fratello certa indisposizione, de quelle sue passione solite, li è impedito el venire a fare reverentia la maestà regia, il che li radopia il male, tanto è l’affanno che se ne piglia, unde pregarai il prefato monsignore che faci la scusa cum la prefata maestà et a sua signoria ne racomandarai, subiungendoli che speramo scoprire a la maestà regia tal cose che la vederà che siamo uno de quelli servitori che se ne trovano pochi. Godii, ultimo octobris 1499.

3) Lettre de Gemetto de Nesson au marquis Francesco Gonzaga, Milan 4 novembre 1499.

Mantoue, Archivio di Stato, Archivio Gonzaga, b. 1633, f. 369-370v.

Illustrissime princeps ac excellentissime domine, domine mi sigularissime et cetera. Heri avisai la signoria vostra per una mia commo la tregoa era stata publicata per sei mesi fra crestianissima maestà del re mostro e re de’ romani, e solum per poter tratare fra loro in questo tempo bona pace perpetua. E commo m’à ditto monsignore de la Trimoiglia, à scritto ditto re de’ romani a la prefata maestà che debia mandar uno suo inbassatore da lui e che no’ mancharà per lui a far bona pace, per poi andar de conpagnia contra turchi, quali ala tornata loro ànno levate de l’inpero più de vinte e doe milia anime. E pare che ditto Maximiliano habia paura de la revoltacione da povoli de l’inperio se non andasse contra ditti turchi ; e l’opinione de più gente è che lo faza per non favorire le cosse del signor Ludovico et per aver honesta scusa de abandonarlo e revoltarce a questa inpresa del turcho.

Qua giongerno heri li falconi de la signoria vostra et forno presentati a la maestà del re qual fece molto bona zera al conte e Vicino che li presentorno. E questa matina li à fatti volare nel barcho e ànno fatto doe belle montate, tanto belle che non se potevano megliorare ; e el re ha summamente laudati e trovati boni e à messo nome a Galletto el Bonnomo e à domandato al conte si quello detto Scaramella era el turcho ; à ditto de sì, e oltra, che monsignore de la Trimoglia abia fatta le scusa del bologneso l’à fatta ditto conte. Domane, se fa bon tempo, li vol vedere volar sua maestà  ; del bono portamento loro ne daremo continui avisi a la signoria vostra, ala qualle recordo che ozi sonno stati cause ditti falconi a rememora<r> le laude vostre maxime per la maestà regia et ogniuno andava drietto e non dico a la signoria vostra como era contento monsignor de la Trimoglia, che ma iurato non voria aver goadagnato (sic) mille ducati tanto era alegro. Non se desmentega la excellentia vostra per ogni messo che vegner<à> scriverge, perché non credo che sia posibille voler meglio a un fratello ch’el vol a la signoria vostra, e non sercha se no’ mostrarge li afecti. El conte Guillelmo cum tuta sua comitiva se recomanda a la signoria vostra.

La maestà del crestianissimo re per certo se parte questa septimana, e à ditto de venerdì proximo, perhò prego la signoria vostra me manda el modo de poterme levar de qui et de poterge far bene, essendo qua signo suo, e per quel pocho che serò sia ben i-nnordine, che magiore odacia e reputatione serà a la signoria vostra et a me in solicitar le cosse vostre qua. Aspecto resposta resoluta e modo. Qua se intende che el papa sta male e se dubitta alqua<n>to de morte. Io so’ drieto per far che la signoria vostra sia asignata di tutti li soi dinari, tanto de gente d’arme come de pensione in questo stado. Credo el farò per esser più proximo de la signoria vostra. Si la signoria vostra me mandarà li mandati e biancho vederò se la vole e possibel serà de fargli aver li dinari de tre mesi de la sua pencione si parerà hanc (sic) a vostra excellentia aspectar el tenpo manda<r>me pur li mandati per aver le descargue e quello che bisognerà. E quanto più presto, serà meglio.

El signor marescalco de Gié scrive una littera a la signoria vostra, la qualle io ho tradutta e ge le mando tute doe. Monsignor de Rohan re<n>gracia la signoria vostra per mille volte, et à più caro de aver una sua devocione de Mantegna che de goadagnar doi millia ducati, e me debe dar el dessegno de quello ch’el vole, poi le mandarò a la signoria vostra. E se quella vol cossa alcuna de lui, m’à ditto che la ge debia comandare e nà fatta la festa a tuti questi signori, dicendo che la signoria vostra in ogni virtù è la cresma de li signori e ch’el spera in breve farve tal servicio che cognosceritte ch’el ve vol bene da fratello. Prego la signoria vostra non sia parcha in scriver spesso a la maestà del re e a tuti questi signori. Gabriel, capitanio de la goardia, se recomanda per mille volte a la signoria vostra, el qualle v’è gran partesano. Non altro acade de dar aviso a la signoria vostra, a la qualle humilmente me ricomando. Mediolani, 4 novembris 1499.

Illustrissime dominationis vestre servitor fidelissimus Gemettus de Nessonis gallicus

4) Lettre de Iacopo d’Atri au marquis Francesco Gonzaga, Milan, 13 novembre 1499.

Mantoue, Archivio di Stato, Archivio Gonzaga, b. 1633, f. 434-435v.

Illustrissimo et excellentissimo signor mio, lo cancillero mio, quale io mandai da monsignore da la Tramoya per significarli quello che vostra excellentia me scriveva, adfinché lo facesse intendere alla cristianissima maestà, è tornato questa sera ; lo quale dice che la maestà sua ha havuto piacere intendere il tutto et che la resta optimamente satisfacta da lei, subiungendo che se ne capitasse per caso qualche uno de quelli de Zannotto in le mano, che lo faciate metter in galea, como esso monsignor credo che per l’inclusa gli deba scriver più apertamente.

La maestà prefata partite questa matina da Verceglio et questa sera allogiarà ad Chivasso, sequitando poi il cammino suo a bon giornate ; et lo reverendissimo legato lo accompagnarà insino ad Turino.

Como scrissi per le precedente mie, la cristianissima maestà fece pigliare il signore Constantino essendo ad Vigevini, lo quale intendo al presente è stato mandato il la rocha de Novara ; et ultra di questo la maestà sua ha determinato condure cum seco in Franza lo marchese de Monferrato, a chi pare sii stato tanto molesto la presa dil signore Constantino che non se ne pò consolare, cum dire che l’haveria più presto voluto che’l re gli havesse facto mettere un capestro al collo et apicharlo, che separar da lui lo signore Constantino predicto. Et così lo marchese de Saluzo va al governo dil stato de Monferato, tanto da luy desiderato.

De la causa de la captura se parla variamente : pur la più parte dice esser causata per la intelligentia ch’el haveva col signor Ludovico, overo che così era dato de sopra.

Lo signor Ioanne Iacobo et messer Francesco Bernardino sonno retornati hogi qua insieme cum li altri zentilhomini che erano andati dal re.

Me referisse lo cancellero mio havere udito di bocha de monsignor da la Tremoya como il re se partì male satisfacto de la signoria di Venetia et che verà presto tempo che el marchese de Mantua se potrà vendicare de le iniurie ricevute.

Li falconi de vostra signoria dice che sono in tanto favore de la maestà de<l> re che più non se potria dire, et che vedé ad Vigevini, la sera prima che partisse, che ne tolse in pugno uno et lo tenne per bono spacio, como ho anche scripto ad vostra signoria. Et monsignor de la Tramoya predicto gli ne ha dicto cose terribile, per forma che non gli se haveria possuto dare cosa che gli fosse stata più accepta ; de che tutta la corte ne parla in laude sua ; el favorito sopra de li altri dice esser quello che ha più mute. Né tacerò dire che’l conte gli ne ha facto un grande honore.

Monsignor predicto se parte tanto partesano de vostra signoria como de sé medesimo, pregandola gli piacia fare la scusa sua cum la excellentissima madonna vostra consorte se è manchato de venire ad visitarla, como luy desiderava, ma gli promette, tornando presto in Italia como spera, che supplirà ad quello è manchato al presente ; et in questo mezo se racommanda ad l’uno et a l’altra.

Per essere andato inante al re monsignore de Ligona, non ghe se è possuto dir altro.

Mando alla excellentia vostra per il presente cavallaro il schizo dil cardinale de Roan, lo quale dice voria che fosse in quatrato et non tondo, como è il designo  ; et il San Ioanne vole essere più alto, acioché non sii al paro del cardinale. Il volto suo sii l’ultimo a depingere, peroché mandarà il retracto dil naturale, insieme cum le sue arme.

Preterea, anchora ch’io me persuada che vostra signoria habia in l’animo le cose mie anci le sue qua, pur essendo debito mio recordarglilo, credo non lo debia havere molesto, facendoli intender ch’io son qua per servirla et obedirla in tutte le cose me commandarà. Recommandome alli pedi de vostra illustrissima signoria sempre. Mediolani, XIII novembris 1499, hora III noctis.

De vostra illustrissima signoria fidelissimo servo et schiavo Iacopo d’Hatri.

Haut de page

Notes

1 P. Vitry, « Les études sur la Renaissance en France de 1834 à 1934 », dans Congrès archéologique de France, XCVIIe session, Paris, 1935, p. 259-271.

2 E. Chirol, Un premier foyer de la Renaissance en France  : le château de Gaillon, Paris, 1952.

3 J. Babelon, Châteaux de France au siècle de la Renaissance, Paris, p. 86-93.

4 R. Weiss, « The Castle of Gaillon in 1500-1510 », dans Journal of the Warburg and Cortauld Institutes, 1953, p. 1-2  ; A. Chastel-M. Rosci, « Un portrait de Gaillon à Gaglianico », dans Art de France, 1963, p. 103-113  ; S. Béguin (éd. par), Andrea Solario en France, catalogue de l’exposition, Paris, 1985  ; J. Guillaume, « La première Renaissance », dans Le Château en France, sous la direction de J.-P. Babelon, Paris, 1988, p. 179-182  ; Y. Bottineau, La sculpture de la première Renaissance en Normandie, thèse de doctorat, Université de Paris IV-Sorbonne, 1990  ; E. Yu-Ling Liou, Cardinal d’Amboise and the Château de Gaillon at the dawn of French Renaissance, thèse de doctorat, Ann Arbor, Mich., 1998  ; F. Bardati, L’architettura francese di committenza cardinalizia nella prima metà del Cinquecento  : i cardinali protagonisti delle guerre d’Italia, thèse de doctorat inédite sous la direction de A. Bruschi et J. Guillaume, Université de Rome « La Sapienza » et Université de Tours, 2002, p. 72-206  ; E. Thomas, « Gaillon, chronologie de la construction », dans L’architecture de la Renaissance en Normandie, actes du colloque de Cérisy-la-Salle (30 septembre – 4 octobre 1998), Caen, 2003, vol. I, p. 153-151  ; F. Bardati, M. Chatenet, E. Thomas, « Le château de Georges Ier d’Amboise à Gaillon », ibid., vol. II, p. 13-29  ; Y. Bottineau-Fuchs, « Georges Ier d’Amboise et la Renaissance en Normandie », dans Du Gothique à la Renaissance. Architecture et décor en France (1470-1550), actes du colloque de Viviers, 20-23 septembre 2001, Aix-en-Provence, 2003, p. 89-104.

5 G. Souchal, « Le mécénat de la famille d’Amboise », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest et des Musées de Poitiers, XIII, 1976, p. 485-526, 567-612.

6 Outre les travaux cités à la note 4, pour le jardin de Gaillon cf. également P. Lesueur, « Pacello de Mercogliano et les jardins d’Amboise, de Blois et de Gaillon », dans Bull. de la Société de l’Art Français, 1935, I, p. 90-117.

7 M. H. Smith, « Rouen–Gaillon  : témoignages italiens sur la Normandie de Georges d’Amboise », dans L’architecture de la Renaissance en Normandie, op. cit. (note 4), p. 41-58).

8 La lettre, publiée par A. Sabbatino, Alberto III Pio  : politica, diplomazia e guerra del conte di Carpi, corrispondenza con la corte di Mantova, 1506-1511, Carpi, 1994, p. 165-166, traduite par M. H. Smith, op. cit. (note 7), p. 47-48  : « En partant d’ici [de Rouen], nous irons à Gaillon, lieu de monseigneur le légat, situé dans un lieu apte aux plaisirs de la volerie et aux chasses de toute sorte, et où monseigneur a dépensé pour son plaisir plus de cent mille écus à la construction. Il y a un parc, un jardin fait de la même manière que celui du roi, un château avec des logements dorés, faits à la manière d’Italie, avec une fontaine de marbre dans la cour et tous les autres agréments possibles ».

9 La lettre, conservée aux archives de Modène (Archivio di Stato, Cancelleria ducale, Estero, Carteggio ambasciatori, Francia, 4, a été publiée et traduite par M. H. Smith, op. cit. (note 7), p. 49  : « Gaillon, Monseigneur illustrissime, est un lieu de la juridiction de l’archevêché de Rouen, qui était tombé en ruine. Et, comme il est dans un lieu d’un grand agrément pour toute sorte de chasse, monseigneur révérendissime le légat y a fait le plus beau et le plus superbe lieu qu’il y ait dans toute la France. Sur la porte d’entrée, il y a, en bronze, l’expédition, bataille et entrée que le roi très chrétien a faites à Gênes. Au milieu de la cour il y a une fontaine, qu’on a fait faire à Gênes, la plus belle que j’aie jamais vue. Il y a en outre des colonnes dans ladite cour, et d’autres choses de toutes excellence reçues d’Italie et mises en œuvre ici, qui sauraient mieux convenir. Les plafonds des salles et des chambres sont dorés de diverses façons. Il y a quarante-huit logements, tous tendus de tapisseries de monseigneur révérendissime le légat. Aux lits, les garnitures les plus riches, et il y a là les meilleures qui étaient à la cour de Milan, avec quelques ajouts, etc. Il y a un très beau jardin, plat, fait par force en aplanissant une partie de colline, avec une très belle galerie longue de 24 pas, avec un beau pavillon au milieu dudit jardin, et au-dessous une fontaine faite à Gênes. Joignant ce jardin, il y a un beau parc avec du gibier de toute sorte et au milieu une chapelle digne d’un roi. On dit que monseigneur révérendissime y a dépensé quatre-vingt mille écus. Monseigneur Alberto [Pio] en fait faire une dessin par un peintre, pour l’envoyer à Votre Seigneurie ».

10 La lettre de Jacopo da Atri a été publiée par R. Weiss, op. cit. (note 4), p. 6 pour la citation.

11 Antonio de Beatis, Itinerario di monsignor reverendissimo et illustrissimo il cardinale de Aragona…, éd. par L. Pastor, Die Reise des Kardinals Luigi d’Aragona…, Fribourg-en-Brisgovie, 1905, p. 128.

12 A. Baschet, « Quelques lettres missives extraites des archives de la maison des Gonzague 1494-1520 », dans Notes et Documents publiés pour la Société d’histoire de l’art français à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation, Paris, 1884, p. 295.

13 L. Pélissier, « Les amis de Ludovic Sforza et leur rôle en 1498-1499 », Revue historique, XLVIII, 1892, p. 57, n. 3. Les mêmes confusions se retrouvent dans l’article de E. Chirol, « L’influence de Mantegna sur la Renaissance en Normandie », dans Relations artistiques entre la France et les autres pays depuis le haut Moyen Âge jusqu’à la fin du XIXe siècle, actes du XIXe Congrès International d’histoire de l’art, Paris, 1959, p. 240-247.

14 C. Brown, « Una immagine di Nostra Donna (Lorenzo Costa Holy Family for Anne of Brittany) », dans Cultura figurativa ferrarese tra XV e XVI secolo. In memoria di Giacomo Bergellesi, Ferrara, 1981, p. 130-131. Sur le sujet cf. G. Agosti, Su Mantegna, I, La storia dell’arte libera la testa, Milan, 2005, p. 110-111, p. 134 note 29 avec bibliographie.

15 A. Deville, Comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon, Paris, 1850, I, p. 494. Différentes images de Saint Jean Baptiste en argent, sur bois et sur verre sont mentionnés dans cet inventaire, témoignage de la dévotion du cardinal pour ce saint.

16 G. Agosti, op. cit. (note 14), p. 110-111.

17 Cf. la notice de G. Marini, dans Mantegna et le arti a Verona. 1450-1500, catalogue de l’exposition sous la direction de S. Marinelli et P. Marini, Venise, 2006, p. 207-209, n° 9, avec bibliographie.

18 G. Agosti, op. cit. (note 14), p. 111, 136, n. 35.

19 Ibid., p. 108 sqq. avec bibliographie  ; G. Toscano, « Per la fortuna di Mantegna in Francia », dans Mantegna e le arti a Verona, op. cit. (note 17), p. 95.

20 R. Weiss, op. cit. (note 4), p. 7  ; G. Agosti, op. cit. (note 14), p. 113.

21 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 487. Le même tableau est mentionné dans l’inventaire de 1508  : « Le tableau de Perusin ou est la deposicion de Jésus-Christ avec plusieurs personnages » (Ibid., p. 540).

22 Sur le sujet cf. G. Toscano, « Et Pérusin, qui s bien couleurs mesle  : à propos de la fortune du Pérugin en France », dans La Vierge à l’Enfant entre saint Jérôme et saint Augustin. Le Pérugin, Paris, 1996, p. 13-21, 38-39.

23 Sur le séjour d’Andrea Solario en France nous renvoyons aux travaux de S. Béguin, Andrea Solario en France, op. cit. (note 4)  ; D. A. Brown, Andrea Solario, Milano, 1987, p. 151-203  ; S. Béguin, « Andrea Solario en France », dans Léonard de Vinci entre France et Italie  : « miroir profond et sombre », actes du colloque sous la direction de S. Fabrizio-Costa et J.-P. Le Goff, Caen, 1999, p. 81-98.

24 Rouen, Archives Départementales de Seine-Maritime (ADSM), G 866, f. 9v. Une partie des inventaires de 1508 et de 1550 ont été inversés dans la publication de A. Deville, op. cit. (note 15), p. 540 pour la citation du tableau de Solario.

25 D. A. Brown, op. cit. (note 23), p. 153  ; S. Béguin, « Andrea Solario en France » (1999), op. cit. (note 23), p. 82-83.

26 G. Vasari, Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, édition commentée sous la direction d’André Chastel, vol. 5, Paris, 1989, p. 40.

27 L. Fagnart, « L’engouement pour la Cène de Léonard de Vinci à la cour de France sous les règnes de Louis XII et de François Ier », dans Les amis du château et des musées de Blois, Bulletin, n. 3, décembre 2002, p. 34  ; B. Jestaz, « Les rapports des Français avec l’art et les artistes lombards  : quelques traces », dans Louis XII en Milanais, actes du colloque réunis par Ph. Contamine et J. Guillaume, Paris, 2003 p. 299. D. A. Brown, en reprenant un travail de L. Cogliati Arano, affirme que la copie de la Cène par Bramantino avait été commandée par Charles d’Amboise gouverneur français du Milanais et neveu du cardinal  : op. cit. (note 23), p. 155, p. 196 n.

28 T. Crépin-Leblond, « L’origine de la copie de la Cène de Léonard par Marco d’Oggiono à Écouen », Revue de l’Art, 130, 2000, p. 60-62  ; B. Jestas, op. cit. (note 27), p. 299-300.

29 J. Roman, « Note sur une ancienne copie de la Cène de Léonard de Vinci », Réunion des Sociétés des Beaux-Arts des départements, 1883, p. 58-65  ; S. Béguin, Andrea Solario en France (1985), op. cit. (note 4), p. 109, n. 25.

30 Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), pièces originales du cabinet des Titres, vol. 49, p. 300, cité par J. Roman, op. cit. (note 29), p. 58-65. Cet inventaire des meubles du château de Gaillon de 1540 fut signalé à Henry de Chennevières par Émile Molinier  : Henry de Chennevières « Andrea Solario », Gazette des Beaux-Arts, LIII, 1883, p. 48, n. 1.

31 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 536. Nommé doyen du chapitre de la cathédrale de Sens par Georges d’Amboise, Gabriel Gouffier aurait pu servir d’intermédiaire ou l’offrir directement au cardinal. La copie aurait été ensuite acquise par Anne de Montmorency en 1555  : L. Fagnart, op. cit. (note 27), p. 36.

32 F. M. A. Blanquart, La Chapelle de Gaillon et les fresques d’Andrea Solario, Évreux, 1899  ; D. A. Brown, op. cit. (note 23), p. 178.

33 Sur le sujet voir également L’art des frères d’Amboise. Les chapelles de l’hôtel de Cluny et du château de Gaillon, catalogue de l’exposition, Paris, 2007, p. 69-113.

34 La lettre de Jacopo da Atri a été publiée par R. Weiss, op. cit. (note 4), p. 7-8 pour la citation.

35 Antonio de Beatis, op. cit. (note 11), p. 130.

36 La Tête de Saint Jean Baptiste, signée et datée de 1507 (Paris, musée du Louvre) appartenait à la collection de James de Pourtalès-Gorgier  ; la Salomé avec la tête de saint Jean Baptiste passa dans la collection de l’impératrice Joséphine  : D. A. Brown, op. cit. (note 23), p. 206-207, n. 38 et 40  ; S. Béguin, « Andrea Solario en France » (1999), op. cit. (note 23), p. 85-88.

37 Le retable, en très mauvais a état, a été retrouvé au château de Tanlay (Yonne) et restauré par R. Da Costa Pinto Dias Moreira. Dans sa signature, apposée sur une pierre sous l’actuel cartellino, Solario revendique son origine milanaise (Andreas Solario mediolanensis). La date, très difficile à lire, pourrait être 1509 ou 1510 et indique que sa réalisation eut lieu après l’achèvement de la chapelle. Les armes du cardinal d’Amboise furent recouvertes par celles du second propriétaire du tableau, Claude de Longwy, cardinal de Givry  : S. Béguin, Andrea Solario en France, op. cit. (note 4), p. 72-78  ; D. A. Brown, op. cit. (note 23), p. 210, n. 46  ; S. Béguin, « Andrea Solario en France » (1999), op. cit. (note 23), p. 93-96.

38 D. A. Brown, op. cit. (note 23), p. 157.

39 Ibid., p. 157, 204-205, n. 35. Pour les autres œuvres de Andrea Solario réalisées à la commande du cardinal ou passées par des collections françaises outre la monographie de D. A. Brown, op. cit. (note 23), cf. S. Béguin, « Andrea Solario en France » (1999), op. cit. (note 23), p. 81-98.

40 Sur la bibliothèque du cardinal cf. les travaux de M.-P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Amboise à Gaillon », dans Léonard de Vinci entre France et Italie…, op. cit. (note 23), p. 261-263, G. Toscano, « La librairie du château de Gaillon. Les manuscrits d’origine italienne acquis par le cardinal Georges d’Amboise », ibid., p. 275-300.

41 Citée par R. Weiss, op. cit. (note 4), p. 9.

42 Rouen, ADSM, G 867, publié par A. Deville, op. cit. (note 15), p. 486-499.

43 Rouen, ADSM G 866. Une partie des inventaires de 1508 et de 1550 ont été inversés dans la publication de A. Deville, op. cit. (note 15), passim. Sur le sujet cf. M.-P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Amboise… », op. cit., note 40, p. 263.

44 Rouen, ADSM G 866, f. 16-18.

45 Ibid., f. 19-25.

46 L. Delisle, « Notice historique sur la bibliothèque du Cardinal d’Amboise », Bulletin de la Société de l’histoire de France, série 2, III, 1861-1862, p. 99-110

47 M.-P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Amboise… », op. cit. (note 40), p. 267.

48 Rouen, ADSM, G 868, A. Deville, op. cit. (note 15), passim  ; M.-P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Amboise… », op. cit. (note 40), p. 267 sqq.

49 Antonio de Beatis, op. cit. (note 11), p. 130  : « nous y vîmes aussi une belle librairie pour ce qu’il en reste  ; où il y a quelques livres avec les armoiries de la maison d’Aragon, ceux-ci appartinrent à la très fidèle mémoire du roi Ferdinand Ier et ils furent vendus par la nécessiteuse et très malheureuse reine, épouse du roi Frédéric de sainte gloire ».

50 Lorsque les Français parvinrent de nouveau à Rome, le 17 juin 1501, et que le Pape déclara le roi Frédéric déchu, avec la trêve d’Aversa du 25 juillet, le roi obtint le droit de rester à Ischia et fit transférer de nouveau la bibliothèque sur l’île (G. M. March, « Alcuni inventari di Casa d’Aragona compilati in Ferrara nel secolo XVI », dans Archivio storico per le province napoletane, 1935, LX). Après la mort de Fédéric III (9 novembre 1504), la reine Isabella connut un nouvel exil  : elle s’établit à Ferrare grâce à la protection de son neveu par alliance Hercule d’Este. Isabella fit transférer à Ferrare tous les livres de la bibliothèque royale qui l’avaient suivis en France ainsi que ceux qui étaient restés à Ischia. En 1523, la reine vendit une centaine d’ouvrages à l’humaniste ferrarais Celio Calcagnini (S. Lopez-Rios, « A New Inventory of the Royal Aragonese Library of Naples », dans Journal of Warburh ad Courtald Institutes, LXV, 2002, p. 201-243). Quelques centaines de livres de l’ancienne librairie aragonaise de Naples aboutirent ensuite à Valence, en Espagne, entre 1527 et 1535  : ils sont actuellement conservés à la bibliothèque historique de l’université de Valence  : M.-C. Cabeza Sanchez Albornoz et G. Toscano, « La biblioteca dels reis de la Corona d’Aragò, entre Nàpols, Parìs i València », dans La Biblioteca reial de Nàpols d’Alfons el Magnànim al duc de Calàbria, catalogue de l’exposition, Valence, 1999, p. 21-31.

51 Le roi Frédéric mourut le 9 novembre 1504 conforté par saint François de Paule. Sur Frédéric d’Aragon cf. l’article de G. Benzoni dans Dizionario biografico degli italiani, vol. 45, Rome 1995, p. 668-682  ; T. D’Urso, « Federico d’Aragona tra Napoli e Tours », dans La Biblioteca reale di Napoli al tempo della dinastia aragonese  : 1442-1495, catalogue de l’exposition sous la direction de G. Toscano, Valencia, 1998, p. 299-303.

52 Sur le sujet cf. les articles de M. P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Amboise… » et de G. Toscano, « La librairie du château de Gaillon… », op. cit. (note 40), p. 261-300, avec bibliographie.

53 G. Toscano, « I manoscritti della biblioteca napoletana dei re d’Aragona acquistati dal cardinale Georges d’Amboise », dans La Biblioteca reale di Napoli…, op. cit. (note 51), p. 305-314 et passim.

54 G. Toscano, Les rois bibliophiles  : enlumineurs à la cour d’Aragon à Naples (1442‑1495). Les manuscrits de la bibliothèque nationale de Paris, thèse de doctorat sous la direction d’Anne Prache, Université de Paris IV‑Sorbonne, U.F.R. d’Art et d’Archéologie, 1992, vol. I, p. 204-239.

55 Paris, Bnf, ms. latin 5088, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 87  : La Biblioteca reale di Napoli…, op. cit. (note 51), n° 7 (notice de G. Toscano).

56 Paris, Bnf, ms. latin 495, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 116  : Ibid., n° 9 (notice de G. Toscano).

57 Paris, Bnf, ms. latin 12 947, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 83 Ibid., n° 15 (notice de G. Toscano).

58 Sur le sujet cf. G. Toscano, « Alfonso il Magnanimo (1396-1458), un re bibliofilo tra cultura tardogotica e umanesimo latino », dans La Divina Commedia di Alfonso d’Aragona, re di Napoli. Commentario al codice, sous la direction de M. Bollati, Modène, 2006, vol. II, p. 52-53.

59 Paris, Bnf, ms. latin 5827, Inventaire de Gaillon de 1508 n. 50  : G. Toscano, « La librairie du château de Gaillon… », op. cit. (note 40), p. 282.

60 Paris, Bnf, ms. latin 5831, Inventaire de Gaillon de 1508 n. 67  : La Biblioteca reial de Nàpols d’Alfons el Magnànim al duc de Calàbria…, op. cit. (note 50), n° 17 (notice de G. Toscano).

61 Paris, Bnf, ms. latin 2082, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 5  : Ibid., n° 21 (notice de G. Toscano).

62 G. Toscano, « Cristoforo Majorana e la miniatura all’antica  : a proposito di qualche manoscritto conservato a Cambridge », dans Cambridge Illuminations, actes du colloque sous la direction de Stella Panoyotova, Cambridge, décembre 2005, Londres-Turnhout, 2007, p. 245-254.

63 Paris, Bnf, ms. latin 77 741-2. A. De La Mare, « The Florentine Scribes of Cardinal Giovanni of Aragon », dans Il libro e il testo, actes du colloque, Urbino, 1984, p. 281, n° 47.

64 Paris, Bnf, ms. latin 6309  : Inventaire de Gaillon de 1508, n. 85  : La biblioteca reale di Napoli…, op. cit. (note 51), n° 46 (notice de G. Toscano).

65 Paris, Bnf, ms. latin 4082, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 45  : M.-P. Laffitte, « A propos du ms. Lat. 4802  : un exemple de restauration », dans Revue de la Bibliothèque nationale, XXIV, 1987, p. 43 sqq., Id., « La librairie de Georges d’Amboise… », op. cit. (note 40), p. 268  ; G. Toscano, « La librairie du château de Gaillon… », op. cit. (note 40), p. 286, fig. 6.

66 Paris, Bnf, ms. latin 22311-3, Inventaire de Gaillon de 1508, n. 101 : Parole dipinte  : la miniatura a Padova dal Medioevo al Rinascimento, catalogue de l’exposition sous la dir. de G. Mariani Canova, Padoue 1999, Modène, 1999, n° 133 (notice de G. Toscano).

67 G. Toscano, « Miniatori tra Roma e Napoli all’epoca di Sisto IV » dans Sisto IV. Le arti a Roma nel primo Rinascimento, actes du colloque sous la direction de F. Benzi, Rome 2000, p. 278-280  ; Idem, « Bartolomeo Sanvito e Gaspare da Padova, familiares et continuii commensales di Francesco Gonzaga », dans Andrea Mantegna e i Gonzaga. Rinascimento nel castello di San Giorgio, catalogue de l’exposition sous la direction de F. Trevisani, Milan, 2006, p. 108-109.

68 Cette hypothèse est due à F. Avril, Dix siècles d’enluminure italienne, catalogue de l’exposition, Paris, 1984, n° 146  ; La Biblioteca reial de Nàpols d’Alfons el Magnànim al duc de Calàbria…, op. cit. (note 50), n° 30 (notice de G. Toscano).

69 T. De Marinis, La biblioteca napoletana dei re d’Aragona, Milan-Vérone, 1947-1969, Supplemento, I, p. 90.

70 G. Toscano, « Témoins d’Italie  : manuscrits enluminés de la Renaissance italienne dans les collections françaises », dans De l’Italie à Chambord. François Ier et la chevauchée des princes français, sous la direction de C. Arminjon, D. Lavalle, M. Chatenet et C. d’Anthenaise, Paris, 2004, p. 133-134.

71 L’ensemble des livres de la chartreuse est connu grâce à un inventaire de 1798, réalisé quelques années après la sécularisation mais cinquante ans avant la fondation de la bibliothèque municipale de Louviers, en 1842  : H. Omont, Catalogue des manuscrits des bibliothèques de Louviers et Verneuil, Paris, 1882, p. 15-20  ; M.-P. Laffitte, « La librairie de Georges d’Amboise… », op. cit. (note 40), p. 269-271. Sur les manuscrits, aujourd’hui à Louviers, ayant appartenu à la librairie royale de Naples cfr G. Toscano, « La librairie du château de Gaillon… », op. cit., (note 40), p. 288 sqq.

72 Louviers, Médiathèque municipale, ms. 7  : Au f. 216  : « Beati Thome Aquinatis hoc in primum Sententiarum scriptum inclytus Joannes de Aragonia Ferdinandi regis filius sancte Romane ecclesie cardinalis presbiter, suo proprio sumptu, scriptore Venceslao Crispo Slagenverdiensi, natione magis quam religione Bohemo, fecit anno salutis millesimo. CCCC.LXXXIIII. quarto nonas septembris »  : A. De La Mare, op. cit. (note 63), p. 269, n° 3.

73 Les quelques fragments qui survivent montrent une Œuvre issue de l’atelier des Rapicano.

74 Louviers, Médiathèque, ms. 8. Incipit  : « Catalogus questionum beati Thome de Aquino ex ordine Predicatorum, huius sui scripti super secundum Magistri Sententiarum librum »  ; explicit  : « Beati Thome Aquinatis celeberrimum opus in secundum Magistri sententiarum libri sumptu Ferdinandi regis exaratum anno salutis m.cccc.lxxxix. Venceslao Crispo natione Bohemo scriptore »  : T. De Marinis, op. cit. (note 69), II, p. 158, et doc. 711.

75 Louviers, Médiathèque municipale, ms. 5  : Ibid., II, p. 161.

76 G. Toscano, « Les manuscrits de la librairie des rois d’Aragon de Naples saisis par Charles VIII », actes du colloque Passer les Monts  : Français en Italie - l’Italie en France (1494-1525), éd. par J. Balsamo, Paris-Fiesole, 1998, p. 345-360.

77 E. Pellegrin, La bibliothèque des Visconti et des Sforza au XVe siècle, Paris, 1955  ; Supplément, Paris, 1969.

78 U. Baurmeister et M.-P. Laffitte, Des livres et des rois. La bibliothèque royale de Blois, Paris, 1992.

79 P. L. Mulas, « Les manuscrits lombards enluminés offerts aux Français », dans Louis XII en Milanais…, op. cit. (note 27), p. 305-322  ; Id., « De Borso D’Este à Geoffroy Carles  : l’illustration de la sphère armillaire dans un exemplaire enluminé de la Cosmographia de Ptolémée », dans Bulletin du bibliophile, 1, 2000, p. 57-72.

80 P. L. Mulas, « Du pouvoir ducal à la première domination française  : la production de manuscrits enluminés laïcs à Milan », dans Léonard de Vinci entre France et Italie…, op. cit. (note 23), p. 301 sqq.

81 Paris, Arsenal, ms. 1096  : Ibid., p. 304.

82 Paris, Bnf, lat. 5938, 5939  : P. L. Mulas, « Les manuscrits lombards… », op. cit. (note 79), p. 312, 320, n. 3.

83 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 498.

84 Paris, BnF, Ms. Dupuy 628  : P. L. Mulas, « Les manuscrits lombards… », op. cit. (note 79), p. 319, n° 1.

85 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 498.

86 Milan, Biblioteca Ambrosiana, cod. O. 133 sup.  : P. L. Mulas, « Les manuscrits lombards… », op. cit. (note 79), p. 315, 322, n. 10.

87 G. Ritter, J. Lafond, Manuscrits à peinture de l’École de Rouen  : Livres d’heures normands, Paris, 1913, p. 7-9.

88 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 437.

89 La rédaction de ce volume commencée en 1496 fut achevée le 5 janvier 1502  : I. Delaunay, « Le manuscrit enluminé à Rouen au temps du cardinal Georges d’Amboise  : l’œuvre de Robert Boyvin et de Jean Serpin », dans Annales de Normandie, 1995, p. 212-213  ; C. Zhöl, Jean Pichore, Buchmaler, Graphiker und Verleger in Paris um 1500, Turnhout, 2004, p. 15-18.

90 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 443.

91 N. Reynaud, « Jean Pichore » dans F. Avril, N. Reynaud, Les manuscrits à peinture en France 1440-1520, Paris, 1994, p. 282-285.

92 Sotheby’s, 18 juin 1991, Lot 100  ; E. König, « Der Froissart des Kardial Georges d’Amboise », Leuchtendes Mittelalter, IV, 1992, p. 74-76  ; C. Zöhl, op. cit. (note 89), p. 20-21.

93 F. Avril dans F. Avril, N. Reynaud, op. cit. (note 91), p. 414-417, n° 236-237.

94 Ibid., p. 412-413, n° 234 (notice de F. Avril).

95 A. Deville, op. cit. (note 15), p. 443  ; I. Delaunay, op. cit. (note 90), p. 213, n. 12

96 F. Lehoux, « Sur un manuscrit de l’école de Rouen décoré par Jean Serpin et Robert Boyvin pour le cardinal Georges d’Amboise », Mélanges dédiés à la mémoire de Félix Grat, 1949, vol. 2, p. 323-328.

97 F. Avril, N. Reynaud, op. cit. (note 91), p. 413-414, n° 235 (notice de F. Avril).

98 Ibid., p. 411.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Andrea Mantegna, Trois études pour saint Jean Baptiste, Liverpool, Walker Art Gallery, inv. wag 1995.324.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Fig. 2. Andrea Solario, Saint Georges et saint Sébastien, Detroit, The Detroit Institute of Art
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 3. Andrea Mantegna, Saint Georges, Venise, Gallerie dell’Accademia.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 4. Jean Mansel, Fleur des histoires, Paris, BnF, Fr. 54, f. 11.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Fig. 5. Cassiodore, Historia tripartita, Paris, BnF, Lat. 5088, f. 1.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 6 a et b. Andrea Contrario, Reprehensio sive abjurgatioin calumniatorem divini Platonis, Paris, BnF, 12 947, f. 2v-3.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 7. Ptolémée, Cosmographie, traduction latine de Jacopo Angeli, Paris, BnF, Lat. 4082, f. 132v.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 8. Saint Grégoire le Grand, Moralia in Job, Paris, BnF, Lat. 22311, f. 25 (détail)
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 9. Aristote, Super metaphisicam, commentaire de saint Thomas, Grenoble, Bibliothèque municipale, ms. 80, f. 1.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 10. Saint Thomas, Super Sententiarum I, Louviers, Médiathèque municipale, ms. 7, reliure.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 11. Saint Thomas, Super Sententiarum II, Louviers, Médiathèque municipale, ms. 8, reliure.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 12. Alberto Cattaneo, De gestis francorum regum, Paris, BnF, Lat. 5939, f. 1.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 13. Acte fait par ceux de Milan devant le Cardinal d’Amboise…, Paris, BnF, Dupuy 628, f. 2.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 14. Saint Augustin, De Civitate Dei, Paris, BnF, Lat. 2070, f. 166v (détail).
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 15. Flavius Josèphe, Antiquitate Judaicae, Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 1581, f. 1
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 16. Cicéron, De Oratore, Paris, BnF, Lat. 77 741, f. 1.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 17. Sénèque, Epistolae, Paris, BnF, Lat. 8551, f. 4.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 18. Sénèque, Epistolae, Paris, BnF, Lat. 8551, f. 164v.
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 19. Cicéron, De Oratore, Paris, BnF, Lat. 77 741, f. 17 (détail).
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/217/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 703k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gennaro Toscano, « Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510) collectionneur et bibliophile », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 51-88.

Référence électronique

Gennaro Toscano, « Le cardinal Georges d’Amboise (1460-1510) collectionneur et bibliophile », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://hleno.revues.org/217

Haut de page

Auteur

Gennaro Toscano

Université de Lille 3 – UMR IRHiS

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org