Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

Jean de Lorraine (1498-1550), cardinal et mécène

Paulette Choné
p. 89-104

Texte intégral

  • 1 Le Mécénat et l’influence des Guises. Actes du Colloque organisé par le Centre de Recherche sur la (...)

1Lorsque l’on évoque « le cardinal de Lorraine », le nom qui vient aussitôt à l’esprit est celui de Charles (1524-1574), le « grand cardinal », et non celui de son oncle Jean de Lorraine. Il n’est pas étonnant que le neveu ait dans une historiographie assez abondante éclipsé son aîné ; Charles fut un personnage de tout premier plan de l’histoire politique de la France dans la seconde moitié du XVIe siècle, un protecteur diligent des artistes et des lettrés, comme l’a montré un colloque réuni à Joinville en 19941.

2À côté de ce brillant personnage qui hérita de son titre, de ses biens et de son influence, le cardinal Jean apparaît comme une figure plutôt effacée. Si plus d’un témoignage vante sa libéralité, son inclination pour la beauté et la magnificence, sa réputation est desservie par la rareté et l’éparpillement des documents qui pourraient en préciser les applications ; il ne fut ni un bâtisseur ni le commanditaire de grands décors ; il reste si peu de chose de son vif amour des arts et des bonnes lettres qu’il peut sembler aléatoire de vouloir remettre en lumière la personnalité et l’action du premier « cardinal de Lorraine », a fortiori de les mesurer à celles autrement éclatantes des cardinaux de Tournon, Du Bellay, de Granvelle… qui font à juste titre la matière du présent colloque. Mais le cardinal Jean de Lorraine se fait remarquer par un trait singulier qui se rencontre plutôt chez les prélats italiens  : il illustre une maison régnante. Même si toute sa carrière le désigne avant tout comme conseiller du roi François Ier et si son influence s’exerça dans les nombreuses villes où il était titulaire d’un évêché ou en possession d’un bénéfice, son nom s’attache particulièrement à la dynastie lorraine. Il joua un rôle éminent dans la formation et la stabilisation de l’idéal artistique et symbolique de la cour de Lorraine après René II, encourageant directement ou non la métamorphose humaniste de l’idéal chevaleresque. C’est notamment cet aspect de son prestige qui justifierait une réévaluation dont nous proposerons ici seulement l’esquisse.

  • 2 Paris, Berger-Levrault, 1910 (Annales de l’Est, 24e année, fasc. 2).

3Le premier à l’entreprendre a été Albert Collignon, professeur de littérature latine à Nancy, qui dans son étude, Le mécénat du cardinal Jean de Lorraine (1498-1550)2, a réuni en près de deux cents pages des éléments de biographie critique et les informations bibliographiques utiles pour mettre en relief les relations du cardinal avec les écrivains français et italiens. Plus près de nous, Marie-Madeleine Fontaine et Richard Freedman ont étudié respectivement les dédicaces lyonnaises au cardinal et son mécénat musical. Mais le colloque auquel il vient d’être fait allusion, Le Mécénat et l’influence des Guises, donnait la prééminence au « grand cardinal », fondateur de l’Université de Reims organisatrice de cette manifestation.

4La confusion a toujours été fréquente entre l’oncle et le neveu, au bénéfice du second. Pierre Bayle par exemple, à l’article Lorraine de son Dictionnaire critique, attribue à Charles tout ce que Brantôme a dit du cardinal Jean. Ces deux personnages ne portèrent pas en même temps le titre de « cardinal de Lorraine », puisque Charles, élevé à la pourpre en 1547, s’appela « cardinal de Guise » jusqu’à la mort de son oncle en 1550. Une génération les sépare, et davantage encore la situation politique et religieuse de leur époque : Jean est d’un temps où la maison de Lorraine est très liée à la couronne, et d’avant le déchaînement des guerres confessionnelles. S’il fut assurément le mentor du « grand cardinal », il est impossible de les confondre.

  • 3 Par exemple H. de Laporte, « Jean de Guise, cardinal de Lorraine », dans Michaud, Biographie univer (...)

5Il n’y a pas de raison non plus de nommer Jean « cardinal de Guise », d’après l’historiographie du XIXe siècle, souvent aveuglée par les passions contradictoires que lui inspiraient les annales tragiques de cette famille3. Au XVIe siècle, Jean est toujours appelé « le cardinal de Lorraine ». Sa carrière précède d’ailleurs l’époque où les Guises forment un clan. Le fondateur de la dynastie est en effet Claude, son frère, de deux ans son aîné, qui avait reçu de son père le duc de Lorraine René II le comté de Guise ; le roi avait érigé Guise en duché-pairie afin de récompenser sa participation à la guerre contre les paysans révoltés d’Alsace et de Moselle, pour laquelle Claude venait de recevoir les compliments de Clément VII.

  • 4 N. Volcyr de Serrouville, Cronicque abregee par petits vers huytauns des Empereurs Roys et Duvz Dau (...)

6Jean de Lorraine naquit au château de Bar en 1498. Il était le quatrième fils du duc de Lorraine et de Bar René II (1451-1508) et de son épouse Philippe de Gueldre. Dans les panégyriques élaborés dans l’entourage du duc Antoine son frère entre 1520 et 1530, le cardinal a sa place parmi les cinq fils survivants de René II. Dans les écrits de Nicolas Volcyr, dont l’effort spéculatif néoplatonicien et hermétique est la grande nouveauté intellectuelle du règne du duc Antoine, les cinq frères, Antoine, Jean, Claude, premier duc de Guise, Louis et François sont exaltés au point de former un « quinternier » mystique appuyé par la cabale chrétienne qui n’est pas sans rappeler les constructions symboliques élaborées pour François Ier par le cordelier Jean Thenaud.4

  • 5 Le Mécénat et l’influence des Guises, p. 13. Conférence inaugurale. (Voir note 1).
  • 6 Ibid.

7Leur aïeul, le roi René, avait été le dernier des grands Angevins, et il convient d’insister sur cet héritage angevin, origine dans la maison de Lorraine de « la tradition du prince éclairé, nourrie des fréquentations italiennes et des ambitions dynastiques développées par la famille en Occident »5. Leur père, vainqueur du Téméraire vingt-et-un ans plus tôt, apparaît quant à lui comme « le premier des grands Lorrains », selon l’expression de Jean-Pierre Babelon. Son activité « s’inscrit, comme celle, abolie désormais, de Charles de Bourgogne, dans les terres de Lotharingie si propices aux relations privilégiées avec l’Italie. »6

  • 7 B. Ardura, Nicolas Psaume (1518-1575), évêque et comte de Verdun. L’idéal pastoral du concile de Tr (...)

8Jean était encore en ses enfances et maillots lorsqu’une bulle du pape Alexandre VI le désigna comme coadjuteur de son grand-oncle Henri de Vaudémont, évêque de Metz, à condition qu’il n’exerçât effectivement ces fonctions qu’à sa vingtième année, et il fut en effet pourvu de l’évêché de Metz en 1518. Il n’avait pas neuf ans quand son père demanda à l’évêque de Toul Hugues des Hazards de le prendre comme coadjuteur, et bientôt, il se trouva à la tête de onze archevêchés ou évêchés (Metz, Toul, Die et Valence, Thérouanne, Verdun, Narbonne, Reims, Albi, Lyon, Agen, Nantes) et de presque autant d’abbayes (Fécamp, Cluny, Saint-Jean-de-Laon, Saint-Germer, Saint-Médard-de-Soissons, Marmoutier, Saint-Ouen-de-Rouen, Saint-Mansuy-les-Toul). Il était difficile de mieux représenter que par ce cumul de bénéfices les abus contre lesquels s’élevaient Luther et ses disciples. De son fardeau pastoral, Jean de Lorraine, en digne rejeton d’une maison princière, sut se charger légèrement, en résignant plusieurs de ses diocèses sans que cela l’empêchât de tenir son rang. Son choix se porta alors sur des hommes dévoués à sa famille, voire à l’un de ses parents, comme son neveu Nicolas, fils du duc Antoine, résignataire à Metz et à Verdun jusqu’à ce qu’il abdiquât en 1548. On est frappé par son discernement quand il nomme à Toul Hector d’Ailly, un ecclésiastique de haute culture, et à Verdun Nicolas Psaume, l’un des grands prélats réformateurs du XVIe siècle7.

  • 8 A. Collignon, op. cit., p. 14.

9Dès l’entrevue avec le pape Léon X à Bologne en 1515, François Ier avait demandé pour Jean de Lorraine le chapeau de cardinal. En 1518, Léon X le créa cardinal diacre au titre de Saint-Onuphre et légat pour toute la Lorraine, le duché de Bar et les Trois-Évêchés. Puis en 1521, il l’engagea à venir à Rome en le complimentant pour sa science et toutes les belles qualités de son esprit, ajoutant qu’elles n’étaient pas moins connues à Rome que son illustre naissance8. Le jeune prélat, pour financer son voyage, engagea aussitôt au duc Antoine diverses terres de l’évêché de Metz.

  • 9 Frizon, Gallia purpurata, Paris, Simon Le Moine, 1638, p. 568.
  • 10 Carmina, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1557, f° 5. Cit. par A. Collignon, p. 17.
  • 11 Cité par A. Collignon, p. 19.
  • 12 Sur la pompe funèbre de Jean de Lorraine, voir E. du Boullay, Le catholicque enterrement de feu Mon (...)

10C’est en France, dans l’entourage de François Ier, auprès duquel il jouit comme son frère Claude d’un crédit souligné par tous les contemporains, que se déroula la plus grande partie de son existence. Le roi l’introduisit au Conseil des Affaires et le mêla à ses délibérations les plus privées ; il l’appréciait tellement pour « son affabilité, sa prudence et ses autres brillantes qualités que jamais il ne repoussa aucune de ses requêtes »9. Les ambassadeurs vénitiens remarquèrent cette confiance particulière que lui témoignait le roi. Le cardinal se trouvait avec lui sur un pied de familiarité très grande, l’accompagnant dans tous ses déplacements, figurant auprès de lui dans les fêtes, les entrées et les cérémonies, très présent dans les moments de crise, comme au moment de l’affaire des placards (1535), lors de la mort brutale du dauphin François (1536). Il était avec lui lors des entrevues avec Henry VIII au Camp du Drap d’or (1520) et à Boulogne-sur-Mer (1532). Il se tenait aux côtés du roi et de la reine le 1er janvier 1540 pour assister à l’entrée solennelle de l’empereur à Paris. Dans un poème en l’honneur du cardinal, son conseiller et premier secrétaire pendant treize années, Louis Des Masures, rappelle à quel point son protecteur fut durant toute sa vie proche du roi, « marchant toujours du même pas que le grand François, parmi les villes de France et les demeures royales [per medias Gallorum urbes et Regia tecta] »10. Le roi pour qui le cardinal était, selon l’expression de l’amiral Chabot, « un compagnon de cœur »11, lui confia plusieurs missions diplomatiques délicates, notamment des négociations de paix avec Charles-Quint. S’il tomba dans une disgrâce toute relative à la fin du règne de François, il retrouva son crédit auprès d’Henri II, jusqu’en 1550, date de sa mort qui suivit de très peu celle de son frère12.

  • 13 Jean-Pierre Babelon écrit : « La famille de Guise bénéficie, avec une étonnante continuité, de la t (...)
  • 14 Voir par exemple l’ouvrage célèbre de N. Boucher, La conjonction des lettres et des armes des deux (...)

11Avec son frère Claude, compagnon des campagnes militaires de Français Ier, il prépare la voie, pour la génération suivante des Guises, plus fameuse et plus ambitieuse, à l’image de la paire difficilement dissociable du grand capitaine et du prélat diplomate et protecteur des arts, qui séjourne fréquemment en Italie13. Le thème de la « conjonction des lettres et des armes » court en filigrane de la célébration du cardinal Charles et du duc François14. Telle est la vision, exacte et efficace, que fixa très tôt la littérature encomiastique et que reprit abondamment l’historiographie.

  • 15 Voir L. Pinvert, Lazare de Baïf. 1496 ( ?)-1547, Paris, A. Fontemoing, 1900, p. 55-57.
  • 16 Cité par A. Collignon, p. 43.
  • 17 L. Des Masures, Chant pastoral sur le partement de France, et la bienvenue en Lorraine, de Monseign (...)
  • 18 Id., p. 54.

12Moins bien étudié que son mécénat musical, le mécénat de Jean de Lorraine à l’endroit des humanistes, des prosateurs et poètes français, italiens et néo-latins a cependant été très bien décrit ; l’on y rencontre les noms d’Érasme, d’Étienne Dolet, du jeune Jean Dorat, de Clément Marot, de Guillaume Postel, de Louis des Masures qui mène à bien grâce à lui sa traduction de l’Énéide, de Corneille Agrippa, du Génois Agostino Giustiniani, accueilli en Lorraine par le duc et son frère en 1519, à la veille de la publication à Paris de sa traduction du Timée. Ou encore Nicolas Sophianos, un jeune philologue grec formé à Rome qui tâche d’intéresser le cardinal à son projet de propagation du grec moderne comme langue universelle. Lazare de Baïf, qui fut à son service et lui dut son ambassade à Venise (1529-1534)15 d’où il lui signalait les manuscrits grecs qui pouvaient enrichir la bibliothèque du roi, évoque la bonté du cardinal, son obligeance, son extrême habileté dans la fréquentation de la cour, sa générosité envers le « corps des lettrés et des savants dont [il s’est] fait spontanément le Mécène »16. Nombre de panégyriques en effet célèbrent « le bon pasteur Janot, Janot au grand chapeau »17 comme bienfaiteur des écrivains, goûtant les petits présents littéraires. Baïf l’entretient de ses travaux, une traduction de Plutarque par exemple, et surtout, en novembre 1531, il lui envoie un livre d’architecture, qui est malheureusement perdu : « Monseigneur je vous envoye aussi ung petit volume que j’ay faict de architecture avecques l’ayde de ung tres bon architecte qui est de ceste ville affin que vostre bon plaisir soyt de la montrer au Roy esperant que Sa Majesté y prendra quelque peu de passetemps »18.

13Le cardinal du Bellay lui dédie quelques poésies latines, surtout après 1547. Mais si Jean de Lorraine apparaît comme un protecteur opulent du mouvement littéraire et érudit, dont la puissance attire les quémandeurs de toute sorte, y compris les plus vénaux comme l’Arétin, il n’est nullement à la hauteur de Jean du Bellay quant à la passion de bâtir, se contentant de décorer et meubler somptueusement l’hôtel de Cluny. Il n’est pas sûr qu’il ait rêvé d’un « paradis de delices » comparable à Saint-Maur, bien que l’on puisse se demander quel fut son rôle dans l’expression de la magnificence de sa famille au château d’En-Bas à Joinville et dans la formation du goût de son neveu Charles, qui acheta Meudon deux ans après sa mort.

14Ses liens avec les artistes sont repérables grâce à des sources très ténues qui méritent l’attention. Ainsi Bonaventure des Périers décrit-il une fête donnée en 1539 à l’abbaye bénédictine de l’Île-Barbe, située à peu de distance de Lyon, sur la Saône. Tous les ans, le 15 mai, l’abbaye célébrait son patron Saint Martin par une fête offerte par l’abbé. Cette année-là, la magnificence fut portée à son comble grâce à la « main lorraine » :

La main lorraine,
Humaine,
Met cy son Chappeau muny
De grosse
Pesante Crosse
Prinse en son noble Cluny.
Ou es tu
Prince en vertu
Tant parfaict  ? Soixante mille
Seront tesmoings
(Pour le moins)
de l’honneur de ta Famille. […]

  • 19 La Rochetaillée, village à 8 km de Lyon.
  • 20 Recueil des Œuvres de feu Bonaventure des Periers, Vallet de Chambre de Treschretienne Princesse Ma (...)

La voye approche
La Roche19,
Place de grand’propreté,
Just digne,
Francoys insigne
Y avez vous point esté  ?20

  • 21 Voir cat. exp. L’École de Fontainebleau, Paris, 1972, n° 159. Dessin représentant la Vierge, reine (...)

15Dans « Just digne » et « Françoys insigne », il est tentant de reconnaître respectivement Jean Juste, un membre de la famille des sculpteurs florentins des Giusti, l’auteur à Saint-Denis du monument funéraire de Louis XII et d’Anne de Bretagne, et le Primatice21.

  • 22 E. A. Carroll, Rosso Fiorentino. Drawings, Prints, and Decorative Arts, Washington, National Galler (...)

16La commande la plus significative à un artiste de l’école de Fontainebleau est un grand dessin du Rosso présenté au cardinal vers 1533-1534 publié par Eugene Carroll en 1975, conservé à Oxford (Christ Church Picture Gallery). Identifié grâce aux armoiries du cardinal, il représente l’une des « visions » de Pétrarque et reproduit la première stance de la canzone sur la mort de Laure, dont la découverte de la tombe venait tout juste de fasciner François Ier. Carroll avait d’abord pensé qu’il s’agissait d’un projet pour un décor peint, mais hésitait à cause de la longue inscription, avant de s’arrêter à un cycle de tapisseries22. Quoi qu’il en soit, ce dessin témoigne avec éclat de la curiosité active du cardinal pour les nouveautés, dont il existe tant de preuves dans l’éloquence de ses protégés et si peu de traces positives.

  • 23 « Les Guise sous la plume ‘mordante et caressante’ de Paolo Giovio (1515-1552) », Joinville et les (...)

17Nous avions naguère cherché les lettres au cardinal Jean, ou relatives à lui, dans la correspondance de Paolo Giovio. L’évêque de Nocera, qui soupira en vain après la pourpre, s’était vu promettre par le prélat lorrain une « royale, exquise et publique pension » de 1 000 francs, payable à Lyon chez un agent des Strozzi. De 1535 à sa mort en 1552, Giovio réclama inlassablement sa pensionnetta, ne cessant de titiller désagréablement le descendant hypothétique de Godefroy de Bouillon et surtout son secrétaire l’évêque de Toul Toussaint d’Hocédy, « questo coglione »23. Plaintes et réclamations ont pour toile de fond la passion du collectionneur qui constituait dans sa « Villa Pliniana » de Côme sa fameuse galerie de portraits. Dès 1522, Jean lui promettait de lui envoyer un portrait du roi ; de son côté, Giovio lui fit parvenir les portraits fidèles de Barberousse et du Bey de Tunis. On échangeait aussi des médailles antiques. Giovio, vantant les curiosités d’humaniste et d’antiquaire du prélat, lui offrit une médaille de Syracuse, très belle, assurait-il, qui lui venait d’Alfonsina de Médicis. Il y ajouta d’autres médailles trouvées dans une vigna de Palestrina, et il est encore question dans cette correspondance d’une pierre rare trouvée en Égypte, un ammochrysus donné au cardinal par Clément VII, que Léon X avait quelque temps portée en bague et à laquelle on attribuait des vertus talismaniques.

  • 24 Voir François de Rosières, Stemmatum Lotharingiae…, Paris, Guillaume Chaudière, 1580, f° 346.

18Le cardinal Jean, qui avait été ambassadeur à Rome dès 1517, s’était en quelque sorte spécialisé dans la diplomatie italienne et surtout les relations avec la papauté. Au conclave de 1534, il eut un rôle de premier plan parmi les cardinaux français ; grâce à son influence, il favorisa l’élection d’Alexandre Farnèse24. Il suivait avec intérêt l’actualité diplomatique en Italie.

  • 25 Dans sa maisonnée, on trouve par exemple le Ferrarais Alfonso Fieschi (Collection des ordonnances d (...)
  • 26 R. Cooper, « Le rêve italien des premiers Guises », Le Mécénat et l’influence des Guises, p. 120-12 (...)

19Ses intérêts artistiques dans la Péninsule, où le cercle de ses protégés mériterait d’être mieux connu25, excédaient les échanges de présents dont témoigne la correspondance de Paolo Giovio. Ses agents lui procuraient des antiquités depuis Rome, collections qui passèrent à son neveu le cardinal Charles – il lui fit obtenir le chapeau de cardinal en 1547 - qui les installa à Meudon. Le faible écho rencontré par cette activité dans l’historiographie tient au goût de Jean pour un faste trop insouciant. Ceux qui le courtisaient le savaient bien, dont il déçut souvent la confiance, comme Niccolo Martelli qui lui dédie le manuscrit des 51 sonnets de ses Rime toscane et par Gabriele Simeoni qui lui rappelèrent vainement ses promesses26.

  • 27 Les cadets de René II firent leur entrée en scène au moment où furent publiées les premières généal (...)

20Cependant, nous pouvons essayer à présent de déplacer le point de vue et d’envisager le rôle du cardinal, non pas exclusivement du côté de la cour de France et de l’Italie, mais dans la perspective du « quinternier » des fils du duc René II, en tenant compte de la volonté politique de la maison de Lorraine et de son sens de la continuité de la lignée, des légitimations historiques et légendaires qu’elle ne cessait de fortifier et qui s’amplifièrent justement à l’époque où Jean arriva aux affaires27 ; elles coïncidèrent dans les duchés avec des innovations artistiques remarquables.

  • 28 A. Collignon, op. cit., p. 25-26. À plusieurs reprises, l’achat d’un poisson pour la table ducale r (...)
  • 29 Voir nos Emblèmes et pensée figurée en Lorraine…, I.
  • 30 Rusticiados libri sex…, Metz, Jean Palier, 1548. Traduction par F.-R. Dupeux, La Rusticiade ou la G (...)

21Le cardinal fit tout naturellement bénéficier son aîné le duc Antoine de l’influence qu’il avait à la cour de France et à Rome – quoiqu’avec un succès plus inégal. Lorsqu’il n’était pas en France ou en Italie, il séjourna assez souvent en Lorraine, comme permet de le vérifier avec une assez grande précision la comptabilité ducale à Nancy et à Bar28. Les deux frères étaient très proches. Nous les voyons travailler ensemble à l’élection de François Ier à l’Empire et à la poursuite d’une politique favorable à la France dans les Trois-Évêchés, qui aboutit deux ans après la mort du cardinal à leur incorporation dans le royaume. Jean de Lorraine est ainsi dans l’histoire du diocèse de Verdun le premier comte-évêque à refuser ou négliger de faire allégeance à l’empereur. Les deux frères sont ensemble sur les champs de bataille de la guerre contre les Rustauds en 1525, épisode sanglant que l’on s’empressa d’orner d’une signification providentielle comparable à celle des deux autres grands moments de la geste lorraine, la prise de Jérusalem par Godefroy de Bouillon, ancêtre présumé de la lignée, et la bataille de Nancy29. Le cardinal apparaît à plusieurs reprises dans la Rusticiade, une épopée latine émaillée de références empruntées à l’histoire et à la fable païennes, que fit publier en 1548 un chanoine de Saint-Dié, Laurent Pillard, ou Pilladus30. Saint-Dié était fameuse par le cénacle humaniste du Gymnase vosgien, académie fondée grâce à la protection de René II, qui regroupait le chapitre, des laïcs et des correspondants. Si nous examinons les passages où Pillard met en scène le cardinal, se dessine une silhouette évidemment déformée par l’amplification rhétorique qui a découragé les lecteurs modernes, mais qui a l’intérêt de commencer à donner une existence au personnage.

  • 31 Cité par A. Collignon, p. 132-133.
  • 32 La Vie de Benvenuto Cellini écrite par lui-même (1500-1571) Nouvelle traduction sous la direction d (...)

22Au livre II, Jean, qui a contribué financièrement à la campagne de son frère, vient d’arriver à Nancy. Pillard brosse un portrait dithyrambique du cardinal, dans lequel il faut faire la part de l’exagération conventionnelle, mais qui nous introduit à une connaissance plus subtile qu’il ne paraît de sa personnalité. Jean est remarquable par sa bonté, son équité, son jugement et sa modération  ; il hait la vengeance et l’envie  ; il brille par son habileté diplomatique, ses manières affables. Sa libéralité, son goût du luxe, particulièrement des vases et statues en métal précieux, sont connus  ; il « recherche partout le beau […] Il est généreux et fait largesse à tous de ses richesses  ; sa cassette, bien remplie, est toujours ouverte pour la docte Minerve. L’argent ciselé brille partout chez lui et nulle serrure d’airain ne le tient enfermé »31. De ce goût pour le luxe dispendieux de l’orfèvrerie, rend aussi compte tel témoignage plus célèbre, avantageux et imprécis de Benvenuto Cellini, que le document lorrain vient donc utilement corroborer. On se souvient en effet que Cellini raconte comment il exécuta un petit vase d’argent doré à la demande de la duchesse d’Étampes, mais que celle-ci lui fit faire si longtemps antichambre quand il le présenta qu’il l’offrit incontinent au cardinal de Lorraine, qui le força à se faire compter cent d’écus d’or pour son travail32.

  • 33 Une précieuse notation de Pillard, peu remarquée, concerne les ex-voto de cire que les princes dépo (...)
  • 34 IN MANIBVS TVIS SORTES MEAE (Ps. 30).

23Au livre II encore, Pillard nous montre le cardinal en prière dans la célèbre église de pèlerinage de Saint-Nicolas-de-Port33, implorant l’intercession de saint Nicolas en ces termes : « En récompense de ta vie si méritoire, le Christ qui, du haut des cieux, envoie la fécondité à nos champs, aime à se servir de toi pour répandre ses bienfaits, comme le fils de Latone se plaît à faire passer sa brillante lumière à travers le verre transparent ». La grâce que dispense le Christ comparé à Apollon est manifestée par sa réfraction au travers de la vertu d’intercession de l’évêque de Myre, comparée à une verrière ; le poème ne dit pas s’il s’agit de verre blanc ou d’un vitrail coloré et historié, mais il célèbre le verre, richesse et singularité du duché de Lorraine – non le cristal, malgré sa plus forte valence symbolique ! L’historiographe du duc Antoine, Nicolas Volcyr, n’exagérait sûrement pas quand il écrivait en 1530 : « L’on besongne audit pays en matiere de voirres si ingenieusement et en tant de sortes, avec apposition de couleurs diverses et ymages, pourtraitz, figures et blazons, que bien long seroit a racompter ». Pillard nous montre le cardinal, certainement agenouillé sous un vitrail avec ses propres armes et sa devise, priant un saint évêque et méditant sur le symbole de la transparence du verre. Le duc et sa famille avaient largement contribué à la décoration de l’église dont la reconstruction avait commencé au lendemain de la bataille de Nancy. On doit à leur générosité les vitraux de l’abside, de la façade et quatre autres verrières au moins, toutes réalisées avant 1540 ; les armes du cardinal se voient dans une baie et la grande rose de la façade  ; dans l’absidiole méridionale se retrouve seulement un fragment de sa devise (TVIS SORTE34). Il subsiste encore au Musée lorrain deux panneaux circulaires provenant de Saint-Nicolas-de-Port, avec les armes de Jean de Lorraine, non surmontées du chapeau cardinalice et donc antérieures à 1518 ; dans l’un, elles sont entourées d’une couronne de laurier, dans l’autre portées par deux diacres.

  • 35 Sur les vitraux assez nombreux aux armes de Jean de Lorraine, le représentant ou commandés par ses (...)
  • 36 Un vitrail provenant d’Autrey est à Epinal, Musée départemental des Vosges. Il y figure les armes d (...)
  • 37 Par exemple Varangéville dont Jean de Lorraine fur prieur de 1508 à 1545. Vers 1518, le cardinal et (...)
  • 38 Il faut ici penser à la chapelle des Princes à la collégiale Sainte-Maxe.
  • 39 Cliché  : aquarelle de M. Stein, 1904.
  • 40 M. Hérold, Le vitrail…, p. 254, 265. Les vitraux aux armes du cardinal sont posés en 1521, et leurs (...)

24En Lorraine, les traces les plus sûres du mécénat de Jean de Lorraine, en l’état actuel des recherches, nous sont procurées par le vitrail, grâce à ses armoiries35. Elles attestent bien sûr la participation du cardinal à la décoration des édifices. Elles coïncident aussi avec des constructions ecclésiastiques très significatives des diocèses de Toul, de Verdun et de Metz, et il ne peut y avoir là un complet hasard, même si Jean ne résidait pas et que beaucoup d’initiatives reviennent aux chapitres. Est-il suffisant de se rappeler qu’une abbaye comme Notre-Dame-d’Autrey dépend d’un évêché au temporel, d’un autre au spirituel, et que tous les deux sont sous la coupe du cardinal tandis que l’abbé est l’un de ses agents, pour affirmer que le prélat joua un rôle dans une construction qu’ornent des vitraux avec ses armes et sa devise36 ? L’hypothèse mérite d’être étudiée : ses épiscopats se situent dans la période de l’achèvement des grands chantiers des cathédrales de Toul et de Metz, de reconstructions importantes37 et de l’accueil des formes de la Renaissance classique dans les capitales, Nancy et Bar38. Et ce n’est certes pas l’unité des styles qui prévaut entre 1520 et 1550  : si l’on observe des innovations très pures, comme à la chapelle des Évêques de Toul (1532-1539)39 ou à la chapelle de Tous-les-Saints du chanoine Jean Forget (1549) dont la coupole est une réplique en miniature des grands dômes de la Renaissance italienne, de grandes réalisations continuent un gothique tardif ou des solutions de transition. Les vitraux peuvent aussi constituer des marques autonomes de générosité, d’une grande signification toutefois. À la chapelle des Cordeliers de Nancy, où le cardinal fut inhumé auprès de ses ancêtres, le don d’un vitrail le représentant avec son patron saint Jean-Baptiste relève de l’embellissement du sanctuaire élu par les ducs pour leur sépulture. Les verrières du chœur de la cathédrale de Metz ont été commandées par le cardinal à Valentin Bousch, ce verrier proche de l’art rhénan, déjà actif à Saint-Nicolas, qui possédait à sa mort des gravures de Dürer et des « portraictures d’Italie » ; en 1518, dès qu’il prend possession de l’évêché, Jean de Lorraine le fait recevoir maître-verrier de la cathédrale grâce à l’intermédiaire de Martin Pinguet, archidiacre de Vic, originaire de Tours, agent très actif de l’achèvement de la cathédrale, qu’il bénéficie des libéralités du cardinal40. Sans entrer dans le détail de ses ouvrages à Metz, notons en 1534, l’installation dans le chœur d’une baie où l’on voit un Christ ressuscité dont les réminiscences michelangelesques ne trompent guère sur la culture des commanditaires. C’est pourquoi il est important de reconsidérer les œuvres dans la perspective du mécénat, de la volonté artistique, et aussi des hommes et des circuits qui permettent de la mener à bonne fin.

  • 41 Cité par A. Collignon, p. 41-42.
  • 42 Cité par A. Collignon, p. 135.

25La Rusticiade fait encore réapparaître le cardinal au livre III, dans la résidence épiscopale de Vic, avec dans sa suite Lazare de Baïf, « célèbre par de nombreux talents […] soutien des Muses, riche de nombreuses vertus »41. Au livre V, Saverne est prise, les chefs du soulèvement ont été tués, et l’on délibère afin de décider si l’armée doit « nettoyer » le pays de ses rebelles. Jean prend alors la parole pour imposer la clémence. Pillard lui prête cette élégante parabole musicale : « L’habile joueur de lyre n’enlève pas tout de suite et ne rejette pas de son instrument d’ivoire la corde dissonante  : son art lui apprend à la détendre quand elle est trop raide, ou, si elle est trop lâche, son doigt la retend. Que le prince se garde donc d’exterminer sans sursis les coupables ; qu’il leur permette de venir à résipiscence. C’est ainsi que Dieu attend que le temps de la moisson arrive, et, clément jusque dans sa colère, ne frappe pas toujours les pécheurs »42.

26Ce trait contraste avec la réputation d’âpreté et d’intolérance qui s’attache à la mémoire de son neveu le « grand cardinal ». Bien que cela nous éloigne de notre sujet, il convient de mentionner ici la position prudente et mesurée de Jean à l’égard de la Réforme protestante. Ce qui prévaut chez lui, c’est le souci de la concorde dans l’Église, qui le rapproche de son ami le cardinal Jacques Sadolet. D’où sa bienveillance et sa générosité à l’égard des principaux humanistes de sa génération. Érasme loue la piété éclairée du prélat, que la pureté très relative de ses mœurs n’empêche pas d’être un lecteur assidu des Évangiles et de saint Paul. L’épisode de Saverne eut lieu précisément à l’époque de ses échanges avec Érasme, entre 1522 et 1528, lorsque l’humaniste songeait à venir demeurer en France et cherchait à consolider son crédit auprès du cardinal. Mais les œuvres d’art ne restent pas absentes de leurs échanges  ; en remerciement de la dédicace d’un ouvrage, Jean lui fait présent de vases, ou plutôt les lui promet, car la dernière épître d’Érasme est pour lui rappeler avec esprit son retard, attribuable sans doute à la distraction d’un intendant ou au peu de parole d’un orfèvre.

  • 43 Milan. Bronze, diam. 5,1 cm. Washington, National Gallery, Samuel H. Kress Collection, 1957.14.1017 (...)
  • 44 IX, 641. Apollon s’adresse à Iule vainqueur  : « Déploie ta vaillance neuve, mon enfant : c’est ain (...)
  • 45 Pierio Valeriano lui consacre – sans mentionner la devise du cardinal - quelques pages du livre LI (...)
  • 46 Rome, Antonio Barre.
  • 47 La pyramide à laquelle s’enroule le lierre avec le motto PRINCIPVM OPES, PLEBIS ADMINICVLA (La pros (...)
  • 48 Le Christ est le soutien irréfragable du croyant. Voir Gabrielis Rollenhagii selectorum Emblematum (...)
  • 49 Dépendance à l’égard de l’aimé. Cf. D. Heinsius, Het ambacht Van Cupido […] Door Theocritum à Ganda(...)
  • 50 Devises héroïques par M. Claude Paradin chanoine de Beaujeu, Lyon, Jean de Tournes et Guilaume Gaze (...)
  • 51 Devises héroïques par M. Cl. Paradin chanoine de Beaujeu, Lyon, Jean de Tournes et Guilaume Gazeau, (...)
  • 52 Id., p. 5.

27C’est vers l’art d’orfèvrerie que nous ramène une médaille43 de Jean de Lorraine avec pour âme la devise SIC ITVR AD ASTRA (C’est ainsi que l’on s’immortalise), tirée de l’Énéide44 et pour corps la Prudence et un dragon à ses pieds. On connaît mieux la fameuse devise plus tardive TE STANTE VIREBO (Me tenant à toi, je croîtrai) avec l’obélisque et le lierre tenace45, qui eut quelques applications architecturales, notamment à Saint-Nicolas-de-Port et à Saint-Michel de Dijon. Elle fut ignorée par Paolo Giovio dans son Dialogo dell’imprese militari e amorose, composé en 1551 et publié en 155546, mais par la suite plusieurs auteurs la citèrent et la transformèrent, d’abord en emblème politique47, puis en emblème chrétien48 et même en emblème d’amour49. Claude Paradin ne l’avait pas introduite pas dans ses Devises héroïques de 155150 mais elle se trouve dans l’édition de 155751, enrichie d’additions nombreuses et de commentaires, et dans laquelle il déclare avoir « employé quelque peu de tems, à mettre un petit nombre desdites Devises par memoire : à savoir d’aucunes jadis portees par les Antiques, autres par les souvereins Princes, Prelats, & grans Seigneurs modernes, & le reste tiré e partie des histoires & gestes memorables tant des unes que des autres »52. S’il faut l’en croire, il y a peu de temps qu’il a vu la devise du cardinal, dont voici la suscriptio :

Entrant dernièrement Monsieur le R. Cardinal de Lorreine en son Abaye de Cluny, estoit eslevee au portal d’icelle sa Devise, qui est une pyramide, avec le Croissant au dessus  : environnee du bas jusques en haut, d’un beau Lierre verdoyant. Et le tout acompagné, de l’inscripcion qui sensuit  :

Quel Memphien miracle se haussant
Porte du ciel l’argentine lumiere,
Laquelle va (tant qu’elle soir entiere
En sa rondeur) tousiours tousiours croissant  ?

  • 53 Id., p. 72-73.

Quel sacre saint Liërre grauissant
Iusqu’au plus haut de cette sime fiere,
De son apui (ô nouvelle maniere)
Se fait l’apui, plus en plus verdissant  ?
Soit notre Roy la grande Pyramide  :
Dont la hauteur en sa force solide
Le terme au ciel plante de sa victoire  :
Prince Prelat tu sois le saint Liërre,
Qui saintement abandonnant la terre
De ton soutien vas soutenant la gloire53.

  • 54 Symbolorum & Emblematum ex re herbaria desumtorum centuria une collecta a Ioachimo Camerario Medico (...)

28Près d’un demi-siècle plus tard, la devise du cardinal n’était pas oubliée. Joachim Camerarius54, qui l’avait peut-être relevée chez Paradin l’introduisit dans la première partie consacrée à la flore de son encyclopédie symbolique ornée d’une exégèse moderne. Il l’accompagne de ce distique à portée générale : « Ne vois-tu pas le support qu’offre la pyramide au lierre qui s’élève ? Ainsi la piété maintient la faveur divine. » Puis il explique avec beaucoup d’à-propos : le cardinal ajouta à sa devise le croissant de lune d’Henri II pour signifier combien celui-ci le soutenait, qu’il ne tendait vers la félicité qu’autant que son maître était florissant. Sur les plantes à feuillage persistant, le temps n’exerce aucune atteinte, seules les causes extérieures peuvent les affecter.

  • 55 J. Typotius, dans sa grande compilation, attribue à tort la devise TE STANTE VIREBO à « Claude de G (...)

29À sa première impresa humaniste, parée de prestiges virgiliens mais déclarative à l’excès, le cardinal Jean avait ainsi substitué une réflexion sur le service du Prince et sur le temps historique, assez générale pour bientôt glisser dans le domaine moins personnel de l’emblème55. L’obélisque, la fabrique la plus vénérable de la vetustas, resterait quasiment seule à soutenir sa gloire jusqu’au XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Le Mécénat et l’influence des Guises. Actes du Colloque organisé par le Centre de Recherche sur la Littérature de la Renaissance de l’Université de Reims et tenu à Joinville du 31 mai au 4 juin 1994. Études réunies par Y. Bellenger (Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance ; IX), Paris, H. Champion, 1997. Sur la situation et l’influence du cardinal Jean à la cour de France, voir en dernier lieu : C. Michon, « Les richesses de la faveur à la Renaissance : Jean de Lorraine (1498-1550) et François Ier », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2003, 3, p. 34-61. On consultera par ailleurs Ch. Berton, Dictionnaire des cardinaux, contenant des notions générales sur le cardinalat, Paris, J.-P. Migne, 1857  ; L. Cardella, Memorie storiche de’ cardinali della Santa Romana Chiesa, Rome, Stamperia Pagliarini, 1793, IV, p. 74-76 ; A. Chacón, Vitæ, et res gestæ Pontificvm Romanorum et S. R. E. Cardinalivm ab initio nascentis Ecclesiæ vsque ad Vrbanvm VIII. Pont. Max., 2 volumes, Rome, Typis Vaticanis, 1630, II, col. 1430-1431  ; A. Collignon, Le mécénat du Cardinal Jean de Lorraine (1498-1550), Paris, Berger-Levrault, 1910 (Annales de l’Est ; 24e année, fasc. 2) ; C. Eubel et G. van Gulik, Hierarchia Catholica Medii et Recientoris Aevi, Munich : Sumptibus et Typis Librariae Regensbergianae, 1935 ; H. Fisquet, La France pontificale (Gallia Christiana) : histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l’établissement du Christianisme jusqu’à nos jours, divisée en 18 provinces ecclésiastiques. 21 vols., Paris, E. Repos, 1864-1874.

2 Paris, Berger-Levrault, 1910 (Annales de l’Est, 24e année, fasc. 2).

3 Par exemple H. de Laporte, « Jean de Guise, cardinal de Lorraine », dans Michaud, Biographie universelle, 1857, t. 18, p. 224 ; F. Hoefer, « Guise (Jean de Lorraine, dit de) », Nouvelle biographie générale, 1858, t. 22, col. 774-775. Voir l’utile révision de cette question par M. Pernot, « Les Guise  : une mise au point », Annales de l’Est, 1990, 2, p. 83.

4 N. Volcyr de Serrouville, Cronicque abregee par petits vers huytauns des Empereurs Roys et Duvz Daustrasie : Avecques le Quinternier et singularitez du Parc d’honneur, Paris, Didier Maheu, s. d. [1530]. Cet ouvrage avait été préparé une dizaine d’années plus tôt. Nous en avons analysé le contenu et les intentions dans Emblèmes et pensée symbolique en Lorraine (1525-1633), Paris, Klincksieck, 1991, p. 89-108. La rencontre de Nicolas Volcyr et de Giulio Camillo chez le cardinal reste une hypothèse non vérifiée, mais l’effort de l’auteur lorrain pour s’inscrire dans les nouveaux courants de l’ars memorativa est une évidence que nous avons développée dans un article : « Orbis Austrasiæ. Zum Bau eines mnemonisches Ruhmmodelles am lothringischen Hofe zur Zeit des Bauernkrieges », dans Ars memorativa. Zur kultugeschichtlichen Bedeutung der Gedächtniskunst 1400-1750, publié par J.-J. Berns und W. Neuber, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1993, p. 145-153 et 424-433.

5 Le Mécénat et l’influence des Guises, p. 13. Conférence inaugurale. (Voir note 1).

6 Ibid.

7 B. Ardura, Nicolas Psaume (1518-1575), évêque et comte de Verdun. L’idéal pastoral du concile de Trente, Paris, Cerf, 1997.

8 A. Collignon, op. cit., p. 14.

9 Frizon, Gallia purpurata, Paris, Simon Le Moine, 1638, p. 568.

10 Carmina, Lyon, Jean de Tournes et Guillaume Gazeau, 1557, f° 5. Cit. par A. Collignon, p. 17.

11 Cité par A. Collignon, p. 19.

12 Sur la pompe funèbre de Jean de Lorraine, voir E. du Boullay, Le catholicque enterrement de feu Monsieur le reverendissime et illustrissime Jean, Cardinal de Lorraine, légat ès pays de Lorraine, Paris, J. Allier et L. Grenet, 1550. Sur un marché passé à Paris avec Dominique Florentin pour la fonte en bronze d’une statue du cardinal (10 décembre 1555), voir M. Roy, dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1910, p. 121-124.

13 Jean-Pierre Babelon écrit : « La famille de Guise bénéficie, avec une étonnante continuité, de la trinité efficace qui permet à chaque génération de réaliser tout son programme : l’homme de guerre qui accomplit des actions d’éclat et jouit des faveurs du prince, l’épouse fidèle et énergique qui maintient la spiritualité familiale et assure l’intendance, le prélat enfin, prince de l’Église puissant, riche, influent, très attaché à la continuité de la famille, et qui entretient avec les artistes et les penseurs italiens les relations privilégiées, heureusement mises à profit ». (Le Mécénat et l’influence des Guises, p. 12-13).

14 Voir par exemple l’ouvrage célèbre de N. Boucher, La conjonction des lettres et des armes des deux tres illustres princes Lorrains Charles cardinal de Lorraine Archevesque et Duc de Rheims, et François duc de Guyse, Freres, Reims, Jean de Foigny, 1579.

15 Voir L. Pinvert, Lazare de Baïf. 1496 ( ?)-1547, Paris, A. Fontemoing, 1900, p. 55-57.

16 Cité par A. Collignon, p. 43.

17 L. Des Masures, Chant pastoral sur le partement de France, et la bienvenue en Lorraine, de Monseigneur Charles Duc de Lorraine, et de Madame Claude de France son espouse, Lyon, par Jean de Tournes, 1559, p. 5.

18 Id., p. 54.

19 La Rochetaillée, village à 8 km de Lyon.

20 Recueil des Œuvres de feu Bonaventure des Periers, Vallet de Chambre de Treschretienne Princesse Marguerite de France, Royne de Navarre, Lyon, Jean de Tournes, 1544, p. 65-67. « Du voyage de Lyon à Nostre Dame de l’Isle. 1539 ».

21 Voir cat. exp. L’École de Fontainebleau, Paris, 1972, n° 159. Dessin représentant la Vierge, reine des Anges (Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, inv. 31 874), que Sylvie Béguin avait mis en relation avec la faveur du thème de saint Michel à la cour et la nomination de Jean de Lorraine comme Grand Maître de l’Ordre de Saint-Michel en 1547 ainsi que la tenue à Lyon le 29 septembre 1548 du premier chapitre qu’il présida.

22 E. A. Carroll, Rosso Fiorentino. Drawings, Prints, and Decorative Arts, Washington, National Gallery of Art, 1987, n° 67, p. 208-212.

23 « Les Guise sous la plume ‘mordante et caressante’ de Paolo Giovio (1515-1552) », Joinville et les Guises, Journées haut-marnaises d’art et d’histoire 1990, Joinville, Château du Grand-Jardin, 5 mai 1990, Les Cahiers Haut-Marnais, 1991, p. 62-69.

24 Voir François de Rosières, Stemmatum Lotharingiae…, Paris, Guillaume Chaudière, 1580, f° 346.

25 Dans sa maisonnée, on trouve par exemple le Ferrarais Alfonso Fieschi (Collection des ordonnances des rois de France. Catalogue des Actes de François Ier, Paris, Imprimerie nationale, 10 vols., 1887-1908, III, n° 8875 ; VI, n° 21242). Sur l’historiographie des commandes à Benvenuto Cellini, voir R. de Bouillé, Histoire des ducs de Guise, Paris, 1849, I, 130 ; A. Collignon, op. cit., p. 149 ; H. D. Sedgwick, The House of Guise, Londres, Lindsay Drummond, 1938, chap. IV. Cf. infra.

26 R. Cooper, « Le rêve italien des premiers Guises », Le Mécénat et l’influence des Guises, p. 120-126.

27 Les cadets de René II firent leur entrée en scène au moment où furent publiées les premières généalogies lorraines. Voir par exemple S. Champier, Le recueil ou chronique des hystoires des royaulmes d’Austrasie…, Lyon, Vincent, 1510.

28 A. Collignon, op. cit., p. 25-26. À plusieurs reprises, l’achat d’un poisson pour la table ducale révèle la présence du cardinal.

29 Voir nos Emblèmes et pensée figurée en Lorraine…, I.

30 Rusticiados libri sex…, Metz, Jean Palier, 1548. Traduction par F.-R. Dupeux, La Rusticiade ou la Guerre des Paysans en Lorraine, Nancy, 1875.

31 Cité par A. Collignon, p. 132-133.

32 La Vie de Benvenuto Cellini écrite par lui-même (1500-1571) Nouvelle traduction sous la direction d’A. Chastel, Paris, Scala, 1986, II, 23, p. 263-264.

33 Une précieuse notation de Pillard, peu remarquée, concerne les ex-voto de cire que les princes déposent dans le sanctuaire.

34 IN MANIBVS TVIS SORTES MEAE (Ps. 30).

35 Sur les vitraux assez nombreux aux armes de Jean de Lorraine, le représentant ou commandés par ses soins (cathédrale de Metz, basilique de Saint-Nicolas-de-Port, abbaye Notre-Dame d’Autrey, église de Varangéville, chapelle des Cordeliers de Nancy), voir M. Hérold, Le Vitrail en Lorraine du XIIe au XXe siècle. Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Dombasle-sur-Meurthe, 1983, p. 189, 242, 265, 297-298, 343, 363, 415.

36 Un vitrail provenant d’Autrey est à Epinal, Musée départemental des Vosges. Il y figure les armes du cardinal dans une couronne de feuillages avec la devise [IN] Manibvs TVIS SORTES MEE (M. Hérold, Le vitrail…, p. 189). La reconstruction de l’abbaye se fit entre 1537 et 1545 sous l’abbatiat de Claude Stévenet.

37 Par exemple Varangéville dont Jean de Lorraine fur prieur de 1508 à 1545. Vers 1518, le cardinal et le duc Antoine commandent à Valentin Bousch, qui demeurait alors à Saint-Nicolas, des vitraux pour les baies de l’abside, qui furent détruits en 1940 (M. Hérold, Le vitrail…, p. 363).

38 Il faut ici penser à la chapelle des Princes à la collégiale Sainte-Maxe.

39 Cliché  : aquarelle de M. Stein, 1904.

40 M. Hérold, Le vitrail…, p. 254, 265. Les vitraux aux armes du cardinal sont posés en 1521, et leurs emblèmes soulevèrent l’inquiétude des Messins. Voir tout particulièrement J.-M. Berns, Les vitraux anciens de la cathédrale de Metz. Étude d’iconographie XIIIe-XVIe siècles, multigr., Université de Metz, 1989.

41 Cité par A. Collignon, p. 41-42.

42 Cité par A. Collignon, p. 135.

43 Milan. Bronze, diam. 5,1 cm. Washington, National Gallery, Samuel H. Kress Collection, 1957.14.1017.a. Avers  : IO[annes] CAR[dinalis] LOTHORINGIAE. Voir Carolyn C. Wilson, Renaissance Small Bronze Sculpture and Associated Decorative Arts at the National Gallery of Art. Washington, 1983, 135, n° 30.

44 IX, 641. Apollon s’adresse à Iule vainqueur  : « Déploie ta vaillance neuve, mon enfant : c’est ainsi que l’on monte aux astres, fils de dieux, qui aura des dieux pour fils. » Louis des Masures avait dédié en avril 1547 sa traduction des deux premiers livres de l’Énéide.

45 Pierio Valeriano lui consacre – sans mentionner la devise du cardinal - quelques pages du livre LI de ses Hieroglyphica, sive de sacris Aegyptiorvm literis Commentarii…, Bâle, M. Isengrin, 1556.

46 Rome, Antonio Barre.

47 La pyramide à laquelle s’enroule le lierre avec le motto PRINCIPVM OPES, PLEBIS ADMINICVLA (La prospérité et la stabilité du souverain font le bonheur du peuple). Cf. Hadrianii Junii Emblemata…, Anvers, Christophe Plantin, 1555, embl. 14. Curieusement, Juan de Borja associe la pyramide et le lierre à la première devise du cardinal, SIC ITVR AD ASTRA (Empresas morales…, Prague, Jorge Nigrim, 1581, embl. 45) en l’associant à la difficulté du métier de prince, qui avec le temps et l’expérience devient aisé et rend sage celui qui l’exerce.

48 Le Christ est le soutien irréfragable du croyant. Voir Gabrielis Rollenhagii selectorum Emblematum Centuria Secunda, Utrecht, Crispin de Passe, 1613, embl. 68. « Bien que le vray Chrestien soit tousjours miserable,/Si ne nous faut-il pas perdre pourtant le cœur,/Car si longtemps que Christ sera droit en vigueur,/Nous crroitrons aveq luy en verdeur perdurable ».

49 Dépendance à l’égard de l’aimé. Cf. D. Heinsius, Het ambacht Van Cupido […] Door Theocritum à Ganda, Leyde, Jacob Marcussoon, 1615, embl. 38.

50 Devises héroïques par M. Claude Paradin chanoine de Beaujeu, Lyon, Jean de Tournes et Guilaume Gazeau, 1557.

51 Devises héroïques par M. Cl. Paradin chanoine de Beaujeu, Lyon, Jean de Tournes et Guilaume Gazeau, 1551.

52 Id., p. 5.

53 Id., p. 72-73.

54 Symbolorum & Emblematum ex re herbaria desumtorum centuria une collecta a Ioachimo Camerario Medico Norimberg…, s. l. [Nuremberg] n. n., 1590, 63, fos 64v°-65r°. « TE STANTE VIREBO Pyramidis surgentem hederam munimine cernis ? Talis stat pietas fulta favore DEI. Quanquam Hedera sit ex numero istarum plantarum, quæ nunquam folia amittunt, sicuti quoque Olea, Myrtus, Palma, Pinus, Cupressus, &c. nihilominus tamen levi momento vel propter ipsius temporis incommoditatem, vel soli imperfectionem, aut alia de caussa decrescit & interdum plane exsiccatur. Unde Cardinalis Lotharingus Pyramidem hedera vestitam, in cujus apica Luna esta apposita, quæ Regis Gallia Henrici II. Fuit symbolum, usurpavit, eo designare volens, tam diu Hederam, id est, ipsummet ad virore ac felicitate perstiturum, quousque Rex Henricus herus illius floreret, illumque instar Pyramidis sustentaret. Idque unusquisque alius fideliter ac pro viribus superiori alicui Domino inserviens, ac vicissim illius benevolentiam ac favorem experiens sibi accomodare poterit. Sed multo adhuc rectius ad verum Dei cultum & honorem transferre hæc licebit. Nam sicuti videmus hederam, vitem, lupulum salictarium, & alias hujus generis plantas, propter imbellicitatem, innixu ad arborem, palum, vel murum egere : ita persuasum esse nobis debet, nos non posse alia ratione ulla assurgere, crescere vel florere, quam accessu ad Deum Opt. Max. & gloria ejus pro viribus tuenda. […] ».

55 J. Typotius, dans sa grande compilation, attribue à tort la devise TE STANTE VIREBO à « Claude de Guise, frère du duc Charles ». (Symbola uaria Diuersorum principum Sacrosan. Ecclesiæ & Sacri Imperij Romani…, Francfort, Schönwetter, 1642, p. 6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Choné, « Jean de Lorraine (1498-1550), cardinal et mécène », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 89-104.

Référence électronique

Paulette Choné, « Jean de Lorraine (1498-1550), cardinal et mécène », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://hleno.revues.org/219

Haut de page

Auteur

Paulette Choné

Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org