Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

Philibert de l’Orme et ses cardinaux  : Marcello Cervini et Jean du Bellay

Yves Pauwels
p. 149-156

Texte intégral

1Le rôle des cardinaux, dans la problématique qui est la nôtre ici, est souvent un rôle que l’on peut dire « direct »  : par la commande ou par la collection, les prélats ont en effet personnellement contribué à la diffusion des formes nouvelles. Dans d’autres cas, leur action résulte d’un rapport personnel privilégié qu’ils ont entretenu avec tel ou tel artiste : on pense par exemple au « couple » formé par le cardinal della Rovere et Giuliano da Sangallo, le cardinal d’Armagnac et Guillaume Philandrier, le cardinal d’Este et Serlio… Cette entente entre deux hommes a pu bien évidemment être à l’origine de commandes et de réalisations. Mais souvent, elle a d’abord été un moteur pour la formation d’hommes qui, souvent simples artisans à l’origine, recevaient de leur puissant protecteur cette formation intellectuelle et humaniste indispensable à leur métamorphose en « artistes » ou, en l’occurrence, en « architecte ».

2Dans le cas de Philibert De l’Orme, il s’agit de deux cardinaux, un Italien et un Français : Marcello Cervini et Jean Du Bellay. Par l’aide intellectuelle et matérielle qu’ils ont apportée à la formation d’un jeune architecte, ils n’ont eu qu’une action indirecte sur l’évolution des formes. Notre point de vue sera donc moins celui du cardinal que celui de l’artiste ; nous essayerons moins d’évaluer l’impact immédiat, en termes de commandes passées directement à l’artiste, que d’apprécier l’influence qu’a pu avoir à plus long terme la fréquentation entre un architecte et un cardinal sur l’évolution de la culture du premier.

  • 1 Sur Cervini, voir L. Pastor, History of the Popes, Londres, 1924, VI, p. 317-356. Il possédait dans (...)
  • 2 Sur l’Accademia della Virtù, voir entre autres M. Daly-Davis, « Zum Codex Coburgensis  : Frühe Arch (...)

3Pour dire vrai, lorsque le jeune maçon lyonnais rencontre Marcello Cervini sur un champ de ruines à Rome, entre 1533 et 1536, ce dernier n’est encore qu’évêque : il ne deviendra cardinal qu’en 1539, puis, comme on le sait, éphémère pape Marcel II en 1555. Il n’en est pas moins un personnage important de la cour pontificale  ; sa famille est liée depuis longtemps aux Farnèse, et lui-même s’est vu confier par Paul III l’éducation du jeune Alexandre, futur cardinal ; sa réputation d’érudit lui avait valu en 1535 (c’est à dire au moment où il rencontre De l’Orme) d’être nommé « scriptor » à la Bibliothèque palatine. C’est en effet un véritable humaniste, pourvu d’une bibliothèque riche en livres et en manuscrits1. Dans les années ultérieures, il deviendra l’un des piliers de la politique du pape. Son intérêt pour l’architecture est réel : dans les années 1540, il sera l’un des membres de l’Accademia della Virtù, ce cénacle de savants lettrés qui s’était donné pour but l’édition du texte de Vitruve, et auquel participent Colocci, Philandrier ou encore, plus modestement, le jeune Vignole2.

4Mais nous n’en sommes pas encore là lorsque Philibert, occupé à relever l’arc « de saincte Marie nove », autrement dit l’art de Titus, rencontre le prélat. Nous avons de cet événement un récit fort circonstancié dans le Premier tome, qu’il vaut la peine de lire attentivement :

  • 3 Le premier tome de l’architecture… Paris, F. Morel, 1561, fol. 131-131v°. Le traité de Philibert es (...)

« Estant à Rome du temps de ma grande jeunesse, je mesurois les edifices & antiquitez, selon la toise & pied de Roy, ainsi qu’on faict en France. Advint un jour que mesurant l’arc triumphant de saincte Marie nove, comme plusieurs Cardinaux & Seigneurs se pourmenants visitoient les vestiges des antiquitez, & passoient par le lieu ou j’estois, le Cardinal de saincte croix lors simple Evesque seulement (mais depuis Cardinal et Pape sous le nom de Marcel, homme tresdocte en diverses sciences & mesmes en l’Architecture, en laquelle pour lors il prenoit grand plaisir, voire jusques à en ordonner & faire desseings et modelles, ainsi que puis apres il les me les monstra en son Palais) dit en son langage Romain, qu’il me vouloit cognoistre, pour autant qu’il m’avoit veu & trouvé plusieurs fois mesurant divers edifices antiques, ainsi que je faisois ordinairement avec grand labeur, frais & despens, selon ma petite portée, tant pour les eschelles & cordages, que pour faire fouiller les fondements, à fin de les cognoistre. Ce que je ne pouvois faire sans quelque nombre d’hommes qui me suyvoient, les uns pour gaigner deux Iules ou Carlins le jour, les autres pour apprendre, comme estoient ouvriers, menuisiers, scarpelins ou sculpteurs & semblables, qui désiroient cognoistre comme je faisois, et participer du fruict de ce que je mesurois. Laquelle chose donnoit plaisir audict seigneur Cardinal, voire si grand qu’il me pria estant avec un gentilhomme Romain qu’on nommoit misser Vincencio Rotholano, logeant pour lors au Palais de saint Marc, que je les voulusse aller voir, ce que je leur accorday tresvolontiers. Ledict seigneur Rotholano homme fort docte aux lettres et en l’Architecture prenoit grandissime plaisir à ce que je faisois, & pour ceste cause me monstroit, comme aussi ledit seigneur Cardinal, grand signe d’amitié. Bref apres avoir discouru avec eux de plusieurs choses d’Architecture, & entendu d’ou j’estois, il me prierent derechef de les visiter souvent audit Palais, ce que je fis. Auquel lieu ils me conseillerent entre autres choses, (apres avoir cogneu la despense que je faisois pour cercher les antiquitez, & retirer toutes choses rares et exquises en l’art d’Architecture) que je ne mesurasse plus lesdictes antiquitez selon le pied de France qui estoit [fol. 131v°] le pied de Roy, pourautant qu’il ne se trouveroit si à propos que le palme Romain, suyvant lequel on pouvoit fort bien juger des anciens edifices qui avoient esté conduicts avec iceluy plustost que avec autres mesures, & signamment avec le pied antique, me donnants lors l’un & l’autre avec leurs mesures, longueurs & divisions telles que je les vous proposeray cy apres. D’avantage ils m’enseignèrent les lieux ou je les trouvay insculptées en un marbre fort antique. L’un estoit au Camp-dolle, qui est le palais ou les Romains s’assemblent pour traicter de leurs affaires, comme lon faict en France aux maisons de ville  : & l’autre au jardin du feu Cardinal de Gady, ou je les touvay taillez & marquez en une pierre de marbre fort antique, avec plusieurs autres singularitez, & grand nombre de diverses sculptures et ornements d’Architecture, comme aussi de belles frises, fueillages, chapiteaux & corniches accompagnées d’infinies fractures & vestiges fort antiques & plusque admirables à l’œil humain  : lesquels je retiray, avec plusieurs autres, ainsi que je les pouvois trouver »3.

  • 4 H. Zerner, L’art de la Renaissance en France. L’invention du classicisme, Paris, Flammarion, 1996, (...)

5Voici, à la vérité un étrange récit. « C’est une scène originaire, un moment de révélation initiatique », écrit Henri Zerner. « Le tout jeune Français, en quête de la vraie architecture, y rencontre la science italienne qui lui révèle la voie pour atteindre à la compréhension des fragments qu’il interroge »4. Voire. Telle que De l’Orme la narre, la scène n’a rien d’initiatique. Au contraire, c’est le jeune homme qui apparaît en position de maître vis-à-vis de la foule des ouvriers romains qui l’accompagnent, « les uns pour gaigner deux Iules ou Carlins le jour, les autres pour apprendre, comme estoient ouvriers, menuisiers, scarpelins ou sculpteurs & semblables, qui désiroient cognoistre comme je faisois, et participer du fruict de ce que je mesurois ». C’est lui qui est le dispensateur de tous biens, tant matériels qu’intellectuels  ; c’est lui que sollicite le futur cardinal qui le prie « que je les voulusse aller voir, ce que je leur accorday tresvolontiers ». Les rôles sont inversés : le jeune architecte condescend presque à accepter l’invitation pressante du prélat. Et par ailleurs, l’échange des savoirs n’apparaît pas aussi évident que veut bien le dire Henri Zerner : contre une science précieuse que Philibert dispense généreusement à tout Romain qui veut bien l’accompagner, il ne reçoit qu’une initiation, importante certes mais somme toute non capitale, à l’existence des mesures antiques.

6En fait, le texte du Premier tome doit être lu avec toutes les précautions d’usage. Le De l’Orme qui parle n’est plus le jeune maçon sans renom et sans relation qui est venu à Rome à ses propres frais, « selon [s]a petite portée », mais un homme ayant atteint la cinquantaine, connu un destin exceptionnel à la cour du roi de France, et atteint par une semi disgrâce à la mort de son principal protecteur. Sa vision des choses a sans aucun doute été profondément modifiée par les années, et la réalité de ses rapports avec le cardinal Cervini a dû être toute autre. C’est aussi un homme qui a acquis une indéniable virtuosité rhétorique, et la narratio qu’il a rédigée est fondée sur un topos bien connu : celui de l’enfant savant, puer senex, dont la science en remontre aux plus expérimentés. Excellente manière de se concilier les bonnes grâces du lecteur en exorde aux développements les plus « intellectuels » de l’ouvrage, ceux qui concernent les ordres, l’antiquité et la culture vitruvienne.

  • 5 V. Hofmannn, « Philibert de L’Orme und das Schloss Anet », Architectura, 2, 1973, p. 131-152.

7En fin de compte, Henri Zerner a raison : De l’Orme a tout à apprendre de l’Italie et de Rome en particulier. Sa culture architecturale doit être celle d’un Français, très gothique encore, même si les rapports entre Lyon et l’Italie ont dû lui donner un certain vernis d’italianisme. Mais il manque de toute évidence le savoir théorique qui lui permettrait de tirer pleinement profit des découvertes et des mesures qu’il fait à Rome. Et c’est là sans doute qu’intervient Cervini. Non pas qu’il prenne le jeune homme sous sa tutelle, comme le fait Trissino pour Palladio : il n’a pas vraiment de temps à lui consacrer, et Philibert est un bien petit personnage pour monopoliser l’attention d’un homme aussi important que le futur pape. Mais il peut lui fournir un guide, en l’occurrence ce Vincenzo Rotolano que nomme Philibert, et qui ne devait pas être une personnalité de tout premier plan, pour n’avoir par ailleurs laissé aucune autre trace de son existence. Pour autant, cela a dû suffire : la protection de Cervini, concrétisée par la présence de Rotolano, a ouvert à De l’Orme les portes des chantiers des Farnèse. Même si à l’époque, celui du palais était en sommeil, notre architecte a sans doute pu le visiter et y parfaire sa culture. Surtout, il a pu accéder au milieu des Sangallo. Volker Hoffmann a déjà repéré dans l’œuvre bâtie, à Anet en particulier, la trace d’une influence sangallesque5 ; celle du palais Farnèse se lit évidemment dans la composition de l’entablement dorique mis en œuvre à l’hôtel Bullioud de Lyon, au retour d’Italie (le choix d’une corniche à denticule non vitruvienne inspirée du théâtre de Marcellus est légitimé par le modèle de la cour du palais) et dans celle, très originale, des bases ioniques des Tuileries, qui reprennent littéralement la composition de celles imaginées par Sangallo pour le second niveau de cette même cour. Par la suite, ce lien avec le milieu du palais Farnèse s’est évidemment maintenu, même après la mort de Sangallo en 1546. En témoignent les deux planches du Premier tome qui reprennent, sans les nommer, les formes des baies et de la corniche du troisième niveau de la cour (ff. 154 et 242). Il n’est pas indispensable, pour expliquer la présence de ces planches dans le traité, d’imaginer un nouveau voyage de l’architecte à Rome dans les années 1560  : les liens qu’il avait tissés grâce à Cervini ont pu lui permettre de se procurer dessins ou gravures, le tenant informé de l’actualité d’un bâtiment qu’il ne pouvait ignorer. D’une certaine façon, le cardinal a pu volens nolens conforter le goût de Philibert pour l’art michélangelesque.

  • 6 Instruction de Monsieur d’Yvry, dict de l’Orme…, cité par A. Blunt, Philibert De l’Orme, trad. fran (...)
  • 7 Y. Pauwels, « Les années d’apprentissage du jeune De L’Orme : l’hôtel Bullioud à Lyon », Bulletin M (...)

8En fait, le rôle de Cervini dans la formation de Philibert De l’Orme, pour n’être pas vraiment mesurable, n’a pas été sans importance, et son apport a évidemment dépassé celui que l’architecte vieillissant lui reconnaît. Il lui a, sans aucun doute, apporté une aide matérielle. Si Philibert a été, comme il le dit dans son Instruction, « au service du pape Paulle, à Rome où j’estoys, et avoys une belle charge à Sainct-Martin dello Bosco à la Callabre »6, c’est évidemment à la protection de Cervini qu’il le doit : on imagine mal qu’un jeune Français inconnu ait pu autrement accéder à cette charge. Mais cet apport n’est pas complet. Le cardinal n’a pas fait du jeune maçon un parfait humaniste  : comme je l’ai montré ailleurs7, la culture de l’homme qui dessine l’hôtel Bullioud en 1536 laisse apparaître de nombreuses lacunes théoriques, et le vitruvianisme des formes de ce bâtiment, pour être exceptionnel en France à son époque, n’en demeure pas moins très superficiel.

  • 8 Le terme est utilisé par de L’Orme lui-même dans son Instruction, citée note 6.

9Il faudra d’autres lectures et la fréquentation d’autres milieux pour que les leçons de Rome soient « digérées », au sens que la pédagogie rhétorique de la Renaissance donnait au terme. Et c’est là qu’intervient un autre cardinal, lui aussi féru d’humanisme, d’antiquité et d’architecture : Jean Du Bellay, que De l’Orme rencontre à Rome. C’est le brillant ambassadeur et son frère Guillaume qui ont « débauché » Philibert du service de Paul III8, et qui, on le sait, ont lancé sa carrière en France, sans doute en favorisant la commande de l’hôtel Bullioud, à Lyon, surtout en lui confiant la construction de son château de Saint-Maur des Fossés. « Que l’on se souvienne comme l’on faisoyt quand je commençoys Sainct-Mor pour Mons. le cardinal du Belloy », s’exclame De l’Orme dans son Instruction : le château du cardinal, quoique loin d’être terminé à la mort de son propriétaire, marque le commencement de la nouvelle architecture en France.

  • 9 Voir à ce propos Y. Pauwels, « Philibert De L’Orme rabelaisien  ? », Architectes et architecture da (...)

10Comment cela étant évaluer le rôle intellectuel et artistique de Jean Du Bellay dans la formation de Philibert ? Il est évident que la fréquentation d’un milieu aussi stimulant que celui du cardinal a dû contribuer à polir la culture de l’architecte. Je ne crois pas pour autant qu’il faille, comme l’a fait Anthony Blunt, mettre Rabelais en scène. Certes, De l’Orme a rencontré l’écrivain à Rome, dans l’entourage du cardinal ; mais trop de différences – l’âge au premier chef – séparaient les deux hommes, et s’il y a beaucoup de pantagruélisme dans l’œuvre de l’architecte, il n’y a rien de la culture architecture delormienne dans les ouvrages de Maître François9.

  • 10 Histoire Universelle, cité par G. Gadoffre, Du Bellay et le sacré, Paris, Gallimard, 1978, p. 51.

11Il n’en reste pas moins que l’amour que du Bellay portait à l’Italie a marqué l’œuvre de Philibert. On a depuis longtemps souligné l’italianisme de Saint-Maur, en le rapprochant, entre autres, du Palazzo Te de Giulio Romano à Mantoue. L’absence de toit visible, en particulier, est peu commune en France (même si les pavillons de chasse de François Ier avaient donné l’exemple). On ne verra plus de tels partis revenir dans l’œuvre de Philibert : aussi n’est-il pas absurde de mettre le choix de cette solution au crédit du cardinal. Mais il faut surtout voir dans le cercle de Du Bellay l’origine d’une orientation particulièrement originale de l’œuvre delormienne : la volonté de créer une architecture nationale. Le cardinal passe pour un Français, très attaché à sa nation. On estimait en lui, écrit Jacques-Auguste de Thou, d’abord « son attachement inviolable à sa patrie » ; ensuite viennent dans l’éloge « sa grandeur d’âme, sa libéralité et sa magnificence que prouvent assez les maisons qu’il a bâties avec une dépense presque royale »10. Prélat français et attaché à la France  : c’est dans cette attitude qu’il faut peut-être aller chercher l’origine d’une idée capitale dans la pensée de Philibert, celle d’une architecture française et plus particulièrement de l’« ordre français ». On connaît la réponse du Premier tome : des colonnes baguées, que De l’Orme met au même moment en œuvre aux Tuileries. Mais la question de l’ordre national remonte bien des années auparavant : je serai tenté de croire qu’elle fut débattue très tôt dans le milieu du cardinal du Bellay. En témoigne un sonnet des Regrets de Joachim, le neveu du cardinal, dédié à Lescot :

  • 11 Regrets, sonnet 157.

En cependant, Clagny, que de mille arguments
Variant le dessein du royal édifice,
Tu vas renouvelant d’un hardi frontispice
La superbe grandeur des plus vieux monuments
Avec d’autres compas et d’autres instruments,
Fuyant l’ambition, l’envie et l’avarice,
Aux muses je bâtis, d’un nouvel artifice,
Un palais magnifique à quatre appartements.
Les Latines auront un ouvrage dorique
Propre à leur gravité, les Grecques un attique  ;
Pour leur naïveté, les Françaises auront
Pour leur grave douceur une oeuvre ionienne,
D’ouvrage élaboré à la corinthienne
Sera le corps d’hôtel où les Thusques seront.11

  • 12 Voir à ce propos Y. Pauwels, « Les Français à la recherche d’un langage. Les ordres hétérodoxes de (...)

12Ce sonnet met en rapport le style français (celui des Muses françaises) avec l’ordre ionique  : c’est exactement ce que fait Philibert De l’Orme dans les premières années du règne de Henri II, lorsqu’il attribue cet ordre au tombeau qu’il élève à François Ier à Saint-Denis. L’ionique y semble avoir comme principale justification le fait d’être l’ordre le plus approprié à célébrer la mémoire du roi « françois » par excellence, en en mettant en évidence la « grave douceur » de son caractère, qui est aussi celui de la nation française dans son ensemble12. De l’Orme peut-il être à l’origine d’une idée aussi raffinée ? Il semble plus logique d’en mettre l’invention au crédit d’un personnage plus lettré que notre maçon. Et il paraît improbable que ce soit dans l’entourage royal ou à la cour, dont Joachim du Bellay déplore volontiers l’inculture, qu’aient pu être formulés de tels rapprochements sur les caractères des nations et l’éthos des ordres d’architecture… Il ne reste que le cercle du cardinal, par ailleurs dédicataire de la Défense et Illustration de la langue française, et point commun entre le poète et l’architecte.

13Que conclure de cette évaluation du rôle des cardinaux dans la formation de l’un des acteurs principaux de la Renaissance française ? Philibert fût devenu un grand architecte sans Cervini et sans Du Bellay. Mais sans aucun doute, il ne fût pas devenu le Philibert De l’Orme que nous connaissons. Contrairement à Pierre Lescot, il n’avait pas a priori de culture humaniste : cette culture, sans laquelle un maçon le pouvait devenir « architecte », il l’acquit grâce à « ses » cardinaux.

Haut de page

Notes

1 Sur Cervini, voir L. Pastor, History of the Popes, Londres, 1924, VI, p. 317-356. Il possédait dans sa bibliothèque, outre de nombreux traités scientifiques, juridiques et moraux, plusieurs manuscrits de Vitruve et deux exemplaires de Filarete. Sur le goût de Cervini pour l’architecture, voir D. R. Coffin, « Pope Marcellus II and Architecture », Architectura, 1979, IX, p. 11-29 ; sur sa bibliothèque, voir F. Fossier, « Premières recherches sur les manuscrits latins du cardinal Marcello Cervini (1501-1555) », MEFR, 91, 1979-1, p. 381-456.

2 Sur l’Accademia della Virtù, voir entre autres M. Daly-Davis, « Zum Codex Coburgensis  : Frühe Archäologie und Humanismus im Kreis des Marcello Cervini », dans Antikenzeichnung und Antikenstudium in Renaissance und Frühbarock, Actes du colloque de Cobourg 8-10 septembre 1986, Mayence, 1989, p. 188 sq ; F. Lemerle, Les Annotations de Guillaume Philandrier sur le De Architectura de Vitruve, Livres I à IV, Introduction, traduction et commentaire, Paris, Picard, 2000, p. 15-18.

3 Le premier tome de l’architecture… Paris, F. Morel, 1561, fol. 131-131v°. Le traité de Philibert est consultable en ligne sur la base « Architectura » du CESR, à l’adresse http://www.cesr.univ-tours.fr/architectura .

4 H. Zerner, L’art de la Renaissance en France. L’invention du classicisme, Paris, Flammarion, 1996, p. 374.

5 V. Hofmannn, « Philibert de L’Orme und das Schloss Anet », Architectura, 2, 1973, p. 131-152.

6 Instruction de Monsieur d’Yvry, dict de l’Orme…, cité par A. Blunt, Philibert De l’Orme, trad. française, Paris, Julliard, 1963, p. 171.

7 Y. Pauwels, « Les années d’apprentissage du jeune De L’Orme : l’hôtel Bullioud à Lyon », Bulletin Monumental, 153-IV, 1995, p. 351-357.

8 Le terme est utilisé par de L’Orme lui-même dans son Instruction, citée note 6.

9 Voir à ce propos Y. Pauwels, « Philibert De L’Orme rabelaisien  ? », Architectes et architecture dans la littérature française, Paris, Klincksieck, 1999, p. 25-35.

10 Histoire Universelle, cité par G. Gadoffre, Du Bellay et le sacré, Paris, Gallimard, 1978, p. 51.

11 Regrets, sonnet 157.

12 Voir à ce propos Y. Pauwels, « Les Français à la recherche d’un langage. Les ordres hétérodoxes de Philibert de L’Orme et Pierre Lescot », Revue de l’Art, 112, 1996-2, p. 9-15 ; « Propagande architecturale et rhétorique du Sublime : Serlio et les “Joyeuses entrées” de 1549 », Gazette des Beaux-Arts, tome CXXXVII, mai-juin 2001, p. 221-236, et L’architecture au temps de la Pléiade. Paris, Monfort, 2002, p. 69 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Pauwels, « Philibert de l’Orme et ses cardinaux  : Marcello Cervini et Jean du Bellay », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 149-156.

Référence électronique

Yves Pauwels, « Philibert de l’Orme et ses cardinaux  : Marcello Cervini et Jean du Bellay », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/227

Haut de page

Auteur

Yves Pauwels

Tours, Université François Rabelais/CESR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org