Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

La collection du cardinal Antoine de Granvelle (1517-1586). L’inventaire du palais Granvelle de 1607

Simon-Pierre Dinard
p. 157-168

Texte intégral

1Assurer sa succession constitue un problème délicat pour un cardinal. D’autant plus que dans le cas du cardinal de Granvelle, sa famille est de noblesse récente et que son ascension repose sur un capital difficile à transmettre, la faveur du prince. À la mort de son frère cadet, Thomas Perrenot de Chantonnay (1521-1571), que son père avait choisi pour perpétuer la maison, le cardinal s’était donc occupé de l’éducation de ses neveux, en particulier de l’aîné, François.

  • 1 Le cardinal de Granvelle au prieur de Bellefontaine (Madrid, 28 août 1580), éditée dans S.-P. Dinar (...)

2Mais il s’était brouillé avec lui en 1580 : « Mon nepveu François, aprés s’estre icy fort mal conduyt, s’en est party mal accompagney, sans dire adieu ny me parler. Il dit a aulcuns qu’il va en Bourgongne. Je le tiens pour homme perdu et sans remide, et ne merite pas la bon receul, pour la honte qu’il faict a soy et a la maison. Il fauldra faire venir par deça son frere, que j’espere prandra meilleur chemin. La folie de ce jeusne sot me cause grand regret, [m]ais nul office que l’on aye faict en son endroit n’a peu profiter »1.

3Il choisit alors le frère cadet de François Perrenot, Jean Thomas, comme héritier universel. Et c’est donc à lui que furent transmis les biens du cardinal de Granvelle lorsque ce dernier mourut à Madrid en 1586. Mais Jean Thomas ne devait pas survivre longtemps à son oncle, car son navire sombra lors du désastre de l’Invincible Armada en 1588. Toutefois, cette éventualité avait été prévue par le cardinal qui lui avait substitué sa propre sœur, Marguerite, veuve de Jean d’Achey. Celle-ci pourtant céda la succession du cardinal à son neveu François Perrenot, comte de Cantecroix, contre cent mille francs par une transaction conclue le 25 mars 1589. Se ravisant, elle porta l’affaire en justice et le sénat de Chambéry, par arrêt du 13 septembre 1599, condamna François Perrenot à restituer la succession du cardinal à sa tante.

4Cependant, soit qu’il y ait eu nouvel arrangement, soit que le comte de Cantecroix ait fait traîner la restitution, de nombreux biens ayant appartenu au cardinal se retrouvent dans l’inventaire après décès établi à compter de 1607 pour la succession de François Perrenot. Mort sans héritier direct légitime, François Perrenot voit en effet son héritage disputé entre François Thomas Perrenot d’Oiselay, fils de sa sœur Peronne, et Emmanuel Philibert de la Baume, en tant qu’époux d’Hélène Perrenot, fille de Fédéric Perrenot, son oncle. Désigné comme héritier, François Thomas s’est réservé toutefois d’accepter la succession sous bénéfice d’inventaire.

5La succession finit toutefois par passer au cours du XVIIe siècle dans la famille des la Baume, comtes de Saint-Amour, c’est-à-dire celle des descendants des rivaux des Granvelle dans la Comté du XVIe siècle. L’abbé Boisot, qui est à l’origine par son legs de 1694 du fonds de la bibliothèque municipale de Besançon, recueillera auprès d’eux les restes des collections du palais Granvelle et sauvera la correspondance du cardinal et de sa famille.

6La démarche prudente de François Thomas a donc donné lieu à la rédaction d’un inventaire des meubles contenus dans le palais Granvelle à la mort de François Perrenot. Mené par le chanoine Claude Boitouset, official de Besançon, l’inventaire débute à Besançon le 3 novembre 1607. La description des meubles s’achève en février 1609, et le 6 mars, l’assignation pour la clôture de l’inventaire est faite pour la fin du mois. Mais après plus d’une dizaine d’années d’attente, dont l’explication n’est pas fournie, la clôture de l’inventaire est prononcée le 20 décembre 1622, par-devant Claude Boitouset et en présence de François Thomas Perrenot de Granvelle.

7Le document ici étudié et conservé à la Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon sous la cote ms 1627, est une copie collationnée à Besançon le 12 novembre 1664 sur une copie elle-même collationnée à Bruxelles le 1er juillet 1664 d’après original. La copie de Bruxelles doit être celle conservée aux Archives générales du royaume sous la cote manuscrits divers n° 1039/c.

  • 2 A. Castan, « Monographie du Palais Granvelle à Besançon », dans Mémoires de la Société d’émulation (...)
  • 3 J. Gauthier, « Le Cardinal de Granvelle et les artistes de son temps », dans Mémoires de la Société (...)
  • 4 Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon, collection Granvelle n° 50.

8Malgré les travaux d’Auguste Castan2 ou de Jules Gauthier3, réalisés à partir d’un document moins complet4, puisqu’il manque la bibliothèque et le « trésor » (les archives), mais qui semble contemporain de la rédaction de l’inventaire original et présentait l’avantage pour ces deux auteurs de donner des attributions aux peintures, l’édition complète et l’étude de l’ensemble de la collection n’ont pas été faites. Le n° 50 de la collection Granvelle de la Bibliothèque de Besançon est cependant une étape importante dans la rédaction de l’inventaire, un document préparatoire, délaissant les formules juridiques pour se consacrer essentiellement au mobilier et aux œuvres.

9Si l’étude des collections artistiques de la famille Granvelle et surtout l’identification de la part du cardinal au sein de celles-ci restent donc à faire, l’étude de la bibliothèque du palais Granvelle a bien avancé et les livres ayant appartenu avec certitude au cardinal de Granvelle ont pu être isolés. C’est le cas notamment des livres en langue italienne.

  • 5 M. Discours, « La Bibliothèque d’un cardinal de la Renaissance. Catalogue des imprimés du XVIe sièc (...)
  • 6 Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon, collection Granvelle n° 51.

10Le « catalogue des imprimés du XVIe siècle en langue italienne provenant de la collection d’Antoine Perrenot de Granvelle et conservés à la Bibliothèque municipale de Besançon », que publie Magali Discours5 et qui a été réalisé à partir d’une copie XIXe des deux expéditions mentionnées ci-dessus6, fournit un échantillon intéressant et significatif des goûts du cardinal en matière de livres. Ce catalogue donne ainsi 143 titres d’après l’inventaire de la succession de François Perrenot de Granvelle. Or ce dernier est entré en possession de la bibliothèque du cardinal par succession, ainsi que de celles de Nicolas Perrenot de Granvelle et d’autres membres de la famille, et il les a probablement enrichies, étant lui-même amateur.

11Afin d’étudier les centres d’intérêt du cardinal que peuvent révéler ses lectures, j’ai choisi d’affiner encore cette liste en ne retenant que les livres portant l’ex-libris du cardinal, signalés dans la liste de M. Discours par la mention « Armoiries Durate », c’est-à-dire, les livres qui ont appartenu avec certitude au cardinal de Granvelle. Même si parfois certains libraires, par politesse, voire flatterie, ont pu faire apposer les armes du cardinal sur des envois qu’ils lui faisaient, ils devaient s’être renseignés cependant sur les goûts du cardinal. Il y a donc de fortes chances que non seulement ces livres lui aient appartenu, mais encore qu’il les ait choisis et lus.

  • 7 J. Brunet, « Les Textes italiens de la bibliothèque des Granvelle », dans Les Granvelle et l’Italie (...)

12La liste obtenue comprend finalement 74 titres. Jacqueline Brunet étudiant celle publiée par Magali Discours en déduit qu’« une première évidence s’impose : l’histoire se taille la part du lion »7. C’est le cas si les historiens antiques sont regroupés avec les historiens contemporains, par contre, si les auteurs de l’Antiquité sont comptabilisés ensemble, sans distinction des sujets qu’ils abordent, ils deviennent alors majoritaires, 39 des 143 titres de la liste de M. Discours, 19 des 74 de ma liste. Cet intérêt du cardinal de Granvelle pour l’Antiquité grecque et romaine, ainsi que pour les traductions italiennes de leurs auteurs, peut s’expliquer par ses études et ses fréquentations humanistes. Certes, parmi ces auteurs anciens, les historiens, en particulier les biographes, dominent : 12 sur 19. Mais les livres de Flavio Biondo et Andrea Fulvio sur les antiquités de la ville de Rome marquent aussi l’intérêt archéologique que porte le cardinal à cette période, de même que les ouvrages de Leonardo Aretino et de Fausto soulignent son souci de chercher chez des historiens modernes un complément d’information, en somme, la lecture des auteurs de l’Antiquité est pour lui un plaisir, une inclination mêlée d’admiration. Par ailleurs, la connaissance de l’histoire antique et de ses grands hommes peut paraître indispensable à un homme d’État de son époque, au même titre que l’histoire et la géographie contemporaines, 13 titres sur 74, qui traitent de problèmes contemporains au cardinal, comme les Turcs ou l’histoire des cités italiennes. D’autre part, on peut noter que la majorité des éditions sur lesquelles il a fait apposer ses armes, datent des années 1540, soit après qu’il a terminé ses études et qu’il a commencé sa carrière auprès de son père. Il n’est pas interdit de penser que ses premières rentrées d’argent ont pu être dépensées ainsi, en achat d’ouvrages auxquels il attachait de l’importance. Même s’il faut envisager la possibilité d’envois de libraires cherchant à flatter un conseiller de l’empereur, fils du garde des Sceaux impérial, ces derniers ont dû se renseigner sur ses goûts afin de rendre plus pertinents leurs cadeaux.

13Si les goûts en général du cardinal de Granvelle, les auteurs antiques et l’histoire, se retrouvent avec constance en italien, il fait preuve aussi d’un intérêt particulier pour cette langue. En effet, élève de Pietro Bembo à Padoue, il a gardé un intérêt certain pour la formation et la fixation progressive de la langue italienne. Il possède à ce titre 5 ouvrages concernant la grammaire et la linguistique italiennes, ainsi que 7 recueils de lettres, parmi lesquels ceux de Niccolò Franco, Bernardo Tasso et Claudio Tolomei, tous trois écrivant au XVIsiècle directement en italien. La langue est donc une des raisons de l’intérêt du cardinal pour le genre épistolaire, comme en témoigne le titre du recueil Nuovo libro di lettere dei più rari auttori della lingua volgare italiana. Le cardinal de Granvelle écrit assez fréquemment en italien sans l’intermédiaire d’un secrétaire ; ces recueils de lettres sont alors autant de collections d’exemples et de références, voire de sources d’inspiration, afin d’entretenir et d’améliorer sa propre prose. On remarque d’ailleurs à ce propos que les dates d’édition de ce genre de recueil, 1542 pour N. Franco, 1557 pour C. Tolomei et 1573 pour B. Tasso, sont échelonnées dans le temps, signe d’un intérêt constant et renouvelé, alors que celles des autres livres sont majoritairement regroupées entre 1540 et 1550.

14En matière de littérature italienne, 7 titres sur 74, outre les classiques Boccace et Pétrarque qui, avec les deux recueils de Rime, dénotent un attrait marqué du cardinal pour la poésie italienne, les ouvrages de L’Arioste, d’Andrea da Barberino et de Luigi Pulci, montrent l’adéquation des goûts du cardinal avec ceux de son époque pour la poésie épique et la thématique chevaleresque, à l’égard de laquelle ces auteurs font toutefois preuve d’une certaine distanciation ironique. Cependant, par ces choix, le cardinal de Granvelle manifeste des affinités avec la noblesse, mais peut-être plutôt la noblesse italienne que celle de Franche-Comté, lectrice moins raffinée d’Amadis de Gaule et de vrais romans de chevalerie comme Huon de Bordeaux. À ce propos, Maurice Piquard, analysant plus globalement la bibliothèque du cardinal à travers l’inventaire de la succession de François Perrenot, déduit de l’absence de littérature chevaleresque française qu’« il ne prenait aucun plaisir à la lecture des romans de chevalerie ou des chansons de geste qui faisaient les délices de nos compatriotes » et parle même d’« ostracisme » à cet égard.

15Ce que l’on vient de voir précédemment s’en trouve donc renforcé mais vient en même temps modérer cette appréciation, car il faut se rappeler que l’inventaire rédigé à partir de 1607, soit plus de vingt ans après la mort du cardinal, est un document à prendre avec précaution, puisqu’il recense les livres conservés au palais Granvelle de Besançon et non la bibliothèque du cardinal, et que l’on ignore le nombre, l’état et la provenance des livres de ce dernier qui y sont recensés, le cardinal ayant eu plusieurs bibliothèques dont certaines, particulièrement celles de ses demeures aux Pays-Bas, ont subi des pillages. Par ailleurs, s’il y a eu des ventes pendant que François Perrenot de Granvelle en était détenteur, il est vraisemblable que ce soient les romans de chevalerie français qui aient trouvé le plus facilement acquéreur en Franche-Comté. En somme, en littérature italienne, le cardinal de Granvelle suit les goûts de ses contemporains pour les romans de chevalerie « modernes ».

16Homme d’Église, en dehors de l’histoire religieuse représentée par Platina et l’inévitable Eusèbe de Césarée, il s’intéresse aussi à la spiritualité et à la philosophie, 10 titres sur 74. Il est intéressant de remarquer parmi ceux-ci quatre volumes de sermons de Savonarole, pour ses talents d’orateur ou peut-être aussi pour l’aspect de réformateur de l’Église, malgré sa condamnation par cette dernière, car ses projets politiques, fortement démocratiques, ne devaient probablement pas être du goût du cardinal. Les écrits d’Érasme et d’Isabella Sforza témoignent quant à eux d’une démarche spirituelle personnelle du cardinal afin d’approfondir sa foi, ou du moins d’un intérêt pour la question, chez un personnage trop souvent considéré comme essentiellement, voire exclusivement, politique.

17D’ailleurs, les 6 traités, parmi les 74 ouvrages précités, et la variété de leurs sujets font preuve de l’ouverture d’esprit et de la curiosité du cardinal de Granvelle. Si les livres de C. Stefano, J.-C. Vives ont un aspect pratique, ceux de Piccolomini et Bordoni ont un aspect plus scientifique, en particulier l’Isolario, qui donne une représentation du monde connu de l’époque par des cartes très réussies pour un livre édité en 1547. Il faut se rappeler à ce propos que le cardinal était en correspondance avec Mercator et que ce dernier l’entretenait de problèmes mathématiques délicats, il lui dédia d’ailleurs sa Carte d’Europe en 1554.

18Enfin, les deux titres sur 74 d’ouvrages de droit, celui d’Andrea Alciato ainsi que celui de Polydorus Virgilius, bien qu’il touche aussi un peu à la théologie, sont le signe soit d’un manque d’intérêt pour les juristes italiens, soit d’une différence fondamentale entre la formation du fils et celle de son père. En effet, ce dernier est un juriste devenu politique après avoir exercé, et encore trouve-t-il auprès de l’empereur la charge de garde des Sceaux, alors que son fils, même s’il a étudié aussi le droit, était destiné à une carrière politique et diplomatique dès que son père fit pour lui le choix de l’état ecclésiastique. La formation du cardinal de Granvelle est moins celle d’un juriste que d’un humaniste.

19D’après cette liste et dans les limites de sa représentativité, on arrive au même résultat que Maurice Piquard quant aux goûts du cardinal de Granvelle, qui se traduisent dans la composition de sa bibliothèque, où « les œuvres littéraires, historiques et philosophiques de l’Antiquité classique y étaient de loin les plus nombreuses ». En somme, « la bibliothèque d’un diplomate pénétré d’humanisme italien, curieux aussi du mouvement des idées et particulièrement bien placé pour connaître les humanistes et les savants de son époque ».

  • 8 Notamment les « Lettere inedite del cardinale de Granvelle a Fulvio Orsini e al cardinale Sirleto » (...)
  • 9 Avis du 06/04/1566, Bibliothèque apostolique vaticane, Cod. urb. lat. 1040, fol. 212.
  • 10 Avis du 08/06/1566, Bibliothèque apostolique vaticane, Cod. urb. lat. 1040, fol. 245v°-246.

20Ces goûts du cardinal de Granvelle expliquent une activité particulière qu’il peut mettre en œuvre lorsqu’il dispose de temps, après sa disgrâce en 1564, et qu’il se trouve au centre de l’activité scientifique sur l’Antiquité, à Rome. Étant considéré avant tout comme un cardinal « politique », ses séjours romains (1566-1571 et 1575-1579), loin des responsabilités, sont assez mal connus et, mis à part par incidence les travaux de Pierre de Nolhac8, n’ont pas fait l’objet d’études particulières. Bien évidemment, il s’y occupe des fonctions curiales inhérentes à son état, il fait ainsi partie de commissions nommées par le pape  : « delli negocii de’ principi, il papa ha deputato li cardinali Granvella, Farnese et Reomano, con il detto Alessandrino et si dice anco Vitelli »9, et à la vie ordinaire de la cour : lors d’un baptême de juifs convertis par le pape, il est parrain de l’un d’entre eux10.

  • 11 Cf. lettre VII dans P. de Nolhac, op. cit., p. 257-259, ou Ch. Riebesell, selon laquelle les collec (...)

21Cependant, le cardinal de Granvelle n’exerce pas de fonctions officielles au nom de Philippe II, car les intérêts de l’Espagne auprès du Saint-Siège sont déjà représentés par son ambassadeur Juan de Zuñiga et par le cardinal Francisco Pacheco, un cousin du duc d’Albe. Il participe aux négociations importantes entre la cour d’Espagne et Rome, comme celles de la Sainte Ligue, mais bénéficie de loisirs qu’il consacre aux activités de l’esprit, en compagnie de ses amis lettrés, lors de conversations informelles11. Le réseau d’amitiés ainsi fréquenté par le cardinal de Granvelle à Rome, tel qu’on peut le reconstituer à travers sa correspondance et celle de ses amis, est composé d’un groupe de cardinaux cultivés et collectionneurs, parmi lesquels Alessandro Farnese (†1589), Antonio Carafa (†1591), Guglielmo Sirleto (†1585), et d’humanistes comme Onofrio Panvinio (†1568), Fulvio Orsini (†1600), Antonio Agustin (†1586), Pedro Chacon (†1581)…

22Il s’agit donc, en majorité, d’un milieu marqué par l’intérêt pour la philologie et l’épigraphie antiques, pour l’Antiquité païenne en général, à un moment où le Concile de Trente l’a reléguée dans l’ombre par rapport aux études bibliques. Intérêt qui les porte tous, peu ou prou, en fonction de leurs moyens, à former des collections d’objets antiques et à collecter les inscriptions et autres textes. C’est un milieu que le cardinal de Granvelle a appris à connaître lors de ses études et avec lequel il a gardé des contacts, par inclination ; Antonio Agustin lui dédie d’ailleurs le livre IV des Emendationes (1543) en lui rappelant leurs communes études à Padoue en 1537-1538. Le premier séjour du cardinal à Rome lui permet donc de renouer des liens que sa carrière politique avait probablement quelque peu distendus. C’est ainsi qu’il retrouve Fulvio Orsini :

  • 12 Ranuccio Farnese, qui a connu Antoine Perrenot lors de leurs études à Padoue (cf. A. Tallon, La Fra (...)
  • 13 Granvelle à F. Orsini (Rome, 20/08/1566), dans P. de Nolhac, op. cit., p. 251.

« La ringratio infinitamente dell’aviso che mi dà della vendita che si fa della pintura del Giuditio, che era nella guardarobba della buona memoria del bon cardinal di Sto-Angelo12, io mi ricordo d’haverla veduta bene quando con la buona guida di V. S. fui condotto a vedere la libraria et la guardarobba »13.

  • 14 M. Van Durme, « Granvelle et Plantin », p. 235, dans Estudios dedicados a Menendez Pidal, t. VII, p (...)

23Il entreprend alors une véritable démarche éditrice, sollicitant ses amis humanistes afin que ceux-ci lui confient leurs travaux pour les faire imprimer par un imprimeur qu’il connaît, Christophe Plantin. En effet, « à partir de 1566, le cardinal fut pour le typographe un protecteur aussi actif que puissant. On peut même dire que c’est à lui surtout que Plantin fut redevable de sa fortune14 ». Ce dernier, originaire de la région de Tours, s’est fixé à Anvers en 1548 et il en devient bourgeois en 1550. Relieur de formation, il exerce ce métier jusqu’en 1555 où, à la suite d’un accident, il doit changer de métier et reprendre celui d’imprimeur. Des ouvrages publiés par Plantin en 1559 comme La magnifique et sumptueuse pompe funèbre faite aus obsèques et funérailles du très grand et très victorieus empereur Charles cinquième, célébrées en la ville de Bruxelles le XXIX jour du mois de décembre MDLVIII, par Philippes, roy catholique d’Espaigne, son fils, ou La Paix venue du ciel, dédiée à monseigneur l’évesque d’Arras, avec le tombeau de l’empereur Charles V de Guillaume des Autelz, ouvrages présents dans la bibliothèque du palais Granvelle en 1607, ont certainement contribué à le faire connaître du cardinal. Ce dernier n’apparaît cependant dans la correspondance éditée de l’imprimeur qu’à partir de 1562. En 1563, Christophe Plantin s’associe avec Corneille et Charles Van Bomberghe, Jacques de Schotti, Goropius Becanus, Jaspar de Zurich et Ferdinand de Bernuy, association qui publie plus de deux cents titres mais qui s’achève fin 1567, date à compter de laquelle il travaille pour son propre compte.

24Dès 1566, le cardinal de Granvelle le fait fournir en textes, comme il apparaît par une lettre qu’il adresse à Fulvio Orsini :

  • 15 Granvelle à F. Orsini (Rome, 20/08/1566), dans P. de Nolhac, op. cit., p. 251.

« ho indugiato di risponder a quelle sue lettere et certificarli che havia riceputo le sue fatiche sopra la Georgica  ; ma essendomi venuta la seconda sua di 16 di questo, ancora che al portatore dissi havere riceputo la prefata sua opera, non ho voluto diferire più di scrivergli et certificarli che non solo l’ho riceputa, ma che passano 15 giorni che la mandai in Fiandra. Ma io credo che espettaranno inanci che risolversi alla stampa il restante che è l’Eneade, la quale intendo che se copia con diligenza et, venuto che sarà, farò il dovere per havere risoluta risposta dal stampatore, et restine V. S. con animo quieto, perche io ne ho la cura che conviene »15.

25En effet, Christophe Plantin publie en 1567-1568 le Virgilius collatione scriptorum graecorum illustratus, opera et industria Fulvii Ursini, auquel il ajoute une épître dédicatoire à « Antonio Perenotto, cardinali Granvellano, singulari omnium bonarum artium patrono ».

26Il est vrai que le nombre de textes publié par Plantin et attribuable à l’intervention du cardinal est important : en 1567, le Valerii Maximi dictorum factorumque memorabilium libri IX de Stephanus Pighius et Hyeronymi Seripandii Commentarius in Epistolam Pauli ad Galatas, du cardinal Hyeronymus Seripandius, cardinal-archevêque de Salerne ; en 1568, Themis dea seu de lege divina et Mythologia in quattor anni partes, de Stephanus Pighius et Carmina novem illustrium feminarum, ex bibliotheca Fulvii Ursini, de Fulvio Orsini ; en 1570, L. Coelii Lactantii Firmiani divinarum institutionum libri VII, avec les annotations de Michael Thomasius, probablement rencontré par le cardinal de Granvelle à Rome quand il travaillait à la révision du Decretum Gratiani, et C. Julii Caesaris Commentarii, ex bibliotheca Fulvii Ursini, par lui-même.

  • 16 Granvelle à Plantin (Rome, 02/01/1568), dans Supplément à la correspondance de Christophe Plantin, (...)

27Lorsque Christophe Plantin décide d’éditer la Somme de saint Thomas, il prend conseil auprès du cardinal et lui envoie les épreuves. Celui-ci accomplit un véritable travail d’éditeur : « J’ay veu la premiere feulle de la Somme de saint Thomas que vous m’avez envoyé, je dictz la part que contient le tiltre, que j’ay monstré a monseigneur le cardinal Amulio et aultres gens sçavants, qui louent grandement vostre diligence et attendront avec grand desir ceste œuvre, mais il fault que vous regardez de changer ce mot que vous mettez au tiltre a la premiere ou a la seconde ligne, ou vous parlez des peres « veteris Ecclesie », car, comme nous pretendons que l’Esglise d’aujourd’huy soit la mesme que celle que vous appellez vielle, plusieurs s’offenseroient de ce mot, car le nom de vielle presupposeroit qu’il y aist une nouvelle, et, au lieu de ce, samble que vous pourriés dire : ‘de patribus qui vixerunt tempore nascentis Ecclesie’, qui seroit satisfaire a ce que vous pretendez de monstrer que les fondementz sont prins de l’antiquité. […] Ou vous dictes : « quicquid in veteris Ecclesie patrum monumentis », il fauldroit dire  : ‘quicquid in veterum patrum ab ispo nascentis Ecclesie initio monumentis’, ne, si dicas veterem Ecclesiam, calumnientur aliqui eam que nunc est novam esse »16, avis scrupuleusement suivi par Plantin lors de la publication en 1569. En effet, il avait déjà eu des problèmes en 1562 pour avoir publié un livre anonyme, Briefve instruction pour prier, jugé hérétique. Les conseils de Granvelle s’avèrent donc judicieux et cherchent à éviter à l’imprimeur, au mieux, des critiques dès la page de titre.

28En 1567, le cardinal de Granvelle se charge aussi de négocier avec Paul Manuce au nom de Plantin et lui obtient le privilège d’imprimer le bréviaire conforme aux décrets du Concile de Trente aux Pays-Bas. Même démarche en 1570 pour le missel, dont il obtient le privilège pour les Pays-Bas, la Hongrie et certaines parties de l’Allemagne. Ce sont des privilèges très importants car très rentables, ils permettent ainsi de financer des publications déficitaires comme la Bible polyglotte. Pour ce travail, Plantin s’était assuré la collaboration d’un éminent humaniste, Benedictus Arias Montanus ; de son côté, le cardinal de Granvelle faisait comparer, à ses frais, le texte grec avec les manuscrits du Vatican. Fin juillet 1568, Plantin envoie la première épreuve à Granvelle et ils continuent une active correspondance. Le cardinal de Granvelle fait appel au cardinal Sirleto pour les corrections :

  • 17 Granvelle à G. Sirleto (Naples, 14/04/1572), dans P. de Nolhac, op. cit., p. 252-253.

« Per una lettera che ho havuto da Plantino, scritta alli 6 di marzo et venuta solamente avant’ hieri in mano mia, mi scrive che la sua Biblia quadrilingue uscirebbe fuori a questa Pasqua e che le correttioni mandate da V. S. Illma sopra li Psalmi erano già stampate, et che aspettava con molto desiderio la collatione et correttione che V. S. Illma era deliberata di fare (oltra quelli delli psalmi) sopra l’Ecclesiastico, valendosi delli libri scritti a mano della Biblioteca Vaticana. M’è parso di avisarne V. S. Illma con supplicarla che, havendo dato così buon principio in agiutare queste opere, vogli ancora in questo dell’Ecclesiastico pigliare la fatica della quale si farà ampla mentione nella stampa, accioché li litterati riconoschino la obligatione che li havranno et preghino Iddio per lei, havendosi affaticato tanto in benefitio publico. Supplicola ancora che permetta a don Hernando de Torres, mio agente, che qualche volta glielo possa ricordare et lui haverà cura de inviare li quinterni che V. S. Illma li metterà nelle mani. »17

29Granvelle ayant réduit les dernières réticences du cardinal Sirleto, le 23 août 1572, la Bible polyglotte obtient l’approbation du pape Grégoire XIII : la Biblia sacra Hebraica… item Novum Testamentum graece… studio Benedicti Ariae Montani, paraît la même année chez Plantin.

30Les goûts du cardinal de Granvelle se retrouvent dans les travaux dont il soutient la diffusion, que ce soit l’Antiquité classique, comme la Contre-Réforme. Bénéficiant de plus de temps libre après son départ de Bruxelles en 1564, il assume pleinement son rôle de mécène, jusqu’à jouer un rôle actif dans la diffusion des travaux scientifiques de ses amis, dans une démarche, en quelque sorte, d’éditeur.

31En fin de compte, l’inventaire dressé en 1607 des meubles du palais Granvelle n’est pas tant un moyen de connaître une collection, avec toute la difficulté pour en individualiser les apports, que le symbole d’un échec. En effet, il ne s’agit pas d’une étape dans la transmission d’un héritage, mais le dernier témoignage du patrimoine de la maison Granvelle, l’ultime trace de sa splendeur avant d’être absorbée dans la famille honnie des la Baume, celle contre qui les Granvelle s’étaient élevés et construits.

32Si la part du cardinal de Granvelle dans la collection inventoriée est difficile à isoler, lorsque cela peut être fait, notamment pour les livres en italien, ceux-ci permettent de mettre en relief l’intérêt très vif du cardinal pour l’Antiquité classique, pour ses auteurs et les études qui traitent cette période. Un intérêt qui le porte à favoriser les éditions des sources antiques, des travaux d’érudits comme Fulvio Orsini, et qui cohabite avec le souci de diffuser les idées de la Contre-Réforme. Il fera preuve de ce même zèle après son élection à l’archevêché de Besançon en 1584. Mais dans certains cas, comme la publication de la Bible polyglotte, il est probable que ce soit l’intérêt philologique qui l’ait motivé, fidèle en cela à sa formation et à son inclination humanistes.

Haut de page

Annexe

Généalogie restreinte de la famille Perrenot de Granvelle

Haut de page

Notes

1 Le cardinal de Granvelle au prieur de Bellefontaine (Madrid, 28 août 1580), éditée dans S.-P. Dinard, Le Cardinal de Granvelle et la Franche-Comté, correspondance et autres auxiliaires de représentation, thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe (2000), t. II, lettre n° 104.

2 A. Castan, « Monographie du Palais Granvelle à Besançon », dans Mémoires de la Société d’émulation du Doubs., 4e série, 2e vol. (1866), p. 71-165.

3 J. Gauthier, « Le Cardinal de Granvelle et les artistes de son temps », dans Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 7e série, 6e vol. (1901), p. 305-351.

4 Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon, collection Granvelle n° 50.

5 M. Discours, « La Bibliothèque d’un cardinal de la Renaissance. Catalogue des imprimés du XVIe siècle en langue italienne provenant de la collection d’Antoine Perrenot de Granvelle et conservés à la Bibliothèque municipale de Besançon », dans Les Granvelle et l’Italie au XVIe siècle  : le mécénat d’une famille, Besançon, 1996, p. 52-70.

6 Bibliothèque d’étude et de conservation de Besançon, collection Granvelle n° 51.

7 J. Brunet, « Les Textes italiens de la bibliothèque des Granvelle », dans Les Granvelle et l’Italie au XVIe siècle : le mécénat d’une famille, Besançon, 1996, p. 71-78.

8 Notamment les « Lettere inedite del cardinale de Granvelle a Fulvio Orsini e al cardinale Sirleto », dans Studi e documenti di storia e diretto, 5e année (1884), p. 247-276.

9 Avis du 06/04/1566, Bibliothèque apostolique vaticane, Cod. urb. lat. 1040, fol. 212.

10 Avis du 08/06/1566, Bibliothèque apostolique vaticane, Cod. urb. lat. 1040, fol. 245v°-246.

11 Cf. lettre VII dans P. de Nolhac, op. cit., p. 257-259, ou Ch. Riebesell, selon laquelle les collections de Fulvio Orsini « wurden von Orsini mit seinen Kollegen, wie Antonio Agustin oder Kardinal Granvelle, […] diskutiert », dans Die Sammlung des Kardinal Alessandro Farnese. Ein « studio » für Künstler und Gelehrte (Weinheim, 1989), p. 112.

12 Ranuccio Farnese, qui a connu Antoine Perrenot lors de leurs études à Padoue (cf. A. Tallon, La France et le Concile de Trente (1518-1563), Rome, 1997, p. 273), est mort à Parme le 29 octobre 1565.

13 Granvelle à F. Orsini (Rome, 20/08/1566), dans P. de Nolhac, op. cit., p. 251.

14 M. Van Durme, « Granvelle et Plantin », p. 235, dans Estudios dedicados a Menendez Pidal, t. VII, p. 225-272, Madrid, 1957.

15 Granvelle à F. Orsini (Rome, 20/08/1566), dans P. de Nolhac, op. cit., p. 251.

16 Granvelle à Plantin (Rome, 02/01/1568), dans Supplément à la correspondance de Christophe Plantin, pub. par M. Van Durme (Anvers, 1955), p. 65-67.

17 Granvelle à G. Sirleto (Naples, 14/04/1572), dans P. de Nolhac, op. cit., p. 252-253.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon-Pierre Dinard, « La collection du cardinal Antoine de Granvelle (1517-1586). L’inventaire du palais Granvelle de 1607 », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 157-168.

Référence électronique

Simon-Pierre Dinard, « La collection du cardinal Antoine de Granvelle (1517-1586). L’inventaire du palais Granvelle de 1607 », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/229

Haut de page

Auteur

Simon-Pierre Dinard

Archives départementales de la Drôme

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org