Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

Le haut clergé de l’église en Pologne. Collectionneurs et mécènes dans la première moitié du XVIe siècle

Jan Harasimowicz
p. 245-261

Texte intégral

  • 1  J. Kłoczowski, L. Müllerowa et J. Skarbek, Zarys dziejów Kościoła katolickiego w Polsce, Kraków, W (...)
  • 2Ibid., p. 49-57.

1Par son baptême, en 966, le duc Mieszko I, premier souverain polonais, fit entrer la Pologne dans la chrétienté romaine. Il reconnut dans les années 990-992 la suprématie religieuse du Saint-Siège. Le fils de Mieszko I, Boleslas le Vaillant, contribua à créer la province ecclésiastique polonaise – la métropole de Gniezno. Outre les évêchés « éphémères » de Kołobrzeg, Kruszwica et Wolin, celle-ci comprenait, au Moyen Âge, l’archevêché de Gniezno (1 000), avec ses évêchés de Poznań (968), Cracovie (1 000), Wrocław (1 000), Płock (1 075), Włocławek (1023-1033) et Lubusz (1 124)1. Y ont été joints, après l’union personnelle établie entre la Pologne et la Lithuanie, les évêchés de Vilnius (1 388) et Miedniki (1 417). Avec l’expansion du royaume polonais vers les terres russes, soumises jusqu’alors à l’influence prédominante de l’Église orthodoxe, vint l’établissement de la métropole catholique de Lvov (1412-1414) et des évêchés de Chełm, Przemyśl, Łuck, Kamieniec Podolski et Kiev2. Ce dernier fut élevé, vers 1460, au rang de métropole.

  • 3Ibid., p. 56.
  • 4  J. Nikodem, Zbigniew Oleśnicki w historiografii polskiej, Kraków, PAU, 2001 ; M. Koczerska, Zbigni (...)
  • 5500-lecie Grzegorza z Sanoka. Materiały z sesji popularnonaukowej w Lublinie, 28-29 I 1977 r., red (...)
  • 6  J. Olkiewicz, Kallimach doświadczony, Warszawa, Ludowa Spółdzielnia Wydawnicza, 1981 ; J. Ślaski, (...)

2Le primat de Pologne fut attribué aux archevêques de Gniezno, souverains de l’Église en Pologne, au Concile de Constance3. Ils obtinrent en même temps la prérogative de couronner roi et reine, confirmée par le Pape Nicolas V en 1451. Ce primat fut néanmoins mis en question plusieurs fois, dès le XIIe siècle, par les évêques de Cracovie, qui jouaient un rôle croissant dans la vie politique depuis le transfert de la capitale du royaume de Gniezno justement, à Cracovie. La pouvoir politique des évêques connut son apogée aux temps de Zbigniew Oleśnicki (1389-1455, évêque en 1423), recompensé d’un cardinalat pour ses mérites dans la lutte contre l’hussitisme et sa contribution à la création de la ligue anti-turque4. Oleśnicki encouragea le développement de l’Académie de Cracovie en établissant la « bourse de Jérusalem », destinée aux étudiants de l’Académie, qui hérita aussi de sa riche bibliothèque. Connaisseur et grand amateur de l’histoire, protecteur de Jean Długosz, le célèbre chroniqueur et historien du Moyen Âge polonais, Oleśnicki faisait toutefois preuve, dans le domaine de la littérature, la musique, l’architecture et des arts plastiques, d’un goût qui le portait davantage vers la tradition que vers l’innovation. L’archevêque de Lvov, Grégoire de Sanok, était bien plus au courant des nouveautés artistiques5. Au cours de son séjour en Italie (entre 1437-1439) à la cour du Pape Eugène IV notamment, il rassembla – par voie d’achat ou en exécutant des copies – un nombre impressionnant d’œuvres littéraires de la Renaissance, entre autres la Genealogia deorum de Giovanni Boccaccio. C’est Grégoire de Sanok qui offrit asile au célèbre humaniste italien Philippe Buonaccorsi, dit le Callimaque (1437-1496)6, lorsque celui-ci dut s’enfuir de Rome, accusé (à raison d’ailleurs) d’avoir comploté contre le Pape Paul II. Une carrière des plus brillantes – professeur à l’Académie de Cracovie, conseiller du roi Casimir IV Jagellon et précepteur de ses fils et futurs rois Jean Olbracht, Alexandre et Sigismond – l’attendait en Pologne.

  • 7  K. Hartleb, Działalność kulturalna biskupa-dyplomaty Erazma Ciołka, Lwów, Towarzystwo Miłośników K (...)
  • 8  L. Barszcz, Andrzej Krzycki : poeta, dyplomata, prymas, Włoszakowice, Gminny Ośrodek Kultury, 2005
  • 9  J. Garbacik, « Górka (z Górki) Uriel h. Łodzia (ok. 1435-1498) » dans Polski Słownik Biograficzny, (...)
  • 10  L. Hajdukiewicz, « Lubrański Jan h. Godziemba (1456-1520) » dans Polski Słownik Bigraficzny, t. 18 (...)
  • 11  M. Goetel-Kopff, « Konarski Jan h. Habdank (1447-1525) » dans Polski Słownik Biograficzny, t. 13, (...)
  • 12  L. Hajdukiewicz, Księgozbiór i zainteresowania bibliofilskie Piotra Tomickiego na tle jego działal (...)
  • 13  G. Bauch, « Analekten zur Biographie des Bischofs Johann IV. Roth » dans Studien zur schlesischen (...)
  • 14  G. Bauch, « Johann Thurzo und Johann Hess », Zeitschrift des Vereins für Geschichte Schlesiens, t. (...)
  • 15  W. Kieszkowski, « Prymas Jan Łaski i początki renesansu w Polsce », Arkady, t. 3, 1937, p. 506-512 (...)

3À la fin du XVe et au début du XVIe siècle plusieurs élèves d’universités italiennes, particulièrement celles de Bologne, Padoue et Rome, perpétuèrent l’œuvre de Grégoire de Sanok. Parmi eux, les évêques de Płock Erasme Ciołek (1474-1522)7 et André Krzycki (1482-1537)8, de Poznań Uriel Górka (env. 1423-1498)9 et Jean Lubrański (1456-1520)10, de Cracovie Jean Konarski (1447-1525)11 et Pierre Tomicki (1464-1535)12, de Wrocław Jean Roth (1426-1505)13 et Jean Thurzo (1464-1520)14. Jean Łaski (1456-1531), archevêque de Gniezno et primat de Pologne, bien qu’il n’eût pas étudié en Italie, faisait aussi, et incontestablement, partie de ce groupe élitaire15. Ils durent, en grande majorité, gravir laborieusement les échelons de la hiérarchie ecclésiastique, en enchaînant évêchés de second rang et de moindre importance, comme Przemyśl ou Płock pour en arriver aux plus prestigieux, comme Poznań, Cracovie et Gniezno. Chacun d’eux avait travaillé à la chancellerie royale – du moins pendant un certain temps – en tant que secrétaire du roi (Ciołek, Krzycki et Tomicki), sous-chancelier de la Couronne (Tomicki) ou encore grand chancelier de la Couronne (Łaski). Deux de ces membres proéminents de l’épiscopat polonais, Tomicki et Łaski, n’éprouvaient guère de sympathie l’un pour l’autre. Opposés non seulement par leurs convictions politiques – l’un était fervent partisan de l’alliance avec les Habsbourg et les Hohenzollern, l’autre d’une entente avec la France et d’un accord avec la Turquie – ils vivaient encore l’ancien conflit au sujet de la primatie de l’Église polonaise. Ces controverses s’imprimèrent avec force sur le mécénat culturel qu’ils ont, tous les deux, développé.

  • 16  J. Balogh, « La Capella Bakócz di Esztergom », Acta Historiae Artium, t. 3, 1956, p. 1-197 ; J. Bi (...)
  • 17  H. Kozakiewiczowa, « Mecenat Jana Łaskiego », op. cit. (note 15), p. 9-13 ; J. Białostocki, The Ar (...)
  • 18  L. Gerevich, « Joannes Fiorentinus und die Pannonische Renaissance », Acta Historiae Artium, t. 6, (...)
  • 19  H. Kozakiewiczowa, « Mecenat Jana Łaskiego », op. cit. (note 15), p. 6-9 ; Id., Rzeźba XVI wieku w (...)

4La carrière politique de Łaski débuta en 1503, aux temps du roi Alexandre Jagellon. Le futur primat polonais était alors conseiller principal du monarque, auteur de la politique extérieure du royaume et codificateur de ses lois. Son influence connut un déclin sous le règne de Sigismond I, et, à partir de 1510, année où il se vit nommer archevêque de Gniezno, il séjournait plus souvent au palais pontifical à Rome qu’en Pologne. En 1516, alors qu’il était sur le chemin du retour au pays, il fut invité par le primat d’Hongrie, Thomas Bakócs, un ami proche, à visiter Esztergom, où s’achevait la construction de la chapelle-mausolée du souverain de l’Église hongroise.16 Fasciné par ce moyen de commémoration personnelle nouveau dans cette partie de l’Europe, il décida d’ériger auprès de la cathédrale de Gniezno un édifice de fonction similaire – détaché, bâti sur un plan centré circulaire et doté de trois absides sur les axes.17 Les travaux furent achevés en 1523. Des pierres tombales en marbre rouge de Hongrie, commandées à Buda chez le plus célèbre sculpteur italien actif alors en Hongrie, Johannes Fiorentinus18, furent installées sur ses murs intérieurs. Quatre de ces marbres subsistèrent jusqu’à nos jours, transportés à la cathédrale lors de la démolition de la chapelle de Łaski en 1778. L’un d’eux commémore l’archevêque lui-même (Ill. 1), un deuxième son frère André, chanoine à Gniezno, les deux autres les antécesseurs de Łaski, les archevêques Jean Gruszczyński et André Boryszewski19. Tous les quatre partagent un même schéma, rappelant les tombeaux antiques de l’ancienne Pannonie. Le blason du défunt y est entouré d’une couronne accompagnée d’une inscription en son hommage.

Ill. 1. Gniezo, cathédrale. Pierre timbale de l’archevêque Jean Łaski, primat de Pologne (1516-1518).

Ill. 1. Gniezo, cathédrale. Pierre timbale de l’archevêque Jean Łaski, primat de Pologne (1516-1518).

Sculpteur Johannes Fiorentinus

  • 20  S. S. Komornicki, « Kaplica Zygmuntowska w katedrze na Wawelu 1517-1533 », Rocznik Krakowski, t. 2 (...)
  • 21  J. Z. Łoziński, Grobowe kaplice kopułowe w Polsce 1520-1620, Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Nauko (...)
  • 22  J. Eckhardtówna, « Nagrobek Piotra Tomickiego w katedrze na Wawelu i jego twórca », Sprawozdania P (...)
  • 23D. Gnoli, « Le opere di Mino da Fiesole in Roma », Archivio Storico dell’Arte, t. 2, 1889, p. 455- (...)

5La construction de la chapelle, dont on ne connaît pas l’auteur, est attribuée à Bartolomeo Berrecci, architecte de la célèbre chapelle du roi Sigismond à la cathédrale de Wawel à Cracovie (érigée entre 1517-1533)20. La convocation de Berrecci – un Florentin actif en Hongrie – put se produire grâce aux efforts de Łaski, qui recommanda l’architecte aux services du roi. Pendant une période relativement brève, l’artiste réussit à établir à Cracovie un atelier d’architecture et sculpture puissant, qui non seulement réalisa les commandes de la cour royale, mais répondit aussi aux besoins du clergé et de l’aristocratie du pays. Une des commandes les plus importantes vint de Pierre Tomicki, qui prit la décision de faire bâtir sa chapelle funéraire à la cathédrale de Wawel peu après avoir été gratifié des dignités d’évêque de Cracovie, nonce apostolique et collecteur du Pape, tout cela en 152421. Le sépulcre de l’évêque avec son gisant reposant sur le sarcophage, comme plongé dans un sommeil paisible22, constitue l’élément central de ladite chapelle (Ill. 2), dont le plan reprend celui de la chapelle royale en version simplifiée, avec une coupole dépourvue de tambour. L’attitude du corps représenté, qualifiée de « sansovinesque », ainsi que son cadre architectonique, composé d’un édicule à colonnes, et le relief montrant une scène où saint Pierre désigne à la Vierge Marie l’évêque agenouillé à ses pieds, tout évoque les meilleurs modèles florentins et romains, par exemple le tombeau du Pape Paul II dans la basilique Saint-Pierre à Rome, œuvre de Mino da Fiesole et Giovanni Dalmata dont l’iconographie nous est connue malgré la destruction du monument (1474-1477)23, et dont Vasari a vanté la qualité. Le niveau artistique remarquable du monument cracovien, réalisé du vivant de Tomicki et sous son contrôle vigilant montre clairement que si l’on dénommait l’évêque arbiter elegantiarum, ce n’était point par courtoisie, mais à juste titre.

Ill. 2. Cracovie, cathédrale de Wawel. Tombeau de l’évêque Pierre Tomicki (1524-1533).

Ill. 2. Cracovie, cathédrale de Wawel. Tombeau de l’évêque Pierre Tomicki (1524-1533).

Sculpteur Bartolomeo Berrecci

  • 24H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 106-107 ; A. M. Schulz, Gianmaria Mosc (...)
  • 25H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 113-115, 130-131, 140-146 ; A. M. Schu (...)
  • 26M. Zlat, « Sztuka renesansu i manieryzmu 1500-1650 » dans Sztuka Wrocławia, T. Broniewski et M. Zl (...)
  • 27H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 33-34 ; H. Kozakiewiczowa, Rze (...)
  • 28J. Kębłowski, Renesansowa rzeźba na Śląsku 1500-1560, Poznań, Poznańskie Towarzystwo Przyjaciół Na (...)

6Le tombeau de Tomicki servit de modèle à de nombreux monuments funéraires du haut clergé polonais. La reine Bona, issue de la famille des Sforza, épouse du roi Sigismond I, exigea du sculpteur Gianmaria il Mosca, dit le Padovano, actif alors à Cracovie, de reproduire sa forme au détail près, dans le tombeau (1545-1547) de son favori Pierre Gamrat24, qui, grâce aux protections royales, avait réussi à cumuler les deux dignités les plus importantes de l’Église polonaise – celles d’archevêque de Gniezno et d’évêque de Cracovie. Mais c’est seulement la pose « sansovinesque » du gisant que l’on emprunta, dans la grande majorité des cas, à l’œuvre de Berrecci, pour l’intégrer ensuite à la composition de tombeaux construits non seulement à Cracovie, mais aussi à Poznań, Gniezno, Pułtusk ou Łowicz25, et même à Wrocław, capitale de la Silésie. Cette région, bien qu’appartenant à la province ecclésiastique polonaise, reconnut en 1348 la suzeraineté des rois de Bohême. Le tombeau imposant de Jean Thurzo, évêque de Wrocław, fut installé dans la cathédrale de Wrocław en 1537, presque une vingtaine d’années après sa mort, grâce aux efforts de ses frères, Stanislas, évêque d’Olomouc, et Jean le Jeune, seigneur à Pszczyna26. Dans sa forme d’origine, qui subsista jusqu’en 1716, le gisant de l’évêque, évoquant le tombeau de Tomicki (Ill. 3), était abrité sous un baldaquin à colonnes corinthiennes, ayant probablement pour modèle le baldaquin qui surmontait dès 1519-1524 le sépulcre gothique du roi Ladislas II Jagellon, érigé dans la cathédrale de Wawel par des artistes du cercle de Berrecci.27 On fit construire pour l’évêque de Wrocław Balthasar von Promnitz, vers la moitié des années 1560, un tombeau de forme semblable, bien que moins somptueux, dans une chapelle de l’église Saint-Jacques à Nysa28, où les gérants du diocèse transférèrent leur résidence, fuyant le tumulte de la Réforme.

Ill. 3. Wrocław, cathédrale. Fragment un tombeau de l’évêque Jean Thurzo (1527).

Ill. 3. Wrocław, cathédrale. Fragment un tombeau de l’évêque Jean Thurzo (1527).

Sculpteur italien inconnu

  • 29R. M. Kunkel, « Renesansowa katedra płocka i jej twórca Bernardinus de Gianotis », Biuletyn Histor (...)
  • 30P. Tomei, L’architettura a Roma nel Quattrocento, Roma, Palombi, 1942, p. 117-128 ; G. Urban, « De (...)
  • 31R. M. Kunkel, « Renesansowa katedra płocka », op. cit. (note 29), p. 228.

7Bernardino di Zanobi de Gianotis, surnommé « le Romain », un des protagonistes du milieu cracovien de l’art de la Renaissance italienne, se vit confier une des plus exigeantes tâches architecturales de l’époque – fait qui témoigne d’ailleurs de l’importance de ce centre –, celle de l’érection d’une nouvelle cathédrale à Płock (1532-1534)29. L’évêque André Krzycki, humaniste et poète fameux, décida de prendre le risque d’un tel investissement après l’échec des tentatives de reconstruction de la cathédrale romane, victime d’un incendie. Le Maître Bernardino, recommandé à Krzycki par son oncle Pierre Tomicki, promit de réaliser au coût de 10 000 florins « une œuvre exceptionnelle et éminente ». Pour obtenir le consentement du chapitre, l’évêque fit réduire l’estimation des dépenses à 6 000 florins, et dut couvrir lui-même le reste des frais de construction. La nouvelle cathédrale, une basilique à trois nefs, avec un système de supports alternés, un transept et une coupole surmontant la croisée, présentait maintes ressemblances avec les églises romaines de Santa Maria del Popolo (1472-1477) et Sant’Agostino (1479-1483), ainsi qu’avec la cathédrale de Turin (1491-1498), érigée par Meo del Caprina (Amadeo di Francesco da Settignano), architecte d’origine toscane actif à Rome, sur la commande du cardinal Domenico della Rovere30. Faute de moyens disponibles, la cathédrale de Płock – chef-lieu d’un diocèse économiquement arriéré – était dépourvue de tout décor intérieur. Krzycki écrivait donc à son oncle en septembre 1535, peu après la fin des travaux : « je vois la construction de mon temple accomplie, mais accomplie en mesure de mes moyens, et non selon ma volonté »31.

  • 32H. Kozakiewiczowa, « Mecenat Jana Łaskiego », op. cit. (note 15), p. 12.
  • 33Od gotiky k renesanci : výtvarná kultura Moravy a Slezska 1400-1550, t. 2 : Brno, K. Chamonikola é (...)

8La construction des édifices tant sacrés que profanes fondés par les évêques de la province ecclésiastique polonaise, comme l’église paroissiale érigée par Jean Łaski à Łask, non loin de Sieradz (1525)32, son village natal, ou le château du Mont Saint-Jean (Janowa Góra, Janský Vrch), situé dans le duché de Nysa33, dont les évêques de Wrocław étaient propriétaires, rebâti par Jean Thurzo (1505-1509), tirait encore son répertoire des formes gothique. Le détail architectural, toutefois, y annonçait déjà un style nouveau, comme dans le cas de deux plaques sculptées du Mont Saint-Jean (Ill. 4), parées de motifs ornementaux provenant d’Italie du nord.

Ill. 4. Javornik (République Tchèque), ancien château des évêques de Wrocław sur le Mont St. Jean (Janský Vrch).

Ill. 4. Javornik (République Tchèque), ancien château des évêques de Wrocław sur le Mont St. Jean (Janský Vrch).

Plaque sculptée aux armes de l’évêque Jean Thurzo (1509)

  • 34H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 41 ; M. Karpowicz, « Benedetto (...)
  • 35E. Wiese, « Plastik des Mittelalters in Oberschlesien » dans Deutsche Kunstdenkmäler in Oberschles (...)
  • 36H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 34 ; H. Kozakiewiczowa, Rzeźba (...)
  • 37H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 46-48.
  • 38S. Detloff, « Nagrobek Zbigniewa Oleśnickiego w katedrze gnieźnieńskiej », Rocznik Poznańskiego To (...)

9Une autre fondation de l’évêque Thurzo dans le domaine de la sculpture architecturale, le portail menant du déambulatoire à la sacristie de la cathédrale de Wrocław (1517)34, quoique éloigné des réalisations toscano-romaines de l’atelier de Bartolomeo Berrecci, révèle des origines semblables. Quelques années auparavant, probablement vers 1511, sur la commande du même évêque, fut exécuté un retable à volets consacré à la Passion du Christ, destiné à l’église Saint-Jacques à Nysa35. Les statues en haut-relief de la huche, se dérobant déjà à l’hégémonie de la draperie, et les candélabres, cornes d’abondance et couronnes de laurier du couronnement semi-circulaire, s’y allient pour créer un ensemble singulier. Même le centre prééminent de Cracovie ne fut pas libre de tels mariages du « nouveau » avec « l’ancien ». Les tombeaux des évêques Jean Konarski à Cracovie (1521)36 (Ill. 5) et Jean Lubrański à Poznań (1522-25)37 en sont le meilleur exemple. Les plaques funéraires traditionnelles, avec leur gisants présentés en bas-relief, semblables à celle, d’un gothique tardif, du cardinal Zbigniew Oleśnicki à Gniezno, réalisée par Veit Stoss38, viennent s’encastrer en biais dans des cadres architectoniques et ornementaux sortis de l’atelier de Berrecci, de manière à former une sorte de caisse.

Ill. 5. Cracovie, cathédrale de Wawel. Tombau de l’évêque Jean Konarski (1521).

Ill. 5. Cracovie, cathédrale de Wawel. Tombau de l’évêque Jean Konarski (1521).

Sculpteur italien du cercle de Bartolomeo Berrecci

  • 39J. Jarzewicz et A. Karłowska-Kamzowa, Gotyckie spiżowe płyty nagrobne w Polsce. Studia o formie i (...)
  • 40P. Strieder, Albrecht Dürer : Paintings, Prints, Drawings, New York, Abaris Books, 1989, p. 172, 3 (...)
  • 41  C. Müller-Hofstede, « Zwei schlesische Madonnen von Lucas Cranach – eine Erinnerung », Schlesien, (...)
  • 42  W. Łuszczkiewicz, « Płaskorzeźba Andrzeja della Robbia w kościele w Łasku », Sprawozdania Komisji (...)

10L’établissement d’un compromis entre le monde bien apprivoisé des formes anciennes et celui auquel les artistes venus d’Italie frayèrent le chemin fut facilité par l’importation de multiples œuvres d’art de régions où le processus d’assimilation du more italico au milieu artistique local fut amorcé plus tôt, de Nuremberg et d’Augsbourg notamment, ainsi que d’autres centres d’Allemagne du sud. Les évêques de Poznań Uriel Górka et Pierre Tomicki, ainsi que l’évêque de Wrocław Jean Roth firent venir des lames en bronze gravées à leur effigie exécutées dans le fameux atelier des Vischer à Nuremberg39 ; l’évêque de Wrocław Jean Thurzo, quant à lui, s’y procurait non seulement des œuvres d’orfèvrerie, mais aussi, à titre onéreux, des tableaux non pas de maîtres méconnus, mais d’Albert Dürer lui-même. Ainsi, Thurzo lui acheta pour 120 florins son Adam et Ève (1507, aujourd’hui au Musée Prado) et pour 72 florins une Madone à l’Iris (1508, aujourd’hui à la National Gallery de Londres)40. L’évêque avait aussi dans sa collection deux tableaux de Lucas Cranach l’Ancien : la Flagellation du Christ, disparue au XVIe siècle, et la Madone sous les Sapins, sournoisement dérobée par un chanoins allemands après la deuxième guerre mondiale41. Curieusement, mais de façon caractéristique, il n’y eut presque pas, parmi les œuvres rassemblées par l’évêque Thurzo et ses contemporains de la province ecclésiastique polonaise, de tableaux ou de sculptures italiennes. L’unique pièce importée d’Italie est un tondo en bas-relief, représentant une Vierge à l’Enfant, d’une qualité artistique médiocre, exécuté vers la fin du XVe siècle dans un atelier florentin inconnu, amené de Rome par le primat Łaski et offert à l’église de Łask42.

  • 43  M. Sokołowski, « Hans Suess v. Kulmbach, jego obrazy w Krakowie i jego mistrz Jacopo dei Barbari » (...)
  • 44  S. S. Komornicki, « Pontyfikał Erazma Ciołka », Sztuki Piękne, t. 2, 1925-1926, p. 193-199 ; B. Mi (...)
  • 45  S. Sawicka, « Les principaux manuscrits à peintures de la Bibliothèque Nationale de Varsovie, du C (...)
  • 46  S. S. Komornicki, « Evangéliaire de Pierre Tomicki, évêque de Cracovie », Bulletin de la Société F (...)

11Il n’y avait donc eu en Pologne, contrairement à la Hongrie de l’époque corvinienne, ni œuvres originales de la peinture italienne, ni même un seul peintre qui serait venu d’Italie. Ce domaine de l’art fut dominé par les artistes locaux et quelques peintres allemands, Hans Dürer, Hans Süss de Kulmbach et Michael Lancz de Kitzingen43. L’enluminure atteignit – et ce grâce au membres de l’épiscopat polonais – un niveau largement supérieur. Le Pontificale de l’évêque de Płock Erasme Ciołek (vers 1510) compte parmi ses œuvres les plus éminentes44. Le manuscrit fait défiler, sur ses 62 enluminures en pleine ou demi page et en initiales, savamment composées, le fruit d’une observation attentive du monde environnant, avec tous les devoirs liturgiques d’un évêque : le couronnement d’un roi, l’ordination d’un Prêtre, le choix de l’emplacement d’une future église, puis des consécrations, d’un retable, d’un Crucifix, d’habits liturgiques, d’un tableau de l’Immaculée Vierge Marie, ainsi que beaucoup d’autres. Dans cette même thématique vient se situer une des œuvres majeures de Stanislas Samostrzelnik, cistercien de Mogiła (non loin de Cracovie), le meilleur enlumineur polonais de la première moitié du XVIe siècle : les illustrations du Catalogus archiepiscoporum gnesnensium et des Vitae episcoporum cracoviensium de Jean Długosz, réalisées entre 1530-1535 sur la commande de Pierre Tomicki45. Les portraits – excellents – d’évêques et d’archevêques (Ill. 6), et surtout les paysages étendus qui en forment l’arrière-plan trahissent une influence prononcée d’Albert Dürer et des peintres de l’école danubienne, tandis que les bordures ornementales témoignent de celle de l’estampe italienne et d’Allemagne du sud renaissante. Une œuvre du même artiste, exécutée vers 1534 pour le même commanditaire, un Évangéliaire46 (Ill. 7) où des médaillons à l’antique avec des portraits d’empereurs romains ou de rois polonais apparaissent entourés d’un décor ornemental foisonnant, inspire les mêmes réflexions.

Ill. 6. Varsovie, BN. Catalogus archiepiscoporum gnesnensium (1535). Portrait de l’archevêque Bodzanta (page 64)

Ill. 6. Varsovie, BN. Catalogus archiepiscoporum gnesnensium (1535). Portrait de l’archevêque Bodzanta (page 64)

Peintre Stanislas Samostrzelnik

Ill. 7. Cracovie, Archive du Chapitre métropolitain de Wawel. Évangéliaire de l’évêque Pierre Tomicki (1533-1534). Page enluminée XII

Ill. 7. Cracovie, Archive du Chapitre métropolitain de Wawel. Évangéliaire de l’évêque Pierre Tomicki (1533-1534). Page enluminée XII

Peintre Stanislas Samostrzelnik

  • 47  B. Miodońska, « Renesansowe portrety biskupów krakowskich w klasztorze franciszkanów w Krakowie », (...)

12On a essayé d’attribuer à Samostrzelnik, sans grande certitude, un des premiers portraits en pied réalisé en Pologne, peint dans le deuxième quart du XVIe siècle47 (Ill. 8). Le tableau fait partie de la galerie de portraits d’évêques du cloître du monastère franciscain de Cracovie et présente, d’une manière tout a fait différente que sur son tombeau, antérieur, dans la cathédrale de Wawel, l’évêque Pierre Tomicki.

Ill. 8. Cracovie, monastère fransciscain. Portrait de l’évêque Pierre Tomicki (2nd quart du XVIe siècle.

Ill. 8. Cracovie, monastère fransciscain. Portrait de l’évêque Pierre Tomicki (2nd quart du XVIe siècle.

Attribué à Stanislas Samostrzelnik

  • 48J. Harasimowicz, « Il Rinascimento fuori dal limes romanus » dans Il Rinascimento italiano e l’Eur (...)

13Ce sont en effet ces deux œuvres à son effigie, le somptueux monument funéraire à gisant en pierre sculptée, chef-d’œuvre d’un artiste venu presque droit de Florence, et le portrait peint sur panneau, création maladroite mais ambitieuse, qui représentent au mieux le cadre dans lequel se réalisait le mécénat artistique des membres du haut clergé de la province ecclésiastique polonaise de la première moitié du XVIe siècle. Les évêques ont tiré, semble-t-il, grand profit des occasions qui se présentaient à l’époque à tout homme éduqué et bien fortuné, quel que soit son rang social, dans une Europe centrale en plein essor économique et jouissant d’une stabilité politique. Mais la création de ces conditions favorables n’est pas un mérite dont les prélats pourraient se prévaloir ; il faut l’attribuer en premier lieu aux sages monarques de la dynastie des Jagellons, élèves de l’humaniste italien Callimaque. Eux seuls furent capables de formuler et de financer un programme de « modernisation » de vaste envergure, qui attira à Cracovie un nombre considérable d’artistes italiens48. Le clergé, si on met à part les initiatives pionnières du primat Łaski, y joua un rôle différent, que l’on ne saura négliger toutefois : celui de principal bénéficiaire de la politique culturelle menée par la cour royale.

Haut de page

Notes

1  J. Kłoczowski, L. Müllerowa et J. Skarbek, Zarys dziejów Kościoła katolickiego w Polsce, Kraków, Wydawnictwo Znak, 1986, p. 21-30.

2Ibid., p. 49-57.

3Ibid., p. 56.

4  J. Nikodem, Zbigniew Oleśnicki w historiografii polskiej, Kraków, PAU, 2001 ; M. Koczerska, Zbigniew Oleśnicki i Kościół krakowski w czasach jego pontyfikatu 1423-1455, Warszawa, DiG, 2004.

5500-lecie Grzegorza z Sanoka. Materiały z sesji popularnonaukowej w Lublinie, 28-29 I 1977 r., red. A. Krawczyk et A. Nowicki, Lublin, Wydawnictwo UMCS, 1980.

6  J. Olkiewicz, Kallimach doświadczony, Warszawa, Ludowa Spółdzielnia Wydawnicza, 1981 ; J. Ślaski, La fortuna dell’opera letteraria di Callimaco in Polonia, Firenze, L. S. Olschki, 1987.

7  K. Hartleb, Działalność kulturalna biskupa-dyplomaty Erazma Ciołka, Lwów, Towarzystwo Miłośników Książki, 1929 ; H. Folwarski, Erazm Ciołek : biskup i dyplomata, Warszawa, 1935 (Studia historico-ecclesiastica, t. 2).

8  L. Barszcz, Andrzej Krzycki : poeta, dyplomata, prymas, Włoszakowice, Gminny Ośrodek Kultury, 2005.

9  J. Garbacik, « Górka (z Górki) Uriel h. Łodzia (ok. 1435-1498) » dans Polski Słownik Biograficzny, t. 8, Wrocław-Warszawa-Kraków, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1960, p. 421-423.

10  L. Hajdukiewicz, « Lubrański Jan h. Godziemba (1456-1520) » dans Polski Słownik Bigraficzny, t. 18, Kraków, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1973, p. 81-84 ; Jan Lubrański i jego dzieło, Poznań, Wydawnictwo Miejskie, 1999 (Kronika Miasta Poznania, 1999, t. 2).

11  M. Goetel-Kopff, « Konarski Jan h. Habdank (1447-1525) » dans Polski Słownik Biograficzny, t. 13, Wrocław-Warszawa-Kraków, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1968, p. 458-461.

12  L. Hajdukiewicz, Księgozbiór i zainteresowania bibliofilskie Piotra Tomickiego na tle jego działalności kulturalnej, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1961 ; A. Odrzywolska-Kidawa, Biskup Piotr Tomicki (1464-1535) : kariera polityczna i kościelna, Warszawa, Semper, 2004.

13  G. Bauch, « Analekten zur Biographie des Bischofs Johann IV. Roth » dans Studien zur schlesischen Kirchengeschichte Georg Kard. Kopp gewidmet, Breslau, Wohlfarth, 1907, p. 19-102.

14  G. Bauch, « Johann Thurzo und Johann Hess », Zeitschrift des Vereins für Geschichte Schlesiens, t. 36, 1901, p. 193-224 ; J. Smacka, « Jan Turzo humanista i mecenas kultury renesansowej », Roczniki Sztuki Śląskiej, t. 2, 1963, p. 77-92 ; J. Mandziuk, « Działalność kościelna biskupa Jana V Thurzo », Colloquium Salutis, t. 10, 1978, p. 78-115 ; K. Lambrecht, « Breslau als Zentrum der gelehrter Kommunikation unter Bischof Johann V. Thurzo (1466-1520) », Archiv für schlesische Kirchengeschichte, t. 58, 2000, p. 117-141 ; A. Szewczyk, Mecenat artystyczny biskupa wrocławskiego Jana V Thurzona (1506-1520), Wrocław, Uniwersytet Wrocławski, 2003 (thèse M.A., texte dactylographié).

15  W. Kieszkowski, « Prymas Jan Łaski i początki renesansu w Polsce », Arkady, t. 3, 1937, p. 506-512 ; H. Kozakiewiczowa, « Mecenat Jana Łaskiego : z zagadnień sztuki renesansu w Polsce », Biuletyn Historii Sztuki, t. 23, 1961, p. 3-17.

16  J. Balogh, « La Capella Bakócz di Esztergom », Acta Historiae Artium, t. 3, 1956, p. 1-197 ; J. Białostocki, The Art of the Renaissance in Eastern Europe : Hungary – Bohemia – Poland, Oxford, Phaidon Press, 1976, p. 29-33 ; Matthias Corvinus und die Renaissance in Ungarn : 1458-1541. Schallaburg ΄82, 8. Mai – 1. Nov. 1982, G. Stangler éd., Wien, Amt der Niederösterreichischen Landesregierung, 1982, p. 660-671.

17  H. Kozakiewiczowa, « Mecenat Jana Łaskiego », op. cit. (note 15), p. 9-13 ; J. Białostocki, The Art of the Renaissance, op. cit. (note 16), p. 33-35.

18  L. Gerevich, « Joannes Fiorentinus und die Pannonische Renaissance », Acta Historiae Artium, t. 6, 1959, p. 309-339.

19  H. Kozakiewiczowa, « Mecenat Jana Łaskiego », op. cit. (note 15), p. 6-9 ; Id., Rzeźba XVI wieku w Polsce, Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1984, p. 20-22.

20  S. S. Komornicki, « Kaplica Zygmuntowska w katedrze na Wawelu 1517-1533 », Rocznik Krakowski, t. 23, 1931, p. 47-120 ; Z. Hornung, « Mauzoleum króla Zygmunta I w katedrze krakowskiej », Sprawozdania Komisji Historii Kultury i Sztuki Towarzystwa Naukowego Warszawskiego, t. 1, 1949, p. 69-147 ; L. Kalinowski, « Treści artystyczne i ideowe Kaplicy Zygmuntowskiej », Studia do dziejów Wawelu, t. 2, 1960, p. 1-129 ; J. Białostocki, The Art of the Renaissance, op. cit. (note 16), p. 35-39 ; H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, Warszawa, Arkady, 1976, p. 27-33 ; S. Mossakowski, « Bartolomeo Berrecci à Cracovie : la chapelle Sigismond », Revue de l’Art, t. 101, 1993, p. 67-85 ; Id., « Kiedy, jak i przez kogo wznoszona była i dekorowana kaplica Zygmuntowska ? », Kwartalnik Architektury i Urbanistyki, t. 39, 1994, p. 87-127.

21  J. Z. Łoziński, Grobowe kaplice kopułowe w Polsce 1520-1620, Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1973, p. 47 ; J. Miziołek, « The Bishop Piotr Tomicki Chapel in the Cracow Cathedral, and Its Altarpiece Depicting ‘The Adoration of the Magi’» dans Die Jagiellonen : Kunst und Kultur einer europäischen Dynastie an der Wende zur Neuzeit, D. Popp et R. Suckale éd., Nürnberg, Germanisches Nationalmuseum, 2002, p. 385-394.

22  J. Eckhardtówna, « Nagrobek Piotra Tomickiego w katedrze na Wawelu i jego twórca », Sprawozdania Poznańskiego Towarzystwa Przyjaciół Nauk, 1937, n. 3 (30), p. 130-138 ; J. Białostocki, The Art of the Renaissance, op. cit. (note 16), p. 53-54 ; H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 35 ; H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 52-56.

23D. Gnoli, « Le opere di Mino da Fiesole in Roma », Archivio Storico dell’Arte, t. 2, 1889, p. 455-467 ; M. Salmi, L’arte italiana, vol. 2 : Il gotico e il primo rinascimento, Firenze, Sansoni, 1942, p. 227-228 ; J. Pope-Hennesy, Italian Renaissance sculpture, London, Phaidon Press, 1958, p. 335.

24H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 106-107 ; A. M. Schulz, Gianmaria Mosca called Padovano : a renaissance Sculptor in Italy and Poland, University Park, The Pennsylvania State University Press, 1998, p. 101-102, 143-145, 274-277.

25H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 113-115, 130-131, 140-146 ; A. M. Schulz, Gianmaria Mosca called Padovano, op. cit. (note 24), p. 98-101, 133-143, 277-284, 290-293.

26M. Zlat, « Sztuka renesansu i manieryzmu 1500-1650 » dans Sztuka Wrocławia, T. Broniewski et M. Zlat éd., Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1967, p. 183-263 (ici p. 210-211) ; J. Białostocki, The Art of the Renaissance, op. cit. (note 16), p. 49 ; H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 41-42 ; M. Zlat, « Rzeźba i malarstwo w latach 1525-1650 » dans Wrocław – jego dzieje i kultura, Z. Świechowski éd., Warszawa, Arkady, 1978, p. 221-245 (ici p. 225-226) ; A. Szewczyk, Mecenat artystyczny biskupa wrocławskiego Jana V Thurzona, op. cit. (note 14), p. 25-27.

27H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 33-34 ; H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 63-64.

28J. Kębłowski, Renesansowa rzeźba na Śląsku 1500-1560, Poznań, Poznańskie Towarzystwo Przyjaciół Nauk, 1967, p. 87 ; T. Chrzanowski, Rzeźba lat 1560-1650 na Śląsku Opolskim, Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1974, p. 32-36.

29R. M. Kunkel, « Renesansowa katedra płocka i jej twórca Bernardinus de Gianotis », Biuletyn Historii Sztuki, t. 49, 1987, p. 227-247 ; J. Harasimowicz, « Les églises de la Renaissance en Pologne, Lithuanie et Ruthénie » dans L’église dans l’architecture de la Renaissance, J. Guillaume éd., Paris, Picard, 1995, p. 195-212.

30P. Tomei, L’architettura a Roma nel Quattrocento, Roma, Palombi, 1942, p. 117-128 ; G. Urban, « Der Kirchenbau des Quattrocento in Rom », Römisches Jahrbuch für Kunstgeschichte, t. 9/10, 1963, p. 75-287.

31R. M. Kunkel, « Renesansowa katedra płocka », op. cit. (note 29), p. 228.

32H. Kozakiewiczowa, « Mecenat Jana Łaskiego », op. cit. (note 15), p. 12.

33Od gotiky k renesanci : výtvarná kultura Moravy a Slezska 1400-1550, t. 2 : Brno, K. Chamonikola éd., Brno, Moravská galerie v Brně, 1999, p. 58-61, 240-243 ; B. Samek, Umělecké památky Moravy a Slezska, t. 2, Praha, Academia, 1999, p. 35-41 ; A. Szewczyk, Mecenat artystyczny biskupa wrocławskiego Jana V Thurzona, op. cit. (note 14), p. 131-134.

34H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 41 ; M. Karpowicz, « Benedetto Briosco we Wrocławiu », Ikonotheka, t. 9, 1995, p. 7-20 ; A. Szewczyk, Mecenat artystyczny biskupa wrocławskiego Jana V Thurzona, op. cit. (note 14), p. 62-63, 135-136.

35E. Wiese, « Plastik des Mittelalters in Oberschlesien » dans Deutsche Kunstdenkmäler in Oberschlesien. Jahrbuch der Oberschlesischen Denkmalpflege nebst dem Bericht des Provinzialkonservators, t. 1, 1934, p. 11-30 (ici p. 26) ; A. Ziomecka, «Śląskie retabula szafowe w drugiej połowie XV i na początku XVI wieku », Roczniki Sztuki Śląskiej, t. 10, 1976, p. 7-146 (ici p. 100) ; A. Szewczyk, Mecenat artystyczny biskupa wrocławskiego Jana V Thurzona, op. cit. (note 14), p. 28-44, 112-118, 137-138.

36H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 34 ; H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 46-48.

37H. Kozakiewiczowa, Rzeźba XVI wieku, op. cit. (note 19), p. 46-48.

38S. Detloff, « Nagrobek Zbigniewa Oleśnickiego w katedrze gnieźnieńskiej », Rocznik Poznańskiego Towarzystwa Przyjaciół Nauk, t. 45, 1919, p. 362 ; P. Skubiszewski, Rzeźba nagrobna Wita Stwosza, Warszawa, Państwowy Instytut Wydawniczy, 1957, p. 67-76 ; Z. Kępiński, Wit Stwosz, Warszawa, Auriga, 1981, p. 64.

39J. Jarzewicz et A. Karłowska-Kamzowa, Gotyckie spiżowe płyty nagrobne w Polsce. Studia o formie i treściach ideowych, Poznań, Poznańskie Towarzystwo Przyjaciół Nauk, 1997.

40P. Strieder, Albrecht Dürer : Paintings, Prints, Drawings, New York, Abaris Books, 1989, p. 172, 332 ; A. Szewczyk, Mecenat artystyczny biskupa wrocławskiego Jana V Thurzona, op. cit. (note 14), p. 89-94, 111, 138-139. L’appartenance des deux tableaux d’Albert Dürer, Adam et Ève et la Madone à l’Iris, à la collection d’œuvres d’art de l’humaniste Jean Thurzo, évêque de Wrocław, a récemment été prouvée par Mme Aleksandra Szewczyk. Je tiens à la remercier pour sa contribution à la rédaction de ce texte, ainsi que pour l’avoir présenté – en me remplaçant – au colloque de Tours.

41  C. Müller-Hofstede, « Zwei schlesische Madonnen von Lucas Cranach – eine Erinnerung », Schlesien, t. 2, 1958, p. 65-71 ; J. Smacka, « Jan Turzo humanista i mecenas », op. cit. (note 14), p. 84 ; A. Szewczyk, Mecenat artystyczny biskupa wrocławskiego Jana V Thurzona, op. cit. (note 14), p. 56-57, 110, 139.

42  W. Łuszczkiewicz, « Płaskorzeźba Andrzeja della Robbia w kościele w Łasku », Sprawozdania Komisji Historii Sztuki, t. 9, 1914, p. 317-330 ; H. Kozakiewiczowa, « Mecenat Jana Łaskiego », op. cit. (note 15), p. 12.

43  M. Sokołowski, « Hans Suess v. Kulmbach, jego obrazy w Krakowie i jego mistrz Jacopo dei Barbari », Sprawozdania Komisji Historii Sztuki, t. 2, 1884, p. 53-123 ; K. Sinko-Popielowa, « Hans Dürer i Cebes wawelski », Biuletyn Historii Sztuki i Kultury, t. 5, 1937, p. 141-163 ; M. Goetel-Kopff, « Tryptyk wawelski Michała Lancza z Kitzingen », dans Studia renesansowe, M. Walicki éd., t. 2, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1957, p. 91-133 ; M. Walicki, « Polskimi śladami Kulmbacha », dans Id., Złoty widnokrąg, Warszawa, Wydawnictwa Artystyczne i Filmowe, 1965, p. 117-126.

44  S. S. Komornicki, « Pontyfikał Erazma Ciołka », Sztuki Piękne, t. 2, 1925-1926, p. 193-199 ; B. Miodońska, « Iluminator Mszału jasnogórskiego i Pontyfikału Erazma Ciołka », Rozprawy i Sprawozdania Muzeum Narodowego w Krakowie, t. 9, 1967, p. 51-71 ; Id., Małopolskie malarstwo książkowe 1320-1540, Warszawa, Wydawnictwo Naukowe PWN, 1993, p. 45, 175-183, 200.

45  S. Sawicka, « Les principaux manuscrits à peintures de la Bibliothèque Nationale de Varsovie, du Château Royal et des Bibliothèques : des Zamoyski à Varsovie, du Séminaire de Płock et du Chapitre de Gniezno », Bulletin de la Société Française de reproductions de manuscrits à peintures, t. 19, 1938, p. 222-231 ; B. Przybyszewski, « Stanisław Samostrzelnik », Biuletyn Historii Sztuki, t. 13, 1951, p. 47-87 (ici p. 64-65) ; B. Miodońska, Miniatury Stanisława Samostrzelnika, Warszawa, Auriga, 1983, p. 26-27 ; Id., Małopolskie malarstwo książkowe, op. cit. (note 44), p. 47, 201.

46  S. S. Komornicki, « Evangéliaire de Pierre Tomicki, évêque de Cracovie », Bulletin de la Société Française de reproductions de manuscrits à peintures, t. 18, 1935, p. 190-192 ; B. Miodońska, Małopolskie malarstwo książkowe, op. cit. (note 44), p. 46, 201.

47  B. Miodońska, « Renesansowe portrety biskupów krakowskich w klasztorze franciszkanów w Krakowie », Rocznik Krakowski, t. 35, 1961, p. 3-36 ; H. et S. Kozakiewiczowie, Renesans w Polsce, op. cit. (note 20), p. 43-44.

48J. Harasimowicz, « Il Rinascimento fuori dal limes romanus » dans Il Rinascimento italiano e l’Europa, vol. I : Storia e storiografia, M. Fantoni éd., Costabissara, Angelo Colla Editore, 2005, p. 415-438.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. Gniezo, cathédrale. Pierre timbale de l’archevêque Jean Łaski, primat de Pologne (1516-1518).
Légende Sculpteur Johannes Fiorentinus
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/237/img-1.png
Fichier image/png, 706k
Titre Ill. 2. Cracovie, cathédrale de Wawel. Tombeau de l’évêque Pierre Tomicki (1524-1533).
Légende Sculpteur Bartolomeo Berrecci
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/237/img-2.png
Fichier image/png, 803k
Titre Ill. 3. Wrocław, cathédrale. Fragment un tombeau de l’évêque Jean Thurzo (1527).
Légende Sculpteur italien inconnu
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/237/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Ill. 4. Javornik (République Tchèque), ancien château des évêques de Wrocław sur le Mont St. Jean (Janský Vrch).
Légende Plaque sculptée aux armes de l’évêque Jean Thurzo (1509)
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/237/img-4.png
Fichier image/png, 1012k
Titre Ill. 5. Cracovie, cathédrale de Wawel. Tombau de l’évêque Jean Konarski (1521).
Légende Sculpteur italien du cercle de Bartolomeo Berrecci
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/237/img-5.png
Fichier image/png, 1002k
Titre Ill. 6. Varsovie, BN. Catalogus archiepiscoporum gnesnensium (1535). Portrait de l’archevêque Bodzanta (page 64)
Légende Peintre Stanislas Samostrzelnik
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/237/img-6.png
Fichier image/png, 975k
Titre Ill. 7. Cracovie, Archive du Chapitre métropolitain de Wawel. Évangéliaire de l’évêque Pierre Tomicki (1533-1534). Page enluminée XII
Légende Peintre Stanislas Samostrzelnik
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/237/img-7.png
Fichier image/png, 942k
Titre Ill. 8. Cracovie, monastère fransciscain. Portrait de l’évêque Pierre Tomicki (2nd quart du XVIe siècle.
Légende Attribué à Stanislas Samostrzelnik
URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/237/img-8.png
Fichier image/png, 751k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Harasimowicz, « Le haut clergé de l’église en Pologne. Collectionneurs et mécènes dans la première moitié du XVIe siècle », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 245-261.

Référence électronique

Jan Harasimowicz, « Le haut clergé de l’église en Pologne. Collectionneurs et mécènes dans la première moitié du XVIe siècle », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/237

Haut de page

Auteur

Jan Harasimowicz

Université de Wrocław - Institut de l’Histoire de l’Art

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org