Navigation – Plan du site
Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique - Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.)

Les cardinaux, apôtres de la Renaissance ?

Frédérique Lemerle et Yves Pauwels
p. 5-6

Texte intégral

1Le mouvement des idées et des formes est l’une des caractéristiques les plus frappantes du mouvement artistique de la Renaissance. Les notions de « centre » et de « périphérie », même si elles ne sont pas totalement opérantes, rendent bien compte de l’existence aux XVe et XVIe siècles de foyers principaux où se pratiquent expériences et découvertes – dans le domaine des arts graphiques et de l’architecture, Florence, Milan, Rome – et de foyers secondaires, qui, aux marches de l’Italie d’abord, dans toute l’Europe ensuite, copient, reprennent et adaptent à leur génie propre les leçons de l’antiquité et les inventions italiennes.

2Quels furent les moteurs humains de cette extraordinaire circulation intellectuelle qui est l’une des originalités de la Renaissance ? Les princes et les papes, assurément. Mais, à un autre et indispensable niveau, ces hommes souvent brillants que furent les cardinaux. Indépendamment du goût personnel pour la culture et de la propension au mécénat manifestées par beaucoup d’entre eux, les membres du Sacré Collège furent par les nécessités mêmes de leur fonction, les seuls capables d’établir un lien permanent et actif entre Rome, centre de l’innovation artistique à partir du pontificat de Jules II, et les cours européennes – d’autant qu’ils remplissaient aussi souvent le rôle d’ambassadeurs.

3Dans le domaine des arts, la Renaissance italienne ne s’exporte réellement qu’à partir du moment où la Renovatio Urbis du pape Giulio Della Rovere a rendu à la Ville un statut effectif de capitale de la Chrétienté – et que les cardinaux, de plus en plus nombreux, y résident plus volontiers. La Renaissance florentine du Quattrocento a laissé indifférents les monarques européens ; il faut attendre l’extrême fin du siècle, voire le début du XVIe siècle, pour que les motifs lombards ne soient connus et diffusés en Espagne et en France. En revanche, la Renaissance romaine du Cinquecento conquit Tolède, Grenade, Fontainebleau et Paris avec une rapidité extraordinaire. Peut-être est-ce parce que les cardinaux européens n’avaient pas au Quattrocento la même activité, ne pouvaient acquérir à Rome la même culture, et en fin de compte ne pouvaient jouer le même rôle ? Au Trecento, le cardinal Gil de Albornoz, lien entre la papauté d’Avignon, Tolède et Bologne est un précurseur : il a exporté en Espagne et même en Italie, la culture d’une capitale pontificale, mais d’une capitale qui n’est pas encore Rome.

4Aussi ne s’étonnera-t-on pas de voir chez Jean Du Bellay ou Georges d’Armagnac, très présents à Rome, des acteurs actifs du renouveau intellectuel et artistique français ; mais les cardinaux espagnols, Pedro de Mendoza ou Guillem Ramón de Vich, ne furent pas en reste, et les prélats anglais auraient eu une grande influence si les décisions de Henri VIII – et les malheurs conséquents de Wolsey – n’avaient engagé l’Angleterre dans une voie très particulière. La haute prélature joua également un rôle non négligeable dans l’ouverture des pays de l’est européen catholique, Hongrie et Pologne en particulier. Tous avaient en commun une implication très forte dans les choses de l’esprit, même si leurs motivations y apparaissent très diverses, déterminées par les différentes sensibilités nationales, les origines sociales et les différences même dans la façon d’être cardinal : le « cardinal prince » ne réagit ni n’agit comme le « cardinal d’État », et la distance est grande entre un cadet de la famille de Lorraine et le fils d’un boucher. Mais, visiblement, tous considèrent la culture et l’art comme leur apanage naturel, soit qu’ils s’en contentent faute de mieux, soit qu’ils leur doivent le moyen de leur élévation.

5Le rôle des cardinaux vaut aussi par les compagnons et familiers qui furent les leurs pendant les voyages et les séjours romains. Si Rabelais, Guillaume Philandrier, Francesco da Olanda ou Philibert De l’Orme purent se rendre en Italie, et surtout y demeurer assez longtemps pour tirer de leur présence dans la Ville éternelle tout le profit nécessaire, c’est qu’ils faisaient partie de la suite des cardinaux. Dans certains cas, c’est en tant qu’intermédiaires que les cardinaux favorisèrent l’« exportation », en établissant les contacts, en acheminant les œuvres et surtout en finançant les voyages des artistes. Ainsi la France doit-elle en partie à Georges d’Armagnac la venue de Serlio à Fontainebleau, si importante pour le développement de son architecture. Le rayonnement des prélats n’est pas nécessairement direct : seuls, ils ont donné aux artistes et aux humanistes les meilleures conditions pour apprendre, comprendre et digérer l’apport des ruines antiques et des réalisations de la modernité ultramontaine. Du Bellay ou d’Armagnac ont joué au XVIe siècle le rôle que Louis XIV et Colbert assigneront à l’Académie de France à Rome.

6Réunir historiens et historiens des arts pour mettre en évidence le rôle capital des cardinaux dans la diffusion des idées et des formes, condition du rayonnement de la Renaissance italienne, et mieux en cerner les voies, voire les limites, telle était l’intention et l’ambition du colloque organisé en 2005 (2-4 juin) au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours. Le présent volume en réunit les principales contributions. Elles permettront de mieux appréhender dorénavant combien divers et riche fut l’apport de la pourpre et du chapeau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérique Lemerle et Yves Pauwels, « Les cardinaux, apôtres de la Renaissance ? », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009, p. 5-6.

Référence électronique

Frédérique Lemerle et Yves Pauwels, « Les cardinaux, apôtres de la Renaissance ? », in Frédérique Lemerle, Yves Pauwels et Gennaro Toscano (dir.), Les Cardinaux de la Renaissance et la modernité artistique, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 40), 2009 [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/245

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org