Navigation – Plan du site
Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles) - Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.)

Images et représentations du héros militaire à travers les noms de promotion à Saint-Cyr

Xavier Boniface

Résumés

La pratique de donner un nom aux promotions d’élèves à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr est apparue vers 1830-1832. Cette tradition vise à donner une identité et à susciter la cohésion chez les saint-cyriens par le biais d’une référence commune. Il s’agit aussi de mettre en avant un « prédécesseur exemplaire », un « héros », auquel les élèves peuvent s’identifier. À travers le choix du « parrain », c’est une image de héros qui est proposée aux futurs officiers. Dans la mythologie grecque, il est celui qui, choisi par les dieux, accomplit des exploits et délivre son peuple de l’oppression. Dans la tradition littéraire, il est un personnage épique qui se distingue par sa valeur, son courage ou sa grandeur d’âme. Comment ces représentations classiques du héros se retrouvent-elles dans le choix des parrains à Saint-Cyr ?
C’est surtout depuis l’Entre-deux-guerres que les noms de promotion se personnalisent et évoquent des héros militaires. Choisis par les élèves ou proposés par le commandement, ils incarnent les vertus attendues chez les futurs officiers : courage, honneur, panache, sens du sacrifice... Le fait de donner leur nom à des promotions de l’École spéciale militaire concourt d’ailleurs à construire ou à renforcer leur image de héros. Leurs campagnes, comparables à des exploits, et leur mort éventuelle au combat, fondent leur caractère exemplaire. C’est davantage le chevalier médiéval, idéalisé, qui sert de référence identitaire. Cette figure exprime une conception traditionnelle du métier des armes au moment où la guerre n’a plus rien de chevaleresque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le baptême de promotion intervenait à l’issue de la 1re année passée à l’École, c’est-à-dire au mil (...)
  • 2 Line Sourbier-Pinter, Au-delà des armes. Le sens des traditions militaires, Paris, Impr. nationale, (...)
  • 3 Olivier Buchbinder, « Les parrains de promotion de l’École des officiers de la gendarmerie national (...)

1« À genoux, les hommes ! Debout, les officiers ! » Chaque année, ces paroles retentissent sur le Marchfeld de l’École spéciale militaire (ESM) de Saint-Cyr au moment du Triomphe, lors du baptême de promotion des élèves-officiers, qui reçoit ainsi son nom1. Cette pratique, initiée à partir de 1830-1832, vise à donner une identité, à susciter une solidarité et une cohésion chez les saint-cyriens par le biais d’une référence commune inscrivant dans le temps leur passage à l’École. Comme l’observe Line Sourbier-Pinter, cette tradition encourage un « processus d’identification » et elle est en même temps « un défi lancé à l’avenir ». Il s’agit en effet que les futurs officiers cherchent à « faire aussi bien qu’un prédécesseur exemplaire ». À travers le baptême de promotion, il y a une « transmission des valeurs [qui] s’attache à la glorification des héros » et qui doit aider, le cas échéant, à comprendre, accepter et magnifier le sacrifice2. Le choix du « parrain » résulte d’une procédure comprenant plusieurs étapes : les élèves proposent et classent une série de noms, avant de les soumettre au commandement, mais celui qui est finalement retenu doit avoir l’aval du ministère, c’est-à-dire du pouvoir politique. Il arrive aussi que celui-ci impose un parrain : le choix d’un nom de promotion est donc loin d’être neutre. Des associations, des anciens de l’École ou des compagnons d’arme exercent d’ailleurs un lobbying auprès des élèves pour faire valoir telle figure d’officier, telle troupe ou telle campagne. Aussi s’avère-t-il difficile parfois de discerner les motifs réels et les enjeux qui entourent le choix du parrain. Il n’empêche qu’à travers celui-ci, c’est une image de héros qui est proposée aux futurs cadres de l’armée. Dans la mythologie grecque, il est celui qui, choisi par les dieux, accomplit des exploits et délivre son peuple de l’oppression. Dans la tradition littéraire, il est un personnage épique qui se distingue par sa valeur, son courage ou sa grandeur d’âme. Dans quelle mesure ces représentations classiques du héros se retrouvent-elles dans le choix des parrains à Saint-Cyr ? La question a été posée à propos de ceux de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale3. Pour l’ESM, elle peut trouver des éléments de réponse à partir de l’étude sérielle des noms de promotion, puis de l’esquisse de figures modèles et enfin de la rhétorique sous-jacente à ces pratiques.

Un portrait de groupe des parrains de promotion

  • 4 Lieutenant-colonel Frédéric Guelton, « Réflexions sur 176 noms de promotion », dans : Destins d’exc (...)
  • 5 Ibid., p. xi.

2De 1831 à 2008, 176 noms ont été attribués à des promotions de Saint-Cyr – il n’y en a pas eu pour celles entrées à l’École entre 1831 et 1834 –, mais avant 1928, rares sont ceux qui font référence à un personnage, hormis une demi-douzaine d’officiers (Bourbaki 1897-1899), de personnages emblématiques de l’histoire de France (Jeanne d’Arc 1893-1895) ou de souverains étrangers. Cette « personnalisation »4 tardive se généralise surtout après la seconde guerre mondiale, et davantage encore à partir des années 1960 (sur 43 parrains de 1966 à 2008, quatre seulement renvoient à des entités collectives). Auparavant, les noms faisaient davantage allusion à des faits d’actualité, à des conflits extérieurs, à des batailles ou à des campagnes coloniales. Le lieutenant-colonel Guelton a classé ces références collectives pour 97 promotions – avec une dizaine de redondances possibles : 26 d’entre elles évoquent l’expansion coloniale, principalement en Afrique du Nord ; la vie de l’École fait l’objet de 25 noms (Nouveau Bahut 1945-1947, Bicentenaire de Saint-Cyr 1999-2002…) ; la politique extérieure représente 15 occurrences (de Vénétie 1865-1867, Amitié franco-britannique 1938-1940…), tandis que la politique intérieure n’est pas ignorée, avec 8 noms de promotion, principalement au XIXe siècle (de la République 1847-1849, de l’Empire 1852-1854…)5.

  • 6 Pierre Nora, « Ernest Lavisse : son rôle dans la formation du sentiment national », Revue historiqu (...)

3En dehors des allusions à l’actualité du moment, les périodes auxquelles sont associés les parrains de promotion, tant individuels que collectifs, se répartissent à peu près à égalité, avec une dizaine d’occurrences en moyenne. Dix références concernent le Premier Empire, 12 la première guerre mondiale, 7 le Maroc, mais 16 la seconde guerre mondiale – dont 5 pour la Résistance, 5 pour la France libre et 5 pour les campagnes d’Italie et de France. Il y a encore 9 allusions à l’Indochine et 4 à l’Algérie. Toutefois, ce décompte n’est qu’approximatif car il ne recense pas les nombreux parrains qui ont participé à plusieurs conflits. C’est notamment le cas des généraux, à l’instar d’un Linarès (promotion 1972-1974) qui a fait campagne en 1914-1918, dans les années 1920 au Maroc, en 1939-1945 puis en Indochine. Les parrains tués au combat sont généralement considérés au titre du conflit dans lequel ils sont tombés, mais un capitaine Stéphane (1992-1995) est honoré autant pour son action dans la Résistance, à laquelle fait allusion son nom de guerre, que pour l’Indochine, où il meurt en 1952. Depuis le début des années 1980, la plupart des noms de promotion évoquent les conflits récents, seconde guerre mondiale, Indochine et Algérie, à l’exception du maréchal Lannes (1993-1996) et du Bicentenaire de Saint-Cyr. En revanche, très peu de parrains de la première guerre mondiale ont été retenus depuis 1939, à l’exception de Franchet d’Esperey (1955-1957) et de Driant (1965-1967). Par ailleurs, aucun nom d’officier tombé dans une opération extérieure n’a encore été choisi. De ce point de vue, Saint-Cyr se distingue de l’École militaire inter-armes, au recrutement semi-direct, qui a connu en 1997-1999 une promotion Grande Guerre et en 2006-2008 une autre dédiée au lieutenant de la Batie, mort au Liban en 1983, ou de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale, qui a retenu depuis 1990 trois officiers tués au cours du premier conflit mondial. Les parrains choisis ne sont pas tous postérieurs à la création de l’École spéciale militaire (1802), puisque quatre d’entre eux évoquent le Moyen Âge ou l’Ancien Régime (Jeanne d’Arc, le chevalier Bayard, Turenne et Montcalm) et deux autres la Révolution (La Tour d’Auvergne et La Fayette). Toutefois, adopté en 1917-1918, ce dernier l’a moins été pour son rôle en 1789-1790 que pour le symbole de l’alliance franco-américaine qu’il représentait, alors que les États-Unis venaient d’entrer en guerre. Plus largement cependant, ces choix, faits pour les deux-tiers entre 1894 et 1924 (sauf Turenne en 1974 et Montcalm en 1981), traduisent une lecture de l’histoire militaire de France et de la construction de l’unité nationale par les armes qui ne s’arrête pas avec la Révolution. Elle rejoint celle développée sous la IIIe République dans ses manuels scolaires d’Ernest Lavisse, eux-mêmes imprégnés d’« exaltation guerrière », d’« idéal martial » et d’« héroïsme »6. Or, issus pour près des deux-tiers de l’enseignement public à la fin du XIXe siècle, les saints-cyriens ont pu être influencés par ces références.

4Parmi les 59 officiers retenus comme parrains, plus de la moitié sont des généraux (18) ou des maréchaux (13). Près d’un quart d’entre eux sont des officiers subalternes (un sous-lieutenant, 5 lieutenants et 8 capitaines) et 11 des officiers supérieurs (5 commandants, 5 lieutenants-colonels et un colonel). Sur ce total, près de la moitié (27), en particulier tous les subalternes, sont morts au combat, dont 7 pendant la seconde guerre mondiale (deux en déportation, les généraux Frère et Delestraint), 8 en Indochine et 4 en Algérie. Ceux-là ont surtout été retenus comme parrains depuis les années 1960. Plus significative peut-être est la répartition chronologique de cette hiérarchie. Hormis le sous-lieutenant Pol Lapeyre (1926-1928) et le capitaine de Bournazel (1932-1934), qui sont choisis comme parrains peu après leur « mort héroïque », les officiers subalternes apparaissent surtout depuis le début des années 1970, à partir de la promotion capitaine Danjou (1971-1973). En revanche, à l’exception de quelques souverains ou chefs militaires étrangers (du Sultan 1866-1868, du Shah 1872-1874, ou de l’archiduc Albert 1873-1875), deux officiers français seulement ont donné leur nom de leur vivant à une promotion, le commandant Marchand, au lendemain de Fachoda, et le maréchal Pétain, en 1940-1942, alors que Vichy organise son culte. Comme dans la mythologie grecque, à l’instar d’Achille, le héros militaire du panthéon saint-cyrien connaît une mort violente, en l’occurrence au combat.

5Les parrains sont principalement des fantassins, métropolitains ou coloniaux : sur 52 officiers dont l’arme est connue, il n’y a que deux artilleurs (Foch et Brunbrouck) et un sapeur (Joffre), mais 8 cavaliers. Cette situation s’explique par le fait que Saint-Cyr ne formait jusqu’à la seconde guerre mondiale que des fantassins et des cavaliers – et quelques aviateurs dans les années 1930. Outre 9 coloniaux, dont un artilleur, il y a 12 officiers de la Légion étrangère, 3 de chasseurs alpins, 6 de tirailleurs algériens ou marocains, et 14 d’infanterie de ligne. Une telle répartition reste nécessairement schématique puisque les cadres alternent les affectations entre les différentes subdivisions de leur arme, mais elle révèle le primat des unités dites « d’élite », largement engagées dans les conflits de décolonisation où ces troupes ont subi des pertes élevées. Il convient de corréler cette répartition avec les origines scolaires des parrains. À l’exception évidente des quelques officiers de l’Ancien Régime, de la Révolution et de l’Empire, la plupart sont issus de Saint-Cyr : sont mis en avant des modèles endogènes, donc proches et signifiants pour les élèves qui peuvent ainsi s’identifier plus aisément à leurs glorieux anciens. Le choix de deux polytechniciens, les maréchaux Joffre et Foch, ne tient pas à leur formation, mais à leurs importants commandements durant la guerre. Deux officiers également proviennent du recrutement interne, Marchand et Jeanpierre (promotion 1959-1961). Celui-ci, l’un des rares chefs de corps tombés en Algérie, a été honoré alors que l’École spéciale militaire interarmes de Saint-Cyr regroupait depuis 1945 – et jusqu’en 1961 – les élèves issus du recrutement direct et ceux provenant des corps de troupe : c’était donc rendre hommage à ces derniers.

6Le choix du parrain est parfois lié à l’actualité, notamment quand il s’agit d’officiers généraux récemment décédés, dont la notoriété dans l’institution militaire amène les saints-cyriens – et le commandement – à leur rendre hommage en baptisant des promotions de leur nom. C’est ainsi que sont retenus dans les années 1920-1930 la plupart des maréchaux de la Grande Guerre, à l’exception de Maunoury et de Fayolle. Cette pratique demeure, puisque la promotion 1996-1999 a eu pour parrain le général Lalande (décédé en 1995), celle de 2002-2005 le général de Galbert (décédé en 2001) ou celle de 2003-2006 le général Simon (décédé en 2003). Mais les militaires ne sont pas les seuls concernés : plusieurs souverains étrangers défunts ont eu droit à un hommage semblable après leur mort, en tant que chefs d’États alliés. Alexandre III, le tsar de l’Entente cordiale décédé en 1894, a été le premier à recevoir cet honneur (promotion 1894-1896), suivi d’Albert Ier, « le roi-chevalier » des Belges décédé en 1934 (promotion 1933-1935), et d’Alexandre Ier de Yougoslavie, assassiné à Paris en 1934 (promotion 1934-1936). Ce poids de l’actualité se mesure encore à la sensibilité manifestée à l’égard des commémorations d’événements guerriers, comme la référence à Bir Hakeim pour le vingtième anniversaire de la bataille, le centenaire de Camerone (1962-1964) ou le soixantième anniversaire du serment de 1914 (1963-1965). Hasard ou tradition momentanément établie, ces choix commémoratifs caractérisent de nombreuses promotions des années 1960. Il révèle le poids grandissant de la mémoire à Saint-Cyr, au moment où l’implantation de l’École à Coëtquidan devient définitive et se traduit par la construction de bâtiments modernes. La référence à un passé guerrier est peut-être également un moyen de s’inscrire dans une continuité et une tradition, alors que l’armée française commence à connaître, pour la première fois depuis de nombreuses décennies, une longue période de paix.

7À travers ces approches quantitatives et ces regroupements par grades, subdivisions d’armes ou époques, plusieurs modèles évolutifs de héros militaires peuvent être distingués.

Des modèles de héros militaires

8Les modèles proposés aux saints-cyriens renvoient à quatre types de héros, ou tout au moins à quatre manières de servir dans l’armée, qui peuvent aussi exprimer, pour certaines d’entre elles, des formes d’héroïsme. Les références à des combats valeureux et/ou victorieux, l’exaltation d’une structure militaire ou d’une catégorie de combattants qui s’est particulièrement illustrée au cours d’un conflit, la mise en avant d’un officier général qui a mené une brillante carrière ou d’un officier mort au combat suggèrent différents types de héros potentiels.

  • 7 Douglas Porch, La Légion étrangère 1831-1962, Paris, Fayard, 1994, p. 486-490.

9Le combat et la bataille sont l’occasion, pour les officiers et leurs soldats, de s’illustrer, de faire preuve de vertus militaires, de courage et d’esprit de sacrifice, de devenir des « héros ». C’est pourquoi plusieurs promotions de Saint-Cyr en portent des noms, à l’image de Camerone (Centenaire de Camerone 1962-1964, auquel fait écho, huit ans plus tard, la promotion Capitaine Danjou), érigé en véritable mythe dans la Légion étrangère. Cet épisode, militairement secondaire de la guerre du Mexique, incarne l’héroïsme militaire d’une poignée de soldats combattant jusqu’à la mort face à un adversaire nombreux. Célébré depuis 1906, Camerone occupe à partir de 1931 une place centrale dans les traditions de la Légion, avec la mise en place d’un rituel mettant en avant les « héros » de ce combat7. Le choix des futurs officiers a peut-être également été inspiré par leurs représentations de cette troupe d’élite, alors que leur École était commandée par un de ses anciens, le général Simon. Néanmoins, ce sont plus souvent des noms de batailles qui sont donnés à des promotions de Saint-Cyr. Il s’agit de victoires qui, à part Austerlitz (1904-1906, à l’occasion du centenaire), sont surtout défensives, comme la Marne et Verdun (1937-1939) ; elles ont permis à la France d’échapper à l’invasion et à la défaite ou de sauver symboliquement l’honneur de ses armes, comme à Bir Hakeim. Les campagnes de la Libération sont par ailleurs évoquées (Rome et Strasbourg 1944, Rhin et Danube 1947-1949, Corse et Provence 1964-1966) : elles témoignent à leur manière d’autres formes de gloire et d’héroïsme militaires.

  • 8 Claudie Voisenat, « avant-propos », dans : Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend (dir (...)
  • 9 Pierre Journoud, Hugues Tertrais, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Paris, Talla (...)

10Quelques entités militaires dont les membres se sont illustrés sur différents champs de bataille sont parfois exaltées, à travers des références aux institutions auxquelles ils appartenaient (Grande Armée 1981-1983, la France combattante 1997-2000) ou à travers un groupe de combattants associés à un événement guerrier (Ceux de Dien Bien Phu 1953-1955). Le héros devient collectif et anonyme, acteur d’une épopée qui le dépasse, tout en étant porteur de représentations liées aux vertus militaires personnelles, à la gloire, à l’honneur, au sacrifice. On peut encore parler de « groupes héroïsés »8. Ces derniers peuvent par ailleurs, un peu comme Camerone, renvoyer à des défaites présentées comme héroïques et, au-delà, au thème traditionnel du gloria victis, déjà en vogue au lendemain de la guerre de 1870, quoique celle-ci, comme la campagne de 1940, ne soit évoquée que par une seule occurrence. Une promotion rend ainsi hommage aux combattants, vivants et morts, de Dien Bien Phu ; attentifs à l’évolution médiatisée de la bataille, les élèves voulaient choisir ce nom comme référence, mais le général Fayard, commandant l’École, refusa qu’une défaite soit associée à une promotion. C’est pourquoi celle-ci s’appela finalement « Ceux de Dien Bien Phu », mais le triomphe de 1955, qui marquait la fin de sa scolarité, se fit dans une relative discrétion9.

11Un général de rang élevé ou un maréchal de France récemment décédé constitue un troisième modèle de parrain pour des promotions de Saint-Cyr. Il est un symbole de la réussite militaire et un exemple à suivre : le fait d’avoir mené une carrière jusqu’au sommet, c’est-à-dire jusqu’aux plus hauts commandements, en particulier en temps de guerre, témoigne de sa valeur, de sa compétence et de son sens des responsabilités. Comme lui, les saints-cyriens sont invités à servir de leur mieux l’armée et la patrie. L’héroïsme d’un tel parrain s’exprime moins dans d’éventuelles actions d’éclat sur un champ de bataille que dans sa capacité à conduire une armée à la victoire (pour les maréchaux de France et les généraux de la Libération). En revanche, pour des généraux comme Lalande, de Galbert ou Vanbremeersch, qui accèdent aux étoiles en temps de paix, c’est davantage l’ensemble de leur parcours qui est honoré, puisqu’ils ont souvent participé aux différents conflits livrés par la France depuis 1939. Choisis surtout depuis les années 1990, de tels parrains sont les derniers grands témoins des générations du feu dont il convient de faire mémoire.

  • 10 Jean-Pierre Albert, « Du martyr à la star. Les métamorphoses des héros nationaux », dans : p. Centl (...)
  • 11 André Martel, Leclerc. Le soldat et le politique, Paris, Albin Michel, 1998, p. 490.
  • 12 Je ne regrette rien. La poignante histoire des légionnaires-parachutistes du 1er REP, Paris, Fayard (...)

12En revanche, les officiers morts au combat apparaissent comme des figures classiques de guerriers et les héros militaires par excellence. Leur vertu s’exprime dans leur sacrifice suprême, c’est-à-dire dans la « définition la plus exigeante de [leur] devoir »10. La mort au combat contribue en outre à les faire entrer dans la légende, surtout lorsqu’ils tombent en pleine gloire. Elle donne sens à leur vocation de soldats et éclaire a posteriori leurs faits d’armes, désormais élevés au rang d’exploits. Quoique tombé en service commandé et non à la guerre, mais disparu tragiquement, Leclerc s’inscrit dans le même processus d’héroïsation. Car, comme l’explique André Martel, dans cette transposition au héros, « le Bien doit triompher du Mal et le héros disparaître jeune après l’accomplissement, au sens fort du terme, de sa tâche »11. En tombant les armes à la main, ces officiers, ces chefs, deviennent parfois de véritables mythes dans leur unité, dans l’armée, quand ce n’est pas dans l’opinion. Dans la tradition antique ou médiévale, la diffusion de récits quasi-légendaires sur leurs prouesses concourt à en faire des héros. Un Bournazel doit en partie sa célébrité et sa gloire posthumes aux nombreux livres qui lui sont consacrés après sa mort, à commencer par celui d’Henry Bordeaux, L’épopée marocaine, Henry de Bournazel (Plon, 1935). Peut-être est-ce un processus semblable qui explique qu’en vingt ans, quatre promotions de Saint-Cyr ont été baptisées des noms d’officiers ayant servi dans les unités de légionnaires-parachutistes, dont trois sont tombés en Indochine : le capitaine Hamacek (1989-1992), le chef d’escadrons Raffalli (1998-2001) et le commandant Segrétain (2006-2009). La lecture de récits de Pierre Sergent sur ces épisodes12 a peut-être suggéré aux saints-cyriens ces parrains en contribuant à nourrir leur imaginaire et leurs représentations du métier des armes. Or le choix de noms d’officiers morts au combat s’est largement développé à partir des années 1960. C’est une manière de rappeler que les futurs officiers doivent continuer à se préparer, le cas échéant, au sacrifice suprême, à une époque où ils sont moins amenés que leurs prédécesseurs à risquer leur vie sur les champs de bataille, du fait du retour à une paix durable. Ces références visent également à maintenir l’idéal traditionnel de l’officier entraîneur d’hommes et de chef de guerre, alors que le métier militaire évolue de plus en plus vers des fonctions de technicien et de manager. Le choix de parrains morts au combat est un marqueur identitaire qui révèle un décalage entre le service des armes tel que continuent à se le représenter les futurs officiers et sa réalité du temps de paix.

  • 13 « Introduction : héroïsme et culture militaire », dans : Claude d’Abzac-Epezy et Édouard Ebel (dir. (...)

13Ces quatre modèles ne sont pas éloignés de la typologie du héros militaire dressée par Claude d’Abzac-Epezy et Édouard Ebel13 : si le « héros fondateur », qui permet de rassembler les membres d’un groupe, ne semble pas le plus représenté dans le panel des parrains, le « héros modèle », qui donne « l’exemple de la perfection dans le métier des armes et a une fonction pédagogique » est proche de ces généraux donnés en modèles aux saints-cyriens. Bien entendu, le « héros sacrificiel », tombé au combat ou en pleine gloire, est un topos de la tradition militaire. Enfin, le « héros transgressif », « créateur de valeurs nouvelles », se retrouve parmi les parrains issus de la Résistance, comme les lieutenants Darthenay et Tom Morel ou le général Delestraint, voire ceux de la France libre.

  • 14 Raoul Girardet, La Société militaire de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 1998, p. 282-283.
  • 15 Ibid., p. 281.

14La prégnance récente de la guerre d’Indochine dans les noms de promotion mérite d’être soulignée. Onze des 19 parrains retenus entre 1990 et 2008 y ont servi, quoique pour quelques-uns ce n’ait été qu’une courte étape dans leurs carrières, 6 y étant morts – alors que de 1950 à 1989, ils n’étaient que 9 sur 40 (dont deux tués). Ces références n’exprimeraient-elles pas chez les saints-cyriens une forme de romantisme d’exclusion, un refus du conformisme, une aspiration à l’aventure, la foi en des valeurs traditionnelles, qui pourraient rappeler les sentiments éprouvés par les officiers d’Indochine, tels que Raoul Girardet les avait observés14 ? Baignés par des lectures, des témoignages, des films, tels ceux de Schoendoerffer, les élèves de l’ESM cultivent une représentation idéalisée et mythique de la guerre en Extrême-Orient, dont le caractère lointain et impopulaire puis l’échec final ont favorisé, en réaction, une exaltation des vertus militaires pour elles-mêmes et l’idée d’un combat fors l’honneur. Entretenant leurs particularismes, les officiers de Légion et de parachutistes se comportaient à l’époque comme des chefs de bande15, des guerriers, auxquels s’identifient aujourd’hui les saints-cyriens qui en font leurs héros légendaires. Cet idéal mythique n’est pas sans rappeler celui de leurs anciens qui, au XIXe siècle, adoptaient des noms de promotion évoquant les conquêtes coloniales. Mais il y a deux différences avec les parrains de la fin du XXe siècle : d’une part, les campagnes d’outre-mer étaient contemporaines du choix des saints-cyriens, et non des références passées ; d’autre part, sauf exception, les noms de promotion n’étaient pas personnalisés.

  • 16 Voir George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européenn (...)

15Cette « personnalisation » qui caractérise de nombreux noms de promotions depuis les années 1920 est peut-être une manière de transcender et de dépasser, au moins dans l’imaginaire des futurs officiers, la guerre de masse, totale, anonyme, associée aux deux conflits mondiaux. Le héros proposé aux saints-cyriens doit pouvoir être distingué et individualisé, et donc sortir de la multitude, d’où l’importance des figures de type chevaleresque parmi les parrains. Il est révélateur que le chevalier Bayard soit choisi en 1924, certes à l’occasion du quatrième centenaire de sa mort, mais il permet aussi de renouer avec une image classique et idéalisée de l’officier que la guerre moderne a battu en brèche16. A contrario, peu de noms de parrains renvoient à la Grande Guerre, et aucun depuis 1966 : hormis six maréchaux de France et un général d’armée (Mangin), c’est-à-dire les grands chefs qui ont conduit à la victoire, Driant est le seul officier qui n’ait pas rang de général – encore s’agit-il d’une figure célèbre et reconnue. Du fait de son caractère massif et anonyme, le premier conflit mondial semble ne pas pouvoir fournir d’exemples de héros individuels, de figures particulières, de modèles traditionnels d’officiers qui puissent être mis en exergue. La mort sous les bombardements d’artillerie ou sous les tirs de mitrailleuses, au quotidien de la Grande Guerre, n’a pas la dimension héroïque de celle provoquée par un combat singulier. Certes, 10 parrains, dont 9 généraux, retenus entre 1966 et 2008 ont quand même servi, la plupart comme officiers subalternes, durant le premier conflit mondial, mais ce n’est pas cette participation qui a principalement justifié leur désignation. Un de Gaulle, un Montsabert, un Monclar, un Delestraint ou un Guillaume doivent d’avoir été choisis pour leur action pendant la guerre de 1939-1945, ce qui confirme l’absence relative de parrains associés à la Grande Guerre. L’hommage aux sacrifices des combattants de 1914-1918 a pris en revanche une dimension collective, avec les noms de promotions Croix de guerre et Marne et Verdun. Quant au Soldat inconnu (1936-1938), sa singularité exprime en fait un pluriel, puisqu’il symbolise tous les morts non identifiés. Cependant, cette personnalisation croissante des noms de parrains depuis l’entre-deux-guerres procède peut-être aussi d’effets de mode. C’est désormais toute la société contemporaine qui exalte ses héros, souvent éphémères, ceux du stade, du cinéma, de la bande dessinée ou du show-biz. Les saints-cyriens ont peut-être été influencés par ces représentations qu’ils ont transposé à leur tour aux traditions de leur École.

  • 17 Lieutenant Morel, être de lumière et entraîneur d’hommes, Paris, Le Sarment / Fayard, 1990, 275 p.
  • 18 Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993, p. 218 sq.

16Comme les héros de la mythologie grecque, dont certains sont fils d’une divinité et d’un humain, le héros militaire a-t-il un lien privilégié avec les dieux, c’est-à-dire ici avec la religion ? Plus précisément, est-il, à l’image du chevalier qui sous-tend en partie ses représentations, un héros chrétien ? En fait, laïcité oblige, les convictions religieuses des parrains ne sont pas prises en compte dans le choix de leur nom, tout au moins explicitement. Si des catholiques notoires sont parfois retenus, ce n’est d’abord pas, ni principalement, à cause de leur foi. Publiée quelques mois après le baptême de la promotion Tom Morel (1987-1990), la biographie hagiographique consacrée à ce dernier par le P. Ravier17 n’a pu influencer ce choix, mais une mystique chrétienne a peut-être quand même inspiré quelques-uns des promoteurs de ce nom. Plus ambiguë sans doute, la référence au capitaine de Cathelineau, tué en 1957, peut rappeler son illustre aïeul, le « saint de l’Anjou », tandis que ce qui est présenté comme ses armoiries familiales, un cœur surmonté d’une croix sur fond blanc (« banderole d’argent à la croix et au cœur de gueules »), qui figurent sur l’insigne de la promotion 1976-1978, n’est pas sans suggérer le symbole vendéen de « l’Armée catholique et royale ». En revanche, le nom de Jeanne d’Arc, adopté par les saints-cyriens en 1894 s’explique d’abord par l’actualité du moment. Le 27 janvier, un décret pontifical l’a déclarée « vénérable » et a ouvert son procès en vue de sa béatification. Quelques mois plus tard, un sénateur républicain a déposé une proposition de loi qui reprenait celle défendue par plus de 200 députés de gauche dix ans plus tôt en faveur d’une fête en l’honneur de la Pucelle d’Orléans. C’est dire si, à l’époque, les « deux France », la catholique conservatrice et la républicaine laïque, cherchent à s’accaparer cette référence18. L’armée, en outre, participe activement, avec musiques et troupes, aux cérémonies dédiées à Jeanne d’Arc. Toutefois, si la polysémie de ce nom de promotion doit être soulignée, il incarne avant tout le « nationalisme défensif ». Finalement, le seul parrain retenu pour sa foi catholique pourrait être Charles de Foucauld (promotion 1941-1942). Ce n’est sans doute pas en effet à sa valeur d’officier subalterne, somme toute médiocre sauf à la fin de sa courte carrière, qu’il doit d’avoir été choisi, mais à son engagement spirituel, à ses liens et à son rayonnement auprès des militaires servant dans le Sahara au début du siècle. Le contexte d’une Révolution nationale favorable à l’Église catholique a sans doute pesé aussi sur cette option.

  • 19 Philippe Laneyrie, Les Scouts de France. L’évolution du mouvement des origines aux années quatre-vi (...)

17Il ressort de ces noms de promotion l’image d’un héros guerrier classique, mais répondant davantage à la figure du chevalier médiéval qu’à celle du héros grec. Ce modèle prééminent tient sans doute, pour une part, à l’influence du scoutisme, par lequel sont passés de nombreux futurs saints-cyriens et qui, dans les premières décennies de son existence, se fonde sur une « idéologie » imprégnée de références au Moyen Âge, à Bayard, à Jeanne d’Arc et à la féodalité19. Le lien peut aussi passer par les officiers de haut rang qui participent, au moins jusque dans les années 1940, à l’encadrement de ce mouvement d’éducation. À défaut d’identité chrétienne explicite prêtée aux parrains de promotion, une mystique transparaît au moins à travers le choix d’officiers morts au combat, symboles de l’esprit de sacrifice. La prépondérance de parrains disparus depuis la seconde guerre mondiale rend par ailleurs leur exemple plus immédiatement accessible pour les jeunes saints-cyriens qui peuvent recueillir le témoignage de leurs proches ou de leurs compagnons d’armes. Il s’ensuit une proximité, une humanité, une densité dans le rapport entretenus avec leur mémoire. Mais le caractère héroïque de ces parrains de promotions relève moins de leurs qualités personnelles ou de leur parcours que de la rhétorique qui s’attache à dire leur héroïsme, tant à Saint-Cyr que dans l’institution militaire.

Une rhétorique de l’heroïsation

18On l’a vu, des récits semi-légendaires mais à prétention historique ont contribué à faire connaître quelques-uns des chefs militaires devenus parrains de promotion. Ces textes retrouvent parfois les accents de l’épopée ou du poème épique, un genre littéraire traditionnel qui, à l’exemple de L’Iliade, exalte le héros, loue ses vertus et chante ses exploits. C’est que le mythe, à l’instar de celui du héros, « est une parole choisie par l’histoire : il ne saurait surgir de la “nature” des choses »20. Il en va un peu de même à Saint-Cyr, où chaque promotion – au moins depuis le milieu des années 1970 (promotion Lieutenant Darthenay 1974-1976) – compose en l’honneur de son parrain un chant dont la rhétorique cherche à souligner son héroïcité21. S’adressant au personnage, il retrace son parcours épique de guerrier et incite les saints-cyriens à suivre son exemple ou à s’inspirer de ses vertus. Une rapide analyse linguistique révèle la récurrence de certains termes, tels que la gloire, l’honneur, la foi – dans une acception qui n’est d’ailleurs pas seulement religieuse –, la fidélité, la vaillance, le courage, le cœur, le panache... De nombreuses références renvoient à l’idéal chevaleresque de l’officier, comme les allusions à Bayard (Galbert, Brunbrouck), à l’adoubement, aux preux, voire à l’heaume d’acier, sans compter les fréquentes mentions du mot « chevalier ». Le substantif « héros » et l’adjectif « héroïque » apparaissent aussi dans une dizaine des 34 chants composés de 1975 à 2008, et plus particulièrement depuis la fin des années 1990 – sans doute par effet d’imitation : « Après l’avoir porté au rang de ses héros, Saint-Cyr consacre le capitaine Guilleminot » ; « Héros de la Grande Armée, voici vos descendants » ; « Promotion de Saint-Cyr, mille héros vont t’adouber » (France combattante) ; ou encore, Segrétain, « en héros foudroyé »… Ce terme n’est pas systématiquement associé aux parrains morts au combat, preuve, s’il en est, de la diversité militaire qu’il recouvre. En tout cas, ces chants participent à la construction rhétorique des héros et à leur glorification comme parrains. Ce faisant, ils entretiennent les représentations les plus traditionnelles du métier des armes et des vertus militaires, qui restent associés à celles d’une chevalerie mythifiée et idéalisée. Par leur singularité, leur courage et leur ardeur, les héros ainsi dépeints – ou plutôt chantés – paraissent transcender la violence aveugle et massive de la guerre.

  • 22 Destins d’exception…, op. cit., p. 133. C’est le terme Helden [au pluriel] qui a été rapporté (c’es (...)

19D’autres textes, plus sobres, moins épiques en apparence, donnent cependant un écho à ces représentations. La plaquette éditée par chaque promotion, comme son site internet, consacre, souvent en un style très dépouillé, quelques pages de présentation à son parrain, en retraçant l’historique de sa vie et de ses faits d’armes. Si les références au héros ou au chevalier n’y sont pas – ou peu – présentes, elles peuvent néanmoins apparaître dans la reproduction de citations obtenues par lui, qui suggèrent ses qualités et ses vertus militaires. Dans le même esprit, le Service historique de l’armée de terre a publié en 2002 un ouvrage de prestige au titre évocateur, Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, qui présente chaque officier parrain en une double page illustrée, dont le texte, très sobre, inclut des citations de supérieurs, de compagnons d’armes ou d’adversaires pour mettre en valeur l’héroïcité du personnage traité. Ainsi, la notice du colonel Cazeilles, tué à la tête de son régiment en juin 1940, précise qu’un officier allemand aurait dit de lui, lors de ses obsèques, qu’il était « tombé en héros » (als Helden gefallen)22.

  • 23 Voir http://sites-bruno.chez-alice.fr/ESM/insignes_cadre.htm [consulté en janvier 2009].
  • 24 L’épée qui apparaît en 1939 sur un insigne de promotion (De la plus grande France) est oblique et d (...)
  • 25 Voir Lcl Rémy Porte (dir.), 90e anniversaire de la Croix de Guerre. Actes de la journée d’études or (...)
  • 26 Lucien Febvre, « Honneur et Patrie », Paris, Perrin, 1996, rééd. Pocket, p. 82.

20Le thème du chevalier héroïque apparaît aussi sur les insignes de promotion, frappés à partir de 193623. La plupart comportent une représentation du casoar, symbole de Saint-Cyr, et des attributs évoquant le parrain, insigne de sa principale unité, de son arme ou de son dernier grade, décorations, évocations des lieux de ses combats (dragon ou pagode pour l’Indochine, drapeau, voire carte simplifiée…). Presque tous contiennent également une épée, pointée en général vers le haut, à l’exception des premières, dirigées vers le bas24. Symbole de l’état d’officier, elle peut aussi évoquer les traditions de la chevalerie et l’adoubement. Enfin, des décorations sont représentées sur les insignes depuis les années 1960, en lien avec la « personnalisation » des noms de promotion. Peut-être s’agit-il aussi de signifier la reconnaissance officielle de l’héroïsme du parrain, que traduit l’attribution de médailles. Les premières à figurer sont les Croix de guerre, parce que le titulaire est associé à la Grande Guerre (Driant, Rollet), durant laquelle cette décoration a été instituée25, ou parce qu’il s’agit d’un officier subalterne tué avant d’avoir reçu une distinction plus élevée (Darthenay). Sur les insignes des promotions De Gaulle (fondateur de l’ordre), Montsabert et Delestraint est représenté l’ordre de la Libération, sous la forme de la médaille, ou, pour les deux derniers, sous celle des couleurs noire et verte de son ruban (« sable et sinople »). Plus récente, la présence de la Légion d’honneur tend aussi à devenir quasi systématique, avec une quinzaine d’exemples depuis la promotion général Calliès (1986-1989), alors qu’elle n’était pas figurée auparavant pour les parrains pourtant décorés. Au-delà de l’effet de mode, qui se traduit par une imitation des symboles des insignes précédents, il faut peut-être voir dans ce choix iconographique la volonté de souligner l’honneur du héros. Car, ainsi que l’écrivait Lucien Febvre, le sentiment de cet honneur « est garni, ceinturé, comblé des plus grands honneurs qu’une nation soit maîtresse de décerner »26, en particulier la Légion d’honneur.

  • 27 Jean-Pierre Albert, « Du martyr à la star… », art. cit., p. 16.
  • 28 Général Pichot-Duclos, Réflexions sur ma vie militaire. Au G.Q.G. de Joffre. Souvenirs, Paris / Gre (...)
  • 29 Témoignages oraux. Dans le jargon de l’École spéciale militaire (ESM), le « bazar » est un élève de (...)

21L’héroïcité du parrain est donc exprimée symboliquement à travers le discours, par l’adoption du nom de promotion, les paroles du chant et l’iconographie de l’insigne. Pour autant, les saints-cyriens adhèrent-ils personnellement à cette rhétorique ? Le parrain apparaît davantage comme un signe de ralliement et d’identité pour les membres d’une même promotion qu’une référence morale, professionnelle ou militaire pour les futurs officiers. C’est que, « dans une optique durkheimienne », selon l’anthropologue Jean-Pierre Albert, « les héros correspondent, comme les dieux, à des symbolisations de la collectivité »27. Mais la force du modèle et l’exemplarité dont ils sont porteurs ne doivent pas être sous-évaluées. Sur le long terme, ils peuvent rester des figures dont se réclameront tout au long de leur carrière les officiers sortis de l’École. Au soir de sa vie, le général Pichot-Duclos évoque encore sa « promotion dite de Jeanne d’Arc et restée fidèle à ce marrainage illustre en perdant sur les champs de bataille ou des suites de la guerre plus du quart de son effectif »28. Mais l’assimilation des saints-cyriens au parrain rencontre parfois aussi des réticences ou des réserves. En 1971, récusant le nom de « De Gaulle » qui leur a été imposé, quelques élèves décident de continuer à se présenter comme « les bazars de la Gilles » au lieu de se référer à leur nom de promotion29. L’esprit de contestation, surtout dans le contexte de l’après-1968, explique sans doute davantage ce trait d’humeur, qui s’inscrit d’ailleurs dans une longue tradition de provocation, que l’aversion, en partie communicative, de certains de leurs aînés à l’encontre du général de Gaulle pour la manière dont il a mis fin à la guerre en Algérie.

22Si la rhétorique de l’héroïsme est indispensable pour que le parrain se transforme en héros, il faut encore que les saints-cyriens y souscrivent. Mais les activités de promotion autour de sa figure tutélaire, ainsi que la transmission des traditions par les promotions précédentes, renforcée par le système du parrainage (les promotions d’il y a 25 et 50 ans parrainent celle en cours de scolarité) permettent cet ancrage.

*

  • 30 Jean-Pierre Albert, « Du martyr à la star… », art. cit., p. 22.

23Depuis l’entre-deux-guerres surtout, à partir du moment où leurs noms se personnalisent davantage, les parrains de promotion à Saint-Cyr s’apparentent à des héros militaires. Choisis par les élèves ou proposés par le commandement, ils incarnent les vertus attendues chez les futurs officiers : courage, honneur, panache, attitude de chef, sens du sacrifice... Le fait même de donner leur nom à des promotions de l’École spéciale militaire concourt d’ailleurs à leur conférer une légitimité de héros, s’ils ne l’avaient pas déjà acquise au sein de l’armée ou de leur arme. Leurs campagnes, assimilées à des exploits, et leur mort éventuelle au combat, c’est-à-dire leur sacrifice, fondent leur caractère exemplaire auprès des futurs officiers. Mais plus que d’offrir à ces derniers « un modèle » à suivre, ils « font de l’imitation un devoir à leur égard »30. Le discours des saints-cyriens sur leur parrain, à travers les chants, les plaquettes ou les insignes de promotion, contribue aussi à façonner cette image héroïque et à l’ancrer dans les traditions de l’École et de l’armée. À cet égard, c’est davantage le chevalier médiéval, au demeurant idéalisé, qui sert de référence identitaire, plutôt que le héros grec antique. Cette figure exprime une conception traditionnelle du métier des armes alors que l’exercice de celui-ci s’en éloigne plus que jamais, d’abord avec la guerre totale de masse, qui supprime toute singularité dans le combat, puis avec l’émergence de l’officier manager ou technicien, qui remplace l’entraîneur d’hommes. Cela peut expliquer la chronologie de la personnalisation, et donc de l’héroïsation, des parrains, apparues dans les années 1920, puis systématisées à partir des années 1960. Le héros chevaleresque se trouve ainsi au cœur des représentations du métier militaire des saints-cyriens, mais aussi du commandement, lui-même majoritairement composé, dans ses strates les plus élevées, d’anciens de l’École, qui perpétuent un tel idéal. Celui-ci peut connaître une remise en cause lorsqu’il est confronté avec les réalités contemporaines du combat et de la guerre, mais le recours au mythe du héros permet aussi de transcender symboliquement leurs horreurs.

Haut de page

Notes

1 Le baptême de promotion intervenait à l’issue de la 1re année passée à l’École, c’est-à-dire au milieu de la scolarité, puis, après le passage de celle-ci à trois ans en 1982, il s’est fait à la fin de la 2e année. Depuis la réforme de 2003, le baptême a de nouveau lieu à la fin de la 1re année, car les saints-cyriens passent l’essentiel de leur 3e année à l’extérieur de l’École, ce qui ne facilite pas « l’esprit promo ». Sur la place et la signification des traditions à l’ESM, voir Armel Dirou et André Thiéblemont, « Lieux et objets de mémoire à Saint-Cyr », dans : André Thiéblemont (dir.), Cultures et logiques militaires, Paris, PUF, 1999, p. 85-125.

2 Line Sourbier-Pinter, Au-delà des armes. Le sens des traditions militaires, Paris, Impr. nationale, 2001, p. 106.

3 Olivier Buchbinder, « Les parrains de promotion de l’École des officiers de la gendarmerie nationale », dans : Claude d’Abzac-Epezy et Édouard Ebel (dir.), La représentation du héros dans la culture de la gendarmerie XIXe-XXe siècles, s.l. [château de Vincennes], Cahier du CEHD n° 35, 2008, p. 77-84.

4 Lieutenant-colonel Frédéric Guelton, « Réflexions sur 176 noms de promotion », dans : Destins d’exception. Les parrains de promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, Château de Vincennes, Service historique de l’armée de terre, 2002, p. xiii.

5 Ibid., p. xi.

6 Pierre Nora, « Ernest Lavisse : son rôle dans la formation du sentiment national », Revue historique, t. ccxxviii, juillet-septembre 1962, p. 73-106 (repris dans Les lieux de mémoire, t. 1, La République, Paris, Gallimard, 1984).

7 Douglas Porch, La Légion étrangère 1831-1962, Paris, Fayard, 1994, p. 486-490.

8 Claudie Voisenat, « avant-propos », dans : Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend (dir.), La fabrique des héros, Paris, éd. de la Maison des sciences de l’homme, Mission du patrimoine ethnologique, cahier n° 12, 1999, p. x.

9 Pierre Journoud, Hugues Tertrais, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Paris, Tallandier, 2004, p. 305-306. À noter que l’insigne de promotion ne comporte que la mention « Dien Bien Phu ».

10 Jean-Pierre Albert, « Du martyr à la star. Les métamorphoses des héros nationaux », dans : p. Centlivres et alii (dir.), La fabrique des héros…, op. cit., p. 17.

11 André Martel, Leclerc. Le soldat et le politique, Paris, Albin Michel, 1998, p. 490.

12 Je ne regrette rien. La poignante histoire des légionnaires-parachutistes du 1er REP, Paris, Fayard, 1972, 407 p. – Paras-légion. Le 2e BEP en Indochine, Paris, Presses de la Cité, 1982, 253 p. – Le 2e REP, Algérie-Tchad-Djibouti-Kolwezi-Beyrouth, Paris, Presses de la Cité, 1984, 287 p. Tous ces ouvrages ont été réédités en format de poche. Autre figure des légionnaires-parachutistes d’Indochine et d’Algérie, le commandant Morin, démissionnaire en 1968 et décédé en 1995, a aussi donné son nom à une promotion (1994-1997). En revanche, le contexte était différent pour le lieutenant-colonel Jeanpierre (1er REP), parrain de celle de 1959-1961.

13 « Introduction : héroïsme et culture militaire », dans : Claude d’Abzac-Epezy et Édouard Ebel (dir.), La représentation du héros dans la culture de la gendarmerie…, op. cit., p. 17.

14 Raoul Girardet, La Société militaire de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 1998, p. 282-283.

15 Ibid., p. 281.

16 Voir George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette, 1999, p. 140 – ce qu’il écrit à propos du mythe chevaleresque des pilotes de chasse est transposable aux officiers d’active de l’armée de terre.

17 Lieutenant Morel, être de lumière et entraîneur d’hommes, Paris, Le Sarment / Fayard, 1990, 275 p.

18 Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993, p. 218 sq.

19 Philippe Laneyrie, Les Scouts de France. L’évolution du mouvement des origines aux années quatre-vingt, Paris, éd. du Cerf, 1985, p. 108-109. Dominique Avon, Paul Doncœur, s.j. (1880-1961). Un croisé dans le siècle, Paris, éd. du Cerf, 2001, p. 199-200.

20 Roland Barthes, Mythologies, Paris, éd. du Seuil, 1970, p. 182.

21 Voir http://sites-bruno.chez-alice.fr/ESM/esm_chants.htm [consulté en janvier 2009]. Avant 1975, ce site internet ne recense que le chant de la promotion Nouveau Bahut (1947), mais il y en a peut-être eu d’autres.

22 Destins d’exception…, op. cit., p. 133. C’est le terme Helden [au pluriel] qui a été rapporté (c’est-à-dire un personnage de récit épique), et non celui de Heroen, qui renvoie aux créatures de la mythologie. Voir Daniel Fabre, « L’atelier du héros », dans : Centlivres et alii (dir.), La fabrique du héros…, op. cit., p. 237.

23 Voir http://sites-bruno.chez-alice.fr/ESM/insignes_cadre.htm [consulté en janvier 2009].

24 L’épée qui apparaît en 1939 sur un insigne de promotion (De la plus grande France) est oblique et dirigée vers le haut. Mais la suivante, celle de l’insigne de la Charles de Foucauld (1941-1942), est la première pointée vers le bas. Peut-être symbolise-t-elle « le fait que Charles de Foucauld avait quitté l’armée pour entrer au service de l’Église » (Destins d’exception…, op. cit., p. 60). D’autres épées basses suivent néanmoins sur les insignes de Croix de Provence (1942), Veille au drapeau (1943), Extrême-Orient (1950-1952) et Maréchal de Lattre (1951-1953), sans explications particulières. Entre-temps, l’épée haute est apparue sur ceux de la général Leclerc (1946-1948) et de la général Frère (1948-1950).

25 Voir Lcl Rémy Porte (dir.), 90e anniversaire de la Croix de Guerre. Actes de la journée d’études organisée le 16 novembre 2005 au Musée de l’Armée, Château de Vincennes, Service historique de la Défense, 2006, 164 p.

26 Lucien Febvre, « Honneur et Patrie », Paris, Perrin, 1996, rééd. Pocket, p. 82.

27 Jean-Pierre Albert, « Du martyr à la star… », art. cit., p. 16.

28 Général Pichot-Duclos, Réflexions sur ma vie militaire. Au G.Q.G. de Joffre. Souvenirs, Paris / Grenoble, Arthaud, 1947, p. 40.

29 Témoignages oraux. Dans le jargon de l’École spéciale militaire (ESM), le « bazar » est un élève de 1re année. Le général Gilles est le parrain de la promotion précédente (1969-1971).

30 Jean-Pierre Albert, « Du martyr à la star… », art. cit., p. 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Boniface, « Images et représentations du héros militaire à travers les noms de promotion à Saint-Cyr », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012.

Référence électronique

Xavier Boniface, « Images et représentations du héros militaire à travers les noms de promotion à Saint-Cyr », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012 [En ligne], mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 23 février 2017. URL : http://hleno.revues.org/248

Haut de page

Auteur

Xavier Boniface

Xavier Boniface est professeur d’histoire contemporaine à l’Université du Littoral Côte d’Opale. Il est chercheur associé à l’Institut de Recherche historique du Septentrion (UMR CNRS IHRIS 8529- Lille 3).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org