Navigation – Plan du site
Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles) - Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.)

Les sous-mariniers allemands : genèse et développement d’un mythe héroïque

The German submariners : genesis and development of a heroic myth
Jean-Baptiste Bruneau

Résumés

Les sous-mariniers allemands exercent une fascination ambiguë depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, fascination dont l’historiographie anglo-saxonne et allemande a montré les limites depuis trois décennies. Construits autour des récits des survivants de l’arme sous-marine, cette histoire est animée par un souci d’auto-justification qui évacue les questions liées à l’emploi de l’arme en parfaite contradiction avec les règles du droit international et avec les règles coutumières des gens de mer, notamment le secours aux naufragés. Ces textes, dont le statut hybride – entre témoignage et écrit de fiction – les authentifie, se voit reconnaître une valeur historique qui permet de mettre en scène une geste héroïque et chevaleresque tout en évacuant la question des crimes de guerre. Développant à l’envi une rhétorique centrée autour de l’alliance du romantisme de l’action individuelle et de la modernité technique, ces textes connaissent un succès considérable, qui s’appuient sur la figure, elle aussi légendaire, de l’amiral Doenitz, dont le discours qui s’apparente à une plaidoirie, convainc bien au-delà des seuls sous-mariniers allemands. La force de cette parole est d’autant plus grande que peu de voix discordantes réussissent à se faire entendre et confortent les tenants de l’arme qui voient dans les sous-mariniers allemands des pères fondateurs.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keyword :

1939-1945 war, navy, submarine hero
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On citera à titre d’exemple les récentes publications, d’inégale valeur, de Marines, d’Axe et Allié (...)

1Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les sous-mariniers allemands exercent une fascination ambiguë dans l’imaginaire collectif ; loin d’être partagée par les seuls marins, cette fascination, oscillant entre l’admiration et l’effroi, s’observe dans les très nombreux films de fiction, documentaires historiques, publications de vulgarisation1, qui sont bien souvent dénués de tout recul critique, dans la lignée des nombreuses publications des années 1950-1960. À travers les récits des « exploits » des commandants de U-Boote et la célébration de l’amiral Dönitz se dessine un véritable mythe guerrier porté par des textes singuliers qui célèbrent l’image d’un corps à part, marqué par sa jeunesse, son héroïsme et son sacrifice final, négligeant très largement de s’interroger sur la réalité de ces clichés et sur la finalité de leur combat.

  • 2 Le seul ouvrage scientifique sur la marine allemande traduit en français est ainsi la très document (...)
  • 3 Le site le plus complet en français est celui des « Loups Gris » (http://mapage.noos.fr/sub-scope/c (...)
  • 4 On renverra à cet égard à l’ouvrage de Patrick de Gmeline qui semble exemplaire de cette admiration (...)
  • 5 Il y a un « effet U-Boote » dont témoigne la présentation de l’ouvrage du commandant Brezet dont la (...)
  • 6 Léonce Peillard, La Bataille de l’Atlantique. vol. 1. La Kriegsmarine à son apogée, Paris, Robert L (...)

2Si cette légende a connu des inflexions et des nuances dans l’historiographie allemande et anglo-saxonne, elle reste très largement inentamée en France dont les ouvrages scientifiques continuent à n’évoquer la question de l’arme sous-marine allemande, et plus généralement de la marine allemande, que sous l’angle purement opérationnel2, permettant à ce mythe de la chevalerie des temps modernes de perdurer et de se développer. La consultation des sites internet3 et des ouvrages de vulgarisation4 témoignent à cet égard de la célébration d’un véritable culte. Même si les raisons commerciales expliquent en partie la complaisance de nombreux auteurs5, cette dernière tient aussi à une admiration profonde dont Léonce Peillard se fait l’écho, dans les années 1970, en rendant un hommage appuyé à l’amiral Dönitz, décrit comme un « honnête homme »6.

3Afin de comprendre comment les sous-mariniers allemands ont pu bénéficier d’une telle indulgence, il apparaît essentiel de revenir sur la question des vecteurs de la mythologie sous-marine qui conditionne le développement des perceptions jusqu’à nos jours, au moins en France. La réception de cette information par le public repose en effet très largement sur les récits d’auto-justification des vétérans de l’arme qui reproduisent à l’envi des récits stéréotypés, hérités de la propagande du IIIe Reich, qui illustrent les qualités propres aux sous-mariniers. Ces récits sont d’autant plus efficaces qu’ils forment un véritable corpus dans lequel les sous-mariniers du monde entier se reconnaissent ; jeunesse, communauté de destins, tactique audacieuse, gloire militaire sont autant de valeurs propres à une arme qui au lendemain de la seconde guerre mondiale, notamment en France, est à la veille d’une révolution qui va lui donner une importance inédite et une doctrine d’emploi qui lui confère une importance stratégique de tout premier plan. Cette fascination est donc bien aussi une adhésion aux valeurs, plus ou moins mythifiées, de la sous-marinade allemande qui apparaît comme le modèle de toutes les autres.

  • 7 On pense bien entendu aux ouvrages de Michael Salewski pour le monde germanique et à l’ouvrage de P (...)

4Cette admiration passe par le refus d’envisager l’arme dans son acception moderne, acception qui passe par une pratique de la guerre sur mer en complète contradiction avec les règles coutumières des gens de mer, notamment le secours aux naufragés. Dans cette logique, le tribunal de Nuremberg fonctionne de manière particulièrement efficace en lavant l’amiral Dönitz du chef d’accusation de crimes de guerre, redonnant à l’emploi des sous-marins un lustre de légalité que la guerre sous-marine en Atlantique aurait pu ternir. Il permet aussi d’évacuer la question de la dimension politique des combattants, de leur engagement personnel comme du but poursuivi, accréditant le mythe d’une marine, et plus généralement d’une armée, apolitique dans la logique défendue par les autorités ouest-allemandes au début des années cinquante et en dépit des avancées historiographiques survenues depuis la fin des années 19707.

Les vecteurs du mythe

Le témoignage contre l’histoire

  • 8 Ce mode de fonctionnement est tellement intégré que les premiers historiens militaires, eux-mêmes s (...)
  • 9 Wolfgang Frank, Die Wölfe und der Admiral : Triumph und Tragik der U-Boote, Oldenburg und Hamburg : (...)

5Dès le lendemain de la guerre se multiplient les nombreux récits de témoins qui, très rapidement, se substituent au discours historique. Souvent écrits par de grands témoins, ces récits occupent une place centrale dans l’installation de la geste des sous-mariniers, centralité renforcée dans le cadre de l’histoire militaire par le respect de la hiérarchie qui interdit la remise en cause les affirmations de ses supérieurs8 ; comme le rappelle l’amiral Eberhard Godt, principal chef d’état-major de l’amiral Dönitz, dans sa préface à l’édition allemande de l’ouvrage de Wolfgang Frank9, « ce livre sur la vie, le combat et la mort de l’arme sous-marine, a été écrit par un de ceux qui y était, dont la double expérience au front et dans l’état-major, lui donne le droit de raconter les souvenirs des survivants ».

  • 10 Lothar-Gunther Buchheim, Die U-Boot Fahrer : die Boote, die Besatzungen und ihr Admiral, Stuttgart (...)
  • 11 Karl-Friedrich Merten, Kurt Baberg, Wir U-Boot-Fahrer sagen : « Nein :...So war das nicht ! » Eine (...)

6Cette « dictature du souvenir », ou tyrannie du passé, dont les historiens connaissent la résistance à l’analyse historique, fonctionne à plein dans la défense de la mémoire du combat des sous-mariniers comme le montre la polémique surgie en Allemagne au lendemain de la publication du livre de Buchheim, Die U-Boote Fahrer10. Composé à partir de ses propres photos de guerre, l’ouvrage procède à une critique violente de la guerre navale, décrite comme essentiellement perverse. En effet, parce qu’elle ne laisse aucune trace sur la mer, elle maintient l’illusion d’une guerre propre et entretient l’illusion d’une fraternité des combattants soudés dans une lutte commune contre la mer, oubliant qu’ils sont opposés les uns aux autres. Or, de manière très révélatrice, cette tentative de remise en cause du portrait en majesté développé depuis la guerre suscite immédiatement une contre-offensive des vétérans qui, par la voix de deux d’entre eux, apportent la contradiction dans un ouvrage dont le titre est en lui-même un aveu : en effet, dans Wir U-Boot-Fahrer sagen : « Nein :...So war das nicht ! »11, ils s’efforcent de disculper l’amiral Dönitz des accusations portées par Buchheim accusé d’être un falsificateur de l’histoire. Ce qui apparaît remarquable dans cette polémique, particulièrement violente en Allemagne, c’est qu’il s’agit ici d’une querelle de survivants qui prétendent, et Buchheim ne fait pas exception à la règle, faire connaître une vérité non par la mise à distance de son sujet mais par la mise en situation, par le récit de l’expérience.

  • 12 Wolfgang Frank, Der Stier von Scapa Flow : Leben und Taten des U-Boot-Kommandanten Günther Prien, O (...)
  • 13 Wolfgang Frank, Prien Greift an, Hamburg, Deutsche Hausbücherei, 1941.
  • 14 Gunther Prien, Mein Weg nach Scapa Flow, Berlin, Deutscher Verlag, 1940.

7De manière tout aussi remarquable, l’identité des auteurs semble peu intéresser le grand public qui adhère sans aucun regard critique, au nom de la tyrannie du passé, à cette vérité pourtant éminemment sujette à caution en raison des itinéraires des différents auteurs. En effet, au-delà de la tendance de tout discours autobiographique à l’autojustification, certains de ces récits sont bien souvent le fait d’hommes engagés dans la propagande allemande au cours de la guerre, lesquels n’hésitent pas à reprendre tels quels les ouvrages qu’ils ont publié pendant la guerre. C’est notamment le cas de l’ouvrage de Wolfgang Frank, Der Stier von Scapa Flow12 qui est la réédition de son ouvrage paru en 1941, au lendemain de la disparition de Gunther Prien, réédition dont l’auteur n’a d’ailleurs pas vu la nécessité de retrancher un mot de la préface de 1941, dans laquelle l’amiral Dönitz insiste sur le mérite qu’il y a à remettre dans la lumière notre « inoubliable Prien »13. L’ouvrage apparaît d’autant plus crédible qu’il est en réalité très largement inspiré de l’ouvrage de Prien relatant ses exploits14.

  • 15 Jochen Brennecke, Jäger-Gejagte ! Deutsche U-Boote 1939-1945, Herford, Koehlers Verlagsgesellschaft (...)
  • 16 Jochen Brennecke, Unser Boot und wir im Mittelmeer : Die Feindfahrten eines deutschen Unterseeboote (...)
  • 17 Michael L. Hadley, Count Not the Dead. The Popular Image of the German Submarine, Annapolis, Naval (...)
  • 18 Capitaine de vaisseau René Jouan, « Avant-propos » à l’ouvrage d’Harald Busch, Meutes sous-marines, (...)
  • 19 Harald Busch, U-Boot auf Feindfahrt : Bildberichte vom Einsatz im Atlantik, Gütersloh, Verlag C. Be (...)

8Même si cette dérive, presque caricaturale, n’apparaît pas toujours aussi évidente, il n’en reste pas moins que nombreux sont les auteurs de l’après-guerre qui ont fait leurs premières armes au cours de la guerre, pour les services de la propagande. C’est notamment le cas de Jochen Brennecke qui publie en 1956 son ouvrage sur le destin des sous-mariniers allemands15 en omettant de signaler la publication de son premier ouvrage en 194316 et le film de propagande U-Boote Westwärts ! en 1941 dans lequel il joue son propre rôle17. C’est aussi le cas d’Harald Busch, assez complaisamment décrit par son préfacier français, le capitaine de vaisseau René Jouan, comme un « spécialiste de l’Histoire de l’Art et de la Littérature, dispensé du service militaire par suite d’une blessure au genou, [qui] a participé, en tant qu’historiographe de la marine, pourrait-on dire, à plusieurs croisières de guerre des sous-marins »18, passant sous silence ses fonctions de journaliste au service de la propagande, fonctions qu’il exerce loyalement au service de l’institution qui l’emploie comme le montre son ouvrage paru pendant la guerre19.

  • 20 Lothar-Gunther Buchheim, Jäger im Weltmeer, Berlin, Suhrkamp Verlag, 1943.
  • 21 Cité dans Michael L. Hadley, op. cit., p. 102.

9Certains auteurs, même les plus critiques vis-à-vis du mythe, complaisamment entretenu dans les années 1950 et 1960, partagent parfois cet itinéraire comme le montre celui de Lothar-Günther Buchheim. Né en 1918, il est commissionné comme lieutenant de vaisseau dans la Kriegsmarine où il sert sur des dragueurs de mine, des contre-torpilleurs avant ses embarquements sur sous-marins, au cours desquels il réalise trois patrouilles dont il rend compte dans un ouvrage qui a les honneurs d’une préface de l’amiral Dönitz20. De manière très révélatrice, cette compromission avec le régime, qui aurait pu être instrumentalisée et fonctionner de manière particulièrement efficace pour discréditer son propos – on peut en effet se demander le rôle qu’a pu jouer la culpabilité dans sa critique des années 1970 et dans quelle mesure cette culpabilité a pu conditionner certaines outrances – est totalement évacuée au profit des critiques sur sa méconnaissance réelle de l’arme sous-marine en raison de ses temps très limités d’embarquement. Comme le rappelle Michael L. Hadley, certains ne se privent pas de rappeler qu’« il avait le plus souvent le mal de mer et était paralysé par la claustrophobie et [qu’] il est aujourd’hui simplement un pitoyable psychopathe »21, refusant de soulever la question, pourtant centrale, des fonctions occupées par Buchheim pendant la guerre, sans doute parce qu’elle remettrait en cause la presque totalité des témoignages des vétérans.

Un/des témoignages ?

  • 22 Heinz Schaeffer, U-Boat 977, W.W. Norton & Company, 1952. Traduction française, U-977. L’odyssée d’ (...)
  • 23 Herbert A. Werner, Die Eisern Särge, Hamburg, Hoffmann & Campe Verlag, 1969. Traduction française, (...)
  • 24 On a une description assez précise de la manière dont ces ouvrages ont été réalisés par la préface (...)

10Le problème des auteurs n’est pas le seul problème méthodologique que suscitent ces ouvrages sur les sous-marins allemands ; la question du genre, au sens générique du terme, des textes produits par les vétérans est en effet tout aussi fondamentale. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les mémoires et récits autobiographiques sont extrêmement rares. Si l’on excepte les rares ouvrages de Heinz Schaeffer22 et d’Herbert A. Werner23 dans lesquels les éléments constitutifs d’un « pacte autobiographique » sont réunis, les autres récits constituent un sous-genre très particulier qui associe plusieurs témoignages à un récit historique construit. C’est-à-dire que le texte que l’auteur donne à lire est un mélange de ses souvenirs personnels et, bien souvent, de ceux de ses camarades, et de ses recherches, dans un récit qui se veut à la fois une narration épique et un exposé scientifique des faits24.

  • 25 Ainsi, il est exceptionnel que des informations soient référencées de manière précise.
  • 26 On peut citer l’ouvrage de Jacques Alaluquétas, U-Boot VIII C : technique, construction, armement, (...)
  • 27 Cette situation constitue cependant une originalité par rapport aux historiens anglo-saxons et alle (...)

11Ce sous-genre va jusque dans les années 1970 occuper une place considérable dans le discours sur l’arme sous-marine allemande et se substituer aux recherches historiques dont il emprunte certaines formes (dates précises, citations, sources privées, sources officielles) sans toutefois respecter tous les principes25. Cette situation de monopole est si forte qu’il n’existe, aujourd’hui encore, à l’exception d’ouvrage technique26, pratiquement aucun ouvrage scientifique en langue française spécifiquement consacrée aux sous-mariniers allemands27. Le problème majeur que soulève ce genre hybride, dont la forme la plus approchante semble être le « docu-fiction », est celui de la fiabilité des informations apportées, informations qui ne peuvent être vérifiées à partir de l’itinéraire d’un narrateur qui a fait sien des souvenirs qui sont aussi ceux d’autres acteurs de la période, lesquels ne sont jamais identifiés clairement. Le procédé repose ainsi presque tout entier, du point de vue du narrateur, sur un principe de vraisemblance de ces récits par rapport à son propre discours ; toute l’ambiguïté est que ces récits sont authentifiés par leur assimilation et leur revendication par un individu qui apparaît responsable de souvenirs qui ne sont pas les siens, mais qui, parce qu’ils apparaissent comme tels, acquièrent l’aspect de la sincérité propre aux témoignages.

  • 28 Karl Alman, Ritter der Sieben Meere : Ritterkreuzträger der U-Boot-Waffe. Chronik eines Opfergangs, (...)

12De manière très remarquable, ces récits, outre leur forme très particulière, fonctionnent sur une narration originale, toute entière centrée sur la geste de quelques grandes figures de l’arme sous-marine, dans le cadre de moments paroxystiques que sont les patrouilles. Ce qui est examiné, ce sont les hommes au combat, personnalisés dans les figures de leurs commandants, parés de toutes les vertus : à la geste de Prien devant Scapa Flow répondent celles des glorieux Kaleunt, Erich Topp, Otto Kretschmer ou Joachim Schepke pour ne citer que les plus connus. C’est ainsi que dans un ouvrage très empreint de fierté nationaliste, Karl Alman célèbre les « chevaliers de sept mers » que sont les dix-huit commandants décorés de la croix de chevalier de la Croix de fer. De manière très révélatrice, il emprunte sa dédicace, presque mot pour mot à la dédicace de l’hagiographie de Frank consacrée à Prien28. Dans le cadre d’un récit, souvent haletant, sont mises en avant les qualités des ceux dont la propagande du IIIe Reich a, en son temps, célébré les mérites.

  • 29 Il est ainsi réputé pour son franc-parler et ses plaisanteries audacieuses à l’encontre du régime. (...)
  • 30 Brustat-Naval, F, und Teddy Suhren, Nasses Eichenlaub : Als Kommandant und FDU im U-Boot Krieg, Her (...)

13Tous ces héros de l’arme sous-marine sont, en réalité, différents avatars d’un modèle unique, dont le nom change tout en conservant ses valeurs, presque son essence, d’honneur, de courage et de sacrifice. Étonnamment, alors que certains individus se différencient réellement par des comportements singuliers, leurs biographes se montrent incapables de se défaire des stéréotypes installés dès le début des années 1940. C’est ainsi que la biographie du commandant Reinhard Suhren, dont ce dernier est partie prenante, alors même que de nombreux témoignages le décrivent particulièrement indépendant de caractère29, se focalise sur les seules années de guerre et ne fait que reprendre les clichés qui se répondent d’un ouvrage à l’autre sur le poids du destin et la fatalité de la guerre, faisant du sous-marinier une sorte de chevalier errant, obéissant à un code de l’honneur suranné dont il serait un des derniers dépositaires30.

14Ce qui est remarquable, c’est qu’alors même que les exploits des commandants de U-Boote entraînent naturellement les auteurs à se fondre dans le moule tantôt de la tragédie, tantôt de l’épopée, ces derniers se gardent bien de tels qualificatifs. En effet, tous prétendent à écrire l’histoire et sont bien conscients que tout écart vis-à-vis de cette prétention, serait entaché de suspicion. En conséquence, tous choisissent de se présenter comme des témoins objectifs, faisant œuvre historique, dont leurs textes sont la plupart du temps bien éloignés, refusant d’être assimilés aux producteurs émerveillés d’une geste héroïque, ce qu’ils font pourtant, certains par stratégie éditoriale, d’autres au nom d’une admiration ou/et d’une empathie sincères.

Le mariage du romantisme et de la modernité

15Le regard porté sur la geste des sous-mariniers allemands au cours de la seconde guerre mondiale, quelle que soit l’honnêteté des observateurs, est en effet soutenu par une singulière admiration qui repose sur la reconnaissance de la valeur militaire et sur l’enthousiasme pour une guerre chevaleresque. À l’examen, apparemment neutre, des prouesses technologiques et tactiques de l’arme et de ses servants, répond un attrait tout romantique pour une épopée de chevaliers des temps industriels. Cette double inscription peut sembler paradoxale avec les éloges contradictoires de la modernité de la guerre sous-marine et des valeurs éternelles d’un âge d’or de la guerre. Elle l’est d’autant plus que les traits saillants de ces deux logiques complémentaires semblent s’opposer. Ainsi, on peut se demander comment concilier la mise en valeur permanente de la communauté de destins (Schickalsgemeinschaft) chère à Dönitz, qui désigne l’équipage d’un U-Boote, chacun tenant dans ses mains la destinée de tous, et la survalorisation de l’exploit individuel par la mise en exergue des « as », dès le début de la guerre et jusqu’à nos jours. En réalité, loin de s’affronter, ces deux logiques se répondent et se complètent et c’est bien parce que la guerre sous-marine apparaît comme une des formes les plus achevées de la guerre industrielle, notamment dans l’anonymat des combattants, qu’elle crée des héros qui la subliment ou la rachètent.

Épopée de la technologie moderne

  • 31 Harald Busch, Meutes sous-marines, op. cit., p. 8.
  • 32 « Durant toute la guerre, seuls les périscopes des sous-marins m’ont rempli de soucis, d’angoisse, (...)
  • 33 « Le seule chose qui m’ait jamais réellement effrayé pendant la guerre, fut la menace que faisaient (...)
  • 34 Herbert Werner, Dix-huit secondes pour survivre, op. cit., p. 13-14.

16Les différents récits portant sur la guerre des U-boote s’accordent, à de très rares exceptions près, à reconnaître que l’arme sous-marine allemande a manqué de peu d’emporter la décision sur mer. C’est le discours récurrent sur la guerre presque gagnée, sur les routes de communications presque interrompues, qui repose à la fois sur le constat des pertes alliées considérables de 1940 à 1943 et sur la reconnaissance par les Alliés du danger que ces performances ont fait courir à leurs approvisionnements. Il est à cet égard très symptomatique que les déclarations de Churchill, ou d’amiraux britanniques, soient abondamment citées en exergue par les différents témoins comme la preuve de la reconnaissance de leur efficacité militaire. Au commandant Jouan qui rappelle l’importance de la bataille de l’Atlantique aux yeux de Churchill et les prouesses tactiques des U-Boote qui, relativement à leur nombre, ont obtenu des résultats supérieurs aux autres armes31, répondent Joachim Brennecke32, et Terence Robertson, dans son ouvrage consacré au commandant Kretschmer33 qui inscrivent la formule du premier ministre britannique en ouverture de leur préface. Même un récit aussi critique que celui d’Herbert Werner, qui estime que la guerre était perdue dès le premier jour au regard du potentiel industriel des Etats-Unis et de l’empire britannique, ne peut s’empêcher de rappeler lui aussi, malgré ses réserves envers « un matériel inadéquat et une politique insensée, appliquée par des dirigeants sans scrupule », les craintes de Churchill34.

  • 35 C’est le cas de David Mason, U-Boot. Loup des mers, Verviers, Gérard et Cie, 1971, ainsi que de Hug (...)

17Les historiens, français mais aussi anglo-saxons, acquiescent très largement à cette efficacité des U-Boote, qui aurait pu leur permettre de remporter la guerre35. On peut tout de même, à la suite de l’ouvrage de Peter Padfield, remarquer que nul ne sait ce qu’aurait été le cours de la guerre si les U-Boote avaient bénéficié, dès 1939, de l’exclusivité qui fut la leur à partir de 1942. Le raisonnement qui consiste à plaquer le retard réel de la réaction alliée sur une situation de toute puissance qui aurait pu être en 1939 celle de l’arme sous-marine allemande, est en réalité assez fallacieux. La réaction alliée a naturellement suivi les conséquences de la montée en puissance des sous-marins allemands, et ne l’a pas devancée. Si cette montée en puissance avait eu lieu plus tôt, on ne peut s’interdire de penser que les ripostes tactiques auraient aussi été plus rapides.

  • 36 Sur cette critique des choix tactiques de l’arme sous-marine allemande, on se permet de renvoyer à (...)

18Poser une appréciation purement tactique sur l’efficacité d’une arme sous prétexte des résultats obtenus au combat relève en réalité d’un jugement à courte vue ; outre le fait qu’il est impossible de savoir ce qu’auraient été les formats des flottes alliées si la marine allemande s’était dès 1935 préparée à une guerre sous-marine totale et à grande échelle, les conséquences d’une telle guerre sous-marine dès le mois de septembre 1939 sont incalculables, notamment quant à une entrée beaucoup plus rapide des États-Unis dans le conflit. Et même sur le plan opérationnel, on ne peut manquer d’être surpris par les appréciations exemptes de toute critique sur la « tactique de meute » mise en place par l’amiral Dönitz ; si cette tactique permet de remporter des succès éclatants, elle est loin d’être infaillible et certains des principes sur lesquels elle s’appuie, centralisation du commandement à terre et multiplication des émissions radios, se révèlent particulièrement vulnérables à partir du moment où se développent les différents appareils de détection, développement qui était loin, dès l’entre-deux-guerres, loin d’être imprévisible36.

  • 37 Cité par Wolfgang Frank, Die Wölfe und der Admiral, op. cit.
  • 38 Bodo Herzog, Die deutschen U-Boote 1906 bis 1945, München, J.F. Lehmanns Verlag, 1959, cf. préface.
  • 39 Cité par Michael L. Hadley, Count Not the Dead. The Popular Image of the German Submarine, Annapoli (...)
  • 40 Le romantisme ambigu de cette appellation la fait d’ailleurs rejeter par le vétéran très critique q (...)

19À cette apologie de la technique répond aussi une véritable exaltation de la communauté de destins partagée par les membres d’un équipage de sous-marin qui auraient constitué « une petite bande toujours prête à la bataille »37. Même ceux qui essaient de développer un regard plus critique vis-à-vis de l’épopée sous-marine s’inscrivent dans cette mythologie comme le montre l’ouvrage de Bodo Herzog qui, dans sa préface, rappelle qu’une « petite bande audacieuse de marins allemands, a band of brothers, [...] a mené la guerre sous-marine sur tous les océans du monde. À l’instar des créatures mythiques du monde originel, ils ont parcouru les mers... »38. Alors même qu’il prétend « servir de médiateur, réveiller les mémoires, faire des remontrances, mais aussi réconcilier et encourager à la réflexion »39, l’auteur reproduit à l’envi ce mythe de la communauté, groupée autour de son commandant dont l’autorité repose tout entière sur la valeur au combat. À l’inverse de la rigidité des hiérarchies militaires, le sous-marin serait, par son fonctionnement, une sorte de lieu à part où régneraient les hiérarchies naturelles, faisant du U-Boote, un bâtiment pirate ou corsaire composé d’individus volontaires rassemblés pour le combat dans une conception toute romantique de l’action, dont l’appellation, complaisamment reprise de « loups », porte témoignage40.

  • 41 Peter Padfield, Dönitz et la guerre des U-Boote, op. cit., p. 298.

20Si cette communauté de destins, forgée dans les épreuves communes, est indéniable, les thuriféraires de l’arme sous-marine oublient souvent qu’elle est aussi un instrument de gestion des hommes par les commandants qui sont loin de tous faire l’unanimité au sein de leurs équipages. C’est notamment le cas de Gunther Prien qui semble peu apprécié de ses officiers et encore moins de son équipage qu’il oblige à multiplier les exercices inutiles une fois de retour au port, alors que lui-même disparaît volontiers jusqu’au réembarquement. Plus généralement, les équipages se méfient de ces hommes audacieux, raillés sous les termes de Draufgänger, « fonceurs », ou Halsschmerzen, ou « maux de gorge », par allusion à la distinction tant convoitée de la croix de chevalier portée au cou. Rien d’étonnant donc à ce que les plus anciens n’hésitent pas à fuir ces jeunes commandants pour se porter volontaire pour servir sous les ordres d’officiers plus expérimentés, les Lebensversicherungen, « assurances sur la vie », moins soucieux de démontrer leurs capacités éprouvées41.

Romantisme du navigateur et de l’action individuelle

  • 42 Il faut ici rappeler que la croix de chevalier (Ritterkreuz) est automatiquement conférée aux comma (...)
  • 43 Le commandant Gunther Prien reçoit cette décoration le 18 octobre 1939, à Berlin, des mains d’Hitle (...)

21Paradoxalement, alors même que la notion de communautés de destins anime les nombreux récits historiques et témoignages de vétérans de l’arme sous-marine, l’arme se crée un véritable panthéon d’hommes illustres. Celui-ci est composé des figures des grands commandants de U-Boote dont l’aura grandit au fur et à mesure des tonnages coulés ; ils sont d’ailleurs désignés comme les « rois du tonnage » et la reconnaissance militaire de leurs mérites est très explicitement liée à cette capacité à détruire les navires marchands42. De manière très remarquable, le second titulaire de la Ritterkreuze, après le grand amiral Raeder, est le lieutenant de vaisseau (Kapitän-Leutnant) Prien, le « taureau de Scapa Flow », pour son exploit d’octobre 193943, devenant un véritable héros national pour lequel l’admiration de la communauté sous-marine, aujourd’hui encore, semble intacte. Si le commandant de l’U-47 est indéniablement un des « rois du tonnage », c’est bien l’épopée de son bâtiment dans les Orcades qui constitue son titre de gloire le plus remarquable alors même qu’il n’est en rien représentatif de la guerre menée par les sous-marins allemands de la seconde guerre mondiale, la bataille de l’Atlantique étant essentiellement une guerre au commerce.

22Plusieurs raisons peuvent expliquer cette admiration. Il est certain que l’instrumentalisation par le régime nazi de son épopée joue un rôle considérable dans la diffusion de sa légende, par ailleurs confortée par le principal intéressé ; en effet, outre le récit particulièrement habile de son exploit, il est l’objet d’une frénétique campagne de propagande : accueilli par l’amiral Dönitz sur les quais, il est amené avec son équipage à Berlin dans l’avion personnel d’Hitler qui l’accueille, avec les hauts dignitaires du régime, à la Chancellerie. Nul doute que le régime nazi ait vu dans ces hommes jeunes et inconnus les preuves vivantes de cet ordre nouveau qu’il aurait permis de révéler. Et cette déification des commandants de U-Boote va se poursuivre dans les premières années de la guerre avec des hommes qui sont l’objet d’un véritable culte dont témoigne la diffusion de portraits édités pendant la guerre par l’entreprise Hoffmann de Munich ou par le Bildarchiv Krupp-Germaniawerft Kiel qui éditent des cartes postales, retouchées au fur et à mesure de leurs exploits, des principales figures de la guerre sous-marine. Ce qui est remarquable, c’est que cette personnalisation et cette publicité se mettent en place à partir de l’exploit de Gunther Prien comme si ce piédestal était nécessaire pour redonner un lustre héroïque et guerrier au torpillage anonyme et nocturne qui est l’ordinaire de l’arme, la mise en valeur d’un individu permettant de réintroduire la notion honorable du duel dans une guerre anonyme.

  • 44 Cette perspective est particulièrement nette dans l’ouvrage d’Harald Busch, Totentanz der Sieben Me (...)

23Il est à cet égard très révélateur de constater que les premiers ouvrages traitant des U-Boote installent une véritable geste de la lutte sous-marine, qui porte en elle toutes les composantes de la tragédie : à l’unité de lieu (le sous-marin), répondent l’unité de temps (la patrouille) et d’action (autour du triptyque veille/attaque/fuite ou destruction). Tous reprennent à l’envi les poncifs, déjà développés par la propagande nazie, de l’arme fantomatique menée par des navigateurs audacieux44. Dans cette logique d’héroïsation des combattants, la jeunesse des sous-mariniers est fréquemment mise en avant, que ce soit par les panégyristes du mythe sous-marinier ou par ses détracteurs. Ainsi, que ce soit un des « as » comme Erich Topp qui affirme qu’après 1943, les commandants avaient souvent 23 ans, ou un les auteurs les plus critiques comme Buchheim qui note l’extrême jeunesse des commandants et des équipages de U-Boote et affirme que « la majorité des équipages dans les dernières années de la guerre était composé d’adolescents », il semble qu’il y ait une unanimité, même si les motivations de ces deux discours sont évidemment très différentes. En effet, si pour les serviteurs du mythe, il y a une fascination toute romantique pour l’héroïsme de cette jeunesse ardente, pour ses adversaires, elle permet de dénoncer l’utilisation criminelle de cette jeunesse au nom d’une vision sacrificielle démente.

  • 45 Tableau cité dans l’article de Rolf Güth et Jochen Brennecke, « Hier irrte Michael Salewski : Das T (...)
  • 46 Hans Herlin, Verdammter Atlantik. Schicksale deutscher U-Boot-Fahrer. Tatsachenbericht, Hamburg, Na (...)
  • 47 Karl Alman, Les loups gris dans la mer bleue. Les sous-marins allemands en Méditerranée, Paris, Pre (...)
  • 48 Wolfgang Ott, Haie und kleine Fische, München, Albert Langen-Georg Müller Verlag, 1956. Traduit en (...)

24Quoiqu’il en soit, personne ne semble réellement s’interroger sur l’authenticité de cette perception qui est en réalité largement sujette à caution, notamment en ce qui concerne les commandants de U-Boote comme le montrent les travaux de Rolf Güth et Jochen Brennecke qui nuancent cette affirmation45. Il est d’autant plus difficile de revenir sur cet aspect du mythe qu’il colore la tragédie de ces destins du souvenir d’un sacrifice. De manière très révélatrice, tous s’accordent à célébrer les vertus de ces hommes dont la fin tragique et souvent mystérieuse masque les raisons de ce sacrifice. Si les témoignages, fort peu critiques envers les autorités politiques de l’Allemagne nazie, feignent de croire que ces sacrifiés font partie du tribut que les hommes depuis des siècles livrent aux forces de l’océan46, la majorité d’entre eux jusqu’aux années 1960, choisit de s’incliner devant « ceux qui moururent, fidèles au devoir jusqu’au sacrifice suprême, et [aux] survivants qui se comportèrent avec tant de vaillance »47, certains s’interrogent toutefois sur la responsabilité de la folie politique des dirigeants du IIIe Reich, tel Wolfgang Ott qui, dans ses souvenirs au titre ironique, rappelle que les requins sont les politiciens allemands rapaces et immoraux qui, dans leur soif de pouvoir, ont entraîné la perte des petits poissons que sont les sous-mariniers allemands48.

  • 49 Lothar-Günther Buchheim, Das Boot, München, R. Piper, 1973. Ouvrage qui comme le suivant est un vér (...)
  • 50 Herbert A. Werner, Die Eisern Särge, op. cit. On notera la traduction française fantaisiste du titr (...)
  • 51 Sur la trahison du livre de Buchheim par le réalisateur Wolfgang Petersen, dans son film, Das Boot, (...)
  • 52 De manière très révélatrice, Werner rejoint dans la dédicace de son livre « aux marins de toutes le (...)

25Dans les années 1970, cette première offensive est relayée par le roman de Buchheim49 et les souvenirs de Werner50. L’un comme l’autre se situent clairement dans une logique de révision de l’histoire des U-Boote au cours de la seconde guerre mondiale, histoire qui s’identifie pour eux à une série de clichés et de mythes qui tendent à installer les dimensions d’une épopée à ce qui, surtout dans le cas de Werner, doit être considéré comme une accumulation d’erreurs militaires. Mais, malgré cette offensive, très imparfaitement relayée par le cinéma en ce qui concerne l’ouvrage de Buchheim51, qui dénonce la responsabilité du système nazi et du grand amiral Dönitz, tous deux abondent dans ce postulat du sacrifice qui dédouane de leurs responsabilités les combattants eux-mêmes et qui interdit de poser la question de la conduite de la guerre et de leur engagement politique. La mort tragique et, à partir de 1943, absurde, transforme les servants de l’arme sous-marine en victimes, au même titre que les équipages des cargos torpillés52. Dans tous les cas, la notion de sacrifice remplit une fonction ambiguë car si elle ne dédouane pas a priori les individus de leurs engagements, elle fait tomber un voile de respect sur des combattants décimés, permettant d’évacuer la composante politique.

Une guerre de chevaliers ?

La dénégation de la question des crimes de guerre

26La mythologie héroïque qui nimbe les commandants de U-Boote a permis depuis la fin de la seconde guerre mondiale d’évacuer totalement la question de l’emploi de l’arme sous-marine et celle des fins dernières, à savoir comment et pour qui ces « héros » combattaient. Même si ces interrogations se situent sur des plans très différents, elles doivent être mises en parallèle, tant la question de la conduite de la guerre est liée à celle de l’engagement idéologique des combattants.

  • 53 Jochen Brennecke, Le destin tragique des sous-mariniers allemands, op. cit., p. 13, 33.
  • 54 K. Assmann, « Der deutsche U-Bootskrieg und die Nürnberger Rechtsprechung », Marine Rundschau, janv (...)
  • 55 Le rédacteur de la notice nécrologique affirme en effet que « sous la terre, il aura encore notre a (...)

27Dans la presque totalité des écrits consacrés aux U-Boote, les accusations de crime de guerre sont ouvertement réfutées. Comme le rappelle Brennecke dans son chapitre consacré à l’année 1939, « tout a commencé de façon régulière, conventionnelle – voire chevaleresque » avant de conclure, après l’évocation du sauvetage des membres du Royal Sceptre par le commandant Schultze, que « les choses ont commencé ainsi, de la façon la plus simple et la plus correcte, dans la tradition chevaleresque et chrétienne des marins »53. Les Allemands sont bien entendu les principaux acteurs de cette perception, y compris au niveau le plus institutionnel comme le montre la couverture et l’article qui ouvrent le premier numéro de Marine Rundschau de l’après guerre ; évoquant la question de la guerre sous-marine et du jugement de Nuremberg, l’auteur conclut que le jugement a lavé l’arme sous-marine de tout crime et a étayé à la fois la justification de l’arme sous-marine et sa conduite actuelle par la marine allemande54. Lors du décès de l’amiral Dönitz en décembre 1980, la revue reste dans cette ligne en réalisant un panégyrique d’une vénération inconditionnelle55.

  • 56 Sur cette question, voir la critique particulièrement efficace de Peter Padfield, Dönitz et la guer (...)

28Mais au cours même de la guerre, en raison du souvenir des conséquences de la première guerre mondiale et de l’entrée en guerre des États-Unis consécutive à la guerre sous-marine à outrance, la compréhension de l’aspect politique de cette guerre n’a pas échappé au haut-commandement allemand qui refuse qu’apparaissent certaines mentions sur les journaux de bord, support privilégié pour les historiens. Dans le cas du torpillage de l’Athenia par le commandant Lemp, il faut attendre le jugement de Nuremberg pour que soit révélée l’existence du serment, prêté par l’équipage, de garder le secret, l’épuration du journal de bord de toute mention de l’événement, et la rédaction d’un nouveau rapport d’activités pour le Quartier Général56. De manière très efficace, une mesure réclamée par le haut état-major à des fins de propagande finit par devenir un des moyens de la légende et au torpillage illégal d’un bâtiment répond la destruction des preuves de cette illégalité.

  • 57 Terence Robertson, The Golden Horseshoe, London, Evans Brother, 1955. Traduction française : Le lou (...)
  • 58 Gwyn Griffin, An Operational Necessity, New York, C.P. Putnam’s, 1967. Le commandant Heinz Eck, ave (...)
  • 59 Harald Busch, Meutes sous-marines, op. cit., p. 8-9.
  • 60 Léonce Peillard, Histoire générale de la guerre sous-marine 1939-1945, Paris, Robert Laffont, 1970, (...)

29C’est donc très logiquement que les commentateurs étrangers, français et anglo-saxons notamment, reproduisent ce discours à l’envi. Chez les Anglo-Saxons, il semble ne faire aucun doute pour un Terence Robertson qui célèbre la mémoire du commandant Kretschmer57, ou pour un Gwyn Griffith dans son procès en réhabilitation du commandant Eck58, de la légitimité et de la légalité des formes prises par le combat sous-marin au cours de la guerre. On retrouve cette même tendance illustrée par le capitaine de vaisseau Jouan qui affirme que les Français, « amoureux de la bravoure », peuvent d’autant mieux rendre hommage au combat des sous-mariniers allemands « que les juridictions internationales n’ont retenu aucun chef d’accusation contre [eux]. L’esprit est donc libre pour apprécier et admirer, comme l’ont fait chevaleresquement plusieurs grands chefs alliés au lendemain même du conflit »59. Rien d’étonnant donc à ce qu’à la fin de son histoire de la guerre sous-marine, Léonce Peillard affirme que « jamais les indispensables connaissances scientifiques des combattants de ces sous-marin nucléaires et de leurs équipages ne les dispenseront d’être des marins semblables à ceux qui animent cet ouvrage, et ils n’en continueront pas moins la tradition maritime forgée par des siècles et des siècles de navigation, cette tradition qui veut que, les combats finis, ils peuvent sans rougir se serrer la main »60.

  • 61 Bodo Herzog, Ritter der Tiefe, Graue Wölfe : Die erfolgreichsten U-Boot-Kommandanten der Welt.2, Au (...)

30La mise en avant de cette fraternité d’armes est particulièrement révélatrice de l’ambiguïté d’un discours qui mélange deux réalités totalement différentes de l’emploi de l’arme sous-marine : celle des combats entre bâtiments de guerre, dont l’exemple le plus abouti est celui du torpillage du HMS Royal Oak par Gunther Prien, qui est l’exception, et celle de la guerre au commerce qui est la norme et dont les plus éclatants succès ont été réalisés dans le cadre d’affrontements asymétriques (c’est notamment le cas à partir de décembre 1941, lors de l’entrée en guerre des États-Unis qui permet aux U-Boote de réaliser une véritable hécatombe sur les côtes américaines mal défendues). L’idée d’un duel sous les mers, qui serait le pendant des duels aériens des pilotes de chasse de la première guerre mondiale, est en réalité totalement fantaisiste ; le seul affrontement du sous-marin avec un navire de guerre, c’est le temps de la poursuite en cas de repérage. Et on peut se demander si cette mise en exergue d’une chevalerie des profondeurs61, au-delà de l’aspect commercial de cette étiquette romantique, ne répond pas à l’intention, plus ou moins consciente, de faire accepter les conditions spécifiques de l’emploi de l’arme sous-marine.

  • 62 C’est notamment le cas de l’amiral Nimitz qui fera parvenir une lettre au tribunal dans laquelle il (...)
  • 63 Document C-191, daté du 2 octobre 1939 : « L’état-major des sous-marins a l’intention de permettre (...)

31La mythologie des U-Boote renvoie ainsi, au-delà de leurs « exploits », à la question de la guerre sous-marine, et plus généralement du droit international de la guerre sur mer, vis-à-vis duquel les Alliés, Américains au premier chef, parce qu’ils s’en sont affranchis au cours de la seconde guerre mondiale, se montrent particulièrement peu sourcilleux62. Dans le contexte très particulier du procès de Nuremberg, les Américains maintiennent en effet une pression très forte pour que soit sous-évaluée l’importance des ordres de Dönitz, lesquels précisent pourtant clairement qu’il n’y aura pas d’ordres écrits concernant l’utilisation des unités sous-marines63. S’il y a bien une confrérie des sous-mariniers, elle repose bien plus sur une même manière d’utiliser l’arme sous-marine que sur de suicidaires pratiques chevaleresques. Même les Britanniques, pourtant les plus acharnés à démontrer la culpabilité de Dönitz lors du procès de Nuremberg, doivent composer avec le cas du Commodore Anthony Miers qui sera décoré de la Victoria Cross et promu au rang de vice-amiral, et qui, alors qu’il commandait un sous-marin, avait froidement mitraillé les naufragés d’un bâtiment allemand qu’il venait de couler.

  • 64 Par ailleurs, il faut tout de même signaler que, malgré les présentations flatteuses des thuriférai (...)
  • 65 Harald Busch, Meutes sous-marines, op. cit., p. 26-27.

32La réfutation des crimes de guerre par le tribunal de Nuremberg ne tranche en réalité pas la question de la réalité de ces crimes de guerre, seulement l’impossibilité d’administrer la preuve de ces crimes64. Cette confusion entre décision judiciaire et vérité historique s’observe notamment dans l’ouvrage d’Harald Busch qui, tout en reconnaissant la falsification du journal de bord de l’U-30 de Lemp, responsable du torpillage de l’Athenia, affirme que c’est le seul cas « où un journal de bord ait été modifié après coup et même, d’une façon plus générale, où il ait contenu quelque inexactitude »65 alors qu’il s’agit en réalité du seul cas où la falsification a pu être juridiquement prouvé. L’intérêt de cet acquittement du chef d’accusation de crime de guerre dans la conduite de la guerre sous-marine est qu’il permet de présenter un corps apolitique, en marge du nazisme. Grâce à un amalgame pourtant assez grossier, Dönitz et plus encore ses hommes, parce qu’ils sont déchargés de l’accusation de crimes de guerre, apparaissent vierges de toute compromission avec le régime nazi.

L’évacuation de la question politique

  • 66 Cet avertissement rappelle ainsi que « l’ennemi a écrit ce livre. C’est la guerre sous-marine du po (...)
  • 67 Léonce Peillard, La Bataille de l’Atlantique, op. cit., p. 11.

33La concentration de l’attention autour de la question de la conduite de la guerre sous-marine permet en effet d’évacuer la question de l’engagement politique des sous-mariniers et de leur chef. Certes, au lendemain de la seconde guerre mondiale, la parution de certains ouvrages suscitent chez les Anglo-Saxons une certaine méfiance comme le montre l’avertissement « aux professeurs et aux parents », qui entoure la parution de l’ouvrage d’Harald Busch66. Mais, ces réserves sont loin d’être la norme et ont peu d’impact sur la légende qui affirme que les sous-mariniers ont été, comme l’ensemble de la Wehrmacht, des militaires disciplinés, dégagés des contingences politiques et des crimes perpétrés par le régime. Le portrait de l’amiral Dönitz par Léonce Peillard est à cet égard exemplaire d’une perception qui s’est installé au cours de l’immédiat après guerre ; il est ainsi présenté comme « un honnête homme – selon l’expression même du général Weygand –, un militaire de carrière qui fit son devoir et défendit sa patrie aussi humainement que cette terrible bataille de l’Atlantique lui a permis »67.

  • 68 Douglas Kelley, Twenty-two Cells in Nuremberg, New York, Mac Fadden Books, 1961, p. 99.
  • 69 Cité par Thimoty p. Mulligan, Neither Sharks nor Wolves, op. cit., p. 228.
  • 70 Albert Speer, Journal de Spandau, Paris, Robert Laffont, 1975, p. 369.

34Si l’engagement de l’amiral Raeder semble avoir été assez distant vis-à-vis du régime, dans la mesure où cette distance était possible, l’amiral Dönitz est en réalité très éloigné d’une telle prudence. Comme le rappelle le psychiatre américain qui a réalisé des entretiens avec les deux amiraux à Nuremberg, si le premier était un « planificateur qui prévoyait d’utiliser Hitler pour la marine, Dönitz était un disciple qui voulait servir Hitler avec la marine »68. Et de fait, au moment où il prend le contrôle de la Kriegsmarine en 1943, il tombe totalement sous l’emprise d’Hitler pour lequel il nourrit une profonde admiration, allant jusqu’à affirmer en août 1943 que « quiconque croit pouvoir faire mieux que le Führer est un fou »69. Il rallie d’ailleurs le parti nazi en février 1944 et a toute l’estime d’Hitler qui confie à Speer que « la marine ne se rendra jamais. Il [Dönitz] y a implanté le concept national-socialiste d’honneur »70, implantation qui a des conséquences visibles avec la mise en place d’équipes d’endoctrinement à l’intérieur du haut-commandement naval.

  • 71 Peter Padfiel, Dönitz et la guerre des U-Boote, op. cit., p. 352 et 421. Contrairement à la légende (...)
  • 72 Peter Padfiel, op. cit., p. 443.

35Sur le plan idéologique, nul doute non plus qu’il ait été séduit par les théories antisémites du régime dont témoigne le discours qu’il prononce devant ses officiers généraux à la suite de l’attentat manqué contre Hitler. Il leur affirme ainsi : « Seule compte dans cette guerre imposée par le destin la loyauté envers un homme et un État. Toute déviation est laxisme et crime. Je préférerais être sous terre que de voir mon petit-fils élevé et empoisonné par l’esprit juif, ou la pureté actuelle de l’art, de la culture et de l’éducation souillée par des mains juives »71. Si le prétendu apolitisme de Dönitz perdure, c’est à la fois grâce à l’active propagande développée dès les années 1950 par les vétérans de l’arme sous-marine, qui mettent en exergue son rôle dans l’évacuation des populations civiles de l’Est face à l’avancée de l’Armée rouge, et à l’audience que cette thèse rencontre chez les historiens qui la relaient assez largement jusque dans les années 197072. Il faut véritablement attendre la fin de la décennie pour que se dessine une critique sans complaisance du rôle de l’amiral Dönitz avec les ouvrages de Michael Salewski et Peter Padfield qui révèlent son identification totale avec l’État nazi.

  • 73 Remise en cause loin d’être partagées par tous, en France comme en Allemagne, comme le montre la né (...)
  • 74 À cet égard, le discours de Theodor Petersen apparaît particulièrement original. Ce dernier affirme (...)
  • 75 Anthony Preston, U-Boote. L’histoire des sous-marins allemands, Paris, Fernand Nathan, 1979.
  • 76 Douglas Botting, Les sous-marins allemands, Paris, Editions Time Life, 1979.
  • 77 David Mason, op. cit.
  • 78 Jak. p. Mallmann Showell, U-Boat under the Swastika, Annapolis, Naval Institute Press, 1973, 144 p.
  • 79 Erich Topp rejoint les rangs du NSDAP puis de la SS au milieu des années 1930, avant d’entrer dans (...)
  • 80 Cité par Walter Ansel, Hitler Confronts England, Durham, N.C. : Duke University Press, 1960, p. 331

36Si des remises en cause apparaissent quant à l’engagement idéologique de l’amiral Dönitz73, elles recouvrent d’un voile d’oubli celui de ses hommes. Il est certes, comme pour toute conviction politique, délicat d’affirmer avec certitude l’adhésion réelle d’un individu, a fortiori d’un corps tout entier, à une idéologie, affirmation rendue dans le cas du nazisme, en raison de son aspect criminel, encore plus délicate, les acteurs refusant bien souvent de reconnaître ce qui les mettraient en accusation74. Fascinés par les figures héroïques des U-Boote, les historiens ont traditionnellement, et pendant trois décennies, totalement éludé cette question comme le montrent notamment les ouvrages de vulgarisation d’Anthony Preston75 ou de Douglas Botting76 mais aussi ceux plus informés de David Mason77 et Jak. P. Mallmann Showell qui, malgré son titre très commercial, ne fait aucune mention du nazisme, supposé ou avéré, des sous-mariniers allemands78. Il est vrai que l’historiographie récente, notamment l’ouvrage remarquable de Timothy Mulligan, souligne à juste titre la difficulté de savoir la réalité de cette adhésion au national-socialisme, tout exemple étant par nature peu représentatif et devant être relativisé. Comme le rappelle Mulligan, l’exemple du parcours d’Erich Topp est là pour rappeler qu’il est impossible d’associer de manière systématique le fait d’avoir combattu pour la victoire de l’Allemagne et celui d’avoir soutenu le régime79. Certains vont donc ouvertement soutenir la thèse d’une marine, sinon apolitique, du moins particulièrement circonspecte vis-à-vis du régime, renvoyant à la fameuse boutade d’Hitler lui-même qui aurait déclaré : « j’ai une armée réactionnaire, une armée de l’air nationale socialiste et une marine chrétienne »80.

  • 81 On note ainsi la parution récente de l’ouvrage de Felix Römer qui démontre la réalité de l’applicat (...)
  • 82 William L. Shirer, Berlin Diary : The Journal of a Foreign Correspondent, 1934-1941, New York, Gros (...)
  • 83 On est très loin de la vulgate des sites internet qui n’hésitent pas à affirmer que « comme la majo (...)
  • 84 Joachim Schepke, U-Boot Fahrer von Heute : Erzählt und gezeichnet von einem U-Boot-Kommandanten, Be (...)

37Cette perception reste aujourd’hui encore partagée par le grand public qui, il est vrai, a vu, depuis la fin de la guerre, ce discours relayé par le cinéma et avalisé par les autorités politiques, dans la logique qui a prévalu au début des années 1950 d’exempter très largement les armées allemandes de complicité avec le régime, exemption pourtant très largement remise en cause depuis une trentaine d’années81. Or, cette représentation ne correspond en rien à celle du temps de guerre avec un régime qui érige ces hommes jeunes en héros du nouveau régime, lesquels se montrent, en apparence au moins, de fidèles serviteurs du régime, notamment le plus célèbre d’entre eux, Gunther Prien, décrit par William Shirer comme « un personnage arrogant, d’allure impeccable, fanatiquement nazi et à l’air éminemment capable »82 et qui déclare le jour de sa réception par le Führer, à la suite de son exploit, que « le rêve de [sa] jeunesse est devenu réalité »83. Mais, Prien est loin d’être un exemple isolé comme en témoigne la figure emblématique du régime qu’est Joachim Schepke, véritable icône du régime surnommé Ihrer Majestät bestaussehender Offizier, qui publie un ouvrage de propagande84 et se fait le défenseur du régime et de la guerre sous-marine au palais des sports de Berlin en février 1941.

  • 85 On retrouve cette antienne dans la préface française des mémoires de Werner où l’éditeur précise qu (...)
  • 86 Eric C. Rust, Naval Officers under Hitler : The Story of Crew 34, Westport, Connecticut, Praeger 19 (...)
  • 87 Le commandant Suhren est célèbre pour avoir fait mettre les machines en arrière toutes après avoir (...)
  • 88 Henrich Walle, Die Tragödie des Oberleutnants zur See Oskar Kusch, Beiheft 13 der Historische Mitte (...)

38Mais pour bon nombre d’historiens, Mulligan en tête, l’adhésion des sous-mariniers allemands au régime reste limitée en raison de leur isolement physique. Il affirme ainsi que lorsqu’ils n’étaient pas en patrouille, les équipages des sous-marins passaient l’essentiel de leur temps dans les bases françaises ou norvégiennes où les conditions d’occupation restaient relativement modérées. Pour lui, ils étaient coupés de la nature criminelle du national-socialisme telle qu’elle s’est exprimée en Pologne, Russie ou Yougoslavie85. À cet isolement géographique fait écho un isolement intellectuel avec une obsession du matériel et de la technique qui leur fait totalement délaisser les aspects idéologiques d’éducateurs qui se sont développées dans l’armée de terre. De fait, les témoignages réunis dans l’ouvrage de Eric Rust tout comme celui qu’il a obtenu d’Erich Topp semblent corroborer l’idée que les discussions politiques étaient le plus souvent évitées « comme un sujet déplaisant »86, et que « chaque tentative pour introduire l’idéologie politique dans nos vies était accueillie avec un sourd ressentiment. Le très rare jeune nazi fanatique qui apparaissait à bord était regardé avec un amusement bienveillant et le reste du temps ignoré ». Les provocations de Suhren87 et la fin tragique de l’Oberleutnant Zur See Oskar Kusch, dénoncé par son second pour son attitude ouvertement opposée au régime nazi et qui est exécuté en mai 194488, semblent abonder dans le sens d’un apolitisme des commandants de U-Boote.

  • 89 Ibid.
  • 90 Peter Padfield, Dönitz et la guerre des U-Boote, op. cit., p. 439.

39Malgré ces exemples, la conclusion de Mulligan mérite d’être fortement nuancée. En effet, si certains officiers semblent avoir ouvertement pris leurs distance vis-à-vis du régime, ils sont rares. La fin dramatique d’Oskar Kusch démontre aussi le nazisme de certains officiers, en tout cas de son second, l’Oberleutnant zur See Ulrich Abel qui a rejoint le NSDAP en juin 1932 et qui a eu des responsabilités importantes au sein du parti à Hambourg89. Par ailleurs l’ignorance de la nature criminelle du régime dans laquelle aurait été tenue les sous-mariniers allemands en raison de leur éloignement des théâtres d’opération où cette dernière s’est exprimée avec le plus de force laisse dubitatif. Comme le rappelle Peter Padfield, « que faisaient en effet les officiers de marine dans les bases de la Baltique lorsque les Juifs étaient arrêtés et déportés hors du pays ? Que faisaient-ils, lui-même (Dönitz) et ses officiers, à Paris, lorsque la capitale française était devenue le lieu de regroupement de la déportation des Juifs de ce pays ? [...] les officiers des armées de terre et de mer n’avaient-ils donc aucun contact entre eux, même au plus haut niveau ? »90

  • 91 Il s’agit ici du rapport de l’interrogatoire des hommes de l’U-32, capturés à la suite d’un grenada (...)
  • 92 « Le Haut Commandement allemand a fait appel aux jeunesses hitlériennes pour ses équipages de sous- (...)
  • 93 Karl Friedrich Merten, Nach Kompass : Lebenserinnerungen eines Seeoffiziers, 1994, p. 155.

40L’affirmation d’un isolement intellectuel semble, quant à lui, mal résister aux interrogatoires des marins britanniques ayant recueilli des sous-mariniers naufragés et qui montrent que : « Les prisonniers sont tous des nazis fanatiques. Ils détestent farouchement les Anglais, ce qui n’était pas évident chez les équipages précédemment capturés. Tous sont partisans de la guerre à outrance et admettent violences, cruauté, rupture de traité ou autre crime, du moment qu’il s’agit de servir l’avènement de la race allemande en Europe. Dans leur esprit, les succès de 1940 n’ont pas hissé Hitler au rang des dieux : ils l’ont fait Dieu lui-même »91. Loin d’être le seul fait des Britanniques, les Français constatent aussi cette imprégnation idéologique92, confirmée par l’historiographie allemande qui note que : « [Lors de] la réintroduction du service militaire (en 1935), les équipages amenèrent avec eux un nouveau souffle d’enthousiasme. Ils avaient presque tous servi dans les Jeunesses Hitlériennes, avaient déjà derrière eux la rude école du Service du Travail, étaient très idéalistes et accomplissaient leurs tâches avec joie »93.

  • 94 Rolf Guddat, Für jeden kommt der Tag Berlin, Verlag Sport und Technik, 1958.
  • 95 Ferdinand May, Die Letzten von U-189, Sonderausgabe für die kleine Hausbibliothek,Berlin, Deutsche (...)
  • 96 Gerhard Grümmer, Irrfahrt : Ein Tatsachenroman, Berlin, Verlag der Nation, 1977, i dénonce les raci (...)
  • 97 Amiral Auphan, Mensonges et vérité. Essai sur la France, Paris, Editions Self, 1949, p. 5.
  • 98 Le commandant Jouan est placé en retraite d’office à titre d’ancienneté de service au titre de la l (...)
  • 99 Révisions qui ne tranchent pas sur le fond des dossiers qui lui sont présentés mais cassent les jug (...)

41La fascination vis-à-vis du mythe sous-marinier semble donc globalement partagée même si, à la différence de l’Allemagne ou des pays anglo-saxons, la France semble avoir ignoré cet aggiornamento historiographique, qui permettrait au moins de relativiser les représentations héritées des années 1950-1960. Une des raisons majeures tient sans nul doute à l’ignorance des voix discordantes, notamment des témoignages qui auraient permis d’entendre un discours critique vis-à-vis de l’engagement des sous-mariniers allemands. Ainsi, les ouvrages de vétérans en provenance d’Allemagne de l’Est sont inconnus tel celui de Rolf Guddat, Für jeden kommt der Tag94, traduit la même année en anglais, qui est présenté sur la quatrième de couverture comme traitant « des événements de l’arme sous-marine fasciste dans la seconde guerre mondiale » et qui s’inscrit dans une remise en cause très claire de l’attitude des sous-mariniers lors de la seconde guerre mondiale et notamment la question de leur engagement idéologique. L’absurdité du combat est par ailleurs ouvertement dénoncée comme le montre l’ouvrage de Ferdinand May, Die Letzten von U-18995, dans lequel l’auteur condamne clairement les ordres insensés du commandement qui décide d’attaquer un convoi avec un bâtiment endommagé. Ce qui, dans une littérature de temps de guerre, aurait été célébré comme de l’héroïsme est ici condamné comme un crime fasciste96. Sur le plan historiographique, la marine allemande, comme la marine britannique, malgré l’ouvrage du commandant Brezet, est victime d’une désaffection presque totale, sur laquelle la légende prospère. Si cet apolitisme des sous-mariniers allemands est vigoureusement défendu par la marine française et ses historiens, et qu’il est aussi aisément admis, c’est aussi parce qu’il renvoie à la propre mythologie de la marine française dans laquelle il est d’usage d’affirmer qu’on ne fait pas de politique. Cette mythologie est d’autant plus active après guerre qu’elle permet d’évacuer la question de son propre engagement pendant la seconde guerre mondiale, engagement qui n’aurait jamais été que celui du service. C’est la logique de l’amiral Auphan, qui n’hésite pas dans ses mémoires à affirmer que « marin, je n’ai, comme les autres, jamais fait de politique et me suis borné, comme eux, à essayer d’accomplir ma tâche le moins mal possible aux divers postes où la carrière m’avait appelé, y compris celui de ministre »97, et c’est aussi celle d’un des introducteurs des récits de vétérans dans les années 1950, le capitaine de vaisseau René Jouan, ancien chef du cabinet militaire de l’amiral Decoux, commissaire général adjoint aux relations franco-japonaises, lourdement sanctionné dans le cadre de l’épuration administrative98. Pour ce dernier comme pour beaucoup des marins ayant connu la guerre, l’apaisement des années 1950 et le développement du discours d’autojustification des hauts responsables de la marine, renforcé par les premières mesures d’amnistie et les premières révisions par le Conseil d’État des sanctions prises au lendemain de la guerre99, permettent d’évacuer les questions politiques dans l’historiographie au profit d’une focalisation sur les questions opérationnelles, obsession qui permet de laisser libre cours à une admiration pour les prouesses techniques et tactiques, notamment de l’arme sous-marine, fussent-elle essentiellement l’apanage de l’ennemi.

Haut de page

Notes

1 On citera à titre d’exemple les récentes publications, d’inégale valeur, de Marines, d’Axe et Alliés ou des éditions « Histoire et Collection », qui célèbrent le mythe sous-marinier. Cf. « La Kriegsmarine 1939-1945 », Marines, janvier 1995, Hors série n° 1 ; « U-Boote. Les loups gris d’Hitler », Axe et Alliés, Mai 2009, Hors série, n° 5 ; Jean Delize, Les hommes des U-Boote. La vie quotidienne à bord des sous-marins du IIIe Reich, Paris, Histoire et Collection, 2007.

2 Le seul ouvrage scientifique sur la marine allemande traduit en français est ainsi la très documentée histoire de la marine allemande du capitaine de vaisseau François-Emmanuel Brezet qui a choisi de privilégier une histoire tactique et stratégique. Cf. capitaine de vaisseau François-Emmanuel Brezet, Histoire de la marine allemande 1939-1945, Paris, Librairie Académique Perrin, 1999.

3 Le site le plus complet en français est celui des « Loups Gris » (http://mapage.noos.fr/sub-scope/cadre1.htm), qui constitue un modèle de pieuse dévotion comme le montre les échanges des visiteurs consacrés à Gunther Prien qui s’indignent de toute critique de leur idole (cf. http://mapage.noos.fr/sub-scope/artcaprien.htm). Les sites français restent cependant limités au regard de l’ampleur des sites anglo-saxons, dont le site très fourni, U-Boat.net (http://www.uboat.net/) constitue une véritable référence par le caractère encyclopédique de l’information qu’il apporte.

4 On renverra à cet égard à l’ouvrage de Patrick de Gmeline qui semble exemplaire de cette admiration inconditionnelle. Cf. Patrick de Gmeline, Sous-marins allemands au combat 1939-1945, Paris, Presses de la Cité, 1997.

5 Il y a un « effet U-Boote » dont témoigne la présentation de l’ouvrage du commandant Brezet dont la première de couverture (montage photographique de l’amiral Dönitz et d’un sous-marin) est en contradiction avec la teneur de l’ouvrage qui cherche justement à échapper à cette focalisation sur l’arme sous-marine comme le rappelle d’ailleurs la quatrième qui fait justement remarquer que « s’il existe des récits épiques sur les combats des sous-marins allemands, il n’existait pas, jusqu’à cet ouvrage, d’histoire générale et sérieuse de la marine du IIIe Reich ». Cf. capitaine de vaisseau François-Emmanuel Brezet, op. cit., 1re et 4e de couverture.

6 Léonce Peillard, La Bataille de l’Atlantique. vol. 1. La Kriegsmarine à son apogée, Paris, Robert Laffont, 1974, p.11.

7 On pense bien entendu aux ouvrages de Michael Salewski pour le monde germanique et à l’ouvrage de Peter Padfield sur l’amiral Dönitz. Michael Salewski, Die Deutsche Seekriegsleitung, 1935-1945, 3 volumes, Frankfurt am Main, Bernerd und Graefe Verlag, 1970-1975 ; Peter Padfield, Dönitz : The Last Führer, London, Victor Gollanz, 1984. Traduction française, Dönitz et la guerre des U-Boote, Paris, Pygmalion/Gérard Watelet, 1986.

8 Ce mode de fonctionnement est tellement intégré que les premiers historiens militaires, eux-mêmes souvent des militaires, de manière plus ou moins consciente, reproduisent sans jamais s’interroger les mémoires, voire les comptes-rendus d’opérations.

9 Wolfgang Frank, Die Wölfe und der Admiral : Triumph und Tragik der U-Boote, Oldenburg und Hamburg : G. Stalling Verlag, 1957. Traduit en français sous le titre U-Boote contre les marines alliées, Paris, Arthaud, 1956, 430 p.

10 Lothar-Gunther Buchheim, Die U-Boot Fahrer : die Boote, die Besatzungen und ihr Admiral, Stuttgart und München, C. Bertelsmann, 1985.

11 Karl-Friedrich Merten, Kurt Baberg, Wir U-Boot-Fahrer sagen : « Nein :...So war das nicht ! » Eine Anti-Buchheim Schrift, Neustadt b. Cobyurg, J.Reiss Verlag, 1986.

12 Wolfgang Frank, Der Stier von Scapa Flow : Leben und Taten des U-Boot-Kommandanten Günther Prien, Oldenburg und Hamburg, G. Stalling, 1958.

13 Wolfgang Frank, Prien Greift an, Hamburg, Deutsche Hausbücherei, 1941.

14 Gunther Prien, Mein Weg nach Scapa Flow, Berlin, Deutscher Verlag, 1940.

15 Jochen Brennecke, Jäger-Gejagte ! Deutsche U-Boote 1939-1945, Herford, Koehlers Verlagsgesellschaft, 1956. Traduction française, Le destin tragique des sous-mariniers allemands, Paris, France-Empire, 1974.

16 Jochen Brennecke, Unser Boot und wir im Mittelmeer : Die Feindfahrten eines deutschen Unterseebootes in Wort und Bild, Berlin, Otto von Holten, 1943.

17 Michael L. Hadley, Count Not the Dead. The Popular Image of the German Submarine, Annapolis, Naval Institute Press, 1995, p. 117.

18 Capitaine de vaisseau René Jouan, « Avant-propos » à l’ouvrage d’Harald Busch, Meutes sous-marines, Paris, France-Empire, 1952, p. 7-8.

19 Harald Busch, U-Boot auf Feindfahrt : Bildberichte vom Einsatz im Atlantik, Gütersloh, Verlag C. Bertelsmann, 1942.

20 Lothar-Gunther Buchheim, Jäger im Weltmeer, Berlin, Suhrkamp Verlag, 1943.

21 Cité dans Michael L. Hadley, op. cit., p. 102.

22 Heinz Schaeffer, U-Boat 977, W.W. Norton & Company, 1952. Traduction française, U-977. L’odyssée d’un sous-marin allemand, Paris, Julliard, 1952.

23 Herbert A. Werner, Die Eisern Särge, Hamburg, Hoffmann & Campe Verlag, 1969. Traduction française, Dix-huit secondes pour survivre, Paris, Robert Laffont, 1970.

24 On a une description assez précise de la manière dont ces ouvrages ont été réalisés par la préface du capitaine de vaisseau Jouan qui explique que l’auteur a « sollicité et recueilli leurs souvenirs, les vérifiant et les complétant par l’étude des journaux de bord. Ce sont les récits qu’il nous donne ici, encadrés par quelques nécessaires explications historiques ». Cf. Harald Busch, Meutes sous-marines, op. cit., p. 8.

25 Ainsi, il est exceptionnel que des informations soient référencées de manière précise.

26 On peut citer l’ouvrage de Jacques Alaluquétas, U-Boot VIII C : technique, construction, armement, Paris : Grancher, 2004 ou celui de Chris Bishop, Les sous-marins de la Kriegsmarine : 1939-1945 : le guide d’identification des sous-marins, Paris, Éditions de Lodi, 2008.

27 Cette situation constitue cependant une originalité par rapport aux historiens anglo-saxons et allemands qui, depuis les années 1980 pour les premiers et la fin des années 1970 pour les seconds, se sont emparés de ces questions. On notera toutefois la traduction de l’ouvrage de Peter Padfield, Dönitz et la guerre des U-boote, op. cit., qui permet une approche renouvelée du sujet.

28 Karl Alman, Ritter der Sieben Meere : Ritterkreuzträger der U-Boot-Waffe. Chronik eines Opfergangs, Rastatt, Pabel Verlag AG, 1975. Conscient du filon éditorial que constituent ces figures héroïques, il récidive en publiant en 1980 ses « as des U-Boote » où il célèbre à nouveau les figures de Prien, Schepke, Endrass, Topp et Mohr. Cf. Karl Alman, U-Boot-Asse, Wien, Prisma Verlag, 1980.

29 Il est ainsi réputé pour son franc-parler et ses plaisanteries audacieuses à l’encontre du régime. Thimoty p. Mulligan, Neither Sharks nor Wolves. The men of Nazi Germany’s U-Boat Arm 1939-1945, Annapolis, Naval Institute Press, 1999, p. 231.

30 Brustat-Naval, F, und Teddy Suhren, Nasses Eichenlaub : Als Kommandant und FDU im U-Boot Krieg, Herford, Koehlers Verlagsgesellschaft, 1983.

31 Harald Busch, Meutes sous-marines, op. cit., p. 8.

32 « Durant toute la guerre, seuls les périscopes des sous-marins m’ont rempli de soucis, d’angoisse, de peur – ainsi que l’esprit, indomptable jusqu’à la fin, de leurs équipages » Jochen Brennecke, Le destin tragique des sous-mariniers allemands, op. cit., p. 11.

33 « Le seule chose qui m’ait jamais réellement effrayé pendant la guerre, fut la menace que faisaient peser sur nous les sous-marins allemands ». Terence Robertson, Le loup de l’Atlantique, Paris, Amiot-Dumont, 1955, p.7.

34 Herbert Werner, Dix-huit secondes pour survivre, op. cit., p. 13-14.

35 C’est le cas de David Mason, U-Boot. Loup des mers, Verviers, Gérard et Cie, 1971, ainsi que de Hughes Terry et John Costello, La Bataille de l’Atlantique, Paris, Albin Michel, 1980.

36 Sur cette critique des choix tactiques de l’arme sous-marine allemande, on se permet de renvoyer à l’ouvrage de Peter Padfield, op. cit., et au constat amer du témoignage d’Herbert Werner, op. cit.

37 Cité par Wolfgang Frank, Die Wölfe und der Admiral, op. cit.

38 Bodo Herzog, Die deutschen U-Boote 1906 bis 1945, München, J.F. Lehmanns Verlag, 1959, cf. préface.

39 Cité par Michael L. Hadley, Count Not the Dead. The Popular Image of the German Submarine, Annapolis, Naval Institute Press, 1995, p. 125.

40 Le romantisme ambigu de cette appellation la fait d’ailleurs rejeter par le vétéran très critique qu’est Herbert Werner, dans ses mémoires. De manière très symptomatique, l’éditeur français, pour des raisons commerciales, maintient, sur la première de couverture, l’équivoque en précisant : « le commandant de l’un des derniers loups raconte la guerre des U-Boote ». Herbert Werner, Dix-huit secondes pour survivre, op. cit., première de couverture.

41 Peter Padfield, Dönitz et la guerre des U-Boote, op. cit., p. 298.

42 Il faut ici rappeler que la croix de chevalier (Ritterkreuz) est automatiquement conférée aux commandants de U-Boote ayant franchi le cap des 100 000 t coulées.

43 Le commandant Gunther Prien reçoit cette décoration le 18 octobre 1939, à Berlin, des mains d’Hitler, à son retour de la base britannique des Orcades où il réussit à torpiller le cuirassé Royal Oak.

44 Cette perspective est particulièrement nette dans l’ouvrage d’Harald Busch, Totentanz der Sieben Meere : Todbringende Gespensterjagd für Freund und Feinf. So war der U-Boot-Krieg, Rastatt/Baden, Erich Pabel Verlag, 1960.

45 Tableau cité dans l’article de Rolf Güth et Jochen Brennecke, « Hier irrte Michael Salewski : Das Trauma vom Kinderkreuzzug der U-Boote », Schiff und Zeit, n° 28, 1989, p. 43-47.

46 Hans Herlin, Verdammter Atlantik. Schicksale deutscher U-Boot-Fahrer. Tatsachenbericht, Hamburg, Nannen Verlag, 1959. Traduction en français par René Jouan, Les Damnés de l’Atlantique, Paris, France-Empire, 1960.

47 Karl Alman, Les loups gris dans la mer bleue. Les sous-marins allemands en Méditerranée, Paris, Presses de la Cité, 1968, p. 9.

48 Wolfgang Ott, Haie und kleine Fische, München, Albert Langen-Georg Müller Verlag, 1956. Traduit en France l’année suivante par capitaine de vaisseau René Jouan sous le titre Requins et petits poissons, Paris, Robert Laffont, 1957.

49 Lothar-Günther Buchheim, Das Boot, München, R. Piper, 1973. Ouvrage qui comme le suivant est un véritable succès planétaire avec plus de 2 millions d’ouvrages vendus dans plusieurs langues.

50 Herbert A. Werner, Die Eisern Särge, op. cit. On notera la traduction française fantaisiste du titre qui répond bien aux attentes du public français nourri des récits haletants des premiers témoins. Cet ouvrage connaît un succès de librairie planétaire avec pas moins de 40 traductions (dont le Japon), 127 interviews télévisés et radiophoniques de l’auteur ainsi que des lectures dans les écoles et dans les bases navales.

51 Sur la trahison du livre de Buchheim par le réalisateur Wolfgang Petersen, dans son film, Das Boot, voir l’analyse de Michael Hadley, Count not the Dead, op. cit., p. 140-171.

52 De manière très révélatrice, Werner rejoint dans la dédicace de son livre « aux marins de toutes les nations qui périrent dans la bataille de l’Atlantique pendant la deuxième guerre mondiale et en particulier à mes camarades des U-Boote qui gisent ensevelis dans leurs cercueils d’acier », la préface de l’amiral Dönitz à l’ouvrage de Léonce Peillard qui « s’incline avec respect devant tous les morts que la deuxième guerre mondiale a exigé des peuples qui y ont pris part ». Cf. Herbert A. Werner, Dix-huit secondes pour survivre, op. cit., p. 7 ; Léonce Peillard, La Bataille de l’Atlantique. op. cit., p. 20.

53 Jochen Brennecke, Le destin tragique des sous-mariniers allemands, op. cit., p. 13, 33.

54 K. Assmann, « Der deutsche U-Bootskrieg und die Nürnberger Rechtsprechung », Marine Rundschau, janvier 1953, p. 2-8. La couverture de ce premier numéro est à cet égard très révélatrice de l’ambiguïté d’un État qui, tout en ayant clairement condamné le nazisme, voit dans des hommes qui ont servi ce régime des exemples indiscutables.

55 Le rédacteur de la notice nécrologique affirme en effet que « sous la terre, il aura encore notre attachement et notre vénération reconnaissante », « Er hat über das Grab hinaus unsere Zuneigung und unsere dankbare Verehrung ». Cf. Anonyme, « Karl Dönitz. Grossadmiral. 16.9.1891-24.12.1980 », Marine Rundschau, janvier 1981, p. 2.

56 Sur cette question, voir la critique particulièrement efficace de Peter Padfield, Dönitz et la guerre des U-Boote, op. cit., p. 180 et suiv.

57 Terence Robertson, The Golden Horseshoe, London, Evans Brother, 1955. Traduction française : Le loup de l’Atlantique, Paris, Amiot-Dumont, 1955, 202 p.

58 Gwyn Griffin, An Operational Necessity, New York, C.P. Putnam’s, 1967. Le commandant Heinz Eck, avec le lieutenant de vaisseau Hoffman et le médecin Weispfennig, de l’U-852, sont les seuls officiers de marine condamnés par un tribunal britannique et exécutés pour crime de guerre après le mitraillage des rescapés du cargo grec Peleus. Cette décision de justice sera toujours contestée par les vétérans comme en témoignent les cérémonies de mai 1954, à Hambourg, au cours desquels 500 anciens sous-mariniers se sont réunis sur la tombe de Eck et ont déposé une couronne « à nos camarades tombés ». Cf. Michael L. Hadley, op. cit., p. 135.

59 Harald Busch, Meutes sous-marines, op. cit., p. 8-9.

60 Léonce Peillard, Histoire générale de la guerre sous-marine 1939-1945, Paris, Robert Laffont, 1970, p. 17.

61 Bodo Herzog, Ritter der Tiefe, Graue Wölfe : Die erfolgreichsten U-Boot-Kommandanten der Welt.2, Aufl. München und Wels, Verlag Welsermühl, 1976.

62 C’est notamment le cas de l’amiral Nimitz qui fera parvenir une lettre au tribunal dans laquelle il exonère l’amiral Dönitz de ses responsabilités quant à l’emploi de l’arme sous-marine.

63 Document C-191, daté du 2 octobre 1939 : « L’état-major des sous-marins a l’intention de permettre à ses unités de couler sans avertissement tout navire surpris sans feux de route [...]. L’ordre concernant ce nouveau comportement ne peut être donné par écrit ; il est simplement basé sur l’accord tacite de l’EM de la marine. Les commandants de U-Boote seront informés verbalement. L’envoi par le fond d’un navire marchand sera justifié dans le livre de bord par une plausible confusion avec un navire de guerre ou un croiseur auxiliaire ». Cf. Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international de Nuremberg, vol. XIII, Nuremberg, 1949, p. 356. Les ordres de Dönitz ne vont d’ailleurs cesser de se durcir tout au long de la guerre avec le développement de la détection alliée. Cf. documents 642D et 650D dans Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international de Nuremberg vol. XXXV, p. 270, 304 et suivantes.

64 Par ailleurs, il faut tout de même signaler que, malgré les présentations flatteuses des thuriféraires du mythe, le tribunal de Nuremberg est loin de conclure, sur le chef d’accusation de crimes de guerre, à l’innocence totale de l’amiral Dönitz. En effet, comme le rappelle le professeur Donnedieu de Vabres, « le Tribunal estime qu’au cours des débats, il n’a pas été établi avec une certitude suffisante que Dönitz ait ordonné délibérément l’exécution des survivants naufragés. Il n’est pourtant pas douteux que ces ordres étaient ambigus et que Dönitz encourt de ce fait de graves reproches. Ce qui est prouvé cependant, c’est que les stipulations relatives u sauvetage ne furent pas observées et que l’accusé ordonna qu’elles ne le fussent pas. […] Dönitz est donc, par les ordres qu’il a donnés, coupable de violation du protocole ». Cf. Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal militaire international de Nuremberg. vol. XXII, Nuremberg, 1949, p. 598. À cet égard, le chapitre de Jean-Marc Varaut sur « l’honneur retrouvé des grands amiraux » laisse dubitatif. Cf. Jean-Marc Varaut, Le procès de Nuremberg, Paris, Hachette, Pluriel, 1993.

65 Harald Busch, Meutes sous-marines, op. cit., p. 26-27.

66 Cet avertissement rappelle ainsi que « l’ennemi a écrit ce livre. C’est la guerre sous-marine du point de vue nazi ». Cf. Harald Busch, U-Boats at War, London, Putnam, 1955. Cité par Hadley, Count Not the Dead, op. cit., p. 113.

67 Léonce Peillard, La Bataille de l’Atlantique, op. cit., p. 11.

68 Douglas Kelley, Twenty-two Cells in Nuremberg, New York, Mac Fadden Books, 1961, p. 99.

69 Cité par Thimoty p. Mulligan, Neither Sharks nor Wolves, op. cit., p. 228.

70 Albert Speer, Journal de Spandau, Paris, Robert Laffont, 1975, p. 369.

71 Peter Padfiel, Dönitz et la guerre des U-Boote, op. cit., p. 352 et 421. Contrairement à la légende, complaisamment entretenue par certains historiens comme Léonce Peillard (qui affirme que l’amiral aurait répondu au S.K.L. qui sollicitait des ordres pour les archives, « ne détruisez rien, notre conscience est pure, nous n’avons rien à cacher ». Cf. Léonce Peillard, op. cit., p.13), certains documents ont été nettoyés des classeurs, notamment ce discours dont ne subsiste qu’un seul exemplaire sur les 52 tirés.

72 Peter Padfiel, op. cit., p. 443.

73 Remise en cause loin d’être partagées par tous, en France comme en Allemagne, comme le montre la nécrologie de Marine Rundschau, op. cit., p. 1-2.

74 À cet égard, le discours de Theodor Petersen apparaît particulièrement original. Ce dernier affirme en effet que « nous étions tous infectés par le bacille du nazisme (…) Lüth aussi était un nazi. Il ne pouvait être autre chose ». Cité par Jordan Vause, Wolf. U-Boat Commanders In World War II, Annapolis, Naval Institute Press, 1997, p. 142.

75 Anthony Preston, U-Boote. L’histoire des sous-marins allemands, Paris, Fernand Nathan, 1979.

76 Douglas Botting, Les sous-marins allemands, Paris, Editions Time Life, 1979.

77 David Mason, op. cit.

78 Jak. p. Mallmann Showell, U-Boat under the Swastika, Annapolis, Naval Institute Press, 1973, 144 p.

79 Erich Topp rejoint les rangs du NSDAP puis de la SS au milieu des années 1930, avant d’entrer dans la marine en mars 1934, ce qui l’amène à quitter son rôle actif dans ces deux organisations, et à prendre du champ avec le régime au fur et à mesure de la guerre, pour finir par condamner, sans toutefois s’y opposer, la nature criminelle du régime. Cf. Thimoty p. Mulligan, Neither Sharks nor Wolves, op. cit., p. 217.

80 Cité par Walter Ansel, Hitler Confronts England, Durham, N.C. : Duke University Press, 1960, p. 331.

81 On note ainsi la parution récente de l’ouvrage de Felix Römer qui démontre la réalité de l’application de l’ordre Kommissarbefehl du 6 juin 1941 (ordre d’élimination des commissaires politiques de l’Armée rouge capturés) par la Wehrmacht sur le front de l’Est. Cf. Felix Römer, Der Kommissarbefehl. Wehrmacht und NS-Verbrechen an der Ostfront 1941/1942, Schöningh, Paderborn, 2008.

82 William L. Shirer, Berlin Diary : The Journal of a Foreign Correspondent, 1934-1941, New York, Grosset and Dunlap, 1943, p. 190.

83 On est très loin de la vulgate des sites internet qui n’hésitent pas à affirmer que « comme la majorité des capitaines, Prien était gêné par tous ces égards mais l’Allemagne manquait de héros, et les sous-mariniers étaient parfaits pour ce rôle ». Cf. http://mapage.noos.fr/sub-scope/artcaprien.htm.

84 Joachim Schepke, U-Boot Fahrer von Heute : Erzählt und gezeichnet von einem U-Boot-Kommandanten, Berlin, Deutscher Verlag, 1940.

85 On retrouve cette antienne dans la préface française des mémoires de Werner où l’éditeur précise que « de la guerre nazie, de la répression, des déportations, il ne parle évidemment pas. Il vit en marge de cette barbarie déchaînée », même s’il est vrai qu’il concède que « par son action il contribue à en assurer un temps la victoire ». Cf. Herbert Werner, Dix huit secondes pour survivre, op. cit., p. 10.

86 Eric C. Rust, Naval Officers under Hitler : The Story of Crew 34, Westport, Connecticut, Praeger 1991, p. 57.

87 Le commandant Suhren est célèbre pour avoir fait mettre les machines en arrière toutes après avoir reçu une réponse positive à sa demande de savoir « si les nazis sont toujours aux commandes ? » Cité par Timothy p. Mulligan, op. cit., p. 231.

88 Henrich Walle, Die Tragödie des Oberleutnants zur See Oskar Kusch, Beiheft 13 der Historische Mitteilungen im Auftrage der Ranke-Gesellschaft, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1995.

89 Ibid.

90 Peter Padfield, Dönitz et la guerre des U-Boote, op. cit., p. 439.

91 Il s’agit ici du rapport de l’interrogatoire des hommes de l’U-32, capturés à la suite d’un grenadage le 24 octobre 1940. On retrouve cette même antienne en février 1941 avec le témoignage d’un « moral des officiers et des hommes […] élevé ; ils ne montrent aucun signe de lassitude en parlant de la guerre et répètent à satiété les slogans de leur indigeste propagande, verbatim ad nauseam ». Cité par Peter Padfield, op. cit., p. 208 et 210.

92 « Le Haut Commandement allemand a fait appel aux jeunesses hitlériennes pour ses équipages de sous-marins. Les Anglais en ont eu les preuves quand ils ont recueilli les survivants des submersibles qu’ils ont coulés. Les hommes étaient tous jeunes, pour la plupart imberbes, et paraissaient mal préparés physiquement au sévère métier qui était le leur. Mais ils étaient idéologiquement stylés... ». Bulletin d’information et de presse de la marine française, n° 23, 1er avril 1940, p.14.

93 Karl Friedrich Merten, Nach Kompass : Lebenserinnerungen eines Seeoffiziers, 1994, p. 155.

94 Rolf Guddat, Für jeden kommt der Tag Berlin, Verlag Sport und Technik, 1958.

95 Ferdinand May, Die Letzten von U-189, Sonderausgabe für die kleine Hausbibliothek,Berlin, Deutsche Militärverlag, 1961.

96 Gerhard Grümmer, Irrfahrt : Ein Tatsachenroman, Berlin, Verlag der Nation, 1977, i dénonce les racines nazies de l’engagement dans la marine de trois jeunes lycéens.

97 Amiral Auphan, Mensonges et vérité. Essai sur la France, Paris, Editions Self, 1949, p. 5.

98 Le commandant Jouan est placé en retraite d’office à titre d’ancienneté de service au titre de la loi du 4 mars 1929 par décret du 18 avril 1946.

99 Révisions qui ne tranchent pas sur le fond des dossiers qui lui sont présentés mais cassent les jugements pour des raisons de vice de forme. Sur cette question, voir notre article sur l’épuration administrative de la marine après 1945. Jean-Baptiste Bruneau, « L’assainissement du grand corps. Les ambiguïtés de l’épuration des officiers de marine au lendemain de la seconde guerre mondiale », Chronique d’Histoire Maritime, n° 61, décembre 2006, p. 123-139.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Bruneau, « Les sous-mariniers allemands : genèse et développement d’un mythe héroïque », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012.

Référence électronique

Jean-Baptiste Bruneau, « Les sous-mariniers allemands : genèse et développement d’un mythe héroïque », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012 [En ligne], mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/249

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bruneau

Jean-Baptiste Bruneau est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bretagne-Sud, chercheur associé au département marine du Service historique de la Défense. Auteur d’une thèse sur la réception de Drieu La Rochelle, ses recherches portent aujourd’hui sur le versant politique de l’histoire des marines européennes dans le premier XXe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org