Navigation – Plan du site
Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles) - Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.)

Préface

Hervé Drévillon

Texte intégral

  • 1  Christian Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, Paris, Al (...)

1L’institution militaire possède une longue expérience « de l’art et la manière d’accommoder les héros », selon l’expression de Christian Amalvi1. Depuis les récits homériques jusqu’à la célébration des glorieux anciens, la société des gens de guerre recourt, plus que toute autre, à cette opération par laquelle les valeurs constitutives de l’identité d’un groupe s’incarnent dans un individu. La confrontation avec le mystère de l’incarnation distingue l’activité militaire qui reste, en dernier recours, l’affaire de la chair confrontée au péril ultime de la vie. « Le combattant est de chair et d’os, écrit Ardant du Picq ; il est corps et âme, et, si forte souvent que soit l’âme, elle ne peut dompter le corps à ce point qu’il n’y ait révolte de la chair et trouble de l’esprit en face de la destruction ». L’art d’accommoder les héros militaires réside précisément dans cette alchimie singulière du rapport entre le corps et l’âme, entre les valeurs abstraites qui structurent un groupe et leur incarnation dans un corps. C’est cette alchimie qui donne aux musées militaires, aux salles du souvenir où s’entretient la mémoire d’un régiment, d’une arme ou de l’armée tout entière, les caractères d’un reliquaire, qui rend sensible la mort et la souffrance. Que l’on pardonne à un historien moderniste des références marquées de l’empreinte de son époque de prédilection, mais comment ignorer la puissance d’évocation de certaines pièces conservées au musée de l’Armée ? Le boulet fatal à Turenne, la chaise du comte de Fontaine tué à Rocroi, la cuirasse du carabinier Fauveau, transpercée par un boulet à Waterloo… Le dôme des Invalides abrite des héros militaires dans un espace séparé de l’espace liturgique de la cathédrale Saint-Louis par une cloison de verre qui distingue le culte civique du religieux, mais qui les unit dans une même sacralité.

2L’histoire militaire s’est longtemps confinée à la célébration de ces figures héroïques, au risque, souvent mal assumé, de se complaire dans l’écriture hagiographique. Aujourd’hui, elle a cessé de fabriquer des héros pour s’intéresser à la fabrication elle-même, empruntant à l’anthropologie, l’ethnologie ou la sociologie des registres et des méthodes d’analyse. Cette évolution a entretenu un remarquable dynamisme dont témoigne l’activité de la commission « histoire socio-culturelle des armées » animée par Claude d’Abzac-Epezy au sein du Centre d’Etudes d’Histoire de la Défense. En s’associant à l’IRHiS pour publier ce volume consacré à la figure du héros militaire, l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM), par la voie de son département « Histoire de la défense et de l’armement » revendique un double héritage : d’une part, celui de la continuité avec le CEHD dont il est le prolongement, d’autre part celui de la coopération avec la recherche universitaire dont l’UMR IRHIS illustre l’excellence.

3Les travaux réunis ici témoignent de la richesse et de la variété des approches d’un sujet aussi protéiforme que l’héroïsme militaire. Le panthéon des armées n’est-il pas, lui-même, aussi divers et, parfois, paradoxal que l’Olympe ? Les héros évoqués dans ces études ne sont pas tous sortis des célébrations officielles et de la mémoire instituée. La plupart n’appartient pas à la cohorte sacrée de ceux qui reposent aux Invalides ou au Panthéon. Car le culte des héros possède ses ambiguïtés. Il définit une appartenance et délimite une communauté parfois restreinte, voire dissidente. Les héros militaires, en effet, ne sont pas tous nés de la reconnaissance officielle sanctionnée par les autorités. Certains font l’objet de cultes souterrains, qui se nourrissent de la rupture avec les circuits de la célébration institutionnelle. Ils expriment toute l’ambiguïté de l’esprit de corps, qui intègre et exclut, en entretenant le culte de la distinction. Cette question est devenue sensible dans les conflits coloniaux postérieurs à la seconde guerre mondiale, ces guerres mal acceptées voire refoulées par la mémoire nationale, qui relègue les héros dans les sphères fermées du monde militaire. On devine, ici et là, la tentation d’un repli identitaire de ces héros en uniforme, campés dans une posture de défi face à la société et aux institutions politiques qui ne les reconnaissent plus ou mal. Ainsi le héros militaire questionne-t-il le rapport entre l’armée et la nation, entre la république et la part guerrière de son histoire. C’est dire tout l’intérêt d’un tel volume, qui pose, au-delà de son objet strictement militaire, d’authentiques et profondes questions politiques.

Haut de page

Notes

1  Christian Amalvi, De l’art et la manière d’accommoder les héros de l’histoire de France, Paris, Albin Michel, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Drévillon, « Préface », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012.

Référence électronique

Hervé Drévillon, « Préface », in Claude d'Abzac-Épezy et Jean Martinant de Préneuf (dir.), Héros militaire, culture et société (XIXe-XXe siècles), Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 52), 2012 [En ligne], mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/253

Haut de page

Auteur

Hervé Drévillon

Directeur du domaine « Histoire de la défense et de l’armement » de l’IRSEM, Professeur d’Histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon – Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org