Navigation – Plan du site
Élites et sociabilité au XIXe siècle - Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.)

Préface

Maurice Agulhon
p. 5-8

Texte intégral

1Il n’y a pas si longtemps que la sociabilité est entrée dans le vocabulaire des historiens. Le mot appartenait auparavant à celui de la psychologie la plus familière (on est sociable quand on n’est pas « renfermé », timide ou égoïste), ou bien à celui de certains sociologues.

2Et l’histoire ? notre discipline s’occupe avant tout des hommes en groupe et peut envisager de décrire ceux-ci sous tous leurs aspects, et d’expliquer tous leurs comportements. Y a-t-il par exemple, des comportements électoraux (voter à droite ou à gauche), y a-t-il des comportements historiques (docilité aux pouvoirs ou rébellion facile) que le critère de sociabilité peut aider à comprendre ? Cette voie de recherche, qui visait à utiliser la sociabilité pour expliciter la notion de tempérament selon André Siegfried, s’est vite révélée décevante. La façon qu’ont les ensembles régionaux de se comporter peuvent s’expliquer par des conditionnements géographiques, économiques, voire historiques (événements guerriers ou politiques et mémoire de ces événements) ainsi que par des faits de culture régionale (religions plus ou moins fortement inculquées, traditions intellectuelles et morales diverses), sans qu’il soit nécessaire, fût-ce en dernier recours, d’attribuer un caractère psychologique à une entité régionale.

3Aussi bien, n’y aurait-il pas quelque arbitraire à se représenter une psychologie collective comme régie par les mêmes lois, et analysable par les mêmes concepts, que la psychologie individuelle ? Qu’un peuple soit « frivole » et son voisin « sérieux », ce n’est jamais qu’une vue très approximative et un raisonnement par analogie ; ce n’est qu’une façon de parler, commode peut-être, mais qui ne peut aller sans abus – on dirait aujourd’hui sans mystification – jusqu’à déceler une personne dans la Provence ou dans la Bretagne, dans la France ou dans l’Europe.

4Et puis l’on a aussi pu faire remarquer l’arbitraire qu’il y avait à qualifier un peuple ou une région plus « sociable » que d’autres (sociable étant censée désigner une vertu). Il y a des relations publiques animées et visibles, d’autres plus discrètes et en lieux plus clos, mais il y a toujours de la relation. Les groupes n’ont pas plus ou moins de sociabilité mais des modes différents de sociabilité, etc.

5Cependant, si la sociabilité s’est révélée un instrument un peu décevant pour approfondir le problème des « caractères » régionaux ou nationaux, elle s’est trouvée utile par son insertion dans d’autres domaines de la recherche. Je veux parler de l’histoire de la vie quotidienne, et de l’histoire de la vie sociale organisée (vie associative).

6La science historique de nos jours ne se limite plus à montrer l’homme participant à la vie politique, à la guerre parfois, à la vie religieuse ou intellectuelle, à la vie du travail et du commerce, à la création en arts ou en sciences, toutes choses plus ou moins collectives et forcément réglées par des lois, des coutumes ou toute autre norme bien repérable. Mais l’être humain possède aussi un foyer, où l’on prend des repas, où l’on dort, où l’on élève des enfants, où l’on occupe les moments – il y en a toujours – de loisir ou de repos. Or ces activités triviales ne sont pas pour autant « naturelles » (au sens où les seuls besoins physiologiques les détermineraient), elles ont leur variation dans le temps, leur variation selon les degrés de richesse, leur variation selon les habitudes régionales, mais elles sont semblables en un pays et un temps donné ; bref, elles ont leurs normes, qui sont aussi sociales que d’autres. Le fait est que les historiens stimulés par l’idée de sociabilité se sont trouvés – assez naturellement peut-on penser – en affinité avec les pionniers de l’historicisation du quotidien, disons avec un Philippe Ariès, pour citer le plus représentatif.

7C’est un autre fait, enfin – et c’est l’expérience la plus directe dont puisse faire état l’auteur de ces propos liminaires - que la réflexion sur la sociabilité devait entraîner un regain d’intérêt pour l’étude des associations volontaires.
Tout le secteur de la vie humaine qui n’est déterminé ni par le quotidien de la vie domestique et professionnelle, ni par les obligations et les lois venant des autorités municipales, paroissiales ou étatiques, tout un étage moyen d’activité possède le double caractère d’être à la fois facultatif et collectif. Personne n’est obligé d’aller jouer aux boules, ni de prendre part à une œuvre charitable, ni de « faire de la politique » – mais quand on le fait, on ne le fait pas seul, on le fait en association avec les voisins et amis qui ont les mêmes goûts. Bien entendu, ici, il n’était pas trop arbitraire de qualifier de « sociable » l’individu qui participe volontiers et activement à telle ou telle de ces appartenances, et par conséquent de considérer la vie associative comme le secteur le plus spécifique et le plus légitiment caractérisé du champ nouveau dit « sociabilité ». Certes, il y a toujours eu des spécialistes de la vie religieuse pour étudier les confréries, des historiens du mouvement ouvrier pour étudier les compagnonnages, des historiens politiques pour étudier les clubs, les sociétés secrètes ou les partis. Toute association spécialisée, instrument d’un secteur d’activité, a toujours été étudiée par les spécialistes de ce secteur. Mais l’étiquette englobante de sociabilité a mieux incité à étudier tous les groupements volontaires ensemble, de voir ce qu’ils pouvaient avoir en commun d’intéressant, de repérer leurs échanges ou leurs confusions de rôles, et enfin de voir en termes nouveaux leurs relations avec l’État, suivant que le fait d’association était toléré, permis ou interdit. Bien entendu, il y a toujours eu des juristes pour exposer l’état du droit d’association. Mais l’étude de la sociabilité a indéniablement permis de porter plus d’attention aux rapports entre le droit et la pratique. Le droit d’association n’est pas seulement un objet d’étude spécial pour juristes, mais aussi une curiosité centrale pour historien à ambition d’histoire « totale ». Pour citer un exemple actuel (nous disons actuel parce qu’au moment, été 2001, où ces lignes sont écrites, l’attention publique est attirée par le centenaire officiellement commémoré de la loi de 1901), il faut réfléchir sur le fait qu’au XIXe siècle tout l’élan d’une vie collective de plus en plus prospère et diversifiée, de plus en plus civilisée, poussait à multiplier les associations, alors que le droit, même sous les régimes théoriquement libéraux, s’obstinait à en surveiller et réglementer l’usage. C’est que les pouvoirs publics étaient obsédés par la puissance réelle ou virtuelle, et à leurs yeux dangereuse, des clubs (jacobins) d’un côté et des congrégations (catholiques) de l’autre. L’association politique a donc dû attendre jusqu’en 1901 une loi vraiment libérale pour son exercice, et, pendant tout le siècle précédent, l’essentiel de la politique s’était fait dans des cercles associatifs non créés pour elle et plus ou moins détournés.

8La sociabilité a ainsi stimulé la recherche sur les origines de la démocratie française dans son exercice effectif.

9Avec le colloque de Douai de 1999, une étape de plus est heureusement franchie, comme le lecteur en jugera.

10Non seulement quelques études éclairent très judicieusement certaines péripéties du droit d’association au cours de la période révolutionnaire et impériale, mais d’autres démontrent bien, ce qui était la visée du colloque, l’intérêt de la sociabilité pour l’histoire sociale des élites tout au long du XIXe siècle. Car – autre conquête récente de l’historiographie – l’histoire sociale n’est plus un prolongement quasi automatique de l’histoire économique (« économique et sociale ») ; elle n’est plus le quasi synonyme de l’histoire de la vie ouvrière et des luttes ouvrière et patronale. L’histoire dite sociale (non plus sociale au sens de « la question sociale » mais sociale au sens de « toute histoire est sociale ») s’intéresse désormais sans complexe aux nombreux groupes de la bourgeoisie qui ne sont pas directement impliqués dans la vie économique mais qui font l’essentiel de la vie des relations courantes, de la culture, de la pensée et de la politique. Avocats, notaires, vieilles fonctions qui ont changé de statut avec la victoire de la modernité post-révolutionnaire, qui ont donc cessé d’être des corps, mais sans devenir tout à fait des métiers, qui ont gardé une sorte de cohésion et finalement une sorte de personnalité collective. Or ce que montrent les articles qui suivent, c’est qu’on ne comprendrait pas ce genre de cohésion en se limitant aux effets purement intellectuels des savoirs communs, inculqués lors des études, ni aux effets institutionnels de telle ou telle contrainte réglementaire ; entre les deux, il existe un secteur de relations libres, ou de quasi-institutions coutumières, d’associationnisme presque obligé, bref un secteur singulier, un peu particulariste, que la notion de sociabilité aide bien à percevoir précisément parce qu’elle est infra-juridique.

11Mais je ne vais pas pousser plus loin l’exposé de l’apport du colloque. Le lecteur en fera lui-même son profit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Agulhon, « Préface », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27), p. 5-8.

Référence électronique

Maurice Agulhon, « Préface », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27) [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/262

Haut de page

Auteur

Maurice Agulhon

Collège de France

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org