Navigation – Plan du site
Élites et sociabilité au XIXe siècle - Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.)

Présentation

Hervé Leuwers
p. 9-15

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre l’expression de Claude-Isabelle Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Co (...)

1On connaît l’importance de la référence au passé dans la définition de l’identité nobiliaire ; c’est un trait qui traverse l’épisode révolutionnaire et impérial, se maintient, voire se renforce chez la noblesse « réinventée »1. Mais la recherche d’une identité dans l’histoire, au début du XIXe siècle, ne concerne pas les seuls héritiers de l’ancien deuxième ordre. Certes, lorsque les élites nouvelles n’en sont pas issues, elles accordent moins d’importance au lignage ou à la terre familiale, mais dans leur vie associative ou professionnelle, il n’est pas rare qu’elles tentent de rattacher leurs pratiques culturelles, leurs usages ou certaines de leurs valeurs à une tradition d’Ancien Régime qui paraît leur donner plus de poids et légitimer leur action. C’est cette dimension traditionnelle de la sociabilité des élites recomposées que ce colloque souhaite analyser, que la tradition soit revendiquée ou simplement assumée, qu’elle permette effectivement de revenir à des usages passés ou qu’elle participe d’abord d’un discours de légitimation.

2Ce rapprochement entre « sociabilité » et « élites » ne va pas de soi ; l’un et l’autre de ces termes appartiennent à cette catégorie de mots qui fédèrent un temps des réflexions historiques, nourrissent des approches communes et permettent de modifier des grilles de lecture, c’est vrai, mais l’un et l’autre revêtent aussi de multiples acceptions qui les rendent, de prime abord, presque insaisissables.

  • 2 Dans lequel Maurice Agulhon rattacha « la sociabilité à la vie d’association ». Maurice Agulhon, (...)
  • 3 Les actes qui suivent n’ont pas la prétention de dresser un bilan de ces recherches multiformes ; u (...)
  • 4 Maurice Agulhon, « Conclusions du colloque », dans Françoise Thelamon, Sociabilité, pouvoirs et soc (...)

3Depuis la publication des Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence2, le mot « sociabilité » s’est décliné de multiples manières, allant de la désignation des relations strictement associatives à celle de l’ensemble des relations sociales. Progressivement, l’usage a resserré la définition du mot3. Dans son acception la plus courante, la sociabilité renvoie aux relations que l’individu entretient en dehors du cercle familial, du milieu professionnel et de ses engagements dans la cité ou au service de l’État4. C’est le choix et la volonté qui conditionnent cette « sociabilité », que les historiens ont d’abord étudiée dans ses formes organisées, c’est-à-dire associatives. Sous l’influence des sciences sociales, un élargissement de la définition s’imposa chez nombre d’auteurs qui, tout en ne retenant – sauf exception - que les relations volontaires de l’individu, étendirent leur étude à tous les lieux et à tous les moments de la vie : au sein de la famille, avec laquelle les relations peuvent être, au choix des individus, plus ou moins suivies ; au travail où, en dehors des rapports purement professionnels, peut se développer une convivialité ou se nouer des liens de camaraderie, de confraternité ou d’amitié.

  • 5 Précisons que l’auteur donne une définition particulièrement large de la sociabilité, qui n’exclut (...)
  • 6 Jean-Noël Retière, « Regards sur la sociabilité en territoire ouvrier », dans Alain Leménorel, dir. (...)
  • 7 Guy Barbichon, « Introduction », dans Patrick Prado, Georges Mattout, Guy Barbichon, La ville en pa (...)
  • 8 Jorge P. Santiago, La musique et la ville. Sociabilité et identités urbaines à Campos, Brésil, Pari (...)

4Cette approche large de la sociabilité, courante chez les sociologues dès les années 1980, a provoqué un besoin de classification, assez révélateur de la diversité des relations prises en compte dans ces études. En distinguant les lieux, les acteurs ou la nature des échanges, Michel Forsé a opposé la « sociabilité interne », qui se déroule à l’intérieur du foyer, à la « sociabilité externe », tournée vers les amis ou les relations de travail5. Plus récemment, Jean-Noël Retière a distingué la « sociabilité domestique » (famille, amis, collègues de travail) de la « sociabilité publique » (vie publique et associative)6 ; Guy Barbichon la « sociabilité individuelle », ou interpersonnelle, de la « sociabilité collective »7 ; et Jorge P. Santiago, dans une étude sur les sociétés musicales de Campos, au Brésil, a isolé la « sociabilité formelle », qui répond aux règlements des associations, de la « sociabilité associative », interne à l’association mais libre, et de la « sociabilité informelle », que les membres entretiennent en présence de publics extérieurs8.

  • 9 En 1997, Maurice Agulhon se demandait : « La notion de sociabilité s’est-elle révélée féconde bien (...)
  • 10 Claire Bidart, « La sociologie et les sociabilités ouvrières », dans Alain Leménorel, dir., Cahier (...)

5Cette diversité des lectures possibles démontre, s’il en était besoin, la grande souplesse du mot « sociabilité » qui, peut-être, a favorisé sa fécondité9 ; elle explique aussi pourquoi les sociologues n’ont guère théorisé la notion, et pourquoi cette dernière demeure, comme l’écrit Claire Bidart, un objet « transversal à tous les domaines et champs sociologiques »10. La même remarque s’adapte à l’histoire, même si la sociabilité a souvent été étudiée pour elle-même, particulièrement dans le domaine associatif ; souvent, en effet, la notion a été instrumentalisée : dans l’étude de la formation et de la diffusion des savoirs, dans la mise en évidence des solidarités communautaires ou dans l’analyse des transformations de la société au lendemain de la Révolution et de l’Empire. Pendant les années 1990, le renouvellement des problématiques a réuni la sociabilité et les questions d’identité ou de socialisation ; l’étude des relations permet d’isoler le processus par lequel un groupe se forme, se distingue, s’affiche ou obtient une reconnaissance extérieure. Dans ces approches, la sociabilité désigne l’ensemble des relations volontaires qui mettent en contact des individus, qui contribuent à leur socialisation individuelle ou professionnelle et permettent de tisser des liens sociaux.

  • 11 Voir, par exemple, les interventions d’Élisabeth Crouzet-Pavan, Philippe Braunstein et Jacques Le G (...)
  • 12 Sauf à donner une acception étroite à la notion en évoquant, par exemple, les « élites nobiliaires  (...)

6Plus encore que le mot sociabilité, le terme d’élites a provoqué polémiques et débats. Sans revenir sur les premières, on peut remarquer que le mot dérange par son caractère subjectif, par son inadéquation aux modes de classification sociale des époques anciennes, ou par ses acceptions multiples et plus ou moins restrictives parfois définies par les épithètes « politiques », « culturelles », « économiques » ou « républicaines »11. En fait, l’expression « élites » - au pluriel - désigne une minorité disposant d’une culture, d’une aisance, de pouvoirs réels ou symboliques et d’une reconnaissance extérieure qui la distingue du reste de la population ; ses contours sont flous et mouvants, et sa composition ne peut se réduire à un groupe social12. Même si les outils de l’historien ne doivent pas, bien entendu, occulter les distinctions sociales reconnues par les contemporains des hommes qu’il étudie, et même si les mots qui les désignent doivent demeurer présents – voire prioritaires - dans sa description du passé, il ne peut rejeter les notions qui mettent en évidence des solidarités, souvent diffuses, qui dépassent les frontières des groupes sociaux ; ainsi, la souplesse du mot « élites » permet de rapprocher, à un moment de l’histoire, des groupes qui juridiquement, professionnellement ou socialement se distinguent les uns des autres, et autorise des analyses de longue durée sur l’évolution des caractères de la distinction sociale et des catégories reconnues comme « dominantes ».

  • 13 Pour reprendre un souhait formulé par Étienne François dans sa préface aux actes du colloque de Bad (...)
  • 14 En ce sens, la « profession » s’oppose au « métier ». Voir Claude Dubar, La socialisation. Construc (...)
  • 15 Sur l’organisation de ces deux professions, de part et d’autre de la Révolution, voir Jean-Louis Ha (...)

7À l’intérieur de ce cadre, qui associait élites et sociabilité, le colloque de Douai entendait confronter deux approches différentes, mais complémentaires, capables d’isoler la part de l’héritage dans les mutations de sociabilité du tournant des XVIIIe et XIXe siècle. Il s’agissait d’abord d’insister, par l’étude de différentes formes d’échanges (savants, culturels, politiques, maçonniques), sur « les dimensions traditionnelles et conservatrices » de la sociabilité des débuts du XIXe siècle13 ; au-delà du renouveau, il s’agissait d’isoler les liens, subis ou recherchés, que les formes organisées de sociabilité entretenaient avec le passé, et notamment avec l’héritage du XVIIIe siècle. La seconde approche, qui partageait ce même objectif de mise en évidence de l’héritage moderne, voulait prendre l’exemple de deux « professions », définies comme des occupations libérales et savantes à forte identité14, dont la plupart des membres se rattachent aux élites par leur culture, leurs revenus ou leur influence sociale. Laissant de côté les activités médicales ou universitaires, le choix fut de rassembler quelques contributions sur les notaires et les avocats, qui avaient un moment disparu sous la Révolution ; leur restauration consulaire et impériale posait le problème de la reconstruction de deux professions15, du rétablissement de liens de sociabilité entre leurs membres, de la gestion d’un héritage professionnel issu de l’Ancien Régime.

8Les études rassemblées dans ce volume s’étendent sur un long XIXe siècle, qui commence à l’inflexion thermidorienne pour se terminer à la veille de la Grande Guerre. Dès le Directoire, on assiste à un renouveau des associations maçonniques, savantes ou politiques ; les règles de cette sociabilité organisée demeurent fragiles et étroitement liées aux soubresauts de la vie publique, particulièrement pour les instituts philanthropiques ou les cercles constitutionnels dont l’objet est d’abord civique (Bernard Gainot). C’est néanmoins dès cette époque que se construisent les discours sur le poids des héritages dans le renouveau du mouvement associatif. Dans les premières années du siècle, il existe des restaurations revendiquées, comme celles de ces académies, supprimées en 1793, qui réapparaissent avec l’appui des pouvoirs locaux, conservent leur objectif d’utilité publique et leurs curiosités multiples ; les académies nouvelles, et même nombre de sociétés d’émulation ou d’encouragement, leur empruntent quelques traits majeurs (Odile Parsis-Barubé). Pour autant, les discours de fidélité à un modèle ancien ne doivent pas abuser ; dans le cas maçonnique, il apparaît clairement que la restauration des loges et le rétablissement de la république universelle des francs-maçons ne peuvent occulter les évolutions provoquées par l’intrusion du débat public dans le temple ou par le renouvellement social du recrutement (Pierre-Yves Beaurepaire). Inversement, les sociétés d’antiquaires qui apparaissent à partir des années 1830 n’échappent pas totalement à la séduction du passé, malgré un discours résolument novateur (Odile Parsis-Barubé).

9De mêmes contradictions se retrouvent dans l’histoire des notaires et des avocats. Les avocats parisiens du début du XIXe siècle réclament le rétablissement de leur ancienne organisation professionnelle, revendiquent le retour d’une « liberté » et d’une « indépendance » perdues et opèrent « une lecture sélective de leur histoire commune », prenant soin de n’emprunter au passé que ce qui sert le présent (Yves Ozanam). Parallèlement, le rétablissement des notaires et des avocats autorise une confraternité et une convivialité, particulièrement lors de banquets, de funérailles ou d’actions caritatives, qui rappellent les usages un moment abandonnés. Toute « restauration » véritable est néanmoins impossible, car des activités redéfinies et des structures ordinales réorganisées par la loi obligent, quelle que soit la fidélité proclamée aux usages, à construire ces professions de manière nouvelle (Jean-Paul Barrière, Yves Ozanam, Hervé Leuwers).

10Cet attachement aux anciennes formes de sociabilité rappelle que les groupes se définissent en partie par des échanges et la participation à de mêmes lieux de rencontre. Dans la première moitié du XIXe siècle, les relations entre confrères ont secondé des institutions corporatives souvent défaillantes dans la construction de l’identité notariale (Jean-Paul Barrière). Chez les avocats, la vie collective du barreau a permis une socialisation professionnelle, la construction progressive d’un groupe, solidaire, partageant des valeurs communes et obtenant la reconnaissance extérieure de son unité (Hervé Leuwers). Cette identité du notaire ou de l’avocat, bien sûr, est essentiellement professionnelle et Catherine Fillon souligne, par l’exemple de l’Association des juristes catholiques que, même au temps de la « République des avocats », des divisions politiques et religieuses persistent entre membres du barreau, et que l’adhésion à un projet politique peut créer des solidarités ou des identités concurrentes à celles nées de la confraternité.
Car l’association rassemble et unit, elle donne du sens à un groupe, elle permet d’identifier professionnellement, mais aussi socialement. Dès le premier XIXe siècle, la diversité des pratiques musicales, et plus encore le choix du répertoire écouté permettent de distinguer les publics ; l’auditoire de la musique savante s’élargit quelque peu, certes, mais reste une étroite minorité dont le rapport à la musique change (Sophie-Anne Leterrier). Les élites urbaines, qui se côtoient ou se reconnaissent par la fréquentation de mêmes lieux, se retrouvent souvent dans diverses associations, à l’instar de ces avocats lyonnais étudiés par Catherine Pellissier ; elles confirment parfois leur statut de notable par une participation à la vie municipale (Bernard Lefebvre) ; ensemble, elles tissent des réseaux de sociabilité, souvent difficiles à isoler. Prenant l’exemple de la Franc-maçonnerie, Pierre-Yves Beaurepaire démontre néanmoins la part des francs-maçons dans la restauration de certaines académies, et met en relief ces mutations de sociabilité qui transforment des confréries pieuses en loges, ou des loges en cercles. La diversité des analyses proposées souligne, une nouvelle fois, l’intérêt de la sociabilité dans la définition des élites post-révolutionnaires, réalité changeante aux contours incertains, certes, mais dont l’existence est confirmée par ces solidarités ou ces pratiques qui rassemblent des individus de groupes divers.

11La rencontre de Douai n’avait pas pour objectif de tenter une définition de ces groupes, mais entendait uniquement observer leurs relations volontaires qui font la sociabilité ; en quelques éclairages, elle n’avait d’autre ambition que de souligner l’importance de la référence au passé - et souvent son instrumentalisation - dans la renaissance ou le renouveau de la vie associative post-révolutionnaire, comme dans les processus de socialisation professionnelle et d’identification à l’œuvre dans certaines fonctions judiciaires.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre l’expression de Claude-Isabelle Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris et Besançon, Les Belles lettres et Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1992, 2 vol. 

2 Dans lequel Maurice Agulhon rattacha « la sociabilité à la vie d’association ». Maurice Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, Paris, Fayard, 1968, p. 364.

3 Les actes qui suivent n’ont pas la prétention de dresser un bilan de ces recherches multiformes ; une vaste bibliographie, dont Jean-Paul Barrière nous livre quelques titres clés en fin d’ouvrage, le dessine dans sa diversité.


4 Maurice Agulhon, « Conclusions du colloque », dans Françoise Thelamon, Sociabilité, pouvoirs et société. Actes du colloque de Rouen. 24-26 novembre 1983, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1987, p. 653.

5 Précisons que l’auteur donne une définition particulièrement large de la sociabilité, qui n’exclut pas les relations obligées ; il définit la sociabilité comme « les relations d’un individu avec autrui ». Michel Forsé, « La sociabilité », Économie et statistique, n° 132, avril 1981, p. 39-48. On peut remarquer que la distinction entre sociabilité interne et externe est reprise dans plusieurs dictionnaires de sociologie : Raymond Boudon et Alii, Dictionnaire de la sociologie, Paris, Larousse, 1989, p. 180-181 ; Gilles Ferréol et Alii, Dictionnaire de sociologie, Paris, A. Colin, 1991, p. 253.

6 Jean-Noël Retière, « Regards sur la sociabilité en territoire ouvrier », dans Alain Leménorel, dir., Cahier du GRHIS (Sociabilité et culture ouvrière), n° 8, 1997, p. 26.

7 Guy Barbichon, « Introduction », dans Patrick Prado, Georges Mattout, Guy Barbichon, La ville en partage. Sociabilité, identités, territoires dans une ville moyenne, Paris, Centre d’ethnologie française, 1985, p. 5.


8 Jorge P. Santiago, La musique et la ville. Sociabilité et identités urbaines à Campos, Brésil, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 220-221.


9 En 1997, Maurice Agulhon se demandait : « La notion de sociabilité s’est-elle révélée féconde bien qu’imprécise ? ou féconde parce qu’imprécise ? ». Maurice Agulhon, « Propos d’ouverture », dans Alain Leménorel, dir., La rue, lieu de sociabilité ? Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1997, p. 7.

10 Claire Bidart, « La sociologie et les sociabilités ouvrières », dans Alain Leménorel, dir., Cahier du GRHIS, op. cit., p. 17.

11 Voir, par exemple, les interventions d’Élisabeth Crouzet-Pavan, Philippe Braunstein et Jacques Le Goff au colloque Les élites urbaines au Moyen Âge, XXVIIe congrès de la SHMS, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

12 Sauf à donner une acception étroite à la notion en évoquant, par exemple, les « élites nobiliaires ».

13 Pour reprendre un souhait formulé par Étienne François dans sa préface aux actes du colloque de Bad-Homburg. Étienne François, dir., Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse (1750-1850), Paris, Éditions recherche sur les civilisations, 1986, p. 10.

14 En ce sens, la « profession » s’oppose au « métier ». Voir Claude Dubar, La socialisation. Construction des identités sociales & professionnelles, Paris, A. Colin, 1995, p. 131-133.

15 Sur l’organisation de ces deux professions, de part et d’autre de la Révolution, voir Jean-Louis Halpérin, dir, Les structures du barreau et du notariat en Europe. De l’Ancien Régime à nos jours, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996 et Jean-Pierre Royer, Histoire de la justice en France, Paris, PUF, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Leuwers, « Présentation », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27), p. 9-15.

Référence électronique

Hervé Leuwers, « Présentation », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27) [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://hleno.revues.org/264

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org