Navigation – Plan du site
Élites et sociabilité au XIXe siècle - Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.)
Héritages et recomposition de la sociabilité

Héritages et mutations de la sociabilité politique dans la France du Directoire

Bernard Gainot
p. 19-32

Texte intégral

  • 1 E. François et R. Reichardt, « Les formes de sociabilité en France du milieu du XVIIIe siècle au mi (...)
  • 2 P. Dujardin, « Processus et propriétés de la mise en réseau : débat, problématique, propositions », (...)

1Définir le thème à traiter n’est pas chose aisée, car il fait appel à des notions paradoxales. La sociabilité politique, tout d’abord : selon la définition empruntée à Rolf Reichardt qui se trouve dans le texte de présentation, la sociabilité est « l’ensemble des formes concrètes, des modalités, des structures et des processus de mise en communication et de socialisation des individus ». Le même auteur rappelle l’origine du terme et précise que c’est justement sous le Directoire, dans le Dictionnaire de l’Académie, de 1798-1799, que la notion de « sociabilité » est officiellement intronisée1. Cette notion insiste particulièrement sur l’existence de liens entre les adhérents, de similitudes, d’une certaine forme de convivialité. Bref, elle est inséparable de formes agrégées2 : la réunion, l’association.

  • 3 P. Boutry, « Des sociétés populaires de l’an II au « parti républicain ». Réflexions sur l’évolutio (...)

2Or, la vie politique sous le Directoire est plutôt placée sous le signe de la division, par la constitution de forts clivages partisans, par la polarisation des espaces publics et des esprits, stigmatisés pendant longtemps par l’historiographie comme l’une des faiblesses majeures de la République Constitutionnelle.
Cette dichotomie classique est aujourd’hui en instance de révision : la constitution des réseaux d’appartenance est une étape majeure dans la préhistoire des partis politiques. À cet égard, la République directoriale est une expérience originelle pour l’enracinement de la démocratie représentative, et le régime bonapartiste constitue une régression3.

  • 4 C. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, Dijon, Éd (...)
  • 5 T. Margadant, Urban Rivalries during the French Revolution, Princeton, 1992.

3La sociabilité des élites urbaines, ensuite ; l’objet de cette rencontre invite à d’autres réflexions sur l’application de cette catégorie à la séquence chronologique post-révolutionnaire. La communauté urbaine, prise comme une totalité, n’exerce-t-elle pas un pouvoir hégémonique sur les campagnes environnantes ? Cette situation se manifesterait tout particulièrement aux points de contacts entre urbanité et ruralité, dans les petites villes. Le Directoire a renforcé considérablement la position administrative de ces dernières en supprimant l’échelon communal, et en assurant la promotion du chef-lieu de canton par l’installation en ce lieu des administrations municipales. Même si le Consulat met un terme à l’expérience, cette dernière n’a pu que contribuer à organiser le contrôle du territoire à partir du relais administratif de la petite ville : résidence administrative, mais aussi modèle de sociabilité4. Toutes ces questions furent au centre des débats de la période révolutionnaire sur l’organisation du territoire, au vu desquels on peut se rendre compte que les questions techniques sont inséparables des questions de principe5.

  • 6 Une séance du séminaire de l’Institut d’histoire de la Révolution française, animée par l’atelier « (...)
  • 7 C. Le Bozec, Boissy d’Anglas, un grand notable libéral, Privas, Fédération des œuvres laïques de l’ (...)

4Les formes de la sociabilité provinciale, que les romans du XIXe siècle ont placé au chef-lieu de canton, ou à la sous-préfecture, avec ses comices agricoles, ses cercles de lecture, ses agapes et ses cérémonies à la mémoire des gloires locales, sont inséparables de la France des notables. La notion d’élites renvoie précisément ici à la construction de la notabilité entre la physiocratie et l’Empire6, à ce que certains ont appelé la figure du proto-notable7.

  • 8 Atlas historique de la Révolution française, J. Boutier et P. Boutry, s. dir., fasc. n° 6 (Les soci (...)

5Il faut enfin construire cette présentation autour du plan évolutif très classique : héritages et mutations. L’héritage de la République constitutionnelle est-il celui de la période révolutionnaire, en matière de sociabilité politique ? Les cercles constitutionnels qui prolifèrent en l’an VI, et dans une moindre mesure en l’an VII, continueraient alors les sociétés populaires de l’an II. En maints endroits (Toulouse, Auxerre, Mâcon, Richelieu, Tours, Langres, etc.), il n’y a aucune solution de continuité d’une période à l’autre, y compris en ce qui concerne les lieux effectifs de réunion8. Les adversaires des cercles républicains ne se privaient pas d’ailleurs de bien souligner cet héritage, stigmatisant du terme péjoratif de jacobins une forme de sociabilité inquisitoriale (pour ne pas dire un contrôle totalitaire) qui renvoie automatiquement aux comités de surveillance de la phase terroriste.

  • 9 B. Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit.

6Or, j’ai montré que, s’il y a bien captation d’héritage de la période révolutionnaire antérieure, c’est au maillage jacobin des sociétés des Amis de la Constitution de 1791-92, plutôt qu’à celui des sociétés populaires de 1793-94, que renvoie la carte des implantations des cercles constitutionnels néo-jacobins9.

  • 10 G. Gayot, La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIIIe–XIXe siècles), Paris, Gallimar (...)
  • 11 E. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. 6 000 fr (...)

7Ne faudrait-il pas remonter encore plus loin, pour tenir compte d’un phénomène encore bien mal connu, celui d’un réveil des réseaux de la France d’Ancien Régime ? Des études récentes soulignent que les loges maçonniques se reconstituent de façon beaucoup plus précoce que ce qu’on avait couramment admis (le Consulat), dès les années 1795-9610. À la fin du Directoire, la sociabilité maçonnique est de nouveau bien présente dans les villes principales11.

  • 12 J. Godechot, « Quel a été le rôle des Aa pendant l’époque révolutionnaire ? », dans Regards sur l’é (...)
  • 13 Communication (inédite) de S. Van Damme, le 14 mai 1999, à l’atelier « Réseaux sociaux et structure (...)

8Quant aux réseaux religieux, leur rôle comme centres de résistance, à la fois politique et religieux, avait déjà été mis en lumière dans le cas des Aa12. Mais il est possible de mieux analyser les interactions entre héritages des confréries d’anciens élèves des pensionnats religieux et groupements clandestins œuvrant dans le cadre de la Contre-révolution13.

9En fait, dans cette phase ouverte qu’est la période 1795-1799, plusieurs niveaux de sociabilité s’interpénètrent :

    • 14 J. Vidalenc, Le peuple des villes et des bourgs, Paris, 1973.


    une sociabilité latente, qu’il faut appréhender sur la longue durée ; si l’on veut, c’est la façon dont les élites urbaines sont insérées dans une vie de quartier14, ou un habitus municipal.

    • 15 E. François et R. Reichardt, op. cit.


    une sociabilité dormante ou de repli ; ce sont les lieux de rencontre, semi-publics, semi-privés15 (loges, congrégations, cabinets de lecture, tavernes, tabagies, auberges… voire compagnonnages, fort peu pris en considération dans les études récentes). Lorsque les conditions juridiques ne sont pas favorables au plein épanouissement d’une sociabilité politique, ces lieux offrent une sociabilité politique de substitution.

    • 16 J. Boutier et P. Boutry, « Les sociétés politiques en France de 1789 à l’an III : une machine ? », (...)

    une sociabilité politique au sens propre, ce qui veut dire qu’elle se déploie dans un espace public, constitutionnellement défini : « L’avènement du politique au sein des sociétés s’effectue à travers la dialectique du général et du particulier, du local et du national. Il accomplit le passage de la sphère privée, ou semi-privée, à l’espace public »16.

10C’est principalement à ces deux dernières formes de sociabilité que nous allons nous intéresser dans cette brève présentation. Néanmoins, l’articulation entre formes d’association politique et sociabilité latente, est tout à fait fondamentale, en particulier pour qui veut comprendre les voies de la politisation du milieu local. C’est uniquement par manque de temps que nous ne lui accorderons pas toute la place qu’elle mérite.

La garantie constitutionnelle du droit d’association

  • 17 Constitution de l’an III, articles 360, 361, 362 dans J. Godechot, Les constitutions de la France d (...)

11La Constitution de l’an III réglemente le droit d’association17 : « Il ne peut être formé de corporations, ni d’associations contraires à l’ordre public. Aucune assemblée de citoyens ne peut se qualifier de société populaire ».

12Pourtant, dans la mesure où elles ne tenaient pas de registre de correspondance, où elles ne pratiquaient pas l’affiliation, où elles ne formaient pas de bureau, où leurs adhérents ne portaient pas de signe distinctif, il pouvait exister des sociétés particulières s’occupant de questions politiques.

13Il s’agit d’un compromis entre le système représentatif pur et la reconnaissance d’intermédiaires en rapport avec l’esprit public. D’un côté, ces sociétés politiques servent de relais au gouvernement républicain ; de l’autre, elles permettent de tester la confiance des administrés envers les mesures prises par les dirigeants.

14La vie politique sous le Directoire est rythmée par des phases de tolérance et de répression envers le droit d’association. Mais le degré de tolérance se mesure aussi à la plus ou moins grande autonomie laissée par l’appareil administratif au développement d’un véritable espace public, au sein duquel les associations, mais aussi les journaux, puissent occuper leur véritable fonction tribunicienne. Or, même dans les phases les plus libérales, jamais le Directoire n’est sorti d’une tolérance relative pour s’engager sur la voie de la garantie constitutionnelle du droit d’association. La crainte de la reconstitution d’un réseau de sociétés populaires, qui double et contrôle l’appareil administratif, à l’image de ce qui s’est produit sous le gouvernement révolutionnaire en 1793–1794, est bien entendu déterminante pour comprendre les hésitations et les contradictions de la période en matière de sociabilité politique.

  • 18 D. Desme, De Babeuf aux babouvistes, Université Paris I, mémoire de maîtrise, (dir. M. Vovelle), 19 (...)

15Au début de l’an IV (automne 1795 – février 1796), les clubs démocratiques se développent. Cette phase est la plus mal connue de toutes à l’heure actuelle18. Le plus célèbre de tous ces clubs est le Club du Panthéon, lieu de débats intenses entre communistes (Babeuf), démocrates constitutionnels (Antonelle, Félix Lepeletier) et thermidoriens de gauche attachés à la reconstitution du gouvernement révolutionnaire (Amar). Le ministre de la Police Cochon fait fermer le Club, fermeture qui marque le point de départ de l’activité conspiratrice des Égaux (et certainement d’autres milieux de l’opposition démocratique).

  • 19 F.-D. Camps, Instituts philanthropiques et réseaux contre-révolutionnaires de l’an V au Consulat, U (...)
  • 20 J. Godechot, « Les réseaux contre-révolutionnaires » dans J. Tulard, dir., La Contre-révolution, or (...)

16Dans l’hiver 1796–1797, c’est dans un autre secteur de l’opinion, celui des royalistes, que vont se multiplier les sociétés politiques, sous le nom d’Instituts philanthropiques. Ces instituts, toujours largement immergés dans la clandestinité, possèdent une double structure emboîtée ; les associations des Amis de l’Ordre recrutent sur la base large des « honnêtes gens » (notables peu favorables à la Révolution), masquant un noyau dur constitué par la société des Fils légitimes, composé d’agents royalistes rompus à l’action clandestine19. Le regroupement s’opère peu à peu autour du Club de Clichy, qui coordonne l’action de la droite du Corps législatif, mais qui est tiraillé entre les légitimistes tentés par le coup de force (les jacobins blancs), et les royalistes constitutionnels largement majoritaires, tentés par le ralliement tactique à certains républicains conservateurs20.

  • 21 Atlas historique de la Révolution française, n° 6, Les sociétés politiques, op. cit.
  • 22 I. Woloch, Jacobin Legacy, Princeton, 1970, p. 272-310.

17En réaction au Club de Clichy, pour défendre l’action du Directoire exécutif, se forme dans l’été 1797, à Paris, faubourg Saint-Germain, le premier cercle constitutionnel. Le coup d’État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) contraint réseaux royalistes et Instituts philanthropiques à replonger dans la clandestinité et l’action conspiratrice. En revanche, les cercles constitutionnels vont se multiplier. On dénombre 660 à 670 groupes républicains organisés dans des villes de dimension variable, dont 248 officiellement constitués en cercle constitutionnel21. Il s’agit d’une expansion du néo-jacobinisme (intégration de l’héritage démocratique révolutionnaire dans le cadre constitutionnel de l’an III), sous le regard bienveillant du ministre de la Police Sotin22. Mais l’impulsion résolument autonome à l’égard de l’appareil administratif, les craintes à l’approche des élections de 1798, incitent le Directoire à renvoyer Sotin et à déclencher une nouvelle phase de fermeture des sociétés politiques (fin de l’hiver 1798).

  • 23 B. Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit.

18La renaissance des cercles constitutionnels se produit entre mai et septembre 1799. Le Second Directoire, affaibli par des revers extérieurs et intérieurs, est finalement renversé. L’opposition démocratique sort de la semi-clandestinité, constitue un club central à Paris (le Club du Manège) pour impulser l’action législative et coordonner les initiatives des sociétés politiques des grandes villes de province23. L’heure d’une grande loi organique qui assure enfin la reconnaissance constitutionnelle du droit d’association est-elle venue ? Le jacobinisme peut-il se constituer en grand parti républicain démocrate ? C’est compter sans l’offensive des révisionnistes autour de Siéyès et Lucien Bonaparte, qui ressuscitent dans l’été 1799 la thèse du « double péril », ou du « royalisme à bonnet rouge », d’autant plus que les instituts philanthropiques rayonnent eux aussi, mais dans la clandestinité, où ils se fédèrent en vue d’une action insurrectionnelle.

19Finalement, en septembre 1799, le nouveau ministre de la Police Fouché clôt la parenthèse libérale ouverte au début de l’été ; fermeture du club central, arrestations de journalistes des deux bords (jacobins et royalistes), intimidations envers les sociétés politiques de province. Ainsi est inauguré le grand silence de la période consulaire et impériale jusqu’en 1815.

20Au total, cette alternance phases de tolérance/phases de répression, caractéristique des hésitations directoriales en matière de droit d’association, est symptomatique d’une période de transition pour la sociabilité politique. Pendant les phases de tolérance, on voit les associations politiques tendre vers leur institutionnalisation dans l’espace public, sous la forme de véritables comités électoraux. C’est ce qu’exprime très bien l’agent royaliste Dupont-Constant à Bordeaux à la fin de l’année 1796 :

  • 24 Cité par F.-D. Camps, op. cit.


« Je fis alors tous mes efforts pour tirer les royalistes de leur léthargie et pour les engager à s’occuper des élections qui allaient se faire. J’entrepris de faire sentir aux royalistes de Bordeaux qu’il était de leur intérêt de s’occuper sérieusement des élections qui allaient se faire. Je fis imprimer et répandre une adresse aux assemblées primaires (Adresse aux assemblées primaires, et une autre à l’assemblée électorale) par laquelle je pressais tous les bons citoyens de s’y rendre exactement, et d’y montrer même de la fermeté [...] »24.

  • 25 Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit.

21En 1798 ou 1799, ce sont les cercles constitutionnels qui s’attachent à faire les élections. Parmi tant d’autres exemples, relevons celui du cercle constitutionnel de Villefranche-sur-Saône (département du Rhône) lors des élections du printemps 1799 : l’activité de ses membres (environ quatre cents citoyens pour une agglomération de quatre mille cinq cents âmes) est toute tournée vers la maîtrise des opérations électorales ; distribution de bulletins, contrôle des voies d’accès à l’assemblée pour intimider les électeurs qui ne sont pas de leur bord, prises de parole dans les ateliers industriels de la commune pour inciter les ouvriers à se prononcer en faveur de la liste des candidats qu’ils ont sélectionnés pour les fonctions à occuper, etc.25

22En ces échéances fixées par la Constitution, on assiste donc à une mobilisation des associations sous forme de réseaux actifs. Cette mobilisation anticipe ce qui sera le temps fort de la participation citoyenne dans une démocratie représentative, telle que nous la voyons fonctionner sous nos yeux.

23Pendant les phases de repli en revanche, les réseaux dormants se caractérisent par un investissement de structures héritées de la sociabilité traditionnelle ; loges, cabinets de lecture, débits de boisson, etc.

24Essayons de mieux comprendre comment se réalise l’articulation entre ces deux niveaux.

La sociabilité politique entre espace public et monde secret

  • 26 Parmi de très nombreux exemples : W.D. Edmonds, Jacobinism and the Revolt of Lyon, 1789-1793, Oxfor (...)
  • 27 B. Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit. Cas de figure identique à Arras, étudié par F. W (...)

25Il faut rappeler tout d’abord le rapport étroit et complexe entre sociabilité politique et sociabilité latente. La vie de quartier est ce qui donne forme et épaisseur à la structure politique qui s’y développe. Les études en ce domaine sont très nombreuses26. La ville moyenne, à cet égard, nous a semblé un bon observatoire pour analyser ce phénomène, parce que les réseaux sociaux sont facilement identifiables, sans avoir recours à des masses de données. Mais aussi parce que la ville est de taille suffisante pour autoriser le développement d’une structure politique digne de ce nom, c’est-à-dire organisée de façon permanente sur des bases impersonnelles. Ainsi, la société politique d’Auxerre, bien que mobilisant dans les grandes occasions des militants républicains socialement et spatialement hétérogènes, se replie en temps ordinaire ou en conjoncture plus difficile sur le groupe socio-professionnel des artisans-serruriers, résidant près de la porte de Paris, section du nord, autour de l’abbaye Saint-Germain. C’est là que la société politique tient ses séances27.

  • 28 La référence majeure est ici J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimens (...)
  • 29 Ph. Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont (...)

26L’articulation de la sociabilité politique et de la sociabilité latente renvoie à la polysémie de la notion d’espace : lieu particulier, réalité topographique, mais aussi instance de communication28, que l’on peut appeler forum moderne, qui regroupe tous les endroits où une réunion de personnes particulières s’assemblent pour discuter de questions d’intérêt général. La matérialité des lieux de sociabilité démocratique présente de ce point de vue une grande importance29 ; les loges des théâtres, les arrière-salles des cafés et des tabagies, les bals et les grenouillères des périphéries urbaines, les cabinets de lecture. L’évocation de ces endroits est très fréquente dans la littérature. Retenons à titre d’exemple la librairie Falcon à Grenoble, fréquentée par le jeune Stendhal :

  • 30 Stendhal, Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, 1964, p. 195.


« Ces livres de mon oncle portaient l’adresse de M. Falcon, qui tenait alors l’unique cabinet littéraire, c’était un chaud patriote profondément méprisé par mon grand-père [...] Je me mis par conséquent à l’aimer, c’est peut-être le grenoblois que j’ai le plus estimé [...] Il y avait dans cet ancien laquais une âme vingt fois plus noble que celle de mon grand-père, de mon oncle, je ne parlerai pas de mon père et du jésuite Séraphie [...] Pauvre, gagnant peu et dédaignant de gagner de l’argent, Falcon plaçait un drapeau tricolore en dehors de sa boutique à chaque victoire des armées et les jours de fête de la République »30.

  • 31 Arch. nat., F7 7514, dos. 18 : Sociétés politiques en Loire-Inférieure, 24 ventôse an VII. Pour Cha (...)

27Grenoble est le lieu d’implantation d’un très puissant et très influent cercle constitutionnel à la fin du Directoire. Lors des périodes de répression du mouvement démocratique, c’est dans la librairie de Falcon que se réunissent ses dirigeants. Il est possible de constater des phénomènes identiques avec les sociétés de lecture, à Nantes ou à Chartres par exemple31.

28Le repli temporaire peut se transformer en quasi-scission d’avec la société civile ; dès lors, les structures utopiques ne sont pas loin. Au début de la Révolution, Lanthenas écrit à Bancal des Issarts :

  • 32 Citation dans Ph. Bourdin, Des lieux, des mots…, op. cit.

« Au moins pourrait-on se réunir pour douze ans, afin de profiter de l’achat qu’on ferait des biens du clergé et les mettre ensemble en valeur, tout en les faisant servir aux progrès de la liberté. Au bout des douze ans, on resterait réuni ou l’on se séparerait [...] À la campagne une maison d’éducation rurale, à la ville une imprimerie, journal, etc. [...] Ici, il faudrait avoir quelque maison de religieux. Du jardin du bas, on ferait café et club patriotique, et le bâtiment servirait aux autres usages. Voilà à peu près ce qui me revient souvent dans la tête qu’on pourrait faire »32.

  • 33 Cette référence est empruntée à M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise ; 1810-1848. Étude (...)
  • 34 Idem : « Un groupe politique de base, en province, ce n’est encore rien d’autre qu’une cellule de s (...)

29Ces projets associatifs appartiennent à la préhistoire du parti politique, comme structure opérant la séparation entre sociabilité latente et association politique sur une base volontaire. Cette dernière est, selon Armand Cuvillier, un processus de complication sociale qui permet à l’individu d’être, non pas l’homme de son groupe naturel unique, mais un homme situé à l’entrecroisement de cercles sociaux divers, donc de se choisir une personnalité et une indépendance33. Elle est en rupture avec le modèle de la sociabilité coutumière chère à Maurice Agulhon34. Nous ne sommes pas loin des plans de colonies démocratiques esquissées par Félix Le Peletier et Antonelle au début du Consulat :

  • 35 Arch. nat., F7 6267, Affaire Cerrachi, rapport de la préfecture de police de Paris, 18 brumaire an  (...)

« Dans une terre auprès de Bayeux, il offre un asile aux patriotes persécutés. Il fait bâtir dans son parc de petites maisons qu’il leur destine. Ils établiront là, disent-ils, une colonie démocratique, au milieu des fers et de l’oppression »35.

  • 36 Archives de la Préfecture de Police, AA 272, Affaire Chevalier-Desforges, interrogatoires, brumaire (...)

30Nous nous éloignons quelque peu du cadre urbain. Toutefois, dans leur esprit, ces installations champêtres ne sont guère différentes des « maisons » parisiennes où ont élu domicile nombre de dirigeants démocrates qui peuvent ainsi mener discrètement, à l’abri du statut protecteur garantissant l’inviolabilité du domicile privé, leurs activités semi-publiques, semi-clandestines. Les anciennes maisons religieuses, vendues comme biens nationaux, avec leurs anciennes cellules louées en appartements, et leurs cours communes entièrement closes, se prêtent particulièrement bien à cela. En l’an IV, c’est l’ancien couvent de la Conception, au faubourg Saint-Honoré, où logent les babouvistes Didier et Darthé. En l’an IX, c’est l’Abbaye-aux-Bois, sur la rive gauche, où loge Desforges, ou l’ancien couvent des Blancs-Manteaux, au Marais, où loge Chevalier, tous deux compromis dans les affaires de « machine infernale » au début du Consulat36.
Ce type de sociabilité, en conjoncture de repli, nous introduit au

  • 37 A. Farge, Dire et mal-dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1992.
  • 38 G. Simmel, Secret et sociétés secrètes, Paris, Circé, 1991.

31monde du secret. On passe du forum au domicile privé, du libre débat au conciliabule (la parole codée). Le conciliabule, ce sont les propos de tavernes, de tabagies, qui sont captés par les mouchards37. Mais ce sont également les propos que l’on imagine être échangé dans des domiciles particuliers placés sous surveillance. La fréquentation de l’espace privé par des hommes publics (les policiers) transforme le domicile en un lieu de réunion semi-politique. L’association secrète devient une étape de transition entre le vécu individuel et la transmission collective : la vérité de la doctrine ne naît pas seulement de la libre confrontation des idées entre individus égaux, elle a aussi sa part de révélation, de dévoilement progressif. La durée joue un rôle fondamental ; toute révélation immédiate porte en elle le risque de dissolution du corps social38.

32Toutefois, le monde du secret n’est pas uniquement, et pas essentiellement, celui de la parole codée. C’est d’abord et surtout un retour vers la culture du geste et de l’oralité. Pour illustrer notre propos, revenons aux instituts philanthropiques. Selon la police du Directoire, voici quels règlements l’agent royaliste Duverne de Presle avait élaboré pour ces associations clandestines en 1799 :

« On porte la main droite sur la joue du même côté, la droite serrée. Celui qui suit ce signe dit à celui auquel il s’adresse : « Voulez-vous bien ? ». Si l’interlocuteur est un agrégé, il répond : « Je désire faire le bien et empêcher le mal ».

33Après s’être reconnu comme ami de l’ordre, l’un des deux prend de sa main droite le bout de son oreille ; du même côté, il lui est répondu, en prenant le bout de l’oreille gauche de la main gauche. Il prend ensuite de la main droite la main droite de celui qu’il veut reconnaître, en demandant :

« Quelle est votre naissance ? »
Il lui est répondu : « Fils légitime ».
Les mots de passe et les signaux de reconnaissance seront les mêmes pour tous les Instituts de la république ; ainsi lorsqu’un philanthrope arrivera dans un pays, soit pour s’y domicilier, soit pour y séjourner quelque temps, il cherchera, à l’aide des mots de passe et de reconnaissance à se faire reconnaître de quelque philanthrope [...] Indépendam- ment des signaux et mots de passe généraux, il en sera établi de particuliers dans chaque département [...]».

34Une longue pratique est nécessaire…

** *

  • 39 J. Michelet, La Révolution française, Paris, Collection « La Pléiade », 1952, tome II (Livre IX, ch (...)
  • 40 P.-A. Lambert, La Charbonnerie française ; 1821-1823. Du secret en politique, Lyon, Presses Univers (...)

35Le Directoire, sur le plan de la sociabilité politique, est bien cette période de transition entre l’utopie de la transparence absolue, qui était celle du jacobinisme des débuts de la Révolution39, et l’extraordinaire floraison des sociétés secrètes qui caractérise la Restauration (et l’Empire dans une mesure qui reste encore largement à évaluer)40.

36En termes d’implantation urbaine, la structure politique clandestine est immergée dans une sociabilité latente, qui est largement celle de la transition entre le cadre paroissial urbain traditionnel et le quartier de la métropole proto-industrielle. Néanmoins, la sociabilité urbaine relève encore largement, à cette époque, d’un environnement fait de villages juxtaposés.

37Les rapports de police nous font pénétrer dans ce monde que nous avons perdu, fait de gestes et d’oralité, de parole analogique davantage que de discours construits. Mais, ce faisant, est-ce l’attention portée aux sociétés secrètes immergées, par une police aux méthodes de mieux en mieux rodées, qui nous donne l’impression d’un plus grand foisonnement des relations sociales au début du XIXe siècle, par rapport à la fin du XVIIIe siècle ? Ou bien est-ce parce que les membres des sociétés secrètes, en adoptant les valeurs et les normes de comportement de l’environnement qui les protège, ont contribué par contre coup à réduire la distance entre la sociabilité politique et la sociabilité latente, et donc à politiser cette dernière ?

Haut de page

Notes

1 E. François et R. Reichardt, « Les formes de sociabilité en France du milieu du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 34, 1987, p. 453-472.

2 P. Dujardin, « Processus et propriétés de la mise en réseau : débat, problématique, propositions », dans Du groupe au réseau, Lyon, Éd. du CNRS, 1988, p. 5-27.

3 P. Boutry, « Des sociétés populaires de l’an II au « parti républicain ». Réflexions sur l’évolution des formes d’association politique dans la France du premier XIXe siècle », dans Storiografica francese ed italiana a confronto sul fenomeno associativo durante XVIII e XIX secolo, Turin, Fondazione Luigi Einaudi, 1988. B. Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme : la démocratie représentative, une alternative à Brumaire, Paris, Éd. CTHS, 2001.

4 C. Lamarre, Petites villes et fait urbain en France au XVIIIe siècle. Le cas bourguignon, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 1993. B. Lepetit, Les villes dans la France moderne : 1740–1840, Paris, Sedes, 1988.

5 T. Margadant, Urban Rivalries during the French Revolution, Princeton, 1992.

6 Une séance du séminaire de l’Institut d’histoire de la Révolution française, animée par l’atelier « Réseaux sociaux et structures politiques » (qui fonctionne dans le cadre de cet Institut) ayant eu lieu sur ce thème en mai 1998, nous ne développons pas plus avant.

7 C. Le Bozec, Boissy d’Anglas, un grand notable libéral, Privas, Fédération des œuvres laïques de l’Ardèche, 1995.

8 Atlas historique de la Révolution française, J. Boutier et P. Boutry, s. dir., fasc. n° 6 (Les sociétés politiques), Paris, Éd. de l’EHESS, 1992, p. 72-73.

9 B. Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit.

10 G. Gayot, La franc-maçonnerie française. Textes et pratiques (XVIIIe–XIXe siècles), Paris, Gallimard, 1991. L’auteur signale 18 loges en 1796 (15 en province et 3 à Paris), pour 114 loges (27 à Paris, 87 en province) et 151 ateliers en 1802.

11 E. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. 6 000 francs-maçons de 1740 à 1830, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 1998. P.-Y. Beaurepaire, « Le réveil des structures maçonniques locales sous le Directoire et au début du Consulat », dans J. Bernet, J.-P. Jessenne et H. Leuwers, dir., Du Directoire au Consulat, tome I, Le lien politique local dans la Grande Nation, Lille, CRHEN-O, 1998, p. 97-110.

12 J. Godechot, « Quel a été le rôle des Aa pendant l’époque révolutionnaire ? », dans Regards sur l’époque révolutionnaire, 1980, p. 85-94. La question a depuis été largement renouvelée par R. Ninfei, Les Aas ou l’Aa, Paris, 1992 ; O. Devaux, « L’influence de l’Aa dans l’enseignement à Toulouse de 1789 à 1820 », dans B. Plongeron, dir., Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770–1820), Turnhout, Brépols, 1988, p. 469-475 ; L. Chatellier, « Naissance ou renaissance ? La congrégation de Paris en 1801 » dans Pratiques religieuses…, op. cit., p. 525-533.

13 Communication (inédite) de S. Van Damme, le 14 mai 1999, à l’atelier « Réseaux sociaux et structures politiques » de l’IHRF (Université Paris I) : « Les réseaux catholiques et leur mobilisation dans le champ politique, de l’Ancien Régime à la Révolution ». E. Bonin, Étude sur la direction et le développement des réseaux royalistes contre-révolutionnaires en France sous le Directoire (1795-1799). Agences royales et Instituts philanthropiques, Université Paris I, mémoire de DEA, (dir. C. Duprat), 1998.

14 J. Vidalenc, Le peuple des villes et des bourgs, Paris, 1973.


15 E. François et R. Reichardt, op. cit.


16 J. Boutier et P. Boutry, « Les sociétés politiques en France de 1789 à l’an III : une machine ? », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 36, 1989, p. 29-67. E. François, Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne, et en Suisse : 1750-1850, Paris, Éditions Recherches sur les civilisations, 1986, p. 27-41.

17 Constitution de l’an III, articles 360, 361, 362 dans J. Godechot, Les constitutions de la France depuis 1789, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, p. 140.

18 D. Desme, De Babeuf aux babouvistes, Université Paris I, mémoire de maîtrise, (dir. M. Vovelle), 1995. J.-M. Schiappa, Gracchus Babeuf avec les Égaux, Paris, Éditions ouvrières, 1991, p. 103-160. M. Iafelice, Les réseaux babouvistes en province. Le cas du midi provençal, Université de Provence, thèse, (dir. M. Vovelle), 1982.

19 F.-D. Camps, Instituts philanthropiques et réseaux contre-révolutionnaires de l’an V au Consulat, Université Paris I, thèse, (dir. C. Duprat), 1995.

20 J. Godechot, « Les réseaux contre-révolutionnaires » dans J. Tulard, dir., La Contre-révolution, origine, histoire, postérité, Paris, Perrin, 1990.

21 Atlas historique de la Révolution française, n° 6, Les sociétés politiques, op. cit.

22 I. Woloch, Jacobin Legacy, Princeton, 1970, p. 272-310.

23 B. Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit.

24 Cité par F.-D. Camps, op. cit.


25 Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit.

26 Parmi de très nombreux exemples : W.D. Edmonds, Jacobinism and the Revolt of Lyon, 1789-1793, Oxford, Clarendon Press, 1990. E. Grison, Du faubourg Montmartre au corps des Mines. L’étonnant parcours du républicain Hassenfratz, 1755-1827, Paris, Presses de l’École des Mines de Paris, 1996 (pour la sociabilité du faubourg Montmartre). D. Garrioch, Neighbourhood and Community in Paris, Cambridge, Cambridge University Press, 1986. R. Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la révolution au Directoire, Paris, Kimé, 1993.

27 B. Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit. Cas de figure identique à Arras, étudié par F. Wartelle, « Des sociétés populaires à la constitution de factions durables, l’exemple d’Arras, 1791-1797 », dans Actes du 24e Congrès de la fédération des sociétés savantes du nord de la France, Valenciennes, 1983.

28 La référence majeure est ici J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, « Critique de la politique », 1992.

29 Ph. Bourdin, Des lieux, des mots, les révolutionnaires. Le Puy-de-Dôme entre 1789 et 1799, Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’Études du Massif Central, Collection « Prestige », tome VII, 1995.

30 Stendhal, Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, 1964, p. 195.


31 Arch. nat., F7 7514, dos. 18 : Sociétés politiques en Loire-Inférieure, 24 ventôse an VII. Pour Chartres, B. Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme…, op. cit.

32 Citation dans Ph. Bourdin, Des lieux, des mots…, op. cit.

33 Cette référence est empruntée à M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise ; 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, A. Colin, Cahier des Annales, 1977.

34 Idem : « Un groupe politique de base, en province, ce n’est encore rien d’autre qu’une cellule de sociabilité, dans laquelle s’est dégagée une opinion commune. La politique organisée n’est rien d’autre que l’établissement d’une liaison entre ces sociétés, ces cercles, ces réunions, ces groupes d’habitués des cafés. La politique de masse consiste seulement à établir un échelon de liaison, entre des sociétés de base préexistantes et de nature coutumière. Un parti politique ne regroupe pas des hommes individuels, mais des cercles. L’organisation politique emprunte ses structures à la sociabilité coutumière ».

35 Arch. nat., F7 6267, Affaire Cerrachi, rapport de la préfecture de police de Paris, 18 brumaire an IX.

36 Archives de la Préfecture de Police, AA 272, Affaire Chevalier-Desforges, interrogatoires, brumaire an IX.

37 A. Farge, Dire et mal-dire. L’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1992.

38 G. Simmel, Secret et sociétés secrètes, Paris, Circé, 1991.

39 J. Michelet, La Révolution française, Paris, Collection « La Pléiade », 1952, tome II (Livre IX, chapitre III, p. 43-44) : « La Société reprenait son ascendant de terreur. Elle déclara qu’elle exclurait de son sein tout député qui tiendrait à une société non publique, en d’autres termes, qu’elle ne permettrait pas à la Convention de continuer ce qu’avait fait la Législative, que les représentants fort nombreux (deux cents à peu près), qui s’assemblaient hors du club, dans la même enceinte, ne pouvaient être jacobins ».

40 P.-A. Lambert, La Charbonnerie française ; 1821-1823. Du secret en politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gainot, « Héritages et mutations de la sociabilité politique dans la France du Directoire », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27), p. 19-32.

Référence électronique

Bernard Gainot, « Héritages et mutations de la sociabilité politique dans la France du Directoire », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27) [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/269

Haut de page

Auteur

Bernard Gainot

Université de Paris I – IHRF

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org