Navigation – Plan du site
Élites et sociabilité au XIXe siècle - Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.)
Héritages et recomposition de la sociabilité

La sociabilité maçonnique
à l’heure des notables et des capacités

Jalons pour l’étude
d’une mutation décisive
Pierre-Yves Beaurepaire
p. 33-50

Texte intégral

Tous les êtres, à la vérité, ne sont pas doués d’un caractère qui convient à la sociabilité, mais parmi les nations, il existe une société choisie, où chaque individu se fait un plaisir autant qu’un devoir de réprimer son caractère, de vaincre ses passions, et de concourir de toutes ses forces au bien général, en sacrifiant ses propres volontés.

  • 1 Bib. nat., Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique (par la suite : Bib. nat., cab. mss, FM), FM2 1 (...)

Discours prononcé dans le temple de la loge Thémis, orient de Cambrai, en présence des frères des Amis Réunis, s. d. [années 1820]1

  • 2 On en a une belle illustration avec la précieuse synthèse de D. Poulot sur Les Lumières, Paris, PUF (...)
  • 3 M. Agulhon, Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale (...)
  • 4 M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise 1810-1848, étude d’une mutation de sociabilité, Par (...)
  • 5 D. Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Par (...)
  • 6 J. Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la socié (...)
  • 7 F. Thélamon, dir., Sociabilité, pouvoirs et société, actes du colloque de Rouen des 24-26 novembre (...)
  • 8 E. François, dir., Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse, 1750-185 (...)
  • 9 Parmi les nombreuses enquêtes collectives initiées par l’auteur, on ne citera ici que H. Reinalter, (...)
  • 10 G. Giarrizzo, Massoneria e illuminismo nell’Europa del Settecento, Venezia, Marsilio, 1994, 529 p.
  • 11 D. Gordon, Citizens Without Sovereignty. Equality and Sociability in French Thought, 1670-1789, Pri (...)

1De Maurice Agulhon à Ran Halévi en passant par Jürgen Habermas, la loge maçonnique d’Ancien Régime est indissociable de la « ville sociable » des Lumières2. Laboratoire pionnier d’observation et d’élaboration des structures et des pratiques de la sociabilité urbaine, miroir des élites, de leurs réseaux, de leurs stratégies et trajectoires sociales, culturelles et politiques, la loge - plus que la franc-maçonnerie elle-même d’ailleurs - est au cœur des travaux qui ont jalonné l’étude de la sociabilité aux XVIIIe-XIXe siècle : Pénitents et francs-maçons de Maurice Agulhon3, puis Le cercle dans la France bourgeoise du même auteur4 ; Le siècle des Lumières en province de Daniel Roche5, L’Espace public de Jürgen Habermas6, le colloque de Rouen en 1983 sur Sociabilité, pouvoirs et société marqué par une investigation tous azimuts d’un champ alors à la mode et l’institutionnalisation de la recherche sur les formes de la sociabilité avec le Groupe de recherche en histoire de la sociabilité de l’Université de Rouen7, celui de Bad Homburg sur Sociabilité et société bourgeoise8. Il faut prendre également la mesure internationale de cet investissement scientifique avec, notamment, les travaux des chercheurs allemands Reinhart Koselleck, Rudolf Vierhaus, Winfried Dotzauer, de l’universitaire autrichien Helmut Reinalter9, de Giuseppe Giarrizzo, professeur à l’Université de Catane, auteur d’une somme sur Massoneria e illuminismo10, et plus récemment ceux de chercheurs américains comme Daniel Gordon, sur la sociabilité comme « citoyenneté sans souveraineté »11.

  • 12 À titre de comparaison, on consultera l’ouvrage de C. Porset, Hiram Sans-Culotte ? Franc-maçonnerie (...)

2Malheureusement, notre connaissance de la franc-maçonnerie du XIXe siècle n’a pas bénéficié d’un effet d’entraînement comparable. 1789 ou 1815 marquent en ce domaine comme en beaucoup d’autres des bornes chronologiques, mais aussi disciplinaires que l’on craint de repousser pour élargir le champ d’investigation, saisir les mutations, les adaptations, voire les dépérissements des formes de la sociabilité d’Ancien Régime, et mettre en perspective les créations. Le premier XIXe siècle, pourtant décisif dans la maturation de la France contemporaine est à l’évidence le parent pauvre des études maçonniques, tant sur le plan qualitatif que quantitatif12.

  • 13 C. Derobert-Ratel, Les Arts et l’Amitié et le rayonnement maçonnique dans la société aixoise de 184 (...)
  • 14 C. Gaudin-Naslin, Sociabilité musicale et sociabilités maçonniques en France au XIXe siècle, thèse (...)
  • 15 E. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe & XIXe siècles. 6 000 fra (...)
  • 16 A. Combes, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXe siècle, Monaco, Éditions du Rocher, tome I, 1998 (...)

3De manière révélatrice, l’ouvrage pionnier de Maurice Agulhon précédemment cité sur Le cercle dans la France bourgeoise fait exception ; il n’a pas eu le même impact sur la recherche en histoire sociale et culturelle de la franc-maçonnerie du premier XIXe siècle que Pénitents et francs-maçons pour le XVIIIe siècle. Il a fallu attendre la monographie que Christine Derobert-Ratel a consacrée à la loge aixoise Les Arts et l’Amitié13, la thèse inédite de Christine Naslin sur Sociabilité musicale et sociabilités maçonniques14, et, un quart de siècle après la parution du Cercle dans la France bourgeoise, la thèse d’Éric Saunier sur Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe et XIXe siècle15, pour que le dossier soit rouvert de manière véritablement stimulante, mais relativement isolée. En effet, l’heure en est encore à l’histoire administrative et positiviste de l’Ordre, comme en témoigne la parution récente de l’Histoire de la franc-maçonnerie française au XIXe siècle d’André Combes, au demeurant estimable par l’exactitude et la précision de son information16. Le train de l’histoire sociale, culturelle et de la production du politique a été à l’évidence manqué, l’auteur proposant une histoire événementielle, qui s’englue parfois dans les querelles inter-obédientielles. Or, la franc-maçonnerie sous la Restauration ne se réduit pas au duc de Decazes, au rite de Misraïm ou aux relations complexes d’une frange maçonnique libérale avec la Charbonnerie.

  • 17 L. P. Martin dir., Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques des francs-maçons, Renne (...)

4À dresser ce rapide constat historiographique, on peut légitimement se demander si la connaissance de la sociabilité maçonnique ne gagne pas à sortir du champ de la « Maçonnologie » officielle, néologisme malheureux mais dont l’existence et la création même, par les historiens patentés de l’Ordre, est en soi éclairante de certaines conceptions de la recherche maçonnique, pour relever du champ de l’histoire sociale, culturelle et politique comme tout autre terrain et objet d’étude « profane ». Cette « sortie du temple » s’est révélée très payante pour le XVIIIe siècle, elle reste à opérer pour le XIXe siècle voire pour le XXe siècle, où Luis P. Martin appelle, à l’exemple de ce qui se fait en Italie ou en Espagne, à une étude des Francs-maçons dans la cité et de leurs cultures politiques17. Il ne faut cependant pas se cacher la difficulté d’une telle entreprise. En effet, en entrant dans les temps contemporains où la franc-maçonnerie s’est trouvée confrontée aux enjeux politiques profanes, on pénètre en terrain miné ; les préventions et les a priori sont nombreux, ce qui augure mal d’une approche sereine du sujet. Il faudra à l’évidence faire preuve de pédagogie, désamorcer tensions et suspicions avant d’aborder la sociabilité maçonnique du XIXe siècle, comme on peut le faire aujourd’hui, avec encore trop de réticences, pour le XVIIIe siècle.

  • 18 S. C. Bullock, Revolutionary Brotherhood, Freemasonry and the Transformation of the American Social (...)

5C’est à l’ouverture de ce chantier, ou plus exactement à sa prolongation au-delà de la séquence révolutionnaire et impériale jusqu’au mitan du XIXe siècle, comme l’ont fait récemment Éric Saunier en France, Steven Bullock aux États-Unis18, et les participants au colloque Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse précédemment cité, en optant tous pour une coupe chronologique transrévolutionnaire - respectivement 1740-1830, 1730-1840 et 1750-1850 -, que nous voudrions contribuer en proposant ici quelques pistes de recherches centrées à dessein sur les périodes méconnues de la Restauration et de la Monarchie de Juillet.

6Un préliminaire indispensable à toute étude sérieuse consiste à jeter les bases d’une véritable archéologie des formes de sociabilité maçonnique, et à souligner la permanence de l’inscription du fait et du lien maçonniques dans le registre de la sociabilité volontaire et en cours de laïcisation de part et d’autre du siècle. Ce n’est qu’après cette restitution que l’on pourra mettre en évidence les inflexions.

  • 19 Mais on oublie parfois que toutes les loges sont dites « Respectable Loge de Saint-Jean ». Le titre (...)
  • 20 R. Halévi, « Les représentations de la démocratie maçonnique au XVIIIe siècle », dans Revue d’histo (...)
  • 21 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 349, dossier de la loge la Sociabilité, orient de Perpignan, planche ( (...)
  • 22 Bib. nat., cab. mss, FM, FM1 87 bis, dossier de la loge du Parfait Silence, orient de Perpignan, pl (...)
  • 23 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 349, dossier de la loge la Sociabilité, orient de Perpignan, planche a (...)
  • 24 Id., dossier de la loge la Sociabilité, orient de Perpignan, planche au Grand Orient de France du 2 (...)
  • 25 C. Sala, La franc-maçonnerie en Roussillon. Pensée et pratiques maçonniques en Roussillon à la fin (...)

7On peut retenir schématiquement trois phases, illustrées par les exemples suivants. Au milieu du XVIIIe siècle, la sociabilité maçonnique se diffuse à grande échelle, les loges se multiplient, parfois excessivement, faute d’un vivier de frères ou d’initiés potentiels suffisant. Elles se dégagent encore mal du groupe des confréries. La fondation sur les marges méridionales du royaume de France, à l’orient de Perpignan, le 6 novembre 1744, de la première loge catalane, dont on discute le titre distinctif : Saint-Jean19 ou Saint-Jean, Saint-Pierre, reflète ce mouvement d’expansion. Son titre distinctif primitif comme celui qu’elle adopte lors de sa reconstitution par la Grande Loge de France le 18 mai 1772, Saint-Pierre et Saint-Paul, appartiennent au registre des noms de saints, alors dominant, comme l’étude de Ran Halévi l’a montrée20. Mais en 1782, alors que la sociabilité maçonnique s’est forgée une forte identité, la loge catalane écrit au Grand Orient de France : « Nous vous supplions de donner à notre loge en la reconstituant le titre distinctif de la Sociabilité en place de celui de Saint-Pierre et Saint-Paul qu’elle avait reçu lors de la précédente institution »21. Il s’agit de la seule loge française à avoir adopté ce titre distinctif, mais son choix est exemplaire de l’évolution de la sociabilité maçonnique huppée. La loge est en effet fréquemment reconnue par ses sœurs comme la « loge des Nobles »22, et, sûre de sa prééminence sociale au sein de l’orient, elle se dit elle-même « composée presque en totalité de l’élite de la Noblesse du Roussillon qui se fera un plaisir de donner l’exemple de régularité des mœurs et de la vertu »23, avant de revenir à la charge auprès de la Chambre des Provinces du Grand Orient en 1784 : « c’est une loge composée de tout ce qu’il y a de mieux à Perpignan »24, orient à la densité maçonnique très élevée à la fin du XVIIIe siècle, comme l’ensemble du Roussillon d’ailleurs, que les remarquables travaux de Céline Sala permettent aujourd’hui de mieux connaître25.

  • 26 Arch. nat., 177 AP 1, papiers Taillepied de Bondy, Livre d’or des Amis Réunis commencé le16 février (...)

8À la même époque, une des plus brillantes loges parisiennes, les Amis Réunis, loge des fermiers-généraux, de la haute banque protestante, de la finance internationale, des musiciens amateurs et des étrangers de condition, réfléchit à la nature de la sociabilité maçonnique huppée. Elle confie à son « livre d’or », en fait son livre d’architecture ou registre de procès-verbaux, le fruit de cette réflexion, témoignage rare et précieux : les frères « voulaient former une société d’amis à peu près pareille aux clubs d’Angleterre », et de préciser en marge du registre, « ou clubs en français cotteries », puis au folio suivant : « une cotterie d’honnettes gens »26.

9Il est possible de distinguer à partir de la Restauration et de la Monarchie de Juillet une troisième époque, celle de la sociabilité maçonnique de sensibilité - sinon toujours d’engagement - libérale, laïcisée, ouverte en direction du cercle bourgeois, d’une pratique philanthropique (qui a remplacé la bienfaisance du XVIIIe siècle), et qui investit, souvent insensiblement, par ces biais, le champ politique. Cette troisième époque ou métamorphose, témoin de la plasticité de la sociabilité maçonnique, succède donc à celle de la loge mal dégagée du monde des confréries pieuses et charitables, puis à celle de la franc-maçonnerie de société - apanage des élites provinciales et parisiennes mais modèle ou contre-modèle pour l’ensemble des ateliers du royaume -, non sans ménager entre ces trois formes, des phases de transition et de recouvrement partiel de l’une par les autres. Au mitan du XIXe siècle, on peut lire ce commentaire réprobateur du sous-préfet d’Apt à propos de la loge du Triomphe de l’Amitié, orient de Pertuis :

  • 27 En italique dans le texte.

  • 28 Archives Alphandéry, Montfavet, lettre du 1er juin 1866 citée par M. Chazottes, La franc-maçonnerie (...)

« La prétendue loge n’a pas cessé de se transformer en cercle et en débit de boissons. C’est là une situation déplorable [...] La franc-maçonnerie est ici un prétexte [...] Je distingue la loge du cercle27, car le droit d’ouvrir un atelier maçonnique n’implique pas celui de tenir un débit de boissons, ni de former un cercle, mais ici cercle non-autorisé et débit illicite de boissons se confondent avec la loge. Il y a donc abus et mauvaise foi »28.

10L’administration municipale de Pertuis fait chorus :

  • 29 Ibid., lettre du 29 septembre 1866.

« La loge se transforma en cercle où l’on joua la nuit, où furent reçus des étrangers non-maçons, ce fut comme un café annexe du café Bellevue. Quant au temple de la loge, il fut rarement fréquenté, de leur propre aveu, l’atelier maçonnique fut un prétexte »29.

  • 30 James E. McClellan III, Colonialism and Science. Saint-Domingue in the Old Regime, part III : « The (...)
  • 31 P.-Y. Beaurepaire, « Une école pour les sciences. Le collège des Philalèthes et la tentation académ (...)
  • 32 On trouvera sous la cote Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 151, dossier de la loge Aménité, orient d’Ave (...)

11Quels que soient les visages que présente la micro-société maçonnique des années 1740 aux années 1860 et l’envergure sociale inégale des protagonistes ici évoqués, la sociabilité constitue bien le pilier du temple. Il s’agit de former une société de pairs - ce qui suppose la prise en compte des appartenances et réseaux sociaux -, d’élus qui se reconnaissent comme frères, dans la chaleur fraternelle du temple des amis choisis et de l’initiation partagée. Il faut également souligner que les francs-maçons se montrent, depuis l’origine, sensibles au rôle d’intermédiaire que la loge peut jouer entre une sociabilité traditionnelle, en mutation, et une sociabilité régénérée. J’utilise à dessein ces termes pour nuancer le schéma proposé par Ran Halévi dans sa thèse sur Les loges maçonniques dans la France d’Ancien Régime. Le clivage entre une sociabilité qualifiée de traditionnelle et une sociabilité prétendument démocratique, séduisant sur le papier, gomme en effet les nuances qui font la richesse et la complexité de la nébuleuse sociable. La loge articule différentes formes de sociabilité, non seulement en raison de la présence simultanée de ses membres dans plusieurs structures complémentaires, mais surtout parce qu’elle permet le glissement de l’une à l’autre, voire le retour, depuis la loge, vers un ancien foyer de sociabilité, quitté parce que socialement disqualifié ou devenu obsolète en raison du renouvellement rapide de l’offre sociable, puis réinvesti lorsqu’il s’avère possible de le ranimer, de le rajeunir et de le redresser socialement. Sans rechercher l’exhaustivité, on peut néanmoins citer les principaux protagonistes de ces fructueux échanges entre la loge, forme de sociabilité protéiforme et les autres formes de sociabilité : confréries de pénitents du midi, mais aussi confréries pieuses et charitables de Normandie, Nobles Jeux de l’arc, Musées, où la règle d’exclusion réciproque entre l’otium et le negotium n’a pas cours, foyers de sociabilité académique - Cercle des Philadelphes de Saint-Domingue30, Société des Philathènes de Metz, Collège des Philalèthes de Lille31 -, clubs de golf en Grande-Bretagne et aux États-Unis, cercles… sans oublier les foyers de sociabilité étudiante et universitaire initiatique en Grande-Bretagne, aux États-Unis ou en Allemagne, voire les associations loi de 1901, ou les ASBL - associations sans but lucratif - belges : qui sait que le SAMU social belge est une initiative des Amis Philanthropes, célèbre loge bruxelloise à qui l’on doit également la fondation de l’Université Libre de Bruxelles… ? En revanche, il convient d’opérer une distinction entre les structures précédemment citées et les sociétés secrètes qui, des Lumières radicales aux Illuminaten - les Illuminés de Bavière stigmatisés par l’abbé Barruel - et aux Carbonari, entretiennent avec la franc-maçonnerie des rapports d’ordre tout à fait différent, puisqu’elles calquent leurs structures sur celles des loges, cherchent délibérément à les infiltrer, pour mettre au service de leur cause, l’exceptionnel réseau de correspondance maçonnique.
Après avoir insisté sur l’importance du fait de sociabilité en soi, sur ses mutations et sur le rôle de médiateur culturel privilégié que la loge maçonnique a joué dans cette transition à l’œuvre entre XVIIIe et XIXe siècle, il est possible de suggérer des pistes susceptibles d’orienter les recherches futures. En premier lieu, on a sans doute sous-estimé l’importance de la période d’occupation par les armées alliées dans la relance de l’activité maçonnique en France à partir de 1815. Alain Corbin a d’ailleurs montré que cette période très éprouvante qui a marqué la conscience collective en France, restait à explorer. Les officiers francs-maçons des régiments alliés ne se sont pas contentés de fréquenter leurs propres loges militaires. Ils ont régulièrement visité les loges civiles, s’y sont fait affilier, parfois initier. Des liens très forts se sont noués dans l’adversité du contexte profane et la fraternité du temple, aussi bien à Avesnes-sur-Helpe qu’à Cambrai, pour ne citer que des exemples pris dans le département du Nord32. Rien de très neuf en apparence, dira-t-on, puisque les loges militaires du XVIIIe siècle avaient également été le théâtre de semblables relations. Ce serait oublier que l’environnement a radicalement changé depuis l’Ancien Régime avec les guerres européennes de la Révolution et du Premier Empire. L’étranger est devenu un « désignant féroce » (Sophie Wahnich), le cosmopolitisme des Lumières

  • 33 P.-Y. Beaurepaire, La République universelle des francs-maçons de Newton à Metternich, Rennes, Oues (...)

12suspect, au point d’être officiellement abandonné par nombre d’ateliers. Dans ces conditions la restauration de la République universelle des francs-maçons n’était pas chose évidente33. Or, on voit ces officiers russes, anglais, danois ou prussiens se porter garants des francs-maçons français, calmer les inquiétudes des autorités préfectorales et municipales sous la Restauration, ranimer des réseaux de correspondance. En outre, ces frères ne sont pas sans influencer le glissement du cosmopolitisme maçonnique du XVIIIe siècle, politiquement neutre, vers l’universalisme maçonnique du XIXe siècle, et l’engagement des francs-maçons en faveur de l’émancipation des peuples. À Cambrai, Leslie Grove Jones, officier anglais, s’exprime en ces termes devant les membres de la loge Thémis, le 8 août 1817, peu avant de quitter la garnison pour rentrer au pays :

  • 34 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 194 II, dossier de la loge Thémis, orient de Cambrai, folios 91-92.

« Le Frère qui s’adresse à vous, fut élevé sous le toit d’un des premiers hommes d’État de son Pays, celui qui a conseillé & affirmé le traité de 1783, qui a rendu la paix à l’Europe & scellé l’Indépendance des États-Unis de l’Amérique. Ce grand homme lui a appris à apprécier les hommes seulement par leurs qualités de l’esprit & du cœur & non pas de leurs naissance & de leur Nation.
La France vient d’acquérir une constitution libre, qu’elle la conserve, qu’elle la perfectionne, que la vérité & la justice s’y enracinent, que la liberté n’éclose plus pour tomber prématurément morte, mais qu’elle fleurisse, & que vous tous très digne Vénérable & tous mes frères & vos Enfants jouissent de ses fruits.
Que la justice rétributive à vous en particulier très digne Vénérable, vous rende à toutes les fonctions dont la calomnie vous a privé (maire, il a été destitué) & que vous receviez les récompenses que vos talents, vos vertus & votre patriotisme méritent & que l’approbation de vos concitoyens vous destinent.
Les Ténèbres du despotisme sont passées. Les Lumières de la justice & de la liberté viennent éclairer l’Univers. Qu’elles brillent accompagnés d’une saine & sage Philosophie qui garantira le bonheur du genre humain. Qu’elles ne se fixent pas seulement en Angleterre & en France mais qu’elles s’établissent dans tous les États de l’Allemagne, de l’Italie, qu’elles chassent le fanatisme & la tyrannie de l’Espagne & du Portugal & qu’elles s’enracineront dans le Sud de l’Amérique, comme elles l’ont déjà fait au Nord »34.

  • 35 C. Borde, Calais et la mer (1814-1914), Lille, Presses universitaires du Septentrion, col. « histoi (...)

13Au XVIIIe siècle, les francs-maçons avaient pris soin de limiter leur intervention à l’accueil des réfugiés jacobites et bataves. Désormais, l’accueil des patriotes espagnols et portugais ainsi que des radicaux anglais, la participation de francs-maçons et de structures péri-maçonniques ou inspirées des loges maçonniques dans la lutte pour l’émancipation nationale en Amérique latine, en Grèce et en Europe orientale, débouchent sur la prise de conscience d’un nécessaire engagement politique de la franc-maçonnerie ès-qualités, au grand dam des obédiences le plus souvent, soucieuses de donner des gages de loyauté et de neutralité aux autorités politiques. Les pétitions se multiplient malgré l’hostilité du Grand Orient de France, les collectes de fonds également. Les engagements individuels sont nombreux, comme celui d’Antoine Leleux, imprimeur éditeur calaisien, membre de la loge de la Persévérance, ami de Miranda et de Bolivar, secrétaire d’État à la guerre et à la marine de la Nouvelle Grenade, et fondateur des principaux journaux calaisiens à la fin de la Restauration : The Pas-de-Calais, L’Indicateur de Calais devenu en 1831 L’Industriel calaisien. Conseiller municipal, en charge du bureau de bienfaisance et de l’enseignement, il devint président de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de Calais, où siégeaient de nombreux francs-maçons ou anciens francs-maçons selon Christian Borde35. Bref, un parcours libéral exemplaire, dont chaque département offre des exemples qui devraient être collationnés et confrontés pour fournir la base d’une sociologie des élites maçonniques provinciales du premier XIXe siècle.

  • 36 I. Ammeux et V. Cuvilliers, Préfets, corps préfectoral et administration préfectorale du Pas-de-Cal (...)
  • 37 Au sujet des élites du Pas-de-Calais au début du XIXe siècle, on peut se référer à l’article de R.  (...)

14Le désir de la franc-maçonnerie nettement perceptible sous la Restauration mais déjà sous le Premier Empire, de renouer ses anciennes relations avec la sociabilité académique et d’en ranimer les structures pour répondre aux attentes des notables et des capacités mérite également une enquête approfondie. Dans ce domaine, comme au sujet du cosmopolitisme maçonnique, la franc-maçonnerie du premier XIXe siècle se place en héritière de la franc-maçonnerie des Lumières, tout en s’adaptant au contexte profane nouveau, et en préparant sa sortie du temple et son entrée dans le champ public, à la fois profane et politique. Le cas arrageois, où l’Académie avait connu au XVIIIe siècle un rayonnement important grâce à son secrétaire Dubois de Fosseux, est significatif. La loge de l’Amitié est, sous l’Empire, la loge du maire, du préfet, le baron de la Chaise, et de ses subordonnés de l’administration préfectorale36, qu’accompagnent les principaux magistrats d’Arras, les ingénieurs des Ponts et Chaussées, et les représentants des administrations financières37.

  • 38 On dispose à son sujet d’une source précieuse, l’Éloge funèbre de J. B. N. Courtalon décédé le 2 ja (...)

15Sous l’impulsion de Jean-Baptiste Nicolas Courtalon, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées38, arrivé à Arras en 1805, la loge des masses de granite départementales commence par créer en novembre 1812 une salle de lecture, divisée en salle de conversation et salle de lecture et d’étude proprement dite. Elle demande et obtient du préfet et du maire, que les ouvrages en double exemplaire du Palais Saint-Vaast y soient déposés. Le préfet y ajoute les doubles éditions de sa propre bibliothèque. La salle est ensuite ouverte au public profane de neuf heures à dix-neuf heures et devient une véritable académie de substitution : « La fréquentation de cette salle de lecture ne sera pas exclusivement autorisée aux membres de l’atelier et maçons : des étrangers même non maçons pourront être introduits dans la salle, les jours où la loge ne tiendra pas de tenue » (article 6). « La société pourra s’occuper d’agriculture, arts, commerce et autres objets d’utilité générale ».

  • 39 Pour une étude plus détaillée, voir P.-Y. Beaurepaire, « Des Lumières à la Restauration. La tentati (...)

16En 1817-1818, les officiers dignitaires de l’Amitié forment logiquement les cadres de l’Académie restaurée sous le nom de Société royale d’Arras pour l’encouragement des sciences, des lettres et des arts39.

  • 40 Sur Harlé père, voir la mise au point de R. Grevet, « Élites sociales et grands notables dans le Pa (...)
  • 41 Ibid., p. 792-795.

17Toute généralisation à partir du cas d’Arras où il y a manifestement continuité entre l’Ancien Régime, le Premier Empire et la Restauration grâce à la permanence de l’engagement maçonnique et académique des représentants des Lumières techniciennes qu’incarne ici l’ingénieur Courtalon, serait cependant abusive. En effet, l’environnement politique local et départemental dans lequel travaillent les loges françaises sous la Restauration varie beaucoup et détermine largement, aussi bien l’avenir à très court terme des ateliers que leurs « projets de société » à plus longue échéance. À Arras, l’Amitié offre l’exemple type d’une loge qui a su négocier le tournant politique de la Restauration et se poser en loge des notables et des capacités : elle compte en 1819, le président et plusieurs juges du tribunal de commerce, le receveur général, le directeur de l’enregistrement et des domaines, le maire de Saint-Laurent, de nombreux « propriétaires », des ingénieurs… plusieurs députés dont Jean-Marie Harlé père, receveur général du département du Pas-de-Calais et maître de forges en Haute-Marne, député constitutionnel régulièrement réélu de 1815 à 1824, puis en 182740. De véritables dynasties de notables-francs maçons-académiciens se constituent, comme celle des Colin, dont le père, François Adrien Joseph, procureur au Conseil provincial d’Artois de 1776 à 1790, Vénérable de l’Amitié en 1772, 1780, 1782, 1784 et 1785, et dont le fils, Maurice, membre de la même loge sous la Restauration, sera maire d’Arras sous la Monarchie de Juillet de 1837 à 1847. On peut à ce propos regretter que l’affiliation maçonnique des élites du département du Pas-de-Calais n’ait pas été prise en compte par René Grevet dans son utile tableau nominatif, pas plus que dans le corps de l’article d’ailleurs, ce qui aurait permis de prendre conscience de l’ampleur du phénomène41.

  • 42 On en trouvera de nombreux exemples malheureusement livrés à l’état brut, sans analyse des enjeux p (...)
  • 43 C. Borde, Calais et la mer (1814-1914), op. cit., p. 56. Leveux père et fils appartiennent à une lo (...)
  • 44 C. Borde, Calais et la mer (1814-1914), op. cit., p. 57-58.


18Il faut insister sur le rôle des maires dans la protection ou au contraire la dénonciation des loges aux autorités, rôle qui reste à établir précisément. Leur bienveillance est gage de sérénité recouvrée pour les ateliers, inversement ils peuvent facilement les inquiéter42. Dans le cas de l’Amitié, le premier maire de la Restauration, Lallart de Gommecourt (1816-1820), a appartenu à la loge de 1805 à 1812. Il ne la fréquente plus, mais est toujours porté sur les tableaux de membres dans la colonne des « frères initiés dans la loge absents ou qui ne suivent plus ses travaux ». Et lorsque son successeur reçoit en janvier 1822 du préfet Siméon une demande du Ministère de l’Intérieur concernant « des affiliations secrètes particulièrement dirigées contre la dynastie légitime », il répond : « j’ai la satisfaction de vous affirmer qu’il n’existe en cette ville aucune association de la nature de celle dont vous m’entretenez ; l’esprit public y est très bon et l’attachement de ses habitants à la dynastie légitime très sincère pour concevoir aucune inquiétude ». Le préfet fait sien l’avis du maire. À Calais, en revanche, malgré l’appartenance maçonnique de notables de l’importance des Leveux père et fils - Jacques Leveux, négociant fut maire de la ville de 1790 à 1795, puis administrateur municipal jusqu’en 1798 ; son fils Jacques Quentin Hippolyte43, négociant et fabricant de tulle, par ailleurs consul des États-Unis, Hollande, Autriche et Portugal, sera maire de Calais de 1830 à 1842 - les francs-maçons sont soupçonnés par la préfecture du département de menées subversives, et avec eux, la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts, dont ils forment les cadres - la Société d’agriculture reprend en 1819 le flambeau de la Société fondée en l’an VII44.

19La question des maires et des notables locaux suggère une dernière piste. Il s’agit de s’intéresser aux catégories nouvelles qui se présentent en loge dans cette première moitié du XIXe siècle. On est frappé par la percée des entrepreneurs et fabricants, dont la loge paraît véritablement le foyer de sociabilité d’élection. Ils contestent même parfois la domination des avocats héritée du XVIIIe siècle, évolution dont la focalisation parfois excessive sur les avocats libéraux et républicains et sur les loges parisiennes d’étudiants en droit n’a pas toujours permis de prendre l’exacte mesure. Il serait en outre intéressant de suivre la trace des uns et des autres dans les cercles, voire dans la sociabilité académique reconstituée, afin de préciser recompositions et stratégies.

  • 45 Malheureusement, Christian Borde n’évoque pas ce sujet dans Calais et la mer (1814-1914), op. cit., (...)
  • 46 R. Allender, « Les francs-maçons à l’orient de Douai (1800-1851) : description sociale d’un groupe (...)

20L’arrivée massive des entrepreneurs et fabricants est manifeste aussi bien à Calais parmi les fabricants du tulle anglais45, qu’à Saint-Étienne, ou en Lorraine. Elle est également sensible à Douai où, en 1827, les quatre filatures de coton de la ville sont dirigées par des francs-maçons, de même que la seule fabrique de tulle qui ne soit pas anglaise. L’engagement de ces industriels francs-maçons dans les chambres de commerce et dans les conseils des prud’hommes est très marqué. À Douai où le Conseil a été créé en 1825, Roland Allender relève 40 % de candidats francs-maçons aux élections de 1828 à 184246.

21Ces nouveaux venus renouvellent la sociabilité maçonnique et surtout les rapports que la franc-maçonnerie entretient avec le monde profane. Leur rôle dans la création des sociétés de secours mutuel est de ce point de vue essentiel. Dans le cas de Calais, ils créent à Saint-Pierre, faubourg industriel de la ville, deux loges d’odd fellows, ces « friendly societies » empruntant largement au symbolisme maçonnique, ce qui à l’instar des compagnonnages n’en fait pas pour autant un satellite de la sociabilité maçonnique.

  • 47 La prise en charge par l’État en 1948 du Welfare State a conduit à un effondrement du nombre de soc (...)
  • 48 Friendly Societies Research Group, newsletter issue 1, The Open University, Milton Keynes, may 1999 (...)
  • 49 Les archives des deux sociétés sont conservées aux Arch. dép. du Pas-de-Calais.

22Méconnues en France, ces sociétés de secours mutuel ont connu un exceptionnel développement en Angleterre, où elles ont couvert le tissu socio-économique du pays d’un réseau au maillage très dense fort de 18 000 sociétés et sections en 1945 regroupant 14 millions d’adhérents47 ! Il y a donc beaucoup à espérer des travaux du Friendly Societies Research Group créé en 1999 par Dan Weinbren à Milton Keynes48, et il serait souhaitable de prospecter les fonds d’archives en France pour mettre en évidence l’existence éventuelle d’autres loges d’odd fellows, en relation avec l’introduction de l’industrie textile britannique49.

  • 50 C. Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des Philanthropes, tome I, Paris, Éditions du Comit (...)

23Par le biais des sociétés de secours mutuel, du passage de la bienfaisance à la philanthropie, où les francs-maçons ont joué un rôle central étudié pour Paris par Catherine Duprat50, les francs-maçons s’engagent dans le champ politique, dans son acception large et forte, sans pour autant faire de la politique au sens restrictif du terme, ce que la plupart continuent à s’interdire. Mais le tournant, amorcé avant la fin de l’Ancien Régime, est pris. Les autorités préfectorales ne manqueront d’ailleurs pas de dénoncer ces loges d’odd fellows et les sociétés de secours mutuel :

« Ce que nous savons, c’est que les loges maçonniques de la Persévérance et de la Bienfaisance réunies sous le nom de Grand Eustache, ont des rapports fréquents avec les loges de Saint-Pierre, odd fellows, et que leur réputation passent pour être séditieuse ; on dit que les séances sont souvent ouvertes par le chant de la marseillaise ».

  • 51 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 194 II, dossier de la loge Thémis, orient de Cambrai, folios 139-146.

24De fait, se constituent à Calais dans le milieu des années 1820, des loges de sensibilité libérale, parmi lesquelles l’atelier d’Antoine Leleux, la Persévérance, pour lesquelles le refus de toute intrusion de la franc-maçonnerie dans le champ politique n’est plus un dogme. Les signes de cette évolution sont nombreux. On trouve dans les archives de loges comme à Cambrai, des documents, comme le récit de l’enterrement de Manuel51, député de Vendée, ou des motions en faveur de tel maire-franc-maçon destitué. Lors de dissensions internes à l’orient ou à un atelier, les accusations qui stigmatisaient auparavant les mauvaises mœurs des frères, leur alcoolisme, ou l’introduction de profanes dans le temple, mettent désormais clairement en avant des questions politiques qui déchirent la concorde fraternelle.

  • 52 On trouvera une solide présentation du paysage maçonnique arrageois dans L. Villette, La franc-maço (...)
  • 53 Dans sa rapide évocation du cercle et du salon (trois pages…), Stéphane Rials rappelle à juste titr (...)

25À Arras, la constitution de l’Espérance par un groupe dissident de la Constance, est stigmatisée par cette dernière pour carbonarisme et démagogie. L’Amitié n’est pas plus fraternelle dans une planche du 5 février 1835, où elle dénonce la loge comme l’instrument du journaliste Frédéric Degeorge - affilié depuis novembre 1834, membre de l’Académie depuis 1831- et de son journal le Propagateur du Pas-de-Calais52. Il est vrai que l’Amitié compte alors parmi ses officiers honoraires, Harlé père et fils ; le premier s’est nettement démarqué de Degeorge en 1829 en critiquant la virulence de ses attaques contre le ministère Martignac, tandis que le second, Charles, a quitté le 30 décembre 1830 la direction du Propagateur pour fonder en 1831 Le Courrier du Pas-de-Calais, dans le but clairement avoué de contrecarrer les thèses de Degeorge et du Propagateur.
Dans ce contexte, l’enquête sur les cercles d’origine maçonnique paraît indissociable de l’étude de la politisation de la sphère maçonnique au cours du premier XIXe siècle. Les loges manifestent une fois encore la plasticité de la sociabilité maçonnique et l’opportunisme de leurs membres. Des règlements spécifiques sont adoptés pour maintenir une cloison toute relative dans l’enceinte feutrée du temple entre la sphère maçonnique proprement dite et la sphère profane. Les membres de la loge pourront accéder à son local quotidiennement et se retrouver, hors des heures de tenue maçonnique, dans la salle de billard, lire les journaux auxquels l’atelier s’est abonné, boire et discuter des affaires du jour53. Au sein de la loge cambrésienne Thémis, une Commission des jeux est créée dont voici un extrait des conclusions :

  • 54 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 194 II, dossier de la loge Thémis, orient de Cambrai, folio 121.

« La commission est d’avis qu’il serait utile de placer dans un lieu le plus à portée du billard, un tableau noir destiné à inscrire, pendant le jour, l’heure à laquelle commencent et finissent les parties, en indiquant par les initiales de leurs noms les f[rères] que ces parties concernent, le f[rère] servant, concierge de la loge, serait chargé de la tenue de ce tableau pendant le jour, c’est-à-dire jusqu’à ce que le frère servant chargé spécialement du billard, soit arrivé, les parties à la lumière seraient également inscrites sur ce tableau, et, à l’heure fixée pour la clôture du jour, le frère servant, après avoir relevé sur un registre ad hoc le produit de la journée le ferait signer par l’un des f[rères] présents. Ce registre servirait ainsi à constater à la fin de chaque mois le produit de ce jeu »54.

  • 55 Ibid., folio 125.

  • 56 Ibid., folio 121.


26L’investissement est élevé - le coût du billard et de ses accessoires s’élevant à 780 francs55 -, mais le succès réel, comme en témoignage la prolongation de l’ouverture de « la salle de récréation » : « La commission pense qu’il serait convenable de prolonger jusqu’à onze heures du soir l’heure à laquelle la salle de récréation doit être fermée, à cette heure les joueurs pourront terminer les parties commencées, et immédiatement après, les frères servants éteindront les lumières »56. On se rapproche du club d’hommes, discret et convivial ; le rythme de la sociabilité maçonnique change en devenant quotidien. On n’est donc pas étonné d’apprendre que les frères aient poussé la logique jusqu’à son terme en créant un cercle authentique, clairement associé à la loge puisqu’il en prend le titre distinctif : cercle Thémis. Il faut d’ailleurs souligner qu’aussitôt créé ce cercle joue un rôle actif dans la vie politique locale.

  • 57 C. Naslin, « Musique et franc-maçonnerie à Rouen au XIXe siècle : la loge des Arts-Réunis », dans É (...)

27Ces quelques orientations n’ont pas la prétention d’inventorier l’ensemble des enquêtes à mener. On pourrait également s’interroger sur le devenir au XIXe siècle des relations complexes et ambiguës que la franc-maçonnerie d’Ancien Régime entretint avec les femmes. La disparition de la plupart des loges d’adoption ne signifie pas en effet que la loge redevient une société d’hommes. Par le biais de la philanthropie, de la musique, qui connaît un exceptionnel développement dans certains ateliers - l’exemple rouennais des Arts Réunis étudié par Christine Naslin est significatif57, les femmes sont associées à la sociabilité maçonnique. Mais cette contribution n’a d’autre objectif que de montrer, exemples régionaux à l’appui, que la franc-maçonnerie du XIXe siècle mérite d’être étudiée, recèle de précieuses informations pour l’histoire sociale, culturelle et politique de la France des notables, dès lors qu’on l’appréhende comme une forme de sociabilité parmi d’autres, sans a priori pro et contra, et qu’on pense la sociabilité en réseau. Elle peut rendre à la prosopographie des élites urbaines du XIXe siècle des services comparables à ceux rendus par l’étude de la franc-maçonnerie des Lumières à notre connaissance de la major et sanior pars urbaine du XVIIIe siècle.

Haut de page

Notes

1 Bib. nat., Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique (par la suite : Bib. nat., cab. mss, FM), FM2 194 II, dossier de la loge Thémis, orient de Cambrai, folio 66.

2 On en a une belle illustration avec la précieuse synthèse de D. Poulot sur Les Lumières, Paris, PUF, col. « Premier cycle », 2000, p. 195-207.

3 M. Agulhon, Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale, Paris, Fayard, 1968, 2e édition, 1984, 454 p.

4 M. Agulhon, Le cercle dans la France bourgeoise 1810-1848, étude d’une mutation de sociabilité, Paris, Armand Colin, Cahier des Annales n ̊ 36, 1977, 105 p.

5 D. Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1973, 2e édition, Éd. de l’EHESS, 1984, 2 volumes 394 et 520 p.

6 J. Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, trad. fr., Paris, 1986.

7 F. Thélamon, dir., Sociabilité, pouvoirs et société, actes du colloque de Rouen des 24-26 novembre 1983, Rouen, Publications de l’Université de Rouen n ̊ 110, 655 p.

8 E. François, dir., Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse, 1750-1850, Travaux et mémoires de la Mission historique française en Allemagne, Göttingen-Paris, Éditions recherche sur les civilisations, 1986, 319 p. Il faut également mentionner l’article de synthèse de E. François et R. Reichardt, « Les formes de sociabilité en France du milieu du XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1987, p. 453-472.

9 Parmi les nombreuses enquêtes collectives initiées par l’auteur, on ne citera ici que H. Reinalter, dir., Freimaurer und Geheimbünde im 18. Jahrhundert im Mitteleuropa, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1983, éd. 1993, 403 p.

10 G. Giarrizzo, Massoneria e illuminismo nell’Europa del Settecento, Venezia, Marsilio, 1994, 529 p.

11 D. Gordon, Citizens Without Sovereignty. Equality and Sociability in French Thought, 1670-1789, Princeton (NJ), Princeton U. P., 1994, 270 p.

12 À titre de comparaison, on consultera l’ouvrage de C. Porset, Hiram Sans-Culotte ? Franc-maçonnerie, Lumières et Révolution. Trente ans d’études et de recherches, Paris, Honoré Champion, col. « Les dix-huitièmes siècles », 24, 1998, 442 p.

13 C. Derobert-Ratel, Les Arts et l’Amitié et le rayonnement maçonnique dans la société aixoise de 1848 à 1871, Aix-en-Provence, Edisud, 1987, 310 p.

14 C. Gaudin-Naslin, Sociabilité musicale et sociabilités maçonniques en France au XIXe siècle, thèse de doctorat de l’Université Paris IV (dir. Édith Weber), 1994.

15 E. Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIe & XIXe siècles. 6 000 francs-maçons de 1740 à 1830, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, n ̊ 250, 1998, 555 p.

16 A. Combes, Histoire de la franc-maçonnerie au XIXe siècle, Monaco, Éditions du Rocher, tome I, 1998, 453 p.

17 L. P. Martin dir., Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques des francs-maçons, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Histoire », 2000.

18 S. C. Bullock, Revolutionary Brotherhood, Freemasonry and the Transformation of the American Social Order, 1730-1840, Chapel Hill & London, University of North Carolina Press, 1996, 421 p.

19 Mais on oublie parfois que toutes les loges sont dites « Respectable Loge de Saint-Jean ». Le titre distinctif suit ; on doit donc dire par exemple : Respectable Loge de Saint-Jean sous le titre distinctif des Amis Réunis.

20 R. Halévi, « Les représentations de la démocratie maçonnique au XVIIIe siècle », dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1984, n ̊ 32, p. 8-27.

21 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 349, dossier de la loge la Sociabilité, orient de Perpignan, planche (lettre en vocabulaire maçonnique) au Grand Orient de France du 3 février 1782.

22 Bib. nat., cab. mss, FM, FM1 87 bis, dossier de la loge du Parfait Silence, orient de Perpignan, planche à la chambre des provinces du Grand Orient de France du 28 février 1787.

23 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 349, dossier de la loge la Sociabilité, orient de Perpignan, planche au Grand Orient de France du 22 mars 1783.

24 Id., dossier de la loge la Sociabilité, orient de Perpignan, planche au Grand Orient de France du 22 décembre 1784.

25 C. Sala, La franc-maçonnerie en Roussillon. Pensée et pratiques maçonniques en Roussillon à la fin de l’Ancien Régime, Université de Perpignan, mémoire de maîtrise d’histoire moderne (dir. Gilbert Larguier), 1998, 323 p. et La franc-maçonnerie en Roussillon. Le visage de la sociabilité maçonnique en Roussillon au siècle des Lumières, Université Paul-Valéry-Montpellier III, mémoire de DEA d’histoire moderne (dir. Gilbert Larguier), 1999, 318 p.

26 Arch. nat., 177 AP 1, papiers Taillepied de Bondy, Livre d’or des Amis Réunis commencé le16 février 1777, folios 7-8.

27 En italique dans le texte.


28 Archives Alphandéry, Montfavet, lettre du 1er juin 1866 citée par M. Chazottes, La franc-maçonnerie avignonnaise & vauclusienne au XIXe siècle, La Calade-Aix-en-Provence, Édisud, 1993, p. 66. Il s’agit certes de témoignages du Second Empire, donc apparemment tardifs, mais la situation était tout à fait comparable trente ans plus tôt, avec pour seule différence une extension moindre du phénomène de glissement vers le cercle politique.

29 Ibid., lettre du 29 septembre 1866.

30 James E. McClellan III, Colonialism and Science. Saint-Domingue in the Old Regime, part III : « The Cercle des Philadelphes (1784-1792) », Baltimore et Londres, The John Hopkins University Press, 1992, p. 181-288.

31 P.-Y. Beaurepaire, « Une école pour les sciences. Le collège des Philalèthes et la tentation académique des élites maçonniques lilloises à la fin de l’Ancien Régime », dans Revue du Nord, n ̊ 332, études sur Les élites dans la France du Nord (XVe-XXe siècle). Composition, pouvoirs et éthique sociale réunies par Philippe Guignet, octobre-décembre 1999, p. 723-744.

32 On trouvera sous la cote Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 151, dossier de la loge Aménité, orient d’Avesnes-sur-Helpe, chemise 2, archives internes, folios 101, 152, 170, quelques exemples suggestifs des relations nouées par l’atelier local avec la loge militaire russe Georges le victorieux, orient de Maubeuge, au cours des années 1817-1819.

33 P.-Y. Beaurepaire, La République universelle des francs-maçons de Newton à Metternich, Rennes, Ouest-France, col. « De mémoire d’homme : l’histoire », 1999, 210 p.

34 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 194 II, dossier de la loge Thémis, orient de Cambrai, folios 91-92.

35 C. Borde, Calais et la mer (1814-1914), Lille, Presses universitaires du Septentrion, col. « histoire et civilisations », 1997, p. 57.

36 I. Ammeux et V. Cuvilliers, Préfets, corps préfectoral et administration préfectorale du Pas-de-Calais sous le Consulat et le Premier Empire (1800-1816), Université d’Artois, mémoire de maîtrise d’histoire moderne (dir. Alain Lottin), 1999, 314 p.

37 Au sujet des élites du Pas-de-Calais au début du XIXe siècle, on peut se référer à l’article de R. Grevet, « Élites sociales et grands notables dans le Pas-de-Calais au début du XIXe siècle », dans Revue du Nord, n ̊ 332, études sur Les élites dans la France du Nord (XVe-XXe siècle). Composition, pouvoirs et éthique sociale réunies par Philippe Guignet, octobre-décembre 1999, p. 775-795.

38 On dispose à son sujet d’une source précieuse, l’Éloge funèbre de J. B. N. Courtalon décédé le 2 janvier 1820, chevalier d’orient, ancien Vénérable de la Respectable Loge de l’Amitié, à l’orient d’Arras, prononcé le 19 du même mois, par le frère Martin, orateur adjoint, dont un exemplaire est conservé aux Arch. dép. du Pas-de-Calais sous la cote B 2359.

39 Pour une étude plus détaillée, voir P.-Y. Beaurepaire, « Des Lumières à la Restauration. La tentation académique et l’exigence d’utilité publique des élites maçonniques arrageoises au XIXe siècle », dans Aspects de la vie culturelle en province : Arras au XIXe siècle, mémoires de l’Académie des sciences, lettres et arts d’Arras, Arras, 2000.

40 Sur Harlé père, voir la mise au point de R. Grevet, « Élites sociales et grands notables dans le Pas-de-Calais au début du XIXe siècle », op. cit., p. 789-790.

41 Ibid., p. 792-795.

42 On en trouvera de nombreux exemples malheureusement livrés à l’état brut, sans analyse des enjeux politiques locaux et départementaux, dans Y. Rome, 250 ans de franc-maçonnerie en Bretagne, Le Faouët, Liv’éditions, 1997, 331 p.

43 C. Borde, Calais et la mer (1814-1914), op. cit., p. 56. Leveux père et fils appartiennent à une loge de notables, Saint-Louis des Amis Réunis, qui dès 1786 affirmait réunir « les personnes les plus distinguées du climat calaisien ». Sur cette loge et plus largement l’orient de Calais, voir P.-Y. Beaurepaire, « La franc-maçonnerie calaisienne revisitée (1784-1800) », dans Bulletin historique et artistique du Calaisis, n ̊ 145-146-147, juin 1996, p. 3-31.

44 C. Borde, Calais et la mer (1814-1914), op. cit., p. 57-58.


45 Malheureusement, Christian Borde n’évoque pas ce sujet dans Calais et la mer (1814-1914), op. cit., alors qu’il permettrait à l’évidence de mieux connaître les réseaux de relations dans lesquels s’insèrent ces hommes, voire de mieux comprendre les canaux qui ont permis l’introduction des techniques de fabrication du tulle anglais dans la ville, question qui demeure aujourd’hui encore relativement obscure.

46 R. Allender, « Les francs-maçons à l’orient de Douai (1800-1851) : description sociale d’un groupe en mouvement », dans Revue du Nord, n ̊ 284, janvier-mars 1990, p. 66.

47 La prise en charge par l’État en 1948 du Welfare State a conduit à un effondrement du nombre de sociétés, évaluées aujourd’hui à environ 280. Mais elles continuent à représenter des effectifs importants estimés à quatre millions et demi d’adhérents.

48 Friendly Societies Research Group, newsletter issue 1, The Open University, Milton Keynes, may 1999, 4 p.

49 Les archives des deux sociétés sont conservées aux Arch. dép. du Pas-de-Calais.

50 C. Duprat, Pour l’amour de l’humanité. Le temps des Philanthropes, tome I, Paris, Éditions du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1993, 485 p. auquel il faut ajouter désormais l’ouvrage de J.-L. Marais, Histoire du don en France de 1800 à 1939. Dons et legs charitables, pieux et philanthropiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Histoire », 1999, 409 p.

51 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 194 II, dossier de la loge Thémis, orient de Cambrai, folios 139-146.

52 On trouvera une solide présentation du paysage maçonnique arrageois dans L. Villette, La franc-maçonnerie à Arras, XIXe-XXe siècles (1800-1937), Université Lille 3, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine (dir. Yves-Marie Hilaire), 1988, 246 p.

53 Dans sa rapide évocation du cercle et du salon (trois pages…), Stéphane Rials rappelle à juste titre : « Qu’est-ce qu’un cercle ? Tout d’abord, peu importe le terme même [...] La vocation du cercle est bien mise en évidence par l’appellation d’« abonnés » qui, plus souvent que d’autres, est attribuée à ses membres : le cercle est avant tout, en ce premier dix-neuvième siècle, un lieu qui se veut confortable, et dans lequel une dizaine de journaux locaux ou de Paris - ils sont si chers - sont mis à la disposition commune d’un petit nombre de lecteurs ». S. Rials, Révolution et Contre-Révolution au XIXe siècle, Paris, Diffusion Université Culture/Albatros, 1987, p. 243- 244.

54 Bib. nat., cab. mss, FM, FM2 194 II, dossier de la loge Thémis, orient de Cambrai, folio 121.

55 Ibid., folio 125.


56 Ibid., folio 121.


57 C. Naslin, « Musique et franc-maçonnerie à Rouen au XIXe siècle : la loge des Arts-Réunis », dans Études normandes, n ̊ 3, 1997, p. 57-70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Beaurepaire, « La sociabilité maçonnique
à l’heure des notables et des capacités  », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27), p. 33-50.

Référence électronique

Pierre-Yves Beaurepaire, « La sociabilité maçonnique
à l’heure des notables et des capacités  », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27) [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/272

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Beaurepaire

Université d’Orléans

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org