Navigation – Plan du site
Élites et sociabilité au XIXe siècle - Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.)
Héritages et recomposition de la sociabilité

L’illusion de la modernité :
les représentations de l’érudition dans les sociétés savantes du nord
de la France à l’époque romantique

Odile Parsis-Barubé
p. 51-77

Texte intégral

1La question du statut de l’érudition dans les sociétés savantes du début du XIXe siècle permet d’aborder l’un des aspects les plus sensibles de l’histoire culturelle des élites provinciales de part et d’autre de la rupture induite par les événements de 1789. Perçue et très explicitement revendiquée comme une activité en voie de profond renouvellement social et épistémologique, l’historiographie, sous ses formes romantiques, peut apparaître comme l’une des pièces maîtresses à verser au dossier de la modernité post-révolutionnaire. C’est que la discipline se dote alors de maîtres à penser en lesquels la postérité verra de véritables refondateurs : on a assez montré tout ce qu’un Augustin Thierry avait pu lui apporter de nouveau, tant dans le domaine du traitement des sources que dans celui des formes de la mise en texte de la connaissance historique. Les érudits provinciaux n’ont pas échappé au vertige de cet aggiornamento : regroupés au sein de sociétés savantes traversées par la conscience d’une ouverture sociale des élites désormais impliquées dans le travail d’exploration du passé local, ils ont pris position sur la plupart des grandes questions soulevées par l’historiographie libérale du temps comme, par exemple, celle du rapport au document, celle de l’insertion de l’histoire dans la statistique ou encore de son rapprochement méthodologique avec les sciences de la nature.

2Une étude détaillée des rituels académiques, des discours solennels et des publications périodiques des sociétés savantes au cours de la période qui va du Consulat à la fin de la monarchie de Juillet montre cependant à quel point le monde des érudits locaux demeure, malgré le système de représentations collectives qu’il met alors en place, tributaire de l’héritage culturel d’Ancien Régime, fasciné par les modèles qu’il lui a laissés comme encore très dépendant de ses legs documentaires et méthodologiques. C’est que la « rupture » révolutionnaire n’est peut-être perçue ni comme aussi résolument décisive ni comme aussi nécessaire au réagencement de l’intelligence de l’histoire par les membres des académies et des sociétés d’antiquaires de province que par les chefs de file nationaux de la nouvelle historiographie. La permanence, au-delà de l’événement révolutionnaire, des configurations érudites locales - c’est-à-dire des données sociales et idéologiques de l’activité culturelle en milieu provincial - héritées du XVIIIe siècle, constitue un paramètre essentiel de l’analyse du décalage entre des discours de circonstance qui entretiennent l’illusion d’une certaine modernité et la réalité de pratiques érudites qui trahissent une incapacité foncière à se dégager de modèles scientifiques encore largement opératoires à l’époque romantique.

3Toute la question serait, en fait, de déterminer dans quelle mesure la pratique de l’érudition pouvait, entre 1800 et 1848, apparaître comme « moderne » ou si elle n’était pas destinée, de par sa nature même, à demeurer en marge de la modernité. Daunou contre Augustin Thierry ? On se souvient de l’aversion manifestée, sous la Restauration, par le premier, contre la philosophie romantique de l’histoire, accusant, dans le Journal des Savants, les tenants de ce qu’il qualifiait de « nouvelle hérésie » d’avoir pris trop de distance vis-à-vis des textes et de l’orthodoxie critique de l’érudition classique. Brandie dans les premières décennies du siècle comme un modèle ancien avec lequel les modernes auraient rompu, l’érudition redevient pourtant, au moment du positivisme triomphant, la nouvelle référence au nom de laquelle se construit la critique rétrospective de l’historiographie romantique.

4On le voit, la question des rapports entre érudition - c’est-à-dire concentration de l’activité historienne sur l’exhumation et l’analyse critique de l’inédit - et modernité - c’est-à-dire conscience de renouveler la démarche de recherche et de faire progresser la discipline dans le sens de la rigueur et donc de la vérité - est complexe. Nous nous proposons d’en inscrire ici l’étude dans le cadre géographique des régions qui s’étendent de la Picardie à la frontière belge et de circonscrire notre corpus documentaire aux publications à caractère historiographique émanant des sociétés savantes des trois départements de la Somme, du Pas-de-Calais et du Nord.

5La dialectique de la tradition et de la modernité s’applique d’abord à l’étude des choix institutionnels et des orientations intellectuelles qui ont présidé, entre le Directoire et la fin de la monarchie de Juillet, à la fondation des sociétés savantes régionales. Elle s’organise autour de deux pôles extrêmes : l’exemple donné par les académies originaires du XVIIIe siècle et rétablies au début du XIXe après avoir subi l’épreuve de la suppression de 1793, et celui des sociétés d’antiquaires créées dans l’élan historien des années 1830 et 1840. D’un côté tend à s’installer, autour du souvenir traumatique de la Révolution, une culture du conservatisme et de la nostalgie, tandis que, de l’autre, se proclame l’enthousiaste certitude d’appartenir à une génération fondatrice, rendue apte à maîtriser les conditions de l’approche scientifique d’un passé désormais assumé dans sa totalité. Dans la tension ainsi créée entre esprit de restauration et sentiment d’innover, s’installent les modèles intermédiaires incarnés par les sociétés dites d’émulation ou d’encouragement à l’agriculture, au commerce, aux sciences, lettres et arts, lesquelles oscillent entre le modèle académique d’Ancien Régime et le désir de servir le dynamisme économique du siècle qui s’ouvre.

6Le degré et les modalités d’implication dans les travaux érudits de ces différents types d’institutions font l’objet d’une variabilité qui tient autant à la nature de leurs statuts qu’à celle des milieux culturels au sein desquels elles sont implantées. Des configurations érudites se dessinent ainsi qui, d’une société ou d’un lieu à l’autre, déclinent un rapport différent à l’histoire et une adhésion plus ou moins réelle au renouvellement de ses perspectives à l’époque romantique.

7C’est, au-delà des discours de circonstance, dans la réalité institutionnelle révélée par les textes programmatiques et statutaires comme dans les données socio-culturelles livrées par les listes de membres, qu’il faut tenter d’évaluer les degrés respectifs de tentation rétrospective et de prétention à la modernité propres à chaque type de société savante. Si, au sein du cadre géographique qui nous occupe ici, « l’effet restauration » - qui trouve son sens plein en 1817 dans le cas de l’académie d’Arras - joue à fond sur la première vague de créations qui s’étend du Directoire au début du règne de Louis XVIII, l’inscription du mouvement antiquaire dans une dynamique de rénovation des pratiques de l’érudition et d’adhésion aux thèses de l’historiographie libérale pose davantage de problèmes : « effet Caumont » et « effet Guizot » se conjuguent ici qui rendent bien plus complexe la partition de la tradition et de la modernité. Mais on remarque que dans l’un et l’autre cas, par-delà les structures institutionnelles qui sous-tendent leur mode d’inscription dans le paysage savant régional, les mêmes ambiguïtés président au façonnement des modèles scientifiques de référence.

« L’effet restauration » : formes et figures du souvenir de l’ancien régime dans la dynamique des premières fondations (1798-1818)

  • 1 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, CTHS, 1995, p. 39- (...)
  • 2 Sur l’histoire de l’académie d’Arras au XVIIIe siècle, on consultera la thèse de L.-N. Berthe, Dubo (...)

8J.-P. Chaline a montré comment s’était affirmé, à partir du Directoire, une volonté politique de restauration du tissu associatif d’Ancien Régime, laquelle, relayée par la législation consulaire, devait aboutir, dans les toutes premières années du XIXe siècle, à un mouvement de rétablissement d’anciennes compagnies ou de création de sociétés savantes fortement inspirées de la période pré-révolutionnaire1. Nettement perceptible dans les régions du nord de la France, cette première vague fondatrice en affecte d’abord la partie occidentale avec la naissance, en 1798, de la Société d’Émulation d’Abbeville et de la Société d’Agriculture, du Commerce, des Sciences et Arts de Boulogne-sur-Mer, rejointe, deux ans plus tard, par son homonyme calaisienne. L’année 1799 voit la création, dans le Nord, de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Douai. Trois ans plus tard, Lille se dote d’une Société des Sciences, de l’Agriculture et des Arts et Cambrai, en 1804, d’une Société d’Émulation. Dans ce mouvement, s’intercale la renaissance de deux anciennes académies du XVIIIe siècle : celle d’Amiens, instaurée en 1750 par lettres patentes de Louis XV, reconstituée en mai 1799 sous le nom de Société libre d’Agri- culture, et qui obtient en 1803 du Premier Consul le droit de reprendre son ancienne dénomination ; celle d’Arras qui se prévaut d’une origine plus ancienne encore - si elle n’obtint ses lettres patentes de Louis XV qu’en 1773, elle était néanmoins constituée sous la forme d’une société littéraire depuis 1737 - et qui revoit le jour en 1818 sous l’appellation de « Société Royale pour l’encouragement des Sciences, des Lettres et des Arts ». Cette dernière devra attendre 1831 pour recouvrer son titre historique d’académie2.

La persistance du modèle académique hérité du XVIIIe siècle

9Sur l’ensemble de ces créations ou restaurations plane le modèle académique du XVIIIe siècle.

  • 3 D. Roche, Les lumières en province. Académies et académiciens provinciaux 1680-1789, Paris-La Haye, (...)
  • 4 Lors de sa création, en 1797, la société boulonnaise s’intitule « d’Agriculture et des Arts » ; ell (...)

10Cela se lit, d’abord, dans l’option polymathique des sociétés créées ou rétablies qui renouent avec ce en quoi Daniel Roche avait repéré la novation majeure des académies du pré-encyclopédisme : la liaison établie entre les sciences et les arts et la volonté d’allier préoccupations savantes et actions d’utilité publique3. L’agriculture et/ou le commerce font ainsi une percée insistante dans les titulatures à Boulogne4, Calais, Douai et Lille et l’on note même qu’à Amiens, en 1803, ils devancent, dans la dénomination académique, les belles-lettres et les arts.

11Cela se lit, aussi, dans les attentes explicites des pouvoirs locaux dont l’action incitatrice paraît toujours aussi déterminante qu’elle avait pu l’être sous l’Ancien Régime. L’exemple arrageois est, en ce sens, particulièrement significatif. C’est le Conseil d’arrondissement d’Arras, aussitôt relayé par le Conseil général du Pas-de-Calais qui, pressé en cela par la franc-maçonnerie locale, demande au début de l’été 1816 l’établissement d’une société qui s’occuperait principalement d’agriculture et dont on attendrait qu’elle exerçât, dans la partie méridionale du département, une influence comparable à celle de la société créée aux mêmes fins en 1797 à Boulogne-sur-Mer :

  • 5 Cité par Van Drival, Histoire de l’Académie d’Arras, Arras, 1872, p. 75. On notera la similitude de (...)

« La grande variété de cultures qui existe dans cette partie du département, les arts et les fabriques qui font une grande partie de ses ressources ne pourraient que gagner infiniment à l’établissement d’une réunion d’hommes éclairés qui, sous le nom de Société royale d’encouragement pour les sciences, les lettres et les arts, porterait principalement ses recherches et son influence sur le perfectionnement de toutes ses branches de la prospérité du département »5.

  • 6 Van Drival, op. cit., p. 79.

12La volonté de s’inscrire dans la continuité culturelle de l’Ancien Régime est patente chez les autorités. Le préfet s’enquiert en effet auprès du maire d’Arras de la bonne volonté d’éventuels membres survivants de l’ancienne académie, et, dans la lettre qu’il adresse le 22 mars 1817 au ministre de l’Intérieur, il suggère simplement « de remettre en vigueur les dispositions des statuts et réglemens que le roi avait donnés le 9 juillet 1773 en les modifiant toutefois d’après les différences qui se trouvent entre nos institutions actuelles et celles qui existaient avant la Révolution »6. La modification essentielle porterait sur le nom, le titre d’académie, jugé « peut-être trop pompeux », devant être remplacé, selon les souhaits préfectoraux, par « la dénomination plus simple, de Société royale d’Encouragement pour les Sciences, les Lettres et les Arts ».

13Les autorités locales, considérant comme toujours opératoire le modèle académique d’Ancien Régime, reprennent donc la démarche qui, en 1773, avait été celle des États d’Artois, de l’évêque et du député de la ville et de la province à la cour : favoriser l’institution d’un collège de sages qui mettrait son savoir au service d’une administration éclairée et œuvrerait avec elle à la prospérité du département. L’article II des statuts acceptés par l’arrêté préfectoral du 7 mai suivant stipule ainsi que la société « aura pour objet de contribuer au perfectionnement de toutes les branches utiles des connaissances, et principalement de celles dont l’amélioration peut intéresser particulièrement le département du Pas-de-Calais ».

  • 7 « Enfin le trône de nos rois s’est relevé ; avec lui nous sont rendus les bienfaits de la paix, com (...)

14L’inscription dans une démarche rétrospective est encore plus nette de la part des membres de la société, parmi lesquels on compte cinq survivants de l’ancienne académie. À l’occasion de la première séance solennelle du 24 août 1818, le baron d’Herlincourt prononce un discours dans lequel il établit un parallèle insistant entre la destinée de la société savante qu’il préside et celle de la dynastie restaurée : évocation de l’âge d’or perdu - celui constitué par la longue période de paix et de prospérité supposées qu’aurait ouverte le retour d’Arras à la France au XVIIe siècle et à la faveur de laquelle l’académie aurait ensuite pu voir le jour -, déploration du martyre révolutionnaire, frémissement de l’esprit de renaissance7 qui allie dans une vision rassurante de l’avenir retour des Bourbons, renouveau économique et reprise de l’activité intellectuelle. Texte programmatique, ce premier discours public donne aussi et surtout une bonne idée de la façon dont l’équipe refondatrice envisage sa mission culturelle puisque le baron d’Herlincourt s’y livre ensuite à une longue réflexion sur « les avantages du goût, de l’érudition et de l’imagination ».

  • 8 Ibid., p. 7.
  • 9 Ibid., p. 8.
  • 10 Ibid., p. 7.
  • 11 Ibid., p. 8-9.

15Autour de la notion d’érudition, définie dans une acception totalisante et moralisatrice, encore largement inspirée de l’imaginaire utopiste de Bacon et du discours des encyclopédistes, se poursuit, sous la plume de l’académicien de 1818, le laborieux effort de synthèse entrepris au siècle précédent entre toutes les branches du savoir : « [...] l’érudit a, pour ainsi dire à sa disposition, les productions de la littérature, les opinions de la philosophie, les trésors de la poésie, les chefs-d’œuvre de l’éloquence, les faits, les pensées, les découvertes de tous les genres et de tous les siècles, les coutumes, les usages, les mœurs et les tems »8 écrit-il. Tentative de synthèse, aussi, entre ce qui relève de la pure curiosité intellectuelle et ce qui pourrait en constituer les utiles applications pratiques : à l’académie renaissante, le baron d’Herlincourt assigne pour tâche de « propager le goût des bonnes études, répandre dans toutes les classes le désir de l’instruction, dissiper les doutes, étendre les lumières sur les découvertes avantageuses aux sciences et aux arts ; populariser, pour ainsi dire, celles qui concernent l’agriculture, source de richesse pour ce département [...] »9. La dimension proprement historienne de l’activité érudite ne lui est certes pas étrangère puisqu’il écrit encore qu’aux yeux de l’homme érudit « se déroulent les révolutions qui ont agité l’univers ; l’origine, les progrès, la décadence, la chute des empires [...] »10. Mais les projets d’études historiques se trouvent comme noyés dans un programme essentiellement centré sur l’utilité publique, la célébration « [des] événemens heureux pour notre pays, [des] hommes qui lui ont rendu d’éminens services » s’intercalant entre le devoir d’encouragement à l’agriculture et l’intention de propager les inventions industrielles11.

Les destinées incertaines du polymathisme

16Sans doute faut-il lire dans cette amplification manifeste du caractère utilitaire du programme académique des débuts de la Restauration une servilité de circonstance vis-à-vis des autorités de tutelle. Encore conviendrait-il de s’interroger sur la réalité des attentes de pouvoirs locaux officiellement désireux de renouer avec l’image de l’administrateur éclairé d’Ancien Régime, mais de toute évidence animés de préoccupations plus frileuses. Interrogé au cours de l’été 1817 par le préfet du Pas-de-Calais sur l’opportunité du rétablissement de l’ancienne académie, le baron Lallart, maire d’Arras, avait alors répondu qu’une telle décision aurait surtout pour heureux effet de « diminuer la trop vive attention que les Français pourroient donner encore [aux] questions [politiques] », et que ce serait bien une « noble diversion [présentée] à l’esprit des hommes que de les appeler à concourir aux progrès des sciences et des lettres, au développement des plus belles facultés de l’âme ». L’intention d’associer les élites urbaines au développement économique du département cède ici la place à un souci politique de maintien de l’ordre, ce qui est une autre manière d’exprimer la volonté de considérer comme définitivement close la parenthèse révolutionnaire et de renouer avec l’image lénifiante de l’érudit coupé des réalités du monde :

  • 12 Cité par Van Drival, op. cit., p. 78.


« Là, il faut l’espérer, écrit le premier magistrat de la ville, il n’y auroit plus de haines politiques, et si de nouvelles rivalités se développoient, elles seroient innocentes du moins dans leurs causes et dans leurs effets [...] Les Français, retrouvant leur caractère national, pourroient porter sans danger sur les lettres et les arts la mobilité dont ils ont fait depuis vingt-cinq ans une si désastreuse application aux bases de leur organisation politique »12.

17Entre érudition comme moyen d’éclairer le contemporain et érudition comme clôture, l’Académie d’Arras, sans jamais trancher de manière explicite, s’enfoncera cependant doucement dans l’option la plus rétrograde. Le baron d’Herlincourt termine son discours de 1818 par une lourde profession de loyalisme politique, invitant ses pairs à se montrer

  • 13 Mémoires de l’Académie d’Arras, tome I, 1818, p. 9.

« surtout toujours pénétrés d’un profond respect pour la religion et la morale, partageant l’amour qui anime tous les Français pour le meilleur des rois et son auguste famille ; invariablement attachés à la Charte, aux institutions qui en dérivent, au dogme tutélaire de la légitimité, soumis aux lois et aux autorités qui en sont les organes [...] »13.

  • 14 À ce thème est consacré, en 1843, le discours de réception du comte Achmet d’Héricourt et, en 1846, (...)
  • 15 Sur la marginalisation progressive des pratiques historiennes à l’œuvre à l’académie d’Arras, voir (...)
  • 16 On note la présence, dans la première liste de membres publiée en 1818 (ils sont alors 22 résidants (...)

18Un conservatisme qui pourrait n’être considéré que comme la manifestation d’un conformisme de circonstance s’il ne s’avérait qu’il allait durablement contaminer la conception de l’histoire destinée à se développer au sein de cette société savante au cours des décennies suivantes. Car plus que partout ailleurs, dans ce milieu culturel demeuré crispé sur son passé d’ancienne capitale de pays d’États, l’attachement aux thèses de l’historiographie provincialiste forgées au siècle précédent allait perdurer, inhibant toute faculté d’adhésion au renouvellement des pratiques et des problématiques historiennes du temps. Cela se lit dans la persistance de l’intérêt manifesté par l’académie jusqu’à la fin de la monarchie de Juillet - voire jusqu’à une date avancée du Second Empire - pour l’histoire des libertés et des institutions provinciales d’Ancien Régime14, comme dans son incapacité à participer de manière effective à l’inventaire historique et archéologique d’un département auquel elle déniera longtemps toute pertinence en tant que cadre spatial de l’étude historienne15.
Le maintien, au sein de cette académie - et ce, jusqu’à la fin du Second Empire -, d’une présence nobiliaire équivalant au quart des effectifs, explique sans doute en partie cet enfermement dans une conception passéiste des représentations et des pratiques de l’histoire tandis que la sous représentation manifeste, dans l’équipe fondatrice de 1817-1818, du monde du négoce, de l’industrie et de l’agriculture16 incite à douter de la réalité de l’orientation économique de la compagnie restaurée. La présence de trois représentants du monde médical (13,5 % du total des membres fondateurs), d’autant d’ingénieurs et de professeurs (de rhétorique, de mathématiques et de dessin) renvoie finalement à des types de préoccupations intellectuelles sur lesquelles continuent de planer les modèles disciplinaires hérités des Lumières.

  • 17 Sous la rubrique « sciences », la table des matières range des communications relatives à la physiq (...)
  • 18 L’histoire est même l’occupation exclusive de l’académie au cours des années 1866, 1867, 1869 et 18 (...)

19Le volume de mémoires publié en 1818 atteste une orientation résolument dominée par le binôme sciences et arts dans son acception classique17 : à ce dernier correspondent 62 % des communications présentées lors des séances ordinaires au cours de la première année d’existence de la société, la recherche historique proprement dite ne représentant alors que 9 % du total des travaux. Mais le polymathisme affiché dans la titulature ainsi que le souci de s’impliquer dans le développement de l’économie départementale perdront peu à peu leur consistance : sous la monarchie de Juillet, l’histoire locale amorce une hausse sensible en ne concernant cependant encore que 14 % des communications, mais elle triomphe véritablement sous le Second Empire au cours duquel elle atteint les 59 %18.

  • 19 Rappelons, à ce propos, la présence, dans l’équipe fondatrice, d’Armand Boucher, propriétaire d’un (...)
  • 20 L’inventeur de la préhistoire incarne personnellement assez bien cette évolution puisqu’avant de co (...)

20Une telle évolution est également perceptible dans d’autres sociétés polymathiques de cette première vague de créations. Ainsi à la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Douai, où la proportion de communications relatives à l’histoire passe de 4 % sous la Restauration à 23,5 % sous la monarchie de Juillet pour atteindre 84 % sous le Second Empire ou encore à Cambrai, où, à la Société d’émulation, la part de l’histoire qui est de 22 % entre 1830 et 1848 dépasse les 65 % à l’aube de la Troisième République. Un autre exemple d’évolution significative est offert par la Société d’émulation d’Abbeville dans la fondation de laquelle les naturalistes avaient, en 1797, joué un rôle important19, où l’on débat volontiers, jusqu’au milieu du siècle, de questions d’actualité et d’utilité publique et qui, sous le Second Empire, s’impose comme le laboratoire de la science préhistorique française sous l’égide de son président Jacques Boucher de Perthes20.

21Seules deux sociétés échappent à cette tendance : l’académie d’Amiens, qui ne commence à publier sa première série de mémoires qu’en 1835 et où, jusqu’en 1870, l’histoire n’occupe que 5,75 % du total des sujets abordés en séances ordinaires, et la Société des Sciences, de l’Agriculture et des Arts de Lille où elle ne représente qu’un peu plus de 7 % sur la totalité de la période. Mais la présence, dans ces villes, de sociétés spécialisées dans les études historiques et archéologiques - la très active Société des antiquaires de Picardie à Amiens dès 1837 et la Commission historique du Nord à Lille à partir de 1839 -, explique que les académiciens locaux se soient dispensés d’un véritable engagement dans l’érudition et qu’ils soient restés plus disponibles pour travailler sur d’autres sujets.

Entre « effet Caumont » et « effet Guizot » : le mouvement antiquaire régional sous la monarchie de Juillet

  • 21 L’initiative de création de la Société des antiquaires de la Morinie remonte à 1831 ; les statuts, (...)
  • 22 En 1836 est créée, à Amiens, la Société d’Archéologie du département de la Somme qui prendra, en 18 (...)
  • 23 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 1, 1838, p. 16 et 38.

  • 24 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 1, 1833, p. 35.

22Les sociétés d’antiquaires créées dans la région - la première à Saint-Omer en 1831-3321, la seconde à Amiens en 1836-3722 -, appartiennent de toute évidence à une vague de fondations qui, dans l’esprit comme dans la lettre, tend à se différencier de celle des années 1797-1817. Textes statutaires et discours solennels mettent ici en œuvre une rhétorique de l’inaugural qui tranche avec les tendances rétrospectives des académies restaurées : les fondateurs amiénois de la Société d’Archéologie du Département de la Somme expriment en 1836 leur souci de répondre au « zèle studieux de la génération qui s’élève » et, l’année suivante, leur volonté de ne pas rester étrangers au « mouvement général de progrès » qui fait fleurir partout en France des groupements spécialisés dans les études historiques23. Même tonalité dans le discours d’ouverture de la première séance publique des Antiquaires de la Morinie auxquels le président Ferey assigne pour mission de « contribuer aux progrès de la perfection et [de] rendre à jamais impossible le retour des temps d’ignorance »24.

23Dans l’un et l’autre cas, s’exprime le sentiment de combler, dans le paysage savant régional, un vide créé par la dispersion des centres d’intérêt des sociétés savantes plus anciennes, béance dont les exigences intellectuelles et politiques du régime de Juillet révélaient soudain l’importance.

Le modèle antiquaire comme facteur de renouvellement de la pratique historienne ?

  • 25 F. Guizot, « Rapport au roi sur la nécessité de créer un poste d’Inspecteur Général des Monuments H (...)
  • 26 Louis de Givenchy, dans le rapport moral de l’année 1836, se plaira à rappeler et la précocité de l (...)

24L’authenticité de la conviction moderniste s’explique plus particulièrement ici par la relative précocité de l’insertion des érudits locaux de l’ouest du Pas-de-Calais comme de ceux de la Somme dans le mouvement historien appelé de ses vœux par le pouvoir issu de la révolution de Juillet. Rappelons, en effet, que le premier texte explicitement incitatif de Guizot date de 183025 et que la Société des Antiquaires de la Morinie est la première à répondre aux attentes gouvernementales de voir se mobiliser les élites provinciales sur le modèle de la Société des Antiquaires de Normandie créée en 1824 à Caen par Arcisse de Caumont26.

25Guizot sollicite le concours des notables provinciaux afin de réaliser l’inventaire des documents d’archives et des vestiges archéologiques à partir desquels la nation pourrait se réapproprier une histoire dans la dynamique de laquelle se trouverait proclamé le rôle des classes moyennes. Mais il n’est pas certain que le modèle normand qui leur est proposé en exemple et auquel ils adhéreront aussi facilement corresponde totalement à ce projet libéral de relecture de l’histoire auquel Augustin Thierry avait déjà fourni le cadre conceptuel que l’on sait sous la Restauration dans ses Lettres sur l’histoire de France.

  • 27 Voir, à ce sujet, la contribution de M. Baudot, « Trente ans de coordination des sociétés savantes (...)

26On connaît les tiraillements multiples qui, dès la décennie 1830-1840, contribuent à détériorer les relations entre Caumont et le pouvoir27. Les tracasseries infligées aux Assises scientifiques, suspectées d’être un repaire de saint-simoniens par le gouvernement de Louis-Philippe, puis de constituer un foyer d’opposition légitimiste par celui de Napoléon III, illustrent en fait les difficultés de coexistence de deux logiques que les Doctrinaires avaient rêvées complémentaires mais que l’épreuve des faits révélera incompatibles : l’entreprise provinciale de décentralisation intellectuelle menée par les érudits locaux et la nécessité toute politique de coordination des initiatives privées à laquelle les progrès du centralisme parisien confèrent un caractère de plus en plus contraignant au fur et à mesure que l’on avance dans le siècle.

  • 28 La London Antiquaries Society est fondée en 1724. Sur les origines de la tradition antiquaire voir (...)
  • 29 F. Bercé, op. cit., p. 1551.

27Il paraît d’autant plus légitime de poser la question des répercussions locales de cette opposition entre « effet Caumont » et « effet Guizot » dans le cadre de la réflexion que nous menons ici sur la dialectique de la tradition et de la modernité au sein de milieux érudits provinciaux que la configuration savante affichée par l’exemple normand et dans lequel Guizot a cru voir un instrument possible de rénovation de la recherche historique et archéologique, présente d’évidents caractères passéistes. La dénomination, d’abord, qui, par le vocable d’antiquaire, renvoie à la tradition savante issue de l’humanisme, revisitée au XVIIIe siècle par les érudits anglais28 et réacclimatée sur le continent depuis la transformation, en 1814, de l’Académie celtique en Société des Antiquaires de France. La filiation intellectuelle ensuite, qui, en la personne de l’abbé De La Rue, ancien émigré, formateur de Caumont, comme en celle de Gerville, rattache la génération fondatrice des antiquaires de Normandie à l’érudition bénédictine d’une part et à la tradition antiquaire britannique d’autre part. L’enracinement, enfin, dans les milieux naturalistes régionaux et parisiens, dont rendent compte l’implication personnelle de Caumont dans la Société linnéenne du Calvados comme l’influence exercée sur son approche de l’archéologie monumentale par les travaux de Lamarck et de Geoffroy Saint-Hilaire29, et qui trahit une autre forme de continuité avec la tradition académique du siècle des Lumières.

Des antiquaires de province face aux orientations de l’historiographie libérale

28Auxiliaires d’une reconstruction libérale de l’histoire nationale ou lieux d’enfermement dans l’inventaire des curiosités archéologiques locales, avec tout ce que cela peut supposer d’inclination à la poésie rétrospective ? Il n’est pas certain que les sociétés régionales d’antiquaires créées au début de la monarchie de Juillet aient perçu l’acuité de l’opposition ni qu’elles aient cherché à afficher une idéologie tranchée en la matière.

  • 30 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 1, p. 37.


29On peut certes noter l’extrême prudence avec laquelle les fondateurs amiénois et audomarois évoquent les événements de 1789. A Saint-Omer en 1833 comme à Amiens trois ans plus tard, on s’abstient de reprendre la cantilène du martyre révolutionnaire. Les antiquaires de la Morinie se fixent comme programme l’étude de tous les faits historiques qui concernent la Morinie « depuis les tems les plus reculés jusqu’en 1789 », leur secrétaire, Louis de Givenchy, expliquant le choix de ce terminus ad quem par le manque de recul historique : « Nous avons voulu laisser à ceux qui viendront après nous le soin de parler des faits qui ont rapport à l’origine et aux diverses périodes de nos dissensions civiles et celui de retracer des événemens trop récents encore pour entrer aussi tôt dans le domaine de l’histoire »30 écrit-il en 1833.

  • 31 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 1, 1838, p. 15-24.

30Les fondateurs de la Société d’Archéologie du département de la Somme, futurs « antiquaires de Picardie », s’adressant à leur préfet en 1836, défendent pour leur part l’idée qu’aucun événement historique régional ait jamais été assez tragique pour avoir privé le territoire picard de ses richesses monumentales31. D’une manière générale, de Lille à Amiens, les actes relevant du vandalisme révolutionnaire, sans être niés, semblent considérablement relativisés, réinsérés qu’ils sont par les antiquaires de ces régions frontalières dans le long chapelet des guerres et invasions qui, depuis le Moyen Âge, ont porté des atteintes multiples aux patrimoines locaux.

  • 32 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 2, p. 2.

  • 33 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 1, p. 111.


31On peut encore porter au crédit de la modernité des sociétés régionales d’antiquaires quelques belles déclarations inaugurales par lesquelles les fondateurs expriment leur conviction de participer au renouvellement de l’historiographie nationale. Ainsi le vice-président des antiquaires de la Morinie place-t-il, en 1835, les travaux de la société sous le patronage des grands noms de l’historiographie du moment parmi lesquels Villemain, Guizot, Thierry ou Michelet - qu’il fait voisiner, il est vrai, avec Lacretelle et Chateaubriand -32, tandis que trois ans plus tard, Henri Harduin, aux antiquaires de Picardie, recommande aux candidats du concours organisé par la société de penser l’articulation de l’histoire locale à celle de la nation selon l’esprit défini par Guizot33.

32De là à conclure à l’adhésion de l’ensemble des antiquaires régionaux aux thèses et aux méthodes de l’historiographie romantique dans sa version libérale, il y a cependant un pas que nous nous garderons de franchir. Il semble en effet qu’il faille analyser au plus près les prises de position locales et se garder de généralisations trop hâtives comme de distinctions trop tranchées.

  • 34 Sur la participation des érudits picards à l’entreprise de publication des documents inédits, voir (...)

33Tout juste pourra-t-on avancer l’idée que les antiquaires de Picardie se sont montrés plus ouverts que leurs collègues morins aux problématiques libérales dans la mesure où ils affichent, dès leur création, le souci de contribuer à la redécouverte de l’histoire du mouvement communal en Picardie, et ce, dans des termes qui dénotent l’indéniable influence d’Augustin Thierry. Point n’est besoin de rappeler, d’ailleurs, la primauté que ce dernier accordera au cas picard - et, plus particulièrement, amiénois -, dans son entreprise de publication des documents inédits de l’histoire du tiers état34.

  • 35 Outre Caumont, Lair, l’abbé De La Rue, Léchaudé d’Anisy, de Magneville et Pattu (Mémoires, t. 1, p. (...)
  • 36 Voir notre thèse, vol. II, p. 641-643.


34En regard, les antiquaires de la Morinie s’inscrivent plus nettement dans la mouvance normande, rappelant ce que la fondation de leur société devait à Arcisse de Caumont, exprimant leur enthousiasme devant l’institution des Congrès scientifiques - ils sont déjà présents à celui de Caen en 1833 et enverront une délégation massive au Congrès archéologique de Douai en 1835 -, et accueillant, au titre de membres honoraires et correspondants, six représentants de la société homonyme normande35. La présence de ces derniers est plus discrète à Amiens - Caumont est le seul caennais représenté en 1837 dans les correspondants - et il n’est pas inintéressant de noter que les antiquaires de Picardie prendront très ouvertement des distances significatives avec ses principes analytiques en matière d’archéologie monumentale. Ils publient, en effet, en 1841 et en 1848, les travaux de l’archéologue beauvaisien Eugène Woillez, lequel conteste et le bien fondé de la classification chronologique des monuments médiévaux établie par Caumont et le rôle assigné par ce dernier à l’ogive dans la détermination du « style de transition »36.

  • 37 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 3, 1836, p. 302.
  • 38 Ibid., t. 4, 1837-38, p. 428.

  • 39 Ibid., p. 424-425.

35Reste à savoir jusqu’où il conviendrait de pousser, dans le cas des antiquaires de la Morinie, la relation entre cette plus grande proximité avec l’initiateur normand du mouvement antiquaire provincial et leur moindre degré d’engagement dans l’historiographie libérale. À leur actif, figure en effet, en 1836, la première étude relative à la féodalité publiée dans le département du Pas-de-Calais au XIXe siècle, celle d’Eugène Taillar sur « les destinées du régime municipal romain dans le nord de la Gaule »37 : loin de rejoindre le point de vue unanimement négatif des historiens libéraux du temps - point de vue que les antiquaires de Picardie contribuaient largement à relayer à la même époque -, l’auteur y défend la thèse de la cohérence du système de liens personnels mis au point par les Francs et présente la féodalité comme la seule réponse judicieuse qui se pouvait trouver à la situation troublée du Xe siècle. L’année suivante, la société publie l’essai de Louis de Givenchy « sur les chartes confirmatives des institutions communales de la ville de Saint-Omer » dans lequel toute la reconstruction intellectuelle du mouvement communal proposée par Augustin Thierry est battue en brèche : l’antiquaire morin y démontre l’existence d’institutions et de franchises dans les villes flamandes bien avant le XIIe siècle, insiste sur le caractère purement confirmatif et pacifique de l’octroi des chartes de Saint-Omer en 1127 et 1128, et attribue une origine germanique aux institutions municipales des villes de Flandre38. Ce qui n’empêche pourtant pas le même Givenchy de protester de son accord avec la conception insurrectionnelle du mouvement communal avancée par Augustin Thierry pour le reste de la Gaule39 : la revendication d’une exception flamande devrait, dans ce cas, être interprétée, moins comme une prise de position idéologique que comme une expression d’attachement à une particularité territoriale.

36Reste que l’étude de la composition socio-professionnelle de la Société des antiquaires de la Morinie et de son évolution à travers le siècle la fait bien apparaître comme un refuge, voire un lieu de crispation des inquiétudes nobiliaires. Si les représentants de la noblesse locale ne représentent, au moment de la création de la société, que 13 % du total des membres, leur part ne va cesser de croître au fil du temps puisqu’elle passe à 32 % en 1850 pour atteindre le ratio record de 58,5 % en 1872. D’une manière générale, les sociétés régionales d’antiquaires affichent un recrutement nettement plus aristocratique que les compagnies polymathiques créées ou restaurées avant elles : ainsi, à Amiens, où la part de la noblesse reste infime dans les rangs de l’Académie, elle se maintient néanmoins autour de 30 % à travers le siècle chez les antiquaires de Picardie.

Entre le bénédictin et l’homme de progrès : les ambiguïtés de la recherche d’un modèle scientifique

  • 40 Mémoires de l’Académie d’Arras, 1854, p. 103.

37Dans le remerciement qu’il prononce lors de sa réception à l’Académie d’Arras en 1853, l’érudit arrageois Edmond Lecesne dit sa satisfaction de voir que la pratique de l’histoire n’est désormais plus « le privilège de quelques intelligences d’élite ou de quelques moines aussi savants que modestes ». Et quand il se réjouit que l’on puisse « la cultiver avec succès sans être un Montesquieu ou un bénédictin »40, il traduit probablement le sentiment de toute une génération traversée par la conviction d’un profond renouvellement social des milieux savants depuis 1789 et persuadée du rôle moteur que cette mutation supposée a pu exercer dans la modernisation des pratiques historiennes.

38La prise de distance par rapport au modèle bénédictin n’est cependant pas rejet total. Car si, autour de la redéfinition de son rapport aux sources et de la revendication d’une spécificité méthodologique, il travaille à se poser en homme de progrès, l’érudit local du premier XIXe siècle se plaît aussi à s’afficher comme un homme souffrant : la lenteur de la recherche documentaire, la pénibilité des travaux de déchiffrage, l’enfermement dans la poussière et la demi-obscurité des bibliothèques constituent autant d’éléments qui le rattachent à l’image immémoriale du savant coupé du monde. La réitération de ces figures littéraires dans les notices biographiques sert à rappeler que la pratique de l’érudition, aussi marquée qu’elle soit par l’optimisme scientifique qui emporte le siècle, demeure une ascèse, donc suppose une prise de distance avec l’effervescence matérialiste du temps.

Les formes de la prétention à la modernité

39Entre 1830 et 1840, se met en place l’argumentaire par lequel les érudits locaux protestent de leur appartenance à une génération fondatrice en matière de méthode historique. Celui-ci s’articule autour de trois thèmes majeurs : la reformulation des rapports au document, la revendication d’une homologie de nature entre la démarche de l’historien et celle du naturaliste, la redéfinition du rôle social de l’érudit. Formulé de manière particulièrement explicite dans les sociétés d’antiquaires, ce discours moderniste gagne aussi la plus conservatrice des académies régionales, celle d’Arras, où, après avoir continué, dans la décennie 1820-1830, à développer, à grand renfort de références à Mably, une conception moralisatrice de l’histoire, s’opère une adhésion de principe - sinon de fait - à la pensée nouvelle.

  • 41 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 1, 1833, p. 33-34.

40La redéfinition du statut de la preuve en histoire sert d’abord à alimenter une mise en perspective avec les érudits de l’époque classique, lesquels sont sévèrement jugés tant pour l’insuffisance de leurs exigences critiques que pour la crédulité dont ils ont fait preuve envers les « fables » et autres faits douteux véhiculés par les recueils de sources qu’ils avaient à leur disposition. À Saint-Omer, le président Ferey ouvre ainsi la première séance publique de la Société des Antiquaires, en 1833, en évoquant les anciens historiens de la Morinie et le caractère singulier de certaines de leurs assertions : « Plusieurs ne sont-ils pas suspectés d’entraînement au merveilleux des temps anciens, si féconds en fictions de toute espèce ? N’ont-ils pas omis, soit sciemment, soit par ignorance, des faits importants ? »41. Et de leur opposer les intentions révisionnistes de leurs successeurs du XIXe siècle : « Qu’il nous soit permis d’élever des doutes, de comparer leurs écrits, d’éclairer ce qu’il peut y avoir d’obscur et de les réfuter même, si des faits nouvellement découverts, si des documents authentiques qui leur ont échappé, nous en donnent les moyens ».

  • 42 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 9, 1848, p. 3-4.
  • 43 Beauville, Recueil, t. 1, p. 1.

41La formulation du caractère novateur de la démarche de la génération entrée en historiographie après la Révolution repose donc à la fois sur la revendication d’une plus grande rationalité critique et sur la conscience - ou, plus simplement, l’espoir - d’un accès plus facile à des masses documentaires inconnues des prédécesseurs. La fascination de l’authentique et de l’inédit fonde ainsi le grand fantasme documentaire de l’érudit romantique parce qu’elle mêle exigence scientifique et poésie rétrospective. La conviction que la quête du document original est de nature à modifier le statut de la preuve en histoire conduit à l’usage de métaphores qui projettent l’antiquaire dans le champ de l’expérience scientifique : « Ainsi, tout en cherchant à compléter ces collections déjà si vastes que nous avaient laissées ces ordres religieux qui ont tant fait pour la patrie, il fallait remonter vers ces sources si fécondes où ils avaient puisé ; il fallait s’enfoncer avec eux dans la nuit des temps, et, le flambeau de la science à la main, rechercher avec soin l’origine des institutions, mettre au grand jour les mœurs, les usages des peuples qui nous ont précédés »42 déclare, en 1846, le président des antiquaires de Picardie. Mais les mêmes érudits n’hésitent pas non plus à dire l’émotion que leur procure la rencontre avec ces vestiges tangibles du passé que sont les documents manuscrits dont la lecture ne suffit généralement pas à satisfaire la passion qu’ils leur inspirent. Une véritable fièvre d’acquisitions personnelles s’empare de cette génération à qui la Révolution, initiatrice des dépôts publics d’archives, a pourtant théoriquement livré des masses documentaires que l’Ancien Régime avait maintenues dans le secret des ordres privilégiés et de l’État monarchique. L’érudit picard Victor de Beauvillé, révélant au lecteur de son Recueil de documents inédits concernant la Picardie les dessous des tractations auxquelles lui-même et nombre de ses contemporains se livraient pour se constituer des fonds privés d’archives, justifie en ces termes sa quête passionnée : « Je ne me contentai plus des jouissances restreintes que l’on éprouve à feuilleter en commun, à heure fixe, les trésors réunis dans un établissement public, je voulus une collection qui fût à moi, pouvoir à chaque instant la caresser du regard, y porter librement la main »43. La rupture revendiquée avec l’érudition classique n’est donc pas exclusive d’un attachement à cette culture de la curiosité définie par K. Pomian et qui continue, dans ce premier XIXe siècle, à s’objectiver dans la collection particulière.

42À partir de 1840, sans que s’interrompent ces déclarations quasi incantatoires sur les vertus du recours aux documents originaux, les publications périodiques des sociétés savantes ouvrent leurs pages à des discours qui donnent une plus réelle consistance méthodologique à la réflexion. S’y trouve notamment abordée la question du rapprochement entre l’histoire et les sciences de la nature.

  • 44 Mémoires de l’Académie du département de la Somme, 1843, p. 29.
  • 45 Bulletin de la Commission Historique du Nord, 1847, t. 3, p. 181.

43C’est en Picardie que les érudits locaux se hasardent les premiers sur ce terrain sensible de l’évolution de la discipline. Évoquant, en 1842, devant l’Académie d’Amiens les travaux de Garnier sur l’église de Namps-au-Val, le secrétaire général de la société savante s’attarde sur la minutie de la description de l’édifice auquel son collègue s’est livré et établit un parallèle qui suggère une proximité de démarche entre archéologie monumentale et sciences naturelles : « C’est ainsi, selon lui, qu’on analyse les organes d’un insecte ou d’un végétal pour reconnaître à quelle famille, à quel genre il appartient »44. Quelques années plus tard, Edward Le Glay revient avec plus d’insistance sur la question devant la Commission Historique du Nord à laquelle il présente sa Notice sur l’origine du comté de Flandre. Réfutant les reproches de pusillanimité fréquemment adressés aux historiens, il défend l’intérêt des études locales qui constituent désormais l’essentiel des travaux des sociétés savantes régionales en établissant le même type de rapprochement entre les deux disciplines : « Le naturaliste aussi se préoccupe de choses infiniment petites, et l’on ne songe pas à lui en faire le reproche, parce que dans l’ordre de la nature rien n’est petit, rien n’est indifférent ». Convaincu que l’histoire, comme la nature, obéit à des lois, il lui propose explicitement le modèle linnéen : « Si Linné avait négligé l’étude des pistils et des étamines, nous en serions encore à ignorer la grande loi des sexes et de la reproduction du règne végétal. Ainsi en est-il de l’histoire. Sans l’érudition [...], que de ténèbres couvriraient encore nos annales [...] »45.

  • 46 Préface de L’Antiquité expliquée, p. VI.

  • 47 Recueil d’Antiquités, 1752-1767, t. 1, p. 5. Voir, à ce sujet, l’analyse de F. Choay, L’allégorie d (...)

44Cette sensibilité au réductionnisme scientifique dans lequel on pourrait voir une préfiguration du positivisme triomphant de la seconde moitié du siècle, donc un signe du modernisme des sociétés savantes traversées par ce débat, ramène cependant, elle aussi, très loin en arrière. Suggérée dès 1719 par Montfaucon46, développée par Caylus au milieu du XVIIIe siècle47, l’idée selon laquelle l’étude des antiquités monumentales devait s’inscrire dans une démarche d’observation, de description et de comparaison semblable à celle des sciences de la nature renvoie moins à une rupture méthodologique qu’à un élément de permanence avec l’érudition classique. Sa reformulation à l’époque romantique, si elle sert d’argument central à un discours de progrès, n’en prouve pas moins l’incapacité des milieux antiquaires à inscrire leurs recherches dans les termes de problématiques renouvelées. La crispation sur la recherche du document original et inédit, l’enfermement dans la démonstration de l’authenticité de la source et de la justesse de l’établissement du fait, contribuent à renforcer l’effet de clôture d’une érudition tout entière tournée vers le « local », travers dont la dénonciation deviendra vite une des figures convenues du parisianisme.

45À l’heure où le refuge dans l’antiquariat est tourné en dérision par ceux-là mêmes qui y cantonnent des érudits locaux mobilisés par le pouvoir pour assurer la collecte des documents nécessaires à l’entreprise historienne rêvée par Guizot - que l’on se réfère, à titre d’exemple, au traitement que leur réserve Mérimée -, certains membres des sociétés savantes régionales travaillent à définir une sorte de statut de l’historien au siècle du capitalisme triomphant. La réflexion qu’ils mènent sur son rapport au temps, à l’argent et à la rentabilité complète l’argumentaire progressiste de cette génération d’érudits qui occupe le terrain culturel provincial dans la première moitié du siècle.

  • 48 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 2, 1853, p. 75.
  • 49 Mémoires de l’Académie d’Arras, 1854, p. 102.

  • 50 Ibid., p. 111.

46C’est aux alentours de 1850, alors que les travaux liés à la politique d’inventaire et d’édition des sources commencent à voir le jour et que s’effectuent les premiers bilans d’une vingtaine d’années d’activité, que les sociétés savantes opèrent cette tentative de clarification. Charles Dufour, aux antiquaires de Picardie, plaide, en 1852, en faveur de la mise au point de catalogues de bibliothèques qu’il présente comme des investissements susceptibles de permettre à l’historien une gestion plus rationnelle de son temps et de son argent. Pour la première fois est officiellement déploré, dans la séance solennelle d’une société savante, le temps « perdu » en bibliothèque par l’érudit en recherches « souvent infructueuses et toujours pénibles »48. Un an plus tard, Edmond Lecesne, à l’Académie d’Arras, pousse plus loin la réflexion sur l’insertion de l’historien dans le mouvement du siècle. Opposant le caractère pratique des études savantes de son époque à la futilité des jeux de l’esprit propres, selon lui, aux hommes du XVIIIe siècle, il fait de l’activité historienne le lieu de résolution des contradictions entre matérialisme et intellectualisme gratuit : « On se laisse moins séduire par l’éclat que par l’utilité. On ne recherche plus ce qui brille mais ce qui rapporte. Quand le temps est si précieux, on ne le dépense plus dans les jeux brillants de l’esprit, on veut que les travaux de l’intelligence aient aussi leur côté pratique. C’est pour cela que l’histoire est devenue un usage général, et qu’elle a été acceptée comme une transaction entre les tendances prosaïques de l’époque et les illusions décevantes des âges antérieurs »49. Cautionné par la scientificité absolue de son travail de recherche, le savoir de l’historien constituerait un investissement à long terme puisque ses appréciations contribuent, écrit-il encore, « au perfectionnement social et à l’amélioration des mœurs »50. Reconnu d’utilité publique, l’érudit se trouve par la même occasion réinséré dans les catégories actives de la société dans la mesure où, dans un autre passage du même texte déjà cité plus haut, l’auteur insiste sur le fait que la pratique historienne s’est désormais répandue hors des refuges traditionnels des ordres privilégiés.

47L’insertion de l’histoire dans la statistique, initiée au début du siècle par François de Neufchâteau et fortement revivifiée à partir du moment où, en 1834, Guizot la détache de la comptabilité socio-économique, sous-tend et irrigue l’ensemble de ce discours sur la modernité : elle justi-ie en effet le caractère d’utilité publique du travail des sociétés d’antiquaires, en même temps qu’elle consacre, et la dimension expérimentale d’une recherche tout entière centrée sur la collecte des sources, et la dimension scientifique d’une démarche qui aboutit à la miniaturisation extrême des espaces pris pour support de l’étude historienne.

La résistance du modèle bénédictin

  • 51 « Quelque estime qu’on ait pour un ancien historien, et quelque bien fondé que l’on soit de louer s (...)

48Meurtre du père ou simple crise de l’adolescence ? Le rapport des historiens locaux de la période romantique au modèle de l’érudition monastique d’Ancien Régime est complexe. Toute génération nouvelle est animée d’une conscience de l’inaugural qui incite à la férocité rétrospective : Antoine Arnauld, déjà, à la fin du XVIIe siècle, s’efforçant de fonder une méthode pour établir la vérité en histoire, disait toute la distance qu’il convenait de prendre avec les anciens historiens51. L’influence exercée par la rupture révolutionnaire sur l’imaginaire du temps, la nature exceptionnelle de l’effort que les hommes du premier XIXe siècle ont eu à fournir - et que Tocqueville a si bien souligné - pour introduire cette césure essentielle dans une mémoire historique en reconstruction, explique sans doute que les érudits entrant dans la carrière au cours de la décennie 1820-1830 aient été amenés à s’attarder plus que d’autres sur ce qui les différenciait de leurs prédécesseurs.

49Reste pourtant qu’au-delà des critiques adressées à leurs devanciers pour mieux mettre en évidence le caractère supposé novateur de leur approche du document d’époque, l’érudition classique, dans sa version monastique, demeure source de fascination pour l’antiquaire de l’époque romantique. La clôture comme condition idéale de travail, la souffrance comme préalable obligé à la joie de trouver, l’indifférence au temps consacré à la recherche s’érigent en figures de style dans les discours tenus par les membres des sociétés savantes sur leur propre expérience.

  • 52 Mémoires de la Société d’émulation de Roubaix, t. 5, 1876-78, p. 18.
  • 53 Notice nécrologique par L. Cavrois, 1876, p. 18.

  • 54 Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Douai, 1878, p. 318, 399 et 403.

50La métaphore du bénédictin est d’un usage courant dans les notices nécrologiques que les érudits locaux du XIXe siècle consacrent à leurs pairs. Elle sert d’abord à exprimer l’ampleur de l’œuvre accomplie par le défunt : dans le Nord, c’est Élie Brun-Lavaine dont le biographe souligne qu’il a pu « être un bon archiviste, fouillant avec l’âme d’un bénédictin »52 ; ou encore, dans le Pas-de-Calais, le chanoine Parenty que l’on nous montre rassemblant une immense collection de documents « avec une patience et une persévérance qui rappellent les travaux de nos savants bénédictins »53. Appliquée à l’évocation du cadre domestique dans lequel travaillait l’érudit disparu, elle en suggère à la fois l’isolement et l’austérité : ainsi en est-il, par exemple, du cabinet de travail d’Eugène Tailliar dont le conseiller Hardouin peut écrire que « le plus laborieux des bénédictins de Saint-Vannes ou de Saint-Maur en eût, au siècle dernier, envié l’isolement et le silence ». La Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Douai, dans cet hommage posthume rendu en 1878, file jusqu’à ses limites extrêmes la métaphore monastique puisqu’elle salue encore, en la personne de cette grande figure de l’historiographie régionale, « le souvenir d’une érudition toute bénédictine », d’un style de vie d’une « régularité presque claustrale », la comparant « au religieux qui, du fond de sa cellule, ne cesse pas de s’enquérir de la règle et de son observance, même après avoir dépassé l’âge qui en fît fléchir les rigueurs »54.

51Au-delà des figures de style, la référence au modèle bénédictin nourrit aussi une réflexion d’ordre méthodologique qui amène un petit nombre d’érudits à réhabiliter le travail d’édition de sources réalisé dans les cloîtres d’Ancien Régime. Sociétés d’antiquaires contre scriptoria ? Au jeu de cette mise en perspective des aptitudes respectives certaines représentations convenues tendent à s’inverser.

52Ainsi André Le Glay, dans la préface de son édition de 1834 de la chronique de Baldéric, ouvrage dans lequel il n’avait pourtant pas ménagé ses critiques à l’encontre des historiens du XVIIIe siècle, réserve-t-il un sort à part au travail de compilation réalisé par les religieux :

  • 55 A. Le Glay, Chronique d’Arras et de Cambrai par Baldéric, chantre de Thérouanne au XIe siècle, Pari (...)

« Les Bénédictins avaient entrepris cette œuvre de conscience et de patience. On connaît leurs gigantesques travaux, devant lesquels tous les amis de la science historique se devraient mettre à genoux ». Et de poursuivre par le constat de la carence ouverte par le XIXe siècle en matière de grande entreprise d’érudition : « Mais il n’y a plus de Bénédictins ». Le Glay ne croit pas à l’entreprise de continuation des grandes collections entreprise par l’Académie des Inscriptions, parce qu’elle « ne peut, écrit-il, remplacer complètement cette société religieuse et savante qui, répandue en tous lieux, explorait, inventoriait, déchiffrait et publiait tout ce que l’Antiquité avait délaissé de mieux et d’utile »55.

53C’est que les érudits du XIXe siècle prennent conscience que le cloître possédait des vertus à jamais perdues dans une République des Lettres désormais, sinon totalement laïcisée, tout au moins profondément sécularisée. L’abbé Corblet, à Amiens, le sent bien qui écrit, dans le bulletin de 1853-55 de la Société des antiquaires de Picardie :

  • 56 Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, t. 5, 1853-55, p. 316.


« Nous ne sommes pas de ceux qui pensent que, sous le rapport littéraire, les sociétés savantes puissent à peu près remplacer les anciens ordres religieux. Ce n’est qu’à l’ombre du cloître qu’on peut rencontrer tout à la fois les longues heures de travail, la fortifiante unité de direction d’études, la patience infatigable qui enchaîne plusieurs générations sur une même œuvre et le concours d’un grand nombre d’intelligences qui s’unissent dans un même but et accomplissent une même tâche, chacun à son rang, et avec la plus complète abnégation personnelle »56.

  • 57 Dans le Pas-de-Calais, il faut attendre 1873 pour que le dépôt départemental soit confié à un archi (...)
  • 58 A. Thierry, Lettres sur l’histoire de France, Paris, Garnier, nouvelle éd., s.d., p. 21, note 1.

54Il semble bien, en effet, qu’il faille distinguer, dans les mises en perspective avec leurs devanciers auxquelles se livrent les antiquaires romantiques, les opinions qu’ils émettent à propos des écrits historiographiques du siècle précédent d’une part, de celles que leur inspirent, d’autre part, les ouvrages d’érudition proprement dits. Car l’on comprend ce que les collections de sources éditées depuis le XVIIe siècle pouvaient avoir de pratique et de rassurant pour ces premières générations d’amateurs, privés, jusqu’à une date avancée du XIXe, de l’aide d’archivistes diplômés de l’École des Chartes57, et manifestement portés par la certitude que l’erreur d’interprétation, l’intégration de la fable ou l’abandon au merveilleux étaient des plaies susceptibles de gangrener seulement l’écriture de l’historien, mais en aucun cas l’édition documentaire. Il faut ici se remémorer la réserve apportée par Augustin Thierry à la critique des historiens du XVIIIe siècle à laquelle il se livre dès la première de ses Lettres sur l’histoire de France : « Je ne parle ici que des auteurs de compositions narratives ; les travaux d’histoire critique, et en particulier ceux des bénédictins, sont parfaitement hors de cause »58.

** *

55On le sent bien, la réflexion sur le système de reconstruction mentale de la discipline historienne qui s’élabore dans la première moitié du siècle au sein des milieux antiquaires provinciaux gagnerait à être accompagnée d’une étude des pratiques de recherche et d’écriture auxquelles ils se sont effectivement livrés. D’autres ambiguïtés, d’autres tiraillements entre tradition et modernité sont en effet à débusquer dans les publications périodiques des sociétés savantes où s’opère, entre 1830 et 1850, un recentrage de la thématique sur l’historiographie documentaire et l’archéologie monumentale. Il trouve sa traduction graphique dans une véritable poétique de la scientificité où se diluent les formes traditionnelles de la narrativité historienne au profit d’une rhétorique argumentative qu’enrichit la mise en place d’un apparat critique. Signe d’une conversion des esprits aux exigences scientifiques nouvelles, cette colonisation typographique de la zone infra-paginale par la référence archivistique et la note critique est aussi un lieu sensible de l’aveu du maintien du lien avec l’érudition classique tant les inédits y ont place comptée par rapport aux collections documentaires léguées par les compilateurs monastiques et séculiers des deux siècles précédents.

  • 59 Voir, en particulier, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note de bas de page (...)

56Au-delà du débat franco-français sur la mesure de l’effet de rupture engendré par 1789, l’approfondissement d’une telle étude devrait s’inscrire dans la perspective des travaux d’histoire de l’historiographie consacrés aux origines et aux apports de l’érudition classique : ceux, déjà anciens de Momigliano, et ceux, plus récents, qui sont actuellement menés d’une manière particulièrement stimulante dans le cadre du département d’histoire de l’Université de Princeton par Anthony Grafton59.

Haut de page

Notes

1 J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, CTHS, 1995, p. 39-40.

2 Sur l’histoire de l’académie d’Arras au XVIIIe siècle, on consultera la thèse de L.-N. Berthe, Dubois de Fosseux, secrétaire de l’Académie d’Arras et son bureau de correspondance (1785-1792), Arras, 1969.

3 D. Roche, Les lumières en province. Académies et académiciens provinciaux 1680-1789, Paris-La Haye, Mouton, 1978, p. 52.

4 Lors de sa création, en 1797, la société boulonnaise s’intitule « d’Agriculture et des Arts » ; elle devient « Société d’Agriculture, du Commerce et des Arts » en 1802 puis « d’Agriculture, du Commerce, des Sciences et des Arts » en 1835.

5 Cité par Van Drival, Histoire de l’Académie d’Arras, Arras, 1872, p. 75. On notera la similitude de ce discours avec celui de l’intendant de Chauvelin qui avait incité Amiens et Arras à se doter de sociétés savantes, écrivant en 1746 à l’amiénois Petyst : « On peut compter de ma part sur tous les secours qui pourront dépendre de moi, comme je compte de mon côté sur les lumières que voudront bien me communiquer ceux qui composent la société » (Cité par D. Roche, op. cit., p. 38).

6 Van Drival, op. cit., p. 79.

7 « Enfin le trône de nos rois s’est relevé ; avec lui nous sont rendus les bienfaits de la paix, compagne de l’Industrie, du Commerce, des Sciences et des Arts. Le monarque rendu à nos désirs nous a donné la Charte, monument de la plus haute sagesse [...] ». Mémoire de l’Académie d’Arras, tome I, 1818, p. 3.

8 Ibid., p. 7.

9 Ibid., p. 8.

10 Ibid., p. 7.

11 Ibid., p. 8-9.

12 Cité par Van Drival, op. cit., p. 78.


13 Mémoires de l’Académie d’Arras, tome I, 1818, p. 9.

14 À ce thème est consacré, en 1843, le discours de réception du comte Achmet d’Héricourt et, en 1846, son rapport des activités annuelles de l’académie. Celle-ci propose encore aux concours d’histoire de 1858 et de 1859 un sujet portant sur « Les pays d’États en général et les États d’Artois en particulier ». Sous la Restauration, les académiciens arrageois songent même à mener jusqu’à la publication les manuscrits Buissart, dossier de notes relatives à l’histoire des provinces de Flandre et d’Artois, compilées par leurs devanciers du XVIIIe siècle qui envisageaient d’en faire un ouvrage. Confiée en 1821 à F. Harbaville, l’entreprise n’aboutit pas.

15 Sur la marginalisation progressive des pratiques historiennes à l’œuvre à l’académie d’Arras, voir notre article « La Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais dans l’activité historiographique régionale 1843-1870 », dans Histoire et Archéologie du Pas-de-Calais, XIV-2, 1995, p. 391-429.

16 On note la présence, dans la première liste de membres publiée en 1818 (ils sont alors 22 résidants), d’un seul négociant et d’un seul fabricant. Quant au monde de l’agriculture, peut-on considérer qu’il soit vraiment représenté par cet Allexandre, contrôleur de la culture des tabacs, et qui démissionne de l’académie dès le 2 janvier 1818 « pour cause de grande occupation et de résidence souvent empêchée » ?

17 Sous la rubrique « sciences », la table des matières range des communications relatives à la physique, à la chimie, à la médecine, à la chirurgie, à la géographie et aux sciences naturelles ; sous le terme « arts », on trouve des travaux concernant l’agriculture, les manufactures, la mécanique et l’art vétérinaire.

18 L’histoire est même l’occupation exclusive de l’académie au cours des années 1866, 1867, 1869 et 1874. C’est en 1851 qu’est proposé le dernier sujet de concours relatif à l’agriculture régionale.

19 Rappelons, à ce propos, la présence, dans l’équipe fondatrice, d’Armand Boucher, propriétaire d’un cabinet d’histoire naturelle, correspondant de l’Institut et auteur d’une Flore d’Abbeville.

20 L’inventeur de la préhistoire incarne personnellement assez bien cette évolution puisqu’avant de consacrer l’essentiel de ses travaux et des contributions qu’il livre à la Société d’Émulation à l’archéologie préhistorique, il s’est essayé à la littérature, à la poésie et préoccupé tant des problèmes sociaux liés au développement de la manufacture et du paupérisme ouvrier (« De la femme dans l’état social, de son travail et de sa rémunération », Discours, Abbeville, 3 novembre 1859) que de questions économiques (Opinions de M. Christophe, vigneron, Paris, Treuttel et Würz, 1831-34).

21 L’initiative de création de la Société des antiquaires de la Morinie remonte à 1831 ; les statuts, préparés par les fondateurs en 1832, sont acceptés par le roi l’année suivante.

22 En 1836 est créée, à Amiens, la Société d’Archéologie du département de la Somme qui prendra, en 1837, le nom définitif de Société des antiquaires de Picardie.

23 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 1, 1838, p. 16 et 38.


24 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 1, 1833, p. 35.

25 F. Guizot, « Rapport au roi sur la nécessité de créer un poste d’Inspecteur Général des Monuments Historiques », Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, vol. II, Annexes, éd. de 1859, p. 385-389.

26 Louis de Givenchy, dans le rapport moral de l’année 1836, se plaira à rappeler et la précocité de l’engagement de Saint-Omer dans le mouvement antiquaire français et l’effet d’entraînement suscité à Toulouse, Poitiers et Montpellier par la création audomaroise de 1833 (Mémoires, t. 3, 1836, p. 6-7).

27 Voir, à ce sujet, la contribution de M. Baudot, « Trente ans de coordination des sociétés savantes (1831-1861) », dans Les sociétés savantes. Actes du centième Congrès national des sociétés savantes, Paris, CTHS, 1976, p. 7-28, et celle de F. Berce, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », dans P. Nora, dir., Les lieux de mémoire, II, La nation, 2, Paris, Gallimard, 1997, éd. Quarto, p. 1545-1574.

28 La London Antiquaries Society est fondée en 1724. Sur les origines de la tradition antiquaire voir A. Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, réed. 1993, notamment p. 217-266.

29 F. Bercé, op. cit., p. 1551.

30 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 1, p. 37.


31 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 1, 1838, p. 15-24.

32 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 2, p. 2.


33 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 1, p. 111.


34 Sur la participation des érudits picards à l’entreprise de publication des documents inédits, voir notre thèse : Les représentations du Moyen Âge au XIXe siècle dans les anciens Pays-Bas français et leurs confins picards. Essai d’historiographie comparée, Lille, PUS, 1997, vol. II, p. 762-772.

35 Outre Caumont, Lair, l’abbé De La Rue, Léchaudé d’Anisy, de Magneville et Pattu (Mémoires, t. 1, p. 21).

36 Voir notre thèse, vol. II, p. 641-643.


37 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 3, 1836, p. 302.

38 Ibid., t. 4, 1837-38, p. 428.


39 Ibid., p. 424-425.

40 Mémoires de l’Académie d’Arras, 1854, p. 103.

41 Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie, t. 1, 1833, p. 33-34.

42 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 9, 1848, p. 3-4.

43 Beauville, Recueil, t. 1, p. 1.

44 Mémoires de l’Académie du département de la Somme, 1843, p. 29.

45 Bulletin de la Commission Historique du Nord, 1847, t. 3, p. 181.

46 Préface de L’Antiquité expliquée, p. VI.


47 Recueil d’Antiquités, 1752-1767, t. 1, p. 5. Voir, à ce sujet, l’analyse de F. Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil, rééd.1996, p. 60-62.

48 Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, t. 2, 1853, p. 75.

49 Mémoires de l’Académie d’Arras, 1854, p. 102.


50 Ibid., p. 111.

51 « Quelque estime qu’on ait pour un ancien historien, et quelque bien fondé que l’on soit de louer sa solidité, on ne doit pas se faire une loi de croire une histoire vraie sur cela qui l’a crue vraie », Dissertation sur ce que raconte Hégésippe de saint Jacques, dans Œuvres, Lausanne-Paris, 1783, t. XXXVII, p. 768 (cité dans B. Neveu, Érudition et religion aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Albin Michel, 1994, p. 26).

52 Mémoires de la Société d’émulation de Roubaix, t. 5, 1876-78, p. 18.

53 Notice nécrologique par L. Cavrois, 1876, p. 18.


54 Mémoires de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Douai, 1878, p. 318, 399 et 403.

55 A. Le Glay, Chronique d’Arras et de Cambrai par Baldéric, chantre de Thérouanne au XIe siècle, Paris, 1834, p. XI-XII.

56 Bulletin de la Société des antiquaires de Picardie, t. 5, 1853-55, p. 316.


57 Dans le Pas-de-Calais, il faut attendre 1873 pour que le dépôt départemental soit confié à un archiviste-paléographe diplômé de l’École des Chartes : Jules-Marie Richard. C’est dans la Somme que le recours à un chartiste avait été le plus précoce avec la nomination, le 11 décembre 1850, de Louis Boca. Dans le Nord, c’est à la faveur de la vacance du poste d’archiviste provoquée par le décès d’André Leglay que s’effectue la nomination du chartiste Alexandre Desplanque, même si, depuis 1843, un autre diplômé de l’École, Edward Leglay, avait occupé les fonctions d’archiviste adjoint.

58 A. Thierry, Lettres sur l’histoire de France, Paris, Garnier, nouvelle éd., s.d., p. 21, note 1.

59 Voir, en particulier, Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note de bas de page, Paris, Le Seuil, 1998, trad. ; ainsi que New Words, Ancien Texts. The power of Tradition and the Shock of Discovery, Harvard University Press, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Parsis-Barubé, « L’illusion de la modernité :
les représentations de l’érudition dans les sociétés savantes du nord
de la France à l’époque romantique », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27), p. 51-77.

Référence électronique

Odile Parsis-Barubé, « L’illusion de la modernité :
les représentations de l’érudition dans les sociétés savantes du nord
de la France à l’époque romantique », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27) [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/274

Haut de page

Auteur

Odile Parsis-Barubé

Université de Lille 3 - CRHEN-O

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org