Navigation – Plan du site
Élites et sociabilité au XIXe siècle - Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.)
Héritages et recomposition de la sociabilité

Pouvoir et sociabilité.
Le cas de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Douai
au XIXe siècle

Bernard Lefebvre
p. 97-104

Texte intégral

1De l’Antiquité à nos jours le pouvoir s’est toujours exercé sur qua- tre plans : politique, économique, culturel et religieux. De la théocratie à la démocratie, du capitalisme au socialisme, les formes de domination n’ont pas cessé de mettre en valeur le rôle d’une élite plus ou moins large. La question est ici de savoir si les membres de la S.A.S.A. n’ont pas utilisé cette institution pour conforter leur autorité socio-politique. En outre, la Révolution qui a remis en question les privilèges devenus injustifiés de la noblesse semble avoir servi de leçon à la classe dirigeante. Le contrat de société défini depuis 1789 implique une légitimation du pouvoir ; exercer un service est donc une démarche paternaliste qui fait partie de cette obligation.

  • 1 Sur la ville et son histoire : M. Rouche, dir., Histoire de Douai, Dunkerque, Éd. des beffrois, 198 (...)
  • 2 B. Lefebvre, « Argent et Révolution : esquisse d’une étude de la fortune à Douai (1748-1820) », dan (...)
  • 3 Voir J.-P. Note, « L’évolution sociologique des membres », dans Société nationale d’agriculture, sc (...)

2La S.A.S.A., qui participe alors activement à la vie économique et culturelle des Douaisiens, est un lieu de rencontre privilégié de l’élite locale (surtout à raison d’une réunion par semaine !). En relation avec l’État et avec de nombreuses sociétés correspondantes, elle constitue un bon moyen d’échange et de diffusion des idées et des valeurs dominantes de l’époque. La S.A.S.A. n’est en aucune manière le reflet du corps social de Douai au XIXe siècle1, elle représente seulement la petite minorité qui détient les pouvoirs et elle traduit l’évolution séculaire de cette élite.
Au cours d’une étude précédente, nous avions démontré la grande stabilité des familles douaisiennes maîtresses de la vie politique et économique de la cité, avant, pendant et après la Révolution et l’Empire jusqu’en 18292. Il est vrai que sur 34 conseillers municipaux de 1814, 17 comptaient parmi les Douaisiens les plus imposés en 1804, 6 avaient appartenu au conseil municipal de 1790, 2 avaient exercé une fonction échevinale avant 1789, 25 seraient électeurs départementaux en 1820, 19 seraient imposables à plus de 1000 F en 1820, 14 siégeraient au conseil municipal de 1829. Notons surtout que sur ces 34 personnes, 16 furent membres de la S.A.S.A. entre 1799 et 1829 ! Il semble donc qu’il y ait eu un lien étroit entre la fortune et le pouvoir ainsi qu’une permanence de cette domination aristocratique et que la S.A.S.A. ait été l’un des instruments de son autorité à Douai à cette époque.
Dès 1799, sur le plan politique, le contrôle de la Société d’Agriculture par l’État se manifeste au travers des fonctions des membres fondateurs : deux députés, un conseiller général, un conseiller à la préfecture, le procureur général3 ; le pouvoir local est présent en la personne d’un conseiller municipal, enfin des scientifiques (trois professeurs de mathématiques, de médecine et de botanique) précisent le caractère technocratique de la société.

3En 1805, à la veille de la fusion avec la Société des Amateurs d’Arts de la ville de Douai, le nombre des membres a été porté à 27 sans grande modification de la composition politique du groupe. L’État y a même renforcé son contrôle avec une place plus grande du personnel judiciaire (12 individus) et militaire (7 individus) ; le pouvoir local est réduit à un conseiller municipal et la part des spécialistes reste la même. Toutefois quelques professions libérales font leur apparition avec la présence de 5 avocats.

4La fusion de 1805 ne modifie guère cette structure alors que le nombre des membres atteint 47 et sera porté à 64 en 1823. À cette date, les fonctionnaires de l’État sont toujours majoritaires (54 % de l’effectif) grâce encore aux professions de justice, du Premier Président au greffier ; le sous-préfet est également membre actif de la société, la municipalité a toujours un conseiller présent, tandis que les spécialistes sont peut-être un peu plus nombreux (vétérinaire, pharmacien) et que les professions libérales confortent leur position.

5En janvier 1823 l’importance politique de la société est révélée par la « purge » dont elle est l’objet sous la férule du Dr Taranget, ultra-royaliste qui fut 13 fois président. Il fait exclure les libéraux comme Hippolyte Duthilloeul ou Louis de Warenghien et procède à 25 nominations conser- vatrices. Il est évident qu’une telle opération n’aurait pas eu lieu si la S.A.S.A. n’avait été qu’une association de techniciens… Ce n’est pas par hasard si les grands noms de l’histoire douaisienne de ce début du siècle se retrouvent dans la société : d’Aoust, Taffin, de Warenghien, d’Hauber- sart, Becquet de Mégille (maire de 1816 à 1828 et ensuite sous-préfet).

6Après cette épuration, si le nombre des fonctionnaires se renforce encore pour atteindre 55 % avec une part toujours aussi considérable des hommes de justice (43 % du total), celui des spécialistes reste stable (enseignants, médecins…). La nouveauté réside dans l’augmentation du nombre des « rentiers » qui passe de 3 à 14 % de l’effectif et témoigne du poids de la tradition conservatrice à Douai à cette époque. Les événements de juillet 1830 n’ont eu aucun écho particulier sur la composition de la S.A.S.A. qui devient alors un bastion légitimiste. Cependant, à Douai, sous la Monarchie de Juillet, le pouvoir politique glisse lentement des mains de l’aristocratie foncière et judiciaire dans celles de la bourgeoi- sie commerçante et industrielle ; la désignation comme maire en 1847 de P. Chartier, directeur d’une verrerie marque l’aboutissement de cette évo- lution. Durant cette période, la S.A.S.A. connaît la même évolution, d’autant plus que beaucoup de membres arrivés en 1823 furent amenés à quitter la société du fait des mutations de fonctionnaires. Aussi, en 1849 la composition de la S.A.S.A. reflète-t-elle ce déplacement sensible du pouvoir : les fonctionnaires ne sont plus que 37 % de l’effectif (32 % pour les professions de justice) alors que les professions libérales atteignent 25 %.

7Sous le Second Empire, une évolution sensible se dessine ; la S.A.S.A. recrute 11 enseignants (dont 3 professeurs de la Faculté des Let- tres rétablie à Douai en 1854), 8 avocats et seulement 8 autres personnes du milieu judiciaire, en outre, 7 propriétaires et cultivateurs relancent la vocation agricole de la société. Cette variété du recrutement, sa vocation plus technique, marque le recul évident du rôle politique de la S.A.S.A. ; notons toutefois que Jules Maurice, qui fut maire de la ville de 1852 à 1860, fut membre de la société de 1861 à 1890.

8La dernière période, qui va jusqu’au premier centenaire de 1899, voit cette évolution se confirmer. À cette date, la S.A.S.A. compte 40 % de membres ayant une profession libérale, 25 % de fonctionnaires, 19 % de travailleurs de l’industrie et 13 % d’enseignants. On peut estimer qu’à ce moment, si la S.A.S.A. est encore représentative des catégories sociales dominantes de la cité, son rôle politique s’est sensiblement dilué au cours du siècle. Organisme créé et étroitement surveillé par l’État, la S.A.S.A. a glissé vers une association de bénévoles dont la domination s’est avérée plus sociale que strictement politique.

9Sur le plan économique il est évident que la trentaine et ensuite la soixantaine de personnes qui composaient la S.A.S.A. n’ont pas pu mono- poliser la fortune d’une ville qui est passée de 18 000 à 25 000 âmes au cours du siècle. Au début de la période, à l’exception de quelques cas comme celui de l’instituteur Fouquay, sociétaire de 1805 à 1827, on peut dire que tous les membres sont des hommes riches. La plupart figurent sur la liste du cens électoral de 1822 (plus de 300 F d’imposition), en tête de laquelle se trouvent les propriétaires fonciers de la vieille aristocratie. Les conseillers à la cour, dont on sait l’importance dans la société, appartiennent aussi à cette catégorie très aisée de par leurs fortunes immobilières. Mais si un tiers des individus figurant sur la liste censitaire appartiennent au monde des affaires, ce milieu est quasiment absent de la composition de la société au profit des fonctionnaires et des professions libérales. Lieu de rencontre, la S.A.S.A. est donc un lieu de promotion sociale, ou plus exactement de reconnaissance sociale pour des hommes de valeur.

10L’évolution séculaire de la société douaisienne sera très lente mais classique, avec déclin de l’aristocratie (1 % de l’effectif à la fin du siècle) et domination de la bourgeoisie traditionnelle des propriétaires, des hommes de loi, avec le progrès tardif des industriels et des commerçants.

11Dans le dernier tiers du XIXe siècle, la S.A.S.A. reflète cette évolution avec quelques nuances. Certes, elle recrute encore quelques riches pro- priétaires comme de Guerne et de nombreux magistrats, mais un « ingénieur » est admis en 1863, et 12 autres suivront jusqu’à la fin du siècle (dont 4 pour la seule année du centenaire). Si une dizaine de « sucriers » sont élus à partir de 1859, on ne dénombre qu’un verrier, un filateur de lin et un « industriel ». Il semble donc que, comme sur le plan politique, le poids socio-économique de la S.A.S.A. ait décliné pour faire place à une réunion d’hommes plus choisis pour leur compétence que pour leur fortune et si jamais un petit commerçant ou un ouvrier ne fut membre, un « répétiteur » du lycée fut admis, bien tardivement, en 1898.

12Sur le plan culturel, la S.A.S.A. véhicule les connaissances et les valeurs de la « bonne société » de Douai pendant tout le XIXe siècle. Elle est en effet surtout composée d’hommes plutôt âgés, et on notera l’absence totale de femmes à part quelques « correspondantes » comme Marceline Desbordes-Valmore. La Franc Maçonnerie, dont on sait l’activité depuis le siècle des Lumières, verra 62 de ses membres adhérer à la S.A.S.A. de 1799 à 1853, y trouvant certainement un lieu privilégié d’exposé de leurs idées. Paradoxalement, c’est au moment où leurs propositions progressistes se concrétisent que leur nombre décroît (5 recrutements seulement à partir de 1853).

13L’Église fait une apparition tardive et discrète : 3 « aumôniers » sont successivement admis en 1845, 1874 et 1894, et un chanoine l’est en 1899. La S.A.S.A. n’est pas une terre de mission ; on ne peut douter des valeurs chrétiennes de la plupart de ses membres, mais son caractère mondain et scientifique n’était peut-être pas compatible avec les préoccupations du clergé de l’époque. Notons seulement que les statuts de 1869 interdisaient toutes les discussions « religieuses » mais aussi « politiques » à l’intérieur de la société.

14Quant aux professions culturelles (enseignement, art, presse), leur part demeure assez stable au cours du siècle (16 % en 1805, 10 % en 1849, 13 % en 1899). Le recrutement de ces professionnels est toujours de haut niveau ; il demeure un moyen de reconnaissance sociale évident pour des personnes qui doivent leur ascension à leurs seules compétences et qui n’ont pas l’aisance financière de leurs collègues.

  • 4 G. Howse, F. Debrabant, « Évolution des centres d’intérêts dans les cinq séries des mémoires de la (...)

15Nous pouvons appréhender les centres d’intérêt communs à tous les sociétaires par l’étude évolutive des articles publiés dans les Mémoires de la S.A.S.A. Ces publications présentent en général une grande variété, mais sont souvent proches des réalités quotidiennes surtout dans la recherche du passé local ; elles se préoccupent aussi fréquemment de l’avenir économique et culturel de la cité. Elles manifestent donc des attitudes de curiosité intellectuelle mais aussi de paternalisme conformes aux comportements de l’élite bourgeoise du XIXe siècle. Dans leur analyse de ces publications, le Frère G. Howse et F. Debrabant ont noté une évolution sensible4 :

  • 1799-1825 : les préoccupations économiques sont encore majoritaires ; l’agriculture est la raison d’être de la société mais on relève déjà un grand intérêt pour les questions d’éducation et de morale (par exemple, les devoirs des femmes).

  • 1826-1849 : l’agriculture est encore dominante, mais avec des thèmes technologiquement plus avancés (la chimie de l’eau, la surveillance des viandes, etc.), la morale sociale est fréquemment abordée par des fables, et l’histoire fait son apparition, en l’occurrence celle du peuple Hébreu.

  • 1850-1880 : l’histoire occupe maintenant la première place ; il s’agit encore soit de biographies exemplaires, comme celle de Vercingétorix, soit de grandes synthèses théoriques ou d’histoire locale comme celle du beffroi de Douai. Il importe toujours de présenter des modèles de com- portement vertueux à la gloire de la patrie nationale ou régionale.

  • 1881-1908 : on retrouve la même tendance que dans les décennies précédentes, à laquelle s’ajoutent les récits de voyage jusqu’à Kimberley, ville des diamants, ainsi qu’un certain nombre de commentaires artistiques.

16Bref, cet éclectisme de bon aloi, toujours préoccupé de moralité, mettant en évidence les valeurs bourgeoises de travail, d’épargne, de vertu, de curiosité scientifique, traduit bien l’esprit de la classe dirigeante.

  • 5 R. Allender, « Les productions littéraires et artistiques », dans Société nationale d’agriculture.. (...)

17Une étude plus spécifique des seules publications littéraires et artistiques de la S.A.S.A., que nous devons à R. Allender, conforte cette première impression5.
On y apprend tout d’abord que, jusque vers 1860, la versification était très à la mode avec environ la moitié des productions, sans pour autant pouvoir être qualifiée de poésie, comme en témoigne cet éloge de la pomme de terre :

« O toi qui nous sauvas, ô plante nourricière, A notre sauveur tu seras toujours chère [...] »

18Il s’agit probablement d’une volonté de traduire par un langage spécifique, bien éloigné de la pratique quotidienne du français ou du patois populaire, l’appartenance à une élite.

19Jusque vers 1860, c’est la morale individuelle qui inspire les auteurs de fables sur les bases d’une sagesse « populaire » de résignation très paternaliste ; les principes de morale collective, ensuite, insistent sur les vertus du travail et de la famille.

20Parmi les sujets traités l’éducation a une place de choix et met l’accent sur l’enseignement technique.

21La littérature est surtout abordée sous forme de présentation d’œuvres et d’auteurs avec une nette préférence pour l’Antiquité gréco-latine ainsi que pour Corneille dans un but pédagogique évident. La curiosité artistique se manifeste aussi par l’étude des auteurs, surtout étrangers et locaux, d’une manière qui demeure très documentaire. R. Allender conclut à « un paradoxe intéressant entre le souci de progrès scientifique et économique des membres de la S.A.S.A. et leur attache- ment à une mentalité très conservatrice sur le plan moral et artistique [...] ». N’est ce pas là ce qui caractérise justement l’esprit dit « bourgeois » de la catégorie sociale au pouvoir ?

22En conclusion, dans le monde très hiérarchisé et très conservateur de Douai au XIXe siècle, la S.A.S.A. participe au pouvoir de l’élite dominante et contribue à le conforter. Sous le contrôle étroit de l’État, la société est devenue un moyen coopté de domination, un lieu de sociabi- lité active où se côtoient les autorités politiques, économiques et culturelles de la cité. Elle a contribué à diffuser leurs valeurs communes : le progrès matériel dans le respect de l’ordre social et moral.

Répartition des membres par secteurs professionnels selon J.-P. Noté

Fin 1805

1849

1899

Droit, justice

38 %

32 %

37 %

Enseignement, art, culture, presse

16 %

10 %

13 %

Médecine

7 %

10 %

11 %

Administration, politique

33 %

13 %

7 %

Industrie, artisanat

2 %

5 %

19 %

Services

2 %

3 %

2 %

Agriculture

3 %

Armée

2 %

8 %

4 %

Église

3 %

7 %

Inconnu

13 %

Haut de page

Notes

1 Sur la ville et son histoire : M. Rouche, dir., Histoire de Douai, Dunkerque, Éd. des beffrois, 1985.

2 B. Lefebvre, « Argent et Révolution : esquisse d’une étude de la fortune à Douai (1748-1820) », dans Revue du Nord, n° 241, avril-juin 1979.

3 Voir J.-P. Note, « L’évolution sociologique des membres », dans Société nationale d’agriculture, sciences et arts, centrale du département du Nord. Deux cents ans d’histoire (1799-1999), Douai, S.A.S.A., 1999, p. 87-118.

4 G. Howse, F. Debrabant, « Évolution des centres d’intérêts dans les cinq séries des mémoires de la S.A.S.A. », dans Société nationale d’agriculture..., op. cit., p. 243-253.

5 R. Allender, « Les productions littéraires et artistiques », dans Société nationale d’agriculture..., op. cit., p. 261-281.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lefebvre, « Pouvoir et sociabilité.
Le cas de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Douai
au XIXe siècle », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27), p. 97-104.

Référence électronique

Bernard Lefebvre, « Pouvoir et sociabilité.
Le cas de la Société d’Agriculture, Sciences et Arts de Douai
au XIXe siècle », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27) [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/277

Haut de page

Auteur

Bernard Lefebvre

Professeur de classes préparatoires. Douai

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org