Navigation – Plan du site
Élites et sociabilité au XIXe siècle - Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.)
"Sociabilité", tradition et identité professionnelle: l'exemple des avocats et des notaires

La sociabilité du barreau lyonnais du milieu du XIXe siècle à 1914

Catherine Pellissier
p. 107-125

Texte intégral

  • 1 C. Pellissier, Les sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIXe siècle à 1914, Thèse de Docto (...)

1Cette communication s’insère dans le cadre de recherches menées depuis plusieurs années sur les élites lyonnaises du milieu du XIXe siècle à 19141. L’échantillon a été constitué au moyen de sondages réguliers effectués dans les annuaires lyonnais qui permettent de connaître la liste des membres de la Société d’Agriculture, de la Société de Charité maternelle comme du Bureau de bienfaisance. Ces instances de sociabilité sont peuplées par des notables issus de tous les horizons sociaux, confessionnels, politiques, professionnels et culturels. Dans ce fichier de 540 familles cohabitent ainsi des représentants de la noblesse, des membres de la bonne bourgeoisie, des notables dont l’entrée en bourgeoisie est récente, des élites « viagères » aussi bien médecins, architectes, soyeux qu’avocats…

2À base essentiellement d’archives privées, associatives ou familiales, ce travail au ras des pratiques individuelles et quotidiennes examine les multiples facettes de la vie privée et le système complet des pratiques sociales bourgeoises. En abordant l’univers professionnel du patriciat lyonnais, l’ambition n’était pas de faire l’histoire de la médecine ou du barreau lyonnais mais seulement de déterminer le lien existant entre profession et sociabilité bourgeoise. Partie intégrante de ce monde des élites, les avocats lyonnais partagent un mode de vie bourgeois et participent activement aux sociabilités patriciennes.

  • 2 J-P. Royer, R. Martinage, P. Lecocq, Juges et notables au XIXe siècle, Paris, PUF, 1982, 398 p. ; C (...)

3D’emblée, il convient de souligner la modestie de cette approche au regard du travail réalisé sur les juges au XIXe siècle ou des travaux de référence de Christophe Charle qui examine le monde des universitaires d’un bout à l’autre de la Troisième République2. Faute de sources sérielles et biographiques, une approche prosopographique est pour le moment difficile dans le cadre lyonnais, mais le but de cette communication est, à partir de données exclusivement qualitatives, d’examiner les relations des avocats lyonnais avec la société environnante.

  • 3 C-O. Charbonell, Histoire et Historiens - Une mutation idéologique des historiens français (1865-18 (...)
  • 4 A. Hodieu, Essais de nomenclatures lyonnaises municipales et autres de 1880-1865 suivis de divers o (...)
  • 5 Abbé Vachet, Lyonnais d’hier (1831-1910), Lyon, 1910, 392 p.

4Le monde des avocats joue dans la France du XIXe siècle un rôle sans commune mesure avec son importance numérique3. Tout au long du siècle, Lyon voit son barreau grandir, s’élever et « devenir, dès 1825 ou 1830, l’un des premiers barreaux de France »4. La forte représentation du barreau au sein des Lyonnais « dignes de mémoire » permet de mesurer le poids des avocats dans la société lyonnaise5.

Un monde hétérogène

5D’emblée, le barreau lyonnais apparaît comme un milieu très divers et traversé par de nombreux clivages. Tout d’abord, les voies d’accès à cette profession diffèrent bien souvent. Avocats par passion ou par raison s’y côtoient. Voie royale pour beaucoup de parents, le droit accueille de nombreux indécis qui optent sans conviction pour le métier d’avocat.

  • 6 L. Rousselon, Augustin Crétinon (1860-1947), Lyon, Éd. et Imp. du Sud-Est, 1948, p. 4.
  • 7 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Livre de la famille Valesque, écrit par J. Valesque et B. (...)
  • 8 T. Aynard, Les salons d’autrefois, Lyon, Mougin-Rusand, 1887, 31 p.
9.

6Cependant, certains le choisissent par vocation. Tel est le cas d’Augustin Crétinon déterminé par « un peu de romantisme, l’attrait de l’éloquence et de la controverse, le désir d’être utile en défendant le droit »6. De son côté, Paul Brac de la Perrière désire perpétuer la tradition familiale : « Les leçons données par de tels maîtres étaient de puissants encouragements à servir la Vérité »7. Cette divergence de sentiments en début de carrière légitime un comportement professionnel original. Certains membres du barreau considèrent leur diplôme, non comme une profession mais comme un simple titre. Quelques-uns se font seulement l’avocat de leurs proches, tel Antoine Mollière qui ne plaide qu’au titre de parent ou d’ami. La plupart d’entre eux renonce à exercer, soit pour vivre en rentier, soit par aversion pour ce métier. Futur dirigeant de l’Union du Sud-Est des Syndicats agricoles, Léon Riboud ne peut se plier « aux exigences souvent mesquines de la procédure ». Bibliophile émérite, Louis de Longevialle ne plaide jamais et aime plaisanter sur son « ancienne pseudo-profession ». Au dire de Théodore Aynard, les avocats sans cause ne cessent de proliférer sur le terrain lyonnais8.

  • 9 J. Millevoye, P. Humblot - Souvenirs du barreau lyonnais, Lyon, Mougin-Rusand, 1888, p. 17.

  • 10 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière (1814-1894), 9 janvier (...)
  • 11 Auguste Rivet (1868-1954), Lyon, Imp. E. Vitte, p. 6.
  • 12 L. Andrieux, À travers la République, Paris, Payot, 1926, p. 19.


7Dans l’exercice de leurs talents, les avocats lyonnais ne présentent pas un front uni. Ils sont nombreux à connaître des débuts difficiles. Inscrit au Barreau en 1829, Paul Humblot travaille longtemps « dans son cabinet désert où ne venait pas troubler la visite bienvenue d’un client ». Sur le point de quitter cette ingrate profession, il rencontre deux confrères « qui se firent ses protecteurs et patrons, lui envoyèrent des affaires retentissantes et fournirent un théâtre à son talent »9. Les premiers pas professionnels de Paul Brac de la Perrière sont aussi peu encourageants. Son cabinet « n’est pas chargé d’affaires » et il se plaint de perdre ses matinées à l’audience sans pouvoir plaider10. Futur bâtonnier et doyen de la Faculté catholique de droit, Auguste Rivet prête serment en 1889 mais « il ne s’impose pas au Palais dès le premier jour »11. Continuer la tradition familiale permet bien souvent à l’orateur débutant d’aplanir les difficultés. Louis Andrieux le reconnaît : « L’expérience, les conseils, la clientèle de mon père - avoué près le tribunal civil de Lyon - facilitèrent mes débuts »12. La solidarité professionnelle, un mariage avantageux, un capital de relations sociales permettent de sortir plus ou moins rapidement de cette passe délicate, mais c’est surtout le temps qui joue en faveur du jeune avocat. En effet, le barreau lyonnais apparaît hérissé de barrières générationnelles. Au siècle dernier, les « 

Haut de page

Notes

1 C. Pellissier, Les sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIXe siècle à 1914, Thèse de Doctorat d’Université, Lyon II, 1993, 1223 p. ; C. Pellissier, La vie privée des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, ELAH, 1996, 240 p. et Loisirs et sociabilités des notables lyonnais au XIXe siècle, Lyon, PUL, 1996, 272 p.

2 J-P. Royer, R. Martinage, P. Lecocq, Juges et notables au XIXe siècle, Paris, PUF, 1982, 398 p. ; C. Charle, Les Élites de la République 1880-1900, Paris, Fayard, 1987, 557 p. et La République des Universitaires 1870-1940, Paris, Éditions du Seuil, 1994, 510 p.

3 C-O. Charbonell, Histoire et Historiens - Une mutation idéologique des historiens français (1865-1885), Toulouse, Privat, 1976, p. 277.

4 A. Hodieu, Essais de nomenclatures lyonnaises municipales et autres de 1880-1865 suivis de divers opuscules sur des questions lyonnaises, Lyon, Librairie Thibaudier, 1866, p. 99.

5 Abbé Vachet, Lyonnais d’hier (1831-1910), Lyon, 1910, 392 p.

6 L. Rousselon, Augustin Crétinon (1860-1947), Lyon, Éd. et Imp. du Sud-Est, 1948, p. 4.

7 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Livre de la famille Valesque, écrit par J. Valesque et B. Brac de La Perrière, 203 p.

8 T. Aynard, Les salons d’autrefois, Lyon, Mougin-Rusand, 1887, 31 p.
9.

9 J. Millevoye, P. Humblot - Souvenirs du barreau lyonnais, Lyon, Mougin-Rusand, 1888, p. 17.


10 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière (1814-1894), 9 janvier 1847.


11 Auguste Rivet (1868-1954), Lyon, Imp. E. Vitte, p. 6.

12 L. Andrieux, À travers la République, Paris, Payot, 1926, p. 19.


13 C. Damiron, Souvenirs d’un avocat de province, Paris, Lardanchet, 1949, p. 18.

14 C. Charle, Les élites…, op. cit., p. 127.


15 Auguste Rivet (1868-1954), op. cit., p. 6.

16 Voir C. Pellissier et B. Dumons, « Notice sur la famille Lucien-Brun », dans Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Le Rhône et l’Ain, Éd. Beauchesne, 1994, p. 281-283.

17 Arch. mun. de Lyon, Nouvelles du collège et des anciens de Mongré, février 1928.

18 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Pau ! Brac de la Perrière, 7 janvier 1851.

19 L. Andrieux, op. cit., p. 19.


20 J. Millevoye, op. cit., p. 23.


21 L. Rousselon, op. cit., p. 4.


22 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 30 mai 1849.

23 A. Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris. 1815-1848, Paris, Fayard, 1990, p. 233.

24 Arch. de la famille Jacquand-Perrin, Souvenirs d’Antoine Jacquand (1839-1922).


25 G. Vallet, L’ancienne faculté de droit à Lyon - ses origines - son histoire, Lyon, Mougin-Rusand, 1900, p. 15.


26 Arch. mun. de Lyon, Fonds Guilliermond, 7 II 4-5, lettre du 15 avril 1869.


27 Cité dans J.-D. Durand, dir., Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes, Paris, Les Éditions ouvrières, 1992, p. 160.
28.

28 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 19 mai 1863.

29 Ibid., 9 août 1852.


30 Pages intime Gaston d’Eyssautier, Lyon, Imp. Paquet, 1903, p. 45.


31 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 30 avril 1860.

32 Ibid., 8 août 1862.


33 Ibid., 18 avril 1863.

34 P. Ravier du Magny, Charles Jacquier, l’éloquence faite homme (1845-1928), Lyon, Imp. E. Vitte, 1930, p. 173.

35 C. Damiron, op. cit., p. 108.


36 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 25 juillet et 9 août 1862.

37 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Correspondance de Paul avec son ami Lallier, lettre du 15 septembre 1864.

38 Arch. de la famille Brac de la Perrière, Journal de Paul Brac de la Perrière, 7 février 1864.

39 lbid., 14 avril 1863.


40 lbid., 20 mai 1863.

41 lbid., 22 juin 1863.


42 P. Ravier du Magny, op. cit., p. 136. 43.

43 C. Damiron, op. cit., p. 84.

44 L. Lépine, Mes souvenirs, Paris, Payot, 1929, p. 132.


45 B. Dumons, C. Pellissier, « La Congrégation des Messieurs de Lyon et la Société de Saint-Vincent-de-Paul à Lyon sous la Troisième République - Sociologie comparée », dans Revue de l’Histoire de l’Église de France, t LXXVII, 1992, p. 35-56.

46 D. Dessertine, Le Sauvetage de l’enfance (1890-1990), SLEA, Centre Pierre Léon, p. 60.

47 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1972, p. 304.

48 L. Andrieux, op. cit., p. 21.


49 C.-O. Carbonell, op. cit., p. 277.

50 P. Dockès, Historique de la Société d’économie politique et d’économie sociale de Lyon (1866-1966), Lyon, lmp. Bonnaviat, 1966, p. 26.

51 D. Lejeune, Les alpinistes en France (1875-1919), Paris, Éd. du CTHS, 1988, p. 56.


52 F. Thélamon, dir., Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, 1987, p. 636.

53 J.-P. Chaline, La bourgeoisie rouennaise au XIXe siècle, Thèse de doctorat d’État, Paris IV, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Pellissier, « La sociabilité du barreau lyonnais du milieu du XIXe siècle à 1914 », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27), p. 107-125.

Référence électronique

Catherine Pellissier, « La sociabilité du barreau lyonnais du milieu du XIXe siècle à 1914 », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27) [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/279

Haut de page

Auteur

Catherine Pellissier

Professeur de classes préparatoires, Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org