Navigation – Plan du site
Élites et sociabilité au XIXe siècle - Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.)
Conclusion

Échos et rebonds

Jean-Paul Barrière
p. 219-221

Texte intégral

  • 1 Citation trouvée dans une enquête conservée par les Archives départementales de Bouches-du-Rhône (X (...)

1Au terme de cette journée d’étude, nous espérons avoir fait mentir le maire de La Ciotat qui, en 1824, déplorait qu’il y eût « moins de sociabilité qu’autrefois »1 ; à tout le moins, la chaleur de notre rencontre a pu compenser la hauteur des plafonds de cette magnifique salle d’Anchin. Les participants ont, une fois encore, montré la polysémie de la sociabilité. Cependant, plasticité de la notion ne signifie pas déliquescence ou évanouissement. Nous avons, bien entendu, pu y retrouver, selon la terminologie soulignée par Maurice Agulhon, une signification psychologique, concrète (Geselligkeit, la qualité de ce qui est sociable), et un sens sociologique (Vereinswesen, qui fonde la sociabilité organisée), plus abstrait. Déjà, le sociologue allemand Ferdinand Tönnies avait distingué la « communauté » (Gemeinschaft) de la « société » (Gesellschaft), l’une domaine de la « volonté organique » et des liens affectifs, la seconde exprimant une volonté rationnelle traduite par la norme écrite. Pourtant, les communications de ce jour ont rappelé que toute la vie en société n’est pas du ressort de l’échange rationnel ou du contrat, même pour des groupes qui en font leur métier.

2Émile Durkheim, certes très critiqué par ses suivants, a utilisé la notion de sociabilité pour qualifier cet espace intermédiaire entre la famille, la profession et l’État. Or, l’analyse de la sociabilité des élites au XIXe siècle empiète largement sur ces différents domaines : les membres de la prétendue « famille judiciaire » (avocats parisiens, lyonnais ou douaisiens, notaires provinciaux, jurisconsultes catholiques…), les initiés des loges maçonniques et les adhérents des sociétés savantes nordistes, par exemple, exploitent pleinement leurs réseaux familiaux pour conforter leurs groupements, leurs organisations. D’un autre côté, ces dernières subissent souvent les ingérences de pouvoirs publics locaux ou nationaux qui les encouragent, les freinent ou les utilisent à leurs fins propres, dépassant fréquemment les bornes du strict cadre légal.

3En tout état de cause, ce colloque, rappelant comme d’autres avant lui l’historicité des modes de sociabilité et l’importance d’une Histoire « représentée », a insisté sur l’articulation entre les héritages d’Ancien Régime et les formes mutantes de relations interpersonnelles, régénérées, recyclées ou innovantes. En témoigne la manière dont elles alimentent les cadres de l’animation politique et culturelle sous le Directoire et durant toute la première moitié du XIXe siècle. La distinction élitaire ne se satisfait pas d’un type unique de sociabilité : par essence protéiforme, elle se déploie dans maints registres, en fonction des goûts individuels, des héritages locaux ou familiaux. En matière politique, Bernard Gainot a pertinemment rappelé la distinction fonctionnelle entre trois configurations de la sociabilité : latente, dormante (ou de repli) et publique. Cette dernière apparaît bien alors comme la pierre de touche de la notabilité : pas seulement pour l’aristocratie — phénomène prévisible et bien connu — mais aussi, notamment, chez les juristes. Peu à peu, certaines formes de sociabilité apparues dans des catégories sociales, professionnelles ou culturelles déterminées, débordent du cadre qui les a vu naître.

4Cependant, au fil du XIXe siècle, la professionnalisation prend progressivement le relais de pratiques sociales plus informelles. Non qu’elles disparaissent évidemment, mais elles ne suffisent plus, à l’ère de la méritocratie républicaine proclamée et de la compétence revendiquée, à renforcer le sentiment communautaire : les héritiers doivent aussi exciper de leur aptitude, attestée ou non par un diplôme, les techniciens garantir leur spécialité, comme le montre le clivage croissant entre amateurs et musiciens, auditeurs et acteurs, somme toute source de certaines discriminations.

5Les orateurs ont bien montré que l’accent mis par un groupe, dans sa quête inassouvie d’identité et d’équilibre, sur les formes ostensibles de sociabilité, avait un usage externe autant qu’interne. En puisant dans des recettes éprouvées, en les détournant ou en les inventant, le collectif se construit dans un double mouvement de résistance commune face à un ennemi, supposé ou réel, et de fabrication d’un liant communautaire. Ainsi, la publication d’une revue ne constitue qu’un des éléments, certes essentiel, cimentant la société des jurisconsultes catholiques. De même, l’individu au travail ne se définit pas seulement par son appartenance à une structure professionnelle, devenue obligatoire en droit (ordre corporatif) ou en fait. Nous avons rencontré chemin faisant une mémoire du métier ou du groupe, qui se forge ses lieux, ses temporalités aux rythmes spécifiques, ses mythes, même dans les espaces les plus impersonnels ou ingrats. Il existe dans le monde professionnel ou associatif une combinaison de rites, une gestuelle, voire une scénographie, dont l’étude demeure encore largement l’apanage de l’anthropologue, de l’antiquisant ou du médiéviste. Autant de voies qui, en dépit des progrès réalisés, mériteraient d’être suivies plus systématiquement par les spécialistes des époques moderne et contemporaine.

6Qu’il nous soit permis ici de remercier une vénérable et vigoureuse société savante d’avoir donné aux historiens l’occasion de former des projets…

Haut de page

Notes

1 Citation trouvée dans une enquête conservée par les Archives départementales de Bouches-du-Rhône (XII M4) et rappelée dans sa préface par M. Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence : essai sur la sociabilité méridionale, Paris, Fayard, nouv. éd. 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Barrière, « Échos et rebonds », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27), p. 219-221.

Référence électronique

Jean-Paul Barrière, « Échos et rebonds », in Hervé Leuwers, Jean-Paul Barrière et Bernard Lefebvre (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 27) [En ligne], mis en ligne le 14 octobre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/289

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org