Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
Bède et ses sources

Bède lecteur de Tyconius dans l’Expositio Apocalypseos

Jean-Marc Vercruysse
p. 19-30

Résumé

When Bede composed the earliest of his commentaries on the Scriptures, the Expositio Apocalypseos (CCSL CXXI A), he quoted his principal source, Tyconius, who wrote the Book of Rules, a handbook of biblical hermeneutics, and the Commentary on the Book of Revelation, today lost. Although Augustine commented on the limited usefulness of the rules in his De Doctrina Christiana (III, XXX, 42 – XXXVII, 56), the introductory epistle defends the relevance of its hermeneutical principles. The ten explicit references to Tyconius in the Expositio are mainly related to an ecclesiastical interpretation of the text that Bede did not necessarily share, but that he thought worth mentioning. The donatist’s two works provided the monk of Jarrow with a method of exegesis and an allegorical interpretation of the Book of Revelation at the moment when he was beginning his own exegetical work.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 R. Gryson en rappelle les annonces successives et avortées qui ont émaillé le XXe siècle dans son a (...)
  • 2 Bedae Presbyteri Expositio Apocalypseos, R. Gryson éd., CCSL CXXI A (Bedae Opera Pars II/5), Turnho (...)

1Le Commentaire sur l’Apocalypse est sans doute le premier écrit exégétique de Bède, que l’on peut situer entre 703 et 710. Bède a une trentaine d’années ; il est déjà prêtre, mais fait ses premiers pas dans le domaine de l’exégèse. Son Expositio Apocalypseos n’a pas eu la même faveur chez les spécialistes que son Histoire ecclésiastique du peuple anglais – loin s’en faut –, notamment parce qu’il manquait une recension moderne et scientifique du texte1. R. Gryson, maître d’œuvre du volume sur l’Apocalypse pour la Vetus Latina de Beuron, vient de pallier cette lacune en publiant, au Corpus Christianorum, une édition magistrale de l’ouvrage qui fera désormais référence2.

  • 3 En attendant la parution de notre édition commentée dans la collection des « Sources Chrétiennes », (...)

2L’une des principales sources de l’Expositio Apocalypseos est Tyconius. Bède le mentionne dès la préface. Après avoir décliné les sept parties qui composent le livre de l’Apocalypse, il estime nécessaire de rappeler chacune des règles herméneutiques du donatiste et justifie leur emploi dans son propre commentaire. Rappelons que Tyconius est un laïc africain de la seconde moitié du quatrième siècle. D’abord partisan du mouvement donatiste, il en a été exclu suite aux critiques qu’il a formulées à l’égard de ses coreligionnaires. Sa conception d’une Église universelle était trop proche du parti catholique. La seule œuvre de Tyconius qui nous ait été conservée est le Liber regularum. L’ouvrage marque une étape non négligeable dans l’histoire de la patristique. Il peut être considéré comme le premier manuel d’herméneutique biblique, au moins en langue latine3. La démarche de Tyconius est fondée sur sept « règles mystiques » (« regulae mysticae »), intrinsèques à l’Écriture, que l’Esprit Saint, en qualité de rédacteur de la Bible, a utilisées pour obscurcir le sens du texte sacré. Pour comprendre la « logique » (« ratio ») de ces principes de rédaction, l’auteur fournit les outils herméneutiques appropriés qu’il emprunte essentiellement à la rhétorique traditionnelle. Dans le Livre des Règles, Tyconius apparaît comme un théologien subtil à l’esprit indépendant tant à l’égard des catholiques que des donatistes et comme un exégète maîtrisant avec dextérité l’interprétation spirituelle.

3C’est la présence de Tyconius, dans la préface mais aussi à l’intérieur du Commentaire, que nous nous proposons d’examiner maintenant. Elle nous permettra de voir quels rapports Bède entretient avec son sulfureux prédécesseur, alors qu’il entreprend une œuvre exégétique qui constituera bientôt la part la plus importante de ses travaux. Cette relation avec Tyconius éclairera aussi le choix de Bède pour le livre de l’Apocalypse.

Tyconius dans la lettre-préface à Eusebius

  • 4 CCSL 121A, Praefatio, p. 221-233. Les trois mouvements qui composent la Préface se répartissent de (...)
  • 5 Cf. Bede, In I Samuhelem IV (CCSL 119, p. 212, 15-20). Hwaetberth est aussi le dédicataire du De te (...)
  • 6 Gennadius, Liber de uiris inlustribus, éd. E. C. Richardson, coll. « Texte und Untersuchungen zur G (...)
  • 7 Tyconius, Liber regularum, Règle III, p. 29, 7-28. Voir K. B. Steinhauser, The Apocalypse Commentar (...)
  • 8 Cf. Thesaurus Linguae Latinae, art. « periocha 1.b », vol. X/1, Stuttgart et Leipzig, 1997, col. 14 (...)

4La préface de l’Expositio4 se présente sous la forme d’une lettre adressée à Hwaetberth, le futur abbé de Wearmouth et Jarrow, que Bède appelle Eusébius à la suite des frères qui ont reconnu sa piété5. L’influence de Tyconius est sensible dès l’incipit. Bède explique que dans l’Apocalypse Dieu a voulu révéler les guerres et les incendies intérieurs de son Église (« bella et incendia intestina ecclesiae »). Le thème de la guerre intestine rappelle l’un des ouvrages perdus de Tyconius, le De bello intestino que mentionne Gennadius6, ainsi que la lutte fratricide entre Ésaü et Jacob dans le sein de leur mère, objet d’un long développement dans la Règle III du Liber Regularum7. Bède utilise aussi à plusieurs reprises la notion de récapitulation présentée dans la Règle VI et fondamentale dans toute l’exégèse du donatiste. Il a recours également au terme grec latinisé « periocha » pour désigner les différentes sections du texte dont l’emploi n’est attesté dans ce sens que chez Tyconius, et déjà dans la Règle IV8.

  • 9 F. C. Burkitt, The Book of Rules of Tyconius, Introduction, p. XXI, et Th. W. MacKay, « Bede’s Bibl (...)
  • 10 Augustin, De doctrina christiana III, XXX, 42-56 (BA 11/2, p. 292-318).

  • 11 Tyconius, Liber regularum, Règle VII, p. 82, 17 et p. 84, 19.
  • 12 À la suite de Th. W. MacKay, art. cit., p. 218 et R. Gryson, CCSL 121 A, p. 230, 109.

  • 13 Grégoire, Moralia in Job XXXIII, XIII, 27 (CCSL 143 B, p. 1697, 1-2 et 10).

5Pour la deuxième partie de la préface, Th. Mackay, à la suite de F.C. Burkitt, a montré que Bède résumait le Liber regularum non pas d’après Tyconius lui-même mais à travers la lecture qu’en a faite Augustin9. Au livre III du De Doctrina Christiana l’évêque d’Hippone consacre en effet plusieurs pages à présenter le manuel d’herméneutique dans une analyse frappée du sceau augustinien qui assurera la postérité des « règles » mais dispensera pour longtemps de recourir à l’original donatiste10. Bède reprend scrupuleusement l’essentiel de la synthèse augustinienne, chapitre par chapitre, à l’exception singulière de la Règle VII. Pour cette dernière, il se limite à définir, avec les mots d’Augustin, la spécificité des rapports entre le diable et son corps, puis ajoute et commente deux citations particulières. La première est empruntée au livre de Job (Jb 40, 22), la seconde à Matthieu - extraite de la parabole des dix vierges (Mt 25, 11). Ces deux versets n’apparaissent nulle part dans le De Doctrina Christiana. Néanmoins, dans la Règle VII du Liber regularum, Tyconius cite Job 41, 22 (d’après la LXX) et Matthieu 25, 14 - début de la parabole des talents11. Le contexte est certes voisin mais le rapprochement demeure trop incertain. Il est préférable d’y voir12 un emprunt aux Moralia in Job de Grégoire le Grand (XXXIII, 27) qui cite les deux passages dans une page consacrée au Léviathan13. Autrement dit, Bède, malgré cette liberté prise avec la fin de la présentation d’Augustin, n’a apparemment jamais eu sous les yeux le Livre des Règles.

6Cependant, en dehors du résumé proposé dans le De Doctrina Christiana, plusieurs autres épitomés ont circulé au début du Moyen Âge. Bède en a-t-il eu connaissance ?

  • 14 J.-B. Pitra, Spicilegium solesmense III, Paris, 1855, p. 397-398 et P. Cazier, « Cassien auteur pré (...)
  • 15 F. C. Burkitt, The Book of Rules of Tyconius, Appendix I, p. 89-98. Voir également P. Bright, « ‘Th (...)
  • 16 Isidore de Séville, Sententiae 19, CCSL 111, p. 65-71. La Règle VII se trouve à la page 71. Cf. P.  (...)
  • 17 Augustin, De doctrina christiana III, XXXVII, 55 (BA 11/2, p. 316).


7Le premier, édité par Dom Pitra puis étudié par P. Cazier14, émane des milieux semi-pélagiens du sud de la Gaule. Cassien en est peut-être l’auteur. Mais le texte suit fidèlement Augustin, excepté pour la Règle III qui porte justement sur la grâce. Le deuxième est connu sous le nom d’épitomé de Monza15. Malheureusement si la Règle VII y est annoncée en titre, le manuscrit s’arrête sur ces mots et nous prive de la présentation de cette dernière partie et de toute comparaison avec Bède. Une troisième relation du Liber Regularum a été donnée par Isidore de Séville dans ses Sentences16. Pour la Règle VII, en dehors du fait que le texte biblique s’appuie sur la Vulgate, le résumé d’Isidore se réfère uniquement à Is 14, 12 que l’on trouve dans le De Doctrina Christiana17.

  • 18 Bède, In Cantica canticorum VI (CCSL 119 B, p. 359-375).


8L’illustration scripturaire qu’utilise Bède lorsqu’il résume la Règle VII ne présente donc pas d’équivalent dans les différents épitomés connus. Si Bède suit fidèlement Augustin pour les six premières Règles, il s’en écarte manifestement pour la dernière et témoigne d’une réelle liberté à l’égard de sa source. Les Moralia in Job étaient familières au moine de Jarrow. L’index de l’Expositio Apocalypseos compte trente-cinq références à cette œuvre dont cinq relèvent du seul livre XXXIII qui nous occupe. On sait que dans le Commentaire sur le Cantique des Cantiques, le livre VI repose entièrement sur un dossier scripturaire emprunté à Grégoire le Grand18. R. Gryson suppose que Bède avait procédé de la même manière, sous forme de fiches, pour l’Apocalypse. Il n’est dès lors pas étonnant que le passage à propos du Léviathan dans Job lui soit revenu à l’esprit quand il s’est agi d’exposer la Règle VII de Tyconius sur le diable.

  • 19 Augustin, De doctrina christiana III, XXX, 43 (BA 11/2, p. 294-296).

  • 20 CCSL 121A, Praefatio, p. 231-233, 128-129 : « sicut, de eo dictum est, ueluti rosa in spinis efflor (...)
  • 21 Primasius reprend une image de Virgile citée par Donat (Vita Vergilii 31) : « Sicut autem pretiosa (...)

9Dans la dernière partie de la lettre-préface, Bède souligne que les « règles » de Tyconius ne sont pas seulement valables pour l’Apocalypse, mais aussi dans toute l’Écriture canonique (« in omni quoque Scriptura canonica ») et notamment dans les passages prophétiques (« et praecipue prophetica »). Par cette approbation générale, Bède prend à nouveau ses distances avec Augustin qui contestait à Tyconius sa prétention à répondre à toutes les difficultés de l’Écriture19. Il se montre même particulièrement élogieux à l’égard du donatiste et reprend à son compte un propos très flatteur (malheureusement impossible à identifier) qui le compare à « une rose parmi les épines » (« ueluti rosa in spinis effloruit »)20. On est loin de l’appréciation condescendante d’un Primasius d’Hadrumète qui se risquait, en lisant Tyconius, à recueillir avec précaution la perle tombée dans le fumier afin de la nettoyer et de lui rendre tout son éclat21 !
La seule réserve émise par Bède porte sur les passages où Tyconius

  • 22 CCSL 121 A, Praefatio, p. 231, 114-125.

  • 23 Il s’agit de l’ordonnance de Valentinien Ier au proconsul Iulianus, datée du 20 février 373. Mais c (...)
  • 24 À l’exception de la constitution de Gratien du 17 octobre 377 mais dont l’application fut très rest (...)
  • 25 Si elle n’est pas employée dans les textes officiels, elle apparaît dans les écrits polémiques. Voi (...)

10rapprochait les persécutions subies par les donatistes de celles décrites dans l’Apocalypse22. Or, Bède situe ces persécutions sous le principat de Valentinien (« principe Valentiniano ») et précise que, considérés comme des hérétiques, les donatistes ont vu « leurs églises et leurs communautés, leurs maisons et leurs domaines livrés aux mains des catholiques » et « leurs prêtres envoyés en exil ». Cette affirmation soulève plusieurs difficultés. Tyconius étant mort avant 400, l’empereur en question doit être identifié à Valentinien Ier qui régna de 364 à 375, car il est le seul sous ce nom à avoir pris une mesure antidonatiste au IVe siècle23. Cependant l’accusation d’hérétique n’a été officiellement portée contre les donatistes qu’en février 405 et tant la remise des biens donatistes aux catholiques24 que l’exil de leurs prêtres n’ont jamais été ordonnés par l’autorité impériale durant la période qui va du rescrit de tolérance de Julien (362) à l’édit d’union d’Honorius (403). Comme le Livre des Règles ne mentionne aucune date et aucun événement politique ou religieux précis, de même qu’il ne cite aucun autre texte que les Écritures, on peut supposer que c’est dans le propre Commentaire sur l’Apocalypse de Tyconius que Bède a trouvé le nom de Valentinien, même s’il n’existe pas pour cette référence historique de parallèles chez les témoins (antérieurs et postérieurs) de l’ouvrage perdu. Tyconius faisait sans doute allusion dans son Commentaire à d’autres persécutions subies par les donatistes - comme l’exil de ses chefs sous Constant Ier (337-350) - que Bède aura placées sous le seul nom de Valentinien dont on remarquera d’ailleurs qu’il n’en précise pas le rang alors que l’Histoire romaine en compte trois : Valentinien Ier, son fils Valentinien II, ainsi qu’un troisième empereur du même nom, Valentinien III, fils de Constance III et Galla Placidia, qui monta sur le trône d’Occident en 424. Le nom de Valentinien couvre de cette manière une période de soixante-quinze ans, de 365 à 455, trop étendue pour correspondre aux dates de Tyconius. La référence à Valentinien se révèle vague et imprécise, et le terme d’hérétique une appellation officiellement abusive au IVe siècle25 mais que Bède utilise d’une manière générique sans réel souci d’exactitude historique.

  • 26 CCSL 121 A, Praefatio, p. 231, 116.


11Toujours est-il que, dans la lettre-préface, Bède se montre très laudatif à l’égard de Tyconius et n’hésite pas à affirmer que sa méthode herméneutique est formulée « ueridice satisque catholice »26. Bède pouvait dès lors utiliser abondamment l’exégèse de l’Africain dans son explication du dernier livre biblique.

Les références explicites à Tyconius dans l’Expositio

  • 27 Néanmoins, K.B. Steinhauser a montré que Bède ne nous renseignait pas sur la structure du Commentai (...)
  • 28 Les passages sont numérotés entre crochets et le texte est donné en annexe de l’article.

12À la suite du Liber regularum, Tyconius avait rédigé un Commentaire sur l’Apocalypse, aujourd’hui perdu, mais dont l’influence fut considérable sur les auteurs médiévaux. Parmi eux, il faut citer Césaire d’Arles, Primasius et, à la fin du VIIIe siècle, le moine des Asturies, Beatus de Liébana. Bède en est sans doute le plus fidèle témoin27. Il n’est pas envisageable dans le cadre de cette étude de passer en revue toutes les allusions recensées par l’édition du « Corpus Christianorum », ni même d’examiner en détail les très nombreux parallèles possibles. Nous allons nous limiter à l’examen des dix références explicites à Tyconius, dont trois sont de véritables citations28.

  • 29 Augustin, Enarrationes in Psalmos CVIII, 26 (CCSL 40, p. 1599, 25-29).

13Le premier passage concerne Ap 5, 6. Il s’agit d’identifier l’agneau, qui apparaît « comme égorgé » au milieu du trône, des quatre animaux et des anciens. À la suite d’Augustin dans ses Enarrationes in Psalmos29, Bède écrit que le Seigneur est agneau au moment de mourir, innocent et lion quand il vainc la mort. Il se réfère ensuite à Tyconius qui assimile l’agneau à l’Église lorsqu’elle reçoit toute sa force dans le Christ. Sont mises en parallèle l’interprétation christologique - réminiscence d’Augustin - et la lecture ecclésiologique de Tyconius, clairement identifiée. Mais Bède ne prend pas parti, à moins de voir une hiérarchie dans l’ordre de présentation [1]. De la même façon, en conclusion de son exégèse du chapitre XIV, Bède rapporte sur près de dix lignes que Tyconius assimile la moisson et la vendange des nations lors du Jugement à l’Église. Celle-ci brille à nouveau après les flammes de la persécution et détient le pouvoir de lier et de délier. Ce long développement placé à la fin du deuxième livre du Commentaire n’entraîne pourtant ni observations ni remarques particulières de la part de Bède [6]. On trouve encore un exemple de cette attitude à propos des différents fléaux que renferment les coupes. Lorsque le dernier ange verse la septième coupe (Ap 16, 17), Bède indique que jusqu’à présent sous le nom de plaie a été décrite l’ultime persécution. Mais Tyconius lui donne une acception contraire. C’est pour lui une plaie incurable et l’effet d’une grande colère que de recevoir le pouvoir de pécher, notamment contre les saints, sans être puni. Son interprétation prend le contre-pied de la lecture traditionnelle du lemme. De fait, Bède la cite intégralement pour ne pas en déformer le contenu, mais il se contente de l’introduire avec l’expression « a contrario » sans porter le moindre jugement [7].

14Bède lecteur de Tyconius dans l’Expositio Apocalypseos 25 D’autres références à Tyconius ne présentent pas la même neutralité et sont présentées différemment.

15Au chapitre huit, les sept anges aux sept trompettes s’apprêtent à sonner. Lorsque résonne la première d’entre elles « grêle et feu de sang s’abattent sur la terre » (Ap 8, 7). Pour Bède, le feu et le sang représentent la mort que connaît l’âme spirituelle de chaque homme. Mais Tyconius, dont les propos sont rapportés tels quels, considère que c’est là le signe de la colère divine entraînant la disparition de la multitude. Le moine de Jarrow s’intéresse à la destinée de chaque individu alors que le donatiste envisage le sort collectif des impies [2]. Pareillement, Bède identifie la Bête, dont l’Ange explique la symbolique en Ap 17, 8, au diable, alors que Tyconius l’apparente à l’ensemble du corps du diable qui, de génération en génération, se perpétue dans le mal. Il y a ici divergence sur l’application de la Règle VII [8].

  • 30 Cf. R. Ray, « What do we know about Bede’s Commentaries ? », Recherches de Théologie ancienne et mé (...)
  • 31 Cf. J. S. Alexander, « Some Observations on Tyconius’Definition of the Church », Studia Patristica (...)

16La fin du verset 7 d’Ap 8 précise que « furent consumés un tiers de la terre, un tiers des arbres et toute l’herbe verte ». Pour Bède, l’herbe est une métaphore de la chair humaine d’après Is 40, 6 (« toute chair est de l’herbe ») dont la source, si l’on en croit les parallèles, semble être déjà Tyconius. La paternité de l’interprétation est sans ambiguïté dans la suite quand Bède rapporte la tripartition tyconienne de l’humanité. Chaque tiers de la terre, des arbres et de l’herbe verte est respectivement assimilé à l’Église, aux faux frères - tous deux s’affirmant chrétiens - et aux païens [3]. On retrouve la même répartition en Ap 12, 4. Lors de l’apparition de la Femme se dresse le Dragon dont la « queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre ». L’exégèse habituelle considère que « le tiers des étoiles » représente une partie des anges au service de Lucifer dans sa rébellion contre Dieu. Pour Tyconius, ce troisième groupe d’étoiles symbolise les « faux frères », les deux autres représentant à nouveau l’Église (« ecclesia ») et les « ennemis de l’extérieur » (« hostes forinseci »). Ici, Bède use de la formule « more suo » pour rapporter l’interprétation de Tyconius, comme il utilise ailleurs l’expression « more Scripturae » pour souligner des formulations proprement bibliques qui n’appartiennent pas à la rhétorique classique30. « More suo » nous renvoie en l’occurrence à l’ecclésiologie du donatiste. Ce dernier distingue l’Église en tant que telle et les païens. Mais à l’intérieur de l’Église se trouvent rassemblés les chrétiens véritables qui appartiennent sincèrement au Christ et d’autres qui ne sont que des chrétiens de façade, par le nom ou par l’apparence, disciples du Diable31. Nous retrouvons dans cette explication la notion de « corps bipartite du Seigneur » que Tyconius traite dans la Règle II du Liber Regularum. « More suo » reflète la situation de l’Église d’Afrique du IVe siècle, déchirée entre les communautés catholique et donatiste. Bède juge malgré tout utile, sans doute par souci d’exhaustivité, de transcrire la préoccupation majeure de Tyconius dans son œuvre [4].

  • 32 Tertullien, De resurrectione mortuorum 27 (CCSL 2, p. 956, 1-5) ; Augustin, De sancta uirginitate 2 (...)

17De même, la cinquième référence - dans l’ordre de l’ouvrage - porte sur l’Agneau entouré des 144 000 hommes marqués du sceau de Dieu et dont la virginité est louée puisqu’ils ne « se sont pas souillés avec des femmes » (Ap 14, 5). Bède comprend l’expression au sens propre, comme l’ont fait avant lui Tertullien et Augustin32. Tyconius, pour sa part, lui accorde une valeur générale. Les rachetés dans leur état de virginité ne sont pas compris au sens littéral, mais comme l’ensemble de l’Église qui entretient une foi pure et innocente. Pour rapporter cette lecture, Bède oppose les termes « specialiter » et « generaliter » qui renvoient au concept herméneutique fondamental développé dans la Règle IV, De genere et specie. Pour Tyconius l’« espèce » relève de la réalité historique et le « genre » intéresse le Christ et surtout son Église. Les deux termes sont utilisés en fait dans une perspective typologique. Bède cite à l’appui la Seconde Épître aux Corinthiens 11, 2 que l’on retrouve dans la Règle I quand Tyconius explique justement que l’Apôtre appelle tout son peuple « vierge sainte ». Malgré la divergence de lecture, l’exégèse du donatiste est fidèlement intégrée au commentaire [5].

18Autre cas de figure, lors du premier combat eschatologique (Ap 19, 21), l’épée du Cavalier a tout exterminé et « les oiseaux se repurent de leurs chairs ». Bède fait une nouvelle citation explicite introduite comme les deux autres par : « Tyconius sic exponit ». Le donatiste distingue la lutte présente que doit mener l’Église et sa situation à la fin des temps. Aujourd’hui, le combat est rude entre les chrétiens et leurs ennemis, mais à la résurrection l’Église vaincra définitivement. Les mots de Tyconius ne contredisent pas ici la lecture de Bède mais la précise [9].

19La dernière citation se rapporte à Ap 20, 13 : « La mer rendit ses morts, et la Mort et l’Hadès rendirent leurs morts, et chacun fut jugé selon ses œuvres ». Elle constitue une exception car elle nécessite de confronter le texte de Beatus avec celui de Bède. D’après l’évêque espagnol, toujours très prolixe, Tyconius donnait d’abord une explication spirituelle (« spiritaliter ») du passage dans laquelle la mer représentait le monde terrestre et les morts rendus par la mer étaient les vivants que le Christ trouvera au jour du Jugement ; puis l’Africain procédait à une lecture littérale (« secundum litteram ») où la mer restituait au jour du Jugement ceux qu’elle avait tués. Bède laisse entendre qu’il cite Tyconius pour illustrer le sens littéral alors qu’en réalité les propos rapportés relèvent de son explication spirituelle puisque ce sont les mêmes termes que l’on trouve chez Beatus pour la première partie du commentaire. Cette dernière référence apparaît confuse et moins probante [10].

  • 33 CCSL 121A, Introduction, p. 154.

20Tel est l’inventaire que l’on peut dresser des recours manifestes de Bède à Tyconius. On regrettera qu’aucun des passages concernés ne se retrouve dans le Liber regularum bien que l’on compte dans cet ouvrage plusieurs citations de l’Apocalypse. En tout cas, ces dix références nominatives dépassent en nombre celles à Jérôme, Augustin et Grégoire réunis33. Elles témoignent du crédit que Bède accorde au donatiste car il le cite sans précaution oratoire, ni appréciation péjorative. Ces mentions explicites interviennent surtout lorsque Tyconius se démarque de l’interprétation traditionnelle pour l’infléchir dans une perspective ecclésiologique. Mais l’influence de l’Africain nous semble être aussi à l’origine même du Commentaire de Bède.

Le choix du livre de l’Apocalypse

  • 34 « Ne ea quae propter nos scripta sunt nostro nos torpore uel incuria quasi aliena praetereant » (In (...)
  • 35 CCSL 121A, Praefatio, p. 233, 141.
  • 36 « collegi ex his ( = Patrum operibus)… quae rudem adhuc possent instituere lectorem » (In Genesim, (...)

21On peut s’interroger sur les raisons qui ont conduit Bède dans cette première entreprise exégétique à choisir l’Apocalypse. Le dernier livre biblique se prête plus qu’aucun autre à une lecture allégorique. Or Bède pense que les Écritures ont un message à délivrer à chacune des générations chrétiennes34. Toutes les époques se doivent de rechercher des enseignements dans la Bible. De plus dans la lettre-préface de l’Expositio, Bède parle de l’« inertia » de son peuple35 et dans l’introduction à l’Hexaméron, il précisera qu’il s’adresse à un public fruste - « rudem lectorem »36 - auquel il cherche à transmettre un enseignement édifiant que la lecture allégorique facilite.

  • 37 Voir notamment pour la Règle VII, notre étude « L’illustration scripturaire dans la Règle VII du Li (...)

22La démarche de Tyconius n’était guère différente au IVe siècle. Il paraît assurer que son Commentaire sur l’Apocalypse est postérieur au Livre des Règles. Dans son ouvrage théorique, le donatiste attirait l’attention de son lecteur sur les promesses et les menaces que l’Écriture adresse à certaines nations ou à certains personnages. Pour ce faire, il privilégiait le sens spirituel et soulignait la pertinence des textes prophétiques pour l’Église chrétienne de son temps. Celle-ci n’était pas, à ses yeux, une société parfaite mais composée de bons et de mauvais membres qu’il fallait conduire au repentir. L’importance accordée aux citations prophétiques dans le Liber regularum37 annonce la lecture allégorique du livre de Jean où, comme le signale Bède dans sa lettre-préface, les persécutions étaient interprétées à l’aune du conflit entre catholiques et donatistes. Pour Tyconius les Écritures délivrent un vif avertissement aux chrétiens et un appel pressant à une conversion sincère et profonde. Pour Bède, comme l’exprimera plus tard l’Histoire Ecclésiastique, le chrétien dans l’Église est aussi appelé à diffuser la Parole divine. Si l’époque des persécutions est révolu, nombreux sont les barbares qu’il faut encore convertir.

  • 38 Sur les rapports que Bède a entretenus avec ces deux auteurs, voir Th.W. MacKay, « Augustine and Gr (...)

23La place essentielle réservée au donatiste, surprenante dans un premier temps sous la plume très catholique de Bède, trouve ainsi une justification méthodologique. Le rappel dans la préface des sept « règles » conduit ensuite au choix du dernier livre néotestamentaire, propice à une lecture spirituelle en des temps de conversion. Les deux ouvrages – le Liber regularum et le Commentaire de l’Apocalypse - offraient au moine de Jarrow qui s’initiait au commentaire biblique deux assises solides. Bède pénétrait avec Tyconius sur un chemin exégétique bien tracé et bordé de référents herméneutiques dignes d’être suivis et d’apporter confiance et sûreté. La nature programmatique de la lettre-préface trahit ainsi le besoin qu’a eu Bède de se justifier et de placer son entreprise sous l’autorité des auteurs les plus illustres en la matière : Tyconius d’une part, mais aussi Augustin et Grégoire le Grand38.

Tradition et indépendance

  • 39 Cf. Decretum Gelasianum de libris recipiendis et non recipiendis 5, 7 (coll. « Texte und Untersuchu (...)

24Que Bède emprunte aux Pères qui conduisent à l’intelligence des Écritures, en l’occurrence au livre de l’Apocalypse, n’a rien de surprenant. C’est là une pratique commune à toute l’exégèse médiévale. Il est plus remarquable qu’il notifie l’origine de ses citations et n’hésite pas, dans l’Expositio Apocalypseos, à revendiquer Tyconius comme sa source principale malgré les réserves exprimées par l’évêque d’Hippone et par d’autres quant à l’orthodoxie de son exégèse. Bède a su s’affranchir de l’autorité augustinienne pour défendre un choix audacieux quand on se souvient que le décret du pseudo-Gélase, au début du VIe siècle, rangeait encore Tyconius parmi les auteurs que « l’Église Romaine, catholique et apostolique » ne pouvait admettre en aucune façon et que « les catholiques devaient éviter »39.

25Il faut toutefois préciser que le contexte historique et théologique a changé. Lorsqu’Augustin combat le donatisme, ses partisans constituent, depuis près d’un siècle, une véritable Église parallèle en Afrique du Nord et la conférence de Carthage de 411 n’éradiquera pas complètement le mal. À la mort de Primasius, vers 555, il subsiste encore des fidèles donatistes et le schisme demeure un souvenir douloureux pour l’évêque d’Hadrumète. En revanche, au début du VIIIe siècle, dans l’abbaye de Jarrow, le mouvement donatiste appartient à l’histoire de l’Église et l’éloignement dans le temps et dans l’espace - comme en témoigne l’imprécision sur l’empereur Valentinien à propos des persécutions - autorise Bède à faire preuve d’une plus grande bienveillance à l’égard de sa source africaine.

  • 40 L’influence que l’herméneutique du donatiste a pu avoir dans les autres écrits de Bède reste sujet (...)
  • 41 CCSL 121A p. 233, 130-131.

26De fait, pour inaugurer sa longue carrière d’exégète, Bède trouva chez Tyconius l’assurance et la matière de son premier commentaire40 qu’il exploita avec honnêteté, animé par un réel souci d’offrir à son lecteur une large palette interprétative. Néanmoins perçaient déjà l’ampleur et le génie de l’œuvre à venir quand Bède affirmait, à la fin de sa lettre-préface, qu’il avait su éclaircir et compléter l’exégèse parfois trop subtile de Tyconius, et ce « quantum uel magistrorum traditione uel memoria lectionis uel etiam captu nostri sensus »41.

Tableau récapitulatif des dix passages où Tyconius est nommément cité par Bède

n° ordre

Ap

passage commenté

Commentaire sur l’Apocalypse de Bède

livre et chapitre

références explicites à Tyconius

Éditions

CCSL 121 A (PL 93)

1

Ap 5, 6

livre I, chapitre VI

Tychonius agnum ecclesiam dicit, quae in Christo acce- pit omnem potestatem.

CCSL p. 289, 42-43

(PL 145 D)

2

Ap 8, 7

livre II, chapitre XII

Hunc uersum Tychonius sic exponit : « Facta est ira dei, quae haberet in se multorum necem ».

CCSL p. 339, 11-13

(PL 155 D)

3

Ap 8, 7

livre II, chapitre XII

Tychonius de tertia parte sic hoc loco inquit. Tertiam hostes intestinos dicit, ceterum quicquid praeter eccle- siam est tertia pars dicta est, et ecclesia tertia, quae con- tra geminum malum pugnet.

CCSL p. 339-340, 25-28


(PL 156 A-B)

4

Ap 12, 4

livre II, chapitre XIX

Tychonius more suo tertiam partem stellarum, quae ce- cidit, falsos fratres interpretatur, quod altera tertia ec- clesia sit, et hostes forinseci tertia.

CCSL p. 389, 51-53

(PL 166 C)

5

Ap 14, 5

livre II, chapitre XXIII

Hanc uisionem Tychonius non de uirginibus speciali- ter, sed de tota generaliter interpretatur ecclesia, quam dispondit apostulus uni uiro uirginem castam exhibere Christo (2 Co 11, 2), ita concludens : « Non dixit ‘non fuit in ore eorum mendacium’, sed ‘non est inuentum’, sicut apostolus dicit : Et haec quidem fuistis, sed abluti estis. Et iniquitas iniusti non nocebit ei, qua die conuersus fuerit ab iniquitate sua (1 Co 6, 11/Ez 33, 12), et poterit esse uir- go, et dolus in ore eius non inueniri ». Virgines enim castos dicit et pudicos.

CCSL p. 425, 77-84

(PL 174 B-C)

6

Ap 14, 20

livre II, chapitre XXV

Tychonius messorem et uindemiatorem ecclesiam in- terpretatur post persecutionum flammas clarescentem et potestatem ligandi soluendique tenentem, angelos de templo uel altari iubentes imperium dicens domini, non perspicua uoce, sed suggestione spiritus sancti, qui operatur in suo corpore, docens iam tempus esse ma- lorum anathemandorum, habens potestatem super ignem, utique illum qui exiit ex ore testium et comedit inimicos eorum. Huc usque de conflictu ecclesiae et utriusque maturo fine certaminis.

CCSL p. 439, 71-79

(PL 178 A)

7

Ap 16, 17

livre III, chapitre XXVIII

Quas Tychonius omnes a contrario uult intellegi, plaga est, inquiens, insanabilis et ira magna accipere potesta- tem peccandi, maxime in sanctos, nec corripi adhuc maiore ira dei. Prouentus enim beatitudinis malorum mors est, sicut e contra tormenta et humiliatio ecclesiae claritas est. Nam ipso tempore inlesus erit omnis popu- lus impius ab omni plaga corporis, quasi qui acceperit totam saeuiendi potestatem, nec opus erit tunc in adim- pletione peccatorum et irae consummatione aliquem malorum flagellari et a furore conpesci. Recapitulat ab eadem persecutione ruinam describens impiae ciuitatis.

CCSL p. 459, 59-69

(PL 181 D-182 A)

8

Ap 17, 8

livre III, chapitre XXXI

Tychonius bestiam ad corpus omne diaboli refert, quod decedentium et succedentium sibi generationum pro- cursu suppleatur, maxime quia mulierem, quam super aquas multas, id est populus, sedentem ostendere pro- miserat, super bestiam ostendit sedentem.

CCSL p. 467-469, 6-10


(PL 183 C)

9

Ap 19, 21

livre III, chapitre XXXIV

Hanc cenam Tychonius sic exponit : « Omni tempore comedit ecclesia carnes inimicorum suorum, dum comeditur ab eis ; satiabitur autem in resurrectione de eorum carnali opere uindicata ».

CCSL p. 503, 98-101

(PL 191 A)

10

Ap 20, 13

livre III, chapitre XXXVI

Quod Tychonius sic exponit : « Gentes quas hic inue- niet uiuas, ipsi sunt mortui maris, et ‘mors et inferus de- derunt mortuos suos’ipsae sunt gentes sepultae. »

CCSL p. 517, 34-37

(PL 194 A)

Haut de page

Notes

1 R. Gryson en rappelle les annonces successives et avortées qui ont émaillé le XXe siècle dans son article « Les commentaires patristiques latins de l’Apocalypse », Revue Théologique de Louvain, 28, 1997, p. 486. Le point de départ obligé des travaux sur l’Expositio Apocalypseos demeure l’étude de G. Bonner, « Saint Bede in the Tradition of Western Apocalyptic Commentary », s.l.n.d. ( = Jarrow Lecture 1966), p. 1-29, repris dans Bede and his World. The Jarrow Lecture, Aldershot (GB) - Brookfield (USA), 1994, volume I (1958-1978), article 10, p. 153-183.

2 Bedae Presbyteri Expositio Apocalypseos, R. Gryson éd., CCSL CXXI A (Bedae Opera Pars II/5), Turnhout, 2001. Toutes nos références sont données d’après le Corpus Christianorum (en abrégé : CCSL 121A, page, ligne).

3 En attendant la parution de notre édition commentée dans la collection des « Sources Chrétiennes », on se reportera au texte établi par F. C. Burkitt, The Book of Rules of Tyconius, newly edited from the mss with an introduction and an examination into the text of the biblical quotations, coll. « Texts and studies » III/1, Cambridge, 1894. Les mentions au Liber Regularum renvoient à cette édition (page et ligne).

4 CCSL 121A, Praefatio, p. 221-233. Les trois mouvements qui composent la Préface se répartissent de la manière suivante : p. 221, 1 – p. 223, 36/p. 223, 37 – p. 231, 113/p. 231, 114 – p. 233, 148.

5 Cf. Bede, In I Samuhelem IV (CCSL 119, p. 212, 15-20). Hwaetberth est aussi le dédicataire du De temporum ratione (Praef., CCSL 123 B, p. 265, 39).

6 Gennadius, Liber de uiris inlustribus, éd. E. C. Richardson, coll. « Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur » XIV, 1A, Leipzig, 1896, p. 68.

7 Tyconius, Liber regularum, Règle III, p. 29, 7-28. Voir K. B. Steinhauser, The Apocalypse Commentary of Tyconius. A History of its Reception and Influence, coll. « European Univ. Stud. » Series XXIII, Theology n° 301, Francfort-Berne-New York, 1987, p. 121.

8 Cf. Thesaurus Linguae Latinae, art. « periocha 1.b », vol. X/1, Stuttgart et Leipzig, 1997, col. 1485. Tyconius, Liber regularum, Règle IV, p. 52, 10. Autre référence donnée par R. Gryson, CCSL 121A, Introduction, p. 146, note 23.

9 F. C. Burkitt, The Book of Rules of Tyconius, Introduction, p. XXI, et Th. W. MacKay, « Bede’s Biblical Criticism. The Venerable Bede’s Summary of Tyconius’Liber Regularum », dans M. H. King et W. M. Stevens, Saints Scholars and Heroes. Studies in Medieval Culture in Honour of Charles W. Jones, Collegeville, 1979, vol. I, p. 209-221. G. Bonner avait déjà recensé plus de 550 mots communs à Augustin (cf. note 1, p. 163). Voir également P. C. Bori, « La ricezione delle Regole di Ticonio, da Agostino a Erasmo », Annali di Storia dell’Esegesi, 5, 1988, p. 125-137.

10 Augustin, De doctrina christiana III, XXX, 42-56 (BA 11/2, p. 292-318).


11 Tyconius, Liber regularum, Règle VII, p. 82, 17 et p. 84, 19.

12 À la suite de Th. W. MacKay, art. cit., p. 218 et R. Gryson, CCSL 121 A, p. 230, 109.


13 Grégoire, Moralia in Job XXXIII, XIII, 27 (CCSL 143 B, p. 1697, 1-2 et 10).

14 J.-B. Pitra, Spicilegium solesmense III, Paris, 1855, p. 397-398 et P. Cazier, « Cassien auteur présumé de l’épitomé des Règles de Tyconius », Revue des Études Augustiniennes, 22, 1976, p. 262- 297.

15 F. C. Burkitt, The Book of Rules of Tyconius, Appendix I, p. 89-98. Voir également P. Bright, « ‘The Preponderating Influence of Augustine’ : A Study of the Epitomes of the Book of Rules of the Donatist Tyconius », dans P. Bright (ed.), Augustine and the Bible, Notre-Dame (Ind.), 1997, p. 109-128 (paru initialement sous le titre « Tyconius and his interpreters : A Study of the Epitomes of the Book of Rules », dans W. Wuellner [éd], A Conflict of Christian Hermeneutics in Roman Africa : Tyconius and Augustine, Berkeley, 1989, p. 23-39).

16 Isidore de Séville, Sententiae 19, CCSL 111, p. 65-71. La Règle VII se trouve à la page 71. Cf. P. Cazier, « Le Livre des règles de Tyconius. Sa transmission du De doctrina christiana aux Sentences d’Isidore de Séville », RÉAug, 19, 1973, p. 241-261.

17 Augustin, De doctrina christiana III, XXXVII, 55 (BA 11/2, p. 316).


18 Bède, In Cantica canticorum VI (CCSL 119 B, p. 359-375).


19 Augustin, De doctrina christiana III, XXX, 43 (BA 11/2, p. 294-296).


20 CCSL 121A, Praefatio, p. 231-233, 128-129 : « sicut, de eo dictum est, ueluti rosa in spinis effloruit ». L’expression « uiri inter suos eruditissimi » (CCSL 121A, Praefatio, p. 223, 37) que l’on ne trouve pas dans la présentation d’Augustin vient peut-être de la notice que Gennadius a consacrée à Tyconius et dans laquelle il le présente comme « in diuinis litteris eruditus » (éd. Richardson, p. 68, 21).

21 Primasius reprend une image de Virgile citée par Donat (Vita Vergilii 31) : « Sicut autem pretiosa in stercore gemma prudenti debet cura recolligi, et repperta dignitati ingenuae reuocari, ita undecumque ueritas clareat, catholicae defendenda est unitati » (CCSL 92, p. 2, 2- 5).

22 CCSL 121 A, Praefatio, p. 231, 114-125.


23 Il s’agit de l’ordonnance de Valentinien Ier au proconsul Iulianus, datée du 20 février 373. Mais ce document porte uniquement sur le statut des évêques qui auraient rebaptisé des fidèles. Cf. J.-L. Maier, Le dossier du donatisme, II. De Julien l’Apostat à saint Jean Damascène (361-750), TU 135, Berlin, 1989, document 40, p. 44-46.

24 À l’exception de la constitution de Gratien du 17 octobre 377 mais dont l’application fut très restreinte (cf. Code Théodosien XVI, 6, 2 – éd. Mommsen p. 880). On trouvera une chronologie de « la législation impériale sur le Donatisme jusqu’en 440 » par M.-J. Congar dans le vol. 28 de la Bibliothèque Augustinienne (Paris, 1963, p. 731-732), revue par P.-M. Hombert, Nouvelles recherches de chronologie augustinienne, Paris, 2000, p. 569-571. Voir également J.-L. Maier, ibidem, p. 393, note 11.

25 Si elle n’est pas employée dans les textes officiels, elle apparaît dans les écrits polémiques. Voir, par exemple, Ambrosiaster, In Iam epist. ad Cor. 1, 13, 1 (CSEL 81/2, p. 10, 19).

26 CCSL 121 A, Praefatio, p. 231, 116.


27 Néanmoins, K.B. Steinhauser a montré que Bède ne nous renseignait pas sur la structure du Commentaire perdu (« The Structure of Tyconius’Apocalypse Commentary : A Correction », Vigiliae Christianae, 35, 1981, p. 354-357).


28 Les passages sont numérotés entre crochets et le texte est donné en annexe de l’article.

29 Augustin, Enarrationes in Psalmos CVIII, 26 (CCSL 40, p. 1599, 25-29).

30 Cf. R. Ray, « What do we know about Bede’s Commentaries ? », Recherches de Théologie ancienne et médiévale, XLIX, 1982, p. 14-15.

31 Cf. J. S. Alexander, « Some Observations on Tyconius’Definition of the Church », Studia Patristica XVIII/4, Kalamazoo-Leuven, 1990, p. 115-119.

32 Tertullien, De resurrectione mortuorum 27 (CCSL 2, p. 956, 1-5) ; Augustin, De sancta uirginitate 27-29 (BA 3, p. 160-166).

33 CCSL 121A, Introduction, p. 154.

34 « Ne ea quae propter nos scripta sunt nostro nos torpore uel incuria quasi aliena praetereant » (In Sam.- CCSL 119, p. 9, 17-18).

35 CCSL 121A, Praefatio, p. 233, 141.

36 « collegi ex his ( = Patrum operibus)… quae rudem adhuc possent instituere lectorem » (In Genesim, Praefatio - CCSL 118A, p. 1, 26-27). Cf. In lib. Regum, Prologus (CCSL 119, p. 293, 1-16).

37 Voir notamment pour la Règle VII, notre étude « L’illustration scripturaire dans la Règle VII du Liber Regularum de Tyconius », dans M. F. Wiles et E. J. Yarnold (éds), Studia Patristica XXXIV, Leiden, 2001, p. 511-517.

38 Sur les rapports que Bède a entretenus avec ces deux auteurs, voir Th.W. MacKay, « Augustine and Gregory the Great in Bede’s Commentary on the Apocalypse », dans J. Hawkes et S. Mills (éds), Northumbria’s Golden Age, Stroud, 1999, p. 396-405.

39 Cf. Decretum Gelasianum de libris recipiendis et non recipiendis 5, 7 (coll. « Texte und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur » XXXVIII, p. 48 et p. 56, 321). La notice explicative sur Tyconius est à la page 316.

40 L’influence que l’herméneutique du donatiste a pu avoir dans les autres écrits de Bède reste sujet de discussion. Voir Ch. W. Jones, « Some Introductory Remarks on Bede’s Commentary on Genesis », Sacris Erudiri, 19, 1969-1970, p. 146. En dernier lieu, B. B. Robinson, « The Venerable Bede as Exegete », The Downside Review, 112, juillet 1994, p. 201-226.

41 CCSL 121A p. 233, 130-131.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Vercruysse, « Bède lecteur de Tyconius dans l’Expositio Apocalypseos », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 19-30.

Référence électronique

Jean-Marc Vercruysse, « Bède lecteur de Tyconius dans l’Expositio Apocalypseos », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/306

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Vercruysse

Université d’Artois

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org