Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
L'exegète

Le thème des deux peuples dans le de Tabernaculo de Bède

Georges Tugène
p. 73-86

Résumé

A striking feature of the De Tabernaculo is the usage of the expression uterque populus, in relation to the Jews and Christians, as opposed to the traditional application to Jews and Gentiles. In a very symmetrical presentation of the two peoples, Bede stresses the similarities and minimizes the differences. Based on various themes (spiritual filiation, etc.), the idea of continuity is all-pervasive. This idea is different from the one which is evinced by the mention, in various commentaries, of the ecclesia primitiva iudaizans, with its emphasis on the jewish roots of christianity. Bede is not concerned here with the concrete events of the apostolic period, but with the whole span of Salvation history, marked by the harmonious succession of the two peoples. Some passages suggest his emotion at considering the beauty and harmony of this history.

Haut de page

Texte intégral

Les deux peuples : symétrie

  • 1 De Tabernaculo, D. Hurst ed., CCSL 119A. On utilisera l’abréviation Tab.


1Le commentaire de Bède sur le Tabernacle1 (Exode, 24,12-30,21) se signale par l’emploi massif de structures symétriques, qui soulignent la présence d’un grand nombre d’objets disposés par paires : les deux chérubins, les branches du chandelier, etc. Cela se traduit au plan spirituel par une mise en parallèle des « peuples » juif et chrétien et de leurs Écritures. Vterque populus, utrumque testamentum : telles sont les formules qui, abondamment répétées, s’imposent d’emblée à l’attention du lecteur.

  • 2 Par ex : « pro ipso domino legatione fungens, hoc est pro lapide angulari, utrumque populum tam ex (...)
  • 3 « de utroque populo iudaeo scilicet et gentili una christi ecclesia colligitur » In Ezr., p. 291, L (...)

2Cet emploi est en décalage par rapport à un usage conventionnel de l’expression uterque populus, qui associe aux juifs non pas les chrétiens, mais les gentils : elle désigne traditionnellement ceux qui, venus d’Israël ou de la « gentilité », constituent l’Église. L’image est ici celle de l’édifice qui s’érige par la jonction de deux murs perpendiculaires, qui aboutissent à la pierre d’angle, symbole du Christ. On en trouve de nombreux exemples dans la littérature patristique2 et c’est en général en ce sens que Bède lui-même utilise cette expression, y compris, parfois, dans le De Tabernaculo3.

  • 4 « de medio cherubim loquitur (dominus) quia per unigenitum suum qui in medio duorum testamentorum i (...)
  • 5 « omnes utriusque testamenti cultores in unum eundemque dominum credebant. » Tab., p. 48, l. 245.
  • 6 Tab., p. 43, l. 53.


3Toutefois, c’est une autre figure géométrique qui joue un rôle prédominant dans ce texte particulier. Non plus l’angle droit, convergence de deux lignes perpendiculaires, mais la ligne droite, ou l’alignement de deux segments symétriquement disposés de part et d’autre de l’avènement du Christ4. Le principe qui, dans ses développements les plus originaux, informe l’exégèse du De Tabernaculo est celui de la succession des deux Testaments. Vterque populus tire son sens de l’analogie avec utrumque testamentum, sa signification équivaut à celle de cultores utriusque testamenti5. Le contexte n’est plus celui du recrutement de l’Église, perçu dans le cadre concret de la prédication apostolique. C’est celui du concept, beaucoup plus abstrait, de l’édification de l’Église « depuis la création du monde jusqu’au dernier élu qui naîtra à la fin du siècle »6.

  • 7 Sur ce point, cf., par exemple, Y. Congar, 1968, p. 66-69 et J. Beumer, 1952, p. 161-175.

  • 8 « omnes, quotquot fuerunt sancti, ad ipsam Ecclesiam pertinent », Augustin, Sermo, 4,11, PL 38, 39.
  • 9 Cette idée est expessément formulée dans le commentaire sur le Cantique des Cantiques : « omnis ele (...)

4Cette dernière formule introduit un autre thème familier, introduit en Occident par saint Augustin, et repris avec des nuances par Grégoire le Grand, le thème de l’Ecclesia electorum, ou de l’Ecclesia universalis7 qui, s’appuyant sur une conception plus mystique que sacramentelle, offre l’image d’une Église qui commence à se constituer depuis la Création, ou depuis Abel, et qui comprend donc tous les « saints »8, ou tous les « justes », qui vivaient avant l’avènement du Christ. Mais, tout en reprenant ce thème familier, Bède le modifie subrepticement dans certains passages en identifiant l’Église d’avant le Christ non pas aux « élus » ou aux « justes de l’Ancien Testament », mais au peuple juif comme tel. Dans la phrase que l’on vient de citer, la référence à « l’édification de l’Église jusqu’au dernier élu » renvoie, avec sa formulation d’inspiration grégorienne, à l’image conventionnelle de l’Ecclesia electorum. Mais le paragraphe précédent opposait, comme autre interprétation possible, le Tabernacle, figure de la Synagogue, au Temple, figure de l’Église. Si à présent l’opposition fait place à la continuité, l’idée subsiste cependant dans l’esprit du lecteur que l’époque de la Synagogue représente une première étape dans la constitution de l’Église9.

  • 10 Tab., p. 51, l. 349.

5Plus caractéristique encore est le passage concernant les tapisseries assemblées (Exode, 26,6), image qui suggère à Bède l’idée d’une Église unifiée, constituée par l’ensemble « des deux peuples ou plutôt de tous les élus du Christ »10. Il importe peu que la première expression soit corrigée par la seconde. Nous ne sommes pas ici en présence de l’un de ces textes spéculatifs où la pensée cherche à dégager le terme juste. Le point significatif est que les deux formules sont conjointement exprimées dans cette phrase. La seconde est conforme à la conception traditionnelle de l’ecclesia electorum. Mais il n’est pas surprenant que l’autre lui soit venue d’abord sous la plume, témoignant ainsi de ce que le thème des deux peuples est constamment présent dans son esprit depuis le début de son commentaire sur le Tabernacle.

  • 11 Tab., p. 31, l. 1045.

  • 12 Ceci est confirmé par des formules utilisées plus bas : « recte supremi calami [...] eos qui in utr (...)

6Plus haut, déjà, l’explication des trois branches issues de chaque côté de la tige centrale du chandelier montrait comment ce thème tend à imprégner de façon diffuse son interprétation des objets cultuels. Les trois branches représentent, écrit Bède, les trois ordres (époux, continents, docteurs) de ceux qui « avant et après l’incarnation du Christ… ont fidèlement servi le Seigneur dans l’Église »11. L’accent porte ici sur la signification des trois branches, c’est à dire sur les trois ordres de fidèles. Cependant, donnée annexe mais bien présente, l’explication de leur déploiement symétrique, qui répartit ces trois ordres « avant et après l’incarnation [...] dans l’Église », situe du même coup, de façon implicite, le peuple juif à l’intérieur de l’Église12.

  • 13 « Quod uero mensa unum habet cubitum in latitudine unitatem ipsius dilectionis quam tota nobis test (...)
  • 14 « omnes utriusque testamenti cultores in unum eundemque dominum credebantunius eiusdemque pietatis (...)
  • 15 « utriusque testamenti praecones consono nos ore ad caelestia erigunt, tametsi caerimonias sacramen (...)
  • 16 « Nam passionis dominicae per quam utrique sumus redempti sacramentum [...] illi uenturam in carne (...)
  • 17 « Erat enim ibi multitudo carnalis, quae propter visibilia beneficia colebat Deum », De Cat. Rud., (...)
  • 18 Vtrique, au début de la phrase citée dans la note 16, reprend l’expression uterque populus de la ph (...)

7Pour évoquer la relation des deux peuples, Bède reprend, en les modifiant de façon significative, des formules utilisées par ses prédécesseurs. Ce qui les unit, c’est, dit-il, le même amour pour Dieu13, servi avec la même piété et la même charité14, même si les sacrements sont différents en raison, comme le disait déjà saint Augustin, de la différence des temps15. On trouve d’autres échos augustiniens dans le texte de Bède, en particulier l’idée que, avant et après l’avènement du Christ, les fidèles ne sont pas simplement liés par la même foi, exprimée en termes vagues de reconnaissance du même Dieu, mais par la croyance en la venue du Médiateur, explicitée à travers les principaux articles de foi concernant la vie, la mort et la resurrection de Jésus : « eux », croyaient à ces choses comme devant venir, « nous », nous croyons qu’elles se sont déjà produites16. Mais, chez l’évêque d’Hippone, ces formules s’appliquent aux justes de l’Ancien Testament, distingués du peuple d’Israël, qui est parfois appelé populus carnalis17. Chez Bède, du moins dans ce commentaire particulier, elles s’appliquent à ce peuple comme tel18.

8Tel est donc le constat qu’impose la lecture du De Tabernaculo : un trait distinctif fondamental de ce texte réside dans une variation sur deux données traditionnelles : une formule usuelle, uterque populus, employée dans un contexte inusité et, corrélativement, un thème familier, l’Église d’avant le Christ, chargé d’un contenu nouveau.

  • 19 Cf. note 3.


9Cependant, si elle prédomine dans l’ensemble du commentaire, l’image symétrique des peuples juif et chrétien situés de part et d’autre du Christ fait parfois place, comme on l’a remarqué plus haut, à celle des juifs et des gentils qui se rejoignent dans l’Église19. S’éloignant de la vaste perspective de l’économie du salut, où le Nouveau Testament succède à l’Ancien, l’esprit de Bède se tourne alors vers l’époque plus restreinte des premières communautés chrétiennes. La présence de ces deux regards sur l’histoire, et de ces deux façons de considérer les « deux peuples », ne suscite aucun sentiment d’incohérence. Les commentaires varient au gré des objets à interpréter, dont les particularités appellent naturellement tel ou tel type d’explication.

  • 20 Tab., p. 64, l. 867.
  • 21 Tab., p. 65, l. 915.
  • 22 « Neque enim credibile est uel ante tempus dominicae incarnationis unquam defuisse qui ex gentibus (...)
  • 23 « Quod si quis negare praesumpserit, dicamus quod negari nullatenus potest quod uidelicet spiritual (...)
  • 24 Qui sont les « docteurs des deux Testaments » destinés à rester dans l’Église ? Doit-on compter par (...)

10Il faut toutefois relever un passage qui se plie mal à la logique de l’un comme de l’autre point de vue. Il s’agit de l’évocation des deux murs qui constituent le Tabernacle dans sa longueur. Comme ils sont parallèles, leur configuration ne correspond ni à l’angle droit des deux murs convergeant vers la pierre d’angle, ni à la ligne droite continue, dont les deux segments s’étendent à partir du point médian de l’avènement du Christ. Dans un premier temps, Bède explique qu’ils représentent respectivement Israël, mur sud, et la gentilité, mur nord éclairé plus tard20. Considérant ensuite l’ensemble des trois murs du Tabernacle, il déclare que le mur ouest symbolise l’achèvement de l’Église à la fin du monde, terme jusqu’auquel chacun des deux peuples continuera à vivre dans la foi et dans la pratique des œuvres, tout comme les deux murs nord et sud se prolongent jusqu’au mur occidental21. Ces deux murs représentent donc à présent les peuples juif et chrétien et, pour la première fois depuis le début du commentaire, ils apparaissent non plus dans leur succession, mais dans leur existence conjointe. Situation singulière par rapport à tout ce qui précède et qui semble appeler une explication aux yeux de Bède : il écrit en effet que, de même qu’il n’est guère plausible qu’aucun païen n’ait perçu la vérité de la foi avant l’Incarnation, à présent, si gravement que le peuple juif soit condamné en raison de sa perfidie, il n’est pas croyable qu’il n’y ait pas quelques uns de ses membres, si peu qu’ils soient, qui, vivant tous les jours parmi les chrétiens, ne deviennent croyants et parviennent au salut22. La tournure de la phrase est embarrassée, et l’explication peu convaincante. Comme s’il s’en rendait compte lui-même, il propose pour ceux qui refuseraient de l’accepter une autre interprétation qui se veut, celle-là, irréfutable, interprétation selon laquelle les maîtres spirituels des deux Testaments sont destinés à rester dans l’Église jusqu’à la fin du siècle23. Moins bizarre et contournée que la précédente, cette explication semble être, avec sa formulation générale et vague24, oiseuse et à peu près vide de sens. Tout se passe comme si, ayant suivi depuis le début un même schéma explicatif, parfaitement adapté à l’interprétation des objets du sanctuaire, Bède se trouvait inopinément devant un cas de figure inédit, qui pose un problème exégétique insoluble.

  • 25 La fin de l’HE est caractéristique de cette ambiguïté dans la vision de l’histoire. Après avoir exp (...)

11À vrai dire, cette inconséquence n’a guère d’intérêt en elle-même. Mais elle met en lumière une certaine vision de l’histoire. Si Bède éprouve de l’embarras pour expliquer l’existence parallèle des chrétiens et des juifs, c’est qu’il avait occulté la présence continuée de ces derniers. Dans la conception qui régit l’ensemble du commentaire, l’époque du Nouveau Testament succède à celle de l’Ancien, le peuple chrétien au peuple juif, et celui-ci n’a plus lieu d’exister. C’est là, du reste, une idée centrale de l’apologétique chrétienne, mais elle ne s’exprime pas ici sous forme d’argument polémique. Elle reflète plutôt une conception très abstraite de l’histoire, abstraite, pourrait-on dire, en ce sens précis que Bède fait abstraction des juifs contemporains. On peut remarquer que la présence des juifs dans la société chrétienne ne représente pas pour lui - comme pour Augustin ou Grégoire - une réalité sociale. Mais, plus que l’expérience vécue, c’est ici une certaine attitude intellectuelle qui est déterminante, attitude qui débouche sur une vision abstraite et idéalisée de l’histoire. On n’est du reste pas surpris de trouver l’expression d’une telle vision sous la plume de Bède, tour à tour historien « réaliste », attentif aux détails et scrupuleux dans leur relation, et historien « visionnaire », survolant de haut les événements, stylisant et embellissant leur enchaînement, pour mieux faire apparaître le progrès de l’économie du salut dans l’histoire manifeste25. C’est dans ce registre que se situe l’interprétation du Tabernacle, et l’intrusion des juifs dans le monde d’après le Christ détonne comme une fausse note.

Les deux peuples : continuité

  • 26 Tab., p. 42, l. 36 sq.

  • 27 « Verum si diligentius singula inspiciamus, utriusque domus aedificatio totius ecclesiae presentis (...)

12Sous la plume des auteurs chrétiens, le passage de l’ancienne à la nouvelle Alliance a toujours fait place, dans des proportions variables, à des éléments de rupture et de continuité. Dans la perspective du De Tabernaculo, les juifs n’existant pas comme porteurs contemporains d’une religion rivale, l’Ancien Testament ne faisant l’objet d’aucune polémique, ni d’aucun effort d’appropriation exclusive, on se situe à cette extrémité du spectre des attitudes possibles à l’égard du judaïsme où tout l’accent porte sur la continuité. Le « programme théologique » du commentaire est clairement exprimé dans les remarques sur le Tabernacle et le Temple situées au début du livre II. Après avoir envisagé que le premier représente la Synagogue et le second l’Église26, Bède estime qu’il est plus juste de voir dans l’un comme dans l’autre une image de l’édification de l’Église : la différence est rejetée au profit de l’identité, le peuple juif est intégré dans cette Église qui « ne cesse d’être édifiée depuis la création du monde jusqu’au dernier élu »27.

  • 28 Cf., en particulier, les notes 10, 11, 12.

  • 29 « quaquauersum ecclesia [...] in diuersis gentibus [...] diffusa est tota in sola Dei et proximi di (...)
  • 30 « uirtus eorum qui decalogum legis in fide sanctae trinitatis [...] perficiunt qua [...] perfection (...)
  • 31 Tab., p. 135, l. 1650.

  • 32 Tab. p. 67-68, l. 1018.
  • 33 L’idée est reprise un peu plus bas : « corda iustorum [...] in omnibus legis mosaicae libris non so (...)

13Le thème de la continuité se trouvait déjà exprimé dans divers passages, cités plus haut28. D’autres déclarations viennent enrichir ce thème. Tout d’abord la Loi, et au premier chef les dix commandements, apparaissent comme un élément de base de la pratique de la foi. Le Décalogue était traditionnellement perçu comme un fondement de la morale chrétienne. Mais Bède affirme cette idée de façon particulièrement appuyée, par exemple lorsqu’il y voit une sorte de point de ralliement pour une Église dispersée entre les nations29, ou lorsqu’il situe ceux qui pratiquent ces commandements en les associant à la foi en la sainte Trinité au stade suprême de la perfection30. Ce rapprochement des principes anciens et nouveaux dans la définition de l’idéal de vie chrétien met parfois en jeu, non pas seulement le Décalogue, mais la Loi elle-même, considérée globalement : « seul est digne d’être élu celui qui accomplit les décrets de la Loi, compris spirituellement, aidé par la grâce de l’Évangile »31. Ailleurs, il est dit des cinq livres de la Loi qu’ils protègent l’Église car « non seulement la lettre de la Loi enseignait au premier peuple de Dieu la foi et les bonnes œuvres, mais cette même lettre, spirituellement comprise, nous éduque également, nous qui servons Dieu à l’époque du Nouveau Testament, en nous enseignant la foi et la pratique des vertus, et en éveillant en nous l’espoir d’une récompense perpétuelle dans l’avenir »32. Il s’agit de la Loi « spirituellement comprise », cela va de soi et la chose est dite incidemment. Mais ce qui frappe dans cette phrase, c’est la déclaration liminaire, qui assigne à la Loi un rôle de « protection » de l’Église, c’est l’importance qui lui est attribuée dans la pratique de la foi, pour les chrétiens comme pour les juifs, et c’est l’idée qu’elle peut même éveiller, chez les premiers, l’espoir d’une récompense dans l’au delà33.

  • 34 Tab., p. 69, l. 1091.

  • 35 Héb., 8, 1-6. Cf. A. G. Holder, 1993, p. 102.

  • 36 Tab., p. 70, l. 1102.


14Un peu plus loin, le fil de l’exégèse s’éloigne du thème des deux peuples, et la Loi est exaltée non plus comme fondement moral de la foi des juifs et des chrétiens, mais pour les bienfaits qu’elle apporte à l’humanité en général. Commentant les instructions de Dieu pour la construction du sanctuaire, Bède déclare que Moïse a été chargé d’organiser la vie des hommes en prenant exemple sur celle des anges, qu’il a pu contempler sur la montagne en même temps que le modèle du Tabernacle34. Le verset en question n’appelait pas nécessairement un commentaire d’une tonalité aussi positive. L’auteur de l’Épître aux Hébreux l’avait évoqué dans un chapitre destiné à établir la supériorité de la médiation du Christ sur celle du grand-prêtre, affirmant à cette occasion que le Tabernacle n’était que la reproduction de celui que Moïse avait vu sur la montagne35. Bède, pour sa part, ne se contente pas de parer l’édifice du halo que lui confère la similitude avec le modèle original, aperçu par Moïse. Associant la Loi au Tabernacle et reportant la relation entre exemple céleste et réalisation terrestre sur la vie des anges et celle des hommes, il déclare que l’observance des préceptes de la Loi « nous rapproche de la compagnie des anges »36. Du coup, le don de la Loi se voit revêtu d’une signification qui dépasse sa relation particulière à Israël et à l’Église : il apparaît comme un moment crucial dans l’histoire de l’humanité.

  • 37 Tab., p. 20, l. 595.


15C’est ce qui ressort également du commentaire sur la voix de Dieu qui parvient à Moïse du haut du propitiatoire. S’il en va ainsi, explique Bède, c’est parce que, par la grâce de sa propitiation, Dieu est apparu aux hommes après « la faute de leur transgression pour leur montrer la voie de la vérité »37. L’espace d’une phrase, un ensemble de prescriptions légales particulières apparaît ici comme un premier redressement du péché originel et Moïse comme un médiateur entre Dieu et les hommes.

  • 38 « some censure of Judaism was implied by all the fathers, even those who simply ranged Jewish and C (...)

16Ces textes illustrent la spécificité de l’attitude de Bède38. Trait d’union entre les juifs et les chrétiens, fondement essentiel de l’enseignement moral de l’Église, première étape sur la voie de la rédemption de l’humanité, la Loi bénéficie toujours, quelque soit le contexte, d’un jugement favorable. L’important est ici de souligner cette sorte d’appropriation chrétienne de la Loi, d’intégration plénière à la doctrine. Elle n’est pas, comme chez la plupart des auteurs qui en ont parlé depuis les débuts de la tradition patristique, admise, sur un mode plutôt défensif, à la faveur d’accommodements exégétiques, pour les besoins de la controverse - en particulier anti-gnostique et anti-manichéenne. Le sentiment que donne le De Tabernaculo est celui d’une adhésion sans réserve : La Loi est adoptée comme une composante positive de l’enseignement chrétien.

  • 39 Tab., p. 6, l. 67.

  • 40 Tab. p. 96, l.149.


17Le rôle de Moïse comme médiateur dans une première étape de l’histoire de la Rédemption appelle un rapprochement avec le Christ. Aussi n’est-on pas surpris d’en trouver deux exemples dans le commentaire. C’est d’abord un parallèle avec Josué où Bède affirme que Jésus peut être vu comme le serviteur de Moïse, puisqu’il est venu accomplir la Loi, et où il ajoute qu’il est présent dans tout ce que Moïse a dit39. C’est ensuite, à propos d’Aaron, un passage où il ajoute à l’interprétation traditionnelle du grand-prêtre du Tabernacle comme figure du « vrai Grand-Prêtre » l’idée que Jésus pourrait aussi être appelé frère de Moïse, car, dit-il, « qui pourrait être lié à un autre par un lien plus fraternel que le Christ à Moïse, la Grâce à la Loi, le Nouveau Testament à l’Ancien »40 ? Formulation frappante, qui confère un cachet d’intimité à la relation qui unit le Christ à Moïse et, dans le même élan d’écriture, à celle qui unit les deux Testaments.

  • 41 Tab., p. 11, l. 236.

  • 42 « hoc in sancta ecclesia uerbum esse complendum ubi [...] nunquam deerunt spiritales et filii Israh (...)
  • 43 Sur la base de Hébreux, 5, 1-10.


18Cette qualité d’intimité s’exprime ailleurs en termes de filiation : « Tout ce que le Seigneur a ordonné au premier peuple d’apporter matériellement pour la construction du sanctuaire, nous qui désirons être les fils spirituels d’Israël, nous devons l’offrir au sens spirituel »41, écrit Bède, reprenant un thème conventionnel. Beaucoup plus significatif est ce commentaire où à l’idée que les chrétiens sont les fils spirituels d’Israël s’ajoute celle que le sacerdoce chrétien prolonge celui d’Aaron42. Cette idée est-elle originale ? Toujours est-il qu’elle se démarque de la conception courante, qui fait remonter à Melchisedech le sacerdoce chrétien, le distinguant ainsi du sacerdoce juif, et lui conférant une antériorité dans le temps43.

  • 44 Tab., p. 31, l. 1028.

  • 45 Tab., p. 40, l. 1379.

19Citons enfin, pour couronner cette série d’exemples, l’idée selon laquelle les maîtres de l’Ancien Testament prêchaient la Loi tout en enseignant secrètement les mystères de l’Évangile. C’est ainsi que trois branches sortaient de chaque côté de la tige centrale du chandelier, car, explique Bède, « il y avait avant la venue du Christ des docteurs qui évoquaient en termes mystiques le foi en la sainte Trinité, et enseignaient ce que les gens encore ignorants de cette époque étaient capables de saisir »44. Concluant le chapitre concernant le chandelier, il écrit à propos de Moïse que, pendant son séjour sur la montagne, « il a appris à connaître les multiples sacrements du Christ et de l’Église, qu’il ne pouvait cependant pas communiquer ouvertement au peuple qu’il devait éduquer [...] préférant les désigner symboliquement à l’aide de la forme et de l’ouvrage du chandelier »45.

  • 46 « Quinque [...] saga antiquis populi Dei magistris apte comparantur [...] quia mosaicae tantum legi (...)

20Le poids symbolique des objets de l’Ancien Testament se voit ici singulièrement accru : à des objets que les maîtres chrétiens interprètent comme des figures de vérités évangéliques, les docteurs du peuple juif auraient déjà délibérément ajouté ce supplément de signification et le sens spirituel que les premiers découvrent dans l’ancien Testament, était déjà connu et secrètement diffusé par les seconds. Ce n’est pas seulement Moïse qui est ici concerné. Écrivant ailleurs que les maîtres du peuple de Dieu prêchaient seulement les sacrements de la Loi, Bède corrige aussitôt en ajoutant qu’ils « prêchaient également les secrets de la vérité évangélique »46.

21On pourrait relever d’autres passages. Ceux que l’on vient de citer suffisent à montrer l’importance du thème de la continuité dans le De Tabernaculo et, surtout, la portée de ce thème, qui met en jeu non seulement, sur le mode traditionnel, les deux Testaments, mais aussi, de façon plus originale, les « docteurs » des deux peuples, et les deux peuples eux-mêmes.

Conclusion

  • 47 B. Blumenkranz, 1963, p. 133-134 ; H. Schreckenberg, 1982, p. 468-470.

  • 48 Je pense en particulier au commentaire sur le Cantique des Cantiques. Cf. A. G. Holder, 2001, p. 37 (...)

22Ce constat appelle quelques remarques sur l’attitude de Bède à l’égard du judaïsme. Celle-ci, des critiques l’ont noté depuis longtemps, est relativement bienveillante, que l’on considère l’ensemble de son œuvre47, ou certains textes particulièrement importants pour cette question48. Le De Tabernaculo, cela paraît évident, semblerait d’emblée propre à confirmer cette appréciation.

  • 49 Particulièrement marquante à cet égard est toute l’interprétation de Anna ( = l’Église) et Pennina (...)

23Mais un tel jugement doit être nuancé. Car si, comparée à celle d’autres auteurs chrétiens, l’œuvre de Bède est globalement plutôt favorable au judaïsme, il apparaît, lorsqu’on la considère en elle-même, qu’elle contient des déclarations tout à fait divergentes sur ce point. À côté des déclarations positives, on trouve des passages hostiles qui soulignent l’opposition du judaïsme et du christianisme, et proclament la supériorité de ce dernier49.

  • 50 Dans le De Tabernaculo, Bède situe le sacerdoce chrétien dans la lignée d’Aaron (cf. note 42). Mais (...)
  • 51 Cela ne s’accorderait guère avec les dates présumées de la composition du De Tabernaculo (terminé a (...)

24Le contraste qu’offrent ces déclarations avec celles que nous avons relevées plus haut soulève des questions. Les divergences sont-elles dues à la diversité des textes commentés50 ? La position de Bède aurait-elle évolué51 ? Ces problèmes n’ont donné lieu, à ma connaissance, à aucun examen systématique. Dans ces conditions, tout ce que l’on peut dire du De Tabernaculo, c’est qu’il apparaît comme une pièce importante dans un dossier qui reste à instruire.

  • 52 « Hoc autem dixerim non quod tota sinagoga fuerit abiecta ex qua utique constat quod primitiua fuer (...)
  • 53 Bède a sans doute trouvé l’expression prima/primitiua ecclesiam (adhuc) iudaizans dans un passage d (...)

25On se contentera de remarquer ici qu’une attention particulière devra être portée, pour cette tâche, à la tonalité des textes. Le commentaire sur le Tabernacle se caractérise par une vision idéalisée de l’histoire où les deux peuples se succèdent, animés par une même foi. Il se trouve que le lien étroit du judaïsme et du christianisme s’exprime également, mais dans un autre registre, dans les passages, disséminés dans divers commentaires, où Bède évoque l’Église primitive encore « judaïsante ». Le thème de la continuité est central dans les deux cas, mais sur un mode différent. Lorsque Bède dit que le premier peuple fait partie de l’Ecclesia electorum, il énonce un concept théologique. Lorsqu’il affirme que les premiers chrétiens étaient juifs, il exprime une vision concrète des événements de l’époque apostolique. Replacée dans l’histoire des attitudes chrétiennes à l’égard du judaïsme, la vision qu’a Bède de l’ecclesia primitiua iudaizans se distingue par deux aspects : il ne porte pas de jugement global sur les juifs, distinguant les persécuteurs du Christ de ses disciples et, trait concomitant, il reconnait le caractère juif des premières communautés chrétiennes52. Ces vues étaient, semble-t-il, originales53. Ce sont elles qu’il convient de mettre en balance avec les déclarations hostiles pour apprécier à sa juste mesure l’attitude particulière de Bède.

  • 54 À peu près entièrement. Il y a tout de même quelques références à l’Église primitive : p. 74, l. 12 (...)

26Quant au De tabernaculo, il se situe à peu près entièrement sur un autre plan54. La culpabilité des juifs n’y est ni atténuée, ni relativisée : elle n’entre pas en jeu. La perception du peuple juif est subordonnée à une vision de l’histoire qui conditionne toute l’orientation du commentaire. Celui-ci concerne le « peuple de Dieu », peuple envisagé dans sa globalité, car situé à un niveau d’abstraction qui n’admet pas les discriminations : il s’agit des juifs en tant que premier peuple, qui précède le peuple chrétien dans l’économie du salut, par opposition aux juifs « historiques » de l’époque apostolique, parmi lesquels se recrutent les membres et les persécuteurs des premières communautés chrétiennes.

27Nous avons donc là deux perspectives distinctes. Mais, cela va de soi, elles ne sont nullement antinomiques. Elles procèdent d’une même configuration mentale et psychologique. Il est tout à fait logique de voir le même auteur manifester d’un côté un sentiment très vif de l’enracinement juif de l’Église et proposer d’un autre côté une interprétation spirituelle de l’histoire qui rend pleinement justice au « premier peuple de Dieu ». Aussi peut-on dire que le De Tabernaculo témoigne tout de même, de façon indirecte, d’une attitude favorable à l’égard des juifs « historiques » : même s’ils ne s’appliquent pas à ces derniers, les rapprochements opérés entre les deux peuples, s’enracinent dans le même fond de bienveillance qui se manifeste ailleurs par le refus de les condamner globalement.

  • 55 « de medio duorum cherubim loquitur dominus quia per uerba utriusque testamenti consona nos uoce ad (...)
  • 56 Cet émerveillement s’exprime de façon explicite dans une référence à l’idée classique de l’accord d (...)
  • 57 « in celebratione sacramentorum suas uterque populus discretim partes agebant », Tab., p. 48, l. 24 (...)
  • 58 « uniuersa catholicae ecclesiae pulchritudo ab initio usque ad terminum saeculi perpenditur », Tab. (...)

28Ce dont cette œuvre témoigne directement, c’est d’une certaine vision de l’histoire du salut et, aussi, des sentiments qui accompagnent cette vision. Le thème de la solidarité entre les deux peuples est une idée abstraite qui relève de la pensée de Bède. Mais son expression se fait souvent en des termes qui éclairent également sa sensibilité. De nombreuses notations viennent en effet suggérer que tout en affirmant, à travers l’accent mis sur la symétrie et la continuité, la cohérence du plan de Dieu, Bède est touché par la beauté de ce plan. Non seulement juifs et chrétiens reçoivent le même enseignement, dit-il par exemple, mais celui-ci est transmis par chaque Testament, ou par « ses docteurs », d’« une même voix consonante »55 : à l’affirmation de l’accord entre les deux Testaments, notion intellectuelle, s’ajoute l’idée d’harmonie, qui, sans rien apporter au sens, suggère quelque chose comme un sentiment d’émerveillement devant la convergence, dans leur finalité religieuse, de textes différents par leur origine56. Quant aux cultes, ils sont certes différents. Mais, à travers cette différence, « chaque peuple joue son rôle », écrit-il encore, suggérant l’idée d’une concertation dans le déroulement de l’histoire57 : ici, c’est la différence qui est transcendée pour devenir harmonie. Il faut enfin relever cette phrase qui évoque « la beauté universelle de l’Église catholique depuis le début jusqu’à la fin du siècle »58. On a vu plus haut que l’inclusion du peuple juif dans l’Église d’avant le Christ était un trait original. On voit ici l’originalité de Bède s’exprimer autrement que sur le plan conceptuel, par l’expression d’une émotion esthétique.

  • 59 Cf. note 27.
  • 60 « (utriusque domus aedificatio) futurae quoque gloriam uitae [...] mirabili figurarum ueritate depi (...)
  • 61 « mira diuinae constat factum dispensatione pietatis ut quoniam gens illa quam nouerat scientiam di (...)

29Beauté du plan de Dieu : la formule sonne comme un de ces stéréotypes qui fleurissent dans les discours dévotionnels figés. Chez Bède, elle reflète un sentiment réllement éprouvé. On en a l’assurance lorsqu’on lit l’introduction du livre II, dont j’ai relevé plus haut un passage essentiel pour le fond59. Il faut à présent citer les lignes qui suivent, où Bède parle de la « merveilleuse vérité des figures » du Tabernacle et où il prie Dieu d’ouvrir « les yeux de son coeur afin qu’il puisse contempler les merveilles de sa Loi »60. L’emploi répété, presque gauche par son insistance, de la notion exprimée par mirabilis confère à la phrase un ton très personnel et lui apporte un cachet de sincérité. Rappelons que Bède manifeste à la fin de l’HE le même émerveillement, exprimé en termes analogues, en évoquant les correspondances qui marquent les rapports entre Anglais et Irlandais, les premiers payant de retour les seconds, qui les avaient évangélisés, en les ramenant dans le chemin de l’orthodoxi61. Correspondances entre les figures de l’Ancien Testament et les réalités de l’Église dans un cas, entre des événements de l’histoire des Anglo-Saxons dans l’autre : l’émotion exprimées dans ces deux textes, régis par des conventions littéraires différentes, mais dans des contextes qui chaque fois mettent en jeu les harmonies de l’histoire du salut, cette émotion ne peut jaillir que d’un fond de spontanéité.

  • 62 « there seems to have been something about the balance, harmony and regularity of architectural des (...)

30On pourrait se demander pourquoi l’interprétation du Tabernacle, qui a appelé de sa part un travail de description minutieux et quasi scientifique, a également éveillé chez Bède ce genre de sentiment. Il est évidemment impossible de répondre avec certitude à une telle question. J’aimerais cependant citer, en guise de conclusion, le jugement très suggestif d’un critique pour qui « il semble qu’il y ait eu dans l’équilibre, l’harmonie, la régularité du dessin architectural quelque chose qui a touché et stimulé l’imagination de Bède, l’incitant à formuler toute une vision théologique et pastorale en relation avec les divers sanctuaires décrits dans la Bible »62. Il me semble que cet auteur a écrit avec beaucoup de justesse que « l’imagination de Bède a été touchée ». J’ajouterais volontiers, pour ma part, que cela a inspiré chez lui, outre une « vision théologique », une authentique émotion, à la fois esthétique et religieuse.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Augustin,
Ep. ad Rom. expositio, CSEL 84.

Bibliographie

Bède,
In Cantica Canticorum libri VI, CCSL, 119B
In Ezram et Neemiam, CCSL 119A
In Genesim, CCSL 118A
In Lucae euangelium expositio, CCSL 120
In Marci euangelium expositio, CCSL 120
In primam partem Samuhelis libri IIII, CCSL 119
De tabernaculo, CCSL 119A.
Historia ecclesiastica gentis Anglorum, ed. et trad. B. Colgrave et R.A.B. Mynors, Oxford, 1969 ( = HE).

Grégoire le Grand,
Moralia in Iob, CCSL 143B.

Auteurs modernes

J. Beumer, « Die Idee einer vorchristliche Kirche bei Augustinus », Münchner Theologische Zeitschrift, 3, 1952.

B. Blumenkranz, Les auteurs chrétiens latins sur les juifs et le judaïsme, Paris, Mouton, 1963.

G.H. Brown, Bede the Venerable, Boston, Twayne, 1987.


Y. Congar, L’ecclésiologie du haut Moyen Âge, Paris, Le Cerf, 1968.


A.G. Holder, « The Mosaic Tabernacle in Early Christian Exegesis », Studia Patristica, 25, 1993, p. 101-106.


A.G. Holder, Bede : on the Tabernacle, présentation et traduction, Liverpool University Press, 1994.

A.G. Holder, « The Patristic Sources of Bede’s Commentary on the Song of Songs », Studia Patristica, 34, 2001, p. 370-375.


G.W. Olsen, « Bede as Historian : the Evidence from his Observations on the Life of the First Christian Community at Jerusalem », Journal of Ecclesiastical History, 33, 1982, p. 519-530.

H. Schreckenberg, Die christlichen Adversus-Judaeos Texte, Frankfurt, Lang, 1982.

Haut de page

Notes

1 De Tabernaculo, D. Hurst ed., CCSL 119A. On utilisera l’abréviation Tab.


2 Par ex : « pro ipso domino legatione fungens, hoc est pro lapide angulari, utrumque populum tam ex iudaeis quam ex gentibus connectit in christo » Augustin, Ep. ad Rom, p. 146 ; « sancta ecclesia [...] usque ad ingressum [...] construitur utrorumque populorum, iudaici uidelicet atque gentilis » Grégoire, Moralia, 25, 8, 116.


3 « de utroque populo iudaeo scilicet et gentili una christi ecclesia colligitur » In Ezr., p. 291, L. 140 ; « Duo sunt autem uectes ut utrique populo et iudaeo uidelicet et gentili uerbum praedicetur » Tab., p. 83, l. 1622.

4 « de medio cherubim loquitur (dominus) quia per unigenitum suum qui in medio duorum testamentorum in carne apparuit [...] uoluntatem suam manifestare dignatus est. » Tab, p. 20, l. 606.

5 « omnes utriusque testamenti cultores in unum eundemque dominum credebant. » Tab., p. 48, l. 245.

6 Tab., p. 43, l. 53.


7 Sur ce point, cf., par exemple, Y. Congar, 1968, p. 66-69 et J. Beumer, 1952, p. 161-175.


8 « omnes, quotquot fuerunt sancti, ad ipsam Ecclesiam pertinent », Augustin, Sermo, 4,11, PL 38, 39.

9 Cette idée est expessément formulée dans le commentaire sur le Cantique des Cantiques : « omnis electorum congregatio generaliter ecclesia uocatur, et tamen nunc causa discretionis specialiter ea fidelium portio quae incarnationis dominicae tempora praecessit sinagoga quae uero hanc secuta est ecclesia nuncupatur [...] Utraque autem haec portio iustorum una eademque est Christi fide ac dilectione consors quamquam habeant sacramenta pro temporum ratione disparia », In Cant., p. 190, l. 4.

10 Tab., p. 51, l. 349.

11 Tab., p. 31, l. 1045.


12 Ceci est confirmé par des formules utilisées plus bas : « recte supremi calami [...] eos qui in utroque testamento [...] doctrinae studiis sese subdidere designant, recte inferiores calami [...] uitam continentium Deo deuotam, recte infimi calami [...] bonorum uitam coniugum in utriusque testamenti tempore… demonstrant ». Tab., p. 32, l. 1068.

13 « Quod uero mensa unum habet cubitum in latitudine unitatem ipsius dilectionis quam tota nobis testamenti ueteris et nouis series commendat figurate denuntiat », Tab., p. 21-22, l. 660.

14 « omnes utriusque testamenti cultores in unum eundemque dominum credebantunius eiusdemque pietatis et caritatis operibus seruiebant », ibid. p. 48, l. 245.

15 « utriusque testamenti praecones consono nos ore ad caelestia erigunt, tametsi caerimonias sacramentorum habuerint pro temporum ratione differentes », Tab., p. 86, l. 1747. Cf. Augustin : « Tempora variata sunt, non fides », In Iohan. Evangel., 45,9, PL 35, 1722.

16 « Nam passionis dominicae per quam utrique sumus redempti sacramentum [...] illi uenturam in carne natiuitatem dominicam praedicationem uirtutum operationem temptationem passionem sepulturam resurrectionem ascensionem aduentum sancti spiritus [...] confitebantur, nos haec omnia iam facta [...] confitemur », Tab., p. 48, l. 249. Cf. : « Huius generis fuerunt antiqui omnes justi [...] quia ex fide, qua nos vivimus, una eademque vixerunt, incarnationem, passionem, resurrectionemque Christi credentes futuram, quam nos credimus factam », Augustin, Contra duas epist. Pelagian., 3,4,11, PL 44, 595.

17 « Erat enim ibi multitudo carnalis, quae propter visibilia beneficia colebat Deum », De Cat. Rud., 19,33 ; cf. également 22, 40.

18 Vtrique, au début de la phrase citée dans la note 16, reprend l’expression uterque populus de la phrase précédente.

19 Cf. note 3.


20 Tab., p. 64, l. 867.

21 Tab., p. 65, l. 915.

22 « Neque enim credibile est uel ante tempus dominicae incarnationis unquam defuisse qui ex gentibus crederent uel nunc quamuis grauiter damnato ob perfidiam populo Iudaerum non esse aliquos ex illis tametsi paucissimos qui inter christianos exulantes cotidie credendo ad salutem perueniant », ibid., l. 920.

23 « Quod si quis negare praesumpserit, dicamus quod negari nullatenus potest quod uidelicet spirituales utriusque testamenti doctores [...] usque ad finem saeculi sint in sancta ecclesia permansuri », ibid., l. 925.

24 Qui sont les « docteurs des deux Testaments » destinés à rester dans l’Église ? Doit-on compter parmi eux les rabbins des synagogues ?

25 La fin de l’HE est caractéristique de cette ambiguïté dans la vision de l’histoire. Après avoir exprimé l’inquiétude que lui cause la situation de la Northumbrie dans l’avant-dernier paragraphe, Bède exalte, avec des accents bibliques, la situation de « toute l’île de Bretagne », convertie au christianisme : HE, p. 560. Dans le De tabernaculo, le réalisme historique s’exprime à travers la description précise et minutieuse du sanctuaire et des objets qu’il contient.

26 Tab., p. 42, l. 36 sq.


27 « Verum si diligentius singula inspiciamus, utriusque domus aedificatio totius ecclesiae presentis statum mystice describit quae ab initio mundanae conditionis usque ad ultimum qui in fine saeculi nasciturus est electum semper aedificari non desinit », Tab., p. 43, l. 51.


28 Cf., en particulier, les notes 10, 11, 12.


29 « quaquauersum ecclesia [...] in diuersis gentibus [...] diffusa est tota in sola Dei et proximi dilectione quae decalogo legis est comprehensa subsistit. Neque aliter quisquam potest [...] ad ecclesiae membra pertingere nisi [...] Deum et electos eius amare didicerit », Tab. p. 44, l. 107.

30 « uirtus eorum qui decalogum legis in fide sanctae trinitatis [...] perficiunt qua [...] perfectione in hac [...] uita nulla poterit esse sublimior », Tab., p. 52, l. 400.

31 Tab., p. 135, l. 1650.


32 Tab. p. 67-68, l. 1018.

33 L’idée est reprise un peu plus bas : « corda iustorum [...] in omnibus legis mosaicae libris non solum correctionem operum sed et perpetuam supernae retributionis lucem legunt », Tab., p. 68, l. 1049.

34 Tab., p. 69, l. 1091.


35 Héb., 8, 1-6. Cf. A. G. Holder, 1993, p. 102.


36 Tab., p. 70, l. 1102.


37 Tab., p. 20, l. 595.


38 « some censure of Judaism was implied by all the fathers, even those who simply ranged Jewish and Christian interpretation side by side », A. G. Holder, 1993, p. 106.

39 Tab., p. 6, l. 67.


40 Tab. p. 96, l.149.


41 Tab., p. 11, l. 236.


42 « hoc in sancta ecclesia uerbum esse complendum ubi [...] nunquam deerunt spiritales et filii Israhel qui in domum domini dona pietatis offerant et filii Aaron, id est ueri sacerdotis nostri, qui illis lucem uerbi ministrent », Tab., p. 95, l. 101.

43 Sur la base de Hébreux, 5, 1-10.


44 Tab., p. 31, l. 1028.


45 Tab., p. 40, l. 1379.

46 « Quinque [...] saga antiquis populi Dei magistris apte comparantur [...] quia mosaicae tantum legis sacramenta praedicabant quamuis et euangelicae ueritatis archana praedicabant », Tab., p. 52, l. 424.

47 B. Blumenkranz, 1963, p. 133-134 ; H. Schreckenberg, 1982, p. 468-470.


48 Je pense en particulier au commentaire sur le Cantique des Cantiques. Cf. A. G. Holder, 2001, p. 374.


49 Particulièrement marquante à cet égard est toute l’interprétation de Anna ( = l’Église) et Pennina ( = la Synagogue) au début de 1 Samuel. Le commentaire de 1,8 (« Anne, pourquoi pleures-tu ? Est-ce que je ne vaux pas mieux pour toi que dix fils »), par exemple, se situe aux antipodes de ce qui est dit dans le De Tabernaculo : « Decem filii propter decalogum legis acceptores [...] significant. Consolatur ergo dominus ecclesiam ne graue ferat quod non ei sicut sinagogae legislatio non promissa et testamentum non credita sunt eloquia Dei sed summo gaudio recreetur et exultet quod omnibus his donum maius melioremque gratiam ipsum mediatoris Dei et hominum et hominum hominis Iesu Christi [...] suscipere iam meruierit aduentum. Non solum autem haec lectio diuersum utriusque populi statum uerum etiam [...] diuersa meritorum praemia [...] exprimit », In 1Sam. p. 16, l. 199. Le thème du transfert de la grâce de Dieu d’Israël aux nations est aussi fréquemment évoqué : p. 40, l. 1193, p. 43, l. 1337, p. 44, l. 1364 etc.

50 Dans le De Tabernaculo, Bède situe le sacerdoce chrétien dans la lignée d’Aaron (cf. note 42). Mais lorsqu’il commente Genèse 14,18, il le situe, de façon plus conforme à une tradition fondée sur Hébreux, 7, dans celle de Melchisedech, proclamant avec force la supériorité et l’antériorité du sacerdoce chrétien sur le juif : In Gen., p. 191, l. 1723.

51 Cela ne s’accorderait guère avec les dates présumées de la composition du De Tabernaculo (terminé aux environs de 721) et de l’In Genesim (dont les trois derniers livres auraient été écrits après 725) : cf. G. H. Brown, 1987, p. 52 et 54.

52 « Hoc autem dixerim non quod tota sinagoga fuerit abiecta ex qua utique constat quod primitiua fuerit ecclesia constructa sed illa nimirum portio sinagogae damnari meruit quae [...] Christum [...] recusauit », In Marc., p. 577, l. 1385. Cf. également In 1Sam., p. 183, 1971. À propos de la phrase de Luc 23,34, « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font », Bède explique que cette prière ne concerne pas tous les juifs, mais ceux « qui avaient le zèle de Dieu », In Luc., p. 403, l. 1592.

53 Bède a sans doute trouvé l’expression prima/primitiua ecclesiam (adhuc) iudaizans dans un passage de Jérôme que, du reste, il cite dans le prologue de son commentaire de Marc (p. 432, l. 26). Mais il porte un intérêt tout particulier à cette Église primitive et il en parle plus que tout autre auteur. Cf. G. W. Olsen, 1982, p. 524-525.

54 À peu près entièrement. Il y a tout de même quelques références à l’Église primitive : p. 74, l. 1285 ; p. 83, l. 1626 ; et peut-être p. 86, l. 1749 et p. 88, l. 1833. Mais ces passages sont isolés et ne reflètent pas la tendance générale du commentaire.

55 « de medio duorum cherubim loquitur dominus quia per uerba utriusque testamenti consona nos uoce ad fidem ueritatis erudit », Tab. p. 20, l. 605 ; « utriusque testamenti praecones consono nos ore ad caelestia erigunt », Tab. p. 86, l. 1747.

56 Cet émerveillement s’exprime de façon explicite dans une référence à l’idée classique de l’accord des deux testaments, le premier préfigurant le second, qui éclaire le premier : « miro ueritatis consensu et reuelata atque completa in euangelio legis archana (sancti doctores) manifestant et praefigurata fuisse in lege euangelii sacramenta declarant », Tab. p. 63, l. 836.

57 « in celebratione sacramentorum suas uterque populus discretim partes agebant », Tab., p. 48, l. 245.

58 « uniuersa catholicae ecclesiae pulchritudo ab initio usque ad terminum saeculi perpenditur », Tab. p. 48, l. 257.

59 Cf. note 27.

60 « (utriusque domus aedificatio) futurae quoque gloriam uitae [...] mirabili figurarum ueritate depingit. Unde nos aliqua de tabernaculo domino opitulante dicturi primo ipsum inuocantes humili prece deposcimus reuelare oculos cordis nostri ut considerare queamus mirabilia de lege eius et in preciosorum decore metallorum ac uestimentorum intellegamus ornatum nobis morum fide ac deuotione fulgentium esse commendatum », Tab. p. 43, l. 55. Cf. aussi la phrase citée dans la note 56.

61 « mira diuinae constat factum dispensatione pietatis ut quoniam gens illa quam nouerat scientiam diuinae cognitionis [...] populis anglorum communicare curauit, ipsa [...] per gentem Anglorum [...] ad perfectam uiuendi normam perueniret », HE, V, 22, p. 554.

62 « there seems to have been something about the balance, harmony and regularity of architectural design that appealed to Bede’s imagination and stimulated him to formulate a comprehensive theological and pastoral vision in relation to the various sacred structures described in the Bible », A. G. Holder, 1994, p. XV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Tugène, « Le thème des deux peuples dans le de Tabernaculo de Bède », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 73-86.

Référence électronique

Georges Tugène, « Le thème des deux peuples dans le de Tabernaculo de Bède », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/314

Haut de page

Auteur

Georges Tugène

Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org