Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
L'exegète

Le commentaire problématique de Bède sur le premier livre de Samuel

George Hardin Brown
p. 87-96

Résumé

This article presents1 four significant issues for consideration. The first two involve the textual history of the work, the latter two, its content and purpose. First, how is it that this text, the longest commentary on an Old Testament book that Bede wrote, remained largely ignored ? The answer seems to be the chance distribution of the book in the Carolingian period. Second, why has the text been transmitted so erroneously ? The text deteriorated somewhat in the manuscript tradition, but the bad printed versions resulted from serial reprinting of a corrupt text. Third, as to content : why did Bede undertake a commentary on this complex book with its apparently contradictory narrative ? Bede overlooked this problem in order to present a largely allegorical exegesis. Fourth, since chapter eight of I Samuel deals explicitly with the problems of kingship, why did Bede in book II not use it to criticize the Anglo-Saxon monarchy of his era ? While addressing moral issues among the clergy and the people, Bede in his commentaries generally avoided contemporary political problems.

Haut de page

Texte intégral

1Bède estimait que son commentaire sur le premier livre de Samuel était une œuvre majeure. Néanmoins, ce commentaire pose un certain nombre de problèmes qui demandent à être examinés de plus près. Certains d’entre eux sont difficiles à résoudre entièrement mais l’enquête nous aide à mieux comprendre et apprécier cette œuvre exégétique trop négligée.

2Je vous propose quatre problèmes importants à considérer. Les deux premiers concernent l’histoire textuelle de l’œuvre ; les deux derniers le contenu et le propos de l’œuvre. En premier lieu nous nous demanderons pourquoi ce texte, le plus long commentaire sur un livre de l’Ancien Testament que Bède ait écrit, est resté largement inconnu et négligé, alors que la majorité de ses autres commentaires exégétiques ont égalé voire surpassé en nombre bien des commentaires patristiques qui étaient en circulation sur le continent au début du Moyen Âge. Deuxièmement, pourquoi les éditions imprimées de cette œuvre sont-elles si insuffisantes ? Quant au contenu du texte : pourquoi Bède s’est-il engagé à faire un commentaire sur ce livre complexe et dont la narration est si manifestement contradictoire ? Enfin, puisque le chapitre huit du texte biblique traite explicitement des problèmes de la monarchie, pourquoi Bède, dans le livre II, n’a-t-il pas appliqué la critique biblique à la monarchie anglo-saxonne de son temps ? Une fois que j’aurai résolu ces problèmes et bien d’autres, j’espère procurer une édition et une traduction annotée qui sortiront de l’oubli cette œuvre majeure du vénérable Bède.

  • 2 La datation des manuscrits est reprise de Max L. W. Laistner et H. H. King, A Handlist of Bede Manu (...)

3Pour commencer, parcourons l’histoire des manuscrits. Bien que les manuscrits conservés des commentaires de Bède soient nombreux dans la plupart des cas – selon la liste de Max Laistner, nous avons encore aujourd’hui cent douze copies de son Commentaire sur les Épîtres catholiques, quatre-vingt-dix de son Commentaire sur Luc, quatre-vingt-quinze de son Commentaire sur Marc et quarante-quatre de celui sur le Livre des Rois – il ne reste de nos jours que huit manuscrits de son Commentaire sur le premier livre de Samuel. C’est le nombre de copies le plus petit de tous ses ouvrages. Trois des manuscrits sont anciens, remontant selon Bernhard Bischoff au neuvième siècle ; les autres sont plus tardifs. Les trois manuscrits du IXe siècle sont les suivants : Lyon, BM 449 + 462, New York, Pierpont Morgan Library 335 et Paris, BNF, lat. 12 272. Quant aux manuscrits plus tardifs, voici leur liste : Cambridge, Trinity College 82 (XIIe siècle), Douai, BM 325 (XIIe siècle), Salisbury, Cathedral Library 136 (XIIe siècle), Oxford, Jesus College 53 (XIIe siècle), enfin Londres, British Library, Add. 26 714 (XIIIe siècle)2.

  • 3 Bedae Venerabilis Opera Exegetica, Pars II.2, In Primam Partem Samuhelis Libri IIII, éd. David Hurs (...)
  • 4 ax L. W. Laistner et H. H. King, Hand-List, p. 65 : « Comme on l’a souvent remarqué, Bède adopte da (...)
  • 5 S. Gregorii Magni Moralia in Iob, éd. Marc Adriaen, 3 vols., CCSL t. 143, 143A et 143B, Turnhout, 1 (...)
  • 6 M. Laistner, Hand-List, p. 66-70.


4Comment pouvons-nous expliquer ce faible nombre de témoins manuscrits ? Bède, pour sa part, avait une haute opinion de cet ouvrage de sa maturité. Comme il l’écrit, celui-ci lui a coûté beaucoup de travail et de sueur : « sudor »3. Et pourtant, son Expositio du premier livre de Samuel n’a guère laissé de traces. Nous ne pouvons pas accepter l’hypothèse de Laistner selon laquelle le caractère « excessif » et « extrême » de l’interprétation allégorique expliquerait que le commentaire n’a pas eu de succès4. Même si j’ai le plus grand respect pour Laistner, aussi bien en tant qu’éditeur que critique, je dois objecter que le Commentaire sur le premier livre de Samuel n’est pas plus excessif dans l’interprétation allégorique que les autres expositions de Bède sur l’Ancien Testament et qu’il est nettement moins extrême que d’autres textes patristiques, comme, par exemple, les Moralia in Job de Grégoire le Grand qui font 1811 pages dans l’édition d’Adriaen5. Laistner lui-même note que les soixante-sept manuscrits du commentaire de Bède sur le Cantique des cantiques, qui est tout aussi « excessif » que celui sur le premier livre de Samuel, témoignent de la constante popularité du commentaire allégorique6. Si les « lettrés médiévaux » ont rejeté le commentaire du vénérable Bède comme étant trop « allégorique », alors pourquoi n’ont-ils pas aussi repoussé son travail sur le Cantique ? En fait, ce que Bède fait dans son texte sur le premier livre de Samuel n’est pas différent de ce qu’il fait de manière résolue dans ses autres commentaires sur l’Ancien Testament, dont il subsiste de très nombreux manuscrits, la plupart incluant le terme « allégorique » dans leur titre, comme par exemple : In Ezram et Neemiam prophetas allegorica expositio, In Cantica Canticorum allegorica expositio et Super Canticum Abacuc allegorica expositio.

  • 7 II. Praefatio, p. 68-70. Ceci représente une courageuse tentative de la part de Bède qui relève tou (...)

5Lorsqu’on considère l’intérêt marqué de Bède pour les questions historiques et littérales dans le premier livre de Samuel, on est amené à écarter l’accusation selon laquelle le commentaire serait trop allégorique. L’étonnant prologue du second livre est un bon exemple des dimensions historique et littérale du commentaire de Bède. Ce dernier y déclare en effet : « au lieu d’une préface, nous allons traiter de certaines questions de chronologie. » L’histoire littérale a de l’importance pour Bède. En quatre-vingt-quinze lignes, il essaie consciencieusement de comprendre la chronologie des règnes de Saül, de David et de Salomon en calculant à partir de quelques repères temporels du texte scripturaire la durée des règnes depuis Moïse jusqu’aux Juges7. Donc, même si Bède s’engage principalement dans une interprétation allégorique et typologique du premier livre de Samuel, son commentaire comporte davantage de considérations littérales et historiques que ceux de Grégoire le Grand, Isidore et bien d’autres.

  • 8 L’homélie d’Origène, traduite par Rufin, traite uniquement du cantique d’Anne : voir PG 12, col. 99 (...)
  • 9 Voir Die Briefe des heiligen Bonifatius und Lullus, éd. Michael Tangl, M.G.H., Epistolae selectae I (...)

6Si l’hypothèse de Laistner selon laquelle même les lettrés médiévaux trouvaient le commentaire de Bède trop allégorique s’avère sans fondement, comment alors expliquer la diffusion réduite de ce texte au début du Moyen Âge ? Comme aucun des exégètes de langue latine n’a commenté en entier le premier livre de Samuel, la faible diffusion du texte de Bède causa une lacune importante8. Je pense que la solution se trouve dans les caprices de la transmission textuelle. La plupart des manuscrits des commentaires de Bède écrits en Angleterre ont été détruits ou perdus pendant les invasions vikings des IXe puis Xe siècles et durant l’effondrement du système éducatif dans cette période perturbée. Sur le continent, l’évêque Lul envoya dans le courant du VIIIe siècle une lettre à l’archevêque Coena (alias Aelbert, † 780) d’York pour lui demander le commentaire de Bède sur le premier livre de Samuel ainsi que ceux sur les livres d’Esdras et de Néhémie et sur l’Évangile selon saint Marc9. On ignore si le scriptorium d’York put envoyer ces copies, mais on sait que les deux manuscrits continentaux les plus anciens remontent à un siècle plus tard.

  • 10 Cf. le colophon au fol. 1v° : « Liber oblatus ad altare Sancti Stephani ex uoto Amoli epscopi ». Su (...)

7Durant la période carolingienne, Claude († après 827) composa, pendant qu’il était archevêque de Turin, un commentaire exégétique majeur sur le livre des Rois. Le commentaire de Claude inclut des citations d’Origène et de saint Augustin mais les extraits de Bède dont il se sert proviennent non pas du commentaire complet de ce dernier sur le premier livre de Samuel mais d’autres écrits de Bède : le De templo, le De temporum ratione, l’In Marcum, les XXX Quaestiones in libros Regum et les VIII Quaestiones. Il ne fait aucun doute que Claude se serait servi du commentaire complet de Bède s’il y avait eu accès. Par une ironie de l’histoire, l’un des plus anciens manuscrits provient de cette même ville de Lyon dans laquelle Claude fréquenta pendant une dizaine d’années l’école de l’archevêque Leidrade ou Leidrat (798-814). Bien que le manuscrit Lyon, BM 449 + 462 date de la période de Claude, l’archevêque Amolon (841-852) n’en a fait don à la cathédrale Saint-Étienne qu’une quarantaine d’années après que Claude eut quitté la ville10.

8De même Raban Maur († 856) ne semble pas non plus avoir connu le texte entier de Bède sur le premier livre de Samuel dans son commentaire. Ses citations marquées « ex Beda » proviennent, comme celles de Claude de Turin, d’autres œuvres qui se réfèrent au livre de Samuel et à celui des Rois. Pour avoir été incorporée dans la Glose ordinaire, l’exposition de Raban Maur sur le livre des Rois est devenue le commentaire courant sur le sujet. Donc, bien que Bède ait été cité en premier dans les commentaires de la Glose sur les livres d’Esdras et de Néhémie, sur les Actes des Apôtres ainsi que sur les Épîtres canoniques, son Commentaire sur le premier livre de Samuel ne figure pas dans la collection ni dans tout le corpus exégétique du Moyen Âge. Bien qu’il y ait eu trois manuscrits du Commentaire de Bède sur le continent dans le courant du neuvième siècle, ils sont passés à travers les mailles du filet des collectionneurs de compendia exégétiques durant cette période décisive de formation.

  • 11 Voici ce qu’écrit Malcolm B. Parkes à propos de ce dernier manuscrit dans Pause and Effect, An Intr (...)

9Regardons maintenant de plus près l’histoire perturbée de ce texte depuis ses premières apparitions au neuvième siècle puis aux douzième et treizième siècles. Nous verrons ensuite les premières éditions imprimées pour enfin arriver à sa dernière édition, quelque peu décevante, dans le tome 119 de la série latine du Corpus Christianorum. Pour cette dernière édition, David Hurst s’est servi seulement de deux des huit manuscrits qui nous restent, mais il a bien choisi les deux plus anciens, c’est-à-dire ceux de Lyon et de la Morgan Library. Quoique ces deux manuscrits manifestent déjà un certain écart par rapport au texte originel de Bède et qu’ils contiennent des erreurs de copie évidentes, ils sont tous les deux assez fidèles, tout à fait lisibles et bien mis en page. Le manuscrit de la Morgan Library est particulièrement beau (voir la planche). Écrites sur deux colonnes avec une marge généreuse, ses feuilles aérées se lisent facilement même si elles contiennent chacune trente-trois lignes de prose. Alors que le texte principal est écrit en minuscule caroline, les lemmes, c’est-à-dire les versets scripturaires commentés, sont écrits en onciale. Cette belle calligraphie onciale met en relief le texte sacré, tandis que l’emploi de la minuscule pour le commentaire et la glose accentue leur statut subordonné. Cette mise en page pratique s’était généralisée aux commentaires sur la Bible et à d’autres textes tels que la Règle de saint Benoît. On retrouve cette même mise en page – l’arrangement du texte et la ponctuation – dans d’autres commentaires du monastère de Wearmouth-Jarrow, comme par exemple celui de Bède sur les Proverbes contenu dans le manuscrit Oxford, Bodleian Library, Bodley 819 (VIIIe siècle)11. À la place de la cursive insulaire de son modèle anglo-latin de Wearmouth-Jarrow, le scribe continental utilise bien entendu la minuscule caroline. Mais chaque lettre qui débute les lemmes et les commentaires est une littera notabilior, c’est-à-dire une majuscule qui aide l’œil à identifier facilement le début de chaque section. La ponctuation judicieuse avec des positurae et des paragraphi ajoutée à la mise en page rend ce manuscrit agréable et facile à lire. Par ailleurs vous remarquerez que le scribe s’est donné la peine de reproduire la numérotation du capitulum indiquée par Bède.

10Dans les manuscrits du commentaire du douzième siècle, par contre, on remarque une certaine perte de clarté car la hiérarchie des caractères disparaît entièrement. Celui de Salisbury a été gravement endommagé par la moisissure. Quant aux manuscrits d’Oxford (XIIe siècle, provient de Cirencester) et de Londres (Add. 26 714, début du XIIIe siècle), ils sont certes tous les deux largement lisibles, mais ils contiennent toutefois de nombreuses erreurs et modifications.

  • 12 M. Gorman, « Source Marks and Chapter Divisions in Bede’s Commentary on Luke », Revue bénédictine 1 (...)

11Bref, même si chacun des huit manuscrits pose certains problèmes, l’histoire de l’original est suffisamment complète pour permettre l’établissement d’un texte plus ou moins exact. Or, les versions imprimées sont toutes décevantes. Andreas Cratander et Johann Bebelius ont publié en 1533 à Bâle la première version imprimée du Commentaire sur le premier livre de Samuel. Cette édition est particulièrement fautive, soit parce que le manuscrit sur lequel ils ont travaillé était fautif, soit parce qu’ils ont eux-mêmes introduit des erreurs dans la composition. Par la suite, Johann Herwagen fils reprit presque entièrement l’édition du Commentaire par Cratander et Bebelius dans le tome quatre de son édition imprimée à Bâle en 1563. Selon Gorman, « les œuvres de Bède ont été réimprimées d’après l’édition Herwagen sans changements importants par Giles à Londres en 1843-1844, puis par Migne à Paris en 1862 »12. Ce sont ces éditions exécrables que les chercheurs avaient sous la main jusqu’à l’édition de Dom Hurst en 1962 qui représente une amélioration remarquable par rapport à celle de Migne, mais qui contient elle-même de nombreuses fautes. Seuls deux des tomes de l’édition des œuvres de Bède dans la collection C.C.S.L. méritent les félicitations de la communauté scientifique : l’Expositio Actuum Apostolorum et la Retractatio in Actus Apostolorum de Max Laistner (t. 121, 1983) et l’Expositio Apocalypseos de Roger Gryson (t. 121A, 2001), qui représente, à mon sens, le modèle même de l’édition scientifique.

12Pour donner une idée aussi bien de la qualité que des fautes graves des différentes éditions du texte, je vais prendre à titre d’exemple un passage du second livre du Commentaire de Bède.

13À la fin du premier paragraphe du commentaire sur le chapitre XV verset 33, Dom Hurst donne le texte suivant : « habens quos seducat ». Le lecteur est amené à croire que le mot « habens » apparaît dans le texte principal du manuscrit de Lyon, puisque l’apparat critique signale que le manuscrit de la Morgan Library présente la variante suivante : « quos seducat habendo ». Mais Dom Hurst omet de signaler au lecteur que la forme « habens » n’apparaît que dans la marge du manuscrit de Lyon, sans doute ajoutée par un éditeur qui s’est rendu compte que le texte nécessite cette forme. Pourtant si Dom Hurst avait consulté les six autres manuscrits il aurait remarqué que chacun d’eux a la forme « habendo » comme celui de la Morgan Library. Cette constatation aurait dû convaincre l’éditeur de garder la forme « habendo ». Dans le paragraphe suivant, qui traite du verset 34, Dom Hurst, comme à son habitude, enlève toute la ponctuation interne, ce qui donne un texte extrêmement difficile à comprendre même pour des latinistes très expérimentés. En revanche, les manuscrits comportent tous une ponctuation utile dans cette partie du texte.

14Il faut pourtant reconnaître que l’édition Hurst est nettement meilleure que celle de Migne, qui n’est pas exacte et dont l’excès de ponctuation est déroutant. Alors que Migne a bien choisi d’éditer l’expression « habendo quos seducat », dans le paragraphe suivant, il substitue le nom commun « vitium » (qui signifie « vice ») à l’adverbe « viritim » (qui veut dire « de manière masculine »), qu’on trouve dans tous les manuscrits, et rend ainsi le texte incompréhensible. D’où vient ce nom commun « vitium » ? Eh bien, on le retrouve dans l’édition de Cratander, celle de Herwagen et ses réimpressions, celle de Iohann Wilhelm Friessem qui remonte à 1688, celle de Giles et enfin de Migne. Deux lignes plus bas, dans l’édition Migne, le pronom relatif « quod » a pris la place du pronom interrogatif « quot », erreur qu’on ne trouve dans aucun des manuscrits anciens mais qui apparaît dans ceux d’Oxford et Londres, même si un correcteur a repéré l’erreur dans ce dernier. Encore une fois, l’erreur court à travers toutes les éditions imprimées jusqu’à celle de Migne. On voit donc comment le commentaire de Bède a été vicié par une série d’éditeurs négligents.

  • 13 Voir Adalbert de Vogüé, « Les plus anciens exégètes du Premier Livre des Rois : Origène, Augustin e (...)
  • 14 P. Kyle McCarter Jr, I Samuel, A New Translation with Introduction, Notes and Commentary, Anchor Bi (...)

15C’est tout ce que nous dirons à propos de l’histoire textuelle de l’œuvre puisque nous voulons aussi considérer le contenu du commentaire et certaines questions que suscite l’interprétation du vénérable Bède. Comme pour la plupart de ses ouvrages, Bède a composé son commentaire en plusieurs étapes, alors qu’il avait une quarantaine d’années. Bien qu’il ait fini la rédaction des trois premiers livres de l’œuvre avant 716, il n’acheva le quatrième livre qu’après une longue période de deuil après la mort de l’abbé Céolfrid, selon ce qu’il nous dit dans le prologue de ce livre. Ce commentaire représente une contribution considérable à l’interprétation médiévale de la Bible parce que les rares exégètes qui traitèrent du premier livre de Samuel, comme Origène, Augustin et Isidore, n’en commentèrent que des extraits13. Le commentaire ordonné de Bède se compose de quatre livres qui ont chacun un nombre plus ou moins égal de chapitres. De surcroît, il ajoute un prologue à chaque livre, ce qu’il ne fait dans aucun autre de ses commentaires. Dans le premier livre, qui s’étend sur sept chapitres, il s’agit de la vie de Samuel, depuis son enfance jusqu’à l’époque où il devint juge et guide du peuple hébreu. Le livre second, qui comprend huit chapitres, traite de la demande du peuple israélite d’avoir un roi. Yahvé y consent à contrecœur et fait nommer Saül par Samuel. Les sept chapitres du troisième livre sont consacrés à Saül, qui se révèle un chef fâcheusement angoissé et qui, devenu roi, se voit menacé par le jeune David. Enfin, le quatrième livre raconte en neuf chapitres l’ascension de David et la descente simultanée de Saül dans la détresse et finalement la mort au champ de bataille.
On peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles Bède a entrepris de commenter un livre de la Bible qui n’avait pas encore été interprété de manière systématique et dont l’exégèse est si difficile. Même de nos jours, le premier livre de Samuel est un cauchemar pour les interprètes. Selon P. Kyle McCarter, qui en est le traducteur et le commentateur dans la collection Anchor Bible : « Les problèmes de critique des sources rencontrés dans le livre de Samuel sont si complexes au sein du livre lui-même et si subtiles dans leurs relations avec les autres parties de la Bible qu’ils ont résisté aux solutions généralement admises dans la plupart des cas. Les narrations concernant Samuel, Saül et David qui constituent notre livre paraissent hétérogènes même au non spécialiste. De nombreuses tensions thématiques internes, des duplications et des contradictions empêchent une lecture linéaire de cette histoire »14.

16Certes, les problèmes de Bède par rapport à ce texte difficile n’étaient pas les mêmes que ceux avec lesquels les chercheurs contemporains sont obligés de se confronter, car ils résultent d’importants développements dans la recherche textuelle. Mais si Bède a tout de même relevé le défi lancé par ce texte à son époque, c’est pour la puissance de sa narration historique et pour l’intérêt exégétique de celle-ci. Grégoire le Grand, le bien-aimé guide spirituel de Bède, avait fourni le modèle extrême de l’allégorisation dans ses Moralia in Job, et son disciple s’en est servi pour commenter le premier livre de Samuel. Alors que les personnages de Samuel, de Saül et de David s’offraient dans leurs qualités positives comme des types du Christ, le peuple juif suggérait une analogie avec l’Église. De même, Saül dans son rôle d’opposant à David symbolisait la personnification des ennemis du Christ et le peuple juif représentait les adversaires de l’Église quand il s’opposait à Samuel.

17Le personnage de Samuel a dû avoir un certain charme personnel pour Bède.

18Pendant sa prime enfance, Samuel fut nazir et dédié au service du Temple. Dans son âge mûr, il se montra un prophète et un guide doué. De même, Bède enfant avait été offert à l’abbaye de Wearmouth-Jarrow et bien plus tard, il servit de professeur et de visionnaire à l’Angleterre anglo-saxonne.

19Puisque Bède évoque les désordres de la monarchie dans son Histoire Ecclésiastique et déplore l’abus de pouvoir dans la Lettre à Egbert, on s’attend à ce qu’il exploite le chapitre du premier livre de Samuel pour critiquer la monarchie anglo-saxonne. Cette attente est déçue par la lecture du commentaire. Sur le mode typologique, Bède établit une comparaison entre Samuel et le Christ d’une part et il souligne l’analogie entre le poids que la monarchie représente pour le peuple et le fardeau de la soumission au diable d’autre part. Mais il se garde d’examiner de près les problèmes inhérents à la monarchie que le livre de Samuel met bien en relief. Ce n’est pas que Bède évite d’habitude de critiquer les mauvais souverains ; il ne les épargne pas plus qu’il n’épargne les mauvais prêtres. Par exemple, en commentant les versets treize à quinze du chapitre deux, il compare les mauvais fils du prêtre Élie aux prêtres de son temps qui nuisent à leur office en cherchant, « ce qui n’est pas de Jésus Christ » (Épître aux Philippiens 2, 21). Mais il faut remarquer qu’il ne fait pas de reproches à la prêtrise elle-même ; de même, Bède se garde bien de remettre en cause l’institution de la monarchie dans son commentaire sur le chapitre huit du premier livre de Samuel. À la place d’une attaque allégorique contre la monarchie, on trouve une interprétation inspirée d’Origène qui oppose les figures et l’histoire de l’Ancien Testament au Christ du Nouveau Testament et à l’Église. Pour terminer cette discussion de l’attitude de Bède vis-à-vis de la monarchie anglo-saxonne, il faut se rappeler l’importance de ses silences : une lecture attentive de ses textes et de son Histoire Ecclésiastique en particulier montre l’importance thématique de ses silences et omissions qui ont souvent une valeur heuristique tout aussi importante que ce que les sujets explicitement abordés.

20Si Bède ne critique pas ouvertement l’Église ou la monarchie dans son Commentaire sur le premier livre de Samuel, on peut dire qu’il le fait tout de même indirectement non seulement en éclairant et exhortant ses lecteurs mais aussi en expliquant l’histoire et le sens du texte biblique lui-même. Bède avait une haute opinion de son commentaire qui, selon lui, était digne de tout le travail et toute la sueur qu’il y avait mis. Malgré les difficultés de l’histoire du texte et de son contenu, nous devrions essayer de comprendre les motivations de cette opinion.

Haut de page

Notes

1 Une version anglaise de cette communication a été présentée à la conférence « Lo Studio della Biblia nell’Alto Medioevo », organisée par la SISMEL à Gargnano (Italie) du 24 au 27 juin 2001.

2 La datation des manuscrits est reprise de Max L. W. Laistner et H. H. King, A Handlist of Bede Manuscripts, Ithaca, 1943, p. 65-66, sauf pour le manuscrit de Paris : Laistner reprend la date « Xe siècle » indiquée par Léopold Delisle dans son « Inventaire des manuscrits latins de Saint-Germain-des-Prés », Bibliothèque de l’école de Chartres 28, 1867, p. 357, alors que Bernhard Bischoff l’a daté du IXe siècle (communication privée du Professor Helmut Gneuss, qui a bien voulu vérifier les entrées inédites dans les tomes II et III du Katalog des festländischen Handschiften des neunten Jahrhunderts de B. Bischoff). Selon The Catalogue of Additions to the Manuscripts in the British Museum in the Years MDCCCLIV-MDCCCLXXV, Londres, 1877, le manuscrit Add. 26 714 serait du XIIe et non du XIIIe siècle.

3 Bedae Venerabilis Opera Exegetica, Pars II.2, In Primam Partem Samuhelis Libri IIII, éd. David Hurst, CCSL 119, Turnhout, 1962 : I, prol., ligne 55 et III, prol., l. 1. Toutes les notes qui suivent se réfèrent à cette édition et indiquent respectivement la page et la ligne. Il y a deux titres traditionnels de ce livre : « I Samuel » et « I Rois » (en grec : « I Règnes »). Certains manuscrits latins de l’Ancien Testament donnent le titre de « I et II Rois » aux premier et second livres de Samuel. Par conséquent, les livres qu’on appelle aujourd’hui « I et II Rois » ont pour titre « III et IV Rois » dans ces manuscrits latins. Le manuscrit Amiatinus, entre autres, tente de résoudre cette difficulté en incorporant les deux systèmes : « Incipit regum liber primus qui hebraice appellatur samuhel » : voir l’apparat critique de la Biblia Sacra iuxta Latinam Vulgatam Versionem. V. Liber Samuhelis ex interpretatione sancti Hieronymi, Rome, 1944, p. 71.

4 ax L. W. Laistner et H. H. King, Hand-List, p. 65 : « Comme on l’a souvent remarqué, Bède adopte dans ce commentaire la méthode d’interprétation allégorique dans sa forme la plus extrême. À en juger par le très petit nombre de manuscrits conservés, il semblerait que même les lettrés médiévaux trouvèrent son allégorisation excessive. » Dans son guide qui faisait autrefois autorité, Thought and Letters in Western Europe A.D. 500-90, Londres, 11 931, 21 957, Ithaca, 1966, p. 160, Laistner ajoute que l’interprétation allégorique de Bède « se trouve dans sa forme la plus élaborée ou extrême dans son commentaire de I Samuel et du Cantique des cantiques ».

5 S. Gregorii Magni Moralia in Iob, éd. Marc Adriaen, 3 vols., CCSL t. 143, 143A et 143B, Turnhout, 1979 et 1985.

6 M. Laistner, Hand-List, p. 66-70.


7 II. Praefatio, p. 68-70. Ceci représente une courageuse tentative de la part de Bède qui relève toujours le défi lorsqu’il s’agit d’établir des dates. Les historiens modernes de la Bible travaillent encore sur la chronologie de ces souverains. Comme le remarquent Bruce M. Metzger et Roland E. Murphy, les éditeurs de l’Ancien Testament dans la New Oxford Annotated Bible, New Revised Standard Version, New York, 1994, p. 338 : « La durée du règne de Saül n’est pas connue ; il est dit que David et Salomon avaient régné chacun pendant quarante ans, mais ce nombre est souvent pris dans un sens général et assez imprécis… » Ils ajoutent : « Les problèmes de la chronologie des rois d’Israël et de Juda n’admettent pas de solution facile ».

8 L’homélie d’Origène, traduite par Rufin, traite uniquement du cantique d’Anne : voir PG 12, col. 995-1012 ; voir aussi l’édition critique, Origenes Werke, t. 8, Homilien zu Samuel I, zum Hohelied und zu den Propheten, éd. W. A. Baehrens, G.C.S. 33, Leipzig, 1925, p. 1-25. Augustin traite du premier livre de Samuel dans le De Civitate Dei, éd. Bernard Dombart et Alphonse Kalb, CCSL 48, Turnhout, 1955, livre XVII, 1-7, p. 550-570 (il s’agit du cantique d’Anne et des mots de « l’homme de dieu », I Sam. 2.27-36) et dans le De Diversis Quaestionibus ad Simplicianum, éd. Almut Mutzenbecher, CCSL 44, Turnhout, 1970, II, q. I-III, p. 57-86 : Saül se met à prophétiser, son rejet par Dieu et sa consultation avec la magicienne d’Endor (I Sam. 10, 15, 16 et 28). Le commentaire d’Isidore, PL 83, col. 391-410, dont Bède ne se sert pas, ajoute des textes de saint Augustin et des Moralia in Job de Grégoire le Grand mais ignore l’homélie d’Origène.

9 Voir Die Briefe des heiligen Bonifatius und Lullus, éd. Michael Tangl, M.G.H., Epistolae selectae I, Berlin, 1916, p. 263. Les mots qu’emploie Lul pour demander certains ouvrages de Bède dans la lettre 125 (p. 262-263) semblent indiquer qu’il connaissait l’existence de ces commentaires par la bibliographie finale de Bède dans son Histoire Ecclésiastique V, 24.

10 Cf. le colophon au fol. 1v° : « Liber oblatus ad altare Sancti Stephani ex uoto Amoli epscopi ». Sur la carrière de Claude de Turin, voir Pascal Boulhol, Claude de Turin, un évêque iconoclaste dans l’Occident carolingien. Étude suivie de l’édition du Commentaire sur Josué, Paris : Institut d’études augustiniennes, 2002, p. 15-31.

11 Voici ce qu’écrit Malcolm B. Parkes à propos de ce dernier manuscrit dans Pause and Effect, An Introduction to the History of Punctuation in the West, Berkeley-Los Angeles, 1993, p. 180 (planche) et 181 : « Les scribes de Wearmouth-Jarrow furent parmi les premiers à intégrer la ponctuation, une hiérarchie d’écritures différentes et d’autres moyens de présentation dans une mise en page sophistiquée. Dans cet exemplaire [...], l’écriture onciale (que les scribes associaient aux copies de textes bibliques et d’autres textes, qui faisaient autorité, venus d’Italie) a été utilisée pour distinguer entre les lemmes (passages du texte discuté) et le commentaire qui les explique, copié dans ce cas précis dans une version locale de la minuscule insulaire. Chaque lemme en onciale commence par une littera notabilior, plus grande que d’ordinaire pour les écritures en onciale mais d’une taille comparable à celles employées avec la minuscule du commentaire. » Pour un exemple de mise en page typique du IXe siècle, voir, p. 188, la reproduction du fol. 7v du manuscrit, Munich, Clm. 28 118 de la Règle de saint Benoît.

12 M. Gorman, « Source Marks and Chapter Divisions in Bede’s Commentary on Luke », Revue bénédictine 112, 2002, p. 246-290 : p. 247 (on notera toutefois que la première édition de Migne date de 1850, et non de 1862). Cet article et celui du même auteur, « The Canon of Bede’s Works and the World of Ps. Bede », Revue bénédictine 111, 2001, p. 399-445, fournissent une histoire révélatrice des débuts de l’impression des œuvres de Bède.

13 Voir Adalbert de Vogüé, « Les plus anciens exégètes du Premier Livre des Rois : Origène, Augustin et leur épigones », Sacris Erudiri 29, 1986, p. 5-12. Il remarque la différence entre les approches de Bède et d’Isidore. Ainsi à la page 8 : « À la différence des Questions d’Isidore, l’In Primam Partem Samuelis de Bède est un commentaire suivi, encore que très succinct et parsemé de brèves omissions. Le moine saxon se distingue encore d’Isidore par sa manière plus personnelle de remployer les textes antérieurs. Ses emprunts se bornent parfois à un mot ou à une citation caractéristique. Le repérage de ce qu’il doit à ses prédécesseurs demande donc une grande attention, d’autant qu’il lui arrive de combiner l’homilie d’Origène et la Cité de Dieu de façon très subtile. » À la liste d’A. de Vogüé des sources de Bède, il faut ajouter les deux extraits suivants : les lignes 470-481 sont reprises de l’homélie d’Origène, section XIII, et les lignes 837-841 du De Ciuitate Dei, 17. 6 (10-17). Cette dernière source a été repérée par Paul Meyvaert, « “In the Footsteps of the Fathers” : The Date of Bede’s Thirty Questions on the Book of Kings to Nothelm », dans The Limits of Ancient Christianity, Essays on Late Antique Thought and Culture in Honor of R. A. Markus, éd. William E. Klingshirn et Mark Vessey, Ann Arbor, 1999, p. 267-286 : p. 269.

14 P. Kyle McCarter Jr, I Samuel, A New Translation with Introduction, Notes and Commentary, Anchor Bible 8, New York, 1980, p. 12 : « The source-critical problems encountered in Samuel are so complex within the book itself and so subtle in their relations to other parts of the Bible as to have defied generally accepted solutions in most cases. The narratives about Samuel, Saul, and David that make up our book have a heterogeneous appearence even to the untrained eye. Numerous internal thematic tensions, duplications, and contradictions stand in the way of a straightforward reading of the story ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://hleno.revues.org/docannexe/image/316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

George Hardin Brown, « Le commentaire problématique de Bède sur le premier livre de Samuel », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 87-96.

Référence électronique

George Hardin Brown, « Le commentaire problématique de Bède sur le premier livre de Samuel », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/316

Haut de page

Auteur

George Hardin Brown

Stanford University

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org