Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
Un historien en son milieu

L’Histoire ecclésiastique et l’engagement politique de Bède

Walter Goffart
p. 149-158

Résumé

Bede’s Letter to Egbert of York reveals an author profoundly committed to the reform of the church of his kingdom after what he regarded as a period of deep decay lasting since 705. Bede’s political commitment allows us to better understand several important aspects of his Historia Ecclesiastica : the narrowing of his “English” focus almost to Northumbria alone ; the radiant presentation of the past of the Northumbrian church ; the distortion of the image of Bishop Wilfrid ; the very positive portrayal of the Irish ; and finally the drastically abridged coverage of the years 705-731.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je renvoie en général au chapitre « Bede and the Ghost of Bishop Wilfrid » de mon livre The Narrato (...)
  • 2 H. Mayr-Harting, The Coming of Christianity to Anglo-Saxon England, Londres, 1972, p. 40 et « Bede’ (...)

1L’idée que l’Histoire ecclésiastique de Bède soit un texte politique a du mal à se frayer un chemin dans les foyers anglais de ses spécialistes. L’opinion la plus répandue chez eux est que Bède fut un moine paisible, ne voulant de mal à personne, entièrement occupé à apprendre, enseigner et écrire. Les Anglais nous assurent que Bède était détaché du monde et de ses conflits. N’ayant jamais pu connaître la noblesse laïque, il ignorait les luttes politiques de son temps ; il était même idéaliste, se faisant une idée aussi chimérique du passé que du présent1. Henry Mayr-Harting écrivit en 1972 que « Le vrai monde de Bède [...] est le monde des livres », jugement qu’il réaffirma en 1993 en contredisant l’analyse développée dans mon livre, The Narrators of Barbarian History2. L’idée d’un Bède innocent, détaché du monde et des méchancetés du siècle, ne connaissant que ce qu’il avait lu, trouve encore une majorité de partisans outre-Manche et outre- Atlantique.

2Les interprètes de l’Histoire ecclésiastique tirent grand avantage de l’image d’un Bède dont le vrai monde serait celui des livres. Un tel Bède ne nous gêne pas, nous pouvons en faire ce que nous voulons. Selon eux, Bède n’avait pas de projets ni d’arrière-pensées ni de volonté personnelle. Il était l’humble serviteur de ses sources, auxquelles il faudrait imputer toutes les particularités de l’Histoire ecclésiastique. Les circonstances immédiates de la genèse de l’Histoire ecclésiastique seraient donc indifférentes. Grâce à un Bède uniquement attaché aux livres et à la piété, on serait en présence d’une Histoire ecclésiastique née d’une conception immaculée, entièrement exempte de péché originel.

  • 3 Epistola ad Egbertum episcopum, dans Bedae opera historica, éd. Ch. Plummer, Oxford, 1896, vol. 1, (...)

3Nous savons, toutefois, que Bède ne se désintéressait pas de ce qui se passait dans son pays. Dans un texte bien connu, datant de 734, il fit savoir à l’évêque d’York, Egbert, nouvellement élu, que l’état de l’Église de Northumbrie était déplorable, résultat d’une décadence qui se prolongeait depuis un quart de siècle. Selon Bède, Egbert et le roi Céolwulf avaient la responsabilité et les moyens d’améliorer l’état de cette Église et il leur indiqua une série d’abus à extirper. La lettre à Egbert nous prouve que Bède était un homme engagé, sachant à qui s’adresser et sûr d’être écouté3. Plus de la moitié de l’Histoire ecclésiastique est consacrée uniquement à l’Église de Northumbrie : son passé avait été admirable et on y voit une succession de saints et de miracles. Si l’Église northumbrienne garde son apparence souriante jusqu’à la fin de l’Histoire ecclésiastique, c’est que Bède a eu la prudence de ne pas pousser son récit plus loin que la mort du roi Aldfrid en 705. À partir de cette date, qui, selon la lettre à Egbert, marque le début de la décadence de l’Église du royaume, l’auteur de l’Histoire ecclésiastique devient quasiment muet.

  • 4 Je ne partage pas l’opinion de ceux, y compris Plummer, qui croient que Bède avait des liens d’amit (...)

4Né vers 673, Bède n’a pas pu observer personnellement l’âge d’or de l’Église northumbrienne qu’il nous décrit dans l’Histoire ecclésiastique. Presque toute sa vie d’adulte s’est passée dans un climat religieux qu’il réprouvait. Jarrow, son monastère, se trouvait dans le diocèse d’Acca, l’évêque d’Hexham qui commanda et encouragea presque tous les commentaires bibliques de Bède. Acca devint évêque en 709 et fut chassé de son siège en 731. Bède, en dénonçant l’état de l’Église northumbrienne depuis 705, n’en excepte nullement son bienfaiteur, dont il passe la destitution sous silence4.

5Au moment d’écrire l’Histoire ecclésiastique, Bède se trouvait dans une Northumbrie en pleine mutation politique. Son Histoire, qui date d’environ 731, est dédiée à Céolwulf, roi depuis 729 et cousin de l’évêque d’York, Egbert.

6Céolwulf et Egbert, sans doute responsables de la destitution de l’évêque Acca, avaient pris le pouvoir très récemment et ils incarnaient un nouveau régime. Depuis la mort d’Aldfrid en 705, la Northumbrie avait eu trois rois à peu près fainéants : aucun d’entre eux n’avaient même réussi à avoir un héritier. Ils étaient les derniers rejetons d’une vieille dynastie, jadis glorieuse, qui était moribonde depuis plus de vingt ans. En 729, enfin, une nouvelle lignée royale – celle de Céolwulf – réussit à s’emparer du pouvoir. L’histoire de Bède semble liée à l’arrivée au pouvoir de ce nouveau régime en Northumbrie.

7Trois aspects de l’Histoire ecclésiastique font ressortir les préoccupations politiques de l’auteur :

  • L’histoire de Bède a un champ territorial très restreint. La formule « Gentis anglorum » dans le titre suggère que Bède va parler de tous les Anglo-Saxons, mais ce n’est pas le cas. Bède ne s’occupe vraiment que des Northumbriens. Il faut se garder d’attribuer cette restriction à la rareté de la documentation disponible. Le peu qui est dit de la Mercie, grand royaume limitrophe de la Northumbrie, nous prouve que ce n’est pas un manque de sources qui explique l’attention disproportionnée que Bède porte à la Northumbrie. Bède a choisi de ne dire presque rien de la plus grande partie de l’Angleterre.

  • Le dernier quart de siècle de l’histoire est escamoté : bien que Bède ait fixé la fin officielle de l’Histoire ecclésiastique à 731, il cesse en fait dès 705 de poursuivre un récit général. Il n’explique pas ce changement. Tout en signalant quelques incidents des années 705 à 731, il renonce complètement à raconter les années qu’il devait connaître le mieux. Cette discontinuité est volontaire. Il semblerait en effet que ce quart de siècle ne convenait pas au programme de l’Histoire ecclésiastique.

    • 5 E. John, « Social and Political Problems of the Early English Church », Agricultural History Review (...)
    • 6 The Life of Bishop Wilfrid by Eddius Stephanus, éd. et tr. B. Colgrave, Cambridge, 1927, réimp. 198 (...)

    L’évêque Wilfrid d’York est présenté d’une façon fort curieuse. Cette anomalie a été très bien caractérisée par Eric John : selon lui, Bède exprime constamment une approbation simple et ouverte de Wilfrid, mais il la dément tout aussi constamment par des manœuvres cachées5. Dix ans environ avant la naissance de Bède, Wilfrid était déjà le géant de l’Église de Northumbrie. Sa biographie, œuvre d’Étienne de Ripon en 720, nous permet de saisir son importance6. Sa carrière avait atteint son apogée dans les années où il était évêque d’York aux côtés du roi Egfrid et de la reine Étheldrède. Bède, par contre, tout en multipliant les scènes où figure Wilfrid, omet de parler de lui dans les moments les plus marquants : les années glorieuses de Wilfrid et du roi Egfrid n’ont aucune place dans l’Histoire ecclésiastique, et le retour triomphal de Wilfrid en Northumbrie en 705 ne nous est pas rapporté.

8Il faut se demander quels buts Bède poursuivait en réduisant l’Angleterre à quasiment la seule Northumbrie, en supprimant vingt-cinq années qu’il connaissait personnellement pour les avoir vécues et en déformant la figure de Wilfrid, le géant de l’Église northumbrienne. Je vais m’efforcer de répondre à ces questions.

  • 7 Sur le rôle primordial joué par Bède au temps de ces négociations, voir Goffart, Narrators, p. 241, (...)

9Il faut d’abord se rappeler que Bède a écrit l’Histoire ecclésiastique dans une perspective précise, à savoir l’avènement de l’évêché d’York au rang de province ecclésiastique, York devenant la deuxième métropole de toute l’Angleterre. Cet événement eut lieu en 735, l’année de la mort de Bède, mais on s’y attendait depuis au moins 729, date à laquelle Nothelm et d’autres émissaires de la métropole de Cantorbéry visitèrent la Northumbrie pour engager les pourparlers indispensables7.

10Cette perspective permet de comprendre l’intérêt qu’il y avait à ce que Bède écrivît une histoire centrée sur la Northumbrie qui donnât à ce royaume l’apparence souriante et sainte qui nous séduit encore de nos jours et nous étonne lorsque nous lisons l’Histoire ecclésiastique.

11Bède a embelli son récit non pas parce qu’il était poussé à l’idéalisation, mais parce qu’un récit doux et souriant était ce qu’on attendait de lui, l’histoire exigée par les circonstances de son écriture. Il fallait mettre en valeur la Northumbrie au moment où tous les regards étaient tournés vers elle à l’occasion de son élévation au rang de métropole et étaler les beautés qu’elle avait à offrir à l’Angleterre. Il fallait pour cela non seulement offrir une galerie de saints et des lectures édifiantes, mais aussi rectifier ou supprimer des faits peu louables.

  • 8 Voir P. Hunter Blair, Bede’s Ecclesiastical History of the English Nation and Its Importance Today, (...)

12Le grand péché de l’Église northumbrienne avait été de chasser, en 664, les Irlandais auxquels le pays devait sa conversion et son organisation ecclésiastique. Nous connaissons bien ces procédés d’élimination d’un groupe d’étrangers. Idi Amin Dada expulsa les Hindous d’Ouganda ; le Honduras mit les Libanais à la porte ; les Anglais au XVIIIe siècle déportèrent les Français d’Acadie, après l’avoir conquise ; Édouard Ier, à la fin du XIIIe siècle interdit l’Angleterre aux Juifs. Le système est simple. Une colonie d’étrangers s’adonne à une activité spécialisée qui lui rapporte de quoi vivre assez bien. En les chassant sous un prétexte quelconque, les indigènes pensent prendre leurs places et s’accaparer leurs bénéfices. Ces procédés déplorables se sont répétés à de nombreuses reprises dans l’histoire de l’humanité. Les spécialistes actuels de l’Histoire ecclésiastique nous disent que l’enjeu du synode de Whitby en 664 fut la date de Pâques8. C’était plutôt l’avenir des Irlandais dans l’Église de Northumbrie. Le synode décida de se débarrasser d’eux et d’attribuer leurs places aux membres du clergé northumbrien que les Irlandais avaient formés.

13L’expulsion du clergé irlandais n’a jamais suscité de remords en Northumbrie. Au contraire, elle a permis à Wilfrid de devenir célèbre et influent. En 705, après deux longs exils ordonnés par les rois, Wilfrid continuait à jouir d’un renom sans pareil et avait de nombreux disciples loyaux parmi le clergé et les moines northumbriens.

14Il n’était pas question que Bède pût remonter ce courant, même s’il reconnaissait personnellement que le clergé irlandais de Northumbrie avait subi une injustice. L’Histoire ecclésiastique regrette que l’Irlandais Aïdan et ses disciples aient observé la date de Pâques à leur manière plutôt qu’à celle de Rome : Bède est aussi catholique que Wilfrid pour ce qui est du comput pascal. Toutefois, le synode de Whitby, tel que Bède le raconte, semble être une tragédie plutôt qu’un triomphe de la vérité et Bède note l’arrivée de la peste en Angleterre tout de suite après, alors que la chronologie n’imposait pas l’enchaînement de ces deux événements. Si on discute encore aujourd’hui sur les sentiments de Bède envers les Irlandais, c’est sans doute parce qu’il accepta leur expulsion tout en leur prodiguant des louanges. Son portrait d’Aïdan est totalement positif et Bède fait l’éloge de nombreux autres Irlandais. Le point culminant du livre cinq est atteint lorsque le grand monastère irlandais d’Iona se rallie au comput pascal romain. Bède ne pouvait pas mettre en cause les règles ecclésiastiques ultramontaines, mais il consacra beaucoup de ses plus belles pages aux missionnaires irlandais en Northumbrie.

15À l’époque où l’Histoire ecclésiastique fut écrite, une raison pratique incitait les Northumbriens à se rapprocher des Irlandais : la nouvelle métropole d’York allait être petite. Idéalement, une province ecclésiastique rassemblait une douzaine d’évêchés ; mais York n’allait comprendre, au départ, que les quatre diocèses de Northumbrie. Les dirigeants pouvaient espérer que ce ne serait qu’un début et que, par la suite, d’autres églises deviendraient les suffragantes de la nouvelle métropole. Ces communautés, au nord et à l’ouest, étaient pour la plupart irlandaises. L’historien de l’Église northumbrienne, ami du futur archevêque, avait donc grand intérêt à faire des efforts sinon pour effacer, du moins pour amoindrir le grand péché de la Northumbrie envers les Irlandais.

  • 9 Vita Wilfridi 47, éd. Colgrave, p. 98-99. Ces propos font partie d’un long discours de justificatio (...)

16Devant un concile northumbrien de l’année 703, le vieux Wilfrid se vantait encore, et très hautement, d’avoir libéré l’Église de Northumbrie des « semences toxiques » irlandaises9. Il était impossible de laver la mémoire de Wilfrid de l’exploit qui assura son prestige en Northumbrie de son vivant et encore longtemps après : Étienne, son biographe, avait souligné sans hésitation en 720 le triomphe de Wilfrid sur les Irlandais. Si l’Histoire ecclésiastique de Bède voulait rendre justice à Aïdan et à ses compagnons, il fallait que la gloire de Wilfrid fût rabaissée à un niveau modeste. La solution de Bède était géniale : en transposant l’activité de Wilfrid hors de la Northumbrie, il en fit un héros des missions à l’étranger dans les pays païens. À la génération suivante, le célèbre Alcuin présenta Wilfrid dans son Histoire des évêques d’York exclusivement comme missionnaire. Alcuin se montra donc un fidèle lecteur de Bède et dépouilla Wilfrid entièrement de ses exploits en Northumbrie.

17Le portrait que fait Bède du grand Wilfrid ne pèche pas seulement par des omissions. Un cas manifeste de son modus operandi se trouve dans la manière avec laquelle il abrège un épisode de la biographie d’Étienne de Ripon que nous pourrions appeler : « Le jeune Wilfrid se décide à rendre visite au Saint-Siège ». La première colonne contient les deux parties du récit d’Étienne, la seconde la version très abrégée, mais également transformée, qu’en donne Bède dans sa notice nécrologique de Wilfrid :

Vita Wilfridi 3 : « Puis après quelques années, à l’instigation du Saint Esprit, le désir de se rendre en personne au siège de l’Apôtre Pierre, prince des Apôtres, et d’essayer cette route encore nouvelle pour notre peuple crût dans le cœur de notre jeune homme : il était persuadé que c’est ainsi qu’il dénouerait entièrement le lien du péché et qu’il obtiendrait une bénédiction qui lui donnerait la béatitude ».

Vita Wilfridi 4 [Wilfrid répond à l’évêque de Lyon] : « Je dois m’acquitter du vœu que j’ai fait au Seigneur de visiter le siège apostolique et d’apprendre les règles de l’enseignement de l’Église afin que mon peuple puisse améliorer sa façon de servir Dieu »a.

HE V, 19, tr. O. Szerwiniack et alii, t. 2, p. 121 : « Comme il servit plusieurs années Dieu dans ce monastère, il remarqua peu à peu, adolescent à l’esprit sagace, que la voie de la vertu que les Irlandais enseignaient était loin d’être parfaite et il se proposa de se rendre à Rome et d’observer quels rites ecclésiastiques et monastiques étaient observés au siège apostolique »b.

a. Vita Wilfridi 3, éd. Colgrave, p. 8 : « Deinde post circulum annorum, suggerente spiritu sancto, apellare (sic) et uidere sedem apostoli Petri et apostolorum principis, adhuc inattritam uiam genti nostrae temptare in cor adolescentis supradicti ascendit et ab ea omnem nodum maculae soluendum sibi credens et beatitudinem benedictionis accipiendam ».
Vita Wilfridi 4, éd. Colgrave, p. 10 : « Sunt vota mea Domino, quae reddam, [...] ut visitem sedem apostolicam et ecclesiasticae disciplinae regulas diddicerim in augmentum gentis nostrae in serviendum Deo [...]. La traduction française a été mise au point en collaboration avec Olivier Szerwiniack.

b. Éd. Plummer, t. 1, p. 323 : « In quo uidelicet monasterio cum aliquot annos Deo seruiret, animaduertit paulatim adulescens animi sagacis, minime perfectam esse uirtutis uiam, quae tradebatur a Scottis, proposuitque animo uenire Romam, et qui ad sedem apostolicam ritus ecclesiastici siue monasteriales seruarentur, uidere ». Le contraste entre ce passage de l’Histoire de Bède et ceux de la Vita Wilfridi n’est pas signalé par Plummer ni par Wallace-Hadrill, Commentary (cité à la note 4), p. 192.

18Étienne évoque les années de Wilfrid à Lindisfarne, au cours desquelles il fit son apprentissage monastique dans l’établissement qui, à l’époque, était peut-être le seul monastère de Northumbrie. Wilfrid désira visiter Rome ; il lui tint à coeur d’être le premier Anglais à faire ce pénible voyage. Il espérait obtenir en visitant le tombeau de saint Pierre la plus grande rémission de ses péchés. Le récit d’Étienne a le charme innocent d’un pèlerinage ad remissionem peccatorum. La deuxième scène nous transporte à Lyon : l’évêque de cette ville voulait garder Wilfrid auprès de lui et lui offrit une belle carrière dans la Gaule franque. Wilfrid, pour expliquer son refus, répondit qu’il devait poursuivre son voyage au siège apostolique afin de remonter à la source des règles ecclésiastiques ; en les apprenant là-bas, il ferait progresser l’instruction de son peuple dans les règles de la foi. Apparemment Wilfrid, une fois en Gaule, se rendit compte de la diversité des usages ecclésiastiques et se résolut à apprendre les règles normatives telles qu’il pourrait les observer à Rome. Ainsi Étienne introduit un thème majeur de la vie de son héros. Une initiation profonde aux pratiques ecclésiastiques de Rome sera d’une grande importance pour l’avenir de Wilfrid en Angleterre.

19Bède ne suivit pas fidèlement l’histoire telle qu’Étienne la raconta. Des lecteurs enclins à le défendre pourraient prétendre qu’il ne fit qu’abréger les propos d’Étienne et en expliciter les sous-entendus. Mais si l’on croit que Bède était tout à fait conscient de ce qu’il faisait, il est patent qu’il alla bien au-delà d’un raccourcissement. Il évoque un « adolescent à l’esprit sagace », qui, malgré son jeune âge, perçut des défauts attribués explicitement aux Irlandais. Étienne ne mentionne pas les Irlandais et il évoque seulement le lien du péché : « nodum maculae » Les propos de Bède, quoiqu’inspirés par le texte d’Étienne, sont de son propre cru. Il transpose dans la jeunesse de Wilfrid l’opposition aux usages irlandais qui donna un tour décisif à sa carrière d’adulte. Bède a créé le Wilfrid qu’il voulait, quitte à altérer sa source.

20La critique a du mal à accepter que Bède puisse déformer l’histoire à un tel point. Afin de l’absoudre de ces procédés, on les a attribués récemment à un manque d’informations : la biographie d’Étienne de Ripon, dit-on, ne serait parvenue à Bède qu’à la fin de ses travaux, trop tard pour qu’il puisse en tirer profit. Cette hypothèse gratuite n’a pour but que de défendre la conception d’un Bède détaché du monde et sans mauvaise volonté envers Wilfrid et ses disciples.

21Mon dernier thème politique porte sur la condition monarchique et ecclésiastique de la Northumbrie depuis 705, en d’autres termes, sur les circonstances les plus proches du travail de Bède.

  • 10 Kirby, « Bede, Eddius Stephanus » (cité à la note 6), p. 114 : « The key to unlocking the process o (...)
  • 11 Kirby, Bede’s Historia ecclesiastica gentis Anglorum : Its Contemporary Setting (cité à la note 4), (...)

22L’essentiel de ce que je connais des petits royaumes anglo-saxons m’a été appris par les travaux de David Kirby. Dans un article de 1983, il remarqua que « La clef permettant de comprendre pourquoi l’Histoire ecclésiastique a été écrite pourrait se trouver encore cachée dans les tensions de l’époque à laquelle Bède écrivit »10. M’étant beaucoup occupé de cette clef dans The Narrators of Barbarian History, j’ai été fort déçu par la Jarrow Lecture de 1992 dans laquelle Kirby s’est occupé du « cadre contemporain » de l’histoire de Bède. Dans cette conférence en effet celui-ci s’acharne à combattre ma manière de voir11. Notre différend porte surtout sur la condition de l’Église et du royaume de Northumbrie pendant les vingt-cinq années que Bède nous cache.
Les faits saillants ne sont pas controversés : à la mort du roi Aldfrid, son très jeune fils Osred fut écarté de la succession et le candidat d’une autre branche du lignage royal fut porté au trône. Le vieil évêque Wilfrid revint précipitamment d’exil car il crut que ce successeur inattendu le recevrait à bras ouverts. Contre toute attente, celui-ci le rejeta sans ménagement et confirma son exil. Pour un quasi-usurpateur, c’était une maladresse dangereuse, qui lui coûta cher. Wilfrid en effet se rapprocha en secret des partisans du jeune Osred et ils parvinrent à un accord qui mit un terme à l’exil de Wilfrid et lui octroya deux évêchés ainsi qu’un nombre indéterminé de monastères. En échange, Wilfrid offrit son soutien et celui de ses innombrables partisans à la restauration d’Osred et de la vieille famille royale. L’intrus ne régna que deux mois et Osred fut installé à sa place.

23L’accord de Wilfrid avec l’ancienne famille royale se maintint pendant longtemps. Quoique Wilfrid lui-même mourût quatre ans plus tard, ses disciples, les wilfridiens, continuèrent à diriger ses évêchés et ses monastères au moins jusqu’à l’époque de l’Histoire ecclésiastique de Bède. D’autre part, le roi Osred et ses deux successeurs, tous trois descendants de l’ancienne dynastie, se maintinrent au pouvoir jusqu’en 729.

24Selon moi, la crise de 705 aboutit à un retour triomphal de Wilfrid en Northumbrie et à une longue période wilfridienne, période qui coïncide justement avec les années dont Bède ne parle pas dans l’Histoire ecclésiastique. Wilfrid dut modérer ses revendications en 705, mais ce qu’il obtint – pour commencer, la moitié des évêchés du royaume – suffisait largement à un vieillard qui voulait rentrer d’exil. Cette restauration concerna non seulement Wilfrid mais aussi ses disciples. Pendant plusieurs décennies, les wilfridiens formèrent un groupe prépondérant au sein de l’Église northumbrienne : ils soutinrent notamment les trois rois fainéants qui précédèrent Céolwulf. Selon moi, c’est ce triomphe wilfridien que vise la dénonciation du dernier état de l’Église northumbrienne par Bède à Egbert d’York.

  • 12 Ajoutez à la note précédente D. P. Kirby, The Earliest English Kings, Londres, 1990, p. 146, selon (...)
  • 13 C’est aussi l’opinion d’A. Thacker, « Lindisfarne and the Origins » (cité à la note 4), p. 118- 120 (...)

25Kirby rejette ma synthèse et lui préfère un cadre contemporain dans lequel il ne se passe à peu près rien. Son Wilfrid est vieux et fatigué, prêt à tout concéder afin de faire la paix. Face à une famille royale qui lui était encore hostile et à des ecclésiastiques jaloux de lui, il se serait contenté d’obtenir quelques-unes de ses revendications peu avant de mourir12. Le sort de ses disciples n’aurait pas été enviable non plus. Wilfrid leur laissa d’importantes sommes d’argent afin de pouvoir acheter l’amitié des rois et des évêques. Cet argent pour acheter l’amitié des puissants a suscité bien des commentaires, avant et après Kirby : on y a vu presque toujours un signe d’angoisse et de crainte face à des ennemis dangereux. Kirby refuse de croire que les wilfridiens furent le parti dominant de l’Église de Northumbrie pendant les vingt-cinq années que Bède a omises13. Il donne ce rôle à l’évêque d’York, Jean de Beverley, et à un autre Wilfrid, que Jean désigna personnellement comme son successeur. Quant aux rois, Kirby en parle peu. Il me reproche de les avoir appelés « boy kings » (rois garçons), car seul Osred était réellement un enfant.

26Les rectifications de Kirby aboutissent simplement à un échec : la Northumbrie était paisible ; le cadre contemporain de l’histoire de Bède ne comportait aucun conflit méritant d’être signalé.

27Je m’incline volontiers au sujet des « boy kings ». Les deux adultes qui succédèrent à Osred furent si insignifiants qu’ils auraient tout aussi bien pu être des enfants. Mais Kirby a raison. Par contre, il est loin d’avoir raison au sujet des évêques d’York et des wilfridiens : on sait (quoique Kirby n’en parle pas) que Jean de Beverley, homme saint et aimable, enfreignit les lois de l’Église en réglant arbitrairement sa succession et que Wilfrid II, nommé par Jean, se démit de ses fonctions dix ans après pour faire place à Egbert, le correspondant de Bède. Ces circonstances s’accordent mal avec la suprématie que Kirby veut attribuer à l’évêché d’York à cette époque. Selon lui, la nomination de son successeur montre la puissance de Jean. Il me semble, au contraire, que contrevenir au droit canon à ce moment-là ne pouvait guère être autre chose qu’un signe de faiblesse. Craignant que des rivaux ne s’emparassent de l’évêché à sa mort, Jean devança la tenue d’une élection. Au prix d’une entorse aux canons, il désigna un homme sûr pour lui succéder. Le pilier de l’Église northumbrienne n’agit pas ainsi : loin d’être maître de la situation, Jean de Beverley avait peur.

  • 14 Wilfrid fit diviser ses richesses en quatre parts : une part pour les églises de Rome, une pour les (...)

28Selon son biographe Étienne, Wilfrid, peu avant sa mort, donna un quart de son trésor aux abbés de ses deux abbayes principales « afin qu’avec des dons ils pussent se concilier pleinement l’amitié des rois et des évêques »14. L’attribution de cette somme ne suscite pas la moindre émotion chez Étienne. Ce sont les lecteurs modernes qui se sont émus, mais à tort. Wilfrid fut simplement prudent. Ses monastères étaient exemptés d’impôts et de services royaux – régime qui me rappelle les franchises d’impôts dont jouissent, entre autres, les grandes universités américaines telle que la mienne. Quoique exemptées d’impôts, ces universités font d’importants dons annuels aux municipalités où elles se trouvent implantées : c’est le moyen de montrer leur civisme et de rester en bons termes avec leurs voisins. Même les ecclésiastiques les plus influents de la Northumbrie se devaient de faire des dons de temps en temps aux puissants du siècle et de l’Église, non pas pour apaiser leur colère, mais parce que ceux-ci, tout comme nos municipalités actuelles, méritaient d’être aidés par tous, y compris les monastères exempts d’impôts. En ce qui concerne le « cadre contemporain » de l’Histoire ecclésiastique, la Jarrow Lecture de Kirby ne me semble apporter aucun élément susceptible d’invalider ma synthèse des événements.

29Je ne prétends pas que les circonstances dont je vous ai entretenu soient une explication totale de l’Histoire ecclésiastique. Il n’est pas question de réduire cette grande œuvre à une formule unique. Mais la politique aide à comprendre plusieurs aspects importants de l’œuvre de Bède : la réduction de l’Angleterre à pratiquement la seule Northumbrie, la présentation souriante du passé northumbrien, la déformation de la figure de l’évêque Wilfrid, le portrait très positif des Irlandais et enfin l’escamotage des années 705 à 731. Une fois que l’on tient compte de la lettre à Egbert d’York, on ne peut plus admettre que Bède ait été le moine simple, doux et sans parti pris qu’on est tenté de tirer d’une lecture de sa grande histoire. Bède savait ce qu’il faisait : il a guidé délibérément l’Histoire ecclésiastique dans le sens qu’il a voulu et il a eu souvent en tête les circonstances immédiates de son temps. On aurait tort de négliger son engagement politique.

Haut de page

Notes

1 Je renvoie en général au chapitre « Bede and the Ghost of Bishop Wilfrid » de mon livre The Narrators of Barbarian History (A.D. 550-800) : Jordanes, Gregory of Tours, Bede, and Paul the Deacon, Princeton, 1988, p. 235-328 (cité en abrégé : Goffart, Narrators). Des remarques supplémentaires se trouvent dans Goffart, « The Historia Ecclesiastica : Bede’s Agenda and Ours », The Haskins Society Journal. Studies in Medieval History 2, 1990, p. 29-45. Au sujet du caractère engagé ou paisible de Bède, voir Goffart, Narrators, p. 236-237.

2 H. Mayr-Harting, The Coming of Christianity to Anglo-Saxon England, Londres, 1972, p. 40 et « Bede’s Patristic Thinking As an Historian », dans Historiographie im frühen Mittelalter, éd. A. Scharer et G. Scheibelreiter, Veröffentlichungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung 32, Vienne, 1994, p. 373.

3 Epistola ad Egbertum episcopum, dans Bedae opera historica, éd. Ch. Plummer, Oxford, 1896, vol. 1, p. 405-423. L’édition de l’Histoire ecclésiastique que je cite est celle de Plummer. Voyez aussi Bede, The Ecclesiastical History of the English People. The Greater Chronicle. Bede’s Letter to Egbert, éd. J. McClure et R. Collins, World’s Classics, Oxford, 1994.

4 Je ne partage pas l’opinion de ceux, y compris Plummer, qui croient que Bède avait des liens d’amitié avec Acca. Cette opinion se fonde sur les lettres de dédicace de Bède à Acca, mais il faut bien voir que celles-ci contiennent des formules épistolaires d’amitié (comparables à l’anglais « dearest ») qui expriment la courtoisie de Bède et non ses sentiments intimes. Les sources rapportent que le roi Céolwulf fut restauré sur son trône avant l’expulsion d’Acca. Celui-ci resta en exil jusqu’à sa mort et fut remplacé à Hexham, sûrement avec l’approbation du roi Céolwulf : voir Goffart, Narrators, p. 273-274 et 294-295. On trouve l’opinion contraire chez Plummer, t. 1, p. xxxiii et xlix (« for whom [Bede] evidently cherished a warm affection ») et t. 2, p. 329-330 ; J. M. Wallace-Hadrill, Bede’s Ecclesiastical History of the English People. A Historical Commentary, Oxford, 1988, p. 195 et 207 ; A. Thacker, « Lindisfarne and the Origins of the Cult of St. Cuthbert », dans St. Cuthbert, His Cult and His Community to AD 1200, éd. G. Bonner, D. Rollason et C. Stancliffe, Woodbridge, Suffolk, 1989, p. 121 ; enfin D. P. Kirby, Bede’s Historia ecclesiastica gentis Anglorum : Its Contemporary Setting, Jarrow Lecture 1992, p. 6.

5 E. John, « Social and Political Problems of the Early English Church », Agricultural History Review 18, 1970, Supplement 1, p. 44.

6 The Life of Bishop Wilfrid by Eddius Stephanus, éd. et tr. B. Colgrave, Cambridge, 1927, réimp. 1985 (cité ci-après Vita Wilfridi et numéro du chapitre). L’auteur de cette biographie porte aujourd’hui le nom de Stephanus ou (comme ici) d’Étienne de Ripon. L’attribution traditionnelle à Eddius Stephanus, suivie par Colgrave, a été abandonnée et, je m’empresse de le dire, pas seulement par moi : voir D. P. Kirby, « Bede, Eddius Stephanus and the ‘Life of Wilfrid’ », English Historical Review 98, 1983, p. 102-103 et Goffart, Narrators, p. 281-283. W. Trent Foley, Images of Sanctity in Eddius Stephanus’ Life of Bishop Wilfrid, An Early English Saint’s Life, Lewiston, 1992, malgré son titre, n’apporte rien pour mon sujet. Je tiens à affirmer mon admiration pour la biographie d’Étienne, document de premier ordre, qui nous permet de rectifier le récit de Bède, ainsi que mes dispositions favorables envers Wilfrid, que je n’ai aucun désir de rabaisser. Mes efforts pour faire ressortir les sentiments de Bède envers Wilfrid n’impliquent aucune hostilité personnelle de ma part envers ce géant anglo-saxon.

7 Sur le rôle primordial joué par Bède au temps de ces négociations, voir Goffart, Narrators, p. 241, n. 33, p. 274-275 et 296-298.

8 Voir P. Hunter Blair, Bede’s Ecclesiastical History of the English Nation and Its Importance Today, Jarrow Lecture 1959, p. 9 : « [...] in Bede’s eyes, if we may judge by the length of the chapter which he devoted to it, the great Easter controversy and the decisions reached at the Synod of Whitby seemed the most important topic of the age ». Dans le même sens, voir A. Thacker, « Bede and the Irish », dans Beda Venerabilis. Historian, Monk and Northumbrian, éd. L. A. J. R. Houwen et A. A. MacDonald, Mediaevalia Groningana 19, Groningue, 1996, p. 38 et 59. L’importance d’un texte ne se juge pas en premier lieu d’après sa longueur. Il m’est difficile de croire qu’un événement antérieur de dix ans à la naissance de Bède lui tenait plus à cœur que l’un ou l’autre événement contemporain de sa propre vie.

9 Vita Wilfridi 47, éd. Colgrave, p. 98-99. Ces propos font partie d’un long discours de justification de Wilfrid au synode d’Austerfield (dont la date, située dans les toutes premières années 700, est incertaine).

10 Kirby, « Bede, Eddius Stephanus » (cité à la note 6), p. 114 : « The key to unlocking the process of writing the HE may still lie concealed in the tensions of the time in which Bede wrote ».

11 Kirby, Bede’s Historia ecclesiastica gentis Anglorum : Its Contemporary Setting (cité à la note 4), p. 18-19, n. 51 (sa polémique contre ma manière de voir est concentrée dans cette note).

12 Ajoutez à la note précédente D. P. Kirby, The Earliest English Kings, Londres, 1990, p. 146, selon lequel le régime d’Osred « once secure in power » exclut Wilfrid de ses largesses. Ceci n’est qu’un argument ex silentio. Le trône d’Osred ne fut jamais totalement stable et aucune source ne nous indique qui bénéficia de sa libéralité.

13 C’est aussi l’opinion d’A. Thacker, « Lindisfarne and the Origins » (cité à la note 4), p. 118- 120, qui s’appuie surtout sur le texte cité à la note suivante.

14 Wilfrid fit diviser ses richesses en quatre parts : une part pour les églises de Rome, une pour les pauvres (pauperibus populi mei), une pour ceux de ses compagnons d’exil auxquels il n’avait encore rien donné, enfin « alteram autem partem praepositi coenobiorum duorum saepe dictorum inter se dividant, ut cum muneribus regum et episcoporum amicitiam perpetrare potuerint » (Vita Wilfridi 63, éd. Colgrave, p. 136).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Walter Goffart, « L’Histoire ecclésiastique et l’engagement politique de Bède », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 149-158.

Référence électronique

Walter Goffart, « L’Histoire ecclésiastique et l’engagement politique de Bède », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://hleno.revues.org/332

Haut de page

Auteur

Walter Goffart

Yale University, New Haven

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org