Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
Un historien en son milieu

L’Histoire ecclésiastique
ou le rêve d’un retour au temps de l’innocence

Olivier Szerwiniack
p. 159-176

Résumé

The great success of Bede’s Ecclesiastical History from the eighth century right up to today in so many countries implies that it has not only a local, political and historical message, but also a universal one, Bede’s dream of returning to an age of innocence. The paradisiacal time at the beginning of Bede’s History was destroyed by the heresy and the corruption, both spiritual and physical, of the Briton people. It was restored by the Roman and Irish missionaries, who converted the Anglo-Saxons to Christianity. A few clerics, monks and nuns were so pure that even their bodies were untouched by physical corruption after their death. But this age of innocence did not last : corruption reappeared among the Anglo-Saxon clerics. Bede does not blame them openly, because he is not entitled to do so, but he tries to lead them back into the fold by exalting as examples several uncorrupted Irish bishops. Each of these three peoples, Britons, Irish and Anglo-Saxons, has also a different symbolic meaning for the reader, who is encouraged to avoid corruption and strive towards a Christian ideal.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En préambule, j’ai plaisir à remercier Mme Patricia Stirnemann et M. François Dolbeau, qui ont relu (...)
  • 2 Cf. J. Elfassi, « Tradition manuscrite » dans Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple (...)
  • 3 Cf. R. Mynors, « Textual Introduction » dans Bede’s Ecclesiastical History of the English People, é (...)
  • 4 Cf. J. Elfassi, « Tradition manuscrite », p. LIII.
  • 5 Cf. U. Lehnart, « Beda Venerabilis » et A. Boeck, « Frühe Drucke von Werken des Beda Venerabilis », (...)
  • 6 En fait les premières éditions de l’Histoire ecclésiastique de Bède furent toutes publiées sur le c (...)

1L’Histoire ecclésiastique du peuple anglais de Bède le Vénérable1 connaît depuis sa composition dans la première moitié des années 730 un succès qui ne s’est jamais démenti au cours des siècles et dans tous les pays : on n’en compte pas moins de 172 manuscrits médiévaux, parmi lesquels 83 seulement sont d’origine anglaise, c’est-à-dire moins de la moitié2. Roger Mynors, dans son édition, a distingué quatre provinces textuelles : une famille anglaise, mais également une française, une allemande et une italienne3. L’Histoire fut copiée tout au long du Moyen Âge puisque huit manuscrits furent copiés au VIIIe siècle, seize au IXe, un au Xe, vingt-quatre au XIe, cinquante-neuf au XIIe, huit au XIIIe, vingt-huit au XIVe, vingt-six au XVe et deux encore au début du XVIe siècle4. À l’époque de l’imprimerie, l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais fut la seconde histoire ecclésiastique à être imprimée : elle fut éditée dès 1475-1478 après l’Histoire tripartite de Cassiodore publiée en 14725. Depuis cette édition princeps, elle fut rééditée plus de vingt fois en Angleterre bien sûr, mais également sur le continent à Strasbourg, Haguenau, Anvers, Louvain, Paris, Heidelberg, Cologne et Bâle, où fut imprimée la première édition des œuvres complètes de Bède par Johann Herwagen en 15636.

  • 7 Pour la traduction en anglo-saxon, cf. The Old English Version of Bede’s Ecclesiastical History of (...)
  • 8 La première traduction en anglais moderne fut celle de Thomas Stapleton, The History of the Church (...)
  • 9 G. Spitzbart, éd. et trad., Beda der Ehrwürdige, Kirchengeschichte des englischen Volkes, Darmstadt (...)
  • 10 G. Simonetti Abbolito, trad. avec une introduction de B. Luiselli, Beda il Venerabile, Storia degli (...)
  • 11 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais. Traduit de l’anglais et du latin, pré (...)
  • 12 Cf. note 2.
  • 13 G. Tugène, L’idée de nation chez Bède le Vénérable, Paris, Institut d’Études Augustiniennes (Collec (...)

2Dès le Moyen Âge, l’Histoire fut traduite en vieil anglais et en irlandais ancien7. Les traductions modernes ont longtemps été anglaises8, mais depuis les années quatre-vingt, les traductions en d’autres langues se sont multipliées : citons notamment la traduction allemande de G. Spitzbart9, la traduction italienne de Giuseppina Simonetti Abbolito10, enfin les traductions françaises de Philippe Delaveau11, notre traduction collective12 et la nouvelle édition et traduction dirigée par Pierre Monat et André Crépin à paraître dans la collection des Sources Chrétiennes.
En outre, le nombre de livres et d’articles consacrés à l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais est considérable : presque tous les médiévistes anglo-saxons et les anglicistes médiévistes ont écrit à ce propos et alors qu’on aurait pu croire le sujet épuisé, Georges Tugène vient de faire paraître deux ouvrages de 180 et 360 pages qui définissent l’idée de nation dans l’Histoire ecclésiastique essentiellement13. Pourquoi donc un tel engouement à travers les âges et les pays ?

  • 14 W. Goffart, « Bede and the Ghost of Bishop Wilfrid » dans The Narrators of Barbarian History (AD 55 (...)
  • 15 G. Tugène, « L’histoire “ecclésiastique” du peuple anglais. Réflexions sur le particularisme et l’u (...)

3Si l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais n’était que l’histoire de l’Angleterre, de Jules César au roi Céolwulf, comme elle semble l’être, on ne comprendrait pas un tel engouement renouvelé et universel. Certes, les nombreux commentateurs ont montré, surtout depuis les vingt dernières années, que l’Histoire ecclésiastique n’a pas qu’un intérêt historique, même si celui-ci est considérable. Walter Goffart, entre autres, a mis au jour la dimension politique de l’Histoire de Bède14. D’autres, parmi lesquels Georges Tugène, ont souligné ses dimensions ecclésiastique et théologique15. Toutefois, je ne suis pas persuadé que ces dimensions historique, politique, ecclésiastique et théologique, pour importantes qu’elles soient, suffisent à expliquer l’engouement que suscite encore aujourd’hui l’Histoire ecclésiastique dans nos sociétés laïques, qui ne se soucient plus guère de l’Église et de la théologie médiévales. Or paradoxalement, les traductions et les recherches se sont multipliées ces dernières années.

  • 16 G. Tugène m’a fait remarquer que la conclusion de son dernier livre, L’idée de nation chez Bède le (...)

4Après tant de lectures fines et ingénieuses, il est difficile de proposer un regard complémentaire sur l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais et je ne prétends nullement proposer ici une lecture entièrement neuve de cette œuvre. Néanmoins, il me semble possible de dégager une nouvelle dimension de l’Histoire ecclésiastique qui expliquerait peut-être mieux pourquoi ce livre continue de nous fasciner aujourd’hui. Je pense en effet que l’Histoire ecclésiastique comporte aussi une dimension onirique ou, si l’on préfère, utopique16. Cette dimension supplémentaire n’annule évidemment pas les autres déjà mises en évidence, car l’Histoire est susceptible d’être lue et interprétée à différents niveaux, comme les commentateurs l’ont montré.

5Il me semble que dans l’Histoire ecclésiastique du peuple anglais Bède rêve d’un retour au temps de l’innocence. Il s’agit d’un temps reconstitué, idéalisé par l’historien et donc utopique : c’est le temps des débuts de l’évangélisation des Anglo-Saxons, qui répète le temps des Apôtres et le temps mythique du Jardin d’Eden. C’est le temps de l’innocence et de la pureté, le temps d’avant les compromissions de la vie dans le siècle. Toutefois, cette dimension onirique ou utopique n’implique pas que Bède soit un doux rêveur : son rêve est également un moyen de dénoncer la corruption de l’homme sans Dieu et de lutter pour retrouver l’innocence perdue des premiers temps. L’omniprésence du thème de l’innocence et de la corruption dans l’Histoire ecclésiastique montre qu’il s’agit d’une préoccupation majeure chez Bède, voire d’une obsession.

Bède l’incorruptible

  • 17 I, 21, éd. Plummer, t. I, p. 39-40.


6Un grand nombre de pages de l’Histoire ecclésiastique dénoncent la nature corrompue de l’homme sans Dieu. Cette corruption se manifeste au premier chef dans les multiples hérésies que Bède dénonce : l’hérésie arienne (I, 8), pélagienne (I, 10, 17 et 21), celle d’Eutychius écrasée dans l’œuf par Grégoire lorsqu’il était apocrisiaire à Constantinople (II, 1), enfin l’hérésie d’Eutychès (IV, [17]). Cette corruption renaît sans cesse : ainsi malgré les deux voyages de saint Germain en Bretagne pour étouffer l’hérésie pélagienne (I, 17 et 21), celle-ci ne disparaît pas totalement et connaît des résurgences : « Peu de temps après, arrive de cette même île la nouvelle que l’hérésie pélagienne se répandait de nouveau à l’instigation de quelques meneurs »17.

7Bède emploie un vocabulaire très fort pour dénoncer cette corruption hérétique : outre le terme même de corruption, qu’il emploie, Bède la qualifie de folie, de perfidie, de venin, de poison fatal, de pestilence contagieuse qui infecta les Bretons et même de purulence, qui souilla la Bretagne :

  • 18 I, 8, éd. Plummer, t. I, p. 22 : « Mansitque haec in ecclesiis Christi, quae erant in Brittania, pa (...)
  • 19 I, 10, éd. Plummer, t. I, p. 23-24 : « [...] Pelagius Bretto contra auxilium gratiae supernae uenen (...)
  • 20 I, 17, éd. Plummer, t. I, p. 33 : « [...] heresis Pelagiana per Agricolam inlata [...] fidem Britta (...)

« Et cette paix demeura dans les églises chrétiennes de Bretagne jusqu’aux temps de la folie arienne, qui, après avoir corrompu le monde entier, infecta du venin de son erreur cette île aussi, pourtant si éloignée du reste du monde. Et une fois que cette route pestilentielle, si je puis dire, fut ouverte à travers l’océan, sans tarder, toute la purulence de chaque nouvelle hérésie se répandit sur l’île [...].
[...] À son époque, l’hérésie arienne vit le jour. Découverte et condamnée au concile de Nicée, elle déversa malgré tout, comme nous l’avons dit, le poison fatal de sa perfidie non seulement sur les églises du monde entier, mais aussi sur celles des îles»18.
« [...] le Breton Pélage, contestant le secours de la grâce divine, répandit partout le venin de sa perfidie avec la complicité de Julien de Campanie, tourmenté depuis longtemps par le désir immodéré de retrouver l’évêché qu’il avait perdu. Saint Augustin, ainsi que tous les autres Pères de l’Église leur répondirent par des milliers de citations catholiques, et cependant ne parvenaient pas à mettre un terme à leur démence. Mais, ce qui est plus grave, leur folie, prise à partie, préféra croître en contredisant la vérité plutôt que de s’amender en la reconnaissant. Le rhéteur Prosper y fait allusion élégamment en vers héroïques, lorsqu’il dit : Contre Augustin, dit-on, s’avance tel un serpent un certain Écrivain, qu’une jalousie dévorante consume depuis longtemps déjà.
Qui a poussé ce misérable serpent ridicule à décoller du sol
Sa tête d’ordinaire cachée dans des cavernes obscures ? »19
« [...] l’hérésie pélagienne apportée par Agricola [...] avait souillé la foi des Bretagnes par une peste honteuse »20.

  • 21 Sur le concept de corruption et son évolution dans le temps, cf. Maryvonne Génaux, « Les fondements (...)

8Pour exprimer sa répulsion devant ces hérésies, Bède emploie les deux registres métaphoriques du serpent et de la maladie. L’image du serpent renvoie évidemment au serpent tentateur du Jardin d’Eden et au pêché originel. Elle souligne de façon frappante la corruption morale de l’homme, tandis que la métaphore de la maladie, de la destruction et de la décomposition évoquent avec horreur sa corruption physique21. Le pouvoir corrupteur de l’hérésie est tel que l’hérétique Pélage a perdu son humanité : désormais semblable à un serpent venimeux, il n’est plus capable de raisonner ni de réagir de manière sensée, en proie à la démence et à une jalousie dévorante.

  • 22 I, 8, éd. Plummer, t. I, p. 22.

9Bède souligne la nationalité bretonne de Pélage et la facilité avec laquelle chaque hérésie se répandit sur « l’île, qui était toujours ravie d’entendre du nouveau et ne s’en tenait à rien de ferme »22. Les Bretons étaient donc prédisposés à devenir hérétiques.

10De fait, un peuple incarne plus spécialement la corruption de l’homme dans l’Histoire ecclésiastique : les Bretons. Malgré la description paradisiaque initiale de la Bretagne (I, 1), qui est fertile en tout, et un début prometteur (le roi des Bretons Lucius demande à devenir chrétien : I, 4), les vingt-deux premiers chapitres du premier livre sont une succession de chutes entrecoupées de brèves périodes de rachat grâce à quelques figures exemplaires comme saint Alban (I, 7) et surtout saint Germain, qui vient deux fois au secours des Bretons (I, 17 et 21). En effet, selon Bède, les Bretons par eux-mêmes sont faibles, incapables de se tenir à rien de ferme (I, 8) et corruptibles sans aide extérieure, qu’elle soit divine ou humaine.

11Ils sont inertes, indolents, sans force, engourdis et lâches :

  • 23 I, 12, éd. Plummer, t. I, p. 25, 27 et 28.

« Désormais, la Bretagne [...] n’était plus qu’une proie, toute ignorante qu’elle était des usages de la guerre. [...] elle gémit, frappée de stupeur, durant de nombreuses années. [...]
Ensuite les Romains [...] les exhortent à prendre plutôt eux-mêmes les armes et à supporter l’effort de guerre contre les ennemis : ils pourraient devenir plus forts qu’eux simplement s’ils se délivraient de leur propre inertie.
[...] ils conseillent la vigueur à ce peuple indolent.
[...] les Bretons mettent en place au sommet de la citadelle une troupe sans force, qui demeurait engourdie jour et nuit, hébétée et tremblante. [...] les lâches défenseurs [...] venaient s’écraser misérablement sur le sol. Bref, abandonnant les villes et la muraille, les Bretons s’enfuient et se dispersent. [...] Les malheureux citoyens sont déchirés par leurs ennemis, comme des agneaux par des loups »23.

  • 24 Cf. I, 12 : « [...] des légats sont renvoyés à Rome, pour demander de l’aide d’une voix sanglotante (...)

12Les Bretons n’arrêtent pas de gémir24 et d’implorer une aide extérieure : d’abord celle des Romains (I, 12-13), puis celle des Anglo-Saxons (I, 15), enfin celle de saint Germain (I, 17-21). Pourtant la source de leurs malheurs se trouve en eux-mêmes car ils ont été vidés de leurs forces vives par leurs propres chefs, Carausius, Allectus (I, 6), Gratien et Constantin (I, 11), qui sont des tyrans sanguinaires, félons et vaniteux :

  • 25 I, 11, éd. Plummer, t. I, p. 24.

  • 26 I, 12, éd. Plummer, t. I, p. 25.


« Constantin, issu de la soldatesque la plus basse, est choisi sur le seul espoir suscité par son nom, sans qu’il ait donné aucune preuve de son courage. Celui-ci, dès qu’il se fut emparé de l’empire, passa en Gaule. Là, abusé à de nombreuses reprises par les barbares lors d’alliances sans suite, il fit plus de mal que de bien à l’État »25.
« Désormais, la Bretagne, dépouillée dans sa partie bretonne de toute troupe armée, de toutes ses ressources militaires et de toute l’ardente fleur de sa jeunesse, que des tyrans téméraires avaient emmenées à l’étranger sans jamais les ramener chez elles, n’était plus qu’une proie »26.

  • 27 Les Bretons sont donc bien semblables à Pélage qui est rongé par la jalousie : cf. note 19.

13Mais surtout, hormis quelques-uns qui se comptent sur les doigts d’une main, les Bretons sont une race pécheresse à l’esprit corrompu : même dans le troupeau de Dieu et chez les prêtres bretons, la jalousie dévorante27, la cruauté, la haine et la vanité (I, 17) l’emportent sur tous les autres sentiments et les mènent à la guerre civile :

  • 28 I, 14, éd. Plummer, t. I, p. 29-30.
  • 29 I, 22, éd. Plummer, t. I, p. 41-42.
  • 30 II, 20, éd. Plummer, t. I, p. 125.

« [...] la luxure se développa rapidement et à sa suite tous les péchés tels une peste [lues] ne tardèrent pas : au premier chef cruauté, haine de la vérité, amour du mensonge, de sorte que, si l’un d’entre eux semblait moins méchant et si peu que ce soit moins menteur, comme s’il était un ennemi de la Bretagne, il devenait sans aucun égard l’objet de la haine de tous et la cible de tous leurs traits. Et ce non seulement chez les incroyants mais aussi dans le troupeau de Dieu et chez ses pasteurs, qui passèrent sous le joug de l’ivresse, la haine, la dispute, la chicane, la jalousie et toutes ces perfidies, après avoir rejeté celui, pourtant léger, du Christ. Pendant ce temps, une peste terrible s’empara soudain des hommes à l’esprit corrompu [corruptae mentis]. Elle faucha en peu de temps une telle multitude que les vivants n’étaient pas assez nombreux, même pour enterrer les morts. Malgré tout, même la mort des leurs, ni la peur de leur propre mort ne parvenait à rappeler les survivants de la mort de l’âme qui les terrassait en punition de leurs péchés. C’est pourquoi, quelque temps après, une vengeance plus terrible encore de leur affreux forfait poursuivit cette race pécheresse [gentem peccatricem] »28.
« Pendant ce temps, en Bretagne, les guerres extérieures cessèrent pour un temps, mais non les guerres civiles. [...] les citoyens qui avaient échappé à l’ennemi luttaient les uns contre les autres. [...] les garde-fous que constituaient la vérité et la justice furent complètement ébranlés et renversés, au point que non seulement leur trace, mais même leur souvenir disparut, sauf chez quelques-uns, qui se comptaient sur les doigts de la main »29.
« Cadwallon, bien qu’il eût le nom de chrétien et qu’il se proclamât tel, était si barbare de cœur et de mœurs qu’il n’épargnait pas même le sexe féminin ou l’âge innocent des petits enfants ; au contraire, avec une cruauté sauvage il mettait tout le monde à mort avec des tortures »30.

14Pire, les Bretons rechutent sans cesse et les deux missions successives de saint Germain ne parviennent pas à éradiquer leur propension à l’hérésie. Leur corruption est telle qu’ils n’ont aucun respect pour la religion chrétienne chez eux et chez les Anglo-Saxons : à la fin de l’Histoire (V, 22), les Bretons resteront les seuls à ne pas vouloir se rallier à la doctrine de l’Église universelle pour la date de Pâques et la tonsure :

  • 31 I, 22, éd. Plummer, t. I, p. 42.
  • 32 II, 20, éd. Plummer, t. I, p. 125.

« Au nombre de leurs forfaits indicibles, que leur historien Gildas décrit avec des mots d’affliction, les Bretons ajoutèrent celui-ci : jamais ils ne transmirent ni ne prêchèrent la parole divine aux peuples des Saxons ou des Angles, qui habitaient la Bretagne avec eux »31.
« Cadwallon [...] n’avait aucun respect pour la religion chrétienne, qui venait de naître chez les Anglais ; de fait, encore aujourd’hui, les Bretons ont coutume de ne faire aucun cas de la foi et de la religion des Anglais et de n’avoir pas plus de relations avec eux, en aucun domaine, qu’avec les païens »32.

15La corruption des Bretons est à la fois morale, spirituelle et physique. Sur le plan spirituel, elle se manifeste outre par leur inertie, leur engourdissement et leur indolence, par leur étroitesse d’esprit et leur vanité : incapables de discerner par eux-mêmes le bien du mal, ils s’en tiennent aux apparences et font primer la forme sur le fond. Ainsi, lors de l’entrevue du chêne (II, 2), les évêques bretons refusent d’écouter les exhortations d’Augustin, sous le prétexte futile que celui-ci ne s’est pas levé à leur arrivée. La corruption morale et spirituelle conduit les Bretons à leur corruption physique : frappés par d’incessantes famines (I, 12 et 14) puis la peste (I, 14) et de nombreux ennemis constamment renouvelés (Irlandais, Pictes (I, 12, 13), puis Anglo-Saxons : I, 15 et II, 2), de très nombreux Bretons sont touchés, affaiblis, malades, blessés et finissent par succomber :

  • 33 I, 15, éd. Plummer, t. I, p. 32-33.


« [...] partout les prêtres étaient massacrés au pied des autels ; les évêques étaient, sans aucun respect pour leur dignité, tués avec leurs fidèles par le fer et le feu, et il n’y avait personne pour enterrer ceux qui étaient morts cruellement. De la même façon, quelques-uns parmi les malheureux survivants furent pris dans les montagnes et égorgés pêle-mêle. D’autres, épuisés par la faim, sortaient se livrer aux ennemis, pour recevoir un peu de nourriture, promis à une servitude perpétuelle, – si du moins ils n’étaient pas tués sur le champ. D’autres gagnaient dans l’affliction les contrées au-delà des mers. Les derniers, qui ne voulaient pas abandonner leur patrie, tremblants, menaient une vie misérable dans les montagnes, les forêts, ou sur les roches escarpées, continuellement aux aguets »33.

16La corruption des Bretons est à la fois collective et individuelle. Généralisée, elle frappe même plusieurs enfants bretons, qui souffrent de handicap physique. Ainsi, Bède insiste sur les guérisons miraculeuses par saint Germain de la fille aveugle d’un tribun (I, 18) et du fils d’Élafius, seigneur breton, qui a les tendons des genoux desséchés (I, 21). Ces deux atteintes physiques symbolisent la corruption morale et spirituelle de l’ensemble des Bretons, incapables d’ouvrir les yeux et d’avancer avec détermination dans la bonne voie, sans trébucher et tomber lamentablement.

17En contrepoint à cette corruption généralisée et récurrente chez les Bretons, Bède propose un idéal de sainteté et exalte dans son Histoire ecclésiastique la pureté et l’innocence d’autrefois.

Innocence des débuts de l’église anglaise et des Irlandais

  • 34 Cf. II, I : « nous pouvons à bon droit et même nous devons l’appeler notre apôtre » (éd. Plummer, t (...)
  • 35 P. Fennell Jones, A Concordance to the Historia ecclesiastica of Bede, Cambridge Massachusetts, 192 (...)

18Bède insiste sur l’innocence de l’Église anglaise à ses débuts : il souligne qu’Augustin et ses moines, venus évangéliser la Bretagne, menaient une vie innocente, imitant celle des Apôtres de l’Église primitive. Bède insiste beaucoup sur le parallèle entre le temps des Apôtres et celui des nouveaux Apôtres de la Bretagne, Augustin et ses moines, envoyés par Grégoire le Grand, l’Apôtre des Anglo-Saxons34 : si l’on en croit Putnam Fennell Jones35, on ne compte pas moins de 180 occurrences des termes « apôtre » et « apostolique » dans l’Histoire ecclésiastique. Comme les Apôtres, Augustin et ses moines ne possédaient aucune richesse et partageaient tout avec les pauvres (I, 27). Ils étaient humbles et veillaient à réprimer leur orgueil (I, 31). Ils étaient soucieux de se garder purs du péché (I, 27) et avaient un idéal de perfection monastique incarné par le pape Grégoire le Grand (II, 1), qui ne perdit jamais de vue la vie céleste, malgré sa mission pastorale dans le siècle. Enfin, ils se souciaient non des apparences, mais de l’intériorité et du cœur :

  • 36 I, 26, éd. Plummer, t. I, p. 46-47.


« [...] ils commencèrent à imiter la vie des apôtres de l’Église primitive : ils s’acquittaient du service divin par des prières, des veilles et des jeûnes assidus, prêchaient la bonne parole à qui ils pouvaient, rejetaient comme étrangers tous les biens de ce monde, ne recevaient de ceux qu’ils enseignaient que ce qu’ils pensaient nécessaire à leur subsistance, vivaient eux-mêmes en toutes choses selon les préceptes qu’ils enseignaient et en leur for intérieur, ils étaient prêts à subir l’adversité et même à mourir pour la vérité qu’ils prêchaient. À quoi bon en dire plus ? Quelques-uns crurent et furent baptisés, admirant la simplicité de leur vie innocente et la douceur de leur enseignement spirituel »36.

19Le même idéal de l’Église primitive, fixé par Grégoire le Grand à Augustin dans son Libellus responsionum (I, 27), fut poursuivi également par l’abbesse Hilda à Whitby et par l’évêque Aïdan à Lindisfarne :

  • 37 IV, [23], éd. Plummer, t. I, p. 254.

  • 38 IV, [27], éd. Plummer, t. I, p. 270-271.


« [...] à l’exemple de l’Église primitive, nul n’y était riche, nul n’y était dans la gêne, tout était commun à tous, rien n’appartenait en propre à quiconque »37.
« Car Aïdan, le premier évêque du lieu, lorsque, moine lui-même, il arriva avec ses moines, y institua la vie monastique, de la même façon que notre bienheureux père Augustin l’avait fait auparavant dans le Kent, selon ce que lui écrivait le très révéré pape Grégoire, que nous avons cité plus haut. « Puisque toi, mon frère, tu as été élevé dans les règles du monastère, ton sort ne doit pas être séparé de celui de tes clercs dans l’Église des Angles, qui, grâce à Dieu, vient d’être convertie à la foi, mais tu dois instituer les relations qui furent celles de nos Pères au début de l’Église naissante. Chez eux en effet, aucun d’entre eux ne disait qu’une partie de leurs possessions lui appartenait en propre, mais ils avaient tout en commun »38.

  • 39 Cf. II, 16 : « Le roi était si soucieux du bien-être de son peuple » et II, 17 (lettre d’Honorius à (...)

20Cette innocence et cette perfection primitive se retrouvèrent non seulement dans le clergé, mais aussi chez certains rois anglo-saxons, tels Edwin39 et Oswald :

  • 40 III, 6, éd. Plummer, t. I, p. 138.

« [...] élevé au faîte de la dignité royale, [Oswald] n’en continua pas moins – fait admirable à rapporter – à se montrer humble, bienveillant et généreux à l’égard des pauvres et des étrangers. [...] On avait posé sur la table devant lui un plat d’argent empli de mets royaux. Il étendait déjà les mains pour bénir le pain, quand celui de ses serviteurs à qui avait été confié le soin de secourir les indigents entra tout-à- coup, et lui apprit qu’une foule immense de pauvres, affluant de partout, s’était installée sur les places et demandait quelque aumône du roi. Celui-ci, aussitôt, non content de faire porter aux pauvres les mets posés devant lui, ordonna aussi de briser le plat et de le leur distribuer morceau par morceau »40.

  • 41 Ibidem.


21L’humilité et la piété admirables d’Oswald valurent à ses mains de ne pas se décomposer après sa mort : « quand Oswald fut tué au combat, ses mains et ses bras furent retranchés du reste de son corps ; il leur fut alors donné de rester intacts jusqu’à nos jours »41. L’intégrité des bras d’Oswald après sa mort symbolise selon Bède l’innocence de ses mains. Ainsi, de même que la corruption morale et spirituelle des Bretons était la cause de leur déchéance et de leur corruption physiques, la piété d’Oswald confère à ses bras le pouvoir miraculeux de ne pas se corrompre. Dans le cas d’Oswald, ce pouvoir fut limité à ses bras et à ses mains, mais il s’étendit parfois au corps tout entier.

22En effet la pureté morale et spirituelle de certains membres de l’Église anglaise primitive fut telle que même leur corps devint incorruptible après leur mort. Ainsi, un parfum suave se dégagea du tombeau d’Ercongote lorsqu’on l’ouvrit :

  • 42 III, 8, éd. Plummer, t. I, p. 143-144.


« Le corps vénérable de la vierge épouse du Christ fut enseveli dans l’église du bienheureux premier martyr Étienne. On décida trois jours après d’enlever la dalle qui couvrait le tombeau et de la reposer plus haut au même endroit : pendant cette opération, un parfum d’une telle suavité se dégagea des profondeurs, que tous les frères et sœurs debout à côté eurent l’impression que l’on ouvrait des resserres de baume »42.

  • 43 Cf. V, 12 : « Et voici que s’étendait devant nous une plaine très vaste et très riante, et des fleu (...)
  • 44 Cf. A. Angenendt, « Der ganze und unverweste Leib – eine Leitidee des Reliquienverehrung bei Gregor (...)

23Cette odeur de sainteté annonce le parfum du Paradis et de son antichambre décrit par Drythelm lors de son voyage dans l’Au-Delà43. Dans quatre autres cas, Bède précise explicitement que le corps de deux femmes et de deux hommes fut retrouvé intact après leur mort44. Cette absence de corruption physique démontre leur pureté spirituelle de leur vivant :

  • 45 III, 8, éd. Plummer, t. I, p. 144.

– Éthelberge : « À l’ouverture du tombeau, ils trouvèrent le corps aussi intact qu’il avait été préservé de la corruption de la concuspicence charnelle »45.

  • 46 III, 19, éd. Plummer, t. I, p. 168.

– Fursy : « On retira le corps [...]. On découvrit qu’il était aussi intact que si Fursy avait quitté sur l’heure la lumière d’ici-bas. De plus, quatre ans plus tard, [...] on découvrit qu’il ne portait toujours aucune marque de corruption »46.

  • 47 IV, [30], éd. Plummer, t. I, p. 276.


– Cuthbert : « [...] en ouvrant la sépulture ils trouvèrent le corps intact, comme vivant, les articulations de ses membres tellement souples qu’il semblait plus endormi que mort. Quant aux vêtements dont il était habillé, non seulement ils étaient en bon état, mais ils avaient l’air aussi neufs et d’un éclat aussi remarquable qu’au premier jour »47.

– Étheldrède : « Comment la reine Étheldrède resta vierge et comment son corps ne put se corrompre dans le tombeau.
[...] Après douze ans de mariage, elle avait toujours gardé intacte sa glorieuse virginité [...]. En effet le signe même du miracle divin, par lequel la chair de cette femme ensevelie n’a pu se corrompre, est la preuve qu’elle est demeurée pure de tout contact avec un homme. [...]

  • 48 IV, [19], éd. Plummer, t. I, p. 243-246.


Quand, la sépulture ouverte, le corps de la vierge sainte et épouse du Christ fut mis à la lumière, on le trouva intact, comme si elle était morte ou avait été enterrée le jour même [...]. Tous les vêtements dans lesquels son corps avait été enveloppé apparurent intacts et neufs, comme si on en avait habillé le jour même ses chastes membres »48.

  • 49 Cf. les propos d’Étheldrède en IV, [19] : « Je sais avec certitude que je mérite de supporter au co (...)
  • 50 Ibidem, p. 245-246.


24Dans le cas d’Étheldrède, non seulement son corps ne se corrompit pas après sa mort, mais il perdit même la seule marque de corruption qu’il avait portée avant son décès. En effet une tumeur avait déformé son cou en punition de la frivolité dont Étheldrède avait fait preuve dans sa jeunesse en portant des colliers49. Après sa mort, son corps retrouva son intégrité et son aspect d’avant la maladie qui lui avait déformé le cou : « à la place de la blessure ouverte et béante avec laquelle elle avait été ensevelie, on ne voyait plus maintenant qu’une très fine trace de cicatrice »50.

25L’hymne que Bède a composé en l’honneur d’Étheldrède en distiques élégiaques alphabétiques, acrostiches et épanaleptiques, démontre davantage, s’il en était besoin, l’importance que ce dernier accorde à la pureté de l’abbesse. Les huit vers suivants extraits de la fin de l’hymne disent explicitement qu’Étheldrède a vaincu toutes les corruptions tant morales que physiques :

  • 51 IV, [20], éd. Plummer, t. I, p. 248.

« Virginal, son saint corps fut enseveli le deux fois huit de novembre, Et dans le tombeau ne se corrompt pas, virginal, son saint corps. Xrist, c’est ton œuvre si même son habit dans le sépulchre Resplendit intact : Xrist, c’est ton œuvre.
Y(hi)deuse, l’hydre de la mort s’éloigne devant l’honneur fait à son habit sacré, Et les maladies s’enfuient ; y(hi)deuse, l’hydre de la mort s’éloigne.
Zélée, la jalousie bouillonne chez l’ennemi qui jadis avait vaincu Ève ;
Mais la vierge triomphe sous les acclamations ; zélée, la jalousie bouillonne chez l’ennemi »51.

26On notera qu’il s’agit à chaque fois de membres du clergé régulier : Ercongote fut moniale et Éthelberge abbesse de Faremoutiers, Fursy fonda plusieurs monastères, Cuthbert fut prieur des monastères de Melrose et Lindisfarne avant de devenir évêque, enfin Étheldrède fut abbesse d’Ély. Il est donc clair que pour Bède la vie monastique reprèsente l’idéal de la vie chrétienne. On remarquera enfin que non seulement les corps sont incorruptibles, mais également les vêtements qui les enveloppaient. Ainsi le pouvoir de ces corps de résister à toute corruption se communique à ce qui entre en leur contact. C’est pourquoi leurs reliques apportent la guérison aux malades qui les touchent. Il serait trop long de citer les deux chapitres IV, [31] et [32] que Bède consacre à deux guérisons miraculeuses opérées par les reliques de Cuthbert. Il suffira de rappeler ce que Bède écrit à propos du pouvoir guérisseur des reliques d’Étheldrède :

  • 52 IV, [19], éd. Plummer, t. I, p. 246.

« il arrive qu’au contact de ses vêtements les démons soient mis en fuite des corps qu’ils assiègent, et que souvent d’autres maladies soient guéries. Quant au cercueil dans lequel elle avait été ensevelie initialement, on dit qu’il fut source de salut pour certains qui souffraient des yeux ; alors qu’ils priaient la tête posée contre ce cercueil, la douleur ou les ténèbres qui accablaient leurs yeux ont disparu »52.

27De même, tout ce qui est ou a été si brièvement que ce soit en contact avec les reliques d’Oswald guérit d’innombrables corruptions physiques : que ce soit son tombeau (III, 12), une esquille du pieu sur lequel ses ennemis païens fichèrent sa tête (III, 13), la terre du lieu où son sang se répandit (III, 9), l’eau qui servit à laver ses ossements ou même la poussière du dallage sur lequel cette eau fut répandue (III, 11), tout cela se trouve doté de vertus miraculeuses. Ce pouvoir de résister à toute dégradation inclut aussi la résistance au feu. Ainsi, la terre du lieu où Oswald fut tué empêcha qu’un montant ne brûlât (III, 10) et le contrefort sur lequel Aïdan s’était appuyé au moment de mourir ne put être détruit par les flammes (III, 17).

  • 53 IV, [26], éd. Plummer, t. I, p. 266.

28Hormis ces quelques êtres exceptionnels, qui ont su demeurer hors d’atteinte de toute corruption tant physique que morale, le peuple des Irlandais incarne cette innocence primitive, que rien ne parvient à corrompre : « un peuple innocent et de tout temps très amical envers la nation anglaise »53. Dès le premier chapitre du livre I, Bède souligne le fait que l’Irlande ne connaît pas le serpent et que tout ce qui vient d’Irlande guérit des morsures de serpent, comme tout ce qui a été en contact avec certaines reliques guérit des atteintes de la corruption :

  • 54 I, 1, éd. Plummer, t. I, p. 12-13.

« [...] aucun serpent ne peut y vivre ; en effet, les serpents, qui souvent y sont apportés de Bretagne, meurent dès que, pendant que le navire s’approche des côtes, l’odeur de l’air d’Irlande les a atteints. Bien plus, presque tout ce qui vient de cette île peut servir de remède contre le venin. Ainsi par exemple, voici ce que nous avons vu : comme certaines personnes avaient été mordues par un serpent, des feuilles de manuscrits qui provenaient d’Irlande furent grattées ; on mélangea la poudre ainsi obtenue avec de l’eau, et on la donna à boire aux victimes. Aussitôt cette potion absorba toute la virulence du venin qui progressait et apaisa la tuméfaction du corps tout enflé »54.

  • 55 Cf. A. Thacker, « Bede and the Irish », dans Beda Venerabilis, Historian, Monk, and Northumbrian, é (...)

29Les Irlandais sont l’antithèse des Bretons et Bède trace un portrait idéal des Irlandais Aïdan, Colman et des prédécesseurs de ce dernier55. Ces évêques étaient insignes par leur humilité, ils allaient toujours à pied et s’occupaient de tous les fidèles, même ceux qui vivaient dans les régions les plus reculées :

  • 56 III, 5, éd. Plummer, t. I, p. 135-136.

« Entre autres modèles de conduite, [Aïdan] laissa aux clercs un exemple d’abstinence et de continence tout à fait salutaire. Et ce qui recommandait le plus à tous son enseignement, c’est que la vie qu’il menait avec ses compagnons était conforme à ses leçons : il ne se souciait pas de rechercher ni d’aimer aucun bien de ce monde. Tous les dons qu’il recevait des rois et des riches du siècle, il s’empressait de les redistribuer avec joie aux pauvres qu’il rencontrait. Il avait coutume de voyager partout, à la ville comme à la campagne, non pas transporté à dos de cheval, mais marchant à pied, sauf lorsqu’une nécessité trop forte l’en empêchait : il pouvait ainsi, chaque fois qu’au cours de ses déplacements il apercevait des gens, riches ou pauvres, se détourner de son chemin pour aller les trouver et les inviter, si c’étaient des infidèles, à recevoir le sacrement de la foi ; et, si c’étaient des fidèles, pour les raffermir dans leur foi et les inciter par la parole et les actes aux aumônes et à la réalisation de bonnes œuvres.
Son mode de vie était si éloigné de l’indolence de notre époque que tous ceux qui cheminaient avec lui, tonsurés ou laïcs, étaient tenus de méditer ; c’est-à-dire, de se consacrer à la lecture des Écritures ou à l’apprentissage des Psaumes. C’était son exercice quotidien, et celui de tous ceux qui l’accompagnaient, où qu’ils allassent. Et si par hasard il lui arrivait (ce qui toutefois se produisit rarement) d’être convié à la table du roi, il entrait en compagnie d’un ou deux clercs, et, après s’être un peu restauré, il s’empressait de sortir pour lire avec ses compagnons ou pour prier. [...] Jamais il n’omettait de signaler aux riches leurs fautes par respect ou par crainte ; mais il les amendait par d’âpres invectives. Il avait coutume de ne jamais donner d’argent aux puissants, excepté seulement de la nourriture s’il leur offrait l’hospitalité ; il préférait au contraire soit distribuer aux pauvres, ainsi que nous l’avons dit, les généreux dons en argent que lui faisaient les riches, soit les consacrer au rachat de ceux qui avaient été injustement vendus »56.

  • 57 III, 17, éd. Plummer, t. I, p. 161.

« [...] comme historien véridique, j’expose simplement ce qui fut fait par [Aïdan] ou grâce à lui, loue ses actions dignes d’éloge et les confie à la mémoire dans l’intérêt de mes lecteurs : son amour de la paix et de la charité, de la continence et de l’humilité ; son âme victorieuse de la colère et de la cupidité et méprisant l’orgueil aussi bien que la vaine gloire ; son zèle à observer comme à enseigner les commandements divins, sa pratique de la lecture et des veilles, l’autorité toute sacerdotale avec laquelle il confondait les orgueilleux et les puissants et en même temps la clémence avec laquelle il consolait les malades, et réconfortait et défendait les pauvres. En résumé, pour autant que nous le sachions d’après les témoignages de ceux qui l’ont connu, il avait à cœur de ne négliger aucun des devoirs que lui avaient enseigné les Évangiles et les écrits des Apôtres ou des Prophètes, mais, dans la mesure de ses moyens, de tous les remplir par ses actes. Voilà les traits que je prise et aime fort chez ledit évêque, parce que, je n’en ai aucun doute, ils plurent à Dieu »57.

  • 58 III, 26, éd. Plummer, t. I, p. 190-191.


« La grande parcimonie et la tempérance de Colman et de ses prédécesseurs étaient attestées même par l’endroit qu’ils dirigeaient [...] : s’ils recevaient quelque argent des riches, ils le donnaient aussitôt aux pauvres. [...] Ces docteurs, en effet, consacraient tout leur zèle à servir Dieu et non le siècle, tous leurs soins à satisfaire le cœur et non le ventre. [...] Car ces prêtres ou ces clercs se rendaient dans les villages seulement pour prêcher, baptiser, visiter les malades, bref, pour soigner les âmes. Ils se gardaient si bien de toute contagion d’avarice, qu’à moins d’y être contraints par les puissants du siècle, aucun n’acceptait de terres et de propriétés pour y construire des monastères »58.

30Certes, Bède reconnaît que les Irlandais se trompaient pour le calcul de la date de Pâques, mais d’une part il les défend contre l’accusation de quartodécimanisme parfois portée contre eux et d’autre part il souligne que leur erreur, due précisément à leur attachement excessif au premier mode de calcul, est purement formelle et ne remet pas en cause leur appartenance à l’Église catholique :

  • 59 III, 17, éd. Plummer, t. I, p. 162.


« [...] lorsque [Aïdan] célébrait ses propres Pâques, il ne gardait pas en son cœur, ni ne vénérait, ni ne professait des croyances différentes des nôtres [...]. Il célébrait donc cette fête non pas, contrairement à l’opinion erronée de certains, avec les Juifs, le quatorzième jour de la nouvelle lune à n’importe quel moment de la semaine, mais toujours un dimanche, entre le quatorzième et le vingtième jour de la nouvelle lune »59.

31D’ailleurs Bède souligne en V, 22 que, contrairement aux Bretons, les Irlandais ont reconnu leur erreur et ont adopté le nouveau mode de calcul de la date de Pâques sur les conseils de l’anglo-saxon Egbert.

  • 60 Cf. II, 1 : « [...] [Grégoire] entra au monastère, où il commença à vivre avec une telle perfection (...)
  • 61 Cf. IV, [28] : « Cuthbert illustra, à l’imitation des bienheureux apôtres, par ses œuvres de vertu (...)

32Bède montre l’importance qu’il attache à l’idéal de perfection et de pureté en plaçant ses modèles les plus éclatants aux points cardinaux de son Histoire ecclésiastique. Ainsi, il place le portrait de Grégoire le Grand, qui sut préserver sa perfection monastique tout en s’acquittant de sa mission pastorale dans le monde60, au début du livre II, en dépit de la chronologie des événements. La figure de Cuthbert occupe à la fin du livre IV la place symétrique de celle de Grégoire le Grand. Or Cuthbert, qui partage de nombreux traits communs avec Grégoire61, fit la synthèse des missions irlandaise et romaine. Enfin, c’est dans le livre III, le livre central, que se trouvent les portraits idéalisés de tant d’Irlandais (Aïdan, Fursy, Colman...) et de leurs disciples anglo-saxons (Chad, Cedd, Oswald et Egbert entre autres).

Entre Bretons et Irlandais : les anglo-saxons

  • 62 IV, [26], éd. Plummer, t. I, p. 267.

33Bède considère que les Anglo-Saxons de son temps sont à la croisée des chemins : ils doivent choisir leur voie entre Bretons et Irlandais. En effet, il constate que l’époque glorieuse de l’Église primitive est révolue depuis le règne du roi Egfrid : « À partir de ce moment, l’espérance et la vertu du royaume des Anglais commencèrent à s’évanouir et à reculer, tirées en sens contraire »62.

34La corruption s’est en effet introduite jusqu’au sein même de l’Église anglaise contemporaine de Bède. Ainsi les moines et moniales de Coldingham ont délaissé leur idéal monastique pour s’adonner aux futilités du siècle. Pire, en dépit de l’avertissement qui leur avait été donné, ils ne sont pas parvenus à s’amender, tout comme les Bretons autrefois :

  • 63 IV, [25], éd. Plummer, t. I, p. 265.

« “[...] passant en revue tout le monastère, j’ai inspecté chaque cellule et chaque lit, et je n’ai vu personne, sauf toi, occupé au salut de son âme. Mais tous, hommes et femmes, soit dorment inertes, soit veillent pour leurs péchés. Car les cellules, qui avaient été faites pour prier et lire, ont été converties maintenant en chambres pour des festins, des beuveries, des bavardages et toutes les autres séductions. Les vierges consacrées à Dieu, faisant fi de la révérence due à leur profession, passent tout leur temps libre à tisser des vêtements compliqués dont elles se couvrent comme si elles étaient fiancées, au péril de leur état, ou bien s’en servent pour gagner l’amitié d’hommes qui leur sont étrangers. C’est donc à juste titre que la rigoureuse vengeance du ciel avec ses flammes cruelles se prépare contre ce monastère et ses habitants.” [...] Une fois cette vision révélée, les habitants du monastère eurent peur quelques jours, et commencèrent à se châtier, renonçant à leurs forfaits. Mais après le trépas de l’abbesse, ils retournèrent à leurs turpitudes antérieures, ou plutôt commirent de pires méfaits ; et au moment où ils disaient : paix et sécurité [1 Th 5, 3], aussitôt ils furent punis du châtiment dont ils avaient été menacés »63.

35Pire, la corruption s’est insinuée jusque dans l’entourage de Bède, comme il le reconnaît en citant le cas d’un moine artisan qui préférait s’adonner à la boisson plutôt que d’assister aux services avec ses frères. Bède insiste sur la triste fin de ce moine voué aux Enfers :

« J’ai connu personnellement un frère – puissè-je ne jamais l’avoir connu ! – dont je pourrais indiquer également le nom si cela avait quelque utilité. Il était établi dans un monastère renommé, mais lui-même vivait dans l’ignominie. Certes ses frères et ses supérieurs le blâmaient de tout leur cœur et l’exhortaient à adopter une vie plus droite. Et malgré son refus de les écouter, ils le toléraient patiemment parce que son travail était indipensable. En effet, c’était un artisan hors pair. Mais il était souvent l’esclave de l’ivresse et de toutes les autres séductions d’une vie relâchée. Il avait pris l’habitude de demeurer dans son atelier jour et nuit plutôt que de venir chanter les psaumes et prier à l’église ou entendre avec ses frères la parole de vie. [...] De fait, frappé par la maladie et parvenu à ses derniers instants, il fit appeler ses frères et en versant beaucoup de larmes, tel un damné, il se mit à raconter qu’il voyait les Enfers béants, Satan plongé dans les profondeurs du Tartare et près de celui-ci Caïphe et tous les autres qui tuèrent le Seigneur, livrés aux flammes vengeresses. [...]

  • 64 V, 14, éd. Plummer, t. I, p. 313-315.


[...] il mourut sans avoir reçu le viatique et son corps fut enterré dans l’endroit le plus reculé du monastère et personne n’osa ni dire des messes, ni chanter des Psaumes, ni même prier pour lui. [...] Cela s’est produit récemment dans la province de Bernicie et cette nouvelle qui s’est répandue un peu partout, en a incité beaucoup à faire pénitence de leurs crimes sans plus attendre. Puisse cela arriver aussi ensuite par la lecture de nos écrits »64 !

  • 65 Cf. Epistola Bede ad Ecgbertum episcopum, éd. C. Plummer dans Venerabilis Baedae Opera historica, O (...)
  • 66 III, 5, éd. Plummer, t. I, p. 136 : « nostri temporis segnitia ».

36Toutefois, il est frappant de constater que Bède ne cite de manière explicite que ces deux cas. En effet, alors qu’il dénonce avec véhémence la corruption des Bretons, Bède dénonce rarement ouvertement la corruption des Anglo-Saxons. Dans sa lettre à Egbert65, il dénonce pourtant les faux monastères édifiés par certains aristocrates anglo-saxons pour échapper aux taxes royales et la vénalité de certains évêques qui négligent leur devoir pastoral envers leurs fidèles trop éloignés ou trop pauvres. Dans l’Histoire ecclésiastique au contraire, Bède atténue sa dénonciation et ne laisse percer sa réprobation qu’à travers certaines expressions telles que « l’indolence de notre époque »66 ou encore les sous-entendus de ces paragraphes, qui décrivent l’activité pastorale de Colman et de Cuthbert :

  • 67 III, 26, éd. Plummer, t.I, p. 191.

« Voilà aussi pourquoi l’habit religieux était en ce temps-là l’objet d’une grande vénération, à tel point que chaque fois qu’arrivait quelque clerc ou moine, il était accueilli avec joie par tous, car on voyait en lui un serviteur de Dieu. Et quand il s’avérait qu’il voulait poursuivre sa route, tous accouraient quand même et se réjouissaient de recevoir, la tête courbée, un signe de croix de sa main ou une bénédiction de sa bouche. Ils prêtaient aussi une oreille attentive à leurs paroles d’exhortation. Le jour du Seigneur, ils affluaient à l’envi à l’église ou dans les monastères, non pour refaire leur corps, mais pour écouter la Parole de Dieu. Et si quelque prêtre d’aventure arrivait au village, ses habitants, aussitôt réunis, se mettaient en peine de lui demander la Parole de Vie. [...] Cette coutume se maintint dans tous les domaines quelque temps après ces événements dans les églises de Northumbrie »67.

  • 68 IV, [27], éd. Plummer, t. I, p. 269-270.

« [...] Cuthbert, [...] allant parfois à cheval mais le plus souvent à pied, parcourait les villages des alentours et prêchait le chemin de la vérité aux égarés. Boisil lui- même en avait donné l’exemple en son temps. C’était la coutume en ce temps-là chez les Anglais, quand un clerc ou un prêtre arrivait dans un village, que tous se rassemblent sur son invitation pour écouter la Parole ; ils écoutaient volontiers ce qui avait été dit et mettaient encore plus volontiers en pratique ce qu’ils avaient pu écouter et comprendre. [...] Les lieux qu’il parcourait de préférence et les hameaux dans lesquels il prêchait étaient retirés au loin dans des monts escarpés et sévères : aller leur rendre visite faisait horreur aux autres, et leur pauvreté ainsi que leur rusticité étaient un obstacle à la venue des savants prédicateurs. Lui, au contraire, s’attachant volontiers à cette pieuse tâche, mettait une telle énergie à les instruire de tout son cœur que, sorti du monastère, il n’y revenait pas souvent pendant une semaine entière, voire deux ou trois, et parfois même tout un mois. Demeurant dans les montagnes, par sa prédication et ses œuvres vertueuses, il dirigeait le petit peuple vers les réalités célestes »68.

37Dans ces deux paragraphes, qui exaltent le zèle des pasteurs et la ferveur des fidèles « en ce temps-là », Bède laisse entendre clairement qu’il s’agit d’une époque révolue et que les évêques de son époque ne se soucient plus autant de répandre la bonne nouvelle. C’est donc en creux que l’on devine le message de Bède qui insiste tant sur l’Église primitive dans les quatre premiers livres et sur les missions anglo-saxonnes dans le livre V, alors que seul le chapitre V, 23 est consacré à sa propre époque. De plus, alors que Bède continua à écrire après 731, celui-ci arrêta officiellement son récit à cette date, afin de ne pas avoir à mentionner les troubles importants qui agitèrent la Northumbrie après cette date. Dans ce refus d’une mise en accusation directe, Bède est le disciple de Grégoire, qui explique dans sa septième réponse à Augustin, que celui-ci doit ramener dans le droit chemin uniquement par la persuasion et par l’exemple ceux de ses collègues évêques qui s’en seraient écartés :

« Toi-même, tu ne pourras pas juger les évêques des Gaules, parce qu’ils sont en dehors de ta juridiction, mais, par la persuasion, par des encouragements, par l’exemple de bonnes actions qu’ils puissent imiter, réforme les esprits égarés pour les faire aspirer à la sainteté

Haut de page

Notes

1 En préambule, j’ai plaisir à remercier Mme Patricia Stirnemann et M. François Dolbeau, qui ont relu et amendé cette version écrite de ma communication.

2 Cf. J. Elfassi, « Tradition manuscrite » dans Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, Traduction, présentation et notes par O. Szerwiniack, F. Bourgne, J. Elfassi, M. Lescuyer et A. Molinier, Paris, Les Belles Lettres (La Roue à Livres), 1999, t. I, p. LII-LIII.

3 Cf. R. Mynors, « Textual Introduction » dans Bede’s Ecclesiastical History of the English People, éd. B. Colgrave et R. A. B. Mynors, Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1969, 21991, p. XLVI-LXX.

4 Cf. J. Elfassi, « Tradition manuscrite », p. LIII.

5 Cf. U. Lehnart, « Beda Venerabilis » et A. Boeck, « Frühe Drucke von Werken des Beda Venerabilis », dans Karolingische Beda-Handschrift aus St. Maximin, réd. G. Franz et U. Lehnart, catalogue de l’exposition « Karolingische Handschriften- Beda-Handschriften und – Frühdrucke » organisée à la Stadtbibliothek de Trèves du 12 mai au 3 novembre 1990, Trèves, 1990, p. 12 et 70-79.

6 En fait les premières éditions de l’Histoire ecclésiastique de Bède furent toutes publiées sur le continent et ce n’est qu’en 1643 que parut à Cambridge la première édition anglaise : cf. C. Plummer, Venerabilis Baedae Opera Historica, Oxford, Clarendon Press, 1896, t. I, p. LXXX- LXXXIII et CXXIX-CXXXI et R. Mynors, « Textual Introduction », p. LXX-LXXIII. Sur les éditions des œuvres de Bède antérieures à 1563 en général, cf. M. Gorman, « The Canon of Bede’s Works and the World of Ps. Bede », Revue bénédictine, 111, 2001, p. 399-445, surtout l’appendix 2, p. 443-445.

7 Pour la traduction en anglo-saxon, cf. The Old English Version of Bede’s Ecclesiastical History of the English People, éd. et tr. T. Miller, 4 vol. , Oxford University Press (Early English Text Society, o. s. n ̊ 95, 96, 110, 111), 1890, 1891 et 1898, rep. 1959 et 1963. Il existe deux éditions de la traduction en irlandais ancien : « A Middle-Irish Fragment of Bede’s Ecclesiastical History », dans Anecdota from Irish Manuscripts, éd. O. Bergin, R. I. Best, K. Meyer et J. O’Keeffe, vol. III, Dublin, 1910, p. 63-76 et « A Middle-Irish Fragment of Bede’s Ecclesiastical History », éd. E. G. Cox, dans Studies in Language and Literature in celebration of the seventieth Birthday of James Morgan Hart, New York, 1910, p. 122-178. Elle est commentée par K. Meyer, « Eine irische Version von Beda’s Historia », Zeitschrift für Celtische Philologie, n ̊ 2, 1899, p. 321-322 et P. Ní Chatháin, « Bede’s Ecclesiastical History in Irish », Peritia, n ̊ 3, 1984, p. 115-130. Voir la contribution de P. Ní Chatháin dans le présent volume.

8 La première traduction en anglais moderne fut celle de Thomas Stapleton, The History of the Church of Englande..., Anvers, 1565, plusieurs fois rééditée : cf. C. PLummer, Venerabilis Baedae Opera Historica, p. CXXXI-CXXXII et Bede’s Ecclesiastical History of the English People, éd. B. Colgrave et R. A. B. Mynors, p. XIII, où l’on trouvera la liste des six traductions anglaises de l’Histoire de Bède. Leurs rééditions furent multiples. La septième et dernière, celle de B. Colgrave, a été reprise dernièrement dans Bede, The Ecclesiastical History of the English People. The Greater Chronicle. Bede’s Letter to Egbert, éd. J. McClure et R. Collins, Oxford University Press - The World’s Classics, 1994.

9 G. Spitzbart, éd. et trad., Beda der Ehrwürdige, Kirchengeschichte des englischen Volkes, Darmstadt, 1982. En outre, Masako Ohashi nous a signalé qu’une traduction japonaise de l’Histoire ecclésiastique de Bède par le Professeur Eizaburo Nagatomo a paru dès 1965 à Tokyo chez l’éditeur Sobunsha.

10 G. Simonetti Abbolito, trad. avec une introduction de B. Luiselli, Beda il Venerabile, Storia degli Angli, Rome, 1987, rep. TEA, 1993.

11 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais. Traduit de l’anglais et du latin, présenté et annoté par P. Delaveau, Paris, Gallimard (L’aube des peuples), 1995.

12 Cf. note 2.

13 G. Tugène, L’idée de nation chez Bède le Vénérable, Paris, Institut d’Études Augustiniennes (Collection des Études Augustiniennes. Série Moyen Âge et Temps Modernes 37), 2001 et du même, L’image de la nation anglaise dans l’Histoire ecclésiastique de Bède le Vénérable, Presses Universitaires de Strasbourg, 2001.

14 W. Goffart, « Bede and the Ghost of Bishop Wilfrid » dans The Narrators of Barbarian History (AD 550-880) : Jordanes, Gregory of Tours, Bede and Paul the Deacon, Princeton University Press, 1988, p. 235-328.

15 G. Tugène, « L’histoire “ecclésiastique” du peuple anglais. Réflexions sur le particularisme et l’universalisme chez Bède », Recherches Augustiniennes, 17, 1982, p. 129-172.

16 G. Tugène m’a fait remarquer que la conclusion de son dernier livre, L’idée de nation chez Bède le Vénérable, p. 333-338, s’intitule précisément : « La “nation faite Église” : une utopie chrétienne ».

17 I, 21, éd. Plummer, t. I, p. 39-40.


18 I, 8, éd. Plummer, t. I, p. 22 : « Mansitque haec in ecclesiis Christi, quae erant in Brittania, pax usque ad tempora Arrianae uesaniae, quae, corrupto orbe toto, hanc etiam insulam extra orbem tam longe remotam, ueneno sui infecit erroris ; et hac quasi uia pestilentiae trans oceanum patefacta, non mora, omnis se lues hereseos cuiusque, insulae [...] infudit.
[...] Cuius temporibus Arriana heresis exorta, et in Nicena synodo detecta atque damnata, nihilominus exitiabile perfidiae suae uirus, ut diximus, non solum orbis totius, sed et insularum ecclesiis aspersit ».

19 I, 10, éd. Plummer, t. I, p. 23-24 : « [...] Pelagius Bretto contra auxilium gratiae supernae uenena suae perfidiae longe lateque dispersit, utens cooperatore Iuliano de Campania, quem dudum amissi episcopatus intemperans cupido exagitabat ; quibus sanctus Augustinus, sicut et ceteri patres orthodoxi, multis sententiarum catholicarum milibus responderunt, nec eorum tamen dementiam corrigere ualebant ; sed, quod grauius est, correpta eorum uesania magis augescere contradicendo, quam fauendo ueritati uoluit emundari. Quod pulchre uersibus heroicis Prosper rethor insinuat, cum ait : Contra Augustinum narratur serpere quidam Scriptor, quem dudum liuor adurit edax. Quis caput obscuris contectum utcumque cauernis Tollere humo miserum propulit anguiculum ? ».

20 I, 17, éd. Plummer, t. I, p. 33 : « [...] heresis Pelagiana per Agricolam inlata [...] fidem Brittaniarum feda peste commaculauerat ».

21 Sur le concept de corruption et son évolution dans le temps, cf. Maryvonne Génaux, « Les fondements classiques et bibliques du discours sur la corruption », premier chapitre de la seconde partie de sa thèse de doctorat, Corruption : du discours sur la Chute au discours sur l’abus dans la France moderne, écrite sous la direction de J.-Cl. Waquet et soutenue à Paris XII en décembre 2001.

22 I, 8, éd. Plummer, t. I, p. 22.

23 I, 12, éd. Plummer, t. I, p. 25, 27 et 28.

24 Cf. I, 12 : « [...] des légats sont renvoyés à Rome, pour demander de l’aide d’une voix sanglotante, implorant qu’on ne laissât pas détruire totalement leur malheureuse patrie » et I, 13 : « À Aetius, consul pour la troisième fois, le gémissement des Bretons » (éd. Plummer, t. I, p. 27 et 28).

25 I, 11, éd. Plummer, t. I, p. 24.


26 I, 12, éd. Plummer, t. I, p. 25.


27 Les Bretons sont donc bien semblables à Pélage qui est rongé par la jalousie : cf. note 19.

28 I, 14, éd. Plummer, t. I, p. 29-30.

29 I, 22, éd. Plummer, t. I, p. 41-42.

30 II, 20, éd. Plummer, t. I, p. 125.

31 I, 22, éd. Plummer, t. I, p. 42.

32 II, 20, éd. Plummer, t. I, p. 125.

33 I, 15, éd. Plummer, t. I, p. 32-33.


34 Cf. II, I : « nous pouvons à bon droit et même nous devons l’appeler notre apôtre » (éd. Plummer, t. I, p. 73).


35 P. Fennell Jones, A Concordance to the Historia ecclesiastica of Bede, Cambridge Massachusetts, 1929.

36 I, 26, éd. Plummer, t. I, p. 46-47.


37 IV, [23], éd. Plummer, t. I, p. 254.


38 IV, [27], éd. Plummer, t. I, p. 270-271.


39 Cf. II, 16 : « Le roi était si soucieux du bien-être de son peuple » et II, 17 (lettre d’Honorius à Edwin) : « [...] La pureté de votre Majesté chrétienne pour le culte de votre Créateur a été enflammée d’une foi si ardente qu’elle resplendit au loin » (éd. Plummer, t. I, p. 118 et 119).

40 III, 6, éd. Plummer, t. I, p. 138.

41 Ibidem.


42 III, 8, éd. Plummer, t. I, p. 143-144.


43 Cf. V, 12 : « Et voici que s’étendait devant nous une plaine très vaste et très riante, et des fleurs fraîchement écloses y répandaient un parfum si fort que la suavité de cette odeur admirable effaça aussitôt toute la pestilence de la fournaise ténébreuse [...].
En outre ce lieu répandait une odeur si merveilleusement parfumée que celle que j’avais goûtée auparavant et considérée comme la plus agréable, me sembla désormais tout à fait médiocre » (éd. Plummer, t. I, p. 307-308).

44 Cf. A. Angenendt, « Der ganze und unverweste Leib – eine Leitidee des Reliquienverehrung bei Gregor von Tours und Beda Venerabilis », dans Aus Archiven und Bibliotheken. Festschrift für Raymund Kottje, éd. H. Mordek, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1992, p. 33-50.

45 III, 8, éd. Plummer, t. I, p. 144.

46 III, 19, éd. Plummer, t. I, p. 168.

47 IV, [30], éd. Plummer, t. I, p. 276.


48 IV, [19], éd. Plummer, t. I, p. 243-246.


49 Cf. les propos d’Étheldrède en IV, [19] : « Je sais avec certitude que je mérite de supporter au cou le poids de ce mal, car je me souviens d’y avoir porté dans ma jeunesse le poids inutile de colliers ; et je crois que la bonté divine a voulu me faire souffrir de cette douleur au cou pour m’absoudre de ma vaine légèreté, maintenant qu’à la place de l’or et des perles apparaissent sur mon cou la rougeur et la brûlure de ma tumeur » (éd. Plummer, t. I, p. 246).

50 Ibidem, p. 245-246.


51 IV, [20], éd. Plummer, t. I, p. 248.

52 IV, [19], éd. Plummer, t. I, p. 246.

53 IV, [26], éd. Plummer, t. I, p. 266.

54 I, 1, éd. Plummer, t. I, p. 12-13.

55 Cf. A. Thacker, « Bede and the Irish », dans Beda Venerabilis, Historian, Monk, and Northumbrian, éd. L. Houwen et A. Mac Donald, Groningue, 1996 (Mediaevalia Groningana 19), p. 31-59.

56 III, 5, éd. Plummer, t. I, p. 135-136.

57 III, 17, éd. Plummer, t. I, p. 161.

58 III, 26, éd. Plummer, t. I, p. 190-191.


59 III, 17, éd. Plummer, t. I, p. 162.


60 Cf. II, 1 : « [...] [Grégoire] entra au monastère, où il commença à vivre avec une telle perfection [...]. [...] nous devons croire qu’il ne perdit rien de sa perfection monastique [...], il ne perdit pas de vue la vie céleste malgré son installation dans un palais terrestre. En effet, il eut dès lors auprès de lui certains des frères de son monastère [...] pour garder l’observance de la règle monastique » (éd. Plummer, t. I, p. 74-75).

61 Cf. IV, [28] : « Cuthbert illustra, à l’imitation des bienheureux apôtres, par ses œuvres de vertu l’épiscopat dont il avait accepté la charge. [...] Il était remarquable par son abstinence pénitentielle, et par la grâce de son recueillement il était toujours tendu vers les réalités célestes. Enfin quand il offrait à Dieu le sacrifice de la victime salutaire, il confiait ses intentions au Seigneur non d’une voix forte mais avec des larmes venues du fond du cœur » (éd. Plummer, t. I, p. 273).

62 IV, [26], éd. Plummer, t. I, p. 267.

63 IV, [25], éd. Plummer, t. I, p. 265.

64 V, 14, éd. Plummer, t. I, p. 313-315.


65 Cf. Epistola Bede ad Ecgbertum episcopum, éd. C. Plummer dans Venerabilis Baedae Opera historica, Oxford, 1896, p. 405-423. La dernière traduction anglaise est celle de J. McClure et R. Collins dans leur ouvrage cité note 8.


66 III, 5, éd. Plummer, t. I, p. 136 : « nostri temporis segnitia ».

67 III, 26, éd. Plummer, t.I, p. 191.

68 IV, [27], éd. Plummer, t. I, p. 269-270.

69 I , 27, éd. Plummer, t. I, p. 53.


70 III, 28, éd. Plummer, t. I, p. 195.

71 V, 19, éd. Plummer, t. I, p. 330.


72 Cf. II, 1 : « D’autres papes s’employaient à faire construire des églises et à les décorer d’or ou d’argent ; lui se consacrait tout entier à gagner des âmes. Quelque somme d’argent qu’il eût, il s’empressait de le faire distribuer et de le donner aux pauvres » (éd. Plummer, t. I, p. 77).


73 Sur la théorie historiographique qui sous-tend toute l’œuvre de Bède, cf. J. Davidse, « The Sense of History in the Works of the Venerable Bede », Studi medievali, 23, 1982, p. 647-695.

74 Cf. III, 17, éd. Plummer, t. I, p. 161 : « quasi uerax historicus ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Szerwiniack, « L’Histoire ecclésiastique
ou le rêve d’un retour au temps de l’innocence », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 159-176.

Référence électronique

Olivier Szerwiniack, « L’Histoire ecclésiastique
ou le rêve d’un retour au temps de l’innocence », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://hleno.revues.org/334

Haut de page

Auteur

Olivier Szerwiniack

Université de Picardie Jules Verne

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org