Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
La postérité

Bède dans les Lettres d’Alcuin : de la source à l’Exemplum

Christiane Veyrard-Cosme
p. 223-230

Résumé

In the some three hundred letters of Alcuin’s correspondence there are several explicit references to Bede. In this short study, the author would like to examine how the image of Bede is construed by the learned Anglo-Saxon cleric, chief educator of the Frankish world. The paper starts with a short survey of the ways Bede’s name is inserted in the text. The author then proceeds to show how bede, both historical persona and, as auctor, a source for epistolary writing, becomes both an exemplum and an emblematic figure for Alcuin the letter-writer.

Haut de page

Texte intégral

1La correspondance d’Alcuin, riche d’environ trois cents lettres, présente un certain nombre de mentions explicites de Bède. Nous souhaiterions, au cours de cette brève étude, nous intéresser à la manière dont se met en place l’image de Bède dans les missives du clerc anglo-saxon, précepteur du monde franc.

  • 1 Sur la création des modèles dans la littérature médiévale, cf. D. Boutet, Formes littéraires et con (...)

2Après un rapide relevé des modalités d’insertion du nom, nous tâcherons de voir comment Bède, personnage historique et source, en tant qu’auctor, de l’écriture épistolaire, devient pour l’épistolier exemplum et figure emblématique1.

  • 2 Cf. Poet. carol. I, 294, dans Monumenta Germaniae Historica, éd. E. Dümmler, 1881.
  • 3 Cf. ibid. II, 665, éd. Dümmler, 1884.

3Les vers d’Alcuin ne manquent point de célébrer Bède : au travers des expressions Baeda magister... nostrae cathegita terrae2 ou Beda Dei famulus, nostri didascalus aeui3 ou de son poème De Patribus regibus et sanctis Euboricensis Ecclesiae, Alcuin livre de son illustre devancier un portrait stylisé, entre notice et hagiographie, mettant en lumière une vie toute d’études, au service des Écritures par l’écriture :

Temporibus primis praefati praesulis huius, presbyter eximius meritis, cognomine Beda, astra petens clausit praesenti lumina uitae. Qui mox a puero libris intentus adhaesit

Et toto studiis seruiuit pectore sacris,
Utpote septennem quem fecit cura parentum Arta monasterii Giruensis claustra subire.

[...] Ergo monasterio Beda enutritus in illo ornauit teneros praeclaris moribus annos.
Discere namque sagax iuuenis seu scribere semper Feruidus instabat, non segni mente laborans ;

Et sic proficiens est factus iure magister.
Plurima quapropter praeclarus opuscula doctor Edidit, explanans obscura uolumina sanctae Scripturae, nec non metrorum condidit artem. De quoque temporibus mira ratione uolumen, Quod tenet astrorum cursus, loca, tempora, leges Scripsit et historicos claro sermone libellos ;

Plurima uersifico cecinit quoque carmina plectro. Actu, mente, fide ueterum uestigia patrum Semper dum uixit directo est calle secutus.
Huius uita quidem qualis fuit ante magistri

Claro post obitum signo est patefacta salutis. Aeger enim quidam, patris dum cingitur almi Reliquiis, penitus peste est sanatus ab illaa.

Au tout début de l’épiscopat d’Egbert,
Un prêtre, remarquable par ses mérites, appelé Bède, ferma les yeux sur le monde présent pour gagner les astres.
Dès l’enfance, attaché puissamment aux livres,
Il servit de tout son cœur les études sacrées,
Devant à ses parents, en sa septième année,
De se plier à l’austérité de la clôture du monastère de Jarrow.

[...] Bède, élevé dans ce grand monastère,
Para ses jeunes années de l’éclat de sa moralité.
Dans sa sagacité, le jeune homme montrait sans relâche
Une ardeur à apprendre et écrire, peinant sans paresse aucune. Progressant de la sorte, il devint Maître à juste titre.
Docteur illustre, il publia un grand nombre d’opuscules, Expliquant les obscurités des Livres des Saintes Ecritures, Composant également un traité de métrique.
Il écrivit aussi un De Temporibus d’admirable facture,
Sur les astres, leurs course, places, saisons et positions
Ainsi que des ouvrages historiques en un style limpide.

Sa lyre chanta maints poèmes aussi de sa composition.
Dans ses actes, ses pensées et sa foi, il marcha droit, sans relâche, Sur les traces des Pères d’autrefois
Toute sa vie durant.
Ce que la vie de cet illustre Maître avait été avant sa mort,
Fut manifesté après sa mort par un miracle de guérison :
un malade, que protégeaient les reliques du doux Père,
Fut guéri d’un terrible fléau.

a. Cf. Versus de Patribus regibus et sanctis Euboricensis Ecclesiae, 1288-1318, ed. P. Godman, Alcuin : The Bishops, Kings and Saints of York, Oxford, 1982 (Oxford Medieval Texts), p. 100-104.

  • 4 Cf. ep. 88, à un élève. Nous citons le texte latin des lettres dans l’édition des MGH, Epistolae 4, (...)

4Dans les Lettres elles-mêmes, Bède est mentionné à maintes reprises, de manière incidente d’abord, lorsque l’épistolier Alcuin sollicite de ses correspondants l’envoi de manuscrits ou répond à leurs demandes. Il en est ainsi de la lettre 88 qu’il adresse à un élève4 :

De libris uero quos rogasti, id est in epistolas apostolorum beati Baedae tractatum, soror mea Gysla habet.


  • 5 Cf. ep. 191 à Ricbod de Trèves, p. 318. Cf. également ep. 259 à Arn, p. 217, qui mentionne un manus (...)

5ou de la lettre 191 envoyée à son ami Ricbod de Trèves dans laquelle l’auteur cite Omeliam sancti Leonis et tractatum beati Baedae in Tobia, deprecor, ut ad horam prestes nobis5.

6Écrivant à Charles, Alcuin signale à propos des sources utilisées dans la rédaction de son Aduersus Felicem le nom de son célèbre précurseur, qu’il insère entre Pierre de Ravenne et Grégoire de Nazianze :

In hoc namque opusculo catholicae fidei ueritatem ex sanctorum patrum certissimis probare testimoniis nisus sum ; id est beati Hieronimi atque sancti Augustini, Gregorii papae Romani, Hilarii Pictauiensis episcopi, Leonis quoque papae et Fulgentii episcopi, Ambrosii quoque Mediolanensis episcopi, sed et fortissimi contra Nestorium militis Cyrilli, Petri etiam Rauanensis episcopi et beati Bedae presbyteri Gregoriique Nazanzeni, necnon et Ysidori Hispaniensis et Iuuenci eiusdem prouintiae scolasticia.

Dans ce petit ouvrage, je me suis efforcé de prouver la vérité de la foi catholique en recourant aux témoignages sûrs des saints pères : Jérôme, saint Augustin, Grégoire pape de Rome, Hilaire évêque de Poitiers, le pape Léon, l’évêque Fulgence, Ambroise, évêque de Milan, et Cyrille le très vaillant champion contre Nestorius, Pierre, évêque de Ravenne, et le bienheureux prêtre Bède, et Grégoire de Nazianze, sans oublier Isidore d’Hispanie et Juvencus, érudit de la même province.

a. Cf. ep. 203, à Charles, p. 336-337.

  • 6 À propos de l’influence exercée, en général, par Bède sur Alcuin, cf. D. Bullough, « Alcuino e la t (...)

7Ces allusions ne sauraient toutefois masquer l’importance du rôle joué par Bède dans la pratique épistolaire d’Alcuin6, dont plusieurs lettres portent fréquemment traces d’un emprunt littéral aux œuvres de Bède.

8Le recours à la citation, la technique de rhapsode utilisée par Alcuin – mettre bout à bout des pans considérables d’œuvres –, trouvent dans la lettre 213 qu’adresse Alcuin à Gisèle et Rotrude, respectivement sœur et fille de Charlemagne, une ébauche d’explication et une justification ; voici les termes choisis par Alcuin pour évoquer le rapport qu’il entretient avec ses sources :

Solent namque medici ex multorum speciebus pigmentorum in salutem poscentis quoddam medicamenti conponere genus, nec se ipsos fateri praesumunt creatores herbarum uel aliarum specierum, ex quarum conpositione salus efficitur egrotantium, sed ministros esse in colligendo et in unum pigmentaria manu conficiendo corpus. Sic etiam, sic forsan meae deuotionis labor aliquid uestrae caritati proficere ualet. Nec ex uno quolibet paternae possessionis prato mihi flores colligendos esse censeo, sed multorum patrum, humili corde, prona ceruice, florida rura peragranda mihi esse uideo, ut sine periculo nominis mei satisfaciam sanctissimae uoluntati uestrae. Primoque omnium sancti Augustini suffragia quaerens, qui maiori studio huius sancti euangelii exponere nisus est sacratissima uerba. Deinde ex opusculis sancti Ambrosii clarissimi doctoris aliqua trahens ; necnon ex omeliis praecipui patris Gregorii papae, uel ex omeliis beati Bedae presbiteri, multa adsumens ; aliorumque sanctorum patrum, sicut inuenire potui, interpretationes posui ; magis horum omnium sensibus ac uerbis utens, quam meae quicquam praesumptioni commit- tens, ueluti legentium curiositas facile probare poterit ; cautissimo plane stilo praeuidens, diuina opitulante gratia, ne quid contrarium sanctorum patrum sensibus ponerema.

Les médecins ont coutume de composer une sorte de médicament pour guérir leur patient en prenant des sucs végétaux de différentes sortes, sans pour autant s’enorgueillir d’être les créateurs des herbes ou des autres sortes d’éléments dont le mélange apporte la guérison aux malades, mais en s’avouant serviteurs chargés de récolter et de confectionner le médicament en réduisant une poignée de plantes en une substance unique. C’est exactement de cette façon-là, de cette façon sans doute que mon travail dévoué peut être de quelque profit à votre charité. Je ne pense point qu’il me faille cueillir des fleurs dans un unique champ appartenant à un Père, mais je crois devoir arpenter, l’humilité au cœur et tête baissée, les prairies fleuries d’un grand nombre de Pères, afin de pouvoir donner satisfaction à votre volonté sans faire courir de dan- ger à ma propre personne. J’ai commencé, avant tout autre, à rechercher l’avis de saint Augustin qui s’est efforcé, avec plus de soin que tout autre, d’expliquer les très saintes paroles de ce saint évangile. Puis j’ai extrait quelques données des petits ouvrages de saint Ambroise, un docteur des plus illustres, et j’ai emprunté beaucoup d’éléments aux homélies du pape Grégoire, un Père remarquable, et à celles du bienheureux prêtre Bède. J’ai inséré les interprétations d’autres saints Pères, en fonction de ce que je pouvais trouver, préférant recourir aux avis et paroles de tous ceux-là que me fier à ma témérité, comme un lecteur attentif pourra aisément s’en rendre compte, mais en veillant, d’une plume toute de prudence, avec l’aide de la grâce divine, à ne rien mettre qui fût contraire aux avis des saints Pères.

a. Cf. ep. 213, p. 356-357.

  • 7 Cf. ep. 126, p. 187, et ep. 155, p. 250 et, en particulier, 251 pour les emprunts à Bède ; ep. 148, (...)

9Ainsi voit-on la lettre 126, qui porte sur la lune, étayer fortement son argumentation sur des passages de Bède, la lettre 145, célèbre pour la controverse véhémente, et non exempte d’ironie, qu’elle présente entre certains membres de l’entourage royal et l’épistolier lui-même, multiplier les recours aux arguments de Bède7.

10Les emprunts sont loin d’être toujours explicités. En témoigne la lettre 213, qui repose sur une longue réminiscence de Bède, et en particulier sur un passage de l’Expositio in Sancti Ioannis Euangelium :

  • 8 Cf. ep. 213, p. 354-355 ; texte à comparer avec celui de Bède, PL 92, c. 635-637. Ces lignes se tro (...)

Siquidem a tempore dominicae passionis resurrectionis et ascensionis usque ad ultima Domitiani principis tempora, per annos circiter sexaginta et quinque, absque ullo scribendi adminiculo uerbum Dei praedicabat. At ubi a Domitiano, qui secundus post Neronem christianorum persecutor extitit, exilio Pathmos missus est, nancta occasione illius pii patris absentia, inrumpentes in ecclesiam heretici quasi in destituta pastoris ouilia lupi, Marcion Cerinthus et Hebion ceterique antichristi, qui Christum fuisse ante Mariam negabant, simplicitatem fidei euangelicae peruersa maculauere doctrina. Sed cum ipse post occisionem Domiciani, permittente pio principe Nerua, rediret Ephesum, conpulsus est ab omnibus paene tunc Asiae episcopis et multarum ecclesiarum legationibus, de coeterna patri diuinitate Christi altius facere sermonem, eo quod in trium euangelistarum scriptis, Mathei uidelicet Marci et Lucae, de humanitate eius ac de his, quae per hominem gessit, sufficiens sibi uiderentur habere testimonium. Quod ille se non aliter acturum respondit, nisi indicto ieiunio omnes in commune Dominum praecarentur, ut illo donante digna scribere posset. Et hoc ita patrato, instructus reuelatione caelesti ac sancti Spiritus gratia debriatus, omnes hereticorum tenebras, patefacta subito ueritatis luce, dispulit dicens : « In principio erat uerbum, et uerbum erat apud Deum, et Deus erat uerbum »8.

11ou, dans la même lettre, l’utilisation d’un autre extrait du chapitre I de cette même Expositio :

  • 9 Cf. ep. 213, p. 356 ; texte à comparer avec celui de Bède, PL 92, c. 638. Ce passage est, à peu de (...)

Qui singulari priuilegio meruit castitatis, ut ceteris omnibus miraculorum Christi scriptoribus altius diuinae maiestatis simul caperet ac patefaceret archanum. Neque enim frustra in cena mystica supra pectus Iesu recubuisse perhibetur ; sed per hoc uerissime docetur, quia caelestis haustum sapientiae ceteris excellentius de sanctissimo eiusdem pectoris fonte potauerit. Unde et merito in figura quattuor animalium aquilae uolanti conparatur. Cunctis quippe auibus aquila celsius uolare, cunctis animantibus clarius solis radiis infigere consueuit obtutus9.

  • 10 Cf. Comment. In Ioan., VII, 46, PL 100, c. 1006. Le passage neque enim frustra [...] obtutus est ég (...)

12Ces lignes sont d’ailleurs reprises, à quelques détails près, par Alcuin dans un autre contexte, celui de son Commentaire sur l’Évangile de Jean10.

13Toutefois, Bède devient, sous la plume d’Alcuin, bien plus qu’un de ces garants auxquels il demande nombre d’arguments et de données. La figure de Bède subit, dans la correspondance alcuinienne, une métamorphose. Insensiblement, d’auteur de référence, Bède devient exemple à suivre.

14Bède, modèle intellectuel, est cité par Alcuin pour des raisons esthétiques. C’est son style, fait de sobriété, qui est proposé à l’imitation des auteurs. Comme il l’explique à Gisèle et Rotrude, la virtuosité intellectuelle s’accommode fort bien d’un langage sans détours :

Tractatus quos rogastis direximus, deprecantes, ut quantotius scribantur et remittantur, quia nobis ualde necessarii sunt propter legentium utilitatem. Quos domnus Baeda, magister noster, sermone simplici sed sensu subtili conposuit. Ideo eius opuscula uobis dirigere curauimus, quia eius maxime dicta uos desiderare intelleximusa.

Nous vous avons adressé les traités demandés, en vous priant de les faire copier et de nous les renvoyer dès que faire se peut, car ils nous sont fort nécessaires pour la commodité des lecteurs. Ce sont les traités que le Vénérable Bède, notre maître, a composés dans un style simple mais avec un esprit subtil. Voilà pourquoi nous avons pris soin de vous envoyer ses ouvrages, car nous avons compris que vous désiriez fort lire ses propos.

a. Cf. ep. 216, p. 360.

  • 11 Cf. Historia Ecclesiastica, V, 24, dans Beda der Ehrwürdige, Kirchengeschichte des englischen Volke (...)

15Mais, naturellement, c’est dans ses lettres aux moines de Wearmouth et Jarrow que l’épistolier propose en la personne de Bède un paradigme de magister, de moine et de saint. Ses lettres apportent alors comme un écho du célèbre auto-portrait que livre Bède dans le livre V de son Histoire Ecclésiastique11 :

Haec de historia ecclesiastica Brittaniarum, et maxime gentis Anglorum, prout vel ex litteris antiquorum, vel ex traditione maiorum, vel ex mea ipse cognitione scire potui, Domino adiuvante digessi Baeda famulus Christi et presbyter monasterii beatorum apostolorum Petri et Pauli, quod est ad Uiuraemuda et Ingyruum. Qui natus in territorio eiusdem monasterii, cum essem annorum VII, cura propinquorum datus sum educandus reverentissimo abbati Benedicto, ac deinde Ceolfrido, cunctumque ex eo tempus vitae in eiusdem monasterii habitatione peragens, omnem meditandis Scripturis operam dedi, atque inter observantiam disciplinae regularis, et cotidianam cantandi in ecclesia curam, semper aut discere aut docere aut scribere dulce habui. Nono decimo autem vitae meae anno diaconatum, tricesimo gradum presbyteratus, utrumque per ministerium reverentissimi episcopi Iohannis, iubente Ceolfrido abbate, suscepi. Ex quo tempore accepti presbyteratus usque ad annum aetatis meae LVIIII haec in Scripturam sanctam meae meorumque necessitati ex opusculis venerabilium patrum breviter adnotare, sive etiam ad formam sensus et interpretationis eorum superadicere curavi.

16Dans la lettre XIX d’Alcuin, prolongement et dépassement en quelque sorte du premier portrait donné de lui-même par Bède, la métamorphose du personnage s’inscrit dans un éloge qui associe remémoration et célébration. À la rhétorique de la laudatio, l’épistolier est redevable de tournures exclamatives indirectes qui mettent en exergue le haut degré de culture et de renommée de Bède, dans un passage qui signale l’importance du rationem reddere et incite les moines, sur le mode injonctif de la lettre de direction, à marcher sur ses traces.

Adsuescant pueri laudibus adstare superni regis ; non uulpium fodere cauernas, non leporum fugaces sequi cursus. Quam impium est Christi amittere obsequia et uulpium sequi uestigia. Discant pueri scripturas sacras, ut aetate perfecta ueniente alios docere possint. Qui non discit in pueritia, non docet in senectute. Recogitate nobilissimum nostri temporis magistrum Baedam praesbiterum ; quale habuit in iuuentute discendi studium, qualem nunc habet inter homines laudem, multo maiorem apud Deum remunerationis gloriam. Illius igitur exemplo dormientes excitate animos. Magistris adsidete, aperite libros, perspicite litteras, intellegite sensus illarum, ut et uosmetipsos pascere et aliis spiritalis uitae pastum praebere ualeatisa.

Que les jeunes prennent l’habitude de prier régulièrement le Roi du Ciel, plutôt que de creuser des tanières de renards ou d’égaler la course rapide des lièvres. Qu’il est impie d’oublier de servir le Christ et de marcher sur les traces des renards ! Que les jeunes apprennent les Écritures saintes, afin de pouvoir, à l’âge d’homme, enseigner autrui. Qui n’apprend pas dans l’enfance n’enseigne point dans la vieillesse. Rappelez-vous le maître très connu de notre époque, le prêtre Bède, le désir d’apprendre qu’il avait dans sa jeunesse, l’éloge dont il est l’objet à présent parmi les hommes, la gloire plus grande encore de sa récompense auprès de Dieu. Réveillez votre esprit endormi en suivant son exemple. Prenez place aux côtés de vos maîtres, ouvrez vos livres, déchiffrez les mots et comprenez-en le sens, afin de pouvoir nourrir votre propre personne et offrir aux autres la nourriture de la vie spirituelle.

a. Cf. ep. 19, p. 55.

  • 12 Cf. sur ce point, l’article de M. Cristiani, « Le vocabulaire de l’enseignement dans la corresponda (...)

17Pareils propos traduisent chez Alcuin, lui-même pédagogue par vocation et par fonction, un souci permanent, une idée récurrente, la nécessité de faire comprendre à ses destinataires l’importance de notions antonymes et complémentaires comme discere et docere12.

18Intellectuel emblématique, magister par excellence, Bède est également proposé à l’imitation du lecteur pour ses vertus, devenant par là même un modèle spirituel. Dans la lettre 284 qu’il leur adresse, Alcuin invite les moines de Wearmouth à cultiver la vertu. L’éloge préliminaire de leur monastère cède le pas devant celui de leur patronus, Bède. Modèle de spiritualité, Bède devient le personnage central d’une anecdote exemplaire, rapportée par un épistolier qui lui prête la parole au style direct dans une prosopopée qui repose sur le procédé de la mise en abyme, puisque le personnage de Bède met lui-même en scène les propos des anges sous forme de prosopopée.

Haec est laus uestra coram hominibus, ut siue in uestimentis siue in omnibus monachicae uitae disciplinis firmiter permaneatis, sicut patres uestri, uiri Deo amabiles et hominibus honorabiles, instituerunt. Qui primi fuerunt fundatores congregationis uestrae, certum est illos saepius uisitare loca habitationis uestrae. Et quoscumque inueniant honeste uiuere et sua custodire statuta, congaudent illis, et pro eis intercedere apud pium iudicem nullatenus desistunt. Sed et angelorum ui- sitationes loca sancta frequentare non dubium est. Fertur enim magistrum nostrum et uestrum patronum beatum dixisse Baedam : « Scio angelos uisitare canonicas horas et congregationes fraternas ; quid, si ibi me non inueniunt inter fratres ? » Nonne dicere habent : « Ubi est Baeda ? quare non uenit ad orationes statutas cum fratribus ? » Magna est apud Deum communis oratio et magna caritatis communio. Et multo est melius, cum fratribus communiter orare, manducare et dormire, quam in speciali habitatione solum cum periculo manere. Quia facilius diabolus expugnare poterit illum, qui solus est, quam eum, qui fraterno auxilio undique cingitur ; dicente scriptura : « Frater, qui a fratre adiuuatur, quasi firma est ciuitas ».

Vestra enim laus est honeste uiuere, relegionem uotorum ues- trorum seruare. Quid uobis uestimentorum pompa ? Maior exinde erit reprehensio quam laus ; uanitas est enim et superbia, et nihil aliud, et perditio uitae regularis. Melius est animam bonis ornare moribus, perpetualiter permanentem, quam cor- pus, quod in puluuerem redigitur, pompaticis ornare coloribus uel luxoriosis conuiuiis pascere uermium escam.

Haec cogitate, carissimi fratres ; et quid uobis ad aeternam proficiat beatitudinem sequimini. Patribus oboedite uestris, senes honorate, infirmos uisitate, adulescentulos bene docete, ut habeatis, qui super sepulchra uestra stare possint et intercedere pro animabus uestris. Considerate mentibus uestris, qua- les sint, qui modo in sepulchris iacent ; et quam beatae sint animae illorum, qui in relegione et regulari uita et castitate corporis et caritatis oboedientia dies suos usque ad finem perduxerunt. Horum est regnum caelorum, quod labore adquisierunt. Qui pro uobis intercedant cotidie, quatenus ad illorum societatem Deo donante peruenire mereaminia.

Telle est votre louange parmi les hommes, demeurer fermement dans l’état monastique, que ce soit dans votre habillement ou pour tout autre domaine, état que vos pères, hommes aimés de Dieu et estimés des hommes, ont institué. Les premiers fondateurs de votre congrégation ont coutume, soyez-en sûrs, de venir voir votre demeure. Et ceux qu’ils voient vivre dignement et conserver leur règle, sont pour eux source de joie. Et ils ne cessent d’intercéder pour eux auprès du pieux Juge. Les anges aussi, n’en doutez point, ont pour habitude de fréquenter les lieux saints. Notre maître et votre patron, le bienheureux Bède, fit, à ce que l’on dit, cette déclaration : « Je sais que les anges viennent aux heures canoniques, dans les congrégations monastiques. Et que se passera-t-il, s’ils ne me trouvent pas parmi mes frères ? » Ne diront-ils point : « Où est Bède ? Pourquoi ne vient-il pas aux heures de prières avec ses frères ? ». Grande est, aux yeux de Dieu, la prière en commun et grande la charité en commun. Et il vaut bien mieux prier, manger, dormir en compagnie de frères que courir le danger de rester seul, à part, dans son coin ; car le diable pourra plus aisément attaquer l’isolé que celui qui de toute part a pour rempart l’aide de ses frères. Comme le dit l’Ecriture, « le frère qui est aidé par son frère est comme une cité solide ».

Votre louange est de vivre dignement et de préserver le res- pect de vos vœux. A quoi bon des vêtements somptueux ? Cela vous vaudra plus de blâme que d’éloge ; ce n’est que vanité, orgueil, et rien d’autre, ruine de la vie régulière ! Mieux vaut parer l’âme de bonnes mœurs, elle qui vit à jamais, que parer le corps, qui retourne en poussière, de couleurs somptueuses, ou que nourrir ce festin pour les vers de mets luxueux.

Méditez ces conseils, très chers frères ! Et suivez ce qui vous sera profitable pour acquérir la Béatitude éternelle. Obéissez à vos pères, honorez les vieillards, rendez visite aux malades, instruisez bien les jeunes afin d’avoir des personnes à même de se recueillir sur votre tombe et de prier pour votre âme. Réfléchissez en votre for intérieur sur la personne de ceux qui sont, pour l’heure, au tombeau ; sur le bonheur que connaît l’âme de ceux qui ont vécu jusqu’au bout les jours de leur vie dans la vie régulière, la chasteté physique et l’obéissance. Le Royaume des Cieux est leur, ils l’ont gagné par leur labeur. Puissent-ils intercéder chaque jour pour vous, afin de vous donner de parvenir, avec la grâce de Dieu, de rejoindre leur compagnie.

a. Cf. ep. 284, p. 443.

  • 13 Cf. sur ce point la présentation de la prosopopée dans C. Fromilhague, Les figures de style, Paris, (...)

19Mêlant la voix des anges et la voix de Bède à la sienne propre, Alcuin recherche dans la polyphonie ainsi créée par ces différentes prosopopées une efficacité démonstrative. Ce faisant, l’absent mis en scène dans cette figure de style, qu’il s’agisse de la créature angélique ou de Bède, loin d’être caractérisé, subit une métamorphose qui en fait à la fois un sujet et un objet d’énonciation13. Les destinataires immédiats, dont l’affect est ainsi sollicité, sont invités à adhérer de façon immédiate au message de l’épistolier. Les destinataires seconds, à accepter la leçon, la nécessité d’une observance stricte de la règle pour gagner le Royaume.

20Bède, modèle comportemental pour le monde monastique, incarne donc une vertu en action, un ensemble de qualités à l’œuvre. L’épistolier, dans l’anecdote exemplaire, exploite alors l’image du magister comme n’importe quelle autre ressource argumentative. Il s’agit ici de convaincre un auditoire de suivre un certain nombre de prescriptions, en recourant, pour ce faire, à une illustration. De fait, la mise en scène des propos rapportés qu’Alcuin prête à Bède correspond à la définition de l’acception rhétorique du terme exemplum :

  • 14 Cf. Cl. Bremond, J. Le Goff, J.-CL. Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982, p. 37-38, (Typolo (...)

« Un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire »14.

  • 15 Cf., sur le phénomène typologique dans l’écriture d’Alcuin, notre article « Typologie et hagiograph (...)

21Dans ce cas, propos et actes de la personne de Bède, tel que du moins les lettres d’Alcuin nous le présentent, se fondent pour ne faire qu’un. L’anecdote rapportée, comme dans le cas de nombre d’exempla, ne pose pas la question de la véracité du fait, elle n’a d’autre vérité que de servir l’efficacité du propos de l’épistolier, attaché à persuader son public réel et virtuel de la véracité de ses injonctions. Ainsi l’élément narratif au cœur de la lettre alcuinienne, présenté comme événement rapporté, en parfaite conformité par conséquent avec les lois du genre de l’exemplum, sert d’illustration singulière à un propos général dont la leçon attendue est la suivante : tout moine doit être un nouveau Bède. Toutefois, l’épistolier lui-même, élève d’York devenu magister à son tour, magister des Francs et de Charlemagne en particulier, fait de sa démarche elle-même l’imitation de celle de Bède. Les rapports, à la fois si antiques et si bibliques, de maître à disciple trouvent à s’exprimer ici sous une forme typologique, au sens exégétique du terme15, et la lettre-Miroir tend à l’épistolier un reflet, quelque peu embelli par l’idéalisation, qu’il prend pour sien.

22La correspondance alcuinienne, où se déploient différents modèles théoriques de comportements chrétiens, lieu de présentation d’une conduite idéale, structure ainsi les figures symboliques dont elle a besoin pour servir sa stratégie de communication et authentifier ses propositions.

23Garant de l’écriture, auteur des citations utilisées par Alcuin, et de ce fait présent en amont de l’écriture épistolaire, Bède est aussi, en aval de cette écriture, la figure idéale, pour ainsi dire u-topique – Bède n’est-il pas, lui, déjà parvenu dans le Royaume ? –, du magister qu’Alcuin se propose d’être.

24Paradigme de conduite, parangon de vertu, le Bède d’Alcuin prend place au sein de la cohorte des hommes illustres présents dans toute correspondance, vertus incarnées, plus proches du fictif que du réel, plus rêvés qu’historiques, ressources argumentatives nécessaires à l’arsenal rhétorique et modèles de l’écrivain.

Haut de page

Notes

1 Sur la création des modèles dans la littérature médiévale, cf. D. Boutet, Formes littéraires et conscience historique, Aux origines de la littérature française, 1100-1250, Paris, PUF, 1999, en particulier la première partie intitulée « La pensée de l’Histoire », p. 15-103.

2 Cf. Poet. carol. I, 294, dans Monumenta Germaniae Historica, éd. E. Dümmler, 1881.

3 Cf. ibid. II, 665, éd. Dümmler, 1884.

4 Cf. ep. 88, à un élève. Nous citons le texte latin des lettres dans l’édition des MGH, Epistolae 4, Epistolae Karolini Aeui, tomus II, éd. E. Dümmler, Berlin, 1895, p. 132. Les traductions éventuelles sont celles que nous avons élaborées dans le cadre de recherches en cours, portant sur l’édition, la traduction et le commentaire thématique des Lettres d’Alcuin.

5 Cf. ep. 191 à Ricbod de Trèves, p. 318. Cf. également ep. 259 à Arn, p. 217, qui mentionne un manuscrit contenant divers ouvrages dont Bède est l’auteur.

6 À propos de l’influence exercée, en général, par Bède sur Alcuin, cf. D. Bullough, « Alcuino e la tradizione culturale insulare », dans I problemi dell’occidente nel secolo VIII, Spolète, 1973, p. 571-599 (Settimane di studio, 20), en particulier p. 583-584, et la brève analyse de B. Ward dans The Venerable Bede, Londres, Geoffrey Chapman, 1990, p. 138-139.

7 Cf. ep. 126, p. 187, et ep. 155, p. 250 et, en particulier, 251 pour les emprunts à Bède ; ep. 148, p. 238, 240 et 243. Sur ces lettres et, plus généralement, sur les huit missives adressées par Alcuin à Charlemagne sur des questions d’astronomie, cf. D. Lohrmann, « Alcuins Korrespondenz mit Karl dem Grossen über Kalender und Astronomie », dans Science in Western and Eastern Civilization in Carolingian Times, éd. P. L. Butzer-D. Lohrmann, Bâle, Birkhäuser Verlag, 1993, p. 79-114. Cf. aussi l’ep. 145, sur les pueri de l’entourage royal, p. 231-232. Sur cette dernière lettre, lire l’article de M. Alberi, « Jerome, Alcuin and Vergil’s Old Entellus », JMH 17, 1991, p. 103-13.

8 Cf. ep. 213, p. 354-355 ; texte à comparer avec celui de Bède, PL 92, c. 635-637. Ces lignes se trouvent également dans l’Homilia VIII, In die Natali sancti Ioannis Baptistae, PL 94, c. 49.

9 Cf. ep. 213, p. 356 ; texte à comparer avec celui de Bède, PL 92, c. 638. Ce passage est, à peu de choses près, celui que présente l’Homilia VII, In die Natali Domini, PL 94, c. 38. Sur les Homélies, cf. G. H. Brown, Bede The Venerable, Boston, Twayne Publishers, 1987, p. 62-65.

10 Cf. Comment. In Ioan., VII, 46, PL 100, c. 1006. Le passage neque enim frustra [...] obtutus est également exposé dans le même commentaire d’Alcuin sur Jean en I, 1, PL 100, c. 743-744.

11 Cf. Historia Ecclesiastica, V, 24, dans Beda der Ehrwürdige, Kirchengeschichte des englischen Volkes, lateinisch und deutsch herausgegeben von G. Spitzbart, Darmstadt, 1997.

12 Cf. sur ce point, l’article de M. Cristiani, « Le vocabulaire de l’enseignement dans la correspondance d’Alcuin », dans Vocabulaire des écoles et des méthodes d’enseignement au Moyen Âge. Actes du colloque, Rome 21-22 octobre 1989, ed. O. Weijers, Turnhout, 1992, p. 13-32 (Civicima. Études sur le vocabulaire intellectuel du Moyen Âge, 5).

13 Cf. sur ce point la présentation de la prosopopée dans C. Fromilhague, Les figures de style, Paris, Nathan, 1995, p. 106-107.

14 Cf. Cl. Bremond, J. Le Goff, J.-CL. Schmitt, L’Exemplum, Turnhout, Brepols, 1982, p. 37-38, (Typologie des Sources du Moyen Âge occidental, 40), et reprise par J.-Cl. Schmitt dans Prêcher d’exemples. Récits de prédicateurs du Moyen Âge, Paris, Stock/Moyen Âge, 1985, ici p. 10. Cf. aussi J. Th. Welter, L’exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris-Toulouse, 1927, repr. Genf, 1973, et S. Suleiman, « Le récit exemplaire. Parabole, fable, roman à thèse », dans Poétique 32, 1977, p. 468-489.

15 Cf., sur le phénomène typologique dans l’écriture d’Alcuin, notre article « Typologie et hagiographie en prose carolingienne : d’un mode de pensée à un mode d’écriture », dans Écriture et modes de pensée au Moyen Âge. VIIIe-XVe siècles. Études rassemblées par D. Boutet et L. Harf-Lancner, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1993, p. 157-186.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christiane Veyrard-Cosme, « Bède dans les Lettres d’Alcuin : de la source à l’Exemplum », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 223-230.

Référence électronique

Christiane Veyrard-Cosme, « Bède dans les Lettres d’Alcuin : de la source à l’Exemplum », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/344

Haut de page

Auteur

Christiane Veyrard-Cosme

Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org