Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)
Les traductions

La communication discursive
dans la version vieil-anglaise
de l’Historia Ecclesiastica Gentis Anglorum

André Crépin
p. 289-296

Résumé

A lexical study of the Old English version of Bede’s Historia ecclesiastica gentis Anglorum throws some light on the translator’s conception of the work, and on the role he attributes to Bede. More than a historian, or even a writer, Bede is a teacher. The Old English equivalents of Latin discere, auditores, discupuli open a window on the way Anglo-Saxons assimilated the contents of books, and on the advantages they found in written texts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Éd. Thomas Miller, EETS, 2 vol. de texte et 2 autres de variantes (1890-1898). Mes références donne (...)

1La version vieil-anglaise, dont notre plus ancien manuscrit date du Xe siècle, remonte au temps du roi Alfred (r. 871-899), donc un siècle et demi après la publication de l’original latin1. Elle omet les reproductions d’archives, les passages concernant la date de Pâques, les chapitres sur la Terre Sainte. Elle est remarquable par son emploi systématique de couples de quasi-synonymes pour rendre un seul lexème latin. Je me propose d’examiner les termes de communication ; je précise « communication discursive » puisque je m’intéresse ici à la production et à la réception des textes oraux ou écrits, « discours », et non pas aux moyens de communication (routes terrestres et maritimes).

Les écarts de la traduction de la préface vieil-anglaise de l’Historia Ecclesiastica

2La Préface de l’Hist. eccl. est particulièrement riche de ce point de vue.

3La version vieil-anglaise de la Préface est plutôt maladroite. On y regrette plusieurs erreurs. L’une est de télescoper les étapes de composition, publication et diffusion d’un ouvrage, nettement distinguées dans l’original latin. En effet, après avoir rédigé son ouvrage, Bède en a d’abord adressé une copie au roi pour qu’il la critique (prius… transmisi), et à présent il renvoie au souverain l’édition corrigée pour qu’il l’étudie encore et en assure la diffusion (et nunc… retransmitto). La méthode de Bède est clairement attestée par ailleurs. Son De temporibus, publié en 703, ayant été jugé hérétique par certains, Bède le reprend, l’amplifie et le publie vingt ans après (De temporum ratione, 725). Son commentaire sur la Genèse circule d’abord sous forme brève ; Bède l’étoffe et il adresse la version étoffée à Acca (720). Son commentaire des Actes des Apôtres, des environs de 709, est complété en 725/731 par des Retractationes. L’Historia ecclesiastica a certainement connu plusieurs étapes de rédaction. Des jugements pour le moins ambigus portés sur la politique du roi Ceolwulf peuvent être dus, non pas à Bède, mais au roi lui-même qui semble avoir hésité entre couronne royale et tonsure monacale.

4Une autre erreur du traducteur de la préface est de voir trois sources majeures de renseignements alors que la troisième constitue en réalité l’objet de ces renseignements : oððe on gewritum oððe on ealdra manna sægenum ongeat oððe fram leorningcnihtum þæs eadigan papan Sce Gregories (2/21-23 « grâce ou bien à des écrits ou bien à des récits d’anciens ou bien à des disciples du bienheureux pape saint Grégoire »), estropiant l’original latin : a discipulis beati papae Gregorii gesta fuere uel monimentis litterarum uel seniorum traditione cognouerat.

5Le traducteur s’éloigne quelque peu de l’original à propos de l’enseignement que le roi, et Bède, entendent tirer de l’Histoire. Le traducteur omet l’allusion à l’écoute attentive du roi aux paroles de l’Écriture Sainte, et c’est dommage, car Bède semble indiquer un lien, causal autant que chronologique, entre cet intérêt du roi pour la Bible et celui qu’il porte à la connaissance du passé en général et de ses illustres compatriotes en particulier. La priorité donnée à l’Histoire biblique reflète tout l’effort qu’ont déployé évêques et moines pour implanter une littérature chrétienne en anglais. L’épisode du pieux Cædmon en est l’exemple emblématique. Bède renverse l’ordre réel : la littérature chrétienne anglaise est, en réalité, née de la littérature profane, mais, pour Bède, c’est après l’Histoire sainte que vient l’Histoire profane ; de même que pour lui c’est de Moïse et des prophètes que sont issus les poètes grecs et latins.

6La première partie de la Préface est encadrée en latin par la répétition du terme historia, en anglais par celui de spell. Spell désigne tout discours porteur de sens. Le grec eu-angelion « bonne nouvelle » a été calqué en god-spell, d’où moderne gospel. Au tout début de la Préface, le traducteur prend la liberté de modifier le titre de l’ouvrage. Historia gentis Anglorum eccelsiastica devient þæt spell þæt ic niwan awrat be Angelþeode 7 Seaxum, omettant l’adjectif ecclesiastica mais ajoutant aux Angles les Saxons. Cette double modification pourrait révéler le but de la traduction alfrédienne, aussi profane que religieux, et le public visé, west-saxon. Le traducteur, cependant, rétablit l’adjectif dans la liste que Bède donne de ses ouvrages au dernier chapitre : þæs cyriclice stær (484/18).

7Stær traduit encore historia dans la prière qui clôt la Préface ou l’ensemble de l’ouvrage selon les manuscrits. Le traducteur emploie aussi þlis gewrit « cet écrit » pour historia au milieu du premier paragraphe de la Préface et commet ainsi une erreur, car Bède se réfère aux leçons de l’Histoire en général et non pas seulement à celles de l’histoire qu’il présente ici.

Bède éducateur

8Outre qu’il commet ces transformations, volontaires ou maladroites, le traducteur a développé un point qui n’est qu’effleuré dans l’original latin : l’instruction. Le verbe to læranne encadre le paragraphe tout comme þæt spell. Le chrétien doit s’instruire et il doit instruire les autres. Bède insiste sur le devoir du roi to læranne (2/4, 14 : « d’instruire [lui-même et son peuple] »). L’Histoire est donc nécessaire, elle fournit des modèles à imiter, des mauvais exemples à fuir.

9S’instruire pour instruire, c’était la vocation, la joie de Bède : semper aut discere aut docere aut scribere dulce habui (V, 24 : 566 « apprendre, enseigner oralement ou par écrit, tel fut toujours mon bonheur »). Le participe passé gelæred « instruit, savant » revient plusieurs fois au début de la deuxième partie de la Préface (2/17, 18, 20), avec le substantif apparenté lareow « enseignant, maître ».

  • 2 Ælfric’s Catholic Homilies. The First Series, éd. P. Clemoes, EETS, 1997 ; The Second Series, éd. M (...)

10Pour Ælfric (env. 950-1010) Bède est par excellence se lareow (Cath. Hom. I, 6:157 ; II, 4:25 ; 10:3-4 Beda se snotera engla ∂eoda lareow « Bède, la sage autorité des peuples anglais » ; 21:142)2. Lareow traduit auctor dans la Préface de l’Hist. eccl. (2/ 16).

« Leornian, discere »

11Le substantif lareow et les verbes læran « apprendre pour soi-même et plus souvent aux autres » et leornian « apprendre, s’instruire » remontent à une même racine, *leis- « sillon » (latin lira, et le dérivé de-lirium). La racine, au degré fléchi *lois-a, a donné le proto-germanique *laizo, d’où le vieil-anglais lar « le savoir, la science » (moderne lore). Lareow vient du composé *lar-theow « serviteur du savoir, enseignant ». Le verbe læran doit sa palatale/æ/au sffixe en */j/ : *lar-j-an. Quant à leornian, il suppose la racine au degré zéro suivi d’un double suffixe : *liz-n-o-j-an.

  • 3 Cf. K. O’B. O’Keeffe, Visible Song : Transitional Literacy in Old English Verse, CUP, 1990.

12Dans l’épisode de la transformation miraculeuse du bouvier Cædmon en poète chrétien (IV, 24), les doctes moines traduisirent et expliquèrent à Cædmon en anglais des passages de la Bible latine. Cædmon, après les avoir ruminés, les restitua le jour suivant en vers anglais si bien composés qu’il transforma les doctes, ses maîtres, en auditeurs admiratifs : suauiusque resonando doctores suos uicissim auditores sui faciebat (Mynors, p. 418) ~ 7 his song 7 his leoð wæron swa wynsumu to gehyranne þætte þa his lareowas æt his muðe wreoton 7 leornodon (346/3-5 « et son chant et sa poésie étaient si agréables à entendre que ses maîtres sous sa dictée l’écrivaient et l’apprenaient »). Le traducteur développe l’idée de uicissim auditores : auditores non point passifs, mais zélés à étudier et à retenir à leur tour le nouveau texte. L’épisode montre un cycle remarquable de communication et de transformation : de la prose latine biblique à une traduction (commentée) en anglais qui, à son tour, va être versifiée et récitée oralement, et le produit oral sera enfin mis par écrit (Cette mise par écrit subira au cours des siècles des changements, notamment de ponctuation, à mesure que le sentiment d’oralité s’estompera3.)

13Le binôme traduisant auditores : wreoton 7 leornodon m’invite à formuler trois hypothèses. 1) Cet ajout de la référence à l’écriture pourrait être causé par l’existence d’un corpus écrit de poèmes cædmoniens connu du traducteur du IXe siècle. Est-ce l’ancêtre du manuscrit de la Bodléienne, Junius 11 ? Ou serait- ce un recueil de poèmes plus authentiquement dus à Cædmon ? 2) Cette référence à l’écrit pourrait aussi éclaircir le mystère de l’absence totale des chants en anglais qu’Aldhelm, à peu près contemporain de Cædmon (deuxième moitié du VIIe siècle), dit avoir composés pour attirer à l’église la foule des passants. L’auditoire d’Aldhelm était bien différent des doctes moines de Streanæs-Halch. Mettre par écrit les chants d’Aldhelm était bien loin de la pensée de cette foule et de son aptitude. 3) Mon autre et troisième déduction est que les moines mirent par écrit les chants de Cædmon pour mieux les étudier.

Livres

14Deux siècles après Cædmon et Aldhelm, au temps du roi Alfred, des recueils, écrits, de poésie en anglais existaient. Le biographe d’Alfred, Asser, nous raconte, au chapitre XXIII, qu’enfant, le futur roi apprit par cœur un tel recueil afin d’obtenir en prix ce livre dont l’enluminure l’avait séduit :

Cum ergo quodam die mater sua sibi et fratribus suis quendam Saxonicum poematicae artis librum, quem in manu habebat, ostendere, ait : ‘Quisquis vestrum discere citius istum codicem possit, dabo illi illum.’ Qua voce, immo divina inspiratione instinctus et pulchritudine principalis litterae illius libri illectus, ita matri respondens et fratres suos aetate, quamvis non gratia, seniores anticipans, inquit : ‘Verene dabis istum librum uni ex nobis, scilicet illi qui citissime intelligere et recitare eum ante te possit ?’ Ad haec illa, arridens et gaudens atque affirmans : ‘Dabo - inquit - illi.’ Tunc ille statim tollens librum de manu sua, magistrum adiit et legit. Quo lecto, matri retulit et recitavit.

« Un jour que la mère d’Alfred avait en main un livre de poésie en anglo-saxon, elle le leur montra, à lui et à ses frères, en disant : « Le premier d’entre vous qui saura ce recueil je le lui donnerai. » Stimulé par ces paroles ou plutôt par une inspiration divine et attiré par la beauté de l’initiale qui ornait le livre, Alfred répondit à sa mère en devançant ses frères, plus âgés mais moins doués : « C’est vrai que tu donneras le livre au premier d’entre nous qui pourra le comprendre et te le réciter ? » Ce qu’en souriant de plaisir elle confirma : « Oui, je le donnerai. » Alors aussitôt il lui prit le volume des mains, alla trouver son précepteur et le lut. Une fois le livre lu, il revint vers sa mère et le lui récita ».

15Au chapitre précédent Asser dit qu’Alfred resta sans savoir lire jusqu’à l’âge de douze ans au moins : Alfred étant né en 849, cela nous mène en 861. Or sa mère est morte avant 856, quand son père se remaria. L’anecdote du recueil de poésie se situerait donc à une époque où Alfred ne savait pas encore lire. Il faut par conséquent interpréter « alla trouver son précepteur et le lut », legit, comme « en écouta la lecture et se l’assimila ». Discere, intel-ligere, legere sont presque synonymes. On traduirait legit par le vieil-anglais leornode.

16Bède, dans son Historia ecclesiastica, fait lui aussi plusieurs références à des livres : libelli sur la vie et les miracles de saints (III, 19), livre que lui-même a écrit sur s. Cuthbert (Préface), petit livre des vertus et gros volume des péchés qu’un pécheur endurci voit en vision prémonitoire de sa damnation (V, 13). Ce pécheur est un laïque, mais sa vision montre que les livres ne lui sont pas inconnus. Le chapitre relatant son histoire se termine par un appel direct de Bède à ses lecteurs ou auditeurs. Hanc historiam, sicut a uenerabili antistite Pecthelmo didici, simpliciter ob salutem legentium siue audientium narrandam esse putaui ~ Þiis spell ic leornade fram Pehthelme ðæm arwyrðan biscope ond ic hit for þære hælo, ðe hit leornade oðþe geherde, hluttorlice awrat 7 sægde (442/6-8 « Cette histoire, je l’ai apprise du vénérable évêque Peht-helm et c’est pour le salut de qui l’aura lue ou entendue que je l’ai écrite et rapportée telle quelle »).

17Ici leornade traduit didici ; nous avons rencontré discere dans l’offre du livre par la mère du roi Alfred. Bien plus tard, celui-ci, dans sa Préface en prose à sa traduction du De consolatione Philosophiae de Boèce, évoquera sa démarche de traducteur : [...] flas boc hæfde geleornode… (1/8 « ce livre je l’ai assimilé ») avant de le traduire.

18Ce que confirme le substantif verbal leornung. Ainsi le passage de l’Hist. eccl. (V, 18) à propos du livre d’Aldhelm sur la date de la célébration pascale. Adelhelm remit sur la bonne voie beaucoup de lecteurs : multos… huius lectione perduxit (Mynors, p. 514/17), ce que le traducteur anglo-saxon rend par mid fla leornunge flyssa boca geteah and gelædde (448/2-3 « par la lecture-approfondie de ces livres il [les] incita et guida »). Ou encore l’adhésion du roi des Pictes à cette même date de Pâques, admonitus ecclesiasticarum frequenti meditatione scripturarum (V, 21 : p. 532/ 10-11) ~ monad mid gelomlicre smeawunge and leornunge cyriclicra gewrita (468/4 « convaincu par une méditation et une lecture approfondie des textes du magistère »). Comme le traducteur anglo-saxon usant de binômes pour le texte latin de Bède ou comme Sartre avec les phénoménologues allemands, je suis amené à traduire leornung par deux termes unis par un trait d’union : lecture-approfondie.

Dérivés et composés issus de Leornian

19Sur leornian nous avons le dérivé leorn-ere, déverbatif de même formation que bæc-ere (>moderne baker) « cuiseur de pain, galettes, etc. », et les composés leorning- cild « jeune apprenant » et leorning-cniht « apprenant ayant dépassé l’enfance, disciple mâle », leorning-man « disciple de l’un ou l’autre sexe ».

20Leornere traduit lector vers la fin de la Préface. Dans l’épisode où le vertueux bouvier Cædmon reçoit la grâce miraculeuse de poésie (IV, 24), l’abbesse de son couvent sollicite l’avis des doctes : multis doctioribus uiris praesentibus ~ þa heht heo gesomnian ealle þa gelæredestan men ond þa leorneras (344/20-21) « alors elle assembla tous les plus instruits et les ‘lecteurs’« . Que sont ces ‘lecteurs’ ? Il ne s’agit probablement pas de diacres lecteurs. Miller traduit le vieil-anglais par « all the best scholars and the students », en jargon moderne : savants et chercheurs. L’abbesse convoque les moines « versés dans la lecture » des Saintes Écritures.

21Le composé leorning-cniht traduit discipulus dans la Préface (vieil-anglais : 2/22-23 ; 4/5). Ici une constatation s’impose : à part la Préface, discipulus, dans l’Hist. eccl., est toujours traduit par discipul, pl. discipulas (15 occurrences). On trouve une occurrence du féminin : la fille du roi Oswiu au monastère de Streanæs-Halch primo discipula uitae regularis, deinde etiam magistra extitit (III, 24:292/13) ~ ærest wæs discipula 7 leornungmon regollices lifes 7 eft æfter þon wæs magister 7 lareow þæs mynstres (236/33 - 238/1). On remarque le binôme synonymique discipula 7 leornungmon, avec une belle illustration de -mon, terme non marqué désignant homme ou femme. Intéressante à cet égard est une occurrence, chez Ælfric, de leorningmen (pl.) appliqué à Marthe et Marie : Hi wæron butu þæs hælendes leorningmen (C.H. II, 29:22-23 « elles étaient toutes deux disciples de Jésus »).
Je m’explique l’emploi systématique de discipul comme un effort pour conserver la connotation religieuse, biblique - même s’il s’agit le plus souvent de disciples d’un saint homme, du pape Grégoire ou bien de l’évêque celte Aïdan. Comment expliquer alors le contraste de traduction de discipulus entre Préface (leorningcniht) et le reste (discipul) ? La Préface serait-elle due à un traducteur différent ? Le traducteur se serait-il ravisé ?

  • 4 Übersetzung der Dialoge Gregors des Grossen, éd. H. Hecht, 2 vol. , Leipzig, 1900 - Hambourg, 1907, (...)
  • 5 King Alfred’s West-Saxon Version of Gregory’s Pastoral Care, éd. H. Sweet, EETS, 2 vol. , 1871.
  • 6 The Old English Version of the Gospels, ed. R.M. Liuzza, EETS, 2 vol. , 1994 et 2000.

22Comment les autres traductions alfrédiennes du latin rendent-elles discipulus ? Dans la tradution des Dialogi de Grégoire - traduction attribuée par Asser (ch. 77) au Mercien Werferth, évêque de Worcester - le terme est rendu par þegn « suivant, compagnon », geongra « jeune » et, à trois endroits du seul manuscrit Hatton 76, par leorningcniht (éd. Hecht, 130/12 correspondant à thegn dans les autres manuscrits ; 134/14 = geongra ; 147/17 = þegn)4. Tous ces manuscrits datent du XIe siècle. -- L’Orose alfrédien ne parle pas de « disciple (s) ». -- Dans la traduction du De consolatione Philosophiae de Boèce, Alfred et ses collaborateurs résument et expliquent pourquoi l’habit de Dame Philosophie est déchiré. Ses propres disciples en ont arraché des lambeaux : his [ = Wisdomes] gingran (éd Sedgefield, 9/ 5). -- Alfred, comprenant l’importance fondamentale de la science du commandement, décida de traduire le guide chrétien de la direction des âmes, la Regula pastoralis de Grégoire le Grand. Dès le seuil de l’ouvrage (from ðære dura selfre ðisse bec, éd. Sweet, 25/11)5, Grégoire écarte les disciples qui se croient plus forts que les maîtres : monige… ðeah ðe hi næfre leorningcnihtas næren, wilniað ðeah lareowas to beonne (25/7-9 « beaucoup, bien qu’ils n’aient jamais été disciples, se voient déjà maîtres »). Idée voisine de celle qu’exprime l’évangile : Non est discipulus super magistrum nec servus super dominum suum, Mt 10, 24 ~ Nys se leorningcniht ofer hys lareow ne þeow ofer hys hlaford (éd. Liuzza, p. 21)6.

23Ælfric emploie les trois termes : discipuli (au pluriel), leorningcniht, et leorningman. Le fait qu’il emploie pour le premier le nominatif pluriel latin mais le datif pluriel anglo-saxon (discipulum) montre que le terme reste hybride, non encore dégagé de sa gangue latine et chrétienne, que le terme reste senti comme un emprunt au latin, et au latin religieux, « les disciples (pl.) [du Christ] ». Leorningcniht est aussi employé en ce sens, mais son origine sémantique reste présente, comme l’atteste son contraste avec lareow à propos du martyre de saint Étienne, repris par Ælfric de Césaire d’Arles : et qui erat discipulus gradu, magister coepit esse martyrio ~ and se ðe wæs leorningcniht on hade ongan wesan lareow on martyrdome (Cath. Hom. I, 3:87-8). Nous trouvons aussi leorningman à propos du sens spirituel du miracle de la multiplication des pains que ne saisissent pas les disciples, et ici encore nous avons le contraste entre l’enseignant et ses apprenants : þæra fif boca andgit geopenode se mihtiga lareow crist his leorningmannum (C.H. II, 25:26-7 : « le sens du Pentateuque, le tout puissant enseignant le Christ l’ouvrit à ses disciples »).

24La langue anglaise s’imposant de plus en plus, leorningcniht évincera discipul. Discipul se trouve dans la glose des Évangiles de Lindisfarne (ajoutée en 970) mais la traduction des Évangiles, appelée west-saxonne et peut-être composée dans le sud-est de l’Angleterre, qui date de la même époque, ne connaît plus que leorningcniht. À son tour leorningcniht sera remplacé au XIIe siècle par deciple, emprunté au français et graduellement rapproché de son ancêtre latin, d’où moderne disciple.

25Revenons à l’historiette que Bède tenait de Peht-helm : « Cette histoire, je l’ai apprise du vénérable évêque Peht-helm et c’est pour le salut de qui l’aura lue ou entendue que je l’ai écrite et rapportée telle quelle ». Il est intéressant de noter que le binôme « lecteurs et/ou auditeurs » se trouve, lui, dès l’original latin. La lecture était souvent, et encore au XIXe siècle dans les salons littéraires et aux veillées des chaumières, une activité collective. Un lecteur lisait pour le bénéfice d’un nombre plus ou moins grand d’auditeurs.

Documents écrits et récits oraux

26La seconde partie de la Préface de l’Hist. eccl. distingue nettement deux catégories de sources, les documents écrits et les récits oraux : uel monimentis litterarum uel seniorum traditione (Mynors 4/1-2) ~ odhdhe on gewritum odhdhe ealdra manna sægenum (2/21-22 et pareillement 4/19 et 30-32). Bède, juste avant de dresser la liste de ses œuvres, revient sur les catégories de sources qu’il a utilisées et, cette fois, en mentionne trois : ex litteris antiquorum uel ex traditione maiorum uel ex mea ipse cognitione ~ geo of manna gewritum oððe of ealdra gesegene oððe of minre sylfre cyflefle (480/21-22 « d’après les écrits d’autrefois ou les récits d’anciens ou mon expérience personnelle »).

27Le traducteur anglo-saxon, dans la Préface, rend litteris mandata « [informations] confiées à l’écriture » par on stafum awrat (4/1-2 : « il [les] écrivait en [toutes] lettres »). Stæf désigne l’unité graphique, littera « la lettre ». Au ch V, 21 misit illi et litteras est rendu par sende him eac stafas 7 gewrit (468/31). Notons que le titre vieil-anglais du chapitre prenant en compte la longueur de la lettre, véritable traité de comput, emploie le terme latin d’epistola (titre de V, 18 [ =19] :24/19). Stæf-cræft est la science des lettres, c’est-à-dire la grammaire. Au pluriel, stæf-cræftas réfère aux études littéraires ou exégétiques. Le titre du ch. IV, 2 porte cum… literarum… sanctarum… studiis ; le traducteur scinde l’expression en une paire coordonnée : mid halgum gewritum and stæfcræftum, « avec les Saintes Écritures et les études afférentes », le second membre étant déterminé par le premier.

Dialogues

28L’Hist. eccl. est riche en dialogues, qui lui donnent un attrait dramatique. Les guillements n’existant pas, le latin insère de nombreux inquit. Le vieil-anglais est obligé de même à signaler la prise de parole ou le changement d’interlocuteur par cwæð he, mais placé en tête, alors qu’en moyen-anglais, quoth he, comme inquit, est une incise intervenant après les premiers mots des paroles rapportées. Un exemple, parmi beaucoup d’autres, est, dans l’épisode du pécheur sans confession que j’ai déjà mentionné (V, 13), le dialogue entre le roi de Mercie Coenred (r. 704- 709) et cet officier mourant sans absolution. (Je note que dans les dialogues des romans modernes, alors que la typographie française se contente d’un tiret pour amorcer le discours ou la répartie, l’anglais répète sans se lasser : Said he/she, en tête, ou he/she said, en incise.

Haut de page

Notes

1 Éd. Thomas Miller, EETS, 2 vol. de texte et 2 autres de variantes (1890-1898). Mes références donnent la page/la ligne (7 dans les citations est pour ond « et »). Pour le texte latin, en attendant l’éd. des Sources Chrétiennes, je renvoie à l’éd. par R. A. B. Mynors et tr. de B. Colgrave, OUP, 1969. Ma référence donne en chiffre romain le n ̊ du livre, suivi du n ̊ du chapitre en chiffre arabe. - Cf. S. B. Greenfield & F. C. Robinson, A Bibliography of Publications on Old English Literature to the end of 1972, Manchester UP, 1980, p. 319-321.

2 Ælfric’s Catholic Homilies. The First Series, éd. P. Clemoes, EETS, 1997 ; The Second Series, éd. M. Godden, 1979 ; Introduction., Commentary and Glossary, éd. M. Godden, 2000. Dans mes références le chiffre romain en italique désigne la série, suivie du n ̊ de l’homélie, et les deux-points introduisent le n ̊ de la ligne.

3 Cf. K. O’B. O’Keeffe, Visible Song : Transitional Literacy in Old English Verse, CUP, 1990.

4 Übersetzung der Dialoge Gregors des Grossen, éd. H. Hecht, 2 vol. , Leipzig, 1900 - Hambourg, 1907, repr. en un vol. , WBG, 1965.

5 King Alfred’s West-Saxon Version of Gregory’s Pastoral Care, éd. H. Sweet, EETS, 2 vol. , 1871.

6 The Old English Version of the Gospels, ed. R.M. Liuzza, EETS, 2 vol. , 1994 et 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Crépin, « La communication discursive
dans la version vieil-anglaise
de l’Historia Ecclesiastica Gentis Anglorum », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 289-296.

Référence électronique

André Crépin, « La communication discursive
dans la version vieil-anglaise
de l’Historia Ecclesiastica Gentis Anglorum », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/357

Haut de page

Auteur

André Crépin

Université de Paris IV - Membre de l’Institut

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org