Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)

Épilogue


Travaux récents sur Bède : le point de vue d’un philologue
François Dolbeau
p. 321-329

Texte intégral

1Les organisateurs du colloque « Bède le Vénérable » m’ont confié, en finale, une tâche difficile, mais un peu moins rhétorique que les habituelles conclusions : celle de commenter, comme philologue, le récent développement des études sur Bède et leurs possibilités de renouvellement. Je vais donc gloser, en quelque sorte, le sous-titre de notre rencontre : « Bilans et perspectives », en me fondant à la fois sur ce qui vient d’être dit et sur mon expérience d’éditeur de textes et d’historien de la littérature.

  • 1 Pour illustrer ce décloisonnement, outre plusieurs contributions au présent colloque (notamment cel (...)
  • 2 Très équilibrée à cet égard est la monographie de George Hardin Brown, Bede the Venerable, Boston, (...)

2Depuis une vingtaine d’années, les études sur Bède se sont, me semble-t-il, nettement diversifiées. L’Histoire ecclésiastique du peuple anglais reste au centre des recherches, en Grande-Bretagne et dans le monde anglo-saxon en général, comme aussi – et cela est moins attendu – en France, grâce aux travaux d’André Crépin et de Georges Tugène ou à l’équipe de traducteurs animée par Olivier Szerwiniack. Mais l’Histoire ecclésiastique n’est plus un monument envisagé isolément. Elle est désormais mieux insérée dans son milieu de production, mieux reliée à ses sources, mieux évaluée dans ses enjeux. Bède le Vénérable est une personnalité complexe, d’une culture immense : l’analyse de ses emprunts, de solides connaissances en exégèse, en ecclésiologie, en topique hagiographique sont indispensables à qui veut comprendre de l’intérieur son discours historique1. Contrairement à ce qui se passait jadis, la figure de l’historien n’éclipse plus celles de l’homme de science, du bibliste, exégète, hagiographe, prédicateur, poète ou grammairien2.

3Dresser un bilan en forme de palmarès serait, de ma part, arrogant et ridicule. Je me contenterais d’évoquer ici, sans prétendre à l’exhaustivité, les études qui illustrent le rééquilibrage entre Bède historien et les autres facettes de son œuvre. Faute de compétence, je m’abstiendrai de commenter les travaux d’histoire des sciences. En ce qui concerne l’exégèse, le nombre des traductions anglaises de commentaires bibliques parues depuis une quinzaine d’années à Kalamazoo, Liverpool ou Dublin, le programme même de notre colloque sont déjà assez éloquents : en ce domaine, la stature et l’influence de Bède ne sont plus contestables. J’insisterai davantage sur d’autres aspects : le poète et l’hagiographe, l’auteur de manuels didactiques, le lecteur des Pères, l’utilisateur de manuscrits bibliques. De telles distinctions ne sont d’ailleurs qu’une commodité de langage, car les activités de Bède sont unitaires et tendues vers un seul objectif : faire entendre correctement le langage divin dans les Écritures comme dans les signes des temps.

  • 3 Les numéros entre parenthèses renvoient à la bibliographie sélective, fournie en annexe.

  • 4 Cette étude concerne les textes que Donatien de Bruyne (Sommaires, Divisions et rubriques de la Bib (...)
  • 5 Ce sont les calendriers commentés et édités par Arno Borst, Die karolingische Kalenderreform (MGH. (...)

4Il existe des écrivains sur lesquels les recherches piétinent ou se transforment en combats de tranchées entre spécialistes. L’œuvre de Bède, du fait de sa richesse, reste un terrain de grandes manœuvres philologiques. Elle continue toujours de s’enrichir, grâce à la critique d’attribution et à l’exploration des manuscrits, et la frontière entre textes authentiques et pseudépigraphes n’y est pas encore tracée de façon définitive. Les répertoires modernes se contentent, pour la plupart des auteurs, d’enregistrer de nouvelles éditions, et l’on peut attendre leur mise à jour périodique sans trop d’impatience. Ce n’est pas le cas pour Bède, qui est doté en plus de nouvelles œuvres. À son sujet, il faut impérativement consulter l’inventaire spécial publié par Michael Gorman en 2001 (1)3, inventaire qui enrichit et remplace un guide analogue paru sous la même signature en 1995 (2). Des textes – édités depuis longtemps, mais traités jusqu’ici comme anonymes – sont désormais restitués à Bède : magnifiques, à cet égard, sont les travaux de Paul Meyvaert sur plusieurs séries de capitula bibliques (3)4 ou sur le noyau commun à de nombreux calendriers carolingiens (4)5. Les conclusions de Meyvaert emportent l’adhésion et doivent, au plus vite, être intégrés à la vulgate scientifique.

  • 6 L’article rectifie Jean Gribomont, « Saint Bède et ses dictionnaires grecs », Revue Bénédictine, 89 (...)

5Deux articles publiés simultanément en 1982 représentent, à mes yeux de philologue, un tournant majeur. Le premier, celui d’Anna Carlotta Dionisotti (5), porte essentiellement sur le De orthographia, qui y paraît sous un jour nouveau – non comme œuvre de jeunesse à finalité scolaire, mais comme livre de l’âge mûr destiné à des moines copistes ; l’auteur y analyse, avec une finesse inégalée, les méthodes de travail de Bède et les instruments dont il disposait pour apprendre le grec6. Le second, cosigné par Carmela Vircillo Franklin et Paul Meyvaert (6), inaugure la phase de découvertes, évoquée plus haut, d’œuvres authentiques de Bède, tenues auparavant pour égarées. Dans sa bio-bibliographie annexée à l’Histoire ecclésiastique, Bède mentionnait qu’il avait corrigé un livre de la Vie et passion de saint Anastase, « male de greco translatum et peius a quodam inperito emendatum ». Les deux érudits modernes ont retrouvé cette mauvaise traduction dans un légendier de Bobbio, et probablement aussi la révision de Bède dans la version répertoriée sous BHL 408. La démonstration semble convaincante, mais l’édition du dossier complet d’Anastase, que préparait C. Vircillo Franklin, n’est pas encore parue, à ma connaissance.

  • 7 À propos de Bède, décevante est l’enquête bibliographique de Maria Rosaria Pugliarello, « Rassegna (...)

6Sur les traités didactiques, toutes les pistes qu’ouvrait A. C. Dionisotti n’ont pas encore été explorées7. Louis Holtz a rappelé, durant ce colloque, quel travail restait à faire pour démêler les vraies sources de Bède dans le fourre-tout des apparatus fontium de nos éditions de référence. Mais déjà la place de Bède est mieux définie dans l’histoire des doctrines grammaticales (7). Et surtout ses manuels (De orthographia, De arte metrica, De schematibus et tropis) ne peuvent plus être négligées en tant qu’œuvres de jeunesse, car leur datation tardive est avérée (8), tout comme leur union étroite avec les travaux d’exégèse (9).

  • 8 Pour l’hagiographie, on consultera William D. McCready, Miracles and the Venerable Bede, Toronto, 1 (...)
  • 9 Une vingtaine de témoins, ce qui est notable pour un texte de ce type.

7L’hagiographe et le poète ont été peu abordés durant la présente réunion, sans doute parce qu’il existait à leur sujet d’excellentes et récentes synthèses8. Depuis quelques années, les études sur les remaniements hagiographiques se sont multipliées, mais aucun dossier n’a été, je crois, autant scruté que les Vies en prose et en vers de saint Cuthbert (BHL 2020-2021), avec des jugements parfois contrastés (10). La tradition du poème est spécialement intéressante, puisqu’elle révèle l’existence de deux états du texte, datant respectivement de 705 et 720 environ, qui se distinguent par une centaine de corrections d’auteur (11). La Vie métrique de Cuthbert, qui connut un succès d’estime9, n’est pas le seul essai de Bède en matière poétique. Le Liber epigrammatum et le Liber hymnorum manifestent aussi un talent certain, commenté par Michael Lapidge dans une Conférence de Jarrow en 1993 (12). La façon – très partielle – dont ces deux recueils nous sont parvenus laisse espérer, voire attendre la découverte d’autres pièces en vers.

  • 10 Max L. W. Laistner, H. H. King, A Hand-List of Bede Manuscripts, Ithaca, 1943.


8Au sujet des manuscrits, hélas, les recherches sont actuellement trop peu développées. La transmission du poème sur Cuthbert montre pourtant que Bède a parfois révisé ses œuvres, de sorte qu’une enquête systématique révélerait sans doute, pour d’autres ouvrages, l’existence de variantes d’auteur et d’éditions successives. L’inventaire sommaire publié en 1943 par Laistner et King était novateur et utile10, mais il ne répond plus aux besoins actuels des codicologues et mériterait d’être remplacé. Au sujet des témoins carolingiens, des nouveautés substantielles sont apportées par l’inventaire de Bernhard Bischoff, en cours de publication (13). D’autres études ont un caractère plus ponctuel (14). En dehors des travaux de David Ganz, que nous venons d’entendre, les contributions les plus intéressantes ont porté sur les fondements manuscrits de l’édition d’Herwagen en 1563 (15).

  • 11 Dont une édition en fac-similé vient d’être publiée à Florence, avec un important commentaire : Lui (...)

9En 1982, A. C. Dionisotti faisait pénétrer la recherche dans la cellule même de Bède. La même année a vu la publication d’un bilan détaillé sur le scriptorium de Jarrow (16). On souhaiterait maintenant lire par-dessus l’épaule de Bède, afin d’identifier à la fois son écriture et les sources exactes dont il s’inspirait. L’enquête sur d’éventuels autographes semble piétiner un peu. Un bilan, dressé en 1990, mais publié en 1994, s’achevait sur une note plutôt pessimiste (17). Mais l’examen des pandectes bibliques, commanditées par l’abbé Ceolfrith sur le modèle du Codex grandior de Cassiodore, a fait depuis renaître l’espoir (18). Quel que soit le résultat des discussions ultérieures sur l’écriture de Bède, son importance comme bibliste est déjà mieux perçue (19), et son attitude, face à l’Amiatinus11 et à ses jumeaux de Northumbrie, a été analysée de manière particulièrement vivante (20). La contribution, que nous venons d’entendre, de Barbara Beall enrichit ce dossier d’observations supplémentaires.

  • 12 « On Bede, Grammars, and Greek » (annexe n ̊ 5), p. 112.

10À l’égard des sources de Bède, les progrès des deux dernières décennies ont été décisifs. En 1982, A. C. Dionisotti commentait ainsi l’édition de référence du De orthographia : « Bede’s latest editor ignores these studies (un ouvrage de Karl Barwick), with the result that much of his apparatus fontium is unnecessary, wrong or misleading »12. Des remarques analogues pourraient être faites à l’égard de toutes les éditions de Bède antérieures à cette date : les apparats des sources y sont tantôt indigents, tantôt surabondants et non critiques, jamais satisfaisants. Il est juste de rappeler que les philologues n’ont disposé de concordances des principaux Pères qu’à partir de la fin des années 1980, et que la première édition de la Cetedoc Library of Christian Latin Texts date de 1991. On devait auparavant se satisfaire d’autres instruments, nettement moins efficaces, et faire fond sur sa culture personnelle. Cela dit, les éditions de Bède parues de 1955 à 1983 dans le Corpus Christianorum sont médiocres, voire, pour certaines, détestables. Tous leurs apparats de sources sont à remettre sur le chantier, comme le montre une série déjà copieuse de contributions récentes (21). Bède – qui ne prétendait pas faire œuvre originale, mais retenir le meilleur de la tradition des Pères – avait beaucoup lu, et souvent des textes rares, comme ce sermon pseudo-augustinien dont j’ai donné naguère l’édition princeps (22). Parmi les auteurs médiolatins, il est l’un de ceux qui ont le plus bénéficié de l’apport des banques de données électroniques. J’ai plaisir ici à souligner que la dernière édition de Bède parue en 2001 dans le Corpus Christianorum est excellente et qu’elle donne à lire un texte renouvelé de l’Expositio Apocalypseos, à la fois plus complet dans ses lemmes bibliques et fidèle à la capitulation primitive (23). En publiant les sources de Bède sur les pages paires, et parfois in-extenso, elle fixe aussi un nouveau standard d’édition pour les commentaires du haut Moyen Âge, car ce procédé est plus lisible que les apparats habituels (c’est-à-dire infrapaginaux). Dès 1999, l’édition d’un bref recueil de Quaestiones (24) avait montré l’ampleur des progrès critiques possibles sur les œuvres d’exégèse.

  • 13 Éd. David Hurst, Bedae Venerabilis opera. Pars II/3. In Lucae euangelium expositio..., Turnholti, 1 (...)
  • 14 J’ai relevé des exemples de ces phénomènes dans l’étude citée en annexe sous le n° 21. Voir aussi l (...)

11Ces deux cas mis à part, les lecteurs de Bède doivent donc utiliser avec précaution les éditions actuelles de référence. Le fait qu’elles soient toutes déficientes en matière de sources est partiellement excusable et s’explique, comme on l’a vu, par leur date de parution. Mais la vérité oblige à dire que certaines ne sont pas non plus satisfaisantes sur le plan ecdotique. Quittant la bibliographie, je voudrais, pour terminer, illustrer cette affirmation par un exemple précis : celui du Commentaire de Luc13. Le texte en a été établi d’après sept témoins anciens datant de la seconde moitié du VIIIe ou du IXe siècle, sans que ce choix ait été justifié. Le matériel publié de variantes est peu abondant, et la confrontation avec des sources inconnues de l’éditeur révèle trop souvent que la leçon correcte a été rejetée en bas de page ; d’après la ponctuation, on se demande même parfois si l’éditeur comprenait le texte latin14. Mais ce n’est pas sur ces aspects que porte ma critique.

12Trois des sept témoins utilisés sont conservés à la Bibliothèque Nationale de France. David Ganz, qui vient de nous entretenir des manuscrits de Bède, m’avait naguère demandé de vérifier à son intention quelques détails sur les témoins siglés B et E. Il est donc à l’origine des remarques qui vont suivre.

  • 15 Cf. Françoise Gasparri, « Le Scriptorium de Corbie à la fin du VIIIe siècle et le problème de l’écr (...)

13B est la plus ancienne copie du Commentaire de Luc ; il s’agit d’un manuscrit en écriture ab de Corbie, de la deuxième moitié du VIIIe s. : Paris, BNF, lat. 11681, décrit dans les Codices Latini Antiquiores en V 615. L’ouvrage de Bède est copié aux feuillets 4-196v sur deux colonnes de 38 lignes (357 x 245 mm ; just. 310 x 195). Le feuillet 193rv a été refait dans une minuscule caroline archaïque de type Maurdramne15. Au f. Av, des additions de plusieurs mains révèlent que certains passages étaient lus en assemblée, même après l’abandon de l’écriture ab. Les marges sont occupées par deux systèmes de renvois aux chapitres de Luc, l’un en rouge, l’autre à l’encre brune, dont l’éditeur ne dit rien et qu’il n’a pas cherché à confronter aux canons bibliques de l’époque de Bède.

14E, c’est-à-dire Paris, BNF, lat. 17451, provient de Saint-Corneille de Compiègne. Il est transcrit par différents scribes en des minuscules carolines du début du IXe s., sauf les huit premiers feuillets, qui sont plus anciens (= CLA V 669) et en écriture ab de Corbie. L’œuvre de Bède, mutilée aux deux extrémités, couvre actuellement les feuillets 9-200v. Ceux-ci sont présentés à longues lignes, à raison de 28 à 35 par page (303 x 210 mm ; just. 242 x 150).

15L’éditeur moderne a collationné intégralement B et E, sans s’apercevoir que le second avait été copié sur le premier. Cette dépendance, sans intermédiaire, peut être établie par trois séries de preuves :

  • 16 Ici, une explication par homéotéleute serait également possible, car la ligne précédente se termine (...)

A. Dans E, des segments textuels ont été omis dans un premier temps, puis retranscrits dans la marge inférieure. Certains coïncident avec une ou deux lignes de B : ainsi E f. 25 : « omnia circumquaque montana fama nati prophetae perfundit » (p. 41, 874-875) = B f. 20a, l. 4-5 ; E f. 181 : « huic hec pressura et ira populo » (p. 368, 203-204) = B f. 169a, l. 2116 ; E f. 199 : « uenit ex culpa ecce qualis a cruce » (p. 405, 1696) = B f. 188a, l. 12. D’autres résultent de sauts du même au même (ainsi aux f. 32, 50, 54v, 62, etc.), et il est sage de n’en pas tenir compte, même si la mise en pages de B les a souvent facilités.

B. La section transcrite sur B f. 98 coïncide au mot près avec le contenu de E f. 108 : « Factum est autem ambulantibus.../... in terram conderet isto autem anima » (p. 212-213, 1810-1853). Afin d’achever son feuillet au même endroit, le copiste de E a dû transcrire hors justification les mots « isto autem anima ». De même, le contenu de B f. 176v coïncide avec celui de E f. 188v.

  • 17 Dans le latin 12132, du IXe s., l’un des deux copistes fait en sorte qu’une colonne de son écriture (...)

C. Ce qui s’observe deux fois pour des feuillets se produit régulièrement au niveau de cahiers ou de groupes de cahiers. Dans E, un changement de main inaugure chacun des blocs distingués ci-dessous.
– B f. 18-49v (4 quaternions) = E f. 23-58v. Le copiste de E f. 22v a beaucoup espacé les mots ; treize lignes seulement sont écrites en E f. 58v.
B f. 50-57v = E f. 59-66v : « Vbi dirae sitis incendium panisque.../... potentia nulla naturae » (p. 107, 288-124, 969). Le copiste de E a adopté des modules d’écriture différents, d’abord pour rattraper le retard accumulé, puis pour perdre sa légère avance ; son écriture est de plus en plus étirée au f. 66v.
B f. 58-97v (5 quaternions) = E f. 67-107v. En E f. 107v, l’écriture est dilatée et les lignes de moins en moins remplies.
– B f. 98-105v = E f. 108-115v : « Factum est autem ambulantibus.../... ex isto fonte demanant » (p. 212, 1810-230, 2520). Le copiste de E veille ici à n’être ni trop en avance ni trop en retard. On a vu plus haut que la fin de son feuillet 108 coïncidait avec celle de B f. 98. Le même phénomène se produit aussi au passage des f. 112v-113, qui survient au même endroit qu’en B f. 102v-103. En E f. 115v, après le dernier mot demanant, le scribe a laissé un espace blanc de huit lettres.
B f. 106-113v = E f. 116-123v : « Incipit liber quartus.../... quomodo dicat apostolus » (p. 231, 1-247, 657). En E f. 123v, l’écriture des derniers mots est très étirée.
– B f. 114-121v = E f. 124-131v : « Numquid de bubus cura est.../... similiter perierunt » (p. 247, 657-264, 1337). E f. 131v offre deux modules d’écriture, d’abord petit, puis plus gros, avec intercalation en finale de longs espaces blancs entre les mots.
B f. 122-136bisv (2 quaternions) = E f. 132-148v. En E f. 148v, des espaces sont insérées entre les syllabes, et sept lignes restent blanches.
– B f. 137-152v (2 quaternions) = E f. 149-164v. E f. 164v ne porte que seize lignes écrites, dont quatre se limitent à un mot.
B f. 153-168v (2 quaternions) = E f. 165-180v. En E f. 180v, l’écriture est plus resserrée, bien que la dernière ligne n’ait pas été remplie.
– B f. 169-176v = E f. 181-188v : « Cum autem uideritis.../... quod est super omne nomen » (p. 367, 174-382, 757). Comme on l’a noté plus haut, le copiste de E a rejoint son modèle dès le bas du f. 188, de sorte que E f. 188v et B f. 176v sont identiques.
B f. 177-184v = E f. 189-196v : « Sic et filius idem permanentes.../... concupiscat adtende » (p. 382, 757-398, 1412). En E f. 196v, l’écriture des lignes finales est dilatée, et le mot adtende occupe à lui seul la dernière.
Certains quaternions de B furent donc copiés comme des entités isolées : les scribes de E,soit en variant beaucoup leur écriture (technique I), soit en s’écartant peu du modèle (technique II), s’arrangèrent pour faire coïncider leurs fins de cahiers avec celles de B. Ailleurs, la coïncidence ne se produit qu’au bout de deux, quatre ou cinq cahiers. Cela tient à ce que B, à l’époque, n’était pas relié et que ses quaternions furent copiés simultanément et en désordre, par des copistes différents, peut-être en raison d’un prêt à durée limitée. En comparant deux manuscrits d’Hilaire, Paris, BNF, lat. 2630 (en onciale) et 12132 (en minuscule caroline), Jean Vezin a déjà relevé des procédés de copie analogues17.

  • 18 Voir à ce sujet la discussion théorique de Michael D. Reeve, « Eliminatio codicum descriptorum. A m (...)
  • 19 Éd. Hurst, p. 24, 194, 196, 222 ; 31, 482, 492 ; 70, 2017 ; 97, 3075, etc. La situation est encore (...)
  • 20 Plusieurs cas de passage d’une écriture onciale en caroline sont déjà connus : cf. Vezin, « Hincmar (...)

16La conséquence des observations précédentes est que E est un codex descriptus, dont la valeur sur le plan textuel est limitée18 : il permet uniquement, à mon sens, de sérier les corrections de B qui ne sont pas de première main, selon une chronologie relative. Ses variantes ne devraient pas figurer en apparat, et le poids stemmatique de BE est le même que celui de B. Il convient donc d’être circonspect, là où l’éditeur a privilégié l’accord BE contre celui des autres témoins (ACDGJ)19. En revanche, l’intérêt de E est réel pour un paléographe, puisqu’il peut illustrer les erreurs commises lors du transfert en minuscule caroline d’un livre en écriture ab de Corbie20.

  • 21 L’inventaire de Laistner et King (op. cit. [n. 10] p. 44-50) fournit déjà une liste copieuse, qui p (...)
  • 22 Grâce aux ressources qu’offrent les banques de données textuelles, les catalogues de manuscrits fra (...)

17La base textuelle de l’éditeur était déjà trop étroite ; elle se réduit encore avec l’élimination de E. Après avoir regardé deux manuscrits sur sept, je n’ai pas souhaité poursuivre mes investigations : des éditions ainsi faites ne peuvent donner que de fausses garanties. Pour un ouvrage comme le Commentaire sur Luc, un classement par sondages de l’ensemble des témoins antérieurs à 1100 est un préalable indispensable à tout relevé sérieux de variantes21. Si de jeunes médiolatinistes – avec les instruments actuels de repérage des sources et sur le modèle procuré par Roger Gryson – reprenaient l’édition des commentaires de Bède, leur enquête, à coup sûr, serait payée de retour22.

18Ces quelques observations visaient à illustrer les deux points suivants : les nombreux progrès de type philologique enregistrés depuis vingt ans à propos de Bède ; le fait que beaucoup de chantiers restent ouverts. Encore faut-il préciser que, faute de temps, je n’ai abordé ni l’histoire de la réception (25), évoquée durant la dernière demi-journée, ni le maquis des textes pseudépigraphes (26), qui, à eux seuls, justifieraient la tenue d’un autre colloque. Mais nos collègues de Lille et d’Amiens ont sans doute besoin d’une pause, avant de se lancer dans une nouvelle aventure. Qu’ils soient, en tout cas, assurés de notre gratitude !

14. M. L. Fobelli, « Codici miniati dell’abbazia di Cava : le Leges Langobardorum e il Beda », Rassegna storica salernitana, 11, 1989, p. 35-63 ; M. Schneiders, « Zur Datierung und Herkunft des Karlsruher Beda (Aug. CLXVII) », Scriptorium, 43, 1989, p. 247-252, pl. 19 ; Karolingische Beda- Handschrift aus St. Maximin, Trier, 1990 (exposition organisée autour de Trier, Stadtbibliothek, Hs. 2500, ancien Ludwig XII. 3, acquis d’une fondation privée de Californie) ; C. Á. Márquez, « Un manuscrito de Beda, propiedad de Coluccio Salutati (ms. 56-1-26 de la Biblioteca Capitular y Colombina de Sevilla », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 59, 1997, p. 613-620 ; B. Ebersperger, Die angelsächsischen Handschriften in den Pariser Bibliotheken, Heidelberg, 1999, p. 55-58, 87, 184, 203 ; etc.

15. M. Gorman, « Jacobus Pamelius (1536-1587) and a St Victor Manuscript used for the 1563 Edition of Bede : Paris. Lat. 14489 », Scriptorium, 52, 1998, p. 321-330, pl. 48-51 ; P. Jackson, « Herwagen’s lost Manuscript of the Collectanea », chez M. Bayless, M. Lapidge (ed.), Collectanea Pseudo-Bedae, Dublin, 1998 (Scriptores latini Hiberniae 14), p. 101-120.

16. M. B. Parkes, The Scriptorium of Wearmouth-Jarrow (Jarrow Lecture 1982), s.l. (reproduit dans Bede and his World, Aldershot, 1994, t. 2, p. 555-586).

17. M. Lapidge, « Autographs of insular latin Authors of the early Middle Ages », Gli autografi medievali : Problemi paleografici e filologici, Atti del convegno di studio della Fondazione Ezio Franceschini. Erice, 25 settembre-2 ottobre 1990, Spoleto, 1994, p. 103-136, 8 pl., spéc. p. 115-119.

18. R. Marsden, « Manus Bedae : Bede’s Contribution to Ceolfrith’s Bibles », Anglo-Saxon England, 27, 1998, p. 65-85, 2 pl.

19. Id., The Text of the Old Testament in Anglo-Saxon England, Cambridge, 1995 (Cambridge Studies in Anglo-Saxon England, 15), spéc. p. 202-219.

20. P. Meyvaert, « Bede, Cassiodorus, and the Codex Amiatinus », Speculum, 71, 1996, p. 827-883.

21. B. Löfstedt, « Zu Bedas Evangelienkommentaren », Arctos, 21, 1987, p. 61-72 ; Id., « Zu Bedas Predigten », ibid., 22, 1988, p. 95-98 ; A. Di Pilla, « Cosmologia e uso delle fonti nel De natura rerum di Beda », Romanobarbarica, 11, 1991, p. 129-147 ; J. N. Hart-Hasler, « Bede’s Use of Patristic Sources : the Transfiguration », Studia Patristica, 28, Leuven, 1993, p. 197-204 ; W. D. McCready, « Bede and the Isidorian Legacy », Mediaeval Studies, 57, 1995, p. 41-73 ; F. Dolbeau, « Bède, lecteur des sermons d’Augustin », Filologia mediolatina, 3, 1996, p. 105-133 ; B. Löfstedt, « Patristica nova », Orpheus, n. s. 17, 1996, p. 136-141 ; F. M. Biggs, « Bede’s use of Augustine. Echoes from some Sermons ? », Revue Bénédictine, 108, 1998, p. 201-213 ; B. Löfstedt, « Patristica novissima », Ausgewählte Aufsätze zur lateinischen Sprachgeschichte und Philologie, Stuttgart, 2000, p. 319-322 ; M. Gorman, « Source Marks and Chapter Divisions in Bede’s Commentary on Luke », Revue Bénédictine, 112, 2002, p. 246-290, etc.


22. F. Dolbeau, « Un sermon inédit d’origine africaine, pour la fête des saintes Perpétue et Félicité », Analecta Bollandiana, 113, 1995, p. 89-106.


23. R. Gryson, Bedae presbyteri expositio Apocalypseos, Turnhout, 2001 (CCSL 121A).


24. M. Gorman, « Bede’s VIII Quaestiones and carolingian biblical Scholarship », Revue Bénédictine, 109, 1999, p. 32-74.


25. J. E. Cross, « Bede’s Influence at Home and Abroad : an Introduction », Beda Venerabilis. Historian, Monk & Northumbrian, Groningen, 1996, p. 17-29.


26. Voir les études citées sous les numéros 1-2, 15, et aussi, parmi les travaux récents, M. Gorman, « The Commentary on the Pentateuch attributed to Bede in PL 91.189-394 », Revue Bénédictine, 106, 1996, p. 61-108, 255-307 ; Id., « The Argumenta and Explanationes on the Psalms attributed to Bede », Revue Bénédictine, 108, 1998, p. 214-233 ; L. Valgimogli, « La tradizione esegetica negli Argumenta dello Pseudo-Beda (PL XCIII) », Filologia mediolatina, 5, 1998, p. 95-147 ; G. M. Browne, Collectio psalterii Bedae Venerabili adscripta, Monachii-Lipsiae, 2001 (où la discussion sur l’attribution reste ouverte) ; O. Szerwiniack, « Bède et les interprétations des noms hébreux », Recherches augustiniennes, 33, 2003, p. 109-153.

Haut de page

Bibliographie

Annexe bibliographique

1. M. Gorman, « The Canon of Bede’s Works and the World of Ps. Bede », Revue Bénédictine, 111, 2001, p. 399-445, spéc. p. 401-405.

2. Id., « Wigbod and the Lectiones on the Hexateuch attributed to Bede in Paris Lat. 2342 », Revue Bénédictine, 105, 1995, p. 310-347, spéc. p. 343-347 (« A Guide to Bede’s Authentic Works »).

3. P. Meyvaert, « Bede’s Capitula Lectionum for the Old and New Testaments », Revue Bénédictine, 105, 1995, p. 348-380.

4. Id., « Discovering the Calendar (annalis libellus) attached to Bede’s own copy of De temporum ratione », Analecta Bollandiana, 120, 2002, p. 5-64.

5. A. C. Dionisotti, « On Bede, Grammars, and Greek », Revue Bénédictine, 92, 1982, p. 111-141.

6. C. V. Franklin, P. J. Meyvaert, « Has Bede’s Version of the ‘Passio S. Anastasii’ come down to us in ‘BHL’408 ? », Analecta Bollandiana, 100, 1982, p. 373-400.


7. M. Irvine, The Making of textual culture : “Grammatica” and literary theory, 350-1100, Cambridge, 1994, p. 272-298 et 514-519 (où est reproduit, dans une version un peu remaniée, l’article intitulé : « Beda the grammarian and the scope of grammatical studies in eighth-century Northumbria », Anglo-Saxon England, 15, 1986, p. 15-44).

8. C. V. Franklin, « The Date of Composition of Bede’s De schematibus et tropis and De arte metrica », Revue Bénédictine, 110, 2000, p. 199-203 (qui prolonge une étude d’Arthur Holder).

9. B. Clausi, « Elementi di ermeneutica monastica nel De schematibus et tropis di Beda », Orpheus, n. s. 11, 1990, p. 277-307.

10. M. Lapidge, « Bede’s Metrical Vita S. Cuthberti », St Cuthbert, his Cult and his Community to AD 1200, Woodbridge, 1989, p. 77-93 (reproduit dans Id., Anglo-Latin Literature 600-899, London-Rio Grande, 1996, p. 339-355) ; W. Berschin, « Opus deliberatum ac perfectum : Why did the Venerable Bede write a second Prose Life of St Cuthbert ? », St Cuthbert..., p. 95-102 ; Carole E. Newlands, « Bede and Images of Saint Cuthbert », Traditio, 52, 1997, p. 73-109.

11. M. Lapidge, « Prolegomena to an Edition of Bede’s metrical ‘Vita sancti Cuthberti’« , Filologia mediolatina, 2, 1995, p. 127-163.

12. Id., Bede the Poet (Jarrow Lecture 1993), s.l. (reproduit dans Bede and his World, Aldershot, 1994, t. 2, p. 927-956, et chez M. Lapidge, Anglo-Latin Literature 600-899, London-Rio Grande, 1996, p. 313-338).

13. B. Bischoff, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen), t. 1, Aachen-Lambach, Wiesbaden, 1998 (indexé par M. Gorman, « Bernhard Bischoff’s Handlist of Carolingian Manuscripts », Scrittura e civiltà, 25, 2001, p. 89-112, spéc. p. 111-112 en ce qui concerne Bède).

Haut de page

Notes

1 Pour illustrer ce décloisonnement, outre plusieurs contributions au présent colloque (notamment celle de Jennifer O’Reilly), on peut citer les travaux suivants : Henry Mayr-Harting, « Bede’s patristic thinking as an historian », Historiographie im frühen Mittelalter, Wien-München, 1994, p. 367-374 ; Karl Lutterkort, « Beda Hagiographicus : Meaning and Function of Miracle Stories in the Vita Cuthberti and the Historia ecclesiastica », Beda Venerabilis. Historian, Monk & Northumbrian, Groningen, 1996, p. 81-106.

2 Très équilibrée à cet égard est la monographie de George Hardin Brown, Bede the Venerable, Boston, 1987.

3 Les numéros entre parenthèses renvoient à la bibliographie sélective, fournie en annexe.


4 Cette étude concerne les textes que Donatien de Bruyne (Sommaires, Divisions et rubriques de la Bible latine, Namur, 1914) avait désignés sous les sigles C (Pentateuque, Josué, Juges), Carth (Paralipomènes, Esdras, Tobie, Judith, Esther), Eln (Proverbes, Prophètes, Épîtres pauliniennes), Tur (Actes des apôtres, Épîtres catholiques, Apocalypse). En ce qui concerne Tur, l’édition recensée en annexe sous le n° 23 confirme déjà l’argumentation de Meyvaert.


5 Ce sont les calendriers commentés et édités par Arno Borst, Die karolingische Kalenderreform (MGH. Schriften 46), Hannover, 1998 ; Der karolingische Reichskalender und seine Überlieferung bis ins 12. Jahrhundert (MGH. Libri Memoriales), 3 vol. , Hannover, 2001. Borst tenait ce noyau commun pour un calendrier officiel compilé en 789, à Lorsch, à la demande de la Cour impériale ; Meyvaert prouve qu’il s’agit du libellus annalis que Bède avait placé devant son De temporum ratione.

6 L’article rectifie Jean Gribomont, « Saint Bède et ses dictionnaires grecs », Revue Bénédictine, 89, 1979, p. 271-280, qui apportait une mauvaise réponse à une bonne question. Le caractère novateur de l’exposé est mis en pleine lumière par la confrontation avec Kevin M. Lynch, « The Venerable Bede’s knowledge of Greek », Traditio, 39, 1983, p. 432-439 (qui avait soutenu à Duquesne University en 1976 une thèse intitulée : Evidence of a knowledge of Greek in England and Ireland during the Age of Bede).

7 À propos de Bède, décevante est l’enquête bibliographique de Maria Rosaria Pugliarello, « Rassegna di studi sui grammatici latini (1985-1997) », Bollettino di Studi latini, 28, 1998, p. 506- 547, spéc. p. 543.

8 Pour l’hagiographie, on consultera William D. McCready, Miracles and the Venerable Bede, Toronto, 1994 (Studies and Texts, 118) ; pour les poèmes, voir infra le n ̊ 12 de l’annexe.

9 Une vingtaine de témoins, ce qui est notable pour un texte de ce type.

10 Max L. W. Laistner, H. H. King, A Hand-List of Bede Manuscripts, Ithaca, 1943.


11 Dont une édition en fac-similé vient d’être publiée à Florence, avec un important commentaire : Luigi Ricci, Lucia Castaldi, Rosanna Miriello, La Bibbia Amiatina/The Codex Amiatinus. Riproduzione integrale su CD-Rom del manoscritto Firenze, Biblioteca Medicea-Laurenziana, Amiatino 1, Firenze, 2000.

12 « On Bede, Grammars, and Greek » (annexe n ̊ 5), p. 112.

13 Éd. David Hurst, Bedae Venerabilis opera. Pars II/3. In Lucae euangelium expositio..., Turnholti, 1960 (CCSL 120).

14 J’ai relevé des exemples de ces phénomènes dans l’étude citée en annexe sous le n° 21. Voir aussi le compte rendu de Ludwig Bieler, dans Scriptorium, 16, 1962, p. 330-331.

15 Cf. Françoise Gasparri, « Le Scriptorium de Corbie à la fin du VIIIe siècle et le problème de l’écriture A-B », Scriptorium, 20, 1966, p. 265-272, spéc. p. 268 et pl. 24a.

16 Ici, une explication par homéotéleute serait également possible, car la ligne précédente se termine par « et ira populo ».

17 Dans le latin 12132, du IXe s., l’un des deux copistes fait en sorte qu’une colonne de son écriture corresponde à deux colonnes du modèle oncial : voir Jean Vezin, « Hincmar de Reims et Saint-Denis. À propos de deux manuscrits du De Trinitate de saint Hilaire », Revue d’Histoire des Textes, 9, 1979, p. 289-298, pl. VII-XII. Des exemples analogues sont discutés par G. Orlandi, « Apografi e pseudo-apografi nella Navigatio sancti Brendani e altrove », Filologia mediolatina, 1, 1994, p. 1-35, spéc. p. 12-23.

18 Voir à ce sujet la discussion théorique de Michael D. Reeve, « Eliminatio codicum descriptorum. A methodological Problem », chez J. N. Grant (ed.), Editing Greek and Latin Texts, New York, 1989, p. 1-35.

19 Éd. Hurst, p. 24, 194, 196, 222 ; 31, 482, 492 ; 70, 2017 ; 97, 3075, etc. La situation est encore plus périlleuse quand la leçon choisie est celle de B ou BE après correction : cf. ibid., p. 33, 573 ; 103, 117, etc.

20 Plusieurs cas de passage d’une écriture onciale en caroline sont déjà connus : cf. Vezin, « Hincmar de Reims... », p. 296-297.

21 L’inventaire de Laistner et King (op. cit. [n. 10] p. 44-50) fournit déjà une liste copieuse, qui peut encore être enrichie par le dépouillement des catalogues postérieurs et quelques trouvailles récentes : cf. J. Alturo, « Los folios de guarda del manuscrito París, Bibl. Nat. lat. 6113, un Commentarium in Lucam de Beda del siglo IX », Historia, instituciones, documentos, 19, 1992, p. 1-6, spéc. p. 3, n. 11 (pour les compléments à Laistner-King).

22 Grâce aux ressources qu’offrent les banques de données textuelles, les catalogues de manuscrits fragmentaires se multiplient, si bien qu’on inventorie actuellement beaucoup de débris anciens de Bède, In Lucam. À l’exemple cité à la n. 21, on peut ajouter déjà un fragment hongrois des IXe-Xe et deux fragments munichois du IXe s. : cf. A. Vizkelety (ed.), Mittelalterliche lateinische Handschriften-Fragmente in Györ, Wiesbaden, 1998, p. 25 (Fragmenta et Codices in bibliothevis Hungariae, 3) ; H. Hauke, Katalog der lateinischen Fragmente der Bayerischen Staatsbibliothek München, t. 2, Clm 29315-29520, Wiesbaden, 2001, p. 419-420 (dans ce volume sur 13 fragments de Bède, quatre viennent de l’In Lucam, ce qui manifeste la grande diffusion de l’ouvrage). Voir aussi la description d’un autre fragment carolingien, sous la cote Karlsruhe, Badische Landesbibliothek, Schwarzach 30, chez A. Schlechter, G. Stamm, Die kleinen Provenienzen, Wiesbaden, 2000, p. 319 (Die Handschriften der Badischen Landesbibliothek in Karlsruhe, 13).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Dolbeau, « Épilogue
 », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 321-329.

Référence électronique

François Dolbeau, « Épilogue
 », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/363

Haut de page

Auteur

François Dolbeau

École Pratique des Hautes Études - Comité du Cange – Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org