Navigation – Plan du site
Bède le Vénérable - Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.)

Conclusion

Un bilan provisoire
Stéphane Lebecq
p. 331-334

Texte intégral

  • 1 Dans le district du monastère des Apôtres Pierre et Paul de Wearmouth et Jarrow, dans la proche pér (...)
  • 2 Annales ajoutées à l’HEGA dans le manuscrit Moore, a ̊ 735 ; éd. Colgrave et Mynors, p. 572.
  • 3 HEGA V 24, éd. Colgrave et Mynors, p. 566-571.

1Bède, Bede, Baeda (comme il se désigne lui-même, ou comme on lit son nom sur la pierre tombale située dans l’avant-corps, dit Galilée, de la cathédrale de Durham) – l’homme né vers 673 in territorio eiusdem monasterii1, et mort à Jarrow en 7352 – n’a-t-il pas été un peu l’oublié de nos journées de travail ? Même si cela ne nous a été rappelé qu’avec parcimonie, chacun sait, grâce à la courte autobiographie qu’il a ajoutée à son Historia Ecclesiastica Gentis Anglorum3, que c’est à Wearmouth que Bède a été placé, dès l’âge de sept ans, comme oblat par ses parents, mais que c’est à Jarrow – où il a suivi, tout jeune encore, la brigade fondatrice détachée de Wearmouth – qu’il a fait l’essentiel de sa carrière monastique et sacerdotale, et que, surtout, il a animé pendant des dizaines d’années l’école abbatiale – le lieu, précisément, où il a tant lu, tant appris, tant médité, tant enseigné, tant écrit, tant chanté même :

  • 4 HEGA V 24, éd. Colgrave et Mynors, p. 566.

... cunctumque ex eo tempus uitae in eiusdem monasterii habitatione peragens, omnem meditandis scripturis operam dedi, atque inter obseruantiam disciplinae regularis et cotidianam cantandi in ecclesia curam, semper aut discere aut docere aut scribere dulce habui…4

  • 5 R. Cramp, The Bede Monastery Museum Guide Book, Jarrow 1980 ; ou L. Webster, « Selected finds from (...)

2De ce qui fut son cadre de vie le plus familier entre les estuaires de la Tyne et de la Wear, de ces murs qui renfermaient les livres dont il s’est tant nourri, du lieu d’où sont sortis dans le premier tiers du VIIIe siècle aussi bien l’ensemble de son œuvre écrite que le fameux Codex Amiatinus – plus ancien exemplaire complet que nous ayons conservé de la Vulgate latine – réalisé à la demande de l’abbé Ceolfrith, l’archéologie donne une idée qui n’est peut-être pas si négligeable, puisque le bâtiment ‘B’ parallèle à l’église Saint-Paul de Jarrow, dans lequel a été retrouvé un petit stylet d’écriture – témoin possible et émouvant de l’activité pédagogique du vénérable scolasticus –, peut bien avoir abrité, suivant l’interprétation même de Rosemary Cramp, directrice des fouilles, le scriptorium et la salle d’études de la communauté5.

3Ce qui est, en revanche, bien ressorti de nos débats, c’est l’unité fondamentale de Bède, de l’homme et de son œuvre – l’œuvre du maître d’école, celle de l’exégète, celle de l’historien. Il a énormément lu, ajoutant aux fondamentaux qu’étaient pour lui les saintes Écritures et les œuvres des pères latins, les chroniques et histoires, l’hagiographie, tous les traités de natura rerum ou de ratione temporum, de grammaire, de métrique et de rhétorique disponibles sur le marché de son temps – aussi bien venus des horizons lointains de la Méditerranée antique que de la toute proche et si féconde Irlande –, et même les quelques auteurs grecs que la bibliothèque de Benoît Biscop avait pu mettre à sa disposition. Et de tout cela il a fait un tri habile, toujours personnel, pratiquant en permanence le système du coupé/copié/collé, citant parfois l’origine de ses emprunts, la taisant délibérément d’autres fois – avec le souci constant de gommer les références au paganisme et d’exalter la seule religion du Christ. Mais, si on a pu parler à son propos de fondamentalisme, on nous a aussi montré qu’il savait faire preuve d’une grande liberté de pensée et d’expression à l’égard des auctoritates – les plus grandes, tels Jérôme, Augustin, Grégoire ou Isidore, et les mineures, tels Orose, Gildas ou Adomnan d’Iona –, préférant aller, chaque fois qu’il le pouvait, à leurs sources mêmes ; et d’une bienveillante indulgence à l’égard de ceux qui professaient des opinions singulières, voire hérétiques, comme les donatistes qu’il a rencontrés à travers l’œuvre de Tyconius, ou comme les Irlandais et tous ceux qui pratiquaient leur liturgie ou se référaient à leur comput. Sans doute le moine et moraliste de Jarrow n’était-il pas insensible à l’exigence de rigoureuse ascèse revendiquée par les uns, et à l’image de pureté et d’innocence originelles dégagée par les autres.

  • 6 Voir l’éd. de J. E. King, Bede Historical Works, Loeb Classical Library, vol. 2, Londres, 1930, p.  (...)
  • 7 « Neque umquam prorsus, ex quo Brittaniam petierunt Angli, feliciora fuere tempora, dum et fortissi (...)

4En même temps, on a vu à quel point Bède, qui n’est guère sorti de la double clôture de son institution, a été un homme de son temps, et à quel point son œuvre, pour peu qu’on veuille la lire entre les lignes, était parfois animée de traits polémiques, en tout cas chargée d’intentions qu’on pourra appeler, au sens fort, politiques. Ainsi est-ce la situation politique et religieuse de la Northumbrie dans les années 720-730, celle qui est dénoncée d’une manière particulièrement explicite dans la fameuse Epistola ad Ecgberhtum episcopum6, qui donne à l’Historia Ecclesiastica son sens caché, expliquant tout autant l’indéniable reconnaissance exprimée à l’égard des fondateurs irlandais des églises du Nord britannique que les réserves corrélativement émises à l’égard de l’œuvre de l’évêque Wilfrid, ou que l’exaltation nostalgique d’un âge d’or7 – celui de Théodore, qui restaura l’autorité romaine en Angleterre, de Benoît Biscop, qui sut faire de sa double fondation de Wearmouth et Jarrow une petite Rome de la périphérie, laboratoire d’une conception nouvelle de l’universalisme romain, et de rois qui avaient un sens aigu de leurs devoirs de princes chrétiens. Plus concrètement, c’est le souci, devenu de plus en plus obsessionnel chez Bède, de la réforme institutionnelle et morale de l’Église, des églises devrait-on dire, à commencer par celles de Northumbrie, qui a déterminé tout à la fois

5- les choix de l’auteur (en particulier celui de l’exégète de l’Ancien Testament – pas tant celui du premier livre de Samuel que celui du De Tabernaculo, où est évoquée la longue traversée du désert préalable à la découverte de la Terre promise, et surtout celui des livres de Ezra et Nehemiah, où est soulignée la nécessité pastorale de la prédication par la parole et l’exemple) ;

  • les engagements de l’homme d’Église (ainsi en faveur de la promotion à l’archiépiscopat du siège d’Eboracum/York) ;


  • les prises de position du moraliste (à l’égard de tous les dérèglements de la société monastique, cléricale et laïque, par exemple à l’égard de la table et des différents modes de commensalité) ;

    • 8 Éditée en annexe à l’HEGA, éd. Colgrave et Mynors, p. 579-587, en part. p. 582.

    et les préoccupations du maître et pasteur (qui, suivant la lettre du moine Cuthbert De Obitu Bedae8, était attelé dans les derniers jours de sa vie à la traduction de l’Évangile de Jean in nostram linguam ad utilitatem ecclesiae Dei).

6C’est bien parce que l’homme de son lieu et de son temps a été tellement préoccupé par le bien et le salut d’une Église à la fois singulière et universelle que son œuvre a eu un tel rayonnement. Rayonnement, d’abord, dans et autour de son foyer d’origine. Dès sa mort, Bède a été recopié à Wearmouth et Jarrow (sans doute est-ce de là que vient l’un des plus vieux manuscrits connus de l’Historia ecclesiastica – celui de Saint-Petersbourg), en Northumbria, en Angleterre, en Irlande, et (par ricochet depuis l’Ouest britannique ou par la voie du continent ?) dans l’Armorique la plus occidentale, plus précisément à Landévennec. Qu’il s’agît d’œuvres historiques, hagiographiques, exégétiques, didactiques, elles ont été beaucoup traduites, ou au moins glosées, dans les langues vernaculaires, et cela dès le IXe et le début du Xe siècle, ce qui suffirait à montrer leur portée universelle. Traduites en même temps qu’adaptées : les versions vieil-anglaise et gaélique de l’Historia ecclesiastica ont donné lieu à des simplifications, par exemple à propos de la controverse pascale, qui n’ont rien à voir, contrairement à ce qu’on a pu penser, avec la difficulté de la matière, mais bien plutôt avec le fait que le débat était devenu, vers 900, tout à fait obsolète : l’usage qui était fait de Bède, même de ses œuvres les plus historiques, était bel et bien un usage pratique, pastoral, toujours tourné, comme lui-même l’aurait revendiqué, vers l’utilitas ecclesiae Dei.

7Dès le VIIIe siècle, et surtout grâce à Alcuin qui fut, via Ecgberht et Aelberht comme son arrière-petit-élève, l’œuvre de Bède débarqua tout entière, si je puis dire, sur le continent, où on le copia et le recopia beaucoup, et où on fit de son œuvre un usage multiple – jusqu’à son œuvre métrique, qui inspira les premières générations de poètes carolingiens, entre autres Raban Maur et son cycle fameux In honorem sanctae Crucis. Rien d’étonnant à cela, quand on sait que les lieux où, sur le continent, on lut, copia et utilisa le plus Bède furent Corbie, Saint-Denis et Lorsch – auxquels on ajoutera donc, Alcuin et Raban obligent, Tours et Fulda –, soit la constellation des monastères les plus étroitement liés au pouvoir franc. On est en droit de penser que, sans Bède (son Histoire, ses nombreux commentaires sur les Rois et Prophètes, sa lettre à Ecgberht et tant d’autres de ses œuvres...), et sans les media reconnaissants que furent les missionnaires anglo-saxons du VIIIe siècle et surtout l’écolâtre Alcuin, il n’y aurait eu sur le continent ni réforme ecclésiastique, ni rénovation politique, ni renaissance intellectuelle, en tout cas dans les formes tout à la fois subtiles et radicales qu’elles y ont prises.

Haut de page

Notes

1 Dans le district du monastère des Apôtres Pierre et Paul de Wearmouth et Jarrow, dans la proche périphérie de l’actuelle Newcastle, HEGA V 24, éd. Colgrave et Mynors, p. 566.

2 Annales ajoutées à l’HEGA dans le manuscrit Moore, a ̊ 735 ; éd. Colgrave et Mynors, p. 572.

3 HEGA V 24, éd. Colgrave et Mynors, p. 566-571.

4 HEGA V 24, éd. Colgrave et Mynors, p. 566.

5 R. Cramp, The Bede Monastery Museum Guide Book, Jarrow 1980 ; ou L. Webster, « Selected finds from the Anglo-Saxon monastery at Jarrow, Tyne and Wear », in The Making of England. Anglo-Saxon Art and Culture AD 600-900, catalogue d’exposition éd. par L. Webster et J. Backhouse, The British Museum, Londres 1991, p. 138-140.

6 Voir l’éd. de J. E. King, Bede Historical Works, Loeb Classical Library, vol. 2, Londres, 1930, p. 446-489.

7 « Neque umquam prorsus, ex quo Brittaniam petierunt Angli, feliciora fuere tempora, dum et fortissimos christianosque habentes reges cunctis barbaris nationibus essent terrori, et omnium uota ad nuper audita caelestis regni gaudia penderent... », HEGA IV 2, éd. Colgrave et Mynors, p. 334.

8 Éditée en annexe à l’HEGA, éd. Colgrave et Mynors, p. 579-587, en part. p. 582.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lebecq, « Conclusion  », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005, p. 331-334.

Référence électronique

Stéphane Lebecq, « Conclusion  », in Stéphane Lebecq, Michel Perrin et Olivier Szerwiniak (dir.), Bède le Vénérable, Villeneuve d'Ascq, IRHiS-Institut de Recherches Historiques du Septentrion (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 34), 2005 [En ligne], mis en ligne le 13 octobre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://hleno.revues.org/365

Haut de page

Auteur

Stéphane Lebecq

Université de Lille 3 - CRHEN-O

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org