Navigation – Plan du site

De Napoléon à Angela Merkel. États et Églises en Allemagne : une séparation boiteuse ?

Catherine Maurer
p. 33-43

Texte intégral

1En léger décalage par rapport au thème général du colloque, cette présentation souhaite ouvrir une perspective comparative sur un pays où la pratique des relations entre États et Églises a pris à l’époque contemporaine une voie quelque peu différente de celle de la France.

  • 1 « Merkel schwört mit Gottesformel », Spiegel online (www.spiegel.de), 22 novembre 2005.

2Le 22 novembre 2005, la nouvelle chancelière d’Allemagne, Angela Merkel, issue du parti chrétien-démocrate, a effectué la traditionnelle prestation de serment. En vertu de l’article 56 de la loi fondamentale – l’équivalent de la constitution – de la République Fédérale d’Allemagne, le nouveau chancelier et l’ensemble de son gouvernement doivent en effet prêter serment devant le Bundestag qui vient de les élire. Angela Merkel, de religion protestante et fille de pasteur, a terminé la lecture du petit texte du serment par la formule « si Dieu me prête assistance » (So wahr mir Gott helfe). Quatorze de ses ministres sur quinze, y compris sept ministres socio-démocrates sur huit, ont fait de même1. La formule du serment telle qu’elle figure dans la constitution ne comporte pas de référence à Dieu, celle-ci est « optionnelle ». Mais elle a été reprise par tous les chanceliers de l’Allemagne fédérale, y compris par les deux chanceliers socio-démocrates, Willy Brandt et Helmut Schmidt. Un seul ne s’est pas conformé à l’usage  : Gerhard Schröder, lors de ses deux prestations de serment de 1998 et 2002.

3Cette pratique de la vie politique allemande, difficilement envisageable en France, suggère déjà que le rapport à la religion n’occupe pas dans les deux pays la même place dans l’espace public. L’étude, même rapide, des relations entre États et Églises en Allemagne depuis le début du XIXe siècle confirme ce premier indice. L’accent sera mis ici sur les relations avec l’Église catholique, même s’il sera fait également allusion à la situation des Églises protestantes. La présentation s’articulera autour de quatre points  : les origines au début du XIXe siècle  ; la refondation de la République de Weimar  ; les confirmations du IIIe Reich  ; continuités et réadaptations de 1949 à nos jours.

« Au départ, il y eut Napoléon »2 (première moitié du XIXe siècle-1918)

  • 2 Formule empruntée à Thomas Nipperdey, Deutsche Geschichte 1800-1866. Bürgerwelt und starker Staat, (...)
  • 3 Sur ces aspects, voir la synthèse récente, sous la direction d’Erwin Gatz, Die Kirchenfinanzen, Fri (...)

4Le point de départ des relations contemporaines entre États et Églises, notamment catholique, en Allemagne, ce sont les conquêtes révolutionnaires et napoléoniennes et leurs conséquences, en particulier le recès d’Empire de 1803, document qui émane officiellement des institutions impériales mais est largement inspiré par Bonaparte et les princes allemands concernés. Ce texte entraîne un remodelage géographique et politique de l’Allemagne, avec notamment la suppression des États ecclésiastiques catholiques au profit des grands États laïcs comme la Prusse ou la Bavière. Il prévoit aussi la sécularisation des biens de l’Église catholique au profit du pouvoir civil dans les différents États3. Pour l’ancienne Église d’Empire, l’ébranlement est comparable à celui provoqué pour l’Église de France par la Révolution française.

  • 4 L’article 35 stipule en effet que « tous les biens des chapitres, abbayes et monastères […] seront (...)

5Cependant, le recès contient déjà une amorce de redéfinition des liens entre États et Église catholique en Allemagne car il stipule que les ressources ecclésiastiques doivent désormais dépendre des États bénéficiaires de la sécularisation4. Les Églises protestantes quant à elles, en fait les Églises luthériennes très majoritaires, restent organisées sur une base territoriale étatique (Landeskirchen). Administrativement et financièrement, elles continuent donc à dépendre étroitement du prince, placé depuis la Réforme au sommet de la hiérarchie ecclésiastique en tant qu’évêque suprême.

6Après la secousse majeure de 1803, les relations entre États et Église catholique se réorganisent progressivement, sur la base d’accords particuliers entre les différents États et Rome, et cela après l’échec d’un concordat général, applicable à l’ensemble du territoire allemand. Un seul Etat opte pour le concordat  : c’est, en 1817, la Bavière, où les catholiques sont majoritaires. Le roi de Bavière y obtient le droit de nommer les évêques, mais s’engage à rémunérer le clergé, respectant ainsi les dispositions de 1803. Dans les autres États, à majorité ou à gouvernement protestant, ce sont des bulles pontificales et des textes de loi édictés parallèlement qui règlent les relations entre Etat et Église catholique. Ces documents ne remettent pas en cause l’obligation pour les souverains de rémunérer le clergé.

  • 5 Pour un aperçu rapide sur tous ces aspects, voir Heinz Hürten, Kurze Geschichte des deutschen Katho (...)

7Dans ces États à majorité protestante, les évêques ne sont pas nommés par le pouvoir civil, mais élus, avec cependant un droit de regard du prince5.

  • 6  Voir les articles 12, 14 et 15 de la constitution prussienne de 1850, consultable dans la version (...)

8Dans tous les cas et de la même manière que le fait le concordat en France, les nouveaux textes ont tendance à renforcer la tutelle de l’État sur l’Église catholique, par le biais des nominations au sein du clergé et/ou de l’instrument de coercition que peut représenter le versement d’un salaire. Mais ils offrent aussi à l’Église toute une série de garanties. La constitution prussienne de 1850, l’un des premiers grands textes constitutionnels allemands qui entre réellement en vigueur, reprend la plupart de ces garanties, d’abord en affirmant la liberté de conscience et en confirmant ainsi pour les catholiques la liberté d’exercer leur culte – la religion luthérienne n’est pas ainsi pas définie comme religion d’État –, ensuite en confirmant la propriété des biens catholiques en général et des biens d’Église en particulier, mais aussi en faisant de la religion chrétienne, sans distinction entre les différentes confessions, la religion de référence pour les institutions de l’État6.

  • 7 Sur ce point, voir en français Catherine Maurer, « Les relations financières de l’État et du milieu (...)

9Toutes ces dispositions restent en vigueur dans le cadre de l’Empire allemand fondé en 1871 et jusqu’à sa chute en 1918  : en effet, les affaires religieuses et des cultes relèvent des États fédéraux et non du Reich. Elles instaurent une reconnaissance mutuelle entre États et Églises, avec le maintien d’une influence forte des Églises dans l’espace public  : rappelons ici l’instauration de l’impôt d’Église (Kirchensteuer) qui se généralise dans toute l’Allemagne à partir du dernier tiers du XIXe siècle7 ou encore la persistance de l’enseignement de la religion à l’école.

La refondation de la République de Weimar (1919-1933)

  • 8 Sur tous ces points, voir en français Catherine Maurer, Le modèle allemand de la charité. La Carita (...)

10Aux lendemains de la chute de l’Empire, les sociaux-démocrates qui dominent la vie politique allemande souhaitent une séparation des Églises et de l’État. A la fin de 1918 et au tout début de 1919, un certain climat anticlérical est même sensible, en particulier en Prusse où quelques mesures radicales sont prises par le gouvernement régional. Mais, sur ce plan du moins, les choses s’apaisent assez vite et le maintien de l’influence du Zentrum, le parti « catholique », dans le gouvernement qu’il forme avec les sociaux-démocrates joue un grand rôle dans le sort particulier dévolu aux Églises au sein de la constitution de Weimar, adoptée en août 19198.

  • 9 Pour le texte en allemand de la constitution et les différents articles mentionnés, voir documentAr (...)

11Que contient en effet le texte constitutionnel  ? Le premier alinéa de l’article 137 indique qu’il n’existe plus d’Église d’État, ce qui a fait dire un peu rapidement à certains commentateurs que le texte prévoyait une véritable séparation. On vient de voir que la constitution prussienne de 1850 ne faisait pas non plus véritablement allusion à une religion d’État, sans qu’on puisse pour autant parler de séparation. Le même article 137 confirme en fait le statut privilégié des Églises anciennement implantées en Allemagne, donc les Églises catholique et protestante et le culte israélite, en réaffirmant leur qualité de corporations de droit public – Körperschaften des öffentlichen Rechts –. Elles sont ainsi dotées de certaines parcelles de l’autorité de l’État, ce qui leur permet notamment de continuer à bénéficier de l’impôt d’Église, levé par l’administration publique. L’article 138 de la constitution confirme les obligations financières des États, qui doivent continuer à salarier le clergé. Le même article garantit les droits de propriété des Églises, les mettant en principe à l’abri de toute nouvelle tentative de sécularisation. L’article 141 enfin garantit aux Églises le droit d’intervenir dans les casernes et les corps d’armée, les hôpitaux, les prisons et tout autre établissement public où cette intervention paraît nécessaire9.

  • 10 Voir Maurer, « relations financières »…, p. 397.

12Jamais en Allemagne les Églises, protestante comme catholique, n’avaient obtenu une reconnaissance aussi précise de leurs droits et de leur place dans l’espace public, comme l’indique en particulier cette reconnaissance comme « corporations de droit public », de surcroît dans un texte valable pour l’ensemble du territoire allemand. En fait, il y a ainsi inscription dans le droit constitutionnel de principes qui font de l’État ou plutôt des différents Länder, toujours responsables des affaires religieuses, les principaux garants du financement des Églises. Une donnée plutôt contradictoire avec l’idée de séparation radicale, d’où l’expression de « séparation boiteuse » - hinkende Trennung - forgée par le juriste allemand Ulrich Stutz10.

  • 11 Sur tous ces aspects, voir, pour un aperçu synthétique en français, Jean-Marie Mayeur, « L’Allemagn (...)

13Ce qui confirme le fait que cette séparation n’en est pas vraiment une, ce sont les contrats (Kirchenverträge) avec les Églises protestantes et les concordats avec l’Église catholique négociés par les différents Länder. Avec la chute de l’Empire et des monarchies territoriales, les Églises protestantes sont en effet sorties du système qui les plaçait sous la tutelle directe du prince  : les réorganisations sont nécessaires, mais font apparaître une forte demande pour la redéfinition des liens avec l’État, d’où l’établissement de ces Kirchenverträge. Comme l’avaient exigé les protestants, ceux-ci sont négociés au même moment que les concordats signés avec le Saint-Siège  : 1924 pour la Bavière, 1929 pour la Prusse, 1932 pour le Land de Bade, après un nouvel échec des négociations d’un concordat concernant l’ensemble de l’Allemagne. Les textes conclus avec les protestants comme avec les catholiques font apparaître nettement le désir de l’État de garder un droit de regard sur les nominations ecclésiastiques et plus généralement d’exercer une certaine surveillance sur les « associations religieuses », comme les qualifie le texte de la constitution de Weimar. Ainsi la « politische Klausel » – clause politique – permet-elle aux États de formuler des objections d’ordre politique par rapport à certains textes ecclésiastiques. En Bavière, elle figure dans les contrats avec les Églises protestantes comme dans le concordat avec l’Église catholique. Selon le nonce Pacelli, celui-ci apparaît comme un « modèle » à proposer aux autres États car il comprend la liberté d’action pour les congrégations, la satisfaction des revendications de l’Église en matière scolaire, l’aide financière de l’État, enfin la libre nomination des archevêques et des évêques, sous réserve du droit du gouvernement d’élever l’objection d’ordre politique. En Prusse, pour différentes raisons et notamment le poids du milieu protestant, le concordat n’est pas aussi favorable à l’Église catholique (rien n’y figure par exemple sur la question scolaire ou les congrégations), mais l’aide financière de l’État est maintenue, le droit d’élection des évêques également11.

14Au total, la République de Weimar refonde donc plutôt qu’elle ne rompt les liens entre États et Églises en Allemagne, une refondation qui, on le verra, sera durable. Les Églises, qu’elles soient catholiques ou protestantes, conservent le soutien, notamment financier, de l’État. Elles gardent aussi une place importante dans l’espace public, par l’intermédiaire de l’impôt d’Église, de l’école mais aussi dans le secteur sanitaire et social, public comme privé, grâce à une législation très favorable.

Les confirmations du IIIe Reich (1933-1945)

  • 12 Voir ibid., p. 576-579.

15En dépit de sa condamnation de ce qu’il appelle le « système » weimarien, le IIIe Reich ne remet pas en cause la refondation des relations Églises-États réalisée par le régime qu’il exècre. Au contraire, du côté catholique, le Reichskonkordat signé le 20 juillet 1933 peut apparaître comme la confirmation éclatante de la politique suivie par la République de Weimar. C’est d’abord l’aboutissement d’un vieux rêve, l’établissement d’un texte concernant l’ensemble de l’Allemagne, même si ce texte n’annule pas les dispositions des concordats conclus avec la Bavière, la Prusse ou le Land de Bade. C’est ensuite un texte qui confirme les libertés de l’Église dans son ensemble, avec notamment l’absence de restriction pour les ordres et congrégations et la garantie de l’école confessionnelle, deux aspects qui ne figuraient pas par exemple dans le concordat de 1929 avec la Prusse12.

  • 13 Voir Catherine Maurer, « L’évolution de Caritas Allemagne de la fin du XIXe siècle jusqu’aux lendem (...)

16Deux articles ont provoqué de nombreuses discussions et fait couler beaucoup d’encre, masquant parfois le sens que l’on pouvait attribuer au texte dans son ensemble  : les articles 31 et 32. L’article 31 devait apporter une protection aux organisations et associations catholiques à vocation religieuse, culturelle et charitable, ainsi qu’aux organisations du catholicisme social proprement dit, à condition que celles-ci n’aient pas d’activité politique. Son effet fut affaibli car la liste des organisations concernées, qui devait être définie par le gouvernement du Reich et l’épiscopat allemand, ne vit jamais le jour. Mais certaines organisations purent s’en réclamer pour continuer leurs activités  : ce fut par exemple le cas de la Caritas allemande13. L’article 32 quant à lui interdisait aux clercs et aux religieux l’appartenance à un parti politique et toute activité de nature politique. Mais là aussi, l’article pouvait être interprété dans un sens favorable à l’Église, en permettant par exemple au clergé de ne pas être contraint à l’adhésion au parti nazi.

17Du côté protestant, les réorganisations internes, et notamment la fondation d’une Église unie, la Reichskirche, ne remettent pas non plus fondamentalement en cause les relations entre État et Églises telles qu’elles avaient été définies sous Weimar  :

18Maintien des droits des Églises, maintien du droit de regard de l’État, plus interventionniste néanmoins que dans la période précédente. Il n’y eut que dans les marches du nouvel Empire, Autriche d’abord, Alsace ensuite, que les relations entre État et Églises furent rompues  :

  • 14 Sur cet aspect, voir René Epp, L’Église d’Alsace sous l’oppression nazie (1940-1945), Strasbourg, 2 (...)

19Ainsi, dans l’Alsace annexée, le régime concordataire français resté en vigueur après le retour à la France est dénoncé dès le mois de juillet 1940 et le Reichskonkordat de 1933 n’entre pas en application14. Avec l’Autriche, il s’agissait là très certainement d’un laboratoire d’expérimentations devant servir pour le reste du Reich en cas de guerre victorieuse.

De 1949 à nos jours  : continuités et réadaptations

  • 15 Voir Maurer, « relations financières »…, p. 398 et le texte de la loi fondamentale de 1949 dans doc (...)

20En ce qui concerne les relations avec les Églises, les pères de la loi fondamentale de 1949, qui définit constitutionnellement la République Fédérale, sont donc moins confrontés aux ruptures de continuité que dans d’autres domaines. D’ailleurs, l’article 140 de la loi fondamentale reprend la quasi-totalité des articles concernant les « associations religieuses » qui figuraient dans la constitution de Weimar et qui étaient restés en vigueur sous le IIIe Reich  : les articles 136, 137, 138, 139 et 14115. Le cadre des relations entre États et Églises reste donc inchangé. Certes, la pratique est envisagée un peu différemment  : une liberté d’action plus grande doit être laissée aux Églises. Mais les articles constitutionnels continuent bien à définir une collaboration entre États et Églises, et non une séparation, même si celle-ci doit se faire dans l’indépendance réciproque.

  • 16 Voir Catherine Maurer, « Du Kirchenkampf à la vie quotidienne des fidèles  ? L’historiographie du c (...)

21Les concordats avec Rome ne sont donc pas remis en cause, ni les anciens Kirchenverträge concernant les Églises protestantes. Inclus dans les dispositions de la loi fondamentale, le Reichskonkordat de 1933 est maintenu après le « procès du concordat » qui a lieu entre mars 1955 et mars 1957. Le procès naît du conflit qui oppose à partir de 1954 la hiérarchie catholique au Land de Basse-Saxe. Ce dernier a instauré l’école interconfessionnelle, rejetée par les catholiques qui souhaitent le maintien strict de la séparation confessionnelle à l’école. Le conflit est porté devant la cour constitutionnelle de Karlsruhe. Celle-ci, faisant notamment appel à des experts historiens, conclut à la validité du concordat, qui garantit notamment l’existence de l’école confessionnelle, malgré l’adoption du texte dans un contexte non-démocratique, mais réaffirme la souveraineté des Länder en matière scolaire  : un véritable jugement de Salomon16 !

  • 17 Sur ces aspects, voir Mayeur, ibid. et, toujours en français, Heinz Hürten, « En Allemagne », Franc (...)

22Dans les États où les conventions avec les Églises n’existent pas encore, de nouveaux textes sont même signés  : ainsi en Basse-Saxe, entre le Land et l’Église évangélique (luthérienne) régionale en 1955, entre le Land et le Saint-Siège dix ans plus tard. Dans tous ces textes ainsi que dans les plus anciens, la « clause politique » voit sa portée diminuer. Les Églises reçoivent une liberté d’action accrue, mais avec l’idée que cette liberté doit leur faciliter l’accomplissement de missions de service public  : des garanties matérielles et organisationnelles que peut apporter une relative subordination à l’État (XIXe, Weimar), on est ainsi passé à l’idée d’une coexistence pacifique et d’une collaboration entre Églises et États, facilitant l’action pour le bien commun. De cette façon, les Églises sont évidemment bien loin d’être chassées de l’espace public17.

  • 18 Sur la mise en place de cette structure « duale », voir Maurer, modèle allemand de la charité…, p.  (...)
  • 19 Pour un bilan à l’occasion du quarantième anniversaire de la Bundessozialhilfegesetz, voir Josef Sc (...)

23Ainsi, l’impôt d’Église est maintenu  ; la loi fondamentale continue à préciser que l’enseignement de la religion est inscrit dans les programmes, même si les modalités précises d’organisation relèvent des Länder  : d’où les conflits avec l’Église catholique quand le gouvernement du Land refuse d’introduire l’école confessionnelle, c’est-à-dire monoconfessionnelle, plutôt souhaitée par les catholiques dans les Länder où ils sont minoritaires, comme par exemple la Basse-Saxe. La loi fédérale sur l’aide sociale (Bundessozialhilfegesetz) de 1961 confirme la structure « duale » de l’assistance aux personnes en difficulté en Allemagne, instaurée dès la République de Weimar18  : une collaboration sur un pied d’égalité entre secteur public et secteur privé de l’assistance, un secteur dans lequel les acteurs confessionnels, en particulier catholiques et protestants, jouent un rôle fondamental19.

  • 20 « Nur noch jeder vierte ein Christ », Der Spiegel, 15 juin 1992.

24Lors de la réunification des deux Allemagnes en 1990, la loi fondamentale de 1949 est entrée en vigueur dans l’ancienne Allemagne de l’Est et donc également les articles concernant les Églises et l’enseignement religieux. La loi spécifique sur l’impôt d’Église a été appliquée dès le 3 octobre 1990 dans les nouveaux Länder, et cela après plus de 40 ans d’interruption de levée de cet impôt  ! Cela sans rencontrer, semble-t-il, de fortes résistances alors même que selon un sondage de 1992, seulement 47 % d’anciens Allemands de l’Est déclaraient ne pas croire en Dieu, contre seulement 12 % d’Allemands de l’Ouest20. Il faut cependant préciser que l’impôt d’Église reste volontaire et que, depuis le début des années 90, de plus en plus d’Allemands « quittent » leur Église, en particulier pour ne plus avoir à s’acquitter de cet impôt, davantage cependant chez les protestants que chez les catholiques.

Conclusion

  • 21 Voir Alexander Schwabe, « Nur Zypries sprach Amtseid ohne Gottesformel », Spiegel online (www.spieg (...)

25En guise de conclusion, évoquons encore trois exemples récents qui, chacun à leur manière, témoignent de l’attitude différente à l’égard du rôle public des Églises et de la religion en Allemagne, surtout en comparaison avec le cas français. Le premier exemple concerne à nouveau la prestation de serment des chanceliers. En 1998, le refus de Gerhard Schröder de prononcer la formule « si Dieu me prête assistance » déclenche un important débat de société. Certains proclament que les « sans-Dieu » sont désormais au pouvoir et que la religion est entièrement rejetée hors de la sphère publique. A ceux-là, Schröder rétorque que la foi est une affaire privée, lui-même étant toujours membre de l’Église évangélique. Le nouveau chancelier s’attire alors les foudres de quelques responsables ecclésiastiques, notamment l’évêque d’Erfurt, au cours de la célèbre émission de télévision religieuse dominicale « Wort am Sonntag »  : l’évêque craint en effet que ce refus de la référence à Dieu ne relativise certaines valeurs comme celles de la dignité égale entre eux de tous les hommes ou de la solidarité avec les plus faibles… Tous les responsables ecclésiastiques ne partagent pas cet avis, mais les termes du débat sont révélateurs en eux-mêmes21.

  • 22 Sur cette affaire, voir Arnaud Leparmentier, « Les Églises allemandes victimes de la baisse des imp (...)

26Le deuxième exemple concerne la question fiscale et peut surprendre encore davantage l’observateur français. En 2000, la baisse des impôts et notamment celle de l’impôt sur le revenu décidée par le chancelier Schröder entraîne un manque à gagner sensible pour les Églises  : l’impôt d’Église correspond en effet à un pourcentage (8 à 9 %) de l’impôt sur le revenu. Ce qui nous importe ici, c’est l’origine de certaines réactions  : au nom des services rendus par les Églises à la collectivité, notamment dans le domaine social ou dans celui de l’accueil aux jeunes enfants, les groupes parlementaires Verts et SPD déposent au Bundestag une proposition de loi destinée à réduire le manque à gagner subi par les Églises22  ! Une telle démarche, surtout issue de tels groupes politiques, aurait été impensable en France, pour des raisons historiques et idéologiques mais aussi à cause d’une conception différente de la notion de service public.

  • 23 Sur ce point, voir parmi d’autres références, très nombreuses, l’article du juge Gerhard Czermak, « (...)
  • 24 Sur ces aspects, voir aussi le point de vue de Stéphanie Baumann, « Tolérance à l’allemande », Le M (...)

27Enfin, le troisième exemple concerne ce que l’on a appelé le « cas Ludin » en Allemagne  : la question du foulard islamique à l’allemande. Le point de départ est constitué par la demande de l’institutrice Fereshta Ludin, d’origine afghane, mais de nationalité allemande, de pouvoir porter son foulard en cours, dans une école publique, alors qu’elle même est fonctionnaire. Ce point de départ est déjà différent du cas français, où les problèmes signalés se situent essentiellement au niveau des élèves. Le Land de Bade-Wurtemberg dans lequel Mme Ludin enseigne lui dénie ce droit au nom de la neutralité de l’État. L’affaire est portée devant la cour constitutionnelle de Karlsruhe qui, en septembre 2003, donne tort au Land, au nom de la liberté de conscience et de la liberté d’exercice de la religion inscrites dans la constitution, même s’il ne dénie pas aux Länder la possibilité de promulguer une loi prohibant les signes religieux extérieurs. Certes, l’affaire provoque un vaste débat en Allemagne, avec l’expression d’opinions pour ou contre la décision de la cour23. Mais la question n’est pas abordée de la même façon qu’en France. D’abord parce que ces problèmes relèvent du droit des États fédéraux, d’où une moins grande stigmatisation des affaires au niveau national et une plus grande latitude laissée au niveau local, avec d’ailleurs parfois une certaine confusion. Mais aussi à cause d’une conception différente du rôle des religions dans l’espace public. Ainsi la neutralité de l’État se traduit-elle plutôt ici comme la possibilité laissée à chaque religion de s’exprimer extérieurement, davantage que comme l’interdiction pure et simple des signes et symboles religieux, comme c’est le cas en France24. On peut sans doute voir là l’un des héritages des relations anciennes entretenues entre les États et les Églises en Allemagne depuis le début du XIXe siècle, des relations moins marquées par le conflit et la rupture qu’en France dans la même période.

Haut de page

Notes

1 « Merkel schwört mit Gottesformel », Spiegel online (www.spiegel.de), 22 novembre 2005.

2 Formule empruntée à Thomas Nipperdey, Deutsche Geschichte 1800-1866. Bürgerwelt und starker Staat, Munich, 1983, p. 11.

3 Sur ces aspects, voir la synthèse récente, sous la direction d’Erwin Gatz, Die Kirchenfinanzen, Fribourg, 2000, en particulier Richard Puza, « Die Neuordnung in den habsburgischen Ländern unter Joseph II. », p. 31-48 et Winfried Müller, « Die Säkularisation im links- und rechtsrheinischen Deutschland 1802/1803 », p. 49-81.

4 L’article 35 stipule en effet que « tous les biens des chapitres, abbayes et monastères […] seront laissés à la libre et complète disposition des différents princes territoriaux, autant pour couvrir les dépenses du service divin, des établissements d’enseignement et des autres institutions d’utilité publique que pour alléger leurs finances, sous la réserve expresse du maintien durable des dotations des églises cathédrales […] ».

5 Pour un aperçu rapide sur tous ces aspects, voir Heinz Hürten, Kurze Geschichte des deutschen Katholizismus 1800-1960, Mayence, 1986  ; Klaus Schatz, Zwischen Säkularisation und Zweitem Vatikanum. Der Weg des deutschen Katholizismus im 19. und 20. Jahrhundert, Francfort-sur-le-Main, 1986  ; Klaus Schatz, Kirchengeschichte der Neuzeit II, Düsseldorf, 1989.

6  Voir les articles 12, 14 et 15 de la constitution prussienne de 1850, consultable dans la version originale allemande sur le site internet documentArchiv.de.

7 Sur ce point, voir en français Catherine Maurer, « Les relations financières de l’État et du milieu catholique en Allemagne (XIXe-XXe siècles) », Entre idéal et réalité. Actes du colloque Finances et Religion, Clermont-Ferrand, 1993, p. 389-406.

8 Sur tous ces points, voir en français Catherine Maurer, Le modèle allemand de la charité. La Caritas de Guillaume II à Hitler, Strasbourg, 1999, p. 126-127.

9 Pour le texte en allemand de la constitution et les différents articles mentionnés, voir documentArchiv.de. Pour le sens des différents articles, voir Maurer, modèle allemand de la charité…, p. 126-127.

10 Voir Maurer, « relations financières »…, p. 397.

11 Sur tous ces aspects, voir, pour un aperçu synthétique en français, Jean-Marie Mayeur, « L’Allemagne. L’Autriche », id. et alii (dir.), Histoire du christianisme, vol. 12 « Guerres mondiales et totalitarisme (1914-1958) », Paris, 1990, p. 567-616, p. 569-571.

12 Voir ibid., p. 576-579.

13 Voir Catherine Maurer, « L’évolution de Caritas Allemagne de la fin du XIXe siècle jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale », Gilbert Vincent (dir.), La place des œuvres et des acteurs religieux dans les dispositifs de protection sociale. De la charité à la solidarité, Paris, 1997, p. 51-62, p. 57-58.

14 Sur cet aspect, voir René Epp, L’Église d’Alsace sous l’oppression nazie (1940-1945), Strasbourg, 2000, et, pour un domaine particulier, Catherine Maurer, Caritas. Un siècle de charité organisée en Alsace 1903-2003, Strasbourg, 2003, p. 49-73.

15 Voir Maurer, « relations financières »…, p. 398 et le texte de la loi fondamentale de 1949 dans documentArchiv.de.

16 Voir Catherine Maurer, « Du Kirchenkampf à la vie quotidienne des fidèles  ? L’historiographie du catholicisme allemand sous le IIIe Reich de 1945 à 1999 », Revue d’Allemagne, 32, n° 3, 2000, p. 401-418, p. 403, et Mayeur, « L’Allemagne, l’Autriche »…, p. 598-599.

17 Sur ces aspects, voir Mayeur, ibid. et, toujours en français, Heinz Hürten, « En Allemagne », France-Allemagne. Églises et Société du Concile Vatican II à nos jours, Paris, 1988, p. 17-24.

18 Sur la mise en place de cette structure « duale », voir Maurer, modèle allemand de la charité…, p. 127-131.

19 Pour un bilan à l’occasion du quarantième anniversaire de la Bundessozialhilfegesetz, voir Josef Schmitz-Elsen, « 40 Jahre Bundessozialhilfegesetz », Caritas. Jahrbuch des Deutschen Caritasverbandes, 2002, p. 160-164.

20 « Nur noch jeder vierte ein Christ », Der Spiegel, 15 juin 1992.

21 Voir Alexander Schwabe, « Nur Zypries sprach Amtseid ohne Gottesformel », Spiegel online (www.spiegel.de), 22 novembre 2005.

22 Sur cette affaire, voir Arnaud Leparmentier, « Les Églises allemandes victimes de la baisse des impôts », Le Monde, 30 août 2000.

23 Sur ce point, voir parmi d’autres références, très nombreuses, l’article du juge Gerhard Czermak, « Das Kreuz mit dem islamischen Kopftuch », sur le site internet www.schulfach-ethik.de, à partir du mot-clé « Kopftuchurteil ».

24 Sur ces aspects, voir aussi le point de vue de Stéphanie Baumann, « Tolérance à l’allemande », Le Monde, 16 mai 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Maurer, « De Napoléon à Angela Merkel. États et Églises en Allemagne : une séparation boiteuse ? », in Robert Vandenbussche (dir.), De Georges Clemenceau à Jacques Chirac : l'état et la pratique de la Loi de Séparation, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 39), 2008, p. 33-43.

Référence électronique

Catherine Maurer, « De Napoléon à Angela Merkel. États et Églises en Allemagne : une séparation boiteuse ? », in Robert Vandenbussche (dir.), De Georges Clemenceau à Jacques Chirac : l'état et la pratique de la Loi de Séparation, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 39), 2008 [En ligne], mis en ligne le 14 octobre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://hleno.revues.org/379

Haut de page

Auteur

Catherine Maurer

Université de Strasbourg II

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org