Navigation – Plan du site

La premiere guerre mondiale, la diplomatie française et la papauté

Brigitte Waché
p. 87-105

Texte intégral

1Le régime auquel met fin la loi de Séparation avait comme fondement initial le concordat de 1801, traité entre la France et le Saint-Siège qui supposait des relations diplomatiques entre les deux signataires. Définition du régime des cultes et relations diplomatiques étaient donc solidaires aux origines, de même qu’elles le furent au moment de la rupture : dans le contexte de 1904-1905, la loi de Séparation est comme le prolongement de la rupture des relations diplomatiques. Pourtant, à l’heure de la reprise des relations diplomatiques en 1921, la loi de Séparation n’est pas remise en cause. Régime des cultes et relations diplomatiques sont désormais dissociés. L’expérience de la première guerre mondiale a sans doute pour une part contribué à cette évolution. Sonnant l’heure de la réconciliation nationale, y compris sur le plan religieux, elle a par ailleurs contribué à souligner, plus qu’en temps de paix, les problèmes que posait l’absence de relations diplomatiques officielles, préparant donc en quelque sorte le terrain pour leur reprise.

I. Un objectif dès les débuts du conflit  : Redresser l’image de la France

L’image d’une France « infidèle »

  • 1 « Mêler l’autorité pontificale aux disputes des belligérants ne serait ni convenable ni utile, proc (...)
  • 2 Denys Cochin à Mgr Louis Duchesne, le 30 janvier 1915, cité dans Brigitte Waché, Monseigneur Louis (...)

2La Séparation nourrit une image de la France qui peut lui être particulièrement défavorable en période de conflit. En effet, l’Allemagne ne manque pas de développer le thème des infidélités de la « fille aînée de l’Église ». Cette image nourrie en particulier par la Séparation, entretenue par les milieux germanophiles de la Curie et d’autant plus facilement que l’absence de relations diplomatiques officielles avec la France leur laisse le champ libre, ne peut manquer d’avoir quelque écho auprès du Saint-Siège. Sans compter que les tendances germanophiles qui sont prêtées en France à Benoît XV ne sont pas de nature à favoriser une plus grande audience française dans les milieux du Vatican. L’accueil réservé à l’allocution consistoriale du 22 janvier 1915 est à cet égard très révélateur. Le pape, tout en condamnant les violations du droit « partout où elles sont commises », y affirme nettement les fondements de la neutralité du Saint-Siège1, ce qui provoque de vives réactions en France, y compris dans des milieux catholiques qui ne sont pas naturellement portées à s’opposer à la papauté. Par exemple, Denys Cochin se montre très critique à l’égard de Benoît XV : « On attendait du Pape l’affirmation des lois éternelles de la morale ; tant pis pour les coupables qui se fussent sentis atteints […] Assister à de pareils crimes et entendre parler de tenir la balance égale… Cette balance ne pencherait pas d’un côté ! Le bombardement de Reims, l’incendie des villes et des églises, la prison du cardinal Mercier sont des poids trop négligeables ! Et le Père commun des fidèles aurait perçu de notre côté quelques tares équivalentes2 ».

  • 3 Cité dans Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne, p. 629.
  • 4 Il fait allusion à l’action du comité interallié de propagande fondé au début de l’année 1915 par l (...)

3À l’égard du Saint-Siège, une double action s’impose donc pour redresser cette image : d’une part faire connaître au Saint-Siège le vrai visage de la France, mais également désamorcer les accusations de germanophilie dirigées contre Benoît XV qui servent les préventions anti-françaises émanant des milieux de Curie. Cet impératif passe par une meilleure information des milieux français sur les intentions pontificales. Un homme comme Louis Duchesne, directeur de l’École française de Rome depuis 1895, travaille en ce sens. Romain de longue date, il connaît bien la situation et ne peut guère être soupçonné de ménager systématiquement la papauté. Au lendemain de l’allocution consistoriale du 22 janvier 1915, dans une lettre à Denys Cochin qui est susceptible d’avoir une certaine influence dans les milieux politiques, il rappelle que la neutralité est inhérente à la fonction pontificale, et il souligne également l’impact, du côté allemand, de l’allocution de Benoît XV : elle « a mis les Allemands en fureur ». « Le lendemain le ministre de Prusse est venu faire une scène au Vatican. Le Pape a répondu : « ‘J’ai blâmé en général, sans nommer personne  ; tant pis pour vous si vous vous reconnaissez’ ». Et Duchesne va plus loin : « que le pape soit neutre ne signifie pas pour autant qu’il souhaite la défaite de la France », car il faut établir une distinction entre les dispositions personnelles du pape qui sont favorables à la France, et les « sentiments du monde conservateur du Vatican » qui demeurent anti-français. Au fond, précise-t-il, le pape est de notre côté ; il ne peut pas, cela se conçoit, le laisser voir. Mais je suis très bien renseigné »3. Le 1er mars 1915, Duchesne a l’occasion de préciser : « Quant au Vatican, ne croyez pas qu’il soit sous l’influence allemande. Il est fort travaillé en ce sens ; mais nous agissons en sens contraire et non sans succès »4.

  • 5 Yves Marchasson relève la première mention de ce souci dans les Carnets de Mgr Baudrillart en date (...)

4L’image d’une France infidèle est également néfaste aux yeux des pays neutres, en particulier ceux qui sont attachés au catholicisme. C’est précisément cette situation qui inspire les initiatives du recteur de l’Institut catholique de Paris, Mgr Baudrillart. Assez vite après le début des hostilités, il se montre soucieux d’apporter sa contribution à une révision de l’image de la France à l’étranger, en faisant connaître le renouveau qui a marqué le catholicisme depuis le début du siècle5. Son action revêt une dimension officielle lorsque, le 5 février 1915, il est pressé par le Quai d’Orsay, par l’intermédiaire du consul Paul Claudel alors attaché à la direction des Affaires politiques du ministère des Affaires étrangères, d’agir sur l’opinion catholique chez les neutres. Il met alors en place un comité catholique de publications regroupant des catholiques de sensibilités diverses, dont le premier volume est diffusé à partir du 10 avril 1915, sous le titre La Guerre allemande et le catholicisme. Le deuxième, L’Allemagne et les Alliés devant la conscience chrétienne, paraît le 21 décembre 1915. Puis les publications du comité de propagande se diversifient avec la collection des Pages actuelles publiée elles aussi par la maison Bloud et Gay. Bientôt ce comité de publications devient un véritable comité de propagande, avec envoi de délégués dans les pays neutres : Baudrillart en Espagne et Eugène Duthoit au Canada. Pour Rome et l’Italie, le comité s’appuie sur Victor Bucaille.

5Au rang des initiatives qui visent à faire connaître auprès des alliés et des neutres le vrai visage de la France sur le plan religieux il faut également mentionner celles de l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) qui développe une propagande auprès des jeunesses catholiques alliées et neutres. À Pâques 1915, elle publie une « Adresse de l’Association catholique de la Jeunesse française aux jeunesses catholiques des nations alliées et neutres ». Ce texte dénonce, au nom de la conscience chrétienne, les prétentions allemandes à s’ériger en puissance d’ordre et de justice et insiste tout particulièrement sur les exactions commises en Belgique. Il s’inscrit dans le cadre de la mission confiée par l’ACJF à Victor Bucaille, envoyé en Italie, avec le titre de vice-président de l’Association pour donner à sa mission une certaine représentativité. Il s’agit pour lui de travailler à resserrer les liens entre l’ACJF et la Jeunesse catholique italienne et son expérience italienne lui permet d’apporter une part décisive à la rédaction de l’« Adresse » de l’ACJF.

Le cas particulier de l’Italie

6Il convient de s’arrêter sur le cas particulier de l’Italie très courtisée par les deux camps. Pour elle en effet, sur la première image, s’en superpose une autre, celle d’une France protectrice de l’État pontifical et donc hostile au royaume d’Italie. Ce visage repoussant de la France contribue à entretenir l’attraction exercée sur l’Italie par une Allemagne jugée forte et indépendante du pouvoir pontifical. Néanmoins la violation de la neutralité belge est décisive pour provoquer un changement d’attitude des catholiques italiens ; elle entraîne chez eux une véritable mobilisation en faveur de la cause belge et contribue donc à les éloigner de l’Allemagne. Il n’en reste pas moins que la question romaine reste en permanence en arrière-plan des relations avec l’Italie.

7Victor Bucaille en est tout à fait conscient. Son action contribue à ce que la Jeunesse catholique italienne prenne une part active au retournement de mai 1915. Les contacts s’approfondissent après l’entrée en guerre de l’Italie et Victor Bucaille vise à en faire le point d’ancrage d’une entente entre catholiques français et catholiques italiens (qui n’a pas vocation à se restreindre à une entente confessionnelle). Un appel est lancé en ce sens en Italie par le Corriere d’Italia et en France par la Revue des Jeunes du père Sertillanges, à laquelle collabore Victor Bucaille. Ce dernier reçoit l’appui de l’archevêque de Paris, le cardinal Amette, qui s’exprime clairement sur ce point dans une interview qu’il donne le 21 octobre 1915 au directeur du Corriere d’Italia et qui est reprise par plusieurs journaux italiens.

  • 6 Copie, Archives Charles Molette.

8Dans la mission qu’il remplit en Italie, Victor Bucaille ne cesse de faire l’expérience des problèmes posés par l’absence d’une représentation française à Rome6. Ainsi, au printemps 1915, il écrit à Jean Lerolle : « Je regrette qu’il n’y ait pas de représentant de la France. Je ne demande pas d’ambassadeur. Je demande qu’il soit donné à quelqu’un d’ici un papier par lequel le Vatican sache que dans certaines questions c’est au gouvernement français qu’il parle. Certes tout ce qui se passe est pénible, mais nous en sommes terriblement responsables. Avez-vous songé à ce qu’aurait été ici comme moyen de pression (car c’est la seule façon d’agir) un représentant de la France ? Pourquoi les catholiques, puisque la France officielle ne déléguerait personne, n’ont-ils pas délégué un des leurs ? Que de choses nous aurions évité ? Avez-vous songé à la terrible situation où se trouvent tous ceux du Vatican qui pendant 10 mois n’ont entendu que le [son de cloche] allemand ou autrichien ? Avez-vous songé que je suis le premier français représentant quelque chose, puisque je représente l’ACJF, qui reste et demeure à Rome, qui bondit au Vatican à la moindre nouvelle et leur explique les choses. Je suis toujours très écouté ! On n’en fait qu’à sa tête assurément, mais malgré tout, petit à petit, on peut aider les évolutions ».

9À partir d’octobre 1915, cette expérience sera mise au service du gouvernement Briand, – nous le verrons plus loin –, lorsque Victor Bucaille est appelé par Denys Cochin comme directeur de cabinet.

II. Les relations diplomatiques, une nécessité politique pour la France

10La situation créée par la première guerre mondiale fait éprouver de plus en plus à la France les effets néfastes de l’absence de ses relations diplomatiques avec le Saint-Siège.

11Sur le plan humanitaire, la question des prisonniers de guerre dans laquelle le Saint-Siège est amené à jouer un rôle d’intermédiaire, pour favoriser des libérations, des transferts en pays neutres ou tout simplement des échanges épistolaires entre les prisonniers et leurs familles, est l’occasion de poser le problème des relations diplomatiques avec le Saint-Siège, pour ceux des pays qui n’en ont pas. Pour ce qui concerne la France, Denys Cochin, qui prit dès décembre 1914 des initiatives en faveur des prisonniers de guerre et fut de ceux qui sollicitèrent une intervention du Saint-Siège dans ce domaine, a bien perçu dans quelle mesure cette action humanitaire pouvait déboucher sur autre chose, ce qui faisait écrire à Mgr Louis Duchesne :

  • 7 Note de Duchesne du 9 décembre 1914, BN, Naf 17 268, f. 180-181. Cette note est une ébauche destiné (...)

« M. Cochin a évidemment plusieurs idées en tête. D’abord venir au secours des prisonniers et de leurs familles, puis offrir au Saint-Siège l’occasion de jouer un rôle important dans l’exercice d’une haute charité, enfin préluder […] sur un point particulier à la reprise des rapports entre la France et le Saint-Siège »7.

  • 8 Cf. note du 15 juin 1921, rédigée au moment de la reprise des relations diplomatiques et qui dresse (...)
  • 9 Dans une lettre du 26 juin 1917 à Denys Cochin, le cardinal Gasparri aura l’occasion de rappeler le (...)

12Par ailleurs, le règlement du conflit laisse présager bien des problèmes dans lesquels sont engagés à la fois les intérêts de la France et les préoccupations du Saint-Siège. Il en est ainsi, par exemple, du régime concordataire en Alsace-Lorraine ou de l’avenir du protectorat français. On sait l’importance attachée par la France à son protectorat sur les chrétiens d’Orient8 qui lui confère le privilège d’avoir sous sa protection tous les catholiques de rite latin et dans les faits aussi de rite oriental du Levant, quelle que soit la nationalité à laquelle ils appartiennent9. Ce privilège s’appuie conjointement sur les Capitulations concédées par l’Empire ottoman depuis le XVIe siècle et sur le choix fait par le Saint-Siège de confier à la France plutôt qu’à une autre nation la protection des catholiques d’Orient. Une situation comparable fut mise en place ultérieurement en Chine dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Dès son entrée en guerre, l’Empire ottoman met fin au régime des Capitulations, ce qui pose le problème de l’avenir du protectorat français d’Orient, en des termes d’autant plus inquiétants pour la France qu’elle n’a pas de représentant auprès du Saint-Siège pour traiter de la question. Pour le protectorat d’Extrême-Orient, la menace se précise à la fin de la guerre.

Contacts officieux

  • 10 À cette date, Poincaré demande que ces contacts cessent.

13Les milieux politiques français ont donc tout intérêt, en l’absence de relations diplomatiques, à entretenir des contacts officieux et indirects avec le Saint-Siège. Ils s’appuient sur des personnalités ecclésiastiques. Il est rare que le cardinal Amette, archevêque de Paris, ne fasse de voyage à Rome sans être chargé de quelque message pour le Saint-Siège. D’autres évêques jouent également le rôle de porte-parole : le cardinal de Cabrières, évêque de Montpellier, Mgr Chapon, évêque de Nice, Mgr Touchet, évêque d’Orléans, Mgr Rivière, évêque de Périgueux, sans compter Mgr Baudrillart, Mgr Duchesne ou Mgr Guthlin, recteur de Saint-Louis des Français qui avait été longtemps conseiller ecclésiastique de l’ambassade de France auprès du Saint-Siège avant sa suppression. Du côté politique, l’ambassade de France auprès du Quirinal compte, depuis la rupture de 1904, quelques habitués des contacts avec le Vatican. Ainsi, Joseph Ollé-Laprune, second secrétaire, avait eu jusqu’en 191210, des contacts avec les milieux ecclésiastiques, en particulier avec le préfet de la congrégation de la Propagande, le cardinal Gotti. Au début de la guerre, Charles Loiseau envoyé au Palais Farnèse pour suivre la situation dans les Balkans et aider l’ambassadeur Barrère dans ses travaux d’approche avec l’Italie fut également chargé par ce dernier du contact avec le Vatican et sa mission dura jusqu’en 1919.

  • 11 Voir Les carnets du cardinal Baudrillart, t. I, p. 150
  • 12 « Note confidentielle », Archivio Segreto vaticano, Segreteria di Stato, Guerra, anno 1914-1918, ru (...)
  • 13 Il songe alors surtout à l’Empire ottoman. L’Extrême-Orient n’est que mentionné, tandis que le cas (...)

14Entre-temps, des personnalités politiques, prennent des initiatives, à titre plus ou moins personnel. C’est en particulier le cas de Gabriel Hanotaux11 auquel sa position d’ancien ministre des Affaires étrangères confère un poids réel. Au début de février 1915, il fait parvenir une note à Benoît XV par l’intermédiaire de Mgr Chapon. Cette note12 vise à réhabiliter l’image de la France aux yeux du Saint-Siège, en soulignant l’attachement de la France à ses traditions catholiques, et le rôle qu’elle pourrait jouer pour faire de la paix une « paix morale et religieuse », alors que, précise-t-il « une Allemagne maîtresse de l’Europe, c’est, quoi qu’on en dise, une victoire anti-catholique. En tout cas, ce n’est pas une victoire catholique ». La question de la représentation de la France auprès du Saint-Siège est abordée de manière explicite. Dans cette note, Hanotaux précise que l’idée « est loin d’être abandonnée ». Il reconnaît néanmoins que le protectorat catholique13 de la France constitue alors « un des points les plus délicats des relations entre la France et le Saint-Siège et il termine en précisant : « la France ne demande au Saint-Siège que de daigner s’abstenir de toute innovation : quieta non movere ».

15Les conséquences de la guerre pour l’Orient sont alors une préoccupation du Saint-Siège qui s’inquiète de l’avenir des catholiques d’Orient. Ils se trouvent, en effet, isolés depuis la suspension, en septembre 1914, du régime des Capitulations qui, du même coup, met en question le protectorat français sur les catholiques de l’Empire ottoman. Le Saint-Siège semble craindre que la Russie ne profite de ce vide pour étendre son influence, d’autant plus que les revendications politiques russes sur Constantinople sont encouragées par l’Entente. Sur le plan religieux, il s’agit donc pour le Saint-Siège de contrecarrer l’influence de la Russie orthodoxe. D’où l’idée émise à cette période, et qui sera rapidement écartée, d’attribuer à la France la possession de Sainte-Sophie.

  • 14 Ces remarques sont de Mgr Baudrillart (Carnets, I, p. 169) qui ajoute  : « Mais c’est toujours de l (...)
  • 15 À propos de Sainte-Sophie, Hanotaux suggère de la remettre en mains neutres.
  • 16 Van den Heuvel rapporte les propos de Gasparri, très favorables à Hanotaux  : « Quel esprit clair e (...)
  • 17 Les trois premiers noms sont cités par Gabriel Hanotaux lui-même dans ses carnets. L’allusion à Bri (...)

16Le 9 avril 1915, Hanotaux se rend lui-même à Rome « incité à le faire par le gouvernement français, et désiré par le cardinal Gasparri »14, et il obtient une double entrevue : avec le secrétaire d’État Gasparri d’une part, avec Benoît XV d’autre part. Au terme d’un entretien qui aborde les « conséquences de la guerre en Orient »15, « la politique suivie par la France à l’égard des cultes » et l’avenir du régime concordataire en Alsace-Lorraine, la question de la représentation française auprès du Saint-Siège est explicitement évoquée. Des noms d’éventuels ambassadeurs auprès du Saint-Siège sont même avancés. Celui de Léon Bourgeois prononcé par Hanotaux n’est pas relevé par Gasparri qui préfère lancer celui de Gabriel Hanotaux lui-même : propos poli, sans doute, mais qui n’est pas sans fondement16 si l’on songe que c’est précisément Gabriel Hanotaux qui allait représenter la France à Rome lors de la canonisation de Jeanne d’Arc, le 23 mai 1920, à la veille de la reprise des relations diplomatiques. En 1915, Hanotaux ne se dit investi d’aucune mission. Il a néanmoins vu avant son départ de Paris plusieurs personnalités politiques : Poincaré, Viviani et Delcassé et peut-être Briand17.

  • 18 Cité in Giuseppe M. Croce, « Le Saint-Siège et la conférence de la paix (1919). Diplomatie d’Église (...)

17La visite de l’ancien ministre des Affaires étrangères français qui est loin d’être ignorée en haut lieu revêt une importance politique non négligeable. Mais elle intervient en pleine phase de négociations entre l’Italie et l’Entente au moment précis où le gouvernement français a d’autres priorités. Précisément le traité de Londres du 26 avril 1915 introduit un changement. La France n’a plus à ménager l’Italie puisque cette dernière a désormais fait le pas du côté de l’Entente. Et elle l’a fait en subordonnant son engagement à l’exclusion de Saint-Siège de la future conférence de la paix. C’est l’objet de l’article XV du traité qui stipule que la France, la Grande-Bretagne et la Russie apportent leur soutien à l’Italie dans son opposition à « toute proposition tendant à introduire un représentant du Saint-Siège dans les […] négociations pour la paix, et pour les règlements des questions soulevées par la […] guerre »18. Dès lors, le gouvernement français a les mains plus libres. Et parallèlement les changements politiques qui interviennent en France offrent de nouvelles perspectives.

III. Les avancées sous le gouvernement Briand et leurs lendemains

  • 19 Denys Cochin est ministre d’État jusqu’en décembre 1916. Dans le gouvernement remanié à cette date, (...)
  • 20 Il apparaît d’ailleurs rapidement que si Denys Cochin a la confiance de Briand, il est également bi (...)

18Le passage de Briand à la présidence du Conseil (octobre 1915-mars 1917) constitue un tournant dans la mesure où des contacts sont noués cette fois au niveau du gouvernement lui-même. Le choix que fait Briand d’appeler Denys Cochin dans son gouvernement19 est déjà en lui-même révélateur, si l’on songe à l’importance que le député de Paris attache à la reprise des relations diplomatiques avec le Saint-Siège et aux efforts incessants qu’il déploie pour y contribuer. Pendant son passage au gouvernement, Denys Cochin apparaît de fait comme le spécialiste des questions religieuses ; et le règlement de plusieurs questions litigieuses l’amène à entrer en contact avec le secrétaire d’État, le cardinal Gasparri. Il a d’ailleurs un délégué temporaire à Rome en la personne de Victor Bucaille, dont il a fait son attaché de cabinet. La nomination de ce dernier par Denys Cochin, comme celle de Denys Cochin par Briand, confèrent désormais une dimension politique et officielle à l’action qu’ils menent l’un et l’autre en faveur d’un rapprochement avec le Saint-Siège.20

Engagement personnel de Briand

  • 21 Sur la rencontre Briand Mercier, voir Brigitte Waché, Mgr Louis Duchesne, p. 644-650  ; id., « Un p (...)

19Briand ne se contente pas de se décharger sur Denys Cochin du règlement des questions religieuses. Le chef du gouvernement lui-même s’engage aussi personnellement en faveur de la reprise des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Le fait le plus marquant est sa rencontre avec le cardinal Mercier21 le 11 février 1916, à l’occasion d’une visite qu’il fait à Rome pour renforcer l’union de ce qui est devenu depuis mai 1915 la quadruple entente.

  • 22 Mesurer en particulier les risques d’une paix séparée de la Belgique.
  • 23 Voir Louis de Lacger, Monseigneur Mignot, Paris, Bloud et Gay, 1933, p. 131.
  • 24 Cit. dans L.-V. Méjan, La Séparation des Églises et de l’État. L’œuvre de Louis Méjan, Paris, PUF, (...)

20Informé en janvier 1916 de la présence à Rome du cardinal Mercier, le chef du gouvernement français part pour Rome avec l’intention de saisir cette opportunité pour rencontrer l’archevêque de Malines. Les motivations de Briand sont diverses. Mais il est sûr qu’au-delà d’un échange de vues sur le contexte diplomatique22, c’est en fait la question de la situation religieuse en France qui est au cœur de la rencontre. Un signe de l’importance accordée par Briand à cet aspect est son souci d’envoyer en éclaireur son ancien conseiller Louis Méjan qui rencontre un certain nombre de personnalités, parmi lesquelles Louis Duchesne. Ce dernier rédige à cette occasion une note sur la question du rétablissement des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège. Grâce à l’intervention de Mgr Mignot23, Louis Méjan obtient une entrevue avec le cardinal Gasparri. On comprend dans ces conditions la remarque faite à Gabriel Le Bras par le cardinal Gasparri en 1919 : « Ceux qui ont décousu sont venus, il y a quelques années, nous demander de recoudre, assurant qu’ils n’avaient jamais voulu certaines déchirures. D’autres tailleurs les ont suivis24 ».

  • 25 Ces éléments sont puisés d’une note substantielle adressée à la Secrétairerie d’État, qui contient (...)

21La rencontre entre Briand et Mercier est précédée par une rencontre entre Mercier et Barrère, l’ambassadeur de France auprès du Quirinal. Dans les deux cas le comte Wladimir Ghika joue un rôle d’intermédiaire et organise les modalités concrètes des rencontres qui ont lieu l’une et l’autre à la Villa Medicis où le peintre Besnard exécute un portrait de Mercier. Ces initiatives déchaînent les réactions hostiles de la presse allemande. Elle accuse le cardinal d’avoir détourné son voyage du but essentiellement religieux qu’il avait annoncé et prend soin d’insister sur la personnalité de Briand : « un des pires ennemis de l’Église », qui, en France, « a travaillé en première ligne à la séparation de l’Église et de l’État25 ».

  • 26 Un document irremplaçable permet de l’affirmer. Il s’agit de la lettre que l’archevêque de Malines (...)

22La rencontre de Briand avec le cardinal Mercier porte sur la situation religieuse de la France, et elle se déroule sous le signe de la conciliation.26 Mercier reprend ce qu’il a déjà dit, la veille, à l’ambassadeur Barrère. Il insiste sur « le tort que la politique radicale anti-religieuse a fait à la cause [des] alliés dans les pays neutres, en Espagne, en Italie, en Hollande ». Puis il aborde deux points. Le premier porte sur la situation religieuse en France et plus particulièrement sur le sort fait aux congréganistes : ils « ont quitté leur terre d’exil pour se mettre au service de la patrie, lui offrir leur vie…, après la guerre seront-ils chez eux dans leur patrie, ou les condamnera-t-on à repasser la frontière ? Ce serait une honte. » Briand interrompt alors Mercier « pour dire que les religieux et le clergé ont accompli d’une manière éclatante leur devoir patriotique et que le pays entier le sait ». Devant l’insistance du cardinal « pour obtenir de lui une parole publique qui rassurât au dehors les sceptiques [Briand] dit qu’il y réfléchirait et verrait comment cette parole pouvait être dite ».

23Le deuxième point porte sur la question des relations entre la France et le Saint-Siège : « tandis que tant d’intérêts religieux sont engagés  ; tandis que l’Autriche et l’Allemagne profitent de l’absence d’un délégué de la France à Rome, pour circonvenir le Vatican etc. pourquoi ne pas faire un effort pour renouer des conversations avec le Saint-Siège ? » Le cardinal va jusqu’à suggérer les modalités d’une telle reprise : « Il ne faut pas livrer cette grave question aux discussions d’un Parlement  ; il faut placer votre pays devant le fait accompli. Un seul homme en France a assez de prestige pour faire ce geste, c’est vous. Commencez par une démarche confiée à un intermédiaire — par exemple à notre Ministre M. Van den Heuvel — sur un point déterminé  ; un ministre belge serait, en ce moment inattaquable. Plus tard vous aurez un homme de confiance… et le tour sera joué ».

24Il est convenu entre les deux interlocuteurs que la substance de leur entretien peut être révélée en public, y compris « dans l’entourage du Vatican ». Briand précise même à son interlocuteur : « Afin de vous permettre de dire ma pensée exacte, je vais vous la résumer  : Nous sommes plusieurs dans mon gouvernement qui avons un désir sincère d’union, d’apaisement, de rapprochement. Si une question était naturellement amenée par les événements, nous voudrions la saisir. Mais il faut une occasion ».

  • 27 De Margerie, attaché au ministère des Affaires étrangères, accompagnait Briand à Rome. Il a rencont (...)

25Briand reste donc à la fois ouvert et prudent sans pour autant être déterminé à peser de tout son poids pour infléchir une situation qu’il souhaite pourtant voir évoluer. C’est ce qui ressort des propos échangés quelques semaines après le voyage de Briand à Rome entre Margerie27 et Baudrillart : « Au fond [Briand] avait grand-peur qu’on ne l’accusât de négocier avec le Saint-Siège […] M. de Margerie croit que M. Briand ne s’est pas compromis à fond vis-à-vis du cardinal  ; il est, dit-il, sceptique, doux et même sentimental ; il ne contredit pas ceux qu’il sent avoir des convictions fortes et qu’il est bien obligé de reconnaître respectables  ; mais ensuite il agit suivant les circonstances et ses intérêts ».

Mission Sangnier

  • 28 On ne trouve trace de la mission de Marc Sangnier ni dans les papiers du Quai d’Orsay, ni, apparemm (...)
  • 29 Ce sont les termes de la mission rédigée par Briand à l’attention de l’ambassadeur de France à Rome (...)

26Quoi qu’il en soit, la volonté d’apaisement de Briand se confirme avec la mission confiée à Marc Sangnier au cours de l’été 191628. Entre le 10 août et le 7 septembre 1916, le capitaine Marc Sangnier accomplit une mission en Italie comme délégué du gouvernement français auprès de la Croix-Rouge italienne, et dans le but de « préparer l’organisation d’une prochaine réunion des Croix-Rouges alliées »29. Mais cette mission officielle en cache une autre : établir, au nom de Briand (ou en accord avec Briand), un contact avec le Vatican.

  • 30 Les 10, 11, 19 et 25 août 1916.

27Plusieurs des rencontres nouées par Sangnier lors de son voyage ne laissent sur ce point aucun doute. À plusieurs reprises, il a des contacts avec Louis Méjan, en particulier le 13 août, le 19 août, c’est-à-dire le jour même de son audience avec Benoît XV, le 22 août. De même, il voit quatre fois Mgr Vanneufville30. Or ce dernier n’est pas seulement correspondant de La Croix à Rome ; il est aussi très au fait des questions de la Chine. Ces contacts ne sont vraisemblablement pas sans rapports avec les vives préoccupations de la France à l’égard de son protectorat, dont on sait qu’il constitue une pierre d’achoppement essentielle dans ses rapports avec le Saint-Siège. On peut noter également que Marc Sangnier rencontre Van den Heuvel le 25 août, élément supplémentaire qui contribue à inscrire sa démarche dans la continuité avec l’entrevue entre Briand et Mercier.

  • 31 Sangnier fait même sur ce point un lapsus en notant  : « Quand M. Briand est venu à Paris [au lieu (...)

28Dans l’audience qu’il a le 19 août 1916 avec Benoît XV, Sangnier voit d’abord une retombée personnelle car il souhaite de longue date une intervention du pape permettant de lever les ambiguïtés de sa situation. Mais au-delà de son cas personnel, c’est aussi l’apaisement religieux en France qui est en jeu. Car il s’agit de mettre fin aux calomnies de ceux qui n’ont cessé de présenter la condamnation du Sillon comme une condamnation de la république et de la démocratie. Dans la ligne du souhait de Briand, la rencontre aborde aussi la question de l’avenir des relations entre la France et le Saint-Siège. Le nom du président du Conseil français est évoqué à plusieurs reprises  ; son entrevue avec le cardinal Mercier est rappelée31. « Le pape parut faire cas de M. Briand ». Il se montra, quant à lui, « extrêmement conciliant, indiquant que l’on ne réclamerait nullement l’ancien état de choses », y compris en Alsace-Lorraine. Cependant cette mission de Sangnier souligne la fragilité de l’apaisement qui marque le passage de Briand au gouvernement.

IV. Les limites de l’apaisement

  • 32 Voir Archives Sangnier, Institut Marc Sangnier.
  • 33 Voir Baudrillart, Carnets, I, p. 387.
  • 34 Cf. Le Temps du 4 septembre 1916. Il durcit les propos du cardinal Gasparri en indiquant qu’il met (...)

29En effet, alors que ce séjour de Marc Sangnier à Rome ne devait constituer que le premier d’une série, il est brutalement interrompu par une note du ministère de la guerre du 26 septembre 191632. Il faut dire que cette mission intervient dans un contexte délicat. En effet, en France comme en Italie, la question de la reprise des relations diplomatiques avec le Saint-Siège provoque des remous depuis quelques semaines, à la suite de l’interview donnée au Journal, le 31 août 1916 par le cardinal Gasparri. Cette interview s’inscrit dans une campagne pour le rétablissement des relations avec Rome, orchestrée par le sénateur Charles Humbert, directeur du Journal.33 L’allusion faite par le cardinal à la reprise des relations diplomatiques présentée comme l’expression d’une complète pacification religieuse provoque des réactions aussi bien en France qu’en Italie. En France, l’opinion reste sensible à ce sujet au point que sa seule évocation semble constituer une menace pour l’union sacrée34. Sans compter que le rôle d’intermédiaire joué par Marc Sangnier peut mobiliser, à cause de ce qu’il représente, non seulement les anticléricaux hostiles à un rapprochement avec le pape, mais aussi les partisans de l’Action française pour lesquels Marc Sangnier constitue une cible de choix depuis la condamnation du Sillon en 1910.

  • 35 Van den Heuvel donne des échos du climat politique italien dans le compte rendu d’une visite qu’il (...)

30En Italie, le gouvernement a été mécontent de l’interview donnée par Gasparri, précisément à cause de l’allusion aux relations diplomatiques35. Car il s’agit avant tout d’écarter toute ingérence étrangère dans le règlement de la situation du pape dans la péninsule. Dans cette perspective, toute nouvelle légation auprès du Saint-Siège, qui plus est de la part d’un pays de l’Entente, constituerait aux yeux du gouvernement italien une menace pour ses visées à l’égard de la papauté. La France ne veut pas prendre le risque d’ébranler la quadruple entente. Et cela d’autant plus que la France et l’Italie ont un autre terrain de tensions  : leur rayonnement religieux est en concurrence dans le bassin méditerranéen. L’ébranlement éventuel du protectorat français constitue une chance pour l’Italie, chance que compromettrait, évidemment, la reprise des relations diplomatiques de la France avec le Saint-Siège.

V. La question du protectorat

  • 36 Lettre de Gasparri à Cochin, 28 juin 1917. Cit. in Brigitte Waché, « Un parlementaire catholique… » (...)

31Lorsque Benoît XV décide, en mai 1917, de créer pour les Églises orientales qui dépendaient jusque-là de la congrégation de la Propagande, une nouvelle congrégation romaine, cette initiative est perçue par les milieux politiques français comme une remise en cause du protectorat français sur les catholiques d’Orient. Denys Cochin se fait l’écho de l’inquiétude du gouvernement auprès du cardinal Gasparri qui lui donne l’assurance que « le nouvel acte pontifical ne change en rien la situation du protectorat français. Dorénavant les questions qui se rapportent au protectorat, si elles concernent les catholiques de rite oriental, seront examinées par la nouvelle congrégation ; si elles concernent les catholiques de rite latin, elles demeureront du ressort de la congrégation de la Propagande, comme par le passé »36. Et Gasparri précise : « Le Saint-Siège ne fera rien en ce qui le concerne pour abolir ou diminuer en quelque manière que ce soit le protectorat de la France. Le Saint-Siège l’a déclaré franchement dans le passé, et vous pouvez en donner l’assurance à vos collègues du gouvernement ». En fait, ce que méconnaît le gouvernement français dans cette affaire, c’est que dans la perspective du Saint-Siège, la création de la congrégation pour les Églises orientales vise avant tout à contrecarrer la suprématie latine.

32Denys Cochin a engagé cette consultation à titre personnel. Mais l’importance de la réponse du cardinal Gasparri ne lui échappe pas et l’incite à demander au président du conseil qui est alors Ribot, de la lire au Conseil des ministres. Devant le refus auquel il se heurte, Denys Cochin décide d’envoyer sa lettre de démission au chef du gouvernement, le 27 juillet 1917 :

  • 37 Cochin songe ici à plusieurs mesures « contraires à [ses] idées » dans le domaine militaire et écon (...)
  • 38 Cité in Brigitte Waché, « Un parlementaire catholique… », p. 60.

« J’accepterais tout37 au nom de l’Union sacrée, si l’Union sacrée régnait encore. Elle règne en Angleterre et en Italie. On l’a essayée en France  ; elle n’existe plus […] Vous avez bien voulu m’admettre au Conseil des Ministres […]. Mais je n’ai pas même eu la permission de donner connaissance à ce Conseil (car il y a des noms qu’on ne peut prononcer devant lui) d’un admirable message que j’ai reçu du Pape, et qui témoigne de son attachement à la France. Il a fallu que je réponde en mon nom seul.38 »

33Cet incident souligne bien la place particulière du ministère Briand dans la gestion du problème des relations avec le Saint-Siège durant la période du conflit. Après le départ de Denys Cochin qui suit de peu celui de Briand (mars 1917), il n’y a plus, durant le conflit, de contacts directs avec le Saint-Siège au niveau gouvernemental. Le contexte n’est d’ailleurs pas favorable, si l’on songe à l’accueil réservé en France à la note pontificale sur la paix du 1er août 1917.

  • 39 Sur toute cette question qu’il n’est pas possible de reprendre dans le cadre de cette communication (...)

34De plus, la question du protectorat reste une occasion de litige, non plus cette fois pour l’Orient, mais pour l’Extrême-Orient. En effet, à la fin de l’année 1917, le Saint-Siège est saisi d’une demande du gouvernement chinois en faveur de l’établissement d’une nonciature à Pékin. Benoît XV, sensibilisé de longue date à la nécessité d’établir une hiérarchie indigène en Chine, songe à donner une suite favorable à cette demande. Lorsqu’il en a connaissance, le gouvernement français qui s’inquiète d’une remise en question de son protectorat s’emploie à faire avorter le projet, par une intervention directe auprès du gouvernement chinois. Du côté du Saint-Siège, il est contraint d’agir par intermédiaires et s’appuie sur Charles Loyseau et Denys Cochin. Le projet de nonciature est finalement abandonné des deux côtés39.

35Il s’agit d’un abandon temporaire. Il faut d’ailleurs rappeler que le projet de nonciature n’était pas nouveau. Il avait pris corps dans les années 1880 dans le contexte des tensions entre la Chine et la France à propos du Tonkin. Ce qui était alors en jeu du côté du Saint-Siège, c’était sa volonté d’affranchir l’Église des entraves politiques en Chine comme il l’avait fait antérieurement à l’égard des puissances coloniales dans les autres continents, au moins par l’établissement d’une hiérarchie ecclésiastique et en visant à promouvoir un épiscopat indigène. Pour ce qui concerne la Chine, Benoît XV pressent qu’elle est en train de devenir la grande puissance du XXe siècle. Aussi déplore-t-il d’autant plus le déchirement du continent européen par une guerre qui, en épuisant l’Europe, crée un profond déséquilibre entre l’Orient et l’Occident. C’était l’arrière-plan de sa note du 1er août 1917.

Conclusion

  • 40 Entretien avec Pierre Morel, 4 décembre 2005, Agence Zénit.

36La guerre a contribué à souligner les inconvénients que pouvait représenter pour la France l’absence de relations diplomatiques avec le Saint-Siège et du même coup, elle a contribué à préparer l’opinion à l’éventualité d’une reprise. Des pas importants et peut-être même décisifs ont été franchis sous les deux ministères Briand. Mais des points de divergence ou des incompréhensions demeurent : la réception de la note pontificale du 1er août 1917, les craintes nourries à propos de son protectorat de la part de la France, une méconnaissance des préoccupations et des impératifs du Saint-Siège qu’une représentation diplomatique aurait contribué à atténuer. Car si l’ambassadeur auprès du Saint-Siège remplit comme les autres ambassadeurs une mission diplomatique, elle revêt une dimension spécifique, celle d’« éclairer la compréhension de la vie de l’Église dans toutes ses dimensions par le gouvernement français »40, tandis que le nonce a pour mission « d’assurer la représentation pontificale auprès des Églises locales et de l’État ». Il est clair que ce n’est pas toujours à ce niveau que se situaient les partisans de la reprise des relations diplomatiques. Néanmoins, l’idée de cette reprise fait son chemin dans l’opinion à la fin du conflit comme le montrent certains articles de presse ou le retentissement d’un ouvrage comme celui de Monzie, Rome sans Canossa. Le terrain est suffisamment préparé pour que les relations entre la France et le Saint-Siège soient rétablies dès 1921, sans que soit par ailleurs remis en cause le régime de Séparation, au contraire, puisque la mise en place des associations diocésaines devait quelques années plus tard lever l’ambiguïté que contenait la formule des cultuelles.

Haut de page

Notes

1 « Mêler l’autorité pontificale aux disputes des belligérants ne serait ni convenable ni utile, proclame le pape. Quiconque juge sagement la situation voit clairement que, si dans ce débat le Pontife romain ne peut pas ne pas avoir les plus grands soucis, il doit cependant n’être d’aucun parti. Le Pontife romain qui tient la place de Jésus-Christ, mort pour tous et pour chacun des hommes, doit embrasser dans sa charité tous ceux qui combattent. Père du monde catholique il a de chaque côté de très nombreux fils et c’est du salut d’eux tous qu’il doit se préoccuper. Il ne doit donc pas considérer les motifs particuliers qui les divisent, mais le bien commun de la foi qui les unit. Agir autrement non seulement n’apporterait aucune aide à la cause de la paix, mais encore introduirait la jalousie dans la religion et exposerait la paix et la concorde intérieures de l’Église à des grandes perturbations.
N’étant d’aucun parti nous nous préoccupons cependant de l’un et de l’autre. » (Actes de Benoît XV, Paris, Bayard, t. I, p. 68).

2 Denys Cochin à Mgr Louis Duchesne, le 30 janvier 1915, cité dans Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne (1843-1922), historien de l’Église, directeur de l’École française de Rome, Palais Farnèse, École française de Rome, p. 628.

3 Cité dans Brigitte Waché, Monseigneur Louis Duchesne, p. 629.

4 Il fait allusion à l’action du comité interallié de propagande fondé au début de l’année 1915 par le président de l’Université de Louvain, Mgr Simon Deploige, avec l’appui d’Anglais et de Belges. Duchesne est en relation avec ce comité  ; il est de ceux, avec Louis Canet notamment, qui militent pour étendre son recrutement dans les milieux français.

5 Yves Marchasson relève la première mention de ce souci dans les Carnets de Mgr Baudrillart en date du 15 novembre 1914 (« Mgr Baudrillart et la propagande française à l’étranger pendant la Première Guerre mondiale. L’exemple de l’Espagne », Humanisme et foi chrétienne, p. 71).

6 Copie, Archives Charles Molette.

7 Note de Duchesne du 9 décembre 1914, BN, Naf 17 268, f. 180-181. Cette note est une ébauche destinée au cardinal Gasparri.

8 Cf. note du 15 juin 1921, rédigée au moment de la reprise des relations diplomatiques et qui dresse un bilan des relations entre la France et le Saint-Siège depuis la rupture de 1904  : « Deux ans ne s’étaient pas écoulés depuis la rupture de 1904 que notre Ambassadeur à Constantinople, M. Constans, dont le laïcisme n’était pas suspect déclarait à tout venant que l’exercice du protectorat catholique français en Orient exigeait des rapports avec la Vatican, que ç’avait été folie de les rompre et qu’il fallait, ou bien les renouer, ou bien renoncer à retenir les religieux étrangers sous la protection de la France. La même conclusion s’imposait en même temps à la sous-direction du Quai d’Orsay à laquelle ressortissaient les affaires d’Orient. » (Ministère des Affaires étrangères, série Z, Europe, Saint-Siège, 1921-1923).

9 Dans une lettre du 26 juin 1917 à Denys Cochin, le cardinal Gasparri aura l’occasion de rappeler les origines du protectorat français d’Orient  : « Il repose sur un triple fondement  : 1° les Capitulations […] obtenues du Gouvernement ottoman et qui ont valeur de traités internationaux [et qui donnent à la France] le droit de protéger auprès des autorités ottomanes tous les catholiques de rite latin qui se trouvent dans le Levant, à quelque nationalité qu’ils appartiennent, même si c’est la nationalité turque, et par la force de l’usage et de la jurisprudence établie, plus que par le texte écrit des Capitulations, les catholiques aussi de rite oriental. […] L’ordre donné par le Saint-Siège à tous les religieux et religieuses de rite latin en Orient […] de demander en cas de besoin, protection au représentant de la France et de la France seulement. […] 3° Les prérogatives  : quelques honneurs et privilèges spéciaux […] réservés aux représentants de la France considérée comme protectrice de l’Église catholique […] Ils n’appartiennent aux représentants de la France que par le fait du Saint-Siège, lequel a voulu, en les accordant, reconnaître et récompenser la protection de la France et rehausser aux yeux des populations orientales la dignité de la Nation protectrice de l’Église. »

10 À cette date, Poincaré demande que ces contacts cessent.

11 Voir Les carnets du cardinal Baudrillart, t. I, p. 150

12 « Note confidentielle », Archivio Segreto vaticano, Segreteria di Stato, Guerra, anno 1914-1918, rubrica 244, fasc. 93, f. 56-61.

13 Il songe alors surtout à l’Empire ottoman. L’Extrême-Orient n’est que mentionné, tandis que le cas du Proche-Orient est évoqué avec plus d’insistance  : « Quelle douleur aux yeux des Français si leur patriotisme était frappé, — à l’heure où il est engagé dans une entreprise presque surhumaine,- par des mesures qui altéreraient le caractère d’une protection séculaire qui n’a valu au Saint-Siège, autant qu’à la France elle-même, que des pages glorieuses et des résultats de la plus haute portée historique  : car c’est la collaboration de tous ces efforts et de toutes ces traditions qui, seule, a maintenu fortement la foi catholique dans les milieux et sur les territoires qui étaient dominés par le mahométisme et où l’orthodoxie grecque régnait de toute antiquité ».

14 Ces remarques sont de Mgr Baudrillart (Carnets, I, p. 169) qui ajoute  : « Mais c’est toujours de l’officieux. »

15 À propos de Sainte-Sophie, Hanotaux suggère de la remettre en mains neutres.

16 Van den Heuvel rapporte les propos de Gasparri, très favorables à Hanotaux  : « Quel esprit clair et pratique  ! C’est une des conversations qui m’a le plus intéressé depuis que je suis à ce poste difficile. Et j’ai bien agréablement constaté combien M. Hanotaux d’aujourd’hui différait de M. Hanotaux jeune, combien il se rapprochait de nous ». (Van den Heuvel au ministre belge des Affaires étrangères, Papiers Van den Heuvel, 38).

17 Les trois premiers noms sont cités par Gabriel Hanotaux lui-même dans ses carnets. L’allusion à Briand vient de Van den Heuvel.

18 Cité in Giuseppe M. Croce, « Le Saint-Siège et la conférence de la paix (1919). Diplomatie d’Église et diplomaties d’État », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, 109 (1997), 2, p. 793-823.

19 Denys Cochin est ministre d’État jusqu’en décembre 1916. Dans le gouvernement remanié à cette date, les ministres d’État disparaissent et Denys Cochin est nommé sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères. Il conserve son poste dans le gouvernement Ribot (formé en mars 1917), jusqu’à sa démission en juillet 1917. Sur le rôle de Denys Cochin pendant la guerre, voir Brigitte Waché, « Un parlementaire catholique dans la guerre », Chrétiens dans la première guerre mondiale, Paris, Cerf, 1993, p. 47-66.

20 Il apparaît d’ailleurs rapidement que si Denys Cochin a la confiance de Briand, il est également bien vu au Vatican. Ainsi, en mai 1916, Victor Bucaille a l’occasion de souligner à Denys Cochin le prestige dont il jouit au Vatican, « l’attention que l’on porte à [ses] efforts, la volonté qu’on y a de faciliter sa tâche. (Papiers Denys Cochin, « Affaires religieuses »).

21 Sur la rencontre Briand Mercier, voir Brigitte Waché, Mgr Louis Duchesne, p. 644-650  ; id., « Un parlementaire catholique dans la guerre, Denys Cochin », N.-J. Chaline (dir.), Chrétiens dans la première guerre mondiale, p. 56 et suiv.  ; id. « Aspects des relations France-Saint-Siège durant le premier conflit mondial », Revue d’histoire diplomatique, p. 310 et suiv.  : Roger Aubert, Les deux premiers grands conflits du cardinal Mercier avec les autorités allemandes d’occupation, Université de Louvain, Recueil de travaux d’histoire et de philologie, 7e série, f. 6, p. 127 et suiv.

22 Mesurer en particulier les risques d’une paix séparée de la Belgique.

23 Voir Louis de Lacger, Monseigneur Mignot, Paris, Bloud et Gay, 1933, p. 131.

24 Cit. dans L.-V. Méjan, La Séparation des Églises et de l’État. L’œuvre de Louis Méjan, Paris, PUF, p. XV.

25 Ces éléments sont puisés d’une note substantielle adressée à la Secrétairerie d’État, qui contient une revue de la presse allemande sur le voyage du cardinal Mercier (Segreteria di Stato, Sezione per rapporti con gli stati, Archivio storico, Belgique, fasc. 112, p. 34-47).

26 Un document irremplaçable permet de l’affirmer. Il s’agit de la lettre que l’archevêque de Malines adresse au roi des Belges pour le tenir au courant de sa visite à Rome (Lettre du 21 février 1916, Papiers Van den Heuvel, 37).

27 De Margerie, attaché au ministère des Affaires étrangères, accompagnait Briand à Rome. Il a rencontré le cardinal Mercier à l’insu de Briand et recueilli auprès de l’archevêque de Malines des échos qui confirment ce que ce dernier écrit au roi des Belges, tout en apportant les précisions que nous notons dans le texte. (Voir Baudrillart, Carnets, I, p. 325)

28 On ne trouve trace de la mission de Marc Sangnier ni dans les papiers du Quai d’Orsay, ni, apparemment dans les papiers Briand. En revanche, l’Institut Marc Sangnier conserve un dossier sur ce point. Et Madeleine Barthélemy-Madaule a publié les notes rédigées par Marc Sangnier sur son audience avec Benoît XV (Marc Sangnier, Seuil, 1973, p. 233-235).

29 Ce sont les termes de la mission rédigée par Briand à l’attention de l’ambassadeur de France à Rome et des consuls généraux et consuls de France en Italie.

30 Les 10, 11, 19 et 25 août 1916.

31 Sangnier fait même sur ce point un lapsus en notant  : « Quand M. Briand est venu à Paris [au lieu de Rome], il s’est entretenu avec le cardinal Mercier et a concédé à celui-ci qu’il ne serait pas possible, après la guerre d’expulser les religieux qui se sont si bien battus sur le front ».

32 Voir Archives Sangnier, Institut Marc Sangnier.

33 Voir Baudrillart, Carnets, I, p. 387.

34 Cf. Le Temps du 4 septembre 1916. Il durcit les propos du cardinal Gasparri en indiquant qu’il met la reprise des relations diplomatiques comme « une condition préalable, un non possumus irréductible ». Et il commente  : « On eût souhaité plus de réserve, moins de hâte, dans l’expression de préoccupations confessionnelles, après tant de discrétion dans l’égale répartition des responsabilités de la guerre. On eût voulu que le Saint-Siège, qui se tient ‘au-dessus de la bataille extérieure’ — que la France n’a pas déclenchée —, se plaçât, avec une ferme résolution, à l’écart de nos anciennes querelles religieuses — que la France a sagement oubliées ». Selon certaines informations, la censure se serait opposée à la publication de l’interview de Gasparri si Briand n’était pas intervenu pour autoriser l’insertion (cf. Baudrillart, Carnets, I, p. 421).

35 Van den Heuvel donne des échos du climat politique italien dans le compte rendu d’une visite qu’il a faite au cardinal Gasparri le 21 septembre 1916  : « Je lui dis [au cardinal] que je ne vois pas pourquoi l’Italie se froisserait de l’arrivée d’une nouvelle légation près du Saint-Siège. Il me répond que le gouvernement italien actuel n’aurait évidemment aucun motif de se plaindre, non seulement s’il entend exécuter loyalement ses engagements, mais encore s’il songe à ses vrais intérêts — la grandeur de la Papauté ne peut être qu’un bien pour l’Italie — mais que la passion sectaire l’emporte dans certains milieux sur la claire vue des réalités » Papiers Van den Heuvel, 38, Archives générales du Royaume.

36 Lettre de Gasparri à Cochin, 28 juin 1917. Cit. in Brigitte Waché, « Un parlementaire catholique… », p. 59. L’échange de correspondance entre Denys Cochin et le cardinal Gasparri sera publié par la Documentation catholique, le 11 décembre 1920, donc à l’heure du rétablissement des relations diplomatiques.

37 Cochin songe ici à plusieurs mesures « contraires à [ses] idées » dans le domaine militaire et économique. Mais la question de l’Union sacrée est bien la pierre d’achoppement de sa participation au gouvernement. Sa lettre est sans ambages sur ce point et son attitude ultérieure le montre bien.

38 Cité in Brigitte Waché, « Un parlementaire catholique… », p. 60.

39 Sur toute cette question qu’il n’est pas possible de reprendre dans le cadre de cette communication, voir Francis Latour, « La France, le Saint-Siège et la question du protectorat en Chine pendant la grande guerre », Revue d’histoire diplomatique, 1998, 4, p. 327-348.

40 Entretien avec Pierre Morel, 4 décembre 2005, Agence Zénit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Waché, « La premiere guerre mondiale, la diplomatie française et la papauté », in Robert Vandenbussche (dir.), De Georges Clemenceau à Jacques Chirac : l'état et la pratique de la Loi de Séparation, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 39), 2008, p. 87-105.

Référence électronique

Brigitte Waché, « La premiere guerre mondiale, la diplomatie française et la papauté », in Robert Vandenbussche (dir.), De Georges Clemenceau à Jacques Chirac : l'état et la pratique de la Loi de Séparation, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 39), 2008 [En ligne], mis en ligne le 14 octobre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://hleno.revues.org/383

Haut de page

Auteur

Brigitte Waché

Université du Maine (Le Mans)

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org