Navigation – Plan du site

La séparation des églises et de l’État dans la France septentrionale : un bilan historiographique

Xavier Boniface
p. 251-270

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Mayeur (dir.), L’histoire religieuse de la France XIXe-XXe siècle. Problèmes et méthodes(...)

1En 1975, brossant un tableau des recherches en histoire contemporaine sur les relations entre les Églises et l’État, Jean-Marie Mayeur jugeait « indispensables » les études locales au sujet de la Séparation « pour prendre la juste mesure de la crise »1. La mise en œuvre de la loi de 1905, par sa double dimension politique et religieuse, avait déjà donné lieu à quelques synthèses d’ensemble, mais il restait à approfondir la manière dont l’événement avait été vécu dans les différents diocèses. Trente ans plus tard, la commémoration du centenaire de l’événement s’accompagne d’une profusion de colloques et de publications qui témoignent des passions toujours vives autour d’une des « fièvres hexagonales » (Michel Winock) et de la laïcité. Elle peut être cependant l’occasion de dresser un bilan historiographique à l’échelle de la France septentrionale érigée ainsi en étude de cas. Cet espace correspond aux départements du Nord et du Pas-de-Calais, c’est-à-dire le diocèse d’Arras et l’archidiocèse de Cambrai, mais il convient d’élargir le propos à la Picardie voisine, sur laquelle plusieurs travaux permettent des comparaisons : il s’agit donc des régions situées au nord de Paris. Si, au début du XXe siècle, les diocèses d’Arras et de Cambrai s’avèrent des terres de contrastes, juxtaposant des chrétientés et des foyers d’irréligion, ceux d’Amiens, Beauvais et Soissons s’apparentent davantage à ces « malheureux diocèses qui avoisinent Paris », selon le mot de Mgr Dupanloup. En revanche, l’espace septentrional n’apparaît pas comme une terre d’élection du protestantisme ou du judaïsme, assez peu présents. Ces réalités religieuses variées ne manqueront pas de peser dans la manière dont les événements de 1905-1906 ont été vécus.

2La Séparation des Églises et de l’État s’identifie d’abord à un événement  : l’élaboration, la discussion, le vote et l’application de la loi du 9 décembre 1905. C’est à ces réalités que s’attachera le bilan historiographique envisagé, sans aborder le régime des relations entretenues par la République avec les principaux cultes depuis 1905.

3L’historiographie de la Séparation dans le nord de la France reflète-t-elle la manière dont l’événement a été reçu à l’époque ? Ainsi, les régions ferventes, troublées lors des inventaires, ont-elles été mieux étudiées que celles où a dominé l’indifférence ? Par ailleurs, à quel type d’écriture de l’histoire l’événement a-t-il donné lieu ? Est-ce le point de vue de l’Église catholique, principale institution à subir les répercussions de la Séparation, qui a été privilégié ? Ou bien les historiens ont-ils mis en exergue le rôle des anticléricaux et des représentants de l’État laïque dans la mise en œuvre de la loi ?

4Ce parcours historiographique présentera d’abord l’ensemble du travail des historiens sur la période retenue, puis fera apparaître les lignes de force avant d’ouvrir sur les champs de recherche encore à défricher.

I. Les caractères généraux d’une historiographie

Une historiographie inscrite dans une temporalité

  • 2 Voir Jean-Marie Mayeur, « Réflexions sur l’histoire de la Séparation », dans Jean-Pierre Chantin et (...)
  • 3 R.P. Lecanuet, Les signes avant-coureurs de la Séparation. Les dernières années de Léon XIII et l’a (...)

5La Séparation des Églises et de l’État dans le nord de la France a fait l’objet d’un intérêt assez tardif des historiens. Pendant plusieurs décennies, l’événement est étudié dans sa globalité d’abord par des auteurs contemporains, souvent partisans, catholiques ou anticléricaux2. Les travaux commencent à paraître dans les années qui suivent la Séparation, mais les premiers bilans apaisés datent des années 1930, après le règlement des derniers litiges entre la République et le Saint-Siège concernant l’application de la loi (1924). Les synthèses générales du R.P. Lecanuet ou de l’abbé Brugerette s’inscrivent dans la perspective d’un catholicisme libéral plutôt favorable à la Séparation, tandis que le chanoine Capéran esquisse, malgré un ton engagé, une des premières études historiques de l’événement3. Toutefois, il n’existe pas encore de production spécifique portant sur le nord de la France.

  • 4 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’ (...)

6Il faut attendre la fin des années 1950 et la décennie suivante pour que la recherche historique s’intéresse à la Séparation et à ses retombées sur l’espace septentrional. L’ouverture des archives publiques et diocésaines pour la période concernée facilite les études locales. Le développement de l’histoire religieuse contemporaine dans les universités et le renouvellement de ses méthodes, incluant une sociologie des pratiques, ouvrent alors la voie à une relecture scientifique de l’événement. Surtout, l’apaisement des passions en permet une approche sereine et distanciée  : le ralliement définitif des catholiques à la République, depuis la condamnation de l’Action française (1926) et la participation des démocrates-chrétiens à la vie politique après 1945, ainsi que l’atténuation de l’anticléricalisme ont conduit à une « concorde sans concordat » (Robert Lecourt) entre l’Église et l’État. Désormais, la Séparation n’est plus un motif de conflit pour des catholiques qui ont trouvé avec elle leurs marques et leur liberté. En même temps, les luttes anticléricales du début du siècle semblent appartenir à un autre âge. Le constat établi par Yves-Marie Hilaire dans les années 1970 selon lequel « notre siècle s’est beaucoup éloigné de celui qui l’a précédé […]. La distance mentale qui nous sépare des générations antérieures n’a cessé de croître »4 demeure valable pour la Séparation. Un demi-siècle après l’événement, l’étude de celui-ci selon les règles de la critique historique devient possible, sous réserve de comprendre cette époque devenue lointaine.

  • 5 Violette Méjan, La Séparation des Églises et de l’État. L’œuvre de Louis Méjan, Paris, PUF, 1959, X (...)
  • 6 Jean-Marie Mayeur, La Séparation de l’Église et de l’État (1905), Paris, Julliard, coll. Archives, (...)
  • 7 « Religion et politique  : géographie de la résistance aux inventaires (février-mars 1906) », Annal (...)
  • 8 Un prêtre démocrate. L’abbé Lemire 1853-1928, Tournai, Casterman, 1968, 698 p.

7Les mises au point de Violette Méjan et du chanoine Capéran, centrées sur l’élaboration de la loi, ou la thèse de Maurice Larkin5, qui éclaire notamment le point de vue de Rome, interviennent à ce moment-là. Mais ce sont surtout les travaux de Jean-Marie Mayeur6 qui fondent les études régionales sur la Séparation dans les années 1960. Sa « géographie de la résistance aux inventaires »7 brosse, à partir des rapports des procureurs généraux, une typologie spatiale des réactions des fidèles face à l’application de la loi de Séparation. Sa thèse sur l’abbé Lemire8, prêtre-député de la circonscription d’Hazebrouck, permet de revenir sur la répercussion de l’événement dans le département du Nord.

  • 9 « Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiographique et perspectives », Actes (...)

8Les recherches concernant la Séparation en France septentrionale, sans être légion, se sont alors succédées pendant près d’un quart de siècle. Depuis le milieu de la décennie 1990, cette veine historiographique s’est néanmoins un peu tarie, sans doute du fait de l’épuisement relatif du filon et des glissements de l’histoire religieuse vers de « nouveaux problèmes, de nouvelles approches et de nouveaux objets » (Jacques Le Goff, Pierre Nora). À cet égard, il est significatif que le bilan d’un siècle d’histoire du christianisme, objet d’un colloque de la Société d’histoire religieuse de la France en 1999, n’ait pas traité de la Séparation, même à une échelle régionale, alors que l’ouvrage publié vingt-cinq ans plus tôt par Jean-Marie Mayeur sur les « problèmes et méthodes » de l’histoire religieuse, y consacrait quelques pages9. Pourtant, le retour du débat sur la laïcité depuis la fin des années 1980, relancé notamment par la place de l’Islam, ne semble pas avoir eu d’effets sur ce champ de recherche, au moins dans sa dimension septentrionale. En revanche, l’abondance de publications à caractère juridique, philosophique, sociologique ou historique sur le thème de la laïcité durant la dernière décennie a remis la Séparation au goût du jour, à travers d’ailleurs des perspectives renouvelées, comme celle de l’histoire des idées. Avec le centenaire de la loi, la tenue de quatre colloques scientifiques dans le Nord-Pas-de-Calais permettra de revenir sur ses retombées régionales.

9Ancrée dans une temporalité particulière, cette production historique sur la Séparation septentrionale se caractérise aussi par la diversité de ses approches.

Une historiographie inégalement centrée sur l’événement

  • 10 Pierre Pommarède, La Séparation de l’Église et de l’État en Périgord, Périgueux, Fanlac, 1976, 719 (...)
  • 11 Réjane Rousseau, L’épiscopat de Mgr Delamaire à Cambrai. Orientation pastorale et action sociale 19 (...)
  • 12 Gérard Dumont, La Séparation de l’Église et de l’État dans l’arrondissement de Lille (1905-1906), d (...)
  • 13 Voir la rubrique annuelle « Travaux de recherche soutenus en histoire » dans la Revue du Nord. Nadi (...)

10Il existe fort peu de travaux exclusivement consacrés à la Séparation dans le nord et à ses conséquences, à la différence d’autres régions10. L’événement est surtout évoqué à travers des études chronologiques et thématiques plus larges, comme dans les doctorats d’État dont l’ampleur dépasse la seule perspective de la Séparation. Il en va ainsi de celle de J.-M. Mayeur sur l’abbé Lemire qui prend parti à la Chambre pour la loi mais qui se trouve confronté dans sa circonscription à des inventaires très agités, et dont la carrière politique ou ecclésiastique ne se réduit pas à cette période. La thèse d’Y.-M. Hilaire sur la vie religieuse des populations du Pas-de-Calais dans le second XIXe siècle envisage également la Séparation comme l’un des phénomènes marquants de la période, mais elle ne s’y limite pas. Cette approche offre l’intérêt de replacer l’événement sur le long terme, un peu dans l’esprit des Annales, et de mesurer la portée d’un tel tournant. D’autres thèses aux dimensions plus modestes (de IIIe cycle ou de nouveau régime) en histoire religieuse régionale, couvrant un sujet plus restreint, consacrent peut-être davantage de pages à la Séparation, mais toujours dans une perspective chronologique élargie, à l’instar des travaux de Réjane Rousseau sur Mgr Delamaire, archevêque coadjuteur de Cambrai de 1906 à 1913, ou de Philippe Papet sur l’arrondissement de Senlis11. Quant aux rares monographies spécifiques sur la Séparation à l’échelle d’un arrondissement ou un département, elles ont souvent été réalisées dans le cadre de mémoires de maîtrise. Ce type de sujet, clairement circonscrit, convient en outre à un étudiant s’initiant à la recherche12. D’autres mémoires abordent également la Séparation de manière ponctuelle, lorsqu’ils s’intéressent à la vie religieuse ou politique d’une « petite patrie » au début du XXe siècle. Mais ces travaux d’étudiants restent souvent méconnus, faute de pouvoir être diffusés sous forme d’articles ou de livres. Il n’est pas non plus envisageable d’en dresser ici l’inventaire exhaustif, même si quelques instruments de travail permettent de les repérer le cas échéant13. Il faut cependant observer que les universités du nord de la France ont encouragé, entre autre, les recherches sur la Séparation et les questions politico-religieuses : à Lille, où existe une tradition d’histoire religieuse depuis les années 1960, Y.-M. Hilaire a impulsé de telles recherches. Amiens, en particulier sous l’égide de N.-J. Chaline, a suivi. Enfin, les universités nouvelles du Nord-Pas-de-Calais, Valenciennes, Artois et Littoral Côte d’Opale (Boulogne) ont emboîté le pas après 1990.

  • 14 J.-M. Mayeur, L’histoire religieuse… op. cit., p. 31.

11L’absence d’une ample synthèse sur la Séparation dans le nord de la France tient peut-être aussi aux spécificités de l’histoire religieuse contemporaine qui a investi d’autres champs de recherche. Dans les années 1960-1970, cette discipline était surtout orientée vers la sociologie des pratiques, avant de s’intéresser aux expressions de la religion populaire. Elle a ensuite intégré l’histoire des organisations de jeunesse, du catholicisme social ou de la théologie. Aujourd’hui, elle se tourne vers l’étude des représentations et l’anthropologie religieuse. Or la Séparation relève d’abord de l’histoire des relations entre les Églises et l’État, une approche plus classique qui avait « longtemps retenu de façon privilégiée l’attention des historiens », mais qui, il y a trente ans déjà, faisait l’objet d’un « relatif désintérêt » dont J.-M. Mayeur jugeait « fâcheux qu’il se prolongeât »14. D’une manière générale, l’histoire événementielle, perspective dans laquelle s’inscrit celle de la Séparation, a connu une éclipse à cette époque, au profit d’une « nouvelle histoire » ouverte sur l’économie, la société et les mentalités. Il n’en reste pas moins que l’événement se relit parfois à l’aune d’autres problématiques : l’étude de l’évolution des comportements religieux d’une société donnée ou de l’action pastorale du clergé devra mesurer les conséquences de la Séparation dans ces domaines. A contrario, certains travaux pourront en ignorer tel aspect qui ne s’intégrerait pas dans la perspective retenue. Ces procédés méthodologiques renvoient ainsi à la question de la nature de l’événement : celui-ci apparaît bien comme une construction de l’historien.

12L’histoire religieuse, par la diversité de ses approches, permet de montrer l’importance du tournant qu’a constitué la Séparation sur la vie des fidèles et du clergé, mais aussi sur le mode de présence au monde des Églises. Dans le nord de la France, quels en ont été les points forts révélés par l’historiographie ?

II. Les lignes de force de l’historiographie sur la Séparation en France du nord

Au temps de la discussion du projet de loi sur la Séparation

13Si la Séparation fait l’objet de plusieurs projets au cours du XIXe siècle, elle n’est envisagée sérieusement que sous le ministère anticlérical de Combes (1902-1905). L’abrogation du concordat apparaît alors comme l’aboutissement de l’œuvre de sécularisation des radicaux dont les historiens soulignent la continuité thématique et chronologique. Ils montrent l’unité de la période allant de la législation anticongréganiste jusqu’à la Séparation : dans les thèses d’Y.-M. Hilaire ou de Ph. Papet, un même chapitre aborde ces différents aspects. Les lois de 1901 et 1904 contre les congrégations constituent un préalable qui aboutit à l’expulsion ou à la sécularisation de nombreux religieux, tandis que l’enseignement leur est interdit. Des laïcisations, totales ou partielles, touchent écoles, hospices et hôpitaux. Devant cette offensive anticléricale, le nord de la France se distingue d’autres régions comme la Bretagne par la relative modération des réactions de l’opinion catholique qui se réduisent à quelques manifestations de protestations contre les « persécutions ».

  • 15 Xavier Boniface, « Boulogne  : une voiture contre la procession ? », Histoire du christianisme Maga (...)

14Les débats parlementaires sur les congrégations puis sur la Séparation s’accompagnent d’un affrontement passionné de deux France qui se traduit par des gestes de profanations de symboles religieux, tels des calvaires, par des rumeurs ou par l’ampleur démesurée donnée au moindre fait : le 23 août 1903, le passage par inadvertance d’une voiture au milieu de la procession de Notre-Dame de Boulogne est vu, par les catholiques et par les anticléricaux, comme un complot fomenté par l’autre camp15.

  • 16 Voir la communication de Jean-Marie Mayeur sur Alexandre Ribot.
  • 17 Maxime Lecomte, La Séparation des Églises et de l’État. Histoire. Principes. Discussions. Commentai (...)

15Le débat parlementaire trouve des prolongements en France septentrionale car plusieurs députés de la région prennent une part active à la discussion à la Chambre. Parmi les plus intransigeants, hostiles au projet de loi, se trouvent deux membres de l’Action libérale populaire, Henri-Constant Grousseau, professeur de droit à la Faculté catholique de Lille, et Jean Plichon, un ingénieur proche du patronat catholique du Nord. En revanche, Alexandre Ribot, député de Saint-Omer I, chef de file des républicains progressistes opposés au Bloc des gauches, défend, à la suite de Briand, une conception libérale de la Séparation donnant des garanties aux catholiques. Il contribue en particulier à faire adopter l’article 4 de la loi qui prévoit la création d’associations cultuelles destinées à recevoir les biens des Églises. En mentionnant qu’elles devront se conformer « aux règles d’organisation générale du culte dont elles se proposent d’assurer l’exercice »16, ce texte reconnaît aussi implicitement la hiérarchie ecclésiastique. Si l’abbé Lemire n’est pas non plus opposé au principe de la Séparation, il s’inquiète néanmoins des conditions dans lesquelles elle est envisagée. Finalement, il votera contre la loi, comme la majorité des députés du Nord et du Pas-de-Calais. En fait, les catholiques ne sont pas tous opposés à la Séparation, tandis que certains anticléricaux, à commencer par Combes lui-même, hésitent à la réaliser. Parmi les parlementaires septentrionaux actifs dans les débats, il faudrait aussi évoquer Maxime Lecomte, sénateur du Nord et rapporteur de la commission sénatoriale sur la Séparation17.

  • 18 X. Boniface, La Séparation…, op. cit., p. 93.
  • 19 Jean-Paul Visse, La presse du Nord et du Pas-de-Calais au temps de l’Écho du Nord 1819-1944, Villen (...)

16La presse suit les débats avec acuité, celle de droite plus encore que celle de gauche : dans la Somme, du 21 mars au 25 avril 1905, le radical Progrès de la Somme donne six éditoriaux sur le sujet quand le catholique Nouvelliste en consacre vingt18. En revanche, la presse républicaine mentionnait auparavant plus souvent la Séparation qu’elle appelait de ses vœux que les journaux de droite qui la redoutaient. Les journaux, dont l’étude a connu une certaine vogue dans les années 1960-1970, témoignent, par leur diversité, des principales tendances de l’opinion publique. Conséquence de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, leur « âge d’or »19, à partir de la fin du XIXe siècle, traduit les progrès de la démocratie. Ces journaux contribuent à sensibiliser sur la Séparation un lectorat qui partage déjà leurs idées.

17Plusieurs études historiques ont cherché à évaluer la mobilisation des catholiques contre la loi. Durant l’hiver et le printemps 1905, un mouvement de pétitions catholiques destinées à la Chambre recueille plus de 77 000 signatures dans la Somme et 30 000 dans le Pas-de-Calais, où n’ont d’ailleurs été sollicités que les habitants d’un tiers des communes. Il circule plusieurs textes de ces pétitions, plus ou moins hostiles à la Séparation. En réalité, le mouvement ne touche qu’une minorité de la population, et certains s’interrogent sur les conditions dans lesquelles sont parfois recueillies les signatures, comme à la campagne quand un châtelain donne l’exemple au reste du village. Jean-Marie Mayeur a montré le rôle important de l’Action libérale populaire, un parti conservateur libéral fondé en 1901, dans la défense religieuse et l’opposition à la Séparation. Bien implantée dans le Nord, cette formation est soutenue financièrement par des industriels de la région. L’ALP veut mobiliser l’opinion par des campagnes de pétitions et l’organisation de conférences publiques. En revanche, le clergé, à de rares exceptions près, se montre discret sur la Séparation.

  • 20 Robert Vandenbussche, « Libre pensée et libres penseurs dans le département du Nord sous la IIIe Ré (...)
  • 21 Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire du Nord Pas-de-Calais de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, 19 (...)
  • 22 L’Action, 5 juillet 1905, citée par Jacqueline Lalouette, La Libre-pensée en France 1848-1940, Pari (...)

18Les courants laïcs, principalement la libre-pensée et la franc-maçonnerie, ont assez peu retenu l’attention des historiens, au moins pour la France septentrionale de 1905, à l’exception d’un article sur le département du Nord couvrant l’ensemble de la IIIe République et d’une simple « chronique » célébrant l’anniversaire d’une loge lilloise20. Les grandes thèses d’histoire religieuse et les ouvrages d’histoire régionale21 ne manquent pas non plus d’en brosser le tableau. Mais il n’existe pas de synthèse sur l’anticléricalisme septentrional au temps du combisme, alors que c’est le moment de leur apogée. En outre, dans le Nord et le Pas-de-Calais, où s’affiche un militantisme catholique parfois perçu comme clérical, les courants laïcs prospèrent et se définissent en réaction contre celui-ci, dans une sorte de complémentarité. Il convient donc de mesurer la place de ces courants dans la société de la Belle Époque et leur influence sur les débats au sujet de la Séparation. Au début du siècle, avec ses 700 membres, la franc-maçonnerie compte au moins une loge dans les principaux chefs-lieux d’arrondissement. Mais son influence s’exerce surtout à travers la possession de plusieurs journaux dont le Réveil du Nord et le Progrès du Nord. L’une de ses grandes figures, Charles Debierre, sénateur, président du Conseil de l’Ordre du Grand Orient à partir de 1911, dénonce la « Séparation libérâtre » qui marque, selon lui, une capitulation de la République face à l’Église22. La libre-pensée s’est fortement mobilisée en faveur de la Séparation depuis le début des années 1880. Le 17 mai 1903, elle organise sur ce thème une journée nationale qui débouche dans quelques églises sur des échauffourées. Ses groupes multiplient les vœux et les motions appelant le gouvernement à mettre en œuvre la Séparation. Enfin, les partis de gauche prennent également position en ce sens. Mais si l’anticléricalisme les réunit, leurs approches diffèrent : les radicaux considèrent la Séparation comme l’aboutissement de leur politique sécularisatrice, tandis que les socialistes n’y voient qu’une étape avant les indispensables réformes sociales. Il existe d’ailleurs des passerelles entre les francs-maçons, les libres penseurs et les radicaux - moins sans doute avec la SFIO.

19Les collectivités locales restent à l’écart des débats. Dans la Somme comme dans le Pas-de-Calais, conseils municipaux, d’arrondissements ou généraux ne s’expriment guère sur le sujet, jugeant que celui-ci ne relève pas de leur compétence et craignant plus encore l’opposition d’une partie de leurs électeurs. Mais les inventaires font éclater la crise.

Face aux inventaires

20Pour l’historien, les inventaires constituent un épisode révélateur des tempéraments religieux, politiques et sociaux. Ils cristallisent les réactions catholiques contre la Séparation, incarnant une loi dont les fidèles ne comprenaient cependant pas toujours les enjeux. Pourtant, « l’inventaire descriptif et estimatif des biens des établissements » publics du culte et des biens de l’État, des départements et des communes « dont ils ont la jouissance », prévue par l’article 3 de la loi, n’avait soulevé aucune objection lors de la discussion parlementaire. Mais après le règlement d’administration publique du 29 décembre 1905 fixant son application, une simple instruction de l’Enregistrement du 2 janvier 1906 soulève la crainte et la colère  : elle prévoit que les agents chargés des inventaires demandent aux prêtres présents « l’ouverture des tabernacles » s’ils sont fermés. Nombre de catholiques interprètent cette décision comme un sacrilège, une profanation et l’annonce d’une spoliation. Malgré une circulaire rassurante du gouvernement, et en dépit de l’appel au calme des évêques, les esprits s’échauffent.

  • 23 Xavier Boniface, « Un aspect de la Séparation de l’Église et de l’État : les Inventaires dans la So (...)

21Dans un article pionnier, J.-M. Mayeur a exposé une grille d’analyse générale du déroulement des inventaires reprise ensuite dans les études locales sur la Séparation, notamment pour le Pas-de-Calais (Y.-M. Hilaire) et la Somme23. Il en propose tout d’abord une lecture chronologique : si quelques troubles surviennent à Saint-Omer dès le 23 janvier et à Lille le 26 janvier, les premiers inventaires à dégénérer sont ceux de Sainte-Clotilde et de Saint-Pierre du Gros Caillou à Paris, les 1er et 2 février. Connues voire saluées par la presse, ces manifestations parisiennes rejaillissent ensuite sur la résistance en province. Elles contribuent aussi à hâter la publication, dans La Croix du 18 février, de l’encyclique Vehementer nos, datée du 11, qui condamne le principe de Séparation. Même s’il reste théorique, le texte pontifical conforte les catholiques dans l’idée d’une légitimité de leur résistance. Dans la Somme, les troubles n’apparaissent d’ailleurs qu’après sa publication. Mais, à Boeschèpe (Flandre), la mort d’un homme lors de l’inventaire le 6 mars provoque, le lendemain, l’interpellation et la chute du gouvernement Rouvier. L’intervention de l’abbé Lemire, affirmant que la Séparation renferme « des promesses de liberté », fait sensation. Le 8, les inventaires sont arrêtés dans le département du Nord. Le 16, une circulaire du ministre de l’Intérieur prescrit de les suspendre partout où ils doivent se faire par la force. Mais l’opinion publique s’en désintéresse alors : avec un millier de morts puis de violentes manifestations, la catastrophe minière de Courrières du 11 mars focalise désormais l’attention. Les dernières opérations sont achevées en novembre suivant.

  • 24 Louis Trenard, Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire de Lille. Du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle(...)

22L’article de J.-M. Mayeur brosse également une géographie des troubles lors des inventaires que les monographies permettent de préciser. La résistance est « vive » dans les arrondissements de Lille et de Dunkerque, « violente » dans celui d’Hazebrouck. L’agglomération lilloise est l’un des rares espaces urbains en France, avec Paris, à connaître une opposition sérieuse aux inventaires, les troubles étant plutôt le fait des campagnes24. Le Pas-de-Calais connaît ses principaux incidents dans les contrées traditionalistes du Boulonnais et du sud du Calaisis, ainsi que dans trois cantons au nord d’Arras. L’est du département de la Somme, pourtant peu religieux, est touché par quelques incidents isolés. En revanche, l’Oise reste entièrement calme. Ainsi, malgré quelques cas d’agitation, l’indifférence et la passivité prédominent globalement dans l’espace septentrional. En d’autres termes, les régions à proximité de Paris semblent se désintéresser de la Séparation. Mais à mesure que l’on s’en éloigne, la résistance augmente, d’abord localisée et limitée, puis plus forte et plus fréquente, atteignant son paroxysme dans le nord, c’est-à-dire dans un espace relativement périphérique, comme si le pouvoir central éprouvait des difficultés à s’y imposer. Souvent, les incidents affectent des paroisses voisines, les unes servant en quelque sorte de modèle aux autres, dans une sorte d’émulation : dans la Somme, des troubles agitent à peu de jours d’intervalle les villages d’Hérissart, Toutencourt et Puchevillers, du même canton.

23Ces perturbations sont de différentes natures : généralement, il s’agit de simples actes de résistance passive, allant de la lecture d’une protestation par le desservant ou le président du conseil de fabrique, en passant par l’absence de témoins pour assister le fonctionnaire dans l’inventaire, jusqu’au refus d’ouvrir les portes de l’église, ce qui vaut au curé un arrêté de mise en demeure et entraîne le report de l’opération. Parfois, des fidèles se rassemblent de manière pacifique et entonnent des cantiques. Plus rarement, et de manière spectaculaire, l’inventaire s’accompagne d’une agitation violente : des manifestants barricadent l’église, lancent des projectiles sur les forces de l’ordre et cherchent à entraver l’inventaire par tous les moyens.

24Il convient d’abord de distinguer des meneurs, notables ou châtelains, quand ce ne sont pas leurs représentants, gardes-chasses ou intendants. Mais c’est parfois tout un peuple rural, fruste et isolé, ne séparant pas politique et religion, attaché à une religion inscrite dans la vie quotidienne, qui se soulève. Ces ruraux craignent que les objets sacrés dont leurs familles ont fait don aux églises et qui alimentent la religion populaire soient spoliés. La présence de forces de l’ordre peut exciter la résistance de cette population qui cherche parfois aussi la provocation  : en Flandre, près de la frontière, des contrebandiers participent aux manifestations. En revanche, les curés de paroisse font souvent preuve de modération. À Boeschèpe, le desservant appelle au calme alors que des manifestants envahissent l’église où s’achève l’inventaire. La plupart des évêques recommandent une résistance seulement passive, mais les instructions assez fermes de Mgr Sonnois, archevêque de Cambrai, relatives à l’ouverture des tabernacles, portent en germe un risque d’incident. À côté des motifs de la résistance aux inventaires, les historiens s’interrogent aussi sur la passivité de la majorité.

  • 25 Xavier Boniface, « L’armée et les inventaires dans le nord de la France (1906) », Revue du Nord, n° (...)
  • 26 Louis Ducrocq, Sous la hache du bourreau, Paris, Taffin-Lefort, 1909, 410 p.

25Quelques travaux portent sur les forces de l’ordre25. Elles n’ont pas été requises partout  : la plupart des inventaires se sont déroulés sans leur concours, à part quelques gendarmes dans un petit nombre de communes. Seuls les arrondissements de Lille, Hazebrouck, Dunkerque ainsi que le bourg du Portel ont connu d’importants déploiements de troupes. Mais quand il s’agit d’assister les agents des Domaines pour ordonner de briser les portes d’églises, la mission éprouve les officiers : le capitaine Magniez refuse d’exécuter les ordres le 20 novembre à Saint-Jans Cappel. Arrêté, traduit devant le Conseil de Guerre, il est dégradé et destitué. Son geste est magnifié par les catholiques du nord26.

26Les inventaires ont précédé l’application de la loi de Séparation entrée en vigueur fin 1906. Désormais, les catholiques doivent se réorganiser.

Les conséquences de l’application de la loi de Séparation

27Comme l’Église de France, à la suite de l’encyclique Gravissimo officii (août 1906), rejette les modalités de la Séparation, aucune association cultuelle catholique ne voit durablement le jour, les rares tentatives étant arrêtées par l’épiscopat, voire déboutées par le Conseil d’État. Aussi, les biens des fabriques, des évêchés et des séminaires sont mis sous séquestre, tandis que leurs occupants sont expulsés. La célébration des messes sans déclaration préalable devient un délit punissable d’une amende. La suppression du budget des cultes prive le clergé de traitement. La loi a prévu l’attribution des biens ecclésiastiques aux établissements publics d’assistance. En conséquence, l’Église est ruinée, mais elle est libre. Quel bilan dressent les historiens de la Séparation sur la situation en France septentrionale ?

28L’état des lieux est d’abord matériel. Le traitement des prêtres est assuré en partie par les pensions accordées aux plus âgés et par le denier du culte ou du clergé qu’instaurent les différents diocèses. Sa mise en place à Arras s’avère plus difficile qu’à Amiens et Cambrai. L’aide de riches notables doit aussi être prise en considération. Par ailleurs, l’utilisation des églises pour le culte est légalisée par la loi du 2 janvier 1907 qui prévoit leur « jouissance gratuite » par les fidèles, tandis que le curé devient « occupant sans titre juridique ». Les communes prennent en charge leur entretien, les paroisses ne pouvant plus l’assurer puisque les biens des fabriques, qui provenaient de legs et de dons alimentant des fondations pieuses, se trouvent sous séquestre. Leur valeur totale, y compris celle des menses de l’évêché, du chapitre et des séminaires, représente dans la Somme 14,2 millions de francs-or, répartis en rentes (pour les trois quarts de la valeur), en immeubles (22 %) et en biens divers (3 %), contre 12 millions dans le Pas-de-Calais. Les attributions des biens ne commencent qu’en 1910, le temps de régler les problèmes juridiques de propriétés. Des héritiers revendiquent des legs faits par leurs ancêtres. L’Église les menace d’excommunication s’ils ne lui restituent pas ces biens quand ils ont obtenu satisfaction. Dans le diocèse d’Arras, les acquéreurs de bien séquestrés reversent à l’évêché une indemnité équivalente à 10 % du prix. Du fait des contentieux puis de la guerre, les attributions et les adjudications ne sont pas encore achevées vingt ans plus tard.

  • 27 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté…, op. cit., p. 764 sq.
  • 28 Voir J.-M. Mayeur, Un prêtre démocrate…, op. cit., p. 473-477.

29Malgré les difficultés matérielles, l’Église entreprend de réorganiser la vie paroissiale et la pastorale, comme l’observe pour Cambrai Réjane Rousseau dans sa thèse sur Mgr Delamaire. Les historiens constatent d’ailleurs une renaissance catholique dans les différents diocèses et dont les formes présentent des points communs27 : elles se caractérisent par la continuité des expériences pastorales antérieures et le mouvement vers le peuple que prônait Léon XIII. Les œuvres sociales et charitables, qui se multiplient depuis la fin du XIXe siècle, en sont des vecteurs. Le renouveau passe également par l’union des catholiques, en dehors des clivages politiques ou sociaux, sur le seul terrain de la défense religieuse. La tenue de congrès et de vastes rassemblements va dans ce sens. Cette renaissance est enfin indissociable de l’effort d’organisation qui caractérise le renouveau de l’après-Séparation. Comités paroissiaux, cantonaux ou d’arrondissements, associations de pères de familles, ligues féminines, jeunesse catholique essaiment. À cet égard, la Séparation donne un « nouvel élan », constitue « un tremplin » pour un catholicisme en mutation. Progressivement, le clergé et les fidèles découvrent les possibilités d’action et la souplesse qu’offre la loi. Il est ainsi possible d’ériger de nouvelles paroisses, comme Jeanne d’Arc en 1913 à Amiens, sans avoir à solliciter d’autorisation administrative. La même année, profitant de la liberté née de l’abrogation du concordat, le Saint-Siège institue le diocèse de Lille à partir des archiprêtrés d’Hazebrouck, Dunkerque et Lille, détachés de l’archidiocèse de Cambrai. Si le projet était ancien, seule la Séparation le rend possible28.

  • 29 Danielle Delmaire, Les communautés juives septentrionales 1791-1939, naissance, croissance, épanoui (...)

30À la différence des catholiques, les juifs et les protestants ont accepté les modalités de la loi et créé des associations cultuelles. Si les réformés du nord de la France ont été peu étudiés, la communauté israélite est désormais bien connue grâce à la thèse de Danielle Delmaire29. Les principes laïques et la Séparation, « faisant de la religion une affaire privée », ne peuvent que séduire les juifs, « non pas seulement parce qu’[ils] les émancipent, mais aussi parce qu’ils correspondent à leur comportement habituel » (p. 672).

31Les historiens de la Séparation dans le nord de la France se sont intéressés aux débats parlementaires, à l’état de l’opinion publique, aux réactions des partis en présence, au déroulement des inventaires, aux conditions matérielles et au réveil religieux. Ils savent aussi se montrer attentifs à l’arrière-plan juridique qui conditionne de nombreux problèmes. Mais la diversité des approches, qui multiplie d’autant les perspectives, ainsi que l’évolution des problématiques historiques amènent à pointer les limites de ce qui a été fait et, surtout, à envisager de nouvelles directions de recherche.

III. De nouvelles directions de recherche

Des questions à approfondir

32Malgré les acquis de la recherche sur la Séparation en France septentrionale, il reste des points à approfondir, en fonction de lacunes constatées, de problématiques nouvelles ou de sources non encore exploitées. Il en va ainsi de l’étude des différents acteurs impliqués dans les débats sur la Séparation. Le bilan historiographique a mis en évidence le faible nombre de travaux sur les prises de position des courants anticléricaux de la région en faveur de la loi. À cet égard, le recensement de leurs motions, l’analyse sociologique de leurs groupements, l’étude de leurs relations devraient permettre de nuancer leurs attitudes, de mesurer leurs éventuelles évolutions et d’estimer leur influence sur les élus ou l’opinion. En d’autres termes, il conviendrait d’aborder la Séparation également sous l’angle de ses partisans.

  • 30 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté…, op. cit., p. 757.

33De la même manière pourrait-on relire la crise des inventaires à travers ceux qui les ont menés. Les résistances, l’attitude des fidèles et du clergé, ou au contraire la passivité de la population sont essentiellement décrits par les représentants de l’administration et les responsables du maintien de l’ordre, ainsi que par la presse. Mais, à part l’armée, qui est loin d’être intervenue partout, et un peu la gendarmerie, presque rien n’est dit de ceux qui ont concouru au déroulement des opérations : les commissaires de police ayant supervisé certains inventaires, les gardes-champêtres requis pour assister les membres de l’administration, les policiers et les pompiers appelés en renfort en ville. Rien non plus n’évoque les agents des Domaines et les receveurs de l’Enregistrement chargés d’accomplir les inventaires. Leurs noms apparaissent d’ailleurs rarement dans les récits relatifs à cet épisode, comme s’ils faisaient figure d’acteurs secondaires. Enfin, les préfets et les sous-préfets, qui doivent organiser et diriger les inventaires dans leurs départements et leurs arrondissements, ne font souvent l’objet que de brèves allusions, malgré leur rôle considérable dans ce moment crucial. Or leur détermination, leur connaissance de la population et leur sens politique peuvent peser sur le déroulement des opérations. Ces silences de l’historiographie de la Séparation témoignent que celle-ci est plutôt centrée sur la manière dont les catholiques ont vécu l’événement. Le point de vue des pouvoirs publics et des administrations, qui sont également des acteurs, se trouve en revanche ignoré. Sans doute les sources ne permettent-elles pas de saisir l’opinion des serviteurs de l’État chargés d’exécuter les ordres. Il ne faut pas non plus oublier que des fonctionnaires, à tous les niveaux de la hiérarchie, partagent les convictions religieuses du reste de la population. Or les modalités d’application de la Séparation « posent à beaucoup de chrétiens des problèmes de conscience. On voit des officiers, des receveurs de l’Enregistrement […] consulter l’évêché pour lui demander une règle de conduite »30.

34L’histoire des acteurs de la Séparation pourrait aussi se pencher sur la place des femmes dans la mobilisation catholique, l’opposition aux inventaires et la réorganisation religieuse. Plus pratiquantes que les hommes, elles se montrent sans doute plus sensibles aux conséquences de la loi. Des organisations féminines de défense religieuse apparaissent d’ailleurs à la veille de la Séparation, comme la Ligue patriotique des Françaises. Il s’agirait alors de s’inspirer de certaines orientations de la gender history pour étudier les réactions sociales et culturelles des femmes devant les événements de 1905-1906.

  • 31 Jean-Pierre Moisset, Les biens de ce monde. Les finances de l’Église catholique au XIXe siècle dans (...)

35L’histoire de la Séparation devrait enfin approfondir les conséquences matérielles du refus d’appliquer la loi. Certes, les travaux disponibles donnent quelques indications sur les fluctuations des traitements du clergé, l’instauration du denier du culte ou les mises sous séquestre. Mais il s’agit plutôt de faire une histoire économique et financière des diocèses, avant et après la Séparation, comme le tente une étude récente conduite jusqu’en 1905 à propos de l’archevêché de Paris31. Comment l’Église parvient-elle à restaurer une partie de son patrimoine ? Comment s’opèrent les attributions des biens ecclésiastiques jusque durant l’Entre-deux-guerres ? Ces questions sont importantes pour mesurer la portée de la Séparation.

Pour une histoire culturelle de la Séparation

  • 32 Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, Pour une histoire culturelle, Paris, éd. du Seuil, 1997 (...)
  • 33 Paul Airiau, L’Église et l’Apocalypse du XIXe siècle à nos jours, Paris, Berg international, 2000, (...)

36L’approche culturelle, en vogue aujourd’hui en histoire, peut apporter des éclairages neufs sur la Séparation. Dans son acception anthropologique, elle « fait de la culture un ensemble d’habitudes et de représentations mentales [du monde] propres à un groupe donné »32. Ses problématiques invitent ainsi à s’interroger sur la manière dont les composantes de la société septentrionale se sont figurées et ont figuré la Séparation. Il s’agit d’évaluer la réception de l’événement dans les esprits  : a-t-il modifié le rapport des croyants à leur Église, à leur clergé, à leur foi ? A-t-il été reçu comme une sorte d’apocalypse dans les milieux catholiques intransigeants33 ? Ces questions ouvrent à une histoire de l’imaginaire et à une anthropologie historique.

  • 34 Pommarède, op. cit.
  • 35 L’Illustration, 17 mars 1906. Le Pèlerin, 18 mars 1906. Voir aussi Jean-Michel Duhart, La France da (...)

37Les sources iconographiques peuvent contribuer à une telle étude dans la mesure où elles constituent une médiation de ces représentations. Si cette documentation a pu être utilisée dans les monographies d’autres régions34, elle reste à exploiter pour l’espace septentrional. Or la Séparation a donné lieu à une production spécifique de cartes postales, de vignettes et de caricatures qui évoquent de manière symbolique l’événement ou reproduisent des scènes de résistance aux inventaires. Ceux de Boeschèpe, en particulier, sont abondamment représentés dans la presse, par des photographies et des gravures. Des vignettes à l’effigie de Ghysel, la victime de l’inventaire, circulent à l’époque35. Il existe aussi une iconographie anticléricale sur la Séparation. Il y aurait donc à recenser les images relatives à l’événement, établir un corpus de celles-ci et étudier leurs significations.

  • 36 Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990.

38À propos des inventaires, il faudrait également approfondir certaines échelles d’analyse. Les différentes études sur le sujet ont pris pour cadre le département ou l’arrondissement, ce qui a permis de présenter une vision générale des opérations, d’établir des comparaisons, de dresser des typologies. Cependant, l’échelle de la paroisse comme niveau d’analyse permettrait de mieux resituer l’événement dans son contexte social, culturel et politique local, d’en cerner les acteurs, d’étudier les réseaux de solidarité. Elle favoriserait aussi une approche culturelle de la résistance à l’inventaire  : les troubles peuvent révéler des tensions pré-existantes, des enjeux de pouvoir, des confrontations d’intérêts, des représentations sociales et politiques. Cette échelle devrait concourir à une micro-histoire de la paroisse autour de l’inventaire, comme Alain Corbin a étudié un crime de « cannibales » qui s’est déroulé en août 1870 dans un village de Dordogne36.

  • 37 Voir Patrick Cabanel, « La révolte des inventaires », dans J.-P. Chantin et D. Moulinet, La Séparat (...)
  • 38 Alain Lottin, Solange Deyon, Les casseurs de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Villeneuve d’A (...)
  • 39 Timothy Tackett, La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, éd. du Cerf, 1986, (...)

39La violence qui s’exprime lors de certains inventaires devient à son tour objet d’histoire : elle apparaît d’autant plus comme la transgression d’une norme qu’elle éclate bien souvent aux portes des églises, voire à l’intérieur de l’édifice lui-même, alors que le christianisme la réprouve. Il y a donc un écart entre les comportements des fidèles et les commandements d’une Église qu’ils veulent défendre. En même temps, l’histoire de la violence s’inscrit dans la longue durée37  : ce qui se passe en 1906 n’est peut-être pas sans rapports avec des mouvements de révolte antérieurs, notamment de ceux à connotation religieuse. N’y a-t-il pas des filiations entre les résistances aux inventaires et l’agitation des casseurs de l’été 1566, à la seule différence qu’il s’agissait de protestants ? La Flandre, en particulier, est le théâtre de cette violence religieuse à plus de quatre siècles de distance38. Il est à noter également qu’en juin 1791 le district d’Hazebrouck compte seulement 5 % de prêtres assermentés39. Cette terre apparaît sur le très long terme comme un espace de fortes oppositions politico-religieuses. Jean-Marie Mayeur avait d’ailleurs déjà pressenti de telles continuités dans sa « géographie des inventaires ».

  • 40 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, rééd. Quarto, 1997, t. 1, p. 15 sq.

40Après l’événement vient le temps du souvenir et de la mémoire. Là encore, des pistes nouvelles gagneraient à être parcourues par les historiens. À l’échelle des paroisses sinon à celle des diocèses, existe-t-il une mémoire collective, ne serait-ce qu’orale, des bouleversements provoqués par l’abrogation du Concordat, les résistances aux inventaires et la reconstruction religieuse ultérieure ? Y a-t-il en parallèle une mémoire laïque de l’événement perçu comme fondateur dans la mesure où il instaure un nouveau type de relations entre les Églises et l’État ? Sans doute une fine analyse chronologique montrerait-elle une disparition progressive du souvenir de la Séparation. Faut-il ainsi interpréter le succès de la Fédération nationale catholique dans le Nord et le Pas-de-Calais à partir de 1925 comme une réaction indirecte à la Séparation, les catholiques voulant désormais rejeter énergiquement toute laïcisation ? La mémoire de l’événement est certainement plus marquée dans les paroisses où de violents troubles ont eu lieu lors des inventaires, comme à Boeschèpe. L’historiographie s’est aussi intéressée aux « lieux de mémoire », c’est-à-dire à « toute unité significative, d’ordre matériel ou idéel, dont la volonté des hommes ou le travail du temps a fait un élément symbolique du patrimoine mémoriel d’une communauté »40. S’il ne peut s’agir, à propos de la Séparation, de lieux évoquant la mémoire de la nation, de la France ou de la République, il peut en revanche être question de lieux d’une mémoire communautaire : l’église de Saint-Jans-Cappel conserve pieusement sur un autel le képi du capitaine Magniez qui avait refusé de faire crocheter la porte de la sacristie lors de l’inventaire. Mais il s’agit du lieu d’une mémoire minoritaire, marginale, circonscrite pratiquement à la paroisse et à la commune. Il en va de même pour les éventuelles commémorations qui célébreraient le souvenir d’un inventaire douloureux. Les nombreux colloques et manifestations organisés pour le centenaire de la loi sont un élément non négligeable d’une mémoire plurielle de l’événement, et ils peuvent aussi être relus à cette aune.

***

41Même s’il n’existe pas de synthèse historique spécifique sur la manière dont la Séparation des Églises et de l’État s’est déroulée dans le nord de la France, de nombreux travaux scientifiques ont abordé l’événement dans sa dimension régionale, souvent diocésaine et départementale. Bien souvent, ils l’envisagent selon une perspective d’histoire religieuse qui souligne le point de vue des catholiques. En effet, majoritaires dans la population, ces derniers sont les principaux concernés par une loi dont la plupart d’entre eux ont d’abord refusé le principe et les modalités.

42Après une apparition tardive et une absence relative depuis les années 1990, les études sur la Séparation retrouvent une actualité avec le centième anniversaire de la loi, prétexte commode pour dresser des bilans. Les répercussions régionales de l’événement sont assez bien connues aujourd’hui, à la suite de travaux qui font désormais figures de classiques. Toutefois, à l’échelle régionale, des renouvellements de la question sont à envisager, notamment par une prise en compte des nouvelles approches de l’historiographie générale, comme dans le domaine culturel. C’est dire la polysémie de l’événement pour les sociétés contemporaines. Cela peut expliquer encore son actualité au regard de la recherche.

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Mayeur (dir.), L’histoire religieuse de la France XIXe-XXe siècle. Problèmes et méthodes, Paris, éd. Beauchesne, 1975, p. 34-35.

2 Voir Jean-Marie Mayeur, « Réflexions sur l’histoire de la Séparation », dans Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet, La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Paris, les éd. ouvrières/de l’Atelier, p. 11-17. Voir aussi Jacqueline Lalouette, « Laïcité et Séparation des Églises et de l’État : esquisse d’un bilan historiographique 2003-2005 », Revue historique, CCCXIV/4, n° 636, octobre 2005, p. 849-870.

3 R.P. Lecanuet, Les signes avant-coureurs de la Séparation. Les dernières années de Léon XIII et l’avènement de Pie X (1894-1910), Paris, Librairie Félix Alcan, 1930, 616 p. ; Joseph Brugerette, Le prêtre français et la société contemporaine (1871-1908), Paris, Lethielleux, 1935, 637 p. ; Louis Capéran, L’invasion laïque. De l’avènement de Combes au vote de la Séparation, Paris, Desclée, 1935, 474 p.

4 Yves-Marie Hilaire, Une chrétienté au XIXe siècle ? La vie religieuse des populations du diocèse d’Arras (1840-1914), Villeneuve d’Ascq, Publications de l’université de Lille III, 1977, p. 802.

5 Violette Méjan, La Séparation des Églises et de l’État. L’œuvre de Louis Méjan, Paris, PUF, 1959, XVI-571 p. ; Louis Capéran, Histoire contemporaine de la laïcité française, Paris, 3 tomes, 1959-1961. Soutenue en 1958, publiée à Londres en 1974, la thèse de Maurice Larkin vient d’être traduite : L’Église et l’État en France. 1905 : la crise de la Séparation, Toulouse, éd. Privat, 2004, 283 p.

6 Jean-Marie Mayeur, La Séparation de l’Église et de l’État (1905), Paris, Julliard, coll. Archives, 1966, 198 p. (rééd. sous le titre La Séparation des Églises et de l’État, Paris, Éd. ouvrières, 1991, 189 p. ; rééd. 2005, 255 p.)

7 « Religion et politique  : géographie de la résistance aux inventaires (février-mars 1906) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, novembre-décembre 1966, p. 1259-1272.

8 Un prêtre démocrate. L’abbé Lemire 1853-1928, Tournai, Casterman, 1968, 698 p.

9 « Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiographique et perspectives », Actes du colloque de Rennes (15-17 septembre 1999), Revue d’histoire de l’Église de France, n° 217, juillet-décembre 2000, p. 321-802. Jean-Marie Mayeur, L’histoire religieuse…, op. cit., p. 34-35.

10 Pierre Pommarède, La Séparation de l’Église et de l’État en Périgord, Périgueux, Fanlac, 1976, 719 [140] p.

11 Réjane Rousseau, L’épiscopat de Mgr Delamaire à Cambrai. Orientation pastorale et action sociale 1906-1913, thèse de IIIe cycle, université de Lille III, 1979, 366 p. ; Philippe Papet, Cléricaux et anticléricaux dans l’arrondissement de Senlis 1871-1914, Compiègne, Société historique, 1995, 2 vols., 598 + XXXIII p.

12 Gérard Dumont, La Séparation de l’Église et de l’État dans l’arrondissement de Lille (1905-1906), dir. Y.-M. Hilaire, univ. Lille III, 1979, 196 p. ; Xavier Boniface, La Séparation de l’Église et de l’État dans le diocèse d’Amiens, dir. Nadine-Josette Chaline, univ. de Picardie, 1988, 215 p. (Publié sous le titre La Somme à la Belle Époque. Vie politique et religieuse, Amiens, Encrage, 1994, 168 p.)

13 Voir la rubrique annuelle « Travaux de recherche soutenus en histoire » dans la Revue du Nord. Nadine Malle-Grain, Répertoire des DES et Mémoires de Maîtrise soutenus à Lille en Histoire de 1904 à 1984, univ. de Lille III, 1987 ; Martine Aubry, Répertoire des Mémoires de Maîtrise soutenus à Lille 3 en Histoire […] 1985-1994, univ. de Lille III, 1994.

14 J.-M. Mayeur, L’histoire religieuse… op. cit., p. 31.

15 Xavier Boniface, « Boulogne  : une voiture contre la procession ? », Histoire du christianisme Magazine, n° 8, novembre 2001, p. 54-55.

16 Voir la communication de Jean-Marie Mayeur sur Alexandre Ribot.

17 Maxime Lecomte, La Séparation des Églises et de l’État. Histoire. Principes. Discussions. Commentaires des articles de la loi du 9 décembre 1905, Paris, libr. Félix Jeuven, 1906, 540 p.

18 X. Boniface, La Séparation…, op. cit., p. 93.

19 Jean-Paul Visse, La presse du Nord et du Pas-de-Calais au temps de l’Écho du Nord 1819-1944, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004, p. 145-187.

20 Robert Vandenbussche, « Libre pensée et libres penseurs dans le département du Nord sous la IIIe République », dans J.-M. Mayeur (dir.), Libre pensée et religion laïque en France. De la fin du Second Empire à la fin de la IIIe République, Strasbourg, CERDIC, 1980, p. 126-183. Daniel Morfouace, Chronique d’une loge lilloise, 1893-1940, Lille, 1993, 358 p.

21 Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire du Nord Pas-de-Calais de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, 1982, p. 141-145.

22 L’Action, 5 juillet 1905, citée par Jacqueline Lalouette, La Libre-pensée en France 1848-1940, Paris, Albin Michel, 1997, p. 268.

23 Xavier Boniface, « Un aspect de la Séparation de l’Église et de l’État : les Inventaires dans la Somme », Revue du Nord, tome LXXII, n° 284, janvier-mars 1990, p. 97-111.

24 Louis Trenard, Yves-Marie Hilaire (dir.), Histoire de Lille. Du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle, Paris, Perrin, 1999, p. 93.

25 Xavier Boniface, « L’armée et les inventaires dans le nord de la France (1906) », Revue du Nord, n° 350, t. 85, avril-juin 2003, p. 393-408.

26 Louis Ducrocq, Sous la hache du bourreau, Paris, Taffin-Lefort, 1909, 410 p.

27 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté…, op. cit., p. 764 sq.

28 Voir J.-M. Mayeur, Un prêtre démocrate…, op. cit., p. 473-477.

29 Danielle Delmaire, Les communautés juives septentrionales 1791-1939, naissance, croissance, épanouissement, thèse pour le doctorat d’État, univ. Lille III, 1998, 945+178 p.

30 Y.-M. Hilaire, Une chrétienté…, op. cit., p. 757.

31 Jean-Pierre Moisset, Les biens de ce monde. Les finances de l’Église catholique au XIXe siècle dans le diocèse de Paris (1802-1905), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2004, 392 p.

32 Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, Pour une histoire culturelle, Paris, éd. du Seuil, 1997, p. 13.

33 Paul Airiau, L’Église et l’Apocalypse du XIXe siècle à nos jours, Paris, Berg international, 2000, 203 p.

34 Pommarède, op. cit.

35 L’Illustration, 17 mars 1906. Le Pèlerin, 18 mars 1906. Voir aussi Jean-Michel Duhart, La France dans la tourmente des inventaires. La Séparation des Églises et de l’État, Joué-lès-Tours, Alan Sutton, 2001, 96 p.

36 Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990.

37 Voir Patrick Cabanel, « La révolte des inventaires », dans J.-P. Chantin et D. Moulinet, La Séparation de 1905…, op. cit., p. 100-102.

38 Alain Lottin, Solange Deyon, Les casseurs de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Lille/Westhoek, 1986, 2e éd., p. 34-39.

39 Timothy Tackett, La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, éd. du Cerf, 1986, p. 400.

40 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, rééd. Quarto, 1997, t. 1, p. 15 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Boniface, « La séparation des églises et de l’État dans la France septentrionale : un bilan historiographique », in Robert Vandenbussche (dir.), De Georges Clemenceau à Jacques Chirac : l'état et la pratique de la Loi de Séparation, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 39), 2008, p. 251-270.

Référence électronique

Xavier Boniface, « La séparation des églises et de l’État dans la France septentrionale : un bilan historiographique », in Robert Vandenbussche (dir.), De Georges Clemenceau à Jacques Chirac : l'état et la pratique de la Loi de Séparation, Villeneuve d'Ascq, IRHiS (« Histoire et littérature de l'Europe du Nord-Ouest », no 39), 2008 [En ligne], mis en ligne le 14 octobre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://hleno.revues.org/402

Haut de page

Droits d’auteur

© IRHiS

Haut de page
  • Logo IRHIS
  • Logo CNRS
  • Les livres de Revues.org